Version classiqueVersion mobile

Se donner à la France ?

 | 
Jacques Berlioz
, 
Olivier Poncet

Des rattachements pacifiques (France, Moyen Âge-XIXe siècle) ? Droit, politique et géographie historique

Olivier Poncet

Résumé

La géographie historique cherche à comprendre quels sont les fils innombrables qui tissent la réunion de populations et de paysages divers au sein d’une entité politique construite au cours du temps. Elle ne peut être une simple plongée rétrospective dans les frontières et les figures d’un territoire : elle doit aussi prendre en compte les fondements historiques et humains d’une mémoire partagée, commune aux pays qui se donnent et aux pays qui les reçoivent. Le souvenir de réunions territoriales à la France, d’abord cantonné et comme contrôlé par les groupes mêmes qui en avaient guidé et souhaité l’exécution ou en avaient été les plus farouches opposants, s’impose dans les écrits, dans le vocabulaire politique mais aussi dans l’espace et singulièrement dans les lieux emblématiques des villes-capitales provinciales. Le temps aidant, une fraction plus large des sociétés de ces territoires s’approprie l’événement et le relit dans une perspective qui n’est pas nécessairement la même. L’œuvre de l’historien est alors fondamentale pour comprendre tant les événements que leur réception dans la mémoire, et éviter les mystifications.

Texte intégral

  • 1 Il n’existe pas d’étude spéciale sur Longnon, un archiviste autodidacte – il n’était pas chartiste (...)
  • 2 On citera entre autres Atlas historique de la France depuis César jusqu’à nos jours, tome I, De 58 (...)
  • 3 Léon Mirot, Manuel de géographie historique de la France, Paris, 1929 (2e éd. 1947).
  • 4 Gustave Dupont-Ferrier, La formation de l’État français et l’unité française, des origines au mili (...)

1La géographie historique n’a pas bonne presse et souffre d’une divergence d’acceptions, selon que ces dernières sont exprimées par des géographes ou par des historiens. Au XIXe siècle se répandait ainsi l’idée d’un déterminisme historique né des contraintes et des atouts naturels qu’il s’agissait de mettre au jour, illustrée en Allemagne par Ferdinand von Richthofen (1833-1905) – l’inventeur de la Route de la soie – et en France par des géographes tels que Paul Vidal de La Blache (1845-1918) ou Lucien Gallois (1857-1941). Une autre interprétation ou orientation, que d’aucuns qualifient de traditionnelle, était au même moment incarnée par Auguste Longnon (1844-1911)1. Professeur au Collège de France, ce dernier marquait ce champ d’étude par une attention extrême portée à l’organisation territoriale des pouvoirs publics. La construction des espaces politiques, leurs subdivisions géographiques et institutionnelles, leurs dénominations, étaient à la fois le moyen et la fin de telles démonstrations2. Il trouva dans l’École des chartes, et en particulier dans son concours d’entrée, un réceptacle quasi naturel que traduisit le manuel de Léon Mirot3. Dans les années 1930-1940, un Gustave Dupont-Ferrier (1865-1956), professeur d’histoire des institutions dans ce même établissement, y décela bientôt un mode de raisonnement commode et logique (quoique en partie controuvé) pour établir d’utiles prosopographies d’officiers royaux locaux4.

  • 5 Une notice nécrologique de Longnon parut dans les Annales de géographie sous la plume de Lucien Ga (...)
  • 6 Lucien Febvre, Pour une histoire à part entière, Paris, 1962, p. 34, cité par Marie Saudan, « Géog (...)
  • 7 Voir par exemple une lettre de Marc Bloch à Lucien Febvre du 10 novembre 1926 (Marc Bloch, Lucien (...)
  • 8 Lucien Febvre, La terre et l’évolution humaine. Introduction géographique à l’histoire, 2e édition (...)

2Alors même que la géographie historique de Longnon parvenait à intéresser aussi des géographes5, les tenants d’une histoire renouvelée dénoncèrent les impasses d’une telle conception et plaidèrent, non pour un abandon total de cette acception mais pour un enrichissement de ses problématiques. Lucien Febvre en particulier avait dénoncé « l’influence mauvaise de la “géographie historique” pratiquée à grand renfort de chartes, de documents et de critiques de textes par des historiens incapables et insoucieux de toute observation géographique »6. En réalité les fondateurs des Annales, soucieux de doter les historiens français d’instruments de travail rénovés autant que d’axes de recherche décloisonnés, n’avaient pas abandonné l’idée classique d’atlas historiques répondant à leurs vœux7. Ils déclaraient simplement que la géographie historique n’était qu’« une simple espèce » de la géographie humaine8. Surtout, ils souhaitaient vigoureusement inverser le point de vue, ainsi que le déclarait avec vigueur Lucien Febvre dès 1922 :

  • 9 Ibid., p. 358.

Dans ces conditions, le problème des limites change singulièrement d’aspect et de valeur. Il ne s’agit plus de trouver à tout prix un réseau de lignes, un cadre qui enferme tant bien que mal un morceau de territoire : ce n’est pas le cadre qui est primordial, c’est ce qui est encadré si l’on peut dire, le centre expressif et vivant du tableau. Quant au reste – une marge.9

3Et il s’empressait d’ajouter ces mots, qui marquaient bien sa défiance à l’égard du déterminisme géographique et disaient qu’il n’était nullement question de jeter le bébé de Longnon avec l’eau du bain de la géographie historique traditionnelle :

  • 10 Ibid., p. 358-359.

Ajoutons-le d’un mot. La chronologie des limites, rien de plus important. Il ne faut jamais ratiociner sur des limites considérées comme constantes. Telles d’entre elles, à l’origine, ont pu être imposées aux hommes par des conditions géographiques. (…) Qui les étudie trouve finalement, au terme de son étude, une sorte de résidu géographique. Mais bien vite, d’ordinaire, ces frontières ont perdu leur assiette naturelle. Elles sont devenues des lignes conventionnelles séparant des hommes et des choses de plus en plus semblables. Cent territoires nouveaux s’y découpent, au gré des politiques successives, toujours remaniés, complétés, morcelés, sans qu’il soit possible de reconnaître, au-dessous de cette mobilité, la puissante fixité d’une cause naturelle. (…) Et le vrai, c’est, une fois de plus, qu’il faut, par delà les symboles matériels, dégager les désirs, les croyances, les facteurs humains et psychologiques qui en sont la substructure solide et efficace.10

  • 11 Voir par exemple Andrée Corvol, L’homme aux bois. Histoire des relations de l’homme et de la forêt (...)
  • 12 Xavier de Planhol, Géographie historique de la France, Paris, 1988 ; Jean-René Trochet, Philippe B (...)

4D’une certaine manière, l’élection en 1948 du géographe-historien Roger Dion à la chaire de géographie historique du Collège de France marqua à la fois la continuité institutionnelle – Longnon n’avait eu aucun successeur immédiat – et la rénovation intellectuelle de la discipline. Dès lors, les développements de l’histoire de l’environnement11, relayés par des géographes conscients des potentialités d’une telle démarche régressive12 répondirent et dépassèrent sans doute les attentes exprimées par Febvre, sans cependant combler ses espoirs à propos de l’étude du « centre expressif et vivant du tableau ». Cet effort d’introspection, pour rendre à chaque facteur de modification des limites – quelles qu’elles soient – sa véritable influence, ce sont peut-être les politologues qui s’en sont soucient le plus aujourd’hui, quoique peut-être involontairement. Depuis les études pionnières d’André Siegfried (1875-1959) et en particulier son Tableau de la France de l’Ouest sous la Troisième République (1913), la géographie électorale, intégrant des phénomènes aussi divers que les croyances religieuses, la propriété foncière, l’éducation, l’urbanisation ou la démographie, a pu dégager des logiques territoriales insoupçonnées, à tout le moins légèrement apparentes. Les choix politiques, quoi qu’on en dise, résultent de tous ces facteurs autant qu’ils influent sur eux. Tirant à sa manière les leçons de tous ces segments historiographiques, le dernier opus (inachevé) de Fernand Braudel sur L’identité de la France (3 vol., Paris, 1980-1990) soulignait l’impérieuse nécessité de comprendre quels étaient les fils innombrables qui tissaient la réunion de populations et de paysages divers au sein d’une entité politique construite au cours du temps.

  • 13 Paul Delsalle et André Ferrer (éd.), Les enclaves territoriales aux Temps modernes, XVIe -XVIIIe s (...)

5L’objectif du présent volume n’est pas, on l’aura compris, de se pencher à plus d’un siècle de distance après Longnon ou Dupont-Ferrier sur le « mystèremiracle » de l’unité française. Après d’autres recueils qui ont pu privilégier des espaces « résistants »13, il s’agissait de s’interroger, dans le cadre d’un espace politique déterminé – la France – sur un moment-clé de la destinée de diverses populations : la perte de souveraineté ou le détachement d’une souveraineté en faveur d’une autre. Les réponses données par les participants, si elles se sont appuyées sur des exemples divers par les temporalités, les dynamiques et les populations concernées, n’en partagent pas moins des traits communs.

6Nommer le transfert de souveraineté constitue sans aucun doute un des écueils les plus délicats qui s’offraient aussi bien aux contemporains qu’aux historiens. Dans le cas de Lyon, étudié par Bruno Galland, le silence des sources à ce propos est éloquent et traduit la longueur et la progressivité de ce transfert auquel chacun serait bien en peine de marquer une date précise. Dans les autres cas, les termes se bousculent pour formuler des lectures multiples des événements. Si la personnification atteint son paroxysme avec le terme de « réunion », l’interprétation territoriale est plus sensible dans le « rattachement ». Une autre grille de lecture peut distinguer le mouvement volontaire suggéré par la « dédition » de l’évolution subie à travers l’« occupation », la « prise de possession » ou l’« annexion », en passant par l’énonciation d’une sorte de retour téléologique à une situation naturelle avec la « réunion ».

7Pareille passe d’armes philologique était attendue dans le cadre d’un programme de travail qui suggérait le pacifisme de telles histoires. Joël Cornette le montre bien à propos de la Bretagne : la pression militaire n’est pas un vain mot quand il s’agit de préparer une réunion plus « pacifique », qui s’appuie sur une progression contractuelle que la monarchie française veut d’abord formaliste. L’intégration lyonnaise, où le roi de France n’a nul besoin de dégainer son épée, ne fait pas couler le sang à condition, comme le rappelle Br. Galland, de ne pas minimiser la violence des rapports sociaux qui traverse les élites lyonnaises du début du XIVe siècle. La fin de la période considérée est plus nuancée : Avignon sous pression des armes françaises, Nice conquise par quelques manœuvres militaires d’opérette qui tiennent plus du pillage que de la manœuvre stratégique et la Savoie « cueillie » à la faveur du déchaînement de la terreur militaire sur les champs de bataille voisins de Magenta et de Solferino. Peut-on poser un axiome qui prétendrait que plus un territoire est indépendant politiquement, moins son union peut s’effectuer sans recours à la force ?

8La dramaturgie de chacun des récits ménage des temporalités et des rythmes divers qui leur confèrent leur originalité et brisent net tout comparatisme naïf. Si le coup de théâtre convient assez bien à l’œuvre de Philippe le Bel à Lyon, la mise en scène en trois actes en Bretagne constitue une sorte de modèle du genre. Le scénario adopté à l’encontre d’Avignon relève davantage d’une mise en récit dramatisée, comportant une innovation procédurale inédite avec le désaisissement du vice-légat, sorte de seppuku institutionnel accompli avec l’aval de Rome en préalable à une réunion en bonne et due forme. Dans le cas de Nice, Françoise Hildesheimer le montre bien, c’est à une tragi-comédie que l’on assiste en 1793 avec des émigrés bien falots et maladroits, tandis que le référendum savoyard de 1860 constituait une apothéose de la marche vers l’« annexion ».

  • 14 Paolo Prodi, Il sacramento del potere : il giuramento politico nella storia costituzionale dell’Oc (...)

9Les faits et le droit. La question de la légitimité et de la légalité des actes ainsi produits, qu’ils soient enveloppés des procédures et des documents les moins sujets à discussion, se posait à chaque occasion et sur un double niveau d’intervention. Il convenait tout d’abord d’asseoir par des arguments le projet ou la décision, arguments qui pouvaient être contrebalancés sur le moment ou bien à retardement comme dans le cas de l’œuvre de Bertrand d’Argentré sur la Bretagne, décalage qui valut du reste à son auteur une censure royale en bonne et due forme. À l’inverse, le cas avignonnais donna du fil à retordre aux juristes royaux qui affrontaient des canonistes rompus aux arguties du droit. Mais en définitive, pour apporter la paix ou pour la conserver et donner au passage de souveraineté sinon la réalité du moins l’apparence d’un paisible changement, il convenait que la trace écrite qui en garderait la mémoire fût aussi peu ambiguë que possible. Peu importait dès lors la forme qu’elle prenait : arrêt de réunion, traité diplomatique, contrat de mariage ou encore serments, lesquels forment un des soubassements les plus sûrs de la contractualisation politique et sociale de l’Occident moderne et médiéval comme nous l’a appris Paolo Prodi14.

  • 15 Daniel Roche, « L’opinion publique a-t-elle une histoire ? », dans L’opinion publique en Europe (1 (...)

10Par là même, la question du consentement des populations et, au-delà, des contours de l’opinion publique demeure posée. Les historiens ont désormais appris à user à l’attention d’un passé un peu lointain de notions conçues et élaborées pour des temps plus proches et l’opinion publique appartient sans conteste à cette catégorie15. Patriciat lyonnais, états de Bretagne, notables avignonnais (gens de la municipalité et commerçants), émigrés niçois et jusqu’aux élites laïques et cléricales savoyardes de 1860, il convient de retenir que cette opinion fut toujours le fait d’une pars de la population, à coup sûr parva, à défaut d’être toujours sanior.

11Est-ce pour cette raison que le souvenir de ces réunions obéit à une dilatation et à une diversité si grandes ? D’abord cantonné et comme contrôlé par les groupes mêmes qui en avaient guidé et souhaité l’exécution ou en avaient été les plus farouches opposants, ce souvenir s’impose dans les écrits, dans le vocabulaire politique mais aussi dans l’espace et singulièrement dans les lieux emblématiques des villes-capitales provinciales concernées au travers d’une statuaire qui cristallise parfois de violentes passions politiques (monument de Rennes). Puis, le temps aidant, une fraction plus large des sociétés de ces territoires s’approprie l’événement et le relit dans une perspective qui n’est pas nécessairement la même, en particulier lorsque la mémoire nourrit des visées politiques contraires, comme le montre bien Christian Sorrel à propos du souvenir des réunions de la Savoie de 1792 et de 1860, respectivement revendiquées par les républicains et les conservateurs sous la Troisième République. L’œuvre de l’historien n’en devient ici que plus éminente. Il apporte au débat, parfois enflammé, des éléments non pas pour trancher, mais pour comprendre et se garder de mystifications si promptement agitées. La géographie historique ne peut être une simple plongée rétrospective dans les contours et les figures d’un territoire : elle se doit aussi de prendre en compte les fondements historiques et humains d’une mémoire partagée, commune à ceux qui cèdent et à ceux qui prennent, à ceux qui se donnent et à ceux qui reçoivent.

Notes

1 Il n’existe pas d’étude spéciale sur Longnon, un archiviste autodidacte – il n’était pas chartiste –, qui fut en réalité davantage un philologue qu’un historien ou un géographe.

2 On citera entre autres Atlas historique de la France depuis César jusqu’à nos jours, tome I, De 58 avant J.-C. à 1380 après J.-C., Paris, 1884-1907, et surtout La formation de l’unité française, leçons professées au Collège de France en 1889-1890, publiées par Henri-François Delaborde, Paris, 1922.

3 Léon Mirot, Manuel de géographie historique de la France, Paris, 1929 (2e éd. 1947).

4 Gustave Dupont-Ferrier, La formation de l’État français et l’unité française, des origines au milieu du XVIe siècle, Paris, 1929 ; id., Gallia regia ou état des officiers royaux, des bailliages et des sénéchaussées de 1328 à 1515, 6 vol., Paris, 1942-1966.

5 Une notice nécrologique de Longnon parut dans les Annales de géographie sous la plume de Lucien Gallois lui-même (Annales de géographie, vol. 20, n° 114, 1911, p. 458).

6 Lucien Febvre, Pour une histoire à part entière, Paris, 1962, p. 34, cité par Marie Saudan, « Géographie historique. Histoire d’une discipline controversée ou repères historiographiques », dans Hypothèses, 1, 2001, p. 13-25, à la p. 21.

7 Voir par exemple une lettre de Marc Bloch à Lucien Febvre du 10 novembre 1926 (Marc Bloch, Lucien Febvre, Correspondance, tome I, La naissance des « Annales », 1928-1933, éd. Bertrand Müller, p. 469-471).

8 Lucien Febvre, La terre et l’évolution humaine. Introduction géographique à l’histoire, 2e édition, Paris, 1949 (Évolution de l’humanité, 4) (1re édition 1922), p. 419.

9 Ibid., p. 358.

10 Ibid., p. 358-359.

11 Voir par exemple Andrée Corvol, L’homme aux bois. Histoire des relations de l’homme et de la forêt, XVIIe -XXe siècle, Paris, 1987 ; ead. (dir.), Nature, environnement et paysage. : l’héritage du XVIIIe siècle. Guide de recherches archivistiques et bibliographiques, Paris, 1995 ; ead. (dir.), Les sources de l’histoire de l’environnement. Le XIXe siècle, Paris, 1999 ; ead. (dir.), Les sources de l’histoire de l’environnement, tome III, Le XXe siècle, Paris, 2003 ; Fabien Locher, Grégory Quenet, « L’histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d’un nouveau chantier historique », introduction au numéro spécial « Histoire environnementale », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56 (4), 2009, p. 7-38.

12 Xavier de Planhol, Géographie historique de la France, Paris, 1988 ; Jean-René Trochet, Philippe Boulanger (éd.), Où en est la géographie historique ?, [Actes du colloque international tenu en Sorbonne du 12 au 14 septembre 2002], Paris, 2005 (Géographie et cultures. Histoire et épistémologie de la géographie). Dans son avant-propos à L. Febvre, La terre et l’évolution humaine… (p. 18), Henri Berr parlait à propos de la « vraie » géographie historique d’une « géographie humaine régressive ».

13 Paul Delsalle et André Ferrer (éd.), Les enclaves territoriales aux Temps modernes, XVIe -XVIIIe siècle, Besançon, 2000 (Historiques, 18 ; Annales littéraires de l’université de Franche-Comté, 706).

14 Paolo Prodi, Il sacramento del potere : il giuramento politico nella storia costituzionale dell’Occidente, Bologne, 1994 (Collezione di studi e testi. Storiografia).

15 Daniel Roche, « L’opinion publique a-t-elle une histoire ? », dans L’opinion publique en Europe (1600-1800), Paris, 2011 (Association des historiens modernistes des universités françaises, 34), p. 9-36.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search