Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Se donner à la France ?

 | 
Jacques Berlioz
, 
Olivier Poncet

Résumés

Texte intégral

Introduction, par Jacques BERLIOZ

1En 2010 a été commémoré le 150e anniversaire de la réunion de la Savoie et du pays niçois à France par le traité de Turin du 24 mars 1860. Ce rattachement n’est pas intervenu à la suite d’une occupation militaire mais d’une cession volontaire par le roi de Piémont-Sardaigne. Ce livre veut prendre du recul devant cet événement et présente l’analyse de différents rattachements « pacifiques » (ce qui ne veut pas dire sans tensions ni débats) de territoires à la France, du Moyen Âge jusqu’en 1860, en soulignant leurs différents contextes historiques et leurs diverses modalités. Réfléchir, dans l’optique d’un comparatisme raisonné, sur ces rattachements est aujourd’hui d’actualité. Ainsi, la Wallonie, en cas d’éclatement de la Belgique, sera-t-elle rattachée à la France ? Et selon quel processus ?

La « réunion » de Lyon à la France, quarante années pour un rattachement pacifique, par Bruno GALLAND

2La « réunion » de Lyon à la France, en avril 1312 – même si cette date reste contestée, relève sans conteste des rattachements « pacifiques » au royaume, même si ne doit pas être minimisée la violence des rapports sociaux qui traverse les élites lyonnaises du début du XIVe siècle. L’autorité royale française y était établie de fait depuis 1271-1273. Le dossier est repris ici, par l’examen précis du vocabulaire employé dans les actes et par l’analyse de leur réception par les contemporains. Quatre éléments ont contribué au glissement pacifique de Lyon dans le royaume de France : le poids du patriciat urbain, le jeu des équilibres diplomatiques, l’absence d’un véritable sentiment d’identité provinciale justifiant la défense de la souveraineté et le contexte général d’affirmation des droits du roi de France dans son royaume. Ce sentiment est naturellement lié à la multiplicité des actes, conséquence du caractère progressif de la présence royale en Lyonnais. Il consacre, somme toute, le succès de la politique engagée par Philippe III et poursuivie par Philippe le Bel.

1488-1532. Du duché de Bretagne à une province du royaume : union forcée ou servitude volontaire ? par Joël CORNETTE

3Complexe et tortueuse, l’histoire de la réunion de la Bretagne à la France est proposée sous la forme d’une dramaturgie en trois actes : acte 1 en 1488 (28 juillet, bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, marquée par la défaite du duc François II) ; acte 2 en 1491 (6 décembre, Anne de Bretagne épouse le roi de France Charles VIII) ; acte 3 en 1532 (contrat de Vannes : le duché de Bretagne devient une province française). Il est montré que le pouvoir central français a été contraint, en permanence, de « pactiser » avec les autorités et les classes dirigeantes. Les nobles bretons ont aussi trouvé des motifs de satisfaction dans la « francisation » sans violence du duché. Au-delà d’un processus d’intégration forcée de « l’État breton » à la « nation France », il reste que le « contrat de la reine Anne », comme n’ont cessé de l’appeler nombre de Bretons, « contrat » confirmé par François Ier et tous ses successeurs au début de leur règne, a conduit, de fait, à préserver des espaces de libertés et de franchises, concrétisés, notamment, par un moindre prélèvement fiscal. La Bretagne offre ainsi un modèle original d’intégration au royaume de France, qui se place dans un équilibre fragile, instable, sans cesse remis en cause, entre autorité et compromis, entre respect et mépris des privilèges, entre servitude volontaire et servitude imposée, souvent par la force.

Entre le roi et le pape : les réunions d’Avignon au royaume de France ( XVIIe-XVIIIe siècles), par Olivier ROUCHON

4Est proposée ici une analyse comparée des trois réunions temporaires des territoires pontificaux d’Avignon et du comtat Venaissin enclavés dans le royaume de France (1662-1664 ; 1688-1689 ; 1768-1774). L’accent est mis sur les formes de participation des Avignonnais à des événements qu’ils ne contrôlent pas, et sur les conséquences d’une rupture entre le roi de France et la cour de Rome pour les sujets de la monarchie pontificale gouvernés par le vice-légat d’Avignon. Si la prise de possession française est bien un événement subi, car la menace et la force tiennent leur place, la réunion au royaume est aussi vécue comme une procédure méthodique et rassurante. Les Avignonnais ont cru voir dans chaque réunion l’ouverture d’un espace de renégociation de leurs privilèges. Pour eux, se donner au roi signifie ne plus être en rien traités comme étrangers, sans renoncer toutefois à ce qui était le fondement de leur condition antérieure. Cette ambiguïté confirme que les Avignonnais pensaient de façon non contradictoire le lien d’obéissance envers le pape et le lien d’amour envers le roi.

Entre dédition et annexion : 1792-1793, La réunion de Nice à la France, à la lumière de l’historiographie, par Françoise HILDESHEIMER

5L’histoire de la perception d’un événement fait partie de l’histoire de l’événement lui-même. Ce qui est mis ici en lumière à propos de la réunion de Nice à la France, en 1792-1793. Cet épisode révolutionnaire est tout d’abord analysé et décrit, à partir de nouvelles sources parisiennes. On assiste à une tragi-comédie avec des émigrés bien falots et maladroits. Une fois dégagé de la fausse perspective donnée par la lecture des documents officiels français, véritable propagande qui décrit un pays où la population adhère aux idéaux républicains et minimise ou diabolise les oppositions, le bilan doit être revu à la baisse. Nice a fait tardivement la connaissance de la Révolution. L’histoire « niçoise » de Nice est régulièrement scandée par la commémoration de trois grands épisodes : la dédition à la Maison de Savoie de 1388, la réunion à la France de 1793, le rattachement de 1860. Dans la répartition quantitative et chronologique de l’historiographie, il faut souligner la place tenue par les commémorations, cérémonies officielles destinées à périodicité fixe à célébrer la fidélité française. Il faut attendre la fin du XXe siècle pour voir peu à peu apparaître des relectures sereines. L’historiographie récente présente à la fois un désenclavement de l’histoire niçoise et l’intégration du particularisme niçois à l’histoire universitaire.

Deux « réunions » pour un destin français : la Savoie de 1792 à 1860, par Christian SORREL

6Est tentée une analyse comparative des deux moments où s’est joué le destin français de la Savoie. En 1792 comme en 1860, le destin de la Savoie est lié en premier lieu à l’initiative de la France, même si les populations savoyardes ne sont pas étrangères aux événements de 1860 comme à ceux de 1792. Si les voies sont différentes, une égale fermentation se produit dans la société locale. En 1792 et en 1860 les populations sont également consultées. En 1860 est exprimé le consentement des Savoyards à leur nouvelle identité et, dans cette perspective, le dépôt du bulletin « oui » dans l’urne compte moins que les démarches collectives qui l’entourent (cortèges festifs, banquets, adresses des femmes à l’impératrice) dans une dynamique unanimiste assimilée à une fête de la nationalité : la France est une histoire, une langue, une terre d’accueil, des intérêts partagés, une patrie, alors que se construit, de l’autre côté des Alpes, une autre patrie, vécue comme étrangère. 1860 accomplit le destin français entrevu en 1792.

Des rattachements pacifiques (France, Moyen Âge-XIXe siècle) ? Droit, politique et géographie historique, par Olivier PONCET

7La géographie historique cherche à comprendre quels sont les fils innombrables qui tissent la réunion de populations et de paysages divers au sein d’une entité politique construite au cours du temps. Elle ne peut être une simple plongée rétrospective dans les frontières et les figures d’un territoire : elle doit aussi prendre en compte les fondements historiques et humains d’une mémoire partagée, commune aux pays qui se donnent et aux pays qui les reçoivent. Le souvenir de réunions territoriales à la France, d’abord cantonné et comme contrôlé par les groupes mêmes qui en avaient guidé et souhaité l’exécution ou en avaient été les plus farouches opposants, s’impose dans les écrits, dans le vocabulaire politique mais aussi dans l’espace et singulièrement dans les lieux emblématiques des villes-capitales provinciales. Le temps aidant, une fraction plus large des sociétés de ces territoires s’approprie l’événement et le relit dans une perspective qui n’est pas nécessairement la même. L’œuvre de l’historien est alors fondamentale pour comprendre tant les événements que leur réception dans la mémoire, et éviter les mystifications.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540