Version classiqueVersion mobile

Archéologie d'un document d'archives

 | 
Patrice Beck

VI. La réalisation

L’impossible exhaustivité

Texte intégral

1Par quatre fois, il est fait mention d’erreurs dans les cherches précédentes, de corrections à apporter, de « recherche » à réaliser.

21377, Nuiton (B 11526, fol. 1), prologue :

« S’ansuit la serche et diligente information des feux toux et singuliers [...] de toutes les villes, villages et menoirs du siege de Nuys appartenant au haillaige de Dijon, faicte [...] d’uiz ? en huis en touz les lieux et hostelz dudit siege, et interrogué a chascune personne d’un chascun domicilie, c’est assavoir a la femme ou au mary du domicilie combien il avoient paié singulierement desdiz feux, laquelle interrogation lidiz Gillot a faite pour mieux savoir le vray nombre desdiz feux, la facultey d’un chascun, ceulx que chascune ville havoit reputez pour solvables, se il avoient imposé aucun servant ou pain querant ou aucun feu qu’il n’eussent point baillé audit Gillot es rolles que chascune ville a baillé audit Gillot pour imposer lesdiz feux soubz le seel de leur curé ou soubz le saing d’aucun tabellion, se les habitons especialement commis dudit Gillot en chascune ville a recevoir la somme de leur ville ont plus receu que apporté audit Gillot, et especialement se aucuns feux li avoient esté oubliez ou recellez mallicieusement ou autrement [...] ».

31378, Auxois (B 11512, fol. 2-v), lettre de commission ducale :

« Philippe filz de roy de France, duc de Bourgoingne, a notre amé Regnart Lorfevre, bourgeois de Semur, receveur des fouaiges en bailliaige d’Auxois qui nagueres ont eu cours en notre païs, salut. Nous avons entendu que les cerches des feux de l’annee darreneirement passee et de ceste presente n’ont pas esté faites justement par la petite diligence que ceulx qui les ontfaites y ont mises, de quoy les esleuz ; de notre païs se sont complains a nous disans que en ce notredit pais est moult domaigiez et que sur ce nous veuillons pourveoir selon raison. Pour quoy nous vous mandons et commettons que, [...] faicte bien et diligemment la vraye recerche des feux [...] (fig. 10).

41424, Dijonnais (B 11582, fol.lv), Châtilonnais (B 11569-2, fol. 6), Chalonnais (B 11545, fol. 2), lettres de commission :

« [...] ladite cerche faicte en la maniere que dessus et selon les instrucions que faictes et baillees vous avons sur ce et ainsi que juré et promis l’avez en nos mains, sens y riens laissier tant par les cerches qui darrierement et nagueres ont estéfaites l’en y a obtenus et laissiez grant nombre de feux par les faulx rappors que en firent ceulx qui les rapporterent. Et prenez bien garde que riens ne soit obliés de ce fait [...] parmi ce, vous ne pourez ne devrez prandre ou avoir aucuns dons ou autres bienffaiz du peuple excepté vivres seulement sur peine de estre amandables arbitrairement envers notre dit seigneur. Donné a Dijon soubz nos signez le XIe jour de mars l’an mil CCCC vint et trois. »

51433, Chalonnais (B 11548, fol. 1), Beaunois-Nuiton (B 11533, fol. 1-v), lettres de commission :

« [...] plainte en est venue a la personne de ma dame la duchesse de Bourgoingne en l’absence de mondit seigneur par lesdits des trois estas et baillés leur requeste par escript comme au temps passé aucuns de ceulx qui ont faictes les cerches y ont faites de grans faultes et fraudes et prins dons au prejudice de la chouse publique, pour quoy notre dite dame nous a fait faire le serment en ses mains d’y pourveoir de notables et bonne diligence. Donné a Dijon soubz nos signez le Xe jour du mois d’aoust l’an mil CCCC trante et trois. »

6Qu’ils aient été involontaires et considérés comme des erreurs ou volontaires et donc assimilables à des fraudes, les défauts d’enregistrement de toute façon ne pouvaient pas manquer, tant les difficultés s’accumulaient devant les enquêteurs : tant celles qui étaient dues aux tumultes politiques et conjoncturels de la période, à l’instabilité des conditions de vie des populations et à l’opposition plus ou moins ouverte des communautés face à l’imposition, que celles qui étaient inhérentes aux maladresses techniques d’une administration tâtonnante.

7C’est ainsi que, en 1378, en Auxois, la seconde enquête diligentée est restée lacunaire au dire même des enquêteurs (fig. 88).

Fig. 88 – Les lacunes de l’enquête en Auxois en 1378 : « A Poillenay, il n’a pas esté recerchié » (ADCO B 11512, fol. 11v).

8C’est aussi le cas de l’enquête réalisée dans le Châtillonnais en 1424 pour corriger la cherche précédente (B 11569-2), mais c’est alors le contrôleur qui remarque la lacune et indique sur la couverture que « en ceste cerche [ajouté en interligne : qui est la dareniere faite], n’est point rapportee la ville de Cosnes ».

9En 1430 en Dijonnais, le recensement a rencontré de grosses difficultés, que les enquêteurs expliquent par la présence de bandes armées ; ils avouent ne pas avoir visité six localités :

« Orran, Bussieres, Lefay, Bassincourt, Meui, Maxey. Nos reverends seigneurs, es villes escriptes en ceste marge, nous n’avons point esté ne osé aller pour les causes que vous savezj assez. Et nous en rapportons a voz bonnes ordonnances. Escript soubz les saings manuelz de nous commis avantdiz le darrenier jour d’aoust l’an mil CCCC et trante. En laquelle cerche faisant, nous, avantdiz commis, avons vacqué continuellement depuis le XXVIIe jour de juing darrenierement passé jusques audit darrenier jour d’aoust inclus, tant en besoingnant comme en querrant et faisant venir devers nous [rayé : les gens] aucuns des gens des villes que nous n’avons peu avoir pour les charges et occupations des gens d’armes qui continuellement ont esté et sejourné en la plus grant partie des villes contenues en ladite cerche, lesquelles gens d’armes nous y ontfait avoir et soustenu plusieurs dommaiges et inconveniens [...] » (fig. 89).

Fig. 89 – Une enquête lacunaire pour cause d’insécurité en Dijonnais en 1430 (ADCO B 11583, fol. 209v).

10L’insécurité est aussi largement évoquée en 1423 et 1424 :

111423, Beaunois-Nuiton (B 11531, fol. XX), certificat :

« Que jour et nuyty avons faite et a grant peine et par il tant pour les gens d’armes estans sur les chemins comme aultrement [...]. »

121423, Chalonnais (B 11544-I & II, fol. 99v), certificat :

« Et nous, commissaires dessusdiz, certiffions et affermons en verité avoir vacqué [...] de nuit comme de jour, pour ce que es villes ne trouvions nulz hommes pour la cause des gens d’armes qui estoient sur le pays, dont le jour lesdiz hommes se absentoient et de nuit venoient en leurs hostelz et adonc besoingnons avec eulx. »

131424, Châtillonnais (B 11569-2, fol. 60), certificat :

« Item, mes reverant seigneur, nous avons tous jours heu en notre compaignie Estienne Regnart, jehan Mareschault, sergent de monseigneur de Bourgoingne, qui nous ont conduit par le païs, qui est tres dangereux [...]. »

141424, Chalonnais (B 11545, fol. 93v), prologue :

« S’ensuit la cerche des feux estans es chastellenies de Brandon et de Courtevaix, faicte par les chastellains desdiz lieux par vertu des letres de nosdiz seigneurs les esleuz a nous lesdiz commis bailliez et ausdiz chastellains par nous envoyez, pour ce que nous, lesdiz commis, n’avons peu aucunement aller seurement esdites chastellenies obstans les ennemis de monseigneur le duc, qui tres souvent et jour et nuyt sont emboivhés et courrent sur les marches et es [metes] desdites chastellenies. Et mesmement nous excersans notredite commission, estans ja a Nontou assés pres dudit Brandon, et vuillan aller audiz Brandon et Courtevaix pour faire et accomplir ladite cerche, nous vindrent nouvelles certaines que lesdiz ennemis en nombre de IIIIXX et cent chevaulx de vray estoient embuchiez au bois de Braigny pres et a moins de demie petite lieue de nous et dudit Nantou et au chemin dudit Brandon, pour quoy tout le païs fut moult effroyé et nous [.] bien tost et plus que le pas retourner d’ilec et retraire au chastel de [...] et envoyer lesdites lettres comme dit est par gens de piez du païs qui savent les chemins et sentiers a couvert en non chevachables pour eulx saver quant mestier est parmi certain salaire d’argent par nous a eulx paiez [...]. »

15Elle a du évidemment peser fortement et, si trois dénombrements seulement sont explicitement reconnus comme lacunaires, tous l’étaient peu ou prou : le nombre des habitats recensés d’une cherche des feux à l’autre dans la même circonscription n’est jamais identique, certes tributaire de l’association ou de l’individualisation des écarts, mais aussi de l’apparition ou de la disparition pontuelle de telle ou telle agglomération (fig. 90).

Fig. 90 – Nombre de localités enregistrées dans les cherches des feux du Châtillonnais (le second chiffre individualise les localités associées).

16Au contact des populations, d’autres difficultés attendent les enquêteurs : les mortalités et les déplacements sont tels qu’ils ont fait disparaître tout repère stable, même pour les témoins issus des communautés. C’est en tout cas un leitmotiv largement présenté avec le souci du détail vrai et crédible, tant dans les certificats, pour dresser un tableau général de la circonscription visitée, que dans les introductions aux description des agglomérations, pour expliquer telle ou telle situation ponctuelle.

171400, Chalonnais (B 11541, fol. 2), Beaunois-Nuiton (B 11530, fol. 1), lettres de commission :

« [...] la mortalité ait estey telle et sigrant audit duchié que la plus grant partie des personnes tenans feu en icellui duchié sont mors et leur feu du tout estaings, et pour ceste cause ledit aide ne puet estre levez senz savoir le nombre des feux qui sont demorez de ladite mortalité, si comme il nous semble, que ne fust a la grant perte et destruction des habitans dudit duchié [...]. »

181413, Auxois (B 11514-I, fol. 25v), enquête :

« la ville de Mombar [...], povres gens gastés et destruiz du siege de Roigemont et de la mortalité qui y a esté et encor de present y est et y regne, et pour les gens d’armes qui, de jour en jour, se loigent es faulxbours dudit Mombar. Et y a plusieurs autres povrez gens qui ne sont pas a instruire en ce registre. »

19(I, fol. 36v)

« Noyers [...] et si ont esté piliez et robez par les gens du conte de Tonnerre et en furent plusieurs menez [ et rançonnez a Tonnerre de environ VIIC frans. Et en furent menees toutes leurs bestes grosses et menues et furent perdues. Et si ne sont pas en ces solvables ci dessus escripts Jehan Roubert et Milot de Laignes, qui estoient solvables es fouaiges precedant, pour ce qu’ils sont mors et leurs feux estains. En ceste presente annee ilz ont euz tempestez terriblement tant en bleds comme en vins. Et a plusieurs povrez et mandians qui ne sont point a instruire en ce registre. »

20(II, fol. 65-66v)

« La ville de Semur, qui est bonne ville ferme et y a foires et marchiez [...], ensemble plusieurs aultres povres gens miserables et mandiants demorant en ladite ville qui seroient difficille a instruire en cestpresent registre [...].
Et laquelle ville a esté grandement grevee et dommaigee des gens d’armes qui y ont esté loigés par long temps et en tres grosse quantité tant pour la prise et pour le siege de Rougemont comme depuis, et aussy de mortalitez qui y ont esté longuement et encoir sont de present tres horribles » (fig. 91).

211423, Châtillonnais (B 11569, fol. 116v), certificat :

« [...] avons trouvé icelles ville estre moult gastees et appauvries et plusieurs des habitans avoir delaissier le lieu et appovriz par les loiges des gens d’armes que plusieurs fois y ont esté, et en ladite ville de Chasteillon plusieurs des habitans estre absentez tant pour cause de plusieurs passaiges des seigneurs et de plusieurs grosses tailles abonnees et aultres qu’ilz doivent chacun an a monseigneur le duc de Bourgoingne et a monseigneur de Eangres et autres charges d’aydes, emprunts comme autrement ; et que les Picars de la compaingnie de monseigneur de L’Ille Adam en ont mené ceste saison dix sept chevaulx de la ville de Vigneres en la terre d’Arc qui, la, ont esté loygiez et n’en n’y ont laissié que deux dont les labouraiges demourent et aussi pareillement en ont mené dix neuf chevaulx de Richebourt en ladite terre d’Arc [...]. En tesmoing de ce, nous avons mis noz saings en la fin d’icellui le XIXe jour du mois de juing l'an mil IIIIC et XXIII.

Fig. 91 – Les « malheurs des temps » en Auxois en 1413 (ADCO B 11514-II, fol. 66v).

221430, Chalonnais (B 11546-I, fol. 1), lettres de commission :

« [...] considerant mesmement le fait de la guerre et les grandes mortalitey et diminution du peuple qui ont esté depuis les darreniers serches faites en tel cas, savoir vous faisons que nous, voulans ledit aide asseoir et le plus justement et raisonnablement que faire se pourra, [...] commettons et ordonnons par ces presentes a faire ladite serche et inventaire desdits feux en et par toutes les bonnes villes, villaiges, chasteaulx, forteresses et plat païs du bailliage de Chalon. »

231431, Chalonnais (B 11547, fol. 1), Dijonnais (B 11584, fol. 1), lettres de commission :

« [...] considerant mesmement le fait de la guerre et la diminution et destruction du peuple pour le fait d’icelle guerre et les autres inconvenients et accidens survenuz depuis les darrenieres serches faites en tel cas [...]. »

241433, Chalonnais (B 11548, fol. 25), enquête :

« Nota que les villaiges cy dessus escript, c’est assavoir Talent, Cortevalx, Ta Venouze, Champlieu et Berbies, la Varenne d’Estigny, Estigny, la Chapelle soubz Brandon, Colonges et Nosdent, Montailley, Rouyer, Balourre et Mansy, tous de la chastellenie de Brandon feur Courtevalx, sont en tel estat pour le fait de la guerre qu’ilz n’eu sent couchier en leur hostelx pour le doubte des ennemis que desja en ont prins et emenez nouvellement, et aussi ont esté destruis une grant partie d’eulx par les gens d’armes qui, derrenierement, ont esté envoyez en Maconnois. Sy vous plaise, meisseigneurs les esleuz a avoir pedié d’eulx en telle maniere qu’il n’aient cause de laissiez les lieux » (fig. 92).

Fig. 92 – Le chantage au déguerpissement en Chalonnais en 1433 (ADCO B 11548, fol. 25).

251442, Auxois (B 11515-II, fol. 66), enquête :

« Viteaulx, hommes frans de monseigneur dudit lieu, ou il a forteresse, foire et marchier, lesquelx ont esté tous gastez et destruiz par les escorcheurs qui y furent loigiez par l’espace de quinze jours. Et depuis un an ença y ont couru lesdiz Escorcheurs et en enmenerent environ quarante chevaulx [...] et avec ce en y a mors plusieurs et absenté des plus notables depuis la cerche precedente ; et doivent chacun an a mondit seigneur dudit lieu deux cens cinquante frans et dix muis avene. Et avons trouvé de la cerche precedent comme mors et absent XLII feulx sont il en y avoit trois ou quatre solvables [...] » (fig. 93).

26(II, fol. 69)

« Flavigny. [...] Est assavoir et a noter que en ceste cerche, qui est fort diminuee au regart de la cerche precedente, est la cause pour ce que plusieurs mesnaiges françois s’en sont alez et plusieurs des meilleurs solvables et miserables sont mors » (fig. 96).

271470, Chalonnais (B 11553, fol. 2v-3), lettres de commission :

« [...] pour justement et raisonnablement asseoir, imposer et proportionner ledit ayde [...] estoit besoin et necessaire de faire en icellui duchié une nouvelle cerche et inventaire des feux estant audit duchié a present et en chacun bailliaige d’icellui en la maniere accoustumé et par gens ayans ad ce congnoissance, tant pour ce qu'il a ja long temps que la darreniere cerche fut faicte et que depuis ont esté en icellui duchié deux mortalitez dont encores a présent regne l’une en plusieurs lieux, comme aussi pour ce que les gens d’armes ont esté long temps sur ledit pays tenans les champs, et aussi plusieurs autres inconveniens qui y sont survenus depuis lors et tellement que seurement ne bonnement l’on ne pouvoit proceder a l’assiete et impost dudit ayde sans premier et de nouvel faire et avoir ladite cerche et inventaire desdits feux [...]. »

Fig. 93 – Les méfaits des Écorcheurs à Viteaulx en Auxois en 1442, pauvreté, mortalité, déguerpissement (ADCC) B 11515-II, fol. 66).

281543, Autunois (B 11511, fol. 2-v), prologue :

« Declaration et roolle des manans et habitans tenantz feuz es villes et cité d’Ostun et suburbes d’icelle, tant ceux qui d’antiquité sont demourantz audit lieu que pauvres paysans [...] et aultres estans retirés des lieux circom voisins esdits ville et suburbes dits, affin de pouvoir vivre des aulmones qu’ilz font par les fondations des eglises [...]. Aussy pour la pouvreté grande et deffaillances des bleds et aultres biens de tout le bailliaige dudict Ostun [...] que aussi de ne plus pouvoir supporter la grande folle des gens de guerre, vagabons, pilleurs, ranssonneurs et oppresseurs de pouvre peuple y vacans continuellement, la plus part desqueulx s’i estans ainsi retirez le temps desdits aulmosnes deffailli et la recullesse des bledz advenue se retirent en leurs villaiges et paroisses, delaissant lesdits villes et suburbes, faictz cherches [...] » (fig. 94).

Fig. 94 – Les « malheurs des temps » en Autunois en 1543 (ADCO B 11511, fol. 2v).

29Les commissaires étaient en outre confrontés à des difficultés récurrentes : ils avaient à faire face à des populations promptes à frauder sans doute, en tout cas procédurières, rétives et contestataires, âpres à défendre privilèges et exemptions. Les vérifications amenaient alors à engager de longues procédures, comme avec les habitants de Chalon au début du XVe siècle, et la contestation était si prévisible que sa gestion prévisionnelle était intégrée aux critères de choix des commissaires : en 1397 en Charolais, il est expressément requis dans le mandement ducal que les personnalités nommées aient « puissance de oïr les debaz et complaintes qui s’en porroient ensuivre, et auxi de cognoistre, jugier et determiner d’iceulx ».

301400, Chalonnais (B 11541, fol. 64), enquête :

« Chalon, feux frans de ladite ville de Chalon, lesquelx n’en veuillent rien paier mais sans [= s’en] dient estre essans, si comme l’ont rapporté les eschavinz de ladite ville de Chalon, lezquelx sont bien feaubles. »

311406, Chalonnais (B 11542-1, fol. 28v), enquête :

Sans et Ferges eulx disans / feux sers. Et toutevoye sont ils / escriptfeux frans au papier de la / derreniere cerche faicte par Jehan Eavisié / et Guillaume Paissel et dient que sur ce/Matthié Paissel a faicte certaine information/sur la quelle soit advisié par messire / les esleuz (Ajouté dans la marge de gauche d’une autre main) Veuz le compte des/ XVIm frans fol. IXe, / ils ont paiez comme / feuxfranz et / ainsi paieront / jusques autrement /en soit ordonné...

Fig. 95 – Le jeu des statuts personnels en Chalonnais en 1406 (ADCO B 11542-1, fol. 28v).

321442, Auxois (B 11515-II, fol. 69), enquête :

Flavigny. [...] Et est a savoir et a noter que en ceste cerche, qui est fort diminuee au regart de la cerche precedente, est la cause pour ce que plusieurs mesnaiges françoiz s’en sont alez et plusieurs des meilleurs solvables et miserable sont mors.
Item par exemption par lettres de monseigneur le duc Pierre de Chappes n’est point en ceste cerche escript.
Item Guiot Coctier, Oudot Coctier qui de ce et des aydes precedans sont en procés au Parlement en France et des dessusdiz lesdiz habitons n’ont voulu estre chargiés.
Item semblablement jehan Fourtault et Flugues Fourtault qui sont coutumés commensaulx et serviteurs de mondit seigneur le duc. » (fig. 96).

Fig. 96 – Le jeu des exemptions en Auxois en 1442 (ADCOB 11515-11, fol. 69).

331397-1398, Charolais (B 11555, fol. 2v-3), mandement ducal :

« Philippe, filz de roy de France, duc de Bourgogne, conte de Flandres, d’Artois [...], a tous ceuls qui ces lettres veront, salut. Savoir faisons que comme pour le fait de la raençon et delivrance de notre très cher [.] fil conte de Nevers les habitons de notre païs de Charolois nous ayent donné et acourdé ung aide de VM frans [...], et pour iceulx cinq mille frans asseoir audit païs raisonnablement soit necessité d’y commettre gens expers qui sachent les facultez dudit païs, lesquiex agent puissance de oïr les debaz et complaintes qui s’enporroient ensuivr, et auxi de cognoistre, jugier et determiner d’iceulx [...]. »

341442, Beaunois-Nuiton (B 11534, fol. 143v), certificat :

« [...] et pour faire venir par devant nous ceulx desdites villes quy y appartienent pour nous informez plus a plain du nombre desdiz feux et des facultés et conditions d’iceulx et en savoir la veritey et aussy pour querir les bons hommes desdiz villaiges, lesquelx estoient es champs et faisoient leurs moissons au temps que nous paissions ladite cerche,[...] Escript soubz nos seings manuelx le VIe jour de septembre l'an mil quatre cenz quarante et deux. »

351470, Chalonnais (B 11553, fol. 1), prologue :

«[…] a ladite cerche faire avons commencié a besoingner le XIIe jour du moy de may l'an mil CCCC soixante et dix, auquel notre commencement et avant toute euvre nous, lesdits commis, en ensuivant la forme de notre commission nous sommes transportez en l'auditoire de chastellet en ladite ville de Chalon par devers les eschevins et gouverneurs d’icelle ville, mesmement maistre jehan Symon l’ainsné et jehan Marceaul eschevins, Huguenin Royon procureur et receveur de ladite ville, et plusieurs autres notables gens [.] et leur avons monstré et leue notredite commisssion de mot a mot en leur requerant que de leur part nous voulsissent bailler gens pour nous adressier et conduire en faisant notredite cerche parmi ladite ville et feurbourgs d’icelle, lesquelx aussi nous sceussent au vray declairer les facultez des habitans dudit lieu afin de selon ce les noter et inscripre en notredite cerche. A quoy lesdits eschevins et receveur nous respondirent que ilz parleroyent au conseil de ladite ville et après disner nous feroyent response. Et cedit jour après disner retournasmes par devers eulx et nous deirent qu’ilz nous bailleroyent ung double du papier de l’impost du darrenier giet fait pour la fortification de ladite ville, ce qu’ilz feirent, mais audit double n’avoit escript que seulement les noms et surnoms des habitans dudit Chalon et des feurbourgs sans y declairer les mestiers ne facultey desdits habitans. Pour quoy nous, en ensuivant la forme et instructions de notredite commission, depuis parlasmes particulierement ausdits eschevins et procureur dessus nommez leur requerant qu'ilz voulsissent venir ou aucuns d’eulx avec nous pour a la verité nous declairer la faculté desdits habitans comme necessité es toit. A quoy ilz nous respondirent que il souffisoit bien dudit double et qu’au regart d’eulx ilz n’y viendroyent pas ne envoyeroyent aucunement. Touteffois, depuis, ledit Huguenin Rayon, procureur, nous deist qu’il estoit content de venir avec nous parmi ladite ville et nous declairer lesdittes lesdittes [sic] facultey au mieulx qu’il sauroit, mais il y viendroit comme habitant dudit Chalon seullement et non pas comme procureur ne receveur. Et de fait nous accompaigna parmi ladite ville demi jour. Et le lendemain lui requismes que il feist serment en noz mains que de ceulx qu'il nous avoit nommez ou nommeroit il declareroit la pure verité sans faveur, a quoy il respondit que se il nous plaisoit il nous compagneroit et nous menroit par toutes les maisons de ladite ville etfeubourgs d’icelle mais au regart dudit serment il n’en feroit riens et, sur ce point, se departist de nous. Et depuis n’avons eu assistance d’aucung dudit Chalon fors que au feurbourg de Sainte Marie auquel nous acconpaignerent les nommez en l’institulation dudit feurbourg et aussi Guillaume Chevalier, sergens de mondit seigneur le duc, lequel a toutefois esté présent et avec nous a faire ceste presente cerche parmi ladite ville et feurbourgs et aussi partout ledit bailliaige. Et depuis, pour encore estre mieulx informez a la venté de la faculté des habitans dudit Chalon, mesmement des solvables et moyens, avons appellé avec nous Phelippe de Regne, escuier chastellain de Saint Laurent, Symon Barthot, marchant demourant à Saint jehan du Vielz Maiseaul et Philibert journot, poissonnier demourant audit feurbourg de Sainte Marie, lesquelx aprés le serment par eulx fait aux sains Evangilles de Dieu en noz mains de bien et loyalment declairer les facultéz desdits habitans, nous ont declairé icelles facultez tant de ceulx dudit Chalon comme desdits feurbourgs en la forme et maniere que nous les avons inscripts et notez en ceste presente cerche selon Dieu, conscience et la commune renommée de [.] facultey au mieulx et le plus veritablement que il nous a esté possible de faire en la manière cy après declairee. ».

361543, Bar-sur-Seine (B 11524ter, fol. 1), prologue :

« Monseigneur en l’absence de monseigneur le bailli de ceste ville, nous vous envoyons le rolle de tous les feuz des manans et habitons du bailliage et eslection de Bar sur Seyne, contenant les qualitez des personnes y demourant. Il nous deplaist bien que plus tost l’on n’y a satisffaict suyvant le voulloir du roy mais les villaiges ont faict ceste longueur et y a l’on envoyé des sergens par deux voyages. Aussi vous envoyons I estat des fraiz qu’il a convenu faire pour la levee desdits roolles, lesquelz fraiz vous ordonnez et vousplaict estre ramboursez par le receveur des aydes de ceste ville ou I aultre qu’il vous plaira ordonner et adviser. Le sieur bailly nous a chargé vous escripre qu’il a faict entierement son debour a faire la cherche des feux marchans ayant [...] en ce bailliage qui n'ont payé le reste de la gabelle du roy a raison de XLV £ par muid mais il ne s’en est trouvé aucuns ny pareillement aucunes declaration n’ont esté faictespar lesdits marchans ny aultres au greffe dudit bailliage qui sera pour satisfaire aux lettres du roy et celles que lui avez escriptes pour cest effect. »

37Il faut enfin compter avec des dysfonctionnements dans les services. Certains sont conjoncturels et, finalement, n’arrêtent qu’un temps la procédure : c’est le décès d’un commissaire pour le Châtillonnais en 1400 ou l’excès de prudence administrative du commissaire d’Avallon en 1544.

381400, Châtillonnais (B 11564-II, fol. 1), lettres de commission :

« [...] Comme nagaires nous aiens commis et desputés maistre Guillaume de Voulennes et Jehan Custet demourant audit Chasteillon a faire la cerche des feux estons au baillaige [...] et de novel ledit jehan Custet est alez a trespassement sans faire ladite cerche [...]. »

391544, Avallon (B 11524bis, fol. l-2v), mandement :

« [...] François, par la grace de Dieu roy de France, au bailli de Semur ou son lieutenant. Comme puis naiguieres cy ont esté expedier noz lectres patentes en forme de commission a notre amé et feal le general ayant la charge et administracion de noz finances en noz pays et duché de Bourgongne pour faire assiete des maigazins que avons ordonné estre mis sus et assis es lieux plus commodes et convenables en nosdits pays de Bourgongne, pour asseoir lesquelz est besoing et necessaire avoir la declaration du nombre des feuz estans es villes et villaiges du ressort de votre baillaige et juridiction, au moyen de quoy vous auroit notredit general escript lectres missives a cette fin, ausquelles n’avez satisffaict et [...] de quoy faire avez esté reffusant, observant que par expres commission et lectres patentes ne vous est mandé faire icelles declarations que ne vouldriez entreprendre sans expres commandement et lectres de noz pour sur ce entendre notre vouloir, ce qui n’estoit besoing attendu que c’est pour notre seureté et le bien, proffict, utilité et sollagement de noz subjectz, sur la distribution et vente dudict sel et pour obvier aux abbuz et malversations y commises par le passé et qui se y pourraient commectre a l’advenir [...], pour ces causes noz vous mandons, commectons et enjoignons par ses presentes que incontinement et sans delay vous contraigniez ou faictes contraindre par toutes voyes et manieres de contrainctes [...] tous ceulx qui pour ce seront a contraindre, tant maires, eschevins et procureurs des villes et fabricques collectives [...] a bailler et apporter au vray par devers vous la declaration roolle [...] du nombre des feugs et quallitey des personnes tenant lesdits feugs [...]. Donné a Fontaine Bleau le dix neufiesme jour de decembre, l’an de grace mil cinq cens quarante trois et de notre reigne le vingt neufiesme. Ainsi signé ‘Par le roy en son conseil’. »

401544, Auxois (B 11519-VI, fol. 1), mandement :

« [...] Monseigneur le bailli, je vous avois pieça escript pour recouvrer la declaration des feuz de votre baillaige, a quoy n’avez aulcunement satisffaict et, combien qu’il n’y ait lectres patentes expediees a cest effect, sy est ce qu’il ne vous fault defferé d’autant que les lettres patentes du bailliaige d’Auxois sont a ce souffisantes a ces fains, j’escriptz a monseigneur le lieutenant d’Avallon qui occupe aussy votre lieu de Noyers pour proceder au recouvrement desdiz feuz, attendu que c’est le plus prochain siege royal. Je vous prie ne prandre aulcune excuse car sy je renvoyais au roy pour ceste cause ce seroit a vos despens [...]. Sur quoy je vous ordonne dedans dix jours [...] a me rendre ou envoyer en le lieu de Dijon en la maison du recepveur [.] mon commis les roolles desdiz feuz selon que je vous ay escript, et les frais qu’il conviendra faire pour cest effect je vous en feré rembourser par le recepveur general [...]. A Dijon le dernier jour de janvier mil cinq cens quarante troys. »

41Mais il y a plus grave : des procédures d’enregistrement hétérogènes d’une circonscription à l’autre en 1475-1476, des chevauchements d’aires juridiques et de compétences dans le Chalonnais au milieu du XIVe siècle, dans le Châtillonnais en 1384, dans le Dijonnais en 1423, en Auxois en 1473, en Outre-Saône en 1544, sont causes de réajustements et donc de confusions.

421475-1476, Autunois (B 11510, fol. 1v-2), 1476, Charolais (B 11558, fol. 2), lettres de commission :

« [...] pour ce que sur la maniere de inscripre et declairer en ladite cerche les personnes contribuables audit ayde a esté differend, ont esté envoyés devers icellui notredit seigneur en la cité de Besançon aucuns depputés desdits estas d’iceulx duchié et conté de Bourgoingne et eulx ouÿ d’une part et d’aultre [...]. »

431358-1360, Chalonnais (B 11538, fol. 41v), enquête :

« Des villes qui sont au duchié de Bourgogne, lesquelles sont et appartiennent a l’avesque de Challon, dont nous commissaires li havons demandé et requis par plusieurs fois que nous heussions sa lettre afin de bavoir les feux d’icelles, liquels nous hay respondu que il n’an bailleroit nuls ne des autres auxi qui sont au baillaige de Chalonpour ce qu’il hont contribué avec les autres du bailliege [rayé : de Chalon] de Mascon si nou havons rien escript, douquel bailliage de Mascon sesdites villes sont et resortissent amesmement et non mie a monseigneur le duc ne a sa gent » (fig. 97).

44(fol. 9v)

« En la ville de la Charmee qui est au roy notre seigneur et a l’abbey de Clugny, Guioy Blainge, d’icelli leu, gouverneur de la justice, hay dit et repondu que onques li habitons de ladite ville ne payerent onques des faiz du duchié, mas touz jours hont paié et paient avec les autres subgetz du royaume pour ce qu’il sont subgetz du roy senz moyen, par quoy il ne nous hon voulu baillié les nous des feux ne des servant. »

451384, Châtillonnais (B 11561, fol. 20), enquête : dans huit localités,

« neant pour ce que ce sont les villes dont le ban est entre le roy et monseigneur de Bourgoigne et ne paient auxunes aydes devers le roy ne devers monseigneur de Bourgoigne usques ad ce qu’il soit desclairé s’ils sont du royaulme ou de la duchié. »

461423, Dijonnais (B 11581, fol. 1), lettres de commission :

« [...] Si vous mandons que incontinent et senz delay vous commençates a faire ladite serche et inventaire desdits feux esdites bonnes villes, villaiges et lieux dudit bailliaige hors desdiz sieges de Beaulne et de Nuys, senz vous entremetre des lieux d’iceulx sieges de Beaulne et de Nuys ne d’autres pour lesquelx nous avons commis autres a faire samblablement la serche [...]. »

Fig. 97 – Les enquêteurs face à l’évêque de Chalon en 1358-1360 (ADCO B 11538, fol. 41v).

471470, Auxois (B 11518 IIII, fol. 173v), enquête, en marge du paragraphe concernant Noyers, d’une écriture différente :

« Soit memoire a messires les commissaires a faire la cerche a faire pour le fait de l’ayde de six cens mille frans darrenierement octroyée a monseigneur le duc en ses pays de par deça de non mectre ne escripre en ladite cerche ceste terre de Nouhiers car, par aucunes causes a ce mouvant, messires les commis et deputez a requerre et octroier ledit ayde, [...] ils ont ordonné que les commissaires d’Auxerrois feront par ceste fois la cerche en ladicte terre de Nouhiers. Escript le XXVe jour de novembre mil CCCC LXXIII ».

481544, Auxonne (B 11524, fol. 2-4), prologue :

« [...] les noms, surnoms et qualitey des personnes tenans feugs es villes et villaiges dudit siege et ressort de Sainct jehan de Eoone [...] fors aux habitans de [.] nos villaiges distant de huit grandes lieues dudit Saint Jehan de Eoone en la notre Conté de Bourgongne ou semblablement lesdits [.] ontfaitz dois le XIII e dudit moys, comme par les relations par escripts desdits sergens nous a souffisemment apparu, ausquelx commandement a esté sattisfait par tous ceulx des villes et villaiges de notre ressort fors par ceulx des terres de Chaussins et Ea Perriere sellon quil apparaitpar lesdites declarations par eulx mises en nos mains inserees cy aprés. Et quant ausdits habitans de la terre et seignorie dudit Chaussins, attendu qu’ilz ne satisfaysoient ausdits commandement et combien que par leur response faicte au sergent ilz avoient promisy satisfaire le samedi dix neufiesme jour dudit moys, avons envoyé audit Chaussins homme[.] maistre Denys Mercier, notaire royal, substitut du procureur du roy nostredit sire audit siege, et Amyen Joly, commis a l’exercice du greffe dudit lieu, pour suyvre ladite declaration, a quoy les ayons commis et desputez pour ce que est vous estes empeschié en d’aultres appels de justice [...]. Et quant aulx manans et habitans de [...] La Perriere, ilz nous ont remonstré que le lieutenant de monseigneur le bailly au siege d’Auxonne avoit esté en personne audit lieu de La Perriere et les avoit contraint a verballement luy declairer ledit nombre des feugs, ce qu’ilz avoient faict combien qu’ilz soyent notoirement du ressort dudit Saint Jehan de Loone et plus proche d’illec que dudit Auxonne [...]. »

Fig. 98 - Des « plaintes » à Auxonne en 1442 : « Ce present giest /et impost pour les / plaintes qui en / sont venues, a esté / mis a neant et / reffait par les / gens des comptes / de l’ordonnance de / monseigneur le duc et / selon la cherche estant / en la chambre desdits/comptes a Dijon. » (B 11521-III, fol. 75).

  • 105 ADCO B 11574-1 (voir ci-dessus, fig. 40). Ce document exceptionnel a déjà été exploité : BECK P. e (...)
  • 106 Voir ci-dessus, p. 10, note 12.

49Le registre de la « re-cherche » des feux réalisée à Dijon entre le 11 décembre 1376 et le 3 janvier suivant, détaillant les modifications de condition et de résidence touchant en quelques semaines seulement les foyers résidants105, révèle dans toute son ampleur la somme des difficultés, souvent irréductibles, que les enquêteurs ne pouvaient pas manquer de rencontrer pour recenser la population, même celle de la capitale ducale, pourtant particulièrement bien renseignée, année après année, dans les registres des comptes des marcs106. Des 3148 foyers distingués, 904 (28,7 %) ont bougé. 511 d’entre eux se sont sans doute déplacés à l’intérieur de la ville, changeant de quartier ou même seulement de rue ; 152 ont quitté la ville. Pour 238 cas, le lieu de départ ou d’arrivée n’est pas mentionné : 26,3 % des déplacements sont incomplètement cernés, et les expressions « il s’en est allé..., l’en en sçait nouvelle..., ne sçait l’en ou il demoure » sont fréquentes. La situation est d’autant plus remarquable que l’enquêteur se faisait accompagner de témoins : c’est la communauté entière qui, volontairement ou involontairement, perd la trace de 7,5 % de ses membres. Aux déplacements professionnels et aux destinées familiales plus ou moins contrôlées et imposant éclatements des ménages ou ressèrements lignagiers, s’ajoutent les coups du sort, les misères de la vie, aussi bien physiques qu’économiques et sociales qui, en cet hiver 1376-1377, ont sinon déraciné du moins bouleversé le quotidien de 15 % des Dijonnais (fig. 99).

REF

DESIGNATION

SURCHARGES et NOTES

111

Jehan le Fournier

il est trespassez et fut mis en terre hui 11 de decembre

162

B. Raingnot remer

hommeydiote, narreste point a hostel

212

Villemot li Guediet

est demouree sa femme (213) chargee de 2 enfants

227

Jehan de Bar

impotent et mendiant

241

Germains de Lourdons

voit pou et mendiant

373

Perenotte de Chaubaux

elle estoit aveugle querant son pain et s'en est alee

437

Jaquotte de Fouvans

elle est devenue fole et ne sçait l'en ou elle demoure mais l'en dit que les loups Pont mangiés

514

Jehanette de Marcenay

pouvre, a un enffant vivant en langour auquel l'en envoie des aumosnes

818

Guillemette la V an.iere

elle est malade du fort mal et pour ce impotent

1177

Jehan de Changnot

sa femme gist malade des environs a 5 ans

1453

Perrenote de Beaune

elle est malade et a été portee en l'ospice Saint Fiacre

97

Jehan de Champaignolles

il s'en est alez des environs a demi an

108

Berthelot de Lorris

il demoure hors du païs

153

Demoingin le Lorrain

il ne tient point d'ostel et est hors mais a un filz (154) qui demeure chez Martin le Marechal (473) ou il retrait quand il vient a Dijon

302

Guillemin le Baguinet

il s'en est alez des environs a un an pour certain cas

383

Colin de Salins

il s'en est alez et n'en sçait l'en neuvelle

456

Girardin de Regnanes

il s'en est alez et ne sçait l'en ou il demoure

511

Jehan Fournier

malade des long temps et est alez demouré chier sa fille femme de Jehan Barber (1027) et ne tient point de feu

551

Girardin le Cousturier

il s'en est alez et sert a la femme feu maistre Henri Nairot

643

Guillemin le Savatier

il s'en est alez depuis 8 jours ença

940

Jehan le Fixer. d'Aisey

il s'en est alez des environs la Saint Jehan et ne sçait l'en ou

1071

Sebille de Rigney

elle va relevant les femmes et n'arreste a hostel et pour ce neant

1141

Jehanin de Choux

demeurait en une chambre chies Garnier de Soisson (1139), il s'en est alez des environs la Saint Jehan

1270

Y sahel la Pelletiere

elle s'en est alee et ne tient aucun feu

1291

Domangon

il s'en est alez des environs a 15 jours

1432

Bonnote femme feu Forent le Gucenier

elle va ouvrant par la ville et si n'arreste a hostel et ne demeure plus en son lieu

1439

Ysabeau la Lorrainche

elle n'y demoure plus

1470

Belot de Chavancey

elle s'en est alez et sert a Norges la Ville

1534

Marie de Coichey

elle s'en est alez demourer a Coichey

1580

Symon de Doule

courdoannier, l'en ne sçait ou il demoure des la Saint Jehan et il se parti de sa maison aprés ce que sa femme fu trespassee

1640

Jehannette de Roillecu

elle s'en est alee des moissons

1641

Richart de Ran.es

il s'en est alez le lendemain de Noel

1707

Symon filz Monnot le Tonnellier

il est alez demourer a Flavigny ou il s'est mariez

1770

Regnaut de Marey

il s'en est alez demourer l'en ne sçait ou et la laissiee sa femme des environs Pasques

1821

Perrenot de la Priere

il s’en est alez demourer ailleurs et ne sçait l’en ou

1905

Guillaume

demouroit chies Jaquot de Bese (1902) et aloit a l’escole, s’en est alez

1953

Estiennot le Vertueux

il est alez a Paris et doit brievement retourner et demoure en son lieu (1954)

1955

Jehannette seur Jehan d’Aubepré

elle s'en est alee et l'en sçait l'en nouvelle

1956

Jehan

demeure dessus au sellier - il y repaire souvent et boit et mangne

en la ville et revient gesir en sa chambre que l'en a trouvé close

et autre chose ni a l'en peu trouvé

1975

Estevenote

pouvre femme, elle s'en est alee et ne sçait l'en ou elle demoure et tenoit une chambre (...) et ne demoure aucun en son lieu

1993

Jaquot le Trappotet

il s'est marié et est alez demourer en la paroisse Saint Pierre chies sa femme appelee la Carlence et ne demoure aucun en son lieu

2147

Perrenote de Gevrey

elle va servant par la ville et ne tient aucun feu nouvel

Fig. 99 – Malheurs des temps et mobilité des personnes à Dijon en 1376-1377 (B 11574-1), extraits.

50Que de difficultés aussi à rendre les enquêtes dans les temps impartis par les lettres de commission ! Les délais d’exécution entre le jour de la signature des lettres de commission par les élus et celui de la certification des registres par les enquêteurs sont tous fort variables : du simple au double en Beaunois, de 1 à 5 en Chalonnais et en Châtillonnais. Quand un délai est prescrit, il est tenu exactement trois fois et anticipé dans quatre autres cas ; mais il est dépassé quatorze fois, d’au moins deux jours, d’au plus trente-quatre (fig. 100).

Fig. 100 – Délais impartis et temps d’exécution des enquêtes. Le bilan totalise le nombre de jours écoulés en plus ou en moins par rapport au délai consenti.

Notes

105 ADCO B 11574-1 (voir ci-dessus, fig. 40). Ce document exceptionnel a déjà été exploité : BECK P. et CHAREILLE P., « Espaces migratoires et aire d’influence de la ville de Dijon à la fin du XIVe siècle », op. cit. – BECK P. et CHAREILLE P., « Sédentarité et mobilités à Dijon à la fin du XIVe siècle », op. cit. – BECK P. et CHAREILLE P., « Les changements de résidence à Dijon à la fin du XIVe siècle »,op. cit.

106 Voir ci-dessus, p. 10, note 12.

Table des illustrations

Légende Fig. 88 – Les lacunes de l’enquête en Auxois en 1378 : « A Poillenay, il n’a pas esté recerchié » (ADCO B 11512, fol. 11v).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1535/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig. 89 – Une enquête lacunaire pour cause d’insécurité en Dijonnais en 1430 (ADCO B 11583, fol. 209v).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1535/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 90 – Nombre de localités enregistrées dans les cherches des feux du Châtillonnais (le second chiffre individualise les localités associées).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1535/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 91 – Les « malheurs des temps » en Auxois en 1413 (ADCO B 11514-II, fol. 66v).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1535/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Fig. 92 – Le chantage au déguerpissement en Chalonnais en 1433 (ADCO B 11548, fol. 25).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1535/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 93 – Les méfaits des Écorcheurs à Viteaulx en Auxois en 1442, pauvreté, mortalité, déguerpissement (ADCC) B 11515-II, fol. 66).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1535/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Fig. 94 – Les « malheurs des temps » en Autunois en 1543 (ADCO B 11511, fol. 2v).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1535/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 95 – Le jeu des statuts personnels en Chalonnais en 1406 (ADCO B 11542-1, fol. 28v).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1535/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 96 – Le jeu des exemptions en Auxois en 1442 (ADCOB 11515-11, fol. 69).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1535/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Fig. 97 – Les enquêteurs face à l’évêque de Chalon en 1358-1360 (ADCO B 11538, fol. 41v).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1535/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Fig. 98 - Des « plaintes » à Auxonne en 1442 : « Ce present giest /et impost pour les / plaintes qui en / sont venues, a esté / mis a neant et / reffait par les / gens des comptes / de l’ordonnance de / monseigneur le duc et / selon la cherche estant / en la chambre desdits/comptes a Dijon. » (B 11521-III, fol. 75).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1535/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Fig. 100 – Délais impartis et temps d’exécution des enquêtes. Le bilan totalise le nombre de jours écoulés en plus ou en moins par rapport au délai consenti.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1535/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search