Version classiqueVersion mobile

De l’autorité à la référence

 | 
Isabelle Diu
, 
Raphaële Mouren

Introduction

Isabelle Diu et Raphaële Mouren

Texte intégral

1L’histoire du livre, on le sait, se trouve au carrefour de plusieurs autres champs de recherches. Rien d’étonnant, donc, à ce qu’elle s’intéresse à des sujets qui préoccupent depuis plusieurs années d’autres disciplines, et particulièrement les littéraires : c’est le cas de la question de l’autorité et de l’auctorialité, et du passage de l’une à l’autre entre la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne. Cette question s’inscrit plus largement dans le cadre d’analyses concernant le statut et l’identité du scripteur, de l’auteur et de ses cercles ou la mouvance des textes à l’âge de l’humanisme.

  • 1 On trouvera quelques repères historiographiques récents dans l’article de R. Mouren, « Auteur, auto (...)

2Plusieurs publications récentes se sont penchées sur ces thèmes : littéraires, philosophes, historiens du livre abordent désormais cette question en prenant pour point de départ leur propre domaine de recherche1.

3Lors du congrès annuel de la Renaissance Society of America en 2010, une série de sessions organisées par Isabelle Diu et Raphaële Mouren, rassemblées sous le titre « From authority to reference », a permis d’offrir à ces interrogations de nouvelles perspectives en abordant une notion qui semblait centrale pour la Renaissance : celle de référence. Il nous a paru utile de réunir des chercheurs spécialistes de disciplines différentes pour leur demander de s’interroger sur l’émergence de cette notion de référence qui, bien que de manière implicite, régit le statut des textes, de leur édition intellectuelle et matérielle, de leurs auteurs et de leurs transmetteurs à un moment crucial : celui où le discours médiéval fondé sur l’auctoritas fait place au dialogue humaniste, qui s’appuie sur une intense circulation des idées et des textes à travers correspondances, échanges de manuscrits, participation à des éditions collectives ou successives des sources du savoir.

4Avec le passage du manuscrit à l’imprimé et le développement de réseaux savants dans l’Europe de la Renaissance, l’érudition s’appuie désormais sur la notion de « référence », qui tend à supplanter celle d’« autorité ». La révérence médiévale à l’égard des « auctoritates » légitimant le discours fait place à la référence, notion emblématique de la culture humaniste. Les œuvres éditées par les érudits se situent dans une perspective qui se veut scientifique, objectivée et reconnue au sein de la république des lettres. Les « textes de référence » se construisent grâce à des échanges entre « personnes de référence » – correspondances philologiques, circulation de manuscrits et d’éditions principes, constitution de groupes d’érudits autour d’un projet éditorial – ou grâce aux relations privilégiées entre auteurs, éditeurs scientifiques et imprimeurs. La question est dès lors de savoir comment évolue, avec l’invention de l’imprimerie, la valeur reconnue d’un livre ou d’une édition, ce qui va faire d’un livre en particulier, de la production d’un humaniste, ou du catalogue d’un imprimeur, la référence que tous connaissent.

5Une première partie a été consacrée à la relecture des textes classiques ou patristiques, grecs et latins, à la lumière de cette notion de référence. Paola Degni s’intéresse à la circulation des œuvres de médecine grecque antique en Italie dans la première moitié du xvie siècle, tant sous forme manuscrite que sous forme imprimée. Elle soulève la question, loin d’être résolue aujourd’hui, des rapports entre manuscrits et imprimés dans l’élaboration d’éditions de référence, comme celles que procure Alde Manuce pour les textes médicaux grecs. L’étude de Stefano Martinelli Tempesta est consacrée à la formation de la « vulgate » de trois auteurs majeurs : Platon, Plutarque et Isocrate. Il tente d’établir, pour chacun d’entre eux, un stemma editionum et, reprenant la féconde comparaison entre manuscrits et imprimés, démontre que les filiations entre différentes éditions d’un même auteur sont complexes et que toutes ne dérivent pas, loin s’en faut, d’une princeps consacrée par la tradition. Raphaële Mouren se penche sur la place de l’éditeur scientifique des textes antiques dans le livre imprimé ; comment apparaît celui qui rend une édition « de référence » ? Pour commencer à répondre à cette question, elle s’arrête à ce qu’on appelle le paratexte ou le péritexte, et particulièrement à la page de titre. Isabelle Diu se penche, quant à elle, sur la réception de la patristique et l’élaboration d’éditions de référence des Pères latins au seuil de l’époque moderne. Pour tenter de déterminer comment et pourquoi certaines éditions se distinguent au sein d’une importante production consacrée à la patristique et en viennent à être considérées comme des éditions de référence, elle établit une comparaison entre les éditions bâloises de trois Pères latins – Ambroise, Jérôme et Augustin – dans le premier tiers du xvie siècle.

6La seconde partie porte sur la construction de la référence dans les textes contemporains des humanistes. Joëlle Ducos y examine d’abord l’usage de l’autorité au Moyen Âge dans la tradition des textes aristotéliciens. Elle montre que le discours médiéval, que ce soit dans sa pratique savante ou dans les usages qu’en font les vulgarisateurs, s’appuie le plus souvent sur les auctoritates qui garantissent la véracité d’une parole fondée sur l’ancienneté. La relation à l’autorité est pourtant ambiguë. La lecture des textes grecs dans différentes traductions latines apporte un regard critique, voire philologique, sur la corruption du sens. Ainsi l’autorité aristotélicienne subit-elle de profondes transformations, notamment à travers les traductions, du grec au latin ou du latin au français. Martine Furno se penche sur le dictionnaire Calepin au tournant des années 1550, particulièrement dans deux éditions vénitiennes, en s’interrogeant sur la compatibilité des corpus de référence latin et vernaculaire dans un même livre et la construction d’un système de références en langue italienne, utilisant, ou pas, le même système de corpus d’auteurs et textes de référence d’un côté, une nomenclature de référence de l’autre. Olivier Christin décrypte l’évolution de la littérature de controverses, partant de règles du jeu très strictes mais sans cesse aménagées, modifiées ; à partir de la complexe mise en texte d’ouvrages de controverse religieuse, il met en lumière l’irruption de l’exigence critique. Eliana Carrara enfin prend l’exemple de la lecture des livres 34 à 36 de l’Histoire naturelle de Pline à Florence au xvie siècle pour étudier le rapport des Italiens du temps (artistes, écrivains) à l’autorité antique.

7Nous avons tenté de questionner de manière transversale le concept de référence. Nous voulions croiser les approches, qu’elles soient celles de la philologie, de la linguistique, de l’histoire des textes ou encore de l’histoire du livre. Aux questions similaires portées sur plusieurs objets (le manuscrit, l’imprimé, l’auteur), plusieurs auteurs ont répondu en identifiant le passage du manuscrit à l’imprimé comme un moment clé, et rappelé à quel point ce passage n’a rien de linéaire.

8L’enquête a porté sur les textes classiques autant que patristiques ou religieux, allant d’Aristote et Platon, Galien ou Pline à Jérôme, Augustin ou aux auteurs humanistes. Elle a parcouru les routes du grec, du latin et du vernaculaire pour nous permettre de mieux cerner peut-être ce déplacement de l’accent entre réception de l’autorité et construction de la référence.

Notes

1 On trouvera quelques repères historiographiques récents dans l’article de R. Mouren, « Auteur, autorité, référence dans le livre humaniste, xve-xvie siècles », ici même p. 19-35.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search