Version classiqueVersion mobile

Archéologie d'un document d'archives

 | 
Patrice Beck

V. Instructions et pratiques.

La rhétorique du pouvoir et sa réception

Texte intégral

  • 1 On a tenté ici de « Mesurer le texte » : la formule est empruntée au volume XVIII de la revue Histo (...)

1Si la rigueur attendue fait défaut dans la mise en forme des informations, on peut l’attendre dans la rédaction des instructions émises par les élus pour encadrer le travail de terrain et d’écriture des commis, la chercher dans la manière dont celles-ci ont été appliquées. Il faut interroger les lettres de commission et les mandements ducaux recopiés en tête des rôles de feux, ainsi que les prologues et les certificats rédigés par les commis, les passer au crible de l’analyse lexicale. Quels mots ont été utilisés par les élus ou par le duc pour présenter le travail aux commis ? En quels termes ces derniers ont rendu compte de leur travail1 ?

Fig. 53 – L’argumentaire princier : « que c’est pour notre seureté et le bien, proffict, / utillité et sollaigement de nos subjectz / sur la distribution et vente dudict sel... »
ADCO B 11524bis, fol. 2 (Avallon, 1544).

Fig. 54 – La rhétorique des enquêteurs : « Et nous Guillemot Chambellan et Eienart Ducret, commis que / dessus, certiffions et affermons en verité avoir faite en noz personnes ceste / presente cerche par la maniere que cy devant est escript le plus au vray / que faire avons peu... »
ADCO B 11585, fol. 205 (Dijonnais, 1433).

2Quelles instructions ont été émises et comment ont-elles été comprises et traduites pratiquement par les agents de terrain ?

3Il ne s’agit pas ici de vérifier si les commissaires ont effectivement bien travaillé, tenu les délais imposés, enquêté sans accorder de faveur, si la somme a été répartie puis prélevée « raisonnablement » et « justement » : les chapitres suivants seront consacrés à cette vérification. Celui-ci tente de voir s’ils en avaient les moyens. Quelles vertus et quelles sciences étaient requises ? Exhortait-on à bien travailler ou à œuvrer du mieux possible ? Les instructions étaient-elles claires et précises et comment ont-elles été comprises et concrétisées ? Le pouvoir et l’aide que les enquêteurs recevaient étaient-ils suffisants ? Les rémunérations étaient-elles attractives ?

4Les tableaux 57 à 73 rassemblent et synthétisent l’information. L’on y voit s’épanouir une rhétorique exaltant des valeurs positives fixées sur un vocabulaire suffisamment riche et nuancé pour au moins en estomper le caractère convenu sinon même stéréotypé. Parmi les valeurs sont convoqués le vrai, le bien ou le mieux, le bon et le convenable, le loyal ou féal, la raison, l’égalité, l’immédiateté et la rapidité ou diligence, la sûreté, la franchise et la commodité ; rarement le juste. Les catégories politiques mobilisées sont moins nombreuses et accusent aussi un net déséquilibre : le « soulagement du peuple » est bien ici et là évoqué, mais c’est surtout le profit, celui du prince, confondu certes avec ceux du pays et des sujets, qui est mis en avant, c’est l’utilité à la chose publique, à la « république » même puisque le terme est présent (fig. 56), qui est célébrée.

Fig. 55 – Les instructions des élus : « Ce sont les instructions [...] Premierement [...] Item l’on levera pour paier ladite somme/es villes fermes dudit duchiéjusques a/la riviere de Soone par chascun feu I gros par/sepmene, le fort pourtant le foible, exceptey... »
ADCO B 11576, fol. 2 (Dijonnais, 1391).

Fig. 56 – L’argumentaire princier : « ...au sollaigement, utillité / et repos de nosdits subjectz et republicque... » : ADCO B 11524bis (Avallon 1544, fol. 2).

5Les faiblesses humaines ne sont pas ignorées et l’erreur comme la fraude, la désobéissance et la rébellion sont évoquées, la contrainte et les amendes se font menaçantes. Les limites du possible sont au reste bien intégrées dans le discours : de façon non exceptionnelle, l’ordre n’est pas « il faut bien faire » mais « il faut faire aussi bien que possible ». En écho, les commis savent pareillement introduire le relatif dans la présentation de leur ouvrage : à 20 % environ, ils « ouvrent le parapluie » en certifiant avoir « ecrit et mis en ordonnance ladite cerche le mieux et le plus loyalement que faire l’avons pu et selon le contenu des lettres de commission » (fig. 54).

6La phraséologie est insistante, voire redondante : les lettres de commission des cherches de 1424, 1430, 1431, 1470 précisent qu’il faut « asseoir ledit aide bien et loyalement et le plus justement et raisonnablement que faire se pourra » (fig. 59). Si bien qu’il n’apparaît pas d’évolution chronologique évidente dans l’usage des termes : l’injonction de « bien » déclarer les feux est donnée aussi bien en 1379 qu’en 1431 et 1470 ; « avoir certifier la cerche au vrai » est une vertu avancée par les commis aussi bien en 1377 qu’en 1476 et même 1543 (fig. 58). Il reste que, d’une fonction à l’autre, le choix du vocabulaire se déplace sensiblement et il n’est pas inintéressant d’en donner et analyser le détail.

7Dans les mandements ducaux ou les lettres de commission des élus adressés aux commissaires enquêteurs pour leur donner ordre et pouvoir de réaliser la cherche (fig. 57), on voit que, pour décrire des faits similaires, le vocabulaire utilisé est fluide, non fixé sur un seul terme d’un bout à l’autre du document : dans le mandement ducal de 1387 pour le Dijonnais, il est dit qu’il faut « faire ladite cerche des feux diligemment et duement » et qu’il faut « rapporter la cerche feablement » ; dans la lettre de commission de 1442 pour le Chalonnais, il est écrit d’une part qu’il faut « faire inventaire et cerche par ecrit bon et loyal » et, d’autre part, qu’il faut « faire la cerche et inventaire des feux par bonne ordonnance ».

8On voit aussi que les lettres de commission qui nous sont parvenues pour un même fouage dans différents prologues ne sont pas rigoureusement identiques. Outre qu’elles sont évidemment personnalisées, car adressées à des enquêteurs particuliers à chaque bailliage, elles enregistrent des raccourcis dans les formules et des modifications de terme : en 1433, il faut en Beaunois-Nuiton « savoir le nombre et faculté des feux le plus veritablement que bien faire se pourra » alors qu’en Chalonnais le « bien » a disparu de la formule.

  • 2 Les variations graphiques n’ont pas été enregistrées dans les tableaux pour mieux attirer l’attenti (...)

9Mais ces variations sont très rares et laissent indifférent le sens général : elles apparaissent au plus comme des fautes d’inattention et non comme des versions différentes d’un même texte. Les copies sont nettes, à l’orthographe près : c’est la seule marque notable d’« appropriation » de ces documents, et il n’est pas possible d’en identifier les auteurs, qui des scribes des états, qui des scribes des différents commissaires, qui de tous ces intervenants tant, l’indifférence à la graphie est patente2.

10Les quatre valeurs fondamentales pour la réalisation des enquêtes sont le « vrai » ou la « vérité » ; puis, immédiatement derrière, viennent le « bien » ou, à défaut, le « mieux qu’il est possible de faire », ensuite le « loyal » ou « féal », et le « diligent ». Après le « dûment », le « bon » et le « juste » apparaissent mais ils sont largement distancés : c’est là un vocabulaire de commandement (fig. 57).

11Les commis répondent sur un registre respectant la même hiérarchie de tête, mais avec des nuances qui semblent évoquer les difficultés rencontrées sur le terrain et les rapports avec les populations (fig. 58) : ils insistent plus sur le « vrai » que sur le « bien » et le « loyal », mettent le « juste » et le « bon » au dessus du « diligent » et du « dûment ». Les difficultés de l’enquête et la fiabilité relative des résultats sont en tout cas bien annoncées et intégrées plus d’une fois : dans une proposition sur cinq, tant les institutions de tutelle que les acteurs emploient le mode relatif d’énoncé.

12Le vocabulaire qualifiant la répartition de l’aide et servant à justifier la nécessité du dénombrement (fig. 59) est différent, plus riche et diversement hiérarchisé. La mise d’assiette pour les élus doit être « commode » ou « expédiente », réalisée « franchement », « bonnement », « sûrement », « loyalement » ou « convenablement », « également » ou « justement » ; surtout, c’est le terme qui se détache clairement en tête, « raisonnablement » ; et la proposition relative faisant la part des choses devance ici la proposition absolue. C’est bien la « raison d’État », avec ses possibles méandres, qui est ici mise en avant. Les commis en revanche sont plus sensibles à l’égalité dans la répartition.

Fig. 57 – Réalisation de l’enquête : le vocabulaire des élus dans les mandements et les lettres de commission.

Fig. 58 – Réalisation de l’enquête : le vocabulaire des commis dans les prologues et les certificats.

Fig. 59 – Répartition de l'aide : le vocabulaire des élus (lettres de commission, mandements) et des commis (prologues et certificats).

13La définition des qualités requises chez les commissaires ne fait pas en revanche l’objet d’un vocabulaire étendu, et celui-ci ne supporte pas l’approximation : « sens », « loyauté » et « bonne diligence » suffisent longtemps. À partir de 1430, la palette, il est vrai, s’enrichit du terme de « prud’homie » et, à partir de 1475, de celui de « science » (fig. 60). Le bon sens et la morale sont alors épaulés par le savoir, la technicité.

CONFIANT A PLAIN DE VOS BONS...

DATE

Ref.

sens, loyauté et bonne diligence

1391

B 11562

sens, loyauté et bonne diligence

1394

B 11529

sens, loyauté et bonne diligence

1397

B 11563

sens, loyauté et bonne diligence

1400

B 11541

sens, loyauté et bonne diligence

1406

B 11542

sens, loyauté et bonne diligence

1413

B 11566

sens, loyauté et bonne diligence

1417

B 11567

sens, loyauté et bonne diligence

1422

B 11568

sens, loyauté et bonne diligence

1423

B 11581

sens, loyauté et bonne diligence

1424

B 11582

sens, prud'hommie et bonne diligence

1430

B 11583

sens, prud'hommie et bonne diligence

1431

B 11584

sens, loyauté, prud'hommie et (bonne) diligence

1433

B 11533

sens, loyauté, prud'hommie et (bonne) diligence

1435

B 11549

sens, loyauté et bonne diligence

1442

B 11550

sens, loyauté, prud'hommie et (bonne) diligence

1461

B 11552

sens, prud'hommie et bonne diligence

1470

B 11553

sens, loyauté, science, prud'hommie et bonne diligence

1475

B 11510

sens, loyauté, sûreté, prudence et diligence

1476

B 11518b

sens, prud'hommie, discrétion et bonne diligence

1478

B 11592

Fig. 60 – Qualités des commissaires requises par les élus.

14Cette tendance à l’économie des termes et donc à la précision des facultés requises se prolonge dans les qualifications techniques des intervenants, des commissaires et de leurs informateurs locaux (fig. 61). Mais ce ne sont pas les mêmes qualités qui sont recherchées pour les uns et pour les autres : les premiers doivent être « experts », « connaissant en tel cas » et faire preuve d’un savoir-faire « convenable et suffisant » ; c’est surtout à la « notabilité » et à F « honorabilité » des seconds qu’il est fait recours.

DISTINCTION des agents de dénombrement

FONCTION

DATES

bonnes gens

Commissaires

1391

convenables (gens)

Commissaires

1393

convenables (gens)

Commissaires

1394

suffisants et diligents (gens)

Commissaires

1394

experts qui sachent les facultés du pays, qui aient puissance d’ouïr les débats et complaintes qui s'en pourraient suivre et aussi de connaître, juger et déterminer iceux

Commissaires

1397

prud'hommes et convenables (gens)

Commissaires

1397

prud’hommes et convenables (gens)

Commissaires

1406

convenables et suffisants (gens)

Commissaires

1413

prudents, sages et convenables (gens)

Commissaires

1417

connaissances en tels cas (gens ayant)

Commissaires

1422

connaissances en tels cas (gens ayant)

Commissaires

1423

connaissances en tels cas (gens ayant)

Commissaires

1424

connaissances (gens ayant à ce)

Commissaires

1430

connaissances (gens ayant à ce)

Commissaires

1431

notables personnes

Commissaires

1433

suffisants (gens)

Commissaires

1442

suffisants et idoines (gens)

Commissaires

1461

connaissances (gens ayant à ce)

Commissaires

1470

idoines et suffisants (personnes)

Commissaires

1470

honorables hommes

Contrôleurs

1476

dignes et de foi (deux bons témoins)

Témoins

v. 1360

notables personnes (les justices et les plus)

Témoins

1391

notables gens (le curé, les justices et les plus)

Témoins

1394

notables personnes (les justices et les plus)

Témoins

1397

notables personnes (les justices et les plus)

Témoins

1400

notables personnes (les justices et les plus)

Témoins

1406

notables personnes (les justices et les plus)

Témoins

1417

notables personnes (les justices, tes curés ou leurs vicaires et les plus)

Témoins

1422

notables personnes (les justices, les curés ou leurs vicaires et les plus)

Témoins

1423

notables et connaissants (le curé ou son vicaire et autres gens)

Témoins

1431

notables et connaissants (le curé ou son vicaire et autres gens)

Témoins

1470

notables gens (les échevins, les procureurs et plusieurs autres)

Témoins

1470

Fig. 61 – Respectabilité et technicité des intervenants.

15Quant aux populations et aux officiers locaux, ils sont sommés de participer activement, de répondre aux réquisitions, d’assurer toute l’aide logistique dont les commissaires pourraient avoir besoin. Le vocabulaire employé est net, tranchant et, s’il n’indique qu’au XVIe siècle la redoutable qualification juridique de « rébellion » caractérisant toute entrave à la marche de l’enquête, il utilise partout et de tout temps les mots forts d’obéissance et de contrainte (fig. 62).

À la requête des commissaires

DATE

être contraints de déclarer par la manière accoutumée pour dettes

1378

obéir et entendre diligemment

1378

obéir, entendre diligemment, prêter et bailler conseil, confort et aide

1381

obéir, entendre diligemment et donner conseil, confort et aide

1391

obéir et entendre diligemment

1394

obéir, entendre diligemment et donner conseil, confort et aide

1394

obéir et entendre diligemment

1397

obéir, entendre diligemment et donner conseil, confort et aide

1397

obéir et entendre diligemment

1400

obéir, entendre diligemment et donner conseil, confort et aide

1406

obéir, entendre diligemment, prêter et bailler conseil, confort et aide

1406

obéir diligemment

1413

obéir, entendre diligemment et donner conseil, confort et aide

1417

obéir, entendre diligemment, prêter et bailler conseil, confort et aide

1422

obéir et entendre diligemment

1423

obéir, entendre diligemment, prêter et bailler conseil, confort et aide

1423

obéir et entendre diligemment

1424

obéir et entendre diligemment

1430

obéir et entendre diligemment

1431

obéir, entendre diligemment et donner conseil, confort et aide

1433

obéir, entendre diligemment et donner conseil, confort et aide

1435

obéir et entendre diligemment

1442

obéir, entendre diligemment et donner conseil, confort et aide

1442

obéir, bailler tout avertissement, conseil, assistance et aide

1451

obéir, entendre diligemment, prêter et bailler conseil et aide

1461

obéir et entendre diligemment

1470

être contraints de déclarer par toutes voies et manières de contraintes dues et raisonnables

1476

obéir et entendre diligemment

1476

obéir, bailler conseil, confort et aide

1476

obéir et entendre diligemment

1478

être contraints de déclarer par toutes voies et manières dues et accoutumées en tel cas

1490

être contraints de déclarer verballement le nombre des des feux

1544

être déclarés rebelles et désobéissants à défaut d'apporter les cherches

1544

Fig. 62 – Réquisition des populations et des officiers locaux.

16Quand il s’agit de préciser le délai de l’enquête, le vocabulaire est tout aussi resserré, sur trois termes (fig. 63). Le travail doit démarrer immédiatement, être réalisé en continu et dans un temps très court : c’est évidemment un gage d’efficacité dans l’exécution du dénombrement et une exigence de rapidité dans la réception de la somme par les services ducaux.

Réaliser le dénombrement

DATE

sans délai et diligemment

1381

incontinement et sans délai et le plus bref se pourra

1391

incontinement, diligemment, continuellement

1394

incontinement, diligemment, continuellement

1397

incontinement, diligemment, continuellement

1400

incontinement, diligemment, continuellement

1406

incontinement, diligemment, continuellement

1413

incontinement, diligemment, continuellement

1417

incontinement, diligemment, continuellement

1422

incontinement, diligemment, continuellement

1423

incontinement, diligemment, continuellement

1424

incontinement, diligemment, continuellement

1430

incontinement, diligemment, continuellement

1431

incontinement, diligemment, continuellement

1433

incontinement, diligemment, continuellement

1435

incontinement, diligemment, continuellement

1442

diligemment et tellement

1442

diligemment

1461

incontinement, diligemment, continuellement

1470

incontinement, diligemment, continuellement

1476

diligemment, le plus que vous pourrez

1476

incontinement et sans délai

1478-79

incontinement

1544

Fig. 63 – Vocabulaire du temps de l’enquête dans les lettres de commission.

17Quand sont en jeu la recherche de l’exhaustivité et la lutte contre les fautes, les fraudes, les passe-droits et la recherche de profits, le vocabulaire montre en revanche une riche palette de nuances, qui tente visiblement de n’oublier aucun type de « malices ». Il est fait allusion à l’oubli comme à la rétention volontaire, à l’omission comme à l’exception, aux fautes comme aux fraudes, aux faveurs accordées comme aux prises d’intérêt : le cumul de ces dysfonctionnements est systématique ou presque (fig. 64).

Réaliser le dénombrement sans

DATE

oublier ou receler malicieusement ou autrement

1377

faveur ou déport d'aucun

1379

épargner par faveur ou autrement

1417

prendre don au frais du peuple sur peine de l'amende

1417

épargner, excepter ou déporter par faveur ou autrement

1422

prendre aucun don ou autre bien fait du peuple sur peine d’être amendable arbitrairement

1422

épargner, délaisser, oublier, excepter ou déporter par faveur ou autrement

1423

délaisser, oublier, excepter ni déporter par faveur ou autrement

1424

laisser, oublier, excepter ni déporter par faveur ou autrement

1424

omettre et délaisser grand nombre de feux par les faux rapports

1424

omettre et délaisser grand nombre de feux par les faux rapports

1424

prendre aucun don ou autre bien fait du peuple sur peine d'être amendable arbitrairement

1424

délaisser, excepter, épargner ni déporter par faveur ou autrement

1430

prendre aucun don ou autre bien fait du peuple sur peine d'être amendable arbitrairement

1430

prendre aucun don ou autre bien fait du peuple sur peine d'être amendable arbitrairement

1431

délaisser, épargner ni déporter par faveur ou autrement

1431

épargner, déporter ou délaisser par faveur ni autrement

1433

faire fautes et fraudes (grandes) et prises de dons au préjudice de la chose publique

1433

faveur ou omission quelconque

1461

délaisser, épargner ni déporter par faveur ou autrement

1470

délaisser ni réserver de quelque état ou condition qu'il soit

1476

inscrire et déclarer en la cerche les personnes contribuables de manière différente

1476

excepter aucun (en)

1544

omettre ni réserver

1544

Fig. 64 – Lutte contre les fautes, les fraudes et les prises d’intérêt.

  • 3 Au début du XVe siècle, le châtelain de Germolles, au bailliage de Chalon, touche 20 francs à l’ann (...)

18Pour « stimuler » au mieux le personnel, les commis enquêteurs se voient assurés de gages « raisonnables » ou « convenables », « suffisants » ou satisfaisants » (fig. 65). Deux mandements ducaux en précisent le montant : 30 francs en 1394 en Charolais, 25 francs en 1417 en Châtillonnais – c’est 10 et 5 francs de plus que les « gages ordinaires » annuels des châtelains ducaux3.

GAGES POUR LES PEINES ET LABEURS

DATE

raisonnables selon ce qu'il leur apparaitra que vous aurez fait diligence

1378

bien et convenablement à bon gré (nous vous ferons satisfaire)

1393

bien et convenablement à bon gré (nous vous ferons contenter)

1394

somme de soixante francs (30 par commissaire)

1394

bien et convenablement (vous serez satisfaits)

1397

taxation (vous serez satisfaits et payés selon la) et ordonnances des gens des comptes

1398

tels que les gens des comptes ordonneront en regard de ceux accordés au temps passé

1398

bien et convenablement à bon gré (nous vous ferons satisfaire)

1400

Raisonnables

1400

bien et convenablement (vous serez satisfaits)

1406

bien et convenablement (nous vous satisferons) et tellement que vous en devrez être contents

1413

somme de vingt cinq francs (pour chacun)

1417

au bon plaisir de mes dits seigneurs les élus

1422

Raisonnables

1422

ce qu'il vous semblera être expédiant (pour papiers et autres frais)

1423

Raisonnables

1423

Raisonnables

1424

raisonnables (suffisants et)

1424

ce qu'il vous plaira (pour les journées et dépens du sergent)

1430

Raisonnables

1430

Raisonnables

1431

raisonnables s’ilplaît à nos dits seigneurs les élus de nous taxer et faire payer tels qu'il leur plaira

1431

Raisonnables

1433

raisonnables s'il plaît à nos dits seigneurs les élus de nous taxer et faire payer tels qu'il leur plaira

1433

Raisonnables

1435

à la discrétion de messires des comptes

1442

Raisonnables

1442

raisonnables s'il plaît à nos dits seigneurs les élus de nous taxer et faire payer tels qu'il leur plaira

1442

Raisonnables

1461

Raisonnables

1470

Fig. 65 – Paiement des gages des commis enquêteurs.

19Si la phraséologie générale apparaît bien réfléchie et calibrée en fonction de chaque situation, le tableau se dégrade à la lecture du détail tant des directives encadrant les enquêtes que de la présentation des informations dans les registres. Dans les lettres de commission, les ordres sont imprécis et non systématiquement développés ; dans les prologues, les certificats et les listes, les commis montrent une certaine inconstance.

20La figure 66 donne les modalités de réalisation de l’enquête telles que les instructions ou les lettres de commission les énoncent.

Fig. 66 – Réalisation de l'enquête : les intstructions des élus d'après les lettres de commission.

21Dans six cas sur vingt-quatre, le quart donc, rien n’est précisé, en 1394 comme en 1461. Dans quinze autres cas, répartis entre 1378 et 1478, c’est-à-dire pour une petite majorité, il est précisé que l’enquête doit se faire personnellement (« en vos personnes ») et « dans chaque lieu », à l’aide de témoins pris parmi les notabilités locales : c’est visiblement la norme aux temps des ducs, mais elle n’est pas toujours totalement explicitée. Aux temps royaux, le dispositif change : en 1490 et 1544, l’enquête directe est abandonnée et ce sont les habitants ou leurs représentants qui doivent réaliser l’enquête et en apporter les résultats aux commissaires.

22La figure 67 rassemble les informations que les commis apportent dans leurs prologues ou dans leurs certificats sur la manière dont ils ont procédé. Les données, plus nombreuses, sont globalement similaires tant en terme de type d’enquête que de chronologie : au temps des ducs, les commis se rendent sur place, mais d’une année sur l’autre et d’un bailliage à l’autre les conditions ne sont visiblement pas égales : certains dénoncent la « grand peine » ou le travail « de nuit comme de jour » qu’ils ont dû supporter, notamment du fait des gens d’armes. D’autres précisent qu’ils sont allés « en tous les hôtels et mesnages », ou « d’huis en huis », afin de marquer le soin qu’il ont pris à bien faire le dénombrement et solliciter ainsi plus efficacement la libéralité des élus chargés de les rétribuer « tels qu’il leur plaira » (fig. 65). Mais ils sont aussi nombreux à n’avoir en chaque lieu qu’« appelées les justices des lieux et les plus notables personnes d’icelles villes, desquelles avons reçu les serments de nous rapporter les personnes »-, en 1430 dans le Dijonnais comme en 1431 et 1433 dans le Beaunois-Nuiton, les commis indiquent que « pour faire venir par devers nous ceux des dites villes [...], avons eu continuellement un sergent ». C’est encore ainsi qu’ont procédé en 1490 ceux d’Outre-Saône. Mais en 1544, ce sont les représentants des communautés qui se déplacent jusqu’au chef-lieu du bailliage où les attendent les commis.

  • 4 Par exemple ADCO B 11510 (Autunois 1476).

23De fait, l’homogénéité et la justesse des enquêtes ne sont pas garanties et il ne faut pas s’étonner de lire dans les attendus de la lettre de commission des élus de 1476 que, entre duché et comté, « la masniere de inscripre et declairer en ladite cerche les personnes contribuables audit ayde a esté different... »4.

Fig. 67 – Réalisation de l'enquête : les pratiques d'après les prologues et les certificats des commissaires.

  • 5 ADCO B 11568-1 (Châtillonnais 1422).

24Partout, en tout cas, il est requis d’enregistrer « tant es bonnes villes, chasteaulx et forteresses comme au plat pays et ailleurs [...], les feux frans, abonnez et sers solvables [...] d’une part, les feux franz abonnez et sers miserables et non solvables et femmes vesves d’autre part [...] »5.

25Sur les deux premières informations, c’est-à-dire les attributs des agglomérations et le statut des feux, sont en effet indexés les montants de la quote-part individuelle d’imposition ; la dernière information, estimant la capacité de chaque feu à assumer ou non la chage fiscale, permet de dresser la liste des feux solvables et des feux non imposables pour cause de pauvreté ou d’exemption. Mais, pour exprimer cette typologie des agglomérations et des feux, le vocabulaire apparaît bien hésitant, fluctuant.

26Jusqu’en 1406, la nomenclature lexicale utilisée pour la caractérisation des agglomérations se réduit, dans les lettres de commission conservées pour huit fouages sur onze, au terme de « ville », seulement accompagné ici et là de deux ou trois mots génériques sinon vagues : « village », « lieu » ou « paroisse » (fig. 68). Ces lettres de commission paraissent bien désinvoltes car la hiérarchie des agglomérations en terme de statut juridique, de fonction économique et d’intérêt militaire, est déjà formalisée et fixée depuis les années 1360 au moins, avec ses trois types fondamentaux qui servent à la définition des quotités : la « ville ferme » ou « fermee », implicitement commerçante et de franche condition ; la « ville marchande ou il y a forteresse, non close et est franche » ; la ville de « plat pays » subdivisée en « ville franche » et en « ville serve ». Mais les commissions étaient peut-être accompagnées d’instructions précises, aujourd’hui perdues, comme celles que trois commissaires ont pris le soin de recopier en tête de leur registre – l’un en 1381, un autre en 1391, le dernier en 1394 – et que les autres auraient négligé de recopier.

27En tout, cas, à partir de 1413, la hiérarchie des localités est systématiquement ou presque rappelée dans les lettres de commission. Elle laisse alors percevoir une évolution lexicale dont la régularité est brouillée par des particularités qui ressemblent bien à des tâtonnements, des irrégularités et des imprécisions. Dans les lettres de commission, le terme de « ville ferme » est remplacé en 1417 par celui de « bonne ville » pour désigner le type de tête. Mais en 1394, dans les instructions données pour le Charolais, le terme « ville franche » est préféré à celui de « ville ferme » et s’estompe alors au moins formellement la distinction avec la « ville marchande ou il y a forteresse qui n’est point close et est franche ». En 1442, c’est « bonne ville ferme » qui est choisi Outre-Saône ; en 1476, il n’y a au menu que « bonne ville » et « village champetre », le premier terme devant alors identifier toutes les villes.

AN

CIRCONSCRIPTION

attributs de l'agglomération

1379

Auxois

ville

1381

Dijonnais

ville - lieu

1381

Dijonnais

ville ferme - ville marchande où il y a forteresse, non close et franche -
ville franche où il y a marché sans forteresse -
autre ville où il y a marché, serve et aussi abonnée

1391

Dijonnais-Châtillonnais

ville

1391

Dijonnais

ville ferme - ville marchande où il y a forteresse, non close et franche -
ville franche où il y a marché sans forteresse -
autre ville où il y a marché et est serve taillable haut et bas -
franc abonné et non taillable en plain pays

1394

Beaune-Nuits-Chalon.

ville

1394

Dijon

ville - paroisse

1394

Charolais

ville et appartenances

1394

Charolais

ville franche - ville marchande où il y a forteresse qui n'est point close et est franche - plain pays

1397

Aux.-Chât.-Dijon.

ville

1398

Charolais

ville - lieu - paroisse

1400

Beaun.-Nu.-Chal.-Chât.

ville

1406

Char.-Chal.-Chât.

ville

1413

Chal.-Chât.

ville ferme - ville où il y a forteresse et marché - ville du plat pays

1417

Châtillonnais

bonne ville - plat pays et ailleurs - forteresse - village - autre part

1422

Châtillonnais

bonne ville - château et forteresse - plat pays - ailleurs où mestier sera

1423

Beaun-Nu.-Dijon.-Chât.

bonne ville - château etforteresse - plat pays - ailleurs où mestier sera

1423

Chalonnais

bonne ville - village - château - forteresse - plat pays

1424

Dijonnais-Châtillonnais

bonne ville - village - château - forteresse - plat pays

1430

Dijonnais-Chalonnais

bonne ville - village - château - forteresse - plat pays

1431

Chalonnais

bonne ville - ville où il y a forteresse et marché - ville du plat pays

1432

Beaun.-Nu.-Dijon.

bonne ville - ville où il y a forteresse et marché - ville du plat pays

1433

Beaunois-Nuiton

bonne ville - ville où il y a forteresse et marché - autre de plat pays

1433

Chalonnais

bonne ville - ville où il y a forteresse et marché - ville du plat pays

1442

Beaune-Nuits-Chalon.

bonne ville - ville du plat pays où il y a forteresse et marché autre ville, village et lieu du plat pays

1442

Outre-Saône

bonne ville ferme - ville non fermée où il y a forteresse, foire et marché - plat pays

1461

Chalonnais

ville - village

1470

Chalonnais

bonne ville - ville où il y a forteresse et marché - ville du plat pays

1476

Charolais-Autunois

bonne ville - village champêtre

1479

Mâconnais

bonne ville - autre ville où il y a forteresse, foire et marché - plain pays

1490

Outre-Saône

ville - village

1544

Auxois

ville - village

Fig. 68 – Typologie des agglomérations dans les lettres de commission et les instructions.

28Les commissaires-enquêteurs, dans leurs prologues et leurs certificats (fig. 69), jouent sur le même registre lexical une partition similaire mais pas tout à fait identique. D’un bout à l’autre de la période, ils s’arrêtent parfois aux seul mot de « ville » ; « ville ferme » précède bien « bonne ville », mais les adeptes de « bonne ville ferme » sont plus nombreux et plus précoces, se concentrent entre 1376 et 1413. Sans doute les élus et leurs commis s’y retrouvaient-ils, mais on conviendra que ces variations de la nomenclature d’un document à l’autre brouille la lecture diachronique des informations : la « bonne ville ferme », associée / opposée à « ville marchande » ainsi qu’à « plain pays » dans le certificat de l’enquête de 1400 pour le Beaunois-Nuiton, peut-elle avoir le même sens que la « bonne ville ferme » simplement opposée à « plat pays » dans le prologue du rôle du Châtillonnais pour 1376 ?

REF

AN

LIEU

attributs de l’agglomération

B 11520

1361

Outre-Saône

ville

B 11570

1375

Dijonnais

ville - paroisse

B 11580-1

1376

Dijonnais

ville - lieu - plat pays

B 11559

1376

Châtillonnais

bonne ville ferme - plat pays

B 11574-2

1377

Dijonnais

ville - lieu

B 11574-1

1377

Dijonnais

ville - paroisse

B 11526

1377

Nuiton

ville - village - manoir

B 11512

1379

Auxois

ville

B 11527

1379

Beaunois-Nuiton

bonne ville ferme - ville du plain pays

B 11561

1384

Châtillonnais

ville

B 11562

1391

Châtillonnais

ville

B 11562

1391

Châtillonnais

ville ferme - ville où il y a foire, marché et forteresse - ville abonnée au plain pays -
ville serve au plain pays

B 11528

1391

Beaunois-Nuiton

bonne ville ferme où il y a foire et marché -
ville marchande où il y a forteresse et marché -
autre ville du plat pays où il y a forteresse, ni foire ni marché

B 11529

1394

Beaunois-N uiton

ville

B 11563-78-79

1397

Chât. - Dijon.

ville

B 11579

1397

Dijonnais

ville ferme où il y a foire et marché - ville sans fermeté combien qu'il y ait forteresse où il y a foire et marché - abonné de ville plate sans forteresse - taillable de ville plate sans forteresse

B 11563

1397

Châtillonnais

bonne ville - ville où il y a foire, marché et forteresse - ville abonnée -
ville serve - ville où il y a feux demi sers et demifrans

B 11564

1400

Châtillonnais

ville

B 11541

1400

Chalonnais

ville ferme et marchande - ville marchande - ville non marchande

B 11564

1400

Châtillonnais

bonne ville - ville où il y a foire, marché et forteresse - ville abonnée -
ville serve - ville où il y a feux demi serfs et demi francs

B 11530

1400

Beaunois-Nuiton

bonne ville ferme - autre ville où il y a forteresse, foire et marché - autre ville du plain pays

B 11530

1400

Beaunois-Nuiton

bonne ville ferme - ville marchande - plain pays

B 11565

1406

Châtillonnais

ville

B 11565

1406

Châtillonnais

bonne ville - ville où il y a foire, marché et forteresse - ville abonnée -
ville serve - ville où il y a feux demi sers et demi frans

B 11542

1406

Chalonnais

bonne ville ferme - où il y a foire et marchief - plat pays

B 11556

1406

Charolais

bonne ville fermée et marchande - plat pays

B 11566

1413

Châtillonnais

ville

B 11543

1413

Chalonnais

ville ferme - ville où il y a foire, marché et forteresse - plat pays

B 11566

1413

Châtillonnais

bonne ville ferme - forteresse et marché - plat pays

B 11567

1417

Châtillonnais

ville

B 11567

1417

Châtillonnais

bonne ville - ville où il y a foire, marché et forteresse -
ville abonnée - ville serve

B 11568

1422

Châtillonnais

ville

B 11568

1422

Châtillonnais

bonne ville - ville où il y a foire, marché et forteresse -
autre ville abonnée - autre ville serve

B 11569-31-81

1423

Chât.-Beau-N.-Dij.

ville

B 11569-1

1423

Châtillonnais

bonne ville - ville où il y a foire, marché et forteresse -
autre ville abonnée
- autre ville serve

B 11582-1

1424

Dijonnais

ville

B 11569-2

1424

Châtillonnais

bonne ville - ville où il y a forteresse, foire et marché -
autre ville abonnée - autre ville serve

B 11583

1430

Dijonnais

ville

B 11547

1431

Chalonnais

bonne ville - forteresse, foire et marché - plat pays

B 11532

1432

Beaunois-Nuiton

bonne ville - lieu où il y a château et marché - plat pays

B 11584

1432

Dijonnais

bonne ville - lieu où il y a château et marché - plat pays

B 11533

1433

Beaunois-Nuiton

ville - village - lieu

B 11533

1433

Beaunois-Nuiton

bonne ville - lieu où il y a forteresse et marché - plat pays

B 11548

1433

Chalonnais

bonne ville - forteresse, foire et marché - plat pays

B 11521

1442

Outre-Saône

ville - village

B 11534

1442

Beaunois-Nuiton

Bourgs - ville - village

B 11534

1442

Beaunois-Nuiton

ville - village - lieu

B 11550

1442

Chalonnais

bonne ville - forteresse, foire et marché - plat pays

B 11553

1470

Chalonnais

ville

B 11521b

1474

Outre-Saône

ville - village

B 11554-22

1476

Chalon.-O.-Saône

ville

B 11592

1479

Mâconnais

ville - lieu - paroisse

B 11523

1490

Outre-Saône

ville - village - places - lieu

B 11524-11

1544

Auxois-Autunois

ville - village

B 11524

1544

Outre-Saône

ville - village - grange - moulin et autre lieu

B 11519-2

1544

Auxois

ville - métairies voisines

Fig. 69 – Typologie des agglomérations dans les prologues et les certificats des enquêteurs.

29Quant aux statuts des feux, les deux termes de « franc » et de « serf » en constituent l’armature, mais selon un lexique fort variable (fig. 70). Dans les textes normatifs, lettres de commission et instructions, la nomenclature ne distingue pas toujours clairement les feux abonnés (fixation de la taille valant affranchissement) des feux francs et des feux serfs ; elle ajoute aussi parfois une quatrième catégorie, celle des « autres manans demeurant ». La première confusion n’est peut-être due qu’à notre lecture contemporaine de ces documents dépourvus de la ponctuation ; la seconde établit la distinction entre les ressortissants du duché et les autres, voyageurs ou envoyés du roi : était-elle suffisamment évidente alors pour ne faire qu’exceptionnellement l’objet d’une explicitation ?

30Dans ces mêmes textes directifs, la nomenclature s’allonge parfois aux exemptés, se veut précise en distingant « serviteur commensal de monseigneur », « pretre et clerc », « noble annobli qui ne poursuit pas les armes » et « noble d’arme », mais l’information est bien irrégulièrement donnée.

REF

AN

LIEU

statuts des personnes

B 11575

1381

Dijonnais

franc - abonné - serf - taillable à volonté - prêtres et clercs -
noble - anobli

B 11576

1391

Dijonnais

franc abonné - serf taillable haut et bas -
noble anobli qui ne poursuit les armes - affranchi

B 11562-76

1391

Châtillon.-Dijon.

franc et abonné - serf taillable haut et bas

B 11557

1394

Charolais

franc - abonné - serf  et taillable à volonté -
nobles anoblis qui ne poursuivent pas les armes -
noble d'arme - affranchi

B 11529-40

1394

Be.-Nui.-Chalon.

franc - serf

B 11513-63-78

1397

Aux.-Chât.-Dijon.

franc - serf

B 11555

1398

Charolais

franc - taillable

B 11530-41-64

1400

Be.-Nui.-Chal.-Chât.

franc - serf

B 11542-56-65

1406

Chal.-Char.-Chât.

franc - serf

B 11543-66

1413

Chal.-Chât.

franc - serf

B 11567

1417

Châtillonnais

franc - serf

B 11568

1422

Châtillonnais

franc - abonné - serf - autre manant demeurant -
gens d'église -
noble d'arme, d'ancienneté et autre noble anobli
fréquentant les armes et vivant comme noble

B 11531-81

1423

Be.-Nui.-Dijon.

franc - abonné - serf - autre manant demeurant

B 11544

1423

Chalonnais

franc - abonné - serf - autre manant et demeurant -
gens d'église - noble d'arme et d'ancienneté et autre noble anobli fréquentant les armes et vivant comme noble

B 11569-1

1423

Châtillonnais

franc - serf - abonné - gens d'église -
noble d'arme, d'ancienneté et autre noble
anobli fréquentant les armes et vivant comme noble

REF

AN

LIEU

statuts des feux

B 11569-2

1424

Châtillonnais

franc- serf - abonné - gens d'église servant à Dieu -
noble d'armes et d'ancienneté et autre noble anobli servant et fréquentant les armes et vivant comme noble -
serviteur commensal de monseigneur

B 11582

1424

Dijonnais

franc - abonné - serf - gens d'église - noble d'origine d'ancienneté et autre noble anobli fréquentant les armes et vivant comme noble -
serviteur commensal de notre dit seigneur

B 11583

1430

Dijonnais

franc - abonné - serf - gens d’église -noble d'origine d'ancienneté et autre noble anobli servant et fréquentant les armes et vivant comme noble - officiers ordinaires - commensal de notre dit seigneur

B 11546

1430

Chalonnais

franc - serf - abonné - gens d'église semant à Dieu -
noble d'armes et d’ancienneté et autre noble anobli servant et fréquentant les armes et vivant comme noble -
officiers ordinaires - serviteur commensal de monseigneur

B 11547

1431

Chalonnais

franc – serf - abonné - gens d'église semant à Dieu -
noble semant et portant les armes et vivant comme noble

B 11532-84

1432

Be.-Nui.-Dijon.

franc - serf - abonné - gens d'église semant à Dieu -
noble servant et fréquentant les armes, vivant comme noble

B 11533

1433

Beaunois-Nuiton

franc et abonné - serf taillable-gens d'église semant à Dieu - noble servant et fréquentant les armes, vivant comme noble

B 11548

1433

Chalonnais

franc et abonné - serf et taillable

B 11534

1442

Beaunois-Nuiton

franc et abonné - serf et taillable à volonté

B 11521-50

1442

O.-Saône-Chal.

franc et abonné - serf taillable à volonté

B 11553

1470

Chalonnais

franc - abonné - serf

B 11592

1479

Mâconnais

sef - autre

Fig. 70 – Le statut des feux dans les lettres de commission et les instructions.

31La pratique suit les directives (fig. 71) mais, si les imposables sont alors clairement divisés en deux groupes, l’identification de ces derniers oscille entre plusieurs termes indifféremment associés : d’une part « franc » ou « abonné » ou « franc abonné » ou « franc et abonné » ; d’autre part « serf » ou « taillable », ou « serf et taillable », ou « serf taillable a volonté », ou « serf et taillable a volonté », ou « serf taillable haut et bas » ou « homme de mainmorte ».

REF

AN

LIEU

statuts des personnes

B 11570

1375

Dijonnais

franc - serf

B 11559

1376

Châtillonnais

abonné - serf

B 11574-2

1377

Dijonnais

franc - serf

B 11527

1379

Beaunois-Nuiton

franc - abonné - serf

B 11561

1384

Châtillonnais

abonné - serf

B 11528

1391

Beaunois-Nuiton

franc - serf

B 11528

1391

Beaunois-Nuiton

franc - abonné - serf

B 11529

1394

Beaunois-Nuiton

franc - serf

B 11579

1397

Dijonnais

abonné - taillable

B 11578

1397

Dijonnais

franc - abonné - serf

B 11530-41

1400

Be.-Nui.-Chalon

franc - serf

B 11530

1400

Beaunois-Nuiton

franc - abonné - serf

B 11542

1406

Chalonnais

franc - serf

B 11556

1406

Charolais

franc - abonné et taillable

B 11566

1413

Châtillonnais

abonné - serf

B 11543-66

1413

Chalon.-Châtillon.

franc - serf

B 11567

1417

Châtillonnais

abonné - serf

B 11567

1417

Châtillonnais

personnes tenant feu

B 11568

1422

Châtillonnais

personnes tenant feu et lieu

B 11569-1

1423

Châtillonnais

personnes tenant feu et lieu

B 11581

1423

Dijonnais

franc - abonné - serf

B 11569-2

1424

Châtillonnais

abonné - serf

B 11582-1

1424

Dijonnais

franc - abonné - serf

B 11583

1430

Dijonnais

franc - abonné - serf

B 11547

1431

Chalonnais

franc - serf

B 11532

1432

Beaunois-Nuiton

franc - serf

B 11533-48-84

1433

Be.-Nui.-Chal.-Dijon.

franc - serf

B 11534-50

1442

Be.-Nui.-Chalon

franc - serf

B 11521

1442

Outre-Saône

toutes les personnes demeurant, résidant et tenant feu et ménage... acoutumées de contribuer es aides

B 11522

1476

Outre-Saône

manants et habitants fors les nobles suivant les armes et gens d'église

B 11523

1490

Outre-Saône

habitants et tenants feu

B 11524ter

1544

Auxois

manant et habitants, tant gens d'église, noble que autres

B 11524

1544

Outre-Saône

noble - religieux - religieuses - gens d'église - autres quelconques

B 11524bis

1544

Auxois

tous les tenants feu

B 11519-2

1544

Auxois

manants et habitants tenant feu

B 11511

1544

Autunois

manants et habitants tenant feu

B 11519-1

1544

Auxois

manants, habitants, résidents tenant feu et lieu, tant noble, religieux, prêtres, gens d'église comme autre

Fig. 71/1 – Le statut des feux dans les prologues et les certificats des enquêteurs.

REF

AN

LIEU

statuts des personnes (fig. 71/2)

B 11538

v. 1360

Chalonnais

franc - serf

B 11539

v. 1360

Chalonnais

franc - serf - taillable - noble - prêtres - clercs - curés

B 11570

1375

Dijonnais

franc - serf

B 11559-80

1376

Chât.-Dijon.

abonné - serf

B 11572

1376

Dijonnais

franc (abonné) - serf

B 11526

1377

Nuiton

franc et abonné - serf

B 11527-73

1379

Be.-Nui.-Dijon.

franc - serf

B 11560

v. 1380

Châtillonnais

abonné - serf

B 11580-2

1381

Dijonnais

abonné - serf

B 11575

1381

Dijonnais

abonné - taillable

B 11561

1384

Châtillonnais

abonné - serf

B 11562-76

1391

Chât.-Dijon.

abonné - serf

B 11528

1391

Beaunois-Nuiton

franc - serf

B 11529-40

1394

Be.-Nui.-Chal.

franc - serf

B 11557

1394

Charolais

franc - taillable

B 11563

1397

Châtillonnais

abonné - serf

B 11513

1397

Auxois

abonné - serf

B 11579

1397

Dijonnais

abonné - taillable

B 11578

1397

Dijonnais

franc - serf

B 11555

1398

Charolais

franc - taillable

B 11564

1400

Châtillonnais

abonné - serf

B 11530-41

1400

Be.-Nui.-Chal.

franc - serf

B 11565

1406

Châtillonnais

abonné - serf

B 11542-56

1406

Chalon.-Charol.

franc - serf

B 11566

1413

Châtillonnais

abonné - serf

B 11514-43

1413

Auxois-Chalon.

franc - serf

B 11567

1417

Châtillonnais

abonné - serf

B 11568

1422

Châtillonnais

abonné - serf

B 11569-1

1423

Châtillonnais

abonné - serf

B 11531-44

1423

Be.-Nui-Chalon.

franc - serf

B 11581

1423

Dijonnais

franc - taillable

B 11582-1

1424

Dijonnais

abonné - taillable

B 11569-2

1424

Châtillonnais

franc - serf

B 11545

1424

Chalonnais

franc- serf  (taillable à volonté)

B 11546

1430

Chalonnais

franc- serf  (taillable à volonté)

B 11583

1430

Dijonnais

franc - taillable haut et bas

B 11547

1431

Chalonnais

franc - serf  (taillable à volonté)

B 11532-84

1432

Be.-Nui.-Dijon.

franc - serf

REF

AN

LIEU

statuts des personnes

B 11533-48

1433

Be.-Nui-Chalon.

franc - serf

B 11585

1433

Dijonnais

franc (abonné) - serf (taillable)

B 11549

1435

Chalonnais

franc - serf

B 11586

1436

Dijonnais

Abonné - taillable haut et bas

B 11515-34-50

1442

Aux.-Be.-Nui.-Chal.

franc - serf

B 11521

1442

Outre-Saône

franc abonné - serf

B 11551

1449

Chalonnais

franc - serf

B 11535

v. 1450

Beaunois-Nuiton

abonné - taillable

B 11587

v. 1450

Dijonnais

franc - taillable

B 11516

av. 1455

Auxois

franc - serf

B 11536

v. 1460

Beaunois-Nuiton

franc - serf

B 11517-52

1461

Auxois-Chalon.

franc - serf

B 11518

1470

Auxois

franc - serf

B 11553

1470

Chalonnais

franc - serf (de mainmorte)

B 11510-54

1476

Autun.-Chalon.

franc - serf

B 11522

1476

Outre-Saône

hommes de mainmorte - hommes de

B 11523

1490

Outre-Saône

hommes de

B 11524

1544

Outre-Saône

gens d'église - autre habitants

B 11511

1544

Autunois

habitants et personnes tenant feu

Fig. 71/2 – Le statut des feux dans les listes dressées par les enquêteurs.

32Pour l’identification des facultés économiques, le tableau est plus complexe encore : la plasticité lexicale est au moins aussi grande et la nomenclature comme son écriture et son mode de représentation changent beaucoup (fig. 72 et 73).

33Jusqu’en 1422, les feux imposables sont répartis en deux catégories économiques s’énonçant de quatre ou cinq façons différentes.

34Les « solvables » se disent aussi « paiables » ; les « non solvables » se disent aussi « miserables », ou « mendiants », ou « pain querrant », ou avec deux ou trois de ces termes associés.

35Le rattachement à l’une ou l’autre des catégories se fait par annotation marginale individuelle, par intitulé explicite de deux listes séparées ou par intitulé explicite de la seule liste des non-solvables, les solvables étant alors désignés par défaut.

AN

LIEU

facultés économiques

1391

Dijon-Châtillon

misérables et mendiants à une autre part -
francs à une part et serfs à une part
(implicitement paiables)

1391-1394

Dijonnais-Charolais

misérables et mendiants en seront exempts -
francs, abonnés, sers et affranchis (implicitement paiables)

1394

Dijon

paiables à une part - mendiants et misérables à une autre part

1394

Beaunois-Chalon.

solvables (francs à une part, serfs à une part) -
mendiants et misérables à une autre part

1397

Chât.-Aux.-Dijon.

solvables francs à une part, serfs à une part) -
non solvables tant francs comme serfs à une autre part

1398

Charolais

solvables (tant) - misérables (comme)

1400

Beaun.-Chât.-Chalon

solvables francs à une part, serfs à une part) -
mendiants et misérables à une autre part

1406

Chal.-Chât.-Char.

solvables francs à une part, serfs à une part) -
non solvables tant francs comme serfs à une autre part

1413

Châtillonnais

solvables francs à une part, serfs à une part) -
misérables et mendiants chacun semblablement à une part

1413

Chalonnais

solvables francs à une part, serfs à une part) -
misérables chacun semblablement à une part

1417

Châtillonnais

solvables (feux francs et serfs) -
misérables et non solvables
(feux francs et serfs)

1422

Châtillonnais

solvables (feux francs, abonnés et serfs) misérables, non solvables et femmes veuves (idem)

1423

Chalonnais

solvables - mendiants - misérables - femmes -
veuves tenant feu et ménage

1423-1424

1430

Beaun.-Dijon.-Chât.

solvables - mendiants - misérables - femmes - veuves et autres tenant feu et ménage

1431-1432

Chalon.-Beau-Nui.-

Dijon.

solvables - misérables - mendiants - femmes - veuves et autres tenant feu et ménage

1433

Chalon.-Beau-Nui.

solvables - misérables - mendiants (trois manières de distinction : les plus riches ayant bonnes facultés et chevances à part, les moyens ou misérables d'autre part, les épouses et mendiants querrant leurs aumônes aussi à part)

1442

Chalon.-Beau-Nui.

solvables - misérables - mendiants (les plus riches et puissants gens pour feux solvables à part, les moyens et misérables à part, les très pauvres et mendiants aussi à part)

1470

Chalonnais

solvables - misérables - mendiants - femmes -
veuves et autres tenant feu et ménage

Fig. 72 – Les facultés économiques des feux dans les lettres de commission et les instructions.

REF

AN

LIEU

facultés économiques

B 11520

1361

Outre-Saône

mendiants - francs (implicitement solvables)

B 11570

1375

Dijonnais

misérables - francs et serfs (implicitement solvables)

B 11527

1379

Beaunois-Nuiton

misérables, mendiants et pains querrant (hormis) - francs et serfs (implicitement solvables)

B 11561

1384

Châtillonnais

solvables - misérables

B 11562

1391

Châtillonnais

solvables

B 11528

1391

Beaunois-Nuiton

solvables - misérables

B 11562

1391

Châtillonnais

solvables (tant) - misérables et mendiants (comme)

B 11529

1394

Beaunois-Nuiton

misérables - francs et serfs (implicitement solvables)

B 11579

1397

Dijonnais

paiables

B 11563

1397

Châtillonnais

solvables

B 11578

1397

Dijonnais

solvables - misérables

B 11563

1397

Châtillonnais

solvables - misérables - mendiants (comme)

B 11541-64

1400

Chal.-Chât.

solvables

B 11530

1400

Beaunois-Nuiton

paiables - misérables

B 11564

1400

Châtillonnais

solvables - misérables - mendiants (comme)

B 11542-65

1406

Chal.-Chât.

solvables

B 11565

1406

Châtillonnais

solvables - misérables - mendiants (comme)

B 11543

1413

Chalonnais

solvables

B 11566

1413

Châtillonnais

solvables - misérables et mendiants (sans les)

B 11566

1413

Châtillonnais

solvables - mendiants - misérables comme autres

B 11567

1417

Châtillonnais

solvables

B 11567

1417

Châtillonnais

solvables - misérables - mendiants (comme)

B 11568

1422

Châtillonnais

solvables ou payables - misérables ou mieux aidant à payer - mendiants (à deux points - à un point - non point)

B 11569-81

1423

Châtillon.-Dijon

misérables - femmes - veuves et mendiants - francs, serfs solvables

B 11582-83

1424

Dijonnais

misérables - femmes - veuves et mendiants - francs, serfs solvables

B 11532-84

1432

Be.-Nui.-Dijon.

misérables - femmes - veuves et mendiants - francs, serfs solvables

B 11533

1433

Beaunois-Nuiton

misérables - femmes - veuves et mendiants - francs, serfs solvables

B 11534

1442

Beaunois-Nuiton

misérables - femmes - veuves et mendiants - francs, serfs solvables

B 11517

1461

Auxois

solvables - moyens - aidables

B 11553

1470

Chalonnais

solvables - moyens

B 11518

1470

Auxois

solvables - moyens - aidables misérables

B 11521b

1474

Outre-Saône

bons - moyens - aidants et misérables

B 11592

1479

Mâconnais

feux des plus grandes facultés (quatre points) -
les autres de moindre faculté (trois points) –
les autres (deux points) - les plus pauvres (un point)

Fig. 73/1 – Les facultés économiques des feux dans les prologues et les certificats des enquêteurs.

36Ponctuellement à partir de 1391 et systématiquement à partir de 1423, le terme de « miserable » prend de l’autonomie et les feux imposables sont alors répartis en trois groupes : les « paiables », les « miserables » et les « mendiants » ou « pain querrant ». Les lettres de commission explicitent alors le changement en parlant, en 1433, de « trois manieres de distinctions, c’est assavoir les plus riches ayons bonnes facultez et chevances pour solvables a part, les moyens ou miserables d’aultre part, et les tres pauvres et mandians querans leurs aulmones aussi apport » ou en 1442 des « plus riches et puissans gens pour feux solvables a part, les moyens et miserables a part et les tres pauvres et mendions aussi a part ».

37Cette catégorisation à trois niveaux et son vocabulaire disparaissent avec le dernier duc, remplacée par une hiérarchie à quatre niveaux identifiés avec des termes différents : les listes de 1474 pour le comté d’Auxonne classent déjà les feux en « bons, moyens, aidans et faibles » ; les commis de 1478-1479 pour le bailliage de Mâcon indiquent dans leur prologue qu’au regard des feux « des plus grans facultez avons mis quatre points, sur les aultres de moindre faculté trois pointz, sur les autres deux pointz et sur les plus pauvres ung point ».

38Les mêmes mots n’ont donc pas eu toujours le même sens, pas même dans les discours directifs et, dans cette souplesse lexicale, sont confondues des modifications de structures et des négligences ou des facilités de langage individuelles.

39Cela ne pouvait évidemment pas faciliter la lecture des données accumulées et leur transmission.

REF

AN

LIEU

facultés économiques (fig. 73/2)

B 11539

v. 1360

Chalonnais

marge : misérables/pain quérant -
nobles, prêtres, clercs, curés

B 11570

1375

Dijonnais

listes misérables

B 11580-1

1376

Dijonnais

marge : p° (payables) - mis(érables)

B 11572

1376

Dijonnais

marge : mis(érables)

B 11526

1377

Nuiton

listes solvables - non solvables

B 11527

1379

Beaunois-Nuiton

listes misérables

B 11573

1379

Dijonnais

listes solvables - mendiants et misérables

B 11560

v. 1380

Châtillonnais

listes misérables

B 11575-80

1381

Dijonnais

listes payables - misérables

B 11561

1384

Châtillonnais

listes misérables

B 11528

1391

Beaunois-Nuiton

listes misérables

B 11562-76

1391

Châtillon.-Dijon.

listes solvables - misérables - mendiants

B 11529

1394

Beaunois-Nuiton

listes misérables

B 11557

1394

Charolais

listes misérables

B 11577

1394

Dijonnais

listes solvables - mendiants et misérables

B 11540

1394

Chalonnais

listes solvables - misérables - mendiants

REF

AN

LIEU

facultés économiques

B 11513-78-79

1397

Auxois-Dijonnais

listes solvables/payables - misérables

B 11563

1397

Châtillonnais

listes solvables - misérables - mendiants

B 11555

1398

Charolais

listes misérables

B 11530-41

1400

Be.-Nui.-Chalon.

listes solvables/payables - misérables

B 11564

1400

Châtillonnais

listes solvables - misérables - mendiants

B 11542-56

1406

Chalon.-Charroi.

listes solvables - misérables

B 11565

1406

Châtillonnais

listes solvables - misérables - mendiants

B 11566

1413

Châtillonnais

marge : Sol - Mis - md

B 11543

1413

Chalonnais

listes solvables - misérables - mendiants

B 11514

1413

Auxois

listes solvables - misérables pauvres gens

B 11567

1417

Châtillonnais

listes solvables - misérables - mendiants

B 11568

1422

Châtillonnais

listes solvables - misérables - mendiants

B 11531-81

1423

Be.-Nui.-Dijon.

listes payables - misérables

B 11544

1423

Chalonnais

listes solvables - misérables - mendiants

B 11545-69-82

1424

Chal.-Chât.-Dijon

listes solvables - misérables - mendiants

B 11546

1430

Chalonnais

listes solvables - misérables - mendiants

B 11583

1430

Dijonnais

listes solvables - misérables - mendiants

B 11547

1431

Chalonnais

listes solvables - misérables - mendiants

B 11532

1432

Beaunois-Nuiton

listes solvables - misérables - mendiants

B 11584

1432

Dijonnais

listes solvables - misérables - mendiants

B 11533-48

1433

Be.-Nui.-Chalon.

listes solvables - misérables - mendiants

B 11585

1433

Dijonnais

listes solvables - misérables - mendiants

B 11549

1435

Chalonnais

listes solvables - misérables - mendiants

B 11586

1436

Dijonnais

listes solvables - misérables - mendiants

B 11515-21-34-50

1442

Aux.-O.Saô.-Be.-Nui.-Chal.

listes solvables - misérables - mendiants

B 11516-35-51-87

v. 1450

Aux.-Be.-Nui.-Chal.-Dijon.

marge : S(olva.) -M(oyens) - A(idables)

B 11536

v. 1460

Beaunois-Nuiton

marge : + - _ - rien

B 11589

v. 1460

Dijonnais

marge : + - _ - rien

B 11517

1461

Auxois

marge: S(ol.) - M(oyens) - A(idables)

B 11590

v. 1470

Dijonnais

marge: S(ol) - Ms(is.) ou I - M(end.) ou _

B 11518

1470

Auxois

marge : S(ol.) - M(oyens) - rien

B 11537

1470

Beaunois-Nuiton

marge: S(ol.) - Ms(is.) ou I - M(end.) ou _

B 11553

1470

Chalonnais

listes solvables - moyens - misérables

B 11521b

1474

Outre-Saône

listes bons - moyens - aidants - misérables

B 11592

1479

Mâconnais

marge : 4 pts (feux des plus gr.des facultés) 3 pts
(les autres de moindre faculté)
-
2 pts (les autres) - 1pt (les plus pauvres)

Fig. 73/2 – Les facultés économiques des feux dans les listes dressées par les enquêteurs.

40Sans doute l’effet de confusion est-il grossi depuis notre point de vue embrassant la série entière et il ne faut évidemment pas l’attribuer tel quel au temps de rédaction et d’usage de ses documents : les rédacteurs et les utilisateurs n’avaient pas cette profondeur de champ et au plus ne travaillaient-ils sur leur registre qu’avec le modèle de la cherche précédente.

41Mais à rassembler toutes les informations disponibles sur chaque fouage – la figure 75 livre quelques cas bien éclairés–, il est aisé de voir que les incohérences ne manquent pas d’une cherche à l’autre dans la même circonscription, que la concertation n’existe pas d’un commissaire à l’autre pour un même fouage, qu’il y a même discordance entre ce qui est énoncé dans les prologues, les lettres de commission, et les listes d’un même registre. Il suffit de commenter l’année 1391 pour évoquer les principales divergences. Dans le seul Châtillonnais, les « mendiants » ne sont pas de même nature selon qu’ils sont cités dans les lettres de commission et les prologues ou dans les listes : dans les deux premiers cas ils sont coordonnés aux misérables et confondus avec eux dans « une part » ; dans les listes, ils sont dissociés des misérables (fig. 74) ; dans le certificat, ils sont à nouveau confondus, implicitement cette fois, puisque celui-ci ne rapporte que le nombre des solvables.

42En 1391 toujours, si les listes réalisées en Châtillonnais et en Dijonnais sont formatées semblablement, celles du Beaunois-Nuiton adoptent une présentation différente et cette variabilité des présentations se remarque pour toutes les années ou presque.

Fig. 74 – Miserables et mendiens dissociés dans le dénombrement de Bissey-les-Pierres (ADCO B 11562, fol. 6v – Châtillonnais, 1391).

Fig. 75 – Facultés économiques des feux : variations des présentations pour quelques fouages particulièrement bien éclairés.

43Parfois les listes sont uniques, par localité ou par paroisse et par rue, avec les informations économiques indexées en marge devant chaque nom : c’est évidemment le cas des villes, où tous les feux sont francs. Parfois la somme payée est affichée quand la quote-part est préalablement fixée (fig. 76) ou bien quand il s’agit d’une re-cherche ou d’une cherche-compte et non plus de la cherche primaire.

Fig. 76 – Organisation des dénombrements urbains : listes par rue annotées, somme individualisée (ADCO B 11520, fol. 4v – Auxonne, 1360-1361).

44Ailleurs les listes sont toujours uniques mais ordonnées, avec les seigneurs et châtelains en tête, suivis des clercs, puis la roture, parfois classée en corps de métiers : c’est le cas des cherches du XVIe siècle (fig. 79). Ailleurs encore, les listes sont toujours uniques mais non ordonnées et les informations socio-économiques figurent au regard des noms et surnoms (fig. 77).

Fig. 77 – Organisation des dénombrements par liste unique annotée : condition personnelle indiquée à la suite des surnoms (ADCO B 11512, fol. 3v – Auxois 1378).

45Il y a aussi les dénombrements présentant des listes multiples, pour chaque faculté économique, chaque statut personnel et chaque rattachement seigneurial dans chaque localité (fig. 82), ou bien des listes multiples annotées dans lesquelles les populations sont listées uniquement en fonction du statut personnel, les facultés économiques étant indiquées par indexation marginale collective ou en regard de chaque nom et surnom (fig. 83 et 84).

46De ces signets marginaux l’imagination est foisonnante, parfois – mais trop rarement - expliquée : ici les mots entiers ou contractés, ou bien les seules initiales de payable, solvable, misérable, mendiant, allé, vacant, mort, noble... ; là des accolades, ailleurs des croix, ou des traits verticaux et/ou horizontaux, ou des points plus ou moins nombreux. De ce foisonnement des formatages de l’information, le tableau 78 donne le détail typologique, les figures 79 à 85 permettent de présenter quelques cas, les tableaux 86 et 87 fournissent respectivement les variations géographiques et chronologiques du mode d’enregistrement parmi les circonscriptions les mieux documentées.

47Il est certain que les commissaires réalisent le travail demandé, mais les modalités pratiques se révèlent faiblement encadrées par les donneurs d’ordre, nourries à l’évidence de la diversité des manières empiriques et des trouvailles personnelles des intervenants.

AN

MODES D'IDENTIFICATION : listes urbaines

1361

par rue - faculté et somme payée en marge

1376

par paroisse et par rue - faculté et somme payée en marge

1377

par paroisse et par rue - faculté et somme payée en marge

1394

par paroisse et par me pour chaque faculté économique

1424

par paroisse et par me pour chaque faculté économique

AN

MODES D’IDENTIFICATION : nombre de feux

1285

par localité et rattachement seigneurial

1376

par localité

AN

MODES D’IDENTIFICATION : liste unique

1476

par localité

1544

par localité

AN

MODES D'IDENTIFICATION : liste unique ordonnée

1543

par localité, qualité ou métier à la suite des noms et surnoms

1544

par localité, prêtres et nobles regroupés en tête - nb d'âmes par feu indiqué

1544

par localité, prêtres et nobles regroupés en tête

1544

par localité, prêtres et nobles regroupés en tête

AN

MODES D’IDENTIFICATION : liste unique annotée

v. 1360

par localité - statut personnel et faculté économique en marge

1376

par localité - statut personnel et faculté économique en marge

1379

par localité - statut du feu individualisé ou collectivement indiqué

1479

par localité - faculté économique en marge

AN

MODES D'IDENTIFICATION : listes multiples annotées

1376

par localité pour chaque statut personnel - faculté économique en marge

1377

par localité pour chaque statut personnel - faculté économique en marge

1391

par localité pour chaque statut personnel - faculté économique en marge

1413

par localité par statut du feu et seigneurie - faculté éco. et feux fiscaux en marge

1422

par localité par statut du feu et seigneurie - faculté éco. et feux fiscaux en marge

1424

par localité pour chaque statut personnel et seigneurie - faculté éco. en marge

1433

par localité pour chaque faculté économique - statut personnel en marge

1449

par localité pour chaque statut personnel - faculté économique en marge

v. 1455

par localité pour chaque statut personnel - faculté économique en marge

v. 1450

par localité pour chaque statut personnel - faculté économique en marge

v. 1450

par localité pour chaque statut personnel - faculté économique en marge

v. 1460

par localité pour chaque statut personnel - faculté économique en marge

v. 1460

par localité pour chaque statut personnel - faculté économique en marge

1461

par localité pour chaque statut personnel - faculté économique en marge

1470

par localité pour chaque statut personnel - faculté économique en marge

1470

par localité pour chaque statut personnel - faculté économique en marge

v. 1470

par localité pour chaque statut personnel - faculté économique en marge

Signets marginaux

LIEU

REF

Explic.

S - somme en regard de chaque nom

Auxonne

B 11520

mis - alez - vacans - C.te - rien - somme

Dijon

B 11571

commentaires détaillés

Dijon

B 11574-1

Dijon

B 11577

Dijon

B 11582

Signets marginaux

LIEU

REF

Explic.

Beaunois

B 11525

Châtillonnais

B 11559

Signets marginaux

LIEU

REF

Explic.

Charolais

B 11558

Auxois

B 11524b

Signets marginaux

LIEU

REF

Explic.

Dijonnais

B 11591

Auxois

B 11519-1

Auxois

B 11519-2-524ter

Autunois-Outre-Saône

B 11511-24

Signets marginaux

LIEU

REF

Explic.

Accolades

Chalonnais

B 11539

- mis – ab p° - ab

Dijonnais

B 11580-1

Accolades

Auxois

B 11512

Points - mendiant

Mâconnais

B 11592

oui

Signets marginaux

LIEU

REF

Explic.

mis- med – rien

Dijonnais

B 11572

Mis - M. – rien

Dijonnais

B 11574-2

m - pm – sers - rien

Beaunois-Nuiton

B 11528

oui

Sol - solvables - S - mis - md-accolades

Châtillonnais

B 11566

Points

Châtillonnais

B 11568

oui

Accolades

Châtillonnais

B 11569-2

croisiez sers - non croisiez frans - mort - alez

Dijonnais

B 11585

oui

S – M - A

Chalonnais

B 11551

A - S – M -exempt - noble - rien

Auxois

B 11516

A - --- - m - S - rien

Beaunois-Nuiton

B 11535

A – M - S

Dijonnais

B 11587

signes moins ou plus ou rien

Beaunois-Nuiton

B 11536

des + et des -

Dijonnais

B 11589

A - S - M - (rien)

Auxois

B 11517

oui

M – S - (rien)

Auxois

B 11518

oui

Sol - M ou - - MS ou I - nobles - exant

Beaunois-Nuiton

B 11537

Md ou Mis - S ou Sol - M ou - & I

Dijonnais

B 11590

Fig. 78/1 – Organisation des dénombrements : nombre de feux, listes urbaines, listes uniques ou multiples annotées.

AN

MODES D'IDENTIFICATION : liste multiples non annotées

v1360

par localité pour chaque statut personnel

1461

par localité pour chaque statut personnel

1474

par localité pour chaque faculté économique

1476

par localité pour chaque statut personnel

v.1380

par localité pour chaque statut personnel et faculté éco. (solvables implicites)

1381

par localité pour chaque statut personnel et faculté économique

1384

par localité pour chaque statut personnel et faculté économique

1391

par localité pour chaque statut personnel et faculté économique

1394

par localité pour chaque statut personnel et faculté économique

1397

par localité pour chaque statut personnel et faculté économique

1400

par localité pour chaque statut personnel et faculté économique

1406

par localité pour chaque statut personnel et faculté économique

1413

par localité pour chaque statut personnel et faculté économique

1423

par localité pour chaque statut personnel et faculté économique

1424

par localité pour chaque statut personnel et faculté économique

1430

par localité pour chaque statut personnel et faculté économique

1431

par localité pour chaque statut personnel et faculté économique

1432

par localité pour chaque statut personnel ci faculté économique

1433

par localité pour chaque statut personnel et faculté économique

1435

par localité pour chaque statut personnel et faculté économique

1442

par localité pour chaque statut personnel et faculté économique

1470

par localité pour chaque statut personnel et faculté économique

1375

par localité par statut personnel îles solvables, liste commune pour les insolvables

1377

par localité par statut personnel îles solvables, liste commune pour les insolvables

1379

par localité par statut personnel îles solvables, liste commune pour les insolvables

1381

par localité par statut personnel îles solvables, liste commune pour les insolvables

1394

par localité par statut personnel îles solvables, liste commune pour les insolvables

1391

par localité par statut personnel, rattachement seigneurial et faculté économique

1394

par localité par statut personnel, rattachement seigneurial et faculté économique

1397

par localité par statut personnel, rattachement seigneurial et faculté économique

1398

par localité par statut personnel, rattachement seigneurial et faculté économique

1400

par localité par statut personnel, rattachement seigneurial cl faculté économique

1406

par localité par statut personnel, rattachement seigneurial et faculté économique

1417

par localité par statut personnel, rattachement seigneurial et faculté économique

1423

par localité par statut personnel, rattachement seigneurial et faculté économique

1424

par localité par statut personnel, rattachement seigneurial et faculté économique

1430

par localité par statut personnel, rattachement seigneurial et faculté économique

1432

par localité par statut personnel, rattachement seigneurial et faculté économique

1436

par localité par statut personnel, rattachement seigneurial et faculté économique

Signets marginaux

LIEU

REF

Explic.

Chalonnais

B 11538

Chalonnais

B 11552

Outre-Saône

B 115211b

Autunois-Chalonnais

B 11510-54

Châtillonnais

B 11560

Dijonnais

B 11580-2

Châtillonnais

B 11561

Dijonnais

B 11576

Châtillonnais

B 11540

Auxoïs Dijonnais

B 11513-78

Be.-Nuiton-Chalon.

B 11530-41

Chalonnais

B 11542

Auxoïs Dijonnais

B 11514-43

Be. -Nuiton-Dijon.

B 11531 44 81

Chalonnais

B 11545

Chalonnais

B 11546

Chalonnais

B 11547

Beaunois-Nuition

B 11532

Be.-Nuiton-Chalon.

B 11533-48

oui

Chalonnais

B 11549

Aux.-O. Sâo.-Nui. Chal.

B 11515-21-3450

oui

Chalonnais

B 11553

Dijonnais

B 11570

Nuition

B 11520

oui

Be. -Nuiton-Dijonnais

B 11527-73

Dijonnais

B 11575

Beaunois-Nuition

B 11529

Châtillonnais

B 11562

Charolais

B 11557

Châtillonnais-Dijonnais

B 11563-79

Charolais

B 11555

Châtillonnais

B 11564

Charolais-Châtillonnais

B 11556-65

Châtillonnais

B 11567

Châtillonnais

B 11569-1

Dijonnais

B 11582-1

Dijonnais

B 11583

Dijonnais

B 115S4

Dijonnais

B 115S6

Fig. 78/2 - Organisation des dénombrements : listes multiples non annotées.

Fig. 79 – Organisation des dénombrements : liste unique ordonnée (le feu noble d’abord, les autres ensuite) à Millay au bailliage d’Autun en 1543-1544 (ADCO B 11511, fol. 49).

Fig. 80 – Organisation des dénombrements : liste unique annotée (les feux miserables et impotents) à Genay au bailliage d’Auxois en 1378 (ADCO B 11512, fol. 11v).

Fig. 81 – Organisation des dénombrements : listes multiples par localité, statut et faculté économique du feu, Fontaines en Dijonnais, 1391 (ADCO B11576, fol. 6-7).
« Lesfeulx de la ville de Fort/taines. Et [.] sont [.] abonnés. / Et premierement les [.] paiables...
Item s'ensuignent les feulx miserables /de ladicte ville. Et premierement...
Item les feulx mandians
/ de ladicte ville de Fontaines. / Et premierement... »

Fig. 82 – Organisation des dénombrements : listes multiples par paroisse (localité), seigneurie, statut et faculté des feux à Vault en Charolais en 1406 (ADCO B 11556, fol. 2).

Fig. 83 – Organisation des dénombrements : listes multiples annotées (les solvables) à Couchey en Dijonnais en 1433 (ADCO B 11585, fol. 70). Dans la marge : « Nota que les croisiez sont frans solvables et les non croisiez sont sers solvables. »

Fig. 84 – Organisation des dénombrements : listes multiples annotées (les miserables) à Latrecey en Châtillonnais en 1422 (ADCO B 11568, fol. 36v). Les points accompagnant certains noms sont expliqués dans le prologue du dénombrement (fol. 2v) : « Est assavoir que les personnes ty dedens escriptes mises pour miserables signees a un point aprés leurs noms sont mieulx aidans a payer que les non poins et les autres payables a deux points aprés leursdiz noms sont mieulx payables et aidans à payer que ceulx signez a ungpoint. »

Fig. 85 – Organisation des dénombrements : liste unique annotée au villaige de Boye en Mâconnais en 1478-1479 (ADCO B 11592) : un feu est déclaré mendient et les autres sont caractérisés par des points dont la signification est donnée par les commissaires dans leur prologue (fol. 2) : « Avons trouvé en chascune desdites villes et paroisses / les habitans et tenans feux cy dessoubz escript, / et iceulx habitans et tenans feux estre des facultez / par nous signees et notees sur les noms et/surnoms de chascun desdiz habitans. / Et lesquelx avons noté et signé en la maniere que / s’ensuit, c’est assavoir que sur les noms et/surnoms de ceulx que avons trouvez estre des / plus grans facultez avons mis quatre points, sur / les aultres de moindre faculté trois pointz, sur les / autres deux pointz et sur les plus pauvres ung / point. »

Fig. 86 – Organisation des dénombrements : présentation par fouage (années les mieux documentées).

Fig. 87/1 – Organisation des dénombrements dans les bailliages d'Auxois et du Châtillonnais.

Fig. 87/2 – Organisation des dénombrements dans le bailliage du Dijonnais et sa lieutenance du Beaunois-Nuiton.

48Rien dans les registres ne permet d’assigner de sens caché et de but crypté à ces dénombrements. De toute façon, si le prince et ses conseillers rêvaient d’instrumentaliser les cherches des feux comme moyen de connaître les ressources humaines du pays et le détail du pouvoir des vassaux, ils ne maîtrisaient pas la fabrication des enquêtes et l’on voit mal comment ils auraient pu communiquer des ordres secrets à l’un ou l’autre des commissaires. Les donneurs d’ordres devant qui les commis étaient responsables, restent les élus des gens des trois etats, c’est-à-dire justement les premiers des aristocrates, les plus en vue des ecclésiastiques et les plus influents des bourgeois, dont il était sans doute très utile de connaître la fortune et l’influence, surtout en cette période troublée pleine de conflits, de trahisons et de trafics d’influence entre Bourgogne, France et Angleterre, mais qui n’avaient, on l’a rappelé en introduction après bien des spécialistes, aucun intérêt à accroître ainsi le pouvoir du prince.

  • 6 ADCO B 11563, fol. 2 (Châtillonnais 1397).

49Il est certes possible de s’interroger sur la raison de la recension des populations par seigneuries de rattachement qui, sans être demandée, est un critère de présentation pour quatorze rôles des années 1391 à 1436 du Châtillonnais, du Dijonnais et du Charolais : n’étant pas un critère de différenciation fiscale, il fallait lui trouver une autre raison. Il en est deux possibles, complémentaires : de même que le duc devait passer par les seigneurs pour imposer leurs hommes ses sujets, les enquêteurs sur le terrain se faisaient aider des « justices des lieux et des plus notables personnes d’icelles villes [pour se faire] rappourter teoutes les personnes tenant feu en chascune desdites villes... »6. Cette présentation préserve le droit du seigneur justicier et il faudrait plutôt s’étonner qu’elle ne soit pas alors systématique ; elle renvoie plus prosaïquement aux modalités mêmes de certains enregistrements, non pas effectués directement par les commis au contact des populations, mais passant par les représentants des institutions d’encadrement locales.

50Aucun plan d’ensemble n’est perceptible à la lecture des rôles, aucun autre dessein que celui d’asseoir au coup par coup l’assiette d’impôts extraordinaires n’est perceptible entre leurs lignes : tant mieux si l’administration centrale y glanait des informations autres, mais cela n’était pas inscrit, même subrepticement, dans leur origine.

51On y voit au contraire s’y déployer, face à un cahier des charges exprimé sans grande rigueur, des réponses respectant certes la commande quant au fond mais sous des formats très divers, personnalisés, fruits du savoir-faire ou de l’improvisation de chaque rédacteur ou équipe de rédaction.

52La lecture sérielle et diachronique, au moins d’une cherche à l’autre, était pourtant requise, et elle est bien attestée, pour guider par les précédentes aussi bien les enquêtes que les mises d’assiette suivantes. Elle n’était visiblement pas facilitée.

  • 7 Voir la fig. 8, qui compile les mentions de « difficultés » évoquées par les élus et leurs commissa (...)
  • 8 Merci à Pascal Chareille (Lamop) pour ses conseils en matière d’analyses statistiques : celles qui (...)

53Le travail était-il bien fait au moins ? Les enquêteurs rendaient-ils les rôles sans retard et quel cœur mettaient-ils à leur ouvrage, à « parfaire » les dénombrements malgré les inévitables réticences et dangers qu’ils ne pouvaient pas manquer de rencontrer7 ? Les mises d’assiettes se faisaient-elles sans injustice ? Les encaissements étaient-il purs de toute prise d’intérêt ? Telles sont les questions auxquelles les trois derniers chapitres vont s’attacher8.

Notes

1 On a tenté ici de « Mesurer le texte » : la formule est empruntée au volume XVIII de la revue Histoire et mesure, qui porte se titre et donne à lire de belles expériences d’études de linguistique statistique. En regard, notre analyse apparaîtra sans doute bien artisanale faute déjà de n’avoir pas utilisé les outils lexicométriques, automatiques ou presque, désormais disponibles, faute aussi de n’avoir pas tenté les analyses factorielles qui éclairent, par exemple, l’analyse des qualités des officiers par types d’office dans le duché de Bourbon dans le bel ouvrage d’Olivier Mattéoni, Servir le prince, les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Age (1356-1523), Publications de la Sorbonne, Paris, 1998, p. 266 et suiv.

2 Les variations graphiques n’ont pas été enregistrées dans les tableaux pour mieux attirer l’attention sur les variations lexicales. Dans les tableaux concernant les lettres de commission des élus et les mandements ducaux, ne restent que les textes marqués par les différences lexicales : ont été regroupés en une seule ligne les doublons parfaits afin de ne pas comptabiliser deux fois la même occurrence dans les tableaux du palmarès et du genre des valeurs affichées.

3 Au début du XVe siècle, le châtelain de Germolles, au bailliage de Chalon, touche 20 francs à l’année (ADCO B 4788 et suivants).

4 Par exemple ADCO B 11510 (Autunois 1476).

5 ADCO B 11568-1 (Châtillonnais 1422).

6 ADCO B 11563, fol. 2 (Châtillonnais 1397).

7 Voir la fig. 8, qui compile les mentions de « difficultés » évoquées par les élus et leurs commissaires : elles concernent trente-sept registres.

8 Merci à Pascal Chareille (Lamop) pour ses conseils en matière d’analyses statistiques : celles qui sont présentées restent évidemment très en-deçà de ce que lui-même pourrait faire.

Table des illustrations

Légende Fig. 53 – L’argumentaire princier : « que c’est pour notre seureté et le bien, proffict, / utillité et sollaigement de nos subjectz / sur la distribution et vente dudict sel... »ADCO B 11524bis, fol. 2 (Avallon, 1544).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 54 – La rhétorique des enquêteurs : « Et nous Guillemot Chambellan et Eienart Ducret, commis que / dessus, certiffions et affermons en verité avoir faite en noz personnes ceste / presente cerche par la maniere que cy devant est escript le plus au vray / que faire avons peu... »ADCO B 11585, fol. 205 (Dijonnais, 1433).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 55 – Les instructions des élus : « Ce sont les instructions [...] Premierement [...] Item l’on levera pour paier ladite somme/es villes fermes dudit duchiéjusques a/la riviere de Soone par chascun feu I gros par/sepmene, le fort pourtant le foible, exceptey... »ADCO B 11576, fol. 2 (Dijonnais, 1391).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 56 – L’argumentaire princier : « ...au sollaigement, utillité / et repos de nosdits subjectz et republicque... » : ADCO B 11524bis (Avallon 1544, fol. 2).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 57 – Réalisation de l’enquête : le vocabulaire des élus dans les mandements et les lettres de commission.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 58 – Réalisation de l’enquête : le vocabulaire des commis dans les prologues et les certificats.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 59 – Répartition de l'aide : le vocabulaire des élus (lettres de commission, mandements) et des commis (prologues et certificats).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 66 – Réalisation de l'enquête : les intstructions des élus d'après les lettres de commission.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 67 – Réalisation de l'enquête : les pratiques d'après les prologues et les certificats des commissaires.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 74 – Miserables et mendiens dissociés dans le dénombrement de Bissey-les-Pierres (ADCO B 11562, fol. 6v – Châtillonnais, 1391).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 75 – Facultés économiques des feux : variations des présentations pour quelques fouages particulièrement bien éclairés.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 76 – Organisation des dénombrements urbains : listes par rue annotées, somme individualisée (ADCO B 11520, fol. 4v – Auxonne, 1360-1361).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 77 – Organisation des dénombrements par liste unique annotée : condition personnelle indiquée à la suite des surnoms (ADCO B 11512, fol. 3v – Auxois 1378).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 79 – Organisation des dénombrements : liste unique ordonnée (le feu noble d’abord, les autres ensuite) à Millay au bailliage d’Autun en 1543-1544 (ADCO B 11511, fol. 49).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 80 – Organisation des dénombrements : liste unique annotée (les feux miserables et impotents) à Genay au bailliage d’Auxois en 1378 (ADCO B 11512, fol. 11v).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 81 – Organisation des dénombrements : listes multiples par localité, statut et faculté économique du feu, Fontaines en Dijonnais, 1391 (ADCO B11576, fol. 6-7).« Lesfeulx de la ville de Fort/taines. Et [.] sont [.] abonnés. / Et premierement les [.] paiables...Item s'ensuignent les feulx miserables /de ladicte ville. Et premierement...Item les feulx mandians / de ladicte ville de Fontaines. / Et premierement... »
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 82 – Organisation des dénombrements : listes multiples par paroisse (localité), seigneurie, statut et faculté des feux à Vault en Charolais en 1406 (ADCO B 11556, fol. 2).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 83 – Organisation des dénombrements : listes multiples annotées (les solvables) à Couchey en Dijonnais en 1433 (ADCO B 11585, fol. 70). Dans la marge : « Nota que les croisiez sont frans solvables et les non croisiez sont sers solvables. »
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 84 – Organisation des dénombrements : listes multiples annotées (les miserables) à Latrecey en Châtillonnais en 1422 (ADCO B 11568, fol. 36v). Les points accompagnant certains noms sont expliqués dans le prologue du dénombrement (fol. 2v) : « Est assavoir que les personnes ty dedens escriptes mises pour miserables signees a un point aprés leurs noms sont mieulx aidans a payer que les non poins et les autres payables a deux points aprés leursdiz noms sont mieulx payables et aidans à payer que ceulx signez a ungpoint. »
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 85 – Organisation des dénombrements : liste unique annotée au villaige de Boye en Mâconnais en 1478-1479 (ADCO B 11592) : un feu est déclaré mendient et les autres sont caractérisés par des points dont la signification est donnée par les commissaires dans leur prologue (fol. 2) : « Avons trouvé en chascune desdites villes et paroisses / les habitans et tenans feux cy dessoubz escript, / et iceulx habitans et tenans feux estre des facultez / par nous signees et notees sur les noms et/surnoms de chascun desdiz habitans. / Et lesquelx avons noté et signé en la maniere que / s’ensuit, c’est assavoir que sur les noms et/surnoms de ceulx que avons trouvez estre des / plus grans facultez avons mis quatre points, sur / les aultres de moindre faculté trois pointz, sur les / autres deux pointz et sur les plus pauvres ung / point. »
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 86 – Organisation des dénombrements : présentation par fouage (années les mieux documentées).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 87/1 – Organisation des dénombrements dans les bailliages d'Auxois et du Châtillonnais.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 87/2 – Organisation des dénombrements dans le bailliage du Dijonnais et sa lieutenance du Beaunois-Nuiton.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1534/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 486k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search