Version classiqueVersion mobile

Les halles de Paris et leur quartier (1137-1969)

 | 
Anne Lombard-Jourdan

Chapitre premier. L’implantation du « marché du roi » aux Champeaux

Texte intégral

  • 8 Sur la formation et la nature géologique du sol de cette partie de Paris, voir R. Dion, « Paris da (...)
  • 9 É. Vallet, « Carte du sol naturel », dans Commission municipale du Vieux-Paris. Procès-verbaux, 19 (...)
  • 10 Au niveau de l’actuelle gare de l’Est. Aquae vero extra solitu invaluerunt ; nam tantum inundation (...)

1À l’ouest de la chaussée, qui du sud au nord conduisait de l’île de la Cité au col de la Chapelle, s’étendait un vaste espace fait d’un sol argileux que les eaux de la Seine laissèrent, en se retirant, couvert de sédiments sablonneux et de graviers8. Cette zone, longtemps encore sous la menace des inondations du fleuve qui, à Paris, coule à l’altitude de vingt-huit mètres, comportait une plateforme qui, bien que ne dépassant nulle part trente-deux mètres, était cependant à l’abri des crues et fut parmi les premières occupées sur la rive droite9. À l’horizon, sur l’ancien bras septentrional de la Seine, il arrivait souvent, à l’époque mérovingienne et selon Grégoire de Tours, que des naufrages surviennent près de la basilique Saint-Laurent10.

  • 11 Voir T. Kleindienst, « La topographie et l’exploitation des “Marais de Paris” du XIIe au XVIIIe si (...)

2Une ceinture mi-circulaire de marécages quasiment infranchissables, drainée par un ruisseau descendant des hauteurs de Belleville, marqua longtemps l’emplacement de ce que André Thevet appelait encore, en 1575, « la Vieille Seine ». C’était comme une « défense » naturelle, une protection du site qui était dite en latin Tutela. Cette zone de marais fut asséchée, défrichée, puis mise en pâturages et, à partir du milieu du XIIe siècle, en cultures11.

  • 12 Voir A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris…, p. 100, n. 712.

3L’évêque de Paris réussit à s’assurer, grâce à un long usage non contesté, la possession du vaste territoire qui s’étendait dans l’angle formé par la Seine au sud et la rue Saint-Martin à l’est, et qui était limité à l’ouest par le marais. Il avait droit de voirie et de justice infra mariscum, c’est-à-dire jusqu’aux ponts du Roule et de Chaillot, lesquels permettaient aux routes de franchir le marécage à l’ouest. La paroisse de Saint-Germain-l’Auxerrois avait la même étendue que la seigneurie épiscopale. Au XVIIIe siècle on l’appelait encore « la grande paroisse », bien que son territoire ait été restreint par les démembrements successifs de dix autres paroisses12.

I. — LES CHAMPEAUX

  • 13 Première mention en 1117. Voir Cartulaire général de Paris, éd. R. de Lasteyrie, Paris, 1887 (Hist (...)

4Dans l’angle droit formé par les grandes voies qui conduisaient vers le Nord et vers l’Ouest et que dessinent encore aujourd’hui la rue Saint-Denis avec les rues Ferronnerie et Saint-Honoré, s’étendait une vaste plateforme que sa pente imperceptible menait doucement de 35 à 33 mètres d’altitude, entraînant les eaux de ruissellement dans la direction du Nord et du vieux bras du fleuve et non vers le Sud et la Seine voisine. Propice aux cultures, cet espace fut de bonne heure exploité et reçut le nom de Campelli ou « Petits Champs »13. Au XIIIe siècle, la Chanson d’Octavien décrit ainsi l’aspect agreste de leurs origines :

Defors Paris dedans Champaus,
Ou li prés estoit lors molt beaus,
Arbres i ot vers et floris.

5Et plus loin :

  • 14 Octavian. Altfranzösischer Roman, éd. K. Vollmöller, Heilbronn, 1883, vers 42-44 et vers 1293-1295 (...)

En Champeaux n’avoit nule rien,
Tout estoit vingnes et boscage
Par tot faisoit hon gaagnage14.

  • 15 Rapport du 2 juillet 1866. Bibliothèque historique de la ville de Paris, D 96-97 (papiers Vacquer)

6Les fouilles exécutées par Vacquer en 1866 à l’emplacement des Halles15 et celles entreprises plus récemment après le transfert des Halles à Rungis et autour du Louvre ont trouvé le sol naturel à peu de profondeur. Elles ont révélé des traces de culture mais rien de très ancien. Ce qui ne veut pas dire que de grands concours de peuple n’aient pas eu lieu dans le vaste terrain vague qui s’étendait à l’ouest et répondait aussi au nom de « Champeaux ». Dans la Chanson d’Octavien, on voit le roi Lothaire y convoquer tous ses vassaux :

  • 16 Octavian…, vers 45-48.

La fus li grans assemblee
De rois, de dus, de chatelains,
De chevaliers et de vilains16.

  • 17 Guillaume le Breton, « Philippidos libri XII », dans Œuvres de Rigord et Guillaume le Breton, hist (...)
  • 18 Guillaume le Breton, « Gesta Philippi Augusti », dans Œuvres de Rigord…, t. I, p. 168-320, à la p. (...)

7Le 19 août 1186, Geoffroy, duc de Bretagne et fils du roi d’Angleterre Henri Plantagenêt, fut mortellement blessé aux Champeaux au cours d’un tournoi17 ; et c’est encore aux Champeaux qu’en 1212 fut dressé le bûcher où furent brûlés comme hérétiques devant une nombreuse assistance, les disciples d’Amaury de Baine18.

  • 19 Découvertes fortuites : rue de la Cossonnerie (1852), rue de la Poterie, sous l’ancienne halle aux (...)

8À l’ouest et le long de la grande route qui filait dans la direction du Nord, s’étendait une importante zone funéraire. La découverte, au XIXe et au XXe siècle, d’amas d’ossements, de tombes et de sarcophages mérovingiens en pierre et en plâtre en divers endroits de cet emplacement permet de l’affirmer. Rigord indique qu’à la fin du XIIe siècle de « nombreux milliers de morts » (tot millia virorum) y avaient déjà été ensevelis19. Sans doute était-ce là le cimetière gaulois dont on n’a trouvé aucune trace ailleurs dans Paris. Cette nécropole fut christianisée par un oratoire, puis par l’église dédiée à l’un des saints Innocents vers 1150.

II. — UN MARCHÉ DE CIMETIÈRE

9Au haut Moyen Âge, en raison de leur caractère sacré, les territoires bénits des cimetières accueillirent souvent les premiers échanges commerciaux régis par la simple loi de l’offre et de la demande. Les marchands y apportaient leurs denrées et s’y installaient pour profiter de l’immunité de leur sol, de la garantie du droit d’asile et de la paix et de l’honnêteté en affaires qu’inspiraient le respect dû aux morts et la crainte de la divinité.

  • 20 Cimiterium enim illud antiquitus fuerat platea grandis omnibus transeuntibus pervia et vendendis m (...)

10Un commerce sauvage naquit ainsi dans la grande nécropole diffuse des Champeaux, qui devint le cimetière des Saints-Innocents. Au XIIe siècle, Rigord écrit : « Ce cimetière avait été très anciennement une vaste place ouverte à tout venant et offerte à la vente des marchandises »20 ; et dans un raccourci évocateur, Raoul de Presles esquissera, au XIVe siècle, le développement de ce marché de cimetière en une foire champêtre, qui nécessita d’abord l’édification d’abris temporaires, loges et étaux, puis la construction de maisons autour de halles permanentes et le processus d’urbanisation qui s’ensuivit jusqu’à l’enceinte édifiée en 1190 :

  • 21 Voir « Commentaire ajouté par Raoul de Presles à sa traduction de La Cité de Dieu (livre V, chapit (...)

Prés de ce cimetiere l’en commença a faire le marchié et l’appelloit l’en Champiaux pour ce que c’estoient touz champs ; et encore a ce lieu retenu le nom. Et, pour raison du marchié, y commencerent premierement les gens a faire loges et petites bordes, comme firent les Bourguignons quant ils vindrent premierement en Bourgoingne. Et puis petit a petit y ediffierent maisons ; et y fist l’en hales pour vendre toutes manieres de denrees. Ei ainsi crut la ville jusques a la porte Saint Denys21.

  • 22 A. Lombard-Jourdan, « Du problème de la continuité : y a-t-il une protohistoire urbaine en France  (...)

11Le marché du « Champeau » présenta d’abord certains des caractères des foires de l’époque gauloise, qui après une période d’intense activité voyaient leur emplacement retourner à sa solitude première22. À Paris, la proximité immédiate de l’agglomération maintint de bonne heure un rythme plus fréquent et régulier des rencontres.

12Ce marché en pleine croissance exigea vite qu’un peu d’ordre et d’organisation y soient assurés. Les rois capétiens étant encore peu instruits de leurs devoirs et de leurs droits ainsi que de leurs intérêts, ce fut l’évêque de Paris qui s’en chargea.

III. — LE « FOSSÉ DU CHAMPEAU » ET L’ACCORD DE 1137

13Étienne de Senlis fit d’abord creuser un fossé à l’intérieur de « sa terre » (terra episcopi) de la rive droite, et plus précisément dans la vaste nécropole diffuse où les marchands avaient déjà pris leurs habitudes. Il délimita au sol un grand espace en traçant un fossé qui l’isolait et le distinguait des terrains voisins. Puis il décida que les marchands qui fréquenteraient désormais l’endroit devraient opérer obligatoirement leurs transactions à l’intérieur de ce « fossé », dit « fossé du Champeau » (fossatum Campelli). L’existence du fossé matérialisa l’autorité de l’évêque, fondée jusqu’alors sur la seule coutume. Les bornes imposées à des échanges en quelque sorte sauvages, permirent de les mesurer, de les contrôler et de les réglementer. En raison de la peine qu’il s’était donnée et des frais qu’il avait engagés, l’évêque se trouva habilité à tirer quelque profit du marché, à y exercer police et justice et à percevoir redevances et amendes.

14La forme et l’étendue de l’emplacement destiné à accueillir le marché et entouré par le « fossé » sont connues. Elles demeurèrent, en effet, par la suite, celles de la directe royale et les terriers du roi en décrivent avec précision les limites et le plan :

  • 23 AN, P 948, fol. 164 (état en détail des domaines du roi, 1728), d’après le « Terrier de Louis XII  (...)

Le territoire de cette directe forme un continent assez étendu […] à commencer dans la rue Saint-Honoré entre celle des Prouvaires et celle de la Tonnellerie, suivant tout le long de celle-ci et tournant avec elle jusqu’à la Pointe Saint-Eustache, remontant de là jusqu’à l’ancienne hôtellerie du Paon, qui existe encore aujourd’hui, revenant aux piliers dits du Pilori et les suivant jusqu’à la rue Pirouette-en-Terrouenne, puis reprenant les piliers des Potiers d’étain jusqu’aux charniers des Saints-Innocens, d’où regagnant la rue Saint-Honoré dite autrefois en ce lieu la rue de la Charonnerie, et de l’extrémité de cette rue, où étoit l’ancienne place aux Chats, retournant au coin de la rue de la Tonnellerie23.

  • 24 « Commentaire ajouté par Raoul de Presles… », dans Paris et ses historiens…, p. 108.
  • 25 Maison dite in butto Ferronerie prope Campellos ante vetus plateam porcorum (1285). Arch. des Quin (...)

15Le « fossé » avait la forme d’un grand rectangle de deux cents mètres sur deux cent cinquante mètres environ. C’est à l’intérieur de cet espace de cinq hectares que se tint désormais le marché. Au sud et en-dehors du fossé, on vendait les animaux. Raoul de Presles écrit : « Le marché des bestes estoit par dessa la rue des Bourdonnoys, ou lieu que l’en dit le Siege au Deschargeur, et encore l’appelle l’en la viez place aux Poursiaux »24. Ce marché aux bestiaux, élément obligé de toute foire rurale, fut transféré dès avant 1285 hors de l’enceinte de la ville et près de l’église Saint-Honoré25.

  • 26 Cartulaire général de Paris…, n° 264. Accord confirmé par une bulle d’Innocent II du 26 mars 1138.(...)

16L’accord qui intervint en 1137 (entre janvier et le 11 avril) entre Louis VI et l’évêque de Paris, Étienne de Senlis, associa le roi « à tous les revenus de cette terre » (de omnibus illius terre reditibus), c’est-à-dire à tous les droits perçus à l’intérieur du « fossé du Champeau », notamment à l’occasion des transactions commerciales (de emptionibus, de venditionibus). L’évêque et ses successeurs n’en garderaient qu’un tiers et le roi et les siens disposeraient des deux tiers restant26.

  • 27 Sur les prétendus droits de l’évêque de Paris sur la partie occidentale de la rive droite et le fa (...)

17Cet accord (pactum, conventio) surprend et demande explication. Quelle motivation a pu inciter l’évêque à renoncer, sans contrepartie semble-t-il et sans faire de difficulté, à des revenus dont il jouissait depuis un certain temps déjà et qui ne paraissent pas lui avoir été contestés ? Nous sommes à une époque où la royauté s’efforce d’affirmer son autorité et cherche à récupérer des droits régaliens longtemps abandonnés par négligence à qui voulait et pouvait s’en emparer. L’accord de 1137 est un compromis. L’évêque semble faire cadeau à Louis VI des deux tiers des redevances qu’il percevait à l’intérieur de la « terre du fossé » (terra fossati). Mais grâce à cette cession il obtient que le roi reconnaisse le fait que cette terre appartient à (pertinet ad) l’église Notre-Dame et à l’évêché de Paris. Or, nous le savons, ce ne fut que par un long usage et l’appui d’un faux que les évêques obtinrent la propriété de l’ouest de la rive droite et par conséquent du « fossé du Champeau » qui en faisait partie27. En abandonnant au roi les deux tiers des revenus procurés par celui-ci, ils s’assuraient la possession désormais incontestée du tiers restant.

18Sans doute aussi, l’importance du marché grandissant chaque jour, l’évêque n’était-il plus en mesure d’assurer avec ses seuls moyens la gestion et la police d’échanges multipliés. Pour faire respecter l’ordre, plier aux règlements les marchands, veiller à la régularité des paiements et des dettes, alors que certains vendeurs ou acheteurs venaient d’au-delà des frontières, il lui fallut avoir recours au bras séculier. Il fallait en outre assurer la perception des tonlieux et droits de place, ainsi que la rentrée des taxes que certains refusaient de payer.

19Ajoutons que Louis VI, qui érigea la grosse tour ronde de son palais, vrai donjon de la Cité, fut, de tous les rois ses prédécesseurs, celui qui séjourna le plus souvent et le plus longtemps à Paris. Il lui importait davantage que l’approvisionnement de la ville où il résidait soit sous son contrôle. Il semble sortir de la longue torpeur qui avait fait négliger à ses prédécesseurs leurs intérêts économiques. L’Église en avait profité. Les ports, les marchés, les foires appartenaient, à Paris, à des établissements religieux. Le roi ne disposait que du port de Grève et du marché (forum) qui se tenait sur la place voisine. On assistera, au XIIe siècle, aux efforts des rois Louis VI, Louis VII et Philippe Auguste pour recouvrer, par des mesures énergiques et adroites, la suprématie économique qui leur avait échappé dans leur bonne ville de Paris.

IV. — « LE NOUVEAU MARCHÉ » ET L’IMMUNITÉ D’ADELENDE GENTE

  • 28 Dans un acte en faveur de Saint-Martin-des-Champs, Louis VII mentionne en 1138 : Terra qui est in (...)

20Au début du XIIe siècle, les échanges commerciaux avaient atteint une réelle importance dans le « fossé du Champeau ». Peu de temps après l’accord intervenu entre lui et l’évêque Étienne de Senlis et peu avant sa propre mort, survenue le 1er août 1137, Louis VI décida d’y établir le « nouveau marché » (novum forum28).

  • 29 Sur le marché de Grève à la fin du IXe siècle, voir A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris…, p. (...)

21Le forum de la ville romaine sur la rive gauche de la Seine était depuis longtemps abandonné. Le lieu de réunion et le marché médiéval étaient sur la place de Grève qui ouvrait sur le port de Seine, là où accostaient les nautes parisiens. Mais les habitants souhaitaient que cette place où ils avaient l’habitude de tenir leurs assemblées communautaires, près de la maison de ville, restât libre de tout encombrement29.

  • 30 Voir supra, n. 28.

22Quand Louis VI prit la décision de transférer « son marché », le « marché du roi », de la place de Grève aux Champeaux, il ne créa pas un « nouveau » marché ex nihilo. Il se contenta de « l’établir » (stabilire), c’est-à-dire de donner à un état de choses déjà existant mais précaire, la caution royale qui lui conférait légalité et valeur durable. Des merciers et des changeurs sont signalés au marché du Champeau dès 113830, ce qui prouve qu’il ne s’agissait plus déjà d’un marché agricole ou local. Parmi les participants il y avait des forains et des étrangers, puisqu’on y pratiquait le change des monnaies et que des merciers satisfaisaient à la demande d’une clientèle variée et raffinée.

  • 31 Acte de Louis VII entre le 1er août 1137 et janvier 1138. Voir Cartulaire général de Paris…, n° 26 (...)

23Des hôtes s’étaient installés à l’intérieur de l’enclos délimité par « le fossé du Champeau ». Une femme riche, Adelende, épouse du médecin Obizon et surnommée « dame Gente », y avait fait construire en 1137 un grand hôtel et un four à pain. Louis VII ordonna que ce four demeure à l’avenir le seul dans l’espace du marché et que la maison et ses occupants (hospites) jouissent pour toujours du droit d’immunité31.

V. — LE TRANSFERT DE LA FOIRE SAINT-LAZARE (1181)

24L’évolution de l’activité économique aux environs de Paris peut être suivie depuis l’époque des rassemblements spontanés de marchands à l’occasion de fêtes religieuses, en passant par la période où les établissements religieux intervinrent pour les organiser et en tirer les profits, jusqu’à leur reprise en main par la royauté capétienne. Louis VI et Louis VII inaugurèrent l’action que mena à bien Philippe Auguste.

25La foire Saint-Lazare, ou Saint-Ladre, qui se tenait près de la léproserie située aussitôt après le franchissement du marais septentrional par la grande route du Nord, et la foire Saint-Germain-des-Prés, sur la rive gauche, avaient des origines obscures mais anciennes. Au début du XIIe siècle, elles connaissaient un succès grandissant. La même année 1176-1177, Louis VII se fit céder une partie des revenus de ces deux foires par les établissements religieux qui les détenaient ; ce qui préparait leur future annexion au domaine royal.

  • 32 Recueil des actes de Philippe Auguste roi de France, 6 t., Paris, 1916-2005, t. I : 1179-1194, éd. (...)

26En 1181, Philippe Auguste acheta aux lépreux la foire Saint-Ladre, moyennant la grosse somme de trois cents livres de rente annuelle et il la transféra à l’intérieur du « fossé du Champeau ». Elle s’y tint dès lors pendant dix-sept jours après la Toussaint, du 2 au 19 novembre32. Elle était baillée « chacun an à ferme de par le roy et à la chandelle allumée ». Le Poids du roi était transporté à la halle de la Lingerie, où il demeurait pendant la durée de la foire. Nous sommes moins bien renseignés sur la tenue de la foire Saint-Germain qui fut cédée au roi par l’abbaye en 1285. Elle commençait quinze jours après Pâques et durait dix-huit jours. Elle fut transférée aussi aux Halles. Elle tomba en désuétude au XVe siècle, ce qui permit la création, en 1482, d’une nouvelle foire Saint-Germain dans un enclos proche de l’abbaye, sur la rive gauche.

27Pendant les foires Saint-Lazare et Saint-Germain, le marché connaissait un afflux inhabituel de marchands venus de provinces lointaines ou de l’étranger. Tous les commerçants parisiens sans exception devaient fermer boutique et s’y rendre. Son rythme s’accélérait et, d’intermittent, devenait quotidien. Il se fondait dans un système d’échanges plus vaste, et y perdait son originalité juridique et fiscale ; car les foires obéissaient à une réglementation particulière et à l’autorité du « prévôt de la foire », qui était celui-là même qui l’avait affermée.

  • 33 M. Poëte, Une vie de cité…, t. I, p. 160-161. Voir aussi infra p. 53, sur la halle « du Petit Lend (...)

28Par sa date, la foire Saint-Lazare prenait la suite immédiate de la foire de Saint-Denis, qui se tenait en octobre dans la ville et la plaine du même nom ; ce qui permettait aux marchands de négocier leurs invendus dans une même campagne. De plus, en 1215, Philippe Auguste s’entendit avec l’abbé de Saint-Denis à propos de la participation des marchands de Paris à la foire du Lendit, qui se tenait en juin dans la plaine au nord de Paris. Désormais, le 1er mai, deux ou trois d’entre eux se rendraient sur le champ de foire et procéderaient, avec le prévôt de Saint-Denis, à l’assignation des places. Nul ne pourrait choisir avant eux, ce qui garantissait aux Parisiens les emplacements les mieux situés33. Ainsi peu à peu, le marché du Champeau, puis les Halles, trouvaient leur place à l’intérieur du réseau parisien des foires médiévales les plus proches et les plus fréquentées.

VI. — LA CONSTRUCTION DES DEUX PREMIÈRES HALLES (1183)

  • 34 En décembre 1213, Philippe Auguste indemnise les chanoines de Saint-Merri pour la perte de deux ét (...)

29Deux ans après le transfert de la foire Saint-Ladre aux Champeaux, en 1183, Philippe Auguste y fit construire deux longs bâtiments couverts pour entreposer les marchandises et que la vente puisse se poursuivre en cas d’intempéries. Il fallut pour cela détruire les étaux qui avaient déjà été installés sur l’emplacement choisi et dédommager leurs propriétaires34.

  • 35 Rigord (vers 1145-vers 1210), moine de Saint-Denis, a écrit les Gesta Philippi Augusti sur les fai (...)

30Rigord, un contemporain35, a donné un compte rendu très précis des circonstances de cette entreprise :

  • 36 Idem rex [Philippus] ad preces multorum et maxime ad suggestionem cujusdam servientis qui eo tempo (...)

Le roi [Philippe], à la prière de beaucoup de gens et à la suggestion surtout d’un sergent de son entourage qui s’occupait alors avec beaucoup de dévouement de traiter les affaires royales, acheta pour lui et ses successeurs la foire appartenant aux lépreux proche de Paris et la transféra dans la ville, au marché des Champeaux ; il y fit construire par amour du beau et pour faciliter le travail des marchands, par les soins du même sergent qui avait fait ses preuves dans la direction de semblables chantiers, deux grandes maisons, appelées couramment halles à l’intérieur desquelles, par temps de pluie, tous les marchands pourraient vendre très proprement leurs marchandises et où celles-ci seraient gardées la nuit en toute sécurité contre les incursions des voleurs. Pour plus de précaution encore, il ordonna de construire autour de ces mêmes halles, un mur percé d’un nombre suffisant de portes qui seraient fermées toujours pendant la nuit ; et entre ce mur extérieur et les halles il fit bâtir des étaux couverts afin que les marchands ne soient pas forcés d’interrompre la vente à cause de la pluie et ne subissent ainsi du dommage36.

  • 37 En 1385, l’architecte Raymond du Temple sera intitulé : « sergent d’armes et maître-maçon des œuvr (...)

31La longueur du développement consacré par Rigord à ces événements témoigne de l’importance qu’on leur accorda. Les deux opérations furent liées et les Parisiens suppliaient le roi d’intervenir. Nous ignorons le nom et l’identité du serviens qui persuada celui-ci d’acheter aux lépreux leur foire florissante et de la transférer à l’intérieur de la ville. Philippe Auguste n’avait à l’époque qu’une quinzaine d’années et avait besoin d’être guidé. Celui que Rigord désigne par deux fois comme étant un serviens n’était pas « un serviteur », mais bien plutôt « un sergent » très dévoué (fidelissimus), capable de donner de sages conseils, doublé d’un maître-maçon37 qui avait déjà fait ses preuves dans la conduite d’autres chantiers. Cet homme édifia les deux halles et la muraille protectrice qui les entourait et veilla sans doute également à la répartition des étaux couverts dans l’intervalle laissé entre eux.

32Dans le terrain vague des Champeaux, la masse blanche et monumentale des nouvelles halles et de leur rempart de pierre de taille ne permettait plus d’en douter : ce marché était celui du roi, non de l’évêque.

VII. — LA CLÔTURE DU CIMETIÈRE DES INNOCENTS (1186)

33Or, jouxtant la muraille qui entourait les halles, s’étendait l’ancienne nécropole où le marché avait pris naissance. On continuait à vendre sur les tombes comme par le passé et à le traverser à loisir en tous sens. Les Parisiens ne pouvaient plus donner une sépulture décente à leurs morts. Rigord raconte comment Philippe Auguste décida d’empêcher par la construction d’un mur de clôture, la profanation du cimetière « où tant de milliers de morts étaient ensevelis » (in quo tot millia virorum sepulta jacebant).

  • 38 Cimiterium enim illud antiquitus fuerat platea grandis omnibus transeuntibus pervia et vendendis m (...)
  • 39 Rigord, « Gesta… », t. I, p. 70-71. Guillaume le Breton insiste sur les ordures et les immondices (...)

Un jour que le roi Philippe séjournait à Paris, on parla devant lui de remédier à l’état déplorable du cimetière qui, aux Champeaux, jouxte l’église de Saint-Innocent. De toute ancienneté, celui-ci avait été une vaste place ouverte à tout venant et propice à la vente des marchandises38. C’est là que les Parisiens avaient pris l’habitude d’ensevelir leurs morts. Mais parce que les corps des défunts ne pouvaient être enterrés décemment à cause du ruissellement des pluies et de l’abondance excessive d’une boue malodorante, ce même Philippe, roi très chrétien, toujours soucieux de bien faire, considérant que cette entreprise était convenable et plus que nécessaire, ordonna que l’ensemble du cimetière soit clos de toute part d’un mur de pierre percé d’un nombre suffisant de portes qui seraient fermées pendant la nuit pour éviter les mauvaises surprises. Il jugea, avec grandeur et piété que le cimetière, où gisaient tant de milliers de morts, serait ainsi gardé très convenablement par ses successeurs craignant Dieu […]39.

  • 40 Pour plus d’information sur le cimetière et les activités qui s’y déroulaient, voir A. Lombard-Jou (...)

34Entouré d’un haut mur qui n’était, à l’origine, percé que de deux portes toujours fermées la nuit de l’intérieur, le cimetière des Innocents semblait bien isolé de l’extérieur. Il fut pourtant bientôt envahi par les activités qui encombraient ses abords40.

VIII. — LA FORMA PACIS DE 1222

35Cependant le roi n’était pas le seul maître du marché qui, au cœur de sa ville-capitale, prenait chaque jour plus d’importance, et cela le préoccupait. Depuis l’accord de 1137, il était gêné par la possibilité qu’avait conservée l’évêque de Paris d’intervenir dans l’organisation et l’administration de ce marché. Étienne de Senlis n’avait pas renoncé à la propriété du « fossé du Champeau ». Il s’était contenté d’associer le roi aux revenus de celui-ci. Le prévôt du roi et celui de l’évêque devaient agir conjointement chaque fois que cette terre était concernée et qu’une décision devait être prise. Philippe Auguste résolut de mettre fin à cette sérieuse entrave à son pouvoir.

36En décembre 1222, peu de temps avant sa mort, il conclut avec l’évêque de Paris, Guillaume de Seignelay, un accord qui régla de façon solennelle et définitive les droits respectifs du roi et de l’évêque à l’intérieur de la ville de Paris et notamment en ce qui intéressait les halles. Cet acte important et précis sera désormais invoqué lors de tous les conflits ultérieurs entre ces deux autorités. Voici le passage où il est question des halles :

  • 41 De halis vero nostris sitis in Campellis ita est quod nobis et heredibus nostris remanent in perpe (...)

Au sujet de nos halles sises en Champeaux, qu’il en soit ainsi : elles demeureront notre propriété et celle de nos héritiers pacifiquement et pour toujours ; mais l’évêque y aura ses coutumes pendant sa semaine. Ni l’évêque, ni le chapitre de Paris, ne pourront à ce sujet nous attaquer en justice, nous et nos héritiers41.

  • 42 Voir procès d’avril 1487 (n. st.). M. Félibien et G. Lobineau, Histoire de la ville…, t. IV, p. 60 (...)
  • 43 L’évêque jouit de son droit de « tierce semaine » jusqu’au 5 décembre 1674, date où Louis XIV le l (...)

37Le roi fit admettre d’une part que les Halles appartiendraient désormais et pour toujours au roi et à ses successeurs et à eux seuls ; d’autre part que l’évêque de Paris se contenterait d’y percevoir le montant des coutumes pendant une semaine sur trois. Le partage des revenus du marché ne se ferait donc plus chaque année sur le total des sommes collectées, mais au fur et à mesure du temps. Les agents royaux lèveraient les coutumes à l’intérieur du marché pendant deux semaines et les agents de l’évêque pendant les huit jours suivants – c’est ce qu’on appela : « le droit de tierce semaine » – et ainsi « tout au long de l’an et tout le temps, en foire et hors foire »42. Les dispositions de la Forma pacis de 1222 furent confirmées en 1270 par Philippe III, puis en 1293 par Philippe IV, et furent respectées jusqu’en 167443.

IX. — DES INNOVATIONS ÉCONOMIQUES ET URBAINES

  • 44 Voir P. Wolff, « Les villes de France au temps de Philippe Auguste », dans La France de Philippe A (...)

38La construction des halles parisiennes fut, en 1183, une innovation. Non par le type architectural adopté : depuis longtemps déjà la « halle », composée de deux parois en bois ou en clayonnage ou de deux murs gouttereaux et coiffée d’une charpente et d’un toit à deux rampants, servait à abriter les gens, les bêtes ou les récoltes ; la nouveauté résidait dans l’usage qu’imagina d’en faire le serviens de Philippe Auguste et dans les dimensions imposantes qu’il lui donna. Il eut l’idée de grouper « tous les marchands », parisiens, provinciaux et étrangers, à l’intérieur d’un même bâtiment très vaste et de leur faire étaler leurs denrées côte à côte, ce qui permettait la comparaison et le contrôle de la qualité des produits, ainsi que la concurrence entre les marchands, et ce qui facilitait le prélèvement des taxes et droits de place. Pour les mettre tous à couvert, il fallut construire grand : la longue nef fut flanquée de bas-côtés dont l’isolaient les rangées de piliers qui soutenaient la charpente du toit. Les marchands apprécièrent cet abri commode au plan simple, où ils pouvaient séjourner et circuler aisément sans avoir à souffrir, eux et leurs marchandises, des intempéries, du soleil ou du vent. Ce genre d’abri couvert et clos avait été déjà utilisé pendant les foires et connut un grand succès après 1183. Les halles de Paris furent, sinon les premières, du moins parmi les premières grandes halles urbaines à être construites. Elles se multiplièrent à partir de la fin du XIIe siècle, sans qu’il soit souvent possible de leur attribuer une autre date que celle de leur apparition dans les textes44.

39Les villes d’Orient possèdent de longue date des bazars et des souks où est réunie toute leur activité commerciale. Mais, à la fin du XIIe siècle, l’Occident ne connaissait encore que la vente en plein air ou en boutique. L’idée de regrouper dans un seul grand local permanent les marchands de tous les horizons vint-elle à l’imitation des souks orientaux que les croisés avaient pu voir ? Bien qu’il n’existe aucun document à ce sujet, c’est possible. Mais le plan de la « halle » s’apparenterait plutôt à celui d’une basilique romaine.

  • 45 L’obligation d’aller vendre aux Halles trois jours par semaine : mercredi, vendredi et samedi, fut (...)

40Enfin, l’obligation faite à tous les artisans de Paris de fermer boutique trois jours par semaine et de transporter leurs marchandises aux halles pour les y vendre, ainsi que l’arrivée de drapiers venus de l’étranger et d’artisans d’autres métiers firent des halles parisiennes le siège de véritables foires pluri-hebdomadaires. Celles-ci, par la fréquence de leur retour, offraient aux produits manufacturés un débouché et un lieu de vente presque continuels45. L’appel de la consommation stimula la production et provoqua l’essor de l’activité artisanale, locale, régionale et lointaine.

41En un seul vers, Guillaume le Breton a résumé l’œuvre de Philippe Auguste aux Champeaux :

  • 46 « Philippidos… », t. II, p. 6.

Campellos mundat et celsis moenibus ornat46.
(Il nettoie les Champeaux et les orne de hautes murailles.)

42Il assainit ce terrain vague aux limites de la ville et élève des murs pour protéger le marché contre les voleurs et l’isoler du cimetière voisin. Mais aussi pour les mettre à l’abri des attaques surprises (propter insidias supervenientium). La proximité de l’ennemi anglais qui occupait la Normandie était alors une menace permanente et le marché éveillait les convoitises. Le cimetière fortifié par son mur de clôture fut sans doute un moment considéré comme un poste de défense avancé. Peu avant 1204, il fut avantageusement remplacé dans ce rôle par le donjon du Louvre construit pour protéger Paris des incursions venues de l’Ouest.

43Les mesures prises par Philippe Auguste pour aménager les Champeaux poursuivaient l’action de Louis VI et de Louis VII. Aussitôt après avoir pris pied à l’intérieur du « fossé » par l’accord de 1137, Louis VI y avait bien établi son « nouveau marché ». Mais le sol de celui-ci était toujours propriété reconnue de l’évêque de Paris. La Forma pacis de 1222 mit fin à cette situation.

44L’important chantier que représenta, pendant les années 1180, la construction de deux longues halles, du « gros mur » qui les entoura et de la clôture du cimetière des Innocents impressionna les Parisiens d’alors. Sous leurs yeux et en peu de temps, les Champeaux se métamorphosèrent. Le terrain vague à la vie nocturne inquiétante situé à la périphérie de l’agglomération fit place à un quartier ordonné autour d’un marché structuré. Le pouvoir du souverain sur celui-ci était désormais assuré dans un but fiscal, certes, mais, « toujours soucieux de bien faire » (bonis operibus semper intentus), Philippe Auguste se préoccupait aussi de l’approvisionnement de sa capitale et de l’amélioration des conditions de travail des marchands qui y pourvoyaient. Pour la première fois en France, des édifices couverts, de dimensions imposantes, s’offraient de façon permanente à recevoir les marchands à l’intérieur d’une ville. Le type de la « halle urbaine » était créé et son succès fut immédiat.

  • 47 C. Du Cange et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, 10 t., Niort, 1883-1887, t. III, p.  (...)

45Pour désigner ce nouveau type de marché couvert, on employa d’abord, au XIIe siècle, le substantif domus, maison, et quelquefois domipole, mot hybride formé du latin domus et du grec πωλω, « je vends »47. Rigord parle de : duas magnas domos quas vulgus halas vocat. Le nom de hala fut donc choisi et imposé par l’usage commun. Il servit à désigner un des bâtiments nouvellement construits (halle aux Draps, halle à la Mercerie), puis seulement quelques travées louées à l’intérieur de ceux-ci par une ville foraine (halles de Douai, d’Amiens, de Malines, etc.), ou encore un groupe d’étaux occupés par une même corporation (halle aux Fripiers, aux Tapissiers). Le pluriel « les halles », en usage d’abord à Paris pour évoquer la pluralité des bâtiments et l’ensemble du complexe marchand, en vint à désigner un seul marché couvert.

46Philippe Auguste semble s’être soucié d’orner la ville par autre chose que des églises. Au-delà du respect dû à Dieu et du désir de confort ou de prestige des puissants, une préoccupation nouvelle apparaît : le bien-être des marchands (ob maximam institorum utilitatem). Les chroniqueurs Rigord et Guillaume le Breton traduisent la satisfaction des Parisiens. Ils décrirent ces murailles « semblables à celles des châteaux et des villes » (castris aut urbibus aptis), faites de pierres « régulièrement taillées à angle droit » (quadrati lapides), ces murs « lisses et soignés » (politi muri) édifiés en beau calcaire des carrières de la rive gauche ou du val d’Oise. La pierre n’est plus cassée au marteau sous forme de moellons, mais débitée et calibrée selon un même gabarit, conformément à un procédé adopté depuis peu à Paris, qui permettait d’empiler les blocs plus rapidement et de les mieux ajuster.

  • 48 Voir A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris…, p. 75-89 et 93.

47Les travaux effectués aux Halles et au cimetière voisin ont leur place parmi ceux entrepris pour améliorer la vie quotidienne des habitants sous le règne de Philippe Auguste : enceinte fortifiée pour défendre la rive droite, mesure d’utilité publique (1190), ou pour protéger la rive gauche et accélérer son peuplement, opération immobilière pour favoriser le développement harmonieux de la ville (1210), pavage des rues principales (circa 1185), aménagement d’un port fluvial (1214)48. Le roi, écrit Rigord, agit ob decorem. S’il est exagéré de traduire : « par amour du beau », l’expression suggère une démarche qui dépasse la pure utilité et tend au beau par l’ordre et la netteté. Pour définir l’ensemble des actions entreprises à Paris par Philippe Auguste on peut, semble-t-il, parler d’un premier essai réussi de politique urbaine.

Notes

8 Sur la formation et la nature géologique du sol de cette partie de Paris, voir R. Dion, « Paris dans la géographie. Le site et la croissance de la ville », dans Revue des deux mondes, 1er janvier 1951, p. 5-30 ; et id., « Le site de Paris dans ses rapports avec le développement de la ville », dans L. Hautecoeur et al., Paris. Croissance d’une capitale, Paris, 1961, p. 17-39 ; P. M. Duval (Paris antique, des origines au IIIe siècle, Paris, 1961) cite l’importante bibliographie dont il s’est servi pour son chapitre I : La formation géologique du sol de Paris, p. 13-25.

9 É. Vallet, « Carte du sol naturel », dans Commission municipale du Vieux-Paris. Procès-verbaux, 1910, annexe au procès-verbal de la séance du 9 mars 1910 ; « Carte géologique de Paris », dans Commission municipale du Vieux Paris. Procès-verbaux, 1901, annexe au procès-verbal de la séance du 25 avril 1901.

10 Au niveau de l’actuelle gare de l’Est. Aquae vero extra solitu invaluerunt ; nam tantum inundatione Sygona Matronaque circa Parisius, ut inter civitatem et basilicam intulerunt Sancti Laurenti naufragia saepe contingerent(Gregorii episcopi Turonensis libri historiarum X, éd. B. Krusch et W. Levison, 2e éd., Hanovre, 1951 (Monumenta Germaniæ historica. Scriptores rerum Merovingicarum, 1, 1), livre VI, 25, p. 293).

11 Voir T. Kleindienst, « La topographie et l’exploitation des “Marais de Paris” du XIIe au XVIIIe siècle », dans Paris et Île-de-France. Mémoires…, t. 14, 1963, p. 7-167.

12 Voir A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris…, p. 100, n. 712.

13 Première mention en 1117. Voir Cartulaire général de Paris, éd. R. de Lasteyrie, Paris, 1887 (Histoire générale de Paris), t. I : 528-1180, n° 175. Au XIIe siècle, on trouve à la fois les formes Campellus, Campelli et en roman « Champeau » et « Champeaux ». Le terme s’applique à un espace qui alla en se rétrécissant jusqu’au XVe siècle, où il fut réservé à la « mercerie des Champeaux », au cœur des Halles.

14 Octavian. Altfranzösischer Roman, éd. K. Vollmöller, Heilbronn, 1883, vers 42-44 et vers 1293-1295. Ce poème est daté par l’éditeur entre 1229 et 1291. Voir L. Olschski, Paris nach den altfranzösischen nationalen Epen, Heidelberg, 1913, p. 17.

15 Rapport du 2 juillet 1866. Bibliothèque historique de la ville de Paris, D 96-97 (papiers Vacquer).

16 Octavian…, vers 45-48.

17 Guillaume le Breton, « Philippidos libri XII », dans Œuvres de Rigord et Guillaume le Breton, historiens de Philippe Auguste, éd. H.-F. Delaborde, Paris, 1882-1885 (Société de l’histoire de France), t. II, à la p. 59, vers 500-503. Voir A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris…, n. 285.

18 Guillaume le Breton, « Gesta Philippi Augusti », dans Œuvres de Rigord…, t. I, p. 168-320, à la p. 233, § 154.

19 Découvertes fortuites : rue de la Cossonnerie (1852), rue de la Poterie, sous l’ancienne halle aux Draps (vers 1852), rue de Turbigo, lors de son percement (1858), rue Courtalon (1899). Fouilles en 1973-1974, à l’emplacement de l’ancien cimetière des Innocents. Sur l’ancienneté et l’étendue de ce cimetière, sa qualité de cimiterium publicum et de « cimetière de Paris », voir A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris…, p. 53-59.

20 Cimiterium enim illud antiquitus fuerat platea grandis omnibus transeuntibus pervia et vendendis mercibus exposita. Voir Rigord, « Gesta Philippi Augusti », dans Œuvres de Rigord…, t. I, p. 1-167, à la p. 70, § 47.

21 Voir « Commentaire ajouté par Raoul de Presles à sa traduction de La Cité de Dieu (livre V, chapitre XXV) et contenant une description de la ville de Paris sous Charles V (1371) », dans Paris et ses historiens…, p. 81-115, à la p. 110.

22 A. Lombard-Jourdan, « Du problème de la continuité : y a-t-il une protohistoire urbaine en France ? », dans Annales ESC, t. 25, 1970, p. 1121-1142 ; et ead., « Foires gauloises et origines urbaines », dans Archéocivilisation, nouv. série, n° 11-13, déc. 1972-sept. 1974, p. 46-86.

23 AN, P 948, fol. 164 (état en détail des domaines du roi, 1728), d’après le « Terrier de Louis XII ». Même texte dans Q1 1185. Le 14 janvier 1702, les limites assignées au quartier des Halles seront encore approximativement celles à l’intérieur desquelles se tenait la foire Saint-Lazare, c’est-à-dire celles dessinées par le « fossé du Champeau » ; voir N. de Lamare, Traité de la police…, t. I, p. 108 et 110 ; M. Félibien et G. Lobineau, Histoire de la ville…, t. IV, preuves, col. 395a.

24 « Commentaire ajouté par Raoul de Presles… », dans Paris et ses historiens…, p. 108.

25 Maison dite in butto Ferronerie prope Campellos ante vetus plateam porcorum (1285). Arch. des Quinze-Vingts, n° 1921. La rue de la Ferronnerie séparait la place aux Chats, au nord, de la place aux Pourceaux, au sud. La proximité de celle-ci explique la présence des porcs, que Guillaume le Breton montre parcourant librement le cimetière des Innocents avant sa clôture. Guillaume le Breton, « Philippidos… », t. II, p. 25, vers 439. Le nouveau marché aux bestiaux se tint : « Prés du chevais Saint Honoré » (1297). AN, S 1822. Il est indiqué là sur le plan de la Tapisserie (1540).

26 Cartulaire général de Paris…, n° 264. Accord confirmé par une bulle d’Innocent II du 26 mars 1138. Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris, éd. B. Guérard, 4 t., Paris, 1850 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), t. I, p. 24. Pour plus de détails voir A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris…, p. 69 et suiv.

27 Sur les prétendus droits de l’évêque de Paris sur la partie occidentale de la rive droite et le faux diplôme de Louis le Pieux daté du 19 octobre 820, voir A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris…, p. 63-65.

28 Dans un acte en faveur de Saint-Martin-des-Champs, Louis VII mentionne en 1138 : Terra qui est in Campeaus in qua pater meus stabilivit novum forum ubi habent locum venditores mercium et pars cambiatorum ; voir Cartulaire général de Paris…, n° 271, p. 265.

29 Sur le marché de Grève à la fin du IXe siècle, voir A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris…, p. 69. En 1134, Louis VI donne aux religieuses de Montmartre des hôtes « dans son marché à Paris », celui de Grève (in foro nostro Parisius) ; et en 1137, Louis VII confirme l’acte précédent dans les mêmes termes ; voir Cartulaire général de Paris …, nos 255 et 266. En 1141-1142, la place de Grève est qualifiée de vetus forum. Ibid., n° 289.

30 Voir supra, n. 28.

31 Acte de Louis VII entre le 1er août 1137 et janvier 1138. Voir Cartulaire général de Paris…, n° 267. Adelende donna four et hôtel à l’abbaye Saint-Martin-des-Champs qui les conserva jusqu’à la Révolution sous le nom de « fief de la Rappée » ou « d’hôtel à l’Image de saint Martin ». L’immunité fut rachetée et supprimée avec toutes les justices parisiennes autres que celle du roi par l’édit de février 1674. Voir A. Jourdan, « L’immunité… », p. 7-13 ; et A. Lombard-Jourdan, « Fiefs et justices parisiens… », p. 305-307.

32 Recueil des actes de Philippe Auguste roi de France, 6 t., Paris, 1916-2005, t. I : 1179-1194, éd. H.-F. Delaborde, p. 42, n° 31. Sur les foires Saint-Lazare et Saint-Germain voir J. Martineau, Les Halles de Paris …, p. 91-94 et A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris…, p. 74-75.

33 M. Poëte, Une vie de cité…, t. I, p. 160-161. Voir aussi infra p. 53, sur la halle « du Petit Lendit ».

34 En décembre 1213, Philippe Auguste indemnise les chanoines de Saint-Merri pour la perte de deux étaux qu’ils possédaient : in Campellis Parisius ubi hale nostre facte fuerunt. L. Cadier et C. Couderc, « Cartulaire et censier de Saint-Merri de Paris », dans Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île de France, t. 18, 1890, p. 101-271, à la p. 125.

35 Rigord (vers 1145-vers 1210), moine de Saint-Denis, a écrit les Gesta Philippi Augusti sur les faits de ce roi entre 1179 et 1208.

36 Idem rex [Philippus] ad preces multorum et maxime ad suggestionem cujusdam servientis qui eo tempore fidelissimus in negotiis regiis pertractandis esse videbatur, Parisius, a leprosies extra ipsam civitatem manentibus, nundinas sibi et suis successoribus emit et in civitate transferri fecit, scilicet in foro quod Campellis vocatur, ubi ob decorem et maximam institorum utilitatem per ministerium predicti servientis, qui in hujusmodi negotiis probatissimus erat, duas magnas domos, quas vulgus halas vocat, edificari fecit, in quibus tempore pluviali omnes mercatores merces suas mundissime venderent et in nocte ab incursu latronum tute custodirent. Ad majorem etiam cautelam, circa easdem halas jussit in circuitu murum edificari, portas sufficienter fieri precipiens, que in nocte semper clauderentur, et inter murum exteriorem et ipsas halas mercatorum stalla fecit erigi desuper operta, ne mercatores tempore pluvioso a mercatura cessarent et sic damnum incurrent. Rigord, « Gesta… », t. I, p. 33-34 ; A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris…, p. 75-77.

37 En 1385, l’architecte Raymond du Temple sera intitulé : « sergent d’armes et maître-maçon des œuvres du roi ». H. Stein, « Une expertise au XIVe siècle », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 70, 1909, p. 446-455, à la p. 447.

38 Cimiterium enim illud antiquitus fuerat platea grandis omnibus transeuntibus pervia et vendendis mercibus exposita, ubi cives Parisienses mortuos suos sepelire consueverant.

39 Rigord, « Gesta… », t. I, p. 70-71. Guillaume le Breton insiste sur les ordures et les immondices qui couvrent le sol du cimetière et ajoute la présence de porcs et de prostituées. Guillaume le Breton, « Philippidos… », t. II, p. 25, vers 436-457 ; id., « Gesta… », dans Œuvres de Rigord…, t. I, p. 168-333, à la p. 184, § 34. Au XVe siècle, Robert Gaguin écrira que le roi « enferma d’un mur de pierre de taille la partie du Champeau située près du sanctuaire de Saint-Innocent, où étaient apportées et mises en vente les marchandises (importandis venalibus rebus) ». Robert Gaguin, Compendium de origine et gestis Francorum, Lyon, 1497, fol. 39, l. 20.

40 Pour plus d’information sur le cimetière et les activités qui s’y déroulaient, voir A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris…, p. 77-78 et n. 492 et suiv.

41 De halis vero nostris sitis in Campellis ita est quod nobis et heredibus nostris remanent in perpetuum pacifice salvo eo quod episcopus et sucessores sui habebit in eis suas consuetudines debitas in sua septimana, nec episcopus, nec capitulum Parisiense poterunt nos nec haeredes nostros super hiis trahere in placitum (Recueil des actes de Philippe Auguste, t. IV : 1215-1223, éd. M. Nortier, Paris, 1979, n° 1805, p. 486-491).

42 Voir procès d’avril 1487 (n. st.). M. Félibien et G. Lobineau, Histoire de la ville…, t. IV, p. 609.

43 L’évêque jouit de son droit de « tierce semaine » jusqu’au 5 décembre 1674, date où Louis XIV le lui racheta moyennant 8 000 livres de rente. AN, P 2380, fol. 651 et s. Sur les stipulations de la forma pacis de 1222, voir A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris…, p. 87-89.

44 Voir P. Wolff, « Les villes de France au temps de Philippe Auguste », dans La France de Philippe Auguste. Le temps des mutations. Actes du colloque international du CNRS, septembre-octobre 1980, Paris, 1982, p. 645-674, à la p. 654.

45 L’obligation d’aller vendre aux Halles trois jours par semaine : mercredi, vendredi et samedi, fut ramenée à deux jours : vendredi et samedi par les lettres patentes du 13 octobre 1368. Ordonnances des rois de France de la troisième race, éd. E. de Laurière et al., 21 t., Paris, 1723-1849, t. V, p. 147-148.

46 « Philippidos… », t. II, p. 6.

47 C. Du Cange et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, 10 t., Niort, 1883-1887, t. III, p. 919.

48 Voir A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris…, p. 75-89 et 93.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search