Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Se donner à la France ?

 | 
Jacques Berlioz
, 
Olivier Poncet

Deux « réunions » pour un destin français : la Savoie de 1792 à 1860

Christian Sorrel

Résumé

Est tentée une analyse comparative des deux moments où s’est joué le destin français de la Savoie. En 1792 comme en 1860, le destin de la Savoie est lié en premier lieu à l’initiative de la France, même si les populations savoyardes ne sont pas étrangères aux événements de 1860 comme à ceux de 1792. Si les voies sont différentes, une égale fermentation se produit dans la société locale. En 1792 et en 1860 les populations sont également consultées. En 1860 est exprimé le consentement des Savoyards à leur nouvelle identité et, dans cette perspective, le dépôt du bulletin « oui » dans l’urne compte moins que les démarches collectives qui l’entourent (cortèges festifs, banquets, adresses des femmes à l’impératrice) dans une dynamique unanimiste assimilée à une fête de la nationalité : la France est une histoire, une langue, une terre d’accueil, des intérêts partagés, une patrie, alors que se construit, de l’autre côté des Alpes, une autre patrie, vécue comme étrangère. 1860 accomplit le destin français entrevu en 1792.

The article provides a comparative analysis of the two moments when the French destiny of Savoy was at stake. In both 1792 and 1860, the destiny of Savoy depended on the initiative of France, even though the populations of Savoy were also involved in both events. A similar process took place in the local population, but in different ways. In 1792 and 1860 the populations are also consulted. In 1860, the population of Savoy expressed its consent to its new identity. In this perspective, the actual vote counts less than the collective events which took place at the time (processions, feasts, address of women to the empress), in a unanimous dynamism that could be regarded as a celebration of nationality: France is a history, a language, shared interests, a homeland, while another homeland, seen as foreign, was being created on the other side of the Alps. 1860 completed the French destiny foreseen in 1792.

Texte intégral

  • 1 Le mot « réunion » est rarement utilisé en 1860, mais le premier ministre piémontais Cavour obtien (...)
  • 2 L’annexion de 1792 est la conséquence directe de l’entrée des troupes françaises en Savoie, malgré (...)
  • 3 La bibliographie est immense et je me permets de renvoyer le lecteur à quatre ouvrages qui font le (...)

1Aucune statue ne rappelle sur les places publiques de la Savoie l’annexion de 1860, alors que plusieurs monuments, érigés à la fin du XIXe siècle, évoquent celle de 1792 (ill. 1 et 2). Cette disparité suggère la complexité du rapport mémoriel entre les deux événements qui ont scellé le destin français de l’ancien duché, intégré au royaume de Piémont-Sardaigne jusqu’à la Révolution puis entre 1814 et 1860. Localement, la « réunion » de 1860, selon le terme inscrit dans le traité signé à Turin le 24 mars, n’a-t-elle pas été voulue surtout par les descendants de ceux qui s’étaient opposés à la « réunion » de 1792, pour reprendre le vocable utilisé par Henri Grégoire dans son rapport à la Convention1 ? Et les constructeurs de la Savoie moderne, une fois tournée la page du Second Empire, n’ont-ils pas été en majorité les républicains, héritiers des vaincus de 1860 et chantres de la Révolution, référence fondatrice pour la Troisième République ? Les processus qui ont conduit à ces réunions, dont le caractère pacifique doit être nuancé2, sont aujourd’hui bien connus, et le bicentenaire de la Révolution en 1989 comme le cent cinquantième anniversaire de l’Annexion en 2010 ont permis d’approfondir les analyses3. Mais les historiens de la Savoie ont continué, le plus souvent, à juxtaposer des récits chronologiques sans tenter une analyse comparative des deux moments où s’est joué son destin français. La tâche, à vrai dire, n’est pas aisée et le risque existe de pointer des différences évidentes liées à la marche de l’histoire ou de céder à un concordisme simpliste en oubliant que l’événement de 1792 est inclus dans celui de 1860 par le jeu de la mémoire. Elle mérite cependant d’être tentée en considérant d’abord le rapport entre les initiatives françaises, les enjeux locaux et le contexte européen, puis en analysant l’argumentation des acteurs pour s’intéresser enfin à la place accordée à l’expression du vœu des populations. Il sera ainsi possible de mieux saisir les dynamiques à l’œuvre dans le choix pérenne de la Savoie en faveur de la France.

Ill. 1 : Chambéry – Monument du Centenaire de l’Annexion de la Savoie à la France. Carte postale, 9 x 14 cm, s. d. Coll. part.
Statue du sculpteur Alexandre Falguière (mort en 1900), érigée à Chambéry en 1892. Les Chambériens appelèrent cette statue, de façon facétieuse, la Sasson. Ce terme désigne en franco-provençal une femme quelque peu forte. La statue est censée représenter une robuste Savoyarde, serrant dans ses bras un drapeau. Après bien des vicissitudes (elle fut confisquée et déboulonnée par les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale), la statue retrouva en 1982 son emplacement d’origine.

Ill. 2 : Chambéry – Monument de l’Annexion. Le jour de l’inauguration (22 septembre 1892). Carte postale, 8,8 x 14 cm, s. d. Coll. part.
Le monument dit de « La Sasson » a été inauguré en 1892 par le président de la République Sadi Carnot lors des cérémonies commémoratives du centenaire du premier rattachement de la Savoie à la France en 1792.

I. — INITIATIVES FRANÇAISES, ENJEUX LOCAUX ET CONTEXTE EUROPÉEN

2En 1792 comme en 1860, le destin de la Savoie est lié en premier lieu à l’initiative de la France dans une Europe bouleversée par les principes révolutionnaires, à l’intérieur des États comme dans leurs relations extérieures, puis recomposée au nom des principes conservateurs par les vainqueurs de Napoléon Ier, fils de la Révolution et de ses velléités expansionnistes.

  • 4 Alan Forrest, « La Révolution et l’Europe », dans François Furet, Mona Ozouf (dir.), Dictionnaire (...)
  • 5 Proclamation du général de Montesquiou, 21 septembre 1792, publiée par C. Townley, C. Sorrel, La S (...)

3En choisissant de faire avancer ses troupes en Savoie, dans la nuit du 21 au 22 septembre 1792, la France, en guerre contre le « roi de Bohême et de Hongrie » depuis le 20 avril, assume l’élargissement inévitable du conflit qui l’oppose à l’Europe des rois, mobilisée contre la contagion révolutionnaire, malgré les réserves d’une partie du personnel républicain pour le recours aux armes4. Quelques semaines après la chute du trône de Louis XVI et au premier jour de la République, elle se présente en libératrice des peuples, obligée de se défendre face aux rois, même si l’opération est en partie circonstancielle et ne répond pas à un objectif territorial net : « Un peuple libre vient vous offrir des sentiments d’union et d’amitié. Partout où il voit des hommes, ce sont ses semblables ; il les traite comme des frères. Séparez-vous de vos tyrans ; ce sont eux seuls que nous venons combattre », écrit le général en chef de Montesquiou dans une proclamation adressée à la population5. Les conditions d’entrée en Savoie de son armée, qui obtient une victoire psychologique bien plus qu’un succès militaire (départ des autorités et repli des troupes piémontaises, fuite éperdue des émigrés français et d’une fraction du clergé et de l’aristocratie savoyards, accueil favorable de la majorité des habitants), semblent d’ailleurs lui donner raison, même si la déception est rapide, à l’heure de la patrie en danger et de la radicalisation des forces révolutionnaires.

  • 6 Éric Anceau, Napoléon III, un Saint-Simon à cheval, Paris, 2008 ; Georges-Henri Soutou, « Le conte (...)
  • 7 Il carteggio Cavour-Nigra dal 1858 al 1861, t. 3 La cessione di Nizza e Savoia e le annessioni del (...)

4Un demi-siècle plus tard, l’initiative française n’est pas moins déterminante dans une Europe pacifiée, où la France a retrouvé une position arbitrale grâce au succès du Congrès de Paris, convoqué après la guerre de Crimée, mais où elle demeure entravée par les clauses du Congrès de Vienne, responsable de la perte de la Savoie. Napoléon III, fidèle à la mémoire de son oncle, entend bien remettre en cause l’ordre de 1815 et redessiner l’Europe en opposant le principe des nationalités, qui a émergé avec la Révolution, au principe de légitimité6. S’il souhaite faire droit au vœu des nations, il redoute l’initiative populaire et n’exclut pas d’obtenir l’entente des souverains en ménageant les intérêts étatiques, en premier ceux de la France qui peut étendre son influence en aidant les peuples. Et s’il privilégie la négociation dans le cadre d’un Concert européen transformé, il n’exclut pas l’usage des armes. C’est dans ce contexte que la question de la Savoie, latente depuis 1815, est relancée, alors que l’empereur accorde son appui militaire et diplomatique au Piémont-Sardaigne, engagé dans le Risorgimento avec le Printemps des peuples. L’annexion, évoquée comme un troc de territoires classique lors des entretiens de Plombières en juillet 1858 et confirmée par le traité de Paris en janvier 1859, est différée, sinon abandonnée, à la suite du retrait brusque de la France des champs de bataille de l’Italie du Nord en juillet 1859. Mais Napoléon III réclame à nouveau le duché à partir de fin janvier 1860, en liant son sort à celui des principautés de l’Italie centrale qui exigent leur réunion au royaume de Piémont-Sardaigne, déjà agrandi du Milanais, et en mettant en avant la pression de l’opinion publique française, troublée par la guerre de 1859, avide de satisfactions tangibles en contrepartie de l’aide apportée à l’Italie et désireuse de sécurité sur les frontières. Le premier ministre sarde Cavour manœuvre avec succès en imposant l’annexion de la Toscane à un empereur hostile, mais il doit finalement céder la Savoie et Nice, et la France réalise ainsi un objectif obstinément poursuivi, même s’il n’est rendu public que le 1er mars 1860 par un discours de Napoléon III devant le Corps législatif7.

  • 8 J. Nicolas, La Révolution…, p. 149-155 ; C. Sorrel, Le Tocsin de la Savoye 1791 ou Thonon à l’heur (...)
  • 9 Voir le décret de la Convention dans C. Townley, C. Sorrel, La Savoie…, p. 120-121.

5Les populations savoyardes ne sont pourtant pas étrangères aux événements de 1860 comme à ceux de 1792. Si les voies sont différentes, une égale fermentation se produit dans la société locale. L’agitation monte en puissance, de 1789 à 1792, dans un climat prérévolutionnaire entretenu par la porosité de la frontière qui facilite le flux des hommes (travailleurs savoyards chassés de France par la crise économique, émigrés contre-révolutionnaires, militants révolutionnaires) et des idées (guerre des libelles). Les incidents se multiplient, des émeutes éclatent, suscitant espérances et inquiétudes dans la paysannerie et la bourgeoisie, séduites par le changement. Les Savoyards de Paris, autour de propagandistes comme Bernard Voiron et François-Amédée Doppet, sont très actifs pour mobiliser leurs « frères » et convaincre, avec d’autres étrangers, les autorités françaises de propager la Révolution dans leur pays d’origine (Club helvétique, Club des patriotes étrangers transformé ensuite en Club des Allobroges8). En août 1792, ils obtiennent l’autorisation de créer la Légion des Allobroges, ouverte aux Savoyards, Suisses et Piémontais, soit plus de deux mille hommes qui entrent en Savoie aux côtés du général de Montesquiou. À l’automne, ils jouent encore un rôle important dans la campagne d’opinion sur le destin du duché, confié à l’Assemblée des Allobroges, et font pression sur la Convention, divisée, pour la décider à proclamer la Savoie « partie intégrante de la République française », même si elle ne constitue un quatre-vingt-quatrième département que « provisoirement » à la suite de la demande de députés (Buzot, Danton) en faveur d’une ratification par le peuple français9.

  • 10 C. Sorrel, « Révolution de 1821 » et « Crise de 1834 », dans C. Sorrel, P. Guichonnet (dir.), La S (...)
  • 11 Robert Avezou, « La Savoie depuis les réformes de Charles-Albert jusqu’à l’annexion à la France », (...)

6L’effervescence révolutionnaire de 1792 trouve un écho dans les événements de 1848 qui rouvrent le débat sur l’avenir de la Savoie en intégrant la mémoire de la Grande Nation – mémoire familiale, mémoire militante – dans le prolongement des soubresauts qui ont jalonné l’histoire de la Restauration, notamment en 1821 puis entre 1831 et 183410. Tout semble recommencer : incidents et émeutes, brochures et libelles, va-et-vient de part et d’autre de la frontière, retour des travailleurs savoyards, cette fois-ci en colonne armée depuis Lyon pour proclamer la République à Chambéry (Voraces), action des Savoyards de Paris auprès du gouvernement provisoire11. Le glissement de la France vers un régime d’ordre et l’échec du Printemps des peuples interrompent toutefois rapidement le processus révolutionnaire. Mais la politisation, inaugurée par l’octroi du Statuto (constitution) en mars 1848 et l’adhésion de la dynastie de Savoie au projet italien, se poursuit au cours de la décennie 1850, malgré le caractère censitaire du régime. France ou Italie ? La question est à l’arrière-plan de tous les affrontements partisans dans un duché qui a le sentiment d’être menacé dans ses intérêts fondamentaux par la politique de Cavour, soucieux de préparer le Piémont-Sardaigne à un destin italien. Mais alors que les démocrates profrançais de 1848 se détournent de la République conservatrice et plus encore du Second Empire sans adhérer pleinement au projet cavourien et que les libéraux conquis par le régime constitutionnel placent la liberté au-dessus de la nationalité avec Carl Schurz (Ubi libertas, ibi patria), seuls les conservateurs, relayés par le clergé catholique, se révèlent aptes à prendre en charge le malaise de l’opinion. La foi donnée à la Maison de Savoie entrave toutefois leur mouvement vers la France de Napoléon III, à front renversé par rapport à 1792 et 1848, et ne leur permet guère de prendre des initiatives, du moins jusqu’à la campagne d’Italie en 1859.

  • 12 Adresse au roi Victor-Emmanuel II, 25 juillet 1859, signée par trente notables de Chambéry.
  • 13 Le rôle des Savoyards de Paris en 1860 est mal connu. Si la majorité des migrants est sans doute f (...)
  • 14 Les notables reçus aux Tuileries le 21 mars ne sont d’ailleurs pas informés qu’un premier traité d (...)

7La guerre conduit en effet une fraction des notables savoyards à poser ouvertement, dès juillet 1859, la question de la place du duché dans l’État italien en voie de réalisation : « La Savoie n’est pas italienne, ne peut l’être »12. De brochures en articles de journaux, le débat ne cesse plus, alimenté par les rumeurs et les déclarations intéressées des hommes politiques, sur fond de secret diplomatique. Il s’intensifie fin janvier 1860, au moment où plusieurs signaux suggèrent une échéance proche, et le parti français achève de s’organiser sous la conduite de nobles d’extraction récente (Amédée Greyfié de Bellecombe) et de bourgeois conservateurs (Charles Bertier), souvent unis par l’intransigeance catholique. Ils combattent avec vigueur les libéraux, qui soupçonnent la politique de troc de Cavour et cherchent une alternative (indépendance, rattachement partiel à la Suisse) pour échapper moins à la France qu’à l’ordre impérial, à défaut de pouvoir rester dans l’État sarde. Alors que les Savoyards de Paris sont moins actifs qu’en 179213, les notables locaux jouent ainsi un rôle significatif, de la mi-février à la mi-mars, pour prévenir la partition de la Savoie au profit de la Confédération helvétique, envisagée un temps par Napoléon III, et obtenir l’annexion à la France qu’une délégation demande officiellement le 21 mars lors d’une réception au Palais des Tuileries. Il ne faut cependant pas exagérer l’influence de leur action, vite instrumentalisée par l’empereur pour justifier ses revendications territoriales devant l’Europe et se libérer de ses promesses antérieures, notamment à l’égard de la Suisse14.

  • 15 Alain-Jacques Czouz-Tornare, « L’invasion tardive des Cantons suisses en 1798 », dans Économie, so (...)
  • 16 Elle peut demander le départ des soldats sardes et leur substituer ses propres troupes, mais les d (...)
  • 17 Luc Monnier, L’annexion de la Savoie et la politique suisse 1860, Genève, 1932 (rééd., 2010) ; Rit (...)

8La question de la Savoie a en effet de fortes implications internationales qui tiennent en premier lieu au voisinage de Genève. Le problème est ancien et n’est pas totalement absent de l’année 1792, qui voit les patriotes savoyards et helvétiques agir ensemble contre la monarchie piémontaise et l’oligarchie genevoise, tandis que des manœuvres confuses autour de la Suisse se déroulent à Paris, dans le sillage d’Étienne Clavière, banquier genevois et ministre des Finances français. Il faut attendre en fait 1798 pour que l’impérialisme du Directoire intègre de force Genève à la Grande Nation en la reliant à la Savoie du Nord dans le cadre du département du Léman, séparé du Mont-Blanc et de son chef-lieu, Chambéry15. Après la défaite de Napoléon Ier, Genève retrouve son indépendance, mais rejoint au titre de canton la Confédération helvétique, dont la neutralité est étendue par le Congrès de Vienne à la Savoie du Nord pour garantir sa sécurité en cas de conflit entre ses voisins16. Ce dispositif légal, doublé d’une solidarité économique entre la cité lémanique et son arrière-pays savoyard, foyer de main-d’œuvre et marché agricole, explique la vivacité de la réaction suisse à l’hypothèse du remplacement des Sardes par les Français. L’opinion n’est pourtant pas unanime et, si les radicaux genevois encouragent en février et mars 1860 le pétitionnement du Chablais, du Faucigny et du Genevois en faveur d’un rattachement à la Suisse et semblent prêts à en découdre avec la France, il n’en est pas de même des modérés, genevois ou bernois, attachés à la paix et méfiants devant le renforcement du camp catholique que la partition de la Savoie impliquerait inévitablement17.

9L’importance de la question suisse tient aussi au fait qu’elle constitue la base juridique de la protestation des Puissances, unanimes à dénoncer les ambitions de Napoléon III, qui réveillent des souvenirs pesants, et à défendre l’équilibre continental dans le cadre du Concert européen, seul habilité à opérer d’éventuelles modifications territoriales depuis les traités de Vienne. Mais alors qu’en 1792, l’Europe était décidée à choisir la guerre, non pour sauver la Savoie, mais pour endiguer le flot révolutionnaire, les États de 1860, avec au premier rang le plus virulent d’entre eux, la Grande-Bretagne, écartent vite toute solution militaire et admettent de facto l’annexion de la Savoie et de Nice en acceptant les arguments développés par la diplomatie française.

II. — POUR OU CONTRE LA SAVOIE FRANÇAISE

  • 18 Le principal journal conservateur chambérien, Le Courrier des Alpes, est suspendu d’août à décembr (...)

10Les deux réunions suscitent en effet un grand nombre de discours destinés à convaincre les populations ou à désarmer les adversaires. Si les défenseurs du Piémont, accablés par les événements, n’interviennent guère en 1792 et laissent le terrain aux partisans de la France, il n’en est pas de même en 1860, d’autant qu’ils bénéficient, initialement, de l’appui du pouvoir turinois, soucieux de couper court à une propagande séparatiste susceptible de le gêner dans sa quête d’appuis européens18. Celle-ci se développe néanmoins en Savoie comme en France, où le régime impérial sait jouer sur l’opinion publique par un discours officieux qui ne coïncide pas toujours avec le discours officiel, destiné surtout à rassurer les Puissances.

  • 19 Bernard Voiron, Adresse aux Savoisiens sur cette question : La Savoie, libre de choisir son gouver (...)
  • 20 C. Sorrel, « Stratégie pastorale, conjoncture politique et configurations sociales : une tumultueu (...)

11Pourquoi choisir la France ? La réponse donnée se fonde d’abord sur un rejet, celui du Piémont. Les patriotes de 1792 dénoncent, avec Bernard Voiron, « les exactions », « les emprisonnements arbitraires », « l’agriculture et le commerce anéantis », « l’industrie naturelle étouffée sous un gouvernement sombre et jaloux »19, autant de thèmes qui avaient alimenté l’agitation prérévolutionnaire. Les conservateurs de 1860 stigmatisent le retard économique du duché, la surcharge fiscale, la « persécution » religieuse consécutive à la politique de laïcisation de Cavour (projet de mariage civil, loi contre les congrégations), l’absence des Savoyards dans les sphères dirigeantes. Les uns et les autres se retrouvent, par-delà leurs divergences, pour déplorer la marginalité de la Savoie, qui est devenue une véritable « Sibérie » dans l’État piémontais dont elle fut autrefois le berceau et que les élites locales avaient tenté, sous la Restauration, de présenter comme un territoire exemplaire dans sa fidélité dynastique pour justifier la revendication d’une forme d’autonomie20.

  • 21 Albert Blanc, La Savoie et la monarchie constitutionnelle, Chambéry, 1859.
  • 22 B. Voiron, Adresse…, p. 109-110.

12Les défenseurs de la Savoie piémontaise de 1859 répondent point par point aux critiques pour démontrer qu’elle n’aurait rien à gagner à un changement de souveraineté (fiscalité, investissements, conscription). Mais ils mettent surtout en avant l’argument politique en insistant, comme Albert Blanc, sur les mérites du régime constitutionnel, défenseur de la liberté, alors que les partisans de la France seraient en fait ceux du « régime absolu », dont la véritable influence se limite aux « recoins des montagnes, là où il n’y a plus que des cabanes et des presbytères »21. Ils se réapproprient, en l’inversant dans son objet, l’argumentation du camp français en 1792, chantre de la liberté contre le despotisme de l’ancien régime : « Le seul parti qui puisse vous assurer maintenant une liberté durable est d’être réunis à la France […]. Vous n’êtes pas nés pour être les esclaves d’une Maison que vous aviez agrandie et qui vous a dédaignés ; votre véritable gloire est dans l’indépendance, la liberté n’est plus à vos yeux une chimère, la souveraineté du peuple un problème »22. La réponse des conservateurs se situe moins sur le terrain des principes constitutionnels que sur celui de la nationalité. Bien sûr, les attaques contre la politique cavourienne dessinent en creux les mérites du Second Empire, régime d’ordre, défenseur du pape à Rome et garant de la place du catholicisme dans la vie nationale, même si la brochure officieuse de La Guéronnière, favorable à la réduction des États pontificaux, suscite quelques interrogations à partir de décembre 1859. Mais ils mettent surtout en avant les éléments structurels qui éloignent la Savoie du Piémont et la rapprochent de la France, renouant ainsi avec les arguments de 1792.

  • 23 Charles Bertier, La Savoie doit-elle être française ?, Paris, 1859.
  • 24 Rapport sur la réunion de la Savoie à la France fait au nom des Comités diplomatique et de constit (...)
  • 25 Proclamation du roi Victor-Emmanuel II, reproduite dans Documents et notices publiés par le Consei (...)

13La langue et, plus généralement ce dont elle est le vecteur – mœurs, culture, civilisation –, figure au premier rang. Elle est le « principal élément de nationalité », note Charles Bertier, qui souligne aussi « une certaine conformité de goûts, d’inclinations, de tendances, d’habitudes » : « Le Savoisien réunit dans sa personne tous les caractères du Français. Il en est un qui est même plus développé encore que les autres, c’est l’intelligence logique et pratique de toutes choses. Il y a chez les Savoisiens plus de raison que chez les Français, plus de raison que d’entrain et d’imagination. Eh bien ! Il arrive que c’est précisément la qualité dont l’Italien manque complètement, et le Piémontais aussi »23. C’était déjà la thèse d’Henri Grégoire dans son rapport à la Convention en novembre 1792 : « Tels sont les Savoisiens : conformité de mœurs et d’idiome, rapports habituels, haine […] envers les Piémontais, amour des Français qui les payent d’un juste retour, tout les rappelle dans le sein d’un peuple qui est leur ancienne famille »24. Et à l’heure où Victor-Emmanuel II prend congé de ses sujets, le 1er avril 1860, il ne manque pas d’évoquer « les grandes affinités de race, de langage et de mœurs » qui rendent les rapports entre le vieux duché et la France « de plus en plus intimes et naturels »25.

  • 26 Rapport sur la réunion…, p. 115-116. Sur la question controversée des frontières naturelles comme (...)
  • 27 François Forray, « Le débat sur les frontières naturelles de la Savoie à l’époque romantique », da (...)
  • 28 Anselme Pétetin, De l’annexion de la Savoie, Paris, 1859 ; La Gazette de France, décembre 1859, ci (...)

14L’argument géographique pèse dans le même sens, en occultant les solidarités séculaires entre les versants des montagnes et la circulation qu’elles suscitent. « Vainement a-t-on voulu au Piémont lier la Savoie. Sans cesse les Alpes repoussent celle-ci dans les domaines de la France et l’ordre de la nature serait contrarié si leur gouvernement n’était pas identique », affirme Henri Grégoire en insistant sur les avantages pour « notre ligne de défense », au moment où prend forme la théorie des « frontières naturelles » (Alpes, Rhin, Atlantique, Pyrénées) que Danton énonce en janvier 179326. L’affirmation, reprise à l’époque de la Restauration par les nostalgiques de la Grande Nation, notamment lors de la crise de 1831-183427, se banalise à la fin des années 1850 dans les brochures de propagande et les journaux. Les obstacles physiques sont des « décrets éternels du Créateur sur la destinée des peuples », écrit Anselme Pétetin, futur préfet de la Haute-Savoie, tandis que La Gazette de France estime que « le plus rapide examen d’une carte de géographie démontre que la France ne peut être bornée que par les Alpes du côté de l’Italie »28.

  • 29 B. Voiron, Adresse…, p. 108.
  • 30 Rapport sur la réunion…, p. 117-118.
  • 31 Jean-Paul Bergeri, « 1848, la Savoie à la croisée des chemins. L’analyse géopolitique du Rd Antoin (...)
  • 32 Solution de la question savoisienne. La Savoie indépendante, Chambéry, 1860 (la brochure, anonyme, (...)

15Cette évidence conforte, chez les partisans de la France, un double refus, celui de l’indépendance du duché et celui de son annexion partielle à la Suisse. La première hypothèse, assortie d’une demande de protection à la France, n’est pas totalement écartée en 1792 dans une lecture rousseauiste de la Savoie : « Paisibles possesseurs de la liberté, les habitants […] vivraient dans leurs montagnes sans désirs, sans envie et sans ambition, reprendraient la simplicité de leurs mœurs antiques », écrit Bernard Voiron29. Le rattachement à un « grand État », synonyme de prospérité et d’émulation entre les composantes du territoire, est cependant préférable et Henri Grégoire s’attache à décrire les richesses potentielles d’une Savoie stérilisée par le Piémont, mais fécondée par la France, il est vrai moins pour convaincre les Savoyards que pour séduire les conventionnels sceptiques sur l’intérêt à annexer une province pauvre, incapable de nourrir ses habitants30. La question, réactualisée en 1848, apparaît à nouveau en 1859, pour être en général écartée sans discussion, tant l’intérêt de se rattacher à un État puissant et prospère apparaît évident, et la thèse indépendantiste évoquée par quelques auteurs exprime surtout une angoisse identitaire à l’heure du choix décisif31. Elle ne rencontre en fait un écho qu’en février 1860 lorsqu’elle devient une position de repli pour les libéraux de la Savoie méridionale, lâchés par Cavour et hostiles au démembrement en faveur de la Suisse, prôné par leurs amis politiques du Nord : « Avec une Savoie indépendante, nos intérêts moraux et matériels seraient également sauvegardés »32. Mais ils ont peu d’illusion sur ce projet irréaliste au regard de la politique des Puissances et la majorité d’entre eux se rallie à la France après la signature du traité de Turin, malgré leur haine du régime impérial : l’argument de nationalité finit par l’emporter.

  • 33 B. Voiron, Adresse…, p. 109.

16L’hypothèse helvétique apparaît plus solide, du moins en 1860. La conjoncture l’avait en effet exclue sans délai en 1792, malgré les similitudes entre les deux rives du Léman et les a priori favorables à une terre vue naguère comme l’asile de la liberté en face d’une France despotique : « Aujourd’hui que les délégués du peuple paraissent vouloir lutter contre lui, que l’aristocratie de quelques cantons s’est réveillée, que le sénat de Berne unit sa cause à celle de tyrans, la Savoie ne peut plus désirer une telle alliance », explique Bernard Voiron33. Il n’en est pas de même, après la guerre du Sonderbund (1847) et la victoire des radicaux à Genève, pour les libéraux et les démocrates hostiles à la France de Napoléon III, puissants surtout dans la vallée de l’Arve. Leur succès apparent lors du mouvement de pétitionnement en faveur de la Suisse (treize mille signatures) repose en fait sur une ambiguïté qui est mise en lumière lorsque le projet de zone franche, défendu par les conservateurs, unis aux libéraux d’Annecy hostiles à la partition de la Savoie du Nord, les prive de leur principal levier d’action en préservant les solidarités économiques entre le monde rural savoyard et Genève. L’argument de nationalité, articulé sur le thème de la défense de l’unité historique du duché, l’emporte ainsi une nouvelle fois, d’autant que la France, consciente des divisions de l’opinion suisse, exclut désormais toute concession au profit de Berne.

  • 34 Discours devant le Corps législatif, cité par Lynn M. Case, Édouard Thouvenel et la diplomatie du (...)
  • 35 Lettre au chargé d’affaires piémontais à Paris, Costantino Nigra, 20 mars 1860, dans C. Cavour, Ep (...)

17Les dirigeants politiques et les diplomates français se gardent pourtant de mettre en avant la thèse de la nationalité dans l’argumentaire qu’ils opposent aux clameurs de l’Europe dressée contre l’annexion de la Savoie et le spectre de l’impérialisme napoléonien. Ils se réfugient en effet derrière une question de sécurité militaire : « En présence de [la] transformation de l’Italie du Nord, qui donne à un État puissant tous les passages des Alpes, il était de mon devoir, pour la sûreté de nos frontières, de réclamer les versants français de nos montagnes […]. L’important remaniement territorial qui va avoir lieu nous donne droit à une garantie indiquée par la nature elle-même », déclare Napoléon III le 1er mars 186034. Mais Cavour ne manque pas de souligner la faiblesse de la démonstration du point de vue du Piémont, engagé dans la construction de l’Italie : « Nous ne pouvons dire à l’Europe que la France est réellement menacée par l’agrandissement territorial de la Sardaigne ; nous ne pouvons pas non plus présenter la cession de la Savoie et de Nice comme une compensation pour les services que l’empereur a rendus à l’Italie […]. Le seul moyen que nous ayons de surmonter les difficultés que suscite, à l’intérieur comme à l’extérieur, cette question épineuse, c’est de présenter la réunion de la Savoie et de Nice comme voulue par les populations »35. Le Premier ministre piémontais soulève ainsi, non sans cynisme, la question du consentement des habitants, posée en 1860 comme en 1792.

III. — LE VŒU DES POPULATIONS

  • 36 Olivier Cogne, Jean-Claude Duclos (éd.), Rester libres ! Les expressions de la liberté, des Allobr (...)
  • 37 Proclamation des commissaires de la Convention nationale, 6 octobre 1792, publiée par C. Townley, (...)

18Faut-il consulter les intéressés ? La réponse semble évidente en 1792 et les commissaires de la Convention auprès de l’Armée des Alpes annoncent dès le 6 octobre que le « peuple savoisien », transmué en peuple allobroge décidé à rompre avec l’ancien régime et à renouer avec la passion de la liberté prêtée à ces tribus celtes qui avaient su résister aux Romains36, est appelé à se prononcer sur son destin. Comment pourrait-il en être autrement après le précédent d’Avignon en 1791 et surtout la proclamation de la République et l’adoption du suffrage universel ? « La République française a effacé de ses annales les mots de roi, de maître et de sujets ; elle ne voit que des frères dans les peuples qui ont des rapports avec elle, et nous ne vous donnerons, en son nom, que des conseils », écrivent les commissaires en convoquant, pour la mi-octobre, des assemblées primaires communales – « les seules où le peuple puisse exercer sa souveraineté » – avec pour mission de « nommer un député chargé d’exprimer leur vœu dans une assemblée générale »37.

  • 38 Frédéric Bluche (dir.), Le prince, le peuple et le droit. Autour des plébiscites de 1851 et 1852, (...)
  • 39 Gian Luca Fruci, « Il sacramento dell’unità nazionale. Linguaggi, iconografia e pratiche dei plebi (...)
  • 40 La correspondance de Cavour permet de suivre les débats contradictoires autour du recours au suffr (...)

19Si la situation révolutionnaire de 1792 exige et facilite une réponse démocratique, il n’en est pas de même dans l’Europe monarchique de 1860 travaillée par les enjeux nationaux. Ni Cavour, ni Napoléon III ne posent la question de la consultation des populations concernées lors de l’entrevue de Plombières. Elle s’impose cependant, à partir de janvier 1860, dans la négociation entre Paris et Turin qui doit prendre en compte le poids nouveau des opinions publiques dans la vie internationale. L’empereur, le premier, suggère de recourir au suffrage universel pour valider le transfert de territoires : le plébiscite n’est-il pas au cœur du système constitutionnel fondé en 1851-185238 ? Il change pourtant d’avis en mesurant le danger d’une telle pratique dans les relations entre les États et la réserve plutôt aux situations de vacance du pouvoir pour rechercher en Savoie une alternative apte à assurer une très large majorité, sinon l’unanimité (délégation de notables, vote des conseils provinciaux ou des conseils municipaux). Cavour, au contraire, défend le suffrage universel qu’il avait initialement écarté pour ne pas fragiliser le système censitaire piémontais ni heurter la Grande-Bretagne, favorable à sa politique italienne. Il s’y était rallié en fait, avec l’autorisation de Londres, pour vaincre la résistance de Napoléon III au rattachement au Piémont de la Toscane, insurgée en 1859, en lui opposant la volonté populaire et faciliter le vote du Parlement nécessaire à la cession de la Savoie et de Nice, refusée par la droite dynastique et la gauche garibaldienne39. L’empereur, irrité par le machiavélisme de Cavour, s’obstine et le traité de Turin, tout en précisant que la « réunion [de la Savoie et de Nice] sera effectuée sans nulle contrainte de la volonté des populations », ne fixe pas encore les « meilleurs moyens d’apprécier et de constater les manifestations de cette volonté ». Il est en fait trop tard pour éviter le vote universel, redouté également par les notables conservateurs savoyards : le 4 avril, la France annonce la convocation du corps électoral pour le 15 avril, date vite reportée aux 22 et 23 avril pour tenir compte des contraintes climatiques en montagne40.

  • 41 Joseph Dessaix, Histoire de la réunion de la Savoie à la France en 1792, Chambéry, 1857.
  • 42 P. Guichonnet, « Un épisode décisif de l’Annexion : la mission du sénateur Laity en Savoie (avril (...)
  • 43 Arch. min. Aff. étr., Correspondance politique, Sardaigne 348-349, mars et avril 1860.

20La campagne électorale qui débute alors est à peine plus longue que celle qui avait marqué la préparation des assemblées primaires de 1792. S’il ne faut pas sous-estimer les différences entre les contextes, on peut toutefois remarquer que la conduite des opérations, dans les deux cas, revient pour l’essentiel aux partisans de la France, aidés par des Savoyards de Paris, sous le regard des envoyés de la capitale et en présence de l’armée. En 1792, les autorités sardes désertent, les opposants émigrent ou se réfugient dans le silence et le premier rôle revient à la bourgeoisie urbaine, qui s’organise dans les clubs avec l’appui des commissaires de la Convention et trouve des relais dans les élites villageoises, ébranlées par l’agitation antérieure41. En 1860, dans un climat qui n’a rien de révolutionnaire, des Savoyards remplacent les gouverneurs sardes, tandis que les notables créent des comités annexionnistes pour rallier les hésitants, neutraliser les opposants et aider les syndics à établir les listes électorales. Dans le même temps, le sénateur Laity, ami et envoyé personnel de Napoléon III, parcourt le duché en privilégiant la Savoie du Nord, où il mandate aussi des Savoyards de Paris pour convertir les adeptes de la Suisse42. Quant à l’armée, il ne s’agit ni d’une force de libération, ni d’une troupe d’occupation, comme en 1792, mais du corps expéditionnaire envoyé en Italie l’année précédente qui regagne la France en traversant le duché où il n’est pas censé intervenir. Sa présence, âprement négociée par Paris, qui aurait voulu prendre possession du territoire avant le scrutin, ce que Cavour exclut totalement, tout en acceptant le retrait des soldats sardes, n’en est pas moins significative43.

  • 44 C. Townley, « Les assemblées primaires des communes de Tarentaise en octobre 1792 », dans Mémoires (...)
  • 45 Procès verbaux de l’Assemblée nationale des Allobroges, Chambéry, 1792.

21Les votes, ainsi préparés, ne donnent lieu à aucune véritable surprise, sinon peut-être en 1860 l’ampleur du « oui ». Ils n’en sont pas pour autant dépourvus de portée, même si aucune alternative n’est offerte aux électeurs. C’est le cas en 1792 où les démarches des assemblées primaires se coulent dans les pratiques des communautés d’habitants, dont la monarchie avait réduit les prérogatives. Les procès-verbaux, qui sont conservés en nombre, mais n’ont pas été étudiés systématiquement, suggèrent le désarroi d’une partie de la population et la force d’entraînement ou de manipulation des notables ralliés à la France révolutionnaire qui sont désignés pour représenter les communes et reçoivent parfois un « mandat illimité ». Mais ils montrent aussi l’existence de débats et la formulation de réserves, liées à des mots d’ordre occultés par la suite (refus de la charge de la dette nationale de la France, demande de maintien de l’unité du duché ou de séparation en deux départements, respect de la « religion catholique, apostolique et romaine »44). Une conscience politique, préparée par de multiples incidents depuis 1789, stimulée par les migrants et influencée par les notables, est en gestation. Mais la réalité est différente de l’image construite par l’historiographie républicaine du XIXe siècle, prompte à célébrer, de façon anachronique, un peuple qui se donne à la France et à la République dans un élan unanime, dont témoigne surtout l’assemblée issue de ce vote en faisant table rase du passé, en quelques jours de fin octobre 1792, pour aligner la Savoie sur la France à laquelle elle demande à être rattachée45.

  • 46 Le clergé, majoritairement favorable à la France, mais troublé par la brochure de La Guéronnière, (...)

22Un demi-siècle plus tard, les Savoyards, appelés à s’exprimer au suffrage universel, ne sont pas dans la même situation que leurs ancêtres. Ils se souviennent, directement ou indirectement, des vingt-cinq ans de vie française qui ont changé le vieux duché, des moments sombres de la Terreur aux belles heures du Premier Empire, restaurateur de la paix religieuse et de la prospérité rurale. Ils sont entrés depuis 1848 dans un processus de politisation qui déborde la classe censitaire, élargie pour les élections locales, et sont informés des débats sur le sort de la Savoie, de plus en plus intenses à partir de l’été 1859 dans le climat de liberté permis par le Statuto. Ils sont donc préparés, au moins par la médiation des notables et du clergé, qui s’associe massivement à la campagne plébiscitaire après être resté discret dans les mois précédents46, à saisir le sens de la question posée : « La Savoie veut-elle être réunie à la France ? » Il ne s’agit pas, en effet, de trancher entre deux hypothèses égales – la France ou le Piémont –, mais de ratifier le fait accompli par la décision des souverains qui fonde, en droit international, la « réunion ». C’est peu, et c’est beaucoup.

  • 47 130 839 votants pour 135 449 inscrits, 130 533 « oui », dont 46 255 assortis d’une référence à la (...)
  • 48 Pierre Rosanvallon, La démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Pari (...)
  • 49 Elles s’étagent de 1,88 % dans la province de Chambéry à 6,73 % dans celle de Bonneville, bastion (...)
  • 50 Hubert Heyriès, Les militaires savoyards et niçois entre deux patries 1848-1871. Approche d’histoi (...)
  • 51 C. Sorrel, Aux urnes…, p. 89-118.

23Les journées des 22 et 23 avril, avec leur résultat impressionnant47, ne peuvent donc pas être réduites à une comédie honteuse, comme le font les journaux anglais et suisses, même s’il ne faut pas ignorer le jeu des promesses et des pressions sur le corps électoral et les limites formelles du scrutin (listes incomplètes, absence de bulletins imprimés « non »). Elles expriment le consentement des Savoyards à leur nouvelle identité et, dans cette perspective, le dépôt du bulletin « oui » dans l’urne compte moins que les démarches collectives qui l’entourent (cortèges festifs, banquets, adresses des femmes à l’impératrice) dans une dynamique unanimiste assimilée à une fête de la nationalité48. Les partisans de la Suisse, désarmés par la promesse de la zone franche, ont d’ailleurs dû admettre leur incapacité à renverser le courant en faveur de la France et se réfugier dans l’abstention dont les variations régionales, aussi minimes soient-elles, confirment la valeur du vote49. Il ne porte pas sur un homme et un régime, même si l’existence de l’ordre impérial a facilité l’adhésion des notables conservateurs et des prêtres, naguère encore hostiles à la France de la Révolution, et retardé le ralliement des héritiers de 1792. Seule une minorité de notables de la Savoie du Nord, accueillis à Genève, maintient finalement le primat du choix politique sur la logique nationale, tandis que la plupart des optants pour le Piémont se déterminent, avec de vrais drames de conscience, au nom de la fidélité dynastique ou des stratégies de carrière50. Pour la majorité, la France, c’est à la fois une histoire, une langue, une terre d’accueil, des intérêts partagés, bref une patrie, à l’heure où se construit, de l’autre côté des Alpes, une autre patrie, vécue comme étrangère : 1860 accomplit le destin français entrevu en 179251.

  • 52 C. Sorrel, Servir la République. Députés et sénateurs de Savoie et Haute-Savoie 1871-1940, Mont-mé (...)
  • 53 Charles Dufayard, Histoire de Savoie, Paris, 1913, p. 320.
  • 54 Les célébrations du cent cinquantième anniversaire ont toutefois confirmé l’effacement de la Ligue (...)

24Mémoires emboîtées, mémoires concurrentes… En abordant rarement de front les événements de 1792 et 1860, les historiens perpétuent d’une certaine manière les clivages des partis qui ont instrumentalisé, sous la Troisième République, les deux annexions de la Savoie à la France. Alors que les républicains, vainqueurs dès 1871, célèbrent la Révolution et valorisent la « réunion » de 1792, les conservateurs, rejetés par la majorité des électeurs, se réclament de l’œuvre de 186052. Les uns et les autres ne peuvent toutefois pas rejeter totalement la date de l’adversaire sans prendre le risque de fragiliser le patriotisme des Savoyards, enraciné dans ces souvenirs, et notamment le plus récent. D’acceptation prudente en réinterprétation, ils opèrent en fait peu à peu un dépassement de l’événement dans la célébration commune de la volonté populaire, à l’œuvre en 1860 comme en 1792, en la déconnectant des opérations diplomatiques, pourtant prééminentes, et des médiations sociales ou politiques, qui opèrent à fronts renversés d’une date à l’autre. Ainsi se construit un mythe qui est déjà présent lors des célébrations du cinquantenaire de 1860, par-delà la permanence des affrontements, et qui culmine lors de la commémoration unanimiste du Centenaire de 1960 : « Le paysan savoyard ne se souciait guère des finasseries politiques de ceux qui approuvaient ou combattaient l’annexion avec une arrière-pensée de parti. Ce que les républicains de 1848 avaient désiré, ce que les conservateurs de 1860 désiraient maintenant, il l’avait toujours voulu lui-même par un enthousiasme qui jaillissait de son être tout entier », explique le radical-socialiste Charles Dufayard en 191353. Il appartient aux historiens de dépasser ce prisme mémoriel pour mieux comprendre, en les comparant et en analysant leur emboîtement, les deux moments clés qui ont conduit la Savoie vers son destin français et répondre aux falsifications pseudo-historiques des courants autonomistes ou indépendantistes qui ont émergé à la fin du XXe siècle54.

Notes

1 Le mot « réunion » est rarement utilisé en 1860, mais le premier ministre piémontais Cavour obtient sa substitution au mot « cession », prévu dans la version initiale du traité, qui évoque trop le troc entre les Puissances. Les contemporains, partisans ou adversaires de la France, utilisent sans problème le mot « annexion ». C’est seulement à partir de la fin du XIXe siècle qu’il se charge, à Nice puis en Savoie, d’une connotation négative, liée à la question de l’Alsace-Moselle. En 1960, le terme de « rattachement » s’impose pour suggérer l’interprétation de l’événement en termes de libre exercice de la volonté populaire, thèse alors dominante. Le mot « réunion » reste en revanche peu employé, sinon par les historiens de la période révolutionnaire.

2 L’annexion de 1792 est la conséquence directe de l’entrée des troupes françaises en Savoie, malgré le caractère limité des combats, et celle de 1860 se déroule dans le contexte des guerres d’unification de l’Italie et du passage des troupes françaises en Savoie, même si le processus proprement dit est pacifique.

3 La bibliographie est immense et je me permets de renvoyer le lecteur à quatre ouvrages qui font le point sur les événements et recensent les principales publications, l’historiographie de la Savoie révolutionnaire ayant peu évolué depuis le bicentenaire : Jean Nicolas, La Révolution française dans les Alpes. Dauphiné et Savoie, Toulouse, 1989 ; Corinne Townley, Christian Sorrel, La Savoie, la France et la Révolution. Repères et échos 1789-1799, La Ravoire, 1989 (bibliographie, p. 355-372) ; Christian Sorrel, Paul Guichonnet (dir.), La Savoie et l’Europe 1860-2010. Dictionnaire historique de l’Annexion, Montmélian, 2009 (bibliographie, p. 701-710) ; Christian Sorrel, Aux urnes Savoyards ! Petites leçons d’histoire sur le vote de 1860, Montmélian, 2010.

4 Alan Forrest, « La Révolution et l’Europe », dans François Furet, Mona Ozouf (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, 1988, p. 146-155.

5 Proclamation du général de Montesquiou, 21 septembre 1792, publiée par C. Townley, C. Sorrel, La Savoie…, p. 97-100.

6 Éric Anceau, Napoléon III, un Saint-Simon à cheval, Paris, 2008 ; Georges-Henri Soutou, « Le contexte international », dans 1860. La Savoie choisit son destin, Chambéry, 2009, p. 25-48.

7 Il carteggio Cavour-Nigra dal 1858 al 1861, t. 3 La cessione di Nizza e Savoia e le annessioni dell’Italia centrale, Bologne, 1928 ; Carlo Pischedda, « Toscana e Savoia (1860) », Problemi dell’unificazione italiana, Modène, 1963, p. 187-269 ; Camillo Cavour, Epistolario, éd. Carlo Pischedda et Rosanna Roccia, vol. xvii (1860), 6 t., Florence, 2005.

8 J. Nicolas, La Révolution…, p. 149-155 ; C. Sorrel, Le Tocsin de la Savoye 1791 ou Thonon à l’heure de la sédition, Thonon-les-Bains, 2007.

9 Voir le décret de la Convention dans C. Townley, C. Sorrel, La Savoie…, p. 120-121.

10 C. Sorrel, « Révolution de 1821 » et « Crise de 1834 », dans C. Sorrel, P. Guichonnet (dir.), La Savoie…, p. 130-131 et 52-53.

11 Robert Avezou, « La Savoie depuis les réformes de Charles-Albert jusqu’à l’annexion à la France », dans Mémoires et documents de la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie, t. 69, 1932, p. 1-176 et t. 70, 1933, p. 73-247.

12 Adresse au roi Victor-Emmanuel II, 25 juillet 1859, signée par trente notables de Chambéry.

13 Le rôle des Savoyards de Paris en 1860 est mal connu. Si la majorité des migrants est sans doute favorable à l’annexion de la Savoie au pays hôte, les notables de la communauté apparaissent en retrait, au moins jusqu’à la signature du traité de Turin, même s’il y a des exceptions. Leur attitude peut s’expliquer par une prudence liée à une issue incertaine, mais aussi par une sensibilité libérale, qui justifie une réserve face à l’Empire, à l’exemple du directeur de la Revue des Deux Mondes, François Buloz, qui se prononce publiquement contre l’annexion. Des migrants plus modestes, boutiquiers ou artisans, regrettent cette abstention. Voir Jacques Lovie, « Les agents français et l’esprit public en Savoie de décembre 1859 à mai 1860 », Revue savoisienne, 1961 (1-2), p. 12-98 ; C. Sorrel, La Savoie, la France, l’Italie. Lettres d’Albert Blanc à François Buloz (1858-1861), Chambéry, 2006, et « Savoyards de Paris », dans C. Sorrel, P. Guichonnet (dir.), La Savoie…, p. 448-451.

14 Les notables reçus aux Tuileries le 21 mars ne sont d’ailleurs pas informés qu’un premier traité de cession a été signé les 12-14 mars à Turin et Paris et que la négociation finale débute le lendemain à Turin. Sur ces questions, voir C. Sorrel, « L’Annexion de la Savoie à la France en 1860. Enjeux locaux, enjeux européens », dans Alfred Dufour, Victor Monnier (éd.), La Savoie, ses relations avec Genève et la Suisse, Genève, 2011, p. 3-10.

15 Alain-Jacques Czouz-Tornare, « L’invasion tardive des Cantons suisses en 1798 », dans Économie, société, civilisation pendant la Révolution française, Paris, t. 1, 1992, p. 115-130 ; André Palluel-Guillard, L’Aigle et la Croix. Genève et la Savoie 1798-1815, Yens-sur-Morges, 1999.

16 Elle peut demander le départ des soldats sardes et leur substituer ses propres troupes, mais les dispositions concrètes et les limites de la zone neutralisée sont toujours restées assez imprécises.

17 Luc Monnier, L’annexion de la Savoie et la politique suisse 1860, Genève, 1932 (rééd., 2010) ; Rita Stöckli, Der Savoyerhandel von 1860. Die mediale Konstruktion eines politischen Ereignisses, Zurich, 2008.

18 Le principal journal conservateur chambérien, Le Courrier des Alpes, est suspendu d’août à décembre 1859 pour avoir publié l’adresse des notables au roi Victor-Emmanuel II.

19 Bernard Voiron, Adresse aux Savoisiens sur cette question : La Savoie, libre de choisir son gouvernement, doit-elle former un État séparé ou demander à être réunie à la France, Paris, 1792, publiée par C. Townley, C. Sorrel, La Savoie…, p. 106-110.

20 C. Sorrel, « Stratégie pastorale, conjoncture politique et configurations sociales : une tumultueuse mission à Chambéry en 1832 ou la Savoie à la croisée des chemins », dans C. Sorrel, F. Meyer (dir.), Les Missions intérieures en France et en Italie du XVIe siècle au XXe siècle, Chambéry, 2001, p. 305-316.

21 Albert Blanc, La Savoie et la monarchie constitutionnelle, Chambéry, 1859.

22 B. Voiron, Adresse…, p. 109-110.

23 Charles Bertier, La Savoie doit-elle être française ?, Paris, 1859.

24 Rapport sur la réunion de la Savoie à la France fait au nom des Comités diplomatique et de constitution par le citoyen Henri Grégoire, député du département de Loir-et-Cher, suivi du décret de la Convention nationale du 27 novembre 1792, l’an premier de la République, Paris, 1792, publié par C. Townley, C. Sorrel, La Savoie…, p. 115-121.

25 Proclamation du roi Victor-Emmanuel II, reproduite dans Documents et notices publiés par le Conseil général de la Savoie à l’occasion du cinquantenaire de la réunion de la Savoie à la France, Chambéry, 1910, p. 7-8.

26 Rapport sur la réunion…, p. 115-116. Sur la question controversée des frontières naturelles comme principe directeur de la politique française et ses implications pour la Savoie, voir Denis Richet, « Frontières naturelles », dans F. Furet, M. Ozouf (dir.), Dictionnaire…, p. 742-750 et C. Sorrel, « Frontières naturelles », dans C. Sorrel, P. Guichonnet (dir.), La Savoie…, p. 378-382.

27 François Forray, « Le débat sur les frontières naturelles de la Savoie à l’époque romantique », dans Frontières de Savoie, Chambéry, 1984, p. 68-75.

28 Anselme Pétetin, De l’annexion de la Savoie, Paris, 1859 ; La Gazette de France, décembre 1859, citée par Le Courrier des Alpes.

29 B. Voiron, Adresse…, p. 108.

30 Rapport sur la réunion…, p. 117-118.

31 Jean-Paul Bergeri, « 1848, la Savoie à la croisée des chemins. L’analyse géopolitique du Rd Antoine Martinet », dans La Savoie, identité et influences, Chambéry, 1985, p. 11-17 ; C. Sorrel, « Indépendance de la Savoie », dans C. Sorrel, P. Guichonnet (dir.), La Savoie…, p. 393-396.

32 Solution de la question savoisienne. La Savoie indépendante, Chambéry, 1860 (la brochure, anonyme, a pour auteur l’avocat chambérien Jean-Jacques Rey ou l’homme de lettres Paul-Gaspard Drevet).

33 B. Voiron, Adresse…, p. 109.

34 Discours devant le Corps législatif, cité par Lynn M. Case, Édouard Thouvenel et la diplomatie du Second Empire, Paris, 1976, p. 161-162.

35 Lettre au chargé d’affaires piémontais à Paris, Costantino Nigra, 20 mars 1860, dans C. Cavour, Epistolario…, t. 1, p. 494-495.

36 Olivier Cogne, Jean-Claude Duclos (éd.), Rester libres ! Les expressions de la liberté, des Allobroges à nos jours, Grenoble, 2006.

37 Proclamation des commissaires de la Convention nationale, 6 octobre 1792, publiée par C. Townley, C. Sorrel, La Savoie…, p. 104-106.

38 Frédéric Bluche (dir.), Le prince, le peuple et le droit. Autour des plébiscites de 1851 et 1852, Paris, 2000 ; Enzo Firmiani (dir.), Vox populi ? Pratiche plebiscitarie in Francia, Italia, Germania (secoli XVIII-XX), Bologne, 2010.

39 Gian Luca Fruci, « Il sacramento dell’unità nazionale. Linguaggi, iconografia e pratiche dei plebisciti risorgimentali (1848-1870) », dans Storia d’Italia. Annali, 22. Il Risorgimento, éd. Alberto Mario Bante et Paul Ginsborg, Turin, 2007, p. 567-605.

40 La correspondance de Cavour permet de suivre les débats contradictoires autour du recours au suffrage universel. Ils sont présentés par C. Sorrel, Aux urnes…, p. 53-76.

41 Joseph Dessaix, Histoire de la réunion de la Savoie à la France en 1792, Chambéry, 1857.

42 P. Guichonnet, « Un épisode décisif de l’Annexion : la mission du sénateur Laity en Savoie (avril 1860) », Revue savoisienne, 1955 (3-4), p. 117-151 ; C. Sorrel, « Quatre-vingt-trois jours décisifs. La Savoie de la signature du traité de Turin à la prise de possession par la France (24 mars – 14 juin 1860) » [à paraître dans les actes du colloque de Nice et Hautecombe, automne 2010].

43 Arch. min. Aff. étr., Correspondance politique, Sardaigne 348-349, mars et avril 1860.

44 C. Townley, « Les assemblées primaires des communes de Tarentaise en octobre 1792 », dans Mémoires et documents de la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie, t. 91, 1989, p. 7-14 et « Les assemblées primaires du 14 octobre 1792 en Chablais », dans Mémoires et documents publiés par l’Académie chablaisienne, t. 65, 1990, p. 145-154.

45 Procès verbaux de l’Assemblée nationale des Allobroges, Chambéry, 1792.

46 Le clergé, majoritairement favorable à la France, mais troublé par la brochure de La Guéronnière, laisse agir les notables catholiques, d’autant que le métropolitain Billiet l’invite à la réserve en août 1859. La question religieuse, essentielle pour déterminer les lignes de fracture des partis dans les années 1850, s’efface devant la question de nationalité dans l’hiver 1859-1860, avant de resurgir face au risque de partition de la Savoie au profit de Genève, fief de la Réforme et foyer de propagande évangélique depuis 1840. Voir C. Sorrel, « L’Église catholique et l’annexion de la Savoie à la France en 1860 », dans La Documentation catholique, n° 2448, 20 juin 2010, p. 589-592.

47 130 839 votants pour 135 449 inscrits, 130 533 « oui », dont 46 255 assortis d’une référence à la zone franche, 235 « non » et 71 nuls.

48 Pierre Rosanvallon, La démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, 2000, p. 200-201.

49 Elles s’étagent de 1,88 % dans la province de Chambéry à 6,73 % dans celle de Bonneville, bastion libéral et démocrate, centre de la propagande pro-helvétique.

50 Hubert Heyriès, Les militaires savoyards et niçois entre deux patries 1848-1871. Approche d’histoire militaire comparée armée française, armée piémontaise, armée italienne, Montpellier, 2001, p. 257-306.

51 C. Sorrel, Aux urnes…, p. 89-118.

52 C. Sorrel, Servir la République. Députés et sénateurs de Savoie et Haute-Savoie 1871-1940, Mont-mélian, 2009.

53 Charles Dufayard, Histoire de Savoie, Paris, 1913, p. 320.

54 Les célébrations du cent cinquantième anniversaire ont toutefois confirmé l’effacement de la Ligue savoisienne, perceptible dès le début des années 2000. Pour avoir une idée des thèses actuellement défendues par ces milieux, on peut consulter le manifeste niçois de Alain Roullier-Laurens, La Vérité sur l’annexion de Nice, Nice, 2010.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Chambéry – Monument du Centenaire de l’Annexion de la Savoie à la France. Carte postale, 9 x 14 cm, s. d. Coll. part.Statue du sculpteur Alexandre Falguière (mort en 1900), érigée à Chambéry en 1892. Les Chambériens appelèrent cette statue, de façon facétieuse, la Sasson. Ce terme désigne en franco-provençal une femme quelque peu forte. La statue est censée représenter une robuste Savoyarde, serrant dans ses bras un drapeau. Après bien des vicissitudes (elle fut confisquée et déboulonnée par les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale), la statue retrouva en 1982 son emplacement d’origine.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/325/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Ill. 2 : Chambéry – Monument de l’Annexion. Le jour de l’inauguration (22 septembre 1892). Carte postale, 8,8 x 14 cm, s. d. Coll. part.Le monument dit de « La Sasson » a été inauguré en 1892 par le président de la République Sadi Carnot lors des cérémonies commémoratives du centenaire du premier rattachement de la Savoie à la France en 1792.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/325/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 301k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540