Version classiqueVersion mobile

Juger le faux

 | 
Olivier Poncet

Première partie. Chercher le faux

Fraude, fiction et « faulseté » à la fin du Moyen Âge : les sombres affaires de Jean de Chabannes, comte de Dammartin, et le curieux cas du testament de sa fille Anne de Chabannes (1500-1502)

Elizabeth A. R. Brown et Thierry Claerr

Résumé

À la fin du Moyen Âge, les vies d’Antoine de Chabannes (1408-1488), comte de Dammartin, et de son fils Jean de Chabannes (1462-1503) furent marquées par des affaires de contrefaçon et de faux, ainsi que de fabrication et d’invention d’un passé glorieux non seulement pour élever la maison de Chabannes mais aussi pour réécrire des affaires sombres à leur avantage. À la lumière d’un ensemble de documents originaux, cette contribution a pour objectif d’analyser les méthodes condamnables (menace, falsification et torture) utilisées par Antoine de Chabannes et son fils, en particulier dans le cas du testament d’Anne, fille de Jean de Chabannes au début du XVIe siècle.

Note de l’auteur

Elizabeth Brown prépara et écrit la communication qu’elle présenta lors de la journée d’étude ; Thierry Claerr lui fournit des références utiles aux documents concernant les Chabannes, et ils collaborèrent à la rédaction finale de l’article. Elizabeth Brown tient à exprimer sa reconnaissance à Olivier Canteaut, Marie-Françoise Damongeot, Sylvie Daubresse, Denise Hillard, Janet Lizop, Pierre Janin, Marc Smith, Nicolas Petit et Clément Pieyre pour leur aide généreuse. Elle souhaite aussi remercier Céline Cros des Archives départementales de l’Yonne, et Aude Lefèvre et Florent Picouleau de la Bibliothèque du Musée Condé à Chantilly, de leur appui indispensable.

Texte intégral

  • 1 Pour les dates de vie et de mort d’Antoine de Chabannes, voir Henri de Chabannes, Histoire de la m (...)
  • 2 Thierry Claerr, « Jean de Chabannes, comte de Dammartin et bibliophile à la fin du XVe siècle » da (...)

1Autant la vie d’Antoine de Chabannes (1408-1488)1, comte de Dammartin, apparaît brillante et digne d’intérêt, autant celle de son fils Jean (1462-1503) semble terne et décevante2. Cependant toutes deux furent marquées par des affaires de contrefaçon et de faux, ainsi que de fabrication et d’invention d’un passé glorieux pour élever la maison de Chabannes. Dans cette contribution, nous nous concentrerons sur quelques-unes des traces de fraude, fiction et fausseté qui ponctuent les vies d’Antoine et de Jean : tout d’abord un document qu’Antoine aurait fabriqué et qui aurait causé sa chute en 1463 ; ensuite, des lettres créées produites pour appuyer les efforts faits par Louis XII pour obtenir l’annulation de son mariage avec Jeanne de France ; et enfin la triste affaire du testament contesté d’Anne de Chabannes, fille de Jean, et le prétendu triomphe de Jean sur ses adversaires, un prêtre et un notaire accusés par Jean d’avoir participé à la fabrication de ce document.

I. — LA FALSIFICATION EN HÉRITAGE : LES CHABANNES ET LE DIVORCE DE LOUIS XII

  • 3 Thierry Claerr, Le monde seigneurial dans le comté de Dammartin-en-Goële à la fin du Moyen Âge (v. (...)
  • 4 Albert Isnard, « Antoine de Chabannes, comte de Dammartin, grand-maître de France (1408-1488) », t (...)
  • 5 Le P. Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de Franc (...)
  • 6 Loïc Cazeaux, Le noble, les biens, le roi. Les mécanismes socio-politiques de la confiscation et d (...)
  • 7 BNF, fr. 2898 (recueil du XVIIe siècle de lettres et d’autres documents concernant les Chabannes), (...)

2Grâce à la faveur du roi Charles VII et à un talent inné à surmonter les coups du hasard, Antoine de Chabannes bâtit une solide fortune3 ainsi qu’une réputation controversée4 sous les règnes de Charles VII, de Louis XI et de Charles VIII. Il fit singulièrement progresser la notoriété des Chabannes en se mariant en 1439 avec Marguerite de Nanteuil, fille unique et héritière de Renaud de Nanteuil, seigneur d’Acy et, par son mariage avec Marie de Fayel, comte de Dammartin5. Redoutable homme de guerre, Antoine devint un capitaine estimé de Louis XI, qui lui offrit en 1467 la charge de grand-maître de France. Il avait connu cependant une période de disgrâce6 après l’accession de Louis XI à la couronne en 1463, après avoir été accusé d’avoir adressé à Charles VII « un pretendu rapport », qui, proclamé « faux et controuvé », fut « dechiré et laseré publicquement en plain parquet ». À cause de ce rapport, Antoine fut « declaré crimineux de leze majesté, banny a perpetuité du royaume et ses biens acquis et confisqués »7.

Arbre généalogique simplifié des liens entre la famille royale de France et la famille de Chabannes (XVe-début XVIe siècle)

Arbre généalogique simplifié des liens entre la famille royale de France et la famille de Chabannes (XVe-début XVIe siècle)
  • 8 BNF, fr. 10142, fol. 134-134v, cité par T. Claerr, Le monde seigneurial…, p. 242.
  • 9 H. de Chabannes, Preuves..., Supplément, t. 1 1915, p. 51.
  • 10 « Ledit fils, au grand deplaisir de sondit pere, se maria par premieres nopces, a la bastarde de C (...)
  • 11 Patrick Van Kerrebrouck, avec Christophe Brun et Christian de Mérindol, Nouvelle histoire généalog (...)
  • 12 Patrick Van Kerrebrouck, avec Christophe Brun, Nouvelle histoire généalogique de l’auguste maison (...)

3Le parcours de son fils, Jean de Chabannes, comte de Dammartin de 1488 à 1503, fut nettement moins brillant que celui de son père, ce dont Jean dut être pleinement conscient. Des vers qu’il connut bien déclaraient : « [Les] biens [de mon père] me demourerent et aussi le voulloir, mais fortune me fut de tous pointz si bien contraire, parquoy n’en parle plus et m’en veulz tres bien taire »8. Une histoire généalogique des Chabannes, écrite en 1527, jugeait que Jean « ressembla a ceux de la maison des comtes de Damartin, que n’auroit [...] esté que prodigue ». Selon cette histoire, Jean « se gouverna toujours contre la volonté de ce tres gentil et saige chevalier, son pere »9, notamment lors de son premier mariage avec Marguerite de Calabre, fille bâtarde de Nicolas d’Anjou, duc de Calabre10. Après la mort, en 1488, de Marguerite, son second mariage en 1491 avec Suzanne de Bourbon (1466-1531) ne fut pas moins problématique, principalement à cause du caractère de sa belle-mère, Jeanne de Bourbon († 151911). Fille illégitime de Louis XI, elle portait le surnom l’« Admiralle » en raison de l’office de son mari Louis, bâtard de Bourbon († 148712).

  • 13 Voir Elizabeth A. R. Brown, « Order and disorder in the life and death of Anne of Brittany », dans(...)
  • 14 Pour la lettre de Charles VIII, voir BNF, fr. 2898, fol. 31 ; R. de Maulde La Clavière, Jeanne de (...)
  • 15 AN, 90 AP 6, dossier 1bis, brouillon d’une lettre, incomplet, d’une main de chancellerie, adressée (...)
  • 16 Procédures politiques…, p. 915-916 ; BNF, fr. 5973, fol. 71 ; et la note 14 ci-dessus. Dans une de (...)
  • 17 Procédures politiques…, p. 1120.
  • 18 Procédures politiques…, p. 918, n. 3.
  • 19 Dans une lettre à Jean datée d’Orléans le 24 décembre, sans millésime, Louis XII signala sa récept (...)

4Très attachée à sa demi-sœur Jeanne de France, Jeanne de Bourbon fut en mauvais termes avec son gendre. Leurs relations se détérioraient notamment lors de l’affaire des prétendues lettres de Louis XI à Antoine de Chabannes, ces lettres qui auraient révélé les néfastes motivations du roi pour arranger le mariage de sa fille Jeanne de France avec Louis d’Orléans, le futur Louis XII, ces lettres qui devenaient une des plus importantes justifications de l’annulation du mariage de Louis XII et de Jeanne le 17 décembre 1498, permettant ainsi l’union de Louis et d’Anne de Bretagne, le 8 janvier suivant13. Le 24 avril 1488, quelques mois avant la mort d’Antoine de Chabannes, Charles VIII, ayant appris que son père avait adressé à Antoine des lettres concernant le mariage de Louis et de Jeanne, écrit à Jean de Chabannes pour les lui demander, apparemment sans résultat14. En revanche, à une date inconnue, probablement en 1498, Jean de Chabannes expédia à Louis XII « aucunes lettres et tiltres seruans aud. seigneur en ses tresgrans et haulx affaires »15. Ces « lettres et tiltres » étaient certainement liés au procès d’annulation, ainsi qu’aux quatre lettres qui furent effectivement présentées aux juges. Dans la lettre qui fut formellement soumise à la cour le 20 novembre 1498, Louis XI déclarait son désir que le mariage eût lieu, « pour ce quil me semble que les enffans quilz auront ensemble ne leur couteront gueres a nourrir »16. Dans une autre lettre, le roi affirma qu’il avait fait le mariage « quelque refus qu’il en ait seu faire, car bon besoin luy en a esté »17. Comme le déclara René de Maulde La Clavière à propos de la lettre introduite au procès, tous ces documents semblent avoir été « fait [s] à plaisir pour les besoins de la cause [du roi] »18, ce qui suggère qu’ils aient pu être fabriqués pour servir les intérêts de Louis XII – sinon par Jean de Chabannes et ses serviteurs, du moins sans doute par des agents du roi, qui auraient pu les modeler sur les pièces que Jean leur aurait transmises19.

  • 20 BNF, fr. 2898, fol. 82v-92v ; Procédures politiques…, p. 930-940. Elizabeth Brown traite des décla (...)
  • 21 Procédures politiques…, p. 945-952. Dans Louis XII et Jeanne de France. Étude historique et juridi (...)

5De telles lettres furent évidemment d’une importance capitale. Suivie par les aveux solennels et extraordinaires que le roi faisait deux semaines avant la fin du procès, le 4 et le 5 décembre20, la lettre introduite par le procureur du roi le 20 novembre fut un élément décisif dans la décision des juges, annoncée le 17 décembre 149821.

  • 22 AN, 90 AP 6, dossier 1bis : brouillon d’une lettre adressée au roi (voir la note 16 ci-dessus), où (...)
  • 23 Voir le brouillon de la lettre mentionné ci-dessus note 16 et note 23 ; voir aussi l’histoire des (...)
  • 24 Voir le brouillon de la lettre mentionné ci-dessus note 16 et note 23.
  • 25 Voir le brouillon de la lettre mentionné ci-dessus note 16 et note 23, ainsi qu’une lettre de Loui (...)
  • 26 AN, 90 AP 6, dossier 1bis, lettre de Louis XII à Jean de Chabannes, écrite à Blois le 24 septembre (...)
  • 27 Voir l’histoire des Chabannes, dans BNF, fr. 2898, fol. 87v-88 (« Elle donna 20 escus a deux de se (...)

6Après avoir envoyé ces documents au roi, Jean lui en adressa d’autres, parmi lesquels des lettres compromettantes de sa belle-mère Jeanne de Bourbon22, qui, d’après Jean, lui avait conseillé de « se gard [er] bien de bailler lesd. lettres et enseignemens aud. seigneur [le roi] »23. En expédiant au roi ces lettres de Jeanne de Bourbon, Jean déclarait vouloir éviter le « dangier de comectre felonnye et partant, se [mectre] en dangier de perdre ses biens et chevance et [s’acquitter] du serment de feaulté qu’il a aud. seigneur »24. Abordée par le roi, Jeanne de Bourbon, furieuse, accusa Jean d’avoir contrefait les lettres25. Ce qui s’ensuivit n’est pas clair, mais le roi lança sa propre enquête et demanda à Jean d’autres lettres de Jeanne de Bourbon pour pouvoir comparer l’écriture avec celle des lettres suspectes26, tandis que Jean souhaitait la désignation de commissaires par le roi pour régler l’affaire. Ce fut probablement cette « matière de fausseté » qui précipita la mort, la chute ultime, de Jean de Chabannes. Deux des serviteurs de Jean furent soupçonnés d’avoir été soudoyés par Jeanne de Bourbon en 1501 pour mettre « du poison en sa viande et [...] en son breuvage », provoquant ainsi la longue maladie qui finalement entraîna la mort de Jean, le 10 août 150327.

  • 28 BNF, Picardie 300, n° 85, document original, signé « G. de MontRuillon » et « H. Boucher », avec l (...)
  • 29 La lettre fut livrée par Jean Blanchart, le procureur fidèle des Chabannes, et les témoins furent (...)

7Cinq mois après son décès, Jeanne de Bourbon eut la satisfaction de recevoir de Guillaume de Montruillon, fidèle notaire des Chabannes, la copie d’une confession favorable à sa cause qui lui aurait fait grande joie : l’aveu de Hector Boucher, receveur de Saint-Maurice-sur-Aveyron pour Jean de Chabannes, daté du 5 janvier 1504, cinq mois après la mort de son maître. Dans cet acte, Boucher déclarait solennellement que vers 1498 Jean l’avait forcé, sous la torture et par des menaces, à contrefaire des lettres missives de Jeanne de Bourbon concernant le mariage de Louis XII et Jeanne de Valois. De plus, il affirmait que Jean avait expédié ces faux au roi28. Peut-on se fier à cette déclaration ? Selon toute probabilité, tant les détails sont précis, mais avec des réserves qui s’imposent29. Vraie ou fausse, l’histoire racontée en détail par Boucher sert à valider les déclarations des victimes de la colère de Jean, impliqués dans l’histoire du testament d’Anne de Chabannes, la fille de Jean : le notaire Jean Guerguezengor et le prêtre Jean Bourbon, tous les deux habitants de Châtillon-sur-Loing, où Anne de Chabannes mourut le 12 juin 1500. Mais avant de nous tourner vers ces pauvres hommes, témoins de la mort d’Anne, il sera pertinent de considérer un autre aspect du caractère et des propensions de Jean de Chabannes, étroitement lié au cas curieux du testament de sa fille.

II. — LA FALSIFICATION, OU LA CRÉATION D’UN PASSÉ GLORIEUX : LE TESTAMENT D’ANNE DE CHABANNES

  • 30 H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 238-229 ; id., Preuves…, t. II, p. 539-540, no 309.
  • 31 Pour l’exemplaire de Assaillant possédé par Antoine (BNF, fr. 15096), voir Robert Bossuat, « Thesé (...)
  • 32 Dans la version du roman dédiée à Jean de Chabannes par son médecin Nicole Houssemayne, Nicole déc (...)
  • 33 BNF, Clairambault 481 ; voir J. Quicherat, « Un manuscrit interpolé… », p. 232-235 ; H. de Chabann (...)
  • 34 Pour la date de sa mort, voir la note 28 ci-dessus.

8Pour compenser sa mauvaise fortune et sa défaveur auprès du roi, Jean chercha refuge dans le passé et dans la gloire fictive, en commanditant des monuments et des manuscrits qui louèrent la vaillance de son défunt père et de son lignage. Jean fit ainsi élever une statue équestre de son père dans l’église collégiale de Saint-Fargeau et fit composer maints poèmes et épitaphes en son honneur30. Il encouragea la « libre broderie » autour des faits, par l’exagération et l’invention de « fictions pieuses », afin d’amplifier la grandeur de sa maison et de son passé. Plus encore que son père31, il s’est approprié l’Histoire de Assaillant et de Gerard, premiers comtes de Dammartin, fidèles serviteurs du roi Dagobert32. De plus, c’est lui qui commanda le grand remaniement de la Chronique scandaleuse par Jean Le Clerc, dont la copie de présentation est décorée d’armoiries impressionnantes et fictives, y compris le parti d’Angleterre et de Dammartin. Ce manuscrit fut terminé le 23 décembre 150233, huit mois avant la mort de Jean34.

  • 35 Chantilly, Bibliothèque du musée Condé, ms 866 (XIV H 40) (dorénavant Chantilly, ms 866). Sur ce m (...)
  • 36 En juillet 1757, Dreux du Radier publia les légendes généalogiques qui accompagnent les portraits (...)
  • 37 Elizabeth Brown et Jacques Paviot préparent actuellement une édition de ce discours : Chantilly, m (...)
  • 38 Chantilly, ms 866, fol. 85 ; BNF, fr. 10142, fol. 123 ; J.-P. Moreau, « Anciens comtes… », p. 22 ( (...)

9Vers la même époque, à la fin de sa vie donc, Jean commanda un recueil fantaisiste des portraits des rois de France et des comtes de Dammartin, un pastiche de personnages, de légendes souvent versifiées et de textes historiques où le véridique côtoie le fabriqué, voire le fabulé35. Dans ce recueil, les portraits des rois commencent avec Pharamond et ceux des comtes avec Assaillant ; chaque portrait a sa propre légende36. Le recueil contient des copies des chartes authentiques et du discours que Jean Germain, évêque de Chalon-sur-Saône, prononça devant Charles VII le 24 mai 144737, ainsi qu’une fausse charte de Simon de Montfort, intitulée « roy d’Angleterre », qui fait référence à un certain « Alberich, conte de Dampmartin »38.

  • 39 Voir la note 38, pour le testament du duc de Guyenne à la fin du recueil.
  • 40 P. Stirnemann a analysé dans le détail l’illustration de cet acte, dans « Portraits des rois de Fr (...)
  • 41 Pour la date précise de sa mort, voir les lettres de rémission que Guerguezengor et Bourbon obtinr (...)
  • 42 Pour les trois filles de Jean et Marguerite de Calabre (Anne, Jacqueline, et Anne), olim Phillipps (...)
  • 43 Le P. Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique…, t. VII, p. 151-152. Fils de Jean III de Col (...)
  • 44 Pour Anne, voir le P. Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique…, t. VII, p. 141 et 151-52 ; (...)
  • 45 La lettre de rémission obtenue en janvier 1502 par Jean Bourbon, le prêtre qui assista à la mort d (...)

10La série de documents39 se termine par un prétendu arrêt du parlement de Paris du 23 mars 1502, qui donne gain de cause à Jean de Chabannes dans un procès concernant le testament de sa fille Anne. Illustré par une extraordinaire miniature (voir fig. 1)40, il mit apparemment fin à la triste histoire qui commença à la mort d’Anne le 12 juin 150041. Dernière descendante du mariage de Jean de Chabannes et de Marguerite de Calabre42, elle naquit en 1486 et fut émancipée à l’âge de trois ans le 23 janvier 1489. Mariée en 1496 à Jacques II de Coligny43, chambellan du roi, elle expira quatre ans plus tard, à l’âge de quatorze ou de quinze ans, au château familial de son mari situé à Châtillon-sur-Loing44. Un testament écrit au moment de sa mort légua une partie de ses biens, dans des circonstances controversées, à son beau-frère, Gaspard de Coligny, seigneur de Fromentes45. C’est ce testament qui fut à l’origine de l’arrêt qui figure dans le recueil des portraits des rois de France et des comtes de Dammartin.

Figure1. Chantilly, Musée Condé, ms 866, fol. 92. Miniature attribuée à Jean Pichore, représentant l’interprétation par l’entourage de Jean de Chabannes de la conclusion du procès des faussaires dans l’affaire du testament d’Anne de Chabannes (1500-1502). Les deux faussaires condamnés, au centre, portent des verges en signe de leur châtiment, des faux ensigne de leur crime, des filets au-tour de leur cou pour signifier qu’ils ont été attrapés et sur leurs épaules les actes de rémission qu’ils avaient malhonnêtement obtenus. Parmi les cinq hommes qui les regardent d’en haut, celui du centre pourrait être Jean de Chabannes : il tient dans sa main droite une éponge, qui doit servir à effacer leurs crimes dès qu’ils auront payé les amendes imposées par la cour et signifiées par la bourse tenue dans sa main gauche et attachée par une corde à l’éponge.

  • 46 Pour l’émancipation, voir BNF, Clairambault 765 (« Extrait [s] du registre des appointemens, actes (...)
  • 47 Selon la lettre de rémission obtenue par Jean Bourbon en janvier 1502, quand il vit Jean de Chaban (...)
  • 48 D’après la lettre de rémission qu’il obtint en janvier 1502, Guerguezengor était à ce momentlà ser (...)

11L’authenticité de l’acte ne peut pas être vérifiée à cause de la disparition du registre du parlement de Paris où il aurait dû se trouver. Ce document doit donc être considéré avec la plus grande prudence. Mais d’autres sources plus ou moins fiables révèlent clairement les réactions de Jean de Chabannes. Le legs attribué in articulo mortis à Gaspard provoqua sa colère. En se lançant dans une lutte acharnée contre tous ceux qui étaient impliqués dans l’affaire, il cherchait des alliés contre ceux qui contestaient ses droits à l’encontre de Gaspard de Coligny. Le 19 juin 1500, une semaine après la mort d’Anne, il émancipa sa fille Avoye46, âgée de sept ans, la seconde des deux filles nées de son mariage avec Suzanne de Bourbon, sa seconde femme, et lui accorda comme tuteur Antoine de Sorbiers, écuyer, seigneur de La Motte et gouverneur de Dammartin. Par la suite, les motivations de Jean devinrent claires : à cause de ces manœuvres, Antoine de Sorbier, agissant pour Avoye, pouvait être partie prenante de ses actions en justice. Avant le 19 juin, Jean commença à formuler une stratégie pour établir que lorsque Anne approuva son testament, elle n’agissait pas en connaissance de cause et qu’elle n’était pas capable de tester47. Pour ce faire, il lui fallut les témoignages explicites des personnes qui étaient présents à son lit de mort, et surtout du notaire Jean Guerguezengor48 et du prêtre Jean Bourbon, curé de Melleroy et chanoine de l’église collégiale de Saint-Pierre à Châtillon-sur-Loing.

12À cause des pressions auxquelles ces témoins furent soumis, il existe deux versions contradictoires des derniers instants de la courte vie d’Anne de Chabannes, la première favorisant les intérêts des Coligny, la seconde confirmant les allégations de Jean de Chabannes.

  • 49 H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 674-675 ; AN, JJ 235, fol. 31v, lettre de rémission de Jean (...)
  • 50 H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 669 et 675 ; AN, JJ 235, fol. 30 et 31v.
  • 51 H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 675 ; AN, JJ 235, fol. 31v. Sur ce point, le témoignage de G (...)

13La première version de ce qui s’est passé au lit de mort est conservée dans les lettres de rémission que Louis XII accorda en janvier 1502 à Jean Guerguezengor et à Jean Bourbon. Les récits des deux hommes sont complémentaires et souvent identiques. Dans leurs exposés, l’histoire se révèle toute autre que celle voulue par Jean de Chabannes et fabriquée par ses gens. Selon cette version, Jean Richard, maître d’hôtel d’Éléonore de Courcelles, la belle-mère d’Anne, aurait suggéré à Anne que comme elle avait toujours « bien amé vostre frere Monsieur de Fromentes », elle souhaiterait « le adventagier de voz biens par vostre testament », pour l’encourager « de prier et faire prier Dieu pour vous ». Ensuite, Richard lui lut la minute de son testament et elle l’approuva en disant « Oui » « a chascune clause d’icelluy »49. Puis Guerguezengor, et Bourbon à sa suite, relurent la minute du testament à la mourante. Chaque fois, Anne l’approuva, en disant « Oui », ou « Oui, je le vueil ainsy ». Jean Bourbon se souvint que, comme la clause concernant le legs à Gaspard de Coligny lui semblait « d’importance », il « ne voulut signer ladicte minute que premierement il ne l’eust donné a entendre a ladicte deffuncte »50. Selon ces deux témoins, tout ceci se passait « certain temps » avant que la jeune Anne « alla de vie a trespas »51.

  • 52 AN, 90 AP 6, dossier 1, acte du 27 février 1472, par lequel Antoine de Chabannes accordait à Guill (...)
  • 53 Il s’agissait d’Étienne Chotart, notaire de Puisaye, et de Louis Dupuy, notaire royal à Saint-Pier (...)
  • 54 H. de Chabannes, Histoire…, Preuves…, t. II, p. 652-654, no 339 ; AD Yonne, E 467, fol. 7-9.
  • 55 H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 676 ; AN, JJ 235, fol. 31v. Toujours suivant la lettre de ré (...)

14La seconde version de la mort d’Anne se trouve dans une déclaration prétendument faite par le notaire Guerguezengor le 30 juillet 1500, un mois et demi après la mort d’Anne de Chabannes. Cette attestation aurait été faite devant Jean de Chabannes, deux de ses officiers et cinq témoins, habitants de Saint-Fargeau, qui étaient tous étroitement liés à Jean. Le premier des témoins était Guillaume Veillac, chanoine de Saint-Fargeau, qui avait servi les Chabannes au moins depuis 147252. Comme ces témoins, les deux notaires qui enregistraient la déclaration étaient bien connus de Jean de Chabannes53. Toutes ces circonstances rendent plus que suspect l’aveu enregistré dans le document. Selon cet aveu, lorsque Guerguezengor arriva au lit d’Anne au milieu de la nuit, elle « tiroit fort aux plaints comme s’elle ne povoit avoir son alayne » ; ses jambes furent « comme glace et tous mors ». En écoutant la lecture du testament, Anne répondit seulement « Oui » aux clauses, et à la fin elle « fut precipitee de mal [...] [et] sembloit quelle ne peust parler et quelle eust la langue a demye coppee [...] et la lessa in agonia mortis ». Anne mourut « environ demy quart d’heure aprés ». La conclusion était claire : « Le testament, actendu la forme et maniere d’icelluy en tous et chacuns ses articles, est de nulle valleur et consequence. » En somme, « que ladicte [Anne] au temps que ledit testament fut receu n’estoit en estat de tester »54. Cette version de la mort d’Anne est semblable à la relation que Jean de Chabannes aurait obtenu de Jean Bourbon sous contrainte le 14 juin 1500 et qui aurait été enregistrée dans un document préparé par Richard Gervais, le receveur de Chabannes en Puisaye, et signée par son bailli Jean Peloux, ainsi que par Bourbon. Selon les termes de la lettre de rémission que Bourbon obtint du roi en janvier 1502, dans ce document Bourbon niait la vérité et affirmait que la feue Anne, « au temps que ledit testament fut receu, n’estoit en estat de tester »55.

  • 56 H. de Chabannes, Histoire…, Preuves…, t. II, p. 651-654, no 339 ; AD Yonne, E 467, fol. 7-9.
  • 57 Jean Merlin fut un témoin de l’acte de fondation d’une chapellenie par Veillac daté du 4 septembre (...)

15Ni l’enregistrement original de la déposition de Guerguezengor du 30 juillet 1500 ni l’aveu écrit de Bourbon du 14 juin précédent n’existent plus et il n’y a aucune preuve de leur authenticité. En effet, l’acte du 30 juillet 1500 est conservé dans un autre acte, celui-ci daté du 19 juillet 1501, presque un an après les événements allégués. Ce dernier fut préparé par le notaire préféré de Jean de Chabannes, Guillaume de Montruillon, et conservé parmi ses minutes56. Loin d’être un simple vidimus de l’autre acte, le document enregistré par Montruillon décrit la comparution des cinq témoins du 30 juillet – les fidèles de Chabannes – pour confirmer tout ce qui s’était passé en 1500 et pour affirmer l’authenticité de la déclaration de Guerguezengor, en y ajoutant des détails supplémentaires. Les deux témoins de l’acte du 19 juillet 1501, Jean Merlin et Jean de Haultemer, étaient des prêtres de Saint-Fargeau, liés à Guillaume Veillac, le premier témoin de 150057.

  • 58 H. de Chabannes, Histoire…, Preuves…, t. II, p. 654, no 339 ; AD Yonne, E 467, fol. 9-9v : « Lesqu (...)
  • 59 H. de Chabannes, Histoire…, Preuves…, t. II, p. 670-672 ; AN, JJ 235, fol. 30v-31. Pour le sens de(...)

16Il est important de noter que le registre des minutes dans lequel se trouve cet acte contient deux autres documents curieux qui sont tout à fait pertinents pour éclairer l’histoire des complots de Jean de Chabannes. Juste après l’acte du 19 juillet 1501, le notaire Montruillon enregistra une attestation fournie le même jour par une mère et sa fille, habitantes de Saint-Fargeau, âgées respectivement de 50 et de 20 ans « ou environ ». Leur témoignage concernait la grave maladie d’un certain Pierre de Tiersac, qui logeait chez elles en juillet 1500 « ou environ », et qui ne quitta jamais leur maison pendant les sept semaines qui précédaient sa mort. Pendant ce même temps, disaient-elles, le notaire de Châtillon (c’est-à-dire Jean Guerguezengor) était à Saint-Fargeau, mais comme Tiersac ne sortait jamais de leur maison, il n’aurait pas pu « lui meffai[re] ou mesdi [re] en aucune manière »58. Pourquoi ces dames faisaient-elles cette déclaration le 19 juillet 1501 ? Elles n’en disaient rien. Mais la lettre de rémission obtenue par Jean Guerguezengor en janvier 1502 résout la question. D’après cette lettre, le 29 juillet 1500 « un nommé Tiersac, serviteur dudict conte », menaça Guerguezengor que s’il n’écrivait pas une lettre décrivant la mort d’Anne dans les termes dictés par Richard Gervais, officier de Jean de Chabannes, « on luy feroit manger un quartier de grue, qui est une gesne inhumaine de laquelle ledict conte use tout notoirement ». Selon Guerguezengor, il n’avait pas le choix. Il capitula, donc, « doubtant que ledict conte le fist mettre en la grue comme il a fait plusieurs qui en sont demourez impotens toute leur vie, considerant qu’il estoit seul et que aucun de sa maison ne savoit où il estoit allé, et avoit laissé [ses] trois filles orphelines de mere en [sa] maison, qui n’avoient de quoy vivre, et que s’il estoit mis en ladicte gesne, il seroit à tousjours impotent comme les autres quy y avoient esté mis, et sesdictes filles en danger de mourir de fin »59. Mais si, comme les deux femmes le prétendaient, Tiersac ne sortait jamais de leur maison, il n’aurait pu avoir menacé Guerguezengor. Ce témoignage pouvait donc permettre de réfuter l’allégation de Guerguezengor selon laquelle Tiersac avait participé à sa persécution au mois de juillet 1500. Jean de Chabannes et ses gens pensaient à tout.

  • 60 Éleonor de Courcelles, mère de Jacques et de Gaspard de Coligny.
  • 61 H. de Chabannes, Histoire…, Preuves…, t. II, p. 655-657, n° 340 ; corrigé d’après AD Yonne, E 467, (...)

17Le registre des minutes de Guillaume de Montruillon contient un autre acte touchant au testament d’Anne de Chabannes : une déclaration de Jean Peloux, procureur général du comté de Gien, bailli de la Puisaye pour Jean de Chabannes, faite le 17 septembre 1501 au château de Saint-Fargeau devant cinq témoins sans doute proches de Jean de Chabannes. Que déclarait Peloux ? Que Guerguezengor le visita au printemps 1501 pour demander son intervention auprès de Jean de Chabannes, en lui avouant qu’il fut « terriblement tourmenté du testament de feue madame Anne de Chabannes » parce qu’il « avoit actesté et varié au contraire de sa premiere depposicion sur ce par luy faite, escripte et signee de son seing manuel, par laquelle il avoit dict que ledict testament estoit nul et de nul effect ». De plus, que « ce qu’il en avoit faict et revocqué, c’estoit par la craincte et doubte de Madame de Chastillon60 et de son filz, Monsieur de Fromente ». Peloux affirma que Jean de Chabannes, son maître, lui avait avoué que Guerguezengor s’était également confessé ainsi à Richard Gervais et à Louis Dupuy61. Pourquoi cet acte ? Pour montrer qu’une lettre que Guerguezengor déclarait depuis avoir été contraint d’écrire le 29 juillet 1500, était spontanée et exprimait la vérité – et que Peloux était un homme bienveillant, l’ami et le confident de Jean Guerguezengor, ainsi que le fidèle serviteur de Jean de Chabannes. Mais, s’il existait vraiment une déclaration datée du 30 juillet et faite devant des notaires, pourquoi les agents de Jean de Chabannes s’acharnaient-ils à faire valider une lettre de Guerguezengor du 29 juillet (dont on n’a jamais trouvé la trace) ?

18Tout ceci éveille de graves soupçons concernant la fiabilité des actes notariés de Montruillon : ils semblent bien avoir été rédigés pour soutenir la position de Jean de Chabannes contre Gaspard de Coligny et contre les victimes pitoyables de ce drame, Jean Guerguezengor et Jean Bourbon. Il est évident que, aussitôt après avoir pris connaissance de la mort de sa fille et, surtout, du contenu de son testament, Jean de Chabannes s’est lancé dans une lutte aveugle et acharnée contre ses adversaires et que, dans ces circonstances, tous les moyens, même les plus bas, comme la menace, la falsification et la torture, ont pu être employés par ses hommes de main.

  • 62 BNF, Picardie 300, n° 85, édité ci-dessous, pièce justificative n° 2.

19L’accusation d’intimidation et de torture est grave, mais ce n’est pas la seule fois où une telle accusation fut portée à l’encontre de Jean de Chabannes et de ses serviteurs. Le témoignage d’Hector Boucher, le 5 janvier 1504, en fournit un autre exemple. Quand Hector Boucher avoua, le 5 janvier 1504, avoir fabriqué de fausses lettres, il dit que, pour l’y contraindre, Jean de Chabannes « chargea [...] maistre Jehan le Painctre [un de ses serviteurs] de mectre [Boucher] en ung instrument de gehaynne appellé la grue ou il fut environ demie heure, de laquelle grue ledict le Painctre le mist hors et le mis prisonnier en ung retraict estant en ladicte chambre, ouquel il fut environ une heure »62. Le témoignage de Boucher confirme donc l’attestation de Guerguezengor et donne du poids aux affirmations de Guerguezengor et Bourbon selon lesquelles le comte les avait forcés à raconter les histoires qui soutenaient la version des faits qu’il voulait.

  • 63 Chantilly, Bibliothèque du musée Condé, ms 866, fol. 92v ; BNF, fr. 10142, fol. 92-93. Voir pièce (...)
  • 64 H. de Chabannes, Histoire…, Preuves…, t. II, p. 677 ; AN, JJ 235, fol. 32.
  • 65 Chantilly, Bibliothèque du musée Condé, ms 866, fol. 92v ; BNF, fr. 10142, fol. 92-93. Voir pièce (...)

20Les accusations de Guerguezengor et de Bourbon contre Jean de Chabannes et ses agents semblent donc fiables. En tout cas, le notaire et le prêtre se joignirent au seigneur de Fromentes pour faire appel au parlement de Paris d’une sentence du bailli de Montargis, qui donna gain de cause à Jean de Chabannes. Ensuite, au mois de janvier 1502, Guerguezengor et Bourbon obtinrent des lettres de rémission du roi. Quand Guerguezengor et Bourbon demandèrent au parlement de Paris d’entériner ces lettres, l’appel fut interrompu. Si l’on se fie à l’authenticité de l’acte inséré dans le recueil commandité par Jean de Chabannes, la cour prononça rapidement sa décision, le 23 mars 1502. Suivant cet arrêt, le Parlement aurait rejeté l’appel de Fromentes, Guerguezengor et Bourbon, et déclara les « minute et grosse [du testament d’Anne] [...] nulles, simulees, faictes par suggestion et autrement que appoint et telles que aucune foi a icelles ne sera adjoustee »63. Ensuite, l’arrêt énumérait les amendes imposées par la cour « pour les fraudes et faultes » de Guergeuzengor et Bourbon, qui étaient destinées à être employées « en œuvres pyteables » : 25 livres parisis pour Guerguezengor et 10 pour Bourbon, – à ajouter aux 7 livres parisis que Bourbon devait payer pour sa lettre de rémission, « pour employer en aumosnes a l’Ostel Dieu de Bloys »64 –, et, de plus, le versement de dommages et intérêts à Jean de Chabannes et à son allié Antoine de Sorbiers, le curateur d’Avoye de Chabannes65.

21Mais peut-on avoir confiance en ce soi-disant arrêt ?

  • 66 AN, X2A 63, fol. 243. Voir les références à « matiere de faulceté » (et « moyens de faulceté ») da (...)

22Selon le registre criminel du parlement de Paris de 1501, la décision du bailli de Montargis dont Fromentes, Guerguezengor et Bourbon firent appel au parlement de Paris, concernait « matiere de faulseté »66. Mais ni les plaidoiries des avocats ni le prétendu arrêt ne cernaient guère cette question. De plus, selon l’arrêt, la cour ne rejetait pas explicitement l’entérinement des lettres de rémission demandé par Guerguenzengor et Bourbon, mais en revanche les invoquait (ainsi que la « longue detencion de prison » subie par le notaire et le prêtre) en annonçant les peines extraordinairement minimes. Enfin, l’arrêt ne dit rien à propos de Fromentes, le co-appelant de Guerguezengor et Bourbon.

23Selon cet arrêt, le Parlement préféra promouvoir l’entente entre les puissants – en l’occurrence, Jean de Chabannes et Jacques de Coligny – plutôt que la recherche de la vérité et la punition des coupables. De ce point de vue, l’arrêt est convaincant et possède un semblant d’authenticité. Il fait penser à la conduite des évêques chargés du jugement sur la validité du mariage de Louis XII et de Jeanne de France. Ces juges qui ne posèrent pas de questions sur l’origine et la provenance de la lettre fatale de Louis XI à Antoine de Chabannes, qui n’essayèrent pas non plus d’établir si la lettre était un faux, qui n’interrogèrent les témoins que sur les signatures présentes sur la lettre. Quant aux graves accusations de contrefaçon de l’Admiralle, Jeanne de Bourbon, contre Jean de Chabannes, elles ne semblent jamais avoir été formulées officiellement. On condamnait la falsification, la contrefaçon, mais dès lors que les coupables étaient nobles et importants, les juges (souvent sous ou dans les mains de ces personnes) cherchaient plutôt la concorde que la vérité, plutôt le compromis que la révélation de ce qui s’était réellement passé.

  • 67 Olim Phillipps ms 8161 (voir notes 2 et 33), fol. 7 et v ; E. Rosenthal, Theseus de Cologne…, p. 1 (...)
  • 68 BNF, fr. 2898, fol. 87v ; sur l’histoire, voir la note 8 ci-dessus.
  • 69 AD Yonne, G 1998, 12 G, liasse II. s. l. 2e, acte notarié de Guillaume de Montruillon en date du 4 (...)
  • 70 Rapport des fouilles effectuées en 1977 par la Société d’histoire et d’archéologie de la Goële cit (...)
  • 71 Pour le tombeau d’Antoine à Dammartin, voir dans la collection Gaignières, BNF, Estampes, Rés. Pe (...)

24Hormis ce prétendu acte de Parlement de 1502, que reste-t-il du souvenir d’Anne de Chabannes et de sa triste mort ? Peu de choses si l’on se fie à l’histoire apparemment voulue par Jean de Chabannes. Ainsi, lorsque Nicole Houssemayne, médecin de Jean de Chabannes, dédia sa rédaction de l’histoire d’Assaillant à son maître Jean de Chabannes, il déclara que les trois filles du premier mariage de Jean avec Marguerite de Calabre « Anne, Jaqueline et Anne moururent en leur enfance », sans distinguer Anne de ses deux sœurs disparues très tôt67. En revanche, une histoire généalogique de la maison de Chabannes écrite en 1655 et tout à fait favorable aux intérêts des Chabannes, manifeste la plasticité du passé. Reprenant les aveux que Jean aurait extorqués à ses victimes, son auteur fait d’Anne la proie de Guerguezengor, Bourbon et son beau-frère. Selon cette histoire, « on fit un testament faux en son nom, qu’on luy vouloit faire signer, mais elle se trouva morte ; un de ceux qui auoit esté employé a cela en fit sa declaracion en justice, et les faux nottaires furent condamnés »68. En tout cas, dans le cimetière de Saint-Fargeau, une chapelle dédiée à sainte Anne, aux belles fresques du début du XVIe siècle, semble garder la mémoire de la jeune Anne à travers les siècles. Un des serviteurs les plus fidèles de Jean de Chabannes, Guillaume Veillac, prêtre, chanoine de Saint-Fargeau et le premier témoin de l’aveu suspect de Guerguezengor du 30 juillet 1500, décida en 1501 ou 1502 de fonder cette chapelle dédiée à la sainte patronne de la fille de Jean de Chabannes69. On se demande si cette décision fut, au moins en partie, inspirée par des sentiments de regret et de culpabilité d’avoir été complice de la persécution que son seigneur mena à l’égard des malheureux notaire et prêtre qui assistèrent au lit de mort de sa fille. En ce qui concerne Anne elle-même, une tradition vénérée, toujours vivante à Dammartin-en-Goële, veut que les restes d’une jeune femme trouvés près de ceux d’Antoine de Chabannes, quand son tombeau dans l’église collégiale fut ouvert70, soient ceux de sa petite-fille, la pauvre Anne qu’il n’avait guère connue71.

Annexes

PIÈCES JUSTIFICATIVES

1. Prétendu arrêt du parlement de Paris 1502, 23 mars. — [Paris].

B. Copie XVIe siècle, Chantilly, Bibliothèque du musée Condé, ms 866 (XIV H 40), fol. 92-93.

C. Copie XVIe siècle, BNF, fr. 10142, fol. 135-136.

Entre Jehan de Guerguzengor, notaire de Chastillon, messire Jehan Bourbon, prestre, porteurs de lectres de remission, prisonniers en la conciergerie du Palaiz, et Gaspart de Colligny, escuier, seigneur de Fromentes, appellans du bailly de Montargis et anticipes et deffendeurs en matiere de faulceté, d’une part.

Et Jehan de Chabannes, conte de Dampmartin, et Anthoine de Sorbiers, escuier, curateur donné par justice aux causes de Auoye de Chabannes, fille dudit conte de Dampmartin, intimez et anticipans, demandeurs en matiere de faulceté, d’autre part.

Veu par la court le plaidoyé desdictes parties fait en icelle les XXVIIe juillet, sixiesme jour d’aoust et autres jours ensuiuans, les moyens de faulceté baillés par escript, la minute que l’en dit estre le testament de feue Anne de Chabannes, signé « Guerguzengor », « Bourbon » et « Commaille », avec la grosse d’icelle, signé seullement dudit Guerguzengor, le procés fait a l’encontre desd. Guerguzengor et Bourbon, avec lesd. lectres de remission d’iceulx Guerguzengor et Bourbon, desquelles ilz ont requis et demandé l’enterinement en ladicte court, et aussi certaine requeste par eulx de nouvel baillees a icelle court, par laquelle ilz requeroient estre oyz par conseil a proposer leurs deffences contre les demandes, requestes et conclusions contre eulx prinse [s], et tout consideré, dit a esté que la court a mis et mect ladicte appellation au neant sans amende et pour cause.

Et a declairé et declaire ladicte court lesd. minute et grosse que l’on dit estre le testament de ladicte Anne de Chabannes nulles, simulees, faictes par suggestion et autrement que appoint, et telles que aucune foi a icelles ne sera adjoustee. Et pour les fraudes et faultes commises en ceste partie par lesd. Guerguzengor et Bourbon, en ayant esgard a leursd. lectres de remission quant a ce et longue detencion de prison qu’ilz ont soufferte, ladicte court a condampné et condampne icelluy Guerguzengor en XXV livres et ledit Bourbon en dix livres parisis d’amende, qui sera amployé en œuvres pyteables, selon l’ordonnance de la court. Et a tenir prison jusques a plaine satiffacion, et a mis et mect icelle court lesdictes parties hincinde hors de court et de proces. Et neantmoins condampne lad. court lesd. Colligny, Guerguzengor et Bourbon et chascun pour le tout es despens, dommaiges et interestz desd. conte de Dampmartin et Anthoine de Sorbiers oudit nom, la tauxacion d’iceulx reservee par devers elle.

Prononcé le XXIIIe jour de mars, l’an mil cinq cens et ung avant Pasques.

Ainsi signé : « A. Robert ».

2. Déposition d’Hector Boucher 1504 n. st., 5 janvier.— Saint-Fargeau.

A. Expédition orig., BNF, Picardie 300 (3e volume des « Chartes du comté de Ponthieu » [1180-1693]), fol. 8572. Parchemin, 615 x 387 mm (avec repli de 37 mm), autrefois scellé sur double queue de parchemin, ou du moins préparé pour être ainsi scellé.

Édition : Léopold Delisle, « Fabrication d’une lettre de Jeanne, fille naturelle de Louis XI, veuve du bâtard de Bourbon, amiral de France (5 janvier 1504, n. st.) », dans id., Littérature latine et histoire du Moyen Âge, instructions adressées par le Comité des travaux historiques et scientifiques aux correspondants du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-arts, Paris, 1890, no 49, p. 106-11173.

Déposition d’Hector Boucher touchant le faux d’une lettre de Jeanne, fille naturelle de Louis XI et veuve du bâtard de Bourbon (« Madame l’Admiralle »), exécuté vers 1498 pour Jean de Chabannes, comte de Dammartin, au sujet d’une lettre de Louis XI relative au mariage du duc d’Orléans (futur Louis XII) et de Jeanne de France, fille de Louis XI et de Charlotte de Savoie.

Au revers : « Attestation de Hector Boucher, escripteur des faulses lettres envoyees a Monseigneur de Dampmartin. »

A tous ceulx qui ces presentes lectres verront, Jehan Blanchart, maistre es ars, procureur general et garde du scel aux causes et convenances de la terre et seigneurie de Puisaye, salut.

Sçavoir faisons que en la presence de Guillaume de MontRuillon, clerc, notaire et tabellion juré dud. scel, et des tesmoingza soubzscriptz, Ector Boucher, recepveur de Sainct Morise sur l’Averon, aagié de trente ans ou environ, a dict, depposé et affermé par sa foy et serment et pour verité que dix ans a ou environ, il vint au service de feu monsieur Jehan de Chabannes, en son vivant conte de Dampmartin, seigneur de Sainct Fergeau et des pays de Puisaye, ouquel service il a esté et demouré, servant de l’office de secretaire jusques au deces et trespas dud. feu seigneur conte, lequel seigneur troisb ans a ou environ luy donna led. office de recepte.

Et luy estant oud. service six ans a ou environ, autrement du temps ne du jour n’est records, led. feu seigneur venant de devers le portail en sa grand sale du chasteau dud. Sainct Fergeau, trouva led. depposant ou pavillon qui est devant lad. grant sale. En laquelle sale il le mena, ferma luys dicelle, le fit promener avec luy, et luy parla de plusieurs choses et en plusieurs propos. Et entre autres luy demanda s’il sçauroit bien escriprec lectres missives semblables ou qui tirassent sur la main et escripture de madame l’Admirale belle mere dud. seigneur. A quoy il respondit que non. Et lors led. seigneur luy dist qu’il les feroit bien luy mesmes, mais il ne povoitd du tout assembler ses lectres, et qu’il escripvoit trop grosse lectre. Et de lad. sale led. fe seigneur mena led. depposant au cabinet nommé les Douze Mois, et avec luy mena ung nommé maistre Jehan le Painctre, par lequel le Painctre il fit porter trois ou quatre feulletz de papier ausquelz n’avoit point de marque, car il disoit que se led. papier estoit marqué, on congnoistroit bien ou il auroit esté faict. Et aussi fit apporter par led. maistre Jehan le Painctre de vieille encre que icelluy le Painctre avoit apportee de Paris. En laquelle encre led. Painctre avoit mis du saffran, mais pour ce quelle estoit trop jaulne, il la fit blanchir. Et, eulx arrivez oud. cabinet, fit led. feu seigneur fermer par led. le Painctre tous les huis d’icelluy afin quee personne n’y peust entrer. Et ce faict, tira de sa gibeciere ou de sa manche des lectres missives en papier de mad. dame l’Admiralle esquelles avoit quelque soubscription avec la signature de lad. dame. Et fit escripre par led. depposant, auquel il nommoit, quatre ou cinq mynutes en papier de lectres missives, par lesquelles icelle dame escripvoit aud. feu seigneur qu’il ne envoyast point au roy qui est a present unes lectres missives que le feu roy Loys avoit autresfois escriptes a feu monsieur le grant maistre, pere dud. seigneur conte, faisans mention du mariage d’icelluy roy et de madame Jehanne de France pour plusieurs causes qu’elle luy devoit dire. Et disoit led. seigneur qu’il falloit qu’il semblast que lesd. lectres fussent escriptes du temps que le roy fit son entree a Paris. Apres lesquelles mynuctes ainsi faictes differantes en langaige de l’une a l’autre, et non en substance, led. feu seigneur conte luy en lessa l’une, celle qu’il vit estre le mieulx a son appetit. Et luy chargea de sur icelle mynute faire une lectre missive tirant au plus pres qu’il pourroit de l’escripture de mad. dame l’Admiralle, et luy dist qu’il les luy rendist led. jour au soir en sa chambre. Et aprés que led. seigneur l’eut ainsi lessé oud. cabinet, il depposant regarda l’escripture d’icelle dame Admiralle a luy lessee par led. feu seigneur conte et fit unes lectresf missives pareilles a lad. mynute au plus pres qu’il peult semblables a l’escripture d’icelle dame, lesquelles toutesffois il n’acheva point.

Et afin que led. depposant besongnast a faire lesd. lectres, led. seigneur incontinant qu’il l’eut lessé, fit fermer les portes dud. chasteau en deffendant au portierg qu’ilh ne le lessast point sortir hors. Et led. jour au soir, aprés que led. seigneur fut retiré en sa chambre, led. depposant alla devers luy et incontinant qu’il fut entré en lad. chambre, icelluy seigneur le appella et fit entrer avec luy en sa garde robe de lad. chambre, de laquelle garde robe il fit fermer l’uys par led. maistre Jehan le Painctre, qui y entra avec eulx par le commandement dud. seigneur. Et eulx illec entrez, led. seigneur demanda aud. parlant s’il avoit faict son commandement et ce qu’il luy avoit chargé. Lequel depposant luy monstra lad. lectre par luy encommencee et imparfaicte, en luy disant qu’il ne sçauroit autre chose faire et que ce n’estoit pas son mestier de faire telles choses. A cause de quoy led. seigneur se corroussa trés fort a luy, luy disant qu’il ne tenoit compte de faire son commendementi et que par la mort Dieu il la referoit ou il le tueroit. Et chargea aud. maistre Jehan le Painctre de le mectre en ung instrument de gehaynne appellé la grue. Pour quoy led. maistre Jehan le Painctre le mena avec luy en sa chambrej et le mist avec l’ayde d’un nommé Colas Farnier, boulengier dud. seigneur oud. chasteau, en lad. grue, ou il fut environ demie heure. De laquelle grue led. le Painctre le mist hors, et le mist prisonnier en ung retraict estant en lad. chambre ouquel il fut environ une heure, et jusques ad ce que ung nommé Mathieu Mousnier, varlet de chambre dud. seigneur, l’en mist hors.

Et le lendemain environ heure de huit heures du matin, aprés que led. seigneur eut oy messe et desjeuné, il fit appeler par led. maistre Jehan le Painctre led. depposant, et le mena avec luy ou cabinet appellé les Carreaulx, estant oud. chasteau sur l’estang. Et eulx illec entrez, par led. maistre Jehan le Painctre fit fermer les huis d’icelluy cabinet et de toutes les galeries par lesquelles on y povoit aller. Et oud. cabinet fit alumer et faire ung beau feu. Ce faict, led. seigneur mesmes prinst des lectres ou estoit la soubzscription et signature de lad. dame l’Admiralle escriptes de sa main, les mist soubz une verriere qu’il avoit propice, et sur icelle verriere tira lectres en maniere de/a/b/c/semblables a celles que avoit faictes lad. dame. Et en ce faisant, le faisoit regarder aud. depposant afin qu’il peust contrefaire la lectre dicelle dame. Et aprés qu’ilz eurent longuement ad ce regardé et prins leur advis, luy fit led. seigneur escripre lectres missives adressans a icelluy seigneur par lesquelles lad. dame luy mandoit semblable substance que dict est. C’est assavoir qu’il n’envoyast point au roy lesd. lectres escriptes par led. feu roy Loys aud. feu seigneur grant maistre faisans mencion du mariage d’icelluy roy, lors dud. mariage nommé le petit duc d’Orleans, et de lad. dame Jehanne de France, fille dud. roy Loys. Et lesd. lectres led. depposant fit et signa au plus prés qu’il peult, comme s’elles eussent esté faictes et signees par lad. dame Admirale, par trois ou quatre fois, par le commandement dud. seigneur, auquel il n’eust osé desobeyr pour ce qu’il estoit en son service et subjection, enfermé comme dict est.

Et aprés que icelles lectres eurent esté ainsi faictes led. seigneur prinst celles qui luy semblerent le mieulx faictes a son appetit, et les autres avec toutes les mynutes fit gecter par led. le Painctre dedans le feu. Et ad ce faire furent depuis lad. heure de huit heures ou environ du matin jusques environ l’eure dek dix heures de nuyt, que led. seigneur se partit dud. cabinet et s’en alla coucher, et led. depposant s’en alla a son affaire. Et tost aprés, ne scet led. depposant combien de temps, led. feu seigneur envoya au roy lesd. lectres ainsi escriptes que dit est. Dict aussi led. actestant que devant le pardon qui dernierement a esté a Nostre Dame du Puy en Auvergne, il oyt dire aud. feu seigneur que si mad. dame l’Admiralle faisoit venir aucun excommuniment touchant lesd. lectres, il s’en yroit ou envoyeroit aud. pardon pour en estre absoulz, et qu’il en prenoit le peché sur luy seul.

Oultre dict et promect led. actestant que toutes et quantesfois qu’il plaira a mad. dame l’Admiralle, il dira, actestera et affermera, soit en jugement ou dehors, les choses dessusd. estre vrayes selon quelles sont cy devant escriptes. Et ainsi les a actesteesl pour verité, presens venerables et discretes personnes maistres Jehan Merlin, Jehan Fouassin, Thomas Martinet prebtres, chanoines de Sainct Fergeau, et Laurens Crethe, marchant demourant aud. Sainct Fergeau, tesmoingz ad ce requis et appellez. Dont et de laquelle depposition et affirmation dessusdicte haulte et puissantm dame madame Jehanne de France, contesse de Roussillon, dame de Valongnes et d’Ussonn, et nous Jehan Blanchart, procureur general de Puisaye, onto demandé et requis lectres audp. juré, quiq a accordees et octroyees ces presentes, pourr servir et valoir en temps et lieu ce que de raison. Lesquelles en tesmoing de ce, nous, garde dessus nommé, a la relation dud. juré et de son seing manuel mis a icelles, avons scellees dud.s seel.

Donné aud. Sainct Fergeau le cinquiesme jour du mois de janvier, l’an de grace mil cinq cens et trois.

Et pour plus grant approbation led. actestant a signees cesd. presentes avec led. notairet.

G. deMontruillon. H. Boucher.

R. Dracyu. Et quia ego, Reginaldus Dracy, clericus Autissiodorensis diocesis, publicus apostolica et imperiali ac regia auctoritatibus notarius et tabellio juratus, premissis omnibus et singulis dum sic utv premictitur dicerentur, fierent et agerentur per eundem Hectorem Boucher superius nominatum unacum prenominatis testibus presens fui, et de ipsis cum Guillelmo de MontRuillon notario publico patrie Puisaye notam sumpsi, idcirco presentibus litteris seu publico instrumento aut actestationew manu alterius fideliter scriptis, signum meum publicum hic me subscribendo apposui consuetum, in fidem et testimonium veritatisx eorumdem premissorum requisitus et rogatus.

Notes

1 Pour les dates de vie et de mort d’Antoine de Chabannes, voir Henri de Chabannes, Histoire de la maison de Chabannes, 4 t. et 1 t. de Supplément, Dijon, 1892-1901, t. II, p. 1 ; à la Réserve des Livres rares de la Bibliothèque nationale de France, ces tomes sont cotés Rés. 4-Lm3-2167, I, 1-4 et Supplément de I. « Pour servir à l’histoire de la maison de Chabannes », le même H. de Chabannes publia quatre volumes de Preuves (cotés II, 1-4) entre 1892 et 1897 ; entre 1915 et 1926, 3 volumes de Supplément aux Preuves (cotés Supplément de II, 1-3) ; et entre 1892 et 1899, quatre volumes de Planches (cotés III, 1-4). Pour la tradition selon laquelle Antoine avait quatre-vingt-sept ans quand il mourut, voir H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 237, 239, et ID., Histoire…, Supplément, 1901, p. 259 ; BNF, fr. 20235, fol. 46-49v, généalogie du XVIIIe siècle ; Phillipps, ms 8161, fol. 6v. Elizabeth Brown tient à remercier Sam Fogg et Sandra Hindmann de lui avoir communiqué des photographies de ce manuscrit Phillipps (autrefois en dépôt à la British Library à Londres et désormais en leur possession), ainsi que Kay Sutton de Christie’s pour l’avoir mise en communication avec M. Fogg. Suivant une histoire généalogique des Chabannes écrite en 1527 par Pierre Barthelon dit Marmande, de Paris, Antoine avait cent deux ans au moment de sa mort : Chabannes, Preuves..., Supplément I, 1915, p. 50, et ibid., p. 1-2, sur Barthelon, ancien serviteur de Georges, cardinal d’Amboise, et ensuite employé par Jean de Chabannes, baron de Curton, petit-fils de Jacques de Chabannes, frère d’Antoine de Chabannes, et donc cousin de notre Jean.

2 Thierry Claerr, « Jean de Chabannes, comte de Dammartin et bibliophile à la fin du XVe siècle » dans Les amis du passé de Mitry-Mory, t. 17, 1997, p. 61-64.

3 Thierry Claerr, Le monde seigneurial dans le comté de Dammartin-en-Goële à la fin du Moyen Âge (v. 1320 - v. 1520), thèse de l’École nationale des chartes, 2 t., 1999, dactyl., t. II, p. 222-224 et 238-242 ; id., « La gestion du comté de Dammartin-en-Goële à la fin du XVe siècle d’après l’étude du compte de 1495-1496 », dans Paris et Île-de-France. Mémoires publiés par la Fédération des Sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, t. 50, 1999, p. 149-200.

4 Albert Isnard, « Antoine de Chabannes, comte de Dammartin, grand-maître de France (1408-1488) », thèse de l’École nationale des chartes, résumée dans Positions des thèses…, Paris, 1887, p. 59-72.

5 Le P. Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France…, 9 t., éd. Honoré Caille et al., Paris, 1726-1733, t. VI, p. 671-672 ; t. VII, p. 130-131, 141 ; t. VIII, p. 382-383.

6 Loïc Cazeaux, Le noble, les biens, le roi. Les mécanismes socio-politiques de la confiscation et du don d’après la vie et le procès d’Antoine de Chabannes, comte de Dammartin (1408-1488), mémoire de maîtrise, univ. Paris-I-Panthéon-Sorbonne, 2003, dactyl.

7 BNF, fr. 2898 (recueil du XVIIe siècle de lettres et d’autres documents concernant les Chabannes), fol. 81-90 : histoire des comtes de Dammartin à partir d’Antoine jusqu’à 1655, date vraisemblable de sa rédaction (citation au fol. 82v). Cette histoire fournit des détails intéressants sur la disgrâce d’Antoine et rapporte que, pendant sa captivité, sa femme, Marguerite de Nanteuil, « fut contrainte de se retirer a Mitry chés Antoine Le Fort son fermier qui la nourrit elle et ses enfans pendant trois mois ». Au fol. 84, l’auteur de cette Histoire décrit avec beaucoup de satisfaction la chute de Charles de Melun, adversaire d’Antoine, et son exécution, ainsi que la bienveillance montrée par Antoine aux enfants de Charles.

8 BNF, fr. 10142, fol. 134-134v, cité par T. Claerr, Le monde seigneurial…, p. 242.

9 H. de Chabannes, Preuves..., Supplément, t. 1 1915, p. 51.

10 « Ledit fils, au grand deplaisir de sondit pere, se maria par premieres nopces, a la bastarde de Calabre », dans l’histoire de Barthelon citée ci-dessus, à la n. 2.

11 Patrick Van Kerrebrouck, avec Christophe Brun et Christian de Mérindol, Nouvelle histoire généalogique de l’auguste maison de France, t. III : Les Valois, Villeneuve-d’Ascq, 1990, p. 148 ; Jeanne fut légitimée le 25 février 1466. Voir aussi Alfred Gandilhon, « Contribution à l’histoire de la vie privée et de la cour de Louis XI (1423-1481) », dans Mémoires de la Société historique, littéraire et scientifique du Cher, 4e s., t. 20, 1905, p. 335-397 et 4e s., t. 21, 1906-1907, p. 1-120, à la p. 389.

12 Patrick Van Kerrebrouck, avec Christophe Brun, Nouvelle histoire généalogique de l’auguste maison de France, t. IV : La maison de Bourbon, 1256-2004, 2 volumes, 2e éd. Villeneuve-d’Ascq, 2004, vol. II, p. 744-745. Légitimé en septembre 1463, Louis fut nommé amiral fin mai 1466 et mourut le 14 janvier 1487.

13 Voir Elizabeth A. R. Brown, « Order and disorder in the life and death of Anne of Brittany », dans The Cultural and Political Legacy of Anne de Bretagne: Negotiating Convention in Books and Documents, éd. Cynthia J. Brown, Woodbridge, 2010, p. 177-192. Pour le procès d’annulation, voir Procédures politiques du règne de Louis XII, éd. René de Maulde La Clavière, 2 t., Paris, 1885 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), p. 787-1132, et BNF, fr. 5973 (une des trois copies existantes du procès). Le procès commença le 10 août 1498 ; la lettre de Louis XI n’y fut produite que vers la fin, le 20 novembre, juste un mois avant la décision des juges, prononcée le 17 décembre 1498. En introduisant la lettre, datée du 27 septembre à Selommes, le procureur général ne dit rien concernant son origine ou sa provenance. Les cinq témoins qui déposèrent furent seulement interrogés sur l’authenticité des signatures du roi et du secrétaire Louis Tillart ; les juges ajoutèrent une copie de la lettre au procès-verbal après avoir établi sa fidélité à l’original, sans commentaire sur la lettre elle-même ou sur sa provenance : Procédures politiques…, p. 915-918, et BNF, fr. 5973, fol. 70v-74. Tillart fut le secrétaire qui signa avec le roi la plupart des lettres adressées à Antoine de Chabannes que le comte de Chabannes imprima dans son Histoire. Maulde La Clavière doutait sérieusement de l’authenticité de la lettre et crut que si le procureur général avait eu la lettre en main plus tôt, il l’aurait certainement présentée : Procédures politiques…, p. 918-919, n. 3 ; voir aussi id., Jeanne de France, duchesse d’Orléans et de Berry (1464-1505) [...] d’après des documents inédits recueillis par l’auteur avec la collaboration de MM. Sorin et de la Guère, Paris, 1883, p. 298 ; id., Histoire de Louis XII, 1re partie, Louis d’Orléans, 3 vol. , Paris, 1889-1891, t. II, p. 3-4. Maulde La Clavière nota dans Procédures politiques… (p. 919, n. 3) que les juges possédaient trois autres lettres « du 22 avril, sans date de l’année, à M. le grand-maistre de l’artillerie », et qu’une de ces lettres fut apparemment aussi « péremptoire » que la lettre produite par le procureur général ; voir ibid., p. 1116-1121, pièce justificative no 5 (inventaire des pièces du procès de l’évêque d’Albi), à la p. 1120. « Le grand-maître de l’artillerie » ne fut certainement pas « le grand-maître de France », mais le compilateur de l’inventaire a pu se tromper sur ce point (voir Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique…, t. VIII, p. 157-162 et 382-383). En fin de compte, Maulde La Clavière opta pour l’authenticité de la lettre du 27 septembre, en la datant de 1473, ce qui semble raisonnable, dans la mesure où le roi y déclare « Je me suis deliberé de faire le mariage » et que le second contrat de mariage entre Louis et Jeanne fut daté du 28 octobre 1473 (le mariage fut célébré en août et en septembre 1476) : Procédures politiques…, p. 790-791 ; BNF, fr. 5973, fol. 71 ; P. Van Kerrebrouck, Nouvelle histoire…, t. III, p. 147 et 166. Voir cependant H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 420-421, n° 234, qui datait la lettre de l’année 1476, en citant un compte rendu par Joseph Vaesen de l’Histoire de Louis XII de Maulde La Clavière, où, selon Chabannes, Vaesen aurait établi la date correcte de la lettre. Pourtant la lettre dont Vaesen corrigea la date était une lettre de Louis XI à Marie de Clèves, la mère de Louis d’Orléans (Joseph Vaesen, « Mélanges : Louis XII avant son avènement », dans Revue des questions historiques, t. 49, 1891, p. 563-572, à la p. 568). Au XVIIIe siècle, Charles Duclos doutait de l’authenticité de la lettre, parce « qu’on prenoit la précaution de faire entendre beaucoup de témoins pour certifier que la signature étoit de Louis XI et la contresignature de Tillart »(Histoire de Louis XI, 3 t., Paris, 1745, t. II, p. 414-423, à la p. 420). Jacques Tailhe suivit Duclos, souvent mot à mot ; il déclara que la lettre « prouvoit assez bien la violence [...], mais la vérité n’en fut pas constatée ; et dans le vrai elle porte un caractère visible de supposition, faisant prévoir à Louis XI, que la princesse sa fille, qui n’avoit, lors de la date de la lettre, que deux mois, seroit stérile »(Histoire de Louis XII, 3 t., Milan-Paris, 1755, t. I, p. 99-116, à la p. 109).

14 Pour la lettre de Charles VIII, voir BNF, fr. 2898, fol. 31 ; R. de Maulde La Clavière, Jeanne de France…, p. 919, n. 3 ; H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 505, n° 288. Maulde La Clavière (Jeanne de France…, p. 297) jugea que cette lettre établit l’authenticité de la lettre présentée aux juges du procès d’annulation, ce qui n’est pas du tout évident. L’étude de Michel Lhospice, Divorce et dynastie, Paris, 1960 (Bibliothèque d’histoire du droit et droit romain), t. III, p. 42-43 et 115, suit de très près l’analyse de Maulde La Clavière.

15 AN, 90 AP 6, dossier 1bis, brouillon d’une lettre, incomplet, d’une main de chancellerie, adressée par Jean de Chabannes à Louis XII : « Ains pour acquiter sa loyaulté auroit envoyé ou baillé aud. seigneur tout ce qu’il avoit desd. matieres. » Voir aussi l’histoire des Chabannes dans BNF, fr. 2898, fol. 87v-88, où il est affirmé que Louis XI « avoit escrit plusieurs lettres a feu Antoine […] concernant [le] mariage [de Louis d’Orléans] avec dame Jeanne de France […] par lesquelles il paroissoit des menaces et des violences qu’on luy auoit faittes pour luy faire epouser lad. Jeanne de France », que Jean expédia ces lettres à Louis XII et que Louis XII « se servit des memoires cy dessus pour faire declarer le mariage nul avec Jeanne et se maria avec Anne de Bretagne veufve de Charles 8 [sic] ».

16 Procédures politiques…, p. 915-916 ; BNF, fr. 5973, fol. 71 ; et la note 14 ci-dessus. Dans une de ses additions à la Chronique scandaleuse, Jean Le Clerc annonça que « le roy contraignit Loys, duc d’Orleans, a force et soubz le dangier de sa personne, de la prandre par forme de mariage, pour estre sa femme ; ce que jamais ne se peult faire pour ce qu’il n’y donna point de consentement », ainsi que « plusieurs notables gens […] congnoissoient qu’elle n’estoit capable d’avoir lignee » (Jules Quicherat, « Un manuscrit interpolé de la Chronique scandaleuse », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 16, 1855, p. 231-279, 412-442 et t. 17, 1856, p. 242-267 et 556-573, au t. 16 et à la p. 264. Pour Le Clerc, voir ibid., au t. 16, aux p. 240-259 ; et H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 336-338.

17 Procédures politiques…, p. 1120.

18 Procédures politiques…, p. 918, n. 3.

19 Dans une lettre à Jean datée d’Orléans le 24 décembre, sans millésime, Louis XII signala sa réception de « la lettre que le feu le roy Loys escripuist a monsieur le grand maistre [son] pere et aussi le double de celle que le gouverneur de Lymosin luy escripvoit », l’en remercia et demanda « l’original », en lui priant de « [faire] diligence de le trouver et le [lui] enuoye [r] » (AN, 90 AP 6, dossier 1bis). Cette communication laconique n’indique pas le contenu de ces lettres et donc il est impossible de savoir si elles concernaient le mariage du roi.

20 BNF, fr. 2898, fol. 82v-92v ; Procédures politiques…, p. 930-940. Elizabeth Brown traite des déclarations du roi dans l’article « Order… » (voir la note 11 ci-dessus). Brantôme était convaincu que Louis XII avait menti et qu’il avait répudié Jeanne de France pour pouvoir « ratraper ses premieres amours » et « espouser ceste belle reyne veufve » ; le même auteur conclut « qu’ung roy peut beaucoup, et fait ce qu’il veut » et que « rien n’est impossible a un grand roy » (Brantôme, Œuvres complètes [...] publiées d’après les manuscrits avec variantes et fragments inédits pour la Société de l’Histoire de France, éd. Ludovic Lalanne, 11 vol. , Paris, 1864-1882 (Société de l’histoire de France, 123, 132, 136, 143, 149, 163, 168, 172, 177, 199, 207), t. VIII [Des dames], p. 88-99).

21 Procédures politiques…, p. 945-952. Dans Louis XII et Jeanne de France. Étude historique et juridique sur une cause de nullité de mariage à la fin du XVe siècle (1498), [Avignon], [1975] (thèse de droit canonique, Institut catholique de Toulouse, 1945), Abel Destefanis défendait la légitimité de la décision, en analysant les motifs de l’annulation au lieu d’étudier le déroulement du procès. Il admit l’authenticité de la lettre produite par le procureur du roi, ne mentionna pas les trois autres lettres soumises aux juges, et négligea l’importance que les juges assignaient à la lettre dans leur décision : voir ibid., p. 112-113, 149 et 162-164. Le titre du livre de Jean-François Drèze, Raison d’État, raison de Dieu : politique et mystique chez Jeanne de France, Paris, 1991 (Bibliothèque Beauchesne, 20), révèle sa perspective. Concernant les aveux du roi du 4-5 décembre, Drèze (p. 105-107) fut aussi indulgent que Destefanis envers Louis XII ; voir A. Destefanis, Louis XII…, p. 168-170.

22 AN, 90 AP 6, dossier 1bis : brouillon d’une lettre adressée au roi (voir la note 16 ci-dessus), où Jean déclare à propos de l’accusation de l’Admiralle, « qui est grandement touché a l’onneur dud. suppliant, qui ne vouldroit pour toutes les choses du monde lesser ainsi souller. Ce consideré, plaise aud. seigneur, actendu que la matiere est grande, ordonner quelques commissaires de messieurs des requestes ordinaires de vostre Hostel, pardevant lesqueulx led. suppliant puisse faire appeller et adjourner lad. Admiralle, pour savoir si elle vouldra soustenir lesd. charges dont elle a chargé led. suppliant, affin de pour ce avoir la reparacion telle que au cas appartient ». Dans ce brouillon, suivant « quelques commissaires », la phrase « des presidens ou conseillers de la court de parlement a Paris ou » est barrée.

23 Voir le brouillon de la lettre mentionné ci-dessus note 16 et note 23 ; voir aussi l’histoire des Chabannes dans BNF, fr. 2898, fol. 87v.

24 Voir le brouillon de la lettre mentionné ci-dessus note 16 et note 23.

25 Voir le brouillon de la lettre mentionné ci-dessus note 16 et note 23, ainsi qu’une lettre de Louis XII à Jean de Chabannes datée de Blois le 24 septembre, sans millésime, citée dans la note suivante.

26 AN, 90 AP 6, dossier 1bis, lettre de Louis XII à Jean de Chabannes, écrite à Blois le 24 septembre et signée « Loys » et « Cotereaue » : « J’escrips a monsieur de Champdenier touchant la lettre que savez, laquelle j’ay monstree a madame l’Admiralle, mais elle le nye et dit que avez contrefaict lad. lettre, parquoy et pour y garder votre honneur aussi pour adverer le cas, ay chargé aud. Champdenier aller devers vous pour en savoir la verité. Si vous prie que le croiez et m’en escripvez bien au long. Aussi ce avez point dautres lettres d’elle, fault que les m’envoiez pour veoir l’escripture l’une contre l’autre ». Pour François de Rochechouart, seigneur de Champdeniers (Deux-Sèvres), premier chambellan de Louis XII avant son avènement et son conseiller et chambellan par la suite, voir le P. Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique…, t. IV, p. 657-658.

27 Voir l’histoire des Chabannes, dans BNF, fr. 2898, fol. 87v-88 (« Elle donna 20 escus a deux de ses domestiques »). L’auteur prétend que « l’un des domestiques luy declara le fait et le confirma devant nottaires en 1501 », mais nous n’avons pas réussi à en trouver la preuve. Pour la date de la mort de Jean (la fête de saint Laurent), voir AN, 90 AP 6, dossier 2, compte des dettes de Jean envers Martin Archambault au moment de sa mort, soumis à Susanne de Bourbon, la comtesse douairière de Dammartin, le 25 mars 1510 (a. s.) et réglé le 9 octobre 1511.

28 BNF, Picardie 300, n° 85, document original, signé « G. de MontRuillon » et « H. Boucher », avec l’attestation et le seing de « Reginaldus Dracy ». Voir la pièce justificative n° 2.

29 La lettre fut livrée par Jean Blanchart, le procureur fidèle des Chabannes, et les témoins furent trois prêtres et un marchand de Saint-Fargeau ; deux des prêtres avaient témoigné en 1501 contre le notaire Guerguezengor, l’adversaire de Chabannes : H. de Chabannes, Preuves…, t. II, p. 651-654, no 339 (19 juillet 1501). La fin insolite de la phrase ajoutée à l’acte par Jean Blanchart (« faict comme dessus »), ainsi que l’absence de référence dans la souscrition notariale aux corrections, est à remarquer. Voir Arthur Giry, Manuel de diplomatique…, Paris, 1894, p. 509-510 (surtout la note 5).

30 H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 238-229 ; id., Preuves…, t. II, p. 539-540, no 309.

31 Pour l’exemplaire de Assaillant possédé par Antoine (BNF, fr. 15096), voir Robert Bossuat, « Theséus de Cologne », dans Le Moyen Âge, t. 65, 1959, p. 97-133, 293-320 et 539-577, aux p. 561-570, 572-574 ; et Elizabeth E. Rosenthal, Theseus de Cologne, A General Study and Partial Edition, 3t., Ph. D. thesis, Birkbeck College, université de Londres, 1975, p. 1300-1339, 1456-1464 (consultable à la BNF, département des Manuscrits occidentaux, 4-IMPR-1201). L’histoire de l’appropriation de ce roman par la famille de Chabannes reste à écrire ; Elizabeth Brown travaille actuellement sur les manuscrits des différentes versions de ce roman avec Marianne Besseyre et Thierry Delcourt.

32 Dans la version du roman dédiée à Jean de Chabannes par son médecin Nicole Houssemayne, Nicole déclara dans la préface que Jean fut « extraict de lignee royalle de par ma dame vostre mere ainsi que il appert par vostre genealogie de laquelle directement sans allienacion estes descendu dont on trouue infiniees choses dignes de memoire » ; il mit l’accent sur les mariages de Jean avec « deux nobles dames du sang royal » ; enfin, en énumérant les noms des trois filles nées du premier mariage de Jean, il dit simplement qu’elles « moururent en leur enfance », sans doute à cause de l’histoire difficile et embarrassante de la mort d’Anne. Voir olim Phillipps ms 8161, fol. 3, 7-7v et 8v (et les notes 2 et 3 ci-dessus et 68 ci-dessous) ; et E. Rosenthal, Theseus de Cologne…, p. 1418-1420, 1424 et 1427-1429. Voir aussi Chronique Martiniane. Édition critique d’une interpolation originale pour le règne de Charles VII restituée à Jean Le Clerc, éd. Pierre Champion, Paris, 1970, p. XLII ; H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 335-336.

33 BNF, Clairambault 481 ; voir J. Quicherat, « Un manuscrit interpolé… », p. 232-235 ; H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 336-338.

34 Pour la date de sa mort, voir la note 28 ci-dessus.

35 Chantilly, Bibliothèque du musée Condé, ms 866 (XIV H 40) (dorénavant Chantilly, ms 866). Sur ce manuscrit, voir Patricia Danz Stirnemann, « Portraits des rois de France et des comtes et comtesses de Dammartin », dans Valérie Auclair et al., L’art du manuscrit de la Renaissance en France, catalogue d’exposition, Chantilly, 2001, p. 19-21, n° 4. Stirnemann attribua les enluminures de ce manuscrit à Jean Pichore (fl. 1502-21) ; sur cet artiste, consulter Caroline Zöhl, Jean Pichore : Buchmaler, Graphiker und Verleger in Paris um 1500, Turnhout, 2004 (Ars nova, 8), p. 184.

36 En juillet 1757, Dreux du Radier publia les légendes généalogiques qui accompagnent les portraits des Dammartin dans le manuscrit de Chantilly, dans « Généalogie en vers des anciens seigneurs de Dammartin, copiée d’un manuscrit extrait d’un livre en parchemin enluminé, où sont les portraits des rois de France jusqu’à Charles cinq inclusivement, et des anciens seigneurs de Dammartin, et appartenant autrefois à la maison de Rambures : avec des observations sur le texte » (édité dans Le Conservateur ou Collection de morceaux rares et d’ouvrages anciens, élagués, traduits et refaits en tout ou en partie, t. 5, juillet 1757, p. 99-128). Léopold Delisle, qui connaissait cet article, réfuta les erreurs grossières de l’auteur des légendes, dans « Recherches sur les comtes de Dammartin au XIIIe siècle », dans Mémoires de la Société impériale des antiquaires de France, t. 31, 1869, p. 189-258, aux p. 206-207. Ayant identifié une copie du manuscrit de Chantilly, probablement faite en 1537 (BNF, fr. 10142), Delisle pensa à tort que ce dernier fut la source employée par Dreux du Radier ; la date de 1537 se trouve dans plusieurs des encadrements bellifontains du BNF, fr. 10142. En 1897-1898, E. Lemarié, éditeur de la Petite Gazette de Dammartin, influencé par Delisle et connaissant les premiers tomes de l’Histoire de la maison de Chabannes de Henry de Chabannes, édita les légendes, transcrites du manuscrit fr. 10142, en six numéros de sa Gazette (entre le 10 octobre 1897 et le 20 février 1898) : « Une généalogie versifiée des anciens comtes de Dammartin du VIIe au XVe siècle » ; voir Chronique Martiniane…, éd. P. Champion, p. XLII, n. 2. H. de Chabannes décida d’inclure ces légendes avec le commentaire de Lemarié, dans le Supplément à son Histoire publié en 1901 (p. 249-261), selon toute vraisemblance sans consulter lui-même le manuscrit fr. 10142. S’il avait connu les textes rassemblés dans ce manuscrit, et surtout le prétendu arrêt du parlement de Paris du 23 mars 1502, il aurait sans doute édité cette preuve de la victoire de son ancêtre sur ses adversaires. En 1968-1969, en s’appuyant sur le manuscrit de Chantilly, Jean-Paul Moreau publia une nouvelle fois les légendes concernant les comtes de Dammartin, avec deux des portraits et quelques morceaux historiques, dans « Les anciens comtes de Dammartin d’après un manuscrit du XVIe siècle », dans Bulletin d’information de la Société d’histoire et d’archéologie de la Goële, t. 1, avril 1968, p. 20-22, et t. 2, 1969, p. 20-24. Enfin, Elizabeth Rosenthal, connaissant le Supplément du comte de Chabannes et le manuscrit fr. 10142 mais ignorant apparemment l’existence du manuscrit de Chantilly, reprit les légendes généalogiques, en y ajoutant des commentaires, dans Theseus de Cologne…, p. 1445-1454. Grâce au manuscrit BNF, fr. 10142, on peut combler les lacunes présumées du manuscrit de Chantilly. Le manuscrit de la Bibliothèque nationale de France contient quatorze rois, ainsi que huit comtes et comtesses de Dammartin, qui manquent dans Chantilly, ms 866 ; en revanche, deux rois qui se trouvent dans Chantilly, ms 866, sont absents de fr. 10142.

37 Elizabeth Brown et Jacques Paviot préparent actuellement une édition de ce discours : Chantilly, ms 866, fol. 43-54v ; BNF, fr. 10142, fol. 56-75. Ce document est plus long que les autres actes du recueil, qui contient en outre, à la fin, le testament de Charles, duc de Guyenne, frère de Louis XI, du 24 mai 1472, en latin et en français : Chantilly, ms 866, fol. 93v-95v ; BNF, fr. 10142, fol. 137-145. Tout comme cette allocution, un autre discours de Jean Germain, celui-ci prononcé devant Charles VII en 1452, n’est conservé que dans un seul manuscrit, BNF, fr. 5737, un exemplaire de présentation (avec frontispice), confectionné probablement pour Le Jaul, maître des requêtes de l’hôtel du duc de Bourgogne, comme livre de souvenir ou mémento d’occasion. Voir Charles Schefer, « Le Discours du voyage d’oultremer au très victorieux roi Charles VII, prononcé, en 1452, par Jean Germain, évêque de Chalon », dans Revue de l’Orient latin, t. 3, 1895, p. 303-342. Il est fort possible qu’Antoine de Chabannes possédât une copie similaire du discours de 1447, que le scribe du manuscrit de Chantilly aurait pu copier.

38 Chantilly, ms 866, fol. 85 ; BNF, fr. 10142, fol. 123 ; J.-P. Moreau, « Anciens comtes… », p. 22 (voir la note 37 ci-dessus).

39 Voir la note 38, pour le testament du duc de Guyenne à la fin du recueil.

40 P. Stirnemann a analysé dans le détail l’illustration de cet acte, dans « Portraits des rois de France… », p. 19-21. Elle attribue l’illustration, qui est pleine de symboles, à Jean Pichore. Les deux hommes au centre, condamnés et misérables, leur main gauche levée vers leur crâne, portent des verges en signe de leur châtiment, des faux en signe de leur crime (ainsi que du fait qu’ils ont été « fauchés »), des filets autour de leurs cous pour signifier qu’ils ont été attrapés, et sur leurs épaules les actes de rémission (remarquer les notes « re mi » ou peut-être « mi mi » pour « soumis ») qu’ils avaient malhonnêtement obtenus. D’en haut, cinq hommes les regardent. Celui du centre, identifié par P. Stirnemann comme étant Jean de Chabannes, tient dans sa main droite une éponge, qui doit servir à effacer leurs crimes dès qu’ils auront payé les amendes imposées par la cour et signifiées par la bourse tenue dans sa main gauche et attachée par une corde à l’éponge. Elizabeth Brown remercie Patricia Stirnemann et Marianne Besseyre de leurs conseils utiles concernant le complexe symbolisme de l’illustration.

41 Pour la date précise de sa mort, voir les lettres de rémission que Guerguezengor et Bourbon obtinrent en janvier 1502 : AN, JJ 235, fol. 30-32, nos 137-138, Blois, janvier 1502 éditées par H. de Chabannes, dans Histoire…, Preuves, t. II, p. 668-677, nos 346-347, aux p. 668 et 674.

42 Pour les trois filles de Jean et Marguerite de Calabre (Anne, Jacqueline, et Anne), olim Phillipps ms 8161, fol. 7 et v (voir les notes 2-3 et 33 ci-dessus). Le P. Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique…, t. VII, p. 141, n’attribua au couple que notre Anne, la femme de Jacques de Coligny.

43 Le P. Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique…, t. VII, p. 151-152. Fils de Jean III de Coligny († vers 1480) et d’Éleonor de Courcelles († 1510) (mariés en 1464), il avait cinq sœurs et un frère, Gaspard († 1522), qui devint seigneur de Coligny et Châtillon après la mort de Jacques le 25 mai 1512. En 1514, Gaspard épousa Louise de Montmorency († 1541), la sœur d’Anne de Montmorency (ibid., t. III, p. 603-604, et t. VII, p. 143-144).

44 Pour Anne, voir le P. Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique…, t. VII, p. 141 et 151-52 ; H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 312-313.

45 La lettre de rémission obtenue en janvier 1502 par Jean Bourbon, le prêtre qui assista à la mort d’Anne, parle du « quint de ses propres heritaiges et tous ses conquestz quelque part qu’ilz feussent scituez et assis », ainsi que de « la cintquiesme partie de son propre heritaige et tous ses conquestz » : H. de Chabannes, Histoire…, Preuves…, t. II, p. 675, 676 (voir la note 42 ci-dessus). Les avocats qui plaidèrent le 27 juillet et le 6 août 1501 firent plusieurs références au testament d’Anne de Chabannes, sans discuter de ses provisions : AN, X2A 63, fol. 243-244, 252-252v. Cependant Malingre, qui représenta Jacques de Coligny, déclara le 27 juillet qu’il « n’a fait autre demande sinon assavoir s’il estoit heritier ou non car il luy peult faire demande de dix mil escuz d’une part et de huit cent liures d’autre part » (ibid., fol. 244). La soi-disant attestation de Guerguezengor du 30 juillet 1500, mentionne Jean Malingre, bailli de Châtillon, qui aurait surveillé la préparation du testament d’Anne : « ledict bailly Malingre qui nommoit a son clerc ledict testament, lequel clerc l’escripvoit » (H. de Chabannes, Histoire…, Preuves…, t. II, p. 652 ; AD Yonne, E 467, fol. 8, registre des minutes de Guillaume de Montruillon, notaire à Saint-Fargeau).

46 Pour l’émancipation, voir BNF, Clairambault 765 (« Extrait [s] du registre des appointemens, actes, sentences et autres exploits de l’auditoire civil de Chastelet a Paris »), fol. 364. La sœur aînée d’Avoye fut Antoinette. La date de naissance d’Antoinette n’est pas connue, mais pour son aînesse, voir olim Phillipps ms 8161 (voir note 2), fol. 7v, dédicace de l’histoire d’Assaillant par Nicolas Houssemayne à Jean de Chabannes : « Auez espousé ma damoiselle Suzanne de Bourbon de laquelle sont descendues voz deux filles mes damoiselles Anthoinette et Auoye » – encore une fois Elizabeth Brown remercie Sam Fogg de son aide pour lui avoir fourni des photographies de ce manuscrit – ; BNF, fr. 20235, fol. 49v, (généalogie des Chabannes du XVIIIe siècle) ; une histoire des Chabannes écrite en 1655, dans BNF fr. 2898, fol. 87-88 ; le P. Anselme de Sainte-Marie, Histoire généalogique…, t. VII, p. 141 ; H. de Chabannes, Histoire…, Preuves..., Supplément, t. I, p. 51, histoire généalogique de Pierre Berthelon, 1527 ; ainsi que id., Histoire…, t. II, p. 309, partage des biens de Suzanne de Bourbon du 28 février 1530 n. st. ; voir cependant ibid., p. 317 et 328. Quand les biens de Jean de Chabannes furent divisés entre ses filles le 23 juin 1505, Antoinette prit l’ascendant sur Avoye ; elle fut appelée « dame » et Avoye « damoiselle » : AN, 90 AP 6, dossier 2, original (en parchemin) et six copies (en papier) du partage ; E. Rosenthal, Theseus de Cologne…, p. 1428-1429. En 1504, Avoye se maria avec Émond de Prie, seigneur de Buzançais ; leurs contrats de mariage furent datés du 28 septembre et des 12 et 29 octobre 1504 : voir AN, 1 AP 554. Avant le 23 juin 1505, Antoinette épousa René d’Anjou, seigneur de Mézières-en-Brenne [Indre] : AN, 90 AP 6, dossier 2, division de la propriété de Jean de Chabannes, Blois, 23 juin 1505.

47 Selon la lettre de rémission obtenue par Jean Bourbon en janvier 1502, quand il vit Jean de Chabannes deux jours après la mort d’Anne et lui annonça le contenu de son testament, Chabannes « fit de grandes exclamacions, en disant que ladicte deffuncte n’estoit en aage de tester et qu’elle ne povoit donner [la cinquiesme partie de son propre heritaige et tous ses conquestz]. Et en ce disant, alloit et venoit dedens ladicte tour, monstroit [a Bourbon] plusieurs contractz par lesquelz il disoit apparoir que ladicte deffuncte ne povoit aucune chose donner » : H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 676 ; AN, JJ 235, fol. 31v.

48 D’après la lettre de rémission qu’il obtint en janvier 1502, Guerguezengor était à ce momentlà sergent royal au bailliage de Sens : H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 668 ; AN, JJ 235, fol. 30.

49 H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 674-675 ; AN, JJ 235, fol. 31v, lettre de rémission de Jean Bourbon. Sur ces détails, le témoignage de Bourbon est plus explicitee que celui de Guerguezengor, qui affirma simplement que Jean Richard « dit aucunes parolles a ladicte deffuncte touchant le faict de son testament » avant de lui en lire la minute : H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 669 ; AN, JJ 235, fol. 30.

50 H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 669 et 675 ; AN, JJ 235, fol. 30 et 31v.

51 H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 675 ; AN, JJ 235, fol. 31v. Sur ce point, le témoignage de Guerguezengor est moins précis mais ne contredit pas l’attestation de Guerguezengor : H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 669 ; AN, JJ 235, fol. 30.

52 AN, 90 AP 6, dossier 1, acte du 27 février 1472, par lequel Antoine de Chabannes accordait à Guillaume Veillac et à deux autres prêtres, « nos chappellains a Saint Fergeau », des prébendes dans l’église de Saint-Fargeau. En 1501, Veillac estimait qu’il avait à peu près 55 ans.

53 Il s’agissait d’Étienne Chotart, notaire de Puisaye, et de Louis Dupuy, notaire royal à Saint-Pierre-le-Moûtier, qui collabora avec Guillaume de Montruillon en enregistrant le contrat de mariage d’Avoye de Chabannes et d’Émond de Prie du 29 octobre 1504 : H. de Chabannes, Histoire…, Preuves..., Supplément III, 1926, p. 625-627. Suivant la lettre de rémission de Jean Bourbon, Louis Dupuy, en février 1501, aida Richard Gervais à le forcer à écrire une lettre niant la vérité et déclarant qu’il avait témoigné « parce qu’il estoit couchant et levant audit Chastillon, et y avoit ses biens, et de paour d’encourir l’indignacion des seigneur et dame dudit Chastillon » : H. de Chabannes, Histoire…, Preuves…, t. II, p. 677 ; AN, JJ 235, fol. 31v. La lettre de rémission de Guerguezengor ne mentionne pas Louis Dupuy. En revanche, le 17 septembre 1501, un officier de Jean de Chabannes, Jean Peloux, témoigna que Chabannes lui avait dit que Guerguezengor avait fait à Louis Dupuy et à Richard Gervais la même déclaration qu’il fit à Peloux : H. de Chabannes, Histoire…, Preuves…, t. II, p. 657, où « avoit autrement dict a Richart Gervais » doit être corrigé en « avoit autant dict a Richart Gervais » ; voir AD Yonne, E 467, fol. 23v.

54 H. de Chabannes, Histoire…, Preuves…, t. II, p. 652-654, no 339 ; AD Yonne, E 467, fol. 7-9.

55 H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 676 ; AN, JJ 235, fol. 31v. Toujours suivant la lettre de rémission, Bourbon rencontra Chabannes à Saint-Maurice-sur-Aveyron (Loiret), où il lui raconta en détail la mort de sa fille. Au mois de novembre suivant, il aurait témoigné la vérité devant Guillaume Roger, lieutenant du bailli de Montargis, mais en février 1501, il aurait signé une autre lettre confirmant la version des faits qu’il avait racontée le 14 juin 1500 : H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 675-676 ; AN, JJ 235, fol. 31v.

56 H. de Chabannes, Histoire…, Preuves…, t. II, p. 651-654, no 339 ; AD Yonne, E 467, fol. 7-9.

57 Jean Merlin fut un témoin de l’acte de fondation d’une chapellenie par Veillac daté du 4 septembre 1502, dans lequel Veillac présenta Jean de Haultemer au bénéfice : AD Yonne, G 1998, (sur cet acte, voir la note 66 ci-dessous).

58 H. de Chabannes, Histoire…, Preuves…, t. II, p. 654, no 339 ; AD Yonne, E 467, fol. 9-9v : « Lesquelles ont dict et affermé que ung an a ou environ feu Pierre de Tiersac, en son vivant escuyer, estoit et fut lors logié en leur maison ou il fut malade l’espace de sept sepmeines ou environ, de laquelle maladie il alla de vie a trespas. Et dient que pendant ledict temps elles sceurent et furent bien adverties que le notaire de Chastillon, qu’elles ne congnoissent, fut en ladicte ville de Sainct Fergeau, mais que ledict Tiersac ne luy meffit ne mesdit en aucune maniere, et le sçavent pour ce que pendant lesdictes sept sepmeines ou environ, icellui Tiersac ne yssoit point de leurdict hostel, ouquel elles estoient continuellement l’une ou l’autre, et si n’y fut point ledict notaire ».

59 H. de Chabannes, Histoire…, Preuves…, t. II, p. 670-672 ; AN, JJ 235, fol. 30v-31. Pour le sens de grue, voir le Dictionnaire du moyen français (1330-1500), (http://www.atilf.fr/dmf), où on trouve deux exemples conservés aux AD Nord, datés de 1405 et de 1407, avec la définition, « instrument de punition, composé de deux pièces de fer qui se terminent en bec de grue par le bas qui ont la forme du carcan par le haut ».

60 Éleonor de Courcelles, mère de Jacques et de Gaspard de Coligny.

61 H. de Chabannes, Histoire…, Preuves…, t. II, p. 655-657, n° 340 ; corrigé d’après AD Yonne, E 467, fol. 22-23v.

62 BNF, Picardie 300, n° 85, édité ci-dessous, pièce justificative n° 2.

63 Chantilly, Bibliothèque du musée Condé, ms 866, fol. 92v ; BNF, fr. 10142, fol. 92-93. Voir pièce justificative n° 1.

64 H. de Chabannes, Histoire…, Preuves…, t. II, p. 677 ; AN, JJ 235, fol. 32.

65 Chantilly, Bibliothèque du musée Condé, ms 866, fol. 92v ; BNF, fr. 10142, fol. 92-93. Voir pièce justificative n° 1.

66 AN, X2A 63, fol. 243. Voir les références à « matiere de faulceté » (et « moyens de faulceté ») dans le prétendu arrêt du parlement de Paris, dans Chantilly, Bibliothèque du musée Condé, ms 866, fol. 92v ; BNF, fr. 10142, fol. 135.

67 Olim Phillipps ms 8161 (voir notes 2 et 33), fol. 7 et v ; E. Rosenthal, Theseus de Cologne…, p. 1428.

68 BNF, fr. 2898, fol. 87v ; sur l’histoire, voir la note 8 ci-dessus.

69 AD Yonne, G 1998, 12 G, liasse II. s. l. 2e, acte notarié de Guillaume de Montruillon en date du 4 septembre 1502 (authentifié par Jean Blanchard), dans lequel Guillaume Veillac, prêtre de Saint-Fargeau, rappelant la fondation des services dans l’église le 31 mars 1493 par Antoine de Chabannes, établit une chapellenie « en la chappelle nouvellement edifiee et erigee par ledict Veilleac, fondateur au cimetyre dudict Sainct Fergeau », et nomma comme chapelain Jean « des Autemer » (sans doute Jean de Haultemer qui fut témoin de l’acte du 19 juillet 1501 ; voir la note 58 ci-dessus). Parmi les témoins de cet acte de fondation se trouvaient Louis Dupuy, Jean de Montruillon et Jean Lemaire (autre témoin de l’acte du 19 juillet 1501). Pour la chapelle Sainte-Anne et ses peintures murales de la Passion du Christ, de la généalogie de la Vierge, ainsi que des trois morts et des trois vifs, voir D’ocre et d’azur. Peintures murales en Bourgogne, catalogue d’exposition, musée archéologique de Dijon, 4 juillet-20 septembre 1992, Paris, 1992, p. 274-275 (« Saint-Fargeau. Cimetière chapelle Sainte-Anne », par J. K. [Judith Kagan]).

70 Rapport des fouilles effectuées en 1977 par la Société d’histoire et d’archéologie de la Goële cité dans Christophe Bottineau. Seine et Marne. Dammartin-en-Goële. Collégiale Notre-Dame de l’Assomption. Rapport pour le concours d’architecte en chef des Monuments historiques, mai 2001, dactyl., annexe I, p. 4.

71 Pour le tombeau d’Antoine à Dammartin, voir dans la collection Gaignières, BNF, Estampes, Rés. Pe 5, fol. 10 (catal. Adhémar, n° 1289). Le monument a été très restauré au XIXe siècle. Pour l’enterrement d’Anne dans la même église, voir H. de Chabannes, Histoire…, t. II, p. 313-314.

72 Voir Philippe Lauer, Bibliothèque nationale. Collections manuscrites sur l’histoire des provinces de France. Inventaire, t. II (Périgord-Vexin), 1911, p. 259.

73 Léopold Delisle a édité ce document sans signaler les corrections et les grattages. Nous le rééditons ici à cause de son intérêt extraordinaire et pour le rendre plus facilement accessible. Nous tenons à exprimer notre reconnaissance profonde à Marie-Françoise Damongeot, qui nous a aidé à résoudre plusieurs problèmes d’interprétation, et qui a eu la gentillesse de transcrire, grâce à sa perspicacité habituelle, l’inscription au revers de l’acte, en employant la lampe de Wood.

Notes de fin

a Delisle, tesmoings.

b trois au-dessus d’un grattage.

c Suivi par une ligne de 4 mm, barrant un grattage.

d Delisle, porroit ; les deux lectures sont possibles.

e Ms que [à la fin d’une ligne] que [au commencement de la ligne suivante].

f Ms lres’ ; Delisle, lettres.

g au portier inséré.

h Ms quel, corrigé sur que, et suivi par on, barré. Après avoir inséré au portier et supprimé on dans la phrase qui suit, le copiste a négligé de corriger quel en qu’il.

i Sic.

j en sa chambre inséré ; Delisle, en sa chambae.

k de écrit au dessus d’un grattage.

l Delisle, attestées.

m Sic ; Delisle, puissante.

n Suivi par a, cancellé par une croix écrite par-dessus, qui renvoie à l’addition à la fin du document.

o et nous Jehan Blanchart [] ont, inséré de la fin du document.

p Sic ; Delisle, lettres du dict.

q qui suivi par une ligne de 5 mm barrant un grattage.

r pour suivi par un grattage de 5 mm.

s Delisle, seellees du dit

t Est ajouté après led. notaire et la marque de renvoi +, d’une encre plus noire que le reste du texte et des deux signatures suivantes : + Et nous Jehan Blanchart procureur general de Puisaye ont faict comme dessus G de Montruillon. L’édition de Delisle corrige le texte sans noter l’addition de cette phrase à la fin.

u Seing manuel de R. Dracy, placé à côté de sa note comme la place manquait à la fin. Dans l’édition de Delisle, à la fin de la note.

v Ms sic vt ; Delisle, sicut.

w Sic.

x veritatis omis dans Delisle

Table des illustrations

Titre Arbre généalogique simplifié des liens entre la famille royale de France et la famille de Chabannes (XVe-début XVIe siècle)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/269/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Figure1. Chantilly, Musée Condé, ms 866, fol. 92. Miniature attribuée à Jean Pichore, représentant l’interprétation par l’entourage de Jean de Chabannes de la conclusion du procès des faussaires dans l’affaire du testament d’Anne de Chabannes (1500-1502). Les deux faussaires condamnés, au centre, portent des verges en signe de leur châtiment, des faux ensigne de leur crime, des filets au-tour de leur cou pour signifier qu’ils ont été attrapés et sur leurs épaules les actes de rémission qu’ils avaient malhonnêtement obtenus. Parmi les cinq hommes qui les regardent d’en haut, celui du centre pourrait être Jean de Chabannes : il tient dans sa main droite une éponge, qui doit servir à effacer leurs crimes dès qu’ils auront payé les amendes imposées par la cour et signifiées par la bourse tenue dans sa main gauche et attachée par une corde à l’éponge.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/269/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search