Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les halles de Paris et leur quartier (1137-1969)

 | 
Anne Lombard-Jourdan

Documents d’archives

Texte intégral

I

11264 (n. st.), mars. – Vincennes

2 Bail perpétuel par Louis IX aux merciers et courroiers de Paris d’une halle et d’un appentis situés entre les deux halles aux Drapiers de Paris, à charge d’entretien et moyennant 150 l. p. de rente annuelle, payables en toute circonstance par la communauté dudit métier, étant réservée au roi et à ses successeurs la possibilité de faire édifier à Paris une nouvelle halle à la Mercerie chaque fois que besoin en serait.

3AN, JJ 30A, fol. 103v, n° 297.

4 Tradicio ad firmam cujusdam hale in mercato Parisius.

5Ludovicus, Dei gratia Francorum rex. Notum facimus quod cum nos haberemus quandam halam in mercato nostro Parisius inter duas halas in quibus draperii Parisienses sedent cum uno apenticio quod est in Tonneleria, de quibus hala et apenticio mercerii, correarii et gentes hujusmodi ministerii Parisius nobis reddebant sexaginta et quindecim libras redditus per annum, nos eandem halam cum appenticio predicto per dupplicacionem predicti redditus tradidimus ad annuum censum merceriis, correariis et gentibus hujusmodi ministerii superius nominatis videlicet pro centum et quinquaginta libris Parisiensium annui census nobis et successoribus nostris annuatim reddendis a predictis gentibus et heredibus eorundem in quatuor terminis parisius consuetis, tenenda in perpetuum et possidenda a dictis merceriis, correariis et gentibus hujusmodi ministerii de nobis et successoribus nostris per censum annuum supradictum. Volentes et concedentes quod quilibet predictorum merceriorum, correariorum et gencium hujusmodi ministerii possit facere utilitatem suam et commodum de stallo suo sicut de alia teneura, solvendo inde vendas et revestituras quando ibidem evenerint quas nobis et nostris successoribus retinuimus in predictis, videlicet tredecimum denarium de vendis et duodecimum denarium Parisiensem de revestituris. Et est sciendum quod supradicti mercerii, correarii et gentes hujusmodi ministerii debent sustinere et recooperire stalla sua quilibet eorum juxta se cum opus fuerit tali modo quod vicino suo propter hoc dampnum non inferat vel gravamen nec de cetero nos aut successores nostri tenemur aliquid ponere in predictis. Si vero contingeret quod aliquod stallorum predictorum escaderet, pro portione census dictum stallum contingeret aut, si combustio vel aliquis alius casus fortuitus eveniret per quod halla predicta sive aliquod stallorum predictorum dampnificarentur, tota communitas ministerii supradicti teneretur nichilominus reddere nobis centum quinquaginta libras predictas annuatim et reficere halas predictas. Sciendum est preterea quod nos retinemus potestatem pro nobis et successoribus nostris faciendi aliam halam ad gentes ejusdem ministerii quocienscumque voluerimus in villa Parisius prope dictas hallas vel longe ubi viderimus expedire. Quod ut ratum et stabile permaneat in futurum presentibus litteris nostrum fecimus apponi sigillum. Actum apud Vicenas, anno Domini Mo CCo LXimo tertio, mense marcio.

II

61293, 28 avril

7 Lettres par lesquelles Guillaume de Hangest, prévôt de Paris, assigne aux drapiers de Lagny trois travées de la halle dite de Saint-Denis, en échange de la place qu’ils occupaient auprès des drapiers d’Amiens dans la halle du Commun.

8AN, Y4 (Livre vert vieil), fol. 73-73v. Copie du XVIIIe siècle.

9A tous ceulx qui ces presentes lettres verront, Guillaume de Hangest, garde de la prevosté de Paris, salut. Saichent tous que comme nous eussions deshebergiez les drapiers de Laigny du lieu la ou ils souloient vendre et avoient vendu par longtemps leurs draps, en la halle notre seigneur le roy que l’en appelle la halle du Commun delez les drapiers d’Amiens, pour ce que cil d’Amiens avoient pou place et il ne nous sembloit pas que ce fust bonne chose que ils feussent hebergiez en deux parties des halles et que ce ne seroit pas le prouffit notre seigneur le roy ; et pour ce nous appellames les halliers, c’est assavoir Anceau d’Argentueil, Guiart le Cirier, Geffroy d’Argentueil et Robert aux Gans, et leur demandasmes la ou l’en pourroit hebergier les devant dits drappiers de Laigny souffisant, et ils nous dirent que on les hebergeroit bien en un des chiefs de la halle que l’en dit de Saint Denis, et nous menerent au lieu. Et nous, le lieu veu, par le conseil desdits halliers et de plusieurs autres bonnes gens et de l’octroy et de l’assentement de nos maistres de la court notre seigneur le roy ou de leur commandement, octroyasmes et baillasmes ausdits drappiers de Laigny et pour le profit (fol. 73v) notre seigneur le roy, trois travees ou chief de ladite halle de Saint Denis tant seulement, c’est assavoir la premiere auprés l’entree de l’huys de la halle du Commun, la ou celui qui queult le tonlieu siet, et les deux autres travees aprés ensuivans en avalant vers la porte du marchié au Blé, si comme elles se comportent en un costé de la halle et en l’autre, pour le prix que la place que ils avoient en la halle du Commun delez ceulx d’Amiens dessus dits leur coustoit, c’est assavoir pour soixante dix sols parisis que ils rendront et payeront chacun an a notre seigneur le roy aux termes accoustumez, en telle maniere que ils pourront faire estaulx pour monstrer leurs draps et veues si comme il leur plaira, a leur coust ; en telle maniere que ils ne fassent prejudice a autruy, et iront et vendront audit lieu et feront porter leurs draps par la porte devers le marchié au blé toutes les fois que il leur plaira ; et tiendront le devant dit lieu aus us et aux coustumes que ils tenoient l’autre lieu en la halle que l’en dit du Commun. En tesmoing de ce nous avons mis en ces lettres le seel de la prevosté de Paris, en l’an de grace M. IIc. IIIIxx. XIII., le mardy aprés la feste Saint Marc evangeliste.

III

101296, 7 novembre

11 Liste des halles dont le roi assure l’entretien.

  • 587 Voir J. Petit et al., Essai de restitution des plus anciens mémoriaux de la chambre des comptes de (...)

12BNF, ms. 2833, fol. 181v [Noster2, fol. 247] (XVe siècle)587.

13 Hale quas rex debet sustinere, tradite per magistrum Johannem de Sereuz, mercurio post [festum] Omnium Sanctorum XCVI o.

14[Le]s Halles :

15Aux ferrons, aux pelletiers, de Cambray, de Douay, et la halle de commun.

16Aux drappiers de Paris, aux tisserans, les halles des Coustes.

17Aux sueurs, les hales devant la porte des Porees, aux chaussiers, aux lormiers, aux ferpiers, aux teliers, les halles des greniers au blé, les halles aux cuirs, les halles aux tapiciers, la halle de Beauvois, la halle de Saint Denis, la halle au Poisson et la maison de la Boiste.

IV

181315, mai. – Paris

19 Cession anticipée par Louis X aux marchands de Louvain de la halle contiguë a celle de Saint-Denis, alors tenue à vie par Jeanne veuve d’Étienne Marcel, à dater de la mort de celleci et moyennant 50 l. p. de rente annuelle et perpétuelle.

20AN, JJ 52, fol. 49, n° 91.

21Ludovicus, Dei gratia Francorum et Navarre rex. Notum facimus universis presentibus et futuris quod nos dilectis nostris mercatoribus de Louvano in Brabantia villam Parisius frequentantibus halam nostram sitam in halis Parisiensibus contiguam ex una parte hale quam tenere solebat defunctus Mathias de Gisorcio dum vivebat et ex alia parte hale Sancti Dyonisii, quam quidem halam Johanna, relicta defuncti Stephani Marcelli, ad vitam suam dumtaxat ad certum censum tenet a nobis, tradimus et concedimus per presentes ad censum annuum et perpetuum quinquaginta librarum Parisiensium nobis et nostris successoribus im perpetuum solvendarum annuatim terminis in villa Parisius statutis per dictos mercatores eorumque successorum possidendam post ejusdem Johanne decessum im perpetuum et tenendam. Quod ut ratum et stabile perseveret presentibus litteris nostrum fecimus apponi sigillum, nostro tamen in aliis et alieno in omnibus jure salvo. Actum Parisius, anno Domini Mo CCCo XVo, mense maio.

V

22 De aulis Campellorum et de aliis domibus Parisius

  • 588 L’auteur énumère les richesses accumulées dans la halle à la Mercerie, dite des Champeaux, et répa (...)

23Jean de Jandun, « Tractatus de laudibus Parisius/Traité des louanges de Paris », dans Paris et ses historiens…, 2e partie, chap. III : « De aulis Campellorum et de aliis domibus Parisius/Des halles des Champeaux et des autres maisons de Paris », p. 50 (1323)588.

  • 589 Doublures de manteaux ou de vêtements en fourrure ou en étoffe.
  • 590 Cendal, tissu de soie de la nature du taffetas.
  • 591 Miroirs.

24 De contentis in aula Campellorum generaliter. Ista si quidem jocunditatis amenissime mansio letabunda, sub inestimabilium preciosorum gazophilaciis permaximis, cunctas et universas jocalium species, in domo aule Campellorum vocata, presentat. Ibi namque, si facultates tibi suppetunt et voluntas, emere poteris omnia genera ornamentorum, que sagacissima factive rationis industria, ut lacune desideria compleantur, deproperat excogitare. Istorum autem generum singulas velle specialissimas species describere, forsan hoc opus tante prolixitatis dispendio prolongaret, quod et in lectoris anima generaret fastidium, et sui actoris ignaviam, propter impossibilia sibi querere, insinuaret. De contentis in partibus inferioribus. Hoc tamen prorsus nolo tacere quod, in quibusdam inferiorum partium illius foralis domus, offeruntur, quasi sub innumeris congeriebus et cumulis, panni pulcri, pulcriores et pulcherrimi ; in aliis autem forrature589 decentes, hee quidem ex animalium pellibus, ille vero ex sindalis590 constitute ; alie quoque ex ceteris delicatis et extraneis materiebus facte sunt, quarum propria nomina latini ydiomatis michi fateor esse ignota. De contentis in superioribus partibus. In superioribus vero illius edis partibus, que ad modum unius vici mirabilis longitudinis ordinate sunt, pretenduntur specialia particularum humani corporis paramenta ; pro capite quidem corone, serta et mitre ; dicriminalia quoque eburnea pro capillis ; specula591 pro oculis ; cinguli pro lumbis ; burse pro lateribus ; cyrothece pro manibus ; monilia pro pectore ; ceteraque talia de quibus nominum latinorum penuria, magis quam visive cognitionis defectus, me tacere compellit. De quadam summaria laude aularum Campellorum. Sed, ut illa politorum corporum refulgentia creberrima, quorum secundum individua numerus infinitus complemento profunde et dearticulate narrationis obsistit, saltim in aliqua superficiali summa, tangere se permitant, liceat ita proponere : In illis foralibus locis, procedentium visibus tot et tales sponsalium jocunditatum ac festivitatum celebrium varie decoratione arrident, ut, una serie semiplene prospecta, impetus desiderii mox festinet ad alteram, et, tota longitudine pertransita, insatiatus resumende oblectationis affectus, non solum semel neque bis, sed quasi infinicies, ad principium reflectendo, si ratio sibi crederet, inspectiones faceret iterare.

VI

251381 (n. st.), janvier. – Paris

  • 592 L’acte porte en marge : Confirmatio verificacionis cujusdam requeste cum pluribus aliis litteris p (...)

26 Confirmation par Charles VI de lettres de la prévôté de Paris établissant, après enquête faite, les droits et les obligations de Jean de Rueil, propriétaire d’une maison située sur la porte aux Savetiers et de plusieurs autres biens et étaux au cœur des Halles 592.

27AN, JJ 119, fol. 44v-46v, n° 65.

28Karolus, etc. Notum facimus universis presentibus pariter et futuris nos infrascriptas vidisse litteras quarum tenor talis est : « A tous ceulx qui ces lettres verront Pierre de Senz, receveur et voyer de Paris, salut. Savoir faisons que nous avons receues et retenues par devers nous a la descharge de nostre compte ordinaire de la recepte de Paris unes lettres de nos seigneurs les conseillers du roy nostre sire sur le fait de son domaine et tresoriers a Paris, esquelles lettres deuement signees estoient plaqués en la marge dessoubz deux de leurs signés et a ycelles lettres estoient attachee, une grant supplication soubz un autre des signés de noz diz seigneurs, desquelles lettres et supplication les teneurs s’ensuient. Et premierement la teneur des lettres de nos diz seigneurs :

29« Les conseillers et tresoriers sur le fait du demaine du royaume a Paris au receveur et voyer, salut. Veu la requeste Jehan de Rueil, bourgois de Paris, ci atachee soubz l’un de nos signés, et consideré le traictié et les choses dont en ladicte requeste est faicte mencion, avecques ce que aucuns de nous ont diligemment visité les choses dessus dictes et sur ycelle sceu la verité, pour plus seurement proceder sur ce, declairie[e] s et limitees toutes les parties des choses dessus dictes, nous vous mandons en commettant se mestier est que, appellé aveques vous le procureur du roy nostre dit seigneur oudit tresor, vous faciéz visiter, mesurer et teser tous lesdiz auvens et estaux et toutes les appartenances d’icelles et, s’il y a aucune chose qui porte prejudice a la voyerie ou a la chose publique, faictes le repparer et mettre en estat deu et, selon le rapport des juréz et ceste presente ordenance, traictié ou composition, lui donnéz sur ce voz lettres, lesquelles nous ferons confermer par lettres d’icelui seigneur sitost que nous en serons requis. (fol. 45) Escript a Paris, le premier jour de decembre mil CCC quatre vin. »

  • 593 Philippe IV le Bel (1285-1314).
  • 594 Peut-être Salins, arr. de Poligny, dans le Jura.

30 Item s’ensuit la teneur de ladicte supplication : « A mes seigneurs les conseillers et tresoriers sur le fait du demaine du royaume. Supplie humblement Jehan de Rueil, bourgois de Paris, que comme en faisant la cerche par les commissaires ordenéz sur le fait de la visitation du demaine du roy es halles de Paris yceuls commissaires aient trouvé que ledit suppliant a et tient de son propre heritaige es dictes halles deux maisons entretenans a la porte aux Savatiers, tenant d’une part a l’ostel de la Rappee et d’autre part a la halle de Cambrai, aboutissant, si comme on entre par ladicte porte aux Savatiers, au costé destre, a un petit huis estouppé de la halle aux Cuirs a poil, en alant en la halle commune ou l’en vent les ongnons et d’autre part, a senestre, a Michel Tibart, boucher de la Grant boucherie de Paris ; esquelles maisons tiennent et pendent un grant auvent en deux pieces ataché a ycelles maisons au lonc par dehors ; et desoubz icellui auvent a certains petiz estal ou estaux a vendre lars, a destre et a senestre de ladicte porte ; disans lesdiz commissaires que ycellui auvent et estaux sont sur la voyerie du roy a qui en appartient proufit, ledit suppliant disant le contraire et que le roy Philippe593, que Dieux absoille, bailla ycelles maisons avecques leurs appendences dessus dictes a Pierre de Senebron, dit de Salins594, jadiz son sergent d’armes et a ses hoirs, pour dix sept livres douze solz parisis, si comme par ses lettrees en las de soye et cire vert desquelles les vidimus sont cy atachiéz peut apparoir. Et dés le temps d’icellui don et ottroy tenoit et pendoit ledit auvent qui estoit et a tousjours esté des appartenances d’iceulx hostelz et ainsi en ont joy paisiblement ledit feu de Senebron, sa fille, mere dudit suppliant, et icellui suppliant et ont soustenu ledit auvent et fait faire a leurs despens la chaucié de dessoubz toutesfoys que mestier en a esté. Et aussi ont fait leur proufit du dessoubz dudit auvent et sur la chaucee en le baillant a loyer a ceulx qui lesdiz hostelz ont tenu ; et aucune foys ont loué a bouchers ou autres gens pour tailler lars dessoubz ledit auvent ; et, nonobstant ce et le tiltre dudit suppliant qui de raison equite lui doit estre tenu et gardé, lesdiz commissaires par leur volenté ont de fait osté et fait louer lesdiz estal ou estaux a vendre lars et ont voulu abatre l’auvent qui est audessus d’iceulx en disant que ce est voyerie et que fait de voyerie ne doit estre comprins es dons et tiltres dessus diz et que, supposé que lui et ses predecesseurs en eussent joy, comme dessus est dit, au veu et au sceu des gens et officiers du roy, l’en supposoit que chacun eust bon et juste tiltre et que onques mais visitation ne fu faicte es dictes halles sur le fait du demaine du roy, ledit suppliant disant le contraire et que ledit auvent estoit des appartenances dudit hostel et en devoit joir comme dessus est dit, par la maniere que la chaucee de dessoubz se contient et estre tenu et gardé en saisine et possession et restablissemens desdiz estaux par les causes devant dictes. Finablement, pour eschever toute maniere de plait et rigueur, les granz despens et le lonc empeschement que s’en povoit ensuir, ledit suppliant a tractié et accordé, s’il vous plaist, avecques lesdiz commissaires, en la presence de un de messeigneurs les tresoriers de France qui pour le debat et descort estoit venu sur le lieu, que il paiera chacun an au roy nostre sire, oultre les dix sept livres douze solz parisis que il payoit par devant, trente deux solz parisis et trente deux franz pour une foiz ; et par ce tout empeschement sera osté et joira ledit suppliant de son dit heritaige, auvant, (h) etaux et chaucee dessoubz, par la maniere qu’il en a accoustumé a joir. Et depuis semblablement a esté traictié et accordé pour bien de paix et toute rigueur oster, tout consideré, que pour certains autres petis auvens qui sont de l’appartenance de l’eritage dessus dit, de l’autre costé par dedens la porte en alant en la halle commune, seront et demourront en tel estat comme il sont a present parmi huit solz parisis de rente par an que ledit suppliant et ses hoirs seront tenuz paier au roy chascun an et huit frans pour une fois ; ainsi sont quarente solz parisis de rente par an que ledit suppliant et ses hoirs seront tenuz paier au roy et quarante frans pour une foiz avecques et par dessus les dix sept livres douze solz parisis ; et parmi ce, ycellui suppliant doit estre tenuz en sa bonne saisine et possession de tout son dit heritaige, bonne pour greigneur seurté et congnoissance pour le temps advenir et sur ce lui seront faictes et bailliés bonnes lettres royaulx perpetuelles. Qu’il vous plaise de vostre benigne grace les choses dessus dictes avoir aggreables et ycelles ordenner et commander estre faictes et acomplies audit suppliant par la maniere que dit est pour equité et raison faire et eschever le dommage, perte et travail que on lui pourroit donner sanz cause, sur ce mesmement que c’est le proufit du roy et que a la chaucee et rue de devant qui sont tres larges et especiaulx ne puet donner empeschement et il priera Dieu pour vous. »

31 Item la teneur du rapport fait par les commissaires juréz et establiz sur l’accomplissement des choses dessus dictes seellé de quatre seaulx et queues pendans s’ensuit : « (fol. 45v) Du commandement de honnorables hommes et sages maistre Pierre de Senz, receveur et voyer de Paris, et maistre Estienne le Charpentier, procureur du roy nostre sire, sur le fait du demaine, sont alléz Richart Boifleaue, garde de la voyerie du roy nostre sire, et Guillaume Halle, juré du roy nostre dit seigneur ou fait de maçonnerie, appelléz avecques eulx Mahiet le Ribaut, charpentier, et Jehan Chassot dit Olivet, collecteur de ladicte voyerie, pour veoir, teser et aligner une maison seant es halles de Paris dessus la porte aux Savatiers et aux Ongnons, avecques toutes ces appartenances tant dedens ladicte halle comme dehors, que l’en dit estre Jehan de Rueil, boucher ; et premierement ont tezé et aligné tant en lonc comme en lé un auvent seant encontre ladicte maison, mouvant depuis l’ostel a la Rappee, [que] l’en dit estre de Saint Martin des Champs, jusques au degré si comme l’en monte en la halle que l’en souloit appeller de Cambray, a present est appellee la halle de Malines ; et ont trouvé que icellui auvent depuis ladicte maison de la Rappee jusques audit degré a cinq toises et deus piéz de lonc ou environ et une toise et pié et demi de lé ou environ saillant sur la voyerie, lequel auvent faut estressier tout au lonc de demi pié, ainsi n’aura ledit auvent que une toise et un pié de lé ou au moins sera du lé et au parement des degréz de la franchise de l’ostel Saint Martin, dit l’ostel a la Rappee, qui est au rez de chauciee. Et pour recompensation de ce qui sera estressié comme dit est, ledit Jehan de Rueil pourra faire aller ledit auvent depuis une toise du lonc de son auvent jusques au pillier de fust en escoinssonnant pour couvrir les degréz de ladicte halle ; et aussi pour ce que ledit Jehan soustendra les degréz de ladicte halle, tant comme sa maison se comporte, et seront couppéz les estaux sur quoy l’en vent les lars a liviau desdiz auvens, a la plommee de l’esgout d’iceulx. Et avec ce, se retrairont lesdiz estaux a vendre lars jusques a la moitié des deux pilliers et parmi le millieu du lé desdiz estaux, et sont les deux dis pillers qui sont les deux costés de ladicte porte, a destre et a senestre ; et pour ce, se retrairont lesdiz estaux, comme dessus est dit, pour avoir plus large entree aux passans et repassans par ladicte porte.

32 Item le corps de ladicte maison dudit Jehan contient debout depuis ledit hostel de la Rappee jusques a un pillier de fust qui est au pié desdiz degréz par ou l’en va en ladicte halle de Malines et qui soustient ladicte maison, a six toises compris ens ledit gré et le pillier, lequel degré est commun au roy et aux marchans et au dit Jehan.

33 Item le corps de ladicte maison, du costé a main destre si comme l’en entre en ladicte halle, contient trois toises et quatre piéz de parfont, compté ens la saillie de ladicte maison.

34 Item depuis ladicte partie a ycelle main destre en entrant en ladicte halle aux Savatiers et aux Ongnons, du costé devers la halle aux Savatiers et aux Cuirs a poil jusques a un huis estouppé par lequel l’en souloit entrer de ce costé a ladicte halle aux Cuirs a poil, a douze toizes deux piéz et demi de lonc ou environ. Et pieça l’une desdictes deus places appellee echoppe dont les lettres dudit Jehan font mencion en partie, en laquelle place il a édifié une maison contenant six toises et demi pié de lonc ou environ compriz en la saillie et deux toises et quatre piéz de lé compriz en la saillie dessus dicte par dedens ladicte halle ; et au demourant de ladicte place a deux loges a savetiers a present et deux autres loges ou l’en vent a present ongnons, sur deux toises et cinq piéz de lé sanz les agous, endroit l’uis estouppé de ladicte halle aux Cuirs. Lesquelles loges et maisons sont adossees encontre les murs de ladicte halle aux Cuirs et par devant sur la voyerie du roy nostre dit seigneur, devant le estaux aux baudroiers et aux cordouanniers ; et ont lesdictes loges de hault ou front devant depuiz le rez de chauciee jusques a la couverture comprins ens la sabliere qui le soustient huit piéz de haut ; et ne pourra haussier ne massonner ledit Jehan d’ores en avant plus avant que il a a present, car il empescheroit les veues de ladicte halle, car il a edifié ce que il devoit ediffier, si comme obligié y estoit par certaines lettres.

35 Item les aviens qui sont a present en icelle maison au lonc lui demourront, lesquelx seront retranchiéz en tele maniere que il n’auront que trois piéz de lé sanz la saillie et ne escoinssonnera point le premier auvent, pour ce que il se fermera au poitrail de ladicte maison et est asséz hault.

36 Item en l’autre place ou eschoppe dont son tiltre fait mencion comme dit est, a main senestre, a une petite maison qui contient depuis les murs de ladicte porte aux Savetiers et aux Ongnons jusques a une loge que Michiel Thibart tient du roy nostre dit seigneur, a deux toises et quatre piéz de lonc et de parfont, c’est assavoir (fol. 46) depuis les murs de ladicte maison de la Rappee, qui est de Saint Martin des Champs, jusques sur la voyerie, six piéz et demi et plaine paulme de lé sanz l’agout ; ouquel edifice pent un auvent sur la voyerie qui contient deux piéz et demi de lé sur la voyerie au lonc dudit ediffice ; lequel puest bien demourer en tel estat, mais qu’il soit escoinssonné par devers la porte dessus dicte ; et sera tenu ledit Jehan de soustenir son dit ediffice et toute la maçonnerie de ladicte porte aux Savatiers, hault et bas, et des murs d’environ en tant comme il devra et poura estre tenuz a ses propres coux et despens. En tesmoing de ce nous avons seellees ces lettres de noz seaulx desquelx nous usons en noz diz offices. Ce fu fait le penultieme jour du mois de decembre, l’an de grace mil CCC IIIIxx. »

37 Item s’ensuient les teneurs de deux lettres royaulx ja pieça faictes de diverses dates, si comme il appert par la teneur d’icelles, desquelles les originaulx sont demouréz par devers ledict Jehan de Rueil, par lesquelles il appert que feu de bonne memoire Philippe, roy de France et de Navarre, donna a Pierre Senebron de Salins, son sergent d’armes, les maisons et eschoppes dont ci dessus est faicte mencion, duquel ledit Jehan de Rueil a la cause pour raison et succession aux charges declarees en ycelles lettres ; desquelles deux lettres la teneueur de la premire s’ensuit :

  • 595 Autre copie de cet acte : AN, JJ 44, fol. 29, n° 52.

38« Philippus, Dei gratia Francorum rex. Notum sit universis tam presentibus quam futuris quod nos Petro Celebron de Sallins pro se et heredibus et successoribus suis damus et concedimus domum nostram quam dictus Petrus nunc inhabitat sitam Parisius inter hallas contig[u] am hallis Cameracensibus ex una parte et domui que dicitur domus Sancti Martini de Campis ex altera, tenendam et habendam perpetuo ab ipso Petro suisque heredibus et successoribus predictis cum omnibus suis pertinentiis, pro pensione decem et septem librarum bonorum et parvorum Turonensium nobis annuatim consueta in talibus terminis persolvenda. Quod ut firmum maneat in futurum presentibus nostrum fecimus apponi sigillum. Datum Parisius, anno Domini millesimo trecentesimo septimo, mense januarii595. »

39 Item la teneur de ladicte [seconde] lettre s’ensuit :

  • 596 Autre copie du même acte : AN, JJ 53, fol. 13v, n° 36.

40« Philippe, par la grace de Dieu roy de France et de Navarre, nous faisons assavoir a touz presens et avenir que nous, en recompensation des aggreables services que Pierre de Salins, nostre amé sergent d’armes, a fait a nous et a la royne, nostre chiere compaigne, ou temps passé bien et loyalment et fait encores de jour en jour continuelement et sanz cesser, avons ottroyé et donné, ottroyons et donnons par ces lettres audit Pierre et a Jehanne, sa femme, pour eulx, leurs hoirs et leurs successeurs et pour ceulx qui d’eulx auront cause, deux places appellees eschoppes, seans es halles de Paris, dedens la halle commune, c’est assavoir : l’une a destre partie, si comme l’en entre a la porte aux Ongnons, tenant de l’un des bous a ladicte porte et a la maison dudit Pierre et de l’autre bout a un huis estant ou costé de la halle aux Cuirs et par devers ladicte porte et tenant de l’un des costéz au mur de ladicte halle aux Cuirs et de l’autre costé a la voyerie de ladicte halle commune ; et l’autre place seant a la senestre partie de ladicte porte aux Ongnons, tenant de l’un des bous a la maison dudit Pierre et de l’autre bout a l’estal Estienne de Saint Yon et tenant de l’un des costéz au mur de la maison Saint Martin et de l’autre costé a la voyerie de ladicte halle commune ; lesquelles deux places par information sur ce faicte de nostre commandement par le prevost de Paris, laquelle enqueste ou information nous avons [fait] diligeamment veoir, pevent valoir par an, pour autre dix livres quatre solz six denier[s] parisis de cens ou de rente perpetue chacun an ; et les doivent lesdiz Pierre et Jehanne, sa femme, edifier et retenir souffisamment et doivent et sont tenuz ou leurs hoirs ou ceulx qui tenront lesdictes places ou eschoppes rendre et paier chacun an a nous ou a noz successeurs, roy de France, cent solz tournois de cens perpetuel aux termes que l’en paie noz cens en la ville de Paris. Et, pour ce que soit ferme chose et estable perpetuelment, nous avons fait mettre nostre seel en ces presentes lettres, sauf en autres choses nostre droit et en toutes l’autruy. Donné au boys de Vincennes, ou moys de decembre, l’an de grace mil trois cens et sez596. »

41Par vertu desquelles lettres de noz diz seigneurs les conseillers et tresoriers cy dessus transcriptes au commencement de ces presentes lettres en enterinant le droit que Jehan de Rueil nommé en ycelles a et doit avoir es maisons, eschoppes et appartenances, dont cy dessus est faicte mencion, declarrees aux lettres et tiltres royaulx cy dessus trancripts. Aprés ce que icelles maisons, eschoppes et appartenances ont esté par nous veues, tesees, mesurees et abonnees par les gardes et juréz de la voyerie de Paris en nostre presence et aussi du procureur du roy, nostre dit seigneur, si comme ou rapport desdiz juréz ci dessus escript est plus a plain declarré, nous, ou nom et pour le roy nostre dit seigneur, avons osté et mis au neant l’empeschement qui mis avoit esté par les commissaires (fol. 46v) odenéz sur la visitation du demaine du roy es halles de Paris es dictes maisons, eschoppes, auvens, estaux a lars et autres appartenences declarrees plus a plain en la requeste dudit Rueil cy dessus transcripte, et yceulx delivréz a plain audit Jehan de Rueil, pour en joir et user de cy en avent paisiblement par lui et par ses hoirs et par ceulx qui de lui et de ses hoirs ont ou auront cause a tousjours perpetuelment selon le lonc et le lé, le haut et par la maniere que oudit rapport est plus a plain declaré, parmi ce qui il promis et jure par la foy de son corps, et a ce faire et les autres choses qui s’ensuient s’est obligé par lettres du Chastellet de Paris, que, dedent troiz moys a compter de la date de ces presentes, il fera recoupper et estressier le grant auvent qui est a l’encontre de sa dicte maison, entre l’ostel de Saint Martin et le degré de la halle, demi pié sur le lonc et par la maniere qui est declarree oudit rapport.

42 Item il soustendra a touzjours a ses despens ledit degré de la halle de Malines qui est commun tant comme sa maison se comporte.

43 Item les deux estaux ou l’en vent lart qui sont dessouz ledit auvent seront couppéz a liveau dudit auvent, dedens lesdiz troiz moys, et si seront retraiz plus arrieres d’une part et d’autre, si comme dit est oudit rapport, pour ce que l’allee de la porte de la halle aux Savetiers est entre lesdis deux estaux, affin que le peuple puisse miex passer et rappasser senz empeschement.

44 Item ledit de Rueil ou ses aians cause ne pourront de cy en avant faire plus hault ediffice qu’il a a present en deux loges ou l’en vent souliers et en deux autres loges tenant et ou l’en vent ongnons qui sont entre le corps de sa maison et le petit huis estoupé d’ancienneté de la halle aux Cuirs, pour ce que, se il faisoit plus hault ediffice qu’il y a a present, il estouperoit les veues d’icelle halle, si comme oudit rapport est plus a plain declairé.

45 Item fera retranchier dedens le temps dessus dit tous les petiz auvens qui sont encontre sa dicte maison ou l’en vent petiz souliers, par tele maniere qu’ils n’aurront que troiz piéz de lé, si comme oudit rapport est declairé.

46 Item il sera tenuz de faire escoinçonner un autre auvent qui est au lonc d’une loge seant a l’opposite de la maison ou sont les petiz auvens dessus diz, laquelle loge est des appartenances de ses dictes maisons et eschoppez.

47 Item sera tenuz de soustenir toute la maçonnerie de ladicte porte aux Savetiers a ses propres coulx et despens et toutes les appartenances des ses dicte [s] maisons et eschoppes en tant que tenuz y puet estre par raison.

48 Item paieront ledit de Rueil et ses aians cause quarante solz parisis de rente chacun an perpetuelment oultre et par dessus les dix sept livres douze solz parisis qu’il en paient par an en la ferme des halles de Paris avant ce present traictié ou accort. Ainsi sont dix neuf livres douze solz parisis de rente qu’il devra chacun an au roy, lesquelles il ou ses aians cause paieront et seront tenus de paier a tousjours perpetuelment chacun an en la recepte de Paris, aux quatre termes a Paris acoustuméz, c’est assavoir Pasques, Saint Jehan, Saint Remi, Noël, a chacun d’iceulx termes le quart par efgal porcion ; et les dix sept livres douze solz parisis qu’il paient chacun an avant ce present accort au fermier des halles, comme dit est, seront ostees et defalquees de ladicte ferme, en sera faicte mencion par ledit receveur, quant il baillera ladicte ferme a la Saint Jehan prochainement venant.

49 Item parmi ce present traictié ou accort et pour tenir paisiblement lesdictes maisons, eschoppes, auvens, estaux a lars et appartenances, ledit Jehan a finé oultre les quarente solz parisis de rente annuelle de creue dessus diz a quarante franz d’or pour une foiz, si comme en la fin de la requeste cy dessus transcripte est plus a plain declairé, lesquelz quarente franz il nous a payéz comptans pour le roy et d’iceulx nous tenons pour contens et bien payéz et l’en quittons et tous autres a qui quittance en puet et doit appartenir. Si donnons en mandement de par le roy nostre dit seigneur a touz a qui il appartient, prions et requerons touz autres, que ledit Jehan de Rueil et ses aians cause sueffrent, facent et laissent joir et user paisiblement desdictes maisons, eschoppes, auvens, estaux a lars et leurs appartenances a tousjours perpetuelment, par la forme et maniere que cy dessus est devisé, senz leur donner aucun empeschement ; lesquelz, en tant que faire ce povons a cause de nostre dit office et commission, nous leur promettons garentir, delivrer et deffendre envers et contre tous, par la maniere que dit est, aux propres coulx et despens du roy nostre dit seigneur. En tesmoing de ce, nous aivons seellé ces lettres de nostre seel avecques lequel a greigneur congnoissance d’icellui nous, Michel le Ferron, garde du seel de la prevosté de Paris, y avons mis le seel de ladicte prevosté. Ce fu fait et donné le VIII. jour de janvier l’an mil CCC IIIIxx. »

50Quas quidem litteras suprascriptas, tractatum, tradicionem et accordum ac omnia alia et singula in eisdem litteris contenta ratas habentes atque gratas, eas et ea volumus, ratificamus et approbamus, ac ex nostris auctoritate regia specialique gratia tenore presentium confirmamus. Quod ut firmum et stabile perseveret in futurum presentibus litteris nostrum fecimus apponi sigillum, salvo in aliis jure nostro et in omnibus quolibet alieno. Datum Parisius anno Domini Mo CCCmo octogesimo, regni nostri primo, mense januarii. »

51Per regem ad relationem consiliariorum super facto domanii regni et thesaurariorum Parisius.

52 Hennin

VII

531385 (n. st.), 13 février.

54 Confirmation par Charles VI d’un arrêt du Parlement de Paris, conférant au roi le droit de disposer pendant le Carême de sept étaux pour la vente des seiches et de deux étaux pour la vente du crapois ou baleine salée, et réglementant la vente au détail du poisson de mer aux Halles.

55AN, Y3 (Livre rouge du Châtelet), fol. 49-50.

56Karolus, Dei gratia Francorum rex, universis presentes litteras inspecturis, salutem. Notum facimus quod, cum procurator generalis mercature piscium marinorum et alecium Parisius venditorum et conductorum nostre Parlamenti curie exponi fecisset, quod certa lite dudum in eadem curia nostra mota et pendente inter procuratorem nostrum pro nobis, ex una parte, et dictum procuratorem mercature et nonnullas mulieres aleca Parisius in halis ad detaillum juxta quendam rivum ibidem a latere domus seu hospicii dicti de la Cornouaille existentem vendentes, ex altera super eo inter cetera quod dictus procurator noster proponi fecerat nos fuisse et esse in possessione et saisina quod septem stalla ad vendendum siccas et duo ad vendendum grapois, tempore Quadragesime, que in dicto loco juxta dictum rivum antiquitus esse solebant, per firmarium bustie hallarum Parisiensium ad utilitatem nostram conduci debebant, dicto procuratore dicte mercature et harengeriis predictis dicentibus ex adverso inter cetera quod ab omni tempore dicte harengerie pisces et aleca in dicto loco et platea libere et absque eo quod ob hoc aliquid solvissent aut solvere tenerentur vendere consueverant, per certum arrestum anno Domini millesimo CCCo octagesimo secundo die septima februarii prolatum, dictum fuerat quod dicte partes erant contrarie et quod nos statum dictorum stallorum haberemus, lite durante ; et quod nichilominus dictus procurator noster et firmarius dicte bustie decem stalla ad vendendum siccas levaverant et duo vacua ad vendendum grapois tenebant, quamvis tunc non esset grapois Parisius, dicta etiam stalla longiora et latiora ultra mansuram consuetam fieri fecerant ; et ob hoc idem procurator dicte mercature certam in scriptis requestam eidem curie nostre tradidisset, supplicans per eandem curiam sibi et dicte mercature de remedio orovideri. Pro parte dicti procuratoris nostri, cui dicta supplicatio exhibita fuerat, propositum extitit quod licet per arrestum predictum status dictorum novem stallorum nobis adjudicatus fuisset, dicte tamen harengerie plateam in hallis predictis pulcriorem de novo ceperant et occupaverant et quandam barreriam in nostri et firmariorum nostrorum prejudicium fecerant, taliter quod ultra progredi non poterat, dictaque stalla longitudinis et latitudinis aliorum stallorum ac mansure consuete existebant et si tunc Parisius grapois non extabat posset contingere quod adduceretur et super dictis duobus stallis vendicioni exponeretur, sed interim dictus procurator noster dictorum duorum stallorum nostram facere poterat utilitatem dicti eciam procurator noster et firmarius seu firmarii nulla stalla ultra novem predicta ceperant seu levaverant et, si fecerant, volebant et consensiebant quod per eandem curiam nostram super hoc fieret moderatio juxta dicti arresti seriem et tenorem. Cumque dicti procurator noster et firmarius de dicto procuratore dicte mercature et de harengeriis predictis se conquerentes certam aliam requestam in Camera comp [o] torum nostrorum Parisius tradidissent que quidem supplicatio in eadem curia nostra Parlamenti transmissa et deinde procuratori dicte mercature exhibita fuerat ; ea visa per dictum procuratorem dicte mercature pro parte ipsius procuratoris, propositum extitit quod ipse nichil de novo fieri fecerat in premissis quynimo dictarum hallarum firmarii plures interprisias contra mercatores predictos et in eorum prejudicium fecerant quodque in dictis hallis erant et esse consueverant quedam magna stalla, quorum quodlibet esse debebat longitudinis quinque pedum et quinque pedum latitudinis, et alia parva stalla, quorum eciam quodlibet duorum pedum cum dimidio longitudinis et totidem latitudinis esse debebat, que quidem stalla ad candellam, prout cetere firme nostre traduntur, locari consueverant et nichil locari consueverat extra dictarum hallarum cooperturam. Et licet in dictis parvis stallis nullum trampesium vendi deberet, in dictisque hallis juxta pilorium esset quedam platea in duas plateas divisa in quarum altera que munda esse debebat mercatores in grosso suos pisces marinos et in altera platea harangerie aleca sua vendere consueverant, omnium tamen premissorum fiebat contrarium (fol. 49v) in dictorum mercatorum maximum prejudicium et ex quibus dicta eorum platea quamplurimum deteriorata fuerat, ut dicebat procurator mercature predicte, requirens quod dicta stalla ad statum pristinum reponerentur et quod dictus procurator noster ad aliquid dicendum vel proponendum in hac parte non admitteretur. Dicto procuratore nostro proponente ex adverso et dicente inter cetera quod in dictis hallis erant quatuor platee in quibus pisces marini et aleca vendi consueverant, videlicet subtus cooperturam dictarum hallarum pisces marini ad detaillum ; in quadam alia platea pisces marini in grosso ; in quadam eciam alia platea versus dictum pilorium ad plateam in qua panes venduntur progrediendo aleca ; et super rivum dictarum hallarum situantur dicta novem stalla quorum status nobis per arrestum adjudicatus extitit prout fertur ; et attento quod ante prolacionem dicti arresti procurator dicte mercature omnia que nunc proposuit proponi fecerat, idem procurator non erat nec est admittendus.

57Dicto procuratore dicte mercature dicente quod dictus procurator noster predicta novem stalla in loco ubi alia posita non fuerant poni facere visus fuerat, quodque dicte harangerie priusquam dictum arrestum pronunciaretur supra dictum rivum vendebant et vendere consueverant et nobis solum status de stallis juxta rivum existentibus adjudicatus fuerat, quare dicebat quod ipse erat admittendus et non procurator noster predictus. Cumque dictis partibus ad plenum auditis nonnulli de consiliariis nostris in camera dicti Parlamenti nostri et etiam in Camera compotorum nostrorum Parisius, ex ordinacione dicte curie nostre Parlamenti supra locum dictarum hallarum se transtulerunt dictique commissarii viso dicto arresto uno cum requestis predictis, ac eciam certa informacione super permissis alia per nonnullos alios consiliariosnostros facta, inspecto etiam per dictos consiliarios nostros loco seu plateau bi dicta novem stalla situantur et platea in qua dicte harangerie vendere mituntur, se de premissis informaverint ace idem curie nostre suam relacionem fecerint. Audita igitur per eandem curiam nostram relacione dictorum commissiariorum, habita eciam super hoc matura deliberatione cum dilectis et fidelibus consiliariis nostris in dicta Camera compotorum, prefata curia nostra per arrestum ordinavit et ordinat in hunc modum : C’est ce qui a esté ordené par la court de Parlement sur le fait des hales de Paris pour estre ilec crié par la maniere qui s’ensuit et soit gardee doresenavant ladicte ordonnance sans enfraindre en aucune maniere et ou cas que aucun venra au contraire, il en sera griefment puniz telement que ce sera exemple a tous. Primo quant est des sept estaulx pour vendre seiches et deux pour vendre graspois pour raison desquelx procés pent en Parlement entre les parties, c’est assavoir le procureur du roy d’une part et le procureur de la marchandise d’autre, lesquelles parties sont en fais contraires et appoinctees en enqueste par arrest de la court, par lequel l’estat desdiz estaux a esté adjugé audit procureur du roy pendant la question sur la maniere duquel estat et du lieu ont depuis esté lesdites parties en debat et sur le debat esté oyes en la court, ordené et declairié est que pendant ladicte question et procés par provision et selon la forme et l’entendement dudit arrest, le roy usera et pourra par lui et par ses gens et fermiers avoir et tenir lesdiz estaux et en user a son prouffit durant toute la saison de Quaresme selon le ru et joignant icellui ru qui devisé [est] et est auprés de la place aux Marchans forains, vers la Cornouaille, sans ce que entre ledit ru et lesdiz estaux, ne en ladicte place aux Marchans au devant d’iceulx estaux, ait ne puisse avoir harens, ne vendeurs, ne venderesses de harens, trempeis, estaux ne autres choses qui les empesche ; et se il ne venoit point de grapois par quoy lesdis deux estaux ordenez pour ledit grapois vendre n’y feussent emploiez, pour ce que il ne demeurent vuiz, l’on les pourra emploier et louer, au prouffit du roy nostre sire, a vendre seches comme les autres sept, ledit procés (fol. 50) durant.

58 Item de la vente ou trempeis que l’on veult faire en la place aux Marchans, veu le roole de l’advis du procureur et conseil de la marchandise qui contient qu’il ne se doit point vendre en la place aux Marchans et l’advis des saiges avec la deposicion de pluseurs tesmoings, ordené est que en nul temps le trempeis ne se vende point en ladicte places des Marchans, mais que ou lieu que est ordené pour le trempeis ouquel le trempeis pourra estre vendu.

59 Item de vendre poisson de mer a detail a certaine heure, ordené est que en nul temps nul poisson de mer ne se vendra a detail que jusques aprés midi en ladicte place aux Marchans.

60 Item quant est de la disposicion des hales du roy, qui sont d’ancienneté ordenees a vendre la maree et le poisson a detail a toutes heures et ouquel lieu le poisson est et puet estre mieulx viseté que ailleurs, le lieu sera ordené au mieulx que l’en verra estre au prouffit du roy et de la marchandise et chose publique, tant de veues comme de pavé, pente et agoux, si comme il sera mieulx. Et en ces dictes hales seront les estaux grans qui y ont acoustumé d’estre et autres tant et telx que la place pourra souffrir, en les retraiant s’il est mestier plus arriere vers la rue des Trumelieres, toujours soubz le couvert, si que il y ait bonne espace ou moieu de ladicte hale, en laquelle, soubz le couvert aura encoires tant d’estaux comme l’on pourra faire qui seront tous soubz le couvert, audevant desdiz grans estaux vers la place aux Marchans, si bas toutesvoies que ilz n’empeschent pas la veue desdiz autres grans estaux. Et n’y aura aucuns estaux en ce lieu endroit hors de la couverture desdictes hales, ne autre chose entre lesdictes hales et la place des Marchans forains. Tous lesquelx dessus diz estaux, tant grans comme bas et petiz, seront bailliéz au prouffit du roy nostre sire a pris d’enchiere et la chandele alumee, en la maniere acoustumee d’ancienneté.

61 Item que aucun estalier vendant poisson a detail ne puisse avoir hors la hale en la place aux Marchans ne aillieurs, ou les povres gens qui ne peuvent avoir estal ont accoustumé de vendre trempeys ou autre poisson, que une personne pour lui, varlet ou chamberiere, pour ce faire, afin qu’il n’occupe la place des povres gens detaillieurs aux heures et manieres ordenees : c’est assavoir ung aprés midi en la place aux Marchans et ung en la place au Trempeis selon l’usage.

62 Item que les vendeurs soient tenus de recevoir la coustume du roy et de, en la fin de chascun mois, la paier au fermier de la Boite et l’en rendre compte.

63Pronunciatum die XIIIa februarii, anno Domini MoCCCo octogesimo quarto.

VIII

641402 (n. st.), 20 février.

65 « Lettre de deffense de l’evesque de Paris que aucuns libraires, merciers, ferrons, etc. ne vendent ou cimetiere des Sains Innocens a Paris ».

66Arch. nat., Y 2 (Livre rouge vieil du Châtelet), fol. 217.

67Officialis Parisiensis presbytero parrochialis ecclesie sanctorum Innocencium Parisiensis et omnibus aliis nobis subditis, salutem in Domino. Judicis officium requirit ut ipsam sanctam Dei ecclesiam illo juvamine foveat quo illius honor permaneat illibatus. Cum autem, prout intelleximus nonnullorum predicte parrochialis ecclesie parrochianorum gravi querimonia, nonnulli asserentes se librarios necnon quamplures mercerii, ferrones et alii diversarum rerum mercatores in cimiterio ejusdem parrochialis ecclesie supra lamina seu tumbas deffunctorum, libros, merces, ferraturas et aliarum diversarum rerum species cotidie vendicioni exponere ac vendere et mercari non formidant ; qui eciam a nonnullis iniquitatis filiis, furibus videlicet et latronibus in villa Parisiense discurrentibus, res furtivas emere consueverunt, unde hujus occasione de die in diem quamplurima inconveniencia oriuntur propter que posset cimiterium predictum violari. Hinc est quod nos in quantum possumus talibus periculis affectantes obviare prout tenemur et nostro incumbit officio, vobis, in virtute facte obediencie et sub excommunicacionis pena quem in vos ferimus nisi feceritis quod mandamus, districte precipiendo mandamus quatinus ex parte nostra diligenter et canonice moneatis omnes et singulos librarios, ferrones, mercerios et alios quoscumque mercatores in predicto cimiterio et infra methas ejusdem libros, ferramenta, merces et alias res quascumque vendere solitos, ut ipsi omnes et singuli sub excommunicacionis pena et decem librarum Parisiensium elemosine reverendi in Christo patris ac domini, domini episcopi Parisiensis, applicand [a] quam in ipsos et eorum quemlibet feremus, si hujusmodi mandato nostro parere contempserint a predictorum suorum librorum, ferramentorum, mercium et rerum supradictarum vendicionis exposicione et vendicione in predicto cimiterio faciendis sive exercendis cessant de cetero penitus et desistant. Inhibentes insuper ex parte nostra matriculariis predicte parrochialis ecclesie ceterisque quorum interest sub penis antedictis, ne dictis librariis, ferronibus, merceriis, aut aliis quibuscumque mercatoribus, plateas seu loca in dicto cimiterio ad predictas merces suas vendendas allocare seu assignare, pretextu alicujus peccunie vel alias presumant, quinymo ipsos librarios, ferrones, mercerios et mercatores predictos, a vendicionis expositione librorum, mercium et rerum suarum predictarum in supradicto cimiterio cessare compellant, invocato ad hoc, si sit opus, auxilio brachii secularis. Dantes nichilominus vobis tenore presencium in mandatis, quatinus inobedientes et rebelles post hujusmodi monicionem nostram per vos eis factam, citantur peremptorie et personaliter coram nobis ad diem seu dies competentes, nisi, etc. De quorum assignacione et nominibus citandorum nos certifficare curetis, nobis ex officio, nostro et promotori causarum officii curie nostre super premissis ad obic [iendum] quod justum fuerit responsum, et quid inde feceritis nobis fideliter rescribatis. Datum anno Domini Mo CCCCmo primo, die lune post Reminiscere.

68G. DeLingonis

69Collation faicte

IX

  • 597 Cette date est approximative. Guillaume Breteau est attesté comme receveur de Paris en 1412 et de (...)

70Vers 1425597.

71 Rapport de Guillaume Breteau, receveur du roi à Paris, sur le domaine du roi à Paris et en particulier aux Halles.

72BNF, ms. 24070 (Livre blanc du Châtelet), fol. 212-219v. Copie du XVe siècle.

73Du commandement de mes tres grans et redoubtez seigneurs, messeigneurs des comptes du roy nostre sire, fait en plain bureau a moy, Guillaume Breteau, secretaire du roy nostre sire et pieça son receveur de Paris, je me suis entremiz de memorier en brief et extraire des comptes ordinaires de ladite recepte les demaines estans en icelle qui appartiennent au roy nostre sire, et tant les non muables comme les fermes, declairés par les branches qui y appartiennent, et sur chascune des parties dessus dites mectre ce qui en est bon a faire pour le proufit du roy, a mon petit entendement, soubz la correction de mes dits seigneurs. […]

74(fol. 215v) La ferme des exploiz de la foire Saint Ladre qui commance chacun an le lendemain de la feste aux mors et dure XVII jours : (fol. 216) bonnement elle ne se peut esbrancher, car a icelle ferme appartient exploiz, c’est assavoir la visitacion des poix, pour ce que, durant ladite ferme, le poix que l’on appelle « le poix du roy » appartenant au roy ; et combien que a ceste foire appartient plusieurs beaulx droiz seigneuriaulx, ilz se baillent en la ferme du hallaige de Paris, en laquelle iceulx droiz seront declarez cy aprés, et se peut bien bailler comme dessus.

75La ferme de la foire de Saint Germain, qui commance chacun an le mardi de la XVe de Pasques et dure XVIII jours, bonnement ne se pevent esbrancher pour le petit temps qu’elle dure. Et aussi que a icelle ferme, soubz la correction de ceulx qui ont mis et mectent ou texte des comptes des exploiz de la foire, etc. appartiennent tous les droiz d’acquit de la Boiste du poisson de mer durant le temps dessus dit. Et pareillement se peut bien bailler en la maniere acoustumee […]

76(fol. 216v) La ferme de la halle de Louvain ne se peut bonnement esbrancher et se peut bien bailler en la maiere acoustumee et est le droit en hallaige des drapz qui y viennent qui se declairent en la ferme du hallaige. […]

  • 598 Charles VI transféra l’étape au Vin des Halles en Grève en octobre 1413. Voir supra, p. 46 et 78.

77(fol. 217) La ferme du criaige de Paris, qui longuement a esté en diverses mains sans porter prouffit au roy, l’on la peut bien bailler ; mais il est de necessité de y adviser et en especial sur l’estappe du Vin qui est en Greve et qui souloit estre es Halles598, ou le fermier dudit criaige prenoit grant proufit, et s’en declairent les droiz ou registre dessus dit. […]

78(fol. 217v) Ou chapitre de la prevosté de Paris.

79La ferme du mestier des poissons de mer, etc., se peut bien esbranchier, c’est assavoir en une branche l’acquit ou coustume de tout le poisson de mer venant par terre et par eaue en la ville de Paris, lequel acquit se declaire oudit registre, qui se fera avec les autres demaines du roy nostre dit seigneur.

80En une autre branche la revente dudit poisson, car aussi bien les fermiers d’icelle ferme, quant elle leur est demouree es temps passez, en ont fait une ferme et baillee a part.

81Et aussi a ladite ferme appartiennent, et qui peut bien faire une branche ou estre receue par la main du roy, les estaulx des halles au Poisson couvertes ; mesmement celles a lart qui sont en nombre XXII estaulx couvers et deux places qui souloient estre communement louees ou temps passé IIc LX l. p. Et, au dehors de la halle, environ IX places ou estaulx qui, comme dessus chacun an ou temps passé, se souloient louer VIxx IIII l. p. ; et semblablement y appartient XI places a fromaiges qui communement se souloient louer XL l. p. et les estaulx a seiches qui communement se souloient louer LXXVIII l. p. […]

82(fol. 218) La ferme du hallaige et estallaige de la ville de Paris.

83A ceste ferme appendent plusieurs halles particulieres, qui, chacun an, doivent les rentes cy après declarees. (fol. 218v) C’est assavoir :

  • 599 Ces étaux étaient occupés par des foulons de Paris.

La halle de Laigny et doit par an a deux termes, cest assavoir : Saint Remy et a la My caresme

LXX s. p.

La halle Saint Denis comme dessus

XVIII l. II s. p.

Pour les mailles des samedis, qui est pour le nectoyaige...

XLV s. p.

La halle de Ponthoise, comme dessus

VI l. p.

Et pour les mailles

XVI s. p.

La halle de Chaumont, qui est en la halle du Commun, comme dessus, par an

XXV s. p.

La halle de Corbie, par an, a paier a la feste Saint Andry doit

L s. p.

La halle d’Aubmale seant en la halle du Commun doit, par an, aux termes Saint Remy et la My Karesme

XXX s. p.

La halle d’Amyens doit, par an, comme dessus

VII l. p.

Et pour les mailles des samedis

XIII s. IIII d. p.

La halle de Douay doit, par an, au terme Saint Andry

XXX l. p.

La halle de Beauvaiz doit, par an, a la Saint Andry

XII l. p.

La halle aux Tixerrans doit, par an, aux trois termes Toussains, Chandeleur et Ascension

XVIII l. p.

Les deux estaulx qui sont front a la halle aux Tixarrens599 doivent, par an, a la Saint Andry

XXXIIII s. p.

La halle d’Avesnes seant en la halle du Commun, a paier au Lendit

LXXIIII s. p.

La halle de Gonnesse, par an, a paier a la Saint Remy et a My Karesme

XXV s. p.

(fol. 219) La halle Trompee, a deux termes dessus dits

IIII l. p.

La halle du lin et du chanvre se baille a ferme et se paye a trois termes : Toussains, Chandeleur et Ascencion. A valu ou temps passé, par an

XXX l. p.

Les halles aux Merciers sur les sueurs et qui sont de telle ordonnance que, chacun an, plusieurs merciers et autres ausquelz sont les estaulx desdites halles et plusieurs autres heritaiges a ce obligés sont tenuz de subroguer collecteurs pour cueillir et lever le[s] rentes deues au roy nostre sire a cause desdites halles et de payer chacun pour le tout, par an, a quatre termes : Saint Remy, Noël, Pasques et Saint Jehan

LXXIX l. IIII s. VI d. p.

Les halles des Basses Merceries sont de semblable condicion et doivent, par an,

CL l. p.

Les estaulx a merciers sur la Ganterie et doivent l’un plus et l’autre moins et sont en nombre VIIxx XVI estaulx, que cent huit personnes occuppent a heritaige, lesquelz seront declarez ou registre qui se renouvellera sur la partie faisant mencion du hallaige, monte par an

C. XIIII l. p.

La halle aux Cordonniers qui contiennent XXXIII loges et demy et sont a vie

XXVII l. XVI s. VIII d. p.

Censive sur maisons soubz la halle Saint Denis, XII maisons

VI l. IX s. p.

Estaulx a toilles, les ungs a vie, les autres a heritaige, et sont XLII et demy estaulx et montent par an

XIII l. XVIII s. p.

Estaulx a cuir contre la halle au Blé : trois, l’un a heritaige et les deux a vie

XX s. p.

(fol. 219v) Estaulx a savetiers qui sont en nombre trois assavoir a l’Engrognerie, pour ce

IX s. p.

De ces trois estaulx, le fermier du hault ban les veult vendre. Greniers a Coutes qui sont en nombre XIIII, par an

XVIII l. XIII s. IIII d. p.

Une maison soubz la halle au Blé, par an

XL s. p.

Estaulx a peletiers assis en plusieurs lieux esdites halles, tant a vie que a heritaige, et contiennent LXX, par an

XX l. IX s. p.

Estaulx a tappiciers qui sont VI et montent par an

VI l. XIII s. VI d. p.

Estaulx a freppiers qui sont en nombre XXX et montent par an

XLVIII s. p.

Estaulx a chaussetiers qui sont en nombre XXXV et demy, par an

XI l. VI s. p.

Estaulx a cordonniers et sont a vie et y en a foison qui sont ruyneux et valent par an

VII l. X s. p.

Estaulx a tanneurs pres des chaussetiers et sont six, valent par an

XVI s. VI d. p.

X

841432, 10 mai.

85 Arrêt du Parlement qui met fin au procès entre la communauté des pelletiers de Paris et celle des merciers, au sujet des conditions de la location de la halle des Basses-Merceries qui appartenait aux seconds.

86AN, X1A 67, fol. 247-250.

87Cum lis mota fuisset coram preposito nostro Parisiensi inter communitatem proprietariorum phale seu hale Bassarum Merceriarum ville nostre Parisiensis ex una parte et communitatem pellipariorum dicte ville ex altera, dicto, agendo et defendendo hinc inde super eo quod communitas dictorum proprietariorum dicebat quod regulariter omnes mercatores et operarii ministeriorum seu mercium dicte ville nostre de Parisius ad halas ejusdem ville et loca seu plateas in dictis halis ab antiquo eis destinatos per quamlibet ebdomadam ire, videlicet nonnulli in diebus veneris et sabbati et alii in diebus sabbati dumtaxat et ibidem sub pena emende suas merces venales exponere tenebantur (fol. 247v), que loca seu platee ad decoracionem dicte ville et ut melius et seriosius rei publice provideretur ac gentes tam foranee quam dicte ville emere seu vendere volentes, delocis in quibus mercatores juxta suarum mercium distinctionem degerent celerius et expedicius cerciorate extarent, ordinate fuerant et, quamvis mercancia pelliparie una de majoribus et communioribus mercanciis dicte ville reputaretur, predicti tamen pelliparii ab antiquo nullum locum in dictis halis ad suas merces venales exponendum habuerant, in ipsorum et rei publice non modicum dedecus et gravamen. Ob quod dicti pelliparii, volentes aliis mercatoribus esse conformes, predictam halam Bassarum Merceriarum, quam dicti proprietarii a predecessoribus nostris ad certum redditum annuum acceperant, illo tunc vagam et clausam advisaverant, advisatamque, si dicti proprietarii assentirent, ad suas merces predictis diebus venales exponendum per nos eisdem assignari requisierant. Dicti eciam pelliparii per certum accordum cum proprietariis habitum in predicta hala Bassarum Merceriarum diebus publici mercati suas merces venales exponere et pro qualibet traveia ipsius hale duo stalla continente per annum octo libras Parisiensium et sic pro stallo quatuor libras Parisiensium jam dictis proprietariis solvere promiserant. Certaque informacione per quendem commissarium Castelletti nostri Pariensis facta, et per tunc cancellarium et gentes magni consilii regni nostri Francie visa, quod dicti pelliparii ad predictam halam Bassarum Merceriarum diebus veneris et sabbati irent et ibidem et non alibi, sub penis ad hoc introductis, prefatis diebus suas merces venales exponerent, necnon bis in anno, videlicet septimana ante festum nativitatis beati Johannis Baptiste et septimana ante festum natalis Domini, prout drapperii dicte ville nostre facere consueverant, ad locum proicerent ordinatum extiterat. Pretextu quorum ordinacionis et accordi supradicti proprietarii dictam halam Bassarum Merceriarum de materia grossarum maçonnerie et carpenterie in eadem hala IIM librarum Turonensium summam salvo pluri exponendo de novo construxerant et edificaverant ; ac ipsa constructa eoque dicti pelliparii suas merces cretam seu croiam continere et pro ipsa croia reicienda aerem requirere ipsamque halam, si per modum appenticii constructa esset, propiciorem fore, proposuerant in dictorum proprietariorum non (fol. 248) modicum dampnum et gravamen. Ex ordinacione procuratoris nostri et lathomorum et ca [r] pentatorum nobis juratorum, ipsa hala demolita fuerat, qua demolita dicti proprietarii quatuor stalla per modum appenticiorum in ipsa hala construxerant eisque factis et per dictos pelliparios advisatis, dicti pelliparii ad predictam halam secundum dictorum ordinacionis et accordi tenorem, dummodo allia stalla ad instar predictorum quatuor stallorum edificarentur, ire et pro quolibet stallo quatuor libras Parisiensium solvere promiserant ; ob quod dicti proprietarii alia XXXII° stalla ad dictorum quatuor stallorum [i] nstar construxerant ac ipsam halam cum suis portis et pertinenciis ad usum seu mercanciam dictorum pellipariorum debite disposuerant, quibus non obstantibus iidem pelliparii ad dictam halam ire et ibidem suas merces venales exponere recusaverant ; et ob hoc coram dicto preposito nostro ad requestam dictorum proprietariorum adjornati et demum per sentenciam dicti prepositi de data diei decima maii anni Domini millesimi CCCCmi Xmi ad eumdum ad dictam halam in diebus veneris et sabbati suas merces venales ibidem exponendo et pro quolibet dictorum stallorum quatuor libras Parisiensium dicitis proprietariis solvendo, condempnati extiterant. Cui sentencie supradicti pelliparii acquieverant, et si octo vel novem dictorum pellipariorum prefate sentencie acquiescere renuerant, ipsi tamen ad eumdum ad dictam halam in diebus sabbati et solvendum pro stallo pariter ut pellipariii antedicti per sentencias de datis tercie diei septembris et XVe novembris anni millesimi CCCCmi XIe condempnati fuerant. Quas sentencias exenquendo, certus examinator noster in supradicto Castelleto antedictis pellipariis de eumdo ad dictam halam diebus sabbati, secumdum tenorem dictarum sentenciarum, preceperat. Quibus preceptis nonnulli ex dictis pellipariis obtemperare renuerant, et ob hoc gagiati et coram dicto preposito ad requestam dicti procuratoris nostri adjournari extiterant et tandem, partibus auditis et in scripturis appunctatis, prefatus prepositus per suam sentenciam de data die[i] XXIIe septembris anni millesimi CCCCmi XIIIIi supradicta precepta dictis pellipariis de eumdo ad dictam halam in diebus sabbati secumdum tenorem sentenciarum supradictarum ad bonam et justam causam facta fuisse, et dictos pelliparios ad malam et injustam causam in contrarium se opposuisse, declaraverat. Quarum sentenciarum ac eciam inchoati processus tempore XXXVI stalla et (fol. 248v) pro presenti LXII ° in dicta hala extabant, ad causam que dictorum stallorum communitas dictorum pellipariorum per annum in quatuor libris Parisiensium pro quolibet stallo hac in arreragiis dictarum librarum Parisiensium, presertim in arreragiis que ad causam dictorum XXXVI stallorum a data dicte sentencie de XVa novembris anni millesimi CCCCmi XIi usque ad tempus inchoati processus obvenerant erga communitatem dictorum proprietariorum, ut ipsi proprietarii dicebant, tenebatur ; que tamen arreragia ad summam IIIc LXVIIIto librarum Parisiensium ascendencia ac eciam dictas quatuor libras Parisiensium per annum communitas dictorum pellipariorum communitati proprietariorum ; quod si predictorum arreragiorum tempore dicti pelliparii claves predicte hale minime habuerant eamque dicti proprietarii locaverant hoc tamen culpa dictorum pellipariorum qui ad dictam halam ire et pro quolibet stallorum ejusdem dictas quatuor libras Parisiensium solvere renuerant, erat et fuerat. Dicti eciam proprietarii ad dictam halam aut portas ejusdem aliter quam sint faciendas vel in eisdem tabulas construendas, ut dicta communitas pellipariorum, in quantum actrix extabat, requisierat, se minime teneri proposuerant. Quare petebat comitas dictorum proprietariorum, in quantum actrix extabat, communitatem dictorum pellipariorum ad IIIIc LXVIII librarum Parisiensium summam pro arreragiis dictarum quatuor librarum Parisiensium ad causam et pro quolibet dictorum XXXVI stallorum debitorum que tempore hujus inchoati processus obvenerant ac ad arreragia que ipso processu pendente obvenerant prefate communitati proprietariorum solvendum condempnari. Et in quantum communitas ipsorum pellipariorum actrix extabat, ipsam ad suas requestas et conclusiones faciendum non admicti et si admictebatur communitatem ipsorum proprietariorum ab eisdem requestis et conclusionibus absolvi ac communitatem ipsorum pellipariorum in expensis communitati ipsorum proprietariorum condempnari. Communitate dictorum pellipariorum in contrarium dicente et proponente quod dicti pelliparii nullum contractum aut quasi contractum cum dictis proprietariis habuerant et si contractum, vel accordum cum eis habuerant, predictam tamen halam pro tempore quod dicti proprietarii arreragia pecierant, eoque dicta hala indisposita et minus conveniens usui pelliparie erat et fuerat, minime occupaverant ; quinymo dicti proprietarii predictam halam supradicto tempore nonnullis corderiis et aliis personis locaverant mercedemque locacionis receperant et ob hoc ad dictam halam ire necnon dicta arreragia ac eciam quatuor libras Parisiensium per annum solvere iidem pelliparii licite racusaverant et si contra ipsos pelliparios (fol. 249) alique sentencie date fuerant hoc tamen contra singulos et non contra ipsorum pellipariorum communitatem et ad utilitatem procuratoris nostri et non dictorum proprietariorum erat et fuerat ; dicte eciam sentencie, donec certus processus inter quosdam singulares dictorum pellipariorum sua stalla in haula fraperie se habere asserentes determinaretur, et in tempore hujus inchoati processus nondum terminatus extabat, supersedere debuerant. Dicebat insuper communitas pellipariorum quod dicti proprietarii predictam halam debite pangere, numerumque sufficientem stallorum, quodlibet stallum latitudinis XII pedum, ac in eorum stallorum quolibet certas tabletas latitudinis duorum pedum ad merces pelliparie in pila ponendum construere, necnon portas ejusdem hale debitorum latitudinis et introitus ad dictas merces in eadem hala cum equis et quadriga deportandum facere promiserant et si predicta facere non promiserant, ipsa tamen facere et dictam halam in statu utili ad usum mercancie pelliparie disponere debuerant, dictique pelliparii, dummodo predicta per dictos proprietarios completa extarent, predictas quatuor libras Parisiensium per annum solvere minime recusarant, sed donec completa forent ad ipsas quatuor libras Parisiensium aut arreragia earumdem non teneri proposuerant. Quare petebat communitas dictorum pellipariorum in quantum ac defensatrix extabat, predictam communitatem proprietariorum ad suas requestas et conclusiones faciendum non admicti, et, si admictebatur, communitatem dictorum pellipariorum a predictis requestis et conclusionibus absolvi, et in quantum communitas dictorum pellipariorum extabat, ipsam communitatem pellipariorum bonam excepcionem de non eumdo et suas merces ad dictam halam portando ac quatuor libras Parisiensium annum et arreragia earumdem non solvendo, donec supradicta per communitatem dictorum proprietariorum completa forent, aut saltim justam causam rentencionis dictarum summarum habuisse, necnon de dictis summis pro interesse communitati dictorum pellipariorum defalcacionem fieri debere dici et pronunciari ac communitatem dictorum proprietariorum in ejus dampnis, interesse et expensis condempnaricoram quo in tantum processum extitisset ; quod, dictis partibus auditis et inquesta facta, supradictus prepositus per suam sentenciam communitatem dictorum pellipariorum ad solvendum de cetero communitati dictorum proprietariorum pro quolibet stallo dicte hale Bassarum Merceriarum duobus terminis equaliter in anno, videlicet in festo natal [i] s Domini et in festo nativitatis Johannis Baptiste, pro primo solucionis ideo in festo nativitatis ejusdem beati Johannis Baptiste presentis anni millesimi CCCCmi XXXIi quatuor librarum Parisiensium summam condempnasset, predictosque proprietarios ad trandendum dictis pellipariis claves predicte (fol. 249v) hale teneri pro in eadem ad libitum eumdo et in diebus sabbati suas merces venales exponendo secundum ordinaciones alias super hoc editas declarasset ; predictam comitatem pellipariorum a supradictis arreragiis per comitatem dictorum proprietariorum ad causam dictarum quatuor librarum Parisiensium petitarum, necnon comitatem dictorum proprietariorum a requestis conclusionibus comitatis dictorum pellipariorum, in quantum communitas ipsorum pellipariorum actrix extabat, absolvendo ac expensas hinc inde et ex causa compensando. Fuit a dicta sentencia per utramque dictarum parcium ad nostram Parlamenti curiam appellatum. Auditis igitur in dicta curia nostra partibus antedictis in causis appellacionum predictarum processuque interdictos appellantes hinc inde, an bene vel male fuerit appellatum, ad judicandum recepto, predictaque hala, stallis, portis et pertinenciis ejusdem per lathomos et carpentarios juratos ex ordinacione dicte curie nostre et in presencia certorum consiliariorum dicte curie ad hoc per ipsam curiam deputatorum visitatis, necnon titulo per quam dicti proprietarii predictam halam ad censum annuum a predecessoribus nostris acceperant, una cum ordinacionibus nostris halas drapperiorum tangentibus ac certa requesta per comitatem dictorum pellipariorum pro moderacione habenda de dictis quatuor libris Parisiensium et responsione ad eamdem requestam per comitatem dictorum proprietariorum predicte curie nostre traditis, et processu junctis omnibusque visis et diligenter arrestum supradictas appellaciones et id a quo appellatum extitit adnullavit et adnullat absque emendis ; et ex causa et per idem arrestum eadem curia nostra predictos proprietatios ad tradendum pellipariis antedictis claves predicte phale Bassarum Merceriarum necnon ipsos pelliparios ad jaciendum de cetero bis in anno videlicet in festo natalis Domini et in festo nativitatis beati Johannis Baptiste, ut drapperii facere consueverunt, sortes, locos ad stalla seu loca in dicta phala habenda, merces suas in eisdem stallis et non alibi quolibet die sabbati vendicioni exponendas de quemlibet eorumdem pellipariorum ad solvendum eciam de cetero dictis proprietariis pro stallo dicte phale ad locum suum evenerit anno quolibet duobus terminis antedictis natalis Domini et beati (fol. 250) Johannis equis porcionibus incipiendo pro primo termino et pagamento in festo nativitatis beati Johannis Baptiste proximo futuro summam quatuor librarum condempnavit et condempnat dictamque summam quatuor librarum eadem curia nostra, donec aliud super hoc per eam fuerit ordinatum, ad quinquaginta solidorum Parisiensium summam moderavit et moderat, dictas partes a ceteris requestis et conclusionibus earumdem absolvendo ac expensas compensando hin[c] inde.

88Pronunciatum die Xa maii, anno Domini M° CCCC XXXII°.

89 Nanterre

90 Morvillier

Notes

587 Voir J. Petit et al., Essai de restitution des plus anciens mémoriaux de la chambre des comptes de Paris, Paris, 1899 (Bibliothèque de la Faculté des lettres, 7), n° 284.

588 L’auteur énumère les richesses accumulées dans la halle à la Mercerie, dite des Champeaux, et réparties entre les galeries de ses deux étages. Il peint l’étonnement et l’admiration des visiteurs au spectacle des marchandises exposées. En raison de son importance, nous reproduisons ici, bien qu’il ait déjà été publié, le texte latin de Jean de Jandun. La traduction en français qu’en ont donné les éditeurs (ibid., p. 51) est parfois sujette à caution. Les titres en italique figurent en marge du texte.

589 Doublures de manteaux ou de vêtements en fourrure ou en étoffe.

590 Cendal, tissu de soie de la nature du taffetas.

591 Miroirs.

592 L’acte porte en marge : Confirmatio verificacionis cujusdam requeste cum pluribus aliis litteris pro Johanne de Rueil. Son importance réside dans le fait qu’il concerne un ensemble de biens situés autour de la porte aux Savetiers, en plein cœur des Halles.

593 Philippe IV le Bel (1285-1314).

594 Peut-être Salins, arr. de Poligny, dans le Jura.

595 Autre copie de cet acte : AN, JJ 44, fol. 29, n° 52.

596 Autre copie du même acte : AN, JJ 53, fol. 13v, n° 36.

597 Cette date est approximative. Guillaume Breteau est attesté comme receveur de Paris en 1412 et de 1416 à 1418 ; en 1429, il s’intitule « notaire et secretaire du roy ». En mai 1454, il est dit « jadis receveur de Paris », mort depuis longtemps. (AN, Y 5232, fol. 27v).

598 Charles VI transféra l’étape au Vin des Halles en Grève en octobre 1413. Voir supra, p. 46 et 78.

599 Ces étaux étaient occupés par des foulons de Paris.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540