Version classiqueVersion mobile

Se donner à la France ?

 | 
Jacques Berlioz
, 
Olivier Poncet

1488-1532. Du duché de Bretagne à une province du royaume : union forcée ou servitude volontaire ?

Joël Cornette

Résumé

Complexe et tortueuse, l’histoire de la réunion de la Bretagne à la France est proposée sous la forme d’une dramaturgie en trois actes : acte 1 en 1488 (28 juillet, bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, marquée par la défaite du duc François II) ; acte 2 en 1491 (6 décembre, Anne de Bretagne épouse le roi de France Charles VIII) ; acte 3 en 1532 (contrat de Vannes : le duché de Bretagne devient une province française). Il est montré que le pouvoir central français a été contraint, en permanence, de « pactiser » avec les autorités et les classes dirigeantes. Les nobles bretons ont aussi trouvé des motifs de satisfaction dans la « francisation » sans violence du duché. Au-delà d’un processus d’intégration forcée de « l’État breton » à la « nation France », il reste que le « contrat de la reine Anne », comme n’ont cessé de l’appeler nombre de Bretons, « contrat » confirmé par François Ier et tous ses successeurs au début de leur règne, a conduit, de fait, à préserver des espaces de libertés et de franchises, concrétisés, notamment, par un moindre prélèvement fiscal. La Bretagne offre ainsi un modèle original d’intégration au royaume de France, qui se place dans un équilibre fragile, instable, sans cesse remis en cause, entre autorité et compromis, entre respect et mépris des privilèges, entre servitude volontaire et servitude imposée, souvent par la force.

Texte intégral

1Complexe et tortueuse, l’histoire du rattachement de la Bretagne à la France pourrait être résumée et restituée sous la forme d’une dramaturgie en trois actes.

2Le premier acte se déroule le 28 juillet 1488. C’est un acte militaire qui clôture, non loin de Fougères, quatre campagnes militaires en cinq ans, opposant deux puissances de forces inégales. Cette inégalité se situe dans un rapport de 1 à 10 : dix fois plus d’habitants (13 millions du côté français, 1,2 million du côté breton) dix fois plus d’argent (l’équivalent de 90 tonnes d’argent de dépenses annuelles pour le Très Chrétien face à 9 tonnes d’argent pour le duc), dix fois plus de puissance militaire. La supériorité de la cavalerie lourde donnait notamment à l’armée française un avantage décisif en cas de bataille rangée, comme ce fut le cas à Saint-Aubin-du-Cormier, où eut lieu la défaite finale, qui vit près de six mille soldats de l’armée du duc François II périr sur le champ de bataille.

3Le deuxième acte, conséquence du premier, se déroule trois ans plus tard. Il sanctionne l’issue, cette fois définitive, du conflit militaire, un conflit militaire qui a repris et a vu, notamment, Rennes assiégée par les troupes du roi de France. Comme l’écrit Commynes : « Le roi possède la Bretagne presque toute, hormis la ville de Rennes, et la fille qui est dedans ». La « fille » en question est Anne de Bretagne. Et c’est elle l’enjeu de ce deuxième acte, un acte matrimonial qui doit garantir une paix durable : le mariage d’une duchesse de 14 ans, avec le roi de France, Charles VIII, fils de Louis XI. Anne est la fille de François II, « duc par la grâce de Dieu », décédé le 9 septembre 1488 quelques jours après l’humiliant traité du Verger, qui sanctionnait la défaite de Saint-Aubin-du-Cormier et stipulait en particulier que le duc ne pouvait marier ses filles sans le consentement du roi – l’union matrimoniale d’Anne et de Maximilien d’Autriche était alors très engagée. C’était là, bien évidemment, un mariage politique, un mariage de raison, union célébrée dans la chapelle du château de Langeais, en Touraine, le 6 décembre 1491, sans faste excessif. Le 9 décembre, le prince d’Orange écrivait aux Rennais : « Mardi dernier, le roy épousa la reine votre souveraine dame. Et soyez sûrs que la nuit même, elle fut dépucelée […]. Et parce que je sais que vous en serez bien joyeux, j’ai voulu vous en avertir afin que vous fassiez faire des processions solennelles ».

4Trois décennies plus tard, le troisième acte est un acte législatif : le contrat de Vannes, signé en 1532 entre le roi de France, François Ier, et les états de Bretagne, transforme le duché, « l’État breton », pour reprendre le titre de la thèse de Jean Kerhervé, en une province française.

5Cette contribution voudrait surtout insister sur les deux actes qui sont les conséquences de la défaite militaire, avant d’interroger les enseignements qu’un « modèle breton » peut apporter dans une réflexion plus générale sur les processus d’intégration des provinces et des principautés à la « nation France ».

I. — LES TRIBULATIONS MATRIMONIALES D’UNE DUCHESSE DÉCHUE

6Le contrat de mariage du 6 décembre 1491 qui consacre l’union personnelle de la France et de la Bretagne précise que « pour obvier aux guerres […] qui ont eu cours et acquérir […] et maintenir paix […] perpétuelle », Anne « fille et heritiere seule et unique » du duc, « donne […] perpetuellement à heritaige audit seigneur, ses successeurs roys de France, par titre de donnaison faite pour cause […] dudit mariage, au cas qu’elle ira de vie à trespas paravant ledit seigneur sans qu’aucuns hoirs nés et procréés d’eux, les droits, proprietés […] competans à ladite dame es duché et principauté de Bretaigne ». La rigueur d’un tel contrat témoigne bien du rapport réel instauré entre un vainqueur et un vaincu : Anne cède à son époux tous ses droits sur le duché et elle s’interdit de révoquer cette donation par testament au cas où elle mourrait avant le souverain. Aussi le roi de France peut-il agir rapidement, comme s’il s’agissait d’un rattachement pur et simple…

7De fait, le duché a perdu toute autonomie : le 9 décembre 1493, Charles VIII publie une ordonnance qui supprime la chancellerie de Bretagne, ce qui lui enlève tout capacité législative. Sans doute, la mesure passe-t-elle inaperçue, parce que le poste de chancelier était avant tout honorifique, mais c’est bien la preuve que Charles VIII a toujours voulu annexer la Bretagne, sans aucune concession. D’autant que, parallèlement, la chambre des comptes, qui siégeait à Vannes, est déplacée, avec ses précieuses archives, à Nantes, jugée plus « française », alors que le parlement souverain de Vannes, créé en 1485 par François II, est remplacé par des Grands Jours qui relèvent du parlement de Paris. Quant au personnel administratif, il est largement « francisé » : ainsi, par exemple, sur les neuf receveurs du fouage en charge en 1491 – un par diocèse –, sept furent remplacés par des hommes choisis en dehors de la province.

8Retirée au château d’Amboise, condamnée à subir grossesse sur grossesse (elle eut quatre enfants de Charles VIII, tous morts en bas âge), Anne, qui ne porte plus son titre de duchesse, n’a aucun mot à dire : jusqu’au décès du roi, son nom n’apparaît même plus au bas des documents officiels, signés seulement du Très Chrétien, qui se comporte en véritable souverain d’une Bretagne déjà française : l’examen des souscripteurs des actes royaux concernant le domaine de son épouse, de 1491 à 1496, permet de constater que la majorité des décisions ont été adoptées par les conseillers ordinaires du roi, sans en référer aux Bretons.

9Soucieux d’assurer une domination consentie, notamment de la part des élites bretonnes, le souverain a cependant accordé quelques concessions : ainsi, le 7 juillet 1492, Charles VIII reconduit tous les privilèges dont ont bénéficié les Bretons sous l’autorité de leurs ducs ; notamment, et cet élément va désormais constituer l’un des moteurs des relations entre la France et la Bretagne, il est bien précisé que les Bretons ne doivent pas payer d’impôts sans le consentement explicite de leurs états ; il est précisé aussi qu’ils ne seront jugés que par la justice de Bretagne. Ces privilèges réaffirmés sont confirmés dans une ordonnance d’octobre 1493 : « Il n’est rien que plus désirons », peut-on lire dans la confirmation des privilèges de la Bretagne, « que de faire vivre notre dit peuple en paix et justice et le soulager des foules et oppressions, s’il en avoit à supporter, afin que de nostre temps on puisse dire qu’il aura fructifié et prosperé en biens, facultez et richesses. »

10Par ces concessions, le roi de France pose les bases institutionnelles du dialogue, un dialogue qui fut souvent conflictuel, entre la monarchie et la Bretagne, jusqu’à la Révolution de 1789.

11Surgit l’imprévisible : durant l’été 1497, Charles VIII tombe gravement malade, et connaît à cette occasion une révolution intérieure le poussant à « vivre selon les commandements de Dieu » (Commynes). Il meurt le 7 avril 1498 à Amboise, après avoir violemment heurté de la tête une porte basse. Il n’avait pas 28 ans…

II. — LES DERNIERS FEUX DU DUCHÉ DE BRETAGNE

12Tout semble alors changer pour Anne, âgée de vingt et un ans, déjà épuisée par d’incessantes maternités, mais délivrée de l’encombrante tutelle royale et mûrie politiquement par les épreuves.

13Dès le lendemain de la mort du roi, le lundi 9 avril, elle dicte à son secrétaire une véritable ordonnance à destination de la Bretagne : elle rétablit la chancellerie supprimée par son mari – elle en confie la responsabilité à Philippe de Montauban qui retrouve la charge qu’il avait exercée jusqu’en 1491 – et le conseil de Bretagne, « pour ce que entre autres choses y a de tout temps acoustumé avoir chancellerie et conseil serviez et exercez par chancelier et vice-chancelier ». Et elle convoque à Amboise barons et prélats : elle apparaît cette fois souveraine et libre…

14Quelques jours plus tard, elle écrit une longue lettre au vicomte de Rohan, lieutenant général du royaume et chef du plus grand lignage nobiliaire en Bretagne, pour l’informer officiellement du décès du roi et lui signifier ses « intention, grand et singulier vouloir et désir que [son] pauvre peuple soit soulagé et favorablement traité en toute bonne justice et tranquillité ». Elle y exprime sa volonté de reprise en main du duché, sa résolution à continuer l’œuvre de ses ancêtres et de « rebretonniser » les institutions bretonnes.

15Anne voulait que le nouveau roi se rende compte qu’elle n’était pas tant une veuve que la souveraine d’un pays qui avait besoin d’être administré et qui ne relevait plus du gouvernement royal : le 15 mai 1498, en compagnie de quelques dignitaires du duché, elle demande audience au souverain, à la fois pour faire ses adieux à la cour et pour manifester l’unité et la cohésion de la Bretagne. Elle exige aussi l’évacuation des garnisons françaises qui occupaient alors les principales villes bretonnes et elle s’installe ensuite à Paris, à l’hôtel d’Étampes, sur le quai Saint-Paul, où elle resta trois mois.

16Et c’est, de nouveau, un mariage : le 19 août 1498, l’accord matrimonial est conclu à Étampes (Anne est aussi duchesse d’Étampes) avec le nouveau roi Louis XII, l’ancien duc Louis d’Orléans, cousin de Charles VIII, conseiller de la duchesse avant 1492, envers lequel depuis longtemps elle éprouvait des sentiments partagés, entre méfiance et complicité. Elle sait aussi qu’elle ne peut avoir d’héritiers que par le roi de France, en vertu des clauses du traité de Langeais du 6 décembre 1491 (la duchesse ne pouvait plus se remarier, sauf avec le successeur du défunt roi) et, comme l’explique Brantôme, elle déclarait « qu’elle demeureroit plustost toute sa vie veuve d’un roy que de se rabaisser à un moindre que luy ».

17Le 7 janvier 1499, le contrat de mariage était signé. Le lendemain, Anne épousait Louis XII dans la chapelle du château de Nantes, au cours d’une cérémonie sans faste.

18Le contrat de mariage préservait très clairement l’indépendance de la Bretagne : le souverain promettait de respecter « les libertés, franchises, usaiges et coutumes du pays » et Anne se réservait de son vivant la jouissance pleine et entière du duché ; le roi n’était donc pas duc de Bretagne. Les clauses stipulaient par ailleurs qu’après la mort de la duchesse régnante, son second enfant mâle, ou à défaut de mâles, ses filles, dans l’ordre de primogéniture, hériteraient du duché avec tous les droits qui y étaient précédemment attachés. Et si elle mourait sans enfants, le roi ne conservait que sa vie durant la jouissance du duché, qui retournerait ensuite aux plus proches parents de la reine. Le duché échappait ainsi à la tutelle française. Concernant le gouvernement du duché, le roi ne pouvait rien innover, ni dénaturer les offices, ni destituer ceux qui en étaient pourvus. Aucun impôt, fouage ou subside divers, ne pouvait être levé sans le consentement des états assemblés sur le territoire breton et leur consentement était nécessaire pour tirer des troupes de Bretagne. Les charges et bénéfices ne seraient conférés qu’à des Bretons. Enfin, seulement pour les actes qui regarderaient la Bretagne, le roi pourrait porter le titre de duc, et la monnaie pourrait être battue en son nom, mais conjointement avec celui de la reine, le roi n’étant que l’époux de la duchesse.

19Significativement, Anne ordonna une émission monétaire, un écu d’or sur lequel elle se fit représenter couronnée, assise sur un trône, tenant dans ses mains le sceptre et la main de justice, revêtue d’un manteau de fleurs de lys et d’hermine, comme le symbole d’une situation à double niveau, qui se mettait en place : au sommet, le roi de France se réservait tout ce qui touchait aux fonctions régaliennes de la souveraineté (la justice, l’armée, la politique extérieure) ; dans le duché, Anne, sa femme, souveraine elle aussi, s’occupait de l’administration intérieure, permettant une « bretonnisation » du duché au moyen de la nomination par la duchesse des principaux administrateurs. Ce schéma créait les conditions d’un ralliement plus large de la noblesse en lui offrant la possibilité de surmonter le dilemme de fidélité qui fut le sien tout au long du XVe siècle : le partage des pouvoirs qui s’opère à partir de 1499 lui permettait de concilier le service du roi et celui de la reine.

20Jusqu’à sa mort, en 1514, Anne a cherché à se constituer une clientèle de fidèles au sein de la province, renouant ainsi avec la stratégie ducale du XVe siècle. C’est à des membres de la noblesse moyenne qu’ont été attribuées en priorité les charges de gentilshommes ou d’hommes d’armes, mais aussi les offices de l’hôtel de la reine ; c’est en leur faveur qu’ont été opérées nombre d’aliénations du domaine ducal ; ce sont eux qui ont reçu la responsabilité du commandement des compagnies assurant la sécurité de la province et des places fortes.

21Durant son « règne », Anne regroupa autour d’elle, d’abord à Amboise puis au château de Blois, une cour raffinée, qui marqua les contemporains : « Ce fut la premiere, écrit Brantôme, qui commença à dresser la grande Cour des Dames, que nous avons veu depuis elle jusqu’à ceste heure ; car elle en avoit une très grande suite, et de dames et de filles, et n’en refusa jamais aucune. » Anne fut aussi sans doute la première reine de France à posséder une maison indépendante, qui passa de 244 personnes en 1492 (dont 47 femmes) à 325 en 1496 (dont 53 femmes). Comme l’indique Brantôme, Anne considérait cette présence féminine comme une composante essentielle de sa double dignité de reine de France et de duchesse-reine de Bretagne. Car il s’agissait de tout faire pour placer sur un pied d’égalité sa maison avec celle du roi, ce qui explique l’introduction de grands officiers – grand maître, grand aumônier –, de grands dignitaires – chancelier, amiral –, et d’une garde personnelle formée de deux bandes de cent gentilshommes, en majorité bretons, qui ne la quittait jamais. « Elle voulut avoir ses gardes et institua la seconde bande des cents gentilshommes ; car auparavant n’y en avoit qu’une ; et la plus grand part de ça dicte garde estoient Bretons qui jamais ne failloient, quand elle sortait de sa chambre, fus pour aller à la messe et s’aller promener, de l’attendre sur cette petite terrasse de Blois qu’on appelle encor la Perche aux Bretons, elles mesmes l’ayant ainsi nommée. Quand elle les y voioit, “Voilà mes Bretons, qui sont, disoit-elle, sur le Perche qui m’attendent”. »

22Grâce à cette nouvelle structure, la noblesse se trouvait à la fois occupée, récompensée – « Tous couroient à elle et peu en sortoient mal contents » (Brantôme) – et, par ailleurs, associée à la gestion des affaires, essentiellement par le biais du conseil ducal, à nouveau convoqué autour de la duchesse Anne : les quelques actes conservés où l’on trouve mention du nom de ceux qui ont participé à leur élaboration attestent que les membres éminents de la noblesse ont été consultés aux côtés des grands officiers, ce qui contraste avec la mise à l’écart dont ils avaient été victimes sous Charles VIII.

III. — LES MALHEURS DE LA MATERNITÉ

23Il faut toujours le rappeler : pour les reines de France, engendrer un mâle est un impératif. Et c’est d’autant plus impératif pour Anne que seul un garçon pouvait garantir l’indépendance du duché de Bretagne…

24Or, tous les espoirs d’Anne concernant l’avenir d’un duché indépendant furent contrariés par de multiples malheurs, puisque des neuf enfants nés de ses deux mariages, elle ne garda que deux filles, Claude, née en 1499, boiteuse comme elle, et Renée, née en 1510, toutes deux filles de Louis XII : « Jamais, écrit Brantôme, elle ne les appelait que par leur prénom, “Ma fille Claude” et “Ma fille Renée”. »

25Anne défendit âprement le projet de mariage de sa fille Claude avec Charles de Luxembourg, le futur Charles Quint, pour qu’un jour le duché dont Claude hériterait puisse se séparer du royaume dont l’héritier était François d’Angoulême : le 22 septembre 1504, un traité confirma le projet.

26Finalement, en 1506, contre l’avis de la duchesse, le roi Louis XII et des « délégués », bourgeois et nobles soigneusement choisis, imposèrent à Tours les fiançailles de François d’Angoulême (âgé de douze ans) et de Claude : dans un dernier sursaut, Anne faisait réserver dans le contrat les droits éventuels du fils qu’elle pourrait avoir si le décès du roi lui permettait une nouvelle union…

27Profondément déçue dans ses espoirs maternels, Anne se replia peu à peu dans le cercle étroit de ses fidèles, notamment ses dames et demoiselles d’honneur et elle intervint de moins en moins dans les affaires. Usée par les maternités, très « maltraicté » par les sages-femmes, elle mourut le 9 janvier 1514, âgée de trente-sept ans.

28Le 18 mai 1514, Claude, la fille aînée d’Anne de Bretagne, épousait à Saint-Germain-en-Laye le futur François Ier, qui devint roi le 1er janvier 1515. En avril, elle faisait donation du duché à son royal époux, « pour en jouir la vie durant d’icelui », acceptant qu’il revienne ensuite au dauphin et non à un fils cadet qui aurait assuré une dynastie distincte.

29Le destin de l’Armorique était cette fois bel et bien scellé et avec lui le rêve d’indépendance d’Anne de Bretagne définitivement brisé…

IV. — FRANÇOIS Ier : LE MAÎTRE DE LA « SERVITUDE VOLONTAIRE »

30Trois ans après son avènement, durant l’été 1518, François Ier, encore tout auréolé de son triomphe italien (1515 : Marignan !), accomplit un voyage en Armorique, accompagné de sa femme Claude, « duchesse de Bretagne », « bien petite et d’estrange corpulence » (Gattinara). Après être entré à Nantes et avoir laissé la reine au Plessis-sur-Vert, au cours d’un « tour de Bretagne », qui reprenait les principales étapes du voyage qu’Anne avait accompli en 1505 (notamment aux pèlerinages du Folgoët et de Saint-Jean-du-Doigt), il resserra les liens avec la noblesse dont la soumission consentie lui était essentielle.

31Aussi les grands furent-ils l’objet de toutes ses attentions, de toute sa sollicitude : le souverain prit bien soin de séjourner longuement dans leurs domaines et il leur accorda pensions, faveurs et gratifications. Les nobles d’un rang modeste ne furent pas négligés, à l’exemple de Alain de Guengat, qui se vit attribuer 3 600 livres en 1519, pour les services qu’il avait rendus au roi durant son voyage.

32L’aventure militaire italienne exerçait une intense fascination dans la mesure où seul le beau fait d’armes permettait aux hommes d’acquérir et de capitaliser un honneur sans lequel la noblesse n’était rien. Les principales grandes familles nobles du duché ont pris part aux campagnes de François Ier, de 1515 à 1525 : Pierre de Laval, Robert d’Acigné, René de Montejean, Claude de Rieux, Pierre de Rohan… Elles furent en retour largement récompensées de leur vaillance au service du roi de guerre, notamment sous la forme de donations de portions du domaine royal.

33Les nobles d’Armorique ont ainsi trouvé plutôt des motifs de satisfaction dans la « francisation » sans violence du duché, notamment avec la création autour de la reine Claude d’un hôtel royal important, financé en majorité par les impôts prélevés en Bretagne. Nombre d’entre eux ont pu s’y employer au service de la monarchie tout en continuant à bénéficier de ses faveurs. Là aussi, on constate une grande stabilité, puisque nombre des officiers domestiques d’Anne sont passés après sa mort au service de sa fille, ce qui a évité toute rupture et mécontentement. Sans qu’elle ait joué un rôle politique considérable – restée près de Nantes, elle n’accompagna même pas son époux, on l’a vu, lors de son voyage en Bretagne en 1518) –, la reine Claude a donc, par sa seule existence, facilité la prise du contrôle du duché, en douceur, par le roi.

34Par contraste avec la politique d’intégration plutôt violente de la Bretagne à la France, entreprise par Charles VIII entre 1491 et 1498, François Ier ne procéda à aucun changement institutionnel brutal, ni à des mouvements intempestifs d’officiers. Ce qui n’interdit nullement une discrète, progressive et tenace reprise de la « francisation » de l’Armorique : le conseil ducal rétabli par Anne de Bretagne au temps de Louis XII cessa son activité et la chancellerie bretonne fut confiée à Antoine Duprat, chancelier de France, qui cumula ainsi les deux fonctions, française et bretonne. Surtout, le roi profita de chaque vacance d’office pour nommer un nouveau titulaire, toujours choisi dans les cercles immédiats du pouvoir : pour la collecte des fouages dans l’évêché de Cornouaille, par exemple, François Guillard laissa sa place, après son décès, au Tourangeau Gilles Lesné.

35En juillet 1524, la reine Claude mourut, au château de Blois, âgée de 25 ans. Dès lors, le souverain s’intitula « roy de France, usufructuaire du duché de Bretaigne, pere et legitime administrateur de notre très cher et très amé filz le dauphin, duc proprietaire dudit duché ».

36Mais la francisation, de plus en plus évidente de la Bretagne, supposait, bien évidemment, plus que jamais le soutien – à défaut, l’inertie – des grands. L’importance toute particulière qui leur est accordée se révèle dans le domaine de l’administration de la Bretagne où l’on constate un accroissement du rôle des gouverneurs : outre sa fonction dans le domaine militaire, le gouverneur intervient dans le secteur des finances où il soutient les demandes de subsides du roi lors de la tenue des états. Il joue aussi un rôle dans l’administration de la province, en concertation avec les présidents du parlement et les représentants des grands lignages.

37Cette charge de gouverneur, introduite en Bretagne par Charles VIII en 1491, est demeurée longtemps un poste honorifique confié à un grand prince souvent peu présent dans la province, tel Jean de Chalon, prince d’Orange, jusqu’en 1502 et son successeur le maréchal de Rieux. François Ier fit de même en nommant au début de son règne, en 1518, son beau-frère, Charles, duc d’Alençon. Tout changea le 27 août 1526, au lendemain du désastre militaire de Pavie, qui marque le début d’un second règne, après l’humiliante captivité du roi : François Ier désigne Guy de Laval, qui appartient à l’une des plus importantes familles de la noblesse, ce qui offre au roi la possibilité, par le biais des alliances et des clients de Guy de Laval de contrôler de larges secteurs de la noblesse bretonne même s’il s’agissait aussi de récompenser les services qu’il avait rendus, comme lieutenant général, en assurant la protection des côtes bretonnes lors des attaques anglaises au début des années 1520.

38Non seulement sa nomination est saluée par les états de Bretagne en décembre 1526, mais ils lui font voter un don extraordinaire de 6 000 livres à partir d’une imposition de 2 sols 6 deniers sur chaque feu. Sa promotion s’accompagna de la mise sur pied de véritables compagnies d’ordonnances qui lui permirent de disposer, pour la première fois, d’une force d’intervention efficace.

39Jean de Montfort de Laval, seigneur de Châteaubriant, accéda à la charge de gouverneur le 9 juin 1531. Il fut le premier grand aristocrate breton à jouer un rôle majeur au conseil royal, où il entra en 1525. Il demeura un élément clé puisqu’il assuma la direction de ce conseil en 1536 avec le chancelier Du Bourg et le cardinal de Tournon. C’est dire que durant toute cette période, cruciale, qui vit la mise en place du processus d’union définitive de la province au royaume, la Bretagne a été représentée par l’un des siens dans les instances gouvernementales. On peut dire que Jean de Laval-Châteaubriant a été au cours de ces années l’un des maîtres d’œuvre de la politique de François Ier dans la province et l’un des agents les plus actifs de son exécution.

40Avec lui, le gouverneur est devenu véritablement le représentant du roi en Bretagne. Signe révélateur : le séjour de François Ier dans le duché, en 1532, s’est déroulé pour l’essentiel dans sa résidence de Châteaubriant. Il est vrai qu’y résidait aussi Françoise de Foix, femme de Jean de Laval-Châteaubriant : cette dernière fut une maîtresse de François Ier, qui avait gardé pour elle une amitié sincère.

V. — 1532 : L’UNION FORCÉE

41Cette année-là, 1532, est fondamentale pour la Bretagne qui voit le duché passer au statut de province française. En effet, pour abolir tout risque d’une renaissance d’une principauté indépendante, François Ier désirait qu’une convention de droit public sanctionne définitivement la réunion de la Bretagne au royaume car, comme l’explique Bertrand d’Argentré dans son Histoire de Bretagne, « le roi de France est un grand roi qui ne souffrira jamais cet angle de pays en repos s’il n’en est seigneur irrevocable ». Mais pour obtenir cette seigneurie « irrevocable », il fallait l’accord des délégués des états de Bretagne, représentants légaux du pays. Or ces députés avaient déjà manifesté leur hostilité à l’annexion pure et simple et exigé, jusqu’alors en vain, que les actes royaux portent la mention expresse du « duché de Bretagne, principauté haute, belle, ample, de force et puissance ». Comment « forcer » les états ?

42Le cardinal Antoine Duprat, chancelier du royaume mais aussi, on l’a vu, chancelier de Bretagne, fut l’artisan de cette politique d’intégration. L’une de ses armes fut l’argent. Les largesses royales, en effet, se multiplièrent à la veille de l’Acte d’Union, pour anesthésier tout velléité d’opposition : le 9 juin 1531, on le sait, Jean de Laval avait été nommé gouverneur de Bretagne ; un an plus tard, le 31 mai 1532, la comtesse de Châteaubriant obtint les revenus des anciens domaines ducaux de Suscinio et Lestrenic ; un don de 18 000 livres avait été accordé à Jean de Laval, son mari ; le 12 juin, gages et pensions furent octroyés à Philippe Chabot, comte de Chagny ; le 15 juillet, Claude d’Annebaut reçut la chatellenie de Guingamp…

43Pour parachever le tout, François Ier gratifia la Bretagne d’un long séjour, durant le grand « tour de France » qu’il entreprit depuis novembre 1531 pour faire honneur à la reine Éléonore, son épouse, la sœur de Charles Quint, pour montrer aussi le dauphin François, le futur roi, qui venait d’atteindre sa majorité (treize ans révolus) à son peuple, pour recevoir les doléances de ses sujets et, éventuellement, y répondre : en ce XVIe siècle naissant, qui voit la construction de l’État absolu, visiter le royaume, c’est gouverner.

44Pour comprendre le déroulement de ces événements, nous disposons d’un document exceptionnel : la première version de l’Histoire de Bretaigne de Bertrand d’Argentré, achevée en 1582. Né à Vitré en 1519, Argentré à été associé aux travaux de « reformation » de la coutume en 1580 ; sénéchal de Vitré (à 22 ans), puis de Rennes, président du présidial de Rennes, jusqu’en 1589, c’est un jurisconsulte renommé, petit-neveu du grand chroniqueur Pierre Le Baud, dont il a recueilli les manuscrits. Ce sont les états de Bretagne qui lui ont commandé, en 1580, cette Histoire de Bretagne. Ce livre fut frappé d’interdit avant que ne paraisse une seconde édition, édulcorée, en 1588, Jacques de La Guesle, procureur général au parlement de Paris, ayant dénoncé la première version, au motif qu’elle contenait, selon lui, des « faits contre la dignité de nos roys, du royaume et du nom françois ».

45Il est vrai que les thèmes que développe Bertrand d’Argentré avaient de quoi déplaire aux partisans d’un royaume unifié : la Bretagne, explique-t-il, n’est pas un simple fief relevant de la couronne de France, mais un duché qui a une origine distincte, plus vénérable que celle de la monarchie française, puisque « cette ancienne royale principauté [est] le seule restante de l’honneur de l’ancienne Gaule ». Il s’agit bien, une fois encore, d’« exalter les origines, descendes et progression de cette nation, à vray dire naïve semance des Gaulois restante seule en Occident ». Et, du reste, la langue bretonne « que parlent aujourd’huy les Bretons est le vray et ancien Gaulois ».

46Le héros de cette histoire est le légendaire Conan Mériadec, établi vers 380, ce qui conduit Bertrand d’Argentré à soutenir qu’« il y avoit plus de cent ans que les Bretons estoient placés au païs de Bretaigne, avant que les Françoys eussent rien de plus près qu’Orléans ». Les rois de France, en outre, se sont engagés, en devenant ducs, à maintenir les lois de leurs prédécesseurs les ducs d’avant l’Union, une union dont il souligne quelle a été obtenue par la corruption de quelques-uns…

47Bertrand d’Argentré choisit en 1589 le camp de la Ligue. Il mourut en 1590. Quand Charles d’Argentré, son fils, fit rééditer l’Histoire, toujours expurgée, en 1618, le fils de Nicolas Vignier, historiographe du roi, un des censeurs de 1582-1583, édita la réplique que le père avait laissée inédite. La querelle n’était pas close, d’autant que l’Histoire fut rééditée encore en 1668 et sous forme abrégée un peu plus tard.

48Concernant la réunion des états de 1532, Argentré affirme s’appuyer sur une source irréfutable : le témoignage oral de son propre père, Pierre, sénéchal de Rennes de 1527 à 1547, directement mêlé aux tractations en cours et présent à cette assemblée décisive de Vannes où il joua un rôle important. Voici ce passage capital, jamais publié officiellement, un dialogue entre le président des états de Bretagne, Louis des Déserts, et le chancelier Duprat, dialogue entendu et rapporté par son père, le sénéchal de Rennes :

Et me souvient avoir ouy dire à feu mon pere et precesseur seneschal de Rennes qui estoit appellé en ces conseils qu’un jour maistre Loys des Desers, lors president [des états] en Bretaigne, estoit venu saluer ledit sieur chancelier Duprat, lequel luy tint plusieurs propos de cest affaire, luy montrant grand nombre de memoires et instructions, lesquelles luy avoient esté baillees de plusieurs parts pour conduire cest affaire, duquel il estoit très expressement chargé par le roy venu expres en Bretaigne, et ne sçavoit pas trop bien ledict chancelier quel moyen il y devoit tenir.
Ledict president, après avoir veu ses memoires, luy dist comme ne trouvant rien bon de tous ces expedients :
– Monsieur, il me semble qu’il y a de meilleurs moiens que tous ceux là.
– Et quels ?, dit le chancelier.
– Mons advis, dit-il, seroit qu’on traitast avec les estats qu’ils voulussent requerir l’union.
Ceste parolle mit le chancelier en merveilles :
– Avec les estats, dit-il, et seroit-il possible de faire cela avec eux ?
– Ouy, dist le president, les estats consistent de beaucoup de gens mais il n’en faut gaigner que trois ou quatre de la noblesse et quelques uns de l’Eglise et tiers estat, et toutes choses s’y feront à devotion : le roi a bien moyen de faire cela avec peu de gratification.
Le chancelier, à ces paroles, ploia tout ce qu’il avoit de papiers et de memoires et, sans plus essaier autre adresse, se donna ceste part. On besongna à meshuy par ceste voye.

49Et, de fait, le roi, qui résidait alors tout près de Vannes, au château de Suscinio, poussa les députés des états de Bretagne à solliciter eux-mêmes, comme une initiative émanant des Bretons, l’union de la Bretagne et du royaume de France.

50Les choses pourtant ne furent pas aussi simples : malgré les pressions, les jeux d’influences, les gratifications et la proximité des troupes royales, la discussion fut vive, longue, âpre… Notamment, Julien Le Bosec, procureur des bourgeois de Nantes, défendit le point de vue selon lequel il fallait consulter les mandants de chaque député.

51L’Histoire de Bretagne de Bertrand d’Argentré – toujours dans sa version primitive (1582), censurée –, témoigne bien de cette vivacité des débats, qu’elle résume en douze arguments défendus par les « opiniastres, ausquels il souvenoit de l’ancienne liberté du païs sous les ducs, qui disputoient ».

52Le premier argument était que l’annexion de la Bretagne serait synonyme d’aggravation de la pression fiscale : « Qu’ils alloient entrer et se soumettre au joug de toute servitude et asservir le païs à toutes tailles, impositions, subsides, gabelles, truages de France, à toutes les volontez des rois absolument. »

53Deuxième argument : ce serait la fin des privilèges, car « comme il ne falloit pas douter, pour entrer promettoient assez mais ils ne gardoient ne franchises, ne libertez, ny privileges du païs lorsqu’ils y auroient le pied ».

54Troisième argument : la faveur du roi serait accordée à des Français qui coloniseront les bénéfices dans l’institution ecclésiale bretonne. « Que tous benefices seroient donnez à personnes estrangeres, les prelatures aux courtisans près du roy qui ne voudroient cognoistre ny gratifier homme natif du païs ». C’est là une allusion au concordat de Bologne de 1516 qui accordait au roi la nomination aux principales fonctions de l’Église. La Bretagne n’était pas comprise dans cet accord.

55Le quatrième argument était d’ordre judiciaire : le parlement et les instances judiciaires bretonnes seraient dépossédés des affaires de justice. « Qu’à toutes heures, en vertu de committimus et autres commissions extraordinaires, ils seroient tirez en France en leurs causes et travaillez parmy les auditoires du royaume de France. »

56Cinquième argument : l’annexion à la France ferait perdre à la noblesse l’un de ses privilèges, la possibilité de renoncer provisoirement à son statut de noblesse pour pratiquer le commerce. « Que chacun jour on leur deffendroit les traictes de la negociation par la mer, qui estoit presque le seul moien aux gentilshommes de faire deniers, pour le profit ou sugestion de quelques particuliers qui obtiendroient deffences de traictes pour après vendre cherement les congez. »

57Sixième argument : la noblesse serait contrainte de se placer au service du roi de guerre, loin de la Bretagne. « Que les gentilshommes seroient tirez au service aux guerres du roy, à quoy ils n’estoient tenus hors le païs. »

58Les autres craintes (de 7 à 10) étaient liées au risque de francisation des charges, des offices et aux perturbations multiples dans le commerce maritime (« la marchandise n’iroit en nulle liberté ni autrement que chargés de daces et impositions »), mais aussi dans la coutume de Bretagne. Enfin, les deux derniers articles (11 et 12) dénonçaient l’absence de souverain breton, alors que la « royne Anne […] avoit voulu que ceux de son sang succedassent » : « Il falloit demander d’avoir prince particulier qui soustint et voulust garder le pays et libertez des seigneurs, et cherir les siens, et eslever aux honneurs d’iceluy, et non pas les transporter à l’estranger, et, quand ils voudroient faire autrement, les seigneurs du pays estoient bien assez forts pour les contredire et se maintenir avec un prince particulier, comme on avoit veu l’experience au temps des ducs ; mais, avec un roy si puissant, il n’y avoit ordre, les choses faictes, d’empescher qu’il n’en fist ce qu’il voudroit. »

59Ce texte essentiel détaille, on le voit, les craintes multiples de nombre de Bretons, notamment les appréhensions des détenteurs d’offices, – dont l’auteur fait partie –, devant l’arrivée prévisible de concurrents venus du royaume, mais encore d’une petite noblesse, désireuse d’éviter les expéditions lointaines et soucieuse de pouvoir continuer à compenser les insuffisances de la rente seigneuriale par les charges ecclésiastiques, les offices publics et le commerce maritime.

60Des inquiétudes travaillent aussi les milieux d’affaires, alarmés par les risques de guerres si préjudiciables au bon fonctionnement et à la prospérité de leur commerce. En outre, on sent aussi dans ce texte l’attachement d’une partie de la société politique bretonne à la dynastie ducale, au droit du sang, à la descendance de la « bonne duchesse » Anne.

61Finalement, après tractations entre les agents de François Ier et les dignitaires des états, les députés adoptèrent, sans vote, le 4 août 1532, une requête au roi, reconnaissant le dauphin comme duc : le roi se trouva ainsi sollicité, comme prévu. Et comme prévu, il s’empressa d’accepter, et même – tant son désir d’exaucer le vœu de ses sujets était grand… – décida de faire aller au plus vite le dauphin à Rennes pour qu’il fût « incontinent » couronné duc de Bretagne. Le lundi 12 août, effectivement, le dauphin fit son entrée à Rennes, accompagné du comte de Châteaubriant, du cardinal de Gramont et d’une suite nombreuse. Le lendemain, le futur duc reçut les honneurs de ses troupes et de sa « bonne ville » de Rennes. Ce même 13 août, François Ier publiait l’édit d’Union à Nantes, qui reproduisait intégralement le texte de la supplique des états et en tirait la conclusion :

Considérant que cette requête est juste, raisonnable, utile et profitable au pays […], inclinant à la prière des états […], nous unissons et joignons les pays et duché et Bretagne avec le royaume et la couronne de France, perpétuellement, de sorte qu’ils ne puissent être séparés ni tomber en diverses mains pour quelque cause que ce puisse être […].

62Et le roi d’ajouter :

Nous voulons que les droits et privilèges que ceux dudit pays et duché ont eus par ci devant et ont de présent leur soient gardés et observés, inviolablement, ainsi et par la forme et manière qu’ils ont été gardés et observés jusques à présent, sans y rien changer ni innover ; dont nous avons ordonné et ordonnons lettres patentes en forme de charte estre expédiées et délivrées.

63Les historiens demeurent partagés pour définir la nature de cet texte : s’agit-il d’un traité ? Certains le soutiennent, en le définissant comme un traité international puisqu’il était reconnu implicitement que deux pays, deux peuples, deux couronnes voulaient s’unir. Il ne s’agissait pas d’une annexion ou de la reprise par le suzerain d’un fief ancien. Traité ou pas, ce texte contenait une formule qui suscitera bien des débats, des commentaires, des « malcontentements », allant parfois jusqu’à la révolte. Sans doute, les droits et privilèges étaient-ils déclarés inviolables, mais avec une précision lourde de potentialités revendicatives : « sans y rien changer et innover ».

64En récompense de sa fidélité, la ville de Vannes fut exemptée d’aides pendant dix ans. Les états de Bretagne déclarèrent à leur tour : « Nous unissons et joignons les pays et duché de Bretagne avec le royaume et couronne de France, perpétuellement, de sorte qu’ils ne puissent être séparés ni tomber en diverses mains pour quelque cause que ce puisse être […]. »

VI. — LA BRETAGNE FRANÇAISE

65Le mercredi 14 août 1532, lors de très solennelles cérémonies, François, fils du roi François Ier et dauphin de France, était couronné duc de Bretagne, en la cathédrale, sous le nom de François III : l’évêque de Rennes lui remit l’épée et, « ce fait, fut faite la bénédiction de la couronne ducale et lui fut posée sur le chef […]. Et fut le duc debout, tenant l’épée ramené en sa chaire ». À cette occasion, si l’on en croit maître Michel Champion, procureur des bourgeois de Rennes, il lui fut demandé de prononcer quelque paroles « en langaige troyen qui est breton bretonnant en langaige françois ».

66François III, bel et bien « duc de Bretagne », un duc de quatorze ans, n’était en fait qu’un jouet entre les mains de son père… En septembre 1532, fut publié au château du Plessis-Macé, près d’Angers, le « contrat bilatéral entre gouvernement français et représentants de la Bretagne ». De ce document, qui détaille les garanties accordées à la Bretagne, trois dispositifs forts doivent être retenus :

  1. D’abord, « aucune somme de deniers ne pourra être imposée aux Bretons si préalablement elle n’a été demandée aux états d’icelui pays et par eux octroyée ». Les deniers fournis par les « billots » ou « octrois » seront employés aux fortifications et réparations des villes et des places fortes.
  2. Ensuite, la justice sera maintenue « en la forme et manière accoutumée » ; les juridictions seront conservées et nul ne pourra être obligé de plaider hors de Bretagne sauf cas d’appel ressortissant au parlement de Paris.
  3. Enfin, les nominations aux charges et bénéfices ecclésiastiques ne seront attribuées qu’à des Bretons, à l’exception des proches du souverain.

67Le souverain ajoutait qu’il confirmait « tous les autres privilèges dont ils ont les chartes anciennes et jouissance immémorable jusques à présent ». Les Bretons conservaient donc leurs états, leur parlement, leur autonomie administrative. Le dauphin restait « duc de Bretagne ».

68En septembre 1532, l’édit du Plessis-Macé garantissait les libertés fiscales, judiciaires et ecclésiastiques de la Bretagne :

François, par la grâce de Dieu roy de France, usufructuaire des pays et duché de Bretagne, père et légitime administrateur des biens de notre très cher et très aimé fils le dauphin, duc et sieur propriétaire desdits pays et duché, sçavoir faisons à tous présents et avenir, que nous ayons receu l’humble supplication de nos très chers et très aimés les gens des trois états desdits pays et duché de Bretagne, par laquelle ils nous ont remontré qu’à la dernière assemblée d’iceux à Vannes, où nous étions en personne, après avoir accepté et eu pour agréable la requête qu’ils nous avaient baillée par écrit, signée de leur procureur et greffier, par laquelle nous requérant l’union d’icelui pays et duché avec la couronne de France, nous leur avons promis de les entretenir en leurs privilèges et libertés anciennes, et que de ce leur baillerions lettres en forme de chartre.
À cette cause, il nous plaise leur confermer et aggréer les privilèges dont ils ont cidevant joui et usé deuement, jouissent et usent encore de présent, c’est à savoir : que par cy-après, comme il a été fait par cy devant, aucune somme de deniers ne pourra leur être imposée, si préalablement n’a été demandée aux états d’icelui pays et par eux octroyée, et que les deniers provenant des billoz soient féablement employées aux fortifications et réparations nécessaires des villes et places fortes dudit pays, d’autant que le dit billot fut mis sus principalement à cause desdites réparations, qui revient à grande charge et foule du pauvre peuple, et que la justice soit entretenue en la forme et manière accoutumée, c’est à savoir le parlement, conseil et chancellerie, chambre des comptes, assemblée des états, les barres et juridictions ordinaires dudit pays ; et que les sujets d’icelui n’en soient tirés hors, soit en première instance ou autrement, fors aux cas ressortissant par appel à Paris, en suivant les déclarations qui ont été sur ce par cy devant faites ; et que moyennant l’union faite dudit duché de Bretagne avec la couronne de France, à la requête desdits états, aucun préjudice ne soit fait de l’indult d’icelui pays qui porte que nul non originaire ne pourra avoir ni obtenir bénéfice audit pays, sans avoir sur ce lettres du prince, et qu’icelles lettres soient baillées à gens étrangers, ni autres, sinon à ceux qui sont à l’entour de notre personne ; et avec ce, que nous ayons à confirmer tous les autres privilèges dont ils ont chartes anciennes et jouissance immémorable jusques à présent.
Nous, désirant gratifier les dits suppliants, non seulement de leur confirmer lesdits privilèges, ains les augmenter pour le grand amour et fidélité qu’avons connu par effet qu’ils ont envers nous, de notre certaine science, pleine puissance et autorité, avons confirmé et agréé, confirmons et agréons lesdits privilèges, lesquels en tant que mestier serait, avons donné et donné de nouveau, pour iceux jouir pleinement et entièrement tant et si avant qu’ils ont par ci-devant deuement et justement joui et usé jouissent et usent encore à présent. Toutefois n’entendons aucunement par ce que dessus révoquer les ordonnances par nous dernièrement faites à Vannes sur l’abbréviation des procès, suivant l’avis des principaux du Conseil d’icelui pays.
Si donnons en mandement par ces présentes à nos aimés et féaux notre gouverneur et lieutenant général audit pays, gens dudit parlement, conseil et chancellerie, chambre des comptes, sénéchaux, allouez et tous nos autres justiciers et officiers dudit pays et duché ou leurs lieutenants de publier et enregistrer ces patentes chacun en droit soi et icelles faire garder et observer de points en points ; et afin que ce soit chose ferme et stable à toujours, nous avons fait mettre notre sceau à cesdites présentes sauf en autres choses notre droit et l’autrui en toutes.
Donné au Plessis-Macé au mois de septembre l’an de grâce 1532 et de notre règne le 18e.
Ainsi signé « Par le roi, Breton, visa » et scellés en lacs de soie de cire verte. Et plus bas : « Collationné par moy greffier des états de Bretagne, Gaultier ».

69En 1534, les états firent soigneusement transcrire dans un registre les « privilèges et franchises » essentiellement fiscaux, dont bénéficiait la Bretagne. Ces privilèges furent régulièrement invoqués, comme en 1567 quand l’assemblée de Vannes rappela que « par accord et privilèges spéciaux accordés auxdits états de tout temps et ancienneté par les ducs de Bretagne et rois de France, par le contrat de mariage de la feue reine Anne et union dudit duché à la couronne de France. Il est entre autres choses expresses porté que, sans le consentement desdits états, ne seront levés aucuns deniers ni imposés aucuns nouveaux devoirs, subsides et impositions audit pays de Bretagne, ni ne pourra être fait aucune innovation dans la justice du pays. »

70Une confirmation est obtenue en 1579 par Henri III, puis en 1611 par Louis XIII enfant. Noël du Fail en réalisa même une version qu’il fit imprimer en 1581, avec l’appui des états, sous le titre de Livre des privilèges et franchises de la Bretagne.

71De telles précautions n’ont été, semble-t-il, ni inutiles, ni inefficaces : les exemples de levées d’impôts sans le consentement des états furent exceptionnels – surtout si l’on compare à d’autres provinces – et toujours liés à des moments de besoins financiers particulièrement aigus, comme à la fin des années 1570 ou en 1632 au moment de la révolte languedocienne du duc de Montmorency.

72Jusqu’aux années Colbert, les privilèges de la Bretagne seront globalement respectés, comme si l’ombre du duché indépendant s’imposait encore à la monarchie absolue du Très Chrétien.

73Pourtant, rien désormais ne fut plus comme avant : ainsi, dès les années 1538-1540, le taux de sept livres par feu est franchi pour le fouage et la Bretagne subit, de manière atténuée toutefois, la pression fiscale imposée notamment par les dépenses militaires : demandes de contributions aux villes, prélèvements sur le clergé, introduction de nouveaux offices…

74En 1536, à la mort de François III, « duc de Bretagne », c’est son frère Henri qui fut désigné par le roi pour lui succéder. Il fallut cependant quatre ans pour que ce dernier reçût le 9 février 1540, la responsabilité du duché et dans des conditions très strictes. En effet, le duché était attribué au dauphin pour son « entretenement » et le roi se réservait tout ce qui relevait de la souveraineté : exemption de fouages, délivrance des lettres de naturalité, contrôle des impositions… Le dauphin apparaissait totalement dépendant du roi et il ne prenait aucune décision sans en référer à son père : quand en 1544, les états lui présentèrent une série de remontrances, il s’en remit à François Ier pour la décision, qui lui appartenait seul.

75Et c’est ainsi que le royaume des lys remplaça le duché de l’hermine : d’une souveraineté partagée à une souveraineté absolue, la Bretagne dépendait désormais pleinement des décisions du Conseil royal et de lui seul…

VII. — UN MODÈLE BRETON D’INTÉGRATION À LA « NATION FRANCE » ?

76Au-delà d’un processus d’intégration forcée de « l’État breton » à la « nation France », il reste que le « contrat de la reine Anne », comme n’ont cessé de l’appeler nombre de Bretons, « contrat » confirmé par François Ier et tous ses successeurs au début de leur règne, a conduit, de fait, à préserver des espaces de libertés et de franchises, concrétisés, notamment, par un moindre prélèvement fiscal : après avoir un temps songé à introduire la gabelle en Bretagne, François Ier y renonça après que les états lui eurent bien signifié qu’une telle introduction était contraire aux privilèges de la province. Quant au fouage, l’impôt principal, équivalent breton de la taille, il fut bloqué à un taux peu élevé. Cet impôt « direct », prélevé sur les roturiers par feu, pesait surtout sur les tenanciers des grands propriétaires fonciers qui en acquittaient la plus grande partie, mais faiblement, si on le compare aux autres provinces : au milieu du XVIIe siècle, il est probable qu’un Français sur dix vivait en Bretagne et, pourtant, l’Armorique n’acquittait que 3 % des impôts directs du royaume.

77La Bretagne nous offre ainsi une forme de modèle d’intégration au royaume de France, une intégration qui s’inscrit dans un équilibre fragile, instable, sans cesse remis en cause, entre autorité et compromis, entre respect et mépris des privilèges, entre servitude volontaire et servitude imposée. Dans L’esprit des institutions (1973), Denis Richet explique que la tendance constante de la monarchie n’a pas tant été de supprimer les privilèges que d’y insérer sa propre autorité par tout un jeu d’accommodements et de compromis, comme le prouve, par exemple, le travail des intendants, au temps de Louis XIV (la Bretagne fut, du reste, la dernière province à voir la mise en place d’un intendant, en 1689). Montaigne a bien compris et expliqué ce poids et ce pouvoir très relatifs de l’État « central », quand il évoque, précisément, la Bretagne, dans un passage de ses Essais. Dans ce finistère du royaume, voyez, écrit-il, les sujets, les officiers, les occupations, le service et la cérémonie d’un seigneur retiré et casanier, nourri entre ses valets ; « et voyez aussi le vol de son imagination ; il n’est rien de plus royal : il oyt parler de son maître une fois l’an, comme du roy de Perse et ne le recongnoit que par quelque vieux cousinage, que son secrétaire tient en registre ». Et l’auteur des Essais de conclure : « À la vérité, nos loix sont libres assez ; et le poids de la souveraineté ne touche un gentilhomme françois à peine deux fois en sa vie. La subjection essentielle et effectuelle ne regarde d’entre nous que ceux qui s’y convient et qui ayment à s’honorer et enrichir par tel service : car qui se veut tapir en son foyer et sçayt conduire sa maison sans querelle et sans procez, il est aussi libre que le duc de Venise » (Les Essais, livre I, chapitre 42).

78Montaigne nous aide à aborder l’histoire politique de la période moderne avec précaution : nombre d’historiens, en effet, ont longtemps eu tendance à « sur-étatiser » leurs analyses, par tradition jacobine sans doute et peut-être aussi, tout simplement, parce que la majorité des archives émanent du pouvoir, notamment du pouvoir central. Or, ce pouvoir central ne disposait pas des moyens techniques ou humains pour pouvoir s’imposer sur l’espace du royaume : les 5 000 officiers au temps de François Ier sont devenus 60 000 au temps de Colbert. Mais il convient de rapporter ce chiffre aux vingt millions de sujets – environ – qui peuplaient alors la France. Ainsi, la notion de pouvoir central ou, quitte à commettre un contre-sens volontaire, de pouvoir « national », sauf dans le cerveau des légistes proches du roi, ne voulait pas dire grand-chose quand il fallait près d’une semaine pour aller de Paris à Rennes. Aussi le pouvoir central a-t-il été contraint, en permanence, de « pactiser » avec les autorités et les sociétés du lieu. À ce sujet, James Collins a bien montré combien la monarchie est parvenue, non sans crises, à exprimer sa puissance et à imposer sa loi en terres armoricaines. Mais cette puissance ne s’est pas faite prioritairement par une imposition brutale de la loi du roi, comme ce fut le cas, notamment, en 1675, lors de la violente répression de la révolte du papier timbré (ou des « torreben »), mais à l’aide et avec la coopération des Bretons, particulièrement de deux groupes sociaux consentants. D’abord, les grands seigneurs. Ces derniers jouissaient d’un revenu foncier de 30 000 livres ou plus par an (à l’image des Rohan et des La Trémoïlle, les deux familles les plus puissantes de Bretagne) ; ils dominaient l’armée et ils reçurent de fortes sommes versées par le trésor royal. Ces grandes familles fournissaient les gouverneurs militaires des grandes villes (Rieux à Brest, Goulaine ou Rosmadec à Nantes), et dominaient les états provinciaux. Ensuite, les « sieurs », en voie d’ascension sociale, qui avaient souvent des racines familiales dans les élites marchandes des villes. Ce sont eux qui dirigeaient l’administration civile et atteignaient les fonctions judiciaires les plus élevées, tel officier au parlement (charge anoblissante) ou président de la chambre des comptes ou juge de l’un des quatre présidiaux créés en 1552 par la transformation de sièges de sénéchaussées royales.

79Cet intéressement des élites fut d’autant plus fort que l’État royal a « privatisé », en quelque sorte, une large part des fonctions gouvernementales, par l’office (transmissible à partir de 1604) ou le droit de collecter des impôts (le système « fisco-financier » démonté par Daniel Dessert) : nombre d’officiers, de rentiers, de marchands réinvestirent ainsi une part de leur capital dans la ferme d’impôts. En intégrant ainsi la mobilité sociale provinciale à l’ordre qu’elle prétendait incarner, la monarchie parvint à associer de manière très intime, très durable, le pouvoir privé au pouvoir public.

80L’exemple sans doute le plus extraordinaire de cette fluidité sociale locale renforcée et confortée par l’État « central » est celui de Gilles Ruellan. Ce dernier commença sa carrière comme colporteur, se lança dans la ferme d’impôts jusqu’à prendre à bail les devoirs du diocèse de Saint-Malo et ensuite la ferme principale des impôts. Comme la plupart des fermiers, il prêta de l’argent au roi et, en échange, le souverain – il s’agit d’Henri IV – l’honora, en créant deux foires et un marché dans sa seigneurie du Rocher et en l’anoblissant en 1603 – la décision fut enregistrée, après protestation, en 1607. Par une extraordinaire prouesse en terme de mobilité sociale, la fille de Ruellan épousa l’aîné des fils du duc de Brissac et un de ses fils acheta un office de conseiller au parlement. À la fin de ses jours, en 1627, il se faisait appeler « Gilles de Ruelland, seigneur de la Rocheportail et du Tiersant », assumant fièrement son insolente fortune dans son grand château tout neuf du Rocher-Portail, en Saint-Brice-en-Coglès, aux limites de la Normandie : bâtiment en U, corps de logis précédé de deux imposants escaliers, grandes galeries, très hautes cheminées. « C’était un homme de bonne chère et aimé de tout le monde », précise Tallemant des Réaux qui lui a consacré une de ses savoureuses Historiettes. Et il ajoute que, malgré cette opulence affichée, il « avait encore quelque bassesse qui luy estoit restée de sa première fortune, car dans une lettre qu’il escrivoit à sa femme, qu’elle donna à lire (car Rocher-Portail n’avoit appris à lire et à escrire que fort tard), il parloit d’un veau qu’il vouloit vendre et d’autres petites choses indignes de luy »…

81James Collins multiplie ainsi les exemples, les études de cas, nous offrant une analyse aiguë des comportements sociaux, dans leur structure, leur diversité, mais aussi dans leur évolution : la période 1550-1625 se révéla particulièrement propice aux mutations, à la fluidité sociale, aux passages d’un groupe à un autre : beaucoup de familles utilisèrent ainsi un office royal pour accéder à la noblesse. À partir de l’étude de deux villes moyennes, représentatives du réseau urbain breton, Hennebont et Quimperlé, Philippe Jarnoux a bien montré que si le profil des officiers de sénéchaussées reste marqué par une forte présence nobiliaire, nombre de juges royaux étaient issus de familles enrichies au XVIe siècle par le commerce ou la finance (beaucoup ont été receveurs des fouages). La victoire d’Henri IV en 1598 a, semble-t-il, accéléré ce processus d’intégration de familles roturières au monde des officiers seconds, contribuant ainsi à associer les élites locales à la construction et à l’affirmation de l’État royal.

82Ensuite, ce processus s’est considérablement ralenti, et la société s’est « rigidifié », à l’image du parlement et de la chambre des comptes qui tendirent à se fermer. Au XVIe siècle, la part des hommes nouveaux (roturiers et anoblis) accédant au parlement peut être évaluée à près de 40 %. Cette proportion recula brutalement dans les années 1570 (moins de 30 %), avant d’augmenter sensiblement entre 1580 et 1600, les troubles de la Ligue étant favorables à l’arrivée de nouveaux venus. Le retour à la stabilité politique au temps d’Henri IV a fait chuter cette entrée des hommes neufs : ils ne représentent plus alors que 20 à 25 % des officiers reçus. Après une brève remontée dans les années 1620, le pourcentage retombe en dessous de 20 %. Et l’inflexion est manifeste dans les années 1650, qui consacrent la fermeture sociale du parlement breton devenu une chasse gardée de la noblesse : les hommes nouveaux ne représentent plus désormais qu’un sixième des arrivants et il s’agit en majorité d’anoblis…

83Ainsi ce « modèle breton » (fluidité et ascension sociale au XVIe siècle, fermeture puis rigidification au XVIIe siècle, le tout permis et renforcé par la monarchie « française ») nous aide à mieux comprendre la manière dont l’État royal est parvenu à s’affirmer et à s’imposer, de l’intérieur en quelque sorte, dans les provinces du royaume.

VIII. — ÉPILOGUE…

84Il n’empêche que, depuis le rattachement officiel de la Bretagne au royaume en 1532, la défense des « libertés » de l’Armorique, essentiellement fiscales, n’a cessé d’être réaffirmée, avec constance et, parfois, avec violence. Elle s’est exprimée sous la forme d’incessantes rivalités entre les institutions de la province et celles de l’État central, opposant souvent frontalement les états et le parlement bretons aux agents du pouvoir monarchique, ménageant ainsi une petite fenêtre de libertés…

85Et Anne de Bretagne, une Anne de Bretagne très « politique » et politisée, fut enrôlée dans nombre de mouvements d’opposition de la Bretagne à l’État central. Voici, par exemple, la manière dont Saint-Simon, résume, dans ses Mémoires, le complot du marquis de Pontcallec au temps de la Régence de Philippe d’Orléans, en 1719-1720 :

Les sieurs de Pontcallec, de Talhouët, Montlouis et Couëdic, capitaine des dragons, y eurent la tête coupée. […].
Les prisonniers avoient avoué la conspiration et les mesures prises pour livrer les ports de la Bretagne à l’Espagne, et y en recevoir les troupes, marcher en armes en France, etc., le tout juridiquement avoué et prouvé.
On les avoit éblouis de les remettre comme au temps de leur duchesse héritière Anne et de trouver la plupart de la noblesse de France prête à se joindre à eux pour la réformation du royaume sous l’autorité du roi d’Espagne, représenté en France par le duc du Maine.

86Et Anne de Bretagne, ou plutôt son image reconstruite après sa mort, a continué à être un enjeu politique, bien au-delà de l’Ancien Régime et de la rupture de la Révolution, notamment dans la Bretagne « nationaliste » des années 1930, qui accuse la France de tous les malheurs des Bretons. C’est ainsi que dans la nuit du 6 au 7 août 1932, au moment même où Édouard Herriot, le président du Conseil de la Troisième République, célébrait à Vannes le quatrième centenaire de l’union de la Bretagne à la France (« honteuse commémoration », selon les nationalistes), des membres de la société secrète Gwenn ha Du (« blanc et noir », les couleurs du drapeau breton) firent sauter devant l’Hôtel de ville de Rennes le monument qui rappelait cet événement depuis 1911 : ce monument représentait Anne de Bretagne à genoux devant une douzaine de Bretons, dont un mendiant en bragoubraz, implorant le roi de France Charles VIII assis sur son trône (ill. 1).

87L’association secrète revendiquait ainsi son action auprès de la presse :

Les Français célèbrent aujourd’hui le quatrième centenaire de leur victoire et de l’annexion de la Bretagne.
Toujours Bretons, non conquis malgré quatre siècles d’occupation française, nous avons décidé de remettre entre les mains des Bretons les destinées de leur patrie pour le plus grand bien de la patrie bretonne.
Nous ouvrons la lutte pour la délivrance de notre pays en ce jour anniversaire de notre annexion par la destruction du symbole de notre asservissement qui trône au centre de notre capitale.
Gwenn ha Du.

Ill. 1 : Jean Boucher, Monument de l’union de la Bretagne à la France, 1911. Carte postale, 9 x 14 cm, s. d., Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 6 FI RENNES 415. Cl. arch. dép. Ille-et-Vilaine.

88Cette affaire fit grand bruit : c’était le premier attentat « indépendantiste » en Bretagne et il mettait pleinement en lumière le Parti autonomiste breton. Quelques mois plus tard, alors que devait passer le train du président Herriot, venu célébrer, cette fois à Nantes, l’anniversaire de l’Union, au petit matin du 20 novembre 1932, la voie ferrée était sabotée à Ingrandes (Loire-Atlantique).

89Exactement sur la « frontière » entre la France et la Bretagne…

Bibliographie

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE UTILISÉES POUR CETTE ÉTUDE

Argentré (Bertrand d’), L’histoire de Bretaigne, des roys, ducs, comtes et princes d’icelle, l’establissement du royaume, mutation de ce titre en duché, continué jusques au temps de Madame Anne […], Rennes, 1582.

Aubert (Gauthier), Chaline (Olivier), dir., Les parlements de Louis XIV. Opposition, coopération, autonomisation ?, Rennes, 2010.

Brantôme (Pierre de Bourdeille, dit), Vies des dames illustres, françoises et étrangères, Paris, éd. L. Moland, Paris, 1928 [1868].

Chatenet (Monique), La cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architecture, Paris, 2002.

Collins (James B.), La Bretagne dans l’État royal. Classes sociales, états provinciaux et ordre public, de l’édit d’union à la révolte des Bonnets rouges, traduit par André Rannou et publié sous la direction de Gauthier Aubert et Philippe Hamon, Rennes, 2006.

Commynes (Philippe de), Mémoires de Philippe de Commynes, nouvelle édition revue sur les manuscrits de la Bibliothèque royale, par Émilie Dupont, 3 vol., Paris, 1840-1847.

Cornette (Joël), Histoire de la Bretagne et des Bretons, 2 vol., Paris, 2005.

Cornette (Joël), Le marquis et le Régent. Une conspiration bretonne à l’aube des Lumières, Paris, 2008.

Croix (Alain), L’âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, 1993.

Giffard (René), Essai sur les présidiaux bretons, Paris, 1904.

Jarnoux (Philippe), Famille et mobilité sociale dans les élites citadines en Bretagne (1550-1720), Mémoire de dossier d’habilitation à diriger des recherches, Université de Rennes-II, 2002.

Kerhervé (Jean), « Écriture et réécriture de l’histoire dans l’Histoire de Bretaigne de Bertrand d’Argentré, l’exemple du Livre XII », dans Chroniqueurs et historiens de la Bretagne du Moyen Âge au milieu du XXe siècle, dir. Noël-Yves Tonnerre, Rennes, 2001.

Kerhervé (Jean), L’État breton aux XIVe et XVe siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, 2 vol. , Paris, 1987.

La Borderie (Arthur de), Pocquet (Barthélemy), Histoire de Bretagne, 6 vol. , Rennes/Paris, 1896-1914.

Le Fur (Didier), Anne de Bretagne, miroir d’une reine, historiographie d’un mythe, Paris, 2000.

Le Page (Dominique), Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes, 1491-1547, Paris, 1997.

Le Page (Dominique), Nassiet (Michel), L’union de la Bretagne à la France, Morlaix, 2003.

Leguay (Jean-Pierre), Martin (Hervé), Fastes et malheurs de la Bretagne ducale, (1213-1532), Rennes, 1982.

Minois (Georges), Anne de Bretagne, Paris, 1999.

Monnier (Jean-Jacques), Cassard (Jean-Christophe), dir., Toute l’histoire de la Bretagne. Des origines à la fin du XXe siècle, Morlaix, 2003.

Montaigne (Michel de), Les Essais, Bordeaux, 1580.

Richet (Denis), L’esprit des institutions, Paris, 1973.

Tallemant des Réaux (Gédéon), Historiettes, 2 vol., Paris, 1961.

Terrasse (Charles), François Ier, 3 vol., Paris, 1948.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Jean Boucher, Monument de l’union de la Bretagne à la France, 1911. Carte postale, 9 x 14 cm, s. d., Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 6 FI RENNES 415. Cl. arch. dép. Ille-et-Vilaine.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search