Version classiqueVersion mobile

Se donner à la France ?

 | 
Jacques Berlioz
, 
Olivier Poncet

Entre dédition et annexion : 1792-1793, la réunion de Nice à la France à la lumière de l’historiographie

Françoise Hildesheimer

Résumé

L’histoire de la perception d’un événement fait partie de l’histoire de l’événement lui-même. Ce qui est mis ici en lumière à propos de la réunion de Nice à la France, en 1792-1793. Cet épisode révolutionnaire est tout d’abord analysé et décrit, à partir de nouvelles sources parisiennes. On assiste à une tragi-comédie avec des émigrés bien falots et maladroits. Une fois dégagé de la fausse perspective donnée par la lecture des documents officiels français, véritable propagande qui décrit un pays où la population adhère aux idéaux républicains et minimise ou diabolise les oppositions, le bilan doit être revu à la baisse. Nice a fait tardivement la connaissance de la Révolution. L’histoire « niçoise » de Nice est régulièrement scandée par la commémoration de trois grands épisodes : la dédition à la Maison de Savoie de 1388, la réunion à la France de 1793, le rattachement de 1860. Dans la répartition quantitative et chronologique de l’historiographie, il faut souligner la place tenue par les commémorations, cérémonies officielles destinées à périodicité fixe à célébrer la fidélité française. Il faut attendre la fin du XXe siècle pour voir peu à peu apparaître des relectures sereines. L’historiographie récente présente à la fois un désenclavement de l’histoire niçoise et l’intégration du particularisme niçois à l’histoire universitaire.

Texte intégral

  • 1 Arch. nat., A. E., BI 926, lettre du 2 octobre 1792.

L’armée passa le Var sans le moindre obstacle dans l’après-midi. […]. L’ennemi avoit entièrement abandonné la ville. L’ancienne administration en étoit partie. Une nouvelle, calquée sur la constitution française, succéda sur le champ. J’éprouvai, lorsque je parus, toutes les apparences dans le peuple de la satisfaction la plus vive. Je crois que, si l’aproche de l’armée y influoit, il étoit dans le fait charmé de goûter la liberté française et d’être affranchi des émigrés dont le joug avoit trop pesé sur lui.1

  • 2 Dénomination officielle, depuis 1720, des États de Savoie, qui se composaient, outre Nice, du Piém (...)

1C’est en ces termes que le consul de France, Pierre Leseurre, narre l’occupation de Nice, qui appartenait au royaume de Sardaigne2, par les troupes françaises, le 30 septembre 1792. Ces événements sont bien connus ; ils ont été maintes et maintes fois rapportés dans leur apparente simplicité : le 20 septembre 1792 a eu lieu la bataille de Valmy, et, le 22, la République a été proclamée à Paris. Le 24 septembre, les troupes françaises étaient entrées dans Chambéry. À Antibes, par dépêche du 16 septembre, le général Danselme, qui commande la division dite du Var de l’armée du Midi, a reçu l’ordre d’attaquer le 22, mais il estime qu’il ne dispose pas sur le champ des moyens militaires nécessaires pour assurer le succès de l’opération. Puis, tandis que l’escadre placée sous les ordres du contre-amiral Truguet, envoyée en intimidation, croisait devant Nice et Villefranche, on apprend, le 29 septembre, que les troupes sardes ont abandonné leurs postes ; les quelques représentants de la municipalité demeurés sur place font appel à Danselme pour assurer l’ordre dans la ville livrée aux pillards, forçats libérés en tête. Il ne reste plus à ce dernier qu’à passer le Var et à recueillir, sans coup férir, la capitulation de la ville et du château de Nice sans empêcher, les jours suivants, ses troupes de participer au pillage. Le 31 janvier 1793 enfin, la Convention décrète que le comté de Nice fait partie de la République française dont il constituera le quatre-vingt-cinquième département, celui des Alpes-Maritimes. La chute de l’Empire vit, on le sait, le retour sous domination sarde.

  • 3 C’est la vulgate exposée par Maurice Bordes dans l’Histoire de Nice et du pays niçois, Toulouse, 1 (...)
  • 4 Voir la bibliographie en annexe.

2Le simple récit que nous venons de faire des événements montre qu’on ne saurait prétendre que l’épisode ait été militairement glorieux3. Or la période a fait l’objet d’une grande attention de la part des historiens niçois, dont le nombre dépasse la trentaine dans le cadre d’histoires générales ou de travaux érudits consacrées à l’élucidation de questions factuelles particulières, au premier rang desquelles figure l’étude de l’émigration française4. Période intermédiaire, à mi-chemin entre la « dédition » de 1388, par laquelle la région niçoise était passée de la Provence à la Savoie, et le « rattachement » de 1860, cet épisode a souvent été lu comme précurseur du retour à la France. À commencer par la « grande scène » de la remise des clés à Danselme par le deuxième consul de la ville, Honoré Saissi, et l’évêque de Nice, Mgr Valperga di Maglione, dans laquelle on pourrait entrevoir une sorte de « dédition à rebours » ou de rattachement anticipé de Nice à la France…

3C’est pourquoi je propose de rouvrir aujourd’hui le dossier à l’occasion de la célébration du cent cinquantenaire de 1860.

  • 5 Pierre Caillet, Comité des recherches de l’Assemblée nationale. 1789-1791. Inventaire analytique d (...)

4La lorgnette a été essentiellement braquée par des historiens niçois sur les événements niçois, et on peut être tenté de modifier la perspective, de se demander, par exemple, comment on était informé à Paris de la situation niçoise. Pour ce faire, nous allons retrouver notre consul de France à Nice et recouper ses relations avec une source nationale non exploitée jusqu’ici du point de vue de l’histoire de Nice : les informations que pouvait recevoir le Comité des recherches où aboutissaient en 1790-1791 les informations sensibles adressées à l’Assemblée nationale5. La ville y figure en effet à quelques reprises sous la plume d’informateurs anonymes, comme sous celle des administrateurs du département du Var. On en retire les quelques impressions suivantes.

I. — DES ÉMIGRÉS D’OPÉRETTE

  • 6 Fils d’un avocat au Parlement, il avait précédemment été chargé d’affaires à la cour de Danemark e (...)

5Leseurre, dans sa relation précitée, distinguait divers acteurs : lui-même et le général, les troupes françaises et les « ennemis », militaires et administrations civiles, qui brillaient par leur absence, la population niçoise enfin, qui donnait des « apparences » de satisfaction. De par sa situation chronologique et sa qualité de témoin des événements, le consul est un personnage clé de l’historiographie, puisque sa correspondance permet de suivre jour après jour l’évolution de la situation dans la ville pendant les années qui précèdent l’annexion à la France. Leseurre, qui a derrière lui vingt-trois années de carrière diplomatique6, est présenté comme un ardent partisan des idées révolutionnaires ; la lecture de ses lettres oblige à atténuer quelque peu ce jugement : son adhésion évidente aux idées nouvelles y apparaît comme modérée par la nécessité de maintenir sa situation personnelle dans un contexte hostile, ce qui en fait avant tout un adepte de la paix qui tend souvent à minimiser les préparatifs militaires sardes et à imputer les idées belliqueuses aux émigrés et à leur propagande. Ainsi :

  • 7 Lettre du 20 octobre 1790.

Tout est aujourd’hui dans la plus grande agitation chés une partie des François retirés à Nice. […] Il y a certainement un grand dessein sur le tapis : on a entendu des gens regretter qu’un de leurs projets vienne d’être dévoilé, d’autres s’exhorter, une fois qu’ils auront levé l’étendard ou, selon leur expression « le chapeau », à ne pas le déposer, à agir avec constance et vigueur et à faire à la fois irruption de tous les côtés par les frontières, paroître être assurés déjà de celui de l’Allemagne, tous se répandre en propos violens sans ménager personne ; enfin un qui devoit partir, au moment de prendre congé d’un grouppe du même parti, dire assés haut pour avoir été ouï : « C’est maintenant qu’on va lancer les foudres »…7

  • 8 Un exemple (lettre du 11 janvier 1791) : « J’étois étonné de ne pas voir aux mécontens retirés à N (...)

6Vues de Paris, ces rodomontades ne devaient pas sembler très importantes, même quand Leseurre les relie à des stratégies de haute politique. À partir de 1790, Nice avait en effet dû accueillir nombre d’émigrés (militaires, magistrats, ecclésiastiques) en provenance des provinces voisines de Provence, de Languedoc et du Dauphiné ; les propos et les assemblées des nombreux militaires qui la composent provoquent les alarmes du consul8. À échelle niçoise, leur action consiste à se doter d’un uniforme à beaux boutons à fleur de lys, ainsi qu’à favoriser des trafics de faux uniformes :

  • 9 La lettre du 13 septembre précise : « J’ai su d’une autre part assés positivement que, dans les pr (...)

La couleur en est bleue et, je crois, le collet rouge. Je ne suis pas encore bien seur de ses autres détails, mais ce qui est certain, c’est qu’il a été estampé ici un modèle de bouton en cuivre avec une fleur de lys sur le champ.
Il en a déjà paru ici quelques-uns et, à juger par le nombre des boutons commandés, il y auroit bon nombre d’habits, car l’ouvrier a prétendu qu’à 30 s. la douzaine pour la seule estampe, il gagneroit 3 à 4 000 livres.
Il y a environ trois semaines que l’on vit sortir d’un magasin du port de Nice trois chariots avec de grandes caisses soupçonnées d’armes, et, par-dessus, des ballots, dont quelques-uns entr’ouverts laissèrent voir des uniformes françois qui furent reconnus pour être des régimens de Haynaut et de Foix Infanterie. Ces chariots ayant pris la route du Var furent perdus de vue, mais comme elle ne conduit qu’en Provence, la singularité de cette marche d’uniformes nationaux venans de l’étranger a fait soupçonner que ce fussent de faux uniformes destinés pour les partisans cachés de la contre-révolution qui s’en revêtiroient à tems.9

7Les informateurs du Comité des recherches confirment les propos du consul. Dès le 16 octobre 1790, un correspondant anonyme écrivait :

  • 10 Arch. nat., D XXIXbis 33, 336, 8-9.

Je viens d’arriver chez les Sarmates où j’ai appris qu’il étoit défendu aux patriotes françois de parler de leur pais, mais qu’il étoit fort permis à MM les aristocrates d’en dire tout le mal possible […]. On m’a assuré qu’au spectacle ils ont applaudi avec transport dans Warvik [Jean-François de La Harpe, Le comte de Warwick, 1764, I, 2] à ces vers de Marguerite :
« Songés que dans ces murs un peuple factieux
Toujours prêt à pousser un cri séditieux
Cruel dans ses retours, extrême en ses offenses
Peut encore à mon cœur préparer de vengeances
Et m’offrir un plus sûr et plus facile appui
Que ces rois toujours lents à s’armer pour autrui […] »
Il y a deux jours que j’ay vu passer un chariot plain d’habits d’uniforme françois :
ils sont blanc et reverd verd… 10

8Et, le 24 avril, un autre s’exclamait :

  • 11 Arch. nat., D XXIXbis 44, 417, 28.

Il est inconcevable combien des Français peuvent trouver tant de plaisir à présumer qu’une partie de la nation égorgera l’autre. Les monstres d’Afrique ne sont pas si avides de sang que ceux de Nice […], ce maudit Nice qui avec Turin sont la vraye bouette de Pendore et dont l’histoire frémit d’en détailler les complots horribles que les hommes à parchemain trament contre ses frères qui n’en ont pas11.

  • 12 Arch. nat., D XXIXbis 34, 355, 3.

9On apprend encore que Nice figure, avec Kehl, Francfort, Bâle, Genève, Ostende et Amsterdam, parmi les places où l’on peut se procurer des faux billets de la Caisse d’escompte12. Quant aux administrateurs du département du Var, ils se font l’écho d’alarmes sur la frontière, de trafic d’armes, de passage d’individus suspects, et également des activités des émigrés :

  • 13 20 décembre 1790. Arch. nat., D XXIXbis 28, 285, 30.

Enfin, le commandant de nos gardes nationales sur les bords du Var nous écrit que les Français réfugiés à Nice y portent habituellement un uniforme, habit bleu de roi, parements et revers bleu de ciel, collet écarlate, boutons en cuivre avec une fleur de lys dans le champ, cocarde blanche et pouf blanc.13

  • 14 Lettre du 22 avril 1792.

10Même monté en épingle dans ces correspondances, tout cela reste fort mineur tant au niveau militaire que politique. En février 1792 le rythme des incidents s’accélère : sur un total de 24 incidents rapportés par le consul, on en compte 17 à partir de ce mois et l’alourdissement du climat est bien annonciateur de la rupture. Pourtant le gouvernement piémontais ne se montre guère favorable aux initiatives des émigrés et, en mars 1792, ordonne aux militaires de quitter Nice et de se disséminer dans les villes piémontaises de l’intérieur. Leseurre relate le départ d’une soixantaine de personnes et indique qu’il reste à Nice des anciens militaires d’esprit plus pacifique, ainsi que de nombreux officiers de la marine de Toulon14.

  • 15 31 juillet : « La conduite de la cour de Turin devient si équivoque qu’ils ne savent eux-mêmes tro (...)

11Les rumeurs de préparatifs militaires connaissent une troisième flambée avec un paroxysme en juillet 1792 ; elles se font plus chaotiques en août et septembre15. Enfin, la marche à la rupture s’accélère, une rupture qui semble plus inévitable que voulue, tandis que les émigrés agitateurs marginalisés ne participent pas directement au face à face local des deux États.

  • 16 Lettre du 21 septembre 1792.
  • 17 Georges Doublet, « Journal inédit… », 1924, p. 149.

12Dernier épisode : en juillet, on s’occupe à l’organisation des milices bourgeoises également pourvues in extremis d’uniformes en septembre : « Les milices de Nice qui forment un objet de 800 hommes viennent de recevoir leur uniforme : c’est un habit vert, parement et collet rouges, revers, veste et culotte blancs. »16 Leurs maladroites tentatives d’exercices militaires, place Saint-Dominique, provoquent l’hilarité des spectateurs, femmes comprises17

13Ainsi, dans ce Coblence au très petit pied qu’est la ville de Nice, on parade beaucoup en beaux uniformes, mais l’heure semble plus à l’opérette qu’à la guerre. Avec l’occupation française, les militaires vont se faire omniprésents de manière plus réaliste, mais l’entrée dans Nice de Danselme, flanqué d’un aide de camp qui n’est autre que sa sœur revêtue d’un uniforme, semble bien participer encore de ce climat de tragi-comédie.

II. — UN PROCÈS-VERBAL DE CARENCE

  • 18 Alain Ruggiero, 2007, p. 82.

14Mais la comédie s’était muée en un spectacle plus dramatique de pillage. Le récit traditionnel des événements suggère que l’absence des forces piémontaises relèverait d’un erreur de commandement de Courten, le lieutenant général commandant l’armée de Nice, due à des informations exagérées sur les effectifs français, ainsi qu’à l’annonce de l’invasion de la Savoie.. Il faudra attendre deux siècles pour que ce qui était fuite et panique soit réinterprété en stratégie raisonnée de repli. La décision piémontaise de se replier pour tenir les cols et protéger le Piémont se révèle en effet, en bonne analyse, moins absurde que la fuite éperdue à laquelle on l’assimilait : « L’ordre de repli donné par Courten [sur le verrou de Saorge, point de blocage des armées françaises] était donc le seul qu’il pouvait donner. »18

15Mais, dans la ville désertée, c’est une véritable explosion de violence et, si celle-ci peut expliquer le recours à la France, celui-ci se révèle fort inefficace. La relecture de sa stratégie réhabilite Courten, mais celle de la conduite des Français tend à transporter la carence dans leur camp et à jeter quelque doute sur la « satisfaction » que peut éprouver la population à leur endroit.

16C’est le 28 septembre au soir qu’avaient commencé les émeutes, précédées par les incidents rapportés par Leseurre et des manifestations publiques pour ou contre l’agresseur français. Profitant du repli des autorités sardes et de la fuite des émigrés français, la foule composée des éléments les plus misérables et troubles de la population, se livre au pillage de la ville ; de là l’appel, le 29, au général Danselme pour qu’il entre dans la ville et y rétablisse l’ordre ; en vain, car ses soldats se joignent aux pillards et, le 30, les troubles continuent avec le saccage de la maison de l’intendant général et celui des archives communales.

  • 19 Les excès commis par ses troupes valurent à Danselme d’être rappelé et de devoir se justifier deva (...)
  • 20 Nice historique, 1911, p. 58.
  • 21 Ainsi avec Thierry Couzin, 2000.

17Et, après la conquête éclair du littoral, la guerre se poursuit dans les montagnes, dans le monde rural, où s’étend le pillage au fur et à mesure de l’avancée des troupes de la République, et pour lequel Danselme, désigné par Grégoire comme « Verrès de la République », devra rendre des comptes19. La peu glorieuse conduite française, soulignée par les tenants de l’ancien pouvoir, est le plus souvent occultée ou passée rapidement au compte des profits et pertes des opérations militaires. Jean-Baptiste Toselli au XIXe siècle déplore hautement ces faits que confirme Rance-Bourrey au début du XXe : « Les faits sont notoires : les documents contemporains, de quelque origine qu’ils soient, en fournissent la preuve irréfutable. Il serait puéril de nier ces faits déplorables »20, puis le récit s’en fait fort discret. Antoine Demougeot, au milieu du siècle dernier, les rapporte fidèlement, mais son travail n’est pas publié, et l’image de la « dédition » de Nice n’est guère entachée par les discrets rappels de ce qui apparaît comme de fâcheux incidents. Ceux-ci ne réapparaîtront en pleine lumière qu’avec le XXIe siècle21.

  • 22 Michel Iafelice, 1998. Henri Sappia, dès 1906, y avait consacré une étude qui commence ainsi : « L (...)

18Eux-mêmes conséquences des exactions des troupes françaises, les « barbets » constituent un véritable abcès de fixation de l’historiographie, qui en manifeste les divergences et les évolutions : ces brigands, « monstres sans foi ni loi » pour l’historiographie républicaine ou valeureux résistants face aux exactions des troupes françaises, occultés ou diabolisés par l’histoire officielle, rendus légendaires par la tradition locale, devront attendre 1998 pour qu’une thèse leur soit consacrée22. Ils démontrent combien l’historien est dépendant de ses sources : les nouvelles autorités s’attachent à donner du pays conquis une image d’intégration et d’adhésion aux nouveaux idéaux de la république en dépit de l’action perturbatrice et cruelle des bandits ; la légende noire des barbets se trouve dans les documents officiels. En face, du bon côté, le personnage de Masséna, l’enfant glorieux du pays, n’en prend que plus de relief !

19Quoi qu’il en soit, on peut conclure qu’il y eut, durant toute la période, déficit de sécurité pour les populations.

  • 23 Marie-Louise Carlin, 1965, p. 30-31.

20Auparavant, l’afflux des émigrés et le mécontentement populaire qui allaient de pair avaient eu lieu sur fond de crise économique ; et tout cela n’incitait sans doute guère la population à adhérer aux idées nouvelles. La population de Nice, que l’on peut évaluer à environ 20 000 âmes, avait été notablement accrue du fait de l’afflux des émigrés (environ 1 500 à 2 000 personnes à loger, à nourrir, à supporter). En 1790 déjà, la ville connaît une notable augmentation de la délinquance. Les événements de septembre 1792 en sont l’occasion. L’hiver de 1789 a été particulièrement rigoureux, le poids des « affaires de France » et la spéculation ont pour conséquence une continuelle augmentation des prix de gros, comme le constate Marie-Louise Carlin pour le commerce de tissus de la maison Colombo23, et comme le montrent diverses faillites contemporaines. Dans ce contexte, la question de l’approvisionnement céréalier prend une importance particulièrement critique. Il y a là un dossier historique important.

  • 24 Nice historique, 1968, p. 130-132.

21En tout temps, le pays ne peut se suffire à lui-même. On peut partir de la situation au milieu du XVIIIe siècle telle que la révélait le rapport de l’intendant général Joanini qui évaluait la production de la province à 4 000 sacs de 5 émines (1,150 hectolitres) pour le froment, auxquels il ajoutait 2 500 sacs de seigle et d’épeautre. Il évaluait parallèlement les besoins de la population à 12 800 sacs de froment et 9 600 sacs de seigle et d’épeautre, ce qui revenait à un déficit de 800 sacs de froment et 7 100 sacs de seigle et d’épeautre24. D’où la nécessité d’importations fort onéreuses car les prix sont au plus haut en 1789-1792, période pour laquelle s’ajoute un manque de numéraire.

22Le consul Leseurre, outre ses rapports politiques, fournit un dossier qui n’a pas retenu l’attention et qui mériterait pourtant une exploitation plus approfondie : à partir de novembre 1784 et jusqu’en juin 1790, sa correspondance renferme des états (en principe) hebdomadaires par provenance des prix des grains (en monnaie de France) sur la place de Nice.

  • 25 Pour Marseille, à titre de comparaison, voir Ruggiero Romano, Commerce et prix du blé à Marseille (...)

23Nous ne prendrons ici que quelques exemples des variations de prix pour quelques provenances pour lesquelles la série est la plus complète25. Ancône, la provenance la plus constante, illustre au mieux les variations de cours. En novembre 1784 les prix sont élevés (36-37 livres) ; ce niveau ne fut à nouveau atteint qu’en 1788 ; entre temps, ils sont relativement stables oscillant autour de 30-31 livres tournois la charge, avec un minimum de 27 l. en juin 1787 ; mais, en octobre 1788, c’est le retour des prix élevés associés à une raréfaction subite des provenances, puis une augmentation continue qui porte le prix de la charge autour de 45 livres. L’évolution des prix est la même pour les autres provenances dont le nombre se restreint considérablement en 1789-1790 (ainsi le relevé du 2 octobre 1789 ne mentionne aucune de nos provenances test) ; la disparition générale de la France, ce qui n’est que l’application des décrets de l’Assemblée, oblige alors à rechercher les approvisionnements en Italie et dans le Maghreb.

Prix des grains sur la place de Nice, d’après les relevés de Leseurre (Paris, Arch. nat., AE, B1 926).

  • 26 Arch. nat., D XXIXbis 11, 125, 28-30.

24À l’été 1790 la pénurie semble générale et chacun cherche à protéger ses ressources ; on en a quelques indices dans nos documents : en août les officiers municipaux d’Entrevaux se plaignent à l’Assemblée nationale, en dépit de l’interdiction qui en a été faite, de la sortie des grains produits dans le val de Chanan vers le comté de Nice26. Plus tard, le 18 juin 1792, Leseurre écrit : « La sortie des grains a été deffendue avant-hier ici par terre et par mer ; on en est d’autant plus surpris que nous touchons le moment de la récolte qui de tous côtés s’annonce très bonne ; ayant eu occasion hier d’en parler à M. le premier président qui en avoit donné l’ordre, il me dit que la prohibition ne devoit subsister que jusqu’à ce que, par l’arrivée de nouveaux bleds, le fond des approvisionnemens ordonnés pour la ville de Nice en ce moment un peu diminué fût revenu à son niveau. Outre que la garnison de Nice se trouve aujourd’hui considérablement augmentée, je ne serois pas surpris que l’on prévît le cas où le fond de troupes viendroit à s’accroître de rechef » (lettre du 18 juin 1792).

  • 27 Le mouvement est d’ailleurs double, puisque la fuite des émigrés français réfugiés à Nice à l’arri (...)
  • 28 Joseph Combet, 1909. E. Bouve, 1920. Gilbert Accolla, 1963, p. 97-104. Antoine Demougeot, 1968, 19 (...)

25Après le rattachement, les problèmes subsistent, voire s’accroissent : les troupes françaises prennent la suite des émigrés qui s’en vont27, et la pénurie des subsistances s’étend à toute la région qui devient une base de départ pour l’armée d’Italie. La vie est dominée par la nécessité de loger et nourrir une armée mouvante et peu disciplinée. Comment en effet approvisionner 20 à 30 000 hommes de troupe alors que l’on ne peut suffire à contenter sa propre population ? L’appauvrissement consécutif du monde paysan est alors une des causes du phénomène des barbets qui paralyse le ravitaillement de l’arrière-pays et constitue un obstacle supplémentaire au développement des activités économiques. Les problèmes de la rareté du numéraire, de la méfiance envers les assignats, d’approvisionnement (les corsaires empêchent les importations depuis Gênes), puis de répartition se posent au Comité des subsistances et constituent un souci constant pour l’administration municipale niçoise28.

  • 29 F. Roques, 1957.

26Cet état de choses est durable, puisque l’enquête de Fodéré en l’an X révéla une situation peu brillante ; non seulement on y retrouva le déficit chronique de la production céréalière, la poursuite de la pénurie de numéraire, le déclin commercial de Nice où ne transite plus le commerce du Piémont, les désordres provoqués par les mouvements de troupes et le brigandage dans l’arrière pays… La tentative de l’administration napoléonienne de reprise en main interventionniste n’eut pas davantage de résultats marqués29. Carence sécuritaire et carence économique vont de pair : non seulement on a affaire à une région périphérique pauvre, mais la domination française n’y a rien arrangé, et on peut, en conclusion, reprendre sa définition donnée par Michel Iafelice comme « zone de ratage de la Révolution ». Il fut sans doute davantage tentant pour les trompettes de la renommée de retentir à l’occasion du passage de Bonaparte, puis du débarquement de Napoléon à Golfe-Juan que pour célébrer ce piètre moment !

III. — COMMÉMORATIONS ET DÉSENCLAVEMENT HISTORIOGRAPHIQUE

27Revenons en effet aux variations historiographiques qui démontrent, si besoin était, la fausse objectivité de l’érudition. L’historiographie est elle-même un lieu de mémoire marqué par une interaction périodique entre histoire et commémorations, autrement dit par le poids de l’État – en l’espèce français – qui orchestre ces célébrations.

  • 30 Sylvie de Galléani, Olivier Vernier, 1989, p. 75-85.

28Après l’occultation consécutive à la restauration sarde (avec la formule « tutto com’ dinans » et l’affirmation d’une continuité de fidélité à la monarchie), le souvenir de l’épisode français est réinculqué après l’annexion, dite « rattachement » de 1860, qui, bien qu’étant pacifique, se veut dans la même ligne30. À l’arrière-plan figure la question de principe, rendue sans objet par ledit rattachement, mais toujours sous-jacente à bas bruit : Nice est-elle française ou italienne ? C’est la question passionnée du loyalisme ! Dans la foulée d’André, dont l’ouvrage se veut « protestation contre la douloureuse et calamiteuse invasion révolutionnaire », un courant historiographique hostile sera propagé jusqu’à la seconde guerre mondiale par la revue Fert, « organe des Italiens descendants de Niçois et Savoyards » et les travaux, alors sous-tendus par l’idéologie fasciste, de l’Institut d’études ligures de Bordighera. À Nice même, le linguiste et historien André Compan, demeura l’inlassable pourfendeur du jacobinisme.

  • 31 À signaler aujourd’hui le rôle joué par internet dans la propagation d’idées ou d’opinions de tous (...)

29Mais ce qui frappe dans la répartition quantitative et chronologique de l’historiographie, c’est la place tenue par les commémorations, cérémonies officielles destinées à périodicité fixe à célébrer la fidélité française. Tout cela s’inscrit largement dans une vision téléologique de l’histoire « niçoise » de Nice régulièrement scandée par la commémoration de trois grands épisodes : la dédition à la Maison de Savoie de 1388, la réunion à la France de 1793, le « rattachement » de 1860 enfin, avec pour conséquence une ouverture tardive à une relecture mémorielle sereine, qui doit se dégager d’une célébration particulariste aussi excessive que peu historique du mythe identitaire31. En matière d’écriture de l’histoire, la vainqueur a longtemps le champ libre !

  • 32 En 1913, Moris fit réaliser des copies de documents à Turin.
  • 33 Henri Moris, 1893.
  • 34 Joseph Combet, 1912, p. 198.

30La position officielle est affirmée sans ambages en 1893 à l’occasion du premier centenaire, par Henri Moris, l’archiviste départemental, en introduction de sa publication « officielle » des textes fondateurs de l’identité française qui affirme l’exclusivité française de sa documentation32 : « Ces documents, tirés des Archives municipales de Nice, des collections du département des Alpes-Maritimes et des Archives nationales de Paris, jettent une vive lumière sur l’état des esprits dans notre ville, il y a cent ans ; ils montrent les sentiments d’affection des Niçois d’alors à l’égard de la France, sentiments qui, depuis un siècle, n’ont fait que grandir, témoin le monument élevé en son honneur par leurs descendants… »33. Elle trouve son chantre-historien en la personne de Joseph Combet et de son histoire de La Révolution à Nice qui en reconnaît le caractère catastrophique (« Nice passa, en résumé, sous la Révolution, par une période d’agitations et de troubles incessants »), mais célèbre l’action des nouvelles institutions : « Elles travaillèrent à rendre la vieille capitale du comté complètement française, en essayant de transformer l’opinion publique, en faisant pénétrer dans l’esprit des populations des idées qui devaient, pour leur plus grand bien et pour leur prospérité, fructifier plus tard, et amener, par la disparition graduelle du particularisme respectable de l’ancien comté, une fusion définitive entre Nice et la patrie française. »34 Elle trouve son organe érudit avec la revue Nice historique, créée en 1898 par Henri Sappia, afin « d’enraciner dans le cœur des Niçois le souci et le culte de leur ville natale » tout en respectant scrupuleusement la « vérité historique », devenue « organe officiel » de l’Academia nissarda fondée en 1904 avec les mêmes objectifs.

  • 35 Paul Gonnet, Michel Péronnet, 1989.
  • 36 Nice historique, 1989, p. 45.

31On enchaîne les commémorations avec un temps très fort en 1960, mais il faut attendre la fin du XXe siècle pour voir peu à peu apparaître des relectures sereines. Pour la Révolution, Combet trouve en 1989 un successeur universitaire avec Paul Gonnet35, tandis que le colloque anniversaire organisé en 1992 et publié par Nice historique reprend la plupart des thèmes traités antérieurement : à défaut d’innovation en matière de problématique, on peut y déceler, au-delà des rappels institutionnels et militaires, une ouverture nouvelle au vécu de la population niçoise et à une appréciation plus pondérée de l’héritage révolutionnaire. « Chacun sait bien que ce pays a pris la Révolution en marche, voire à contre-cœur » avaient écrit en 1989 en annonçant la commémoration de 1792, Paul Isoart et Paul-Louis Malausséna36, une phrase qui rendait un son nouveau…

  • 37 Ernest Hildesheimer, « La réunion pacifique et consentie du Comté de Nice à la France en 1860 », d (...)
  • 38 Ernest Hildesheimer, 1992.

32Une relecture qui prend la forme d’une lente évolution au fil des générations d’historiens. Par exemple, celle des événements précédemment évoqués de l’entrée des Français à Nice, reste plus ou moins consciemment marquée par deux présupposés idéologiques : le credo des bienfaits des idées révolutionnaires et la nécessité de prévenir toute revendication par un Piémont qui a si facilement abandonné Nice. Successivement, en 1931, Paul Canestrier, ardent républicain et, en 1941, Georges Blondeau, en sont les traductions érudites dont les résultats apparaissent encore intouchables en 1992. Ernest Hildesheimer, l’un des artisans des célébrations historiques du centenaire de 1860, qualifié alors par lui de réunion « pacifique et consentie »37, reprend le récit de l’épisode de l’entrée des troupes françaises à Nice : il mentionne bien les émeutes dues à la populace, mais laisse entendre que l’entrée en ordre des troupes françaises ne fut pas suivie de leur répression…, avant de conclure en réaffirmant la vulgate téléologique : « Pour la première fois, le comté de Nice fut pleinement intégré à la Nation française. En 1814 la chute du régime napoléonien entraînait le retour de la Maison de Savoie dans ses anciennes possessions. Mais l’Histoire poursuivait son cours, et la réunion du pays de Nice à la France intervenait en 1860, cette fois d’une manière définitive, comme l’a démontré largement, depuis plus d’un siècle, la succession des événements. »38

  • 39 Alain Ruggero, 2007.

33On ne trouve pas davantage sous sa plume de réexamen raisonné des stratégies : on lit que Courten estime que « le seul parti à prendre est d’éviter l’anéantissement de ses troupes et il commande en toute hâte la retraite sur Saorge ». Dans le même numéro cependant, Henri Costamagna exposait la faiblesse de la défense du Var et esquissait la logique du retrait sarde. Mais il faut attendre Alain Ruggiero et 2007 pour que justice soit vraiment rendue à Courten, vieillard de plus de 70 ans tout juste arrivé à Nice, mais stratège expérimenté39.

  • 40 Ainsi la correspondance de Leseurre signalé par Doublet (1924), Cappatti (1934) et Imbert (1941), (...)

34Le renouvellement de génération des historiens qui est manifeste dans les années 1990-2000 s’accompagne d’un désenclavement de l’histoire niçoise et, paradoxalement, le particularisme niçois s’affirme en s’intégrant à l’histoire universitaire40. Le temps court de la Révolution est replacé dans une continuité historique plus large, et la fin des lectures et relectures événementielles ponctuelles s’accompagne de l’apparition de nouvelles questions (ne parlons pas des revendications et affirmations farfelues qui relèvent de l’ignorance historique) insérant l’histoire locale dans des problématiques générales. Pêle-mêle : ce qui a pu être inculqué comme pratiques politiques aux Niçois, leur confrontation à la question nationale, aux élections, aux émigrés : les ruptures et continuités (l’Église et le clergé) ; les stratégies des élites, les opportunités qui se présentent à elles, le cloisonnement des États de Savoie face à l’unification moderne qui les pousse à la désagrégation, le statut de marche, de zone frontalière, barrière étanche ou zone de passage, la problématique centre et périphérie : quelle place pour Nice et quelle identité ? C’est dans l’histoire des XIXe et XXe siècles que celle de la Révolution se trouve maintenant intégrée, et la lecture de l’événement est prolongée par l’étude de son souvenir.

  • 41 Actes du colloque 1388. La dédition de Nice à la Savoie, Paris, 1990, dans lequel Olivier Vernier (...)
  • 42 Laurent Ripart, « La « dédition » de Nice à la Maison de Savoie : analyse critique d’un concept hi (...)

35Les relectures mémorielles peuvent alors se succéder : longtemps célébrée comme gage de fidélité à la Maison de Savoie, la dédition de 1388 en prend de nouvelles couleurs. Le thème avait connu l’apogée de sa fortune à l’occasion du sixième centenaire et du colloque commémoratif au cours duquel il avait été l’objet de remises en situation41 : Laurent Ripart montre que cette construction d’une « libre dédition » élaborée à l’âge classique avait réussi à retourner contre le pouvoir ducal le thème de la libre donation des Niçois. « À défaut d’être un événement médiéval, l’invention de la “Dédition” constitue un événement majeur dans l’histoire moderne de la ville de Nice, qui puisa dans cette fiction historique les matériaux de son particularisme en gestation. »42 Ultérieurement, ce qui fut présenté comme un accord entre puissances souveraines servit à mettre en valeur la libre dédition à la France du peuple niçois rendu par la Révolution maître de son destin, autrement dit le mythe fondateur du particularisme niçois.

  • 43 http://michel-bottin.com/article.php?article=165, page =1
  • 44 L’année 1860. Chronique de l’annexion, numéro spécial de Nice historique, 113e année, 1-3, janvier- (...)
  • 45 Simonetta Tombaccini, La vie de la noblesse niçoise. 1814-1860, Academia nissarda-Centro studi pie (...)

36Le cent-cinquantenaire du rattachement est, cette année enfin, l’occasion de revisiter l’histoire de Nice à partir des sources d’archives43. Ainsi la lettre adressée par Carlone, la personnalité la plus engagée en faveur de la France, à Pietri le 26 janvier 1861, loin d’être euphorique, relève de la doléance. Paul-Louis Malausséna, rédacteur en chef de Nice historique, a voulu en comprendre les raisons. Et, à travers les travaux publiés dans la revue, on voit bien que le rattachement fut suivi de désenchantement, de morosité et d’une insatisfaction que ne peuvent occulter les quelques heures éclatantes du voyage de l’empereur Napoléon III et de l’impératrice Eugénie à Nice44 ; que quelques ralliements, celui, certes décisif de Monseigneur Sola ou celui de François Malausséna, syndic de la ville, ne peuvent occulter un rejet très majoritaire de la part de la noblesse niçoise, ce qui a privé le pays d’une grande partie de ses élites45.

Ill. 1 : Monument de Nice pour le centenaire de l’annexion de 1793, à la suite d’un concours lancé en 1892. Arch. dép. Alpes-Maritimes, 27 FI 0298, daté du 1er mars 1894, photographié par Adolphe de Chalvet, vicomte de Rochemonteix, tirage noir et blanc, 28 x 22 cm (don M. de Rochemonteix, 1994). Cl. Arch. dép. Alpes-Maritimes.

  • 46 Une telle érection de monuments commémoratifs est à replacer dans le cadre de la politique républi (...)

37Revenons, pour conclure, à l’épisode révolutionnaire dont l’intérêt, pour notre propos d’aujourd’hui, tient à sa position médiane entre dédition et rattachement qui obèrent et orientent son interprétation, et rappelons en conclusion notre constat : une fois dégagé de la fausse perspective donnée par la lecture des documents officiels français, véritable propagande qui décrit un pays où la population adhère aux idéaux républicains et minimise ou diabolise les oppositions, le bilan doit être revu à la baisse. Nice a fait tardivement la connaissance de la Révolution ; elle l’a d’abord connue à travers le discours des émigrés qui y avaient trouvé refuge, puis c’est un système déjà élaboré qui lui est imposé, sans participation de sa part à l’élan initial. La période ne fut ni glorieuse ni faste, bien loin de l’allégresse officielle de la victoire ailée, la déesse Nikaïa surmontant Nice se donnant à la France, préfigurant le rattachement de 1860 qui, face à la mer, du haut du Monument dit « du Centenaire », domine toujours la Promenade des Anglais (ill. 1)46.

38Et, en conclusion de conclusion, on peut risquer l’hypothèse qu’il faut bien 150 ans à l’histoire et aux historiens pour atteindre l’âge de raison.

Ill. 2 : Avignon – Monument de la réunion du comtat Venaissin à la France. Arch. dép. Alpes-Maritimes, 7 Fi 7 n° 910, carte postale, 9 x 14 cm.
Ce monument, réalisé par Félix Charpentier, a été inauguré le 19 juillet 1891 par le président Sadi Carnot ; il s’élevait place de l’Horloge et fut déplacé sur les allées de l’Oulle en 1974.

Ill. 3 : Monument de Menton pour le centenaire de l’annexion de 1793, à la suite ’un appel à souscription de 1891. Photographie, fin XIXe siècle-vers 1900. Arch. dép. Alpes-Maritimes, Fonds Jean Luce, 60 Fi 1185, cliché-verre, positif noir et blanc, 9 x 12 cm. Cl. Arch. dép. Alpes-Maritimes.

NOTE SUR LES SOURCES UTILISÉES

39Les sources françaises ont été très largement privilégiées, ce qui, on l’a vu, a contribué à forger la vision historiographique de l’épisode.

  • 47 Ernest Hildesheimer, Guide des Archives des Alpes-Maritimes, Nice, 1974.

40S’agissant d’histoire locale, les sources les plus fréquentées ont été naturellement locales, mais leurs séries « modernes » ont l’inconvénient de ne débuter qu’avec la mise en place des nouvelles autorités et d’avoir subi des destructions lors des pillages, puis de la campagne d’Italie quand les Autrichiens menacèrent la ville ou à la restauration sarde pour les pièces compromettantes. Ainsi en est-il de la série L des Archives départementales des Alpes-Maritimes47 largement exploitée et complétée par la série Q pour les listes d’émigrés. La série C des mêmes archives contient des épaves des archives de l’intendance générale de Nice, fonds pillé lors de l’entrée des Français à Nice, dans lequel on trouve la correspondance de l’intendance repliée à Tende de 1792 à 1794 (C 34-39), ainsi que les archives du consulat de France ; on y trouve encore les registres de l’insinuation, qui renferment la copie des actes notariés (dépouillée par Doublet pour les émigrés français à Nice).

41Il est enfin à noter qu’en application du traité de paix du 10 février 1947 avec l’Italie, l’essentiel des archives conservées à Turin et concernant les territoires rattachés à la France en 1960 (dont l’archiviste des Alpes-Maritimes, Henri Moris, avait fait réaliser en 1913 des copies, notamment pour le dossier de correspondance de La Planargia avec les émigrés français) ont été transférés dans les dépôts d’archives français : pour Nice, ils constituent la série Ni des Archives départementales des Alpes-Maritimes.

42Aux Archives municipales de Nice où l’inventaire des délibérations de la Société populaire de Nice a été publié en 1994, Joseph Combet avait largement exploité les délibérations municipales et la correspondance. Aux Archives municipales de Toulon, ont été utilisées des correspondances du consul Leseurre avec la municipalité.

  • 48 À ces sources on peut adjoindre, on l’a vu pour quelques notations supplémentaires, les archives d (...)

43Les fonds nationaux ont été mis à contribution notamment dans la mesure où ils contiennent les textes fondateurs de l’annexion avec les actes du pouvoir central ; ce sont eux que publie l’archiviste départemental Henri Moris, historiographe officiel, pour le cent cinquantenaire ; ici encore un problème vient de ce que l’on se situe précisément entre deux assemblées, la Constituante et la Législative (série C des Archives nationales) ; pour la suite, on dispose des archives des représentants en mission (Grégoire et Jagot, dans la série D des Archives nationales)48. Un ensemble de documents se distingue : ce sont les archives du consul de France à Nice, lequel a été lui-même un acteur de l’épisode et dont on retrouve la correspondance dans les archives du secrétariat d’État de la marine (Arch. nat., AE, B1 925-926). Les archives du ministère de la Guerre ont été exploitées notamment par Paul Canestrier, davantage, semble-t-il, que celles des Affaires étrangères qui pourraient peut-être apporter quelques précisions supplémentaires.

44Ont été enfin utilisés des documents et des récits provenant de collections ou d’archives privées, collection de documents conservés au Musée Masséna (Guillaume Boréa), archives de Courten conservées à Sion (Georges Blondeau), journaux et relations divers (mémoire de Thaon de Revel, journal anonyme d’un Niçois utilisé par Georges Doublet, manuscrit de l’abbé Gourgon exhumé par Denis Ghiraldi).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE (ORDRE CHRONOLOGIQUE)

Mémoire pour le général Danselme : exposé de ce qui s’est passé dans la prise du comté de Nice, relativement à la conduite du général Danselme, 9 février 1793.

Louis Durante, Histoire de Nice depuis sa fondation jusqu’à l’année 1792, avec un aperçu sur les événements qui ont eu lieu pendant la révolution française à tout 1815 inclusivement,, 3 vol. Turin, 1823-1824.

Jean-Baptiste Toselli, Précis historique de Nice depuis sa fondation jusqu’en 1860, 2e partie, Nice sous la République, l’Empire et les Cent Jours, t. I, Nice, 1860.

Ignace Thaon de Revel, Mémoire sur la guerre des Alpes, Turin, 1871.

Giuseppe André, Nizza. 1792-1814, Nice, 1894 (rééd. Les Cahiers de l’Annexion, 2009).

Eugène Tisserand, Histoire de la Révolution française dans les Alpes-Maritimes, Nice, 1878.

Louis Krebs et Henri Moris, Campagnes dans les Alpes-Maritimes d’après les Archives des états-majors français et austro-sardes, 2 vol., Paris, 1891-1895.

Henri Moris, Nice à la France. Documents officiels inédits sur la réunion de 1793 recueillis à l’occasion des fêtes du Centenaire, Paris, 1893.

Joseph Rance-Bourrey, « Les émigrés français à Nice », dans Nice historique, 1906, p. 86-91.

Henri Sappia, « Les Barbets de nos Alpes », dans Nice historique, 1905-1907.

Giuseppe Bres, Prima e dopo la Rivoluzione del 1789 (Note storiche nicesi), Nice, 1908.

Paul Canestrier, « Les Barbets à Tourette-Levens », dans Nice historique, 1908, p. 118-122.

Joseph Combet, La question économique à Nice. 1792-1799, Aix, 1909.

Joseph Rance-Bourrey, Le général J.-B.-M. d’Anselme, Nice, 1909.

Joseph Combet, « La Société populaire de Nice (2 octobre 1792-18 fructidor an III) », dans Annales de la Société des lettres, sciences et arts des Alpes-Maritimes, 1909, p. 373-420.

Joseph Rance-Bourrey, « Réorganisation des autorités civiles de Nice en octobre 1792 », dans Nice historique, 1911, p. 57-80, 90-100, 153-164, 193-200 et 227-232.

Joseph Combet, La Révolution à Nice, Paris, 1912 (rééd. Nice, 1988).

E. Bouve, « Ravitaillement et mercantis-1793 à 1800 et 1914 à 1920). Comparaison [Le ravitaillement du comté de Nice pendant la Révolution française] », dans Annales de Provence, t. 12, 1920, p. 113-128.

Georges Doublet, « Journal inédit d’un Niçois de 1792 (27 septembre au 29 octobre) », dans Nice historique, 1924, p. 149-155.

Georges Doublet, « Le Seurre, consul de France à Nice », dans L’Éclaireur du dimanche, 23 mars et 6 avril 1924.

Guillaume Boréa, « Le comté de Nice en 1792, d’après la correspondance entre le secrétariat de la Guerre à Turin et les autorités civiles et militaires de Nice, dont un dossier se trouve aux archives du Musée Masséna », dans Nice historique, 1926, p. 1-19.

Xavier Emmanuel, « Un témoignage sur la conquête du comté de Nice en 1792 et 1793 : la correspondance de l’intendant du comté Mattone di Benevello, traduite et annotée », dans Nice historique, 1927, p. 208-212 ; 1928, p. 14-21, 113-117, 159-166 et 200-205 ; 1929, p. 31-32 et 65-67 ; 1930, p. 168-172 et 210-218 ; 1931, p. 74-77 et 229-236 ; 1932, p. 101-113 et 225-226 ; 1933, p. 22-23, 53-64, 154-160 et 178-181.

Georges Doublet, « L’émigration française à Nice de 1789 à 1792 », dans Nice historique, 1928, p. 7-13, 59-64, 122-135 et 137-156 ; 1929, p. 1-19.

Vittorio Adami, « Sugli imigrati nizzardi del 1792 », dans FERT, sept. déc. 1931, fasc. 3-4, p. 230-239.

Paul Canestrier, « La conquête et l’occupation de la ville et du comté de Nice sous la Révolution. Documents officiels inédits », dans Nice historique, 1931, p. 46-72.

Georges Doublet, « L’abbé Grégoire et Nice », dans Nice historique, 1931, p. 136-165.

Carolus Rondelly, Bernardin Clerici, notable niçois sous la Révolution et le 1er Empire, Nice, [1931].

Louis Cappatti, La Révolution française et le consul de France à Nice, Nice, 1934.

Vittorio Adami, « Alcuni documenti sull’occupazione franchese di Nizza nel periodo rivoluzionario », dans FERT, 1940, fasc. 2-3, p. 107-129.

Léo Imbert, « La Planargia, commandant général du Comté et les émigrés français à Nice en 1790 », dans Nice historique, 1940, p. 15-34.

Georges Blondeau, « La retraite des troupes sardes de Nice en septembre 1792 », dans Nice historique, 1940, p. 81-96 ; 1941, p. 3-16.

Léo Imbert, « Correspondance de Leseurre, consul de France à Nice et de la municipalité de Toulon au sujet des émigrés français à Nice (1790-1791) », dans Nice historique, 1941, p. 177-185.

F. Roques, Aspects de la vie économique niçoise sous le Consulat et l’Empire. Quelques exemples de l’intervention de l’administration, extrait des Annales de la Faculté de Droit d’Aix-en-Provence, n° 49, 1957.

Gilbert Accolla, « L’administration provisoire révolutionnaire et le problème du blé à Nice (septembre 1792-avril 1793) », dans Nice historique, 1963, p. 97-104.

Mme Gunsberg, « Organisation du département des Alpes-Maritimes par les représentants en mission : Grégoire et Jagot. 1er mars-1er mai 1793 », dans Recherches régionales, 1963/3, p. 1-11.

Marie-Louise Carlin, Un commerce de détail à Nice sous la Révolution : la maison Colombo, Aix-en Provence, 1965.

Antoine Demougeot, « La vie difficile à Nice au temps du Directoire », dans Recherches régionales, 1968 n° 2, p. 1-37.

Antoine Demougeot, « L’activité économique de Nice pendant les années 1794-1795 », dans Nice historique, 1969, p. 33-35.

Rose-Marie Rostagno-Berthier, L’opinion publique niçoise pendant l’occupation française (1792-1800), thèse droit, Nice, 1972 (compte rendu par Roger Aubenas, dans Recherches régionales, 1972/2, p. 67-69).

Michèle-H. Siffre, « La noblesse niçoise et la Révolution française », dans Annales de la faculté des lettres et sciences humaines de Nice, t. 19-20, 1973, p. 69-91.

Maurice Bordes (dir.), Histoire de Nice et du pays niçois, Toulouse, Privat, 1976 (Révolution française et Empire : un intermède, p. 213-246).

Henri Costamagna, « L’écho des événements de France dans le Comté de Nice de 1788 à 1792 », dans Nice historique, 1989, p. 47-54.

Denis Ghiraldi, « L’exode des émigrés niçois fin septembre 1792, raconté par un témoin oculaire l’abbé Gourgon », dans Recherches régionales, 1994/1, p. 3-15.

Sylvie de Galléani, Olivier Vernier, « Le souvenir de la Révolution dans le comté de Nice (1881-1939) », dans Nice historique, 1989, p. 75-85.

Paul Gonnet, Michel Péronnet, La Révolution dans les Alpes-Maritimes, Roanne, 1989.

Laurent Ripart, « Pour une histoire des barbets des Alpes-Maritimes », dans Mélanges Paul Gonnet, Nice, 1989, p. 257-266.

Valérie Ricci, Délinquance et criminalité dans l’ancien comté de Nice (1750-1792), mémoire de master, Nice, 1991.

1792. Le comté de Nice et la Révolution. Actes du colloque, Nice historique, 1992, n° 3-4 :
Ernest Hildesheimer, « En 1792, l’armée française entre à Nice », p. 115-125.
Hervé Barelli, « Les Niçois dans les armées pendant la Révolution », p. 127-136.
Michel Bottin, « La course sous pavillon de Savoie dans le golfe de Gênes en 1793 », p. 137-142.
Nadine Bovis-Aimar, « Les édiles niçois et la Révolution », p. 145-151.
Maryse Carlin, « L’introduction de la législation révolutionnaire dans le comté de Nice. Un exemple : le droit familial », p. 163-166.
Rosine Cleyet-Michaud, « Entre France et Piémont, le comté de Nice, un pays en guerre (1792-1794) », p. 167-171.
Henri Costamagna, « 1792. Un essai de défense du comté de Nice sur le Var et son échec », p. 173-177.
Michel Derlange, « L’émigration des Niçois pendant la Révolution », p. 179-184.
Geneviève Étienne, « Les registres de passeport de la ville de Nice sous la Révolution », p. 185-189.
Paul Gonnet, « L’acceptation de l’héritage révolutionnaire sous bénéfice d’inventaire », p. 191-196.
Paul Isoart, « L’abbé Grégoire et Nice », p. 197-205.
Paul-Louis Malausséna et Olivier Vernier, « Le Sénat de Nice et la Révolution », p. 207-214.
Mireille Massot et Danièle Véran, « Les délibérations de la Société populaire de Nice (1792-1795) », p. 217-220.
Marc Ortolani, « L’activité de l’intendant Mattone di Benevello d’après sa correspondance administrative (novembre 1792-avril 1794) », p. 221-228.

Alain Ruggiero, « La présence de l’armée et ses conséquences dans le département des Alpes-Maritimes », dans La Révolution française, la guerre et la frontière. Actes des 119e et 121e congrès du CTHS, Amiens, 1994 et Nice, 1996, Paris, 2000, p. 153-166

Michel Iafelice, « Les résistances à la domination française dans le pays niçois (1792-1814), dans Recherches régionales, janvier-mars 1996, p. 49-57.

Michel Derlange, « Les familles de noblesse niçoise et la traversée de la Révolution et de l’Empire », dans Cahiers de la Méditerranée, 55, 1997, p. 178-180.

Michel Iafelice, Barbets ! Les résistances à la domination française dans le pays niçois (1792-1814), Nice, 1998.

Thierry Couzin, « Subversion et Révolution dans le pays niçois de 1790 à 1796 », dans Recherches régionales, octobre-décembre 2000, p. 27-32.

Olivier Vernier (éd.), Du comté de Nice aux Alpes-Maritimes - Les représentations d’un espace politique et culturel dans l’histoire, Nice, 2000.

Pierre-Olivier Chaumet, « Un consulat français dans la tourmente révolutionnaire : Nice à la veille de l’annexion (1789-1792), dans Annales historiques de la Révolution française, juillet-sept. 2002, p. 123-139.

Jean-Baptiste Pisano, « Le pouvoir dans l’espace. Les représentations de l’identité révolutionnaire à Nice », dans Cahiers de la Méditerranée, 66, 2003, p. 37-50.

Thierry Couzin, « La place des régions frontalières dans l’Europe. Le cas du pays niçois de 1792 à nos jours, », dans Recherches régionales, octobre-novembre 2005, p. 37-52.

Le Comté de Nice. De la Savoie à l’Europe. Identité, mémoire et devenir. Actes du colloque de Nice, 24-27 avril 2002, Nice, 2006.

Thierry Couzin, « La vie en commun : une appropriation de la mémoire des Alpes-Maritimes », dans Recherches régionales, octobre-décembre 2006, p. 121-129.

Thierry Couzin, « Le renouvellement d’une identité de frontière. Les effets des bouleversements internationaux sur la notabilité dans le comté de Nice : 1792, 1848, 1870 », dans Cahiers de la Méditerranée, n° 74, 2007, p. 151-167.

Alain Ruggiero, « À propos du retrait de Nice des troupes piémontaises en septembre 1792 », dans Recherches régionales, janvier-mars 2007, p. 77-82.

Thierry Couzin, « Révolution française, périphérie piémontaise et restauration (1789-1830) », dans Recherches régionales, janvier-mars 2008, p. 83-92.

Marc Ortolani, « Les Alpes-Maritimes entre France et Italie à travers le discours politique local (1860-1914) », dans Cahiers de la Méditerranée, n° 77, 2008, p. 201-228..

Thierry Couzin, « Frontières. Étude sur l’historiographie niçoise du XIXe siècle », dans Recherches régionales, juillet-décembre 2009, p. 11-17.

Notes

1 Arch. nat., A. E., BI 926, lettre du 2 octobre 1792.

2 Dénomination officielle, depuis 1720, des États de Savoie, qui se composaient, outre Nice, du Piémont, de la Savoie et de la Sardaigne.

3 C’est la vulgate exposée par Maurice Bordes dans l’Histoire de Nice et du pays niçois, Toulouse, 1976, p. 214-215, qui insiste sur la panique et le défaitisme piémontais, ainsi que sur les pillages de la cité abandonnée.

4 Voir la bibliographie en annexe.

5 Pierre Caillet, Comité des recherches de l’Assemblée nationale. 1789-1791. Inventaire analytique de la sous-série D XXIXbis, Paris, 1993.

6 Fils d’un avocat au Parlement, il avait précédemment été chargé d’affaires à la cour de Danemark et avait été anobli en 1775.

7 Lettre du 20 octobre 1790.

8 Un exemple (lettre du 11 janvier 1791) : « J’étois étonné de ne pas voir aux mécontens retirés à Nice l’abbattement qui eût dû être la suite des échecs multipliés qu’a souffert leur plan coup sur coup, mais au contraire d’apprendre que l’air de satisfaction renaissoit sur leurs visages et qu’ils reprenoient le ton de la confiance : toujours de leur part le langage de la contre-révolution, toujours la banqueroute de l’État annoncée comme inévitable, toujours dans leur bouche l’impossibilité que le mode actuel des choses subsiste. Enfin, en combinant quelques propos recueillis séparément de divers de leurs adhérens à l’insu les uns des autres, voici ce qui m’est revenu des motifs de l’espoir qui leur reste : Monsieur le comte d’Artois, disent-ils, est allé à Venise où il attendra de Vienne un courrier qui lui apprendra quand et où, à Vienne ou ailleurs, il pourra s’abboucher avec l’Empereur.
Les princes de la maison de Condé vont à Berne ; ils y séjourneront quelque tems avant de se rendre à Vienne. L’ex-ministre passe en Suisse afin de préparer les mesures.
La cause de tous ces mouvemens est un traité que l’on suppose conclu avec l’Empire, où son chef seroit partie contractante. On y cède aux puissances confédérées contre la France, la Lorraine, l’Alsace et la Franche-Comté, pour prix de l’invasion que feront les troupes impériales en Alsace, et celles des princes de la ligue réunies aux mécontens.
Le plan est de pénétrer jusqu’à Paris, où ceux-ci prétendent avoir un fort parti, surtout parmi ceux qui se qualifient Amis du Roi, pour tâcher de s’emparer de la personne de Sa Majesté et de celles de la famille royale, et mettre la capitale dans l’impossibilité d’agir. »

9 La lettre du 13 septembre précise : « J’ai su d’une autre part assés positivement que, dans les premiers jours de septembre, un des officiers de Vexin retirés à Nice alla chés un Juif de cette ville et lui demanda s’il avoit de vieux uniformes de ce corps. Le Juif répondit en avoir une soixantaine pour le moment. « Je n’en prendrai que deux, mais gardé-moi les autres ; dans une quinzaine de jours je les achèterai. Il doit alors se former ici un nouveau régiment sous le nom de Royal Vexin ; ils nous serviront. » Le 5 dudit, deux officiers sont retournés chés le même Juif et, ayant demandé s’il avoit encore les 60 habits, « Oui, non seulement, répliqua-t-il, mais j’en puis fournir cent. – Gardés-les, répliquèrent-ils ; en peu de jours nous les prendrons tous. » »

10 Arch. nat., D XXIXbis 33, 336, 8-9.

11 Arch. nat., D XXIXbis 44, 417, 28.

12 Arch. nat., D XXIXbis 34, 355, 3.

13 20 décembre 1790. Arch. nat., D XXIXbis 28, 285, 30.

14 Lettre du 22 avril 1792.

15 31 juillet : « La conduite de la cour de Turin devient si équivoque qu’ils ne savent eux-mêmes trop qu’en attendre… » Le 17 août, on annonce à Nice la décision sarde de neutralité. Le 14 septembre, le cantonnement des troupes est l’objet d’ordres et de contre-ordres qui occasionnent « toutes sortes de bruits »…

16 Lettre du 21 septembre 1792.

17 Georges Doublet, « Journal inédit… », 1924, p. 149.

18 Alain Ruggiero, 2007, p. 82.

19 Les excès commis par ses troupes valurent à Danselme d’être rappelé et de devoir se justifier devant la Convention où il sera rendu responsable des actes de pillage. Il produisit alors sa propre version des événements : Mémoire pour le général Danselme, 9 février 1793. Il fut mis à la retraite par arrêté du 12 avril 1795.

20 Nice historique, 1911, p. 58.

21 Ainsi avec Thierry Couzin, 2000.

22 Michel Iafelice, 1998. Henri Sappia, dès 1906, y avait consacré une étude qui commence ainsi : « Le nom de Barbet jette aujourd’hui l’épouvante dans nos âmes ». Aujourd’hui, voir : http://amontcev.free.fr/les%20barbets_3.htm

23 Marie-Louise Carlin, 1965, p. 30-31.

24 Nice historique, 1968, p. 130-132.

25 Pour Marseille, à titre de comparaison, voir Ruggiero Romano, Commerce et prix du blé à Marseille au XVIIIe siècle, Paris, 1956. Pour 1789-1790, le prix du blé en Provence s’y établit également entre 38 et 40 livres (p. 96).

26 Arch. nat., D XXIXbis 11, 125, 28-30.

27 Le mouvement est d’ailleurs double, puisque la fuite des émigrés français réfugiés à Nice à l’arrivée des troupes françaises est suivie de l’émigration des Niçois hostiles au nouveau régime (Michel Derlange, 1992).

28 Joseph Combet, 1909. E. Bouve, 1920. Gilbert Accolla, 1963, p. 97-104. Antoine Demougeot, 1968, 1969.

29 F. Roques, 1957.

30 Sylvie de Galléani, Olivier Vernier, 1989, p. 75-85.

31 À signaler aujourd’hui le rôle joué par internet dans la propagation d’idées ou d’opinions de tous ordres.

32 En 1913, Moris fit réaliser des copies de documents à Turin.

33 Henri Moris, 1893.

34 Joseph Combet, 1912, p. 198.

35 Paul Gonnet, Michel Péronnet, 1989.

36 Nice historique, 1989, p. 45.

37 Ernest Hildesheimer, « La réunion pacifique et consentie du Comté de Nice à la France en 1860 », dans Annales du Centre universitaire méditerranéen, 1960, p. 105-118.

38 Ernest Hildesheimer, 1992.

39 Alain Ruggero, 2007.

40 Ainsi la correspondance de Leseurre signalé par Doublet (1924), Cappatti (1934) et Imbert (1941), et revisitée en 2002 par Pierre-Olivier Chaumet qui renverse la perspective de lecture en s’intéressant d’abord à l’institution consulaire.

41 Actes du colloque 1388. La dédition de Nice à la Savoie, Paris, 1990, dans lequel Olivier Vernier proposait une relecture : « La Dédition chez les juristes : de la relation historique à la revendication politique », p. 467-474 et Paul Isoart et Jacques Basso effectuaient une remise en situation contemporaine : « Nice, la Provence et la France dans l’historiographie et le discours politique (1860-1940) », p. 509-519.

42 Laurent Ripart, « La « dédition » de Nice à la Maison de Savoie : analyse critique d’un concept historiographique », dans Cahiers de la Méditerranée, 62, 2001, p. 17-45.

43 http://michel-bottin.com/article.php?article=165, page =1

44 L’année 1860. Chronique de l’annexion, numéro spécial de Nice historique, 113e année, 1-3, janvier-septembre 2010. Voir également le catalogue d’exposition : Jean-Bernard Lacroix, Hélène Cavalié, Jérôme Bracq, Napoléon III et les Alpes-Maritimes. La naissance d’un territoire, Milan, 2009, qui, au-delà des documents connus, met l’accent sur la question des grands travaux réalisés par le Second Empire après 1860.

45 Simonetta Tombaccini, La vie de la noblesse niçoise. 1814-1860, Academia nissarda-Centro studi piemontesi, 2010.

46 Une telle érection de monuments commémoratifs est à replacer dans le cadre de la politique républicaine des années 1890 : Avignon, 1891 (ill. 2), Chambéry, 1892 ; un monument plus modeste dû à Vaudremer et Denys Puech situé place Saint-Roch à Menton fut également inauguré en 1896 par Félix Faure (ill. 3 ; voir Solange Frediani, Les lieux de mémoire à Menton de 1860 à nos jours, mémoire de maîtrise, Université de Nice, 2001, 199 pages). Le monument niçois « du centenaire » est l’oeuvre du sculpteur toulonnais Joseph Allar (1845-1925) également auteur de la statue de Jeanne d’Arc à Domremy. Érigé en bordure du jardin Albert Ier face à la mer, il fut inauguré, le 4 mars 1896, par Félix Faure qui présenta l’événement comme précurseur du rattachement de 1860. La déesse grecque de la victoire, Nikaïa, y surmonte une sculpture figurant Nice se donnant à la France ; de l’autre côté un bas-relief représente la Méditerranée surmontée des armoiries de Nice. Cette réalisation à la symbolique républicaine sobre (limitée aux traditionnels faisceaux de licteurs et emblèmes républicains) avait d’ailleurs été préférée à d’autres projets plus riches de références locales explicites ; il n’en donna pas moins lieu à une réaction hostile du quotidien anti-français Il Pensiero di Nizza.

47 Ernest Hildesheimer, Guide des Archives des Alpes-Maritimes, Nice, 1974.

48 À ces sources on peut adjoindre, on l’a vu pour quelques notations supplémentaires, les archives du Comité des recherches (P. Caillet, Comité des recherches de l’Assemblée nationale…). La Correspondance du Ministre de l’intérieur relative au commerce, aux subsistances et à l’administration générale (16 avril-14 octobre 1792) analysée par Alexandre Tuetey (Collection de documents inédits sur l’histoire économique de la Révolution française, Paris, 1917) ne fournit qu’une référence (p. 649, 24 septembre 1792) ; encore s’agit-il simplement d’un bâtiment qui faisait route de Marseille vers Nice, dont on apprend qu’il a été renvoyé à Antibes.

Table des illustrations

Légende Prix des grains sur la place de Nice, d’après les relevés de Leseurre (Paris, Arch. nat., AE, B1 926).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende Ill. 1 : Monument de Nice pour le centenaire de l’annexion de 1793, à la suite d’un concours lancé en 1892. Arch. dép. Alpes-Maritimes, 27 FI 0298, daté du 1er mars 1894, photographié par Adolphe de Chalvet, vicomte de Rochemonteix, tirage noir et blanc, 28 x 22 cm (don M. de Rochemonteix, 1994). Cl. Arch. dép. Alpes-Maritimes.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/324/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Ill. 2 : Avignon – Monument de la réunion du comtat Venaissin à la France. Arch. dép. Alpes-Maritimes, 7 Fi 7 n° 910, carte postale, 9 x 14 cm.Ce monument, réalisé par Félix Charpentier, a été inauguré le 19 juillet 1891 par le président Sadi Carnot ; il s’élevait place de l’Horloge et fut déplacé sur les allées de l’Oulle en 1974.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/324/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Ill. 3 : Monument de Menton pour le centenaire de l’annexion de 1793, à la suite ’un appel à souscription de 1891. Photographie, fin XIXe siècle-vers 1900. Arch. dép. Alpes-Maritimes, Fonds Jean Luce, 60 Fi 1185, cliché-verre, positif noir et blanc, 9 x 12 cm. Cl. Arch. dép. Alpes-Maritimes.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/324/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search