Version classiqueVersion mobile

Archéologie d'un document d'archives

 | 
Patrice Beck

I. État des lieux

Le catalogue inachevé

Texte intégral

  • 36 PLANCHER U., Histoire générale et particulière de Bourgogne, avec des textes, des dissertations et (...)
  • 37 RICHARD J., « Dom Plancher et l’histoire de la Bourgogne », Préface à la réimpression de l’ouvrage (...)
  • 38 GARNIER J., La recherche des feux en Bourgogne aux XIVe et XVe siècles, op. cit. Prologues et donn (...)
  • 39 B 11510 à B 11592.

1Les « cherches des feux » bourguignonnes ne sont plus à découvrir. Certaines figurent déjà dans le premier grand travail érudit sur la Bourgogne des Valois publié en 174836. Dom Urbain Plancher, dont « à bon droit le nom figure en tête des bibliographies historiques bourguignonnes » et dont on continue de louer « la sûreté de l’information »37, en publie en effet des extraits. En 1876, l’archiviste J. Garnier leur consacre une monographie et procède à l’édition partielle de 14 d’entre elles38 Deux ans plus tard il en dresse l’inventaire officiel et, depuis, elles occupent 83 numéros de l’inventaire de la série B des Archives départementales de la Côte-d’Or39.

  • 40 CHARMASSE A. de, « Le bailliage d’Autun en 1475 d’après le procès-verbal de la recherche des feux  (...)
  • 41 PETIT E., Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne avec des documents inédits et des p (...)
  • 42 RIANDEY P., L’organisation financière de la Bourgogne sous Philippe le Hardi, Dijon, 1908, p. 59-6 (...)
  • 43 BILLIOUD J., Les états du duché de Bourgogne jusqu’en 1498, op. cit.
  • 44 GRAS P., « Cherches de feux chalonnaises au XIVe siècle », op. cit.
  • 45 RICHARD J., « L’élection financière d’Autun », Mémoires de la Société éduenne, L-1947, p. 1-17.
  • 46 DUBOIS H., « L’histoire démographique de Chalon-sur-Saône à la fin du XIVe siècle d’après les cher (...)
  • 47 LEGUAI A., « Démographie médiévale dans le duché de Bourgogne. Sources et méthodes », La démograph (...)
  • 48 CAMP P., Histoire d’Auxonne au Moyen Âge, op. cit., notamment p. 151-154.
  • 49 BECK P., « Démographie et peuplement du Nuiton aux XIVe et XVe siècles », op. cit.
  • 50 BECK P. et CHAREILLE P., « Les changements de résidence à Dijon à la fin du XIVe siècle », Faire s (...)
  • 51 LEGUAI A., « Démographie médiévale... », op. cit., p. 79.

2Ce premier catalogue n’a pas cessé d’être par la suite utilisé, corrigé, complété, tant ponctuellement, dans le cadre d’éditions de textes ou de monographies urbaines ou rurales, que globalement, à l’occasion de certaines présentations analytiques de corpus documentaires. C’est ainsi que, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, A. de Charmasse40, E. Petit41, P. Riandey42 et J. Billioud43 les évoquent et en publient quelques extraits. Pierre Gras revisite en 1943 les cherches des feux chalonnaises du XIVe siècle et propose de nouvelles dates, certaines de celles qui avaient été avancées par J. Garnier s’étant révélées approximatives ou égarées entre ancien et nouveau style44. J. Richard s’intéresse en 1947 à celle de l’Autunois45 et, pour le congrès organisé en 1970 par la Société des historiens médiévistes sur La démographie médiévale, la série chalonnaise est reprise par H. Dubois46 et l’ensemble du dossier est réouvert par A. Leguai47. Tous deux confirment l’intérêt de la source et du travail pionnier de J. Garnier, mais insistent aussi sur la nécessité de reprendre systématiquement le problème des datations des quelques « cherches » qui ne comportent en la matière aucune indication explicite évidente et qui ont été trop rapidement, à la vue des seules caractéristiques « externes » de l’écriture, attribuées à telle période. Ils ont ainsi corroboré les réévaluations réalisées par P. Gras sur le Chalonnais et les analyses de P. Camp48 sur la ville d’Auxonne ; ils ont inspiré les miennes, sur le Nuiton d’une part49, sur Dijon d’autre part50 : c’est en effet avec la recherche des indices chronologiques épars et indirects ponctuant parfois le corps des dénombrements, avec aussi le suivi anthroponymique des feux d’un document à l’autre qu’il est possible de donner aux enquêtes non datées leur place chronologique réelle. C’est ainsi que la cherche du bailliage de Chalon cotée B 11539, datée à tort de 1360, doit être placée au début des années 1380 car elle mentionne le bailli Jean de Ville-sur-Arce, qui a assumé cette fonction de 1381 à 138451. Pour Dijon, le registre B 11574 a perdu son prologue mais est précisément daté de l’hiver 1376-1377 sur certains des feuillets intérieurs (fig. 1).

Fig. 1 – Mention marginale au fol. 15 du registre B 11574-2 : « jeudi XVIII de decembre CCCLXXVI. »

  • 52 C’est cette date de 1381 qui est aussi retenue par Henri Dubois à l’occasion de l’édition qu’il do (...)

3Pour le bailliage de Dijon, le document B 11575 livre des informations contradictoires qui expliquent la confusion entre les années 1387 et 1381 mais c’est la dernière date qui s’avère être la bonne52 (fig. 2).

Fig. 2 – Éléments de datation aux fol. 1v (B) et 2 (A) du registre B 11575.

  • 53 ARNOULD M.-A., Res relevés des feux, op. cit.
  • 54 DUBOIS H., « Population et fiscalité en Bourgogne à la fin du Moyen Âge », Comptes rendus de l’Aca (...)
  • 55 BAUTIER R.-H., SORNAY J., Res sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Age... op. cit. (...)

4En 1976, les documents bourguignons figurent en bonne place dans la synthèse européenne que M.-A. Arnould livre dans la collection Typologie des sources du Moyen Âge occidental aux éditions Brepols53. L’ouvrage est essentiel : son analyse comparative des différents modes d’évaluation du nombre et des capacités contributives des feux, employés par les administrations fiscales de la fin du Moyen Âge pour établir l’assiette des impôts directs, est du plus grand intérêt ; et sa compilation bibliographique européenne est mise à jour en 1985. Mais si elle tient compte des rectifications apportées par les successeurs de J. Garnier, elle n’a pas le temps d’enregistrer le soupçon qu’émet en 1984 H. Dubois au sujet de l’exhaustivité du premier catalogue établi et sur la probabilité que d’autres registres « se cachent [...] dans d’autres séries »54. La preuve en est donnée en 2001 par R.-H. Bautier et J. Sornay qui, au chapitre des « Cherches des feux » de leur magistral inventaire des Sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge55, à la fois rappellent l’existence de travaux d’inventaire réalisés à la fin du XVIIIe siècle et exhument quelques registres épars.

  • 56 Recueil de Peincedé, op. cit., vol. XVIII, p. 457-877.
  • 57 BAUTIER R.-H., SORNAY J., Les sources de l’histoire économique et sodale du Moyen Age..., op. cit. (...)

5D’une part, il s’agit de l’analyse et inventaire des cherches des feux [...] étant en la tour basse [...] de la chambre des comptes de Dijon [...] au dessous des terriers, présentés par l’archiviste Peincedé le 15 janvier 1793 au commissaire nommé à cet effet par le directoire du département de la Côte-d’Or : ils occupent une bonne partie du volume 18 de son Recueil56. Les transcriptions qui y sont données sont certes incomplètes, mais elles font état de documents depuis disparus et si elles ne peuvent que combler « médiocrement quelques lacunes »57, elles permettent au moins d’évaluer l’état des pertes et de compléter le tableau de production de ce type de document en Bourgogne au temps des Valois (fig. 5).

  • 58 De nombreux volumes reliés comprenant des listes partielles ou totales des feux peuplant les paroi (...)
  • 59 ADCO B 495, une grande feuille de parchemin très abîmée.
  • 60 ADCO B 539.
  • 61 ADCO B 11876-1 et 2.
  • 62 ADCO B 11683-1 à 4.

6D’autre part, outre des listes de contribuables dijonnais levées par la mairie de la ville et conservées aux Archives municipales de Dijon58, huit pièces éparses subsistant de dénombrements commandités par les états de Bourgogne ont été repérées dans certaines liasses des Archives départementales de la Côte-d’Or. Pour Flammerans, en terre d’Outre-Saône, subsiste un fragment de minute de la cherche des feux de l’année 136259. Dans une liasse concernant la châtellenie de Brancion, il s’agit de quatre bi-feuillets détachés d’un dénombrement des feux du bailliage de Chalon et pas autrement datés que par l’écriture de la fin du XIVe siècle60 Dans une liasse rassemblant des documents divers évoquant les frais de guerre, ce sont deux cahiers de 6 et 12 feuillets du dénombrement réalisés en 1397 pour asseoir l’assiette du « don de cinquante mille frans donné et octroie a monseigneur le duc [...] pour la rençon de monseigneur le conte de Nevers son fils... »61 : le premier est « le papier ou sont escriptz les noms et surnoms des feux frans paiables et non paiables estans en la ville et citey de Chaulon et es surbourbes d’icelle », le second est la « cerche et inventaire des feux et nombre d’iceux a present estans es villes ressortissant au siege de Saint Jean de Loone par desay la Soone et aussi es villes de la chastellenie et prevosté de Pontoillier par desay la Soone ». Parmi les « affaires diverses » concernant le rapport entre le duc et l’Église62, ont été placés quatre cahiers du dénombrement général de 1476 concernant le dénombrement nominal des gens du clergé qui devaient être « mis en un quayer a part en faisant la cerche des feux [...] par ordonnance des gens des tois estas » : ils concernent respectivement les « sièges de Beaune et de Nuys, le bailliage de Chalon, les terres enclavees audit bailliage et ellection d’icellui et de Mascon, le comté d’Auxonne et les terres d’oultre Soone au ressort de Saint Laurens », enfin le bailliage d’Auxois.

7Comme l’évoque ce rappel historiographique et comme le montrent à l’évidence les traces d’interventions sur les couvertures des registres (fig. 3), les cherches des feux ont suscité un bel intérêt déjà du seul point de vue de leur gestion archivistique. Sur la feuille de parchemin couvrant le registre B 11562, cinq sinon six mains se sont succédées pour porter des informations générales permettant d’identifier rapidement la circonscription concernée (main A : C’est la cerche des foueiges du / bailliaige de la Montaigne.), le montant de la somme globale octroyée (main B : des XXXm frans), l’année de dénombrement (main C : l’an 1390), à nouveau la date et le nombre des feux dénombrés (Main C ou D : 1390 / il y a 4441 feux), la cote d’archive sur une pastille blanche (main D ou E : B 11562), enfin le nombre de pages (main E ou F : Contenant 146 feuillets papier).

Fig. 3 – Couverture de parchemin du registre B 11562.

  • 63 BAUTIER R.-H., SORNAY J., Les sources de l'histoire économique et sociale du Moyen Âge.. op. cit.,(...)

8Pourtant, ce travail de compilation et de vérification ne peut être considéré comme définitif et déjà il faut rectifier une approximation dans la datation du registre B 11518 donnée par R. H. Bautier et J. Sornay63. Le millésime proposé apparaît au fol. 173v et date une note additionnelle placée dans la marge le XXVe jour de novembre mil CCCC LXXIII (fig. 4) afin d’orienter le travail des commis au fouage suivant : celui de 600 000 livres justement octroyé au duc en ce mois de novembre 1473. Mais le dénombrement a été réalisé en 1470, certifié et signé par ses commis au fol. 47 le XXVIIIe jour de juillet l’an mil CCCC LXX : ce registre devait servir de modèle pour le dénombrement de 1473.

9La liste sera-t-elle jamais close ? Il n’est pas impensable de (re)trouver d’autres fragments de dénombrements dans les centaines de liasses de documents conservés des administrations locales, ducales ou urbaines, comme aussi dans les fonds spécialisés ou privés. Car les vides restent nombreux dans les tableaux de synthèse présentant l’information disponible aujourd’hui (cf. fig. 5 et 6, 8 et 16).

Fig. 4 – ADCO B 11518, cherche des feux du bailliage d’Auxois : mention marginale au fol. 173v : « memoire ...escript le XXVe jour de novembre mil CCCC LXXIII. »

Fig. 5 – Distribution spatiale et chronologique des cherches des feux repérées pour les cinq bailliages du duché (le bailliage de Dijon est subdivisé avec la lieutenance de Beaune et Nuits). * = pour asseoir les greniers à sel – ** = cherches des rentes et censes foraines... pour les fortifications de Dijon *** = cherches des feux ecclésiastiques – Peincedé = cherches mentionnées ou « analysées » par Peincedé et non répertoriées, « disparues » selon Bautier/ Sornay.

  • 64 Quatorze autres registres conservés et deux « disparus » depuis Peincedé concernent des circonscri (...)

10La figure 5 donne un tableau de la distribution spatiale et chronologique des dénombrements nominatifs repérés à ce jour pour les cinq bailliages du duché64. Les différences de représentation sont importantes, l’érosion différentielle très marquée : aucun fouage, comme aucun bailliage, n’est complètement représenté. Chalonnais et Dijonnais sont les mieux éclairés avec 18 fouages représentés, mais cela ne fait que 46 % des possibilités et ces deux circonscriptions sont sur-représentées : les dénombrements des deux principales villes du duché qui s’y trouvent – Chalon-sur-Saône et Dijon – font parfois l’objet de registres particuliers augmentant donc le potentiel de survie des documents. Le Beaunois-Nuiton, avec quatorze registres, se distingue du Dijonnais dont il n’est pourtant qu’une lieutenance. L’Autunois est sinistré et le Châtillonnais est amputé à partir de 1430 et l’on voit que les disparitions post-révolutionnaires que signale Peincedé se concentrent aux deux tiers sur ces deux circonscriptions : elles présentent ici quelque cohérence à défaut d’être expliquées.

11Il faut aussi replacer les cherches des feux dans l’ensemble de la documentation disponible sur les fouages (fig. 6) : le tableau permet de comparer leur série avec la liste des subventions accordées par les états au duc qui a été dressée en 1922 par R. Billioud, et les séries de comptes laissés par les receveurs tant généraux que de bailliage qui ont été étudiées par A. Van Nienwenhuysen et J. Rozier, puis compilés par R.-H. Bautier et J. Sornay.

12Sur les soixante-treize levées reconnues, trois seulement n’ont laissé ni cherche ni compte connus. Toutes les autres sont documentées par des comptes, généraux et/ou particuliers à certains bailliages : la collection complète est même conservée pour la levée de novembre 1393. La couverture est nettement moins bonne avec les cherches car quarante et un fouages n’en présentent pas. L’importance des pertes réelles est cependant moindre pour au moins trois raisons. C’est un impôt de quotité qui est voté en juillet 1363 : il ne nécessite pas obligatoirement de dénombrement des feux. Pour les levées d’août 1382, mars 1386, février 1403 et juin 1410, il est explicitement indiqué, dans les instructions générales pour la première et dans le prologue du receveur particulier du Beaunois ou du Dijonnais pour les autres, qu’elles seront réalisées en fonction des dénombrements précédents. Pour onze autres levées, chronologiquement très proches d’une autre et d’un montant à répartir inférieur à 10000 francs, il est possible sinon probable qu’elles n’ont pas été accompagnées d’une cherche des feux. Le nombre des dénombrements éventuellement manquants s’en trouve réduit d’autant (27) mais reste fort, concernant toujours 37 % des aides votées.

Fig. 6/1 – Fouages octroyés de 1285 à 1389 : cherches des feux et comptabilités conservées (d’après J. Billioud-1922 et Bautier/Sornay-2001).

Fig. 6/2 – Fouages octroyés de 1391 à 1413 : cherches des feux et comptabilités conservées (d’après J. Billioud-1922 et Bautier/Sornay-2001).

Fig. 6/3 – Fouages octroyés de 1417 à 1435 : cherches des feux et comptabilités conservées (d’après J. Billioud-1922 et Bautier/Sornay-2001).

Fig. 6/4 – Fouages octroyés de 1436 à 1447 : cherches des feux et comptabilités conservées (d’après J. Billioud-1922 et Bautier/Sornay-2001).

Fig. 6/5 – Fouages octroyés de 1448 à 1469 : cherches des feux et comptabilités conservées (d’après J. Billioud-1922 et Bautier/Sornay-2001).

Fig. 6/6 – Fouages octroyés de 1470 à 1497 : cherches des feux et comptabilités conservées (d’après J. Billioud-1922 et Bautier/Sornay-2001).

  • 65 BILLIOUD J., Les états du duché de Bourgogne jusqu’en 1498, op. cit., p. 207 sq. : « utilisations (...)

13Certes, si chaque levée exigeait un compte, elle pouvait se passer d’un dénombrement65. Mais il est vrai que les comptabilités sont mieux conservées que les enquêtes : ces dernières auraient-elles moins d’intérêt que les premières et seraient-elles négligées (fig. 7) ?

Fig. 7 – Début de rédaction abandonnée, essais d’écriture et graffitis au fol. 2v du registre ADCO B 11567 (cherche des feux du bailliage de la Montagne pour l’année 1417).

  • 66 Premier exemple : ADCO B 11513-1 et B 11513-2, qui concernent deux parties différentes du bailliag (...)
  • 67 Cf. infra fig. 9-12, chap. 6 aux p. 169-183, et « Textes à l’appui », p. 229-237. – CHARMASSE A. d (...)

14La figure 8 donne un aperçu général de la documentation. Les références sont celles de l’inventaire des Archives départementales, mais les registres associant des enquêtes différentes ont été ici individualisés par un numéro d’ordre supplémentaire66. Les années placées entre parenthèse sont celles qui sont données par J. Garnier, le cas échéant converties en nouveau style ou corrigées. Parmi les types de documents, les simples dénombrements (« cherches ») sont majoritaires, mais s’y trouvent aussi une « estime », six comptabilités de recettes individualisées par feu (« cherche-compte »), trois autres registres associant re-cherche et comptabilité (« re-cherche-compte »), deux mises d’assiette par transformation des feux réels en feux fiscaux (« cherche-assiette »). Un astérisque * signale les éditions, toujours partielles, dont quelques registres ont été l’objet67 ; est aussi indiquée la présence de prologues, lettres de commission, certificats, récapitulatifs comptables et instructions qui ouvrent ou ferment les dénombrements, ainsi que celle de doléances faisant état des difficultés rencontrées au cours de l’enquête.

15Les registres s’ouvrent en effet généralement par un prologue (fig. 9) rédigé par les commissaires, dans lequel ils se présentent et identifient l’objet, le lieu et le moment de leur activité. Ils y parlent de l’opposition des communautés et de l’insécurité qui gênent souvent leur activité, ils y copient le texte des lettres de commission émanant de l’autorité qui les a institués (fig. 10). Celles-ci exposent les circonstances puis les directives à suivre pour remplir la mission, quand ces dernières ne font pas l’objet d’une rédaction particulière nommée « instructions » : sont évoqués les critères statutaires et socio-économiques de l’agglomération et des feux nécessaires pour répartir la somme votée, le délai imparti, les collaborations sollicitées auprès des notables et des fonctionnaires locaux, l’ensemble étant « enrobé » dans une rhétorique appelant à l’honnêteté et à l’efficacité de tous. Suit le dénombrement, sous forme de listes nominales des chefs de feu (fig. 11). L’ensemble est normalement clos par un certificat : les commissaires y reprennent les informations du prologue, y donnent parfois un récapitulatif général du nombre des feux par catégorie et, le cas échéant, des sommes reçues et des dépenses effectuées (fig. 12), y engagent enfin la qualité du travail accompli sous leur serment et leur signature (fïg. 13).

Fig. 8 – Cherches des feux, état général de la documentation.
* = éditions partielles.
1 = prologue.
2 = lettres de commission.
3 = certificat.
4 = récapitulatif comptable.
5 = instructions.
6 = doléances.

Fig. 9 – ADCO B 11512, fol. 2, prologue (Auxois, 1378).

16 « Ce sont les noms et surnoms des tenens feux es villes dou bailliaige d.’Auxois / tant des survenuz de nouvel recelez, comme de ceulx qui sont absent tez et deffaillans d'icelle par mort, par departement ou autrement pour II/annees, la premiere commencent au mois d’aoust MCCCLXXVI et fenissant / enycelli mois d’aoust MCCCLXXVII, l’autre annee aprés continuellement en/suignant commencent en ycelli mois d'aoust MCCCLXXVII et fenissent l’an / MCCCLXXVIII audit mois et pour cbascune dicelles trouvez depuis le bail / desdiz feux mis sus et ordonnez audit bailliaige par honorables, discretes personnes / et saiges maistre Guillaume Caudel, jadiz bailli d’Auxois, Nicolas de Courberon, / general receveur en ycelli por mondit seigneur, et Thevenin Dan/ree escuier, commis quant a ce d’icelly seigneur audit mois d’aoust / MCCCLXXVI por l’aide des VIXX mille frans outroyez a mondit seigneur/en ycelli an par les gens de son païs, si comme par la recherche sur ce / commencié a fere par Regnaut Lorfevre de Semur, receveur des diz / fouaiges audit bailliage et commis quant a ce de mondit seigneur, / appellé avec lui Guiot le Petit, procureur substitut du procureur de mondit/seigneur en ycelli bailliaige es jours etjournees cy dessoubz escriptes et / par vertu de la dite commission de mondit seigneur transcripte cy dessobz / puet clerement apparoir. »

Fig. 10 – ADCO B 11512, fol. 2, lettre de commission (Auxois, 1378).

17 « La teneur de ladite commission de mondit seigneur est telle : “Philippe filz / de roy de France, duc de Bourgoingne, a notre amé Regnaut Lorfevre, / bourgeois de Semur, receveur des fouaiges en bailliaige d'Auxois qui/nagueres ont eu cours en notre païs, salut. Nous avons entendu que / les cerches des feux de l’annee darrenierement passee et de ceste presente n’ont / pas esté faites justement par la petite diligence que ceulx qui les ont faites /y ont mises, de quoy les esleuz de notre païs se sont complains a nous, / disans que en ce notredit pais est moult domaigiez et que sur ce/nous veuillons pourveoir selon raison. Pour quoy nous vous mandons / et commettons que, appelle avec vous notre procureur audit bailliaige d’Auxois, / vous es villes de votre recepte estans audit bailliaige faicte bien et diligemment / [2v] la vraye recerche des feux desdites deux années, et ce que par le dite recerche vous trouverez estre deu desdiz fouaiges, levez tost et diligemment, sanz favour ou deport d’aucun, en contraignent a ce touz ceulx qu’il appartiendra par la maniere que l’on a accoustumé fere pour nos propres debtes. De ce fere vous donnons povoir et mandement especial et mandons et commendons a touz noz subgiez prions et requerons les autres que a vous et a vos deputez en ce faisant obeïssent et entendent diligemment. Et nous mandons par ces presentes a noz amez et feaulx les gens de nos comptes que, appellé avec eulx aucun desdiz esleuz il tauxent pour ce a vous et audit procureur gaiges raisonnables selon ce qu’il leur apparaitra que vous aurez fait diligence et vaqué audit fait, lesquelx gaiges nous venions estre allouez en voz comptes por raportant quittance dudit procureur de ce que a lui en appartiendra. Donné a Argilly le XXVIIIe jour de juing l’an de grace mil CCCLX dix et huit, soubz le petit scel de notre court”. Ainsi signé en marge : “Pour monseigneur le duc, Potier”. »

Fig. 11 – ADCO B 11512, fol. 11v, liste nominale (Auxois, 1378).

18 « A Marqueul le XI e jour de fevrier /Jehan Bony, franc /Jehan Cherot, franc / Guiot Margue, ser / jehan Garral, ser /Brise Bourdeal, povres menestriers. »

Fig. 12 – ADCO B 11512, fol. 27v, récapitulatif des dépenses (Auxois, 1378).

19Main A : « Audit Renaut pour li, son clerc et ung sergent a chevaul, enfin pour / chascun (homme et chevaul VI gros pour jour) jour, lui, son clerc et II chevaulx VI gros qui vauldrent enfin les / dites cinquante et six journees pour les trois (IIIIXX IIII frans) (XXVIII frans) XXVIII frans
Item en plusieurs papiers et en plusieurs escriptures pour ce fait, / c’est assavoirpor salaire de clerc, ancre, parchemin et pour doubler ce /present compte (C sous) XL sous valent II frans. »
Main B : « Somme XLVIII frans VIII gros
Somme de ceste despense VIC IIIIXX V frans VIII gros. »

Fig. 13 – ADCO B 11588, fol. 97v, certificat du dénombrement des feux forains de Dijon (1451-1453).

20 « Et nous les devant nommez commissaires certifions en verité / toutes les parties cy devant escriptes et registrees avoir / esté par nous trouvees par information et inquisition / comme elles y sont contenues et declairees. Tesmoings nos seings manuelz cy mis le XXIIe jour du mois de / decembre, l’an mil CCCC cinquante et trois. »

  • 68 ADCO B 539 (Brandon au bailliage de Chalon, fin XIVe S.).
  • 69 ADCO B 11589 (Dijonnais v. 1460), B 11590 (Dijonnais v. 1470).
  • 70 B 11516 (Auxois av. 1455), B 11536 (Beaunois v. 1460), B 11587 (Dijonnais v. 1450).

21Aucun des cent registres ne présente tous ces composants. Seuls trois d’entre eux donnent des instructions particulières et vingt-trois des récapitulatifs : il est vrai que les premières peuvent être incluses dans le texte des commissions et que les seconds ne sont pas toujours exigés. Mais ils ne sont que cinquante-quatre à donner le texte des lettres de commission, et cinquante-huit à présenter un certificat. Ces documents sont toutefois introduits à 88 % par un prologue, mais c’est dire que douze registres n’en possèdent pas ou plus. Six registres ne présentent même rien d’autre que les listes et restent approximativement datés. L’un d’entre eux n’est plus qu’une épave68, deux autres sont visiblement incomplets bien que reliés et munis d’une couverture de parchemin69, les trois derniers commencent abruptement par le dénombrement d’une localité70, au plus par la mention lapidaire de la circonscription concernée, mais ils paraissent indemnes : ils sont reliés, munis d’une couverture de parchemin et l’un d’entre eux garde même le souci évident de la mise en page (fig. 14). Si c’est là un double allégé ou une copie surnuméraire, sa présentation n’est en rien négligée.

Fig. 14 – Premier feuillet du registre B 11516 (Auxois, 1455).

22Cette cherche des feux de l’Auxois ne présente qu’un élément de datation indirect : un ajout de 1455 placé au fol. 100. Elle ne comporte ni prologue, ni lettre de commission, mais la première page peut fort bien convenir à l’ouverture d’un registre : un titre, bien séparé du premier paragraphe, identifie le contenu général et une lettrine monumentalise la présentation du premier mot.

23La figure 16 rassemble les informations évoquant les circonstances et le calendrier des dénombrements contenues tant dans les prologues et les certificats rédigés par les commissaires que dans les mentions marginales de réception et d’enregistrement des registres par les élus en la chambre des comptes à Dijon (fig. 15).

Fig. 15 – ADCO B 11512 (Auxois, 1378) : enregistrement du document par la chambre des comptes. A – réception le 14 juin 1379 ; B – audition le 20 septembre 1384.

Fig. 16/1 – Circonstances et datations des enquêtes, de 1285 à 1417.

Fig. 16/2 – Circonstances et datations des enquêtes, de 1422 à 1478.

24Toutes ces mentions sont précieuses, car c’est par elles qu’il est possible d’étudier la « rhétorique du prince », les arguments développés tant par le duc que par les gens des états et/ou leurs élus afin d’expliquer et justifier l’impôt (chapitre 5). C’est aussi par elles qu’il est possible d’évaluer les temps de latence entre la décision, la réalisation et la réception du dénombrement, de mesurer ainsi l’efficacité des commissaires en particulier, de l’administration en général (chapitre 6).

25La source arrive certes avec un certain désordre, la collection reste quelque peu lacunaire, l’information passablement hétérogène d’un document à l’autre et, pour expliquer cet état, trois séries de facteurs se conjuguent : les aléas de la conservation des archives mortes, les conditions de réalisation des documents, et l’usage qui en est fait du temps de leur vie d’archives actives ou semi-actives. C’est de cette matérialité et de ces usages qu’il faut maintenant rendre compte.

Notes

36 PLANCHER U., Histoire générale et particulière de Bourgogne, avec des textes, des dissertations et les preuves justificatives, op. cit., t. III, preuve LXXV (instructions pour la levée du fouage d’août 1382 = ADCO B 289) ; preuve LXXXI (lettre de commission des élus pour le fouage de novembre 1384 = ADCO B 289) ; preuve LXXXXIX (instructions pour le fouage de mars 1386 = ADCO B 289) ; preuve CXXVIII (instructions pour le fouage de février 1391 et lettre de commission des enquêteurs en Beaunois-Nuiton = ADCO B 11576).

37 RICHARD J., « Dom Plancher et l’histoire de la Bourgogne », Préface à la réimpression de l’ouvrage de Dom Urbain Plancher, Paris, 1974, t. I, p. III-XIV.

38 GARNIER J., La recherche des feux en Bourgogne aux XIVe et XVe siècles, op. cit. Prologues et données démographiques éditées : 1375, B11570 (Dijonnais) ; 1376, B 11571 (Dijon) ; 1391, B11528 (Beaunois-Nuiton) ; 1431, B 11584 (Dijon) ; 1431, B 11532 (Beaune et Nuits), ; 1469, B 11590 (Dijon) ; vers 1470, B 11535 (Beaune et Nuits) ; 1397, B 11513 (Auxois) ; 1442, B 11515 (Auxois) ; 1461, B 11517 (Auxois) ; 1380, B 11560 (Châtillonnais) ; 1423, B 11569 (Châtillonnais) ; 1442, B 11521 (comté d’Auxonne) ; 1490, B 11523 (comté d’Auxonne).

39 B 11510 à B 11592.

40 CHARMASSE A. de, « Le bailliage d’Autun en 1475 d’après le procès-verbal de la recherche des feux », Mémoires de la Société éduenne, XXVII-1899, p. 279-306.

41 PETIT E., Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne avec des documents inédits et des pièces justificatives, 9 volumes, Dijon, 1885-1905, édition du rôle des feux du « disme de la monnoie » levé en Beaunois en 1285 (B 11525) au vol. VI, p. 331-335. – PETIT E., Ducs de Bourgogne de la maison de Valois d’après des documents inédits. Philippe le Hardi, première partie, 1363-1380, t. I, Dijon, 1909, « Appendice 1, États de Bourgogne sous Philippe le Hardi », p. 363-407.

42 RIANDEY P., L’organisation financière de la Bourgogne sous Philippe le Hardi, Dijon, 1908, p. 59-63, édition partielle du prologue de la cherche des feux du bailliage de Dijon de 1375 (B 11570).

43 BILLIOUD J., Les états du duché de Bourgogne jusqu’en 1498, op. cit.

44 GRAS P., « Cherches de feux chalonnaises au XIVe siècle », op. cit.

45 RICHARD J., « L’élection financière d’Autun », Mémoires de la Société éduenne, L-1947, p. 1-17.

46 DUBOIS H., « L’histoire démographique de Chalon-sur-Saône à la fin du XIVe siècle d’après les cherches des feux », La démographie médiévale, sources et méthodes, op. cit.

47 LEGUAI A., « Démographie médiévale dans le duché de Bourgogne. Sources et méthodes », La démographie médiévale, sources et méthodes, op. cit.

48 CAMP P., Histoire d’Auxonne au Moyen Âge, op. cit., notamment p. 151-154.

49 BECK P., « Démographie et peuplement du Nuiton aux XIVe et XVe siècles », op. cit.

50 BECK P. et CHAREILLE P., « Les changements de résidence à Dijon à la fin du XIVe siècle », Faire son chemin dans la ville, op. cit.

51 LEGUAI A., « Démographie médiévale... », op. cit., p. 79.

52 C’est cette date de 1381 qui est aussi retenue par Henri Dubois à l’occasion de l’édition qu’il donne des « Instructions pour la levée » de ce fouage : DUBOIS H., « Fouage royal français et fouage ducal bourguignon au XIVe siècle », op. cit. Les « pièces justificatives » annexées à cet article comportent en outre le prologue et les déclarations pour Boncourt-leBois et Pouilly-sur-Saône de la re-cherche des feux de 1377 en Nuiton (B 11526, fol. 1, 4 et 16v), le prologue et la déclaration pour la « prevosté de Chastel Girard » de la re-cherche des feux du bailliage d’Auxois pour l’année 1378 (B 11512, fol. 2 et 3).

53 ARNOULD M.-A., Res relevés des feux, op. cit.

54 DUBOIS H., « Population et fiscalité en Bourgogne à la fin du Moyen Âge », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1984, p. 540-555.

55 BAUTIER R.-H., SORNAY J., Res sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Age... op. cit., p. 410-417.

56 Recueil de Peincedé, op. cit., vol. XVIII, p. 457-877.

57 BAUTIER R.-H., SORNAY J., Les sources de l’histoire économique et sodale du Moyen Age..., op. cit., p. 411.

58 De nombreux volumes reliés comprenant des listes partielles ou totales des feux peuplant les paroisses de la capitale du duché entre XIVe et XVIIIe siècle sont conservés aux Archives municipales de Dijon sous les cotes L 117 à L 329. Les dénombrements déterminés par les seuls fouages généraux sont exceptionnels : d’autres motivations sont associées, comme la construction des ponts et des fortifications. Les listes se présentent d’autre part sous la forme de mises d’assiette ou de comptes des recettes réalisées par les maire et échevins de la ville ou leur receveur délégué à cet effet. Ce sont des papiers de comptabilité municipale, qui n’appartiennent donc pas à la série des cherches réalisées pour les élus des états de Bourgogne.

59 ADCO B 495, une grande feuille de parchemin très abîmée.

60 ADCO B 539.

61 ADCO B 11876-1 et 2.

62 ADCO B 11683-1 à 4.

63 BAUTIER R.-H., SORNAY J., Les sources de l'histoire économique et sociale du Moyen Âge.. op. cit., p. 412.

64 Quatorze autres registres conservés et deux « disparus » depuis Peincedé concernent des circonscriptions périphériques ou éphémères. OUTRE-SAÔNE : B 11520-B 11524 (1361, 1442, 1474, 1476, 1490, 1544) et mention par Peincedé pour 1455. CHAROLAIS : B 11555B 11558 (1398, 1406, 1394, 1476), outre le registre de 1397 disparu depuis Peincedé. MÂCONNAIS : B 11683-B 11592 (1476 et 1478). AVALLON : B 11524bis (1544). BAR/SEINE : B 11524ter (1543).

65 BILLIOUD J., Les états du duché de Bourgogne jusqu’en 1498, op. cit., p. 207 sq. : « utilisations d’anciennes cerches ».

66 Premier exemple : ADCO B 11513-1 et B 11513-2, qui concernent deux parties différentes du bailliage d’Auxois dénombrés en 1397 par deux équipes différentes.

67 Cf. infra fig. 9-12, chap. 6 aux p. 169-183, et « Textes à l’appui », p. 229-237. – CHARMASSE A. de, « Le bailliage d’Autun en 1475 d’après le procès-verbal de la recherche des feux », Mémoires de la Société éduenne, XXVII-1899, p. 279-306. – CORDIER A., « Cherches de feu en Bresse au XVe siècle », Bresse-Généalogie, V-1995, p. 5-23. – DUBOIS H., « Fouage royal français et fouage ducal bourguignon au XIVe siècle », op. cit. – GARNIER J., La recherche des feux en Bourgogne aux XIVe et XVe siècles, op. cit. – PLANCHER U., Histoire générale et particulière de Bourgogne, op. cit. – PETIT E., Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, op. cit. – RIANDEY P., L’organisation financière de la Bourgogne sous Philippe le Hardi, op. cit. – RICHARD J., « L’élection financière d’Autun », op. cit.

68 ADCO B 539 (Brandon au bailliage de Chalon, fin XIVe S.).

69 ADCO B 11589 (Dijonnais v. 1460), B 11590 (Dijonnais v. 1470).

70 B 11516 (Auxois av. 1455), B 11536 (Beaunois v. 1460), B 11587 (Dijonnais v. 1450).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Mention marginale au fol. 15 du registre B 11574-2 : « jeudi XVIII de decembre CCCLXXVI. »
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 2 – Éléments de datation aux fol. 1v (B) et 2 (A) du registre B 11575.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 3 – Couverture de parchemin du registre B 11562.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Fig. 4 – ADCO B 11518, cherche des feux du bailliage d’Auxois : mention marginale au fol. 173v : « memoire ...escript le XXVe jour de novembre mil CCCC LXXIII. »
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Légende Fig. 5 – Distribution spatiale et chronologique des cherches des feux repérées pour les cinq bailliages du duché (le bailliage de Dijon est subdivisé avec la lieutenance de Beaune et Nuits). * = pour asseoir les greniers à sel – ** = cherches des rentes et censes foraines... pour les fortifications de Dijon *** = cherches des feux ecclésiastiques – Peincedé = cherches mentionnées ou « analysées » par Peincedé et non répertoriées, « disparues » selon Bautier/ Sornay.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Légende Fig. 6/1 – Fouages octroyés de 1285 à 1389 : cherches des feux et comptabilités conservées (d’après J. Billioud-1922 et Bautier/Sornay-2001).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 6/2 – Fouages octroyés de 1391 à 1413 : cherches des feux et comptabilités conservées (d’après J. Billioud-1922 et Bautier/Sornay-2001).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Fig. 6/3 – Fouages octroyés de 1417 à 1435 : cherches des feux et comptabilités conservées (d’après J. Billioud-1922 et Bautier/Sornay-2001).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende Fig. 6/4 – Fouages octroyés de 1436 à 1447 : cherches des feux et comptabilités conservées (d’après J. Billioud-1922 et Bautier/Sornay-2001).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende Fig. 6/5 – Fouages octroyés de 1448 à 1469 : cherches des feux et comptabilités conservées (d’après J. Billioud-1922 et Bautier/Sornay-2001).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Fig. 6/6 – Fouages octroyés de 1470 à 1497 : cherches des feux et comptabilités conservées (d’après J. Billioud-1922 et Bautier/Sornay-2001).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende Fig. 7 – Début de rédaction abandonnée, essais d’écriture et graffitis au fol. 2v du registre ADCO B 11567 (cherche des feux du bailliage de la Montagne pour l’année 1417).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Légende Fig. 8 – Cherches des feux, état général de la documentation.* = éditions partielles.1 = prologue.2 = lettres de commission.3 = certificat.4 = récapitulatif comptable.5 = instructions.6 = doléances.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Fig. 9 – ADCO B 11512, fol. 2, prologue (Auxois, 1378).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende Fig. 10 – ADCO B 11512, fol. 2, lettre de commission (Auxois, 1378).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Fig. 11 – ADCO B 11512, fol. 11v, liste nominale (Auxois, 1378).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Fig. 12 – ADCO B 11512, fol. 27v, récapitulatif des dépenses (Auxois, 1378).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Fig. 13 – ADCO B 11588, fol. 97v, certificat du dénombrement des feux forains de Dijon (1451-1453).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Fig. 14 – Premier feuillet du registre B 11516 (Auxois, 1455).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Légende Fig. 15 – ADCO B 11512 (Auxois, 1378) : enregistrement du document par la chambre des comptes. A – réception le 14 juin 1379 ; B – audition le 20 septembre 1384.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 16/1 – Circonstances et datations des enquêtes, de 1285 à 1417.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Légende Fig. 16/2 – Circonstances et datations des enquêtes, de 1422 à 1478.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1530/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search