Version classiqueVersion mobile

Archéologie d'un document d'archives

 | 
Patrice Beck

III. Réglure et mise en page

Des modules variés

Texte intégral

1Comment l’information est-elle mise en page ?

2La question a son importance, puisque les données enregistrées doivent être transmises à d’autres personnes qui les mettront en œuvre : aux élus qui définissent la somme attendue dans chaque localité ; aux receveurs qui réalisent le prélèvement en fonction des quotités établies. Ce recours aux données de base enregistrées par le dénombrement peut de surcroît se répéter plusieurs fois quand la levée du fouage suivant n’est pas précédée d’une enquête spécifique ou quand, pour réaliser le nouveau dénombrement, il est fait appel au modèle du précédent.

3Pour bien faire alors, l’ordonnancement des pages par la réglure, guidant l’écriture et la position des informations dans le cadre ainsi préétabli, doit être régulier, globalement sinon strictement similaire d’un registre à l’autre, au moins pour un même fouage. Ne sont-ce pas là des exigences légitimes et fondamentales de toute administration ? Quand bien même l’administration n’imposerait rien en la matière, le nombre d’écoles d’écriture serait-il si grand et leur enseignement si différent qu’il mettrait en circulation des modules variés de présentation ?

4Il faut se rendre à l’évidence : l’analyse sérielle de la réglure et de la mise en page montre que l’administration n’édictait aucune directive et que le choix des possibilités était ouvert sinon étendu (fig. 32 à 35).

5La foliotation, à quelques exceptions près, est portée en chiffres romains ; mais aucune directive ne s’impose. Quant à la réglure, trois grands types ont été repérés, déclinés sous plusieurs formes, réalisés selon deux techniques et trois manières différentes.

6Des feuillets n’ont pas été apprêtés : ils concernent totalement quatre registres et partiellement quatre autres sur cent quatre, soit une petite minorité. Les autres rôles se partagent, inégalement, exclusivement ou en association, entre les types à colonnes et ceux à cadre, les premiers étant nettement plus nombreux que les seconds. Les cadres peuvent être ouverts en bas ou totalement fermés, à double ou à simple trait. Le nombre des colonnes varie de deux à six, leurs largeurs pouvant être identiques ou différentes et, dans ce dernier cas, symétriquement ou non, elles dessinent ce qu’il est convenu d’appeler des marges et des colonnes de texte, les marges latérales pouvant s’accompagner d’une marge centrale séparant deux colonnes d’écriture.

7Les marques ont été réalisées tantôt à l’aide d’une pointe sèche, tantôt par pliures et c’est le procédé le plus fréquent. Exceptionnellement, les deux méthodes sont associées : une pliure initiale centrale permettant de matérialiser au trait les marges latérales en une seule fois.

Fig. 32/1 – Formes de la réglure : réglure au pli et trait, une colonne centrale et deux marges (B 11555 – Charolais, 1397-1398).

Réglure au pli, quatre colonnes égales (B 11553 – Chalonnais, 1470).

Réglure au pli, quatre colonnes égales deux à deux (B 11558 – Charolais, 1476).
Fig. 32/2 – Formes de la réglure : réglures au pli.

Fig. 33/1 – Typologie de la réglure : réglure par colonne, au trait et au pli.

Fig. 33/2 – Typologie de la réglure : réglure absente et réglure au cadre.

8Le foisonnement est total : certains registres, certains cahiers mêmes, associent plusieurs de ces formes et de ces techniques, notamment en Dijonnais et en Beaunois-Nuiton, là où justement les associations de filigranes sont déjà très nombreuses. C’est le cas pour le Dijonnais en 1543 (fig. 34), mais les variations de modules s’expliquent ici aisément puisqu’il s’agit d’une liasse collationnant des minutes de terrain d’auteurs différents.

Fig. 34 – ADCO B 11591 (Dijonnais, 1543) : réglure.

9Le mélange est en revanche surprenant pour les registres élaborés en continu par un seul scribe : le cas le plus extravagant est offert par le registre B 11573 dénombrant le bailliage de Dijon en 1378-1379 (fig. 35) : ses onze cahiers révèlent quatre modes différents de réglure. C’est dire que dans une même officine, des modes divers de mise en page voisinaient, préétablis et mêlés dans le stock de papier en attente.

Fig. 35 – ADCO B 11573 (Dijonnais, 1378-1379) : réglure.

10Ces variations toutefois paraissent bien s’organiser sur deux points : les cadres et la réglure au trait disparaissent dans la décennie 1420, remplacés par la réglure par simples pliures verticales et, si deux registres tardifs présentent des cadres (Auxois 1544 et Outre-Saône 1476), ceux-là sont réalisés par pliure ; la mise en page des informations abandonne dans le même temps la présentation des listes en deux bandes parallèles, au profit de celle que l’on peut qualifier de « pleine page », avec cependant de fortes variantes selon l’importance que prennent les colonnes/marges.

11Ces tendances témoignent à l’évidence d’un changement général des pratiques, allant dans le sens d’un allégement des procédures et de l’outillage. Mais, si elles imposent un changement de style, elles n’empêchent pas ses traductions individuelles : dans tous les cas, la mise en page des informations ne présente pas cette normalisation utile à la rigueur de l’enregistrement et à la facilité d’usage de l’information.

12Le cas du rôle de 1285 pour le Beaunois est évidemment exceptionnel, le format horizontal des larges feuilles de parchemin imposant des contraintes particulières et donc des difficultés de présentation autrement plus délicates que celles que rencontrent les scribes ultérieurs travaillant sur les feuilles calibrées de papier. Il n’est cependant pas inutile de s’arrêter un instant sur ce document, car il révèle finalement les problèmes et les difficultés qui se poseront plus tard sur papier (fig. 36).

Fig. 36 – ADCO B 11525 (rouleau de parchemin – Beaunois, 1285) : deux aspects de la mise en page.

13La juxtaposition de colonnes était ici une nécessité : elles sont matérialisées à gauche par un trait encré. Mais cet agencement général n’est pas systématique, préétabli : il est au contraire discontinu, réalisé au fur et à mesure. L’alignement vertical n’est pas toujours suivi et il est perturbé par des ajouts. La lecture ne s’en trouve pas facilitée malgré les signes placés en marge et destinés à marquer les débuts de rubriques, malgré l’entourage des paragraphes récapitulatifs.

14Ces options, limites comprises, se retrouvent dans les registres de papier (fig. 37 et 38).

Fig. 37 – Mise en page sur deux colonnes d’écriture : Châtillonnais, 1380 (ADCO B 11560).

Fig. 38 – Mise en page sur une colonne d’écriture : Chalonnais, 1394 (ADCO B 11540).

15Sur les feuilles réglées à plus de trois colonnes, les listes de feux sont transcrites en deux bandes parallèles, une colonne centrale étroite séparant les deux bandes écrites. Les paragraphes y sont généralement signalés dans la marge, soulignés par un corps de lettres augmenté pour le premier mot et par un interligne élargi (fig. 37) : la régularité du dispositif dans ce rôle du Châtillonnais de 1380 est remarquable et l’amélioration en terme de clarté d’exposition est nette par rapport au rôle de 1285 (fig. 36). Elle pouvait être cependant rendue plus performante encore en hiérarchisant l’information, c’est-à-dire en distinguant les rubriques selon leur nature : ici, les têtes de rubriques avec les noms des localités, les têtes des sous-rubriques avec les statuts des feux et les récapitulatifs avec le nombre des feux ne sont pas différenciés.

16Et, parfois, le sens de lecture est si peu clair que le scribe éprouve le besoin de guider son lecteur (fig. 39).

Fig. 39 – ADCO B 11539 (Chalonnais, vers 1360) : guide de lecture.

17Mais la présentation « pleine page », présente déjà sur la fin du XIVe siècle, s’impose largement dans les premières décennies du XVe siècle, avec la réglure par pliure formant quatre ou trois colonnes : dans le premier cas par deux pliures longitudinales successives (fig. 32/2) ; dans le second cas par un double trait longitudinal latéral, la feuille étant préalablement courbée en deux et non pliée de telle manière qu’elle ne puisse être marquée d’une pliure centrale (fig. 32/1). La ou les deux colonnes centrale(s) accueille(nt) l’essentiel de l’écriture (fig. 38) : les noms des localités marqués en gros caractères, les têtes des sous-rubriques détachées par décentrement, les listes avec les initiales du premier terme de chaque rubrique parfois rejeté dans la marge de gauche, les textes des prologues et des récapitulatifs tantôt strictement cantonnés tantôt mangeant la marge de droite. Les colonnes latérales servent de marge et accueillent, outre les éléments susdits, des signes figurés ou alphabétiques identifiant les conditions juridiques ou fiscales des feux, quand celles-ci ne sont pas indiquées comme sous-rubriques dans la ou les colonnes centrales, ainsi que les récapitulatifs par sous-rubriques quand ceux-là ne sont pas ajoutés dans la colonne centrale.

  • 90 « Aucune trace de travail d’équipe ni de consignes d’ateliers : le travail de copie est individuel (...)

18Dans chaque registre, le souci d’ordonner l’information est évident : une place précise y est attribuée à chaque variable et, le parti étant pris, le scribe s’y tient sur l’ensemble du registre. Mais aucun rôle n’est vraiment identique au précédent dans une suite chronologique, ou à celui des autres circonscriptions pour un même fouage : les choix sont individuels et non collectifs, ils sont le fruit d’apprentissages, de cultures et de pratiques personnels aux rédacteurs, absolument pas ceux d’une collectivité, d’une administration normalisant ses procédures pour assurer au mieux la collecte, l’archivage, la transmission et l’usage de l’information90.

  • 91 BECK P. et CHAREILLE P., « Espaces migratoires et aire d’influence de la ville de Dijon à la fin d (...)

19Parfois même, il doit être délicat aux enquêteurs de se relire. Au cours des mois de décembre 1376 et janvier 1377, ils arpentent les rues de Dijon en annotant un exemplaire du rôle des feux réalisé quelques semaines auparavant, afin d’enregistrer les modifications des destinés d’une population visiblement soumise à rude épreuve91. Ils donnent ainsi une masse d’informations considérable sur les malheurs du temps et le cas de Jaquotte de Fouvans placé en exergue de cet essai n’y est absolument pas exceptionnel ; ils éclairent aussi la topographie socio-économique de la ville et les phénomènes migratoires qui l’agitent. Les ajouts sont placés à la suite des noms des individus concernés, débordent les interlignes, mangent parfois tout l’espace dans une écriture serrée, souvent chevauchante et parfois mêlée aux traces apparentes du verso : le fol. 15, ici présenté (fig. 40), n’est pas le plus surchargé, le moins délicat à lire et la chronique est aussi passionnante à déchiffrer que difficile – voire impossible, expérience faite – à analyser sans ordinateur : même si ce n’est qu’un carnet de terrain précédent une mise au propre, et non un document destiné à rendre compte d’une situation ou même à guider le travail d’autres enquêteurs, il est aisé d’imaginer les difficultés que les utilisateurs de ce document ont rencontrées.

Fig. 40 – ADCO B 11574-1, fol. 15 : re-cherche des feux de Dijon réalisée au cours des mois de décembre 1376 et janvier 1377.

Notes

90 « Aucune trace de travail d’équipe ni de consignes d’ateliers : le travail de copie est individuel, laissé à la libre initiative du copiste » : tel est le constat fait par Xavier Hermand dans le cadre d’une vaste enquête portant sur « Production de l’écrit et réformes monastiques dans l’ancien diocèse de Liège au XVe siècle », Les communautés et leurs écrits. Approches matérielles et connaissance historique, op. cit.

91 BECK P. et CHAREILLE P., « Espaces migratoires et aire d’influence de la ville de Dijon à la fin du XIVe siècle », op. cit. – BECK P. et CHAREILLE P., « Sédentarité et mobilités à Dijon à la fin du XIVe siècle », op. cit. – BECK P. et CHAREILLE P., « Les changements de résidence à Dijon à la fin du XIVe siècle », op. cit.

Table des illustrations

Légende Fig. 32/1 – Formes de la réglure : réglure au pli et trait, une colonne centrale et deux marges (B 11555 – Charolais, 1397-1398).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Réglure au pli, quatre colonnes égales (B 11553 – Chalonnais, 1470).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1532/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende Réglure au pli, quatre colonnes égales deux à deux (B 11558 – Charolais, 1476).Fig. 32/2 – Formes de la réglure : réglures au pli.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1532/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1532/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Légende Fig. 33/1 – Typologie de la réglure : réglure par colonne, au trait et au pli.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1532/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 33/2 – Typologie de la réglure : réglure absente et réglure au cadre.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1532/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 34 – ADCO B 11591 (Dijonnais, 1543) : réglure.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1532/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 35 – ADCO B 11573 (Dijonnais, 1378-1379) : réglure.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1532/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 36 – ADCO B 11525 (rouleau de parchemin – Beaunois, 1285) : deux aspects de la mise en page.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1532/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 37 – Mise en page sur deux colonnes d’écriture : Châtillonnais, 1380 (ADCO B 11560).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1532/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Fig. 38 – Mise en page sur une colonne d’écriture : Chalonnais, 1394 (ADCO B 11540).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1532/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 39 – ADCO B 11539 (Chalonnais, vers 1360) : guide de lecture.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1532/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Fig. 40 – ADCO B 11574-1, fol. 15 : re-cherche des feux de Dijon réalisée au cours des mois de décembre 1376 et janvier 1377.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1532/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 462k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search