Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Livre entre le commerce et l'histoire des idées

 | 
Annie Charon
, 
Claire Lesage
, 
Ève Netchine

Résumés

Texte intégral

Les catalogues du « magasin de l’univers » : intérêt et sauvegarde des catalogues de libraires néerlandais de l’Ancien Régime, par Otto S. Lankhorst

1Les catalogues de libraires de la Hollande, qui fut, aux XVIIe et XVIIIe siècles, le magasin de l’ensemble de la librairie européenne, ont permis de faire connaître le contenu de ce vaste entrepôt à une clientèle internationale. Pour englober l’ensemble de cette production, il faut considérer non seulement les catalogues de fonds mais aussi les catalogues d’assortiment, sans oublier les catalogues des ventes au cours desquelles un libraire (ou ses héritiers) se débarrassait de l’ensemble de son fonds et/ou de ses assortiments. Ne comptant en général pas plus d’une trentaine de pages, les catalogues de fonds permettaient de faire connaître le stock de la boutique d’un libraire et non uniquement ses propres éditions. Ce genre de catalogues était en principe classé alphabétiquement. Les catalogues d’assortiment, quant à eux, étaient souvent plus épais et atteignaient parfois une centaine de pages ou plus. Aux Pays-Bas, les catalogues de libraires sont reconnus depuis longtemps comme une source importante pour l’histoire littéraire et pour l’histoire du livre. Le projet Book Sales Catalogues of the Dutch Republic, 1599-1800 a permis de publier tous les catalogues sauvegardés sur microfiches.

Le commerce des livres à la foire Saint-Germain (vers 1639-1660), par Christian Péligry

2La foire Saint-Germain, qui se déroulait chaque année sur l’emplacement dit des Jardins du roi de Navarre, en marge du quartier de l’Université, connut une longue période de prospérité jusqu’à l’incendie qui la ravagea en 1762. Les témoignages littéraires, les textes législatifs et les règlements de la corporation des libraires parisiens, enfin et surtout les catalogues publiés pendant la première moitié du XVIIe siècle montrent que l’on a vendu des livres à la foire Saint-Germain, malgré les interdictions sans cesse renouvelées, et que ce commerce y avait atteint une certaine ampleur, suscitant l’inquiétude des marchands qui n’y tenaient pas boutique. Une dizaine de catalogues publiés entre 1639 et 1660 font l’objet de la présente étude ; celle-ci révèle que les libraires concernés ont alimenté ce marché du livre d’occasion – pendant une vingtaine d’années seulement – en proposant à leurs clients moins les ouvrages qu’ils avaient pu éditer eux-mêmes que des livres d’assortiment échangés, achetés à d’autres libraires, provenant de bibliothèques particulières ou même importés de l’étranger.

Les libraires catalogueurs : renseigner et décrire, attirer et vanter, par Claire Lesage

3Les libraires comme les bibliothécaires sont des catalogueurs, et les deux métiers ont produit des catalogues (de vente, de librairie ou de bibliothèque) depuis le XVe siècle. Une histoire comparée de leur production catalographique, que ce soit du point de vue du classement des notices, de leur présentation matérielle ou de leur rédaction, permet de comprendre les apports des uns et des autres, à travers collaborations ou rivalités. Et c’est ainsi qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles se mettent en place des habitudes dont les catalogues et normes actuels sont les héritiers.

Pierre François Fauche, l’imprimeur-libraire européen et ses catalogues, par Vladimir Somov

4Issu d’une famille neuchâteloise, Pierre François Fauche établit son activité à la fin du XVIIIe siècle à Flambourg et Brunswick (Braunschweig), qui sont alors des centres importants de l’émigration et de la librairie françaises. Ses liens avec le milieu des émigrés et son implication dans la vie politique de l’époque révolutionnaire se lisent dans ses choix éditoriaux, notamment dans la réimpression d’éditions parisiennes telles que le Mercure de France et l’édition d’ouvrages d’émigrés éminents (Dumouriez, Lally-Tollendal, Mallet du Pan, Madame de Genlis, Sénac de Meilhan, etc.). Sa production la plus fameuse reste Le spectateur du Nord. Pour assurer la diffusion de ses publications, Fauche recourt aux moyens les plus divers : annonces dans les périodiques, y compris ses propres journaux, création de cabinets de lecture, voyages commerciaux et visites de foires, et enfin édition de nombreux catalogues. Les seuls qui nous soient parvenus, qui couvrent la période de 1788 à 1798, se trouvent à présent dispersés en Allemagne, en France et en Russie. Les milliers d’ouvrages qu’ils proposent sont pour la plupart en français. Instruments de travail et de promotion, les catalogues de P. F. Fauche révèlent la production de ses presses, sa politique commerciale, son réseau de correspondants, et constituent un corpus important de sources pour l’histoire de la librairie française en Europe à l’époque de la Révolution.

La maison Charpentier de 1875 à 1896 : d’un catalogue à l’autre, par Virginie Meyer

5Lorsque Georges Charpentier reprend la maison d’édition de son père en 1871, la « deuxième révolution du livre », celle de l’industrialisation et de la consommation de masse, bat son plein. Devenu le maillon central du champ littéraire, l’éditeur doit vendre vite et au plus grand nombre. Les catalogues de fonds, s’ils ont toujours été des outils de diffusion et de promotion, s’inscrivent pleinement dans cette logique commerciale nouvelle qui met l’accent sur l’offre davantage que sur la demande. Pour appréhender l’activité de Georges Charpentier, nous ne disposons que de deux catalogues, publiés en 1875 et 1896, conservés dans le fonds Q10. de la Bibliothèque nationale de France. Certes, deux documents aussi minces ne peuvent suffire à retracer vingt-cinq ans de carrière, mais leur comparaison fournit tout de même – en complément d’autres sources – des indications aussi bien quantitatives que qualitatives permettant de reconstituer la production de l’éditeur et de relever les indices des inflexions de sa politique éditoriale. Elle montre également l’autonomisation du genre théâtral et la multiplication des collections illustrées. Comme en témoigne la remarquable stabilité de la couverture Charpentier, reprise par son successeur Eugène Fasquelle jusque dans les années 1920, les catalogues constituent enfin un miroir de l’image de marque de l’entreprise, à l’heure où naît la consommation de masse.

L’affichage des prix et la promotion des livres dans les annonces de librairie au XVIIIe siècle, par Véronique Sarrazin

6Si les livres imprimés ont précocement fait l’objet d’annonces commerciales, celles-ci n’en ont, pendant longtemps, guère mentionné les prix. À partir des années 1730, les éditeurs parisiens cherchent à atteindre une clientèle géographiquement plus dispersée et socialement élargie, et multiplient pour cela des annonces de plus en plus détaillées sur des supports variés : non seulement la mention du prix se généralise pour les livres neufs, mais les éditeurs proposent une gamme de prix, selon la qualité du tirage et le conditionnement des volumes, et précisent les frais d’envoi. Avec l’affichage des prix se développe la promotion par le prix. Les arguments employés visent surtout à convaincre le futur client que les prix - toujours élevés - sont justifiés par la qualité et que l’offre se situe avantageusement par rapport au marché. Mais cette concurrence économique reste limitée par l’encadrement légal de l’édition et par ce qu’est encore le livre : un produit dont la qualité matérielle doit refléter le contenu pour « orner la bibliothèque » d’une clientèle aisée et lettrée, et dont les éditeurs ne veulent, ni ne peuvent vanter le bon marché.

Les accroches commerciales dans les catalogues de libraires italiens du XVIIIe siècle, par Maria Gioia Tavoni

7Source précieuse, aussi importante pour l’histoire de la production et du commerce des livres que fragile par sa dimension et son poids éditoriaux, les catalogues de livres sont si dispersés dans les bibliothèques et archives des nombreuses villes de l’Italie préunitaire qu’on ne peut en faire une évaluation complète actuellement. Cet article, fondé sur les recherches les plus récentes, qui ont sorti de l’ombre une partie de ces instruments de vente, illustre la complexité des conditions dans lesquelles les libraires implantés dans la péninsule exerçaient leur activité. L’examen de quelques-uns des catalogues les plus significatifs montre qu’à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle surtout, les libraires les plus entreprenants étaient en mesure, malgré la rigueur de la censure, la législation souvent confuse et l’obstacle des droits et des impôts, de garantir une offre culturelle à l’avant-garde et très variée. Les catalogues permettent de repérer en particulier les accroches utilisées par les libraires pour élaborer des stratégies commerciales de plus en plus raffinées, afin d’offrir leur marchandise à un public toujours plus vaste et d’extractions sociales différentes.

Le premier âge d’or du prospectus, par Jean-Daniel Candaux

8Les prospectus de l’Ancien Régime, qui ne concernent en principe qu’un seul titre chacun, sont des œuvres communes à l’éditeur et à l’auteur et peuvent ou non comporter une offre de souscription. Bien qu’ils soient des sources majeures pour l’histoire de l’imprimerie et de la librairie, ils n’ont pas assez été étudiés car ils ont été jusqu’ici très peu répertoriés dans les bibliothèques. Il est maintenant temps d’essayer d’en constituer un catalogue collectif ; l’essai de liste en annexe et les pistes explorées pour la constituer sont une contribution à l’élaboration future de ce corpus, qui devrait idéalement être numérisé.

Henry George Bohn et son Guinea Catalogue de 1841 : une première approche, par Anita Van Elferen

9Henry George Bohn (1796-1884) est surtout connu pour l’édition des « Bohn Libraries », mais il fut aussi un grand libraire. Il commença par vendre des livres anciens, mais bientôt se tourna vers le commerce des surplus d’éditions. En 1841, il fit paraître son Guinea Catalogue, ce nom faisant référence à son prix : une guinée. Publier de volumineux catalogues fut brièvement en vogue au XIXe siècle, en particulier à Londres ; mais celui de Bohn constituait le plus gros catalogue jamais publié jusque-là par un libraire. Sous le titre A Catalogue of Books, le catalogue contient 23 208 notices pour 1 948 pages. Au total, il décrit quelque trois cent mille volumes. Il est divisé en vingt-sept sections et l’on y trouve des livres pour tous les goûts, anciens ou issus de fonds de librairie invendus. Cent cinquante-deux pages sont consacrées à ces derniers, dans une disposition totalement différente de celle employée pour les livres anciens : les descriptions y sont plus longues et recourent à des caractères en différents corps. C’est que Bohn dispose de nombreux exemplaires de chacun des ouvrages décrits : meilleure est la notice, plus les chances de vendre l’ouvrage sont bonnes. Disponibles en un seul exemplaire, les livres anciens sont décrits plus brièvement. Le Guinea Catalogue n’est pas connu autant qu’il le mérite : il offre un éclairage utile sur le commerce des livres au XIXe siècle et constitue toujours un important ouvrage de référence.

Les catalogues de libraires dans les collections de Sir Hans Sloane (1660-1753) : provenance et transmission, par Giles Mandelbrote

10S’il n’était pas inhabituel, pour des collectionneurs, de conserver les catalogues de ventes aux enchères comme description d’un choix raisonné de livres, il est beaucoup plus rare de rencontrer des amateurs qui prenaient la peine de conserver ou même d’acquérir des catalogues de libraires. La collection de Sir Hans Sloane, qui constitua une des bases du fonds du British Museum à sa création, se caractérise par son riche ensemble de catalogues commerciaux, qui reflètent l’exceptionnelle étendue des échanges qu’entretenait avec les libraires de l’Europe entière ce médecin qui fut à la fois président de la Société royale et de l’Académie de médecine. Ce type d’étude souligne l’apport essentiel des provenances privées à la connaissance de la production si fragile et fugace des anciens catalogues de libraires. Dans le contexte français, ces travaux révèlent l’importance de certaines collections parisiennes désormais réparties entre la BNF et d’autres fonds patrimoniaux. L’établissement des provenances des catalogues de libraires constitue en effet une étape essentielle à la compréhension de ces modestes objets aux multiples usages.

Lovenjoul et ses catalogues : au cœur d’un service de commissions, par Catherine Faivre d’Arcier

11Lovenjoul (1836-1907), collectionneur belge passionné par la littérature française de son temps, sensibilisé très tôt à la difficulté d’en retrouver les multiples sources, suivait avec attention la production éditoriale française – notamment grâce aux catalogues. Parce qu’il résidait à Bruxelles, il ressentit dès 1854 le besoin de s’adjoindre les services d’un libraire capable de procéder à certains achats ou recherches pour lui, à distance. Ses acquisitions prirent cependant de l’ampleur (jusqu’à neuf cents par an, pour des montants compris entre dix et vingt mille francs) et se diversifièrent. Tout en conservant la maîtrise intellectuelle des opérations, Lovenjoul ne pouvait suffire à la tâche d’un point de vue matériel. Il mit donc sur pied une organisation complexe dont le libraire parisien Borrani devint le pivot : centralisation des achats de livres et de manuscrits, solde des factures, gestion des abonnements, recherches, expédition de ballots... La rigueur apportée à son travail, appréciée à sa juste valeur par Lovenjoul, joua un rôle non négligeable dans la constitution d’une bibliothèque romantique sans équivalent aujourd’hui.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540