Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les halles de Paris et leur quartier (1137-1969)

 | 
Anne Lombard-Jourdan

Chapitre VI. Un développement longtemps entravé

Texte intégral

I. — LE MARCHÉ ET L’IMAGE QU’ON S’EN FAISAIT

  • 556 Sur les noyaux urbains anciens en Italie, voir : L. von Matt, Il centro storico di Genova, Gênes, (...)

1Le chemin parcouru par la capitale peut, d’une certaine façon, être mesuré à l’échelle de son marché, depuis le « petit champ » limité par un fossé au XIIe siècle jusqu’aux gigantesques Halles de Rungis au XXe siècle. Toutefois il fallut attendre les années 1850 et les pavillons de Baltard pour qu’évolue l’idée qu’on se faisait de ce que devait être le marché parisien. Il demeura jusque là confiné à l’intérieur du gros mur protecteur dont l’avait entouré Philippe Auguste et du cadre inchangé de son quartier. Une fois de plus, on vérifie ici l’extraordinaire force d’inertie des ensembles urbains construits, de ces « noyaux anciens » qui ont été étudiés notamment en Italie556, et on aperçoit à l’évidence combien le quartier forme un tout homogène. L’obligation faite au Moyen Âge à tous les artisans de la ville de fermer boutique et d’aller vendre aux Halles et celle faite aux marchands forains de venir y décharger toutes les denrées qu’ils apportaient, firent de celles-ci plusieurs jours par semaine le centre de l’activité commerciale de la ville. L’intégralité des ventes en gros et une grande partie des ventes au détail y étaient conclues et les revendeurs de tous métiers devaient s’y approvisionner. Leur force d’attraction et leur activité de redistribution, en continuelle progression, étaient donc considérables.

  • 557 M. Dussaussoy, Le citoyen désintéressé ou diverses idées patriotiques concernant quelques établiss (...)

2Pourtant, si l’on excepte la réalisation pionnière de Philippe Auguste, aucun souci architectural n’eut l’occasion de s’exercer en leur faveur. « Comment, s’indignait Dussaussoy en 1767, une nation éclairée et qui aime la gloire a-t-elle pu supporter si longtemps, au centre de la capitale, ces marchés dégoûtants, ces Halles infectées ? »557. Comment expliquer, en effet, une aussi longue et aussi complète carence des autorités, une si profonde désaffection du public ? Dans la même ville, on élevait des palais et de magnifiques édifices religieux, en particulier, de 1532 à 1637, l’église Saint-Eustache, l’ambitieuse « cathédrale des Halles », aussi vaste que Notre-Dame. Mais, quand il s’agissait du marché, tous les projets échouaient. Faut-il invoquer les difficultés pratiques d’une telle opération d’urbanisme, le défaut d’imagination des décideurs, le coût des expropriations, la résistance des intérêts en place ? Tout cela ne pouvait faire reculer un État moderne qui, sur d’autres chantiers, fit aboutir de plus délicates entreprises. Sans doute faut-il faire intervenir le coefficient humain, l’opinion générale et bien ancrée sur ce que doit être le marché dans la ville : utile et sans prétention aucune. À cette conviction profonde vinrent s’ajouter d’autres considérations. D’abord la préférence pour le « marché couvert », qui remplacera le traditionnel « marché au vent », en plein air et sur le pavé ; ce choix, déjà préconisé par Philippe Auguste, ira en se concrétisant. Et puis l’idée que les bâtiments publics, les marchés comme les hôtels de ville ou les églises, doivent être isolés, débarrassés de toute construction adventice et bien desservis par des voies d’accès.

3L’histoire des Halles répercute les attitudes mentales successivement adoptées à l’égard de l’activité marchande : valorisée au Moyen Âge, celle-ci fut tenue pour strictement utilitaire pendant l’Ancien Régime, puis fut remise à sa juste place par la bourgeoisie du Second Empire. Les Halles de Philippe Auguste et celles de Baltard marquent deux pôles entre lesquels, pendant plusieurs siècles, régna l’indigence architecturale et une inertie administrative presque totale.

II. — DES ENFERMEMENTS RÉPÉTÉS

  • 558 La partie du cimetière ainsi délimitée appartenait à l’Hôtel-Dieu de Paris « de toute ancienneté » (...)

4C’est, nous l’avons vu, à l’intérieur de la primitive limite d’un fossé que s’effectuèrent d’abord les échanges commerciaux et que se développa un marché florissant. Le « fossé du Champeau » avait un caractère à la fois symbolique et juridique. Il dessinait et enfermait un territoire que longèrent des rues et qui englobait l’extrêmité occidentale du cimetière des Innocents558.

  • 559 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 51, n°  1273 (1353) ; l. 53, n° (...)
  • 560 AN, JJ 66, n° 669 (1331, n. st.), édité dans Documents parisiens…, t. I, p. 102, n° 70.
  • 561 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 53, n° 1304 (1467) ; etc.
  • 562 G. Brice, Description de la ville de Paris…, éd. P. Codet, Genève-Paris, 1971, p. 517.

5Après leur accord de 1137, le roi partagea un temps avec l’évêque les revenus et les charges du marché en plein vent. Puis Philippe Auguste, conscient de l’intérêt économique de celui-ci, y transféra la foire Saint-Ladre, achetée aux lépreux en 1181, et y fit édifier deux « halles » entourées d’un mur protecteur. Cet ensemble clôturé et bâti en pierre de taille matérialisait et affirmait, au milieu du marché partagé et ceint d’un simple fossé, la présence et l’autorité royales. Les « gros murs »559, les « murs des hales le roy nostre sire »560, ces « anciens murs »561, que Germain Brice, en 1712, qualifiait de « fortes murailles »562, fréquemment mentionnés dans les actes et dont on distingue encore le tracé sur les plans de Jaillot et de Verniquet, ne sont autres que ceux dont Philippe Auguste avait entouré ses deux halles. Nécessaires en 1183 pour mettre le marché construit dans un terrain vague à l’abri des voleurs et des bandes ennemies et pillardes – les Anglais campaient alors à Gisors –, ils devinrent inutiles par la suite. Ils présentèrent alors l’inconvénient de corseter le marché et de nuire à sa libre expansion. D’autant plus que les bâtiments destinés à la vente édifiés ensuite prirent appui sur eux du côté intérieur et que les maisons des rues adjacentes en firent autant du côté extérieur. Cet épais carcan de pierre ne sera rompu qu’au XVIe siècle, lorsque, à la « Réformation », on le percera pour livrer passage à des rues nouvelles.

6La clôture défensive de Philippe Auguste fut presque aussitôt doublée par la galerie sur piliers qui occupait le rez-de-chaussée de maisons alignées sur le bord du primitif « fossé du Champeau » et tournées vers l’intérieur du marché. Sur deux des côtés de la place des Halles et tout le long de la rue de la Tonnellerie, le premier étage en surplomb des maisons portées en avant sur de gros piliers de pierre ménageait un passage continu, sorte de chemin de ronde, qui faisait le tour du marché et rendait difficile les communications avec l’extérieur.

7Enfin, toujours sous le règne de Philippe Auguste, un troisième enfermement de l’ensemble compact des Halles intervint en 1190, avec la construction de l’enceinte destinée à protéger la rive droite de Paris. Celle-ci vint clore en arc de cercle l’angle droit formé par la route menant à Saint-Denis avec celle qui longeait la Seine dans la direction de Clichy. D’abord ressentie comme lointaine, cette ligne de fortification fut bientôt rejointe par la prolifération des maisons. Le dessin des rues, rectilignes et perpendiculaires les unes aux autres à l’est, concentriques et parallèles au rempart à l’ouest, témoigne de la rapidité avec laquelle elles furent tracées. Le rempart, percé à l’origine de peu de portes, pour des raisons défensives, ajouta un nouvel obstacle à l’ouverture du marché sur l’extérieur.

  • 563 Registre des délibérations de la ville de Paris…, t. I, p. 87, art. CLVI. La vieille porte Montorg (...)

8La porte Montmartre fut d’abord la seule ménagée dans la direction du nord. Mais la nécessité se fit bientôt sentir d’ouvrir deux poternes supplémentaires face aux rues Comtesse-d’Artois et Coquillière. Celles-ci, flanquées de tourelles « sans fondement », devinrent des lieux d’étranglement sur les routes d’approvisionnement des Halles. Trop basse et trop étroite, celle de la rue Comtesse-d’Artois provoquait de longs encombrements, qui empêchaient en particulier les « chasseurs de marée » d’arriver avant huit heures sur la place des Halles pour l’ouverture de la vente en gros du poisson frais. Aussi les marchands demandèrent-ils la permission d’abattre la très ancienne tour en ruine de l’enceinte de Philippe Auguste qui rétrécissait le passage. Les voisins déposaient à côté leurs immondices et les malfaiteurs s’y embusquaient la nuit pour détrousser les passants. En décembre 1498, l’autorisation fut enfin donnée d’élargir le chemin et de rétablir la porte selon la forme conseillée par les maçons et jurés563.

  • 564 Arrêt du Conseil du 6 mai 1775. AN, H 1952 et Q1 1211 ; plan Arch. nat., K 2425, n° 355 (avril 177 (...)

9Une fois franchies les portes du rempart, les rues Comtesse-d’Artois, Montmartre et Coquillière convergeaient au chevet de l’église Saint-Eustache pour déboucher ensemble à l’angle de la place des Halles, où il fallait contourner l’extrêmité du bâtiment de la garde au Poisson de mer pour pénétrer sur le Carreau. En 1775, plusieurs maisons situées à la rencontre des rues Montmartre et Comtesse-d’Artois furent achetées et démolies pour agrandir le carrefour de la Pointe Saint-Eustache et faciliter l’accès aux Halles564. L’égout découvert du pont Alais avait été comblé peu auparavant et, contre la muraille en pan coupé, on avait installé une fontaine publique qui fut dite « de Tantale ».

  • 565 Voir supra, p. 117 : « Le réseau stradal ».

10Assuré, bien qu’assez malaisément, depuis les régions du Nord et de l’Ouest et les pays d’au-delà, l’approvisionnement se faisait mal par les autres rues du quartier565. Le marché s’ouvrait peu du côté de la ville et dans les autres directions. Or rappelons que ce réseau stradal, si l’on fait abstraction de quelques améliorations de détail, demeura le même de la fin du XIIe siècle jusqu’au milieu du XIXe siècle. On rogna et aligna quelques façades, on perça d’étroits passages d’une rue à l’autre ; mais, jusqu’aux grands travaux dirigés par Rambuteau et par Haussmann, on ne toucha pas aux voies principales qui dataient du Moyen Âge.

11C’est cet écheveau de voies immuables qui assura jusqu’au Second Empire l’apport et l’enlèvement des marchandises aux Halles. Si l’on excepte quelques éphémères annexes, projetées tardivement au-dehors de leur périmètre immédiat mais demeurées dans leur orbite, celles-ci évoluèrent à l’intérieur des limites que Philippe Auguste leur avait assignées.

III. — UN PARTI ARCHITECTURAL BIEN ARRÊTÉ

  • 566 Voir les textes de Rigord et de Guillaume le Breton cités dans A. Lombard-Jourdan. Aux origines de (...)

12La hala, en bois et couverte, utilisée de bonne heure par l’homme pour mettre à l’abri son habitat, ses récoltes et son bétail, servit aussi pour accueillir les marchands et leurs denrées pendant la durée des foires. Mais les domus ou halae que Philippe Auguste fit édifier en pierre de taille, bien que conservant leur plan élémentaire, revêtirent des proportions et une solidité qui leur conféraient une vraie monumentalité. Dans la description détaillée qu’il en donne au XIIe siècle, Rigord vante leur commodité puisqu’on pouvait y vendre à l’aise et « très proprement » ; mais il insiste aussi sur leur bel aspect. Construites « pour la plus grande utilité de ses usagers » (ob maximam institorum utilitatem), elles l’étaient aussi « pour l’ornement de la ville » (ob decorem). On appliquait pour la première fois à un bâtiment civil urbain, une technique de construction nouvellement utilisée à Paris pour des édifices religieux : les moellons grossièrement cassés au marteau étaient remplacés par des blocs aux arêtes régulières, débités au même gabarit et facilement ajustables. Guillaume le Breton parle de « murs lisses » (politi muri) et de construction soignée, faits de « pierres équarries » (quadrati lapides) et donc plaisants à l’œil566.

  • 567 Ce parti-pris architectural a été mis d’abord en évidence par C. Sitte, Die Städtbau nach seinen k (...)
  • 568 La place Dauphine construite en 1607, à l’initiative d’Achille de Harlay, est aujourd’hui une exce (...)

13À côté des bâtiments des halles mais à l’intérieur de leur rempart, un espace libre avait été réservé. Les places de nos villes, vouées à une active circulation, destinent aux piétons d’étroits refuges. Le Moyen Âge avait choisi de faire des siennes des lieux à l’écart et relativement tranquilles567. Elles étaient souvent triangulaires parce que cette forme est naturelle là où convergent trois voies. Elle est devenue extrêmement rare à notre époque où les places sont quadrangulaires ou circulaires568.

14Quant aux allées couvertes, galeries sur piliers ou portiques voûtés sur arcades, elles bordaient souvent, au Moyen Âge, les côtés des places de marché, surtout le côté nord exposé au soleil. On les appelait « couverts », « avant soliers », « auvents » ou « avans ». L’emplacement sous les piliers était vendu avec la maison et les propriétaires devaient l’entretenir sans pour cela le considérer comme une dépendance de leur demeure. Le passage devait toujours rester libre. Toutefois, la tentation était grande d’y installer son ouvroir ou d’y accomplir les activités pour lesquelles la place manquait à l’intérieur.

  • 569 Sur ces « piliers de pierre de taille », voir Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-au (...)

15La place triangulaire des Halles était bordée sur deux côtés par une de ces galeries piétonnières. Celle du nord mesurait six pieds, soit deux mètres environ de large et on l’appelait : les « Petits Piliers » ; celle à l’est mesurait plus du double, soit quinze pieds et demi ou plus de cinq mètres de profondeur et on l’appelait les « Grands Piliers » ou, à partir du XVe siècle, les « piliers des Potiers d’étain »569. Elles mettaient les piétons à l’abri de la pluie, mais aussi de la bousculade du marché. Guillot de Paris dit en vers, au XIIIe siècle, comment, venant de la Cossonnerie :

  • 570 Abbé J. Lebeuf, Histoire de la ville…, t. I, p. 364.

Et por moi mieux garder des halles,
Par-dessous les avans des halles
Ving en la rue a Prescheurs570.

  • 571 L.-S. Mercier, Tableau…, t. II, p. 220.

16Certaines activités marchandes s’exerçaient sous le profond abri des Grands Piliers. Les boulangers forains y vendaient le pain qu’ils apportaient à Paris entre la rue Pirouette et celle de la Cossonnerie. Les potiers d’étain étalèrent au XVe siècle entre cette dernière et la rue des Prêcheurs. Sous les piliers de la Tonnellerie, Sébastien Mercier signale, au XVIIIe siècle, la « longue file de boutiques qui vendent de vieux habits dans des magasins mal éclairés et où les taches et les couleurs disparaissent »571. Des fripiers en objets d’ameublement y étaient encore installés au XIXe siècle.

  • 572 Sur la fontaine voir supra, p. 42-43.
  • 573 Lettres patentes du 16 septembre 1785. BNF, Coll. Joly de Fleury, 558, dossier 7391. Le pilori des (...)
  • 574 Londres, British Library, Harleian, ms. 4379, fol. 64.
  • 575 D’après H. Sauval (Histoire et recherches…, t. II, liv. X, p. 589), il y avait encore auprès du pi (...)

17Au nord de la place des Halles se dressaient une grande croix, une fontaine572 et le pilori. Contemporain des premières Halles, ce dernier était le seul que possédât dans Paris le roi haut-justicier. Au XVIIe siècle, cette peine n’était plus que très rarement infligée. La démolition du pilori fut ordonnée en 1785 « pour procurer aux Halles plus d’étendue »573. Une miniature du XVe siècle offre la seule image qui existe de ce petit édifice au Moyen Âge : il était bâti en colombage574. Il fut reconstruit en pierre en 1542 et maintes fois représenté depuis. C’était une tourelle octogonale qui comprenait un rez-de-chaussée et un étage. Le carcan tournant fait de deux cercles de fer entre lesquels étaient emprisonnés le cou et les mains des suppliciés occupait la partie supérieure. Le bourreau avait la libre disposition du rez-de-chaussée et la faculté d’autoriser que des auvents ou appentis y soient appuyés. Lors des exécutions capitales, une estrade en bois était dressée à côté du pilori et le bourreau y opérait aux yeux de tous575.

  • 576 « Chronique parisienne anonyme des années 1316 à 1339 », éd. A. Hellot, dans Mémoires de la Sociét (...)
  • 577 Un rapport du 22 frimaire an III signale qu’elle est « couchée sur le pavé près de la fontaine », (...)

18Toutes les condamnations à la pendaison, au bûcher ou à la décapitation étaient primitivement éxécutées sur la place des Halles. Une chronique anonyme prétend qu’en 1318 les marchands supplièrent le roi Philippe V d’interdire qu’on donne la mort au cœur du marché. Ayant obtenu son accord, ils firent édifier « ne croix mout belle et de coustable euvre » au milieu de la place, à l’endroit où une femme de Beauvais avait été brûlée576. Il s’agit sans doute d’un on-dit ou d’une invention du chroniqueur cherchant à suppléer à l’ignorance où l’on était concernant l’origine de cette croix monumentale. Elle avait plus de trente pieds (presque dix mètres) de hauteur. Elle fut abattue en 1794 « comme signe de superstition »577 et aucune image n’en a été conservée.

  • 578 AN, Z1F 1, fol. 4 (1401).

19Les bourgeois de Paris apprécièrent l’initiative de Philippe Auguste qui matérialisait l’activité marchande et consacrait son importance dans la ville. Rien de comparable toutefois aux belles halles des villes flamandes ou brabançonnes : Ypres, Bruges, Gand, Louvain, Bruxelles ou Douai. À leurs fonctions économiques de lieux de marché et d’entrepôt, celles-ci ajoutaient le rôle de lieu de réunion officiel de la communauté, de maison de ville. Leur beffroi symbolisait l’indépendance féodale et leur aspect architectural reflétait la richesse matérielle et la puissance civique de « Marchandise ». Rien de tel à Paris, cité entièrement soumise à l’autorité royale et qui ne posséda jamais de charte de commune. Néanmoins, les Parisiens avaient de la considération pour leurs Halles indépendamment de ce qu’elles signifiaient pour leur ravitaillement et leurs besoins de chaque jour. Ils souffraient de la détérioration de leur aspect. L’un d’eux pouvait dire : « C’est mult noble chose que des halles »578 et « noble » signifiait tout à la fois essentielle, importante et respectable.

20Mais sous l’Ancien Régime ce sentiment disparut et la situation fut maintenue à la limite du tolérable. Rien de valable, rien de sérieux ne fut entrepris pour les Halles malgré leur vieillissement d’ensemble et le gonflement du chiffre des affaires. Seule, au siècle des Lumières, la nouvelle halle au Blé fit preuve d’un souci de composition architecturale. Des nombreux plans, souvent intelligemment conçus aux XVIIe et XVIIIe siècles, aucun ne fut réalisé et tous les projets de quelque envergure furent voués à l’échec. Napoléon Ier ne put réaliser le « Louvre du peuple » qu’il projetait. Sous la Restauration et pendant le règne de Louis-Philippe, on construisit aux Halles et dans plusieurs quartiers de Paris de banals marchés couverts pour lesquels les autorités recommandaient une architecture « économique ». Elevés en briques et couverts en charpenterie et tuile, on les planta là où il y avait des terrains libres. Tel fut le cas de la halle au Poisson et de la halle au Beurre sur le carreau des Halles et du marché des Prouvaires, bâtiments sans grâce et éphémères.

21C’est pourquoi les pavillons de Baltard parurent si admirables. Ils surprirent par leur taille, l’originalité de leur conception et la nouveauté des matériaux utilisés. On fut sensible à leur technique architecturale d’avant-garde, où les grandes fermes métalliques remplaçaient l’ancien arc brisé pour soutenir la poussée du toit. On fut séduit aussi par leur légèreté et leur transparence. Un contemporain rend ainsi hommage en 1862 aux premiers pavillons construits :

Sur ce vaste espace s’élèvent aujourd’hui six pavillons légers et aériens, véritable
palais de fonte et de cristal, uniforme sans être monotone, simple et élégant tout
à la fois, d’une hardiesse rare, mais qui n’exclut point la solidité, cette première
condition de toute architecture.

22Quant aux équipements fonctionnels modernes des nouvelles Halles bien éclairées au gaz et abondamment pourvues en eau courante, accompagnées en sous-sol de vastes resserres, ateliers et entrepôts suffisamment aérés, ils furent universellement appréciés. L’activité marchande avait depuis longtemps besoin à Paris d’édifices ou elle put s’exercer commodément et dans la dignité. L’objectif semblait enfin atteint et pour longtemps. L’avenir et l’énorme croissance démographique et économique de la capitale en décidèrent autrement.

IV. — UNE PESANTEUR CULTURELLE

  • 579 Carnets de Frochot, cités dans A. Chastel et al., « L’aménagement du marché central de Paris… », p (...)

23Pendant des siècles, les velléités de réforme avaient avorté. Les difficultés pratiques, techniques, financières ne suffisent pas à expliquer cet échec. Le coût prohibitif des expropriations dans un secteur très dense d’habitat, souvent allégué, ne le justifie pas non plus. Jusqu’au Second Empire, la volonté de changement se heurta à une véritable pesanteur culturelle. En l’occurrence, ce fut l’idée qu’on se faisait de ce que devait être un marché qui freina les initiatives. Nicolas Frochot, préfet de la Seine, traduit bien, au début du XIXe siècle, l’état d’esprit de l’administration d’Ancien Régime : « Une halle ne saurait compter parmi les monuments d’une grande ville. C’est un établissement utile, qui ne doit que se laisser voir. Donnez-lui le nécessaire, rien de plus »579. L’avis prévalait que, s’agissant des halles, toute monumentalité était superflue.

24Les Halles représentaient l’abondance dans la ville en un temps où régnait la crainte atavique de la disette. Les descriptions des contemporains – depuis les « trésors inestimables » de Jean de Jandun, en 1323, jusqu’aux « gigantesques natures mortes des huit pavillons » du romancier Zola – traduisent la satisfaction ressentie par les Parisiens quand ils contemplaient le concours universel des produits qui leur étaient réservés. Ils se sentent rassurés par la certitude de ne manquer de rien, car la pénurie amène les troubles civils. Il est vraisemblable d’ailleurs que l’enthousiasme suscité par la richesse et la variété des marchandises ainsi offertes, et surtout par leur quantité, ait éclipsé l’intérêt qu’ils auraient pu porter aux édifices qui les contenaient. Si Rigord décrit avec précision les halles de Philippe Auguste, c’est qu’il les a vu construire et jamais les pavillons de Baltard ne furent autant admirés que lorsqu’on put les voir vides et désaffectés. Nos informateurs se sont généralement montrés avares de renseignements sur l’aspect des lieux où opéraient les marchands et sur leur installation matérielle.

25Établissement urbain sans autre ambition que de « se laisser voir », les halles devaient néanmoins répondre à un certain nombre d’impératifs et de critères. Fidèles à la tradition, elles restèrent tardivement un marché polyvalent. La force de la coutume y maintiendra, sans raison valable, la vente des produits fabriqués (draps et toiles, friperie) jusqu’au XIXe siècle. Dans le même ordre d’idée, les foires médiévales, bien qu’elles correspondent à un mode d’échange périmé, continueront à se tenir aux Halles, dans leurs limites habituelles et aux mêmes dates, celle de Saint-Germain-des-Prés jusqu’au XVIe siècle et celle de Saint-Lazare jusqu’en 1700. Elles disparurent, écrit Sauval, « sans qu’on en sache la cause », c’est-à-dire non par un acte autoritaire de suppression, mais par une désaffection progressive.

26Quant au marché d’alimentation il sera au centre de la ville. Il ne doit être déplacé « sous aucun prétexte ». Un rapport de police précise, en février 1845, que les « Halles actuelles […] sont dans la position où il faudrait les placer s’il s’agissait de les créer ».

27Le marché doit rester unique, afin que l’apport obligatoire de la totalité des produits importés permette une juste appréciation des quantités, le contrôle de la qualité, la modération des prix par la concurrence.

28Le marché doit être purement utilitaire. Seul importe son bon fonctionnement. Or, il fonctionne, et même de façon assez satisfaisante pour que les administrateurs responsables redoutent de toucher à son équilibre de peur de déclencher la paralysie de l’approvisionnement.

  • 580 Cité dans ibid., p. 24.
  • 581 BNF, Coll. Joly de Fleury, 224, dossier 2243, fol. 318 et suiv.

29Il faudra enfin attendre le début du XIXe siècle pour que le marché couvert remplace, pour l’alimentation, le marché en plein air, d’ailleurs sans l’évincer totalement. On était pleinement conscient des inconvénients que comportait pour la conservation des produits alimentaires – et notamment les blés et les farines – le fait qu’ils pussent être mouillés ; mais on restait fidèle à l’idée qu’exposés aux intempéries ils se vendaient plus vite. Le 1er octobre 1689, le lieutenant général La Reynie motiva l’avis défavorable qu’il donna au projet de construction d’une halle au Blé couverte à la Villeneuve, en disant que les farines apportées à Paris devaient rester exposées à la pluie jusqu’à ce qu’elles soient vendues, « afin qu’on ne les conserve pas arbitrairement, ce qui amènerait une sorte de coalition pour en faire hausser les prix »580. En 1744, la construction d’une halle couverte fut à nouveau écartée parce que, par tradition, on n’en construit pas et que « la marchandise étant sujette aux injures du temps, force le marchand à vendre »581. Dans la halle au Blé construite en 1762, la vente en gros des grains et farines se faisait à ciel ouvert dans la cour centrale comme auparavant dans le préau de la vieille halle au Blé, jusqu’à ce qu’elle fut couverte d’une coupole. Les marchés aux légumes, aux fruits, aux pommes de terre, aux produits fermiers furent mis à l’abri les uns après les autres. Les marchés de quartier le furent aussi au cours du XIXe siècle. C’était là un parti pris nouveau, aussi fort que l’ancien, et dont les marchands apprécièrent vite le confort qu’il leur apportait.

30Un autre point de vue fit parallèllement son chemin. Les halles et les marchés, comme les autres monuments publics et les églises furent débarrassés des constructions parasitaires qui les escaladaient. Aux Halles de Paris, le travail fut fait à la Réformation du XVIe siècle et la halle au Blé (1762) fut le premier bâtiment de sa catégorie à se présenter bien dégagé et isolé du tissu urbain environnant par une large voie annulaire.

  • 582 Voir la description que fait Sébastien Mercier, à la fin du XVIIIe siècle, de la saleté « repoussa (...)
  • 583 En 1553, les habitants du quartier s’étant plaints de la puanteur occasionnée par le trempis de la (...)

31Mais pour expliquer l’immobilisme si longuement durable des Halles de Paris, il faut ajouter aux multiples considérations déjà envisagées la force d’inertie aussi bien des commerçants que des responsables du bon fonctionnement du marché. Le manque d’air, de lumière et de place, l’insalubrité et la malpropreté, une circulation difficile, toutes les insuffisances, gênes et inconforts, contre lesquels s’élevaient de virulentes protestations582, étaient considérés par les pouvoirs publics comme la contrepartie regrettable certes, mais imparable, d’un ravitaillement indispensable. Un bon esprit civique devait les faire accepter dans l’intérêt de tous583. Devant l’inefficacité de leurs récriminations, par lassitude et par accoutumance, les intéressés finissaient par tolérer ces inconvénients. Ils vivaient et travaillaient par routine dans de pénibles conditions.

  • 584 Voir supra, p. 36 et n. 88.

32On s’étonne surtout qu’habitants et marchands aient pu accepter jusqu’à la fin du XVIIIe siècle que coexistent dans une mitoyenneté absolue un grand marché d’alimentation et un cimetière au sol gorgé d’un nombre si énorme de corps que son sol accusait un exhaussement de six à sept pieds, soit plus de deux mètres, et que sa terre, en quelque sorte « usée », était devenue impropre à consumer ce qu’on lui confiait584. Peu de gens cependant s’en inquiétaient longtemps : il semblait naturel que le cimetière, seul espace libre au sein d’un habitat serré aux rues étroites, servît de dégagement et d’exutoire au fourmillement du marché voisin, et cela alors même que sur son territoire sacré se poursuivait une vie religieuse intense.

33Malgré ce qui paraîtrait aujourd’hui être des impossibilités et exception faite des périodes de guerre et de troubles civils, les Halles réussirent à assurer le ravitaillement de l’imposante agglomération qu’était Paris. Le mérite en revient à la prudence des responsables et à la faculté d’adaptation, à la bonne volonté et à la discipline des marchands.

34Les conceptions collectives évoluent lentement. La logique et un impératif idéologique voulaient que le marché fût à l’intérieur de la ville. Le respect inconditionnel inspiré par le passé, l’esprit de routine dans les échanges, bref une véritable pesanteur culturelle expliquent l’hostilité plus ou moins consciente portée à tout changement qui ne soit pas imposé par une urgence immédiate. Les pavillons de Baltard marquèrent à beaucoup d’égard la volonté d’un tel changement. Le nouveau marché était résolument d’un autre type par ses vastes dimensions et la modestie de ses matériaux de construction, par la vente exclusive de produits d’alimentation et ses techniques neuves d’échanges. Mais, avec le nom de Halles centrales, il demeurait implanté au cœur de la capitale. L’exil à Rungis, imposé par une nécessité inéluctable, fut un arrachement. Longtemps discuté, envisagé sérieusement dès 1925, devenu effectif en mars 1969, il avait fallu enfin rompre avec de longues habitudes, renoncer à voir le marché dans la ville.

35Des mutations profondes étaient intervenues dans la structure et le mécanisme de l’appareil commercial par suite de l’apparition de nouvelles méthodes de vente : la prolifération des supermarchés en libre service, les produits longue conservation et surgelés, les ventes sur catalogue par correspondance, les soldes qui sollicitent les consommateurs et la publicité qui les harcèle à domicile, etc. Une industrie à haute productivité exige impérieusement un éventail élargi de la distribution, de multiples débouchés et un commerce superactif et compétitif. Des innovations sont en perpétuel accomplissement à un rythme qui s’accélère chaque jour davantage.

36C’est ce qui explique sans doute un retour parallèle et paradoxal au passé, un nouvel attachement au patrimoine historique. Après avoir été longtemps démolies comme inutiles et encombrantes, les vieilles halles des provinces de France sont soigneusement conservées. Certaines abritent encore le marché local ou ont été reconverties à d’autres usages. Celles restées sans emploi témoignent du passé, intouchables monuments funéraires d’une activité marchande révolue. Dans Paris éventré, vidé des pavillons de Baltard, amputé de sa fonction nourricière essentielle, rien cependant où l’on puisse accrocher un souvenir. Toutefois, curieux retour des choses : alors que le premier grand marché parisien naquit jadis « aux Champeaux », à la périphérie de la ville médiévale, le second, huit siècles plus tard, s’installa sur un terrain de la nouvelle banlieue, dans les champs de Rungis, et répond toujours à l’appellation de « Halles ».

Notes

556 Sur les noyaux urbains anciens en Italie, voir : L. von Matt, Il centro storico di Genova, Gênes, 1969 ; G. De Carlo, Urbino. La storia di una città e il piano della sua evoluzione urbanistica, Padoue, 1966 ; C. Aymonino, M. Brusatin, G. Fabbri, M. Lena, P. Lovero, S. Lucianetti et A. Rossi, La città di Padova : saggio di analisi urbana, Rome, 1970 ; E. R. Trincanato, Venezia minore, Milan, 1948.

557 M. Dussaussoy, Le citoyen désintéressé ou diverses idées patriotiques concernant quelques établissemens et embellissemens utiles à la ville de Paris…, Paris, 1767, p. 62.

558 La partie du cimetière ainsi délimitée appartenait à l’Hôtel-Dieu de Paris « de toute ancienneté » (ab antiquo). Lettres patentes de septembre 1351. Arch. Assistance publique, fonds de l’Hôtel-Dieu, layette 7bis, l. 58, cote Aa. On l’appelait « la fosse des pauvres » (fovea pauperum). AN, LL 400, fol. 27v.

559 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 51, n°  1273 (1353) ; l. 53, n° 1316 (1539) ; Arch. Quinze-Vingts, n° 3963 (1453) ; BNF, fr. 26310, n°s 76 et 78 (1540).

560 AN, JJ 66, n° 669 (1331, n. st.), édité dans Documents parisiens…, t. I, p. 102, n° 70.

561 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 53, n° 1304 (1467) ; etc.

562 G. Brice, Description de la ville de Paris…, éd. P. Codet, Genève-Paris, 1971, p. 517.

563 Registre des délibérations de la ville de Paris…, t. I, p. 87, art. CLVI. La vieille porte Montorgueil et sa couverture de plomb ne fut entièrement démolie qu’en février 1504. AN, X1A 4845, fol. 154-155.

564 Arrêt du Conseil du 6 mai 1775. AN, H 1952 et Q1 1211 ; plan Arch. nat., K 2425, n° 355 (avril 1776) et lithographie de Marlet (1821) reproduite dans M. Poëte, Une vie de cité…, Album, n° 472.

565 Voir supra, p. 117 : « Le réseau stradal ».

566 Voir les textes de Rigord et de Guillaume le Breton cités dans A. Lombard-Jourdan. Aux origines de Paris…, n. 492.

567 Ce parti-pris architectural a été mis d’abord en évidence par C. Sitte, Die Städtbau nach seinen künstlerichen Grundsätzen..., Vienne, 1889 ; trad. française C. Martin, L’art de bâtir les villes : l’urbanisme selon ses fondements artistiques, Genève-Paris, 1902. Voir aussi P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme. Antiquité, Moyen Âge, Paris, 1926.

568 La place Dauphine construite en 1607, à l’initiative d’Achille de Harlay, est aujourd’hui une exception à Paris.

569 Sur ces « piliers de pierre de taille », voir Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 49, n°s 1206 et 1207. R. Quenedey parle d’une « partie ouverte du rez-de-chaussée où l’ossature subsiste, mais dont le colombage est supprimé sur toute la façade et aux extrémités de la galerie », L’habitation rouennaise. Étude d’histoire, de géographie et d’archéologie urbaine, Rouen, 1926, p. 200. Sur un petit plan du XVIIe siècle (AN, S 944) on peut compter dix piliers de la Pointe Saint-Eustache à la rue de la Réale (ancienne ruelle Jean-Bigne), quatorze piliers de cette dernière à la rue Pirouette, dix de celle-ci à la rue des Prêcheurs et douze ensuite jusqu’à la rue de la Cossonnerie. Ces piliers furent démolis, conformément aux décrets du 10 mars 1852 et du 21 juin 1854, au moment de l’agrandissement des Halles (Commission municipale du Vieux-Paris. Procès-verbaux, 1900, p. 52). Trois d’entre eux subsistèrent aux n°s 1 et 3 de la rue Pirouette (n° 106 de la rue Rambuteau) jusqu’en 1935. Voir supra p. 207, l’eau-forte de Potémont-Martial représentant les piliers de la Tonnellerie.

570 Abbé J. Lebeuf, Histoire de la ville…, t. I, p. 364.

571 L.-S. Mercier, Tableau…, t. II, p. 220.

572 Sur la fontaine voir supra, p. 42-43.

573 Lettres patentes du 16 septembre 1785. BNF, Coll. Joly de Fleury, 558, dossier 7391. Le pilori des Halles a donné lieu à un grand nombre de dessins et gravures, tous inspirés du dessin anonyme de la Collection Destailleur, BNF. Voir aussi supra p. 204 et 205 la gravure d’Aliamet (1759) d’après la peinture disparue d’Étienne Jeaurat (1757) et la peinture de P. L. Debucourt (1782).

574 Londres, British Library, Harleian, ms. 4379, fol. 64.

575 D’après H. Sauval (Histoire et recherches…, t. II, liv. X, p. 589), il y avait encore auprès du pilori, une écurie et un appentis où on conservait les corps des suppliciés jusqu’à leur transport à Montfaucon.

576 « Chronique parisienne anonyme des années 1316 à 1339 », éd. A. Hellot, dans Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île de France, t. 11, 1884, p. 1-207, aux p. 34-35, § 24. En 1321, un homme fut encore supplicié sur une roue de charrette (ibid., § 67) et beaucoup d’autres furent exécutés aux Halles après lui. En 1515, le bourreau Fleuriot s’y étant pris à plusieurs fois pour décapiter un condamné, fut lapidé par la foule, puis brûlé dans le réduit au-dessous du pilori où il s’était réfugié. Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 53.

577 Un rapport du 22 frimaire an III signale qu’elle est « couchée sur le pavé près de la fontaine », qu’elle provoque journellement des accidents et doit être enlevée. AN, F13 726 (3 pièces). Elle est encore portée sur les plans suivants : AN, N III (Seine) 943, Q1 1187 et Q1* 10997, fol. 85v.

578 AN, Z1F 1, fol. 4 (1401).

579 Carnets de Frochot, cités dans A. Chastel et al., « L’aménagement du marché central de Paris… », p. 80, n. 1.

580 Cité dans ibid., p. 24.

581 BNF, Coll. Joly de Fleury, 224, dossier 2243, fol. 318 et suiv.

582 Voir la description que fait Sébastien Mercier, à la fin du XVIIIe siècle, de la saleté « repoussante » des Halles. Tableau…, t. II, p. 220 et 265.

583 En 1553, les habitants du quartier s’étant plaints de la puanteur occasionnée par le trempis de la morue salée, qu’ils accusaient de donner la peste, le Parlement décida qu’ils devaient supporter ce désagrément « en considération des services irremplaçables rendus au public ».

584 Voir supra, p. 36 et n. 88.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540