Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les halles de Paris et leur quartier (1137-1969)

 | 
Anne Lombard-Jourdan

Chapitre V. Le quartier des Halles dans Paris

Texte intégral

  • 470 Il apparaît aux environs de 1100, dans la Chanson de Roland, à propos des « escuz de quarters » (é (...)
  • 471 Sur les quartiers de Paris, divisions fiscales et militaires voir : J. Favier, Les contribuables p (...)
  • 472 « S’ensuivent les noms des rues de la ville de Paris et la despence d’icelle… ». BNF, fr. 4437, fo (...)

1« Quartier », substantif formé sur « quart », signifie la quatrième partie d’un tout470. Le mot garda ensuite le sens de partie, morceau, même quand le tout n’a pas été divisé en quatre : un quartier de rocher ou de viande. L’évolution fut la même pour le quartier d’une ville. Paris compta d’abord quatre quartiers ou divisions administratives en vue d’assurer la police et de percevoir les impôts : la Grève, les Halles, la Cité et Outre-Petit-Pont. Mais en 1571, on en distinguait seize471. La superficie de la ville était répartie et les rues distribuées entre ces circonscriptions de façon fantaisiste472.

  • 473 Les divisions de la ville, dir. C. Topalov, Paris, 2002. Voir aussi Les quartiers de Paris du Moye (...)

2Mais le terme « quartier » prit une signification nouvelle qu’on peut résumer ainsi : le quartier est un territoire urbain qui présente une certaine unité topographique et une cohésion humaine, parce qu’une même influence a présidé à son développement et que ses habitants ont été soumis à des conditions analogues d’existence. Plus et mieux que toute autre division473 de la ville, le « quartier » ainsi compris doit être préféré en tant que cadre propice à l’étude partielle d’une agglomération. Voyons en quoi la spécificité de celui des Halles s’accorde avec cette définition.

I. — LE PARTAGE DU SOL : FIEFS, CENSIVES ET PAROISSES

  • 474 Voir A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris…, p. 63 et suiv. ; et supra p. 16 et suiv.

3Rappelons que le marché du Champeau naquit spontanément près d’un cimetière à la périphérie de l’agglomération, dans la « terre de l’évêque »474. Celui-ci imposa des limites à ce marché sauvage en faisant creuser un fossé à l’intérieur duquel tous les échanges devaient désormais avoir lieu. Par l’accord de 1137, il céda au roi une partie des revenus de l’endroit. Enfin, après la Forma pacis de 1222, cet espace passa définitivement dans la censive du roi.

  • 475 A. Lombard-Jourdan, « Fiefs et justices parisiens au quartier des Halles… », en part. le plan des (...)

4Le succès du marché, avant et après la construction des halles (1183), entraîna la valorisation et la rapide appropriation du sol à l’entour. Auprès de la nouvelle censive royale apparut un échiquier féodal, juridique et administratif, qui morcela le sol et sur lequel il est utile d’attirer tout d’abord l’attention en résumant les résultats d’une enquête précédemment menée475.

5Déjà, en 1138, Louis VII avait accordé l’immunité à la maison et au four qu’Adelende Gente avait fait construire au cœur même du marché. Celle-ci s’étendit aux corps de logis, à la taverne et aux deux pressoirs à verjus installés plus tard sur la même parcelle. Les hôtes demeurant sur l’espace immunisé étaient exemptés d’impôt et les officiers royaux n’y pouvaient pénétrer. Le roi chercha, mais sans succès, à contester les privilèges qu’Adelende avait transmis au monastère de Saint-Martin-des-Champs. Cet îlot de liberté et d’indépendance complète subsista au centre des Halles jusqu’à l’édit sur la suppression des justices seigneuriales à Paris, en 1674 ; et l’abbaye conserva ses droits de propriété foncière jusqu’à la Révolution de 1789. Ajoutons que lorsque des maisons commencèrent à être édifiées contre le mur de clôture du cimetière des Innocents, elles furent rattachées à la censive du roi. Celle-ci comprenait deux autres enclaves situées rue de la Tonnellerie : le Petit Fief de Poissy et la censive de Sainte-Geneviève. Simples seigneuries foncières, elles ne disposaient d’aucun droit de justice ou de voirie.

6De peu postérieure à l’immunité d’Adelende Gente, celle de Frogier le Chambrier était située entre le « fossé du Champeau » et la route de Saint-Denis. Elle s’allongeait sous forme d’un rectangle régulier depuis le cimetière des Innocents, au sud, jusqu’à la rue du Lion, au-delà de l’enceinte de 1190, au nord. Lorsqu’elle est mentionnée pour la première fois dans les textes, en 1184, elle est partagée entre les quatre fils de Frogier. Le dernier de ceux-ci, Adam, évêque de Thérouanne, en demeura le seul propriétaire, et le nom de sa ville épiscopale resta en usage jusqu’à la Révolution pour désigner cette seigneurie. Les rois s’intéressèrent aussitôt à cette terre qui jouxtait leur censive et sur laquelle débordaient les activités de leur marché. Dès 1190, Philippe Auguste se fit céder le droit de haute justice attaché à l’immunité de Frogier, ainsi que la justice du marchand (justicia mercatoris quantum pertinet ad mercaturam). Puis le roi disputa à l’évêque de Paris le droit de suzeraineté auquel celui-ci prétendait sur le fief de Thérouanne, comme faisant partie de la terra episcopi. Enfin, le 17 janvier 1331 (n. st.), après de multiples négociations et péripéties, Philippe VI acheta cette terre sur laquelle, deux ans après, il obtint les droits de suzeraineté par échange avec le comte de Dammartin. Désormais la terre de Thérouanne ne dépendit plus que du roi. À l’intérieur de ce fief et jusqu’en 1331, un maire était chargé de rendre la justice moyenne et basse, de faire régner l’ordre et de percevoir les cens pour fonds de terre et les amendes jusqu’à soixante sous.

7Au nord de la censive du roi s’étendait un territoire à peu près carré qui, en décembre 1237, appartenait à Jean de Joigny et dont il garda le nom. Il devint « franc-fief de Joigny » lorsque, au XIVe siècle, il passa par mariage dans la famille de Châtillon, dont il adopta la qualité noble. Il était limité par les rues Comtesse-d’Artois, Mauconseil, Maudétour et, au sud, par une ligne parallèle aux Petits Piliers des Halles. Un maire y accomplissait les mêmes tâches et y jouissait des mêmes prérogatives que celui du fief de Thérouanne.

8Jouxtant celui de Joigny au nord se trouvait un autre fief qui avait appartenu à « dame Isabelle de Gif » et dépendit d’Eudes, évêque de Paris (1197-1208). Ce fief fut donné en bénéfice aux deux chapelains appelés à desservir la chapelle Saint-André, fondée en l’église Saint-Eustache par Guillaume Point l’Asne, en février 1230 (n. st.). Il avait pour limites les rues Mauconseil, Montorgueil, Beaurepaire et des Deux-Portes.

9Fiefs et censives compartimentaient le sol et conditionnaient les intérêts du quartier et la vie quotidienne des habitants. L’extrême division féodale, la complication et la confusion des droits et des devoirs de chacun semblent aujourd’hui difficiles à vivre. Peu à peu, à force de contestations, d’échanges et de cessions, les petits domaines disparurent. Au milieu du XVIIe siècle, le sol urbain n’était plus partagé qu’entre la mainmorte du clergé et le domaine du roi. Pour mettre fin aux conflits qui opposaient sans cesse les tribunaux royaux aux juridictions ecclésiastiques, Louis XIV supprima ces dernières moyennant compensation, par un édit de 1674.

  • 476 AN, L 573, n° 12. Cité dans É. Raunié, M. Prinet et al., Épitaphier du vieux Paris, Paris, 1890-20 (...)
  • 477 Cartulaire général de Paris…, n° 368 ; Gallia christiana in provincias ecclesiasticas distributa…,(...)
  • 478 Abbé J. Lebeuf, Histoire de la ville…, t. I, p. 47. La cure des Saints-Innocents fut supprimée en (...)

10Du point de vue de la vie spirituelle, les habitants fixés aux alentours du marché dépendirent d’abord de l’immense paroisse de Saint-Germain-l’Auxerrois qui couvrait toute la partie occidentale de la rive droite jusqu’à la boucle de la Seine, Saint-Cloud et Saint-Ouen476. Mais l’accroissement rapide de la population du quartier nécessita bientôt la création de nouvelles églises et le démembrement de paroisses. Celle des Saints-Innocents existait de façon sûre aux environs de 1150477. Elle ne comprit jamais que les maisons édifiées sur le pourtour du cimetière478.

  • 479 AN, LL 387, fol. 15 et 53v.
  • 480 […] fuit edificata ecclesia Sancti Eustachii in dicta capella Sancte Agnetis et in parochiam erecta (...)
  • 481 AN, X1A 4797, fol. 35 (28 août 1432) ; A. Le Roux de Lincy, Histoire de l’église…, p. 35 ; Chroniq (...)
  • 482 L. Laurens, Saint-Eustache, Paris, 1948 ; L. Perrel, Saint-Eustache, Lyon, 1955.

11Une chapelle dédiée à sainte Agnès avait été fondée à proximité du marché du côté nord. Ses origines sont obscures. La sentence d’arbitres qui en fait mention pour la première fois en février 1214 (n. st.) la qualifie de « neuve » (nova capella sancte Agnetis)479, ce qui date sa construction des premières années du XIIIe siècle. Le démembrement d’une nouvelle paroisse, refusé en décembre 1216, fut accordé quelque temps après480. Cette paroisse, dite de Saint-Eustache (Witace ou Huitasse) après que des reliques de ce saint aient été apportées de l’abbaye de Saint-Denis, devint une des plus peuplée de Paris. L’église se révéla bientôt trop petite et, aux grandes fêtes, une partie des paroissiens assistaient au service depuis le parvis481. Agrandie en 1432, l’église dut être entièrement reconstruite plus vaste. Sa première pierre fut posée en 1532, mais elle ne fut consacrée, incomplètement achevée faute d’argent, qu’en 1637482. La paroisse Saint-Eustache couvrait ce qui ne faisait pas partie de celle des Innocents, c’est-à-dire la presque totalité du quartier des Halles.

  • 483 Une maison est dite située « devant et a l’opposite du Pont Alaiz et de l’orloge de ladicte eglise (...)

12En 1426, on trouve mentionnée l’existence d’une horloge fixée contre le mur du chevet de l’église et dont le cadran dominait le pont Alais et le carrefour de la Pointe Saint-Eustache. Une des plus anciennes horloges publiques à être signalées à Paris, elle donnait l’heure au grand marché voisin483.

II. — LE MARCHÉ

13L’obligation faite aux artisans parisiens de fermer leurs ateliers-boutiques et d’aller vendre aux Halles médiévales plusieurs jours par semaine drainait vers elles l’activité économique de toute la ville. Les marchands venus de l’extérieur étaient forcés d’y décharger et d’y mettre en vente les denrées qu’ils apportaient. La totalité des échanges par grosses quantités et une partie des ventes au détail s’y faisaient. Les revendeurs venaient s’y approvisionner avant de redistribuer les produits acquis entre les différents marchés de proximité de la ville : l’Apport-Paris, la porte Baudoyer et le cimetière Saint-Jean sur la rive droite ; le Petit-Pont et la place Maubert, sur la rive gauche. Les Halles régulaient l’activité régionale orientée, en priorité et de plus en plus avec le temps, vers le ravitaillement quotidien et la satisfaction des besoins et des exigences de la population d’une très grande ville et de sa banlieue, ainsi que d’une cour royale aux goûts raffinés et somptueux ; elles entreposaient et redistribuaient le nécessaire et le superflu. Car à la première économie de besoin s’était ajoutée une économie de gain, qui influait sur la croissance de la ville.

III. — LE RÉSEAU STRADAL

14Ramassé autour du noyau compact formé par l’ensemble des bâtiments des Halles, le quartier possédait un réseau stradal qui témoignait assez mal de la force attractive exercée par le marché. Compris dans l’angle droit formé par deux grandes voies de passage, les rues Saint-Denis et de la Ferronnerie, il était comme isolé du reste de la ville par le courant ininterrompu de circulation qui les parcourait. Pour pénétrer à l’intérieur du marché par le sud, il fallait emprunter la rue étroite et embarrassée de la Lingerie en passant sous ses deux traverses ; ou, par l’est, une des trois rues parallèles qui se détachaient perpendiculairement de la rue Saint-Denis : rues des Prêcheurs, de la Cossonnerie et au Feurre, elles aussi étroites et souvent encombrées.

  • 484 La rue Calonne fut percée en 1785.
  • 485 La Canaberia (Chanvrerie) est mentionnée en juin 1218 (L. Brièle et E. Coyecque, Archives de l’Hôt (...)
  • 486 Abbé J. Lebeuf, Histoire de la ville…, t. I, p. 365. Adam Bigne, riche bourgeois, puis son fils Je (...)

15À l’ouest et au nord, des rues parallèles entre elles épousaient la courbe dessinée par l’enceinte de 1190. Le côté occidental de la rue de la Tonnellerie composé d’une série de maisons sur piliers ne présentait aucune ouverture vers l’ouest484. Au nord de la place des Halles débouchaient seulement à l’angle est la rue exiguë de Pirouette et, au milieu, un passage étroit qui permettait aux piétons de gagner la Grande Truanderie485. Cette ruelle séparait deux pâtés de maisons par crainte d’incendie. Aucune porte n’ouvrait sur elle et les charrettes n’y pouvaient passer. Au XIIIe siècle dans son Dit des rues de Paris, Guillot l’appelle « petite ruelete Jehan Bigne » et ajoute qu’elle était « furète », c’est-à-dire que les vols y étaient fréquents486.

  • 487 Cette rue et la porte du rempart portèrent d’abord les noms de deux bourgeois : Guibert d’Artois e (...)

16Les marchandises en provenance des régions du Nord de la France ou des Pays-Bas arrivaient par des chemins qui finissaient par se confondre et n’étaient plus que trois au moment de franchir le rempart : rue Comtesse-d’Artois487, rue Montmartre et rue Comte-de-Flandre (ou Coquillière). Elles convergeaient alors pour former la Pointe Saint-Eustache, qui pénétrait comme un coin à l’intérieur de la place des Halles. Par là s’engouffraient avec le poisson frais de la Manche et les légumes de la banlieue maraîchère, les draps du Brabant et du Hainaut.

IV. — L’HABITAT. L’HÔTEL DE LA RAPPÉE

  • 488 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 49, n° 1189 ; Arch. des Quinze- (...)
  • 489 Voir supra n. 62, p. 31.
  • 490 AN, X1A 14, fol. 472v (1361, n. st.).

17L’espace était rare et disputé aux alentours du marché. Les jardins disparurent ; on construisit des corps de logis au fond des cours intérieures ; et puis les habitations se haussèrent de plusieurs étages pour satisfaire à la demande de logements. Elles en comptaient généralement deux ou trois : l’une d’elle, rue de la Truanderie, en possédait cinq en 1343 et, en 1442, on trouve mention d’une maison de « six étages avec le cellier » sur la place aux Chats488. La plupart des domiciles possédaient deux issues : sur la rue de devant et sur celle de derrière. C’était le pignon et non la pente du toit qui était en façade. La construction était en colombage avec charpente apparente et encorbellements. Les toits étaient couverts de tuiles, l’ardoise n’apparaissant qu’à partir du XIVe siècle489. Un long couloir, souvent pavé et voûté, passait sous le bâtiment de façade, permettant d’accéder à la cour intérieure où se trouvait le puits, l’écurie et, au fond, le second corps de logis. Cette allée pouvait être assez large pour que deux chevaux s’y croisent et elle était fermée sur la rue par une lourde porte490.

  • 491 Voir supra, p. 32-33, et infra document VI.
  • 492 Voir supra, p. 19 et n. 31.

18La maison du boucher Jean de Rueil, construite au-dessus de l’entrée principale des Halles, la porte aux Savetiers – laquelle ouvrait sur le marché aux Poirées – est connue avec précision grâce à un document détaillé491. Elle jouxtait l’hôtel construit sur le terrain de l’immunité accordée par Louis VII à Adelende Gente492. Ces demeures sont des exemples parfaits de ce qu’étaient la plupart des maisons du quartier.

  • 493 À la fin du XIIIe siècle, les rôles de la taille mentionnent Robert Raspé. La maison est louée par (...)
  • 494 AN, S 1401, S 1402, P 28902 ; Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pélerins, l. 5 (...)

19Adelende avait fait construire au cœur du « fossé du Champeau » une maison et un four sur lesquels elle obtint, en 1138, le privilège d’immunité ainsi que le monopole de la cuisson du pain dans l’étendue du marché. Elle donna l’ensemble au monastère de Saint-Martin-des-Champs, qui défendit énergiquement ses droits de propriété jusqu’en 1789 et exerça la justice haute, moyenne et basse jusqu’à l’édit de février 1674. Les moines firent construire de nouveaux bâtiments et l’hôtel de la Rappée, ainsi nommé du nom d’une locataire493, ou hôtel à l’Image-Saint-Martin, s’étendit depuis la porte aux Savetiers, au nord, jusqu’à la petite ruelle dite du Four-Saint-Martin au sud et entre le marché aux Poirées et la halle aux Fripiers. Il comprenait deux corps de logis. Le premier, en façade, était occupé par une grande taverne et par l’atelier d’un savetier. Entre les deux s’ouvrait une allée voûtée en berceau et pavée qui était fermée chaque soir par une grosse porte à deux vantaux munie d’une solide serrure. Cette allée conduisait au second corps de logis situé par-derrière et occupé par le four et le logis du boulanger. Elle traversait une cour intérieure entourée de chambres ou de logements, auxquels on accédait par un escalier tournant ou « vis » et par des galeries sur deux étages. Au milieu se trouvait un puits et l’égout qui évacuait les eaux usées dans la rue voisine et, sur le côté, « l’étable à chevaux » ou écurie. Sous une trappe descendait « le degré à avaler la boisson » par lequel on introduisait les tonneaux dans la cave ; une autre trappe donnait accès au « degré a potoier » qui ouvrait directement à l’intérieur de la taverne494. Cette dernière, bien située près de l’entrée principale des Halles, était très fréquentée. C’est là que le bourreau Capeluche fut arrêté en 1418.

  • 495 Voir supra, p. 46-50.

20Quant aux marchands forains et étrangers de passage aux Halles, ils étaient logés dans les nombreuses hôtelleries des rues voisines dont nous avons dressé la liste495.

V. — LA POPULATION

21Chiffrer la population du quartier des Halles au Moyen Âge ou établir un quelconque rapport proportionnel avec celle de toute la ville est impossible. Les rôles de la taille de 1292 à 1313, souvent sollicités dans ce sens, ne permettent aucun comptage sérieux, mais instruisent, en revanche, sur la composition de la fraction stable et imposable de cette population qui était consacrée dans sa quasi-totalité au commerce et au bon fonctionnement du marché.

  • 496 Voir entre autres B. Geremek, « La lutte contre le vagabondage à Paris au XIVe et XVe siècles », d (...)
  • 497 AN, JJ 127, fol. 42, n° 65. Voir L. Mirot, Les insurrections urbaines…, p. 168-169.
  • 498 Registre criminel du Châtelet…, t. I, p. 433.
  • 499 Ibid., t. II, p. 45.
  • 500 AN, X2A 51, 19 septembre 1487.
  • 501 N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 681.
  • 502 Ils travaillaient « au noir » car ils n’appartenaient pas à la corporation de ce métier. Voir l’or (...)
  • 503 Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 262.
  • 504 Ibid., p. 125, 135 et 142.

22Mais à côté de ces véritables habitants du quartier s’activait une population flottante, faite en partie des marchands forains et étrangers qui séjournaient dans les hôtelleries le temps de traiter leurs affaires, mais aussi et dans une forte proportion, des vagabonds ou marginaux, dont Bronislav Geremek a bien montré le nombre et l’importance dans les grandes villes médiévales496. Les Halles attiraient de loin et retenaient plus que tout autre endroit à Paris les pauvres gens à la recherche de travail, individus « quérant leur vie », tel Jehan Goude, qui, à la fin du XIVe siècle, ne pouvait être taxé « parce qu’il ne vendait ni n’achetait aucune denree ni marchandise, mais se vivait de la paine de son corps »497. Certains venaient de loin, comme ces trois laboureurs arrivés ensemble depuis Châlons, Reims et Troyes498, et même de l’étranger, tels ces deux Juifs que leur misère avait fait quitter leur pays d’Aragon et qui échouèrent aux Halles de Paris « afin d’avoir leur vivre le mieulx qu’ils pourroient »499. Les bourgeois se méfiaient de ces « méchantes gens de bas état », « oysifz, vacabons qui a rien ne s’appliquent »500 et « non ayant fermes demeures »501. Ils cherchaient néanmoins dans leurs rangs une main d’œuvre à bon marché. Ces malheureux « gaigne pain » devenaient déchargeurs, portefaix, porteurs d’eau ou de blé502. Le Bourgeois de Paris renseigne, jour après jour, sur la répercussion des événements du début du XVe siècle, sur les arrivages aux Halles, le ravitaillement de la capitale, les hauts et les bas des affaires. Il dit que les marchands étaient « moult troublez parce que on ne gaignoit rien car marchandise ne couroit point »503. Pas de viande et très peu de lard pour fêter Pâques en 1420 ; puis des montagnes de fromages, d’ail, de poisson, de pain ; puis plus rien504.

  • 505 Michel de Montaigne, Les Essais, éd. J. Basalmo, M. Magnien et C. Magnien-Simonin, Paris, 2007, li (...)

23Ainsi la spécificité du quartier des Halles s’impose encore par la nature de sa population très fortement caractérisée et qui se distinguait de surplus par le langage simple, direct, coloré, dont elle usait : ce « parler des Halles » que beaucoup d’écrivains auraient voulu, avec Montaigne505, savoir employer. Le franc-parler et la hardiesse de comportement des « dames des Halles » avaient acquis une solide réputation.

  • 506 Il fut loti en octobre 1543, sur l’ordre de François Ier, sous forme de vingt-deux parcelles vendu (...)
  • 507 Catherine de Médicis transféra les Filles repenties à l’abbaye Saint-Magloire, rue Saint-Denis et (...)
  • 508 A. d’Héricourt, Hôtel d’Artois à Paris, Arras, 1863 ; réimpr. dans La statistique monumentale du d (...)
  • 509 La chronique d’Enguerran de Monstrelet, éd. L. Douët d’Arcq, 6 t., Paris, 1857-1862, t. I, p. 113 (...)
  • 510 Arch. dép. Pas-de-Calais, A 495, n° 46 ; AN, J 151A, n° 52.
  • 511 BNF, fr. 8611, fol. 88v (Terrier du roi).
  • 512 Lettre publiée par L. Douët d’Arcq ; voir La chronique d’Enguerran de Monstrelet…, t. VI, p. 124.
  • 513 Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 95. A. Lombard-Jourdan, « Fiefs et justices parisiens… », p.  (...)

24Cette cohésion sociale et culturelle disparaissait aussitôt franchis l’angle formé par les rues Saint-Denis et de la Ferronnerie d’une part, et de l’autre les rues Mauconseil et des Prouvaires. Au-delà s’étaient implantés des hôtels princiers qui avaient suscité autour d’eux un peuplement bien caractérisé composé de seigneurs, de courtisans, d’officiers, de serviteurs et de fournisseurs. Les plus importants de ces hôtels étaient ceux de Flandre, d’Orléans et d’Artois. L’hôtel de Flandre construit en 1278 par Guy de Dampierre s’étendait sur un hectare et demi au sudouest de l’actuelle place des Victoires506. L’hôtel de Nesle qu’édifia Jean Ier de Nesle, fut habité vingt ans par Blanche de Castille qui y mourut en 1252. Il fut occupé par Jean de Luxembourg, roi aveugle de Bohême qui fut tué à Crécy (1346). Charles VI le donna à son frère Louis d’Orléans qui y vécut ainsi que son fils Charles, le poète. Le fils de ce dernier, le roi Louis XII, y établit en 1499 le couvent des Filles repenties507. Enfin, l’hôtel d’Artois fut construit à l’extérieur mais contre l’enceinte de Philippe Auguste par Robert II, fils posthume de Robert Ier, qui était frère de Louis IX508. Marguerite de Male l’apporta en dot à Philippe le Hardi, et les ducs de Bourgogne y résidèrent désormais lors de leurs séjours à Paris. Ce fut là que se réfugia et se barricada Jean sans Peur après la mort de Louis d’Orléans, assassiné sur son ordre (1407). Redoutant la vengeance des partisans de sa victime, il fit construire en 1408 un donjon au quatrième étage duquel il fit aménager une « forte chambre » difficile d’accès où il passait la nuit509. Les rôles de la taille au XIIIe siècle et des textes plus récents signalent comme logeant près de l’hôtel du comte d’Artois puis du duc de Bourgogne : le concierge, le bouteiller, le tailleur de robes, le « lavandier » (blanchisseur), le poissonnier du duc, « Guerard, le queu (cuisinier) de monseigneur Philippe d’Artois », puis « Richard, le queu au comte de Bourgogne », et encore, les ménestrels au comte d’Artois : Chevrete, Robert et Jehan Luche. Au début du XIVe siècle, l’évêque d’Arras séjournait tout à côté, en la rue Mauconseil510, ainsi que le confesseur et le maréchal du duc de Bourgogne511. Dans une lettre adressée de Gand à Charles VI le 21 novembre 1413, Jean sans Peur se plaint des perquisitions que les agents royaux ont opérées « es hostelz de mes povres serviteurs que j’ay en vostre dicte ville de Paris, entour et environ mon hostel d’Artoys », pour y saisir des lettres que le duc était soupçonné d’avoir fait porter « à plusieurs du quartier des halles pour faire une commotion » à Paris « et par especial oudit quartier des halles »512. Dès 1411, les Parisiens avaient adopté la croix de saint André, emblème des Bourguignons. En juin 1418, beaucoup d’entre eux s’assemblèrent en l’église Saint-Eustache et y constituèrent une sorte de confrérie sous l’invocation de Saint-André dont les membres se coiffèrent d’un « chapel de roses vermeilles ». Or les desservants de la chapelle Saint-André, qui contrôlèrent ce mouvement, étaient aussi seigneurs du fief de Gif sur lequel était situé l’hôtel du duc de Bourgogne513.

25Le vieux rempart désaffecté de Philippe Auguste marquait encore, à la fin du XVe siècle, une rupture dans le tissu urbain de Paris. Un chroniqueur, qui écrivait sous le règne de Louis XI, évoque les plaisirs auxquels se livraient à l’écart et loin des yeux des laborieux habitants des Halles, le duc de Bourgogne, le duc de Charolais, son fils, et le duc de Clèves,

  • 514 Marie de Clèves (1426-1487) devint en 1440 la troisième femme de Charles Ier, duc d’Orléans (mort (...)
  • 515 « Fragment d’une chronique du règne de Louis XI », éd. A. Coulon, dans Mélanges d’archéologie et d (...)

[…] lesquelx estoient logez en l’ostel d’Artois, la ou feurent faitz maintz bancquetz avec plusieurs grandes cheres ; auquel hostel venoit le roy souvent esbatre a deux ou a trois chevaulx, comme ung simple gentilhomme ; et dudit hostel d’Artois aloit souvent monseigneur le duc de Bourgongne et monseigneur le duc de Cleves veoir monseigneur d’Orleans et madame sa femme, seur dudit seigneur de Cleves514 ; et aloient aprés souper, esbatre et passer temps au long et dessus les anciennes murailles de Paris, depuis ledit hostel d’Artois jusques de dessa ledit hostel d’Orleans, vers les halles, sans ce que ceulx de la ville les veissent515.

26L’indiscutable unité topographique et démographique du quartier des Halles était due à l’existence du marché, centre d’un peuplement dont il motivait la spécialisation. Très nettes au Moyen Âge, ces caractéristiques demeurèrent les mêmes jusqu’au XXe siècle.

VI. — VIE QUOTIDIENNE ET FESTIVITÉS

27Les jours de marché, deux ou trois fois par semaine, marquaient les temps forts d’une activité qui, aux Halles médiévales, était continuelle. Après la « Réformation » du XVIe siècle, le commerce des denrées alimentaires, qui n’avait cessé de croître, combla les vides provoqués par le départ lent mais irréversible des produits fabriqués. En tous temps les marchés ont suscité l’intérêt des curieux par le spectacle de leurs articles variés et colorés et par l’ambiance qui y règne. Les Parisiens considéraient les Halles comme un lieu de détente et de distraction. Au début du XIVe siècle, Jean de Jandun décrit avec admiration les longues galeries des Halles qu’on ne se lassait pas de parcourir ; et, au XIXe siècle, Émile Zola peint les énormes « natures mortes » des pavillons de Baltard avec un enthousiasme comparable, bien que légumes, fruits et viandes aient remplacé les tissus et objets fabriqués.

  • 516 On jouait aux dés près du jeu de paume « entre deux halles » (AN, X2A 51, 19 septembre 1487) ou «  (...)

28Les étuves, les nombreuses tavernes, les jeux de paume et de dés516 des rues voisines exerçaient aussi leur attrait. Villon buvait à l’enseigne des Trumelières et plaisantait madame de Bruyères, propriétaire « sous les piliers », censée prêcher la Bible aux lingères de mauvaise conduite, qui vendaient sous la halle voisine. Rabelais flânait au cimetière des Innocents et, au XVIIIe siècle, Sébastien Mercier observait, critiquait et ironisait à loisir.

  • 517 « […] joueurs de farses publiques […] portant baniere et enseigne et faisant spectaculum sui corpo (...)
  • 518 À la fin du XIIIe siècle, certains habitaient aux Halles. AN, KK 283, fol. 43c, 44b et 103. En 139 (...)
  • 519 « Un nommé Jacob, qui est de Tournay, montre jeux de bateaux es hales de Paris » (25 mars 1390, n. (...)
  • 520 AN, X2A 17, fol. 236v et suiv. (1416).
  • 521 AN, JJ 127, fol. 42. A. Lombard-Jourdan, Aux origines du carnaval : un dieu gaulois ancêtre des ro (...)
  • 522 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. II, p. 618.

29L’espace laissé libre du carreau des Halles était, en dehors des heures de son activité marchande, le lieu des attroupements. Les exécutions capitales drainaient toujours la foule, et les malheureux tournés au pilori servaient de but aux insultes, aux quolibets et aux jets de projectiles variés. Tristes spectacles relativement fréquents au Moyen Âge, plus rares ensuite. Des groupes se formaient autour des jongleurs, acrobates et « joueurs de farses publiques »517, des ménestrels518, des bateleurs519, des montreurs d’animaux apprivoisés et dressés, comme ours, chiens, chèvres ou singes520. En 1382, pour Carnaval, le duc de Bourgogne envoya par amusement depuis les Flandres à ses bons partisans des Halles le mannequin d’un « grant homme » ou « géant » qui fut exposé au premier étage d’une maison du quartier et qui suscita une vive curiosité521. Une coutume voulait que les nouveaux apprentis des marchands et des artisans du quartier des Halles aillent, à la Mi-Carême, baiser la figure de la Truie-qui-File, enseigne sculptée sur la façade d’une taverne à cervoise de la place aux Poirées ; et on en profitait pour leur « bien cogner le nez contre ; et tout le long du jour ce n’est que danses dans ce quartier là, gourmandise et ivrognerie »522.

30Certaines circonstances étaient prétextes à réjouissances publiques. Lors des fêtes données à Paris pour la chevalerie de Louis, fils aîné de Philippe le Bel, et de ses frères :

  • 523 La chronique métrique attribuée à Geffroy de Paris, éd. A. Diverrès, Strasbourg, 1956, p. 186, ver (...)

Es hales estoit le bois clos
Ou maint connin (lapin) estoit enclos ;
C’estoit privee sauvagine,
A cui l’en batoit bien l’eschine523.

  • 524 Voir une liste des principales fêtes organisées aux Halles. A. Chastel et al., Système de l’archit (...)

31Lors de la naissance ou du mariage d’un membre de la famille royale, lors d’une victoire ou à la signature d’un traité de paix, on organisait des fêtes. Après 1762, la nouvelle halle au Blé servit de cadre à des banquets, à des bals, à des illuminations. Un grand tableau de Philibert-Louis Debucourt, conservé au musée Carnavalet, représente les réjouissances, danses et beuveries et la liesse populaire sur la place des Halles en 1782, à l’occasion de la naissance du Dauphin. Un grand banquet civique fut organisé le 10 mars 1793 sous les piliers des Halles à l’occasion de l’enrôlement national. Les vivres, rares alors, furent partagés entre tous dans l’émotion générale. À la naissance du duc de Bordeaux (1820), ce furent les dames de la Halle qui prirent l’initiative d’un banquet dans la halle au Poisson et d’un bal dans la halle au Beurre, toutes deux récemment construites sur la place. Le cimetière des Innocents fut un lieu de promenade. On venait y écouter les prédicateurs, y réfléchir sur la brièveté de la vie ou contempler la Danse macabre (ou Macabré) qui ornait la paroi intérieure de onze arcades du charnier sud. Sous le Second Empire, devenu le marché des Innocents et richement décoré pour l’occasion, son emplacement fut choisi pour danser en plein air (1852)524. En octobre 1897, le banquet d’inauguration de la Bourse du commerce, présidé par Félix Faure, eut lieu à l’intérieur de l’édifice magnifiquement drapé de velours rouge orné de crépines d’or. Les habitants du quartier réclamaient ces réjouissances auxquelles ils participaient de bon cœur, plus ou moins.

  • 525 Ajoutons les passages des condamnés au Châtelet qu’on menait pendre au gibet de Montfaucon.
  • 526 Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 276.

32Quant à la rue Saint-Denis, tangentielle au quartier, elle vit passer de nombreux et spectaculaires cortèges : entrées solennelles des rois ou reines de France dans leur bonne ville de Paris, accueil des souverains étrangers, défilés militaires, processions, convois funèbres conduisant les corps des souverains défunts à la basilique de Saint-Denis pour y être ensevelis525. C’était près de la fontaine des Saints-Innocents que se relayaient les porteurs du dais et que les cortèges qui descendaient la rue Saint-Denis faisaient traditionnellement halte un moment. Lors de l’entrée du jeune Henri VI, roi d’Angleterre [et de France], le 2 décembre 1431, on offrit là le spectacle d’une « chace au cerf tout vif qui fut mult plaisant a veoir »526.

VII. — VIE PUBLIQUE ET PARTICIPATION AUX ÉVÉNEMENTS

33La place de Grève fut dès l’origine le lieu de réunion des bourgeois de Paris ; la place des Halles s’affirma de bonne heure en tant que lieu naturel de rassemblement du « menu peuple ». En raison de sa grande fréquentation, la publicité y était assurée ; aussi les décisions royales y étaient-elles proclamées et, dans un but de dissuasion, les coupables y étaient châtiés, que ce soit par l’éxécution capitale sur l’échafaud ou par l’exposition au pilori pour faux-monnayage, faux témoignage, fraude marchande, vol ou blasphème. Pendant les troubles civils qui agitèrent Paris de 1358 à 1436 et, moins nettement peut-être, pendant les guerres de Religion, la Fronde ou la Révolution, le quartier des Halles fut le bastion des pauvres gens, le rendez-vous des mécontents, le foyer de la résistance aux autorités du moment.

1. Le discours du dauphin Charles aux Halles (11 janvier 1358)

  • 527 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, éd. R. Delachenal, 4 t., Paris, 1910-1920 (Sociét (...)

34Lors de la captivité de Jean II en Angleterre, c’est aux Halles que le Dauphin décida d’aller chercher le soutien du « commun de Paris » contre Charles le Mauvais, roi de Navarre, et la grande bourgeoisie menée par le prévôt des marchands, Étienne Marcel. Son entourage chercha à l’en dissuader en lui remontrant « que il se vouloit mettre en grant peril de soy mettre entre tel peuple »527 ; ce qui ne l’empêcha pas de se rendre aux Halles accompagné seulement de quelques personnes, le 11 janvier 1358, et d’y haranguer l’assistance. Il parlait bien. Son discours fut habile. Aux pauvres gens accourus, il dit « que l’ennemi était partout, mais qu’il avait attention de mourir et de vivre avec eux », que ceux qui avaient pris le gouvernement et disposaient des finances n’y mettaient pas remède et que cela devait changer. La foule l’acclama.

  • 528 Voir la lettre d’Étienne Marcel adressée à l’échevinage d’Ypres. J. Kervyn de Lettenhove, « Deux l (...)
  • 529 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V…, t. I, p. 136 et suiv.

35Mais Étienne Marcel et les grands bourgeois estimaient que le Dauphin « se estudioit faire en la bonne cité de Paris des menuz contre eux grant commocion… »528. Le prévôt riposta en convoquant les habitants pour le lendemain, toujours aux Halles, mais en la salle de Saint-Jacques-de-l’Hôpital. Le Dauphin s’y présenta, mais se retira presque aussitôt : il fut soupçonné d’avoir pris la fuite. Parlant en dernier, le prévôt des marchands se fit applaudir. L’affection populaire se portait maintenant vers lui529. Le 22 février suivant, il osa pénétrer dans le Palais à la tête de trois mille hommes, et les maréchaux de Champagne et de Normandie, conseillers du Dauphin, furent assassinés sous les yeux de ce dernier.

  • 530 Ibid., p. 207. Voir aussi les textes cités par R. Delachenal dans Chronique des règnes de Jean II (...)
  • 531 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, G. Raynaud et al., 15 t., Paris, 1869-1875 (Société de l’ (...)

36Beaucoup de Parisiens restaient pourtant fidèles à la royauté. Quand Étienne Marcel projeta d’ouvrir au roi de Navarre les portes de la ville, ce fut encore aux Halles que se rendit Jean Maillart pour soulever le peuple530. Il y retrouva le chevalier Pépin des Essarts et tous deux conduisirent la foule déchaînée au cri de « Montjoie ! » jusqu’au prévôt des marchands qui était alors à la Bastille Saint-Antoine. Il fut massacré ainsi que sa petite escorte. Et ce fut encore aux Halles que Jean Maillart se rendit le lendemain 1er août pour faire approuver sa conduite par le « menu peuple »531.

37Jusqu’alors celui-ci avait joué un rôle surtout passif : on l’avait consulté, sollicitant son accord et son approbation ; on l’avait fait témoin et, semblait-il, arbitre d’une lutte qui ne se livrait qu’entre les puissants. Il avait ainsi pris conscience de son pouvoir et désormais participa à la marche des événements. L’occasion s’en présenta peu après.

2. L’insurrection des Maillets (1er mars 1382)

  • 532 Chronique du Religieux de Saint-Denys…, t. I, p. 44.

38La veille, l’annonce avait été faite aux Halles de la levée d’une nouvelle taxe sur les ventes et on s’était préparé à la résistance. Les émeutiers coururent à l’Hôtel de Ville et s’emparèrent des douze mille maillets de plomb qu’Hugues Aubriot y avait fait déposer en prévision de la lutte contre les Anglais ; puis ils s’attaquèrent aux maisons des officiers royaux et pillèrent. Maîtres de la ville, ils en fermèrent les portes. Se désolidarisant du mouvement des « menus », les riches bourgeois et marchands exposèrent au roi « comme les plus grands de la ville et principaux en estoient courroucés et desplaisans et que ce qui avoit esté fait estoit par mechantes gens de bas estat »532. La répression fut terrible.

3. Les partisans du duc de Bourgogne

  • 533 L. Mirot, Une grande famille parlementaire aux XIVe et XVe siècles, les d’Orgemont, Paris, 1913, p (...)
  • 534 Voir A. Coville, Les Cabochiens et l’ordonnance de 1413, Paris, 1888.
  • 535 Chronique du Religieux de Saint-Denys…, t. V, p. 86.
  • 536 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI roy de France…, éd. D. Godefroy, Paris, 1653, p. 2 (...)

39Philippe le Hardi avait su gagner la confiance des habitants du quartier des Halles où était son hôtel d’Artois. Son fils, Jean sans Peur, par une politique adroite, s’assura d’utiles attachements533. Les habitants du quartier des Halles lui restèrent obstinément fidèles. Pendant les troubles civils du règne de Charles VI, ils firent cause commune avec les bouchers534. Organisés en corporation, riches, puissants, résolus, ceux-ci s’imposèrent un moment en tant que chefs. Quand il fut question de négociations en vue de la paix à Pontoise (28 juillet 1413), les Cabochiens s’efforcèrent d’empêcher la réconciliation des princes. Lors d’une réunion secrète des officiers de police, en juillet, quatre d’entre eux seulement se prononcèrent contre la paix : tous les quatre appartenaient à la paroisse Saint-Eustache535. Et lorsque le 3 août, les assemblées de quartier furent sollicitées de donner leur approbation à cette même paix de Pontoise, deux quartiers seulement lui restèrent défavorables : celui des Halles et celui de l’hôtel de Bourgogne536.

  • 537 « Extrait d’une chronique anonyme pour le règne de Charles VI (1400-1422) [dite des Cordeliers] », (...)
  • 538 Voir supra, p. 122.
  • 539 La chronique d’Enguerran de Monstrelet…, t. II, p. 459 et t. VI, p. 152.

40La réaction pourtant l’emporta. La paix de Pontoise fut proclamée le 8 août 1413. Les ducs de Berry et d’Orléans étaient désormais tout puissants dans une ville d’où Jean sans Peur avait fui. La tyrannie des Armagnacs, non moins grande que celle des Cabochiens, terrorisait Paris. « Et ce non obstant, ceulx du quartier des Halles demeurerent toujours bourguignons couvertement, mais ils n’en oserent faire samblant »537. Le duc, de sa résidence de Flandre, correspondait avec ses partisans en vue de susciter une émeute au quartier des Halles et de soulever le peuple de Paris538. Jean sans Peur disait être suspecté à tort, mais les lettres patentes du 17 janvier 1414 font état de lettres envoyées par le duc à Paris et à d’autres villes et affichées de nuit aux portes des églises. Défense fut faite aux bourgeois de recevoir et de lire ces lettres539.

  • 540 Chronique du Religieux de Saint-Denys…, t. V, p. 446 ; Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 56.
  • 541 Guillaume Cousinot, « Fragments de la geste des nobles françois ou chronique de G. Cousinot le cha (...)
  • 542 Procès de Nicolas d’Orgemont, édité dans L. Mirot, Les insurrections urbaines…, app. X, p. 275.
  • 543 La chronique d’Enguerran de Monstrelet…, t. III, p. 141 ; Jean Le Fèvre de Saint-Rémy, Chronique d (...)
  • 544 Perceval de Cagny, Chroniques (1239-1438), éd. H. Moranvillé, Paris, 1902 (Société de l’histoire d (...)

41Quant au début de septembre 1414, on apprit à Paris la nouvelle de la paix d’Arras, la résistance bourguignonne se mobilisa. En signe de mépris pour les Armagnacs, un jeune homme pénétrant dans l’église Saint-Eustache, arracha la bande blanche dont avait été ornée la statue du saint. Il eut le poing coupé et fut banni pour toujours540. Alors quelques conjurés décidèrent de soulever « le commun peuple des Halles » dans la nuit précédant l’Épiphanie. Au son de la cloche de Saint-Eustache, ils devaient tous courir sus aux ennemis du duc de Bourgogne. Mais le marguillier les trahit et ne sonna pas la cloche541. Les partisans de Jean sans Peur ne furent pas découragés par cet échec et voulurent renouveler leur tentative. Ils sollicitèrent du duc l’envoi d’émissaires capables de les conseiller et il leur envoya plusieurs gentilshommes porteurs de lettres les accréditant. En 1416, les conjurés organisèrent une manifestation pour la nuit de Pâques. Ils devaient se rejoindre près de l’église des Saints-Innocents et de là se rendre ensemble auprès du roi vers deux heures du matin542. Mais la conspiration fut découverte peu avant d’aboutir. Le premier acte du prévôt de Paris, Tanguy du Châtel, alors que seigneurs et notables se réfugiaient au Louvre, fut de se rendre aux Halles avec une cinquantaine d’hommes d’armes pour frapper au cœur la rébellion. Il « saisit soudainement les hales », appréhenda en leurs domiciles les conjurés surpris et pas encore armés. C’était là, en effet, que demeuraient les chefs de l’insurrection, « les capitaines de ces mauvais ». Conduits au Châtelet, ils eurent peu après la tête tranchée sur l’échafaud proche du pilori543. Le 8 mai, par crainte d’une nouvelle émeute, ordre fut donné de collecter les armes des habitants du quartier et de les porter dans des chariots à la Bastille Saint-Antoine544.

  • 545 Guillaume Cousinot, « Fragments de la geste des nobles… », p. 168. Les autres chroniques rendent c (...)
  • 546 Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 90 et suiv.

42Les Parisiens redoutaient et haïssaient les Armagnacs dont ils ne pouvaient plus supporter la domination. Bernard VII d’Armagnac avait fait échouer une tentative de négociations avec le duc de Bourgogne. Alors, dans la nuit du 28 mai 1418, Perrinet Leclerc ouvrit à Jean de Villiers de l’Isle-Adam et aux Bourguignons, la porte de Paris située près de Saint-Germain-des-Prés et dont son père avait la garde. À cette nouvelle « tout le quartier des Halles et toutes les gens du commun de Paris » se mirent à crier : « Bourgogne ! La paix ! », tuant et pillant autour d’eux545. Un sergent du parti armagnac avoua avant d’être exécuté qu’environ huit jours avant l’entrée des Bourguignons, il avait reçu mission « de faire tuer tout le quartier des Halles, c’est assavoir hommes, femmes et enffans » et que lui et les siens recevraient leurs biens confisqués. D’autres devaient agir de la même façon partout dans Paris546.

  • 547 Ibid., p. 96-97.

43Le 12 juin 1418, une fausse alarme fit que le peuple se rassembla à nouveau aux Halles, place Maubert et en Grève ; il parcourut la ville et n’apercevant aucun sujet d’inquiétude, il se rendit aux prisons et extermina les prisonniers armagnacs547.

  • 548 « Et cependant fut pris ledit Capeluche, bourreau, qui beuvoit en la Rappee es Halles, et incontine (...)
  • 549 AN, X1A 1480, fol. 144 ; La chronique d’Enguerran de Monstrelet…, t. III, p. 291 ; Journal d’un bo (...)

44Le duc de Bourgogne fit son entrée avec la reine Isabeau de Bavière, le 14 juillet 1418. Mais la multitude, entraînée par le bourreau Capeluche, ne connaissait plus de bornes à ses violences. Alors le duc ordonna d’arrêter Capeluche. Il buvait insouciant, dans la taverne de la Rappée, au cœur des Halles, quand on vint se saisir de lui548. C’était le 23 août et il mourut le 26 sur l’échafaud près du pilori, donnant avec calme des conseils sur la façon de s’y prendre au nouveau bourreau qui allait le décapiter. On avait fait garder les carrefours par des troupes armées de crainte que la foule ne tentât d’empêcher la mort de celui qui avait été « capitaine pour aucuns jours au cartier des halles »549. L’exécution de Capeluche marqua la fin des violences dans la capitale où désormais Jean sans Peur régnait en maître. C’est avec douleur et colère que les gens des Halles apprirent le meurtre de celui-ci à Montereau, le 10 septembre 1419.

4. L’entrée du connétable de Richemont dans Paris (13 avril 1436)

45La capitale était toujours aux mains des Anglais et des Bourguignons. Mais le duc de Bedford, oncle d’Henri VI et régent, était à la fois vexé et inquiet des témoignages d’attachement des Parisiens à l’égard de Philippe le Bon. Il se méfiait de tant de popularité mais était forcé de ménager le duc. C’est alors que l’entrée des « royaux » dans la ville devint possible.

  • 550 La chronique d’Enguerran de Monstrelet…, t. V, p. 218.
  • 551 Guillaume Gruel, Chronique d’Arthur de Richemont, connétable de France (1393-1458), éd. A. Le Vava (...)
  • 552 « Et pour ce que ilz craignoient moult le quartier des Halles, y fut envoié le prevost a toute son (...)
  • 553 Guillaume Gruel, Chronique d’Arthur de Richemont …, p. 120 ; Jean Chartier, Chronique de Charles V (...)

46Le 13 avril 1436, à l’aube, Michel de Lailler, qui s’était entendu avec le connétable de Richemont, appela les Parisiens aux armes550. Pendant qu’aux Halles on se préparait à combattre, il se dirigea avec une forte troupe vers la porte Saint-Denis, pour donner le change aux Anglais. L’armée de Richemont se présentait par le sud et approchait de la porte Saint-Michel quand on lui cria d’aller à la porte Saint-Jacques, en ajoutant : « On besoingne pour vous aux Halles »551. Les Anglais, qui redoutaient surtout ce quartier, y envoyèrent le prévôt avec tous les siens552. Mais ils comprirent vite que la lutte serait inutile. Richemont entra dans Paris sans coup férir. Il était environ sept heures du matin. Descendant la rue Saint-Jacques et traversant l’île de la Cité, il arriva place de Grève. On vint alors lui dire que les Anglais s’étaient enfermés dans la Bastille et que, tout étant bien, « il lui plut tirer vers le quartier des Halles pour les reconforter »553. Il alla jusque devant l’église des Saints-Innocents, où on le fit boire et on lui offrit des épices. Après seulement, il se rendit à Notre-Dame où il entendit la messe tout armé.

47Vainqueur, Richemont fit preuve d’une sage modération. L’allégresse régnait à Paris dans la tranquillité et l’abondance retrouvées. Il vint tant de vivres et de blé que, les Halles ne suffisant plus, il fallut ouvrir à nouveau le marché de la Juiverie dans la Cité, qui était fermé depuis plus de vingt années. Le roi ne fit son entrée dans la ville que le 12 novembre 1437 et il n’y séjourna que trois semaines. L’autorité légitime était rétablie à Paris, mais les Écorcheurs sévirent encore longtemps en banlieue. Les Parisiens ne se sentirent vraiment libérés qu’après la prise de Pontoise, que les Anglais défendirent avec acharnement (19 septembre 1441). Le commerce put alors reprendre peu à peu et un gros effort fut fait pour remédier à l’état déplorable des Halles.

5. « Pape » et « rois » des Halles

  • 554 É. Pasquier, René Benoist, le pape des Halles (1521-1608), Angers, 1913.

48Sous les règnes de Charles VI et de Charles VII, on voit au quartier des Halles s’accentuer la scission entre les « menus », pauvres, souvent sans travail, prêts à tout, et les « gros et principaux », riches marchands et bourgeois bien nantis. Il fallut attendre ensuite d’autres raisons et les désordres des guerres de Religion pour que des bandes armées parcourent à nouveau les rues et que René Benoist, curé de Saint-Eustache à partir de 1569, exerçât sur ses paroissiens un ascendant qui lui valut le surnom de « pape des Halles »554. La population du quartier sut toujours affirmer ses choix, manifester ses préférences.

49La Fronde débuta aux Halles, lors de l’arrestation de Pierre Broussel, le 26 août 1648. Conseiller à la Grand’chambre du Parlement, il s’était rendu populaire par la simplicité de son comportement et par son opposition aux mesures financières rigoureuses prises par Mazarin. Les « gens des Halles », réclamant à grands cris la libération du prisonnier, s’engagèrent dans la rue Saint-Honoré en direction du Palais-Royal où demeurait la régente Anne d’Autriche. Apprenant l’émeute, l’ambitieux Paul de Gondi, coadjuteur de l’archevêque de Paris, voulut en profiter pour acquérir de la popularité. Quittant, en costume de chœur, l’église Notre-Dame où il venait de célébrer le Te Deum pour la victoire de Lens, il gagna, lui aussi et dans le même but, le Palais-Royal, où la reine l’écouta à peine. Devenu cardinal de Retz, il a, dans ses Mémoires, raconté le déroulement de cette folle journée. Sur le chemin du retour, il fut bloqué par la foule près de la Croix-du-Trahoir et rejoint par une trentaine d’hommes armés qui débouchèrent de la rue des Prouvaires. Dans la bagarre, il tomba par terre, se releva, fut enfin reconnu et acclamé. Suivi par les émeutiers, il prit alors le chemin des Halles où il y trouva, écrit-il, « cette fourmilière de fripons toute en armes ». Par un discours habile, il parvint à leur faire déposer les armes avant la nuit. Le lendemain, Paris était couvert de douze cents barricades et peu après Broussel, était libéré. La Fronde ne faisait que commencer. Le jeune Louis XIV, qui garda toujours le souvenir de ces impressionnantes journées de révolte, dut quitter la ville.

  • 555 Ce vaillant homme de guerre, après une jeunesse tumultueuse, fut placé par Louis XIV à la tête de (...)

50Le gouverneur de Paris était alors un partisan de la Fronde : François de Vendôme, duc de Beaufort (1616-1669), le petit-fils d’Henri IV et de Gabrielle d’Estrées. Grand, bien fait, affable, il avait tout pour séduire et devint l’idole du peuple qui le nomma « roi des Halles ». Le duc se montrait très fier de ce titre et de ses nouveaux partisans ; il disait que « si on le persécutait à la cour, il viendrait loger au milieu des Halles où là, plus de vingt mille hommes le garderaient ». Les dames de la Halle proposèrent de lui prêter de l’argent et même de lui constituer une pension de soixante mille livres. Son ascendant fut extrême555.

51Mais les marchands de Paris comprirent vite que les désordres de la Fronde nuisaient à la prospérité de leurs affaires. Ils souhaitèrent le retour de l’autorité royale qu’accompagnaient l’ordre et la paix. Louis XIV rentra à Paris le 23 octobre 1652.

52Il est significatif que le financier genèvois Necker (1732-1804) ait été promu, lui aussi, « roi des Halles ». Devenu directeur général du Trésor royal en 1776, il avait su inspirer confiance au monde marchand qui le soutint et manifesta en sa faveur lors des multiples épisodes – renvois, rappels, démissions, retours – de sa carrière mouvementée jusqu’en 1790.

53Mais, désormais, le quartier des Halles n’était plus le seul, dans Paris agrandi, à s’intéresser aux événements et à essayer d’en orienter la marche et l’issue.

Notes

470 Il apparaît aux environs de 1100, dans la Chanson de Roland, à propos des « escuz de quarters » (écartelés) » des chevaliers (La Chanson de Roland, éd. C. Segre, 2 t., Genève, 1989, t. I, p. 289, vers 3867).

471 Sur les quartiers de Paris, divisions fiscales et militaires voir : J. Favier, Les contribuables parisiens à la fin de la guerre de Cent Ans : les rôles d’impôt de 1421, 1423 et 1438, Genève/Paris, 1970, p. 263-264 ; et J. Guerout, « Fiscalité, topographie et démographie à Paris au Moyen Âge », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 130, 1972, p. 84-87 et 420-421.

472 « S’ensuivent les noms des rues de la ville de Paris et la despence d’icelle… ». BNF, fr. 4437, fol. 242. Cet opuscule a été publié par A. Bonnardot, Études sur Gilles Corrozet et sur deux anciens ouvrages relatifs à l’histoire de la ville de Paris, Paris, 1848, p. 37 et suiv.

473 Les divisions de la ville, dir. C. Topalov, Paris, 2002. Voir aussi Les quartiers de Paris du Moyen Âge au début du XXe siècle (recherches nouvelles), Paris, 1992 (Cahier du CREPIF, Centre de recherches et d’études sur Paris et l’Île-de-France, 38).

474 Voir A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris…, p. 63 et suiv. ; et supra p. 16 et suiv.

475 A. Lombard-Jourdan, « Fiefs et justices parisiens au quartier des Halles… », en part. le plan des fiefs et censives vers 1400.

476 AN, L 573, n° 12. Cité dans É. Raunié, M. Prinet et al., Épitaphier du vieux Paris, Paris, 1890-2000 (Histoire générale de Paris), t. IV, p. 1, n. 2.

477 Cartulaire général de Paris…, n° 368 ; Gallia christiana in provincias ecclesiasticas distributa…, 16 t., Paris, 1715-1865, t. VII, p. 254.

478 Abbé J. Lebeuf, Histoire de la ville…, t. I, p. 47. La cure des Saints-Innocents fut supprimée en 1786, en même temps que le cimetière ; la paroisse fut réunie à celle de Saint-Jacques-de-la-Boucherie.

479 AN, LL 387, fol. 15 et 53v.

480 […] fuit edificata ecclesia Sancti Eustachii in dicta capella Sancte Agnetis et in parochiam erecta, in qua curatus seu vicarius perpetuus […] fuit institutus. M. Félibien et G. Lobineau, Histoire de la ville…, t. III, p. 103.

481 AN, X1A 4797, fol. 35 (28 août 1432) ; A. Le Roux de Lincy, Histoire de l’église…, p. 35 ; Chronique du Religieux de Saint-Denys…, t. V, p. 86.

482 L. Laurens, Saint-Eustache, Paris, 1948 ; L. Perrel, Saint-Eustache, Lyon, 1955.

483 Une maison est dite située « devant et a l’opposite du Pont Alaiz et de l’orloge de ladicte eglise Saint Eustache » en 1426 (Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 53, n° 1344) et « devant le kadran Sainct Eustace » en 1524 (ibid., n° 1365). L’église voisine de Saint-Jacques-aux-Pèlerins offrait aussi, du côté de la rue Saint-Denis, une horloge qui fut dotée en 1393 de jaquemarts en forme d’angelots auxquels vinrent s’ajouter, au siècle suivant, deux anges et un « homme sauvage ». Cette horloge indiqua l’heure au quartier jusqu’à ce qu’elle fût déplacée en 1617. Voir F. Baron, « Le décor sculpté et peint de l’hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins », dans Bulletin monumental, t. 133, 1975, p. 29-72, à la p. 36.

484 La rue Calonne fut percée en 1785.

485 La Canaberia (Chanvrerie) est mentionnée en juin 1218 (L. Brièle et E. Coyecque, Archives de l’Hôtel-Dieu…, n° 172) ; la Trutannaria (Truanderie) en 1220 (AN, MM 210, fol. 87v) ; le vicus qui dicitur Mondetor alias Maldestor est cité au XIIIe siècle (« La description de la ville de Paris… par Guillebert de Metz… », dans Paris et ses historiens…, p. 207, n. 5). À l’ouest des Halles, la Dolearia (Tonnellerie) apparaît dès juin 1223 (AN, MM 210, fol. 102v). Les rôles de taille de la fin du XIIIe siècle y signalent des « cerceliers » et des « plieurs de cerceaux ».

486 Abbé J. Lebeuf, Histoire de la ville…, t. I, p. 365. Adam Bigne, riche bourgeois, puis son fils Jean, prévôt de Paris en 1253, possédèrent là deux maisons et la ruelle prit leur nom, parfois déformé en Vigne ou Guigne. L. Cadier et C. Couderc, « Cartulaire et censier de Saint-Merri… », p. 162 et n. 1 ; AN, S 5077B, n° 82, etc. Au XVIe siècle, elle fut dite rue de la Réale, à cause d’une maison dont l’enseigne figurait une galère.

487 Cette rue et la porte du rempart portèrent d’abord les noms de deux bourgeois : Guibert d’Artois et Nicolas Arrode. En 1792, elle fusionna avec la rue Montorgueil (Mons Superbus) qui était dans son prolongement.

488 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 49, n° 1189 ; Arch. des Quinze-Vingts, n° 2632.

489 Voir supra n. 62, p. 31.

490 AN, X1A 14, fol. 472v (1361, n. st.).

491 Voir supra, p. 32-33, et infra document VI.

492 Voir supra, p. 19 et n. 31.

493 À la fin du XIIIe siècle, les rôles de la taille mentionnent Robert Raspé. La maison est louée par le ménage des Rappez (AN, Y 3, fol. 27v.) ; puis, en 1349, elle est appelée « maison de la dicte feu Rappee » (AN, S 1401, n° 12) ; et enfin simplement, « maison de la Rappee ». Cet hôtel est bien connu grâce à la déclaration du temporel de Saint-Martin des Champs (décembre 1532) (AN, P 28902) et par de nombreux plans du XVIIIe siècle : AN, Q1 10995 (1705) ; S 14292 (1743) ; N II (Seine), 34, 78, 102, etc. Voir A. Jourdan, « L’immunité… ».

494 AN, S 1401, S 1402, P 28902 ; Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pélerins, l. 52, n° 1300 et l. 53, n° 1324 ; et les articles cités supra, p. 19 et n. 31.

495 Voir supra, p. 46-50.

496 Voir entre autres B. Geremek, « La lutte contre le vagabondage à Paris au XIVe et XVe siècles », dans Ricerche storiche ed economiche in memoria di Corrado Barbagallo, éd. L. De Rosa, [Naples, 1970], p. 211-236.

497 AN, JJ 127, fol. 42, n° 65. Voir L. Mirot, Les insurrections urbaines…, p. 168-169.

498 Registre criminel du Châtelet…, t. I, p. 433.

499 Ibid., t. II, p. 45.

500 AN, X2A 51, 19 septembre 1487.

501 N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 681.

502 Ils travaillaient « au noir » car ils n’appartenaient pas à la corporation de ce métier. Voir l’ordonnance de Louis XI de juin 1467. N. de Lamare, Traité de la police…, t. II, p. 128.

503 Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 262.

504 Ibid., p. 125, 135 et 142.

505 Michel de Montaigne, Les Essais, éd. J. Basalmo, M. Magnien et C. Magnien-Simonin, Paris, 2007, livre I, chap. XXV, p. 179.

506 Il fut loti en octobre 1543, sur l’ordre de François Ier, sous forme de vingt-deux parcelles vendues pour y construire des maisons ou hôtels. L’actuel hôtel des postes a été construit en 1880 à cet emplacement.

507 Catherine de Médicis transféra les Filles repenties à l’abbaye Saint-Magloire, rue Saint-Denis et fit construire, de 1574 à 1584, par l’architecte Bullant le magnifique « hôtel de la Reine » qu’elle habita quatorze ans. À sa mort, il fut acheté par Charles de Bourbon-Condé, comte de Soissons.

508 A. d’Héricourt, Hôtel d’Artois à Paris, Arras, 1863 ; réimpr. dans La statistique monumentale du département du Pas-de-Calais, t. II, Arras, 1873. J.-M. Richard, Mahaut…, p. 286 et 289. Philippe Plagnieux, « La tour “Jean sans peur”, une épave de la résidence parisienne des ducs de Bourgogne », dans Histoire de l’art, 1/2, 1988, p. 11-20 ; id., « Hôtel du duc de Bourgogne (hôtel d’Artois) », dans Paris 1400. Les arts sous Charles VI. Catalogue de l’exposition du musée du Louvre, Paris, 2004, p. 138 ; id., « La résidence de Jean sans Peur : un palais pour la réforme du royaume », dans La cour du prince. Cour de France, cours d’Europe (XIIe-XVe siècle), à paraître.

509 La chronique d’Enguerran de Monstrelet, éd. L. Douët d’Arcq, 6 t., Paris, 1857-1862, t. I, p. 113 et 392. L’hôtel de Bourgogne fut loti en 1543 sur l’ordre de François Ier. Seule la tour Jean sans Peur subsiste au 20, rue Étienne-Marcel.

510 Arch. dép. Pas-de-Calais, A 495, n° 46 ; AN, J 151A, n° 52.

511 BNF, fr. 8611, fol. 88v (Terrier du roi).

512 Lettre publiée par L. Douët d’Arcq ; voir La chronique d’Enguerran de Monstrelet…, t. VI, p. 124.

513 Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 95. A. Lombard-Jourdan, « Fiefs et justices parisiens… », p. 347.

514 Marie de Clèves (1426-1487) devint en 1440 la troisième femme de Charles Ier, duc d’Orléans (mort en 1465) et fut la mère du roi Louis XII. Le duc de Bourgogne, Philippe le Bon, mourut en 1467 et son fils, Charles le Téméraire, comte de Charolais, lui succéda. En fonction de ces dates, les visites faites à Marie de Clèves à l’hôtel d’Orléans se situent entre 1440 et 1465.

515 « Fragment d’une chronique du règne de Louis XI », éd. A. Coulon, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, publiés par l’École française de Rome, t. 15, 1895, p. 140.

516 On jouait aux dés près du jeu de paume « entre deux halles » (AN, X2A 51, 19 septembre 1487) ou « en lieux cloz et en chambres » (AN, X2A 17, fol. 236v, 1416).

517 « […] joueurs de farses publiques […] portant baniere et enseigne et faisant spectaculum sui corporis », ibid.

518 À la fin du XIIIe siècle, certains habitaient aux Halles. AN, KK 283, fol. 43c, 44b et 103. En 1390, deux femmes habitant rue du Bourg-l’Abbé avaient coutume d’aller voir ensemble « les jeux que les menestrez fesoyent es Hales ». Voir Registre criminel du Châtelet…, t. I, p. 265.

519 « Un nommé Jacob, qui est de Tournay, montre jeux de bateaux es hales de Paris » (25 mars 1390, n. st.). Ibid., t. I, p. 257. Les bateaux étaient les gobelets qui servaient aux bateleurs pour exécuter leurs tours.

520 AN, X2A 17, fol. 236v et suiv. (1416).

521 AN, JJ 127, fol. 42. A. Lombard-Jourdan, Aux origines du carnaval : un dieu gaulois ancêtre des rois de France, Paris, 2005, p. 115. En l’année 1511, on représenta pour le Mardi Gras le Jeu du prince des sotz et de la mère sotte.

522 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. II, p. 618.

523 La chronique métrique attribuée à Geffroy de Paris, éd. A. Diverrès, Strasbourg, 1956, p. 186, vers 5011-5014.

524 Voir une liste des principales fêtes organisées aux Halles. A. Chastel et al., Système de l’architecture urbaine…, p. 327 et suiv.

525 Ajoutons les passages des condamnés au Châtelet qu’on menait pendre au gibet de Montfaucon.

526 Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 276.

527 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, éd. R. Delachenal, 4 t., Paris, 1910-1920 (Société de l’histoire de France), t. I, p. 134-135.

528 Voir la lettre d’Étienne Marcel adressée à l’échevinage d’Ypres. J. Kervyn de Lettenhove, « Deux lettres d’Étienne Marcel… », dans Bulletin de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, t. 20, 3e partie, 1853, p 87-105, à la p. 96.

529 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V…, t. I, p. 136 et suiv.

530 Ibid., p. 207. Voir aussi les textes cités par R. Delachenal dans Chronique des règnes de Jean II et de Charles V…, t. I, p. 453, n. 5 ; et ce texte peu connu :
Jehan Maillart lors, les armes plaines
Print du roy, aux trois fleurs de lys,
Crians : « Monjoye saint Denis ! »
Portant en ses poins la banniere
De France ; et par bonne maniere
Va es Halles ; et a son cri
Chascuns ala, et le suy
Crians joieusement « Monjoye ! »
Adonc le peuple se resjoye
Quant il oient le cri crier
Qu’om n’avoit osé publier
Par longtemps au roy et regent.
Poésies morales et historiques d’Eustache Deschamps…, éd. G.-A Crapelet, Paris, 1832, p. L.

531 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, G. Raynaud et al., 15 t., Paris, 1869-1875 (Société de l’histoire de France), t. V, p. 117.

532 Chronique du Religieux de Saint-Denys…, t. I, p. 44.

533 L. Mirot, Une grande famille parlementaire aux XIVe et XVe siècles, les d’Orgemont, Paris, 1913, p. 136-141 ; et id., Les insurrections urbaines…, p. 115 et suiv.

534 Voir A. Coville, Les Cabochiens et l’ordonnance de 1413, Paris, 1888.

535 Chronique du Religieux de Saint-Denys…, t. V, p. 86.

536 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI roy de France…, éd. D. Godefroy, Paris, 1653, p. 260.

537 « Extrait d’une chronique anonyme pour le règne de Charles VI (1400-1422) [dite des Cordeliers] », dans La chronique d’Enguerran de Monstrelet…, t. VI, p. 191-327, à la p. 219.

538 Voir supra, p. 122.

539 La chronique d’Enguerran de Monstrelet…, t. II, p. 459 et t. VI, p. 152.

540 Chronique du Religieux de Saint-Denys…, t. V, p. 446 ; Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 56.

541 Guillaume Cousinot, « Fragments de la geste des nobles françois ou chronique de G. Cousinot le chancelier », dans Chronique de la Pucelle ou chronique de Cousinot, éd. A. Vallet de Viriville, Paris, 1859, p. 153.

542 Procès de Nicolas d’Orgemont, édité dans L. Mirot, Les insurrections urbaines…, app. X, p. 275.

543 La chronique d’Enguerran de Monstrelet…, t. III, p. 141 ; Jean Le Fèvre de Saint-Rémy, Chronique de Jean Le Fèvre, seigneur de Saint-Rémy, éd. Fr. Morand, Paris, 1876-1881 (Société de l’histoire de France), t. I, p. 287. De nombreuses maisons du quartier des Halles furent confisquées et vendues comme ayant appartenu à des séditieux bannis du royaume. AN, Z1F 7B, fol. 256v, 280, 281v, etc. (1415-1416).

544 Perceval de Cagny, Chroniques (1239-1438), éd. H. Moranvillé, Paris, 1902 (Société de l’histoire de France), p. 106.

545 Guillaume Cousinot, « Fragments de la geste des nobles… », p. 168. Les autres chroniques rendent compte des faits de façon analogue.

546 Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 90 et suiv.

547 Ibid., p. 96-97.

548 « Et cependant fut pris ledit Capeluche, bourreau, qui beuvoit en la Rappee es Halles, et incontinent on luy couppa la teste ». Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI roy de France…, p. 353.

549 AN, X1A 1480, fol. 144 ; La chronique d’Enguerran de Monstrelet…, t. III, p. 291 ; Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 110 ; Journal de Clément de Fauquembergue…, t. I, p. 155 et 156, n. 1.

550 La chronique d’Enguerran de Monstrelet…, t. V, p. 218.

551 Guillaume Gruel, Chronique d’Arthur de Richemont, connétable de France (1393-1458), éd. A. Le Vavasseur, Paris, 1890 (Société de l’histoire de France), p. 117.

552 « Et pour ce que ilz craignoient moult le quartier des Halles, y fut envoié le prevost a toute son armee », Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 316.

553 Guillaume Gruel, Chronique d’Arthur de Richemont …, p. 120 ; Jean Chartier, Chronique de Charles VII, éd. A. Vallet de Viriville, 3 t., Paris, 1858, t. I, p. 225-226.

554 É. Pasquier, René Benoist, le pape des Halles (1521-1608), Angers, 1913.

555 Ce vaillant homme de guerre, après une jeunesse tumultueuse, fut placé par Louis XIV à la tête de la flotte. Il combattit les Turcs en Méditerranée et mourut au siège de Candie (1669).

© Publications de l’École nationale des chartes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540