Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Livre entre le commerce et l'histoire des idées

 | 
Annie Charon
, 
Claire Lesage
, 
Ève Netchine

Troisième partie. Les collectionneurs et les catalogues

Lovenjoul et ses catalogues au cœur d’un service de commissions

Catherine Faivre D’Arcier

Résumé

Lovenjoul (1836-1907), collectionneur belge passionné par la littérature française de son temps, sensibilisé très tôt à la difficulté d’en retrouver les multiples sources, suivait avec attention la production éditoriale française – notamment grâce aux catalogues. Parce qu’il résidait à Bruxelles, il ressentit dès 1854 le besoin de s’adjoindre les services d’un libraire capable de procéder à certains achats ou recherches pour lui, à distance. Ses acquisitions prirent cependant de l’ampleur (jusqu’à neuf cents par an, pour des montants compris entre dix et vingt mille francs) et se diversifièrent. Tout en conservant la maîtrise intellectuelle des opérations, Lovenjoul ne pouvait suffire à la tâche d’un point de vue matériel. Il mit donc sur pied une organisation complexe dont le libraire parisien Borrani devint le pivot : centralisation des achats de livres et de manuscrits, solde des factures, gestion des abonnements, recherches, expédition de ballots... La rigueur apportée à son travail, appréciée à sa juste valeur par Lovenjoul, joua un rôle non négligeable dans la constitution d’une bibliothèque romantique sans équivalent aujourd’hui.

Texte intégral

1Les mentions de la bibliothèque de l’Institut de France, à Paris, seront abrégées de la façon suivante : BIF. De même, les expressions « lettre autographe signée », « pièce autographe signée » et « lettre signée » seront respectivement abrégées sous la forme : l.a.s., p.a.s., l.s.

2Lovenjoul est un nom bien connu des chercheurs dix-neuviémistes, en particulier des spécialistes du romantisme. Il évoque en effet une magnifique collection riche de quelque quarante mille imprimés en éditions originales, neuf cents titres de périodiques, et d’un millier de manuscrits et autographes, signés en particulier par Balzac, Gautier ou Sand.

3Derrière le nom de la collection, abritée par l’Institut de France depuis 1907 à la faveur d’un legs généreux, se cache une personnalité originale : collectionneur belge passionné de littérature française et, phénomène plus rare encore, intéressé par la littérature romantique et contemporaine, Lovenjoul consacra dès l’âge de dix-sept ans sa vie et une bonne part de ses moyens à la collecte des sources littéraires du romantisme dans leur état original, à une époque où les documents concernés n’étaient guère pris en considération par les grands bibliophiles.

  • 1 Charles Spoelberch de Lovenjoul, Histoire des œuvres de Théophile Gautier, Paris, 1887, p. III.

4Charles de Spoelberch de Lovenjoul, né en 1836 en Belgique, y résidait presque toute l’année. Comme nombre de ses compatriotes, il était attiré par la Ville lumière et y effectuait un à deux séjours annuels, qui pouvaient durer plusieurs semaines, voire deux mois. Mais cela ne pouvait suffire à satisfaire ses curiosités de collectionneur. Dès 1854 environ, ses propres recherches sur Gautier et sa rencontre avec l’éditeur Michel Lévy l’avaient sensibilisé à la difficulté de retrouver les sources originales d’une littérature en cours de constitution. C’est pourquoi il avait désiré les recueillir de façon quasi exhaustive, quel qu’en fût le support : édition originale et multiples éditions postérieures, prépublication (ou unique publication) en revue – la presse étant comparée par lui à un véritable tonneau des Danaïdes dans lequel se perdaient des perles rares1. Sa curiosité ne s’élargit que postérieurement aux manuscrits et autographes.

  • 2 Les éléments qui suivent sont issus d’une thèse de l’École des chartes poursuivie en doctorat, fon (...)

5Différents moyens s’offraient à lui : acheter sur catalogue - catalogues courants d’éditeurs, puis catalogues à prix marqués –, suivre les ventes publiques, démarcher des particuliers. Dans la mesure où il s’intéressait à une littérature toute récente encore, voire immédiatement contemporaine, ses premières recherches l’amenèrent à travailler d’abord sur les catalogues de libraires : ce fut l’une des raisons d’être d’un important service de commissions rapidement mis en place et appelé à évoluer au fil du temps2.

  • 3 Quarante ne sont pas datés, soixante-six ont été publiés avant 1850 et quatre-vingt-dix avant le 1(...)
  • 4 Les catalogues de la maison de Michel Lévy, en particulier, sont annotés de la sorte.
  • 5 Parmi ceux des collaborateurs de la Revue fantaisiste, il souligna les noms suivants : Banville, B (...)

6Lovenjoul s’informait régulièrement de la production littéraire française de son temps grâce aux catalogues des libraires, aux extraits de catalogues, aux bulletins bibliographiques et aux prospectus. Cette pratique, mise en œuvre à partir des années 1850, a présidé à la constitution d’une série de quelque cinq cents catalogues de libraires aujourd’hui conservés dans la collection. Mis à part une petite centaine d’entre eux non datés ou antérieurs aux années 1850, la majorité datent des années 1850-18603. Ces instruments de recherche émanaient de grands éditeurs (Lévy, Hachette, Charpentier, Hetzel, Dentu, la Librairie nouvelle, etc.) ou de simples commissionnaires (Charles Borrani) ; la plupart provenaient d’établissements parisiens, la capitale française étant le centre de la vie éditoriale et littéraire du pays ; quelques-uns de libraires belges à vocation internationale ou du moins européenne : Rozez, propriétaire de la Librairie universelle ; également, à partir de 1861, Lacroix, dont la Librairie internationale comptait des succursales en Allemagne et proposait un service de commissions. Quel que fût le catalogue, Lovenjoul procédait à son dépouillement dès réception. Les minutieuses annotations retrouvées dans les catalogues d’éditeurs prouvent une lecture attentive. Le vicomte repérait les titres retenant son attention à l’aide de traits et de croix signalant une intention d’achat voire une priorité, ou à l’aide de points et de ronds signalant des ouvrages qu’il possédait déjà4. Il soulignait souvent certains noms retenant particulièrement son attention, en particulier au sein d’une énumération d’auteurs d’ouvrages collectifs et de revues5. Et, non content de saisir dans le catalogue des titres intéressants, il ne se privait pas de le compléter, voire de le corriger. A plusieurs reprises, dans les marges supérieures ou inférieures, ou dans les colonnes de titres, il ajoutait des ouvrages oubliés : huit titres du marquis de Foudras inscrits en quatrième de couverture du catalogue de Cadot de 1864 ou encore dix titres dans une liste d’ouvrages de la collection Hetzel et Dentu indiqués comme « en préparation ». En janvier 1850, dans un catalogue de Rozez, il rétablit le véritable auteur de Mademoiselle de Kerouare, c’est-à-dire Sandeau et non Musset ; en mars 1854, dans le catalogue de Michel Lévy, il corrigea les Nuits indiennes de Méry, publié dans la « Bibliothèque contemporaine », en Nuits d’Orient.

  • 6 BIF, collection Lovenjoul, G 1181, chemise Lévy, pièce no 104 : lettre de Calmann Lévy à Lovenjoul (...)
  • 7 BIF, collection Lovenjoul, G 1181, chemise Lévy, pièce no 135 : p.a.s. de Lovenjoul à Michel Lévy, (...)
  • 8 L.s. de Michel Lévy à Lovenjoul, Paris, 3 mars 1875. BIF, collection Lovenjoul, G 1109, projet d’u (...)

7Michel Lévy, ami du bibliophile, put bénéficier des remarques de Lovenjoul et en tirer parti. Le collectionneur reçut les épreuves du catalogue de la maison à partir de juin 1870 et exerça un utile droit de correction avant le bon à tirer. Calmann Lévy l’en remercia ainsi un jour : « J’ai donné ordre pour que la prochaine épreuve de notre catalogue (lère partie) vous soit envoyée. – Ah ! oui vous êtes un bibliophile auquel rien n’échappe ! »6. Quant à Lovenjoul, il lui arriva d’écrire à son ami Michel Lévy : « vous savez que je suis plus au courant de la production littéraire à Paris qu’à Bruxelles »7. Ce que l’éditeur reconnaissait volontiers : « Quant aux préfaces des Romans et nouvelles, je vous prierai de vouloir bien me dire si je ne pourrais pas, à votre connaissance, me les procurer à Paris »8.

  • 9 BIF, collection Lovenjoul, G 1179, chemise Lacroix, pièce no 1 : l.a.s. d’Albert Lacroix à Lovenjo (...)

8Après lecture, Lovenjoul se rendait, semble-t-il, directement dans une officine de librairie pour s’approvisionner. À Bruxelles, il fréquentait celle de Rozez. Lacroix rappela en effet en 1897 à Lovenjoul « les heures de ma jeunesse et de la vôtre où, sans nous connaître, nous nous rencontrions à la librairie Rozez, – tous deux amoureux des livres, tous deux suivant les nouveautés parues de la semaine et qui arrivaient de Paris »9.

9Lors de ses séjours parisiens en revanche, Lovenjoul se fournissait lui-même auprès des nombreux libraires de la capitale. Mais il se heurtait alors à un écueil : celui de la quantité d’ouvrages à transporter. Or en 1853 déjà, il en achetait environ quatre cents par an (au rythme moyen de huit par semaine). Aussi imagina-t-il de faire appel à des professionnels, emballeurs et expéditeurs. De 1854 date en effet un document, d’une main inconnue, rédigé au verso d’un papier d’emballage et relatif au sujet :

  • 10 BIF, collection Lovenjoul, notes et documents bibliographiques, G 1151, fol. 31. Pièce manuscrite (...)

1° faire peser les volumes et les compter.
2° aller dans la rue chez le premier emballeur venu, et qui porte sur sa porte le titre layetier-emballeur. Le faire venir à l’hôtel, faire accord avec lui pour une caisse, emballage, papier d’emballage et marque, y compris lui faire emballer des livres en ta présence. Lui demander l’adresse d’un expéditeur : à lui ou bien à la mère Renaud.
Dire au susdit expéditeur de faire prendre la caisse – surtout ne pas le payer. Recommander à cet expéditeur d’expédier par le train de marchandises petite vitesse (4 jours de route en moyenne).
Lui remettre un acquit en douane ainsi conçu :
Je soussigné, déclare envoyer à Bruxelles rue du Marais 46 à l’adresse de M. le Vte de Spoelberch par la petite vitesse et aux soins de M expéditeur à Paris, une caisse marquée D. S. no 1 pesant brut.... kilos renfermant 1000 [livres] volumes brochés pesant ensemble.... kilos et ayant une valeur de 200 frs.
Paris le 32 [sic] mai 1854. Don Carlo.
Finalement, dormir en paix10.

  • 11 Jean de Saint-Jorre, Libraires et marchands d'estampes parisiens originaires du Cotentin, Cherbour (...)

10Autre écueil auquel se trouvait parfois confronté le vicomte : la rareté de certains textes. Or, grâce aux multiples titres de périodiques auxquels il s’abonna progressivement – jusqu’à une soixantaine de titres par an –, Lovenjoul repérait des ouvrages non signalés, par incurie des éditeurs ou de la Bibliographie de la France, ou du fait d’une diffusion non commerciale. De tels ouvrages exigeaient des recherches pointues, qu’il ne pouvait mener lui-même depuis Bruxelles. Aussi décida-t-il de faire appel aux services d’un commissionnaire parisien capable d’effectuer, seul ou sur ses indications, les démarches nécessaires tout au long de l’année. Il fit donc affaire, dès ses débuts de collectionneur, avec la maison Saint-Jorre. Fondée à Paris en 1798 par Joseph Martin de Saint-Jorre, Normand d’origine, celle-ci avait d’abord pris la forme d’un simple cabinet de lecture avant de se transformer en véritable librairie sous l’Empire et de servir de cadre à la formation de deux compatriotes du fondateur, les frères Garnier. Après bien des pérégrinations dans la capitale, elle était située au 7, boulevard des Italiens quand Lovenjoul la découvrit et était sur le point de s’installer plus durablement, à partir de 1858, au 91 de la rue de Richelieu, grâce au fils du fondateur, Édouard Honoré. Présentée comme une librairie ancienne et moderne proposant livres rares, mais aussi gravures, vignettes, dessins et autographes, la librairie a laissé aux bibliophiles, bibliographes, écrivains et collectionneurs qui la fréquentèrent le souvenir d’une véritable caverne où l’entassement prodigieux des ouvrages n’avait d’égal que la science des propriétaires11. Mais aussi savants fussent-ils, ceux-ci pouvaient avoir besoin des lumières de leurs clients pour retrouver certaines pièces. Chargé de trouver pour son client bruxellois un ouvrage de contes signé Ernest P. de La Calprenède, Joseph Martin de Saint-Jorre reçut un jour les indications suivantes du vicomte, fondées sur le dépouillement attentif des journaux :

  • 12 BIF, collection Lovenjoul, G 1193, chemise Saint-Jorre, pièce no 3 : p.a.s. de Lovenjoul à Saint-J (...)

[...] veuillez vous adresser au bureau de la Revue contemporaine, rue de Choiseul no 21 ; E. Prarond (nom véritable de l’auteur) collabore à cette revue, qui a parlé dans son no du 15 courant du petit volume en question ; peut-être vous indiquera-t-on là l’adresse de l’auteur, chez qui vous l’aurez facilement.
Enfin la Revue de Paris a parlé de cet ouvrage dans son numéro du 1er février ; en vous adressant à son bureau (à la Librairie nouvelle), vous pourriez aussi en avoir des renseignements12.

11Entre autres ouvrages rares de la production courante, citons aussi un volume intitulé Souvenir de 1848 par N. Martin (repéré dans la Bibliographie de la France de l’année 1855, où il portait le no 1975), deux volumes d’un auteur non identifié (en 1868) et dont les journaux n’avaient pas conservé d’exemplaire de la vente, enfin le numéro du Journal de Vienne du 12 octobre 1851, qui contenait une comédie en prose de Ponsard jamais publiée séparément.

12Mais de tels ouvrages ne représentaient qu’une petite part des demandes adressées par le vicomte à son commissionnaire.

13Dans la mesure où il s’intéressait aux ouvrages de la période romantique, Lovenjoul fut rapidement contraint de recourir aussi au marché de l’occasion.

  • 13 Baillieu tenait une librairie ancienne et moderne au 43, quai des Grands-Augustins ; il proposait (...)
  • 14 Albert de La Fizelière et Georges Decaux, Charles Baudelaire, Paris, 1868 (Essais de bibliographie (...)
  • 15 Fondé en 1864 et toujours vivant à l’heure actuelle, ce recueil mensuel de questions et réponses s (...)

14Pour cela, en dehors de ses propres prospections lors de ses séjours parisiens, il mit également à contribution Saint-Jorre. Les premières demandes qu’il lui adressa en ce domaine, dès 1854, concernaient par exemple Albertus de Théophile Gautier et Un spectacle dans un fauteuil de Musset, des livres des années 1840, ainsi, déjà, que quelques titres de périodiques dont il lui manquait des années. Lovenjoul semble avoir établi ses listes de demandes rétrospectives à partir de diverses sources : catalogues anciens - présents dans sa collection et qui pourraient provenir en partie de son père – et catalogues de libraires d’occasion (Baillieu13) ; ouvrages de bibliographie générale (Quérard) ou spécialisée (par exemple la bibliographie baudelairienne de La Fizelière et Decaux14) ; tables des journaux ; catalogues de bibliothèques publiques ; enfin, un périodique d’échanges entre collectionneurs tel que L'intermédiaire des chercheurs et curieux15.

15Ajoutons que la consultation attentive des catalogues d’éditeurs influençait directement certaines recherches de livres d’occasion : Lovenjoul refusa ainsi un exemplaire de Cosima, de Georges Sand (1840), proposé par Saint-Jorre à 5 francs, en raison du prix jugé d’autant plus élevé qu’une prochaine réimpression (jamais réalisée semble-t-il) était annoncée par l’éditeur Lecou.

16Par la suite le vicomte, dont les intérêts profonds restaient orientés vers le romantisme, dut se tourner progressivement vers le marché de l’antiquariat, dont les catalogues deviennent de plus en plus nombreux dans ses collections. Vingt-cinq datent des années 1860, sept des années 1870, trente de la décennie suivante, six des années 1890 et autant des années 1900 : leur proportion dans l’ensemble des catalogues passa de 18 à 75 %. Ces catalogues lui parvenaient souvent de façon automatique, essentiellement et avec régularité des libraires parisiens, dans une moindre mesure et de façon plus aléatoire des libraires français provinciaux ou de l’étranger.

  • 16 Par une lettre du 15 novembre 1889, Morgand remercia le vicomte de lui avoir appris qu’une des piè (...)
  • 17 Une fois l’achat décidé, Lovenjoul passait commande par carte postale ou télégramme, le plus souve (...)

17Lors de leur dépouillement, Lovenjoul ne pouvait se permettre une analyse aussi poussée que pour les catalogues d’éditeurs car il lui fallait répondre rapidement : un trait en guise d’accolade pour plusieurs numéros, une grossière croix en face d’une notice suffisaient à repérer les pièces intéressantes et un coin de page corné facilitait leur recherche au sein du catalogue. Le vicomte procéda rarement à des annotations et l’on ne trouve trace que d’une correction16. Scrupuleux à l’extrême, Lovenjoul ne se décidait cependant jamais à acquérir une pièce sans obtenir plus de détails que n’en fournissaient les notices, relativement aux dates, pages de titre, dédicaces et descriptions du contenu d’un livre17. Cette façon d’agir, qui entraînait d’inévitables délais, lui coûta en 1879 un exemplaire d’Albertus de Gautier, au sujet du frontispice duquel il demanda trop de précisions. Lovenjoul n’ignorait pourtant pas cette loi du commerce : réagir vite dès l’apparition des catalogues. Il l’avait expérimentée, sinon lui-même, du moins par l’intermédiaire de Michel Lévy dès les années 1860 : à plusieurs reprises il avait signalé à l’éditeur des pièces intéressantes, notamment des autographes chez Charavay, mais le temps justement d’écrire en France et d’envoyer quelqu’un chez le libraire dès réception du courrier, souvent le document avait été enlevé par un amateur.

18Lovenjoul semble s’être contenté des seuls services de Saint-Jorre une dizaine d’années durant ; du moins la correspondance, trop rare pour les années 1855-1865, ne permet-elle guère d’en savoir plus sur cette période. Mais les achats du vicomte ne cessaient de prendre toujours plus d’ampleur : entre trois cents et huit cents documents acquis chaque année pour 5 000 francs environ entre 1858 et 1874 (chiffres comprenant livres et journaux), jusqu’à neuf cents par an dans les années 1880 pour des coûts annuels compris entre 10 000 et 20 000 francs (chiffres comprenant livres, journaux et autographes). Par ailleurs, ses prospections concernaient des pièces de plus en plus coûteuses parce que relevant davantage de l’antiquariat : au fil des ans, les documents de la période romantique avaient progressivement pris de la valeur. Le coût des acquisitions en même temps que la difficulté d’en assurer le transport justifièrent rapidement la mise en place d’une autre organisation.

19Lovenjoul savait fort bien qu’un libraire belge pouvait lui faire payer un prix plus élevé que celui du marché parisien. Par ailleurs l’expédition de livres, depuis Paris jusqu’à Bruxelles, pouvait se révéler assez onéreuse. Le vicomte n’apprécia guère, en mars 1854, d’avoir à payer un port de 2,55 francs pour recevoir deux ouvrages envoyés par Saint-Jorre et dont la valeur totale se portait à 2,50 francs. Aussi demanda-t-il à son commissionnaire de ne lui adresser que des lots de dix volumes minimum. Il songea aussi à user à l’occasion des services d’un de ses amis, chargé de récupérer pour lui chez le commissionnaire les ouvrages mis de côté à son intention. Lui-même pouvait venir en chercher lors de ses séjours parisiens. Mais cela ne suffisait pas.

20Or c’est en consultant un catalogue d’éditeur, un catalogue de la maison Borrani et Droz, que Lovenjoul trouva la solution à son problème. Charles Borrani dirigeait en effet une librairie spécialisée dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement, en même temps qu’elle proposait, en dépôt, des publications belges. Lovenjoul reçut ses catalogues de janvier 1852 à octobre 1860. Et sans doute fut-il un jour attiré par l’avis suivant figurant sur la couverture desdits catalogues : « La librairie Borrani et Droz étant en correspondance quotidienne avec la Belgique, et recevant de ce pays des envois réguliers, se charge de toutes commissions pour cette destination, ainsi que d’en faire parvenir promptement les ouvrages qui lui sont demandés ». Une annonce rédigée un peu différemment annonçait même plus tard : « Commissionnaires pour la France et l’étranger », signe, peut-être, d’une spécialisation en la matière, ou du moins d’une extension de cette branche du travail au sein de la maison.

  • 18 1869 semble constituer une césure. Pincebourde avait expédié en 1865 à l’intention du vicomte un p (...)

21Lovenjoul profita des possibilités offertes pour tenter de rationaliser l’organisation de son service de commissions. À partir de 186918, il fit de Borrani le pivot de son système : c’est lui qui fut chargé de réunir dans son officine les paquets de toute provenance et de toute nature destinés à son client, de solder un certain nombre de factures, de centraliser le suivi des nombreux abonnements souscrits par le vicomte et d’effectuer pour son compte un certain nombre de recherches.

  • 19 Importante maison de librairie et d’édition belge fondée à Bruxelles par Prosper Brouwet et Alphon (...)

22Borrani ne travaillait cependant pas seul. Il disposait de deux intermédiaires en Belgique : l’Office de publicité19, avec lequel il était en relations régulières, et la librairie Rozez, déjà évoquée, que conseilla peut-être le vicomte parce qu’il la connaissait. Le premier fut chargé de transmettre une grande partie de ses abonnements à Lovenjoul, mais seulement cela. À la seconde revenait en revanche un travail plus diversifié : prise en charge de certains abonnements particuliers et de tous ses autres envois réalisés par Borrani, dont les livres.

23Au sein de cette structure à deux niveaux, les tâches étaient donc bien réparties et les rouages de l’organisation minutieusement réglés. Chaque dimanche, Lovenjoul adressait à son commissionnaire une liste de demandes diverses comprenant trois catégories d’ouvrages : ceux qu’il relevait dans la Bibliographie de la France du samedi – le plus grand nombre –, ceux qu’il pouvait avoir trouvés dans d’autres sources, telles que des périodiques ; enfin, les références de ceux qu’il avait découverts dans les catalogues d’antiquariat.

24La Bibliographie de la France, à laquelle il était abonné, avait fini par remplacer les catalogues courants des diverses librairies françaises : elle était censée réunir le contenu de chacun d’entre eux. Cet outil de travail décevait cependant le vicomte, qui depuis 1856 tenait à jour – il le fit jusqu’à la fin de sa vie – une double liste : celle des numéros attribués par ladite Bibliographie aux ouvrages acquis par lui, et celle de tous les ouvrages omis par celle-ci. En 1887, il n’avait pas de mots assez durs pour qualifier cette ressource en théorie si prometteuse :

  • 20 C. Spoelberch de Lovenjoul, Histoire des œuvres de Théophile Gautier.p. XXXVIII.

[...] disons-le incidemment, depuis fort longtemps rien n’est plus mal exécuté que la Bibliographie de la France. Ce recueil, qui devrait être le répertoire complet de l’imprimerie française, est devenu depuis bien des années un tissu d’omissions, de fautes et de doubles emplois. En fait, le dépôt obligatoire n’est plus guère qu’une fiction, et quand, de nos jours, une œuvre littéraire y est inscrite, c’est, le plus souvent, en deuxième ou troisième édition seulement. Enfin, comme l’insertion dans le journal n’a pas de limite de temps déterminée, elle varie, quand elle s’effectue, entre un mois et deux ou trois ans, ainsi que nous pourrions le prouver par plus d’un exemple20 !

  • 21 Cette citation et les suivantes, qui détaillent – de manière rétrospective – les conditions du ser (...)
  • 22 Très précisément 11,8 %. Chiffres fournis d’après le barème proposé en 1899 par la maison Reinwald (...)

25Malgré tout, c’est à partir de ce « tissu d’omissions » qu’il choisissait les ouvrages de la production courante et qu’il adressait une partie de ses demandes à Borrani : « Les unes, celles de la partie du dépôt légal, sont précédées sur ma liste du numéro de ce dépôt, et celles du Feuilleton, de celui de la page qui les contient. Les ouvrages qui ne se trouvent indiqués dans aucune des deux séries sont l’exception »21. Ces ouvrages, qu’il tenait à recevoir « frais et de lre édition », emballés dans du papier solide avec « des cordes pas trop dures, et qui ne marquent pas sur les volumes » lui étaient facturés selon un barème précis. Malgré le coût relativement modique de telles acquisitions – quelques dizaines de centimes, jusqu’à trois ou quatre francs – Lovenjoul, fort de l’ampleur de ses commandes, avait en effet négocié des remises... au sujet desquelles il tenait à faire remarquer : « je ferais une opération plus économique en achetant les volumes ici, avec une remise beaucoup moindre ». Ces remises se montaient à 12 % du prix fort des ouvrages vendus à Paris, en moyenne22, avec des écarts allant de 8,4 % à 21,4 %.

26À cet ensemble, le commissionnaire joignait les nouveautés de la maison Calmann-Lévy, qui en offrait gracieusement le service à Lovenjoul. Mais en raison des goûts littéraires du vicomte et de son désir de privilégier des pièces précieuses comme les autographes et les livres relevant de l’antiquariat, les ouvrages de la production courante ne représentèrent au fil du temps qu’une part de plus en plus mince des acquisitions : 98 % en 1855, 35 % en 1875, 20 % en 1890, 7 % en 1907. Ils demeurèrent néanmoins présents dans les préoccupations du vicomte.

27Restaient les ouvrages choisis sur catalogues à prix marqués. Quand il ne s’adressait pas à l’un de ses amis ou à certains de ses libraires directement, le vicomte demandait parfois aussi à son commissionnaire d’exécuter promptement des ordres d’achat en ce domaine, dès réception d’une carte postale de lui signée « S. L. », ou seulement de le renseigner quant à l’intérêt d’une pièce. Mais il imposait alors la consigne suivante, impérative : « Pour toutes demandes ou recherches faites à mon intention il ne faut jamais me nommer à moins que je ne l’aie expressément stipulé ». Pour les ouvrages acquis selon ce dernier moyen, Lovenjoul demandait que le commissionnaire se fasse faire une remise mais lui compte l’ouvrage au prix fort.

  • 23 Le choix de la grande vitesse, contrairement à la petite vitesse employée jusqu’en 1869, semble av (...)

28Borrani, perle rare des commissionnaires, semble avoir affecté, au sein de sa maison, un espace et un employé pour le seul service du vicomte. Chaque samedi après-midi, il faisait déposer gare du Nord à Paris, à destination de la gare du Midi à Bruxelles, un ballot qui voyageait par grande vitesse23. Celui-ci, accompagné d’un bulletin détaillé (complétude, lacunes, recherches en cours) renfermait toutes « les choses, souvent précieuses littérairement parlant » demandées par Lovenjoul : journaux, autographes, livres.

29Lovenjoul soldait la dette relative à ses acquisitions chaque mois, prenait à sa charge le port des ballots et leur emballage (entre 250 et 300 francs par an) et payait à son commissionnaire, en sus, un tantième de 25 centimes par jour de prime supplémentaire, qui, instauré en 1880, était destiné à compenser les frais de courses, de poste et de correspondance.

  • 24 BIF, collection Lovenjoul, G 1191, chemise Plon, pièce no 23 : l.a.s. de Plon à Lovenjoul, Paris, (...)

30Borrani assura ses fonctions avec rigueur jusqu’à sa retraite en 1897, y compris au cours d’une période où il semble avoir travaillé seul, sans correspondant belge précis (1890-1897). Lovenjoul, pour qui un tel personnage était devenu un indispensable collaborateur et qui tenait à éviter toute rupture des services mis en place, chercha à le remplacer. Le Soudier, engagé en 1898, ne donna pas satisfaction : le vicomte se plaignit de « la façon inouïe » dont son service fut exécuté cette année-là, « laissant de telles traces dans [ses] collections ». Plon, consulté sur cette question mais peu au courant de la situation, proposa d’abord le nom de Le Soudier, puis celui de Lecoffre, au 90, rue Bonaparte, correspondant à Paris de M. Schepens de Bruxelles, par qui passaient les envois de Plon pour la Revue bibliographique belge24. Gaston Calmann-Lévy suggéra le nom d’un certain Lemoigne, 12, rue Bonaparte. Finalement, Lamulle et Poisson, recommandés par Guillaume Bréton, prirent la relève pour 1899, mais sans plus de succès. Les frères Schleicher, qui dirigeaient la maison Reinwald, assurèrent les commissions du vicomte au cours des deux années suivantes ; le choix de leur établissement fut peut-être influencé par Albert Lacroix, directeur littéraire chez eux, avec lequel Lovenjoul était en relations.

  • 25 En 1904, Nilsson fut chargé d’au moins un envoi à Bruxelles et, la même année, Édouard Champion es (...)

31Mais la concentration de l’ensemble des tâches en de mêmes mains – de 1898 à 1902, il n’est pas fait mention de correspondant belge – semble avoir peu réussi à la collection bruxelloise, qui souffrit notamment de lacunes : l’ampleur du travail à effectuer ne permettait pas un suivi assez précis des documents demandés, en particulier des journaux ou de certains ouvrages récents mais rares. Lovenjoul désira donc rapidement reformer un tandem franco-belge. De 1902 à 1907, Per Lamm assura ainsi les envois à Bruxelles et les achats sur catalogues à prix marqués tandis que, de 1903 à 1907, le libraire bruxellois Castaigne réceptionna les envois, assura la fourniture de livres français de l’édition courante à Lovenjoul et s’occupa des abonnements. La lourdeur de la charge rendit cependant nécessaire le recours occasionnel à des commissionnaires tiers25, solution peu satisfaisante. Aussi Castaigne chercha-t-il à partir de 1905 des partenaires capables de s’occuper des abonnements à Paris ; le Français Rasmussen fut engagé pour l’année 1906.

32Cela n’empêcha pas Lovenjoul de prospecter de son côté aussi. En décembre 1905, il contacta Dewit, l’un des confrères de Castaigne, au sujet de l’organisation d’un service de librairie comprenant des abonnements. Mais la proposition de celui-ci ne fut pas retenue. Dès le mois d’octobre 1906, le collectionneur demanda conseil à Gabalda, directeur de la librairie Lecoffre, pour trouver un nouvel intermédiaire. Il fut impossible de parvenir à une entente avec Paul Rosier, ancien employé d’Ollendorff, pressenti comme remplaçant. La maison Lecoffre, pour sa part, avait cessé de prendre des commissions, en raison notamment du peu de bénéfices qu’on en retirait. Mais Gabalda finit par céder aux prières de Lovenjoul et ne refusa pas son concours au plus grand balzacien du temps, qu’il admirait.

33L’accord fut vite conclu, sur la base des prix proposés jusqu’alors par Castaigne et du partage de la remise des abonnements. Le 3 décembre, Gabalda annonça que Garnier, son propre secrétaire, était chargé des affaires du vicomte. Dès la fin de 1906, il rendit compte de certaines démarches. L’année 1907 commença on ne peut mieux et Lovenjoul devait se féliciter d’avoir trouvé un commissionnaire aussi efficace que son regretté Borrani. En avril 1907, l’une des dernières recherches demandées par le vicomte à son commissionnaire belge concernait un ouvrage très récent, repéré dans la Bibliographie de la France : une thèse d’Edmond Estève intitulée Byron et le romantisme français. Essai sur la fortune et l’influence de l’œuvre de Byron en France de 1812 à 1850. La Librairie française internationale de Bruxelles, dirigée par Castaigne et chargée de se le procurer, obtint de l’éditeur Hachette une réponse qui témoigne à merveille de l’efficacité de la veille éditoriale du vicomte : l’ouvrage avait été annoncé prématurément et ne devait être mis en vente que huit jours plus tard.

34La mort empêcha cependant Lovenjoul de profiter longtemps des services de commissionnaires bien organisés. Il mourut le 3 juillet 1907.

35L’ambition du vicomte et l’étendue des recherches à mener – à distance – justifièrent la mise en place d’un service de commissions aux dimensions étonnantes par la diversité des tâches exigées, par leur ampleur quantitative et financière et par l’organisation méthodique qui les régissait. Car si Lovenjoul ne pouvait matériellement s’occuper de l’ensemble des recherches nécessitées par la constitution de sa collection, il tenait à en conserver la direction intellectuelle. Le commissionnaire n’était qu’un exécutant dont toutes les démarches étaient contrôlées, un précieux collaborateur quand il manifestait la rigueur et la régularité d’un Borrani, en aucun cas un adjoint dont les idées pouvaient avoir force de propositions. En cela, le service inventé par le vicomte était plus proche de l’organisation d’une institution publique du XXIe siècle que des relations qui président d’ordinaire à la constitution d’une bibliothèque particulière.

Annexes

ANNEXES

I. — Facture de Borrani en date du 29 février 1896

Bibliothèque de l’Institut de France, collection Spoelberch de Lovenjoul, G 1219, chemise Borrani, pièce no 109 : facture accompagnant un envoi de livres et de journaux établie par la librairie Borrani, Paris, 29 février 1896.

Cette facture illustre la diversité des recherches exigées par le vicomte de son commissionnaire, les difficultés rencontrées par celui-ci et ses réponses26

Dans l’envoi

1 Poésies magyares27

12°

3.50

2

75

1 Sales Petit Charbonnier28

"

"

2

75

1 Prévost Mariage de Juliette29

32°

2

1

80

Épuisé

1 Rondelet Lendemain Mariage30

-

-

Je recherche

1 RosnyEyrinnah31

12°

3.50

2

75

1 d’Adhémar Nouvelle éducation femme.
Classes élevées32

12°

3.50

2

75

1 Theuriet Fleurs de Nice33

12°

-

2

75

1 Deton Mme Valentine de Famartine34

1

-

C’est en réimpression

Buffenoir. Roman de sœur Marie35

Demandé à l’auteur

M. T. Ollivier. Valentine de Lamartine36

Pas paru

Champsaur. Un maître37 Roujon. Miremonde38

Pas obtenu encore de réponse

Alais. Alex. Dumas39

II. — Barème de prix proposé par la maison Schleicher à Lovenjoul (1899)

Bibliothèque de l’Institut de France, collection Spoelberch de Lovenjoul, G 1195, chemise Schleicher, pièce no 14 : pièce envoyée par la maison Schleicher à Lovenjoul, [Paris, 1899].

En raison du volume de ses achats relevant de la production éditoriale courante, Lovenjoul demanda toujours à son commissionnaire de négocier pour lui et de lui proposer des barèmes de prix dégressifs. Le document suivant date vraisemblablement de 1899, soit du moment où le vicomte s’apprêtait à engager la maison Schleicher pour remplacer Lamulle et Poisson.

Librairie C. Reinwald
Schleicher frères 40
Editeurs & commissionnaires
15, rue des Saints-Pères, 15
Téléphone 130-19

[M]onsieur le vicomte de Spoelberch de Lovenjoul Barême des prix41

Volumes à Fr.

cent.

seront facturés Fr.

cent.

-

40

-

35

-

50

-

45

-

60

-

50

-

75

-

65

1

-

-

90

1

25

1

10

1

50

1

35

2

-

1

80

2

50

2

25

3

-

2

50

3

50

2

75

4

-

3

50

4

50

3

75

5

-

4

25

6

-

5

-

7

-

6

-

7

50

6

50

8

-

7

-

9

-

8

-

10

-

9

-

11

-

10

-

12

-

10

50

12

50

11

-

13

-

11

50

14

-

12

50

15

-

13

50

16

-

14

50

17

-

15

-42

18

-

16

19

17

20

18

21

19

22

-

20

-

22

50

20

50

23

-

21

-

24

-

22

-

25

-

22

50

30

_

27

-

Ce barème est établi pour les ouvrages de vente courante : si par exemple sur des no de revues ou de journaux il nous était fait une remise moindre (par exemple si une revue à fr. 0. 60 le no, était payée par nous fr. 0. 55), nous compterions sur la facture le prix fort (de fr. 0. 60) etc. etc.43

Notes

1 Charles Spoelberch de Lovenjoul, Histoire des œuvres de Théophile Gautier, Paris, 1887, p. III.

2 Les éléments qui suivent sont issus d’une thèse de l’École des chartes poursuivie en doctorat, fondée en grande partie sur le dépouillement de la correspondance du vicomte de Lovenjoul, aujourd’hui conservée à la bibliothèque de l’Institut de France. Pour davantage de précisions sur la biographie du vicomte, voir Catherine Faivre d’Arcier, Lovenjoul (1836-1907). Une vie, une collection, Paris, 2007.

3 Quarante ne sont pas datés, soixante-six ont été publiés avant 1850 et quatre-vingt-dix avant le 1er décembre 1852. Les catalogues les plus anciens, antérieurs aux années 1850, semblent plutôt témoigner des pratiques livresques du père du vicomte : ouvrages relativement récents, à caractère utilitaire ou récréatif (horticulture, voyages, histoire, généalogie, art militaire, etc.).

4 Les catalogues de la maison de Michel Lévy, en particulier, sont annotés de la sorte.

5 Parmi ceux des collaborateurs de la Revue fantaisiste, il souligna les noms suivants : Banville, Baudelaire, Blaze, Champfleury, Gautier, les frères Goncourt, Gozlan, Houssaye, Monselet et Vacquerie, mais pas ceux de Barbey, Asselineau, Daudet, Deschamps, Janin, Meurice, Beauvoir et Scholl. Il aimait donc les auteurs à succès de romans historiques, sociaux ou sentimentaux, les auteurs de nouvelles, les poètes, les librettistes, mais moins les feuilletonistes et les grands écrivains tel Hugo. Sa préférence allait à la littérature « facile » d’une époque marquée par la fête impériale, sans que cela l’empêchât de s’intéresser à Baudelaire.

6 BIF, collection Lovenjoul, G 1181, chemise Lévy, pièce no 104 : lettre de Calmann Lévy à Lovenjoul, Paris, 13 septembre 1871.

7 BIF, collection Lovenjoul, G 1181, chemise Lévy, pièce no 135 : p.a.s. de Lovenjoul à Michel Lévy, Bruxelles, 12 décembre 1872.

8 L.s. de Michel Lévy à Lovenjoul, Paris, 3 mars 1875. BIF, collection Lovenjoul, G 1109, projet d’une édition des œuvres complètes de George Sand, fol. 62-63. Pour plus de précisions sur la collaboration entre Michel Lévy et Lovenjoul, voir vicomte Charles Spoelberch de Lovenjoul et Michel Lévy, Correspondance (1865-1875), éd. Catherine Gaviglio-Faivre d’Arcier, Paris, 2005.

9 BIF, collection Lovenjoul, G 1179, chemise Lacroix, pièce no 1 : l.a.s. d’Albert Lacroix à Lovenjoul, Paris, 20 novembre 1897.

10 BIF, collection Lovenjoul, notes et documents bibliographiques, G 1151, fol. 31. Pièce manuscrite d’une main inconnue, au verso d’un papier d’emballage.

11 Jean de Saint-Jorre, Libraires et marchands d'estampes parisiens originaires du Cotentin, Cherbourg, 1985 ; Michel Girard, Notes pour servir à une histoire des marchands d'estampes et libraires parisiens originaires du département de la Manche, Paris, 1981.

12 BIF, collection Lovenjoul, G 1193, chemise Saint-Jorre, pièce no 3 : p.a.s. de Lovenjoul à Saint-Jorre, Bruxelles, 18 février 1855. Grâce aux indications de son client, Saint-Jorre finit par trouver l’ouvrage en question.

13 Baillieu tenait une librairie ancienne et moderne au 43, quai des Grands-Augustins ; il proposait des livres anciens, d’occasion et modernes (en particulier paroissiens et autres livres de piété), des manuscrits, ainsi que des timbres-poste et des collections de journaux. C’est ce dernier domaine qui intéressa surtout Lovenjoul.

14 Albert de La Fizelière et Georges Decaux, Charles Baudelaire, Paris, 1868 (Essais de bibliographie contemporaine, 1).

15 Fondé en 1864 et toujours vivant à l’heure actuelle, ce recueil mensuel de questions et réponses se voulait dès ses débuts un carrefour entre ses lecteurs chercheurs et amateurs, sur tous les sujets : historiques, littéraires, politiques, généalogiques, biographiques, artistiques, etc. Lovenjoul semble y avoir eu recours dès 1866. Puis il en suivit les publications avec attention et n’hésita pas à y collaborer (une cinquantaine d’articles identifiés - sachant que la plupart sont signés d’un pseudonyme puisque telle était la règle).

16 Par une lettre du 15 novembre 1889, Morgand remercia le vicomte de lui avoir appris qu’une des pièces de son catalogue, qu’il regrettait d’avoir annoncée comme inédite, avait été publiée sous différents titres dans un volume de Poésies. BIF, collection Lovenjoul, G 1187, chemise Morgand, pièce no 1 : l.a.s. de Morgand à Lovenjoul, Paris, 15 novembre 1889.

17 Une fois l’achat décidé, Lovenjoul passait commande par carte postale ou télégramme, le plus souvent directement, parfois par l’intermédiaire de commissionnaires ou d’amis, tel Jules Brivois en mars 1901.

18 1869 semble constituer une césure. Pincebourde avait expédié en 1865 à l’intention du vicomte un paquet chez son confrère, le libraire belge Rozez. Quatre ans plus tard, il en envoya un autre à son correspondant mais par l’intermédiaire de son confrère parisien Borrani, lequel avait pour consigne de le faire suivre chez Rozez.

19 Importante maison de librairie et d’édition belge fondée à Bruxelles par Prosper Brouwet et Alphonse Nicolas Lebègue en 1854. Michel Lévy et Lovenjoul s’envoyaient régulièrement, par son intermédiaire, livres, numéros de périodiques, voire épreuves d’ouvrages en cours de publication.

20 C. Spoelberch de Lovenjoul, Histoire des œuvres de Théophile Gautier.p. XXXVIII.

21 Cette citation et les suivantes, qui détaillent – de manière rétrospective – les conditions du service de commission de Lovenjoul proviennent du même document. B1F, collection Lovenjoul, G 1180, chemise Lamulle et Poisson, pièce no 2 : p.a.s. de Lovenjoul à Lamulle et Poisson, Bruxelles, 2 décembre 1898.

22 Très précisément 11,8 %. Chiffres fournis d’après le barème proposé en 1899 par la maison Reinwald, dirigée par les frères Schleicher, correspondant aux chiffres d’une facture de Borrani en date du 29 février 1896. Il s’agit du seul barème complet conservé.

23 Le choix de la grande vitesse, contrairement à la petite vitesse employée jusqu’en 1869, semble avoir été motivé par des ennuis rencontrés cette même année par Lebègue et Brouwet.

24 BIF, collection Lovenjoul, G 1191, chemise Plon, pièce no 23 : l.a.s. de Plon à Lovenjoul, Paris, 1er octobre 1898.

25 En 1904, Nilsson fut chargé d’au moins un envoi à Bruxelles et, la même année, Édouard Champion espérait, le 16 août, que Lovenjoul n’aurait pas d’autre commissionnaire que leur maison à Paris.

26 Dans la marge à gauche sont inscrites les remarques du libraire ; puis vient la quantité des documents envoyés ou la mention d’une absence constatée (le « R » signifierait « rien ») ; puis la précision du numéro ou de la date du périodique ou le format et le prix normal du livre ; enfin, le prix facturé, compte tenu de la remise dont bénéficiait Lovenjoul pour les livres.

27 Melchior de Polignac, Poètes hongrois, poésies magyares, recueillies par Melchior de Polignac et précédées d'une notice sur la poésie hongroise, Paris, 1896.

28 Pierre Sales, Aventures parisiennes. Le petit charbonnier, Paris, 1896.

29 Marcel Prévost, Le mariage de Juliette, Paris, 1896 (Collection Lemerre illustrée).

30 Antonin-François Rondelet, Le lendemain du mariage, Paris, 1867, 2e éd. 1870.

31 Il n’a pas été trouvé trace de cet ouvrage dans les collections du vicomte ; le catalogue de la BNF ne mentionne que l’édition Plon, en 1938.

32 Vicomtesse Marie-Blanche-Angeline d’Adhémar, Nouvelle éducation de la femme dans les classes cultivées, Paris, 1896.

33 André Theuriet, Pleur de Nice, Paris, 1896.

34 Charles Deton, Mme Valentine de Lamartine, extrait des Annales de l'académie de Mâcon, Mâcon, 1896.

35 Hippolyte Buffenoir, Le roman de sœur Marie. Histoire vraie, Paris, s. d.

36 Marie-Thérèse Ollivier, Valent ! ne de Lamartine. Souvenirs intimes, Paris, 1896.

37 Félicien Champsaur, Le mandarin, t. II : Un maître, Paris 1895-1896.

38 Henry Roujon, Miremonde, illustrations de M. G. Mendez, préface par A. Dumas, Paris, 1895 (Collection Ollendorff illustrée).

39 Alphonse d’Alais, A. Dumas fils, 1896, extrait des Encyclopédies biographiques publiées sous la direction de J.-A. Salles.

40 Cari Reinwald (1812-1891), originaire de Francfort, commença à exercer à Paris en 1848. Il centra son activité sur la diffusion de travaux de recherches et fut le principal propagateur en France du matérialisme scientifique et du transformisme darwinien. Il laissa sa maison à ses petits-fils adoptifs, Adolphe et Charles Schleicher, qui poursuivirent sa stratégie éditoriale.

41 Le barème est établi sur un formulaire de facture préimprimé contenant les mentions : « Doit M. » et « Paris, le... 189 ». Le libraire n’a pas rayé cette mention de date inutile.

42 Ici, le libraire est parvenu au bas de sa feuille et poursuit son barème sur une autre feuille ; sur cette dernière, après avoir inscrit « suite », il reporte les mêmes indications que ci-dessus (« Fr. cent. » ; « volumes à [...] seront facturés [...] »)

43 C’est bien ainsi que Lovenjoul l’entendait dans ses instructions à Lamulle et Poisson un an auparavant.

Auteur

Bibliothèque nationale de France

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540