Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les halles de Paris et leur quartier (1137-1969)

 | 
Anne Lombard-Jourdan

Annexes

Texte intégral

1L’essentiel de la documentation écrite et des plans ayant servi à l’élaboration de cet ouvrage est tiré des dépôts d’archives parisiens : Archives nationales de France, Archives de l’Assistance publique, Archives des Quinze-Vingts, ainsi que de la Bibliothèque nationale de France. Les références sont données en note et quelques documents choisis parmi les plus représentatifs des réalités des Halles médiévales ont été transcrits. Les nombreuses chroniques et les mémoires consultés ont permis de compléter le simple rapport des faits par des notations précises et vivantes.

  • 585 Je remercie bien vivement ici Catherine Zacharopoulou qui a donné aux cinq plans leur forme pour l (...)

2Les plans de restitution des Halles et de leur quartier ont reçu pour base topographique le plan que l’architecte Edme Verniquet commença en 1771 et qui ne fut terminé qu’en 1799. Qualifié de « parfait » et méritant cette épithète, il est le premier plan géométral de Paris. Reproduit en grisé, il sert de fond aux restitutions proposées585. Par ailleurs, le plan cavalier de Truschet et Hoyau, dit Plan de Bâle (vers 1550), a été agrandi et offre un aspect approximatif du quartier avant les transformations qu’y apporta la Réformation des Halles.

  • 586 Les grandes chroniques de France. Reproduction intégrale en fac-similé des miniatures de Fouquet ( (...)

3Il existe très peu d’images des Halles de Paris au Moyen Âge et pas beaucoup plus pour l’époque moderne. Les premières connues sont fantaisistes et n’apportent aucune information. Une belle miniature de Jean Fouquet est censée représenter les Champeaux à l’occasion du supplice des disciples d’Amaury de Baine, auquel assista Philippe Auguste en 1212, mais derrière le bûcher où brûlent les hérétiques on voit la Bastille, le Temple et le gibet de Montfaucon586. Les artistes qui ont volontiers figuré les principaux monuments de la capitale, Grand-Pont, palais de la Cité, Louvre, etc., n’ont pas été tentés par le « marché le roi », en raison, peut-être, de la difficulté du motif ou de son apparent manque d’intérêt. Si l’un d’eux, au XVe siècle, peint la fontaine, le pilori et les piliers de la place des halles, c’est pour situer et encadrer l’exécution d’un célèbre brigand (fig. 3). Pour appréhender quelque peu l’ancienne et débordante activité du grand marché parisien, il faut consulter un manuscrit rouennais de la traduction des Éthiques d’Aristote par Nicole Oresme (fig. 4) ou un décor d’éventail (fig. 9).

4Du XVIe au début du XIXe siècle, les représentations des Halles demeurent extrêmement rares ; elles ont toujours pour but non de figurer le commerce qui s’y faisait, mais de situer un motif : les écosseuses de pois pour Jeaurat (fig. 12), des réjouissances populaires pour Debucourt (fig. 13). Sur ces peintures, on aperçoit toutefois quelques-uns des bâtiments vétustes des Halles. Il faut faire une place à part à la Halle au Blé, construite à partir de 1762 par Le Camus de Mézières et dont le plan rond et la volonté nouvelle de composition architecturale surprirent et séduisirent. Elle fut souvent représentée.

5Au cours du XIXe siècle, les mentalités changèrent. Les marchés couverts suscitèrent un moment l’intérêt. Les gravures de presse se multiplièrent. Puis les photographes s’éprirent des pavillons de Baltard et de l’intense grouillement de leurs activités marchandes

Notes

585 Je remercie bien vivement ici Catherine Zacharopoulou qui a donné aux cinq plans leur forme pour l’impression.

586 Les grandes chroniques de France. Reproduction intégrale en fac-similé des miniatures de Fouquet (manuscrit français 6465 de la Bibliothèque nationale de Paris), éd. Fr. Avril, M.-Th. Gousset et B. Guenée, Paris, 1987, pl. 26.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540