Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les halles de Paris et leur quartier (1137-1969)

 | 
Anne Lombard-Jourdan

Chapitre IV. Les grandes étapes de l’histoire des Halles

Texto completo

1L’histoire des Halles de Paris est faite de l’alternance entre des périodes plus ou moins longues d’activité intense et d’autres d’abandon et de marasme, correspondant aux guerres, aux désordres et aux crises économiques.

I. — DES ORIGINES JUSQU’À LA « RÉFORMATION »

1. Un premier marché florissant (fin XIIe - début XIVe siècle)

  • 375 A. Lombard-Jourdan, « Les foires de l’abbaye de Saint-Denis. Revue des données et révision des opi (...)

2À l’origine, le « marché du roi » tenait encore du commerce des foires375. Dès 1181, Philippe Auguste avait transféré à l’intérieur du « fossé du Champeau » la foire Saint-Lazare qui se tenait après Toussaint, au nord de Paris. En faisant construire les deux premières halles, en 1183, il créa et offrit aux marchands un lieu permanent d’ancrage, un havre d’accueil, un abri pour eux et un entrepôt pour leurs précieuses marchandises, en particulier les draps. Il attira les étrangers et stimula la production artisanale de la grande ville voisine et de tout le pays, en leur ouvrant un débouché commercial permanent et d’une ampleur sans précédent.

  • 376 Elle se tenait sur la rive gauche, près de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés, qui la céda au roi en (...)
  • 377 G. Espinas, La vie urbaine de Douai…, t. II, p. 876, n. 4 ; id., Les finances…, p. 201, n. 5 ; H. (...)

3Le plus ancien règlement connu mentionnant l’apport obligatoire des marchandises aux Halles à jours fixes date de 1299. Pendant trois jours par semaine (mercredi, vendredi, samedi), puis deux (vendredi, samedi) après 1372, les Halles fonctionnaient à plein. La foire Saint-Ladre, pendant dix-sept jours après Toussaint, puis celle de Saint-Germain, pendant dix-huit jours après Pâques376, insufflaient aux échanges deux fois par an, à six mois d’intervalle, une vigueur supplémentaire. Pendant le XIIIe siècle et jusqu’au milieu du XIVe siècle, les Halles furent un marché florissant où étaient mis en vente tous les produits de l’artisanat d’alors et certaines denrées alimentaires. Elles prirent en quelque sorte la succession des foires de Champagne qui s’étiolaient. La draperie flamande connut son apogée à la fin du XIIe siècle et la draperie brabançonne connut la sienne un siècle plus tard, à l’extrême fin du XIIIe siècle. Les villes d’Ypres, de Gand et de Bruges, dont les draps connurent une diffusion énorme en Europe et en particulier aux foires de Champagne, n’apparaissent pas aux Halles de Paris, non plus que celles de la Flandre française : Arras, Lille, Saint-Omer. Au contraire, c’est aux Halles de Paris que les villes drapières brabançonnes – Louvain, Bruxelles, Malines, en plein essor – s’assureront la possession d’un bâtiment permanent pour y entreposer et y vendre leurs draps. Quant à la ville de Douai, centre le plus important de la Flandre française, dont la prospérité se maintint, on la verra, en 1325, céder, signe des temps, une partie de sa halle parisienne aux Bruxellois377. En ce qui concerne les draps, dont le commerce revêtait alors une importance toute particulière, les Halles de Paris répercutèrent les aléas de la prospérité des Pays-Bas méridionaux.

  • 378 Ibid., p. 269-270.

4Elles bénéficièrent aussi de l’exemple qu’offraient les foires de Champagne : expérience dans le maniement des moyens de traiter les affaires, mais aussi dans les détails de leur organisation matérielle. Aux foires, les communautés marchandes des villes drapières n’étaient pas propriétaires des bâtiments qu’elles occupaient. Elles les louaient aux établissements religieux qui les avaient fait construire, ou au roi, après la réunion de la Champagne à la couronne378, et elles les aménageaient en entrepôts et lieux de vente selon leurs besoins. Les municipalités, maires et échevins, se portaient responsables et garantes du paiement régulier du prix de ces locations. À Paris, lorsque Philippe Auguste et ses successeurs décidèrent la construction d’un bâtiment, c’était pour le louer, le premier locataire restant responsable du paiement du montant du bail annuel, au cas autorisé où il sous-louerait tout ou partie du local occupé, comme de l’entretien de l’édifice ; la construction d’une halle était pour le roi un placement de tout repos.

5Les foires de Champagne avaient été surtout une place de transit, un marché de redistribution à grande échelle. Les Halles de Paris ne jouèrent jamais autant ce rôle. Elles furent surtout, au Moyen Âge et par la suite, un gros marché de consommation qui devait répondre aux besoins d’une agglomération énorme pour l’époque, ainsi que d’une cour fastueuse.

2. Décadence des Halles et réforme d’Hugues Aubriot (1368-1369)

  • 379 Ordonnances…, t. V, p. 147-148. On lit ailleurs : « C’est mult noble chose que des halles » (1401) (...)
  • 380 Sur H. Aubriot, voir R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe VI (...)
  • 381 Ordonnances…, t. V, p. 147-149.
  • 382 Ibid., p. 261 (8 mars 1370, n. st.).
  • 383 Ordonnances…, t. II, p. 397 et t. IX, p. 329.
  • 384 AN, Z1F 4, fol. 13 (6 mai 1408).
  • 385 Ibid., fol. 5v (1408) et fol. 141 (1409) ; AN, Z1F 8, fol. 149 (1431) ; etc.

6La peste et les débuts de la guerre de Cent Ans, les troubles civils et l’insécurité des routes entraînèrent la décadence du commerce. En 1368, Charles V constate que, lorsque les Halles sont désertées, c’est « au tres grant vitupere et esclande de nous et de notre bonne ville de Paris » et il rappelle l’époque où elles étaient sans conteste « l’une des plus belles choses de Paris a veoir »379. Au Moyen Âge, la crainte de la disette faisait que l’abondance des Halles rassurait. Les sages mesures prises par Charles V tentèrent de remédier aux dégâts provoqués dans l’administration pendant qu’on se souciait en priorité de la défense du royaume. Le 13 octobre 1368, puis le 26 mars 1369 (n. st.), il conféra pleins pouvoirs au prévôt de Paris, Hugues Aubriot380, pour réformer les abus aux Halles. Celui-ci constata que les bâtiments n’avaient pas été entretenus et que les marchands avaient cessé de s’y rendre. Les halles étaient en ruine et pour la plupart « inhabitables et dechues »381. Le prévôt fit si bien que l’année suivante les halles étaient à peu près remises en état. Mais les marchands opposèrent une résistance passive aux ordres royaux et continuèrent à ne pas y aller. On voulut les y contraindre382, mais sans succès, jusqu’à ce qu’on allège leurs charges en ramenant de trois à deux les jours de présence obligatoire au marché. Le 14 août 1372, le prévôt de Paris leur enjoignit d’aller vendre aux Halles tous les vendredis et samedis, sous peine d’amendes de plus en plus lourdes en cas de récidive dans l’abstention. Cette injonction fut renouvelée le 2 mars 1398, le 28 novembre 1400 et le 8 mai 1408383. Mais rien n’y faisait. Les marchands, pour échapper au paiement des coutumes, continuaient à vendre dans le secret de leurs demeures. Les perquisitions des agents des fermiers, pour les surprendre en flagrant délit, les punitions, la perte des denrées, restaient sans résultat. En 1408, les drapiers habitant sur la rive gauche de la Seine s’excusèrent de ne pouvoir porter leurs tissus aux jours de marché : ils étaient dans l’impossibilité de franchir le Petit-Pont « trop etroit et trop coutumierement chargé de gens ». On leur permit de s’abstenir jusqu’à ce que les mesures nécessaires aient été prises, mais on leur défendit de vendre à leur domicile ces jours-là384. Les marchands reculaient devant l’obligation de traverser une partie de la ville pour porter leurs denrées au marché ; ils s’encourageaient mutuellement à frauder et faisaient corps dans l’abstention. Les officiers royaux ne cessaient de récriminer et la Chambre du Trésor d’infliger de lourdes amendes385. Mais en vain.

  • 386 AN, Y 5223, fol. 2 et 39 ; Y 5224, fol. 29, 79, 119v, 141v ; Z1F 4, fol. 192.
  • 387 AN, Y 61, fol. 13-14 (1408); Z1F 6, fol. 40v.
  • 388 AN, Z1A 5, fol. 97v (1411) ; Ordonnances…, t. IX, p. 335.
  • 389 Ibid., t. II, p. 654.

7Parallèlement, des mesures durent être prises contre les forains qui, pour échapper au contrôle des maîtres du métier et éviter le paiement des taxes, se livraient chaque jour davantage à la vente clandestine en chambre. Ils cédaient en fraude à des prix avantageux une partie au moins des marchandises apportées à des Parisiens qui ne craignaient pas de pratiquer ce commerce illicite386. Ces derniers se rendaient même au-devant d’eux sur les routes, presque jusque dans leurs pays de Bretagne, de Berry, d’Anjou, du Maine, de Poitou, de Normandie et d’ailleurs, et leur achetaient une partie des vivres qu’ils apportaient : « bestes, aumailles, moutons, pourceaux, volaille, oeufs, fromage, etc. », qu’ils revendaient à Paris un tiers plus cher qu’elles ne valaient387. Les guerres ayant fait retourner chez eux les marchands étrangers qui s’étaient installés dans la capitale, les marchands parisiens, et notamment les merciers, entreprirent pour se ravitailler d’importer les produits en gros depuis leurs pays d’origine ; ce qui compliquait l’inventaire et le contrôle par les fermiers de l’imposition388. Défense expresse était pourtant faite à tous de s’arrêter ou de décharger à partir du moment où ils étaient parvenus à une distance de quatre lieues de Paris389.

3. Précarité et mesures provisoires (XVe siècle)

  • 390 Un exemple : la maison du Chaudron, sous les Grands Piliers. Lorsqu’il pleuvait « il y cheoit tant (...)
  • 391 Ordonnances…, t. XIII, p. 47, 74, 261 (1426, n. st.). Voir surtout le Journal d’un bourgeois de Pa (...)

8Les luttes étrangères et intestines du XVe siècle commençant provoquèrent une nouvelle période de décadence. Les bandes d’écorcheurs parcouraient la campagne et s’avançaient jusque dans la banlieue de Paris, interceptant les convois marchands. Les maisons étaient « vides, vagues, ruyneuses et inhabitables, sans demeurance d’aucune personne »390. Celles encore en assez bon état ne pouvaient être louées car la population de la ville était réduite à moins du quart de ce qu’elle avait été391.

  • 392 Eustache Deschamps, Œuvres complètes…, t. V, p. 122 (ballade MCCCCIII) et t. VII, p. 345 (ballade (...)

9Les rois, dans les préambules de leurs actes, les chroniqueurs, les poètes392 déploraient les maux qui ravagaient Paris : le manque de travail, la misère, la faim, les épidémies. En 1408, Charles VI se plaint de la décadence des Halles :

  • 393 Lettres patentes du 8 mai 1408. Ordonnances…, t. IX, p. 329.

Ou temps passé, quant les dites halles ont esté habitees et fréquentees par les marchans et que les gens desdits mestiers y aloient et y envoyaient leurs denrées et marchandises comme tenus y estoient et sont, ce feust sans comparaison l’une des plus belles choses de Paris a veoir et qui n’est pas a present dont moult nous deplaist et non sans cause393.

10Et en 1435, une Complainte sur les misères de Paris évoque avec nostalgie la prospérité passée de ces mêmes Halles :

  • 394 « Complainte sur les misères de Paris composée en 1435 », éd. L. Auvray, dans Mémoires de la Socié (...)

De tous païs estrangiers
Les bons deniers
Par chacun jour on t’apportoit.
Marchans, gens de tous mestiers,
Et taverniers,
Laboureurs, chacun riche estoit ;
Marchandise son cours avoit394.

  • 395 AN, X1A 1481, fol. 45v.
  • 396 Taliter igitur Pontisarae oppidum expugnatum receptumque fuit ; unde regia Parisiorum urbs utcumqu (...)
  • 397 G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, 7 t., Paris, 1881-1991, t. III, ch. XVII : « L (...)

11Les dirigeants s’inquiétaient. Une requête du procureur du roi, présentée au Parlement le 14 août 1431, visait à pourvoir à la ruine des Halles395. Mais ce ne fut qu’après le rétablissement de l’autorité royale dans la ville et la prise de Pontoise aux Anglais, le 19 septembre 1441396, que des mesures sérieuses purent être envisagées397.

  • 398 Ordonnances…, t. XIII, p. 322.
  • 399 Ordonnances…, t. XIV, p. 318.
  • 400 Voir Ordonnances…, t. XIV, p. 348 (28 janvier 1455 n. st.) ; t. XVI, p. 339 (3 août 1465) ; p. 599 (...)
  • 401 Ordonnances…, t. XX, p. 585-586.

12Dans le préambule de sa première ordonnance concernant les Halles, en septembre 1440, Charles VII déclarait qu’elles étaient « en adventure de venir a totale perdicion »398. En 1454, il déplore la désertion des Halles au préjudice de la chose publique et des revenus de son trésor et il se préoccupe d’assurer le ravitaillement de la populeuse ville de Paris et la prospérité économique du royaume399. Louis XI s’efforcera de rendre aussi aux foires parisiennes leur importance passée400. L’obligation d’aller vendre aux Halles, qui figure dans tous les statuts de métiers, paraît pour la dernière fois dans un édit de Charles VIII du 3 mai 1497401. Le roi rappelle que, à cause de la défection des marchands, halles et étaux sont tombés à l’abandon, au point que les gens demeurant à l’entour « y viennent faire leurs voieries et immondices » ; au grand dam « des gens estrangers des villages et lieux circonvoisins qui se venaient esdits jours fournir de leurs nécessités et acheter ce qui leur estoit besoin ». Or vivres et marchandises sont mieux visitées et à meilleur prix aux Halles que partout ailleurs. L’édit renouvelle donc, une fois encore, l’obligation faite aux marchands d’y venir vendre et à ceux qui sont tenus à l’entretien des halles et étaux de les remettre en bon état, sous peine de perdre tout droit sur eux. Cette ultime tentative royale pour rendre aux Halles leur aspect et leur dynamisme anciens restera sans effet.

  • 402 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 53, n° 1308.
  • 403 L. Auvray, « La halle aux Draps… », p. 79-80 ; H. Stein, « La halle aux Draps de Malines à Paris » (...)
  • 404 L. Biollay, « Les anciennes halles… », p. 310.
  • 405 Arch. mun. Douai, AA 85, fol. 131v ; Bibl. de l’Institut, fonds Godefroy 130, fol. 62 (copie).
  • 406 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. I, p. 650 ; t. II, p. 237 ; t. III, p. 518 et 527 ; G. Espi (...)
  • 407 AN, JJ 2531, fol. 24v, n° 72. La halle Trompée, dont on ignore l’usage, n’est mentionnée, à notre (...)

13S’apercevant alors de l’inutilité de leurs efforts, les rois, à la fin du XVe siècle, cherchent à tirer parti des grandes halles désormais vides et inoccupées et qui auraient coûté trop cher à réparer. Dès 1476, le prévôt de Paris loue à un particulier une place vide mesurant six mètres sur trois dans la halle de Louvain et l’autorise à l’annexer à sa maison voisine. Il spécifie bien que l’occupant devra quitter les lieux au cas où les habitants de Louvain voudraient revenir vendre leurs draps à Paris402. En 1480, c’est Louis XI qui vend, à un marchand parisien nommé Gervais Larcher, le bâtiment autrefois occupé au rez-de-chaussée par la halle aux Cuirs à poil et à l’étage par les drapiers de Malines. Là encore le roi se réserve le droit d’y rétablir éventuellement le commerce des draps403 : clause de pure forme, mais susceptible d’inquièter les acheteurs potentiels et de nuire au succès de ces aliénations. La halle de Beauvais à laquelle avaient renoncé définitivement les habitants de cette ville en 1474, fut mise en vente en 1484 ; mais aucun acquéreur ne se présenta404. La halle de Douai était portée sur vingt-quatre maisons basses et mal bâties. Le 19 juillet 1494, la ville abandonna volontairement ses droits sur cette halle405 et le roi vendit aux propriétaires des maisons qu’elle couvrait la possibilité de rehausser celles-ci et de rendre ainsi « plus belle et plus uniforme » la rue de la Fromagerie406. En janvier 1539, Guillaume de Montpellier, « fourrier des logis du roi », obtint l’emplacement situé entre la halle au Blé et la rue de la Tonnellerie « la ou soulloit etre anciennement la halle Trompee et celle de Bruxelles, dite de Louvain »407.

14Ainsi la période qui suivit le retour de Charles VII à Paris avait vu succéder à un espoir illusoire de rétablir aux Halles une prospérité passée, une volonté de gérer par des aliénations partielles la liquidation laborieuse des conséquences d’une désaffection inéluctable. Celle-ci ne doit pas être imputée uniquement aux guerres étrangères et aux troubles civils en partie responsables de la récession du grand marché. Mais la ville subit, au XIVe siècle, le contre-coup de la dépression économique qui sévit en Europe. Les marchands étrangers désertent les Halles tandis que les artisans parisiens se dérobent chaque jour davantage à l’obligation hebdomadaire d’y aller vendre. On assiste à un étiolement progressif du marché, à un abandon irrémédiable. Avec les draps et la mercerie disparaissent des Halles les deux plus importants objets d’échange. Les autres y végètent. Et puis, d’autres techniques, d’autres méthodes et habitudes commerciales se sont instaurées : les foires sont tombées en désuétude, les étrangers viennent moins en France, on va maintenant chercher les marchandises jusqu’à leurs lieux de production ou de fabrication ; et puis, vendeurs et acheteurs préfèrent la vente en boutique toute la semaine. On ne peut contraindre les artisans à l’observation rigoureuse de règlements d’un autre âge.

15Au début du XVIe siècle, le « marché du roi » n’était plus qu’un ensemble de constructions délabrées, où se côtoyaient les halles encore fréquentées et celles inoccupées ou en ruine, des échoppes et des habitations en mauvais état, dans un lacis inextricable de voies trop étroites.

II. — LA « RÉFORMATION DES HALLES » (1543-1572)

  • 408 Chastel et al., Système de l’architecture…, t. I, p. 20, n. 14 et 15 ; et Bibl. hist. de la Ville (...)
  • 409 Le fripier Jean de Beausse possédait là un étal en 1433. AN, Z1F 8, fol. 176v et 178v.

16Depuis 1536, le pouvoir royal cherchait à contenir l’extension des faubourgs de Paris dont il lui fallait assurer la défense militaire, l’approvisionnement et la sécurité publique. Pour trouver des terrains constructibles à l’intérieur des fortifications, il décida d’utiliser les « places vagues » et l’emplacement des bâtiments délabrés. D’autre part, François Ier avait décidé de revenir à Paris occuper le palais du Louvre et s’inquiétait de l’état du quartier voisin des Halles longtemps laissé à l’abandon. L’ordonnance du 20 septembre 1543 inaugura ce qu’on appela la « Réformation des Halles », vaste programme de récupération et d’emploi des terrains improductifs de la Couronne dans Paris, aux Halles comme ailleurs dans la ville408. Au cours du lotissement d’endroits abandonnés par le commerce, la voirie put être améliorée. On abattit partiellement le « gros mur » de Philippe Auguste, pour qu’il livre passage à une série de rues parallèles : rues de la Cordonnerie, de la Friperie, de la Poterie ; on traça ou on élargit la rue de l’Engrognerie dite encore Grosnière ou Jean-Beausse409, en 1556, la rue au Lard et, en 1552, le passage qui menait à la boucherie de Beauvais depuis la Ferronnerie.

  • 410 Compte de 1471. H. Sauval, Histoire et recherches…, t. III, p. 400.
  • 411 AN, Y 7, fol. 246v.
  • 412 Un autre jeu de paume existait au lieu-dit A l’ostel des Flandres et la rue Maudétour en possédait (...)

17En 1471, les Basses-Merceries restant désertes, le roi avait accepté qu’on y installât un jeu de paume et qu’on y fît maçonner une cheminée et âtre « en une loge en laquelle les joueulx de paulme se retrouvent pour eux dechausser et chauffer »410. En octobre 1482, ce sont deux jeux de paume que Louis XI donna aux chapelains et chantres de la Sainte-Chapelle en reconnaissance de sa guérison, attribuée à saint Jean-Baptiste dont le chef y était conservé. Les revenus de ces jeux devraient être employés à la réparation et à l’entretien de la halle et le reste à leur convenance411. Les confrères de la Passion y représentèrent les mystères sacrés et ce fut là-aussi sans doute que fut mis en scène Le jeu du prince des sotz et mère sotte de Pierre Gringore pour le Mardi gras, le 25 février 1512. Mais, avec le temps, ces jeux de paume s’étaient transformés en véritables tripots où l’on pariait de l’argent sur les joueurs et où on jouait aussi aux cartes et aux dés. La « Réformation » décida leur destruction le 22 juin 1550, au grand mécontentement des marchands des Halles qui disposaient là, à proximité, d’un espace de loisirs412 ; le 10 juin 1551, un décret interdit d’en construire d’autres à Paris ou dans ses faubourgs. L’espace libéré entre les deux vieilles halles de Philippe Auguste permit de tracer une rue d’est en ouest, de la Lingerie à la Tonnellerie. D’abord appelée rue « Neuve-des-Deux-Jeux-de-Paume », elle devint « rue de la Poterie ».

  • 413 Celle-ci fut reconstruite en 1573. Voir Les métiers et corporations…, t. III, p. 350.
  • 414 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. I, p. 648 ; M. Félibien et G. Lobineau, Histoire de la vill (...)
  • 415 AN, S 14. H. Sauval, Histoire et recherches… Les deux traverses figurent sur les plans de Braun (1 (...)

18La halle aux Tisserands fut démolie en 1550, en même temps que la halle au Cordouan413 ; mais la Réformation épargna la partie occidentale du bâtiment, où la boucherie de Beauvais se maintint jusqu’à la Révolution. La halle de la Lingerie fut abattue sous Henri II et son emplacement fut loti et cédé moyennant l’obligation d’y bâtir, sur un même modèle, des maisons de quatre étages, dont les arcades du rez-de-chaussée seraient louées à des lingères414. En outre, un arrêt du 7 février 1554, rendu par les commissaires chargés de la Réformation des Halles, ordonna de procéder à l’adjudication et à la destruction des deux travées servant de passages à l’étage au-dessus de la rue de la Lingerie415. Toutes les halles aux Merciers disparurent.

  • 416 G. Corrozet et N. B[onfons], Les Antiquitez…, fol. 194v.

19Par l’édit de 1543, le roi renonçait à la faculté de racheter le terrain et d’en expulser l’occupant, qui avait effrayé jusque là les acquéreurs éventuels ; ceux-ci n’avaient à acquitter qu’une somme en principe et un cens annuel ; mais ils s’obligeaient à construire, dans un délai fixé et à l’alignement des rues nouvelles, des maisons et manoirs « suivant les plans et devis qu’on leur fournissait ». Des commissaires étaient spécialement chargés de faire respecter cet engagement. En 1551, écrit Gilles Corrozet, « les Halles de Paris furent entièrement baillées a rebastir de neuf et furent dressez, bastis et continuez excellens edifices, hôtels et maisons sumptueuses pour les bourgeois preneurs des vieilles places »416.

  • 417 N. de Lamare, Traité de la police…, t. II, p. 727. L’École Saint-Germain-l’Auxerrois était aussi d (...)

20Au début du XVIe siècle, la construction des quais de la Seine, entreprise pour améliorer les abords du Louvre quand le roi décida d’y résider, entraîna l’aménagement du port de l’École. C’était alors un des principaux ports de commerce de Paris, en raison de la proximité des Halles417. On s’occupa d’y faciliter le déchargement des marchandises. Les rues en provenance du marché et orientées nord-sud débouchaient au niveau du fleuve en passant sous des arches qui, en soutenant le quai, empêchaient que la circulation d’est en ouest sur la rive ne fût interrompue.

  • 418 Il faut cependant mentionner l’opération engagée à l’instigation des commissaires pour la Réformat (...)

21Il est vrai que la « Réformation des Halles » n’eut pas pour objet la réorganisation ni même l’amélioration ponctuelle du marché418. Ce fut avant tout une opération financière et immobilière destinée à enrichir le Trésor royal, mais qui prétendait avoir pour souci l’embellissement de la ville. Cependant l’assainissement des bâtiments délabrés, l’amélioration de la voirie et une plus grande facilité de circulation semblent avoir joué, en même temps que la conjoncture économique favorable, un rôle positif dans la nette reprise de l’activité marchande à laquelle on assista aussitôt après.

  • 419 S. Sieber, « Description de Paris par Thomas Platter le jeune de Bâle (1599) », dans Mémoires de l (...)

22Thomas Platter a dressé un tableau des Halles en 1599, donc après la « Réformation ». Il résume ce qu’elles offraient alors de caractéristique au regard d’un étranger et son texte est significatif des transformations subies par le marché et son environnement. « Presque au centre de la ville, écrit-il, et à côté du cimetière des Saints-Innocents, il y a une place entourée d’arcades. On la nomme “les Halles” ». Et il poursuit : « À côté de cette place se trouvent quelques rues, dont l’une est appelée la Friperie ». De toute évidence, l’auteur a été impressionné par l’importance prise par ce commerce au cœur du marché. L’endroit retentit d’un continuel vacarme. Dans des magasins obscurs, on vend ou échange des habits de toutes sortes, vieux comme neufs. On y négocie également les objets volés et on prête l’argent sur gages, moyennant de gros intérêts. À côté des fripiers, sont de nombreux marchands de drap et de toile. « En sorte, conclut-il, que l’on peut, dans ce quartier, se pourvoir d’habits et de tout ce dont on a besoin pour se vêtir »419.

23Mais ce qui frappe d’abord dans cette description, c’est la disparition du bloc homogène et massif de bâtiments marchands qui constituait jadis les Halles. Le « gros mur » de Philippe Auguste n’a pas été supprimé mais percé en plusieurs endroits pour laisser passage à des rues qui le morcellent et facilitent ainsi l’intégration du marché dans le quartier. Ces nouvelles voies sont bordées, comme ailleurs dans la ville, de maisons alignées et habitées. L’espace ancien du marché, autrefois lieu distinct, s’est fondu dans le tissu urbain environnant. Le nom même de « Halles » est réservé par Platter à la place voisine. Cependant une partie des commerces artisanaux, en particulier celui des tissus, est toujours en place et l’auteur ne mentionne pas la vente, encore considérée comme accessoire, des produits d’alimentation. Des anciennes Halles il restait quatre des longs bâtiments couverts : les halles aux Draps, à la Marée, à la Saline et la boucherie de Beauvais, comme en témoigne le plan de Gomboust en 1652.

24En fait, la « Réformation » du XVIe siècle laissa subsister le marché médiéval diminué, auquel elle apporta cependant une topographie assainie, une circulation améliorée et quelques aménagements mineurs qui lui permirent de durer.

III. — AU TEMPS DES ROIS BOURBONS

1. Avant 1750, une timide expansion

  • 420 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. I, p. 652.
  • 421 AN, H * 1805, fol. 500v.

25Sauval, persuadé que la « Réformation » faisait encore sentir ses effets au milieu du XVIIe siècle, saluait les Halles comme « un continuel marché, une foire continuelle, mais aussi le grenier, le jardin, le vivier et le garde-meuble du royaume »420. Pourtant on s’inquiétait à nouveau de la « détresse du lieu », asphyxié par les constructions adventices qui poussaient partout. On envisagea la décentralisation d’une partie au moins du marché par la création d’annexes. Au XVIIe siècle, plusieurs sages propositions furent écartées. Nous évoquerons brièvement trois d’entre elles : d’abord le projet de l’intendant Le Barbier (1628-1636) pour la création d’une annexe des halles au Pré aux clercs, sur la rive gauche, où auraient été vendus les grains, la viande et le poisson ; ensuite, en 1639, la proposition de Leclerc de restructurer le commerce des draps aux Halles, auquel on objecta qu’il était impossible de construire des halles aussi belles et aussi grandes que celles qu’il voulait abattre421 ; enfin, de 1660 à 1717, on envisagea de transférer une partie du commerce sur le vaste terrain disponible de la Villeneuve, au nord de la porte Saint-Denis ; le projet comprenait deux longues halles parallèles entourées d’un mur quadrangulaire et rappelait par son principe le plan des halles de Philippe Auguste. Ce dernier projet bien conçu fut écarté comme les autres. On préféra avoir recours à des solutions de fortune, dont l’exécution fut confiée à des particuliers, qui ne voyaient que leur intérêt financier.

  • 422 Ordonnance du 20 septembre 1614. N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 320 et 327.
  • 423 Lettres patentes de mai 1661. M. Félibien et G. Lobineau, Histoire de la ville…, t. II, p. 1477.
  • 424 Voir le plan et la façade reproduits dans A. Chastel et al., Système de l’architecture urbaine …, (...)
  • 425 L. V. Thiéry, Guide des amateurs…, t. I, p. 478.
  • 426 Ibid., p. 329 et suiv.

26Le poisson pêché dans la Seine ou dans les rivières et étangs d’Île-de-France fut longtemps vendu à la « pierre à Poisson » près du Châtelet. En 1614, les statuts des poissonniers d’eau douce ordonnèrent aux forains de ce métier d’aller vendre rue de la Cossonnerie « sur les tables accoutumées »422, ce qui laisse entendre une certaine ancienneté de cette pratique. En 1661, la vente en gros fut installée dans la cour intérieure d’une maison bourgeoise, au numéro 25 de cette rue, dont on ne changea pas même la façade. Ce fut Jacques Thuiol, sieur de Sainte-Foy, valet de chambre du duc d’Anjou, qui reçut l’autorisation d’accueillir chez lui les poissonniers d’eau douce qui vendaient dans la rue voisine423. On appela ce nouveau marché la « cour aux Carpes »424. Le poisson était distribué de très bonne heure le matin entre les poissonnières qui allaient le revendre dans les différents marchés de Paris425. Pendant les chaleurs, l’odeur infecte du poisson suffoquait les voisins, dont les protestations restèrent sans effet. La cour aux Carpes ne fut désertée que vers l’année 1810. Les détaillants continuèrent d’ailleurs à encombrer la rue de la Cossonnerie, causant « la confusion, l’embarras et le désordre »426.

  • 427 Ordonnance du 30 janvier 1350, art. XII. Elle s’y tenait encore en 1590. N. de Lamare, Traité de l (...)
  • 428 Ibid., t. II, p. 1428. Voir A. Chastel et al., « L’aménagement du marché central de Paris… », p. 7 (...)
  • 429 En 1809, il occupa le bâtiment élevé par Lenoir sur l’emplacement du couvent des Augustins.

27La vente de la volaille, autorisée le samedi aux Halles dès le XIIIe siècle, se tenait à cette époque, et en tous cas à partir de 1350, dans cette même rue de la Cossonnerie427. Une partie était vendue quai de la Mégisserie en un lieu dit « Vallée de misère » à cause du nombre considérable d’animaux qui y étaient tués. Le quai de la Mégisserie était étroit et encombré. En août 1665, on décida de construire une halle spéciale pour la vente en gros, entre les rues Montorgueil, Tiquetonne, Française et Mauconseil. La vente commença en 1672 dans un local déjà insuffisant428. C’était alors un marché très important parce qu’on y vendait des viandes toutes moins chères que celles de boucherie et de ce fait très consommées. Le nouveau lieu de vente était malheureusement d’accès difficile et, d’autre part, les habitants du quartier se plaignirent « de la puanteur insupportable des exhalaisons qui en venaient ». Dès 1679, après sept ans seulement d’existence, le marché fut transféré quai des Augustins, sur la rive gauche de la Seine429, où il se maintint jusqu’à ce qu’en septembre 1866 il aille occuper un des pavillons de Baltard.

28On reste surpris de ce que la vente en gros du poisson et de la volaille ait pu être autorisée dans des cours obscures et sans aération, encaissées entre des habitations de plusieurs étages. Or ces deux minables installations furent les seules qui aient été entreprises pour faciliter l’approvisionnement de Paris durant tout le règne du Roi Soleil.

  • 430 N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 369.
  • 431 J.-A. Piganiol de la Force, Description de la ville de Paris et de ses environs, 8 t., Paris, 1742 (...)
  • 432 Le géographe parisien, ou le conducteur chronologique et historique des rues de Paris, 2 t., Paris (...)
  • 433 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. I, p. 651.

29Les contemporains appréciaient l’activité et l’abondance du marché mais déploraient son encombrement et sa malpropreté. Le Cler du Brillet, continuateur du Traité de la police de de Lamare, exagérait-il lorsqu’il avançait, en 1738, qu’on pouvait trouver aux Halles « toutes les choses nécessaires à la vie »430 ? Piganiol de la Force ne dit pas autre chose lorsqu’il écrit en 1742 : « Les Halles de Paris sont sans doute le plus riche marché qu’il y ait au monde, car on y trouve tout ce que l’air, la terre et l’eau produisent de plus nécessaire ou de plus agréable ; mais c’est aussi le plus vilain et le plus malpropre des quartiers de Paris »431. Et le Géographe parisien surenchérit en 1769 : « Le quartier est peut-être le plus riche de Paris et celui qui le paraît le moins. Le commerce immense qui s’y fait attire tant de marchands que s’y trouvant les uns sur les autres, ils ne peuvent y étaler leurs richesses »432. En 1750, les Halles de Paris manquaient toujours d’espace et de propreté. Elles stagnaient depuis la Réformation et demeuraient dans l’état où les avaient mises François Ier et Henri II433. L’idée était que les Halles devaient rester groupées pour la commodité des usagers, comme le préconisait Sébastien Mercier. Mais il ne pouvait être question de s’agrandir sur place : le tissu urbain était très dense dans ce quartier et les expropriations trop onéreuses. On demeurait, d’autre part, hostile à l’implantation d’annexes du marché au-delà de la rue Saint-Denis.

30Déjà en 1748, l’architecte Boffrand prévoyait un marché d’alimentation, sauf la viande de boucherie et la volaille. Au milieu du XVIIIe siècle, les Halles sont déjà considérées comme un organe nourricier chargé d’assurer la subsistance des Parisiens. Pourtant certains produits industriels (draps, toiles, cuirs) y sont toujours vendus. L’idée prévaut que ce marché doit être central et unitaire ; l’ensemble des provisions doit y affluer et les détaillants pouvoir aisément s’y ravitailler. À la même époque, d’autres, avec Jaillot, militent pour une multiplication des marchés de quartier. Les positions restaient donc contradictoires.

2. Après 1750 : espoirs et projets

31Les années 1750 marquent un tournant dans l’histoire des Halles ; désormais on ne conteste plus leur implantation au cœur de Paris et cela pour deux raisons : l’espoir d’espaces bientôt libérés sur place, et le projet de Halles réservées à l’alimentation.

  • 434 F. Boudon, « Urbanisme et spéculation… ».

32L’expectative de prochaines possibilités d’extension fit surseoir à toute décision. La démolition de l’hôtel de Soissons, dont le paiement était réclamé aux créanciers du dernier propriétaire, le prince de Savoie-Carignan, fut obtenue à sa mort, en 1740, et entreprise en 1748434. Elle libéra, à l’ouest des Halles, un vaste espace de près de deux hectares. D’autre part, la fermeture du cimetière des Innocents, depuis longtemps prévue, devint effective en 1780. Elle rendit disponible un terrain de quatre-vingt-huit ares. Mais on ne sut pas bien tirer parti des opportunités ainsi providentiellement offertes.

  • 435 La halle au Blé fut détériorée en 1854 par un nouvel incendie. En 1887 commencèrent, sous la condu (...)
  • 436 En 1811, le projet impérial envisagé au même emplacement fit démolir l’îlot compris entre les rues (...)

33L’emplacement de l’hôtel de Soissons, dernier jardin et poumon de ce quartier insalubre, fut occupé par une halle au Blé construite par Le Camus de Mézières de 1762 à 1767. M. de Viarmes, prévôt des marchands, préféra son plan rond à d’autres plus classiques et simples. Zola la verra comme « une énorme et lourde cage de pierre ». Bientôt jugée trop petite, elle fut le seul bâtiment parisien à usage commercial qui ait fait preuve, pendant plus de cinq siècles, d’une volonté artistique. L’architecte se préoccupa d’édifier une halle qui réponde aux nécessités d’un commerce spécifique tout en manifestant un souci d’esthétique. Celle-ci comprenait une cour intérieure circulaire entourée de portiques qui supportaient un étage annulaire et voûté qui servait d’entrepôt. On y accédait par deux escaliers chacun à sens unique. Une coupole de quarante mètres de diamètre éclairée par vingt-cinq fenêtres et une baie au sommet vint couvrir après coup, en 1782, la cour centrale où se faisait à ciel ouvert la vente en gros du grain ; Legrand et Molinos la construisirent en planches de sapin, selon une technique originale qui fut très admirée. Elle disparut dans un incendie, le 16 octobre 1802, et fut remplacée par une autre qu’édifia Bélanger, en 1811. Cette belle halle entourée d’une large voie circulaire qui l’isolait des maisons du quartier, fut considérée comme un modèle par les contemporains. Elle appliquait l’important principe de l’isolement préconisé pour les bâtiments publics435. Mais elle se révéla aussitôt trop petite et on n’essaya pas de la relier aux vieilles Halles, dont elle était séparée par des îlots de maisons et trois rues436

  • 437 AN, Z10 222. Transfert effectif le 14 février 1789. Les ossements recueillis furent portés au lieu (...)

34Quant à l’emplacement libéré par la suppression du cimetière des Innocents, un arrêt du Conseil du 9 novembre 1785 ordonna d’y transférer le marché « aux Petits Tas » d’herbes, de fruits et de légumes qui encombrait tous les matins les rues Saint-Denis, au Feurre, Ferronnerie et autres437. La vente au détail y succéda sur place à la vente en gros. Jamais intégré, lui non plus, à l’ensemble des Halles à cause de l’étroitesse des rues à son angle nord-ouest, il en demeura une annexe, comme au Moyen Âge, et cela jusqu’en 1858.

35D’autre part, le projet d’un commerce exclusivement alimentaire fit abandonner l’intention d’expédier les Halles ailleurs. Dès 1750, se dessine l’idée d’un marché réservé à la vente en gros des seules denrées d’approvisionnement, où tous les revendeurs de Paris et des faubourgs pourraient se ravitailler facilement. Il devait être central et unique, aussi sa situation d’alors fut-elle jugée « la plus heureuse ».

  • 438 P. Patte, Monuments érigés en France à la gloire de Louis XV, Paris, 1765.

36En 1748, Boffrand imagina un plan magistral. Il envisagea d’implanter les nouvelles halles sur un vaste terrain couvrant d’ouest en est l’espace libéré de l’hôtel de Soissons, le nord des vieilles Halles, la place du Pilori et jusqu’à la rue Saint-Denis. Il monumentalisait cet espace autour d’une place royale en une espèce de forum à l’antique de conception urbanistique tout à fait neuve. Il optait pour la vente traditionnelle en plein air et sur le pavé ou « carreau », mais à l’intérieur de cours entourées de portiques d’un bel effet, situées entre une halle au Blé et une halle au Poisson et aux Légumes. L’architecte P. Patte estimait que « débarassant ce vaste emplacement de toutes ces masures, [il] en faisoit un des plus beaux endroits de cette capitale et des plus commodes »438. La force d’inertie de l’administration et des commerces, qui cherchaient, par habitude, à se maintenir sur place, fit écarter le plan de Boffrand, qui inspirera plus tard celui de Baltard. La Révolution fit surseoir à toute entreprise concernant l’amélioration du marché.

  • 439 A. Chastel, « L’îlot de la rue du Roule… », p. 77-129.
  • 440 AN, H 1952, Q1 1211 et K 2425, n° 355.
  • 441 Elle allait de la rue des Prouvaires à celle de la Tonnellerie.
  • 442 Lettres patentes du 16 septembre 1785, Bibl. hist. de la Ville de Paris, n° 400 239 ; et rapport d (...)

37Parallèlement, un effort était fait pour désenclaver les Halles. Déjà, Louis XIV avait décidé, par un arrêt de 1689, la percée de la rue du Roule qui, en joignant la rue de la Monnaie à celle des Prouvaires, créait une communication directe entre le quai de la Seine et l’église Saint-Eustache, le port de l’École et le quartier du marché439. À la fin du XVIIIe siècle, de 1770 à 1800, les expédients mis en œuvre sont analogues à ceux employés pendant la « Réformation » au XVIe siècle : l’élargissement de la rue Traînée, quelques alignements ici et là. En 1776, l’achat et la destruction des maisons à la rencontre des rues Comtesse-d’Artois et Montmartre facilitèrent la circulation au carrefour et l’accès aux Halles440. En outre, plusieurs passages furent ouverts dans le quartier pour unir deux rues : celui de la Reine-de-Hongrie (1770), l’impasse Saint-Eustache (1772), le passage des Chartreux (1779), la rue Calonne, devenue plus tard rue Lafayette, puis la rue du Contrat-Social (1785)441 et la rue Lenoir (1787). Sur la place, le pilori avait été supprimé en 1785 et la croix fut abattue à la Révolution (1794)442.

38Enfin, au cœur des Halles, le territoire de l’ancienne immunité d’Adelende Gente, maintenant possédé par le monastère de Saint-Martin-des-Champs, céda la place en 1790 à l’énorme Cité des Halles.

39Napoléon Ier considérait les Halles comme un marché « indigne de Paris », mais il n’eut ni le temps ni le loisir d’entreprendre la construction de ce « Louvre du peuple » entre le palais du Louvre et l’Hôtel de Ville, auquel il avait rêvé. Pour dégager les abords du pont au Change et faciliter la circulation rue Saint-Denis et aux abords des Halles, il fit démolir le Châtelet, forteresse médiévale depuis longtemps inutile et il fit aménager une place autour d’une fontaine monumentale (1802-1803). Le cloître Saint-Jacques-de-l’Hôpital fut loti et quadrillé de rues (1814-1815). Les décrets impériaux du 24 février et du 11 mai 1811 avaient prévu la reconstruction complète des Halles à l’emplacement proposé par Boffrand dès 1748. Les campagnes militaires de la fin du règne empêchèrent cette réalisation ; mais le projet ne resta pas absolument sans effet : le percement de la rue Rambuteau lui fut emprunté en 1838 et le marché des Prouvaires fut installé, grâce à la démolition qu’il avait ordonnée de l’îlot de maisons situé entre les rues des Prouvaires et du Four, sur l’emplacement qu’elle libéra.

  • 443 J.-M. Léri, « Aspect administratif… ».

40L’empereur se préoccupa également de faire construire des marchés couverts pour les comestibles dans les principaux quartiers de Paris. La ville n’en possédait encore aucun : légumes et fruits se vendaient sur le pavé des places, sous des parapluies ou tentes de fortune, qui les mettaient à peine à l’abri de la pluie ou du soleil et laissaient les acheteurs à découvert. Le 30 janvier 1811, ordre fut donné d’édifier, pour commencer, quatre marchés dans la partie centrale de la ville. L’opération était difficile : il fallut trouver des terrains, exproprier, choisir des architectes et surtout trouver une aide financière, les revenus de la ville n’y suffisant pas. Une ordonnance du 24 février 1811 permit à l’administration des hôpitaux d’accorder à la ville quelques propriétés contre la cession définitive de plusieurs marchés parmi lesquels, dans le quartier des Halles, les marchés des Innocents et du Légat. À ceux-ci s’ajoutèrent plus tard les nouveaux marchés créés à l’initiative et au seul profit de l’administration des hospices : halle aux Poissons et halle au Beurre sur la place des Halles et marché des Prouvaires443.

41Napoléon avait lancé le programme qui devait équiper Paris en marchés couverts et salubres. On s’efforça après lui de poursuivre l’opération, ce qui valut à la ville quelques édifices utilitaires de bel aspect. Mais, à partir de la fin du règne de Louis-Philippe, la question des marchés de quartier fut supplantée par celle de la reconstruction des Halles, qui monopolisa l’attention de l’administration municipale.

IV. — PENDANT LA RESTAURATION : QUELQUES ULTIMES DÉCISIONS

42On demeura convaincu, avec Sébastien Mercier, que « les Halles doivent être rassemblées pour la commodité publique ». Mais on appréhendait d’agir sur place étant donné le coût des expropriations dans un quartier d’habitat très dense. De 1824 à 1845, on acheva les travaux de démolition de l’ancienne et on perça quelques rues ou ruelles pour faciliter l’accès aux Halles.

43L’expulsion des produits manufacturés se poursuivait. En 1784, la halle aux Cuirs avait été transférée du bâtiment qu’elle occupait depuis 1573 ouvrant sur la Lingerie jusqu’à l’emplacement de l’ancienne Comédie italienne, rue Mauconseil. Elle y resta jusqu’en 1866, date où elle fut à nouveau transférée dans l’important ensemble construit sur la rive gauche. La Friperie avait gagné le dessous des piliers qui bordaient le côté occidental de la Tonnellerie, où elle s’était adjointe la vente de tentures, tapisseries et accessoires d’ameublement. Ce qui avait pu faire dire à Piganiol de la Force : « C’est ici la garde-robe et le garde-meuble de toute la France ». Ce commerce fut autoritairement évacué jusqu’au nouveau marché du Temple, d’abord en 1811, puis en 1834 encore.

  • 444 Décision du 11 juillet 1785. Bibl. hist. de la Ville de Paris, n° 133 390 et suiv.
  • 445 J. Martineau, Halles de Paris …, p. 169. A. Chastel et al., Système de l’architecture urbaine…, t. (...)
  • 446 Arrêt du Conseil d’État du 15 mars 1776. Bibl. hist. de la Ville de Paris, n° 133 662.
  • 447 En ce qui concerne les commerces des tissus et des chaussures ainsi que la confection, les Halles (...)

44Les draps et les toiles étaient toujours vendus dans une des halles de Philippe Auguste plus ou moins restaurée au XVIe siècle. Dès 1742, il était question de la rénover complètement, mais des contestations s’élevèrent444 et les travaux ne commencèrent qu’en 1785. Elle fut d’abord dégagée de toutes les constructions parasitaires qui s’accrochaient à ses flancs, puis démolie et réédifiée selon le même plan. La vente en gros des draps occupait le rez-de-chaussée, celle des draps au détail et des toiles l’étage de ce bâtiment à deux niveaux, dont la maçonnerie était soignée et ornée de bossages. Legrand et Molinos la couvrirent d’une fausse voûte en berceau très éclairée sur toute la longueur de la nef, selon une technique inspirée de la coupole de la halle au Blé445. La halle aux Draps et aux Toiles continua à attirer un important courant commercial qu’explique en partie l’obligation faite aux marchands d’y porter les étoffes neuves pour le contrôle de leur qualité et le paiement des droits d’entrée qui, par exception, ne se faisait pas aux barrières d’entrée de la ville446. Elle ferma après le 25 avril 1855 et le grave incendie de sa voûte en bois et en verre. Le reste du bâtiment fut démoli en 1868. La vente des toiles se perpétua quelques années encore dans un local situé au premier étage de la halle au Blé. Ce fut le dernier des produits manufacturés à être vendu aux Halles447.

45Après l’expulsion de la quasi totalité de ceux-ci, restait à organiser la répartition des denrées d’alimentation dans l’espace et dans les bâtiments qui restaient. On s’y employa désespérément pendant la première moitié du XIXe siècle par des réparations, des remaniements et l’édification de constructions rudimentaires et éphémères, parfois indignes d’être qualifiées d’édifices publics. On renonça définitivement à la vente en plein air et on s’efforça d’installer tous les marchands à couvert ou sous des abris momentanés.

  • 448 Lettres patentes de 1784. AN, F14 186B. Voir le dessin aquarellé et en perspective de cette halle (...)
  • 449 Un éphémère marché aux Huîtres se tint sur la voie publique rue Montorgueil de 1845 à 1867.

46La halle à la Marée, qui était devenue inutilisable à cause de son délabrement et de sa repoussante odeur de poisson, fut condamnée dès 1780. Une nouvelle halle au Poisson fut prévue en 1784, à l’emplacement bien choisi de l’ancienne cour des Miracles, aux Petits Carreaux (au nord de la rue Réaumur)448 ; mais les travaux, commencés de 1787 à 1789, ne furent jamais achevés. Le commerce du poisson fut donc maintenu à son ancien emplacement. En 1822, on édifia un bâtiment rudimentaire, dit « marché à la Marée et au poisson d’eau douce », sur l’ancien carreau de la place des Halles, débarrassée de ses échoppes et du pilori depuis 1785449. L’année suivante, en 1823, on construisit au sud et sur la même place, une « halle au Beurre » et produits fermiers, assez élaborée, mais qui devint bientôt trop petite. Ces halles au Poisson et au Beurre cédèrent la place dès 1857 aux pavillons de Baltard.

  • 450 H. Couzy, « Travaux aux Halles… ». Parallèlement on se souciait de doter les quartiers de Paris de (...)
  • 451 Les tripes et abats faisaient l’objet d’un commerce important. La vente s’en fit longtemps à l’App (...)

47Entre 1808 et 1810, on entreprit quelques travaux de modernisation à la boucherie de Beauvais, pourtant promise à la démolition450. Peu après, la vente de la viande fut transférée au marché des Prouvaires. Celui-ci comprenait vingt-quatre hangars en bois qui couvraient un espace de cent douze mètres sur cinquante-trois mètres, situés au sud immédiat de l’église Saint-Eustache, entre les rues des Prouvaires, du Four et des Deux-Écus, sur l’emplacement d’un îlot de maisons démoli sur l’ordre de Napoléon Ier. Ils étaient destinés à accueillir les détaillants délogés du carreau de l’ancienne halle au Blé. Les bouchers, puis les fromagers en gros, les marchands de volaille, de gibier et de tripes451 vinrent les y rejoindre. Ils y disposaient d’un parc à voitures du côté de l’église Saint-Eustache. Inauguré le 2 avril 1818, le marché des Prouvaires fut définitivement supprimé le 16 juillet 1862 et ses occupants furent relogés dans les pavillons de Baltard.

  • 452 N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 384.

48La vente des légumes qui occupait au Moyen Âge le marché aux Poirées n’avait cessé de s’accroître au XVIIe et au XVIIIe siècles, empiétant sur les rues voisines. Le marché en gros se tenait tous les jours de la semaine, rues aux Fers (ancienne rue au Feurre), de la Lingerie, de la Ferronnerie et Saint-Denis, tout autour du cimetière des Innocents. Conformément à un privilège qui remontait à 1599, les jardiniers-maraîchers devaient être placés avant les autres marchands452.

  • 453 La première réclamation qui ait été enregistrée contre les exhalaisons dangereuses d’un cimetière (...)

49La fermeture du cimetière, en 1780, vint libérer à propos un grand espace voisin. Elle était demandée depuis longtemps453 et c’est avec satisfaction et hâte qu’on l’aménagea. La fontaine de Jean Goujon fut transformée et rétablie au centre du terre-plein. En février 1789, on y transféra la vente en gros des légumes et des fruits qui avait lieu de bon matin. Elle fut aussitôt rejointe par la vente au détail qui fonctionnait toute la journée. Les marchands de petits légumes se tenaient contre les murs du cimetière, dans les rues aux Fers, de la Lingerie et de la Ferronnerie. En 1801, on installa environ quatre cent grands parapluies repliés le soir. Ils avaient quatre mètres de diamètre et étaient en toile cirée rouge. En 1811, on les remplaça par des galeries en bois construites sur le pourtour. En même temps on établissait des abris pour le marché du Légat, où l’on vendait les pommes de terre en gros, et pour le marché voisin aux Oignons, contre le mur nord de la halle aux Draps, en face de la Friperie. Ces marchés furent supprimés en 1857.

  • 454 Voir le « Tarif des droits perçus par le placier sur ce marché » dans N. de Lamare, Traité de la p (...)

50Le marché des Innocents fut appelé le « marché aux Herbes », parce qu’on y vendait aussi les herbes odoriférantes et médicinales, à côté des fleurs et des arbustes454. Il accueillit, outre les revendeurs de métier, beaucoup de particuliers qui cherchaient à écouler les surplus du jardin qu’ils cultivaient en banlieue. La vente des légumes et des fruits déborda dans les rues voisines, poussant des pointes jusqu’à la rue Saint-Honoré et auprès de l’église Saint-Eustache. Elle occupa l’emplacement libéré de la vieille halle au Blé, à partir du 23 mars 1819, sous le nom de marché « à la Verdure ». Après que la vente des légumes ait été transférée aux Halles centrales en 1859, l’emplacement du marché aux Herbes devint le square des Innocents.

51Jusqu’alors deux obstacles majeurs s’étaient opposés à la réalisation d’un plan d’ensemble de restructuration : la difficulté, d’une part, de raser des secteurs étendus d’habitation, à cause du coût financier fabuleux des expropriations, et, d’autre part, celle, en déplaçant le marché, de détourner le courant commercial orienté vers les Champeaux depuis si longtemps. D’où des solutions « raisonnables » : extension restreinte, aménagements sur place, qui s’efforcèrent de concilier les exigences du marché et les réticences du Trésor public.

52C’est seulement à partir des années 1840 qu’on commença à envisager le problème posé de plus en plus impérativement par les Halles dans son ampleur et sa gravité. Leur superficie s’était un peu accrue ; elles étaient désormais presque entièrement spécialisées dans le domaine de l’alimentation et dans la vente en gros ; mais, face à la perpétuelle croissance du volume de leur chiffre d’affaires, la place leur manquait : elles étouffaient. Une décision devait être prise et prise vite, car le bon ravitaillement de la capitale en dépendait. On chercha à régler de la façon la plus satisfaisante possible et dans sa complexe globalité, un grand problème d’urbanisme. La réflexion sur les nombreux plans d’aménagement élaborés aux siècles précédents aida à prendre, au XIXe siècle, les décisions radicales et devenues incontournables qui s’imposaient et que la conjoncture économique favorable permettait d’envisager.

53Deux points étaient désormais acquis, en tout cas pour l’administration : le maintien du marché au même emplacement et l’abandon de la vente à l’air libre.

V. — LES PAVILLONS DE BALTARD (1857-1948) : UNE TOTALE RÉNOVATION

  • 455 Voir J. Hugueney, « Les Halles centrales… » ; et R. Plouin, « Baltard… ».

54L’édification des Halles centrales donna lieu à des controverses455, qui se poursuivirent pendant de longues années. Dès 1845, Victor Baltard (1805-1874), ancien prix de Rome (1833), professeur de théorie de l’architecture à l’École des Beaux-arts, avait conçu un premier projet qui comportait la construction de huit bâtiments en pierre de taille. Celui-ci souleva les critiques de ses confrères architectes. L’ingénieur Eugène Flachat (1802-1873), constructeur de la première voie ferrée française – la ligne de Paris à Saint-Germain-en-Laye – et de la gare de l’Ouest (actuelle gare Saint-Lazare), avait été sollicité d’étudier lui aussi le problème. Il imagina un ensemble de pavillons de structure métallique, séparés par des rues couvertes. L’architecte Hector Horeau (1801-1872) avait été également pressenti au sujet des Halles. C’était lui qui avait conçu les plans de l’immense Crystal Palace (cinq cent cinquante mètres de long) réalisés à Londres par J. Paxton pour la première Exposition universelle (1851). Il proposa lui aussi d’utiliser le fer. Son projet jugé trop ambitieux et dispendieux fut écarté. Mais ses idées novatrices, comme celles d’Eugène Flachat, inspirèrent en partie la solution finalement adoptée par Baltard.

55La loi du 4 août 1851 décida l’émission d’un emprunt et, dès le 25 septembre suivant, le Prince président posait, près de l’église Saint-Eustache, la première pierre d’un pavillon conçu par Baltard et destiné à la vente de la viande. D’inspiration archaïque, trapu, massif, percé d’ouvertures trop étroites, mal éclairé et mal aéré, celui-ci fut bientôt surnommé par les Parisiens : « le Fort des Halles ».

56Entre temps, le baron Haussmann était devenu préfet de la Seine après la démission de Jean-Jacques Berger, le 26 juin 1853. Il fit aussitôt démolir le pavillon de la Viande qui avait déplu en haut lieu. Puis il demanda à Victor Baltard, son ami et ancien condisciple au lycée Henri IV, de réfléchir au plan d’une autre construction mieux appropriée à l’usage de marché que celle qui venait d’être bâtie par ses soins. On lui adjoignit l’architecte Félix Callet (1792-1854) et on mit à sa disposition les cinquante-cinq mille mètres carrés de terrain.

  • 456 Charpente de la salle du Théâtre français (1790) par Victor Louis (1735-1811), pont des Arts (1803 (...)

57Baltard resta un temps hostile à l’utilisation de structures métalliques qu’il jugeait indignes du prix de Rome qu’il était. Mais il se laissa convaincre finalement par les exemples qui lui étaient offerts et par les facilités apportées par le métal pour couvrir les grands espaces. Napoléon III avait été frappé par les commodités de l’embarcadère de l’Ouest, future gare Saint-Lazare, couvert par E. Flachat d’une voûte à charpente métallique. L’utilisation du fer dans la construction n’était pas une nouveauté, mais on l’avait surtout employé pour les charpentes, pour les coupoles et enfin pour les gares, mais presque jamais en façade456. Avec les Halles centrales on put dire réellement que « le fer avait vaincu la pierre ». Elles inauguraient un nouveau type d’architecture.

58Le second plan élaboré par Baltard utilisait l’emplacement même qu’avait prévu Boffrand un siècle auparavant, celui aussi dont Napoléon Ier avait préconisé le choix en 1811. Il fallut le dégager, l’exproprier à grands frais tout en respectant les droits des propriétaires et des marchands, démolir et déblayer sans causer trop de perturbations dans le ravitaillement de la ville. Il fallut encore niveler le sol des trois cent trente maisons disparues dont le sous-sol comportait des puits, des caves, des fosses d’aisance. Seuls quelques murs médiévaux restèrent debout dans les rues Pirouette et de la Truanderie.

59On s’efforça ensuite de mener de front la construction des bâtiments métalliques des nouvelles Halles, l’aménagement d’un réseau stradal en liaison avec celui existant depuis le Moyen Âge et l’édification des immeubles du nouveau quartier où viendraient s’installer les marchands grossistes en alimentation et en vêtements, attirés par le voisinage des Halles et des grands magasins.

  • 457 V. Baltard et F. Callet, Monographie des Halles… ; article de L. Malo dans Le Monde, 27 août 1969, (...)

60Le chantier se prolongea en fait de 1857 à 1948, avec de longues interruptions dues aux guerres ou au manque d’argent. Le projet initial comportait 14 pavillons. Les six pavillons orientaux furent construits en 1857 et 1858 ; les quatre pavillons occidentaux de 1860 à 1866 et, enfin, deux des quatre pavillons encore prévus dès 1854 à proximité immédiate de la rotonde de la halle au Blé furent construits près de la Bourse du commerce ; commencés en 1935, ils furent achevés seulement en 1948, après la deuxième Guerre mondiale. Les bâtiments destinés à l’administration, qui devaient s’élever entre la rotonde et la rue du Louvre, ne furent jamais édifiés457.

61La conception architecturale des Halles de Baltard était novatrice et elle fut appréhendée aussitôt comme telle. Non pas tant par son plan et son élévation que par les matériaux, le fer et le verre, employés sur une grande échelle, et par les procédés mis en œuvre comme la juxtaposition d’éléments préfabriqués. L’ensemble donnait cette impression de simplicité et de solidité traditionnellement exigées d’un marché couvert, mais ses proportions étaient harmonieuses. On pouvait seulement lui reprocher une élévation trop tassée. Chaque pavillon était composé de façon classique d’une nef contrebutée par deux bas-côtés et ils étaient séparés entre eux par des allées couvertes ou « transepts ». Baltard lui-même emploie ces termes dans la description qu’il donne de son œuvre et il orne ses colonnes de fonte, ses frises et ses chéneaux de chapiteaux, de palmettes, de têtes de lions, comme s’il avait du mal à rompre avec la décoration gothique.

62Mais ses charpentes et ses arcades de fer sont d’une portée jamais atteinte. Les cavités de ses colonnes de fonte assurent l’écoulement des eaux de pluie reçues par les toitures. Le jour pénètre, mais le soleil est tamisé grâce au dispositif qui garnit les baies verticales, fait de lames de persienne en verre dépoli, glissées dans des rainures de fonte. Des fontaines pourvues de robinets évitent l’humidité répandue par les anciennes fontaines jaillissantes. Mille deux cents becs de gaz diffusent une lumière suffisante.

  • 458 Au niveau de ces caves, Baltard avait prévu, comme le plan dû à Horeau, le départ de voies ferrées (...)

63Les Halles de Baltard échappaient à l’architecture conventionnelle et, pourtant bâties au XIXe siècle, elles étaient riches en reproductions classiques, en pastiches romans, gothiques et Renaissance. Elles introduisaient dans le domaine architectural des méthodes nouvelles qui surprirent et, de ce fait, retinrent l’attention. Baltard écrit : « Ce qu’exige un marché central d’approvisionnement, c’est la circulation facile des voitures et des piétons, ce sont de vastes abris où l’air, sans les importunités du vent, la lumière sans les ardeurs du soleil, pénètrent largement partout ». Et de fait, ce furent ces nouveautés pratiques qui provoquèrent l’admiration des contemporains, la clarté, l’espace où l’on circulait aisément, les facilités offertes aux marchands dans leur travail, et surtout les caves impressionnantes, immenses resserres bien aérées, véritables souterrains qui firent l’enthousiasme de la foule quand elles furent désaffectées et que le public y eut accès458. On ne put bien juger d’ailleurs de l’élégance des structures métalliques et des dimensions harmonieuses de ses échanges. Imitées par les marchés couverts de province et de l’étranger, les Halles de Baltard ne furent appréciées à leur juste valeur qu’au moment où on allait les perdre.

64Pourtant, dès 1873, Emile Zola avait publié Le Ventre de Paris. Chantre des Halles, aucun détail ne lui avait échappé des immenses architectures de fonte où il promenait ses héros depuis le fond des caves et la voie du chemin de fer établie dans le sous-sol jusque sur les toits « où s’élargissaient des champs de zinc […] toute une campagne accidentée ». Florent contemple les hautes voûtes et « songe à quelque ville étrange avec ses quartiers distincts […] et ses routes, ses places et ses carrefours, mise tout entière sous un hangar, un jour de pluie, par quelque caprice gigantesque ». L’auteur décrit l’intérieur des pavillons et l’amoncellement des nourritures, le moutonnement des tas de légumes colorés débordant tout au long des rues voisines. Les premières pages du roman constituent un reportage exhaustif et précis sur les multiples aspects des Halles, écrit dans une sorte d’emportement lyrique.

  • 459 Périmètre dessiné par le boulevard de Sébastopol et les rues Étienne-Marcel, du Louvre et de Rivol (...)

65Pour bien fonctionner, les Halles exigeaient de l’espace alentour et qu’une circulation aisée soit assurée. C’était loin d’être le cas. Le tracé des rues du quartier datait des XIIe et XIIIe siècles et n’avait subi que des améliorations de détail. Il fallut bien se résoudre aux solutions autoritaires et coûteuses exigeant des expropriations et des remaniements d’envergure. Louis XIV avait donné l’exemple avec le percement de la rue du Roule, sa seule entreprise d’urbanisme parisien (1685). Les rues Rambuteau (1838), Étienne-Marcel (1855), de Turbigo (1858), du Pont-Neuf (1866) et des Halles (1867), ainsi que les rues Berger, Pierre-Lescot et du Louvre (1888) opérèrent de larges trouées dans l’habitat compact du quartier. Une ordonnance de police interdit à toute voiture inutile à ses activités de circuler à l’intérieur du périmètre du marché459, de 3 à 10 heures du matin.

66En 1968, à la veille du transfert à Rungis, ce sont six à sept mille tonnes de produits alimentaires qui affluaient la nuit aux Halles de Paris ; la viande avait maintenant pris la place importante qu’occupait jadis le poisson médiéval. Trente mille personnes s’employaient dans le quartier à les manier et à les négocier. Le chiffre d’affaires était énorme. Au matin, tout était emporté et une armée de balayeurs nettoyait le territoire.

  • 460 En 1965, au moment de leur fermeture, les pavillons couvraient une superficie d’environ vingt-sept (...)

67Les difficultés à vaincre pour conserver aux Halles une place à l’intérieur de la ville, le prix énorme à payer pour les expropriations, le coût des travaux engagés se justifiaient par la perspective d’un long avenir. Mais les Halles centrales prévues en 1857 pour un million deux cent mille habitants, durent en 1900 en approvisionner deux millions six cent mille et se révélèrent nettement insuffisantes. En 1896 déjà, la vente en gros avait dû être seule autorisée à l’abri des pavillons et la vente au détail reflua à l’entour460. Les Halles s’acheminaient vers l’asphyxie ou une nouvelle transformation. Elles devaient nourrir, au-delà de Paris, une banlieue désormais construite et qui ne ravitaillait plus, mais au contraire consommait. Les provinces envoyaient toujours au marché de la capitale les excédents de leurs récoltes : mais elles s’y procuraient aussi tout ce qu’elles ne produisaient pas elles-mêmes et de quoi satisfaire les gourmandises les plus exotiques. Les Halles acquirent les caractères d’une « sorte de Bourse de l’alimentation à caractère national », agissant sur l’économie de toute la France par l’établissement des prix de référence. Elles devinrent l’entrepôt central et l’organe principal de redistribution de la production nationale et des importations étrangères. C’est d’une halle-gare dont on avait maintenant besoin. L’exil des Halles, devenu obligatoire, fut finalement rendu admissible parce qu’elles avaient changé de nature. Elles n’étaient plus à l’échelle d’une ville, du seul Paris, mais à celle de tout un pays, la France, et de la France en liaison avec l’étranger. La conscience collective réussit à rompre avec la tradition du marché dans la ville. C’était désormais d’un marché d’intérêt national qu’il s’agissait.

VI. — LE TRANSFERT DES HALLES À RUNGIS (1969) ET SES CONSÉQUENCES461

  • 461 Sur le problème du transfert des Halles à Rungis, consulter la bibliographie publiée dans A. Chast (...)

68La décision était prise, encore fallait-il choisir le terrain qui les accueillerait. Trente-deux sites aménageables autour de Paris étaient candidats. À la fin de 1961, le choix se porta sur des territoires dépendant des communes de Rungis, Chevilly et Thiais dans la banlieue sud, à quinze kilomètres des anciennes Halles et à neuf kilomètres de Paris. L’espace des nouvelles Halles prendrait appui d’une part sur l’autoroute menant de Paris à l’aéroport d’Orly, et de l’autre, sur le carrefour de la Belle-Épine.

  • 462 Journal officiel, n° 166, 15 juillet 1962, p. 6962-6963.

69C’est le 13 juillet 1962 que fut publié le décret relatif à la création d’un marché d’intérêt national implanté à Rungis et où devraient être transférées toutes les transactions qui s’effectuaient aux Halles462. Le même décret prévoyait en outre la création d’une société d’économie mixte chargée de l’aménagement et de la gestion des nouvelles Halles.

70Les travaux commencèrent aussitôt à Rungis. Il fallut plus de six années pour les mener à bien : aménagement de six cent hectares de sol dont le tiers fut occupé par les bâtiments destinés à la vente et le reste par l’ensemble du complexe commercial, véritable centre de redistribution alimentaire ; construction des divers et multiples magasins, mais aussi de leurs annexes : immenses entrepôts frigorifiques, ateliers de réparations, ainsi qu’une gare ferroviaire, une gare routière, une gare de triage, des milliers de places de stationnement, auxquels il faut ajouter un centre administratif (SEMMARIS), le service vétérinaire, les douanes, ainsi que tous les organes nécessaires au bon fonctionnement de cette véritable ville adventice : une poste, des banques, un centre médico-social, une pharmacie, un commissariat de police, une station-service ; enfin, un important centre hôtelier pour tenir lieu des quatre cent restaurants et de la cinquantaine d’hôtels répartis aux alentours des Halles de Baltard. On a estimé à trente-cinq mille environ le nombre de personnes mandataires, commissionnaires, grossistes, employés, commerçants, acteurs habituels du marché, qui furent déplacés – certains disaient « déportés » – à Rungis.

  • 463 On trouvera un plan et une description des Halles de Rungis à leur ouverture dans un article de Ma (...)

71La date définitive et irrévocable du transfert des Halles à Rungis fut fixée au 3 mars 1969463. La viande et les abats, dont on avait d’abord projeté de transférer la vente à la Villette, n’évacuèrent leurs pavillons pour gagner Rungis qu’au début de 1973. Certains soupiraient encore en voyant sortir des murs de la cité ces Halles, « entrailles de la ville » (Balzac, César Birotteau, 1857), « temple aux victuailles » (Napoléon III), « ventre de Paris » (Zola, 1873). La transplantation allait-elle réussir ?

72Dans les bâtiments neufs, bétonnés, à la propreté et à l’hygiéne impeccables, les commerçants travaillent et vivent entre eux, l’entrée étant difficile à ceux qui n’ont rien à y faire. Les Halles de Paris n’ont pu emporter avec elles leur passé huit fois centenaire et leurs contacts continuels avec les habitants du quartier. La catégorie socio-professionnelle hétérogène, mais permanente et unie, « des gens de Halles » a vite recréé à Rungis une ambiance particulière et très nouvelle. Dans la cadence des arrivages, plus de diables pour transporter les sacs ou les charges, plus de « forts de la Halle ». En raison des distances à parcourir, les manutentionnaires roulent en chariots électriques et les acheteurs circulent en bicyclette.

73La marée parvient à Rungis dans la nuit, dès deux heures du matin et les arrivages se succèdent ensuite sans interruption. La cadence des ventes s’accélère dans les grands bâtiments. Le volume et le chiffre des affaires sont énormes, par exemple trois mille tonnes de viande en moyenne chaque jour. En fin d’après-midi, vers dix-huit heures, Rungis s’apaise. Il est livré aux services de nettoiement qui ont peu de temps pour faire disparaître les déchets équivalents à ceux produits par une ville de deux cent mille habitants.

  • 464 Et du second marché du monde après Tokyo.

74Mais que fallait-il faire des trente-deux hectares libérés au cœur de la capitale par le départ de son marché, espace sur lequel s’exerçait la pression d’une ville à forte densité de population et où le moindre pouce de sol était âprement convoité ? Deux réalisations devaient être menés de front : la création du plus grand marché d’Europe464 et la rénovation du centre de Paris.

75Le carreau des Halles et le plateau Beaubourg se trouvaient libérés en même temps. Il fallait trouver des solutions pour réhabiliter ces quartiers du milieu de la rive droite, auxquels leur intérêt historique conférait une importance et une valeur particulières. C’était la plus grande opération engagée dans la capitale depuis celle du baron Haussmann.

76Au plateau Beaubourg, les décisions furent assez faciles à prendre. Elles ne nous concernent pas directement ici, mais rappelons que dès novembre 1969, l’idée avait été lancée par le président Georges Pompidou d’y faire construire un Centre international d’art contemporain que, le 5 juillet 1971, un jury international de dix membres se réunit au Grand Palais pour examiner les sept cent projets exposés et que, le 10 janvier 1972, parut le décret portant création de l’établissement public Beaubourg. Il s’agissait d’un édifice polyvalent destiné à servir des fonctions et comprenant : un musée, une bibliothèque de lecture, des salles d’exposition expérimentale, une salle de recherches acoustiques, un théâtre, une cinémathèque et des espaces d’animation culturelle. L’architecture novatrice du bâtiment fut très critiquée, mais cela n’empêcha pas le Centre Georges Pompidou de connaître l’affluence et un franc succès dès son inauguration (juin 1977).

77Au même moment, à l’ouest, se posait un grave problème : comment insuffler une vie nouvelle à ce quartier des Halles, voué au commerce depuis huit cents ans et brusquement vide et béant ? Comment l’ouvrir sur ses voisins et sur la rue de Rivoli ?

  • 465 En 1842, cette densité était estimée à mille habitants par hectare, chacun disposant d’une surface (...)

78De tous les quartiers de Paris, celui des Halles fut celui qui au cours des temps a suscité le plus de projets, de plans et de discussions : lors de la « Réformation », au XVIe siècle, puis avant la construction des Halles de Baltard, dans la seconde moitié du XIXe siècle, enfin, au moment du transfert des Halles à Rungis (1962-1969) et après. La presse rend compte fidèlement du désarroi qui règne alors. Les décideurs responsables des mesures nécessaires, mais aussi tous les Parisiens, attentifs dès qu’on touche à leur ville, étudient et discutent les possibilités offertes. Ils peuvent constater combien il est délicat de modifier le tissu urbain, surtout dans un quartier au riche passé et dont la densité de population est une des plus fortes au monde465. C’est ce qui justifie tant de tergiversations, d’ordres et de contre-ordres, qui témoignent d’une saine appréhension : celle de défigurer le centre de la capitale par une malencontreuse décision et une réalisation irrémédiable.

  • 466 La France a toujours préféré son architecture classique de pierre et s’emploie à la protéger mieux (...)

79La veille de Noël 1966, le Conseil municipal donna le feu vert aux expropriations. L’engagement avait été pris qu’une partie des immeubles anciens serait restaurée et une autre rénovée. Une sérieuse enquête avait été menée pour recenser et sauvegarder ce qui présentait un intérêt : motifs architecturaux, escaliers, ornements sculptés, ferronneries, dans les maisons destinées à la démolition. Mais les pavillons de Baltard, devenus inutiles, étaient toujours debout. La foule les envahit et leurs « parapluies » servirent d’abris à des rassemblements, à des activités ludiques, à des manifestations festives, à un parking. Une vraie bataille s’engagea entre ceux qui demandaient l’évacuation de ce « tas de ferrailles », afin de permettre l’éxécution du plan projeté, et ceux qui restaient attachés à ce « chef d’œuvre de construction métallique », bâtiment pionnier dont le type fut exporté à l’étranger et notamment en Amérique. Malheureusement, on avait oublié de les faire classer monuments historiques. Un recours en ce sens, introduit précipitamment, fut refusé466.

  • 467 Les Américains apprécient l’architecture métallique et considèrent les halles de Baltard comme un (...)

80Les quatre pavillons situés à l’ouest étaient encore occupés par les grossistes en viande qui ne les quittèrent pour gagner Rungis qu’en décembre 1972 ; mais on exigeait la démolition immédiate des six pavillons de l’est. L’espace qu’ils occupaient devait être impérativement dégagé pour permettre de creuser l’énorme cratère du chantier à ciel ouvert du métro express régional. Un ultime effort fut accompli pour essayer de sauver l’œuvre de Baltard : protestations des associations de sauvegarde du patrimoine et manifestations dans le quartier, démarches, lettres et pétitions d’amateurs d’art et de conservateurs de musées de France et de l’étranger, notamment d’Amérique et du Japon467. Face à cette énorme pression médiatique, il fut décidé à Paris que le pavillon 8 des Halles, situé à l’angle des rues Baltard et Berger, serait conservé.

81Le 2 août 1971, en plein été et en période de vacances, le premier coup de pioche fut donné aux pavillons de Baltard. La démolition fut prestement conduite. Dès septembre 1971, cinq des six pavillons étaient abattus et leurs débris transportés à Chatou, où ils furent vendus à la foire à la ferraille. En octobre, le pavillon 8 fut soigneusement démonté et chaque pièce de fonte fut numérotée, afin que sa charpente métallique puisse être remontée à l’identique. Certains préconisaient son maintien dans le quartier, au débouché de la rue des Prouvaires, où il aurait pu abriter un marché aux fleurs ou une antenne du Centre Pompidou. On songea à la Villette, au bois de Vincennes, à la zone de loisirs de Rungis, aux parcs d’Issy-les-Moulineaux ou du Tremblay ; plusieurs villes de province se proposaient ; ce fut finalement Nogent-sur-Marne qui l’accueillit.

82L’espace enfin mis à plat, on commença à creuser le « trou des Halles ». D’une passerelle spécialement édifiée à leur intention, les Parisiens et les badauds de toute origine pouvaient le voir s’approfondir, jour après jour.

  • 468 Au XVIIIe siècle, les Postes aux chevaux avaient occupé plusieurs emplacements voisins du Louvre. (...)

83Le sous-sol du quartier était programmé pour recevoir la station RER de Châtelet-les-Halles, grand noeud ferroviaire du réseau des voies du métro express régional qui unit au cœur de Paris ses banlieues périphériques et lointaines. Il fut inauguré en décembre 1977. Cette réalisation, conforme à la tendance centralisatrice qui a toujours prévalu dans la géodésie de la capitale468, fut acceptée dans son ensemble sans difficulté. Il n’en fut pas de même pour les activités proposées pour d’autres lieux du périmètre rénové. La supression des Halles exigeait un rééquilibrage du plan de Paris, un remodelage complet de son centre historique. Les projets affluèrent, les journaux et les expositions informèrent, les associations de protection intervinrent, les décisions furent à plusieurs reprises remises en question. Chacun avait conscience de la gravité de l’enjeu. Les intérêts financiers, budget et rentabilité, interféraient.

84Il n’y a pas lieu d’énumérer ici toutes les péripéties de l’entreprise. Pour éviter le danger d’une erreur irréparable, on construisit un quartier sous terre et on couvrit la surface d’un jardin.

85En 1973, le choix se porta sur le projet conçu par Claude Vasconi et Georges Pencreac’h, qui fut approuvé en juin 1974 par la commission d’urbanisme commercial. Il s’agissait d’un forum en forme de pyramide inversée à ciel ouvert située au-dessus du métro express. Il comprenait, sur quatre niveaux, un grand nombre de commerces alternant avec des lieux de culture et de rencontres, de loisirs et de services. Il ne s’agit en aucune façon d’un centre commercial ou d’un énorme supermarché, mais d’une série de boutiques qui prolongent les activités de celles de plein air, le long d’allées piétonnières où se succèdent magasins d’alimentation, de confection et d’ameublement, ateliers de décoration, théâtre, cinémas, salles de concert et galeries d’exposition, restaurants, etc. On peut imaginer la complexité des installations nécessaires à la simple existence et au bon fonctionnement d’un tel ensemble souterrain. L’opération du forum des Halles comportait l’aménagement de plusieurs hectares sur quatre niveaux. Elle constitue la plus importante réalisation d’urbanisme souterrain jamais entreprise en France. L’inauguration du jardin marqua en 1986 son achèvement. Mais une vingtaine d’années plus tard, on envisage d’en remanier et d’en compléter la surface.

  • 469 L’affreux, mais nécessaire bloc de béton surnommé « Château Pilon » du centre technique et de clim (...)

86Dans un climat émotionnel et contestataire, des décisions d’une telle importance sont difficiles à prendre. Il y eut des erreurs de commises – d’autres furent évitées469 – et des dépenses inutiles. Mais Paris a échappé au pire : le passé a été respecté autant qu’il était possible, les grandes perspectives ont été préservées, l’église Saint-Eustache et la Bourse du commerce ont été mises en valeur, un des pavillons métalliques de Baltard a été sauvegardé. Et puis, à Rungis, les nouvelles Halles fonctionnent à l’échelle du plus grand marché du monde ; et à Paris, le Centre international d’art contemporain Georges Pompidou connaît toujours le succès ; enfin, la station Châtelet-les-Halles, au cœur de Paris, est désormais la plaque tournante du trafic ferroviaire de la région parisienne. Les boutiques, les cinémas et restaurants du Forum maintiennent sur place une activité marchande et une atmosphère de loisirs et de rencontres. Parisiens et visiteurs s’habituent à de nouveaux itinéraires, à des activités imposées et non engendrées, dans ce lieu depuis toujours entièrement consacré au commerce.

Notas

375 A. Lombard-Jourdan, « Les foires de l’abbaye de Saint-Denis. Revue des données et révision des opinions admises », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 145, 1987, p. 272-338.

376 Elle se tenait sur la rive gauche, près de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés, qui la céda au roi en juin 1285. Elle fut transférée aux Halles peu après. Elle tomba en désuétude dès la fin du XVe siècle. La foire Saint-Ladre se perpétua jusqu’au XVIIe siècle ; voir infra p. 20..

377 G. Espinas, La vie urbaine de Douai…, t. II, p. 876, n. 4 ; id., Les finances…, p. 201, n. 5 ; H. Laurent, Un grand commerce…, p. 111-159.

378 Ibid., p. 269-270.

379 Ordonnances…, t. V, p. 147-148. On lit ailleurs : « C’est mult noble chose que des halles » (1401). AN, Z1F 1, fol. 4.

380 Sur H. Aubriot, voir R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe VI de Valois, Paris, 1958, p. 182 et 353.

381 Ordonnances…, t. V, p. 147-149.

382 Ibid., p. 261 (8 mars 1370, n. st.).

383 Ordonnances…, t. II, p. 397 et t. IX, p. 329.

384 AN, Z1F 4, fol. 13 (6 mai 1408).

385 Ibid., fol. 5v (1408) et fol. 141 (1409) ; AN, Z1F 8, fol. 149 (1431) ; etc.

386 AN, Y 5223, fol. 2 et 39 ; Y 5224, fol. 29, 79, 119v, 141v ; Z1F 4, fol. 192.

387 AN, Y 61, fol. 13-14 (1408); Z1F 6, fol. 40v.

388 AN, Z1A 5, fol. 97v (1411) ; Ordonnances…, t. IX, p. 335.

389 Ibid., t. II, p. 654.

390 Un exemple : la maison du Chaudron, sous les Grands Piliers. Lorsqu’il pleuvait « il y cheoit tant d’eaue et a si grant habondance qu’elle perçoit tous les planchers d’icelle maison et aloit jusques au celier d’en bas ».

391 Ordonnances…, t. XIII, p. 47, 74, 261 (1426, n. st.). Voir surtout le Journal d’un bourgeois de Paris…, le Journal de Clément de Fauquembergue… et le « Journal parisien de Jean Maupoint, prieur de Sainte-Catherine-de-la-Couture (1437-1469) », éd. G. Fagniez, dans Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île de France, t. 4, 1877, p. 1-113.

392 Eustache Deschamps, Œuvres complètes…, t. V, p. 122 (ballade MCCCCIII) et t. VII, p. 345 (ballade MCCCCXX).

393 Lettres patentes du 8 mai 1408. Ordonnances…, t. IX, p. 329.

394 « Complainte sur les misères de Paris composée en 1435 », éd. L. Auvray, dans Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île de France, t. 18, 1901, p. 84-87.

395 AN, X1A 1481, fol. 45v.

396 Taliter igitur Pontisarae oppidum expugnatum receptumque fuit ; unde regia Parisiorum urbs utcumque respirare incepit et in meliorem statum convalescere, cum excepta inferiore parte Sequanae usque infra Meduntam, liberam per omnia flumina jam navigationem haberet. Thomas Basin, Histoire des règnes de Charles VII et de Louis XI, éd. J. Quicherat, Paris, 1855-1859 (Société de l’histoire de France), t. I, p. 147.

397 G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, 7 t., Paris, 1881-1991, t. III, ch. XVII : « L’administration de 1435 à 1444 », p. 463 et suiv.

398 Ordonnances…, t. XIII, p. 322.

399 Ordonnances…, t. XIV, p. 318.

400 Voir Ordonnances…, t. XIV, p. 348 (28 janvier 1455 n. st.) ; t. XVI, p. 339 (3 août 1465) ; p. 599 (24 juin 1467) ; Louis XI prend des mesures en faveur de la foire de Saint-Denis en juin 1472 et de la foire du Lendit en 1477 et 1480. Mais ces grands rassemblements périodiques et marchands dans la plaine au nord de Paris sont sortis d’usage et on ne leur trouve plus que des inconvénients. Pourtant Louis XI créera, en mars 1483, une seconde foire Saint-Germain-des-Prés sur la rive gauche et face au Louvre. (Ordonnances…, t. XIX, p. 101). Cette proximité et la fréquentation des gens de Cour lui donnaient le caractère nouveau de foire aux objets d’art et de luxe et de lieu de rencontre et de réjouissance mondaine. Elle se tenait de la Chandeleur à Pâques dans les beaux bâtiments construits par l’abbé Guillaume Briçonnet. Jusqu’à leur destruction par un incendie en mars 1762, le volume des transactions y fut considérable.

401 Ordonnances…, t. XX, p. 585-586.

402 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 53, n° 1308.

403 L. Auvray, « La halle aux Draps… », p. 79-80 ; H. Stein, « La halle aux Draps de Malines à Paris », dans Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 45, 1918, p. 113-115.

404 L. Biollay, « Les anciennes halles… », p. 310.

405 Arch. mun. Douai, AA 85, fol. 131v ; Bibl. de l’Institut, fonds Godefroy 130, fol. 62 (copie).

406 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. I, p. 650 ; t. II, p. 237 ; t. III, p. 518 et 527 ; G. Espinas, Les finances…, p. 201, n. 5.

407 AN, JJ 2531, fol. 24v, n° 72. La halle Trompée, dont on ignore l’usage, n’est mentionnée, à notre connaissance, qu’ici et dans le rapport de Guillaume Breteau en 1425. BNF, fr. 24070, fol. 219.

408 Chastel et al., Système de l’architecture…, t. I, p. 20, n. 14 et 15 ; et Bibl. hist. de la Ville de Paris, ms. 1439.

409 Le fripier Jean de Beausse possédait là un étal en 1433. AN, Z1F 8, fol. 176v et 178v.

410 Compte de 1471. H. Sauval, Histoire et recherches…, t. III, p. 400.

411 AN, Y 7, fol. 246v.

412 Un autre jeu de paume existait au lieu-dit A l’ostel des Flandres et la rue Maudétour en possédait deux contigus, un grand et un petit, à l’enseigne de la Chaise. AN, Y 89, fol. 50 (1541) et Y 92, fol. 236 (1546).

413 Celle-ci fut reconstruite en 1573. Voir Les métiers et corporations…, t. III, p. 350.

414 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. I, p. 648 ; M. Félibien et G. Lobineau, Histoire de la ville…, t. I, p. 20.

415 AN, S 14. H. Sauval, Histoire et recherches… Les deux traverses figurent sur les plans de Braun (1530) et de Saint-Victor (1555), mais ont disparu de celui de Belleforest (1575).

416 G. Corrozet et N. B[onfons], Les Antiquitez…, fol. 194v.

417 N. de Lamare, Traité de la police…, t. II, p. 727. L’École Saint-Germain-l’Auxerrois était aussi depuis le Moyen Âge le lieu de déchargement et de vente immédiate du foin, des bûches et du charbon, marchandises encombrantes et pondéreuses. Voir Eustache Deschamps, Œuvres complètes…, t. VII, p. 346, ballade MCCCCIII, vers 90-92.

418 Il faut cependant mentionner l’opération engagée à l’instigation des commissaires pour la Réformation en vue de décongestionner les Halles : la création, par lettres patentes du 21 avril 1558, d’un important marché d’alimentation situé le long du bras sud de la Seine, sur l’actuel quai du Marché-Neuf ; il comprenait deux boucheries et des marchands d’herbes et de poisson d’eau douce. J. Martineau, Les Halles de Paris…, p. 153. Sur les conflits provoqués par la « Réformation » et leur règlement jusqu’aux lettres patentes du 21 avril 1564, voir Léon Biollay, « Les anciennes halles… », p. 53.

419 S. Sieber, « Description de Paris par Thomas Platter le jeune de Bâle (1599) », dans Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 23, 1896, p. 167-224, aux p. 197-199.

420 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. I, p. 652.

421 AN, H * 1805, fol. 500v.

422 Ordonnance du 20 septembre 1614. N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 320 et 327.

423 Lettres patentes de mai 1661. M. Félibien et G. Lobineau, Histoire de la ville…, t. II, p. 1477.

424 Voir le plan et la façade reproduits dans A. Chastel et al., Système de l’architecture urbaine …, t. I, p. 315, fig. 404 et fig. 140b. On s’étonne qu’un architecte de l’importance de Charles Chanois ait été sollicité d’intervenir dans ce bâtiment en 1662. Voir ibid., p. 391 et M.-A. Férault, « Charles Chanois, architecte parisien (vers 1610-après 1684) », dans Bulletin monumental, t. 148, 1990, p. 117-153, à la p. 117.

425 L. V. Thiéry, Guide des amateurs…, t. I, p. 478.

426 Ibid., p. 329 et suiv.

427 Ordonnance du 30 janvier 1350, art. XII. Elle s’y tenait encore en 1590. N. de Lamare, Traité de la police…, t. II, p. 657.

428 Ibid., t. II, p. 1428. Voir A. Chastel et al., « L’aménagement du marché central de Paris… », p. 7 et suiv.

429 En 1809, il occupa le bâtiment élevé par Lenoir sur l’emplacement du couvent des Augustins.

430 N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 369.

431 J.-A. Piganiol de la Force, Description de la ville de Paris et de ses environs, 8 t., Paris, 1742, t. III, p. 124.

432 Le géographe parisien, ou le conducteur chronologique et historique des rues de Paris, 2 t., Paris, 1769, t. II, p. 22.

433 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. I, p. 651.

434 F. Boudon, « Urbanisme et spéculation… ».

435 La halle au Blé fut détériorée en 1854 par un nouvel incendie. En 1887 commencèrent, sous la conduite d’Henri Blondel, les travaux de sa reconversion en Bourse du commerce. Le plan primitif touchait peu à l’ancien édifice, mais, insuffisamment surveillés, les démolisseurs s’en donnèrent à cœur joie, faisant disparaître les arcades extérieures et le bel escalier intérieur de Le Camus, qui furent remplacés par une lourde décoration. Seuls subsistent le plan annulaire, l’isolement et l’aspect d’ensemble de la halle au Blé de 1762, dans l’édifice que les récents travaux ont bien mis en valeur.

436 En 1811, le projet impérial envisagé au même emplacement fit démolir l’îlot compris entre les rues du Four et des Prouvaires, où fut construit peu après le marché des Prouvaires.

437 AN, Z10 222. Transfert effectif le 14 février 1789. Les ossements recueillis furent portés au lieu-dit la Tombe-Issoire (Catacombes).

438 P. Patte, Monuments érigés en France à la gloire de Louis XV, Paris, 1765.

439 A. Chastel, « L’îlot de la rue du Roule… », p. 77-129.

440 AN, H 1952, Q1 1211 et K 2425, n° 355.

441 Elle allait de la rue des Prouvaires à celle de la Tonnellerie.

442 Lettres patentes du 16 septembre 1785, Bibl. hist. de la Ville de Paris, n° 400 239 ; et rapport du 13 décembre 1794, AN, F13 726.

443 J.-M. Léri, « Aspect administratif… ».

444 Décision du 11 juillet 1785. Bibl. hist. de la Ville de Paris, n° 133 390 et suiv.

445 J. Martineau, Halles de Paris …, p. 169. A. Chastel et al., Système de l’architecture urbaine…, t. I, p. 217 et n. 50-51.

446 Arrêt du Conseil d’État du 15 mars 1776. Bibl. hist. de la Ville de Paris, n° 133 662.

447 En ce qui concerne les commerces des tissus et des chaussures ainsi que la confection, les Halles furent relayées par les grands magasins implantés sur leur pourtour. Dès 1841, le premier magasin de nouveautés Aux Fabriques de France s’installa Pointe Saint-Eustache à l’angle des rues Rambuteau et Montorgueil. En 1866, ce fut le tour de La Samaritaine et en 1868, celui de La Belle Jardinière, sur les quais de la Seine. B. Gilles, « Recherches sur l’origine des grands magasins parisiens, note d’orientation », dans Paris et Île-de-France. Mémoires…, t. 7, 1955, p. 251-264.

448 Lettres patentes de 1784. AN, F14 186B. Voir le dessin aquarellé et en perspective de cette halle à la Marée par l’architecte Dumas. BNF, Estampes, Ve. 53 f, t. IV, n° 636.

449 Un éphémère marché aux Huîtres se tint sur la voie publique rue Montorgueil de 1845 à 1867.

450 H. Couzy, « Travaux aux Halles… ». Parallèlement on se souciait de doter les quartiers de Paris de marchés couverts. J.-M. Léri, « Aspect administratif… ».

451 Les tripes et abats faisaient l’objet d’un commerce important. La vente s’en fit longtemps à l’Apport-Paris. En 1770, elle fut transférée à la halle au Blé, puis rue au Lard et finalement, en 1818, au marché aux Prouvaires. Voir J. Vidalenc, « Une industrie alimentaire à Paris au XVIIIe siècle : la préparation et la vente des tripes et abats », dans Paris et Île-de-France. Mémoires…, t. 1, 1949, p. 279-295.

452 N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 384.

453 La première réclamation qui ait été enregistrée contre les exhalaisons dangereuses d’un cimetière dans Paris concerne celui des Innocents et date de 1554.

454 Voir le « Tarif des droits perçus par le placier sur ce marché » dans N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 266 et suiv.

455 Voir J. Hugueney, « Les Halles centrales… » ; et R. Plouin, « Baltard… ».

456 Charpente de la salle du Théâtre français (1790) par Victor Louis (1735-1811), pont des Arts (1803), coupole de la halle au Blé par Bélanger et Brunet (1811), salles de lecture de la bibliothèque Sainte-Geneviève et de la Bibliothèque nationale (1865) par Henri Labrouste (1801-1875) ; les gares enfin, mirent à profit pour couvrir de vastes espaces toutes les ressources qu’offraient les nouveaux produits de l’industrie : la fonte, le fer laminé, puis l’acier à partir de 1855. Hostile à toute architecture métallique, le critique d’art anglais John Ruskin (1819-1900) qualifiait ces réalisations de « nids de guêpes » et de « trous à rats ».

457 V. Baltard et F. Callet, Monographie des Halles… ; article de L. Malo dans Le Monde, 27 août 1969, p. 9.

458 Au niveau de ces caves, Baltard avait prévu, comme le plan dû à Horeau, le départ de voies ferrées dans la direction des gares parisiennes.

459 Périmètre dessiné par le boulevard de Sébastopol et les rues Étienne-Marcel, du Louvre et de Rivoli.

460 En 1965, au moment de leur fermeture, les pavillons couvraient une superficie d’environ vingt-sept mille mètres carrés et les emplacements de vente sur la voie publique vingt-trois mille mètres carrés.

461 Sur le problème du transfert des Halles à Rungis, consulter la bibliographie publiée dans A. Chastel et al., Système de l’architecture urbaine…, p. 35, n. 45.

462 Journal officiel, n° 166, 15 juillet 1962, p. 6962-6963.

463 On trouvera un plan et une description des Halles de Rungis à leur ouverture dans un article de Maurice Denuzière dans Le Monde, 22 janvier 1969, p. 16.

464 Et du second marché du monde après Tokyo.

465 En 1842, cette densité était estimée à mille habitants par hectare, chacun disposant d’une surface de sept mètres carrés.

466 La France a toujours préféré son architecture classique de pierre et s’emploie à la protéger mieux que son architecture de fer, que des Français ont été pourtant les premiers à construire : la Galerie des machines de Contamine et Dutert a été détruite et la tour Eiffel l’a échappé belle.

467 Les Américains apprécient l’architecture métallique et considèrent les halles de Baltard comme un prototype. Un banquier, M. Orrin Hein, offrit un moment d’acheter les pavillons et de les faire démonter pour les transporter aux États-Unis (Le Monde, 19 et 22 juin 1971).

468 Au XVIIIe siècle, les Postes aux chevaux avaient occupé plusieurs emplacements voisins du Louvre. Jusqu’au début du XIXe siècle, le transport des voyageurs et des marchandises depuis la province fut assuré par des voitures dont les relais étaient situés au centre de la capitale, proches du quartier des Halles et des berges de la Seine pour l’entretien des chevaux – par exemple, les messageries Laffite et Gaillard dont le siège était dans l’ancien hôtel d’Aligre, au nord de la rue Saint-Honoré. Cet état des choses dura jusqu’à l’apparition des chemins de fer et la répartition périphérique des gares ferroviaires.

469 L’affreux, mais nécessaire bloc de béton surnommé « Château Pilon » du centre technique et de climatisation ; mais on a heureusement renoncé à l’implantation du ministère des Finances, qui a été installé à Bercy.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540