Version classiqueVersion mobile

Philosophie et esthétique dans le Don Quichotte de Cervantès

 | 
Dominique de Courcelles

Deuxième partie. L’imagination esthétique

Cervantès, l’aubergiste et les livres

Sylvia Roubaud

Texte intégral

  • 1 J.-M. Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Le Seuil, 1999.

1« Pourquoi la fiction ? » Cette question, qui donne son titre à un livre paru récemment, peut tenir lieu d’épigraphe à la réflexion que je voudrais mener ici et qui porte sur la valeur ou les valeurs qu’accordent à la littérature d’imagination les personnages du Quichotte et, au-delà d’eux, Cervantès lui-même1. Ni lui ni aucun d’eux, bien entendu, ne pose la question de façon aussi abrupte et provocante. Ils la formulent autrement, en des termes plus conformes à ceux des débats littéraires du Siècle d’or espagnol, et donc en apparence plus conventionnels. Mais c’est bien cette interrogation que, d’une certaine manière, on découvre au cœur des discussions sur le genre romanesque qui ponctuent l’histoire de l’Ingénieux Hidalgo, ce livre habité par une foule d’autres livres et dans lequel la littérature est omniprésente, à la fois maîtresse d’erreur, source d’élan vital et objet de méditation.

  • 2 Le Lazarillo, ainsi qu’on sait, est sarcastiquement mentionné au chapitre XXII de la première part (...)
  • 3 J’emprunte les citations du Quichotte en français à la traduction, parue en 1836, de Louis Viardot (...)
  • 4 La même recommandation, notons-le, avait déja été formulée, soixante ans auparavant et presque dan (...)
  • 5 Le Chanoine, c’est bien connu, n’a pas été le seul à souhaiter la proscription des romans de cheva (...)

2Pourquoi la fiction ? Pourquoi le roman ? La question peut s’entendre en plusieurs sens, et tout d’abord comme une mise en cause radicale, un « à quoi bon la fiction » destiné à faciliter son élimination pure et simple du champ de la création littéraire. Cette mise en cause a sa place dans le Quichotte, où elle vise presque toute la fiction en langue espagnole du XVIe siècle, les romans pastoraux comme ceux de chevalerie – les picaresques étant, on le sait, pratiquement passés sous silence, à l’exception du Lazarillo de Tormes2. Mais l’élimination brutale et complète qui est censée en résulter semble ne devoir s’appliquer véritablement qu’aux romans de chevalerie, cibles principales des invectives cervantines, à propos desquels elle est évoquée à deux reprises et, une fois au moins, mise en pratique. La première à l’envisager, dès le piteux retour au bercail du gentilhomme de la Manche, est sa nièce, lorsqu’elle invite le Curé et le Barbier à remédier à ses extravagances en brûlant « tous ces excommuniés de livres, car il y en a beaucoup qui méritent bien d’être grillés comme autant d’hérétiques » (I, V3) ; ce projet de solution finale, néanmoins, n’est ici retenu qu’en partie car, au cours de « la grande et plaisante enquête » à laquelle Curé et Barbier se livrent au chapitre VI, ils opèrent parmi les victimes désignées un tri qui, comme on sait, permettra à quelques-uns des ouvrages incriminés d’échapper au bûcher. La perspective d’une éradication complète des romans de chevalerie est reprise plus tard par le Chanoine, qui en propose une nouvelle modalité : au terme de l’acte d’accusation qu’il dresse contre eux, il préconise en effet leur bannissement, les jugeant « dignes […] d’être exilés de la république chrétienne comme engeance inutile » (I, 474). Cependant il ne s’agit, là encore, que d’une simple virtualité ; le décret d’expulsion imaginé par le Chanoine reste à l’état de vœu pieux, un vœu qui semble d’autant plus incertain, du reste, qu’aussitôt après l’avoir exprimé, son auteur reconnaît l’étendue des possibilités offertes par la fiction chevaleresque « pour qu’un bon esprit », dit-il, « puisse s’y montrer et s’y déployer tout à l’aise5 ».

3Finalement, on ne trouve, dans le Quichotte, qu’un seul exemple de suppression effective et totale des libros de caballerías : celui qu’offre l’homme au Vert Caban, le sage don Diego de Miranda, qui n’a eu besoin de procéder ni à leur destruction ni à leur exclusion pour la bonne raison qu’il n’en a par principe admis aucun dans sa bibliothèque :

J’ai environ six douzaines de livres, ceux-là en espagnol, ceux-ci en latin, quelques-uns d’histoire, les autres de dévotion. Quant aux livres de chevalerie, ils n’ont pas encore passé le seuil de ma porte (II, 16).

  • 6 Sur l’absence, dans le Quichotte, de mention du Guzmán et, plus généralement, de références au gen (...)

4Efficace, discrète, la méthode éliminatoire de don Diego est proprement imparable ; et la leçon que le texte cervantin semble en tirer paraît au premier abord assez simple : c’est qu’il n’est pas nécessaire, pour en finir avec les libros, de prendre à leur encontre des mesures violentes ; il suffit de les ignorer ou, pour mieux dire, de s’en passer. Beaucoup moins simple et plus inquiétante, si on y regarde de près, est l’éventualité que laisse entrevoir cette suppression de tout un pan de la littérature narrative d’imagination – celle d’un rejet sans appel de la Fiction dans son entier. Car dès lors qu’une de ses branches est si aisément supprimée, on peut s’attendre à ce que la méthode de l’homme au Vert Caban s’étende, par-delà les livres de chevalerie, à toutes les formes du roman, les anciennes comme les nouvelles. C’est là ce que Cervantès suggère et que, du reste, il semble avoir précisément mis lui-même en pratique dans le Quichotte : témoin la place infime, pour ne pas dire inexistante, qu’il y a accordée à la mention des romans picaresques et le silence qu’en raison de son hostilité à l’égard de Mateo Alemán il observe vis-à-vis du Guzmán de Alfarache6. Est-ce à dire que l’Histoire de l’Ingénieux Hidalgo elle-même pourrait à son tour subir un sort similaire et se trouver exclue de la bibliothèque de Diego de Miranda ? On est tenté de penser que don Miguel a envisagé cette hypothèse et que, tout en se gardant bien de la formuler explicitement, il l’a néanmoins inscrite de façon détournée dans son livre. Il serait bien dans sa manière, en effet, de jouer avec l’idée d’une mise à l’écart complète des romans, dans laquelle le sien serait inclus, et dans le même temps de conjurer cette menace en donnant à leur lecture la place de choix qu’elle a dans l’ordonnance du Quichotte et dans la vie de ses personnages.

5Cette place montre qu’en définitive le questionnement auquel Cervantès soumet le roman ne remet pas fondamentalement en cause sa validité ou sa survie en tant que genre. Que l’une et l’autre, d’ailleurs, lui paraissent assurées, on ne saurait en douter, ne serait-ce que parce que sa biographie d’Alonso Quijano est elle-même un roman – mais un roman dont l’auteur se méfie de la forme littéraire qu’il cultive et interroge la nature. Pourquoi la fiction ? Quand cette question affleure à la surface du Quichotte, elle n’implique qu’exceptionnellement, comme on a vu, qu’il soit fait table rase de la littérature romanesque ou d’une partie de ses échantillons. Elle porte au contraire, presque toujours, sur les conditions de son maintien, sur les besoins auxquels la fiction peut ou doit répondre, sur les attentes qu’elle est ou non en mesure de satisfaire.

  • 7 Sur le caractère inquisitorial, tant dans sa procédure que dans son vocabulaire, que revêt l’exame (...)

6Il est vrai que son sort est parfois douloureux, comme le montre le chapitre de l’escrutinio, de l’enquête menée par le curé Pero Pérez et par maître Nicolas, le Barbier, dans la bibliothèque de l’Ingénieux Hidalgo (I, 6) ; sur les vingt-et-un romans – douze chevaleresques et neuf pastoraux – qu’ils examinent, onze sont condamnés au bûcher et trois mis en attente et sous clef jusqu’à plus ample informé (dont, rappelons-le, La Galatée de Cervantès lui-même7). À ce nombre il faut ajouter la masse des narrations romanesques que, par lassitude, le Curé finit par livrer, sans les inspecter et sans autre forme de procès, au bras séculier de la gouvernante. Doit-on croire que Cervantès approuve cette hécatombe ? Rien n’est moins sûr, et le commentaire qui la suit indique au contraire qu’il la regrette et qu’à son avis une bonne part des livres ainsi sacrifiés...

[…] méritaient d’être conservés dans d’éternelles archives. Mais leur mauvaise étoile et la paresse de l’examinateur ne l’ont point permis et ainsi s’accomplit en eux le proverbe qui veut que les justes payent parfois pour les pécheurs (I, 7).

  • 8 Sur la personnalité du Curé Pero Pérez et sur le fait que Cervantès n’embrasse peut-être pas ses o (...)

7Cette remarque, qui apporte un désaveu manifeste à l’action de Pero Pérez et de ses acolytes, invite à réfléchir au rôle que don Miguel leur a conféré et à se demander en particulier si le brave ecclésiastique peut être véritablement considéré, ainsi qu’on le fait généralement, comme son porte-parole en matière de littérature. Certes il est plus instruit que ses trois comparses et, auprès d’eux, il peut faire figure d’autorité. Il n’en reste pas moins que ses lumières doivent être assez limitées à en juger par le portrait qu’offre de lui le tout premier chapitre, où il est ironiquement précisé qu’il a pris ses grades à Sigüenza, obscure université de second ordre, et que loin de s’ériger au départ en juge des lectures de don Quichotte, il les partage et en discute aimablement avec lui8. Aussi est-on en droit de penser que ce n’est pas à ce modeste curé de village que Cervantès a confié le soin d’exprimer l’essentiel de ses opinions littéraires.

8Reste à savoir quel est, parmi les personnages du Quichotte, celui ou celle dont les jugements coïncident avec les siens et peuvent nous éclairer quant aux vues qu’il entretient sur un sujet aussi délicat et qui lui tient autant à cœur que celui des romans. Comme pour la plupart des domaines auxquels touche la matière de son livre, on dispose, en ce qui concerne la fiction, de plusieurs candidats aptes à remplir la fonction d’interprète de la pensée de don Miguel, étant entendu – tourment pour une moitié de ses lecteurs, délices pour l’autre moitié – que leurs discours ne concordent pas. Parmi ces candidats, on distingue deux tendances ou plutôt deux types de personnalités : celle des raisonneurs ou, disons, des intellectuels, attachés à une conception réfléchie de la narration romanesque et soucieux de la justifier au moyen d’arguments bien pesés, et celle des instinctifs auxquels les romans procurent des émotions fortes qu’ils ne cherchent guère à rationaliser. Don Quichotte, quant à lui, occupe, dans la mesure où il tient des uns et des autres, une position médiane que complique singulièrement la perception confuse qu’il a de la réalité mêlée à la vision claire qu’il a du roman.

  • 9 Les conceptions du Pinciano et autres tenants, italiens et espagnols, de l’école néoaristotélicien (...)

9À la première catégorie, celle des raisonneurs, appartiennent le Chanoine de Tolède, qui apparaît à la fin de la première partie (I, 47-52), et le Bachelier Samson Carrasco, qui dialogue avec l’Ingénieux Hidalgo puis avec Sancho Panza au début de la seconde (II, 3-4) ; tous deux sont imbus des doctrines littéraires de leur temps que cherche à promouvoir un courant de pensée néoaristotélicien conforté par le moralisme du Concile de Trente. Fixées par les théoriciens italiens du XVIe siècle et réélaborées par ceux d’Espagne et notamment, en 1596, par López Pinciano dans sa Philosofía antigua poética, ces doctrines énoncent une série de préceptes que le Chanoine se charge de détailler9 : vérité de l’histoire, vraisemblance nécessaire à la fiction, obligation pour toute œuvre littéraire d’imiter le réel et de joindre l’utilité à l’agrément, autrement dit de proposer à la fois un enseignement profitable et une aimable récréation. Il en tire argument pour condamner avec virulence les libros de caballerías, qui ne respectent aucune de ces règles, et pour tracer l’image d’un roman chevaleresque réformé qui les appliquerait et qui, selon une formule devenue célèbre et commentée jusqu’au ressassement, ferait en sorte que…

  • 10 Avant le Chanoine, le Curé avait déjà affirmé qu’il était possible de concevoir des romans de chev (...)

[…] les fables mensongères épousent l’entendement de ceux qui les lisent, de telle façon que l’impossible devienne croyable, la démesure acceptable, et que les esprits, tenus en suspens, soient surpris, émus et réjouis tout ensemble de manière à éprouver d’un même mouvement admiration et contentement10 (I, 47).

10Tout aussi aristotélicien mais moins disert, le Bachelier Samson Carrasco se contente de rappeler à don Quichotte, qui voudrait que le chroniqueur de ses hauts faits passe sous silence les épisodes calamiteux de sa biographie, la maxime de la Poétique selon laquelle…

[…] le poète peut conter ou chanter les choses, non comme elles ont été mais telles qu’elles auraient dû être, tandis que l’historien est tenu de les rapporter, non comme elles auraient dû être mais comme elles ont été, sans ajouter ni retrancher un atome à la vérité (II, 3).

11Aussi retrouve-t-on cette même maxime dans la bouche de l’Ingénieux Hidalgo, transposée, comme il se doit, au domaine du roman où, explique-t-il à Sancho, il est non seulement permis mais conseillé de s’éloigner de la vérité, le romancier, comme le poète, étant autorisé à embellir et à magnifier ses héros « afin de laisser aux hommes à venir un modèle achevé de leurs vertus » (I, 25).

  • 11 Il y en a, comme on sait, pas moins de trois dans le prologue de la première partie, où le Quichot (...)
  • 12 E. C. Riley, Introducción al Quijote, Barcelona, Crítica, 1990, p. 91, faisait remarquer que « Le (...)

12Insistantes et répétées, toutes ces déclarations ont longtemps été considérées comme l’expression de la pensée de don Miguel qui aurait dessiné, à travers elles et par l’entremise du Chanoine, du Bachelier et, occasionnellement, de don Quichotte, les contours du roman idéal dont il espère l’avènement. Ainsi s’est imposée l’image d’un Cervantès adepte de l’esthétique néoaristotélicienne, ennemi du genre chevaleresque, converti aux idées du Pinciano et prêt à les mettre plus tard en pratique dans les Nouvelles exemplaires comme dans le Persiles. Auprès d’une partie de la critique, cette image prévaut encore aujourd’hui, confortée par les attaques aux libros de caballerías sur lesquelles s’ouvre et se ferme son livre11. Mais elle a subi des retouches, gagné en complexité, et l’on admet désormais plus volontiers qu’hier que Cervantès, tout en décriant férocement les libros, a pu les affectionner et prendre appui sur eux pour forger cette fiction inversée, ce monde chevaleresque à l’envers, alla rovescia, qu’est son Histoire de l’Ingénieux Hidalgo12.

  • 13 [« Ma mère] affectionnait la lecture des romans de chevalerie et elle en usait moins mal que je n’ (...)

13Il faut, je crois, aller plus loin dans cette voie et, sans récuser cette image de l’auteur du Quichotte, je voudrais souligner plus qu’on ne l’a fait jusqu’ici qu’elle en recouvre une autre dont sont porteurs tous ceux et toutes celles qui, autour d’Alonso Quijano et avec lui, s’adonnent sans réticence, sans méfiance et sans présupposés théoriques, à la lecture des romans. Ces lecteurs-là, que guide leur seul instinct et à qui la vraisemblance et la moralité des œuvres d’imagination importent bien moins que le délassement ou l’intime exaltation qu’elles procurent, expriment eux aussi, tout autant sinon plus que le Chanoine et le Bachelier, l’idée que se fait don Miguel des pouvoirs et des bienfaits de la fiction. Car pour lui, comme pour Luscinda qui emprunte à Cardenio un Amadis de Gaule (I, 24), comme pour Dorotea qui prétend ne lire que des ouvrages de dévotion (I, 28) mais se montre capable d’ourdir toute une intrigue calquée sur celle des libros (I, 29-30), comme pour Juan Palomeque et pour les hôtes qui se rassemblent dans son auberge afin de savourer les aventures fantastiques de Cirongile de Thrace et de Félixmart d’Hyrcanie (I, 32), l’une des vertus primordiales des romans est qu’ils apportent un soulagement aux soucis et aux tensions de l’existence quotidienne. Sainte Thérèse, qui pourtant regrette le temps qu’elle a perdu à les lire, ne dit pas autre chose quand elle rappelle que sa mère aimait les livres de chevalerie parce qu’ils lui faisaient oublier ses chagrins13. Sur ce point, l’Aubergiste est le porte-parole le plus qualifié de Cervantès. Écoutons-le répondre au Curé qui vient de lui expliquer que les romans ont tourné la tête et causé la folie de don Quichotte :

Je ne sais comment cela peut se faire ; car pour mon compte, en vérité, je ne connais pas de meilleure lecture au monde. J’ai là deux ou trois de ces livres qui m’ont souvent rendu la vie, non seulement à moi mais à bien d’autres. À l’époque de la moisson, quantité de moissonneurs viennent se réunir ici aux jours de fête ; parmi eux, il s’en trouve toujours un qui sait lire, et celui-là prend un de ses livres en main, et nous nous mettons plus de trente autour de lui, qui restons à l’écouter avec tant de plaisir qu’il nous ôte mille cheveux blancs (I, 32).

14Plaisir. Le mot est lâché, et s’il n’est pas dit que s’y mêle une satisfaction esthétique, du moins est-il clairement indiqué que la délectation que font naître les romans redonne goût à la vie et qu’elle a sur l’esprit et le corps – on dirait aujourd’hui sur le psychophysiologique – des effets bénéfiques. Elle en a du reste d’autres non moins salutaires : selon l’épouse de Juan Palomeque, elle assure la paix du ménage, car il n’y a de bons moments dans sa maison que lorsque son mari, occupé à les lire, « ne se souvient pas seulement de gronder » ; et pour Dorotea, qui s’apprête à goûter la nouvelle du Curieux malavisé, découverte par l’Aubergiste dans la malle d’un voyageur, le contentement qu’elle en escompte doit servir de palliatif à ses insomnies.

15La lecture des romans comme simple passe-temps, comme source de réjouissance, comme remède à la mélancolie : le thème est partout présent dans le Quichotte, où il circule d’une page à l’autre, appliqué par son protagoniste aux livres de chevalerie (« Lisez-les », dit-il au Chanoine, « et vous verrez comme ils chasseront la mélancolie dont vous pourriez être atteint, et comme ils guériront votre mauvaise humeur, si d’aventure vous l’aviez mauvaise », I, 50) ; appliqué par le Curé non seulement au Tirant le Blanc, « trésor d’allégresse et mine de divertissements », mais aux Dix livres de Fortune d’Amour, aussi plaisants qu’extravagants, de Lofrasso, dont on peut dire que « qui ne les a pas lus peut se vanter de n’avoir jamais rien lu d’amusant » (I, 6) ; mais surtout appliqué par son auteur au Quichotte lui-même :

Tâchez aussi – dit l’ami qui lui prodigue ses conseils dans le prologue de la première partie – qu’en lisant votre histoire, le mélancolique trouve matière à rire, le rieur le soit plus encore, et le simple ne s’ennuie pas.

16Plus tard, dans le Viaje del Parnaso, Cervantès répétera à nouveau :

  • 14 Traduction : Aux cœurs mélancoliques et chagrins/j’ai fourni dans Don Quichotte une récréation,/po (...)

Yo he dado en Don Quijote pasatiempo
al pecho melancólico y mohino,
en cualquiera sazón en todo tiempo14.

  • 15 Cet autoportrait, rappelons-le, est inclus dans le prologue des Nouvelles exemplaires.
  • 16 On sait l’influence qu’exercèrent non seulement en Espagne mais dans toute l’Europe les idées expo (...)
  • 17 La parenté de l’ouvrage de Sabuco avec les discours de Juan Palomeque et notamment la mention des (...)

17Quand on se souvient que don Miguel a pris soin, en traçant son autoportrait, d’indiquer qu’il a des yeux pleins de gaieté, on mesure à ces redites toute l’importance que revêt à ses yeux cet aspect de la fiction15. Du reste on perçoit dans son livre l’écho d’écrits médicaux destinés au traitement de la mélancolie qu’il a peut-être feuilletés au moment de mettre en scène son Chevalier de la Triste Figure – tempérament manifestement mélancolique d’après les critères de Huarte de San Juan16. Les effets des romans, tels que les décrit l’Aubergiste Juan Palomeque, présentent de frappantes ressemblances avec ceux des recettes de bonne santé physique et morale que renferme la Nueva filosofía de la naturaleza del hombre publiée à Madrid par le médecin Miguel Sabuco sous le nom de sa fille, Doña Oliva Sabuco de Nantes ; mettant l’accent sur la relation entre gaieté et santé, son auteur préconise un mode de vie où soient tenus à distance les chagrins, les soucis, les contrariétés qui accélèrent le vieillissement et l’apparition des cheveux blancs17.

18Certes il y a loin des prescriptions littéraires épurées qu’expose le Pinciano dans sa Philosofía antigua aux considérations psychophysiologiques développées par Sabuco dans sa Nueva filosofía. Et pourtant Cervantès, sans heurt et sans dogmatisme, les a accueillies tout ensemble dans son maître-livre de façon à mettre à la fois en évidence les contraintes qui pèsent sur la fiction et l’ample liberté dont elle dispose. Cette conjonction des contraires ne devrait pas nous surprendre : dans un sonnet du livre V de La Galatée, il avait déjà dit qu’il tissait sa toile avec des fils aux couleurs contrastées :

[…] formando de contrarios igual tela.

Notes

1 J.-M. Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Le Seuil, 1999.

2 Le Lazarillo, ainsi qu’on sait, est sarcastiquement mentionné au chapitre XXII de la première partie, où Ginés de Pasamonte le déclare inférieur, ainsi que le reste du genre, à son autobiographie.

3 J’emprunte les citations du Quichotte en français à la traduction, parue en 1836, de Louis Viardot, à laquelle j’apporte au besoin quelques modifications personnelles. J’ai par ailleurs également traduit les autres textes espagnols que j’ai été amenée à citer.

4 La même recommandation, notons-le, avait déja été formulée, soixante ans auparavant et presque dans les mêmes termes, par Pero Mexía dans son Historia imperial y cesárea : « […] ils devraient avec juste raison être exilés d’Espagne comme engeance contagieuse et nuisible à la république ». Simple coïncidence ou réminiscence, chez Cervantès, de sa lecture de Pedro Mexía ? D. Eisenberg, dans son étude sur « La biblioteca de Cervantes », Studia in honorem Prof. Martín de Riquer, vol. III, Barcelone, Quaderns Crema, 1987, p. 271-328, inclut, parmi les livres de don Miguel, d’autres ouvrages de Pedro Mexía (p. 295), mais non la Historia imperial.

5 Le Chanoine, c’est bien connu, n’a pas été le seul à souhaiter la proscription des romans de chevalerie. Bien avant lui, un grand nombre de voix s’étaient exprimées dans le même sens, telle celle des Cortes de 1555, dont une pétition réclamait que fût interdite non seulement leur publication mais leur lecture ; elle resta elle aussi sans effet, tout comme la série de mesures prises périodiquement par la Couronne espagnole pour empêcher leur exportation vers ses colonies américaines : voir I. Leonard, Los libros del Conquistador, México, Fondo de Cultura económica, 1979, p. 92-100 ; et sur les propos du Chanoine, S. Shepard, El Pinciano y las teorías literarias del Siglo de Oro, Madrid, Gredos, 1962, p. 209-214.

6 Sur l’absence, dans le Quichotte, de mention du Guzmán et, plus généralement, de références au genre picaresque, voir G. Alfaro, « Cervantes y la novela picarexca », Anales Cervantinos, 10, 1971, p. 23-31, et M. Bataillon, « Relaciones literarias », Suma cervantina, Londres, Támesis Books, 1973, p. 215-232.

7 Sur le caractère inquisitorial, tant dans sa procédure que dans son vocabulaire, que revêt l’examen des livres de don Quichotte par le Curé et le Barbier, assistés de la Nièce et de la Gouvernante, voir S. Gilman, « Los inquisidores literarios de Cervantes », Actas del Tercer Congreso Internacional de Hispanistas, México, Colegio de México, 1970, p. 3-25 (repr. in El Quijote de Cervantes, Madrid, Taurus, p. 122-141), et The Novel According to Cervantes, Berkeley, University of California Press, 1989 (trad. esp. La novela según Cervantes, México, Fondo de Cultura Económica, 1993).

8 Sur la personnalité du Curé Pero Pérez et sur le fait que Cervantès n’embrasse peut-être pas ses opinions, voir D. Eisenberg, « Pero Pérez the Priest and his Comment on Tirant lo Blanc », Modern Language Notes, 88, 1973, p. 321-330 (repr. in Romances of Chivalry in the Spanish Golden Age, Newark, Juan de la Cuesta, 1982, p. 147-158).

9 Les conceptions du Pinciano et autres tenants, italiens et espagnols, de l’école néoaristotélicienne, de même que les traces qu’elles ont laissées dans les pages du Quichotte, ont été abondamment étudiées, et je n’en donne ici à dessein qu’un aperçu sommaire et simplifié à l’extrême. Pour plus d’information, voir, parmi la masse des travaux consacrés à cet aspect de la création cervantine, A. Castro, El pensamiento de Cervantes, Barcelone-Madrid, Editorial Noguer, 1972 (éd. révisée et annotée par J. Rodriguez Puértolas de la première édition de 1925), chap. 1 ; J. Canavaggio, « Alonso López Pinciano y la estética literaria de Cervantes en el Quijote », Anales Cervantinos, 7, 1958, 13-108 ; E. C. Riley, Teoría de la novela en Cervantes, Madrid, Taurus, 1966 ; A. K. Forcione, Cervantes, Aristotle and the Persiles, Princeton, Princeton University Press, 1970, p. 3-130 et 168-186 ; et W. Nelson, Fact or Fiction. The dilemma of the Renaissance Storyteller, Cambridge, Harvard University Press, 1973, p. 30-34.

10 Avant le Chanoine, le Curé avait déjà affirmé qu’il était possible de concevoir des romans de chevalerie de qualité et que lui-même était en mesure de dire sur eux et sur ce qu’ils devraient avoir « de telles choses qu’elles ne seraient peut-être pas sans profit ni même sans plaisir pour certains » (I, 32).

11 Il y en a, comme on sait, pas moins de trois dans le prologue de la première partie, où le Quichotte est présenté comme « un ouvrage qui n’a d’autre but que de fermer l’accès et de détruire l’autorité qu’ont dans le monde et parmi le vulgaire les livres de chevalerie », et une dernière qui clôt l’ultime chapitre de la seconde partie et où l’auteur déclare que son désir « n’a pas été autre que de livrer à l’exécration des hommes les fausses et extravagantes histoires de chevalerie ». Sur l’hostilité absolue de Cervantès à l’égard des narrations chevaleresques, voir M. de Riquer, Nueva aproximación al Quijote, Barcelone, Teide, 1989, p. 59-72 ; V. Llorens, « La intención del Quijote », in Literatura, Historia, Política, Madrid, Revista de Occidente, 1967, p. 205-222 ; et D. Eseinberg, A Study of don Quixote, Newark, Juan de la Cuesta, 1987, p. 3-44.

12 E. C. Riley, Introducción al Quijote, Barcelona, Crítica, 1990, p. 91, faisait remarquer que « Le Chanoine représente peut-être le Cervantès qui parle des romans avec sa tête et don Quichotte celui qui en parle avec son cœur. Mais, là encore, c’est trop simplifier sa pensée. On constate que le plus souvent ses sympathies sont divisées ». Longtemps avant lui et dès 1633, Charles Sorel, commentateur perspicace du Quichotte, notait dans son Antiroman ou histoire du berger Lysis qu’en se référant constamment aux romans de chevalerie et en amenant constamment ses personnages à discuter d’eux, Cervantès ne les a nullement rejetés, quoiqu’il dise : « pour tout dire en un mot ce que je pense de l’histoire de Dom Quichotte, elle n’a gardé de faire beaucoup contre les Romans ». Sur la désapprobation et l’attachement mêlés qui caractérisent l’attitude de Cervantès à l’égard des livres de chevalerie, on me permettra de renvoyer également à mon étude sur Le roman de chevalerie en Espagne. Entre Arthur et don Quichotte, Paris, Honoré Champion (coll. « Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge », n° 52), 2000, p. 12-13, 25-26 et 34.

13 [« Ma mère] affectionnait la lecture des romans de chevalerie et elle en usait moins mal que je n’ai fait moi-même […] Peut-être s’adonnait-elle à ce passe-temps pour ne pas penser aux grandes épreuves qu’elle avait à subir et pour éviter à ses enfants d’autres occupations qui ussent pu les perdre », Récit de sa vie.

14 Traduction : Aux cœurs mélancoliques et chagrins/j’ai fourni dans Don Quichotte une récréation,/pour tous les temps, toutes les saisons. Cf. Cervantès, Viaje del Parnaso, IV, v. 22-24.

15 Cet autoportrait, rappelons-le, est inclus dans le prologue des Nouvelles exemplaires.

16 On sait l’influence qu’exercèrent non seulement en Espagne mais dans toute l’Europe les idées exposées par Huarte dans son Examen de ingenios que Riley, dans sa Teoría de la novela en Cervantes, p. 13, fait figurer parmi les lectures probables de l’auteur du Quichotte. De son côté, P. E. Russel, « Don Quijote y la risa a carcajadas » in Temas de la Celestina y otros estudios (Del Cid al Quijote), Barcelone, Ariel, 1978, p. 407-440 (voir aussi « Don Quixote as a funny book », M R L, 64, 1969, p. 312-326) renvoie à deux traités que Cervantès aurait pu lire : le Libro de la melancolía d’Andrés Velázquez et le De melancolía d’Antonio Álvarez, publiés tous deux à Séville, le premier en 1585 et le second en 1588.

17 La parenté de l’ouvrage de Sabuco avec les discours de Juan Palomeque et notamment la mention des « cheveux blancs » dans le titre XIV de son traité (« Afecto de congoja y cuidado, el cual apresura la vejez y trae canas ») sont relevés par F. Márquez Villanueva, Cervantes en letra viva. Estudios sobre la vida y la obra, Barcelone, Reverso Ediciones, 2005, p. 67-73. Le livre de « Doña Oliva » était fort connu dans l’Espagne de Cervantès ; López de Úbeda y fait allusion dans la Pícara Justina, parue en 1605, la même année que la Première Partie du Quichotte (voir les sixains placés en tête du Livre II, troisième partie, chap. 4, n° 3). Outre le texte imparfait qu’en donne la BAE, t. 65, 1873, in Obras escogidas de filósofos, p. 325-376, la Nueva filosofía a été publiée par F. M. Torner dans Doña Oliva Sabuco de Nantes, Madrid : Espasa Calpe, 1930, et par A. Martinez Tomé, Madrid, Editora Nacional, 1981. Sur Sabuco, voir A. Guy, « Modernité du philosophe Sabuco », in Les cultures ibériques en devenir. Essais en hommage à Marcel Bataillon, Paris, Fondation Singer Polignac, 1979, p. 297-309.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search