Version classiqueVersion mobile

Les halles de Paris et leur quartier (1137-1969)

 | 
Anne Lombard-Jourdan

Chapitre III. Répartition des bâtiments et lieux de vente

Texte intégral

I. — ÉLÉMENTS POUR UNE CHRONOLOGIE

1À partir de 1183 et de la construction à Paris des deux premières halles par la maître-maçon de Philippe Auguste, le « marché du roi », porté par l’essor économique que connut le pays au XIIe et au XIIIe siècle, semble s’être accru sans plan préconçu. Il en résulta, à l’intérieur du périmètre fixé une fois pour toutes par le « gros mur du roi », un ensemble de longs édifices et de petites constructions, étaux et échoppes qui vinrent colmater les espaces restés vacants.

  • 169 AN, JJ 30A, fol. 103v, n° 297 (mars 1264, n. st.) (voir infra document I).
  • 170 Ordonnances…, t. V, p. 106.
  • 171 Hale quas rex debet sustinere, tradite per magistrum Johannem de Sereuz, mercurio post [festum] Om (...)

2La chronologie de la croissance du marché est mal connue pour la période qui suit 1183. Après l’édification des deux halles décrites par Rigord et face à l’afflux des marchands, on se préoccupa d’accueillir les différents corps de métier dans des bâtiments distincts. En 1264, Louis IX céda à perpétuité aux merciers la halle qu’ils louaient et occupaient entre celles où vendaient les drapiers parisiens169. Les halles de Douai et de Saint-Denis sont mentionnées dans le Livre des métiers d’Étienne Boileau, rédigé vers 1268. Avant 1278, Philippe III le Hardi fit construire une halle en appentis contre le mur occidental du cimetière des Innocents ; elle accueillit les pauvres lingères et les marchands de petits souliers, qui vendaient déjà en plein vent à cet emplacement170. Enfin la liste, établie en 1296, des halles dont le roi devait assurer l’entretien171, énumère toutes celles qu’on trouvera mentionnées jusqu’au XVIe siècle. Telles sont les seules dates sûres qu’on puisse assigner aux premières halles.

3Celles-ci restèrent ensuite si longtemps pareilles à elles-mêmes qu’il est possible de prendre pour base de leur plan de restitution à l’époque médiévale celui de Verniquet qui date de l’extrême fin du XVIIIe siècle. Les plans cavaliers de Paris, au XVIe siècle, surtout celui de Truschet et Hoyau dit de Bâle (1550), sont des jalons entre les états ancien et moderne et attestent leur immutabilité. Les nombreux renseignements topographiques fournis par les documents d’archives permettent une juste reconstitution des lieux et un tracé d’un bon coefficient d’exactitude.

II. — LA VENTE DES PRODUITS ARTISANAUX : DES BÂTIMENTS COUVERTS ET CLOS

4Quelle était d’abord la répartition et la localisation des bâtiments réservés à la vente des produits artisanaux : celle des draps, le plus important des commerces médiévaux, celle de la mercerie, de la ganterie et de la lingerie, fabrications essentiellement parisiennes ; celle des cuirs, de la pelleterie, de la tapisserie et de la friperie ? Il sera tenu compte du fait que les halles changèrent parfois d’affectation et d’occupants.

1. Halle aux Draps de fabrication parisienne

  • 172 Voir D. Cardon, La draperie au Moyen Âge : essor d’une grande industrie européenne, Paris, 1999 ; (...)

5Au XIIIe siècle, la draperie parisienne était de grande qualité et elle était largement exportée au début du XIVe siècle encore. Les « tiretaines » du faubourg Saint-Marcel, la « biffe » unie ou rayée étaient des spécialités vendues aux foires de Champagne, de Lyon et de Gênes. Les fabricants parisiens protestèrent en 1319 quand les drapiers de Bruxelles et de Malines vinrent s’installer aux Halles et l’essor de la draperie brabançonne contribua à la décadence de sa concurrente parisienne, effectuée en trois quarts de siècle172. Les artisans de Paris s’étaient heureusement orientés de bonne heure vers tous les travaux d’affinage susceptibles de donner aux draps plus de souplesse et de beauté (foulage, corroyage, aplanage, ramage, teinture, etc.).

  • 173 « Les halles aux Draps : l’une appelée la “halle de Paris” et l’autre la “halle de Beauvais” ». Le (...)
  • 174 Parisius erant halle alte pro vendicione pannorum integrorum non alseissorum et absque detaillio d (...)
  • 175 AN, Y 2, fol. 140v (20 juin 1397).
  • 176 Édité dans G. Fagniez, Études sur l’industrie…, p. 371, n° 44.
  • 177 AN, X1A 4786, fol. 340, 346v et 347 (juin-juillet 1404).

6Les deux halles construites sous le règne de Philippe Auguste et où vendaient « tous les marchands » (omnes mercatores), quel que soit leur métier ou leur origine, furent par la suite réservées à la vente en gros et au détail des draps fabriqués à Paris. Ces longs bâtiments parallèles, orientés d’est en ouest depuis la rue de la Lingerie jusqu’à celle de la Tonnellerie, comportaient deux étages. Dans celui du nord, appelé « halle de Paris »173, se vendaient les draps au détail au rez-de-chaussée et exclusivement en pièces à l’étage174. En 1397, une ordonnance du prévôt autorisa les drapiers forains à y vendre ceux qu’ils n’avaient pu écouler aux foires du Lendit, de Saint-André et de Compiègne, ainsi que de Lagny, à condition de les y apporter aussitôt et de les vendre sous huit jours175. Les drapiers parisiens protestèrent, mais le Parlement confirma la sentence du prévôt176, et la partie de la halle qu’occupèrent désormais ces forains fut dite « la halle du Petit Lendit »177. Plus tardivement on y vendit aussi les toiles.

  • 178 « La hale que li tisserant de Paris ont assise es hales de Paris », voir Ordonnances…, t. III, p.  (...)
  • 179 En 1296, la halle de Beauvais est citée parmi celles dont le roi a l’entretien à sa charge. En 148 (...)
  • 180 Arrêt du Parlement du 23 décembre 1407. Voir Les métiers et corporations…, t. III, p. 157.
  • 181 Sentence du prévôt de Paris (18 mai 1443). Ibid., t. III, p. 100. Ordonnance des foulons de draps, (...)
  • 182 « La halle a la Laine de nouvel ordenee ». Ordonnance d’Hugues Aubriot (1369). G. Fagniez, Études (...)
  • 183 Arrêt du Parlement du 23 décembre 1407. Voir Les métiers et corporations…, t. III, p. 156.
  • 184 AN, Y 4, fol. 31v. Les bouchers les remplacèrent en 1416 : « La boucherie de Beauvais où souloit e (...)

7La seconde halle de Philippe Auguste, située au sud de l’autre était dite « halle aux Tisserands »178. Dès le milieu du XIIIe siècle, les drapiers de Paris la partagèrent avec ceux de Beauvais qui laissèrent le nom de leur ville à la partie occidentale du bâtiment, puis au bâtiment tout entier179. La partie orientale est quelquefois dite « halle des Blancs-Manteaux », à cause des drapiers « faisant draps rue des Blancs-Manteaux »180. Entre ces derniers et les tisserands, les foulons de Paris possédaient, au XVe siècle, deux étaux pour vendre le samedi les draps qu’ils avaient travaillés ou façonnés, sans qu’il y ait aucune cloison pour les séparer181. En outre, le commerce de la laine fut transféré peu avant 1369 à l’extrémité ouest de la halle de Beauvais, qui prit le nom de « halle à la Laine »182. À leur jonction, les fripiers, tondeurs et couturiers étaient autorisés à vendre, bien qu’ils n’appartinssent pas à la corporation des drapiers de Paris, à condition qu’ils ne déposassent ou n’étalassent jamais à terre leurs marchandises183. Le 9 mars 1389 (n. st.), le prévôt de Paris enjoignit à tous les marchands et marchandes de fil de laine des Halles d’aller vendre désormais au cimetière Saint-Jean184.

8Ainsi des commerces variés mais voisins s’exerçaient côte à côte, sans cloison ni séparation aucune, dans ce long bâtiment à l’intérieur duquel on accédait par trois portes : une à chaque extrémité, et la troisième au bout d’une petite allée venant de la Ferronnerie.

2. Halles à la Mercerie

  • 185 Voir supra, p. 19, n. 28.
  • 186 « Du fait de la mercerie, il y a XVIII branches foraines et en la ville de Paris il y a XVIII autre (...)
  • 187 Étienne Boileau, Réglemens sur les arts et métiers…, p. 191. AN, X1C 132, n° 30 (1426). Voir la su (...)

9La mercerie était « grant marchandise a Paris » (1411), c’est-à-dire une des principales spécialités de la ville. Des merciers étaient déjà présents en 1138 au primitif marché du Champeau185. Leur corporation, la plus importante de Paris186, comprenait aussi, dès le XIIIe siècle, les couteliers, les tabletiers, les courroiers, les orfèvres et autres. Ils fabriquaient peu de choses eux-mêmes, mais revendaient l’infinie variété de ce qu’ils avaient acheté : tissus de soie, armes de luxe, bijoux, coiffures et une multitude d’objets qui ne sont plus compris sous l’appellation actuelle de « mercerie »187.

  • 188 Une seule maison les séparait du côté de la rue de la Tonnellerie (1339). Arch. Assistance publiqu (...)
  • 189 Il est question de « tout cil qui estal ont es hales de la Mercerie de Paris soit dessus ou dessou (...)
  • 190 « La halle aux Merciers ou merceries Basses […] aboutissant par l’un des boutz a la rue de la Tonn (...)

10Au début du XIIIe siècle, un bâtiment fut construit spécialement pour eux entre les deux halles des drapiers parisiens. Il s’étendait de la rue de la Lingerie à celle de la Tonnellerie188 et comprenait un étage189. On l’appela les « Basses-Merceries ». Les étaux y étaient alignés comme à l’accoutumée, le long des murs latéraux. Deux portes y donnaient accès : l’une, à l’est, traversait la Ganterie sous la mercerie des Champeaux190, l’autre, à l’ouest, ouvrait sur la Tonnellerie.

  • 191 Sciendum est preterea quod nos retinemus potestatem pro nobis et successoribus nostris faciendi al (...)

11La corporation des marchands merciers loua d’abord ce bâtiment, moyennant une rente annuelle de soixante-quinze livres. Puis Louis IX consentit en 1264 à le leur céder à perpétuité moyennant le double, cent cinquante livres, au paiement desquelles la communauté des merciers s’engageait en toutes circonstances. Elle devait, en outre, entretenir la halle en bon état et la faire reconstruire en cas d’incendie ou d’accident. Ces conditions n’avaient pour le roi que des avantages, d’autant plus qu’il se réservait, ainsi qu’à ses successeurs, la faculté de faire édifier une autre halle à la Mercerie, près ou loin de la première, quand le besoin s’en ferait sentir191.

  • 192 J. Guerout, « Le palais de la Cité à Paris des origines à 1417 », dans Paris et Île-de-France. Mém (...)
  • 193 AN, Z1F 6, fol. 9v (1411).
  • 194 AN, K 948, n° 29 (21 avril 1323).
  • 195 AN, Z1F 2, fol. 9v (1403). Nombre peut-être exagéré puisqu’en 1454 on ne comptait dans ces mêmes B (...)
  • 196 BNF, fr. 24070, fol. 219 (vers 1425).
  • 197 AN, X1A 67, fol. 247v (10 mai 1432) ; voir aussi X1A 1481, fol. 45v, 49v et 60 (1432-1433) ; et Jo (...)

12À partir du règne de Philippe le Bel, avant 1316 en tout cas, bon nombre de merciers prirent l’habitude d’aller vendre dans une des « allées » ou galeries du palais de la Cité, qui prit le nom de « Galerie des merciers » ou « Galerie mercière »192. Ils ne le pouvaient en principe, sous peine d’amende193, qu’en dehors des jours de marché aux Halles auxquels ils devaient toujours se rendre ; pourtant cette nouvelle implantation du commerce de mercerie porta préjudice aux marchands des Halles, qui étaient obligés de louer et d’entretenir leur lieu de vente et de payer pour les étaux restés inoccupés194. Mais la corporation était alors florissante. Au début du XVe siècle, on estimait à quatre cents environ le nombre des merciers qui vendaient aux Basses-Merceries195 et à cent huit ceux qui occupaient les cent cinquante-six étaux de la halle au-dessus de la Ganterie196. Néanmoins le paiement de la rente et l’entretien du bâtiment étaient de lourdes charges et les merciers décidèrent de sous-louer les Basses-Merceries à la corporation des pelletiers. Un sérieux désaccord devait les opposer pendant vingt ans au sujet de l’aménagement des locaux197.

13Les pelletiers avaient promis de payer aux merciers quatre livres parisis par an pour chaque étal. Les merciers se dirent d’accord et firent exécuter aussitôt d’importants travaux de maçonnerie et de charpenterie afin de les contenter. Mais ils objectèrent alors que, pour faire sortir la craie que contenaient leurs peaux, il fallait être au grand air. Sur l’ordre du procureur royal, les merciers firent donc démolir un mur de la halle et édifier quatre étaux en appentis. Les pelletiers se déclarèrent satisfaits et promirent d’occuper la halle si les trente-deux autres étaux qu’elle contenait encore étaient tous installés sur le même modèle. Ainsi fut fait. Mais les étaux, les portes et dépendances de la halle une fois aménagés spécialement à l’usage des pelletiers, ceux-ci refusèrent d’y aller vendre. Les propriétaires des Basses-Merceries les firent condamner à plusieurs reprises (sentences du prévôt de Paris des 10 mai 1410, 3 septembre et 15 novembre 1411, 22 septembre 1414) ; mais un certain nombre d’entre eux continuaient à vendre à leur ancien emplacement près de la Friperie.

14Les merciers engagèrent alors un procès pour obtenir que les pelletiers s’acquittassent des arrérages des rentes non payées. Ceux-ci faisaient remarquer que les merciers avaient loué des places dans leur halle à des cordiers et autres marchands et en avaient reçu le loyer ; ils s’estimaient donc dans leur droit en refusant de payer les quatre livres parisis annuellement dues par étal. Ils objectaient encore que les propriétaires des Basses-Merceries s’étaient engagés à faire paver la halle et à la garnir d’un nombre suffisant d’étaux, chacun de douze pieds (quatre mètres de large) et à installer dans chacun d’eux des tablettes profondes de soixante-dix centimètres pour que les peaux puissent y être empilées ; ils avaient promis en outre de faire élargir les portes de la halle pour que les pelleteries puissent y être apportées avec des chevaux et des voitures. Ce qu’ils n’avaient pas fait.

  • 198 Ibid.
  • 199 AN, JJ 182, n° 106. Ordonnances…, t. XIV, p. 322.

15Après enquête, le prévôt de Paris condamna les pelletiers à payer dorénavant les quatre livres parisis par étal et les propriétaires des Basses-Merceries à leur livrer les clefs de la halle pour qu’ils puissent y aller à leur gré. Le Parlement ratifia la sentence en appel. Les pelletiers prirent possession de la halle et payèrent la location aux deux termes accoutumés de Noël et de la Saint-Jean-Baptiste198. Ces conditions ne furent pas respectées, car peu de temps après les merciers demandèrent au roi de leur louer à nouveau la halle et payèrent régulièrement la rente de cent cinquante livres parisis jusqu’en 1440. Enfin, en 1454, ils conclurent un accord avec le roi auquel ils rendirent les Basses-Merceries en bon état et qui les tint quittes de tout moyennant la somme de deux milles livres tournois qu’il employa aussitôt à réparer la mercerie des Champeaux, qui était en très mauvais état depuis longtemps199.

  • 200 Dès 1306, on trouve mention d’un « estal a mercier seant es hautes halles de Paris en la Mercerie (...)
  • 201 « La viez hale auz Merciers d’en bas ». Arch. des Quinze-Vingts, n° 2658.

16Car les rois avaient usé du droit qu’ils s’étaient réservés en 1264. Au début du XIVe siècle, des merciers étaient installés au-dessus des gantiers200 et des lingères. On commença à qualifier de « vieille halle » le bâtiment qui conserva le nom de Basses-Merceries201.

  • 202 G. Fagniez, Études sur l’industrie…, p. 317, n° 21 (1378).
  • 203 AN, X1A 1471, fol. 179v.

17La corporation des gantiers jouissait à Paris de grands privilèges parce que les gants, dont on sait la délicate matière et la difficile technique de fabrication, étaient une des spécialités de la capitale. On s’appliquait à ce que « hors de Paris on ne tienne pas gans si bien comme a Paris »202. Un grand bâtiment dit « la Ganterie », leur était réservé vis-à-vis de celui qu’occupaient les lingères. En 1379, bien que cette halle soit en très bon état, on discutait pour savoir si un ou deux gantiers seulement devaient y vendre chaque jour ou si tous les gantiers devaient s’y rendre les samedis203.

3. Halle aux Lingères

  • 204 À la fin du XVe siècle encore, on appelait la halle aux Lingères : « la halle Saint Loys ». AN, S (...)
  • 205 Ordonnances…, t. V, p. 106 ; t. XIV, p. 191.
  • 206 AN, JJ 204, n° 12, fol. 74 ; Ordonnances…, t. XIX, p. 576 (août 1485). Voir P. Champion, François (...)

18Louis IX, nous l’avons vu, avait autorisé les lingères et marchands de petits souliers à vendre contre le mur extérieur du cimetière des Innocents, sans avoir à payer aucune redevance204. Philippe III permit à ces pauvres gens de s’abriter non dans, mais sous (subtus) la halle en appentis qu’il avait fait construire au même endroit205. Des querelles pour les meilleures places s’étant élevées, il fut décidé que les basaniers occuperaient la rangée du fond et les lingères les places sur le devant de la rue. Les maîtresses-jurées surveillaient les lingères et expulsaient, sans pitié et au besoin par la force, celles qui se conduisaient mal206.

  • 207 Rentes à percevoir super medietatem halarum Parisius situatam prope muros atrii monasterii Sanctor (...)
  • 208 Rôle de la taille de 1296. AN, KK 283, fol 6c.
  • 209 Voir AN, S 14, S 7 et S 935A. Il y avait même des étaux dans les traverses. Deux étaux « en la hau (...)
  • 210 Celui-ci, au coin de la rue au Feurre, servait aussi d’accès à la maison du hallier, construite su (...)
  • 211 K. Michaëlsson, Le livre de la taille de Paris, l’an de grâce 1313, Göteborg, 1951, p. 65. Un acte (...)

19La halle de la Lingerie avait un étage dont deux particuliers possédaient chacun la moitié en 1313207. Dès le XIIIe siècle, cet étage communiquait avec celui au-dessus de la Ganterie par deux traverses situées à ses extrémités et soutenues par des piliers208. L’ensemble formé par les deux étages et les traverses était dit : « halle des Champeaux » ou « haute halle vieille aux Merceries »209. On y comptait cent quatre étaux et on y accédait par deux « montées » ou escaliers, l’une place aux Poirées210, l’autre place aux Chats211.

  • 212 Super stallis halle predicte que sunt supra halam Sutorum et tannatorum, A.-A. Beugnot, Les Olim…,(...)
  • 213 Le même étal de pelletier est dit en 1400 « tenant au degrez de la halle de la Mercerie » et, en 1 (...)
  • 214 G. Fagniez, Études sur l’industrie…, p. 213 ; Ordonnances…, t. V, p. 147 (29 juin 1369).

20Au XIVe siècle, un nouveau local fut mis à la disposition des merciers : la « Haute Mercerie neuve » située entre la Friperie et la halle au Blé. Le rez-de-chaussée fut occupé à l’ouest par les tanneurs, puis par les chaussetiers, et à l’est, par les cordonniers212. L’escalier qui donnait accès à la mercerie de l’étage était à l’ouest, près des chaussetiers, et laissait un passage qui permettait d’atteindre la porte ouvrant sur la Tonnellerie, au nord de la halle du Commun213. Quand Hugues Aubriot mentionne, en juin 1369, la « Haulte Mercerie neuve », il s’agit donc d’un nom anciennement donné et resté en usage214.

4. Halle au Cordouan et halle aux Chaudronniers

  • 215 AN, S 4681B, dossier 4 ; Arch. des Quinze-Vingts, n°s 1739 et 2632, 2644, 2645 ; L. Biollay, « Les (...)
  • 216 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. I, p. 649.
  • 217 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pélerins, l. 48, n° 1168 ; AN, Z1F 7B, fol. (...)
  • 218 Arch. des Quinze-Vingts, n° 806.

21Au sud de la halle de Beauvais et des Tisserands, et en bordure de la rue de la Ferronnerie, se trouvaient la halle au Cordouan et la halle aux Chaudronniers. En 1432, la première comprenait cinquante-neuf étaux distribués sur trois rangs, trente loges et des dépendances réparties autour d’une cour215. Sauval la décrit sous l’aspect qu’elle avait au XVIIe siècle : « irrégulière, bordée d’un portique mal bâti où se met le cuir à couvert »216. À l’ouest, étaient la halle aux Chaudronniers et la cour de la boucherie de Beauvais, auxquelles on accédait par une petite allée depuis la Ferronnerie217. Les chaudronniers vendaient là depuis le XIIIe siècle. En 1445, deux maisons de la Ferronnerie appuyaient par-derrière leur étage en saillie sur trois piliers de pierre en la halle des Chaudronniers et sur deux autres en la halle au Cordouan218. C’est là un exemple de la façon dont les domiciles privés étaient étroitement imbriqués avec les bâtiments des halles.

5. Halle de Gonesse

  • 219 Une maison sise en la Ferronnerie, près de la porte de la halle aux Chaudronniers et aboutissant p (...)
  • 220 Compte de Guillaume Breteau (circa 1425), voir infra document IX. BNF, fr. 24070, fol. 218v. Phili (...)
  • 221 « Des marguilliers de Saint Innocent, pour une rente sur une maison ou jadis avoit halle, appellee (...)

22L’angle oriental formé par la rue de la Tonnellerie avec celle de la Ferronnerie était occupé par la « halle de Gonesse », appelée quelquefois le « Petit Palais »219. Les marchands drapiers et pelletiers de Gonesse y apportaient leurs denrées. Si l’on en juge par le montant de la rente annuelle qu’ils payaient au roi, vingt-cinq sous parisis, la halle était d’assez peu d’importance au début du XVe siècle220. Les marguilliers des Saints-Innocents l’achetèrent, entre 1425 et 1467, et elle changea de destination221.

6. Les halles à l’entour de la halle au Blé

23Dans la partie septentrionale du périmètre dessiné par le « gros mur du roi », un espace avait été réservé pour la vente en plein air et en gros des céréales, des graines et des farines. La nécessité de mettre en sûreté et à couvert les quantités qui n’avaient pas trouvé acquéreur jusqu’au marché suivant amena à construire de bonne heure des abris ou arcades qui prirent tout naturellement appui contre le « gros mur » de clôture. Ainsi se constitua une série de « greniers » (horreae), autour du préau laissé libre pour la vente. Puis on édifia au-dessus un étage qui fut réservé à la vente des draps apportés des provinces ou de l’étranger.

6.1 Au rez-de-chaussée

  • 222 « Greniers a Coustes qui sont en nombre XIIII » (vers 1425). BNF, fr. 24070, fol. 188v; AN, JJ 157 (...)
  • 223 AN, JJ 56, fol. 131v, n° 295 (1318); S 935B (1358); JJ 145, fol. 218v, n° 477 (1394, n. st.).
  • 224 En 1314, les marchands de Bruxelles y mirent indûment en vente leurs draps : Mercatores de Broisse (...)

24Les entrepôts du rez-de-chaussée comprenaient, à l’est, quatorze « greniers », ou « halles aux Coustiers »222, où se tenaient les faiseurs de « coustes » ou lits de plume, les fabricants de coussins, oreillers, édredons propres au coucher. À l’occasion, ces greniers servaient à abriter les « poys, feves et autres grains »223 et à vendre les châtaignes, les glands, les aulx et les champignons224.

  • 225 « La halle au Fille » (1349), AN, S 935B. « La halle a la Fillasse » (1409), Arch. Assistance publi (...)
  • 226 Étienne Boileau, Réglemens sur les arts et métiers…, p. 122, art. XI.
  • 227 Les métiers et corporations…, t. III, p. 40.
  • 228 AN, Z1F 8, fol. 167v et 204.

25À l’ouest, d’autres abris de plain-pied servaient à la vente du lin, du chanvre, des fils, de la filasse et des toiles225. On y accédait par l’intérieur du marché au Blé. Les chanevassiers parisiens et forains y vendaient côte à côte, mais le hallier devait attribuer les places en priorité à ceux de la capitale226. La fabrication de la toile exista toujours à Paris, mais elle ne prit jamais une grande ampleur227. On vendait surtout aux Halles les grosses toiles écrues dites « canevas », qui arrivaient de Normandie, de Flandre et d’ailleurs228.

  • 229 On vendait aussi les harengs en gros, « en la hale aux Gresses a Paris en la place de la hale au B (...)

26Au sud, le rez-de-chaussée du long bâtiment qui fermait la halle au Blé comprenait, de part et d’autre d’une porte, la halle aux Graisses229, à l’ouest, et celle des Cuirs à poil, à l’est.

  • 230 C’est ce qu’on peut déduire de l’interdiction faite au propriétaire d’un étal qui y était adossé à (...)
  • 231 Documents parisiens…, t. I, p. 205 ; BNF, fr. 6142, fol. 124v, (1480) ; AN, JJ 119, fol 44v. L. Au (...)
  • 232 AN, JJ 53, n° 36 et JJ 119, n° 65, fol. 46 (1316); AN, JJ 119, fol. 45v (1381 n. st.).

27Comme les greniers à Coustes, la halle aux Cuirs à poil était de construction massive et d’élévation importante. Elle était éclairée par des fenêtres situées à une hauteur d’environ trois mètres au-dessus du sol230 et sa porte ouvrait sur le marché aux Poirées, entre les escaliers montant l’un à la halle de Douai, l’autre à la halle de Cambrai puis de Malines231. Une autre petite porte qui ouvrait sur l’intérieur des Halles fut bouchée avant 1381232.

6.2 À l’étage : halles des drapiers forains et étrangers

28Les draps fabriqués ou façonnés à Paris étaient, rappelons-le, vendus dans les deux halles construites en 1183. Les draps forains venaient surtout de Normandie et du nord de la France. Une ordonnance royale du 11 novembre 1479 énumère les villes drapières françaises et juge leur production bien supérieure en quantité à celle de Paris et de ses environs :

  • 233 Ordonnances…, t. XVIII, p. 512 et G. Fagniez, Études sur l’industrie…, p. 241, n. 3.

La marchandise de drapperie a eu le temps passé et encore a de present grant cours en nostredit ville [Paris], parce que les drappiers, ouvriers et marchans de noz villes de Rouen, Bayeulx, Lisieux, Montiviller, Saint Lo, Bernay, Louviers et d’autres villes de noz pays et duchié de Normandie et pareillement les marchans de noz villes de Beauvais, Bourges, Yssouldun, Orleans et d’autres villes de nostredit royaume qui sont principalement fondés sur ledit fait de drapperie, amainent leurs draps vendre en nostredite ville de Paris en laquelle ilz sont assez tot apres venduz et distribuez par les marchans et drappiers d’icelle ville de Paris et pareillement ceulx que l’on fait en nostredite ville de Paris et a l’environ d’icelle, qui ne montent pas grant chose en regard a la grant quantité de ceulx que l’on maine des villes et pays dessus dits233.

  • 234 « En la ville de Paris a halles ordonnees pour le proffit commun, pour mettre les draps et autres (...)

29Quant aux drapiers venus de l’étranger, d’abord flamands, ils furent presque exclusivement brabançons à partir des environs de 1300. En fonction de leur nombre, ils achetaient ou louaient à Paris un bâtiment entier ou quelques travées dans celui-ci comme lieu permanent d’entrepôt et de vente234. Les marchands d’une même ville drapière – et sa municipalité – étaient responsables solidairement du paiement du loyer et de l’entretien du local, ce qui pouvait devenir une lourde charge en cas de crise économique et de la défection d’une partie des marchands. Un garde ou « hallier » était chargé de veiller à la protection des biens de tous. Chaque halle portait le nom de la ville d’origine des marchands qui la louaient, preuve de la régularité et de la continuité des relations existant entre ces villes et Paris.

  • 235 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 51, n° 1225 (1) et l. 53, n°s 1 (...)
  • 236 E. Boutaric, Actes du Parlement de Paris. Ire série : de l’an 1254 à l’an 1328, 2 t., Paris, 1863- (...)

30La halle de Saint-Denis était installée au-dessus de la halle au Fil et la halle de Louvain au-dessus de la halle au Chanvre. La porte qui, du marché au Blé, ouvrait sur la rue de la Tonnellerie formait la séparation entre elles235. En 1293, la halle de Saint-Denis accueillit dans ses trois travées méridionales les drapiers de Lagny. Entre 1387 et 1403, une partie des drapiers de Bruxelles y fut également transférée. Les drapiers de Saint-Denis prétendirent en outre vendre leurs draps tous les samedis près de la halle aux Draps de Paris, sur des bancs et des buffets. À la requête des marchands parisiens, on le leur interdit ; mais un arrêt du Parlement de 1309 leur en rendit la possibilité, à condition de ne pas gêner la circulation236.

  • 237 AN, JJ 52, fol. 49, n° 91 (voir infra document IV) ; Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jac (...)
  • 238 AN, X1A 5, fol. 11 (8 décembre 1319).

31En 1315, les marchands de Louvain avaient conclu un accord avec le roi : la halle attenant à celle de Saint-Denis leur serait abandonnée à perpétuité, à la mort de Jeanne Marcel qui la tenait alors237. Accord tenu ; mais en 1319, le prévôt et les drapiers de Paris voulurent interdire à ceux de Bruxelles et de Louvain de vendre leurs draps à Paris. Un arrêt du Parlement les débouta de leur plainte238. Ordres et contre-ordres étaient continuellement donnés, déplaçant les marchands en fonction des intérêts du moment, mais toujours à l’intérieur des mêmes bâtiments aménagés en vue de la vente des draps.

  • 239 Arch. mun. Douai, CC 199ter, CC 200 et DD 12. G. Espinas, La vie urbaine de Douai au Moyen Âge, 4  (...)
  • 240 AN, S 5077B, n° 60 ; H. Laurent, Un grand commerce…, p. 154-159.
  • 241 AN, JJ 157, fol. 299, n° 501 (1387). Une maison rue de la Tonnellerie est dite en 1425, aboutir pa (...)
  • 242 En 1421, deux échoppes situées « devant le pilori » sont dites « selon la couverture des halles de (...)
  • 243 A.-A. Beugnot, Les Olim…, t. III, p. 191, n° 8 (22 novembre 1306).
  • 244 BNF, fr. 2833, fol. 181v (XVe siècle) ; H. Laurent, Un grand commerce…, p. 155. Voir aussi Arch. m (...)
  • 245 H. Dubrulle, Cambrai à la fin du Moyen Âge, Lille, 1904, p. 185 et n. 3.
  • 246 H. Laurent, « Documents relatifs à la procédure en foires de Champagne et de Brie contre les débit (...)
  • 247 Documents parisiens…, t. I, p. 205, n° 132 ; AN, P 2300, p. 783.
  • 248 AN, JJ 161, n° 348 (juillet 1407) ; Documents parisiens…, t. I, p. 205 ; H. Sauval, Histoire et re (...)
  • 249 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 51, n° 1255 (1404) ; AN, Z1F7B, (...)

32À l’est de la halle au Blé et dès le règne de saint Louis, les drapiers de Douai occupaient l’étage au-dessus des greniers à Coustes239. Ceux de Bruxelles vinrent les y rejoindre dans la partie septentrionale avant 1317240. Puis, certains d’entre eux furent transférés dans la partie nord de la halle de Saint-Denis entre 1387 et 1403241, tandis que les autres restaient sur place242. Les drapiers d’Abbeville vendaient à côté de ceux de Douai243 et peut-être d’autres encore. Ceux de Cambrai sont signalés sous le règne de Louis IX et en 1296244. Très actifs, on les rencontrait partout, aux foires de Champagne, d’Ypres, de Saint-Quentin, de Montreuil, d’Anvers, mais surtout de Bruges245. Les drapiers de Malines étaient présents en 1302 et 1334 aux Halles de Paris246 et partageaient un bâtiment avec ceux de Cambrai247. Deux grands escaliers voisins permettaient d’accéder depuis le marché aux Poirées, l’un à la halle de Douai248, l’autre à celle de Cambrai et de Malines249.

7. Halle du Commun pour la vente en gros des draps français

  • 250 AN, Y 4, fol. 96 et AN, Z1F 1, fol. 3v-4 (1401).
  • 251 L. Biollay, « Les anciennes halles… », p. 42.
  • 252 AN, Z1F 1, fol. 3v ; Z1F 2, fol. 33v.
  • 253 « Pour ce que cil d’Amiens avoient pou place et il ne nous sembloit pas que ce fust bonne chose qu (...)
  • 254 Ibid. et AN, Z1F 1, fol. 3v-4, 78v et 165v (1401). Ils y restèrent jusqu’au XVe siècle.
  • 255 AN, Z1F 2, fol. 33.
  • 256 D’après H. Sauval (Histoire et recherches…, t. I, p. 650), la halle d’Aumale occupait, en 1417 et (...)
  • 257 Ces villes figurent dans le rapport demandé à Guillaume Breteau (vers 1425) (voir infra document I (...)
  • 258 AN, X1C 162, n°s 68 et 69.

33Un bâtiment spécial était réservé à la vente en gros des draps apportés des provinces. Il est mentionné dès 1293250 et bordait le côté oriental de la Tonnellerie. Léon Biollay pensait qu’il s’agissait d’une « suite de petits édifices communiquant entre eux »251. En réalité, chaque ville drapière disposait d’un nombre variable de travées dans le même bâtiment et le nom de « halle » était donné à un ensemble d’étaux appartenant aux marchands d’une même ville. C’est ainsi que les drapiers de Lagny occupaient auprès de ceux d’Amiens « une certaine quantité de la halle du Commun »252. Mais, en 1293, les drapiers d’Amiens se trouvèrent trop à l’étroit. Comme on voulait laisser groupés les marchands de même origine pour faciliter les contrôles, plutôt que de leur permettre de vendre en deux endroits distincts des Halles253, le prévôt de Paris, Guillaume de Hangest, préféra déloger les drapiers de Lagny, auxquels il assigna les trois travées méridionales de la halle de Saint-Denis moyennant le même prix de location254. Les drapiers d’Amiens désertèrent d’ailleurs un siècle plus tard : lors d’un procès en 1403, ils signalent que les marchands de Montivilliers vendaient maintenant à l’emplacement qu’ils avaient eux-mêmes occupé « il y a très longtemps »255. Les draps des villes de Chaumont, Aumale256, Corbie et Pontoise257 étaient négociés dans la halle du Commun qui, en 1442, était en pleine activité sous la garde de son hallier258.

8. Halle Neuve

  • 259 Ordonnance du roi Jean II sur la police et les métiers de la ville de Paris (1er janvier 1351), ti (...)

34Les marchands forains n’apportaient pas à Paris que des draps. Ils étaient tous contraints, sous peine de la perte des denrées et d’une forte amende, de décharger et de vendre les marchandises importées en la halle Neuve, au sud et devant la halle au Blé. Il en était de même pour les marchandises que des Parisiens allaient ou envoyaient chercher en pays étrangers. Les marchands « tant brabançons que autres » apportaient à Paris souliers, houseaux, chapeaux de bièvre et de feutre, selles, brides, galoches, chandelles de suif, patins, éperons, toiles, armures et autres denrées259. La halle Neuve servait en quelque sorte d’entrepôt des douanes : les marchandises importées y étaient examinées pour déceler les fraudes et les malfaçons et les taxes y étaient perçues.

  • 260 Ces ruelles paraissent d’ailleurs souvent se déplacer. Les textes les nomment : « ruelle de la Pet (...)
  • 261 Il est impossible de donner les nombreuses références qui ont permis d’écrire ces dernières lignes
  • 262 L’Écu-de-Bourgogne, Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 9, n° 78 ; (...)

35Le « gros mur » de Philippe Auguste entourait avec les halles une quantité d’étaux et de loges, généralement groupés par métier. C’étaient de petites constructions en pierre maçonnée ou en bois, tantôt prenant appui contre les murs solides des halles, tantôt alignées plus ou moins régulièrement le long des allées et des ruelles où circulaient acheteurs et curieux260. Chaque loge comprenait un étal protégé par un auvent où la marchandise était exposée. Certaines avaient un étage et mesuraient plus de quatre mètres de haut. Elles possédaient foyer, cheminée, grenier, lucarnes, toit et gouttières et étaient parfois flanquées d’une soupente et de dépendances assez importantes261. Au XVe siècle, l’habitude s’établit même de les distinguer au moyen d’enseignes262.

9. Les fripiers

  • 263 Ordonnances…, t. V, p. 106 ; t. XIV, p. 191 et 280.
  • 264 […] Nec in stallis ipsis continuam poterunt facere mansionem, nec domos ibidem pro remanendo edifi (...)
  • 265 Ordonnances…, t. IV, p. 82 ; t. VI, p. 676.

36La corporation des fripiers était importante car elle répondait aux besoins des moins fortunés et du plus grand nombre. Au XIIIe siècle, ils se tenaient rue Saint-Denis, devant l’hôpital Sainte-Catherine, et rue de la Charronnerie263. En 1313, ils vendaient aussi à l’intérieur des Halles (inter clausum halle) et le roi consentit à leur céder à titre héréditaire les étaux qu’ils occupaient à plusieurs conditions, les principales étant qu’ils les entretiendraient et n’édifieraient pas au-dessus de logements pour y demeurer continuellement264. Hugues Aubriot, prévôt de Paris sous Charles V, voulut obliger tous les fripiers à aller vendre aux Halles les vendredis et samedis. Ils objectèrent que les Halles étaient moins passantes que la place des Innocents où ils vendaient, qui était « plain quarrefour » et que les objets volés y seraient moins facilement recouvrés. En octobre 1382, il fut décidé que les fripiers étaliers vendraient aux Halles tous les jours de la semaine et que les fripiers colporteurs s’y rendraient les vendredis et samedis, mais seraient autorisés à vendre en la Charronnerie les autres jours265.

  • 266 N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 681 (arrêt de la Chambre des comptes du 30 janvier 1 (...)
  • 267 Voir Les métiers et corporations…, t. III, p. 429, n. 1. Voir AN, Y 64, fol. 19 et fol. 123 (19 ao (...)

37Peu de temps après, des contestations s’élevèrent entre les fripiers. Les possesseurs de loges voulaient empêcher les colporteurs de poser et d’exposer leurs denrées par terre ou sur des selles d’un mètre sur soixante centimètres. Les propriétaires d’étaux rappelaient qu’on les avait forcés à venir vendre aux Halles, à construire des loges et à paver à leurs frais chacun le devant de la sienne. Pour faire face à ces dépenses, ils avaient dû vendre les maisons qu’ils possédaient en la Charronnerie. D’ailleurs il restait si peu de place entre les étaux que quinze ou seize colporteurs seulement auraient pu déposer leurs marchandises par terre, et ils étaient deux cents ! Utiliser des selles était impossible car la foule, les jours de marché et surtout le samedi, avait déjà peine à circuler266. Le 18 novembre 1388, les commissaires visitèrent les lieux et donnèrent raison aux étaliers. Les colporteurs furent condamnés à porter les denrées « a leurs colz et sur leurs braz » tout le jour, sans jamais les déposer ; et cela non seulement à l’intérieur des Halles, mais autour du pilori et dans les chemins publics où ils gênaient la circulation267. Leurs adversaires les accusaient d’être des vagabonds vendant « denrees que gens d’onneur ne deussent acheter ».

  • 268 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 49, n° 1205 et l. 50, n° 1212 ; (...)
  • 269 Trente-six toises de long sur cinq toises de large environ. N. de Lamare, Traité de la police…, t. (...)

38À l’intérieur du périmètre des Halles, on distinguait la Grande Friperie, où étaient les loges des marchands les plus aisés268 et la Petite Friperie, emplacement d’environ soixante-dix mètres sur dix situé derrière l’hôtel de la Rappée et où les colporteurs étaient autorisés269.

10. Les pelletiers

  • 270 AN, S 1092A, n° 26.
  • 271 A.-A. Beugnot, Les Olim…, t. III, p. 659, n° 27 (1312) ; règlements de 1324, Les métiers et corpor (...)
  • 272 Quamvis mercancia pelliparie una de majoribus et communioribus mercanciis dicte ville [Parisiensis (...)
  • 273 BNF, fr. 24070, fol. 219v.

39Dès 1259, il y avait une place dite « de la Pelleterie » aux Halles270 et, en 1312, les pelletiers vendaient à côté des fripiers et des tapissiers, au nord de la halle aux Draps de Paris. Les colporteurs en pelleterie étaient regroupés à la place aux Chats, « dessoubz les halles de Champeaulx et couvers d’icelles »271. Lorsque les merciers avancent en 1432, que les pelletiers n’ont aux Halles « aucun lieu » (nullum locum) où exposer leurs marchandises, ils veulent seulement dire que cette corporation importante ne disposait d’aucun local indépendant et convenable où ils pussent vendre tous ensemble272. En effet, vers 1425, les soixante-dix étaux qu’ils occupaient alors étaient « assis en plusieurs lieux esdites halles »273.

  • 274 AN, Y 2, fol. 66v et X1A 1469, fol. 296.
  • 275 AN, Y 4, fol. 97 et KK 1336, fol. 122v (12 juillet 1369). Arch. Assistance publique, fonds de Sain (...)
  • 276 Voir supra, p. 56.

40Le 23 décembre 1367, les pelletiers se virent rappeler leur obligation d’aller vendre aux Halles deux jours par semaine et de fermer leurs boutiques en ville ces jours-là274. De plus, en 1369, une ordonnance d’Hugues Aubriot leur assigna un emplacement, près des fripiers et derrière les maisons de la Rappée et des Gants qui ouvraient sur le marché aux Poirées275. Mais les pelletiers vendirent toujours en plusieurs endroits des halles à la fois. Vers 1410, ils projetèrent d’aller occuper le bâtiment des Basses-Merceries devenu vacant et un long procès les opposa aux merciers à cette occasion. Les aménagements qu’ils exigeaient alors nous instruisent sur leurs conditions de travail276.

11. Les tapissiers, les savetiers et les chaussetiers

  • 277 BNF, fr. 24070, fol. 219v; AN, S 4680 (1421); AN, K 981, n° 63; AN, S 90B (1502); AN, X1C 182B, n° (...)
  • 278 BNF, fr. 24070, fol. 219v; Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 49, (...)

41Ces trois corporations partageaient avec les fripiers et les pelletiers le vaste emplacement situé au nord de la halle aux Draps. Les deux principales entrées des Halles du côté de la ville portaient les noms de porte aux Savetiers et de porte aux Tapissiers277. Les chaussetiers occupaient une rangée de trente-cinq étaux contre la halle aux Draps278.

42Le tableau qui vient d’être dressé ne saurait être complet, mais il donnera une idée de la multiplicité et de la diversité des activités marchandes aux Halles et de l’enchevêtrement des lieux où elles s’exerçaient ; ce qui n’empêchait pas une certaine qualité d’ordre et le respect des règlements.

  • 279 Ordonnances…, t. XVIII, p. 512.
  • 280 Ordonnance de janvier 1413 (n. st.), Les métiers et corporations…, t. III, p. 256.
  • 281 Limons (Puy-de-Dôme).
  • 282 Restigné (Indre-et-Loire).
  • 283 Ordonnance de 1408, Les métiers et corporations…, t. III, p. 249.
  • 284 AN, Y 2, fol. 85. N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 681.

43Les Halles de Paris offraient au Moyen Âge un éventail complet de l’artisanat d’alors. On n’y exposait pas les échantillons des marchandises à vendre, mais ces marchandises elles-mêmes, prêtes à emporter. Une activité fébrile y régnait plusieurs jours par semaine. On y vendait d’abord beaucoup de draps dont la liste ne saurait être exhaustive : draps de Paris, Saint-Denis, Gonesse, Lagny, Chaumont, Aumale, Rouen, Bernay, Louviers, Montivilliers279, Lisieux, Bayeux, Saint-Lô, Bourges, Issoudun, Beauvais, Amiens, Abbeville, Douai, et aussi Bruxelles, Louvain, Cambrai et Malines. Trois grandes halles étaient destinées à la vente de la mercerie : les Basses-Merceries, la Haute Mercerie des Champeaux, et, à partir du XIVe siècle, la mercerie Neuve ; trois halles où étaient proposés ces menus objets de bon goût qui étaient déjà des spécialités de Paris : « gants, bourses, tasses, courroyes, aumusses, cousteaulx, gaines, eguilles, epingles, images, peignes, eperons, mors a cheval et quelconque autres choses appartenant au fait de lormerie »280 ; mais aussi une quantité de tissus de qualité : « boucassins, fustaines, bouguerans, draps de bords de quelque sorte que ce soit, […] or et argent filé fait a Gennes, que l’en appelle or et argent de Chippre, […] fustaines qui se font en Allemaigne, toiles taintes d’Allemaigne, coustelleries de quelques pays que ce soit, piques de bois de Lymons281, de Limoges et des pays d’environ, euvre de forge de Thoulouze, de Retingnes282 et autres marchandises, […] serges qui appartiennent a la mercerie, c’est assavoir d’Arras, d’Angleterre, d’Irlande ou d’ailleurs, […] estamines qui se font en Auvergne, […] rasouers, ciseaux, lancettes ou autres euvres de forges, […] soyes noires de Lucques, de Venise ou de quelque autre ville ou pays que ce soit »283. Ailleurs sont étalées les matières premières, fils, filasses, les laines, les cuirs à poil et tannés, les fourrures, le linge, les chausses, les souliers et les robes, les tapis et objets d’ameublement. Quant aux fripiers, ils vendaient vêtements neufs, habits usagés et bric à brac « aux personnes qui bonnement ne povoient acheter des chieres denrees »284. La foule qui circulait aux Halles, aux jours de marché, mêlait marchands de tous pays et de tous niveaux, bourgeois et leurs femmes, « gens vagabondes », clients et acheteurs potentiels, curieux flânant d’un étal à l’autre. À l’apogée de leur expansion médiévale, au XIIIe et au début du XIVe siècle, les Halles de Paris, « heureux séjour des plus délicieux agréments », selon Jean de Jandun, offraient le spectacle d’une variété, d’une abondance et d’un luxe dont on ne pouvait alors trouver l’équivalent en Occident que dans la lointaine Constantinople.

III. — LA VENTE DES DENRÉES ALIMENTAIRES : EN PLEIN AIR OU SOUS ABRI

  • 285 Ordonnances…, t. V, p. 148.

44Le blé et le poisson de mer furent les premières denrées alimentaires à être vendues en gros et à posséder aux Halles des greniers ou hangars couverts, non pour servir à la vente, qui se faisait à ciel ouvert, mais pour mettre en dépôt les marchandises avant ou dans l’intervalle des marchés. À part ces deux denrées, l’apport des vivres aux Halles n’était pas obligatoire285. Les légumes, les fruits et les produits fermiers n’occupaient encore au Moyen Âge qu’une place secondaire. Beaucoup de Parisiens disposaient de jardins, de fermes ou de possibilités de ravitaillement en banlieue.

45Cependant, par suite du peuplement rapide à l’intérieur de l’enceinte construite en 1190 sur la rive droite, le besoin se fit sentir et ne fit plus désormais que croître, d’assurer l’approvisionnement régulier des habitants. Les paysans des environs apportèrent leurs produits agricoles et fermiers et les offrirent tout naturellement à la demande là où existait déjà un lieu de vente du blé et du poisson. Comme ces derniers, ils furent exposés d’abord en plein air. Car un vieux préjugé voulait que la vente fut ainsi plus rapide et plus honnête : Préau de la halle au Blé, carreau du poisson de mer, Place au pain, étape au Vin, étaux sur la chaussée des vendeurs de lard, de légumes, de fruits et de produits fermiers – beurre, œufs et fromages – au marché aux Poirées.

  • 286 AN, JJ 35, n° 219.
  • 287 Quod enim mirabile videtur, non nunquam visum est hoc accidere quod, quanto majores populorum turm (...)

46C’est par petites quantités et sous la forme d’un marché de proximité analogue aux autres marchés parisiens – Apport-Paris, Petit-Pont, cimetière Saint-Jean – que le commerce d’approvisionnement s’introduisit tout d’abord aux Halles. Construites in suburbio, c’est-à-dire à la périphérie de la ville, celles-ci devinrent de plus en plus « centrales » au fur et à mesure de l’extension de la rive droite vers l’ouest. Le commerce d’alimentation s’enfla et se diversifia à mesure que croissaient les besoins de la population. L’appel de la consommation s’exerça sur un rayon de plus en plus étendu. En 1302 déjà, le roi ordonne de laisser passer les marchands apportant du blé et tout autre approvisionnement à Paris et il adresse ses lettres aux baillis de Vermandois, Normandie, Champagne, Amiens, Senlis, Tours, Bourges, Sens et Orléans286. On avait établi le rapport entre l’offre et la demande et, en 1323, Jean de Jandun s’émerveille de ce que l’apport des victuailles croisse toujours aux Halles dans la mesure où les habitants affluent dans Paris. Jamais la pénurie ne s’y fait sentir287. Après qu’aient été évacués les uns après les autres tous les produits fabriqués, les denrées d’alimentation en vinrent à occuper seules, au XIXe siècle, les pavillons de Baltard.

1. Le blé

  • 288 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. I, p. 652.
  • 289 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 50, n° 1220.

47L’espace réservé aux Halles à la vente en gros du blé et des autres grains était, écrit Sauval, « une place fort irrégulière à la vérité, mais d’une grandeur très convenable »288. À l’est de ce préau et de plain-pied s’alignait une série de greniers fermés ou ouverts sur des piliers et des échoppes et des loges étaient plantées çà et là289.

  • 290 In vico qui dicitur la Tonnellerie, alias dessouz les avens […] ab oppositis magne porte bladi de (...)
  • 291 AN, L 434, n° 2 et Y 3, fol. 27v (vers 1325).
  • 292 AN, S 99, n°s 6, 7 et 25 (1351-1357).
  • 293 Registre criminel du Châtelet de Paris du 6 septembre 1389 au 18 mai 1392, éd. H. Duplès-Agier, 2  (...)
  • 294 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 52, n° 1287 (1420, n. st.) ; AN (...)

48On accédait au marché au Blé par quatre portes : la première, qualifiée de « grande porte au blé » s’ouvrait rue de la Tonnellerie290 ; la seconde, dite « petit huys », était plus bas dans la même rue291 ; la troisième ouvrait à l’est, derrière la halle à la Marée292, et la quatrième au sud, entre la halle aux Cuirs à poil et la halle aux Graisses. Ces « portes » étaient toutes en réalité des passages ménagés sous les halles drapières du premier étage, de véritables petites rues par endroits bordées d’étaux293. La grande porte de la Tonnellerie est appelée parfois : « le chemin qui va en la halle au Blé »294.

  • 295 Ordonnance du roi Jean (30 janvier 1351), titre IV. Le nombre des mesureurs de blé était de vingt- (...)
  • 296 AN, JJ 56, fol. 131v, n° 295 (1318); S 935B (1358 et 1410, n. st.); S 73 (1447, n. st.).

49Le blé était apporté aux Halles exclusivement par terre. On vendait là en gros les blés d’Île-de-France, de Picardie, du Vexin et autres provinces, mais pas ceux de Beauce et de Hurepoix qui s’écoulaient à la halle « de Beauce », dite aussi « de la Juiverie », en la Cité. Cette dernière était, avec la Grève, le seul endroit à Paris où l’on vendit des grains ailleurs qu’aux Halles, où se faisait le commerce de beaucoup le plus important. La vente du blé commençait à des heures différentes dans ces trois marchés. À la halle au Blé, elle avait lieu de tierce à midi295. Aussitôt le grain vendu, il était enlevé par des portefaix et livré au domicile des acheteurs. Les invendus étaient entreposés jusqu’au marché suivant dans les greniers prévus à cet effet296.

  • 297 En 1220 : pro duobus modiis melioris frumenti quod invenitur venale in foro Parisiensi (1220). A. (...)

50Le prix du meilleur blé vendu le samedi aux halles des Champeaux servit de bonne heure de référence pour l’établissement de la valeur des biens et le montant des fermages297.

  • 298 Un emplacement carré de trois mètres trente de côté environ était réservé à leur vente derrière la (...)
  • 299 Ordonnance de Jean II (1351), titre IV. Voir Les métiers et corporations…, t. I, p. 8.
  • 300 En 1439, il y eut « tant de gland de chesne, que on le vendoit a la halle au Blé, emprés l’avoyne, (...)
  • 301 Il est question d’une « halle à l’Avoine » dans l’ordonnance du 28 janvier 1399 (n. st.). Voir Les (...)

51On vendait aussi à la halle au Blé d’autres céréales, des légumes secs : pois et fèves298, les farines299 et même les glands300. Chaque catégorie avait son emplacement attitré301.

  • 302 BNF, fr. 24070, fol. 215.
  • 303 AN, Q11186.

52Le Poids du roi disposait de toute ancienneté de deux bureaux : l’un rue des Lombards, l’autre à la halle au Blé. Ce dernier était transféré dans la halle de la Lingerie pendant la foire Saint-Ladre302. Le chapitre Notre-Dame avait la jouissance du Poids du roi « à titre d’engagement » et nommait le chargé à la régie. À la halle au Blé, l’exploitation du Poids du roi se faisait sous deux des arcades qui bordaient le préau au sud et on faisait remonter son origine à Philippe Auguste. En 1748, un procès fut intenté à une marchande qui s’était permis de faire pratiquer un passage entre sa boutique de la rue de la Cordonnerie et la halle au Blé, bien qu’elle protestât que ce passage ne facilitait pas seulement son commerce, mais que le public l’empruntait journellement303.

2. Le poisson

  • 304 Droits de la foire Saint-Ladre, Étienne Boileau, Réglemens sur les arts et métiers…, p. 441. Le po (...)

53De tous les commerces d’alimentation aux Halles, celui du poisson de mer frais et salé est celui sur lequel nous sommes le mieux renseignés. C’était aussi un des plus importants à une époque où les jours maigres étaient nombreux et le jeûne en Carême plus rigoureusement observé qu’aujourd’hui : vente en gros et au détail de la marée aussitôt arrivée, vente de toute la saline (harengs, morues, crapois), et enfin, vente en partie du poisson d’eau douce pêché en abondance dans les rivières, les étangs et les viviers des environs de Paris304.

  • 305 Les Narbonnais : chanson de geste, éd. H. Suchier, 2 t., Paris, 1898, t. I, p. 91, vers 2402. Voir (...)

54On faisait à Paris une grande consommation de poisson séché et salé et aussi de poisson d’eau douce ; mais dès que cela fut devenu possible, le poisson de mer frais arriva dans la capitale. Cela nécessitait la mise en place d’un moyen de transport rapide depuis la côte et surtout la suppression des retards occasionnés par les formalités aux frontières. Le traité de Boves en 1185 ouvrit le chemin vers le Ponthieu. Dès 1184, la seigneurie de Saint-Valery-sur-somme et le bourg d’Ault étaient dans la vassalité de Philippe Auguste. La première allusion faite à la possibilité de manger du poisson de mer frais à Paris se trouve dans Les Narbonnais, chanson de geste des premières années du XIIIe siècle305. C’était alors un mets de luxe.

  • 306 Rue et Vaben étaient autrefois des ports de pêche importants. L’ensablement de cette partie de la (...)
  • 307 AN, JJ 66, n° 889 (1329). Éd. dans Documents parisiens…, t. I, p. 65.

55Le poisson frais venait surtout des côtes de la Manche : de Boulogne, Étaples, Rue, Vaben306, Le Crotoy, Saint-Valery-sur-Somme, Cayeux, Ault, Le Tréport, Dieppe307, Honfleur, et, en beaucoup moins grande quantité, de Calais sur la mer du Nord. Les marchands poissonniers faisaient pêcher le poisson sur la côte et le confiaient à des transporteurs ou voituriers dits « chasse-marée » qui l’enlevaient aussitôt et le livraient dans la capitale à des commissaires-jurés, mandataires des poissonniers, qui s’occupaient de le vendre en gros, par lots et à la criée. Dès le milieu du XIIIe siècle, cette division du travail entre armateurs et pêcheurs qui ne quittaient pas les ports, voituriers qui acheminaient le poisson et mandataires qui le réceptionnaient et le vendaient à Paris, revêtit des aspects modernes.

56Le poisson était transporté la nuit dans des paniers oblongs ou bourriches, garnis d’algues et fixés à droite et à gauche du dos du cheval. Les voituriers utilisaient des chevaux rapides, tels que les boulonnais dont un type est encore connu sous le nom de « mareyeur ». La marée se trouvait transportée à une allure régulière qui, malgré une assez lourde charge, permettait de parcourir de douze à quinze kilomètres à l’heure au trot soutenu. Nous ignorons si des relais étaient organisés, permettant de changer les chevaux et d’obtenir une plus vive allure. Mais même sans cela, le poisson pouvait parvenir frais à Paris. Il lui suffisait de partir vers cinq heures du soir de Boulogne (à deux cent trente-huit kilomètres) ou vers sept heures du soir du Tréport (à cent soixante-huit kilomètres) pour arriver le lendemain avant huit heures du matin pour l’ouverture du marché.

  • 308 Ibid., p. 128 (1331). Voir M. Poëte, Une vie de cité…, t. I, p. 367 et R. Mathier, « La rue des Po (...)
  • 309 En 1403, un marchand de Boulogne qui accompagnait deux chevaux chargés de hareng saur, contesta le (...)
  • 310 Étienne Boileau, Réglemens sur les arts et métiers…, p. 214 ; J.-M. Richard, « Ordonnance inédite (...)
  • 311 Dicta mercatura [piscium marinorum] per quator genera hominum gubernabatur, videlicet per mercator (...)
  • 312 Ordonnance de 1258. N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 91 et p. 237 ; voir Les métiers (...)

57Il pénétrait dans Paris par la rue Saint-Denis ou par la rue Comtesse-d’Artois, dont le prolongement septentrional à travers la Plaine Saint-Denis était appelé « chemin des Poissonniers »308. Aussitôt franchies les portes de la ville où il payait le droit de chaussée309, il devait être dirigé vers les Halles, sous peine d’une lourde amende et de la perte des denrées310. Déchargé sur la place aux Marchands avant huit heures, il était aussitôt vendu en gros, puis revendu au détail à l’endroit même et emporté dans les différents quartiers de Paris311. La vente se faisait depuis l’heure de prime sonnant à Saint-Magloire jusqu’à vêpres sonnant à Saint-Eustache312.

  • 313 Le plus ancien texte parle d’une rente super quadam domo sita Parisius in Campellis juxta halas ub (...)
  • 314 Arch. des Quinze-Vingts, n° 2522 (1363, n. st.).
  • 315 Ordonnances…, t. VIII, p. 613 (1403) ; AN, JJ 159, fol. 192, n° 325 (1405).

58Les deux halles couvertes servant au commerce du poisson sont mentionnées dès le règne de Louis IX313. Elles étaient construites en enfilade depuis la Pointe Saint-Eustache et parallèlement au mur de la halle au Blé. Le bâtiment du nord était appelé « garde de la Marchandise »314, ou « garde du Poisson de mer »315. Les transporteurs déchargeaient dans cette « halle et garde basse » jusqu’à l’heure de l’ouverture du marché les harengs et poissons salés qu’ils apportaient. Ils y mettaient en dépôt jusqu’au marché du lendemain, sans pour cela payer aucune redevance, les poissons frais qui n’avaient pu être vendus le jour même.

  • 316 Le « fief incorporé d’Hellebic » consistait en un droit peu élevé anciennement perçu sur le poisso (...)
  • 317 Ordonnances …, t. VIII, p. 613-616 (septembre 1403).
  • 318 À cette date, Guillaume Lescot se plaint de ce que les cinq petites échoppes qu’il possédait dans (...)

59En septembre 1403, un accord intervint entre les poissonniers et le roi. Ce dernier abolit le droit de « Hellebic » perçu sur le poisson316 et les poissonniers s’engagèrent à édifier une belle halle à la place de la vieille garde au Poisson, ce qui coûterait environ mille quatre cent cinquante-deux livres. Une fois construite, le roi promettait de l’entretenir et de la faire réparer à ses frais quand besoin serait317. C’était chose faite dès avril 1405318. Le nouvel édifice comportait maintenant un étage divisé en chambres et greniers. Les marchands continuèrent à entreposer leur poisson gratuitement au rez-de-chaussée, mais purent aussi le déposer au-dessus en payant un droit de location.

  • 319 Ordonnances…, t. VIII, p. 619 (décembre 1406).
  • 320 « Es petis estaux [de la halle couverte] on ne doit vendre poisson trempé et l’an fait tout le con (...)
  • 321 AN, Y 3, fol. 49 (13 février 1385). Le 16 mars 1509, le fermier de la coutume des Halles se plaint (...)

60Le second bâtiment couvert, dit « halle à la Marée », se trouvait au sud du précédent et dans le même alignement. Il était moins long que celui-ci et la rue de la Fromagerie le séparait également de la halle au Blé. De toute ancienneté, il servait à la vente au détail de la marée ou poisson frais, à toute heure du jour. La vente du hareng salé et de la morue y était formellement interdite319. Mais on enfreignait souvent cette défense et la halle devait être fréquemment réaménagée « tant de veues comme de pavé, pente et agoux »320. Elle était ouverte du côté de la place et comprenait, comme la halle aux Lingères, deux rangées d’étaux : la première, adossée au mur du fond, composée de grands étaux carrés de cinq pieds (un mètre soixante environ) de côté, était séparée par une allée de la seconde, formée d’étaux qui mesuraient chacun seulement deux pieds et demi environ (quatre-vingt centimètres) de côté. Moins larges, ceux-ci étaient aussi plus bas, afin de ne pas empêcher la lumière d’arriver jusqu’aux grands étaux du fond et de ne pas les dissimuler aux yeux des acheteurs. L’éclairage de la halle se faisait, en effet, uniquement par la façade et nul ne pouvait s’installer devant, sur la « place aux Marchands ». Les poissonniers qui possédaient des étaux dans la halle à la Marée ne pouvaient envoyer plus d’un valet ou d’une chambrière à la fois pour vendre hors du couvert de celle-ci, afin de ne pas porter préjudice aux pauvres femmes « détailleresses »321.

  • 322 AN, X1A 1472, fol. 50.

61Les trois autres endroits où se vendait le poisson étaient à ciel ouvert, tous sur la place des Halles mais à des emplacements distincts et bien déterminés : place aux Marchands, on vendait la marée en gros ; place au Trempis, on vendait les harengs et le poisson mis à dessaler ; aux neuf étaux du roi, sur le ruisseau et devant l’hôtel de Cornouaille, se débitaient les seiches et le crapois en temps de Carême322.

  • 323 « Toutesfoys quant il y avoit affluence de maree et denrees non salees on avoit bien acoustumé, qu (...)
  • 324 Jean de Roye, Journal…, t. I, p. 104.

62La place aux Marchands, dite ensuite « le Carreau », était une assez grande place en laquelle « les chevaulx des marchands forains arrivoient, et illecques estoient descendues leurs dictes marchandises de dessus leurs chevaulx et puis vendues en gros par les vendeurs d’icelle marchandise aux femmes detailleresses ». Cette place devait rester vide et propre. Jamais le poisson salé ne pouvait y être vendu. Quand il y avait grande abondance de marée, les femmes pouvaient être autorisées à vendre exclusivement le poisson frais sur des sellettes à l’emplacement laissé libre après la vente en gros323. Certains arrivages de poisson excédaient la normale. Ainsi le vendredi qui suivit la trêve conclue le 13 septembre 1465, on vit arriver aux Halles « deux cens chevaulx tous chargez de maree et de toutes manieres et sortes ; et y vint aussi plusieurs saumons, esturgeons et du harenc fres ». Et cela en dépit des menaces des Bourguignons et Bretons qui entouraient Paris et avaient promis aux assiégés « de leur faire menger leurs chas et leurs ras par famine »324.

  • 325 AN, Y 3, fol. 49 (voir infra, document VII) et fol. 65. N. de Lamare, Traité de la police…, t. III (...)
  • 326 « C’est assavoir depuis une grande clef atachee contre ung poteau de boys estant et faisant clostu (...)

63Le poisson salé, harengs et morue surtout, était vendu sur la place au Trempis. Deux procès, à un siècle d’intervalle, l’un en 1381-1385325, l’autre en 1499, permettent de connaître exactement l’étendue de cette place qui avait à peu près la forme d’un triangle entre le pilori, le marché au Pain et l’enseigne d’une grande clef de fer326 attachée contre le poteau de bois d’une échoppe, face au débouché de la Cossonnerie. Un ruisseau séparait la place des Marchands et celle du Trempis.

  • 327 On lit dans Le Ménagier de Paris, traité de morale et d’économie domestique composé vers 1393, éd. (...)
  • 328 Voir le procès jugé en Parlement de 1381 à 1385 au sujet de ces étaux. AN, X1A 1471, fol. 445, et (...)

64En temps de Carême, sept étaux servaient à vendre les seiches et deux à vendre le crapois327 ; on les nommait « étaux du roi » parce que leur revenu lui appartenait. Ils étaient situés au sud de la place au Trempis, devant l’hôtellerie de Cornouaille. Le ruisseau qui coulait au pied des piliers leur servait d’égout328.

  • 329 Ordonnances…, t. II, p. 361, art. 125 (1351), et Les métiers et corporations…, t. I, p. 17, art. 4 (...)
  • 330 Ibid., t. I, p. 417 (1399).

65Le hareng « suranné » devait être vendu devant la croix des Halles329 ; le hareng en gros dans la halle au Blé devant la halle aux Graisses, et le hareng « contrefait » à l’emplacement où l’on vendait l’avoine330. La vente de chaque variété de poisson était sévèrement réglementée dans l’espace et dans le temps.

  • 331 AN, Y 3, fol. 65. N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 116.
  • 332 Il existait encore au XVIIIe siècle. AN, Q1 1186.
  • 333 En 1384, le procureur du roi se plaint de ce que « les harengeres ont prins la plus belle place de (...)
  • 334 Premières mentions : AN, S 934A (1421) et S 856 (1425) ; voir aussi AN, S 1071A (1434 et 1460). Au (...)

66Le sol de la place des Halles était pavé et on avait pris soin d’y ménager des rigoles pour évacuer les eaux de pluie et le trop plein de la fontaine. Ils servaient aussi d’exutoires aux eaux salées et malodorantes du trempis. Des deux principaux ruisseaux, l’un allait du pilori à la Croix, puis séparait du nord au sud la place aux Marchands de celle du Trempis331 ; l’autre coulait de la Cossonnerie jusqu’à la porte de la halle au Blé332. Les places à vendre le poisson étaient rangées côte à côte le long de ces égouts. Les meilleures étaient disputées333. Les marchandes posaient sur le sol pavé les cuviers où elles mettaient à dessaler morues et harengs. Au début du XVe siècle, elles portèrent un temps le poisson à dessaler à « l’Hôtel de la marchandise du poisson de mer », situé du côté sud de la rue de la Chanvrerie334.

  • 335 AN, Y 5224, fol. 90v et 99v (14 et 22 août 1402).
  • 336 AN, Y 3, fol. 27v ; L 434, n° 2 (vers 1325) ; S 99, n°s 6, 7 et 25 ; etc.
  • 337 BNF, fr. 2833, fol. 181v (1296).
  • 338 AN, JJ 56, fol. 45v (1317), et fol. 117v (1318) ; S 73 (1315) ; etc.

67Le soin de louer les étaux et de percevoir les droits sur ceux-ci incombait au fermier de la boîte au Poisson de mer335, dont la « Maison » était située derrière la halle de la Marée et au côté gauche de la porte de la halle au Blé336. Son entretien était à la charge du roi337. Le fermier y percevait des droits sur le poisson et y payait les rentes établies par le roi sur le montant des taxes encaissées par la Boîte (pixidis Piscium ale Parisius)338.

3. La viande

  • 339 Étienne Boileau, Réglemens sur les arts et métiers…, p. 444.
  • 340 Ordonnances…, t. X, p. 372 ; G. Fagniez, Documents relatifs…, p. 205, n° 110. Sentence du Parlemen (...)

68La puissante corporation des bouchers s’était fait exempter de l’obligation d’apporter les viandes fraîches aux Halles les jours de marché, même pendant la foire Saint-Ladre339. Ils occupaient les trente-et-un étaux de la Grande Boucherie, au nord du Châtelet, et il fallut que Bernard VII d’Armagnac décide la démolition de celle-ci en 1416 pour que la vente de la viande se fasse ailleurs dans Paris et soit introduite aux Halles. Les bouchers s’étaient ralliés au duc de Bourgogne et, pour des raisons politiques, les Armagnacs décidèrent de contrecarrer leur pouvoir et de créer à Paris quatre « boucheries du roy » : au Châtelet en face de Saint-Leufroi (seize étaux), aux Halles (seize étaux), au Petit-Pont (quatre étaux) et au cimetière Saint-Gervais (quatre étaux). Les seize étaux à boucher des Halles furent installés dans la partie occidentale de la halle de Beauvais, où se vendait alors la laine, huit contre chaque paroi à compter depuis la porte de la Tonnellerie340.

  • 341 Édit de Charles VI d’août 1416. Ordonnances …, t. X, p. 372 ; Journal d’un bourgeois de Paris…, p. (...)
  • 342 AN, K 59, n° 19 et X1A 8603, fol. 25-27. Le Parlement n’enregistra qu’avec des difficultés une déc (...)
  • 343 Ordonnances…, t. X, p. 468 ; Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 118.

69La vente de la viande commença la première semaine de septembre 1416341. Peu de temps après, le 22 avril 1417, Charles VI octroya à l’abbaye de Saint-Denis, en remerciement d’un prêt qu’elle lui avait consenti, les seize étaux de la boucherie de Beauvais, avec le droit de choisir les bouchers, tueurs et écorcheurs qui y travailleraient et de visiter les chairs exposées342. Mais au mois d’août suivant, de nouvelles lettres patentes rétablissaient la communauté des bouchers dans tous ses privilèges et ordonnaient la reconstruction de la Grande Boucherie et la destruction immédiate des étaux nouvellement installés343. La boucherie de Beauvais resta cependant en exercice jusqu’à la révolution de 1789.

4. Le lard

  • 344 AN, JJ 119, fol. 44v, n° 65.
  • 345 BNF, fr. 24070, fol. 217v.
  • 346 AN, X1C 131, n°s 59, 60 et 61 (15 mai 1426).
  • 347 N. de Lamare, Traité de la police…, t. II, p. 736.

70Avant 1416, la seule viande dont le commerce se fit aux Halles était le lard, dont on mangeait alors de grosses quantités. En 1381, il existait deux grands étaux à droite et à gauche de la porte aux Savetiers qui ouvrait sur la place aux Poirées344. Vers 1425, on comptait aux Halles vingt-deux étaux couverts et deux places à vendre le lard ; leur location appartenait à la ferme du poisson de mer345. Le 23 janvier 1424 (n. st.), Henri V, roi d’Angleterre [et de France], accorda à de pauvres gens l’autorisation de vendre du lard au détail aux Halles, moyennant paiement d’un cens. Les bouchers protestèrent et, forts de leurs privilèges, exigèrent du prévôt qu’il interdise aux détaillants de poursuivre leur petit commerce (4 avril 1425). Mais forts de l’autorisation royale, les vendeurs de lard firent appel au Parlement. Ils s’étaient installés à la Pointe Saint-Eustache, au carrefour des rues Montmartre et Comtesse-d’Artois. Ils avaient construit des étaux sur la chaussée, les uns devant les autres, « vendant toutes chairs, tant fresches que saléees, et par ce faisant fait de boucherie ». Une des détaillantes, Regnaulde la Mie, exposait sur son seul étal « seize pieces de char de beuf et trois de mouton, fresches », et sa voisine : « quatorze pieces de char de beuf fresches et cinq autres de porc salé »346. Plus tard on vendit le porc frais et salé, le mercredi et le samedi, au sud de la halle au Blé347.

5. La volaille et le gibier

  • 348 Dans l’ordonnance du 30 janvier 1351 (tit. 11) on lit : « Et sont les places a vendre poulailles e (...)

71Ils étaient vendus rue de la Cossonnerie. Le nom apparaît à partir du milieu du XIIIe siècle sous des orthographes variés et vient des « coçons » ou « cossoniers », revendeurs et poulaillers, qui y apportaient tous les samedis volailles, cochons de lait, oisons, pigeons, perdrix, lapins, agneaux, chevreaux, ainsi que gibier et sauvagine. Leur vente se tint dans cette rue jusqu’au XVIe siècle348.

6. Le pain

  • 349 AN, L 1021, n° 19 (1209). Étienne Boileau, Réglemens sur les arts et métiers…, p. 14.
  • 350 Ordonnances…, t. VI, p. 511 (6 janvier 1373, n. st.) ; Commission municipale du Vieux-Paris. Procè (...)
  • 351 Ordonnances…, t. I, p. 427 ; J.-M. Richard, « Ordonnance inédite de Philippe le Bel… », p. 133 ; O (...)

72Pendant tout le Moyen Âge, le pain consommé à Paris vint en grande partie des environs et même, en 1419, « d’Amiens et de par delà ». Philippe Auguste avait autorisé les boulangers forains à apporter leur pain bien cuit aux Halles le samedi349. Ils vinrent de Notre-Dame-des-Champs et de Saint-Marcel, mais aussi de Corbeil, Melun, Saint-Brice, Montgison, Montmorency, Gonesse et lieux avoisinants350. Pendant la minorité de Louis IX, ils abusèrent de cette licence et louèrent des greniers dans la ville pour vendre leur pain durant la semaine. Ce qui leur fut interdit. Une ordonnance de 1305 leur permit de vendre aux Halles tous les jours et une autre de 1307 restreignit cette autorisation au mercredi et au samedi351. Ces deux jours furent maintenus jusqu’au XVIIIe siècle.

  • 352 AN, S 934A (1396). Montgison, commune de Fontenay-Saint-Père (Yvelines).
  • 353 AN, S 933B (1348); BNF, fr. 8611, fol. 15v (1431).
  • 354 « Aux halles devant la fontaine […] prés des charrettes ou l’en vent le pain es dites hales » (mar (...)

73Les boulangers parisiens vendaient entre la fontaine et les Grands Piliers à l’est de la place ; on appelait ceux-ci « les auvens où l’on vend le pain » et quelquefois « les halles au pain ». Les boulangers de Montgison s’étaient installés sous les piliers voisins de la rue Pirouette352 et ceux de Corbeil sous les auvents proches de la rue des Prêcheurs353. Une partie au moins du pain était vendue sans être déchargée, du haut des charrettes dans lesquelles il avait été apporté en sacs354.

  • 355 N. de Lamare, Traité de la police…, t. II, p. 890.

74Paris aimait le bon pain de Gonesse, plus blanc et de meilleur goût que les autres ; quand il ne pouvait plus être apporté à cause d’un siège, les habitants songeaient à la reddition. Les boulangers de Paris comptaient sur l’arrivée du pain de banlieue. Une sentence du prévôt de Paris, en 1488, dut leur enjoindre d’avoir à cuire chaque jour une quantité de pain suffisant aux besoins de la population355.

7. Le vin

  • 356 Ordonnances…, t. XV, p. 48. Voir aussi ibid., t. VIII, p. 481 (1401) ; t. IX, p. 712 (1407) ; et t (...)
  • 357 Ibid., t. X, p. 184. Voir supra, p. 46.

75Le marché en gros du vin se tint un temps aux Halles dans les premières années du XVe siècle. On ignore quand il y fut transféré, mais ce fut avant 1403 car, à cette date, des marchands de vin se plaignirent d’avoir été les victimes de prétendus taverniers, qui leur avaient acheté leurs vins dans leurs bateaux, en Grève ou ailleurs, et les avaient revendus à « l’Étape aux Halles »356. Quand Charles VI se décide, en octobre 1413, à transférer la vente en gros du vin à la Grève, mesure qui s’imposait, il spécifie que l’étape au Vin se tenait « depuis certain temps en ça en la place des Halles »357 ; ce qui laisse entendre qu’elle ne s’y trouvait pas depuis très longtemps. Le lieu de vente ne pouvait être qu’au nord de la place, près de la fontaine, et semble avoir été mal choisi. Il fut de courte durée : une quinzaine d’années environ.

  • 358 N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 549.
  • 359 La vente du charbon aux Halles est rarement mentionnée. Un seul document permet de la localiser. L (...)

76Cet espace restreint accueillit encore la vente du charbon de bois, au débouché de la rue Pirouette. En 1350, on ne le vendait qu’en Grève ; mais un règlement de police de février 1416 (n. st.) cite les Halles parmi les endroits où le charbon amené par terre pouvait être déchargé et négocié358. Introduit aux Halles entre ces deux dates, il y était encore vendu au XVIe siècle359. Plus tard ce fut à la halle au Blé.

  • 360 Voir Les métiers et corporations…, t. II, p. 769 (1456).

77Les potiers de terre parisiens et forains avaient coutume de vendre aux Halles tous les samedis et, chaque fois, ils étaient obligés de « tournoyer et changer place a tour », sous peine de quarante sous parisis d’amende. Ils ne pouvaient décharger leurs chariots ou bêtes de somme avant que les jurés du métier aient examiné leurs pots360. Ils vendaient sur la place, mais, au XVIe siècle, ils émigrèrent près des jeux de paume, là où fut tracée la rue de la Poterie.

8. Les légumes

  • 361 Étienne Boileau, Réglemens sur les arts et métiers…, p. 270-272.
  • 362 AN, S 73 (1395).

78La vente des légumes, des fruits et des produits fermiers est attestée au milieu du XIIIe siècle. Le Livre des métiers énumère ceux qui étaient apportés en charrettes, à dos d’homme ou de bête de somme, ou par bateau sur la Seine. Il y avait là, entassés à même le sol ou disposés dans des paniers, « auz, oignons, poiraus, civos, naveaus ou eschaloingnes »361. Les choux et les légumes verts étaient vendus devant la maison à l’Image de Saint-Michel, entre la Cossonnerie et la rue au Feurre362.

  • 363 Arch. des Quinze-Vingts, n° 5848, fol. 252, n° 157 ; AN, S 895A, n° 9 ; AN, S 3755A, dossier 1 ; e (...)
  • 364 « Le voyer donne a cause de son office, les places a vendre […] beurre, oeufs, fromages, aulx, oig (...)

79Ce commerce, ne connut d’abord aux Halles qu’une activité réduite, celle d’un marché de quartier. Mais il prit très vite de l’ampleur. La première mention d’une place spécialement réservée à la vente des légumes date du début du XIVe siècle : « In halis Parisius ubi venduntur porete » (1326)363. « Poirée » – latin populaire *porrata, dérivé de porrum, poireau – est le terme qui désigne l’ensemble des légumes verts. On nommait marché « à la Porée » ou « aux Poirées » le long espace en forme d’entonnoir qui faisait communiquer l’extrémité sud de la place des Halles avec la rue de la Lingerie. Les cultivateurs des environs apportaient leurs produits en petites quantités et s’installaient sur la chaussée en ayant soin de ménager entre eux des couloirs de circulation. C’est au voyer qu’incombait la distribution des places sur la voie publique, la perception des droits, le contrôle des denrées et la police des marchands. C’est pourquoi la halle aux Porées ne figure sur aucun des comptes du domaine ou du hallage364.

  • 365 Ordonnances…, t. IX, p. 485.
  • 366 La « porette » est une sorte d’oignon ; les « civos » sont de petits oignons ; le « chervis » est (...)
  • 367 AN, Y 3, fol. 27v et L 434, n° 2 (vers 1325). À la fin du XIVe siècle, la porte aux Oignons prit l (...)

80En décembre 1409, Charles VI confirma l’exemption de toute imposition sur les marchands détaillants ou « regrattiers ». À cette occasion, il énumère les denrées qu’ils vendaient « comme oeufs, fromages, beurrez fraiz, pommes, poires, serizes, prunes, pesches, noiz, roysins, verjus en grain, nefles, aulx, oignons, poyreaux, porette, cyvos, cresson, eschervys et quelxconques aultres menues denrees d’esgrun »365. Cette liste mentionne les légumes alors cultivés parmi lesquels certains sont aujourd’hui peu connus366. Elle n’est pas limitative et variait au rythme des saisons. Les oignons, dont on faisait une grosse consommation au Moyen Âge, avaient donné leur nom à la principale porte des Halles, celle qui ouvrait sur le marché aux Poirées et sur l’agglomération367.

9. Les fruits

  • 368 N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 115 et t. IV, p. 648 ; BNF, fr. 24070, fol. 216 (ve (...)
  • 369 AN, Z1F 6, fol. 49v (1412, n. st.) et fol. 51v et 55.
  • 370 Registre criminel du Châtelet…, t. II, p. 7.

81Les fruits étaient mis en vente dans la partie nord du marché aux Poirées368, au sud de la Fromagerie. Quand les arrivages de grains étaient peu importants, on autorisait « pour Dieu » les pauvres gens à vendre leurs fruits à l’intérieur de la halle au Blé, dont la porte était voisine369. Les fruits secs : raisins, pruneaux, « chastaignes et grosses noix »370, ainsi que les fruits exotiques : oranges, figues fraîches et dattes, étaient également proposés.

10. Beurre, œufs et fromages

  • 371 AN, S 3755B, n° 15 (1367) : « Rue de la Vieille Fromagerie ». AN, Z1F 7B, fol. 447 (1418, n. st.) (...)
  • 372 « Item, du coing de la Coçonnerie par devant les frommagiez et les boursiers jusques a la rue au F (...)
  • 373 Arch. mun. Douai, CC 200 ; G. Espinas, Les finances de la commune de Douai des origines au XVe siè (...)
  • 374 AN, S 4372.

82Les produits fermiers avaient leurs places assignées au marché aux Poirées. La rue de la Fromagerie, coincée entre les murs de la halle au Blé et des halles au Poisson, devait son nom au commerce qui s’y faisait371. Mais de bonne heure le marché aux Fromages (mercatus Caseorum) occupa le devant des maisons situées entre les débouchés des rues Cossonnerie et au Feurre, à l’opposite de l’hôtel de la Rappée372. La place aux Œufs est localisée avec précision, en 1423, au sud de la Fromagerie, depuis l’escalier qui montait à la halle de Douai jusqu’à l’angle de la Cossonnerie373. Quant au marché au Beurre, il se tenait tout près de là, sous les Grands Piliers et devant l’hôtel de Cornouaille374.

83Le commerce des légumes et des fruits débordait, dans les périodes de prospérité, l’espace qui leur était assigné et, échappant à l’encombrement central, envahissait rues et carrefours jusqu’à la rue Saint-Honoré et à la Pointe Saint-Eustache, créant une série de situations de détail dont la somme ne constituait pas un ensemble. En ce qui concerne les produits d’alimentation, les Halles ne pouvaient encore prétendre, au Moyen Âge, au titre de « Ventre de Paris ».

Notes

169 AN, JJ 30A, fol. 103v, n° 297 (mars 1264, n. st.) (voir infra document I).

170 Ordonnances…, t. V, p. 106.

171 Hale quas rex debet sustinere, tradite per magistrum Johannem de Sereuz, mercurio post [festum] Omnium Sanctorum XCVI°. BNF, fr. 2833, fol. 181v (voir infra document III).

172 Voir D. Cardon, La draperie au Moyen Âge : essor d’une grande industrie européenne, Paris, 1999 ; G. Fagniez, Études sur l’industrie… ; et R Gourmelon, « L’industrie et le commerce des draps à Paris du XIIIe au XVIe siècle », dans Positions des thèses de l’École des chartes…, 1950, p. 61-63.

173 « Les halles aux Draps : l’une appelée la “halle de Paris” et l’autre la “halle de Beauvais” ». Lettres patentes du 2 mai 1454. Ordonnances…, t. XIV, p. 318. La première conserva sa primitive attribution jusqu’en 1855, à travers de multiples restaurations et une reconstruction à la veille de la Révolution.

174 Parisius erant halle alte pro vendicione pannorum integrorum non alseissorum et absque detaillio disposite ; […] erant eciam inferiores halle in quibus vendi poterant […] pannorum pecia et escroe (2 mars 1398, n. st.). Édité dans G. Fagniez, Études sur l’industrie…, p. 371, n° 44. Les droits perçus par le roi étaient plus élevés sur la vente en gros que sur celle au détail. Ordonnance de juillet 1362, confirmée par celle de février 1365 (n. st.) et de mars 1393 (n. st.). Voir Ordonnances…, t. III, p. 582 ; t. IV, p. 535 ; et t. VII, p. 555.

175 AN, Y 2, fol. 140v (20 juin 1397).

176 Édité dans G. Fagniez, Études sur l’industrie…, p. 371, n° 44.

177 AN, X1A 4786, fol. 340, 346v et 347 (juin-juillet 1404).

178 « La hale que li tisserant de Paris ont assise es hales de Paris », voir Ordonnances…, t. III, p. 585 (1362).

179 En 1296, la halle de Beauvais est citée parmi celles dont le roi a l’entretien à sa charge. En 1484, la halle aux Tisserands est dite à côté et sous une même couverture avec la halle de Beauvais. Voir H. Sauval, Histoire et recherches…, t. III, preuves, p. 453. Il est question des « drapiers qui font et font faire draps a Paris et qui mettent a la halle de Beauvais » ; voir Ordonnances…, t. III, p. 584 (1362) et t. XIV, p. 318 (1454).

180 Arrêt du Parlement du 23 décembre 1407. Voir Les métiers et corporations…, t. III, p. 157.

181 Sentence du prévôt de Paris (18 mai 1443). Ibid., t. III, p. 100. Ordonnance des foulons de draps, art. 20 (1467). Ordonnances…, t. XVI, p. 590.

182 « La halle a la Laine de nouvel ordenee ». Ordonnance d’Hugues Aubriot (1369). G. Fagniez, Études sur l’industrie…, p. 213. La laine se vendait déjà aux halles en 1340 (n. st.). AN, X1A 8, fol. 25.

183 Arrêt du Parlement du 23 décembre 1407. Voir Les métiers et corporations…, t. III, p. 156.

184 AN, Y 4, fol. 31v. Les bouchers les remplacèrent en 1416 : « La boucherie de Beauvais où souloit estre la halle a la Laine ». AN, Z1F 7B, fol. 344 (1417).

185 Voir supra, p. 19, n. 28.

186 « Du fait de la mercerie, il y a XVIII branches foraines et en la ville de Paris il y a XVIII autres membres… ». AN, Z1A 5, fol. 103v (1411).

187 Étienne Boileau, Réglemens sur les arts et métiers…, p. 191. AN, X1C 132, n° 30 (1426). Voir la surprenante énumération des objets vendus par les merciers en mars 1408 (n. st.). Ordonnances…, t. IX, p. 305-306.

188 Une seule maison les séparait du côté de la rue de la Tonnellerie (1339). Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 51, n° 1270 (1) et l. 53, n° 1302 (1).

189 Il est question de « tout cil qui estal ont es hales de la Mercerie de Paris soit dessus ou dessous ». Voir Étienne Boileau, Réglemens sur les arts et métiers…, p. 191.

190 « La halle aux Merciers ou merceries Basses […] aboutissant par l’un des boutz a la rue de la Tonnellerie et par l’autre bout a une allee sur laquelle est la halle nommee Champeaux » (1454). AN, JJ 182, n° 106. Ordonnances …, t. XIV, p. 318. Voir aussi X1A 1481, fol. 49v ; Journal de Clément de Fauquembergue, greffier du Parlement de Paris, 1417-1435, éd. A. Tuetey, 3 t., Paris, 1903-1915 (Société de l’histoire de France), t. III, p. 31-32.

191 Sciendum est preterea quod nos retinemus potestatem pro nobis et successoribus nostris faciendi aliam halam ad gentes ejusdem ministerii quotienscumque voluerimus in villa Parisius, prope dictam halam vel longe, ubi viderimus expedire. AN, JJ 30A, fol. 103v, n° 297.

192 J. Guerout, « Le palais de la Cité à Paris des origines à 1417 », dans Paris et Île-de-France. Mémoires…, t. 1, 1949, p. 57-212, t. 2, 1950, p. 21-204 et t. 3, 1951, p. 7-101, au t. 2, p. 90-91.

193 AN, Z1F 6, fol. 9v (1411).

194 AN, K 948, n° 29 (21 avril 1323).

195 AN, Z1F 2, fol. 9v (1403). Nombre peut-être exagéré puisqu’en 1454 on ne comptait dans ces mêmes Basses-Merceries que cinquante-quatre étaux environ. AN, JJ 182, n° 106.

196 BNF, fr. 24070, fol. 219 (vers 1425).

197 AN, X1A 67, fol. 247v (10 mai 1432) ; voir aussi X1A 1481, fol. 45v, 49v et 60 (1432-1433) ; et Journal de Clément de Fauquembergue…, t. III, p. 31 et p. 63-64.

198 Ibid.

199 AN, JJ 182, n° 106. Ordonnances…, t. XIV, p. 322.

200 Dès 1306, on trouve mention d’un « estal a mercier seant es hautes halles de Paris en la Mercerie sus les gantiers ». AN, Q1 1186. Et en 1307 : halae super ganteriis. Arch. des Quinze-Vingts, n° 5848, n°s 23 et 40.

201 « La viez hale auz Merciers d’en bas ». Arch. des Quinze-Vingts, n° 2658.

202 G. Fagniez, Études sur l’industrie…, p. 317, n° 21 (1378).

203 AN, X1A 1471, fol. 179v.

204 À la fin du XVe siècle encore, on appelait la halle aux Lingères : « la halle Saint Loys ». AN, S 14. On lit dans une chronique anonyme : « Saint Loys donna aux povres lingeres de Paris et aux povres ferrons, pour ce qu’ilz ne povoyent avoir maisons, la place entour les murz Sainct Ynocent a Paris, dont il fut mout loué ». Voir Recueil des historiens de France, t. XXI, p. 118. Les ferrons avaient leurs ateliers rue Saint-Denis, contre le charnier, au sud de l’église. H. Sauval, Histoire et recherches…, t. III, p. 657 (comptes de 1484).

205 Ordonnances…, t. V, p. 106 ; t. XIV, p. 191.

206 AN, JJ 204, n° 12, fol. 74 ; Ordonnances…, t. XIX, p. 576 (août 1485). Voir P. Champion, François Villon…, t. I, p. 301.

207 Rentes à percevoir super medietatem halarum Parisius situatam prope muros atrii monasterii Sanctorum Innocentum Parisius super halam Lingeriarum que nunc est Johannis Parvi…. AN, S 73, n° 11. Voir aussi les n°s 8, 9, 10 et 14 ; Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris…, t. IV, p. 116 et Arch. des Quinze-Vingts, n° 2487.

208 Rôle de la taille de 1296. AN, KK 283, fol 6c.

209 Voir AN, S 14, S 7 et S 935A. Il y avait même des étaux dans les traverses. Deux étaux « en la haute halle aux Merciers, en la tranchiee par devers la Ferronnerie sur la place aux Chas », appartiennent à un « ouvrier de draps de soie » (1358). AN, S 895A, n°s 6, 12 et 13.

210 Celui-ci, au coin de la rue au Feurre, servait aussi d’accès à la maison du hallier, construite sur le mur du cimetière des Innocents. Des « degrez » descendaient directement de l’étage à l’intérieur de la Lingerie. AN, S 14 (1472). Cette maison dite des « Quatre vents » ne fut démolie qu’en 1552.

211 K. Michaëlsson, Le livre de la taille de Paris, l’an de grâce 1313, Göteborg, 1951, p. 65. Un acte de 1457 (n. st.) mentionne « les degrez par ou l’on monte aux halles de Champeaux, place aux Chats ». AN, S 14.

212 Super stallis halle predicte que sunt supra halam Sutorum et tannatorum, A.-A. Beugnot, Les Olim…, t. III, p. 59, n° 26 (1301, n. st.). Hale super sutores, Arch. des Quinze-Vingts, n° 5848, n°s 27 et 40 (1307). « Hautes hales aux Merciers de Paris sus les lormiers (bourreliers) », ibid., n° 2384 (1318), etc. « La halle ou l’en soulloit vendre les cuirs tannés et a present vendent les chaussetiers » (1428), Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 9, n° 78. Voir aussi l. 50, n°s 1212 et 1215. L’étal d’un pelletier est dit « aboutissant a la halle aux Chaussetiers par bas et par en haut a la halle de la Haulte mercerie ». Ibid., l. 49, n° 1203 et l. 50, n° 1234.

213 Le même étal de pelletier est dit en 1400 « tenant au degrez de la halle de la Mercerie » et, en 1447, « tenant a la place ou allee ou soulloyent estre les degrez des vieilles halles sur la chausserie ». Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 49, n° 1203 et 1205 ; l. 51, n° 1254.

214 G. Fagniez, Études sur l’industrie…, p. 213 ; Ordonnances…, t. V, p. 147 (29 juin 1369).

215 AN, S 4681B, dossier 4 ; Arch. des Quinze-Vingts, n°s 1739 et 2632, 2644, 2645 ; L. Biollay, « Les anciennes halles… », p. 33-34.

216 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. I, p. 649.

217 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pélerins, l. 48, n° 1168 ; AN, Z1F 7B, fol. 344v (1417, n. st.) ; H. Sauval, Histoire et recherches…, t. III, p. 313.

218 Arch. des Quinze-Vingts, n° 806.

219 Une maison sise en la Ferronnerie, près de la porte de la halle aux Chaudronniers et aboutissant par-derrière à la halle de Beauvais ou aux Laines, est dite en 1397 tenir « au Petit Palais nommé la halle de Gonesse ». L. Mirot, « Un inventaire des fondations de la paroisse Saint-Eustache au XVe siècle », dans Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 45, 1918, p. 124, n° 24.

220 Compte de Guillaume Breteau (circa 1425), voir infra document IX. BNF, fr. 24070, fol. 218v. Philippe de Mézières, dans le Songe du Vieil Pelerin écrit en 1389, rappelle que cent ans auparavant les rois ne s’habillaient pas en draps de Bruxelles et de Malines, mais simplement en drap de Gonesse. Le songe du Vieil Pelerin…, éd. G. W. Coopland, 2 t., Cambridge, 1969, t. II, livre III, chap. 265, p. 357.

221 « Des marguilliers de Saint Innocent, pour une rente sur une maison ou jadis avoit halle, appellee “la halle aux bourgeois, habitants et pelletiers de la ville de Gonesse”, et depuis ladite maison a ete appelee “le Petit Palais”, assise en la rue de la Tonnellerie, faisant le coin d’icelle rue », compte de 1467, voir H. Sauval, Histoire et recherches…, t. III, p. 384.

222 « Greniers a Coustes qui sont en nombre XIIII » (vers 1425). BNF, fr. 24070, fol. 188v; AN, JJ 157, fol. 299, n° 501 (1403); AN, Z1F7B, fol. 447 (1418).

223 AN, JJ 56, fol. 131v, n° 295 (1318); S 935B (1358); JJ 145, fol. 218v, n° 477 (1394, n. st.).

224 En 1314, les marchands de Bruxelles y mirent indûment en vente leurs draps : Mercatores de Broissellis indebite et de novo quedam horrea ubi consueverunt vendi allia et cepe ordinaverunt ad vendendum pannos suos et eos ibi venderunt. Voir A.-A. Beugnot, Les Olim…, t. III, p. 840, n° 22 (AN, X1A 4, fol. 249v).

225 « La halle au Fille » (1349), AN, S 935B. « La halle a la Fillasse » (1409), Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 52, n° 1282 ; « la halle aux Toiles » (1424), AN, S 1195 (1540), etc.

226 Étienne Boileau, Réglemens sur les arts et métiers…, p. 122, art. XI.

227 Les métiers et corporations…, t. III, p. 40.

228 AN, Z1F 8, fol. 167v et 204.

229 On vendait aussi les harengs en gros, « en la hale aux Gresses a Paris en la place de la hale au Blé estant au devant et opposite de ladite hale aux Gresses ». Ordonnance du 28 janvier 1399, n. st. (Les métiers et corporations…, t. I, p. 417).

230 C’est ce qu’on peut déduire de l’interdiction faite au propriétaire d’un étal qui y était adossé à l’extérieur d’élever celui-ci au-dessus des deux mètres soixante-dix qu’il mesurait déjà. Ibid.

231 Documents parisiens…, t. I, p. 205 ; BNF, fr. 6142, fol. 124v, (1480) ; AN, JJ 119, fol 44v. L. Auvray, « La halle aux Draps… ».

232 AN, JJ 53, n° 36 et JJ 119, n° 65, fol. 46 (1316); AN, JJ 119, fol. 45v (1381 n. st.).

233 Ordonnances…, t. XVIII, p. 512 et G. Fagniez, Études sur l’industrie…, p. 241, n. 3.

234 « En la ville de Paris a halles ordonnees pour le proffit commun, pour mettre les draps et autres denrees des estranges a seureté et a couvert. Les places sont ordonnees es dictes halles pour mettre les draps de villes qui ont accoustumé de venir en icelles ». AN, Z1F 1, fol. 3v. Voir aussi AN, X1A 26, fol. 151v et X1A 1470, fol. 283 (1377).

235 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 51, n° 1225 (1) et l. 53, n°s 1316 et 1317.

236 E. Boutaric, Actes du Parlement de Paris. Ire série : de l’an 1254 à l’an 1328, 2 t., Paris, 1863-1867, t. I, n° 3643.

237 AN, JJ 52, fol. 49, n° 91 (voir infra document IV) ; Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 51, n° 1272 ; l. 52, n° 1288 et l. 10, n° 85.

238 AN, X1A 5, fol. 11 (8 décembre 1319).

239 Arch. mun. Douai, CC 199ter, CC 200 et DD 12. G. Espinas, La vie urbaine de Douai au Moyen Âge, 4 t., Paris, 1913, t. II, p. 876 et n. 4.

240 AN, S 5077B, n° 60 ; H. Laurent, Un grand commerce…, p. 154-159.

241 AN, JJ 157, fol. 299, n° 501 (1387). Une maison rue de la Tonnellerie est dite en 1425, aboutir par-derrière « par bas aux murs de la halle aux Thoilles et au fil, par hault a la halle de Bruxelles ». Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 52, n° 1283.

242 En 1421, deux échoppes situées « devant le pilori » sont dites « selon la couverture des halles de Bruxelles et de Douay ». Voir H. Sauval, Histoire et recherches…, t. III, preuves, p. 275.

243 A.-A. Beugnot, Les Olim…, t. III, p. 191, n° 8 (22 novembre 1306).

244 BNF, fr. 2833, fol. 181v (XVe siècle) ; H. Laurent, Un grand commerce…, p. 155. Voir aussi Arch. mun. Cambrai, CC 42, fol. 10.

245 H. Dubrulle, Cambrai à la fin du Moyen Âge, Lille, 1904, p. 185 et n. 3.

246 H. Laurent, « Documents relatifs à la procédure en foires de Champagne et de Brie contre les débiteurs défaillants originaires de Malines », dans Bulletin de la Commission royale des anciennes lois et ordonnances de Belgique, t. 13, 1er fasc., 1929, p. 79.

247 Documents parisiens…, t. I, p. 205, n° 132 ; AN, P 2300, p. 783.

248 AN, JJ 161, n° 348 (juillet 1407) ; Documents parisiens…, t. I, p. 205 ; H. Sauval, Histoire et recherches…, t. III, preuves, p. 527.

249 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 51, n° 1255 (1404) ; AN, Z1F7B, fol. 370 (1416).

250 AN, Y 4, fol. 96 et AN, Z1F 1, fol. 3v-4 (1401).

251 L. Biollay, « Les anciennes halles… », p. 42.

252 AN, Z1F 1, fol. 3v ; Z1F 2, fol. 33v.

253 « Pour ce que cil d’Amiens avoient pou place et il ne nous sembloit pas que ce fust bonne chose qu’ils feussent hebergiez en deux parties des halles et que ce ne seroit pas le prouffit de notre seigneur le roy ». AN, Y 4, fol. 73 (voir infra document II).

254 Ibid. et AN, Z1F 1, fol. 3v-4, 78v et 165v (1401). Ils y restèrent jusqu’au XVe siècle.

255 AN, Z1F 2, fol. 33.

256 D’après H. Sauval (Histoire et recherches…, t. I, p. 650), la halle d’Aumale occupait, en 1417 et auparavant, vingt travées de la halle du Commun ; elle mesurait six toises de large et était couverte d’une voûte en pierre de taille. Lorsqu’on la démolit, en 1572, les matériaux furent vendus pour neuf cent livres.

257 Ces villes figurent dans le rapport demandé à Guillaume Breteau (vers 1425) (voir infra document IX, BNF, fr. 24070, fol. 213).

258 AN, X1C 162, n°s 68 et 69.

259 Ordonnance du roi Jean II sur la police et les métiers de la ville de Paris (1er janvier 1351), titre XIV. Voir Les métiers et corporations…, p. 25-26. En 1402, un marchand de Liège se vit confisquer dix douzaines de mors de chevaux et vingt-et-une paires d’étriers qu’il avait exposés en vente « hors halle et sanz visitation ». AN, Y 5224, fol. 61v.

260 Ces ruelles paraissent d’ailleurs souvent se déplacer. Les textes les nomment : « ruelle de la Petite Friperie », « ruelle qui va a la porte aux Savettiers », « ruelle de la halle aux Cordonniers », « carrefour de la halle aux Frippiers », etc., sans qu’on puisse les reporter sur plan.

261 Il est impossible de donner les nombreuses références qui ont permis d’écrire ces dernières lignes.

262 L’Écu-de-Bourgogne, Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 9, n° 78 ; L’Écu-de-Guyenne, AN, K 981, n° 64 ; Le Cheval-Blanc, AN, S 1963 ; La Pomme-de-Pin, La Corne-de-Cerf, Le Renard-qui-Prêche (XVIe siècle) ; etc.

263 Ordonnances…, t. V, p. 106 ; t. XIV, p. 191 et 280.

264 […] Nec in stallis ipsis continuam poterunt facere mansionem, nec domos ibidem pro remanendo edificare. Ordonnances…, t. XII, p. 393 (avril 1312).

265 Ordonnances…, t. IV, p. 82 ; t. VI, p. 676.

266 N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 681 (arrêt de la Chambre des comptes du 30 janvier 1389, n. st.).

267 Voir Les métiers et corporations…, t. III, p. 429, n. 1. Voir AN, Y 64, fol. 19 et fol. 123 (19 août 1525).

268 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 49, n° 1205 et l. 50, n° 1212 ; AN, S 1963 (3).

269 Trente-six toises de long sur cinq toises de large environ. N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 681, et Les métiers et corporations…, t. III, p. 425. AN, S 1393 (1411, n. st.).

270 AN, S 1092A, n° 26.

271 A.-A. Beugnot, Les Olim…, t. III, p. 659, n° 27 (1312) ; règlements de 1324, Les métiers et corporations…, t. III, p. 329, et de mai 1407, Ordonnances…, t. IX, p. 211 ; Arch. des Quinze-Vingts, n° 2656 (1390).

272 Quamvis mercancia pelliparie una de majoribus et communioribus mercanciis dicte ville [Parisiensis] reputaretur […] tamen pelliparii ab antiquo nullum locum in dictis halis ad suas merces venales exponendum habuerant, in ipsorum et rei publice non modicum dedecus et gravamen. AN, X1A 67, fol. 247.

273 BNF, fr. 24070, fol. 219v.

274 AN, Y 2, fol. 66v et X1A 1469, fol. 296.

275 AN, Y 4, fol. 97 et KK 1336, fol. 122v (12 juillet 1369). Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 51, n° 1254 (1400). Sur ces maisons, voir A. Jourdan, « L’immunité… ».

276 Voir supra, p. 56.

277 BNF, fr. 24070, fol. 219v; AN, S 4680 (1421); AN, K 981, n° 63; AN, S 90B (1502); AN, X1C 182B, n° 184.

278 BNF, fr. 24070, fol. 219v; Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 49, n° 1203 (1428). La rue tracée à cet endroit au XVIe siècle fut dite : rue de la Chaussetterie.

279 Ordonnances…, t. XVIII, p. 512.

280 Ordonnance de janvier 1413 (n. st.), Les métiers et corporations…, t. III, p. 256.

281 Limons (Puy-de-Dôme).

282 Restigné (Indre-et-Loire).

283 Ordonnance de 1408, Les métiers et corporations…, t. III, p. 249.

284 AN, Y 2, fol. 85. N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 681.

285 Ordonnances…, t. V, p. 148.

286 AN, JJ 35, n° 219.

287 Quod enim mirabile videtur, non nunquam visum est hoc accidere quod, quanto majores populorum turme inibi confluunt, tanto victualium exuberantior copia et copiosior exuberantia, preter analogum crementum caristie, presentatur ibidem. Voir Jean de Jandun, « Tractatus… », 2e partie, chap. VII, p. 58.

288 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. I, p. 652.

289 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 50, n° 1220.

290 In vico qui dicitur la Tonnellerie, alias dessouz les avens […] ab oppositis magne porte bladi de halis (1320). Arch. des Quinze-Vingts, n° 3948.

291 AN, L 434, n° 2 et Y 3, fol. 27v (vers 1325).

292 AN, S 99, n°s 6, 7 et 25 (1351-1357).

293 Registre criminel du Châtelet de Paris du 6 septembre 1389 au 18 mai 1392, éd. H. Duplès-Agier, 2 t., Paris, 1861-1864, t. II, p. 121 ; Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 51, n° 1225 (1).

294 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 52, n° 1287 (1420, n. st.) ; AN, S 935B.

295 Ordonnance du roi Jean (30 janvier 1351), titre IV. Le nombre des mesureurs de blé était de vingt-quatre aux Halles, de dix-huit en Grève et de douze à la Juiverie. Voir Les métiers et corporations…, t. I, p. 7.

296 AN, JJ 56, fol. 131v, n° 295 (1318); S 935B (1358 et 1410, n. st.); S 73 (1447, n. st.).

297 En 1220 : pro duobus modiis melioris frumenti quod invenitur venale in foro Parisiensi (1220). A. Le Roux de Lincy, « Recherches sur la grande confrérie Notre-Dame aux prêtres et bourgeois de la ville de Paris… », dans Mémoires de la Société royale des antiquaires de France, t. 17, 1844, p. 200-318, à la p. 248 ; voir aussi L. Cadier et C. Couderc, « Cartulaire et censier de Saint-Merri… ».

298 Un emplacement carré de trois mètres trente de côté environ était réservé à leur vente derrière la Boîte au Poisson de mer. AN, JJ 145, fol. 218v, n° 477 (1394, n. st.).

299 Ordonnance de Jean II (1351), titre IV. Voir Les métiers et corporations…, t. I, p. 8.

300 En 1439, il y eut « tant de gland de chesne, que on le vendoit a la halle au Blé, emprés l’avoyne, aussi grans sachees comme ble ». Voir Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 349.

301 Il est question d’une « halle à l’Avoine » dans l’ordonnance du 28 janvier 1399 (n. st.). Voir Les métiers et corporations…, t. I, p. 417.

302 BNF, fr. 24070, fol. 215.

303 AN, Q11186.

304 Droits de la foire Saint-Ladre, Étienne Boileau, Réglemens sur les arts et métiers…, p. 441. Le poisson d’eau douce se vendait aussi à l’Apport-Paris, au Petit-Pont et au cimetière Saint-Jean.

305 Les Narbonnais : chanson de geste, éd. H. Suchier, 2 t., Paris, 1898, t. I, p. 91, vers 2402. Voir Roger Dion, « La leçon des chansons de geste. “Les Narbonnais” », dans Paris et Île-de-France, Mémoires…, t. 1, 1949, p. 23-45, aux p. 36-37.

306 Rue et Vaben étaient autrefois des ports de pêche importants. L’ensablement de cette partie de la côte (Marquenterre) en a fait de petits villages à quelques kilomètres de la mer.

307 AN, JJ 66, n° 889 (1329). Éd. dans Documents parisiens…, t. I, p. 65.

308 Ibid., p. 128 (1331). Voir M. Poëte, Une vie de cité…, t. I, p. 367 et R. Mathier, « La rue des Poissonniers et le quartier de la Goutte-d’Or », dans Le Vieux Montmartre, 1925, p. 325-338.

309 En 1403, un marchand de Boulogne qui accompagnait deux chevaux chargés de hareng saur, contesta le montant du droit de chaussée qui se payait aux portes de Paris. AN, Z1F 1, fol. 201.

310 Étienne Boileau, Réglemens sur les arts et métiers…, p. 214 ; J.-M. Richard, « Ordonnance inédite de Philippe le Bel concernant les métiers de Paris (7 juillet 1307) », dans Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 2, 1875, p. 130-141, à la p. 134 ; ordonnance du roi Jean II (1351), Les métiers et corporations…, t. I, p. 13.

311 Dicta mercatura [piscium marinorum] per quator genera hominum gubernabatur, videlicet per mercatores foraneos qui pisces marinos piscari faciebant et ad villam nostram mittebant, et per vecturarios qui pro dictis mercatoribus ipsos pisces ad villam nostram Parisiensem portabant et per venditores ipsorum piscium qui dictos pisces dictorum mercatorum nomine in dicta villa vendebant, necnon et per stallarios et stallarias, alleciarios et alleciarias qui a dictis venditoribus dictos pisces emebant et in dicta villa nostra, tam in Parvo Ponte quam in porta Bauderii et pluribus aliis locis ville predicte, per penas et ad detaillium vendebant (1361). Ordonnances…, t. VI, p. 405 et N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 224.

312 Ordonnance de 1258. N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 91 et p. 237 ; voir Les métiers et corporations…, t. I, p. 414, art. 9.

313 Le plus ancien texte parle d’une rente super quadam domo sita Parisius in Campellis juxta halas ubi venduntur pisces (mars 1235, n. st.). AN, S 5077B, n° 84; voir aussi LL 1595, fol. 31 (1258); S 3950B, n° 2 (1273).

314 Arch. des Quinze-Vingts, n° 2522 (1363, n. st.).

315 Ordonnances…, t. VIII, p. 613 (1403) ; AN, JJ 159, fol. 192, n° 325 (1405).

316 Le « fief incorporé d’Hellebic » consistait en un droit peu élevé anciennement perçu sur le poisson de mer frais. Les origines et l’étymologie du nom de ce droit sont obscures. Il fut plusieurs fois supprimé et rétabli au Moyen Âge. H. Sauval, Histoire et recherches…, t. I, livre 6, p. 659.

317 Ordonnances …, t. VIII, p. 613-616 (septembre 1403).

318 À cette date, Guillaume Lescot se plaint de ce que les cinq petites échoppes qu’il possédait dans la rue de la Fromagerie aient été démolies « pour l’edifice que l’on a fait de nouvel dessus ladicte garde ». AN, JJ 159, fol. 87v, n° 180 et fol. 192, n° 325.

319 Ordonnances…, t. VIII, p. 619 (décembre 1406).

320 « Es petis estaux [de la halle couverte] on ne doit vendre poisson trempé et l’an fait tout le contraire, dont la place des Marchands est trop empiree ». AN, X1A 1472, fol. 50 (1385).

321 AN, Y 3, fol. 49 (13 février 1385). Le 16 mars 1509, le fermier de la coutume des Halles se plaint de ce que le poisson de mer frais est souvent vendu, hors de la halle à la Marée destinée à cet effet, mais « sur le pavé » et sans payer de droit. AN, X1A 8332, fol. 73-74.

322 AN, X1A 1472, fol. 50.

323 « Toutesfoys quant il y avoit affluence de maree et denrees non salees on avoit bien acoustumé, que aprés la vente en gros faicte d’icelle maree par les vendeurs, les femmes povoyent sur petites cellectes vendre la maree non sallee et non le trempis ». AN, Y 3, fol. 65 (2 mars 1499, n. st.). N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 116-117.

324 Jean de Roye, Journal…, t. I, p. 104.

325 AN, Y 3, fol. 49 (voir infra, document VII) et fol. 65. N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 116-117.

326 « C’est assavoir depuis une grande clef atachee contre ung poteau de boys estant et faisant closture en certains eschoppes et tirant d’icelle clef jusques au ruisseau qui est vers la croix des Halles et dudit ruisseau en tirant contrebas et suivant ledit ruisseau contrebas, jusques a ung autre ruisseau qui vient de la Cossonnerie et chet devant la porte de la halle au Blé ». H. Sauval, Histoire et recherches…, t. I, p. 654 (d’après une sentence du Châtelet du 20 mars 1499, n. st.).

327 On lit dans Le Ménagier de Paris, traité de morale et d’économie domestique composé vers 1393, éd. J. Pichon, 2 t., Paris, 1846, t. II, p. 200, la définition suivante : « Craspois : c’est baleine salee et doit estre par lesches tout cru, et cuit en eaue comme lart ; et servir avec vos pois ». Le crapois ne venait à Paris qu’en Carême : c’était le poisson des pauvres.

328 Voir le procès jugé en Parlement de 1381 à 1385 au sujet de ces étaux. AN, X1A 1471, fol. 445, et X1A 1472, fol. 46v. Un arrêt mit fin au débat, le 13 février 1385 (n. st.). AN, Y 3, fol. 49.

329 Ordonnances…, t. II, p. 361, art. 125 (1351), et Les métiers et corporations…, t. I, p. 17, art. 44.

330 Ibid., t. I, p. 417 (1399).

331 AN, Y 3, fol. 65. N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 116.

332 Il existait encore au XVIIIe siècle. AN, Q1 1186.

333 En 1384, le procureur du roi se plaint de ce que « les harengeres ont prins la plus belle place des Halles et ont fait une barriere tellement que on ne pult aller avant ». AN, X1A 1472, fol. 46v.

334 Premières mentions : AN, S 934A (1421) et S 856 (1425) ; voir aussi AN, S 1071A (1434 et 1460). Au XVIIe siècle, le poisson à dessaler fut porté rue de la Cossonnerie, dans la halle au Poisson d’eau douce. Voir Jaillot, Recherches critiques…, t. VIII, « Quartier des Halles », p. 5 et 9.

335 AN, Y 5224, fol. 90v et 99v (14 et 22 août 1402).

336 AN, Y 3, fol. 27v ; L 434, n° 2 (vers 1325) ; S 99, n°s 6, 7 et 25 ; etc.

337 BNF, fr. 2833, fol. 181v (1296).

338 AN, JJ 56, fol. 45v (1317), et fol. 117v (1318) ; S 73 (1315) ; etc.

339 Étienne Boileau, Réglemens sur les arts et métiers…, p. 444.

340 Ordonnances…, t. X, p. 372 ; G. Fagniez, Documents relatifs…, p. 205, n° 110. Sentence du Parlement au sujet de la moitié cupsdam stalli ad carnificem apti Parisius in halis Belvacensi existentis, sextum stallum incipiendo a latere versus Sequanam ab introitu Tonnelarie facientis (1416, n. st.). AN, X1A 63, fol. 22.

341 Édit de Charles VI d’août 1416. Ordonnances …, t. X, p. 372 ; Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 74.

342 AN, K 59, n° 19 et X1A 8603, fol. 25-27. Le Parlement n’enregistra qu’avec des difficultés une décision jugée « tres deraisonnable et au roy prejudiciable ». AN, X1A 1480, fol. 135 ; Journal de Clément de Fauquembergue…, t. I, p. 121-124.

343 Ordonnances…, t. X, p. 468 ; Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 118.

344 AN, JJ 119, fol. 44v, n° 65.

345 BNF, fr. 24070, fol. 217v.

346 AN, X1C 131, n°s 59, 60 et 61 (15 mai 1426).

347 N. de Lamare, Traité de la police…, t. II, p. 736.

348 Dans l’ordonnance du 30 janvier 1351 (tit. 11) on lit : « Et sont les places a vendre poulailles et les dependances du mestier en la rue Neufve Nostre Dame, devant Chastellet, a la Porte de Paris et es Halles, en la Cossonnerie », voir Les métiers et corporations…, t. I, p. 22. Voir aussi les statuts des poulaillers (septembre 1364). Ordonnances…, t. IV, p. 492 ; N. de Lamare, Traité de la police…, t. II, p. 657.

349 AN, L 1021, n° 19 (1209). Étienne Boileau, Réglemens sur les arts et métiers…, p. 14.

350 Ordonnances…, t. VI, p. 511 (6 janvier 1373, n. st.) ; Commission municipale du Vieux-Paris. Procèsverbaux, 1899, p. 346 ; Journal d’un bourgeois de Paris…, p. 125.

351 Ordonnances…, t. I, p. 427 ; J.-M. Richard, « Ordonnance inédite de Philippe le Bel… », p. 133 ; Ordonnances…, t. VI, p. 511 (6 janvier 1373, n. st.).

352 AN, S 934A (1396). Montgison, commune de Fontenay-Saint-Père (Yvelines).

353 AN, S 933B (1348); BNF, fr. 8611, fol. 15v (1431).

354 « Aux halles devant la fontaine […] prés des charrettes ou l’en vent le pain es dites hales » (mars 1385). AN, JJ 126, fol. 87, n° 132. Voir L. Mirot, Les insurrections urbaines au début du règne de Charles VI (1380-1383), Paris, 1905, p. 123, n. 1.

355 N. de Lamare, Traité de la police…, t. II, p. 890.

356 Ordonnances…, t. XV, p. 48. Voir aussi ibid., t. VIII, p. 481 (1401) ; t. IX, p. 712 (1407) ; et t. XIV, p. 188 (12 février 1452, n. st.).

357 Ibid., t. X, p. 184. Voir supra, p. 46.

358 N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 549.

359 La vente du charbon aux Halles est rarement mentionnée. Un seul document permet de la localiser. La maison à l’enseigne de la Rose-Rouge, est dite, en 1500 (n. st.) « aboutissant par devant sur le pillory et sur la place au Charbon », AN, S 6347A. Cette maison bien connue appartenait à Jehan Rose en 1333 et portait l’enseigne d’une rose en 1383. Elle était située sous les Petits Piliers, entre les rues Jean-Bigne et Pirouette, devant la fontaine.

360 Voir Les métiers et corporations…, t. II, p. 769 (1456).

361 Étienne Boileau, Réglemens sur les arts et métiers…, p. 270-272.

362 AN, S 73 (1395).

363 Arch. des Quinze-Vingts, n° 5848, fol. 252, n° 157 ; AN, S 895A, n° 9 ; AN, S 3755A, dossier 1 ; etc.

364 « Le voyer donne a cause de son office, les places a vendre […] beurre, oeufs, fromages, aulx, oignons, choux, porees et autres verdures, assavoir es halles de Paris, pour ce qu’il a li regars sur la voirie ». Voir N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 647-648 (registre de Jean Sarrasin, 1270).

365 Ordonnances…, t. IX, p. 485.

366 La « porette » est une sorte d’oignon ; les « civos » sont de petits oignons ; le « chervis » est une sorte de panais. « Aigrun » peut être considéré comme un synonyme de « poirée ».

367 AN, Y 3, fol. 27v et L 434, n° 2 (vers 1325). À la fin du XIVe siècle, la porte aux Oignons prit le nom de porte aux Savetiers.

368 N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 115 et t. IV, p. 648 ; BNF, fr. 24070, fol. 216 (vers 1425).

369 AN, Z1F 6, fol. 49v (1412, n. st.) et fol. 51v et 55.

370 Registre criminel du Châtelet…, t. II, p. 7.

371 AN, S 3755B, n° 15 (1367) : « Rue de la Vieille Fromagerie ». AN, Z1F 7B, fol. 447 (1418, n. st.) et Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 54, n° 1356 (1481).

372 « Item, du coing de la Coçonnerie par devant les frommagiez et les boursiers jusques a la rue au Feurre ». Itinéraire des percepteurs de la taille (1299). AN, KK 283, fol. 168d. En 1321 (n. st.) ces maisons sont dites in Campellis, ante mercatum caseorum. AN, JJ 59, fol. 333v, n° 608. Dans le Terrier du roi (1397-1431), une maison est dite faire « le coin de la Cossonnerie et de la halle aux oeufs et fromages », BNF, fr. 8611, fol. 17.

373 Arch. mun. Douai, CC 200 ; G. Espinas, Les finances de la commune de Douai des origines au XVe siècle, Paris, 1902, p. 201, n. 5.

374 AN, S 4372.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search