Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie d'un document d'archives

 | 
Patrice Beck

Préface

Olivier Guyotjeannin

Texte intégral

1Ces quelques lignes de présentation voudraient, en premier lieu, remercier Patrice Beck d’avoir confié à la collection Études et rencontres de l’École des chartes le présent volume, issu après de minimes retouches d’un mémoire inédit d’habilitation, présenté à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne en novembre 2004. Il y trouve, certes, par son sujet et son angle d’attaque, une place naturelle, bien dans la lignée des appels lancés, depuis quelques décennies, par Robert-Henri Bautier pour une archivistique médiévale qui soit au sens plein une critique historique des sources, ou encore par Jean Favier pour la constitution d’une « diplomatique des comptabilités », appel auquel quelques entreprises convergentes ont récemment donné un écho bienvenu.

2C’est précisément par des enquêtes sur les comptes bourguignons, dont on espère la prochaine parution, que Patrice Beck en est venu à porter un regard nouveau et sans conteste novateur sur les séries, passablement hétérogènes au reste, des « cherches » et « re-cherches » de feux bourguignonnes. Confronté dès ses premières études à ces sources fiscales que d’autres avant lui avaient tenté de détourner vers l’histoire démographique, il est revenu sur elles après de nombreux détours, dont le bénéfice croisé se lit ici plus qu’entre les lignes — étude de la civilisation matérielle, histoire de l’anthroponymie, attention soutenue à l’histoire des techniques autant qu’à l’histoire sociale... Insatisfait sans doute du bilan mélangé qu’offrait la démarche classique, de collecte, d’inventaire, de pesée des pertes et des silences, de bilan des données, de rapide examen de la forme du document et de reconstitution de sa genèse, il a sauté le pas, et placé la source au centre même du questionnaire. Poussé par sa double compétence d’archéologue en même temps que d’historien, stimulé par la proximité intellectuelle de féconds laboratoires, il a tenu le pari double d’étudier le document comme objet, et de briser le cercle magique de l’admiration pour le document/monument tel qu’il est. Il n’a cessé d’être archéologue et historien, et l’essai me semble l’un des rares et des meilleurs produits d’une authentique typologie des sources d’archives médiévales, science auxiliaire de l’histoire.

3Le plus spectaculaire est sans doute dans l’« archéologie des sources d’archives » à laquelle il nous convie sur un case-study exemplaire et atypique, une source à la fois sérielle et hétérogène dont les ratés, les incohérences et les échecs deviennent à leur tour instructifs. L’étude minutieuse, maîtrisée et captivante des traces matérielles de fabrication doit évidemment beaucoup aux avancées éclatantes de la codicologie, son intérêt devient aussi évident à la lecture que l’étonnement devant la rareté actuelle des études. Mais le diplomatiste que je suis se plaît aussi à souligner la part non moins généreuse, et non moins déterminante, accordée à l’étude lexicographique, à la reconstitution de la genèse du document inférée de ses caractères externes et internes, au démontage des procédures d’enquête, à la reconstitution historique des mobiles et des enjeux, à l’appréciation des usages et des limites de la source, à la traque des indices de consultation et de réutilisation, jusqu’au seuil des mystères de la conservation.

4Car c’est, pour finir, de l’histoire « tout court » qui se fabrique ici. La contradiction flagrante entre la standardisation (même déconcentrée) des comptes de châtellenie et l’irrégularité formelle des « cherches » trouve une très historique interprétation dans la restitution des processus de création documentaire : la « cherche » trouve dans sa genèse ses propres limites de pertinence et surtout d’homogénéité ; produite ou régulée par les privilégiés qui dominent les états de Bourgogne, elle doit esquiver une régularité qui consoliderait la lourde tendance de l’impôt princier à devenir ordinaire. La démonstration est brillante, au terme d’expertes manipulations sous forme de tableaux et de graphes, enrichie d’une immersion photographique constante, doublée d’un remarquable décryptage des manipulations comptables. Le lecteur verra vite la faiblesse de la glose face aux mérites de l’original, et l’immense potentiel d’imitation offert par la belle étude de Patrice Beck.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.