Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les halles de Paris et leur quartier (1137-1969)

 | 
Anne Lombard-Jourdan

Introduction

Texte intégral

1L’urbanisme est défini comme l’étude générale des conditions et des manifestations d’existence et de développement des villes. Le but est ici de retracer l’histoire de l’organe essentiel de l’approvisionnement d’une ville : les Halles de Paris. Il s’agit de déterminer et de décrire les réalités successives qu’a recouvert le terme de « halles » depuis la fin du XIIe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle, de fournir les raisons de leur implantation et de leur durable stabilité, de mesurer l’importance de leur rôle et la place qu’elles ont occupée dans l’espace de la capitale, alors qu’une démographie galopante imposait l’enflure démesurée des échanges.

2Le hasard a fait que les documents qui nous ont été conservés sont décevants du point de vue de l’histoire économique. L’information est puisée dans de rares livres de comptes, dans les minutes des procès, dans les mentions éparses des chroniques ; les textes règlementaires des métiers, précis au sujet de l’organisation et de l’administration des halles, ne fournissent qu’accessoirement des données d’ordre économique. Les sources permettent, en revanche, de reconstituer de façon très exacte la topographie des lieux dans le temps, ce qui serait d’assez peu d’intérêt si le repérage de ces données n’autorisait pas à restituer l’image des Halles et de leur quartier, d’en dresser le plan, d’en suivre les transformations et d’établir la chronologie de leur évolution, de prendre conscience, enfin, des activités qui s’y déployaient et de leur particulière importance pour la ville.

  • 1 L. Biollay, « Les anciennes halles… », p. 293-355. Nous rappelons pour mémoire l’ouvrage de C. Pit (...)
  • 2 J.-P. Babelon, M. Fleury et J. de Sacy, Richesses d’art… ; J. de Sacy, Le quartier des Halles… ; S (...)
  • 3 A. Chastel et al., Système de l’architecture… Voir aussi id., « L’aménagement du marché central… »

3En 1877, paraissait l’article pionnier de Léon Biollay, inspecteur général des perceptions municipales, sur « Les anciennes halles de Paris »1. Pour la première fois, l’auteur dressait la liste commentée des bâtiments des Halles ; mais son étude, sérieuse et encore utile aujourd’hui, n’utilisait que les documents imprimés avant la date de sa parution. En 1960, Jean Martineau, docteur en droit et fonctionnaire de la préfecture de la Seine, publiait Les Halles de Paris des origines à 1789. Évolution matérielle, juridique et économique, livre qui éclaire par l’analyse des textes officiels et règlementaires les problèmes administratifs complexes que connut le grand marché parisien jusqu’à la Révolution. Enfin, lorsqu’on envisagea de transférer les Halles à Rungis en 1962, plusieurs ouvrages s’appliquèrent à recenser, à décrire et à reproduire, avant sa disparition, le patrimoine architectural et artistique du quartier largement compris2. Le plus important des livres parus alors contenait les résultats de l’enquête entreprise par un groupe de chercheurs de l’Université et du CNRS sous la direction du professeur André Chastel : Système de l’architecture urbaine. Le quartier des Halles à Paris3. Cette « histologie du cœur de Paris », selon l’expression de Jean-Pierre Babelon, reconstitue maison par maison le tissu urbain ainsi que le réseau stradal du quartier, à l’intérieur de limites très avantageusement fixées. Mais les auteurs en ont volontairement exclu la partie centrale, correspondant à l’espace proprement dit des Halles et à leurs abords immédiats.

  • 4 A. Jourdan, « Le quartier des Halles à Paris, des origines à 1436 », dans Position des thèses de l (...)
  • 5 A. Jourdan, « La ville étudiée… ». Voir aussi ead., « L’immunité… » ; Anne Lombard-Jourdan, « Fief (...)

4Cet espace n’ayant depuis donné lieu à aucune autre étude, il m’a paru utile de publier aujourd’hui, avec les compléments qui s’imposaient et dans une optique nouvelle, les résultats de recherches jadis menées en vue d’une thèse de l’École des chartes sur Le quartier des Halles à Paris des origines à 14364. Celle-ci fit l’objet, dès 1935, d’un article demandé par Lucien Febvre qu’avait intéressé du point de vue méthodologique le choix fait du quartier comme cadre d’une étude d’histoire urbaine. Deux articles parurent ensuite : l’un sur l’immunité d’Adelende Gente (1137), l’autre sur les fiefs et censives de l’espace considéré et sur la façon dont on y rendait la justice. Les débuts du marché au lieu dit « les Champeaux » et les efforts des rois de France pour s’en assurer la possession furent également évoqués5.

5Après avoir exposé la naissance spontanée du marché à l’intérieur d’un cimetière de la périphérie du premier Paris, sur la rive droite de la Seine, puis les initiatives prises par l’évêque de Paris pour en assurer le fonctionnement et s’en réserver les revenus, enfin la manière dont Louis VI et Philippe Auguste réussirent à s’assurer l’entière autorité sur ce « marché le roi », nous retracerons sa croissance rapide et déterminerons les principales étapes de son évolution. Le déroulement de cette longue histoire débute avant 1100 et s’achève en 1969, avec le transfert à Rungis ; il commence par une foire artisanale quasi-permanente et se poursuit dans les bâtiments construits par Philippe Auguste, désormais flanqués des marchés en gros des grains et du poisson de mer, pour s’achever, au XXe siècle, par un marché exclusif d’alimentation dans les pavillons de Baltard ; dans l’intervalle, un ensemble composite groupe tous les commerces dans des locaux d’une architecture identique mais aux attributions diverses. La période médiévale, de beaucoup la plus mal connue, retiendra davantage notre attention. C’est au XIIIe siècle et au début du XIVe siècle que les Halles de Paris connurent leur plus actif commerce de draps et de mercerie avec l’étranger et l’apogée de leur richesse et de leur abondance, célébrées par Jean de Jandun.

  • 6 Les plans destinés à améliorer l’espace marchand des Halles ont tous été étudiés dans les deux ouv (...)

6L’aménagement d’aucun endroit de Paris n’a fait davantage travailler les imaginations que celui du quartier des Halles. Mais les innombrables projets conçus par des architectes officiels ou par de simples particuliers, dans le but de les rendre plus vastes, plus commodes ou plus monumentales, échouèrent tous jusqu’au XIXe siècle. Nous chercherons pourquoi, mais nous parlerons peu, en dépit de leur intérêt, de ces projets les uns bien conçus, les autres utopiques, qu’on a pu qualifier d’« architectures de papier »6. Nous ne prendrons en considération que les réalisations ayant, à un moment ou à un autre, servi à l’amélioration de l’activité marchande. Des plans de restitution des Halles permettront de situer les données fournies par le texte, qu’illustreront par ailleurs des documents iconographiques.

  • 7 Cette partie du texte correspond à une communication faite au colloque de Venise, « Mercato e spaz (...)

7La question sera enfin posée des causes de la longue immutabilité des Halles dans l’espace urbain de Paris7. Pourquoi cette volonté de permanence, cette crainte de tout changement souvent exprimées par les fonctionnaires de l’administration comme par les usagers, marchands et chalands, chaque fois que l’existence du marché au cœur de la ville fut menacée ?

8Au moment où j’achève ce livre, ma pensée reconnaissante va à Marcel Poëte, qui me fit connaître l’histoire urbaine, à Lucien Febvre et Marc Bloch qui m’encouragèrent dans cette voie, à Maurice Lombard qui m’y aida et à Florence Lombard sans laquelle ce livre n’aurait pu être achevé. Mes remerciements vont également à Jacques Berlioz, directeur de l’École nationale des chartes, qui a accueilli ce volume dans la présente collections, à Bernard Barbiche, président de la Société de l’École des chartes, qui a soutenu activement ce projet, et à Olivier Canteaut et Guénaël Visentini, qui ont veillé avec soin à la fabrication de ce livre.

Notes

1 L. Biollay, « Les anciennes halles… », p. 293-355. Nous rappelons pour mémoire l’ouvrage de C. Piton, Comment Paris…, dont le titre est trompeur, car il traite uniquement de l’hôtel de Soissons et de ses alentours, et l’article de l’abbé V. Dufour, « Le cimetière des Saints-Innocents… ».

2 J.-P. Babelon, M. Fleury et J. de Sacy, Richesses d’art… ; J. de Sacy, Le quartier des Halles… ; S. Saint Girons, Les Halles…

3 A. Chastel et al., Système de l’architecture… Voir aussi id., « L’aménagement du marché central… ».

4 A. Jourdan, « Le quartier des Halles à Paris, des origines à 1436 », dans Position des thèses de l’École nationale des chartes de la promotion de 1933…, p. 63-71.

5 A. Jourdan, « La ville étudiée… ». Voir aussi ead., « L’immunité… » ; Anne Lombard-Jourdan, « Fiefs et justices parisiens… » ; et ead., Aux origines de Paris…

6 Les plans destinés à améliorer l’espace marchand des Halles ont tous été étudiés dans les deux ouvrages cités supra, p. 10, n. 3.

7 Cette partie du texte correspond à une communication faite au colloque de Venise, « Mercato e spazio urbano in Europe XV-XVII secolo », 7-11 novembre 1989, dont les actes n’ont pas été publiés.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540