Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Livre entre le commerce et l'histoire des idées

 | 
Annie Charon
, 
Claire Lesage
, 
Ève Netchine

Troisième partie. Les collectionneurs et les catalogues

Les catalogues de libraires dans les collections de Sir Hans Sloane (1660-1753) : provenance et transmission

Suivi d’annexes : Catalogues de libraires et catalogues imprimés de ventes de livres des XVIe et XVIIe siècles à la Bibliothèque interuniversitaire de médecine, Paris

Giles Mandelbrote

Résumé

S’il n’était pas inhabituel, pour des collectionneurs, de conserver les catalogues de ventes aux enchères comme description d’un choix raisonné de livres, il est beaucoup plus rare de rencontrer des amateurs qui prenaient la peine de conserver ou même d’acquérir des catalogues de libraires. La collection de Sir Hans Sloane, qui constitua une des bases du fonds du British Museum à sa création, se caractérise par son riche ensemble de catalogues commerciaux, qui reflètent l’exceptionnelle étendue des échanges qu’entretenait avec les libraires de l’Europe entière ce médecin qui fut à la fois président de la Société royale et de l’Académie de médecine. Ce type d’étude souligne l’apport essentiel des provenances privées à la connaissance de la production si fragile et fugace des anciens catalogues de libraires. Dans le contexte français, ces travaux révèlent l’importance de certaines collections parisiennes désormais réparties entre la BNF et d’autres fonds patrimoniaux. L’établissement des provenances des catalogues de libraires constitue en effet une étape essentielle à la compréhension de ces modestes objets aux multiples usages.

Note de l’auteur

Les mentions de l’ouvrage Catalogues de libraires 1473-1810, éd. Claire Lesage, Ève Netchine et Véronique Sarrazin, Paris, 2006, seront abrégées de la façon suivante : Cat. libr. De même, les mentions de la British Library, à Londres, seront notées BL et celles de la Bibliothèque interuniversitaire de médecine (Paris) indiquées sous la forme BIUM.

Texte intégral

Je remercie l’École des chartes et les éditeurs de ce volume de m’avoir invité à la journée d’étude dont les actes sont publiés ici ; qu’Annie Charon, Isabelle de Conihout, Jacqueline Labaste, Otto Lankhorst, Jean-Dominique Mellot, Julianne Simpson et Jean Viardot reçoivent le témoignage de ma gratitude pour les conseils précieux et les informations dont j’ai bénéficié. Qu’enfin, Ève Netchine soit remerciée pour la traduction de cet article.

  • 1 Sur la taxonomie des catalogues de libraires et le rôle de ces catalogues dans le commerce du livre (...)
  • 2 Voir le travail pionnier sur ce type de publication : Antonio Rodriguez-Monino, Historia de los cat (...)
  • 3 Les seuls catalogues décrivant spécifiquement des collections de catalogues de libraires sont des t (...)

1La publication par la Bibliothèque nationale de France de Catalogues de libraires 1473-1810 manque une avancée remarquable dans l’étude du genre le plus fugitif et éphémère qui soit parmi les catalogues anciens : les catalogues de libraires qui annoncent des livres en vente, qu’il s’agisse de titres édités par leurs soins, de ceux qu’ils se sont procurés par échange, de livres d’occasion ou d’une association de ces trois catégories1. Si l’on connaît de nombreuses études bibliographiques et historiques consacrées aux catalogues de vente de bibliothèques privées ou institutionnelles, la recherche s’est plus rarement penchée sur les catalogues de libraires2. Pour la première fois appréhendée dans sa globalité, la collection de catalogues de la BNF se révèle comme un ensemble extraordinairement riche, par son extension mais aussi par la longue période concernée et enfin par son envergure internationale. Ce nouvel inventaire facilite l’accès à des documents d’un repérage délicat et propose une description bien informée, une datation et de précieux éléments d’identification des dynasties de libraires qui les ont publiés. L’ouvrage va plus loin encore, dessinant une analyse détaillée de l’offre et des conditions de vente de chacun des catalogues. À ce jour, aucune des grandes bibliothèques n’a atteint ce niveau de description de ses collections de catalogues de libraires anciens3. Muni d’index des lieux de publication et de tables chronologiques mais aussi d’index des sujets, provenances et marques d’usage, le catalogue offre aux historiens de la culture, de la vie intellectuelle et économique de nombreuses ouvertures.

2Modèle de catalogage scientifique, Catalogues de libraires 1473-1810 révèle les spécificités des documents décrits. Ainsi, à Paris, le commerce du livre des XVIIe et XVIIIe siècles semble se caractériser par une publication très fréquente, parfois chaque année, de catalogues non datés reprenant souvent un titre identique. Pour empirer les choses, il est fort commun, chez les libraires parisiens de cette période, de conserver exactement le même nom de père en fils. En l’absence de données précises sur le contenu, la pagination, le format et les éléments de typographie et de présentation propres à chaque catalogue, il peut se révéler bien difficile de déterminer si deux exemplaires conservés dans des bibliothèques distinctes sont identiques ou non. Catalogues de libraires 1473-1810 constitue une base de référence et de comparaison essentielle, qui encouragera d’autres bibliothèques à décrire leurs propres collections avec un semblable niveau d’exigence.

  • 4 Cat. libr.:, p. 9-13.

3L’histoire des provenances des catalogues, celle de leur transmission et de l’usage qui en est fait, forme l’une des approches offertes par le nouvel ouvrage qui décrit les quelque trois mille deux cents catalogues de libraires aujourd’hui conservés dans les collections de la BNE Nombre d’entre eux proviennent de la Bibliothèque du roi elle-même et reflètent l’utilisation des catalogues par des générations de bibliothécaires dans l’accomplissement de leur tâche d’acquisition pour l’institution. D’autres furent collectés par le directeur de l’Imprimerie royale, Étienne-Alexandre-Jacques Anisson-Duperron (1749-1794). D’autres encore furent acquis un à un sur le marché de l’antiquariat ou proviennent des collections de professionnels du commerce du livre, comme Jean-Jacques Debure (1765-1853), Achille Jullien (1794-1870) et Seymour de Ricci (1881-1942). Enfin, la confiscation des bibliothèques des institutions religieuses, que se partagèrent les bibliothèques publiques à la fin du XVIIIe siècle4, constitue une autre source de catalogues.

  • 5 Ibid., p. 17-18.
  • 6 Giles Mandelbrote, « La nouvelle édition de Graham Pollard et Albert Ehrman, The Distribution of Bo (...)
  • 7 Otto S. Lankhorst, « Les ventes de livres en Hollande et leurs catalogues », dans Les ventes de liv (...)

4La variété de ces origines aide à comprendre l’étendue des lacunes et l’importance des ruptures, même dans une collection aussi conséquente que celle de la BNE Dans leur introduction, les rédactrices attirent l’attention sur le faible taux de catalogues conservés, dont la plupart sont parvenus en un seul exemplaire5. Une enquête antérieure portant sur les catalogues de libraires du XVIIe siècle conservés à la BNF et dans quelques autres bibliothèques avait déjà montré que, sur quelque deux cent quatre-vingts catalogues publiés entre 1639 et 1700, près de deux cents sont connus en un seul exemplaire6. Plus frappantes encore sont les observations réunies à propos des catalogues de libraires et de vente néerlandais, dont on estime que seuls 20 % nous sont parvenus ; indice de la nature internationale du commerce du livre dans les Provinces-Unies, une part majeure de ces catalogues sont conservés dans des bibliothèques situées hors des frontières néerlandaises7.

5La survie des catalogues de libraires doit donc être considérée comme un fait exceptionnel, ce qui confère à la comparaison avec les collections conservées à la British Library un intérêt insigne. Contrairement aux anciens catalogues de libraires de la BNF, ceux conservés à la British Library reflètent rarement un usage institutionnel. Le British Museum n’est pas antérieur à 1753 et si l’ancienne Bibliothèque royale offerte au Museum par George II en 1757 constitue l’une des bases de la collection de la British Library, elle ne semble pas avoir conservé de nombreux catalogues de libraires. La plus importante source de catalogues provient de la vaste bibliothèque encyclopédique réunie par le riche médecin Sir Hans Sloane (1660-1753), qui comptait quatre mille manuscrits et quarante-cinq mille livres imprimés.

  • 8 Sur Sloane et sa collection, voir Sir Hans Sloane. Collector, Scientist, Antiquary, Founding Father (...)

6À la mort de Sloane, l’acquisition de sa collection a constitué une des bases de la fondation du British Museum. Il est vrai qu’en tant que président du Royal College of Physicians (1719-1735) et de la Royal Society (1727-1741), charge dans laquelle il succéda à Sir Isaac Newton, Sloane entretenait un vaste réseau scientifique à travers l’Europe entière8.

  • 9 of Catalogues of English Book Sales 1676-1900, Nom in the British Museum, Londres, 1915.

7La collection de livres imprimés de Sloane n’a pas bénéficié d’une attention particulière de la part du British Museum : dès le début ou presque, les ouvrages furent reclassés par matières et répartis dans les années 1790 parmi les livres imprimés, de sorte que leur identité en tant que bibliothèque privée autonome a été complètement oubliée. Lorsque de nouvelles collections sont venues enrichir la bibliothèque du Museum, des milliers de livres de Sloane ont été écartés : dès 1759, le Museum organisa la première vente de ses doubles et réitéra sept fois une telle opération avant 1832. Plus tard, au XIXe siècle, d’autres réorganisations furent responsables du dépeçage des recueils factices anciens et de la formation de nouveaux recueils, faisant ainsi disparaître une partie des marques de provenance. Quant aux catalogues de Sloane eux-mêmes, on doit constater avec ironie que ces pratiques se sont justement produites à l’occasion de la rédaction d’un catalogue consacré spécifiquement aux catalogues de libraires. Seul le volume concernant l’Angleterre est paru, mais des traces précieuses de la présentation physique d’origine de ces catalogues et de l’usage qui en était fait, notamment la manière dont ils étaient annotés, furent détruites à l’occasion du rassemblement de catalogues issus de nombreuses collections afin de constituer des séries autonomes de catalogues de vente (cote S.C.)9.

  • 10 Base de données créée en collaboration avec le Welcome Trust Centre for the History of Medicine à l (...)
  • 11 BL, Sloane ms. 3972C, en huit volumes ; index en deux volumes, BL, Sloane ms. 3972D. Les pages qui (...)

8Ces dernières années, un programme a été lancé afin de reconstituer l’image de la bibliothèque de Sloane en se fondant sur la spécificité des numéros d’acquisition des ouvrages qui la constituaient, sur les éventuelles notes d’acquisition codées (figure no 1) et sur les marques particulières qui les caractérisent aujourd’hui encore et qui permettent de les identifier10. Le catalogue des livres imprimés issus de la collection de Sloane comprend aujourd’hui près de seize mille documents, dont environ huit cents catalogues de vente et de libraires. Les traces de provenance ancienne et les annotations sont progressivement relevées, révélant ainsi les modes d’acquisition de Sloane et l’usage qu’il faisait de ses catalogues. Le catalogue manuscrit de sa bibliothèque constitue un autre outil d’étude de cette volumineuse collection. Rédigé par Sloane lui-même avec l’aide de nombreux bibliothécaires, ce catalogue, qui compte environ quatre mille pages, dresse la liste de ses livres dans un ordre proche de celui de leur acquisition, de 1694 environ aux années 175011. L’index comporte à peu près deux cents références pour la seule entrée « Catalogues » et cent vingt pour l’entrée « Bibliotheca ». Rappelons toutefois que certains de ces catalogues anciens ont aujourd’hui quitté les collections de la British Library.

Figure no 1. Catalogue des livres mis en vente par la veuve d’Edme II Martin en 1683, mêlant les publications de la libraire et des titres importés principalement d’Allemagne et des Pays-Bas (Cat. libr., no 2080). En page de titre, le numéro d’acquisition de Sloane (o:122) et une annotation codée en symboles alchimiques et astronomiques donnant le prix acquitté pour ce catalogue : 2 d. en 1691. BL, S.C. 16.

9La bibliothèque de Sloane comptait un riche ensemble d'ephemera liés au commerce du livre. Bien qu’il ne fût pas le seul à collectionner des catalogues, sa persévérance et l’ampleur de la moisson lui confèrent une place à part parmi ses contemporains. Bien sûr, d’autres collectionneurs ont rassemblé les catalogues de vente de grandes bibliothèques aristocratiques et ceux de bibliothèques de travail de savants réputés, juristes, médecins ou membres du clergé. Ces catalogues avaient leur utilité pour la description des livres touchant un domaine particulier, en un temps où l’on comptait peu de bibliographies spécialisées. Ils étaient également appréciés comme listes de lectures ou comme bibliothèques choisies. Il n’était pas rare non plus de voir les collectionneurs conserver les catalogues des ventes auxquelles ils avaient participé, et y noter le prix atteint en vente par chaque livre. Sloane pratiquait tout cela ; il avait aussi choisi de garder un nombre important de catalogues de vente et de libraires de moindre importance, qui proposaient des livres d’érudition importés ou non, au détail ou en gros, et visaient une clientèle de particuliers, à moins qu’ils ne soient destinés aux professionnels du commerce du livre.

  • 12 BL, Sloane ms. 3972C, t. IV, fol. I v et 7, p. [861], 892. Voir l’étude de ces catalogues annotés: (...)

10Pour enrichir sa collection, Sloane achetait des catalogues anciens et, bien des années après que les livres annoncés aient été vendus, il s’en servait encore comme outils de référence bibliographique. Dans son catalogue, on trouve ainsi mention de quelques-uns des premiers catalogues de vente de livres anglais, à commencer par celui des livres de Lazarus Seaman en 1676. En 1706 ou 1707, Sloane fit l’acquisition d’un remarquable ensemble de quatorze catalogues de vente de la maison du commissaire-priseur Edward Millington, qui était mort en 1703. Ayant assisté à ces ventes, il en possédait déjà certains, mais ces nouveaux exemplaires présentaient l’intérêt de porter le prix et surtout le nom de l’acquéreur de chaque livre. Ils permettent donc au lecteur d’aujourd’hui de se faire une idée du milieu des collectionneurs de livres de la fin du XVIIe siècle et révèlent certains des arrangements financiers qui accompagnaient les ventes12.

  • 13 Alan Noel Latimer Munby et Lenore Coral, British Book Sale Catalogues 1676-1800, Londres, 1977.
  • 14 Le rôle joué par les intermédiaires et les agents dans la formation de la bibliothèque de Sloane re (...)

11L’héritage de Sloane est particulièrement précieux pour notre connaissance de la composition des bibliothèques privées anglaises des quarante premières années du XVIIIe siècle. La liste des catalogues de vente de ces quatre décennies compte un très grand nombre de catalogues connus par le seul exemplaire de la British Library, en général sous une cote S.C., qui provient la plupart du temps de la collection de Sloane13. Nombre de catalogues lui ont sans doute été envoyés par les libraires, en raison de sa réputation d’acquéreur potentiel, mais après la vente, c’était bien Sloane qui décidait de les conserver ou non. Quoi qu’il en soit, ces catalogues concernent principalement des ventes londoniennes ; Sloane semble s’être penché de moins près sur les ventes de province, d’Ecosse ou d’Irlande, comme le montre le caractère fragmentaire de sa collection en ce domaine14.

  • 15 La pièce la plus ancienne de la collection de Sloane semble être un catalogue de vente aux enchères (...)
  • 16 Bert van Selm, « Dutch book trade catalogues printed before 1801 now in the British Library », dans(...)
  • 17 Tous deux publiés à Leyde en 1667 ; BL, S.C. 846 (3) et (4).
  • 18 Amsterdam, 1668, BL, S.C. 954.
  • 19 Leyde, 1654, BL, S.C. 117 (7) ; Amsterdam, 1663 et 1670, BL, S.C. 117 (13) et S.C. 1 (8) ; Amsterda (...)

12En revanche, Sloane s’est incontestablement intéressé aux ventes de livres du continent et particulièrement aux ouvrages érudits mis en vente sur le marché international. Il en va ainsi des catalogues de vente hollandais, qui ont connu une large circulation et figurent dans d’autres collections anglaises, bien que nombre d’entre eux demeurent rares. La collection de Sloane apparaît en ce domaine plus étendue que toute autre collection anglaise de cette période : elle remonte jusqu’au début du XVIIe siècle et rassemble probablement plus de la moitié des quelque deux cent quatre-vingt-dix catalogues de vente hollandais antérieurs à 1801 présents à la British Library15. Bert van Selm a consacré un article aux collections de la British Library16, où il évoque les seuls exemplaires connus de vingt-neuf catalogues du XVIIe siècle et cinquante-trois catalogues du XVIIIe siècle publiés dans les Provinces-Unies, principalement des catalogues de ventes aux enchères de bibliothèques, mais aussi des catalogues de libraires décrivant leur fonds et leurs assortiments. Parmi les unica les plus intéressants, on trouve les catalogues de vente des bibliothèques de deux ecclésiastiques, Vincentius Snellius et Aegidius van de Kellenaer17, celui de l’avocat Johan van Heemskerck18 et, enfin, ceux des libraires Joannes Maire, Johannes van Ravesteyn et Hendrik Wetstein19.

  • 20 Les numéros d’acquisition de Sloane sont les suivants : m.736 ; c.1914 ; w.878 ; g.385 ; R. 1441. C (...)
  • 21 BL, Sloane ms. 3972C, t. VI, fol. 100 (p. 2189).

13Si Van Selm s’était penché sur la provenance de ces remarquables pièces uniques, il aurait découvert que toutes provenaient de la bibliothèque de Sloane20, comme il en va d’autres catalogues venus du reste de l’Europe. Quant aux catalogues publiés en Allemagne ou dans la zone baltique, ils sont d’une particulière rareté : ainsi, aucune autre bibliothèque anglaise de cette période ne semble avoir gardé de telles séries de catalogues de vente de Hambourg (1683-1718), de Gluckstadt (1708-1716) ou de Copenhague (1696-1714) par exemple21.

14Plus éphémères encore que les catalogues de vente, et souvent plus minces, sont ceux dans lesquels les libraires annoncent leurs propres publications et ce qu’ils ont en stock. Souvent destinés au commerce du livre plutôt qu’à des clients particuliers, ils furent le plus souvent jetés rapidement. Sloane possédait moins de catalogues de libraires que de catalogues de vente, mais les motifs de leur conservation semblent identiques et peuvent être liés à l’intérêt qu’ils prenaient pour la bibliographie historique aussi bien que pour leur usage en tant que références pratiques. Sa collection, qui reflète la correspondance qu’il entretenait à travers l’Europe entière, était sans doute la plus vaste de l’Angleterre de cette période et l’une des plus importantes qui nous soit parvenue au monde.

  • 22 BL, Sloane ms. 3972C, t. I, fol. 108v (p. CVI). Ces catalogues sont aujourd’hui reliés dans un ordr (...)

15Cette page autographe du catalogue de la bibliothèque de Sloane (figure no 2) montre une partie de la liste de ses catalogues essentiellement composée de formats in-4°, sous le numéro m.736. Si l’on se fonde sur les dates de publication des ouvrages et si l’on tient compte des habitudes de Sloane, qui achetait souvent des lots de catalogues d’occasion, ceux-ci furent sans doute acquis vers 170022. En tête de liste et probablement reliées séparément, on trouve les compilations bibliographiques de Louis Jacob, Bibliographia Parisina (1646 et 1651), qui comprend des livres publiés à Paris en 1645 et 1650, et Bibliographia Gallica Universalis (1646 et 1652) pour les années 1643, 1644, 1645 et 1651. Ces volumes sont suivis de deux catalogues de vente de livres néerlandais mentionnés plus haut, qui contiennent les bibliothèques d’Aegidius van de Kellenaer et de Vincentius Snellius.

Figure no 2. Différents genres de catalogues de libraires, publiés principalement en France entre 1600 et les années 1660, figurent sur cette page autographe du catalogue de la bibliothèque de Sloane. BL, Sloane ms. 3972C, t. l, fol. 108v (p. CVI).

  • 23 À l’exception de celui de Dulaurent, ils sont tous présents dans les collections de la BNF et décri (...)

16On rencontre ensuite une série de catalogues de vente de collections françaises, de Paris principalement, comme celle du libraire Thomas Biaise (1641), celles du théologien Placide Gallemant (Rouen, 1666), de Robert Mentet, abbé de Salmonet [1657], du conseiller d’Etat Auguste Galland (1653), de l’orientaliste Samuel Petit (1645), de M. Dulaurent, conseiller au parlement de Paris [après 1672] et de Léonor d’Estampes de Valençay, archevêque de Reims [circa 1651]23.

  • 24 La BNF conserve un exemplaire annoté de manière similaire sous la cote Q. 1884. Cette collection fo (...)

17La plupart de ces catalogues sont assez connus mais Sloane en possédait aussi de plus inattendus, décrivant des collections non parisiennes comme celle de M. du Molinet (Nantes, 1684) et celle de Jacques Hennequin (Troyes, 1656). Ce catalogue de Du Molinet est ici incomplet, ce qui explique peut-être l’omission de la date dans la description qu’il en donne ; mais on en connaît un exemplaire à la bibliothèque Sainte-Geneviève (Paris). Quant au catalogue du théologien de la Sorbonne Jacques Hennequin (1575-1661), qui a donné ses livres aux Minimes franciscains de Troyes, c’est un exemplaire particulièrement intéressant, car il porte la signature des témoins de la transaction24.

18Malgré l’absence de catalogues de libraires dans cet ensemble, on voit se dessiner le contexte dans lequel Sloane (et ses contemporains) envisageaient ces listes de livres imprimés.

  • 25 Cat. Br, no 1028, 3106, 2388 et 3079.

19Dans ce groupe figurent également quelques témoignages de catalogues des foires de Francfort, suivis de plusieurs volumineux catalogues in-4° de livres importés, rassemblés pour la foire Saint-Germain par les libraires Pierre du Buisson, de Montpellier (1640), et Adrien Vlacq (1644), par la veuve de Guillaume Pelé et Jean II Duval (1646), enfin par Jacques I Villery, Charles du Mesnil et Thomas Jolly [circa 1659-1660]25.

  • 26 BL, S.C. 847 (9) (Cat. libr., no 8).
  • 27 F. Bléchet, Les ventes publiques..., p. 59. D’après les notes manuscrites de Jacques Quétif portées (...)
  • 28 BL, S.C. 847 (10) ; F. Bléchet, Iss ventes publiques..., p. 61. Voir Léopold Delisle, « Sir Kenelm (...)

20Les deux derniers articles de cette liste sont reliés avec les précédents et décrits par Sloane de la manière suivante : « 2 : catalogi sine authoris nomine ». L’un d’entre eux est un in-4° de trente-six pages titré Livres reliez a vandre [circa 1662], qui annonce les livres par lots ; l’exemplaire de Sloane comprend d’abondantes notes manuscrites, précisant ce qui a été vendu ou non et localisant la vente dans la maison de Mademoiselle de Fresne, rue du Mail26. Il s’agit probablement de la suite du grand catalogue de la bibliothèque de Raphaël Trichet du Fresne, publié en 1662 « apud viduam et haeredes, rue du Mail », finalement acquis en partie par Colbert pour la Bibliothèque du roi, et par Fouquet27. Le second article, un in-4° de cinquante-six pages, est un catalogue des livres appartenant au courtier et spécialiste de philosophie naturelle Sir Kenelm Digby (1603-1665) ; toutefois, Sloane ne semble pas avoir été conscient du caractère illustre du possesseur de cette bibliothèque28.

  • 29 BL, Sloane ms. 3972C, t. I, fol. 138 v (p. CXXXII).
  • 30 Cat. libr., no 616, 1909, 2081, 2082, 2735-2736 et 1766.
  • 31 Ce catalogue de Laurent d’Houry diffère d’un autre circa 1697 du même libraire, présentant mêmes ti (...)

21Quelques pages plus loin, on retrouve semblable association de catalogues de types différents, sous le numéro d’acquisition 1.1322, qui rassemble plusieurs catalogues in-8° ou in-12, formats habituellement adoptés par les libraires parisiens de la fin du XVIIe siècle, qui mêlent les livres publiés par leurs soins et des livres d’occasion29. Ces catalogues sont aujourd’hui reliés en un volume avec d’autres titres, eux aussi issus de la collection de Sloane (BL, 820.c.1) : parmi eux figurent des catalogues de Jean-Baptiste I Coignard (1687), de Frédéric I Léonard (1672), de la veuve d’Edme II Martin et Jean I Boudot (1685), avec un supplément, d’Étienne Martin (1687), deux catalogues distincts de Charles de Sercy [area 1677] associés à deux exemplaires d’un Catalogue des livres des fueilles [sic], & des Instructions imprimées publié par Jacques de Laize de Bresche [circa 1683-1684], Ce dernier, qui débute par une préface adressée aux « personnes de la campagne », propose des listes avec les prix d’« images instructives », « instructions propres pour les missions » et de « billets » vendus non pas au détail mais par cent30. Toujours dans le même volume, on trouve les catalogues d’Augustin Besongne [circa 1680] et de Lambert Roulland (1682), un troisième catalogue de Charles de Sercy [circa 1687] et, enfin, un Catalogue des livres de medecine, chirurgerie, pharmacie & chymie publié par Laurent d’Houry, rue Saint-Jacques [circa 1699]. Aucun de ceux-ci ne figure dans Catalogues de libraires 1473-181031.

  • 32 Liste datée de 1665 (Cat. libr., no 2765).
  • 33 Cat. libr., no 598.
  • 34 Jean-Dominique Mellot et Élisabeth Queval, avec la collaboration d’Antoine Monaque, Répertoire d’im (...)

22Ce même volume comporte également une intéressante liste de trois pages de publications de liturgie, titrée Catalogus librorum divini officii ex decreto sacrosancti concilii restitutorum, & Urbani VIII. papae auctoritate recognitorum, societatis Typographicae iussu Regis constitutae impensis excusorum. Il semble s’agir d’une version précoce du catalogue publié en 1665 par un groupe de libraires qui s’étaient donné pour nom Societas typographica librorum officii ecclesiastici ex decreto concilii Tridentini32. On y trouve également le catalogue des livres importés et d’occasion de Charles II Chastelain, qui vendait soit dans sa boutique, rue Saint-Jacques, soit à la foire Saint-Germain en 164633, ainsi que les catalogues de vente des livres du physicien Guy Patin [1673, 31-[1] p.] et ceux de l’avocat René Pageau [1683] et de Jean de Mesgrigny, conseiller d’État [1693]. Le dernier d’entre eux porte la mention manuscrite suivante : « vend chez Moette librairie », qui rappelle la note « Pour M. Moette à Paris », portée sur le catalogue de la bibliothèque de Gallemant mentionné plus haut. Il est possible qu’un certain nombre des catalogues français de Sloane aient été acquis, directement ou non, auprès du libraire Thomas Moette, actif à Paris entre 1659 et 1710 environ34.

  • 35 BL, Sloane ms. 3972C, t. I, fol. 164 (p. 160).
  • 36 Certains des catalogues de la foire de Francfort ayant appartenu à Sloane figurent sous la cote BL, (...)

23Les derniers exemples de ces regroupements signalés par le catalogue manuscrit de la bibliothèque de Sloane sont les catalogues cités comme d.394, d.395 et d.39635 (figure no 3). Le premier d’entre eux date de 1600. Il prend place dans un groupe de onze catalogues qui font partie des catalogues in-4° officiels que publient chaque année ou presque, au printemps et à l’automne, les autorités de la ville de Francfort à l’occasion de la foire du livre, pour y annoncer les nouveautés disponibles36.

Figure no 3. Cette page du catalogue de la bibliothèque de Sloane mentionne des catalogues de libraires de 1600 à 1690 venus de toute l’Europe. Au bas de la page, on remarque le premier catalogue de vente aux enchères anglais, annonçant la vente de la bibliothèque de Lazarus Seaman en 1676. BL, Sloane ms. 3972C, t. I, fol. 164 (p. 160).

  • 37 BL, 821.h.58 et 821.h.57 ; aucun d’entre eux ne figure dans Cat. libr.
  • 38 BL, 821.h. 1 (16) ; quatre fascicules de cette série figurent dans Cat. libr. (no 2710-2713). Sloan (...)

24Il s’agit ici de catalogues du fonds et des publications d’officines comme celle du libraire Ludwig König (1622) et de l'officina Henricpetrina (1628), toutes deux installées dans la ville de Bâle37 (figure no 4). Les catalogues du fonds de Gottfried Schultze de Hambourg, qui contenaient des livres venus de toute l’Europe du Nord, paraissaient sous la forme assez inhabituelle d’une série à publication périodique dont Sloane possédait au moins onze numéros sur les seize connus entre 1668 et 168338.

  • 39 BL, 821.h.1 (13) et 821.h.1 (12) ; voir F. Bléchet, Ces ventes publiques..., p. 59.
  • 40 Les exemplaires de Sloane (respectivement BL, 821.h.1 (11) et 821.h.62) sont aujourd’hui les seuls (...)
  • 41 English Short Title Catalogue, no 4789 (BL, 821.h.56) et no 9979 (l’un des deux exemplaires connus  (...)
  • 42 Les exemplaires de Sloane sont les suivants : BL, 11906.e.11, 11906.e.8, 11906.e.1, 11906.e.5, 1190 (...)

25Sloane possédait donc toute sorte de catalogues de vente de bibliothèques privées hollandaises, comme ceux de la célèbre collection de livres et de manuscrits de l’orientaliste Jacobus Golius, mais il avait aussi acquis celui de la bibliothèque du physicien français Jean Riolan, qui avait été apportée à Londres par deux libraires actifs en 1655, et celui de la bibliothèque de Jacques Lescot, évêque de Chartres, vendue en 165739. Parmi les plus inattendus figurent un catalogue de vente du sud des Pays-Bas, celui de la bibliothèque du médecin Pieter van Merstraten (Bruxelles, 1659) et un catalogue des livres nouveaux que Jean Plasses avait apportés de Lyon et de Paris pour les mettre en vente à Nîmes en 166440 (figure no 5). On y trouve aussi un catalogue de livres importés d’Italie par Octavian I Pulleyn et George Thomason en 1636, et une bibliographie cumulative des livres imprimés en Angleterre entre 1626 et 1631, destinée aux libraires pour un usage pratique41. En bas de page, sous le numéro d.396, on trouve enfin un ensemble de dix des plus anciens catalogues de vente anglais (1678-1681), qui proposent à la vente un ensemble de quinze bibliothèques privées42.

  • 43 Catalogus librorum Lugduni, Parisiis, nec non in Italia, Germania, Belgio, & Hispania excusorum. Qu (...)
  • 44 Catalogue des livres imprimezpar le Sr Pierre Rigaud ; Et qui se trouvent à present, chez Claude Ri (...)
  • 45 BL, S.C. 5 (Cat. libr., no 397).
  • 46 BL, S.C. 95 (2) (Cat. libr, no 136).
  • 47 BL, S.C. 18 (1-2) (Cat. libr., no 47-48).
  • 48 BL, S.C. 8, S.C. 22 (Cat. libr., no 41) et S.C. 46 (Cat. libr., no 38).
  • 49 BL, S.C. 924 (9) (Cat. libr, no 1548), S.C. 6 (Cat. libr., no 1549) et S.C. 30. La British Library (...)

26Quelques derniers exemples, choisis pour la plupart pour compléter Catalogues de libraires 1473-1810, peuvent aider à appréhender l’importance de la collection de catalogues de libraires réunie par Sloane. En effet, pour un type de documents aussi éphémères, le souci de la collection et les goûts d’un individu remarquable peuvent gonfler et parfois transformer la vision historique de ce qui a survécu. Ainsi, Sloane possédait une bonne sélection de catalogues lyonnais, notamment ceux publiés par Horace Cardon (1615)43, par Claude I Rigaud et Claude Obert (1627)44, par Philippe Borde, Laurent Arnaud et Claude II Rigaud (1656)45, par Guillaume I Barbier, Jean Girin et François Comba (1661)46, par Laurent Arnaud et Pierre Borde (1670 et [1677])47, sans oublier les livres importés de toute l’Europe par les officines d’Anisson (1669, 1681, 1702)48 et d’Huguetan (1637, 1659, 1670)49.

Figure no 4. Un catalogue in-4° de vingt pages publié en 1622 par le libraire de Bâle Ludwig König, présentant les livres par sujet, les titres en latin étant suivis de ceux en allemand. En page de titre figure le numéro d’acquisition de Sloane : d.395. BL, 821.h.58.

Figure no 5. Ce catalogue publié par Jean Plasses de Nîmes en 1664 révèle le réseau de distribution permettant la diffusion dans les provinces françaises des livres venus de Lyon, de Paris ou d’ailleurs. Ce riche catalogue in-4° de soixante-quatorze pages propose des titres principalement français, présentés par sujets, parmi lesquels figurent la théologie, le droit, l’histoire, la médecine, la philosophie et les mathématiques. BL, 821.h.62.

  • 50 Catalogus librorum Ioannis Antonii Huguetan, & Soc. [...] Designans Libros qui ejus Typis & impensi (...)

27Un autre catalogue très difficile à trouver est la feuille imprimée pour Jean-Antoine II Huguetan en 1680, qui donne sur quatre colonnes la liste de ses publications, complétée par d’autres livres en nombre, notamment des livres allemands récents, venus de la foire pascale de Francfort, mais aussi des livres importés de France, d’Espagne et d’Italie50. Il faut noter la rareté des catalogues en placard dans Catalogues de libraires 1473-1810.

  • 51 Sur Chouet, voir BL, S.C. 90 (7), S.C. 117 (10) (Cat. libr., no 608), S.C. 33, S.C. 253 (1) et S.C. (...)
  • 52 BL, S.C. 21 (Cat. libr., no 1032, sans la Continuatio).

28Autre aspect important du réseau international du commerce du livre érudit, les catalogues de Genève sont fortement représentés dans les collections de Sloane. Il possédait notamment les catalogues des générations successives de la famille Chouet (1632, 1647, [1666 ?], 1667, 1685) et aussi nombre de ceux publiés par l’officine des de Tournes51 au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. On trouve aussi dans la collection de Sloane le catalogue publié par Jean-Louis Du Four (Genève, 1683), qui rassemble son fonds et des livres importés notamment de la foire de Francfort : c’est un in-12 de soixante pages suivi d’une rare suite (paginée 61-95)52 pour les années 1684 et 1685.

  • 53 Catalogus librorum, qui apud Haeredes Petri de la Roviere venales reperiuntur, Genève, 1626. L’exem (...)

29Autre genre, le catalogue de cent quarante pages publié en 1626 par les héritiers de Pierre de La Rovière constitue un inventaire du fonds du libraire décédé53 (figure no 6).

  • 54 BL, S.C. 110 (4) et S.C. 119 (3). Aucun d’entre eux n’est mentionné par English Short Title Catalog (...)

30Il ne faut sans doute pas s’étonner de rencontrer dans la collection de Sloane une bonne partie des catalogues publiés à son époque par ceux qui furent les principaux importateurs de livres savants en Angleterre. Nombre d’entre eux étaient des réfugiés huguenots. Il possédait ainsi le Nouveau Catalogue de J. de Beaulieu Libraire François, devant l’Eglise de St. Martin à Londres. 1688 (dans un exemplaire incomplet) ainsi que le Catalogue des Livres François, Italiens & Espagnols, Qui se trouvent dans la Boutique de P. de Varennes, demeurant à l’Enseigne de Seneque, entre la Sauoye, & la Maison de la Reyne Douairiere [circa 1705]54. Contrairement à ce qui se passait à Paris à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, peu de libraires londoniens distribuaient régulièrement des catalogues de leur fonds et de leurs assortiments. À la place, on trouvait plutôt des pages jointes à la fin des livres, qui annonçaient leurs publications nouvelles ; ainsi, les ventes publiques, la vente à prix fixes et la vente aux enchères devinrent des modes habituels de vente des bibliothèques privées et des livres d’occasion. La collection de Sloane et son catalogue livrent ainsi de précieuses indications sur la diversité des pratiques commerciales.

  • 55 BL, 61.e.24 (2*).
  • 56 BL, S.C. 846 (11).

31Cette collection donne aussi des jalons concernant le développement des catalogues de libraires spécialisés. Ainsi, le catalogue des Livres de M. I. P. Camus Evesque De Belley, qui sont imprimez et qui s’impriment, publié en quatre pages in-4° par Jacques Villery et Gervais Alliot [circa 1644], présente en différentes rubriques thématiques cent soixante-six ouvrages de Jean-Pierre Camus et répond à une double fonction : la vente des livres, bien sûr, mais aussi la constitution d’une bibliographie55. D’autres catalogues paraissent insister sur le caractère sérieux des ouvrages proposés en reprenant la langue très formelle du monde savant, espérant sans doute ainsi atteindre le marché des lettrés latinistes : le libraire Denis II Thierry (non mentionné dans Catalogues de libraires 1473-1810) a ainsi publié un in-4° de quatre pages, le Catalogus Librorum quos edidit Dionysius Thierry, Typographus ac Bibliopola Parisiensis, Ad annum 1683. A nominibus Authorum digestus ordine Alphabetico ; la plupart des livres y sont en fait proposés... en français56.

Figure no 6. À Venise, en 1682, ce petit catalogue de quatre-vingt-seize pages de format in-12 propose des livres récents, en latin et en italien, principalement imprimés en Italie. Comme le suggèrent le nom du libraire et sa devise, Giovanni Giacomo Hertz était actif dans le commerce international du livre.
Numéro d’acquisition de Sloane : k.744. BL, S.C. 110 (2).

  • 57 BL, S.C. 846 (13): Catalogus librorum qui prodierunt ex officina typographica Pauli Frambotti Bibli (...)
  • 58 BL, S.C. 117 (9) : Catalogus librorutn Joannis à Ravesteyn. Catalogus van de boecken die Joannes va (...)

32Différents styles de mise en page sont illustrés par la collection de Sloane. Ainsi, lorsqu’en 1654 Paolo Frambotti, libraire à Padoue, publie un catalogue de quatre pages in-4° présentant les livres de son fonds et ses assortiments, il fait figurer le « L », qui symbolise la monnaie, dans la marge de droite après chaque titre, mais le prix lui-même, resté en blanc, doit être complété à la main, ce qui suggère un certain degré de négociation entre le libraire et ses clients57 (figure no 7). Au contraire, le catalogue de quatorze pages in-8° où, en 1656, le libraire d’Amsterdam Johannes van Ravesteyn annonce ses livres nouveaux, son fonds et ses assortiments, mentionne des prix en florins soigneusement imprimés en colonnes58. À la fin, un espace a été laissé libre afin de permettre l’ajout de titres nouvellement édités, prolongeant ainsi la vie du catalogue (figure no 8).

  • 59 Pour un recensement plus détaillé de la collection de prospectus de Sloane, voir Giles Mandelbrote, (...)
  • 60 Sur le développement de ce mode de publication dans l’Angleterre du XVIIe siècle: Sarah L. C. Clapp (...)

33Les pièces les plus remarquables de la collection d’ephemera décrits dans ce catalogue sont peut-être l’ensemble des prospectus pour l’impression de livres par souscription, genre qui semble présenter un très faible taux de survie parmi les documents issus de la collection de Sloane aujourd’hui conservés à la British Library59. En Angleterre, la publication par souscription fut utilisée à partir du XVIIe siècle par les éditeurs et les auteurs comme un moyen de réunir les fonds destinés à couvrir les frais d’impression et de compenser ainsi les risques attachés aux entreprises éditoriales coûteuses, particulièrement dans le domaine savant, pour des atlas ou d’autres ouvrages qui requièrent de nombreuses planches gravées60. Ces souscriptions étaient annoncées par voie d’affiche dans les librairies ou sous forme d’appels manuscrits envoyés chez les clients potentiels, ou encore par insertion dans les journaux et les « term catalogues », catalogues de nouveautés publiés quatre fois par an à des dates coïncidant avec les trimestres légaux, entre 1668 et 1709.

Figure no 7. La première page de ce catalogue du fonds de Paolo Frambotti publié en 1654 à Padoue réserve un espace libre pour noter à la main le prix des livres. BL, S.C. 846 (13).

Figure no 8. La première page du catalogue de Johannes van Ravesteyn (Amsterdam, 1656) mentionne des prix présentés en colonnes et garde un espace libre permettant d’ajouter ultérieurement des titres nouveaux. BL, S.C. 117 (9).

  • 61 Les prospectus ont été étonnamment négligés par les historiens du commerce du livre anglais, à l’ex (...)

34Mais à la fin du XVIIe siècle, on imprimait aussi assez souvent des prospectus autonomes, qui offraient un prix avantageux contre un paiement à l’avance, précisaient le nom des libraires participant à l’opération et donnaient toutes les informations nécessaires sur le prix, le contenu et la présentation de la publication proposée. Ils comportaient même, parfois, un spécimen du papier et de la typographie. La valeur potentielle que revêt pour les historiens du livre une information aussi détaillée n’a pas besoin d’être soulignée mais ces prospectus leur sont si rarement parvenus que leur attention s’est alors tournée vers les listes de souscripteurs qui sont parfois mentionnés dans l’ouvrage une fois l’ensemble du projet éditorial mené à bien, mais non pas sur chacune des éditions concernées par ces souscriptions61.

35Au XVIIIe siècle, les libraires et collectionneurs se sont bien souvent débarrassés des annonces de livres, considérées comme un guide bien peu fiable pour juger de ce qui était véritablement publié, constat sur lequel Sloane lui-même s’exprima dans une lettre à l’abbé Bignon, bibliothécaire à la Bibliothèque royale depuis 1718, qui fut son principal correspondant français en matière bibliographique :

  • 62 BNF, Manuscrits, archives Ancien Régime, no 62, fol. 327 : Sloane à Bignon, 29 avril 1733. Pour les (...)

Pour ce qui regarde les livres imprimées [sic] ici par souscription, on se propose ici tous les jours, souvent, sur le seul motif d’escrocquer de l’argent, sans intention d’achever l’impression. C’est pourquoi on a besoin d’être sur ses gardes, autrement l’argent est perdu et les espérances frustrées62.

  • 63 Voir G. Pollard et A. Ehrman, The Distribution of Books..., p. 193.

36Une autre raison de la vulnérabilité de ces prospectus tient à leur mode de distribution, sous forme de feuille ou de feuillet simplement glissé dans les fascicules des journaux. Même s’ils survivaient assez longtemps pour arriver chez le relieur, celui-ci avait pour habitude de retirer les bandes de papier, les annonces et tout autre matériel commercial. Bien que de nombreuses bibliothèques aient conservé de longues séries de périodiques du XVIIIe siècle, les prospectus qu’ils contenaient jadis ont le plus souvent été perdus63.

37Malgré le regard prudent qu’il portait sur eux, Sloane reconnaissait l’intérêt bibliographique des prospectus, qu’il a conservés par centaines, et de nombreuses pages de son catalogue sont consacrées à leur description (figure no 9). Pratiquement tous sont anglais. Encore aujourd’hui, une proportion significative d’entre eux semble ne pas être décrite ; certains annoncent des ouvrages qui n’ont jamais été publiés, d’autres concernent des projets de rééditions qui n’ont pas été réalisées.

38Dans d’autres cas, les tentatives de souscription semblent avoir rencontré un succès insuffisant pour financer le coût des publications projetées. Une étude approfondie des informations apportées dans ce domaine par le catalogue de Sloane, dans laquelle on se pencherait aussi bien sur les traces des échecs de publication que sur les succès, aurait des chances de modifier de manière significative notre connaissance du financement éditorial en Angleterre dans la première moitié du XVIIIe siècle.

  • 64 Sur les bibliothécaires travaillant pour Sloane, voir M. A. E. Nickson, « Books and manuscripts...  (...)
  • 65 Comme exemple de catalogue de libraire annoté par l’un des bibliothécaires de Sloane, voir l’in-4° (...)

39Les contours de la bibliothèque de Sloane et les intentions qui sous-tendaient sa composition ont évolué au cours de sa longue vie et carrière de collectionneur. A partir de 1700 environ, sa bibliothèque a progressivement pris une ampleur et une envergure moins personnelle et plus encyclopédique, à mesure que la confiance de Sloane envers ses bibliothécaires croissait, devenant, dans les années 1720 et 1730, plus institutionnelle64. Comme le voulait l’organisation du commerce du livre, catalogues et prospectus continuèrent d’arriver et les bibliothécaires de Sloane s’en servirent pour acquérir des livres jusque dans les années 1750 environ65.

40Sloane trouvait commode de garder un ample choix de catalogues de libraires, qui couvraient une large part de l’Europe pour une période allant d’une soixantaine d’années avant sa naissance jusqu’aux années les plus récentes. Il semble les avoir considérés simplement comme une source d’information bibliographique, de même d’ailleurs que ses catalogues de vente et de bibliothèques – ou peut-être toutes ces catégories constituaient-elles pour lui un ensemble dans lequel les catalogues de libraires représentaient la partie la moins utile. Ce point de vue est proche de celui des collectionneurs de livres de cette période. Seuls les plus sérieux d’entre eux ont conservé les catalogues de libraires qu’ils recevaient. Moins nombreux encore ont été ceux qui sont allés jusqu’à faire l’acquisition de catalogues anciens.

Figure no 9. Prospectus de livres imprimés figurant au catalogue de Sloane, datés circa 1705, publiés, pour la plupart, par des libraires londoniens entre 1680 et 1702 ; certains prospectus proposent des cartes et atlas ou des grandes collections érudites sorties des presses universitaires d’Oxford ou de Cambridge.
BL, Sloane ms. 3972C, t. III, fol. 156v (p. 739).

  • 66 BL, Sloane ms. 4039, fol. 106 : Humphrey Wanley (1672-1726) à Sloane, 30 mars 1703.

41L’intérêt particulier de Sloane pour les catalogues était bien connu du paléographe Humfrey Wanley (1672-1726), qui partageait ses goûts et qui fut employé par Sloane comme assistant pendant un certain temps avant de devenir bibliothécaire chez Robert Harley. En 1703, Wanley écrivit à Sloane pour lui envoyer un paquet « of such small tracts or papers, as I thought you might at one time or other think fit to bind up with others in your library ». Parmi ces brochures se trouvaient quelques « little catalogues », sans doute essentiellement des catalogues de libraires, et Wanley en promettait d’autres encore à venir : « I hope, some time or other, to get up hither some scores of scarce catalogues »66.

  • 67 BL, S.C. 69 (Cat. libr., no 2084) ; sur la collection de Thomas Rawlinson, dispersée en seize vente (...)
  • 68 Sur les doubles offerts à la bibliothèque Bodléienne, voir William Poole, « Francis Lodwick, Hans S (...)

42Pourtant, en ce qui concerne Sloane lui-même, l’explication de la présence d’une si grande abondance de catalogues de libraires dans sa bibliothèque peut tenir aux circonstances : ses méthodes d’acquisition étaient en quelque sorte omnivores ; il achetait systématiquement, en vente ou non, de larges pans des bibliothèques réunies par ses contemporains qui venaient à disparaître et par ceux qui l’avaient précédé. Certains de ses catalogues ont pu être acquis par hasard, disséminés au sein d’ensembles variés : parmi les nombreux exemples, citons le catalogue du fonds du libraire Marc Mayer de Lyon, dont la vente après décès s’est déroulée à Paris en décembre 1700, qui porte deux marques de possesseurs : « C & P », caractérisant le collectionneur Thomas Rawlinson (1681-1725) et « a.2507 », numéro d’acquisition porté par Sloane67. Toutefois, ce dernier disposait de filières lui permettant de se débarrasser de livres non désirés ou de doubles acquis accidentellement. Aussi, on ne peut douter qu’il ait fait le choix de garder ces catalogues et de les enregistrer avec soin68.

  • 69 La collection de prospectus de Sloane constitue sans doute une exception ; son goût en ce domaine é (...)
  • 70 Sur l’usage par Gesner des catalogues de libraires, voir Conrad Gesner, Pandectarum libri XXII, Zur (...)
  • 71 On connaît deux remarquables collections de catalogues de libraires du XVIe siècle. L’une fut réuni (...)
  • 72 Le catalogue manuscrit de l’ancienne Bibliothèque royale (BL, C. 120.h.6*), rédigé peu de temps apr (...)

43Bien que Sloane se soit certainement intéressé à l’histoire de l’imprimerie et à celle du commerce du livre, il n’y a pas de preuve que ses collections de catalogues de libraires aient été réunies dans un but systématique de documentation dans ce domaine69. Seuls quelques individus remarquables, comme Conrad Gesner (1516-1565), Louis Jacob (1608-1670) et Prosper Marchand (16781756), semblent avoir compris le potentiel des catalogues de libraires pour cet usage70. La collection de catalogues de Sloane ne semble pas remonter avant 1600 ; cela reflète peut-être la rareté de tels documents, mais cela montre aussi que Sloane appréciait les catalogues pour les références d’ouvrages qu’ils lui fournissaient plutôt que comme des documents porteurs en eux-mêmes d’un intérêt historique. Alors qu’on connaît plusieurs exemples de collectionneurs privés du XVIe siècle qui s’intéressent aux catalogues de libraires et d’imprimeurs en eux-mêmes, il semble que les catalogues des libraires les plus anciens aient peu intéressé les générations qui ont suivi, du moins jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, juste au moment où sortent des bibliothèques des institutions religieuses les volumes qui y étaient conservés jusque-là71. Ainsi, la plus grande part des catalogues de libraires du XVIe siècle présents à la British Library vient des collections constituées au XIXe siècle, et essentiellement de celle d’Antoine-Augustin Renouard (1765-1854)72.

  • 73 Alfred Franklin, Les anciennes bibliothèques de Paris, Paris, 1867-1873, t. I, p. 160-162 (sur Tral (...)
  • 74 A. Franklin, Les anciennes bibliothèques..., t. II, p. 316. Sur les critiques formulées par les con (...)

44Quand, comment et pourquoi les catalogues de libraires ont-ils été conservés ? De la réponse à ces questions dépend l’appréciation que l’on peut porter sur la fidélité de notre représentation du commerce du livre. Le taux de survie des catalogues influe étroitement sur la connaissance de ces sources de l’histoire du livre et sur leur caractère exemplaire ou non. Dans le cas des catalogues conservés dans les bibliothèques parisiennes, qui ont recueilli les éléments issus de nombreuses collections dispersées, cette remarque revêt une importance particulière. Il en va ainsi des collections réunies par l’abbé Jean Nicolas de Tralage (1646-1698) et par Pierre Delaplanche, bibliothécaire du séminaire Saint-Magloire, à qui il fit don de ses livres en 168473. Un autre collectionneur notoire et amateur de catalogues de cette période fut le bibliographe dominicain Jacques Quétif (1618-1698), bibliothécaire des Jacobins de la rue Saint-Honoré, dont les annotations portées sur de nombreux livres aujourd’hui conservés à la Bibliothèque nationale de France et à la bibliothèque Mazarine démontrent l’intérêt pour les provenances et pour le commerce du livre74.

  • 75 La plupart des catalogues de Quétif se trouvent dans les deux recueils suivants : BIUM, 7196 et 401 (...)

45Certains des catalogues de Quétif sont également conservés par la Bibliothèque interuniversitaire de médecine et portent eux aussi des annotations d’une petite écriture menue, qui précise leur lieu et leur date d’acquisition – entre les années 1650 et 1690 –, identifie les catalogues anonymes et donne des éléments biographiques sur les collectionneurs et les libraires, riches de précieuses informations sur les dates, les prix et les méthodes de vente. Deux de ces recueils, qui comptent plus de quarante catalogues de libraires de la seconde moitié du XVIIe siècle, contiennent plusieurs listes de « livres du Louvre » imprimées par l’Imprimerie royale ; nombre de ces catalogues ne sont pas connus par ailleurs75.

  • 76 B. Neveu, « La vie érudite à Paris... » ; voir aussi A. Franklin, Les anciennes bibliothèques..., t (...)
  • 77 B. Neveu, « La vie érudite à Paris... », p. 31-32 ; BNF, Manuscrits, fr. 22580-22591.
  • 78 BIUM, 1112 ; on connaît un autre recueil factice de catalogues de libraires dont l’un porte un envo (...)

46Les goûts bibliographiques de Léonard de Sainte-Catherine (circa 1636-1710), bibliothécaire des Augustins déchaussés de la place Notre-Dame-des-Victoires, ont fait l’objet d’une étude magistrale76. Les manuscrits du père Léonard sont désormais partagés entre les Archives nationales et la Bibliothèque nationale de France ; parmi les plus intéressants figure un Recueil sur des auteurs qui ne sont pas dans le catalogue de la bibliothèque d’Oxford en plusieurs volumes, conçu comme un supplément au catalogue imprimé de Thomas Hyde (Oxford, 1674) de la bibliothèque Bodléienne77. Là encore, les richesses de la Bibliothèque interuniversitaire de médecine viennent à l’appui de notre connaissance des méthodes de travail du père Léonard : on y trouve son propre exemplaire du catalogue de la biblio thèque Bodléienne relié en deux volumes, interfolié, truffé de notes, de prospectus et de fragments découpés dans des catalogues de libraires et autres ephemera bibliographiques78.

  • 79 Cat. libr :, no 1243,1670 et 2611 ; sur cette bibliothèque, confisquée en 1790, voir A. Franklin, L (...)

47Un dernier exemple choisi dans les bibliothèques parisiennes confirme l’intérêt des efforts investis dans l’histoire des provenances de ces catalogues. On trouve annoncés dans Catalogues de libraires 1473-1810 trois catalogues issus de la bibliothèque des Feuillants, rue Saint-Honoré, qui figurent aujourd’hui dans les collections de la Bibliothèque nationale de France79. L’un d’entre eux, publié par les héritiers de Guillaume Rouillé (Lyon, 1604), est assez ancien mais pas particulièrement rare. On ne peut en dire autant des quatre catalogues du XVIe siècle, qui se présentent sous forme de placards reliés dans deux autres volumes de même provenance aujourd’hui conservés dans les fonds de la Bibliothèque interuniversitaire de médecine : Librorum per Nicolaum et Eusebium Episcopios Fratres Editorum, nunc autem apud Hieronymum Gemusaeum in Oporiniana Taberna venalium. Index. MDXCII ; Librorum Tabernae et Officinae Hervagianae, magna ex parte per Eusebium Episcopium editorum index. MDEXXX ; Index Librorum Officinae P. Pernae C. VValdkirchii [circa 1585] et Index Librorum Officinae D. Conradi VValdkirchii, Anno MDXCI.

  • 80 BIUM, 7199 et 7258. Sur ces libraires, voir Christoph Reske, Die Buchdrucker des 16. und 17. Jahrhu (...)

48Ces placards, qui annoncent surtout des publications du fonds des libraires concernés, ont été tous quatre imprimés à Bâle ; les deux premiers, publiés par Hieronymus Gemusaeus et par Eusebius Episcopius (officine Hervagianà) sont inconnus par ailleurs (figures no 10 et 11). Quant aux deux autres, l’un dû aux héritiers de Peter Perna et à Konrad Waldkirch et l’autre à Waldkirch seul, ils sont chacun connus par un seul autre exemplaire, conservé l’un à Bamberg et l’autre à Berlin (mais aujourd’hui disparu)80. La bibliothèque des Feuillants de la rue Saint-Honoré recélait peut-être d’autres surprises comparables, qu’on aimerait bien connaître.

Figure no 10. Placard publié à Bâle en 1580, jusqu’ici non décrit, proposant des titres imprimés pour Eusebius Episcopius, qui géra l'Officina Hervagiana autour de 1568, à la suite de la mort de Johann Herwagen. BIUM, 7199.

Figure no 11. Un catalogue jusque-là inconnu (Bâle, 1592) proposant des titres publiés par les frères Nikolaus II Episcopius et Eusebius Episcopius, présentés par sujets, en vente dans la boutique de Hieronymus Gemusaeus. BIUM, 7199.

49Cette brève enquête a permis d’attirer l’attention sur les catalogues de libraires de la collection de Sloane et sur quelques autres, et de proposer quelques éléments de comparaison avec les catalogues si bien décrits dans Catalogues de libraires 1473-1810. La rareté de certains catalogues indique clairement que beaucoup d’autres ont disparu sans laisser de trace et que des pièces inconnues peuvent encore apparaître. L’utilisation des catalogues doit donc être prudente et tenir compte du caractère fugace des documents. Toute étude sérieuse doit aujourd’hui s’appuyer sur les données fournies par le plus grand nombre possible de bibliothèques : il faut donc espérer que l’exemple lumineux offert par la Bibliothèque nationale de France inspirera d’autres institutions. La description des possesseurs et celle des usages sont des éléments fondamentaux d’interprétation de ce qui a survécu et permettra une meilleure compréhension des regards changeants que les générations de possesseurs ont porté sur les catalogues des libraires d’hier.

Annexes

ANNEXES

Abréviations utilisées

• P : publications, livres édités par le libraire lui-même.

• S : livres d’assortiment (« sortes ») achetés ou échangés à d’autres libraires, parfois en plusieurs exemplaires (« en nombre ») ; livres importés ; livres d’occasion.

Abréviations des localisations et références

• Arsenal : bibliothèque de l’Arsenal, Paris.

• Bamberg: Staatsbibliothek, Bamberg.

• Berlin: Staatsbibliothek, Berlin.

• BL: British Library, Londres.

• BNF : Bibliothèque nationale de France, Paris, d’après Catalogues de libraires 1473-1810, éd. Claire Lesage, Ève Netchine et Véronique Sarrazin, Paris, 2006).

• Bodleian : Bodleian Library, Oxford.

• Broxbourne : Broxbourne Library (aujourd’hui à la Bodleian Library), Oxford.

• Bruxelles : Bibliothèque royale, Bruxelles.

• BSG : bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris.

• Cambridge : University Library, Cambridge.

• Engelsing : Rolf Engelsing, « Französische Verlegerplakate im Zeitalter Ludwigs XIV », dans Archiv für Geschichte des Buchwsens, t. 11, 1971, p. 806-856.

• Heidelberg : Universitätsbibliothek, Heidelberg.

• Herzog August Bibliothek : Herzog August Bibliothek, Wolfenbüttel.

• KB : Kongelige Bibliotek, Copenhague.

• Loh : Gerhard Loh, Die europaïschen Privatbibliotheken und Buchauktionen, t. I et suivants, Leipzig, 1997 et années suivantes.

• Mazarine : bibliothèque Mazarine, Paris.

• Royal Netherlands Academy : Royal Netherlands Academy of Sciences, Amsterdam.

• SLUB : Sächsische Landesbibliothek – Staats-und Universitätsbibliothek, Dresde.

• Toulouse : Christian Péligry, Les catalogues de bibliothèques du XVIIe, XVIIIe et du XIXe siècles jusqu’en 1815. Contribution à l’inventaire du fonds ancien de la bibliothèque municipale de Toulouse, Toulouse, 1974.

• Tricot-Royer : Joseph Tricot-Royer, La bibliothèque de Vopiscus Fortunatus Plempius, Bruxelles, 1925 (Mémoires couronnés par l’Académie royale de médecine de Belgique, coll. in-8°, 22).

I. — Catalogues de libraires des XVIe et XVIIe siècles à la bibliothèque interuniversitaire de médecine (Paris)81

I. — Catalogues de libraires des XVIe et XVIIe siècles à la bibliothèque interuniversitaire de médecine (Paris)81

II — Catalogues imprimés de ventes de livres des XVIe et XVIIe siècles à la bibliothèque interuniversitaire de médecine

II — Catalogues imprimés de ventes de livres des XVIe et XVIIe siècles à la bibliothèque interuniversitaire de médecine

Notes

1 Sur la taxonomie des catalogues de libraires et le rôle de ces catalogues dans le commerce du livre dans l’Europe de la première modernité, voir Graham Pollard et Albert Ehrman, The Distribution of Books by Cataloguefrom the Invention of Printing toA. D. 1800. Based on Material in the Broxbourne Library, Cambridge, 1965, particulièrement les chapitres 1 à 5. Une édition révisée de cette importante publication est en préparation.

2 Voir le travail pionnier sur ce type de publication : Antonio Rodriguez-Monino, Historia de los catálogos de libreria espanoles (1661-1840), Madrid, 1966. Voir aussi Alfredo Serrai, Storia della bibliografia, t. IV, Rome, 1993, p. 13-75. Les catalogues de libraires néerlandais sont répertoriés dans la base de données Book Saks Catalogues of the Dutch Republic, 1599-1800, par Jan Albert Gruys et Henk W. de Kooker (www.bibliopolis.nl/veilingen). Christian Coppens prépare une étude fondamentale des catalogues des imprimeurs-libraires du XVIe siècle, comprenant une recension exhaustive des exemplaires aujourd’hui conservés.

3 Les seuls catalogues décrivant spécifiquement des collections de catalogues de libraires sont des travaux déjà anciens concernant les collections de catalogues appartenant à des associations de libraires : Katalog der Bibliothek des Börsenvereins der Deutschen Buchhändler, 3 t., Leipzig, 1885-1902 ; Catalogus der Bibliotheek van de Vereeniging ter Bevordering van de Belangen des Boekhandels te Amsterdam, t. IV, La Haye/ Amsterdam, 1934.

4 Cat. libr.:, p. 9-13.

5 Ibid., p. 17-18.

6 Giles Mandelbrote, « La nouvelle édition de Graham Pollard et Albert Ehrman, The Distribution of Books by Catalogue », dans Les ventes de livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle. Actes des journées d’étude organisées par l’École nationale des chartes (Paris, 15janvier 1998) et par l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Ville urbanne, 22 janvier 1998), éd. Annie Charon et Élisabeth Parinet, Paris, 2000, p. 49-76.

7 Otto S. Lankhorst, « Les ventes de livres en Hollande et leurs catalogues », dans Les ventes de livres..., p. 11-28 ; Jan Albert Gruys, « Rijklof Michael van Goens. Het mysterie van de 24200 verdwenen catalogi », dans Van pen tot laser. 31 opstellen over boek en schrift aangeboden aan Ernst Braches, éd. Ton Croiset van Uchelen et Hannie van Goinga, Amsterdam, 1996, p. 150-156.

8 Sur Sloane et sa collection, voir Sir Hans Sloane. Collector, Scientist, Antiquary, Founding Father of the British Museum, éd. Arthur MacGregor, Londres, 1994, et plus particulièrement Margaret A. E. Nickson, « Books and manuscripts », p. 263-277.

9 of Catalogues of English Book Sales 1676-1900, Nom in the British Museum, Londres, 1915.

10 Base de données créée en collaboration avec le Welcome Trust Centre for the History of Medicine à l’University College London. The Sloane Printed Books Catalogue est consultable à l’adresse suivante : www.bl.uk/catalogues/sloane. Voir Alison Walker, « Sir Hans Sloane’s printed books in the British Library: their identification and associations », dans Libraries within the Library. The Origins of the British Library’s Printed Collections, éd. Giles Mandelbrote et Barry Taylor, Londres, 2009, p. 89-97. Sur la manière codée employée par Sloane pour indiquer les prix, voir Margaret A. E. Nickson, « Sloane’s codes : the solution to a mystery », dans Factotum, t. 7, 1979, p. 13-18.

11 BL, Sloane ms. 3972C, en huit volumes ; index en deux volumes, BL, Sloane ms. 3972D. Les pages qui traitaient des manuscrits ont été retirées du volume principal et reliées séparément : BL, Sloane ms. 3972B. Pour une description plus détaillée, voir Margaret A. E. Nickson, « Hans Sloane, book collector and cataloguer », dans British Library journal, t. 14, 1988, p. 52-89.

12 BL, Sloane ms. 3972C, t. IV, fol. I v et 7, p. [861], 892. Voir l’étude de ces catalogues annotés: Giles Mandelbrote, « The organization of book auctions in late seventeenth-century London » et Thomas Anthony Birrell, « Books and buyers in seventeenth-century English auction sales », dans Under the Hammer. Book Auctions since the Seventeenth Century, éd. Robin Myers, Michael Harris et Giles Mandelbrote, New Castle (DE)/Londres, 2001, p. 15-50 et 51-64.

13 Alan Noel Latimer Munby et Lenore Coral, British Book Sale Catalogues 1676-1800, Londres, 1977.

14 Le rôle joué par les intermédiaires et les agents dans la formation de la bibliothèque de Sloane reste à étudier. Ainsi, en octobre 1698, le médecin et collectionneur Archibald Pitcairne (1652-1713) proposa à Sloane d’acquérir des livres pour lui dans les ventes aux enchères d’Edimbourg. Voir BL, Sloane ms. 4060, fol. 107, édité dans The Best of our Owne. Letters of Archibald Pitcairne, 1652 to 1713, éd. W. T. Johnston, Édimbourg, 1979, no 10.

15 La pièce la plus ancienne de la collection de Sloane semble être un catalogue de vente aux enchères de la bibliothèque de Lucas Trelcatius (Leyde, 1607) : BL, 821.e.2 (2) ; voir Otto Lankhorst, « Dutch book auctions in the seventeenth and eighteenth centuries », dans Under the Hammer..., p. 65-87.

16 Bert van Selm, « Dutch book trade catalogues printed before 1801 now in the British Library », dans Across the Narrow Seas. Studies in the History and Bibliography of Britain and the Low Countries Presented to Anna E. C. Simoni, éd. Susan Roach, Londres, 1991, p. 55-65.

17 Tous deux publiés à Leyde en 1667 ; BL, S.C. 846 (3) et (4).

18 Amsterdam, 1668, BL, S.C. 954.

19 Leyde, 1654, BL, S.C. 117 (7) ; Amsterdam, 1663 et 1670, BL, S.C. 117 (13) et S.C. 1 (8) ; Amsterdam, 1685 et 1686, BL, S.C. 1 (4) et (5). Aucun des catalogues de libraires ici mentionnés ne figure à la BNF.

20 Les numéros d’acquisition de Sloane sont les suivants : m.736 ; c.1914 ; w.878 ; g.385 ; R. 1441. Ces catalogues présentent de très petits formats.

21 BL, Sloane ms. 3972C, t. VI, fol. 100 (p. 2189).

22 BL, Sloane ms. 3972C, t. I, fol. 108v (p. CVI). Ces catalogues sont aujourd’hui reliés dans un ordre différent de celui décrit dans le catalogue de Sloane (BL, S.C. 846 et S.C. 847).

23 À l’exception de celui de Dulaurent, ils sont tous présents dans les collections de la BNF et décrits dans Françoise Bléchet, Les ventes publiques de livres en France 1630-1750. Répertoire des catalogues conservés à la Bibliothèque nationale, Oxford/Paris, 1991.

24 La BNF conserve un exemplaire annoté de manière similaire sous la cote Q. 1884. Cette collection forme le noyau du fonds qui appartient aujourd’hui à la bibliothèque municipale de Troyes.

25 Cat. Br, no 1028, 3106, 2388 et 3079.

26 BL, S.C. 847 (9) (Cat. libr., no 8).

27 F. Bléchet, Les ventes publiques..., p. 59. D’après les notes manuscrites de Jacques Quétif portées sur l’exemplaire de la Bibliothèque interuniversitaire de médecine (BIUM 7196), la seconde vente anonyme se composait de doubles (voir infra).

28 BL, S.C. 847 (10) ; F. Bléchet, Iss ventes publiques..., p. 61. Voir Léopold Delisle, « Sir Kenelm Digby and the ancient relations between the French libraries and Great Britain », dans The Library, t. 5, 1893, p. 1-15.

29 BL, Sloane ms. 3972C, t. I, fol. 138 v (p. CXXXII).

30 Cat. libr., no 616, 1909, 2081, 2082, 2735-2736 et 1766.

31 Ce catalogue de Laurent d’Houry diffère d’un autre circa 1697 du même libraire, présentant mêmes titre et collation (16 p.), présent également dans la collection de Sloane (BL, 820.C.4 (6)) ; tous deux diffèrent de Cat. libr., no 1528.

32 Liste datée de 1665 (Cat. libr., no 2765).

33 Cat. libr., no 598.

34 Jean-Dominique Mellot et Élisabeth Queval, avec la collaboration d’Antoine Monaque, Répertoire d’imprimeurs-libraires (vers 1500-vers 1810), Paris, 2004, no 3599. Voici une autre liste manuscrite datée de 1659, désignée comme « Catalogue of the books of Thomas Moett with the prizes » : elle ressemble moins à un catalogue commercial qu’à celui d’une bibliothèque privée ; BL, Sloane ms. 269.

35 BL, Sloane ms. 3972C, t. I, fol. 164 (p. 160).

36 Certains des catalogues de la foire de Francfort ayant appartenu à Sloane figurent sous la cote BL, C.106.g.1, t. II On trouve aussi un exemplaire du Catalogus universalis d’automne 1600 sous la référence BL, S.C. 846 (16).

37 BL, 821.h.58 et 821.h.57 ; aucun d’entre eux ne figure dans Cat. libr.

38 BL, 821.h. 1 (16) ; quatre fascicules de cette série figurent dans Cat. libr. (no 2710-2713). Sloane mentionne plus bas (1678 : 821.h.l (3*)) deux numéros du catalogue périodique publié par le libraire d’Amsterdam Joannes Janssonius van Waesberge, dont il possède en tout quinze numéros, parus entre 1677 et 1684.

39 BL, 821.h.1 (13) et 821.h.1 (12) ; voir F. Bléchet, Ces ventes publiques..., p. 59.

40 Les exemplaires de Sloane (respectivement BL, 821.h.1 (11) et 821.h.62) sont aujourd’hui les seuls connus. Sur Van Merstraten, voir Gerhard Loh, Die europäischen Privatbibliotheken und Buchauktionen, t. I, Leipzig, 1997, p. 82. Le catalogue de Jean Plasses, un in-4° de soixante-quatorze pages, n’est mentionné ni par le Catalogue collectif de France, ni par Cat. libr.

41 English Short Title Catalogue, no 4789 (BL, 821.h.56) et no 9979 (l’un des deux exemplaires connus : BL, C.120.b.l4).

42 Les exemplaires de Sloane sont les suivants : BL, 11906.e.11, 11906.e.8, 11906.e.1, 11906.e.5, 11906.e.15, C.194.b.36, 11906.e.17, 11906.e.27, 11906.e.6 et 11906.e.l8.

43 Catalogus librorum Lugduni, Parisiis, nec non in Italia, Germania, Belgio, & Hispania excusorum. Qui Lugduni in officina Horatii Cardon venales habentur, Lyon, 1615 (BL, S.C. 1 (2)).

44 Catalogue des livres imprimezpar le Sr Pierre Rigaud ; Et qui se trouvent à present, chez Claude Rigaud, & Claude Obert, Lyon, 1627 (BL, S.C. 90 (2)).

45 BL, S.C. 5 (Cat. libr., no 397).

46 BL, S.C. 95 (2) (Cat. libr, no 136).

47 BL, S.C. 18 (1-2) (Cat. libr., no 47-48).

48 BL, S.C. 8, S.C. 22 (Cat. libr., no 41) et S.C. 46 (Cat. libr., no 38).

49 BL, S.C. 924 (9) (Cat. libr, no 1548), S.C. 6 (Cat. libr., no 1549) et S.C. 30. La British Library conserve un autre exemplaire du catalogue d’Huguetan de 1637 (C.118.C.5 (6)), issu des collections de l’ancienne Bibliothèque royale, dans laquelle figure également un catalogue publié en 1615 par le libraire lyonnais Paul Frellon, riche en livres importés de nombreux pays (BL, S.C. 2 ; Cat. libr., no 1236).

50 Catalogus librorum Ioannis Antonii Huguetan, & Soc. [...] Designans Libros qui ejus Typis & impensis prodierunt aut quorum ipsi copia suppetit, nominatim ex Germania, Nundinisque Paschalibus Francofurti, Lyon, 1680 ; BL, 820.c.4 (5). Ce placard n’est pas connu de Rolf Engelsing, « Französische Verlegerplakate im Zeitalter Ludwigs XIV », dans Archiv fur Geschichte des Buchrvesens, t. 11, 1971, p. 806-856.

51 Sur Chouet, voir BL, S.C. 90 (7), S.C. 117 (10) (Cat. libr., no 608), S.C. 33, S.C. 253 (1) et S.C. 95 (1). Voir Georges Bonnant, Le livre genevois sous l'Ancien Régime, Genève, 1999 (Travaux d’histoire éthicopolitique, 53).

52 BL, S.C. 21 (Cat. libr., no 1032, sans la Continuatio).

53 Catalogus librorum, qui apud Haeredes Petri de la Roviere venales reperiuntur, Genève, 1626. L’exemplaire de Sloane porte la cote BL, S.C. 96 (1) ; un autre exemplaire (BL, 620.a.l (2)) provient de l’ancienne Bibliothèque royale. On en connaît également un à la bibliothèque Mazarine (22951 (10)).

54 BL, S.C. 110 (4) et S.C. 119 (3). Aucun d’entre eux n’est mentionné par English Short Title Catalogue. Le catalogue de Beaulieu, signé B6 et paginé 13-24, fait sans doute partie d’un catalogue plus vaste, à moins qu’il ne constitue le second fascicule d’une série ; il ne m’a pas été possible d’en identifier un exemplaire complet. Sur Jean de Beaulieu et Pierre de Varennes, voir Katherine Swift, « The French booksellers in the Strand: Huguenots in the London book trade, 1685-1730 », dans Proceedings of the Huguenot Society of Great Puritain and Ireland, t. 25, 1990, p. 123-139.

55 BL, 61.e.24 (2*).

56 BL, S.C. 846 (11).

57 BL, S.C. 846 (13): Catalogus librorum qui prodierunt ex officina typographica Pauli Frambotti Bibliopoloe Patavini, Padoue, 1654.

58 BL, S.C. 117 (9) : Catalogus librorutn Joannis à Ravesteyn. Catalogus van de boecken die Joannes van Pavesteyn heeft doen drucken, ofte van andere ghekocht, by hem te bekomen zijn, Amsterdam, 1656.

59 Pour un recensement plus détaillé de la collection de prospectus de Sloane, voir Giles Mandelbrote, « Sloane and the preservation of printed ephemera », dans Libraries within the Library..., p. 146-168.

60 Sur le développement de ce mode de publication dans l’Angleterre du XVIIe siècle: Sarah L. C. Clapp, « The beginnings of subscription publishing in the seventeenth century », dans Modem Philology, t. 29, 1931-1932, p. 199-224; ead., « The subscription enterprises of John Ogilbv and Richard Blome », dans ibid., t. 30,1932, p. 365-379; et ead., « Subscription publishers prior to Jacob Tonson », dans The Library, t. 13, 1932, p. 158-183.

61 Les prospectus ont été étonnamment négligés par les historiens du commerce du livre anglais, à l’exception notable de G. Pollard et A. Ehrman, The Distribution of Books..., chap. 9 (qui énumère trente prospectus imprimés antérieurs à 1680), et John Feather, English Book Prospectuses, Newtown/Minneapolis, 1984. Un programme de microédition de ces collections de documents entrepris par la bibliothèque Bodléienne s’est malheureusement interrompu après la publication des collections Gough et Johnson, riches d’environ cent quarante prospectus antérieurs à 1750 ; voir John Feather, Book Prospectuses Before 1801 in the John Johnson Collection, Oxford, 1976, et id., Book Prospectuses Before 1801 in the Gough Collection, Oxford, 1980.

62 BNF, Manuscrits, archives Ancien Régime, no 62, fol. 327 : Sloane à Bignon, 29 avril 1733. Pour les relations entre Sloane et l’abbé Bignon (1662-1743), voir Françoise Bléchet, « Un exemple d’échanges franco-anglais privilégiés : la correspondance entre Hans Sloane et l’abbé Bignon », dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, t. 292, 1991, p. 119-127.

63 Voir G. Pollard et A. Ehrman, The Distribution of Books..., p. 193.

64 Sur les bibliothécaires travaillant pour Sloane, voir M. A. E. Nickson, « Books and manuscripts... ».

65 Comme exemple de catalogue de libraire annoté par l’un des bibliothécaires de Sloane, voir l’in-4° de huit pages annonçant le fonds et les assortiments de Pierre-Jean Mariette en 1731 ; BL, S.C. 1034 (15).

66 BL, Sloane ms. 4039, fol. 106 : Humphrey Wanley (1672-1726) à Sloane, 30 mars 1703.

67 BL, S.C. 69 (Cat. libr., no 2084) ; sur la collection de Thomas Rawlinson, dispersée en seize ventes entre 1721 et 1734, voir Seymour de Ricci, English Collectors of Books and Manuscripts (1530-1930) and their Marks of Oivnership, Cambridge, 1930, p. 45-46. Les provenances des catalogues seront éclairées par la progression du Sloane Printed Books Catalogue, qui clarifie la structure générale de ses acquisitions.

68 Sur les doubles offerts à la bibliothèque Bodléienne, voir William Poole, « Francis Lodwick, Hans Sloane, and the Bodleian Library », dans The Library, t. 7, 2006, p. 377-418, particulièrement les p. 383-396.

69 La collection de prospectus de Sloane constitue sans doute une exception ; son goût en ce domaine était encouragé par H. Wanley et par le libraire john Bagford (1650-1716), qui lui procurait également d’autres sources documentaires sur l’histoire de l’imprimerie : voir Margaret A. E. Nickson, « Bagford and Sloane », dans British Libraty Journal, t. 9,1983, p. 51-55.

70 Sur l’usage par Gesner des catalogues de libraires, voir Conrad Gesner, Pandectarum libri XXII, Zurich, 1548, fol. 21, et les commentaires de G. Pollard et A. Ehrman, The Distribution of Books..., p. 47-48 ; sur la citadon des catalogues par L. Jacob, voir G. Mandelbrote, « La nouvelle édition de Graham Pollard... » ; sur les catalogues anciens compilés par Marchand en préparation de son travail sur l’histoire du commerce du livre, voir bibliothèque universitaire de Leyde, collection Prosper Marchand, no 22, p. 45-55.

71 On connaît deux remarquables collections de catalogues de libraires du XVIe siècle. L’une fut réunie par Jacques Bongars (1554-1612) et offerte à la ville de Berne en 1632 ; l’autre, constituée par Prospero Podiani (circa 1535-1617), a formé la base de la Biblioteca Augusta à Pérouse. Sur Podiani, voir Christian Coppens, « I cataloghi degli editori e dei librai in Italia (secoli XV-XVI) », dans Bibliologia, t. 3, 2008, p. 107-124.

72 Le catalogue manuscrit de l’ancienne Bibliothèque royale (BL, C. 120.h.6*), rédigé peu de temps après l’installation de la bibliothèque au British Museum, rassemble quelques catalogues du début du XVIIe siècle (p. 141-143) mais n’en compte aucun du XVIe siècle, si l’on excepte les catalogues de la foire de Francfort de 1592 et une mention effacée d’un Librorum tabernae et officinae Henricpetrinae, Bâle, 1583, dont on a perdu la trace. Sur la collection de catalogues du XVIe siècle d’Antoine-Augustin Renouard, voir Catalogue d'une précieuse collection [...] composant la bibliothèque defeu M. Antoine-Augustin Renouard, Paris, 1854, p. 345-346 ; G. Pollard et A. Ehrman, The Distribution of Books..., p. 67-69.

73 Alfred Franklin, Les anciennes bibliothèques de Paris, Paris, 1867-1873, t. I, p. 160-162 (sur Tralage), et t. II, p. 365-366 (sur Delaplanche). Sur le matériel bibliographique ayant appartenu à ces collectionneurs, voir G. Mandelbrote, « La nouvelle édition de Graham Pollard... », p. 58 : sur Tralage, voir bibliothèque Mazarine, Rés., A 14935 et 4243 ; sur Delaplanche, voir BNF, Q. 8635 (Cat. libr :, no 566) et Q.8930 (Cat. libr, :, no 1031) et enfin bibliothèque de la Sorbonne, 4° BS.b.126.

74 A. Franklin, Les anciennes bibliothèques..., t. II, p. 316. Sur les critiques formulées par les contemporains de Quétif à propos de ses préoccupations bibliographiques, voir Bruno Neveu, « La vie érudite à Paris à la fin du XVIIe siècle, d’après les papiers du P. Léonard de Sainte-Catherine », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 124,1966, réimpr. dans Bruno Neveu, Érudition et religion aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1994, p. 41.

75 La plupart des catalogues de Quétif se trouvent dans les deux recueils suivants : BIUM, 7196 et 40172. Quétif a également annoté de nombreux catalogues de vente de bibliothèques soit françaises soit des Pays-Bas du Sud (BIUM, 7197 et 7200). Voir la liste de ces catalogues en appendice.

76 B. Neveu, « La vie érudite à Paris... » ; voir aussi A. Franklin, Les anciennes bibliothèques..., t. II, p. 303-304.

77 B. Neveu, « La vie érudite à Paris... », p. 31-32 ; BNF, Manuscrits, fr. 22580-22591.

78 BIUM, 1112 ; on connaît un autre recueil factice de catalogues de libraires dont l’un porte un envoi au père Léonard (BIUM, 40295).

79 Cat. libr :, no 1243,1670 et 2611 ; sur cette bibliothèque, confisquée en 1790, voir A. Franklin, Les anciennes bibliothèques..t. II, p. 281-286.

80 BIUM, 7199 et 7258. Sur ces libraires, voir Christoph Reske, Die Buchdrucker des 16. und 17. Jahrhunderts in deutschen Sprachgebiet, Wiesbaden, 2007. Sur le placard publié par Waldkirch et les héritiers de Peter Perna [circa 1585], voir Günter Richter, « Bibliographische Beiträge zur Geschichte buchhändlerischer Kataloge im 16. und 17. Jahrhundert », dans Beitràge zur Geschichte des Buches und seiner Funktion in der Gesellschaft. Festschrift für Hans Widmann zum 65. Geburtstag, Stuttgart, 1974, p. 183-229. Le placard publié par Waldkirch (1591) est reproduit dans Karl Waldkirch, 100 Jahre Waldkirch, Ludwigshafen, 1971, p. 118 (cet exemplaire est aujourd’hui perdu). Voir aussi G. Pollard et A. Ehrman, The Distribution of Books..., p. 282, et G. Richter, « Bibliographische Beiträge zur Geschichte... », p. 197-198. Je remercie Christian Coppens pour ses conseils sur les placards.

81 Les annotations manuscrites portées sur les catalogues de la Bibliothèque interuniversitaire de médecine (Paris) par Jacques Quétif et par d’autres suggèrent une révision des dates proposées dans G. Mandelbrote, « La nouvelle édition de Graham Pollard... », p. 49-76, et dans Catalogues de libraires...

Table des illustrations

Légende Figure no 1. Catalogue des livres mis en vente par la veuve d’Edme II Martin en 1683, mêlant les publications de la libraire et des titres importés principalement d’Allemagne et des Pays-Bas (Cat. libr., no 2080). En page de titre, le numéro d’acquisition de Sloane (o:122) et une annotation codée en symboles alchimiques et astronomiques donnant le prix acquitté pour ce catalogue : 2 d. en 1691. BL, S.C. 16.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Figure no 2. Différents genres de catalogues de libraires, publiés principalement en France entre 1600 et les années 1660, figurent sur cette page autographe du catalogue de la bibliothèque de Sloane. BL, Sloane ms. 3972C, t. l, fol. 108v (p. CVI).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure no 3. Cette page du catalogue de la bibliothèque de Sloane mentionne des catalogues de libraires de 1600 à 1690 venus de toute l’Europe. Au bas de la page, on remarque le premier catalogue de vente aux enchères anglais, annonçant la vente de la bibliothèque de Lazarus Seaman en 1676. BL, Sloane ms. 3972C, t. I, fol. 164 (p. 160).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Figure no 4. Un catalogue in-4° de vingt pages publié en 1622 par le libraire de Bâle Ludwig König, présentant les livres par sujet, les titres en latin étant suivis de ceux en allemand. En page de titre figure le numéro d’acquisition de Sloane : d.395. BL, 821.h.58.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Figure no 5. Ce catalogue publié par Jean Plasses de Nîmes en 1664 révèle le réseau de distribution permettant la diffusion dans les provinces françaises des livres venus de Lyon, de Paris ou d’ailleurs. Ce riche catalogue in-4° de soixante-quatorze pages propose des titres principalement français, présentés par sujets, parmi lesquels figurent la théologie, le droit, l’histoire, la médecine, la philosophie et les mathématiques. BL, 821.h.62.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Figure no 6. À Venise, en 1682, ce petit catalogue de quatre-vingt-seize pages de format in-12 propose des livres récents, en latin et en italien, principalement imprimés en Italie. Comme le suggèrent le nom du libraire et sa devise, Giovanni Giacomo Hertz était actif dans le commerce international du livre.Numéro d’acquisition de Sloane : k.744. BL, S.C. 110 (2).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Figure no 7. La première page de ce catalogue du fonds de Paolo Frambotti publié en 1654 à Padoue réserve un espace libre pour noter à la main le prix des livres. BL, S.C. 846 (13).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Figure no 8. La première page du catalogue de Johannes van Ravesteyn (Amsterdam, 1656) mentionne des prix présentés en colonnes et garde un espace libre permettant d’ajouter ultérieurement des titres nouveaux. BL, S.C. 117 (9).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Figure no 9. Prospectus de livres imprimés figurant au catalogue de Sloane, datés circa 1705, publiés, pour la plupart, par des libraires londoniens entre 1680 et 1702 ; certains prospectus proposent des cartes et atlas ou des grandes collections érudites sorties des presses universitaires d’Oxford ou de Cambridge.BL, Sloane ms. 3972C, t. III, fol. 156v (p. 739).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Figure no 10. Placard publié à Bâle en 1580, jusqu’ici non décrit, proposant des titres imprimés pour Eusebius Episcopius, qui géra l'Officina Hervagiana autour de 1568, à la suite de la mort de Johann Herwagen. BIUM, 7199.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Figure no 11. Un catalogue jusque-là inconnu (Bâle, 1592) proposant des titres publiés par les frères Nikolaus II Episcopius et Eusebius Episcopius, présentés par sujets, en vente dans la boutique de Hieronymus Gemusaeus. BIUM, 7199.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre I. — Catalogues de libraires des XVIe et XVIIe siècles à la bibliothèque interuniversitaire de médecine (Paris)81
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre II — Catalogues imprimés de ventes de livres des XVIe et XVIIe siècles à la bibliothèque interuniversitaire de médecine
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1508/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540