Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les halles de Paris et leur quartier (1137-1969)

 | 
Anne Lombard-Jourdan

Chapitre II. Aspects matériels et réalités fonctionnelles des halles médiévales

Texte intégral

I. — UN ENSEMBLE DISPARATE D’ÉDIFICES D’UN MÊME TYPE

  • 49 Voir le texte cité p. 15.
  • 50 P. Champion, François Villon, sa vie et son temps, 2 t., Paris, 1913, t. I, p. 300.
  • 51 « La description de la ville de Paris et de l’excellence du royaume de France… par Guillebert de M (...)

1Au XIVe siècle, Raoul de Presles esquissait, nous l’avons vu49, l’implantation humaine et marchande à l’intérieur du « fossé du Champeau » : des loges et des étaux, des maisons, puis des halles. Pas de plan méthodiquement suivi, mais sous une poussée fatale des bâtiments d’un même type et des échoppes construits çà et là à l’intérieur d’une enceinte protectrice. « C’était une petite ville dans la ville, et toute construite au hasard »50. Au XVe siècle déjà, Guillebert de Metz (ou de Mets) peindra « les halles des draps, de pelleterie, de mercerie, de cuirs, de pain, cele de fruit et d’autres choses, contenans l’espace d’une ville de grandeur »51. Le « gros mur du roi » avec ses portes closes la nuit en était comme le rempart.

  • 52 Lorsqu’en 1405, on suréleva d’un étage la garde au Poisson, les propriétaires des échoppes qui y é (...)
  • 53 L’important cellier de quatre caveaux d’une maison de la rue de la Tonnellerie est dit « estant so (...)
  • 54 BNF, fr. 24070, fol. 219.
  • 55 Au-dessus de la porte aux Savetiers. Voir infra p. 118.
  • 56 Maison assise « sur les degrés des halles de Malines ». Arch. Assistance publique, fonds de Saint- (...)
  • 57 « Soubz le degré de Brucelles et y demeure ung rotisseur » (1420), BNF, fr. 24070, fol. 215 ; « un (...)
  • 58 Documents parisiens…, t. I, p. 102 (1331).

2Avec le temps, l’osmose s’établit entre les halles sur leur pourtour et les habitations. Les maisons prirent appui contre les parois extérieures du « gros mur » et leurs toitures évacuèrent les eaux de pluie suivant une même pente52. Les caves des demeures s’étendirent par dessous et par delà « le mur du roi » jusqu’au sous-sol des halles53. Vers 1425, dans un rapport sur le domaine du roi à Paris, il est question d’une maison « soulz la halle au Blé » et de la censive royale sur douze maisons « soulz la halle de Saint-Denis »54. Deux passages enjambaient la rue de la Lingerie à ses extrémités, couloirs qui faisaient communiquer les étages de la mercerie des Champeaux. Des logements furent construits au-dessus des portes en forme de porches profonds qui donnaient accès à l’intérieur du marché55 ou au-dessus des grands escaliers extérieurs de pierre qui desservaient les parties hautes de certaines halles et parfois les maisons adjacentes56. Le moindre espace vacant était aussitôt occupé par un petit commerçant qui y introduisait sa sellette. Un rôtisseur s’était installé sous les degrés de la halle de Bruxelles en 142057. Loin de s’opposer à cet envahissement de son marché et à cet enchevêtrement immobilier parasitaire la royauté les tolérait, les autorisait et même les favorisait dans un but fiscal, selon les opportunités et sous réserve de quelques conditions58.

3Grâce aux ordonnances royales, aux règlements de police, aux statuts des métiers, aux sentences de justice et aux minutes des procès, aux documents administratifs et comptables, il est possible de connaître les obligations auxquelles devaient se plier les marchands, leurs droits et les redevances diverses qu’ils acquittaient, bref les problèmes juridiques et fiscaux qui se posaient, et ils ont été bien étudiés. La topographie et l’aménagement des Halles, leur aspect et leurs côtés matériels sont, en revanche, moins bien connus. La documentation est dispersée, laconique, parfois peu claire. Toutefois l’énorme quantité des sources disponibles et la possibilité de les confronter d’une part, la quasi immutabilité du cadre du marché et de la répartition de ses activités de l’autre, permettent de reconstituer l’aspect des lieux de façon suffisamment assurée pour autoriser à dessiner le plan et à entreprendre la description de la partie de Paris qui remplit la fonction essentielle de son approvisionnement.

II. — L’ARCHITECTURE DES BÂTIMENTS

  • 59 G. Espinas, La draperie dans la Flandre française au Moyen Âge, 2 t., Paris, 1923, t. II, p. 422 ; (...)
  • 60 La halle la plus importante, celle aux draps de Paris qui avait deux niveaux, comptait soixante-di (...)

4« De l’organisation matérielle, de la disposition intérieure de la halle, on ignore en somme tout », écrivait Georges Espinas, et Henri Laurent renchérissait : « Ce que l’on en sait pour les halles de Paris se réduit aussi à peu de choses »59. Les principaux bâtiments, dont certains mesuraient une centaine de mètres de long60, atteignaient, quand ils comportaient un étage, ce qui était le plus souvent le cas, une dizaine de mètres de haut. Leur masse dominait la multitude des maisons, loges et étaux, qui les entouraient et souvent s’accrochaient à leurs flancs.

  • 61 En 1417, la halle d’Aumale, qui faisait partie de la halle du Commun, était « couverte d’une voûte (...)
  • 62 En 1344, son toit et peut-être une partie de sa façade couverts d’ardoise avaient valu à un hôtel, (...)
  • 63 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. III, preuves, p. 434 ; C. Samaran, « Les frais du procès et (...)

5Les plus anciennes halles furent entièrement construites en pierre de taille et certaines étaient voûtées61. Plus tard, les parties hautes furent quelquefois en colombage. Les bâtiments couverts qui vinrent s’ajouter à ceux de Philippe Auguste étaient tous de même plan et de même élévation, ceux de la halle, faite de deux murs parallèles, coiffés d’un toit à deux rampants couvert de tuiles comme les maisons voisines. L’ardoise ne fit timidement son apparition à Paris qu’au XIVe siècle62. Après l’exécution capitale de Jacques d’Armagnac, duc de Nemours, le 4 août 1477, il fallut deux milliers de tuiles pour réparer la toiture de la garde aux Poissons de mer, défoncée et rompue par le grand nombre de curieux qui l’avaient escaladée pour assister de plus près au spectacle63.

  • 64 Rigord, « Gesta… », t. I, p. 34, § 20. Voir supra p. 21 et n. 35.
  • 65 « La porte par ou l’on va en la halle des Fripiers, a l’opposite du bout de la rue au Feurre » (130 (...)
  • 66 AN, L 878, n° 28 (1436) ; X1C 182B, n° 184 (1452) ; S 1963 (3) (1464) ; etc.
  • 67 « Auprés l’entree de l’huys de la halle du Commun, la ou celui qui queult le tonlieu siet » (28 av (...)

6On trouve souvent, dans les actes décrivant les aboutissants des halles ou des immeubles adjacents, la mention de « gros murs », « anciens murs », « murs du roi », qui correspondent à la forte muraille protectrice que Rigord dit avoir été élevée par Philippe Auguste autour des deux premières halles64. Les portes percées dans celle-ci et qui étaient fermées à clef le soir ne changèrent sans doute pas d’emplacement. Elles peuvent être identifiées sur les plans du XVIe siècle et figurent encore sur celui de Verniquet. Trois d’entre elles donnaient accès au vaste préau du marché au Blé ; deux autres ouvraient sur la place aux Poirées, de part et d’autre du pâté de maisons allant de la taverne de la Rappée à celle des Bourses. La principale des deux au nord, était dite porte aux Oignons ou aux Savetiers ; la seconde, au sud, s’appela porte aux Tapissiers, puis aux Fripiers et ouvrait juste en face du débouché de la rue au Feurre65. Deux autres portes existaient rue de la Tonnellerie66 ; l’une d’elles était située entre l’extrémité sud de la halle de Saint-Denis et la halle du Commun. C’était là que se tenait le receveur du roi qui percevait le droit de tonlieu67.

  • 68 AN, JJ 119, fol. 44v, n° 65.

7La porte dite aux Savetiers ou aux Oignons était l’entrée principale donnant accès, du côté de Paris, à l’intérieur du complexe des halles, dit la « halle commune ». Elle ouvrait sur la place du marché aux Poirées et formait un passage couvert de sept mètres de profondeur ; au-dessus une maison était construite. Celle-ci fut cédée en 1308 par Philippe IV à Pierre Senebron, dit « de Salins », son sergent d’armes, pour services rendus. Ce don fut complété en 1316 par Philippe V qui y ajouta deux places ou échoppes attenantes dans la halle commune. Enfin, peu après, Pierre se fit céder à perpétuité un terrain voisin, où se trouvait un étal de boucher. Cet important ensemble immobilier passa à la fille, puis au petit-fils de Pierre de Salins. Celui-ci, un boucher nommé Jean de Rueil, eut en 1381, des difficultés avec les « commissaires ordonnés sur le fait de la visitation du domaine du roy es Halles de Paris ». Le document qui en rend compte permet de reconstituer cet endroit des Halles avec une grande précision68. La façade du corps de logis sur la place aux Poirées mesurait cinq toises et deux pieds, soit près de onze mètres de long, depuis l’hôtel de la Rappée, à gauche jusqu’à l’escalier de la halle de Malines à droite. Elle était coupée sur toute sa longueur par un monumental auvent d’une toise et un pied et demi (environ deux mètres quarante) de large. Il abritait deux étaux situés à droite et à gauche de l’entrée des Halles par la porte aux Savetiers. Les propriétaires de la maison entretenaient cet auvent en bon état et faisaient réparer la chaussée au-dessous, quand il en était besoin ; mais ils pouvaient louer un bon prix les deux étaux où l’on vendait du lard. Jean de Rueil eut beau protester que son auvent ne pouvait gêner la circulation sur la chaussée qui était très large, il fut condamné à retrancher un demi-pied (environ dix-sept centimètres) de sa largeur sur toute sa longueur. En compensation, on lui permit de le prolonger jusqu’à couvrir l’escalier de la halle de Malines qui était commun à sa maison ; mais il dut s’engager à entretenir à ses frais cet escalier comme il le faisait déjà pour la maçonnerie de la porte aux Savetiers. Il fut aussi obligé de reculer ses deux étaux « pour avoir plus large entree aux passans et repassans par ladicte porte ». Il avait trois mois pour faire exécuter les travaux. L’affaire est significative de l’âpreté avec laquelle était disputé aux Halles le moindre pouce de terrain, de la confusion existant entre édifices publics et propriétés privées et de la façon dont le roi se déchargeait de l’entretien des bâtiments des Halles.

III. — LES AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS

  • 69 In superioribus vero illius edis partibus, que ad modum unius vici mirabilis longitudinis ordinate (...)
  • 70 « Et est assavoir que en chacune travee de ladite halle a la Laine, c’est a dire de Beauvais, a co (...)
  • 71 Donation par un mercier de neuf quartiers d’étal contigus sis dans les hautes halles de la Merceri (...)

8Les bâtiments où la vente se faisait en commun étaient sans aucune séparation intérieure. Jean de Jandun les compare à « des rues d’une étonnante longueur »69. Des piliers adossés aux parois supportaient la charpente de la toiture ou les poutres du plafond, quand la halle comportait un étage. Au milieu du vaisseau, deux rangées de piliers de pierre ou de poteaux de bois divisaient l’espace en trois nefs. Les étaux étaient alignés face à face contre les murs gouttereaux, à raison de quatre par travée, c’est-à-dire par espace compris d’un mur à l’autre entre deux de ces supports70. Mais il arrivait que les étaux fussent partagés et il n’est pas rare de trouver mention d’une moitié ou de trois quartiers d’étal71.

9Chaque étal était aménagé en fonction du métier qui y était exercé. Aussi fallut-il procéder à des transformations quand les bouchers, par exemple, succédèrent aux vendeurs de laine dans la halle de Beauvais ou quand les pelletiers s’installèrent dans les Basses-Merceries. À chaque étal correspondait le mobilier approprié : table, bureau, buffet pour étaler la marchandise et permettre au client de la voir de près, perches pour suspendre les vêtements, dressoirs ou armoires pour conserver les objets précieux, tablettes ou rayons pour empiler les pièces de drap ou les peaux, étagères pour présenter les objets.

  • 72 Aristote, Éthiques, Politiques et Économiques, traduction française de Nicole Oresme, manuscrit du (...)

10Une miniature du XVe siècle72 montre l’architecture intérieure d’une halle, les supports délimitant la travée, les fenêtres hautes, la disposition des étaux. Trois marchands, de souliers, de draps et de vaisselle, vendent côte à côte. Ils sont le dos à la paroi contre laquelle s’appuient l’armoire et le dressoir où sont entreposées leurs denrées. Leurs étaux les séparent des clients qui circulent dans l’allée centrale de la halle. L’artiste a bien voulu représenter l’intérieur d’une halle, et nous n’en connaissons pas d’autre image. Celle-ci n’est d’ailleurs pas d’une scrupuleuse exactitude ; elle a été dessinée d’après des souvenirs : les cordonniers, les drapiers et les potiers ne vendirent jamais dans un même bâtiment.

  • 73 AN, X1A 67, fol. 249.
  • 74 En 1430, deux marchands furent condamnés pour avoir, après sept heures du matin, fait mener des la (...)

11Une large allée centrale était réservée aux clients potentiels et aux curieux. Le sol était souvent en terre battue. En 1432, les merciers durent s’engager à faire paver l’intérieur des Basses-Merceries avant de les louer aux pelletiers73. Aux deux extrémités du rez-de-chaussée, de larges portes permettaient aux bêtes de somme et aux charrettes de pénétrer jusqu’aux étaux pour y déposer leurs chargements74.

  • 75 AN, JJ 119, fol. 45 ; S 1393, n° 1 ; X1C 182B, n° 184 ; etc.
  • 76 « En telle maniere que pourront estaulx pour monstrer leurs draps et veues si comme il leur plaira (...)
  • 77 AN, X1A 67, fol. 247.
  • 78 L’escalier de la halle de Malines près de la porte aux Savetiers, est dit « commun au roy et aux m (...)

12Les halles étaient éclairées par des fenêtres hautes et interdiction était faite d’offusquer celles du rez-de-chaussée en appuyant contre les murs extérieurs des échoppes trop élevées ou quelque construction que ce soit75. Chaque occupant pouvait d’ailleurs percer à ses frais des ouvertures pour éclairer son étal, à condition de ne porter préjudice à personne76. Les pelletiers, avant de s’installer aux Basses-Merceries, exigèrent qu’une paroi soit abattue et reconstruite en appentis pour leur permettre de secouer la craie de leurs peaux et de les aérer avant leur vente77. Le premier étage des halles était aménagé comme le rez-de-chaussée et on y accédait par de grands escaliers extérieurs qui desservaient aussi les habitations voisines78.

  • 79 Jean de Jandun, « Tractatus… », dans Paris et ses historiens…, p. 57 (voir infra document V).

13Dans son Traité des louanges de Paris, Jean de Jandun fait une description enthousiaste des halles des Champeaux au début du XIVe siècle. Il a été impressionné par la beauté et la profusion des marchandises exposées. Les mots latins lui manquent pour énumérer et décrire ces abondantes richesses : au rez-de-chaussée l’amoncellement des draps plus beaux les uns que les autres et les pelisses de fourrure et de soie ; au premier étage, tout ce qui peut servir à parer le corps humain : couronnes, bonnets, peignes d’ivoire, ceintures, bourses, gants, colliers, ornements de toutes sortes, le tout exposé le long des murs, « si bien qu’à peine a-t-on fini d’examiner une rangée d’étaux, on se précipite vers l’autre, et, après avoir parcouru le bâtiment dans toute sa longueur, on est emporté par le désir de recommencer non pas une fois, mais indéfiniment »79.

IV. — LOGES, ÉTAUX MOBILES ET MARCHANDS AMBULANTS

  • 80 AN, Y 2, fol. 85v (1389, n. st.) ; voir N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 681 ; AN, S (...)

14Dans tous les espaces restés vacants entre les halles et leur muraille, on édifia des loges ou échoppes qui affectaient l’aspect de petites maisons munies d’un toit et de gouttières, parfois d’un foyer et d’une cheminée. Elles étaient tenues à titre héréditaire ou louées à terme. Lorsque les fripiers vinrent s’installer aux Halles, à la fin du XIVe siècle, on leur enjoignit d’avoir à faire construire leurs loges, à faire paver à leurs frais la chaussée devant celles-ci80 et à l’entretenir. Mais, en beaucoup d’endroits, le sol demeurait en terre battue, ce qui n’était pas sans inconvénient par temps de pluie.

  • 81 A.-A. Beugnot, Les Olim ou registres des arrêts rendus par la cour du roi…, 3 t. en 4 vol. , Paris (...)
  • 82 AN, Z1F 5, fol. 104 (1410) ; X2A 41 (1477, n. st.).
  • 83 N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 648.
  • 84 Ordonnances…, t. IV, p. 82.
  • 85 A.-A. Beugnot, Les Olim…, t. II, p. 463, n° VI ; Ordonnances…, t. IV, p. 84-85.

15Certains artisans vendaient sur des étaux, des bancs ou des buffets, tels quelques drapiers de Saint-Denis81, ou sur des tables et des selles mobiles qu’ils ne pouvaient laisser longtemps au même endroit. Quant aux colporteurs, qui n’étaient pas autorisés à s’arrêter et à déposer à terre leurs denrées, ils circulaient en criant la marchandise qu’ils portaient « à col », aussi bien à l’intérieur du périmètre du marché que dans les rues voisines. C’étaient surtout des merciers ou fripiers, ou encore des « gasteliers » ou pâtissiers qui exposaient à la convoitise des passants des échaudés, des gaufres et des craquelins82 et, la veille de l’Épiphanie, des « gastiaulx a la feve ès halles »83. En 1295, un arrêt du Parlement interdit aux fripiers de stationner trop longtemps devant les ouvroirs des merciers, charrons, chaussiers et bourreliers de la rue de la Charronnerie, dont ils offusquaient les vues, et leur ordonna d’aller vendre place aux Chats84. Demeurée sans effet, cette prescription fut renouvelée en 1303 et plusieurs fois par la suite, avec l’autorisation toutefois de s’arrêter une heure au même endroit pour conclure une affaire85.

  • 86 AN, Z1F 5, fol. 31v et Z1F 7A, fol. 89.

16Enfin, il y avait toujours aux Halles, en souvenir disait-on de saint Louis, un certain nombre de places réservées aux pauvres femmes et qui étaient « données pour Dieu », c’est-à-dire attribuées gratuitement par le receveur de Paris86.

V. — LES DÉBORDEMENTS DU MARCHÉ DANS LE CIMETIÈRE DES INNOCENTS ET DANS LES RUES VOISINES

17L’intense activité marchande déborda bientôt du périmètre qui lui était assigné et occupa tous les espaces disponibles à l’entour. Le plus proche et le plus vaste était le cimetière des Saints-Innocents, qui avait jadis accueilli les premiers échanges sauvages. Au Moyen Âge, les cimetières, lieux de paix et d’asile, servirent souvent de lieux de réunion et c’est sans trop de surprise qu’on assiste à l’invasion de la nécropole par l’animation voisine des Halles.

  • 87 AN, L 570, n° 35 (mémoire de 1736) et n° 38 (mémoire de 1763). Procès-verbal de visite du 27 avril (...)
  • 88 Il fut fermé trois ans pendant la peste noire, de 1349 au 21 septembre 1351 (AN, L 528, n° 3). Des (...)
  • 89 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. I, p. 497.
  • 90 AN, LL 400, fol. 27v ; Arch. Assistance publique, fonds de l’Hôtel-Dieu, layette 7bis, l. 58, cote (...)
  • 91 Des lettres patentes de Charles V en 1385 mentionnent les « voutes des dites loges et galeries app (...)

18Le cimetière avait la forme d’un rectangle presque régulier, dont l’angle nord-est était occupé par l’église connue indifféremment sous les vocables de Saint-Innocent et des Saints-Innocents. La superficie du parterre était d’environ deux cents perches (six mille mètres carrés) avant 166987 et il demeura le plus vaste de la ville jusqu’à sa fermeture en 178088. On l’appelait le « cimetière de Paris »89. Outre les ayants droit, tous les Parisiens pouvaient s’y faire enterrer à condition de payer une indemnité aux marguilliers. Par humilité, beaucoup demandaient aux administrateurs de l’Hôtel-Dieu l’autorisation d’être inhumés dans la fosse des pauvres (fovea pauperum)90. Le cimetière des Innocents fut le premier à Paris à être entouré de charniers ou ossuaires91. Les fossoyeurs déposaient dans les combles de leur toiture les ossements qu’ils retiraient du sol en creusant de nouvelles tombes.

  • 92 Confréries des fripiers, des drapiers, des gantiers, des crieurs de vin, etc. qui avaient toutes u (...)
  • 93 Le chapitre de Saint-Germain-l’Auxerrois autorisait sept aveugles des Quinze-Vingts à quêter au ci (...)
  • 94 AN, LL 408, fol. 149. Rabelais prétend que « les guenaulx de Sainct Innocent se chauffoyent le cul (...)
  • 95 AN, LL 401, fol. 130 et 160.
  • 96 Journal d’un bourgeois de Paris. 1405-1449, éd. A. Tuetey, Paris, 1881, p. 233-234.

19À l’intérieur du cimetière, la vie religieuse était intense : inhumations, messes anniversaires, services funèbres institués par acte de fondation, processions nombreuses parmi lesquelles celles des confréries de métiers qui avaient leur siège dans l’église des Innocents92. Les infirmes, les aveugles et les mendiants étaient partout présents, implorant la pitié et la générosité des fidèles93. Les « pauvres gueux y faisaient leur séjour »94. Des prédicateurs venaient fréquemment y admonester la foule du haut du prêchoir95. En avril 1429, un cordelier, le frère Richard, parla tous les jours d’une semaine, de cinq heures à onze heures du matin, du sommet d’un échafaud de trois mètres de haut adossé au mur du charnier sud. Cinq à six mille personnes se pressaient à chacun de ses sermons96.

  • 97 AN, L 570, n° 22.
  • 98 AN, Y 3, fol. 90 et suiv. (ordonnance prévôtale du 9 novembre 1397).

20Les habitants des rues voisines venaient s’y livrer à leurs tâches journalières plus aisément accomplies là qu’ailleurs. En 1638, par exemple, défense dut être faite aux tondeurs et applaneurs d’y tendre leurs draps et serges97. Quant aux animaux, ils y pénétraient sans peine et il arrivait que les chiens et les oiseaux, chose abominable, se nourrissent des corps ensevelis peu profondément et en traînent les lambeaux à travers le cimetière et même au dehors98.

  • 99 A.-A. Beugnot, Les Olim…, t. II, p. 502, n° 1.
  • 100 AN, K 1027, n° 84.
  • 101 AN, L 570, n° 15 (7 octobre 1615).

21Le mur de clôture était percé, aux dires de certains, d’un trop grand nombre de portes : de deux à l’origine, elles étaient passées à cinq99. Un mémoire anonyme du XVe siècle explique que celle de la rue au Feurre « ne sert qu’a prophaner ledict sainctz lieu ». En effet, tous les fruits apportés pour être vendus aux Halles depuis les villages de banlieue ou de Corbeil par le fleuve, et déchargés au port de Grève, traversaient le cimetière en diagonale de la porte Saint-Jacques, ouvrant sur la rue Saint-Denis, à celle de la rue au Feurre ; et, en sens inverse, les poissons de mer et d’eau douce vendus aux Halles et à la Cossonnerie suivaient le même trajet en biais à l’intérieur du cimetière pour gagner plus vite les autres marchés de la ville et y être revendus100. Au XVIIe siècle, quelqu’un s’indigne qu’on puisse traverser le cimetière « comme si c’estoit une rue ou halle publicque »101.

  • 102 Voir Les métiers et corporations…, t. III, p. 565.
  • 103 Ibid.

22Beaucoup de petits commerces y étaient exercés. Les « billonneurs », qui tenaient boutique dans la rue au Feurre voisine, franchissaient sa petite porte et y apportaient leurs tablettes chargées de denrées « tant d’orfavrerie, d’or et d’argent ouvrés et a ouvrer, de pierres et autres marchandises comme de mercerie et autres »102. En 1386, le prévôt de Paris voulut les obliger à se transporter près de la Boucherie, derrière le Châtelet. Ils objectèrent que l’espace qu’on leur assignait était trop restreint pour les accueillir tous et que l’intérêt public était d’ailleurs qu’ils restassent rue au Feurre : celle-ci, en effet, était « assise en cœur de ville, pres la grant rue Saint Denis, qui est la rue de Paris la plus marchande, ou il demeure plus de gens, et aussi pres les halles de Paris, ou plus de gens forains et autres se traient plus tost et plus volontiers pour vendre et acheter ». Aussi leur fut-il permis de rester là où ils étaient, à condition de ne jamais acheter d’objets volés103.

  • 104 Nonnulli asserentes se liberarios necnon quamplures mercerii, ferrones et alii diversarum rerum me (...)
  • 105 AN, K 1027, n° 84.

23Les fripiers, libraires, merciers, ferrons et marchands de plusieurs autres choses exposaient chaque jour leurs denrées sur les pierres tombales et les écrivains publics proposaient leurs services. Les marguilliers les y autorisaient car ils percevaient à cette occasion des droits de place d’un bon profit. Une sentence de l’official du 20 février 1402 (n. st.) interdit ces échanges sous peine d’une amende de dix livres parisis et de l’excommunication ; d’autant plus que les objets vendus ainsi sans contrôle et à la sauvette avaient souvent été achetés à des voleurs. Ceux-ci, sûrs de pouvoir revendre impunément à des receleurs le fruit de leurs larcins, œuvraient dans toute la ville104. Après avoir commis leurs méfaits aux Halles, ils se jetaient dans le cimetière et « echappaient aisement au moien de tant de portes »105. Dans son Testament, Villon lègue plaisamment ses lunettes aux aveugles des Quinze-Vingts qui y quêtaient :

  • 106 Voir Testament, vers 1732-1735, dans François Villon, Œuvres, éd. A. Longnon, 2e éd. revue L. Foul (...)

Pour mettre a part, aux Innocents,
Les gens de bien des deshonnestes106.

  • 107 AN, X2A 41 (24 mars 1477, n. st.); Z1F 5, fol. 104 (1410).

24Les ordonnances de police renouvelaient les défenses faites et mal observées. Le jour des Morts et lors de la fête des saints Innocents, quand la foule était plus grande encore qu’à l’ordinaire, un sergent était chargé d’exercer une surveillance spéciale « pour empecher que les entrees ne soient estoupees, faire vuider le peuple des alees et faire oster desdites entrees ceulx qui y veulent vendre eschaudees, goffres et autres denrees »107. Si étroitement muré qu’il fût, le cimetière des Innocents participait au mouvement et à l’activité du grand marché voisin.

  • 108 In vico straminis aut straminum. L. Brièle et E. Coyecque, Archives de l’Hôtel-Dieu de Paris (1157 (...)
  • 109 On vendait la ferraille (vetera ferramenta) rue de la Ferronnerie, face au coin du cimetière des I (...)
  • 110 Quotiens aliquod stallum per mortem aut resignacionem vel transportum de ipso in manibus ipsorum v (...)
  • 111 Ibid. et AN, JJ 74, n° 521, édité dans Documents parisiens…, t. II, p. 156.
  • 112 Voir à titre d’exemples : AN, X1A 1471, fol. 445 (7 mars 1381, n. st.) ; X2A 41 (24 mars 1477, n. (...)

25Les rues voisines furent, elles aussi, envahies par l’animation du marché. Chacune avait reçu au XIIe siècle, moment où elles avaient été tracées, un nom significatif du métier ou du commerce qui s’y exerçait : rues Chanvrerie, Cossonnerie, Tonnellerie, au Feurre108, Charronnerie, Ferronnerie109. Elles le conservèrent, en dépit des changements intervenus, jusqu’au XIXe siècle. C’était le voyer qui, de par son office, assignait aux marchands la place sur la chaussée où ils pouvaient vendre ; lui aussi qui louait les étaux et les auvents qui empiétaient sur la voie publique et qui fixait le montant à payer. Aussitôt qu’une place devenait vacante, il la faisait crier au nom du roi par ses agents et l’adjugeait au plus offrant110, moyennant un loyer annuel payable au receveur royal111. Certaines places étaient meilleures que d’autres, et les jaloux cherchaient à en déloger les légitimes occupants. Les différends s’envenimaient ; les représentants de l’autorité publique étaient pris à parti et ils avaient souvent besoin de recourir à la force112.

  • 113 N. de Lamare, Traité de la police…, t. II, p. 460.

26La rue de la Cossonnerie accueillait les « coçons » ou « cossoniers », c’est-à-dire les vendeurs de « poulaille, cochons, oisons, lappereaulx, oeufs, fromages, beurres et autres vivres quels qu’ils soient ». En 1469 (n. st.), on interdit à ceux de Paris d’occuper la rue à une heure si matinale que les forains, quand ils arrivaient, ne trouvaient plus de place où se loger113.

  • 114 AN, X1A 10, fol. 128 (1344).
  • 115 Ordonnance du prévôt de Paris du 6 octobre 1391. N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 334 (...)

27La clôture du cimetière des Innocents offrait à l’extérieur un solide point d’appui à la halle en appentis des Lingères, à l’ouest. Contre les trois autres côtés s’adossaient des étaux et s’accrochaient des auvents. Au début du Moyen Âge, c’étaient surtout des fripiers et des drapiers qui vendaient dans ces boutiques improvisées. Ils avaient pris l’habitude de suspendre des tentes devant leurs échoppes. En 1391, des acheteurs se plaignirent d’avoir été trompés sur la nature et la qualité des tissus à cause des « grans umbres et veues obscures » qu’occasionnaient « les grandes serpillières noires et autres pendues devant les ouvroirs »114. Les drapiers objectèrent que, si on interdisait l’usage des tentes, le vent et la poussière saliraient leurs draps, tandis que les rayons du soleil décevraient l’acheteur sur leur qualité et leur couleur. Aussi furent-ils autorisés à utiliser des tentes descendant jusqu’à 1 mètre 80 du sol, et débordant d’autant sur la rue, mais sans que rien empêche de circuler par-dessous à pied ou à cheval. Si toutefois près d’un drapier vendait un pelletier, le premier pouvait tendre une serpillière entre les deux ouvroirs pour empêcher le poil de voler sur ses draps115.

  • 116 AN, K 167, n° 16.
  • 117 En décembre 1474, Louis XI donna à la fabrique des Saints-Innocents, pour assurer l’entretien de s (...)

28Du côté de la rue Saint-Denis, des marchands avaient, en septembre 1385116 pris à cens l’emplacement occupé par des échoppes et y avaient fait édifier de hautes maisons. Les marguilliers protestèrent : l’eau s’écoulant du toit de ces maisons abîmait les charniers ; le bruit que faisaient les forgerons et ferrons dans les nouveaux ateliers troublait le service divin et les murs élevés obscurcissaient l’église voisine. Pour mettre fin à ces réclamations, la Chambre des comptes attribua ces places et édifices à la fabrique des Saints-Innocents, à charge de payer à la recette de Paris vingt-quatre livres parisis de rente annuelle et perpétuelle. À la mort des locataires du moment, les marguilliers pourraient faire détruire ou diminuer leurs maisons ou étaux ou en faire construire de nouveaux, à condition qu’ils n’empiètent pas sur la voirie plus que les précédents ne le faisaient. Ce fut donc du côté de la rue Saint-Denis que s’élevèrent les premières maisons adossées aux charniers. Du côté de la Charronnerie, ce fut sous le règne de Louis XI117.

VI. — LES CONDITIONS DE FONCTIONNEMENT

1. Les zones d’approvisionnement

  • 118 D. Hervier, « Halles et marchés… ».
  • 119 Jean de Jandun, « Tractatus… », dans Paris et ses historiens…, p. 57.

29Le ravitaillement de Paris en vivres et matières pondéreuses s’opéra toujours à la fois par eau et par terre. Mais les moyens de transport et les points de déchargement varièrent118. Au Moyen Âge, la Seine et ses affluents drainaient vers la ville en grand nombre, comme l’écrit Jean de Jandun en 1323, « les vins de la Grèce, de Grenache, de La Rochelle, de Gascogne, de Bourgogne ; elle amenait en quantité du froment, du seigle, des pois, des fèves, du foin, de l’avoine, du sel, du charbon et des bois »119. Ils étaient livrés dans les ports du bord du fleuve : à la Grève, au port Popin ou à l’École Saint-Germain-l’Auxerrois. Certains étaient vendus sur place, d’autres transportés aux Halles. Plus tard, les ports de déchargement des vins, des bois d’œuvre et de chauffage, des matériaux de construction furent essentiellement en amont de la ville. Les canaux rendirent navigables certaines rivières et en firent communiquer d’autres entre elles, augmentant les possibilités de transport par eau.

  • 120 H.-F. Delaborde, Recueil des actes de Philippe Auguste…, t. I, p. 164, n° 135.

30Les routes qui convergeaient vers Paris depuis les pays de la Loire, la Bretagne, la Normandie, la Picardie et d’ailleurs assuraient l’approvisionnement de la capitale en denrées manufacturées de toutes sortes, parmi lesquelles, au Moyen Âge, les draps avaient une importance primordiale. Il en venait aux Halles des provinces françaises, notamment de Normandie, mais aussi de l’étranger. La route de Bapaume à Paris par Péronne, Nesle, Roye et Compiègne, où elle était rejointe par la route de Valenciennes, puis par Pont-Sainte-Maxence, Senlis, Louvres et Le Bourget vit passer tous les draps en provenance des Flandres, du Brabant et du Hainaut. C’était déjà à la foire de Compiègne qu’en mars 1185 Philippe Auguste s’efforçait d’attirer les marchands flamands120.

  • 121 Cartulaire général de Paris…, n° 378, p. 336 ; et T. Kleindienst, « La topographie et l’exploitati (...)

31Quant aux vivres : céréales, légumes, fruits et produits fermiers, dont le volume ne cessa de croître aux Halles parallèllement au chiffre de la population, si l’on excepte les fruits du Midi et quelques denrées exotiques, pendant longtemps ils vinrent exclusivement d’Île-de-France et des provinces limitrophes. La mise en culture des banlieues se régla sur les besoins de la grande ville. C’est ainsi, par exemple, que les pâturages communaux (communia pascua), qui bordaient le bras septentrional de la Vieille Seine, furent mis en rendement sur l’initiative de l’évêque de Paris en 1153 « au profit de l’église Sainte-Opportune et pour la commodité de toute la ville de Paris »121. De la même façon, les cultures maraîchères se développèrent aux Porcherons au XIIIe siècle et aux alentours d’Aubervilliers deux siècles plus tard. La solidarité jouait entre régions contiguës. Quant au blé et autres grains transportables sans risques, la construction de voies ferrées à partir du milieu du XIXe siècle permit d’aller les chercher dans des provinces éloignées, où de grandes halles commencèrent à être édifiées pour permettre de les entreposer et de les négocier.

2. Le besoin d’eau

  • 122 AN, K 34, fol. 5 ; abbé J. Lebeuf, Histoire de la ville…, p. 131 ; M. Félibien et G. Lobineau, His (...)
  • 123 N. de Lamare, Traité de la police…, t. I, p. 582.
  • 124 F. Lecaron, « Essai sur les travaux publics de la ville de Paris au Moyen Âge », dans Mémoires de (...)
  • 125 « Ruau » a le sens de ruisseau. Il se trouvait entre Belleville et le Pressoir Saint-Martin. Il al (...)

32Les marchés aux poissons et aux légumes réclamaient impérativement la proximité d’une source d’eau courante et les moyens d’évacuation des eaux usées et des déchets. La Seine était trop éloignée des Champeaux pour que l’on puisse utiliser le fleuve. Dès le XIIIe siècle, deux fontaines existaient au quartier des Halles, les premières à être installées sur la rive droite. La fontaine des Innocents, mentionnée en janvier 1274 (n. st.), se trouvait près de l’église du même nom, à l’angle des rues Saint-Denis et au Feurre122 ; au Moyen Âge, elle était isolée et l’eau sortait « par des tuyaux tout environ »123. C’était aussi le cas pour la fontaine des Halles, sur la place et près du pilori ; citée pour la première fois en août 1293124, elle devait être au moins aussi ancienne que celle des Innocents. L’eau était amenée des hauteurs voisines par un aqueduc en partie découvert jusqu’à un réservoir situé au-dessus du pressoir et du clos de vigne du Ruau125 et ensuite par des tuyaux de plomb jusqu’aux fontaines.

  • 126 Voir entre autres l’intervention d’Hugues Aubriot pendant sa prévôté (1368-1381). N. de Lamare, Tr (...)

33L’usage des fontaines était strictement réglementé126. On ne devait y puiser qu’entre soleil levant et soleil couchant, sauf en cas d’incendie. Chacun ne devait y prendre que la quantité d’eau qui lui était nécessaire. Les porteurs d’eau devaient attendre que tous les autres soient servis et, dans les files d’attente, personne ne devait poser à terre sa cruche ou ses seaux. Il était formellement interdit sous peine d’amende de laver « drappeaux, trippes ou ordures » dans le bassin de la fontaine, ou d’y faire boire les chevaux ou autres bêtes.

  • 127 J.-M. Richard, Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne (1302-1329), Paris, 1887, p. 289 ; J. Rig (...)
  • 128 En été la plupart étaient à sec et il en fut ainsi jusqu’à ce que, sous Louis XI, Simon de Neufvil (...)
  • 129 N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 381. La fontaine établie en son hôtel par Jehan Braq (...)
  • 130 L. Beaumont-Maillet, L’eau à Paris…, p. 68.

34Ces recommandations faites dans l’intérêt général n’étaient pas toujours suivies. De plus, certains seigneurs ou riches bourgeois obtinrent ou usurpèrent le droit de brancher des tuyaux sur les canalisations publiques. En 1317, après l’incendie qui causa de gros dégâts à son hôtel, Mahaut d’Artois fut autorisée à faire venir chez elle l’eau de la fontaine des Halles127. Des emprunts privés trop nombreux amenèrent la raréfaction de l’eau potable aux fontaines publiques, car les sources étaient peu abondantes128. Par ordonnance du 9 octobre 1392, Charles VI ordonna la suppression de toutes les fontaines privées sauf de celles des hôtels parisiens du roi et des princes. Mais les abus reprirent aussitôt129. En 1593, le Corps de ville décida de faire poser sur tous les regards une serrure dont seuls ses agents détiendraient la clef130.

  • 131 AN, S 1140, n° 4; BNF, lat. 5413, p. 38 ; Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pè (...)
  • 132 AN, K 976-977, n° 79 ; Arch. des Quinze-Vingts, n° 1965.

35Les puits étaient nombreux au quartier des Halles : puits privés dans les cours intérieures des maisons et puits publics. Le plus connu de ces derniers était devant le « maistre huys » de la maison qui occupait l’angle aigu formé par la rencontre des deux rues de la Truanderie ; signalé dès 1252131, il reçut, au XVIe siècle, le nom de « Puits d’amour » parce que les jeunes gens s’y fixaient rendez-vous. D’autres puits publics existaient rue de la Tonnellerie, vis-à-vis de la porte de la halle au Blé, en face du débouché de la ruelle Jean-Bigne et au milieu de la Charronnerie ; ce dernier était accessible aussi bien depuis la rue que par l’intérieur du charnier des Innocents132.

  • 133 AN, S 3744A, n°s 8 et 9.
  • 134 Sur le hallier et ses emplois, voir G. Espinas, La draperie dans la Flandre française…, t. II, p.  (...)

36La crainte des « accidents de feu » est souvent formulée dans les actes et contrats concernant le quartier car le bois entrait pour une grande part dans la construction des Halles, par ailleurs remplies de marchandises inflammables. Pourtant, parmi les nombreux textes médiévaux consultés, deux incendies seulement sont signalés : celui de l’hôtel d’Artois en 1317 et celui de la maison à l’enseigne de la Pomme-Rouge sous les piliers des Halles en 1460133. Aucun chroniqueur, à notre connaissance, ne mentionne un incendie survenu aux Halles. Grâce aux sérieuses précautions qui étaient prises et à la surveillance exercée jour et nuit par les halliers134, ce qui n’aurait pu manquer d’être une catastrophe fut donc évité.

3. Propreté et salubrité

  • 135 BNF, fr. 24070, fol 218v (voir infra document IX). Ce soin était souvent négligé. N. de Lamare, Tr (...)

37L’entretien régulier des Halles était prévu. Un compte de 1425 mentionne les mailles payées tous les samedis par les marchands pour le nettoyage des bâtiments qu’ils occupaient135.

  • 136 AN, S 934A (1375) ; Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 16, n°s 30 (...)
  • 137 AN, K 978, n° 94 (1353). Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 43, n° (...)

38Le quartier possédait deux établissements de bain ou « étuves » : l’un destiné aux hommes rue Mauconseil, près de l’église Saint-Jacques-de-l’Hôpital136 ; l’autre, réservé aux femmes, existait dès 1303 rue de la Truanderie, avec issue sur la rue du Cygne137.

  • 138 G. Corrozet et N. B[onfons], Les Antiquitez, histoires, chroniques et singularitez… de Paris, Pari (...)
  • 139 A. Le Roux de Lincy, Histoire de l’église et de la paroisse Saint-Eustache, Paris, 1850, p. 24.

39L’évacuation des eaux usées et des déchets posait un sérieux problème. En raison de la configuration du sol des Champeaux, les eaux de pluie et les eaux ménagères s’écoulaient dans la direction du lit septentrional abandonné par la Seine. Au point où confluaient les ruisseaux du quartier, au chevet de l’église Saint-Eustache existait un véritable cloaque, « le plus ort (sale) lieu de Paris ». On le franchissait sur une passerelle de pierre dite « poncel de l’église Saint-Eustache » ou pont Alais. La tradition voulait que « Jean Alais » ait fait construire la chapelle Sainte-Agnès, qui précéda l’église Saint-Eustache, pour expier le fait d’avoir imposé d’une maille le poisson de mer vendu aux Halles. Il aurait demandé que son corps soit jeté dans ce cloaque138. Le pont Alais ne fut supprimé que vers 1760139. Jusqu’à cette date l’endroit était fréquemment inondé. On lit, en 1485, dans le texte d’un procès :

  • 140 AN, X1A 8318, fol. 187.

Tous les esgoutz des halles et des rues voisines jusques d’aupres de Saint Innocent se esgoutent par le bout de ladite eglise [Saint-Eustache], tellement que, quant il vient grant inundacion d’eau, la rue du costé des halles, devant la petite porte de ladite eglise est si plaine de eaue que on ne y peut passer pour entrer en l’eglise ; aussi, en yver, quant il y a glaces, il y en a en si grant habondance que l’on ne peut aller à l’eglise par ladite petite porte140.

  • 141 Chronique du Religieux de Saint-Denys contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, éd. L. Bell (...)
  • 142 H. Lemoine, « Les égouts de Paris du XIVe siècle à 1825 », dans Revue mensuelle de la Chambre synd (...)

40Le Religieux de Saint-Denis attribue à Hugues Aubriot, prévôt de Charles V, l’initiative de la construction des premiers conduits souterrains destinés à entraîner hors la ville, dans les prés d’alentour, les eaux usées et les immondices141. Une tradition, non documentée mais peut-être exacte, voulait que le premier égout couvert établi à Paris ait été celui de la rue Montmartre. Au centre d’un quartier très peuplé, le marché était un foyer continuel d’insalubrité et exigeait plus que tout autre une évacuation rapide des sources d’infection. L’égout de Montmartre commençait rue des Vieux-Augustins (actuelle rue d’Argout), en dehors par conséquent de l’enceinte de Philippe Auguste, et se jetait, après un court trajet, dans le fossé qui bordait l’enceinte de Charles V et servait d’exutoire aux eaux usées de tout le nord de la ville142.

  • 143 N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 261 (1356).
  • 144 AN, Y 2, fol. 225v (1405).

41Les boues et détritus du quartier des Halles étaient portés en tombereaux aux voiries par la porte Saint-Honoré143. Il était interdit de les mettre en tas plus de deux heures avant leur enlèvement, ni de s’aider des eaux de pluie coulant en rigoles pour les balayer plus loin144.

4. Une circulation difficile

  • 145 AN, JJ 160, fol. 4, n° 5.

42Rue de la Charronnerie, les étalages repoussaient les passants vers le milieu de la rue où coulait le ruisseau ; les auvents et les tentes gênaient la progression des cavaliers et des voitures. Or cette rue, qui était une des principales voies d’accès aux Halles, était aussi le chemin le plus direct pour traverser Paris d’est en ouest, dans les deux sens. Les accidents de la circulation y étaient fréquents. En 1405, un valet écrasa place aux Chats un enfant de six ans qui était tombé sous les roues de son haquet chargé de douze sacs de plâtre145. Et on sait comment Henri IV fut poignardé par Ravaillac, le 14 mai 1610, dans la voiture qui le menait du Louvre à l’Arsenal et qu’immobilisa un encombrement mis à profit par l’assassin.

  • 146 N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 529.
  • 147 L’avant-train tournant ne fut répandu qu’à partir du XVIe siècle.

43Toutes les rues du quartier connaissaient d’ailleurs les mêmes difficultés. Le prévôt de Paris signale, en 1396, qu’en certains endroits « le peuple ne peut passer qu’a très grant peine »146. Les responsables incriminés étaient les marchands qui envahissaient la voie publique avec leurs étalages et les colporteurs qui traînaient partout. Le prévôt renouvelait ses interdictions, mais rien n’y faisait. L’absence d’avant-train tournant rendait d’autre part compliquée la manœuvre des haquets et charrettes dans des rues se coupant à angle droit147. Approcher de la place des Halles aux jours de marché devint un exercice laborieux ; ce qui décida Charles VI à transférer l’étape au Vin à la place de Grève, en 1413. Il justifia ainsi cette mesure :

  • 148 Ordonnances…, t. X, p. 184 ; N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 549-550.

Souventes fois il y a eu et a si grant multitude et habondance de charioz et charettes chargez de vins et aussi de gens, tant passans comme autres, qui y vont pour acheter iceulx vins et autres marchandises qui chacun jour y vennent et affluent, que ilz occupent pluseurs rues qui sont a l’environ de la dicte estappe et place des halles dessus dicte et mesmes jusques en la grant rue Saint Denis, par lesquelles l’on ne puet bien souvent passer, en especial a jour de marchié que ladicte estappe se tient, mais convient que l’on aille querir et prendre chemin par autres rues lointaines148.

  • 149 Voir infra, p. 136.

44Ce ne fut qu’en décembre 1498 que les marchands de poisson de mer et les habitants de la rue Montorgueil furent autorisés à faire disparaître la vieille tour qui bloquait le trafic à la hauteur de l’enceinte de Philippe Auguste149.

  • 150 Voir Les métiers et corporations…, t. I, p. 44-46 ; N. de Lamare, Traité de la police…, t. I, p. 2 (...)

45Comme toutes celles de Paris, les rues du quartier étaient obscures la nuit. Dès 1258, Étienne Boileau avait bien ordonné aux habitants de placer des pots à feu en façade de leurs maisons ; mais peu obéissaient et seuls brûlaient les lumignons disposés au pied des statues de la Vierge et des saints au coin des rues. Les passants attardés emportaient avec eux une lanterne ou une chandelle. La sécurité était assurée dans chaque quartier par le guet que les métiers faisaient chacun à son tour. En cas de besoin, il était soutenu par le guet du roi qui parcourait toute la ville150.

5. L’accueil des marchands forains

  • 151 AN, X1A 4786, fol. 347 (1404).
  • 152 Les caravanes de marchands drapiers qui venaient de Flandre aux foires de Champagne prévoyaient de (...)
  • 153 Le 6 juillet 1464 « un paquet ou fardel de lettres » est ainsi confié, en l’hôtel du Heaume, à un (...)
  • 154 AN, JJ 157, fol. 93v, n° 147 (1402).

46La population comprenait un fort contingent de gens de passage : marchands venus de province ou de l’étranger pour leurs affaires et « qui tous n’entendent pas françoiz »151. Les hôtelleries voisines du marché, nombreuses et parfois très vastes, accueillaient leur afflux périodique. Ils y trouvaient gîte et couvert, leurs chevaux écuries et soins ; leurs charrettes une place dans les cours. Certaines hôtelleries, comme celle du Heaume située rue Pirouette, avaient une très grande capacité d’hébergement152. On distinguait les hôtelleries où les voyageurs trouvaient le coucher et la table, des tavernes où on « vendait vin », c’est-à-dire où l’on donnait à boire et occasionnellement à manger. Les repas étaient pris dans la salle du rez-de-chaussée et les clients couchaient aux étages, à plusieurs dans une même chambre et parfois en un même lit. Au premier existait souvent une grande salle en laquelle « on soulloit faire festes » en particulier les banquets de confrérie. Certaines tavernes n’ouvraient que le jour et le maître et ses valets s’en allaient la nuit coucher ailleurs. C’était bien souvent dans les hôtelleries des Halles qu’on apprenait des marchands les nouvelles des provinces ou de pays éloignés. On venait leur confier des lettres qu’ils emportaient en s’en retournant dans leurs pays d’origine153 et faisaient parvenir aux destinataires. La clientèle était mêlée et les hôteliers n’étaient pas sûrs d’être toujours payés154.

  • 155 Voir P. Champion, « Liste des tavernes de Paris d’après des documents du XVe siècle », dans Bullet (...)

47Le substantif « hôtel », qui évoque une vaste demeure comprenant plusieurs pignons et corps de logis, sert parfois à désigner une « hôtellerie » et même une grande taverne. Il ne sera tenu compte ici que des « hôtels » dont la qualité d’hôtellerie ou de taverne est attestée par des documents précis. Au quartier des Halles, le nombre de ces établissements était considérable155.

  • 156 Elle appartenait à Saint-Martin-des-Champs et tenait lieu à la fois d’hôtel et de taverne. Voir un (...)

48On trouvait d’abord au nord de la place des Halles et ouvrant sous les Petits Piliers l’hôtellerie du Paon, à la Pointe Saint-Eustache, puis la Fleur-de-Lis, un « grand hostel a festes », et la Maison-Verte156, qui lui était attenante. Après deux maisons appartenant aux religieux de Saint-Martin-des-Champs, l’une occupée par une forge, l’autre, à l’Image-Saint-Jean, habitée par le maréchal-ferrant, venait l’hôtel du Cheval-Blanc qui formait l’angle de la ruelle Jean-Bigne. Celle-ci une fois franchie et avant d’atteindre la rue Pirouette, s’alignaient les hôtelleries et tavernes de la Couronne, du Cerf-Volant, du Croissant et de l’Image-Saint-Antoine.

  • 157 AN, S 90A, n°s 46 et 48.

49À l’est de la place, du côté des Grands Piliers, l’hôtellerie des Connins devait son nom à son propriétaire au XIVe siècle : Petrus de Cuniculis157. Elle occupait l’angle nord de la rue des Prêcheurs, et l’Écu-de-Bourgogne l’angle sud.

  • 158 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 46, n° 1104 (copie d’actes du X (...)

50L’hôtellerie de Cornouaille, au coin nord de la rue de la Cossonnerie appartenait, en 1309, au « talemelier » (boulanger) Robert de Cornouaille. Elle présentait quatre pignons, deux sur la Cossonnerie et deux reposant sur plusieurs piliers de pierre du côté du marché aux Poirées. Elle comprenait plusieurs corps de logis abritant une boulangerie, des chambres et une taverne qui ouvrait sur la Place et dont on trouve fréquemment mention158.

  • 159 Celle-ci faisait l’objet de plaisanteries. En 1452, un écolier voulut la décrocher et, l’échelle é (...)
  • 160 L’hôtellerie des Bourses est connue dès 1306. Arch des Quinze-Vingts, n° 2481.

51Se dirigeant ensuite vers la rue au Feurre, on passait devant une « taverne à cervoise » ou maison d’un fabricant de bière, à l’enseigne de la Truie-qui-File159 ; puis devant le Lion-d’Or. En face, de l’autre côté du marché aux Poirées, ouvraient les tavernes et hôtelleries bien situées et bien achalandées de la Rappée, près de la porte aux Savetiers, et des Bourses160, près de la Porte aux Tapissiers, les deux entrées principales des Halles.

  • 161 Les « trumelières » sont des jambières. Villon lègue ses « brayes », qu’il dit avoir laissées en g (...)

52Dès 1357 (n. st.), la taverne à l’enseigne des Trumelières existait dans la rue de la Fromagerie, contre le mur de la halle aux Cuirs. Villon l’a immortalisée dans son Testament161.

53Les rues voisines avaient aussi leurs hôtelleries et tavernes qui n’étaient guère moins fréquentées que celles de la Place. C’étaient rue de la Tonnellerie et du sud au nord : la Fleur-de-Lis, vis-à-vis de la porte de la Grande Friperie, et la « maison à feste » à l’Image-Sainte-Catherine ; la taverne du Pestel et la Danse face à la porte de la halle au Blé et aux Toiles, le Plat-d’Étain et la Lanterne et enfin l’hôtel des Trois-Becques, dernier de ces établissements sous les piliers, du côté de Saint-Eustache.

54En venant de la rue Saint-Denis, on trouvait successivement, du côté septentrional de la rue de la Truanderie, les hôtelleries de l’Image-Notre-Dame et du Pot-d’Étain, la taverne de l’Écu-de-France et, à nouveau, l’hôtellerie de la Hache, presque devant le puits.

  • 162 Sur l’hôtellerie du Heaume voir AN, S 3748A et 3748B, dossier 1, n°  7 (1393).

55Au débouché de la rue Pirouette sur la place des Halles était l’hôtellerie du Heaume. C’était au XIVe siècle une importante bâtisse de près de dix-huit mètres de façade sur la rue et dont le principal corps d’hôtel mesurait presque huit mètres de profondeur. Une allée conduisait de la rue à une cour qui s’étendait par derrière jusqu’à une dépendance dite le Petit Heaume, qui ouvrait sur la Grande Truanderie. Cette cour intérieure était entourée de galeries et mesurait environ vingt mètres de long sur cinq mètres cinquante de large. Une « descente a degrez » menait à deux étables basses. Là était la cheminée et la cuisine avec ses deux « éviers » ou égouts qui évacuaient les eaux usées dans la rue de la Grande-Truanderie. Tous les bâtiments de ce « grand hostel a faire hostellerie », un des plus spacieux et des plus renommés du quartier, étaient couverts d’« esseaule » ou lattes d’un bois spécial162. En face, dans la même rue Pirouette, était encore la taverne à l’Image-Saint-Antoine.

  • 163 AN, S 3752A (1406) ; S 1070B et 1071A.

56Il n’y avait, semble-t-il, qu’une seule hôtellerie dans la rue de la Chanvrerie plus à l’écart de l’activité des Halles, celle du Fardeau située du côté nord et à son extrémité orientale163.

  • 164 Domus Roberti Predicatoris en 1184. Cartulaire de Saint-Magloire, BNF, lat. 5413, p. 40.

57Rue aux Prêcheurs, outre l’importante hôtellerie des Connins déjà mentionnée, on peut citer la taverne du Prêcheur164, à l’angle gauche de la rue Maudétour, et celles des Quatre-Fils-Hémon et du Mouton sur le côté sud de la rue.

  • 165 Eustache Deschamps se plaint que les marchands allemands qui logent « en la Cossonnerie, aux Canne (...)
  • 166 P. Champion, « Liste des tavernes de Paris… », p. 263 ; voir aussi « Le mariage des quatre fils Hé (...)

58La rue de la Cossonnerie était sans doute celle du quartier qui comptait le plus grand nombre d’hôtelleries. À son extrémité occidentale et sous les piliers de la place, celle de Cornouaille déjà décrite, puis, à gauche en se dirigeant vers la rue Saint-Denis, celle des Trois-Écus qui aboutissait par-derrière à l’auberge du Mouton de la rue aux Prêcheurs, les tavernes des Canettes et du Plat-d’Étain. En revenant vers les Halles par le côté sud de la même rue, on passait devant les hôtelleries des Trois-Rois165 et des Maillets. Cette dernière occupait l’angle de la rue opposé à l’enseigne de la Cornouaille. La taverne du Grand-Godet lui attenait. Celles de l’Écu-de-France et du Griffon, situées du côté sud de la même rue et communiquant par derrière avec la brasserie de la Truie-qui-File sont mentionnées en 1457. Pierre Champion signale, en outre, les tavernes de l’Écu-de-Bourgogne et de la Limace, place aux Chats, et celle de la Fleur-de-Lis en la Charronnerie166.

  • 167 Voir, pour la vente coupable de vingt-deux aunes de drap à l’hôtellerie du Plat-d’Étain en la Tonn (...)
  • 168 AN, JJ 153, fol. 335, n° 505 (1398) ; JJ 157, fol. 17, n° 15 (1402) et fol. 229v, n° 379 (1403, n. (...)

59Cette énumération quelque peu fastidieuse, cette liste longue mais non exhaustive, donnent une idée de la quantité d’hôtelleries et de tavernes existant à proximité des Halles médiévales. Leur nombre ne surprend pas près d’un marché dont le va et vient permanent s’intensifiait en période de foire ou d’euphorie économique. Les tenanciers devaient s’opposer de tout leur pouvoir à ce que l’on vende dans leurs établissements, frauduleusement et à prix réduit, des denrées qui auraient dû être descendues aux Halles, passer au contrôle et payer les taxes167. Des rixes éclataient entre buveurs et dégénéraient souvent jusqu’à mort d’homme. Les lettres de rémission accordées aux meurtriers par le roi ne laissent ignorer aucune dramatique péripétie168.

60Une fois exposés les caractères d’ensemble des Halles au Moyen Âge, il est nécessaire d’établir leur topographie et la répartition des lieux de vente à l’intérieur de l’espace étroitement circonscrit qui leur resta assigné dans la ville jusqu’au XXe siècle. Reconstituer et dessiner le plan du grand marché tel qu’il fut à l’apogée de son activité médiévale permettra d’y inscrire ensuite les transformations, d’ailleurs limitées, qu’il eut à subir jusqu’à la radicale rénovation de Victor Baltard.

Notes

49 Voir le texte cité p. 15.

50 P. Champion, François Villon, sa vie et son temps, 2 t., Paris, 1913, t. I, p. 300.

51 « La description de la ville de Paris et de l’excellence du royaume de France… par Guillebert de Metz, l’an mil IIIIC et XXXIIII », dans Paris et ses historiens…, p. 131-236, à la p. 198.

52 Lorsqu’en 1405, on suréleva d’un étage la garde au Poisson, les propriétaires des échoppes qui y étaient appuyées du côté de la Fromagerie et qu’il fallut détruire furent autorisés à édifier au même emplacement des maisons de plusieurs étages adossées au mur de la garde nouvellement rebâtie et dont la toiture continuerait la pente du comble de ce bâtiment. AN, JJ 159, fol. 198, n° 325.

53 L’important cellier de quatre caveaux d’une maison de la rue de la Tonnellerie est dit « estant soulz et oultre les anciens murs de la halle aux Chanvriers ». Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 53, n  1304.

54 BNF, fr. 24070, fol. 219.

55 Au-dessus de la porte aux Savetiers. Voir infra p. 118.

56 Maison assise « sur les degrés des halles de Malines ». Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 51, n° 1255 (1404). En 1407, un homme et une femme demeurent ensemble « sur les degrez des hales de Douay ». AN, JJ 161, n° 348.

57 « Soubz le degré de Brucelles et y demeure ung rotisseur » (1420), BNF, fr. 24070, fol. 215 ; « une petite loge souz le degré de ladite halle [de Malines] », AN, JJ 66, n° 1476 (édité dans Documents parisiens du règne de Philippe VI de Valois (1328-1350), éd. J. Viard, 2 t., Paris, 1899-1900 (Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France. Documents), t. I, p. 205) ; « Les chambretes qui sont dessoubz ung degré par ou l’en monte en la halle de Cambray », AN, L 434, n° 2 ; Y 3, fol. 37v.

58 Documents parisiens…, t. I, p. 102 (1331).

59 G. Espinas, La draperie dans la Flandre française au Moyen Âge, 2 t., Paris, 1923, t. II, p. 422 ; H. Laurent, Un grand commerce d’exportation au Moyen Âge : la draperie des Pays-Bas en France et dans les pays méditerranéens (XIIe-XVe siecles), Paris, 1935, p. 271.

60 La halle la plus importante, celle aux draps de Paris qui avait deux niveaux, comptait soixante-dix toises de long (environ cent quarante mètres) et huit toises de large (seize mètres). Elle comptait trente-deux travées et était éclairée par soixante-dix fenêtres. H. Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, 3 t., Paris, 1724, t. I, p. 652.

61 En 1417, la halle d’Aumale, qui faisait partie de la halle du Commun, était « couverte d’une voûte de pierre de taille », ibid., t. I, p. 650.

62 En 1344, son toit et peut-être une partie de sa façade couverts d’ardoise avaient valu à un hôtel, situé rue Saint-Denis et aboutissant rue du Cygne, l’appellation de maison d’Ardoise. Elle fut vendue à Saint-Jacques-de-l’Hôpital qui lui était contigu moyennant la grosse somme de 620 livres, pour payer la rançon d’un seigneur prisonnier des Anglais. Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 30, n° 636 (1 et 2).

63 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. III, preuves, p. 434 ; C. Samaran, « Les frais du procès et de l’exécution de Jacques d’Armagnac, duc de Nemours, décapité aux Halles en 1477 », dans Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 49, 1937, p. 142-154.

64 Rigord, « Gesta… », t. I, p. 34, § 20. Voir supra p. 21 et n. 35.

65 « La porte par ou l’on va en la halle des Fripiers, a l’opposite du bout de la rue au Feurre » (1306), Archives des Quinze-Vingts, n° 2481. « La porte de la halle aux Freppiers » (1421), AN, S 4680. « La voye par laquelle on entre a la halle aux Tapissiers » (1468), AN, K 981, n° 63. « La porte des halles dites aux Tapiz » (1502), AN, S 90B. « L’une des portes de l’entrée de ladite halle [aux Freppiers], du costé de la Lingerie, anciennement appelée la porte aux Tapissiers » (1533, n. st.), AN, S 4680.

66 AN, L 878, n° 28 (1436) ; X1C 182B, n° 184 (1452) ; S 1963 (3) (1464) ; etc.

67 « Auprés l’entree de l’huys de la halle du Commun, la ou celui qui queult le tonlieu siet » (28 avril 1293), AN, Y 4 (Livre vert vieil), fol. 96.

68 AN, JJ 119, fol. 44v, n° 65.

69 In superioribus vero illius edis partibus, que ad modum unius vici mirabilis longitudinis ordinate sunt […]. Voir Jean de Jandun, « Tractatus de laudibus Parisius/Traité des louanges de Paris », dans Paris et ses historiens…, p. 32-79, à la p. 50.

70 « Et est assavoir que en chacune travee de ladite halle a la Laine, c’est a dire de Beauvais, a compter de mur a autre entre deux piliers, a et sont ordenez quatre places, c’est assavoir en la moitié de chacune travee deux places » (1369). G. Fagniez, Études sur l’industrie…, p. 218.

71 Donation par un mercier de neuf quartiers d’étal contigus sis dans les hautes halles de la Mercerie (1351). AN, S 3679, n° 9. Voir aussi AN, JJ 97, fol. 19v, n° 41 (1366) ; etc.

72 Aristote, Éthiques, Politiques et Économiques, traduction française de Nicole Oresme, manuscrit du XVe siècle, Bibl. mun. de Rouen, ms. 927 (I, 2), fol. 145. La miniature illustre un passage d’Aristote où il étudie la monnaie comme contrepartie de tout achat.

73 AN, X1A 67, fol. 249.

74 En 1430, deux marchands furent condamnés pour avoir, après sept heures du matin, fait mener des laines « en une charrette en ladicte halle [de Beauvais], et illec sans arrester, au moins sans icelles deslier ne monstrer publicquement », les avoir vendues. G. Fagniez, Documents relatifs à l’histoire de l’industrie et du commerce en France, 2 t., Paris, 1898-1900, t. II : XIVe et XVe siècles, p. 229, n° 127.

75 AN, JJ 119, fol. 45 ; S 1393, n° 1 ; X1C 182B, n° 184 ; etc.

76 « En telle maniere que pourront estaulx pour monstrer leurs draps et veues si comme il leur plaira, a leur coust, en telle maniere que ils ne fassent prejudice a autruy » (1293). AN, Y 4, fol. 96.

77 AN, X1A 67, fol. 247.

78 L’escalier de la halle de Malines près de la porte aux Savetiers, est dit « commun au roy et aux marchans et audit [Jehan de Rueil] ». AN, JJ 119, n° 63, fol. 45v, n° 65.

79 Jean de Jandun, « Tractatus… », dans Paris et ses historiens…, p. 57 (voir infra document V).

80 AN, Y 2, fol. 85v (1389, n. st.) ; voir N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 681 ; AN, S 1393 et S 4680. Voir aussi les « Droits de la foire Saint-Ladre », dans Étienne Boileau, Réglemens sur les arts et métiers de Paris au XIIIe siècle et connus sous le nom de « Livre des métiers », éd. G.-B. Depping, Paris, 1837, p. 440.

81 A.-A. Beugnot, Les Olim ou registres des arrêts rendus par la cour du roi…, 3 t. en 4 vol. , Paris, 1839-1848 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), t. III, p. 502, n° 1.

82 AN, Z1F 5, fol. 104 (1410) ; X2A 41 (1477, n. st.).

83 N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 648.

84 Ordonnances…, t. IV, p. 82.

85 A.-A. Beugnot, Les Olim…, t. II, p. 463, n° VI ; Ordonnances…, t. IV, p. 84-85.

86 AN, Z1F 5, fol. 31v et Z1F 7A, fol. 89.

87 AN, L 570, n° 35 (mémoire de 1736) et n° 38 (mémoire de 1763). Procès-verbal de visite du 27 avril 1763 : BNF, coll. Joly de Fleury, n° 1207, fol. 250 et suiv. Par arrêt du Conseil d’État du 18 octobre 1669, le cimetière fut amputé d’une bande au sud pour élargir la rue de la Ferronnerie. AN, S 3372.

88 Il fut fermé trois ans pendant la peste noire, de 1349 au 21 septembre 1351 (AN, L 528, n° 3). Des incidents survenus au Moyen Âge dans l’église et au cimetière exigèrent plusieurs fois leur fermeture et leur réconciliation. En août 1466, la grosse chaleur amena à Paris une telle mortalité que « tout y fut remply » et qu’ordre fut donné de porter désormais les morts au cimetière de la Trinité. Jean de Roye, Journal de Jean de Roye connu sous le nom de « Chronique scandaleuse » (1460-1483), éd. B. de Mandrot, 2 t., Paris, 1894-1896 (Société de l’histoire de France), t. I, p. 165. Condamné en 1765, il fut fermé définitivement par arrêt du Parlement du 27 octobre 1780. AN, X1B 8975.

89 H. Sauval, Histoire et recherches…, t. I, p. 497.

90 AN, LL 400, fol. 27v ; Arch. Assistance publique, fonds de l’Hôtel-Dieu, layette 7bis, l. 58, cote Cc.

91 Des lettres patentes de Charles V en 1385 mentionnent les « voutes des dites loges et galeries appelees charniers ». AN, K 167, n° 16.

92 Confréries des fripiers, des drapiers, des gantiers, des crieurs de vin, etc. qui avaient toutes un jour fixe pour leurs réunions et leurs processions, AN, L 656, n° 6. Voir abbé J. Lebeuf, Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, éd. F. Bournon et al., 6 t., Paris, 1883-1893, t. I, p. 195.

93 Le chapitre de Saint-Germain-l’Auxerrois autorisait sept aveugles des Quinze-Vingts à quêter au cimetière. C’était un privilège car ils étaient sûrs d’y faire une bonne recette ; aussi devaient-ils payer un droit de quatre livres par an. L. Le Grand, « Les Quinze-Vingts depuis leur fondation jusqu’à la translation au faubourg Saint-Antoine (XIIIe-XVIIIe siècles) », dans Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 13, 1886, p. 107-260 et t. 14, 1887, p. 1-208, au t. 13, p. 237.

94 AN, LL 408, fol. 149. Rabelais prétend que « les guenaulx de Sainct Innocent se chauffoyent le cul des ossemens des mors » ; voir François Rabelais, Œuvres, éd. A. Lefranc, J. Boulenger et al., 4 t., Paris, 1912-1922, t. III : Pantagruel, p. 217.

95 AN, LL 401, fol. 130 et 160.

96 Journal d’un bourgeois de Paris. 1405-1449, éd. A. Tuetey, Paris, 1881, p. 233-234.

97 AN, L 570, n° 22.

98 AN, Y 3, fol. 90 et suiv. (ordonnance prévôtale du 9 novembre 1397).

99 A.-A. Beugnot, Les Olim…, t. II, p. 502, n° 1.

100 AN, K 1027, n° 84.

101 AN, L 570, n° 15 (7 octobre 1615).

102 Voir Les métiers et corporations…, t. III, p. 565.

103 Ibid.

104 Nonnulli asserentes se liberarios necnon quamplures mercerii, ferrones et alii diversarum rerum mercatores in cimiterio ejusdem parrochialis ecclesie supara lamina seu tumbas deffunctorum, libros, merces, ferraturas et aliarum diversarum rerum species cotidie vindicioni exponere ac vendere et mercari non formidant, qui eciam a nonnullis iniquitatis filiis, furibus videlicet et latronibus in villa Parisiense discurrentibus, res furtivas emere consueverunt… AN, Y 2, fol. 217 (voir infra document VIII). Voir aussi Bibl. de l’Arsenal, ms. 7403.

105 AN, K 1027, n° 84.

106 Voir Testament, vers 1732-1735, dans François Villon, Œuvres, éd. A. Longnon, 2e éd. revue L. Foulet, Paris, 1914, p. 68. Plus loin le même Villon considère les têtes entassées dans les charniers « ensemble en ung tas pesle mesle » ; voir ibid., vers 1744-1751.

107 AN, X2A 41 (24 mars 1477, n. st.); Z1F 5, fol. 104 (1410).

108 In vico straminis aut straminum. L. Brièle et E. Coyecque, Archives de l’Hôtel-Dieu de Paris (1157-1300), Paris, 1894 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), n° 596 (1253, n. st.). Le commerce de la paille était important dans un Paris où régnait le cheval et où les écuries étaient nombreuses. Au début du XIVe siècle, le voyer prélevait deux faix de paille sur chaque « feurrier vendant près des Innocents ». N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 645, col. 1. « Feurre », « fuerre » ou « fouarre » signifie « paille ». Par confusion, on dit aussi rue au Fer et au Fèvre.

109 On vendait la ferraille (vetera ferramenta) rue de la Ferronnerie, face au coin du cimetière des Innocents. Arch. Assistance publique, fonds de l’Hôtel-Dieu, l. 280. Les rues Charronnerie et Ferronnerie furent bien distinguées jusqu’à ce que au XVIIe siècle, le nom de Ferronnerie servît à les désigner toutes deux.

110 Quotiens aliquod stallum per mortem aut resignacionem vel transportum de ipso in manibus ipsorum voerii et receptoris aut quomodolibet factum vacantem locare seu ad certum redditum tradere contingebat, prefati receptor et voerius dictos stallos et plateas per certas personas, unanimi eorum consensu interveniente, ad hoc per eos deputatas in certis locis proclamari et subhastari ac plus offerenti tradi facere consueverant, prout a temporibus retroactis erat et est fieri solitum, absque impedimento quocumque (1360). AN, X1A 14, fol 427v.

111 Ibid. et AN, JJ 74, n° 521, édité dans Documents parisiens…, t. II, p. 156.

112 Voir à titre d’exemples : AN, X1A 1471, fol. 445 (7 mars 1381, n. st.) ; X2A 41 (24 mars 1477, n. st.) ; X1A 14, fol. 426 (1360).

113 N. de Lamare, Traité de la police…, t. II, p. 460.

114 AN, X1A 10, fol. 128 (1344).

115 Ordonnance du prévôt de Paris du 6 octobre 1391. N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 334, et Les métiers et corporations…, t. III, p. 153, n.

116 AN, K 167, n° 16.

117 En décembre 1474, Louis XI donna à la fabrique des Saints-Innocents, pour assurer l’entretien de six enfants de chœur, l’emplacement des auvents de la rue de la Charronnerie, avec autorisation d’y construire des édifices de même largeur dont elle percevrait les revenus (J. Du Breul, Le théâtre des antiquitez de Paris, Paris, 1612, p. 628). Cette donation fut confirmée successivement par Charles IX, Henri III, Louis XIII et Louis XIV.

118 D. Hervier, « Halles et marchés… ».

119 Jean de Jandun, « Tractatus… », dans Paris et ses historiens…, p. 57.

120 H.-F. Delaborde, Recueil des actes de Philippe Auguste…, t. I, p. 164, n° 135.

121 Cartulaire général de Paris…, n° 378, p. 336 ; et T. Kleindienst, « La topographie et l’exploitation des “Marais de Paris”… ».

122 AN, K 34, fol. 5 ; abbé J. Lebeuf, Histoire de la ville…, p. 131 ; M. Félibien et G. Lobineau, Histoire de la ville…, t. IV, preuves, p. 24.

123 N. de Lamare, Traité de la police…, t. I, p. 582.

124 F. Lecaron, « Essai sur les travaux publics de la ville de Paris au Moyen Âge », dans Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 3, 1876, p. 82-125, aux p. 101-102. Nous possédons des représentations de la fontaine des Halles, au XVe et au XVIIIe siècle. Elle fut reconstruite en 1605. Elle ne disparut définitivement que lors du percement de la rue Rambuteau, en 1843.

125 « Ruau » a le sens de ruisseau. Il se trouvait entre Belleville et le Pressoir Saint-Martin. Il alimentait aussi les fontaines de la Croix-du-Trahoir et de l’hôtel d’Orléans, voisines des Halles.

126 Voir entre autres l’intervention d’Hugues Aubriot pendant sa prévôté (1368-1381). N. de Lamare, Traité de la police…, t. I, p. 588.

127 J.-M. Richard, Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne (1302-1329), Paris, 1887, p. 289 ; J. Rigault, « Documents sur les hôtels parisiens des ducs de Bourgogne », dans Actes du 100e congrès nationale des sociétés savantes, Paris, 1975. Études sur l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. II, Paris, 1978, p. 129-133.

128 En été la plupart étaient à sec et il en fut ainsi jusqu’à ce que, sous Louis XI, Simon de Neufville ait fait venir les eaux du Pré Saint-Gervais. En récompense, le roi l’autorisa à prendre de l’eau « du gros d’un pois » et de faire une fontaine dans son hôtel de la rue des Prouvaires. Quand les conduites de plomb crevaient et inondaient les fondations des maisons voisines, il fallait, pour les réparer, dépaver les rues, puis les repaver. AN, X1A 8318, fol. 187-188v.

129 N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 381. La fontaine établie en son hôtel par Jehan Braque, seigneur de Chastillon, fut maintenue parce que l’arrivée d’eau située dans la rue était utile aux gens du quartier. AN, JJ 144, fol. 265v, n° 461 (août 1393).

130 L. Beaumont-Maillet, L’eau à Paris…, p. 68.

131 AN, S 1140, n° 4; BNF, lat. 5413, p. 38 ; Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 44, n° 1039.

132 AN, K 976-977, n° 79 ; Arch. des Quinze-Vingts, n° 1965.

133 AN, S 3744A, n°s 8 et 9.

134 Sur le hallier et ses emplois, voir G. Espinas, La draperie dans la Flandre française…, t. II, p. 422-423.

135 BNF, fr. 24070, fol 218v (voir infra document IX). Ce soin était souvent négligé. N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 263.

136 AN, S 934A (1375) ; Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 16, n°s 30 et 41 (1456).

137 AN, K 978, n° 94 (1353). Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 43, n° 992 et l. 68, n° 1991 (1303) ; l. 43, n°s 1000 à 1007 (XVe siècle), etc.

138 G. Corrozet et N. B[onfons], Les Antiquitez, histoires, chroniques et singularitez… de Paris, Paris, 1576, fol. 156v. La chapelle Sainte-Agnès est qualifiée de « neuve », en février 1214. Voir infra p. 116. Il existe un petit dessin au crayon du pont Alais. Musée Carnavalet, estampes, topographie parisienne, petits cartons, 27 E.

139 A. Le Roux de Lincy, Histoire de l’église et de la paroisse Saint-Eustache, Paris, 1850, p. 24.

140 AN, X1A 8318, fol. 187.

141 Chronique du Religieux de Saint-Denys contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, éd. L. Bellaguet, 6 t., Paris, 1839-1852 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), t. I, p. 100.

142 H. Lemoine, « Les égouts de Paris du XIVe siècle à 1825 », dans Revue mensuelle de la Chambre syndicale des entrepreneurs de maçonnerie, ciments et bétons armés de la ville de Paris et du département de la Seine, 1929, p. 252-258, 319-328, 406-413, 479-486, 544-550, 632-642, et 770-773 ; 1930, p. 37-40, 103-106, 198-200 et 276-280, à la p. 103.

143 N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 261 (1356).

144 AN, Y 2, fol. 225v (1405).

145 AN, JJ 160, fol. 4, n° 5.

146 N. de Lamare, Traité de la police…, t. IV, p. 529.

147 L’avant-train tournant ne fut répandu qu’à partir du XVIe siècle.

148 Ordonnances…, t. X, p. 184 ; N. de Lamare, Traité de la police…, t. III, p. 549-550.

149 Voir infra, p. 136.

150 Voir Les métiers et corporations…, t. I, p. 44-46 ; N. de Lamare, Traité de la police…, t. I, p. 256 et suiv.

151 AN, X1A 4786, fol. 347 (1404).

152 Les caravanes de marchands drapiers qui venaient de Flandre aux foires de Champagne prévoyaient des écuries pour quarante chevaux et plus. F. Bourquelot, Histoire de Provins, 2 t., Provins, 1839-1840, t. I, p. 424-425 ; H. Laurent, Un grand commerce…, p. 272. Au milieu du XVe siècle, Toulouse, qui comptait environ 25 000 habitants, offrait 5 à 600 lits pour un millier de voyageurs. P. Wolff, « L’hôtellerie, auxiliaire de la route. Notes sur les hôtelleries toulousaines au Moyen Âge », dans Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1960, t. I, p. 189-205. Voir aussi J. Favier, Paris au XVe siècle. 1380-1500, Paris, 1974, p. 125.

153 Le 6 juillet 1464 « un paquet ou fardel de lettres » est ainsi confié, en l’hôtel du Heaume, à un marchand d’Aurillac retournant en son pays. AN, Z1F 26.

154 AN, JJ 157, fol. 93v, n° 147 (1402).

155 Voir P. Champion, « Liste des tavernes de Paris d’après des documents du XVe siècle », dans Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 39, 1912, p. 259-267, à la p. 259.

156 Elle appartenait à Saint-Martin-des-Champs et tenait lieu à la fois d’hôtel et de taverne. Voir une série d’actes et d’inventaires la concernant : AN, S 1401.

157 AN, S 90A, n°s 46 et 48.

158 Arch. Assistance publique, fonds de Saint-Jacques-aux-Pèlerins, l. 46, n° 1104 (copie d’actes du XIIIe siècle) et n° 1090 ; Arch. des Quinze-Vingts, n°s 1839, 1842, etc. ; AN, JJ 160, n° 49 (1405) ; AN, S 4372 ; AN, Z1F 7B, fol. 299v (1416).

159 Celle-ci faisait l’objet de plaisanteries. En 1452, un écolier voulut la décrocher et, l’échelle étant trop courte, il se rompit les os. P. Champion, François Villon…, t. I, p. 55. Le Musée du Moyen Âge conserve une enseigne sculptée de la Truie-qui-File, datant du milieu du XVIe siècle, et qui y fut apportée lors de la démolition du n° 24 de la rue aux Poirées. Voir C. Fegdal, Les vieilles enseignes de Paris, Paris, s. d. [1913], p. 29-30.

160 L’hôtellerie des Bourses est connue dès 1306. Arch des Quinze-Vingts, n° 2481.

161 Les « trumelières » sont des jambières. Villon lègue ses « brayes », qu’il dit avoir laissées en gage à la taverne. Voir P. Champion, François Villon…, t. I, p. 73.

162 Sur l’hôtellerie du Heaume voir AN, S 3748A et 3748B, dossier 1, n°  7 (1393).

163 AN, S 3752A (1406) ; S 1070B et 1071A.

164 Domus Roberti Predicatoris en 1184. Cartulaire de Saint-Magloire, BNF, lat. 5413, p. 40.

165 Eustache Deschamps se plaint que les marchands allemands qui logent « en la Cossonnerie, aux Cannettes et aux Trois Rois » ne parlent jamais que leur langue : le « thioys ». Voir Eustache Deschamps, Œuvres complètes, éd. A. Queux de Saint-Hilaire et G. Raynaud, Paris, 1878-1903, t. VII, ballade MCCCV, p. 61, vers 31-36.

166 P. Champion, « Liste des tavernes de Paris… », p. 263 ; voir aussi « Le mariage des quatre fils Hémon et des filles Dampsimon », facétie du XVe siècle sur les noms des enseignes de Paris, dans Mystères inédits du quinzième siècle, éd. A. Jubinal, 2 t., Paris, 1837, t. I, p. 369.

167 Voir, pour la vente coupable de vingt-deux aunes de drap à l’hôtellerie du Plat-d’Étain en la Tonnellerie, O. Martin, Sentences civiles du Châtelet de Paris (1395-1505), Paris, 1914, p. 124.

168 AN, JJ 153, fol. 335, n° 505 (1398) ; JJ 157, fol. 17, n° 15 (1402) et fol. 229v, n° 379 (1403, n. st.) ; JJ 160, fol. 40, n° 45 (1405) ; etc.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540