Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Se donner à la France ?

 | 
Jacques Berlioz
, 
Olivier Poncet

Introduction

Jacques Berlioz

Résumé

En 2010 a été commémoré le 150e anniversaire de la réunion de la Savoie et du pays niçois à France par le traité de Turin du 24 mars 1860. Ce rattachement n’est pas intervenu à la suite d’une occupation militaire mais d’une cession volontaire par le roi de Piémont-Sardaigne. Ce livre veut prendre du recul devant cet événement et présente l’analyse de différents rattachements « pacifiques » (ce qui ne veut pas dire sans tensions ni débats) de territoires à la France, du Moyen Âge jusqu’en 1860, en soulignant leurs différents contextes historiques et leurs diverses modalités. Réfléchir, dans l’optique d’un comparatisme raisonné, sur ces rattachements est aujourd’hui d’actualité. Ainsi, la Wallonie, en cas d’éclatement de la Belgique, sera-t-elle rattachée à la France ? Et selon quel processus ?

The 150th anniversary of the annexation of Savoy and of the County of Nice to France through the Treaty of Turin signed on March 24, 1860 was commemorated in 2010. This annexation did not result from a military occupation, but from a voluntary transfer of power by the King of Sardinia. This book aims at stepping back from this event and at analysing various “peaceful” annexations to France (which does not mean that they came about without tensions or debates), from the Middle Age to 1860, highlighting their different historical contexts and characteristics. Based on a comparative approach, it seems relevant today to reflect on these annexations. Indeed, would Wallonia be annexed to France in the event of a break-up of Belgium? And what kind of process would be involved?

Texte intégral

  • 1 Jean Luquet, La Savoie de l’annexion. Le rattachement à la France, Veurey, 2010, p. 3.
  • 2 Les colloques se sont succédé durant l’année 2010, notamment dans les Pays de Savoie. Les expositi (...)

1En 2010 était commémoré le cent cinquantième anniversaire de la réunion de la Savoie et du pays niçois à la France par le traité de Turin du 24 mars 1860. Ce rattachement n’est pas intervenu à la suite d’une occupation militaire mais d’une cession volontaire par le roi de Piémont-Sardaigne, « une réunion à la France, comme le souligne Jean Luquet, ratifiée par un vote au suffrage universel masculin quelque peu orienté, mais largement acquis »1. Ce fut, pour être bref, une réunion pacifique. C’était, en 2010, le moment de prendre quelque recul devant cet événement, et de présenter divers rattachements « pacifiques » de territoires à la France, du Moyen Âge jusqu’en 1860, en soulignant leurs différents contextes historiques et leurs diverses modalités2. Rattachements pacifiques ? Bien des écarts se présentent… Christian Sorrel, dans ce volume, souligne ainsi que l’annexion de la Savoie en 1792 est la conséquence directe de l’entrée des troupes françaises dans ce territoire, malgré le caractère limité des combats ; et celle de 1860 se déroule dans le contexte des guerres d’unification de l’Italie et du passage des troupes françaises en Savoie, même si le processus proprement dit est pacifique. En 1860, la négociation et la consultation des habitants l’emportèrent, localement, sur les armes. Qu’en fut-il ailleurs ? Nous le verrons précisément. Mais d’ores et déjà il faut retenir que ces rattachements ou réunions n’ont pas eu lieu dans le sang et les larmes, ce qui ne veut pas dire sans tensions ni débats, pendant et après les événements.

2La grille d’analyse qu’ont affrontée les participants de ce volume est claire. Comment ces rattachements « pacifiques » sont-ils survenus ? Quel a été leur moteur premier ? L’élan fut-il donné par une élite ou porté par l’ensemble des classes sociales ? Quels furent les termes employés pour définir ces réunions ? Quelle fut l’idéologie (politique, culture, langue), ou – si l’on préfère – la culture politique, qui les a soutenus ? Venait-elle, cette idéologie, de la France elle-même ou des pays « réunis » ? Quels furent les symboles qui les accompagnèrent ? Quelles conséquences ces réunions ont-elles eu sur la conscience des pays réunis quant à leur spécificité historique ? En un mot, du Moyen Âge au XIXe siècle, un comparatisme raisonné de ces rattachements était-il possible ?

3La lecture des différentes communications ici données montre que le pari a été gagné. Bruno Galland s’attache tout d’abord à expliquer que la « réunion » de Lyon à la France, en avril 1312 – cette date reste contestée –, relève sans conteste des rattachements « pacifiques » au royaume. L’autorité royale française y était établie de fait depuis 1271-1273. Pour Br. Galland quatre éléments ont contribué au glissement pacifique de Lyon dans le royaume de France : le poids du patriciat urbain, le jeu des équilibres diplomatiques, l’absence d’un véritable sentiment d’identité provinciale justifiant la défense de la souveraineté et le contexte général d’affirmation des droits du roi de France dans son royaume. Ce sentiment est naturellement lié à la multiplicité des actes, conséquence du caractère progressif de la présence royale en Lyonnais ; il consacre, somme toute, le succès de la politique engagée par Philippe III et poursuivie par Philippe le Bel. Joël Cornette pose à propos du rattachement du duché de Bretagne à la France la question fondamentale : union forcée ou servitude volontaire ? L’histoire de cette réunion est proposée sous la forme d’une dramaturgie en trois actes, en 1488, 1491 et 1532. J. Cornette montre notamment que le pouvoir central a été contraint, en permanence, de « pactiser » avec les autorités et les sociétés du lieu. Olivier Rouchon aborde les trois rattachements temporaires, au cours du XVIIe et du XVIIIe siècle, des territoires pontificaux enclavés dans le royaume, la ville d’Avignon et le comtat Venaissin. Et ce qui retient O. Rouchon, ce sont les formes de participation des Avignonnais à des événements qui leur échappent. Il analyse par là ce qu’a pu signifier « se donner au roi » pour des sujets de la monarchie pontificale, gouvernés sous l’autorité d’un vice-légat siégeant au Palais des papes. Et si la prise de possession française est bien un événement subi, car la menace et la force tiennent leur place, la réunion au royaume est également une procédure que les sujets expérimentent comme une opération réglée ; elle ouvre même sous certaines conditions un espace de négociation et d’arbitrage. L’histoire de la perception d’un événement fait partie de l’histoire de l’événement lui-même. Françoise Hildesheimer le met en lumière à propos de la réunion de Nice à la France, en 1792-1793. Cet épisode révolutionnaire tient une position médiane entre dédition et rattachement, ce qui oriente l’orientation des interprétations successives. Enfin, Christian Sorrel aborde longuement la réunion de la Savoie à la France dans ces deux moments, quand « 1860 accomplit le destin français entrevu en 1792 ». Il les aborde de front, montrant comment les mémoires des événements sont tout à la fois emboîtées et concurrentes…

4L’École des chartes, qui nourrit depuis plus d’un siècle et demi un attachement particulier pour le droit, les institutions et la géographie historique, comme le rappelle Olivier Poncet dans sa conclusion, paraissait bien armée pour tenter de prendre la mesure de cette question. Elle a pu compter sur le concours de conservateurs et de chercheurs fins connaisseurs des sources et des enjeux locaux qui ont su replacer l’analyse historique dans ses dimensions locales aussi bien que dans ses effets plus larges, à l’échelle du royaume ou de la nation. Elle a également reçu le soutien de plusieurs organismes, établissements de conservation (Archives du ministère des Affaires étrangères), mais aussi d’entreprises savoyardes désireuses de s’associer à cette commémoration scientifique nationale. Au-delà des institutions, les organisateurs remercient tout particulièrement Mmes Isabelle Nathan, Bernadette Laclais et MM. Hervé Gaymard, Léon Grosse, Jean Luquet, Maurice Opinel, Pierre de Villeneuve.

5Réfléchir sur ces rattachements et réunions opérées dans un contexte « pacifique » n’est aujourd’hui pas neutre. Ainsi, la question de l’autonomie de certains pays est-elle d’une brûlante actualité. Un seul exemple : Flandre et Wallonie se quitteront-elles ? La Belgique vit-elle ses derniers jours ? La Wallonie rejoindra-t-elle (pacifiquement) la France ou un autre pays ? Certes l’histoire ne donne guère de leçons. Aborder l’histoire des rattachements d’un territoire à un autre renvoie à l’étude fondamentale des sociétés humaines car sont mis en lumière des moments privilégiés, des temps clés, où se joue le destin de pays, et celui des femmes et des hommes qui les composent.

Notes

1 Jean Luquet, La Savoie de l’annexion. Le rattachement à la France, Veurey, 2010, p. 3.

2 Les colloques se sont succédé durant l’année 2010, notamment dans les Pays de Savoie. Les expositions et manifestations populaires se sont multipliées, particulièrement dans le département de Savoie (cf. par exemple Chambéry 1860-2010. Rétrospective, DVD, Chambéry, 2011). Et les ouvrages ou articles ont été nombreux (cf. Christian Sorrel, Aux urnes Savoyards ! Petites leçons d’histoire sur le vote de 1860, Montmélian, 2010, p. 159-161). À Paris les Savoyards ne sont pas restés inactifs. Et l’association « Amitiés savoyardes », fondée en 1933 par Antoine Borrel, alors sénateur de la Savoie, et dirigée aujourd’hui par Pierre Chappuis, a décidé très vite de s’associer à cette commémoration. Jaillit l’idée d’une rencontre organisée par l’École des chartes, dont l’auteur de ces lignes était alors le directeur, liée depuis sa fondation en 1821 à l’écriture de l’histoire de la France. Olivier Poncet, qui y occupe la chaire de l’histoire des institutions pour la période moderne, s’associa à ce projet, en fournit les lignes de faîte, et en fut la cheville ouvrière.

Auteur

CNRS, Paris

© Publications de l’École nationale des chartes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540