Version classiqueVersion mobile

Archéologie d'un document d'archives

 | 
Patrice Beck

II. Les registres

Des archives de papier

Texte intégral

  • 71 ADCO B 11525.

1Le plus ancien dénombrement conservé, celui du « disme de la monnoie » levé en Beaunois en 128571, est constitué d’une bande de cinq peaux de parchemin cousues sur leur longueur. C’est un cas unique : tous les autres sont des registres et, qu’ils possèdent ou non une couverture de parchemin, ils ont un cœur de papier.

  • 72 BRIQUET C.-M., Dictionnaire historique des marques du papier dès leur apparition vers 1282 jusqu’e (...)

2Mais même si plus de 5600 feuillets ont été scrutés, qu’on ne s’attende pas ici à trouver une étude poussée de cette matière, ni même une analyse complète de son usage chez les commissaires préposés aux dénombrements. Les auteurs consultés, anciens comme contemporains, s’accordent à dire que l’entreprise se heurte à d’insurmontables difficultés tant les lieux et les modalités de production, les circuits et les possibilités d’approvisionnement ont été foisonnants, diversifiés et variables à la fois dans le temps et dans l’espace72. Pour réaliser son ouvrage, Briquet, un homme de l’art issu d’une famille de papetiers exerçant dès 1687 à Châlons-en-Champagne et Genève, a rassemblé une immense documentation et, pourtant, ses conclusions restent très prudentes. Il a travaillé dans les fonds d’archives en Italie, Allemagne, Autriche-Hongrie, Suisse, Belgique, Pays-Bas et, en France, à Besançon, Dijon, Lyon, Grenoble et Marseille ; il a examiné, écrit-il (p. XV), « souvent feuille par feuille, 30840 volumes, registres ou cahiers, ainsi que 1432 cartons, portefeuilles, liasses ou dossiers de pièces isolées » ; il a recueilli de la sorte, « en nombres ronds, 44000 calques de filigranes notés 65000 fois ». Il n’a pas non plus négligé de parler des trois autres caractères que les processus de fabrication et la mise en forme de la pâte impriment au papier : les formats, qui restent multiples et variables tant dans le même atelier que d’un atelier à l’autre, en synchronie comme en diachronie ; la vergeure produite par les fils de laiton tendus sur la forme et qui retiennent la pâte en y laissant son empreinte sous l’aspect de minces traits horizontaux, fins et serrés au XIIIe siècle, plus gros et espacés au XIVe, à nouveau serrés au siècle suivant ; les pontuseaux ou bâtonnets de bois placés perpendiculairement aux fils vergeurs pour les soutenir, dont le nombre et l’écartement ont de même fort varié. Il conclut clairement que c’est le filigrane qu’il faut privilégier : cette empreinte, laissée dans le papier par un ornement de fil de métal fixé au centre d’une moitié de la forme, identifie le fabriquant et authentifie le produit. C’est la plus importante et la plus facile à saisir des particularités permettant, depuis les lieux et les temps d’usage, de différencier les papiers, d’en retrouver les temps et les lieux de fabrication, d’identifier sinon les circuits du moins les aires de distribution. Cet indice reste cependant peu commode à traiter car le nombre des marques différentes est impressionnant et gène finalement leur typologie et la recherche de leur origine : « plus de deux cents objets différents, religieux ou profanes, des écus et des armoiries en nombre plus considérables, des noms de lieux et de personnes, des devises... » ont été enregistrés par Briquet ; sous des formes de surcroît déclinées, transformées ou déformées, fortuitement ou par copie intentionnelle, licitement ou non. En effet, en dehors même de toute tentative de fraude, les marques à symbolique forte et évidente concentrent les choix et peuvent être actives au même moment dans plusieurs endroits, car le même atelier décline sa marque pour identifier les qualités différentes de papier qu’il produit, car l’appareil s’use, se déforme, se brise et doit être régulièrement changé sans pouvoir être reproduit strictement à l’identique.

3Le papier utilisé par les commissaires bourguignons pour consigner par écrit les résultats de leur enquête offre cette diversité extrême des filigranes et donc des possibilités de provenance (fig. 17 et 18) : un alphabet imaginatif, une héraldique développée, un catalogue hétéroclite de crosses, d’arbalètes et d’arcs, d’ancres, de balances et de cors, un bestiaire imaginaire ou réaliste foisonnant, composent un ensemble d’une quarantaine de formes génériques présentes sous de nombreuses variantes dont il est impossible de connaître la cause et la finalité : ainsi des licornes aux traits élégants pour les unes, aux formes maladroites pour les autres ; ainsi des dragons comme des félins et des cervidés qui n’apparaissent jamais tout à fait identiques et jamais vraiment différents.

4L’échantillon n’a rien d’extravagant et se replace parfaitement dans le tableau général que dresse Briquet des filigranes, tant en terme de répartition géographique et chronologique que de hiérarchie et d’associations. Ainsi la lettrine, la forme la plus prolixe, et de loin, connut d’après Briquet un développement considérable en Bourgogne de 1433 à 1456 et jusqu’à la fin du XVe siècle sous d’autres variantes proches (Briquet 9744) ; les « grands P » sont bien attestés en Bourgogne à la fin du XIVe et au début du XVe siècle, comme à Sens, Troyes, Laon, Pont-à-Mousson et Paris (Briquet 8462 à 8467) ; et le « P gothique » (fig. 18/1) apparaît plutôt dans les années 1470, en Bourgogne mais aussi à Clermont-Ferrand, à Nancy et à Namur (Briquet 8573).

5L’écu « écartelé à la fleur de lys et bandé de quatre pièces qui est Bourgogne ancien, sommé du briquet de Bourgogne » (fig. 18/3), est en tout point identique au no 1651 de Briquet, qui l’a localisé de part et d’autre de la Saône entre 1469 et 1474 : malheureusement, aucune autre précision ne vient éclairer cette diffusion et donc cette production bourguignonne plutôt resserrée dans le temps. Quant à l’écu « à une bande chargée de deux cotices potencées et contre-potencées », ces armoiries sont celles du comté de Champagne et de sa capitale, Troyes (Briquet 1045 à 1047). Sa diffusion est extrême : entre 1465 et 1483 on le trouve certes localement mais aussi en Bourgogne, à Paris et à Bruges, en Allemagne comme en Hollande, signe du rayonnement de ce centre de production où tournaient neuf établissements. Les arcs (fig. 18/2) sont similaires au type 801 de Briquet, repéré à Troyes et à Paris en 1372 et 1375. Des ancres, Briquet reproduit 24 types et indique qu’il en possède 146 autres (Briquet 365 à 388) ; du cor, cornet ou huchet, il précise que c’est l’un des filigranes les plus répandus, « employé en France, Italie, Allemagne et probablement par plusieurs battoirs dans chacun des pays », qu’il est d’origine italienne mais qu’il est partout imité, en Champagne notamment, dont proviendrait notre exemplaire (Briquet 7749).

6Des licornes, Briquet a relevé 1133 figures : des no 10081 à 10120 pour celles « de type simple au corps de cheval » (fig. 18/5), des no 10436 à 10440 pour celle « chargée d’un collier et d’une sangle qui doit être originaire de la région de l’Est ». Les dragons ou basilics (fig. 18/7 & 8), ailes membraneuses, queue recourbée et flèche sortant de la gueule, sont similaires au no 2703 de Briquet, localisé en Belgique comme à Bourges, à Rouen comme à Troyes, lieu possible de sa fabrication. Les félins rencontrés, en Chalonnais en 1413 et en Châtillonnais en 1423 (fig. 18/10), se distinguent les uns des autres par quelques détails touchant le tracé de la queue et des oreilles mais ils sont tous similaires aux types accroupis que Briquet donne aux no 3553 à 3559, glanés à Troyes et en Bourgogne, à Paris comme dans les terres du Nord dans le premier tiers du XVe siècle. La tête de bœuf stylisée sommée d’une étoile au trait (fig. 18/6) se rapproche au plus près du no 14199 de Briquet, dans un ensemble fort varié centré sur la fin du XVe siècle ; les têtes de cerf (fig. 18/9) correspondent peu ou prou a un groupe « d’origine française, probablement champenoise » (Briquet no 15524 à 15529).

Fig. 17 – Filigranes : importance et longévité des différents types.

Fig. 18/1 & 2 – Filigranes : lettrine (Auxois, 1470) ; arc (Auxonne, 1360-1361).

Fig. 18/3 & 4 – Filigranes : écu de Bourgogne (Chalonnais, 1470) ; main tréflée au briquet de Bourgogne (Auxois, 1543).

Fig. 18/5 & 6 – Filigranes : licorne (Bar-sur-Seine, 1543) ; bœuf à l’étoile (Auxonne, 1490).

Fig. 18/7 & 8 – Filigranes : dragons (Charolais, 1406 ; Chalonnais, 1406).

Fig. 18/9 & 10 – Filigranes : cerf étoilé (Chalonnais, vers 1360) ; félin (Châtillonnais, 1423).

Fig. 19 – Distribution des filigranes les mieux représentés (plus de cent occurrences) dans les six circonscriptions ducales.

  • 73 Les données existent : en 1468-69, le receveur du bailliage de Chalon fait état d’un « molin à pap (...)

7Au total, il ne ressort de cette analyse que des tendances très générales et classiques : les provenances italiennes, fortes au XIVe siècle, s’affaiblissent au fur et à mesure que la France se dote d’usines à papier pour atteindre l’autosuffïsance au milieu du XVe siècle ; Troyes s’impose comme centre important de fabrication et de diffusion ; une production bourguignonne diffuse est certaine, même si son étude d’ensemble reste à mener73 : le papier, matière de garde et de rapport, est un objet de grand commerce, voyage avec facilité à travers l’Europe.

8Mais si l’étude des filigranes ne peut guère aller au-delà de ces considérations dans l’étude des lieux de production et des réseaux de circulation du papier, elle éclaire assez bien certaines des pratiques d’usage, et ce sont elles surtout qui nous importent ici, pour tenter de mesurer le soin qui est porté à la réalisation des enquêtes.

  • 74 Seul le duché est ici pris en compte, les autres circonscriptions étant trop peu et trop irréguliè (...)
  • 75 Pour le papier à la lettrine, à l’ancre et au grand P, les mieux représentés, l’absence dans un ba (...)

9Le foisonnement des marques indique d’abord que l’approvisionnement ne devait guère poser de problème en Bourgogne. Certes les filigranes ne sont pas tous attestés avec la même intensité, longévité et distribution : une trentaine d’entre eux ne fait même qu’une brève apparition, mais douze autres sont bien présents (fig. 17). Il est vrai que ces derniers ne sont pas tous et partout enregistrés en même temps dans le duché (fig. 19)74 : rares sont ceux qui durent plus d’un demi-siècle et seuls les trois premiers sont partout attestés en même temps75. Parmi les autres marques, l’une est plutôt de la fin du XIVe siècle et des circonscriptions centrales (balance) ; telle autre n’est attestée que dans ces mêmes bailliages centraux mais pour la seule année 1460 (saint Pierre assis) ; telle autre encore caractérise les circonscriptions méridionales et le milieu de XVe siècle (bâton étoilé) ; l’écu de Bourgogne révèle la même distribution géographique mais pour la période ultérieure ; la main tréflée n’est reconnue qu’en Auxois pour le milieu du XVIe siècle. Une géo-chronologie des filigranes se dessine à l’évidence, mais ses bords ne sont pas nets et les marques sont rarement exclusives, plutôt largement associées : le marché est dynamique, sinon également développé.

Fig. 20 – Bailliages, lieutenances, chefs-lieux et principales localités du duché de Bourgogne.

10Car cette distribution différenciée n’implique pas de variations de qualité : aucune n’est en tout cas visible à l’œil. Elle paraît montrer en revanche que Dijon n’est pas le seul lieu possible et effectif d’approvisionnement. C’est certes la capitale administrative où les commissaires préposés aux enquêtes doivent se rendre par deux fois : d’abord pour recevoir leurs lettres de commission et prêter serment ; ensuite pour porter ou faire porter auprès des gens des comptes les dénombrements qu’ils ont préalablement « parfaits et expédiés, certifiés et signés ». C’est là donc qu’ils pourraient se fournir et qu’ils pourraient rédiger leurs rapports, c’est même là qu’ils pourraient résider en majorité, choisis parmi les administrateurs centraux ou parmi leurs fidèles.

  • 76 Exceptionnellement, il est précisé que celui de la cherche des feux de 1397 pour l’Auxois est sign (...)
  • 77 ADCO B 11531, fol. 123 – Beaunois Nuiton 1423.
  • 78 ADCO B 11544, fol. 99v – Chalonnais 1423.
  • 79 ADCO B 11547, fol. 2 – Chalonnais 1431.

11Ce n’est pas le cas. Il est vrai que, si les certificats sont systématiquement datés, ils ne sont que très rarements localisés76. Mais il est parfois précisé, parmi les frais engagés et soumis à remboursement, ceux des voyages que les commissaires font, qui de Beaune à Dijon77, qui de Chalon à Dijon78, « pour apporter les papiers de ladite cerche audit Dijon tous grossez » ; ce qui répond bien aux directives que les lettres de commission énoncent, de « .. faire ladite cerche jusques a la perfection d’icelle tellement que icelle faite et accomplie, signee et expediee nous rendez apportez ou envoyer feablement clouse a Dijon... »79.

12Les commissaires choisis par les élus sont des personnalités locales, résidant au chef-lieu de la circonscription à eux affectée ou dans une de ses agglomérations importantes (fig. 20). Ils sont sélectionnés sans doute du fait même de cette proximité et, par l’expérience acquise, quelques-uns sont sollicités plus d’une fois. C’est dans ces localités, une fois l’enquête de terrain achevée, qu’ils rédigent ou font écrire les registres, qu’ils s’approvisionnent en fournitures achetées pour l’occasion et/ ou puisées dans les réserves de leur office. Car ce sont tous ou presque des hommes de papier, de plume et d’encre : des licenciés en droit canon, en lois ou en décrets, des notaires ou des clercs, des conseillers, des maîtres des requêtes ou des procureurs, des receveurs ducaux ou des trésoriers de communautés ecclésiastiques, des maires ou des échevins ; à tout le moins des ecclésiastiques, des aristocrates ou des bourgeois administrateurs de biens collectifs ou d’affaires privées et rompus, directement ou via le savoir-faire de scribes, aux nécessités de l’écriture (fig. 21).

Fig. 21/1 – Les commissaires enquêteurs des circonscriptions méridionales.

Fig. 21/2 – Les commissaires enquêteurs des bailliages de Chalon et de Dijon.

Fig. 21/3 – Signatures de commissaires : Auxonne, 1490 (B 11523).

Fig. 21/4 – Les commissaires des bailliages d’Auxois et du Châtillonnais.

  • 80 La signature est un sujet en soi et la paraphologie a trouvé son spécialiste : Claude Jeay, qui mè (...)

13Vu la qualité des écritures, les scribes enrôlés sont assurément des professionnels affirmés, tout comme les commissaires qui les emploient : administrateurs publics, de bailliage, de châtellenie ou de grenier à sel, ces derniers sont habitués aux us des bureaux et sont habiles aux travaux de plume, comme le montrent au moins l’aisance et la fermeté, voire la sophistication, certes plus ou moins affutée, de leurs signatures (fig. 21/3 et 22)80

Fig. 22 – Signatures de commissaires : A = Dijon, 1453 (ADCO B 11588). B = Chalonnais, 1470 (ADCO B 11553).

14Les cinq signataires du certificat mettant fin le 22 décembre 1453 à l’estimation des biens des étrangers résidant à Dijon (fig. 22/A), ont une maîtrise certaine de l’écrit : la cursivité du trait et la liaison experte des lettres entre elles impliquent rapidité et précision du geste, témoignent d’une appropriation du signe, du caractère systématique, répétitif et convenu de la pratique. Le tracé des lettres est élégant et précis, n’a rien à envier à celui des secrétaires entourant le roi de France à la même époque. La signature la plus sobre est celle d’Odot Monot, conseiller ducal et clerc auditeur de ses comptes à Dijon, qui n’a ajouté à son nom que les lettres nt : les initiales de notaire ou notarius dont la signification s’est effacée derrière le motif graphique et la fonction de paraphe, de signe distinctif ajouté au nom. Ce type de paraphe, dessiné il est vrai de manière plus cursive et avec la seule lettre », orne aussi la signature de Richard Thibeau, clerc tabellion de la cour du bailli de Dijon. Les trois autres signatures sont en revanche plus complexes : Odot le Bediet, receveur des deniers de la fortification de Dijon, Moingin La Corne, échevin de Dijon et Jean Rabustel, procureur de la ville, y ont ajouté un dessin plus ou moins complexe de boucles et de losanges. Ce « paraphe-grille », qui apparaît sous Charles VII en chancellerie royale et se répand chez tous les officiers royaux en quelques décennies, est visiblement bien implanté au milieu du XVe siècle en Bourgogne.

15On le retrouve sur deux des quatre signatures authentifiant le certificat de la cherche des feux de 1470 pour le Chalonnais (fig. 22/B) : Jean Salomon, échevin de Chalon, et Droyn Ducret, clerc notaire juré du duc, l’ont parfaitement adopté. Le contraste est alors saisissant avec les deux premières signatures, au trait plus cursif et moins régulier, ornées de surcroît de paraphes « en manière d’encadrement » dont le style est abandonné au cours du règne de Charles VII. Les traits sommitaux et/ ou de fond, scandés et arrêtés de boucles, faisaient fureur sous Charles V et Charles VI : qu’Amé Bonfeaul et Jean Perron les utilisent encore en 1470 n’est sans doute pas sans rapport avec leur « état » qui pouvait leur imposer de cultiver la tradition sinon l’anachronisme : le premier est licencié en droit canon, chanoine-civil et trésorier de Saint-Vivant de Chalon ; le second est chevalier, seigneur de Mypont, conseiller et chambellan du duc, peut-être aussi moins familier des travaux d’écriture que les autres.

16Le même contraste se remarque encore dans les signatures des commissaires de la cherche de 1490 pour Auxonne (fig. 21/3). À gauche, un tracé approximatif de grandes lettres et un paraphe daté d’un bon siècle pour « Claude, seigneur de Brandon et de Vif argent, escuier, pour l’estat des nobles ». À droite, deux signatures parfaitement maîtrisées et dans l’air du temps : celle de Philibert Geoffroy, « prestre chorial prebendier de l’eglise de Chalon, curé de Sassenay et de Clery, pour l’estat de l'Eglise » ; celle de Huguenin Druet, « notaire royal, bourgeois et eschevin de Sezurre, pour l’estat des bonnes villes et du plat pays ».

17Si les commissaires aristocrates paraissent peu habiles à l’écriture et à la traîne des derniers usages, ils sont toujours associés à des hommes de plume chevronnés, familiers de l’écrit. Et cette familiarité doit expliquer le mélange des papiers dans les registres et même dans les cahiers composant les registres (fig. 23). 63 registres sur 105, soit 60 %, sont confectionnés avec des feuilles de papier portant le même filigrane : c’est une petite majorité et les mélanges sont donc courants, ici et là importants. Ainsi en Mâconnais, les six cahiers du registre conservé pour l’année 1478 sont partagés entre trois marques différentes et cette association, par succession de cahiers différemment constitués, se remarque aussi pour Auxonne en 1442, pour le Chalonnais en 1470, en Beaunois-Nuiton vers 1460, pour le Dijonnais en 1375, 1397, 1431, 1470, en Auxois pour les registres de 1413 et 1544, en Châtillonnais pour le dénombrement de 1384.

Fig. 23/1 – Distribution des filigranes par registre (circonscriptions du sud).

Fig. 23/2 – Distribution des filigranes par registre en Chalonnais.

Fig. 23/3 – Distribution des filigranes par registre dans le bailliage de la Montagne.

Fig. 23/4 – Distribution des filigranes par registre en Beaunois et Nuiton.

Fig. 23/5 – Distribution des filigranes par registre en Auxois.

Fig. 23/6 – Distribution des filigranes par registre dans le Dijonnais.

18Trente registres présentent une très forte hétérogénéité, les cahiers étant eux-mêmes constitués de feuilles de marques variées. Les dix-sept feuilles du premier cahier du registre de 1476 pour l’Autunois sont de trois marques différentes ; dans le registre de la cherche de 1423 pour le Beaunois-Nuiton, les onze feuilles du premier cahier sont partagées entre quatre marques et, en 1431, les trois cahiers mêlent tous des papiers de trois fabrications différentes ; le summum est atteint en Dijonnais avec les registres de 1376 et 1423 et il est vrai que cette configuration « désordonnée » touche davantage la circonscription de la capitale, c’est-à-dire, sans doute, celle du marché le plus fourni et du centre administratif le plus actif. Les commissaires du Dijonnais, de par leurs autres fonctions privées ou publiques, sont à la tête d’officines scripturaires importantes faisant un usage quotidien et abondant du papier. C’est dans leur stock qu’ils doivent puiser la matière pour réaliser des registres qu’ils constituent au fur et à mesure de la rédaction dans un désordre là aussi évident sinon surprenant (fig. 24). Si les registres présentent à peu de chose près le même format, ils sont en effet tous ou presque constitués de cahiers d’importances très diverses, c’est-à-dire d’un nombre variable de feuilles – ou bi-feuillets – pliées en deux dans le sens de la largeur et emboîtées les unes dans les autres.

Fig. 24 – Dimensions et constitution des cahiers.

  • 81 Respectivement ADCO B 11553, ADCO B 11565 1 et 2, ADCO B 11575.
  • 82 Respectivement ADCO B 11521bis et ADCO B 11564.

19Seuls quatre registres présentent à cet égard une régularité : en Chalonnais en 1470, comme en Châtillonnais en 1406, les trois cahiers des trois registres ont tous vingt-quatre bi-feuillets et les huit cahiers de la cherche du Dijonnais pour 1381 en présentent huit81. Les autres registres s’éloignent plus ou moins de cette régularité jusqu’à atteindre pour quelques-uns d’entre eux une franche hétérogénéité : les cinq cahiers de la cherche du comté d’Auxonne pour 1474, ou les quatre cahiers de la cherche du Châtillonnais pour l’année 1400 montrent des importances toutes différentes82. C’est l’opportunité qui règne ici en maître. Aucune règle ni même aucune régularité n’apparaît dans ces gestes techniques d’acquisition des feuilles de papier et d’agencement des cahiers. Sans même penser à un fournisseur officiel unique, il était possible d’attendre ici une gestion plus rigoureuse du papier.

20Reste alors à comprendre ce choix du papier pour ces registres de gestion des personnes alors que les comptabilités ducales, registres de gestion des biens et des activités, sont sur parchemin. La matière à enregistrer est de même nature administrative, plus pérenne il est vrai pour les biens et les droits, dont les comptabilités châtelaines rappellent année après année l’existence tout en en rapportant les revenus, que pour le nombre des feux par essence mouvant : pérennité pour le parchemin et instabilité pour le papier ?

21Les deux matières ont en tout cas aussi bien survécu : on connaît des registres de parchemin en piteux état et, finalement, seuls huit registres des dénombrements des feux, cinq restaurés et trois autres qui mériteraient de l’être, ont subi de fortes dégradations : l’humidité, surtout, en a effacé l’encre, taché ou mangé les pages (fig. 25).

Fig. 25 – Prologue du registre B 11545 (Chalonnais, 1424).

22Six autres registres ont perdu des feuillets ou des cahiers, mais l’essentiel de la collection, à 80 %, est bien conservé, soigneusement même : à 75 % par d’épaisses couvertures de parchemin ou de peaux, certaines avec rabats (fig. 3 et 26).

Fig. 26 – Couverture de parchemin du registre B 11553 (Chalonnais, 1470).

  • 83 ADCO B 11568-1, fol. 141v. Ils réalisent donc la reliure, qu’il conviendrait aussi d’étudier : mai (...)

23L’un de ces travaux de couverture, au moins, a été réalisé par les commissaires eux-mêmes : ceux qui dénombrent le Châtillonnais en 1422 achètent les cahiers de papier qui leur sont utiles et « le parchemin dont ils sont couverts »83. Et si les autres n’ont pas été réalisés immédiatement, le délai ne paraît pas avoir été très grand après le dépôt à la chambre des comptes : si l’on en croit les informations datées que donnent vingt-cinq de ces couvertures confectionnées dans des parchemins de remploi, les types et les datations des documents réutilisés s’accordent assez bien avec ceux des « cherches » ainsi reliées et couvertes (fig. 27).

Fig. 27 – Origine des parchemins de remploi dans les couvertures des cherches des feux.

  • 84 ADCO B 11578 : « le papier de la cerche de la ville de Dijon ». Format : cf. fig. 24.
  • 85 ADCO B 11571 – 2e : « c’est » ;4e : « c’est le papier des feux de la ville de Dijon ».
  • 86 ADCO B 11573.

24D’autres « désordres » émaillent les registres des feux, mais ils sont rares et mineurs, sans être pour autant insignifiants. De la page de garde du registre de 1397 pour le Dijonnais, un premier titre se retrouve en quatrième de couverture à la suite de l’abandon du premier formatage84. Dans le registre de 1376 pour Dijon, un premier repentir apparaît en deuxième de couverture, un autre en quatrième85. Des essais de signature et d’écriture, des repentirs et/ou des graffitis figurent en page de garde de la cherche de 1417 pour le Châtillonnais (fig. 7). En troisième de couverture du registre concernant le Dijonnais de 1378-79, on note aussi des essais d’écriture et de signatures, ainsi que cette phrase, empruntée peut-être, digne en tout cas de quelque poésie courtoise : « amours de qui ma joye vient amours »86. C’est un personnage qui est dessiné en dernière page du registre de 1391 pour Dijon (fig. 28).

Fig. 28 – ADCO B 11576 (Dijonnais, 1391) : dessin à la plume en dernière page.

  • 87 ADCO B 11522.

25Sur la quatrième page du bi-feuillet de garde du registre de 1476 pour Auxonne87, entre deux paragraphes d’un inventaire après décès non daté, inachevé et placé la tête en bas, deux colonnes de chiffres ont été écrites par une autre main (fig. 29). Sans doute le bi-feuillet portait déjà l’inventaire après décès avant que d’être ici utilisé en page de garde. Ce qui est certain, c’est que les chiffres y ont été inscrits alors que le bi-feuillet était en place, quand le registre était donc constitué, la cherche écrite : l’encre n’était pas sèche encore quand le registre a été fermé, si bien qu’elle s’est partiellement imprimée sur la troisième de couverture.

Fig. 29 – ADCO B 11522 (Auxonne, 1476) : quatrième page du bi-feuillet de garde.

26Et quelques registres, quatre à vrai dire, se parent de lettrines : elles sont certes non systématiques, et leur élégance comme leur thématique peuvent paraître rustiques : outre B 11516 (fig. 14), il s’agit de B 11520, fol. 4v (fig. 31/A), B 11526, fol. 29v et 5 (fig. 30 et 31/B) et B 11517, fol. 1 (fig. 31/C).

Fig. 30 – Lettrine : ADCO B 11526, fol. 29v (Nuiton, 1377).

Fig. 31 – Cherche des feux : lettrines.

27Ces lettrines décorées ne sont pas des parasites : elles sont intégrées à la mise en page. Mais elles sont isolées, singulières, n’apparaissent pas comme un exercice obligé, imposé : elles ne sont que des expressions individuelles.

  • 88 ADCO B 11568-1, fol. 141v.

28C’est que l’activité de dénombrement des feux est « externalisée » par l’administration : elle est confiée aux représentants des états, qui nomment des personnalités privées organisant elles-mêmes leur travail, s’enquérant de leur équipage et de leurs aides - un clerc pour les écritures, des sergents pour la protection et la messagerie - comme de leurs fournitures, ainsi que l’exposent les commis qui ont réalisé le dénombrement du Châtillonnais en 1422 : « Item pour la minute de ce present registre, le double d’icellui, V cahiers pappier dont ilz sont faiz le parchemin dont ils sont couvers, la peine et salaire d’iceulx qui les ont escripts [.] VI frans »88.

  • 89 A Troyes, en 1397, trois cahiers de petit format se sont vendus 3 sous 9 deniers ; l’année suivant (...)

29Ils utilisent le papier, désormais courant et d’un prix nettement plus abordable que le parchemin89, plus simple aussi à manipuler.

30Mais aucune directive matérielle n’est donnée pour diriger la fabrication des registres et les commis ont et prennent toute liberté en la matière, ne paraissant pas même guidés par des normes personnelles ou de métier. Les deux registres dont les commis du Châtillonnais nous disent en 1422 avoir payer les fournitures sont conservés : ils sont effectivement couverts de parchemin original et les cent dix feuilles présentes dans les deux registres, six cahiers et deux pages de garde, sont de la même marque « à l’ancre » (fig. 23/3). Leur nombre est divisible par cinq : les cahiers d’origine pouvaient faire vingt-deux feuilles. Ils ont été démantelés pour réaliser deux pages de garde et six cahiers, tous d’importance différente (fig. 24). Les cahiers sont ainsi constitués au fur et à mesure et, souvent, à l’aide de bi-feuillets de provenances fort diverses.

31D’autres « libertés » sont prises avec les registres, pendant ou après leur réalisation, rares il est vrai, comme les fioritures ponctuellement ajoutées ici et là, sans systématique. Tout montre en somme que les commis réalisent ici des outils de travail, non pas des documents de diffusion et de démonstration, qu’ils les fabriquent avec application, mais sans appareil directif ou habillage ostentatoire.

32Directives et normes dirigent-elles alors la présentation des informations et leur mise en page ?

Notes

71 ADCO B 11525.

72 BRIQUET C.-M., Dictionnaire historique des marques du papier dès leur apparition vers 1282 jusqu’en 1600, avec 39 figures dans le texte et 16112 fac-similés de filigranes, Paris 1907, 2e éd. Leipzig, 1923, reprint Georg Olms Verlag, Hildesheim-Zurich-New-York, 1991, 4 vol. - LE CLERT L.-G., Le papier. Recherches et notes pour servir à l’histoire du papier, principalement à Troyes et aux environs depuis le XIVe siècle, Paris, « À l’enseigne du Pégase », 1926, 2 vol. – ZERDOUN BATYEHOUDA M., Les papiers filigranés médiévaux : essai de méthodologie descriptive, Brepols, Turnhout, 1989. – ZERDOUN BAT-YEHOUDA M. (éd.), Le papier au Moyen Âge : histoire et technique (Actes du colloque international du CNRS, Paris, 1998), Brepols, Turnhout, 1999. – BENOIT P., BERTHIER K., ROUILLARD J., Origine, évolution et production des moulins à papier de Troyes, Saint-Cloud et Essonnes aux XIVe et XVe siècles, CD-rom, CNRS – Paris I, s.d. Merci à Annie Charon : le polycopié sur Les supports de l’écriture et de l’image qu’elle fournit à l’appui de son cours aux élèves de l’École nationale des chartes donne de précieuses indications bibliographiques et problématiques. Il faut attendre aussi beaucoup des résultats de l’enquête coordonnée au sein de l’I.R.H.T. par Monique Zerdoun sur « les matériaux du livre médiéval », dont un volet entend étudier toutes les implications de l’emploi du papier dans les écrits de gestion (communication C. BOURLET).

73 Les données existent : en 1468-69, le receveur du bailliage de Chalon fait état d’un « molin à papier assis sur la rivière de Grosne », dépendant de la châtellenie ducale de Beaumont-la-Colonne (ADCO B 3551-1, fol. 5v). Il faut développer les études du type de celle dont la vallée de la Seine a fait l’objet : BENOIT P, BPIRTHIER K., ROUILLARD J., Origine, évolution et production des moulins à papier de Troyes, Saint-Cloud et Essonnes aux XIVe et XVe siècles, op. cit.

74 Seul le duché est ici pris en compte, les autres circonscriptions étant trop peu et trop irrégulièrement renseignées.

75 Pour le papier à la lettrine, à l’ancre et au grand P, les mieux représentés, l’absence dans un bailliage marque l’absence de registre pour la période couverte par les autres registres (cf. fig. 5).

76 Exceptionnellement, il est précisé que celui de la cherche des feux de 1397 pour l’Auxois est signé à Dijon (ADCO B 11513-1, fol. 63v).

77 ADCO B 11531, fol. 123 – Beaunois Nuiton 1423.

78 ADCO B 11544, fol. 99v – Chalonnais 1423.

79 ADCO B 11547, fol. 2 – Chalonnais 1431.

80 La signature est un sujet en soi et la paraphologie a trouvé son spécialiste : Claude Jeay, qui mène une enquête passionnante sur les secrétaires des rois de France de la fin du Moyen Âge et qui vient de faire paraître un bel article dans L’individu au Moyen Âge, sous la direction de Brigitte-Miriam Bedos-Rezak et Dominique Iogna-Prat, Aubier, Paris, 2005. Merci à lui pour s’être penché sur les signatures bourguignonnes que je lui ai transmises : les quelques lignes que j’y consacre sont entièrement redevables de son expertise. Voir aussi la journée de l’Ecole doctorale d’histoire de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne du 11 mai 2005 consacrée à La signature, parue dans Hypothèses 2005, Publications de la Sorbonne, Paris, 2006.

81 Respectivement ADCO B 11553, ADCO B 11565 1 et 2, ADCO B 11575.

82 Respectivement ADCO B 11521bis et ADCO B 11564.

83 ADCO B 11568-1, fol. 141v. Ils réalisent donc la reliure, qu’il conviendrait aussi d’étudier : mais il faut ici les compétences du spécialiste-restaurateur : ADAM C., « La reliure, un savoir-faire médiéval », L’innovation technique au Moyen Âge, Actes du VIe congrès international d’archéologie médiévale (Dijon, 1996), Paris, 1998, p. 283-284. Aux Archives municipales de Dijon, on peut voir le détail d’éléments de reliure pris du volume portant la cote L 173 (rôles des feux des années 1409-1445), avec « fils de couture, septaines et claies ».

84 ADCO B 11578 : « le papier de la cerche de la ville de Dijon ». Format : cf. fig. 24.

85 ADCO B 11571 – 2e : « c’est » ;4e : « c’est le papier des feux de la ville de Dijon ».

86 ADCO B 11573.

87 ADCO B 11522.

88 ADCO B 11568-1, fol. 141v.

89 A Troyes, en 1397, trois cahiers de petit format se sont vendus 3 sous 9 deniers ; l’année suivante, six cahiers de même format ont été négociés à 7 sous 6 deniers : ce qui met le cahier à 15 deniers, l’équivalent du salaire journalier d’un ouvrier du bâtiment. Voir BENOIT P, BERTHIER K., ROUILLARD J., Origine, évolution et production des moulins à papier de Troyes, Saint-Cloud et Essonnes aux XIVe et XVe siècles, op. cit. La feuille de parchemin, prise par douzaines, se paye 16 deniers à Paris en 1367 comme à Dijon en 1371 ; à Dijon encore l’année suivante elle atteint 25 deniers et la « peau de veel » destinée à la couverture 30 deniers : d’après PROST B., Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne de la maison Valois (1363-1477), t. I, Philippe le Hardi 1363-1377, Leroux, Paris, 1902-1904, no 684, 1477, 1628 et 1630.

Table des illustrations

Légende Fig. 17 – Filigranes : importance et longévité des différents types.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Légende Fig. 18/1 & 2 – Filigranes : lettrine (Auxois, 1470) ; arc (Auxonne, 1360-1361).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 18/3 & 4 – Filigranes : écu de Bourgogne (Chalonnais, 1470) ; main tréflée au briquet de Bourgogne (Auxois, 1543).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Légende Fig. 18/5 & 6 – Filigranes : licorne (Bar-sur-Seine, 1543) ; bœuf à l’étoile (Auxonne, 1490).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Légende Fig. 18/7 & 8 – Filigranes : dragons (Charolais, 1406 ; Chalonnais, 1406).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 18/9 & 10 – Filigranes : cerf étoilé (Chalonnais, vers 1360) ; félin (Châtillonnais, 1423).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 19 – Distribution des filigranes les mieux représentés (plus de cent occurrences) dans les six circonscriptions ducales.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Légende Fig. 20 – Bailliages, lieutenances, chefs-lieux et principales localités du duché de Bourgogne.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 21/1 – Les commissaires enquêteurs des circonscriptions méridionales.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Légende Fig. 21/2 – Les commissaires enquêteurs des bailliages de Chalon et de Dijon.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 21/3 – Signatures de commissaires : Auxonne, 1490 (B 11523).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 21/4 – Les commissaires des bailliages d’Auxois et du Châtillonnais.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Légende Fig. 22 – Signatures de commissaires : A = Dijon, 1453 (ADCO B 11588). B = Chalonnais, 1470 (ADCO B 11553).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 23/1 – Distribution des filigranes par registre (circonscriptions du sud).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Fig. 23/2 – Distribution des filigranes par registre en Chalonnais.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 23/3 – Distribution des filigranes par registre dans le bailliage de la Montagne.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Fig. 23/4 – Distribution des filigranes par registre en Beaunois et Nuiton.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 23/5 – Distribution des filigranes par registre en Auxois.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Fig. 23/6 – Distribution des filigranes par registre dans le Dijonnais.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Légende Fig. 24 – Dimensions et constitution des cahiers.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 25 – Prologue du registre B 11545 (Chalonnais, 1424).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 26 – Couverture de parchemin du registre B 11553 (Chalonnais, 1470).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Légende Fig. 27 – Origine des parchemins de remploi dans les couvertures des cherches des feux.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Fig. 28 – ADCO B 11576 (Dijonnais, 1391) : dessin à la plume en dernière page.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 29 – ADCO B 11522 (Auxonne, 1476) : quatrième page du bi-feuillet de garde.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 30 – Lettrine : ADCO B 11526, fol. 29v (Nuiton, 1377).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Légende Fig. 31 – Cherche des feux : lettrines.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1531/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search