Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Livre entre le commerce et l'histoire des idées

 | 
Annie Charon
, 
Claire Lesage
, 
Ève Netchine

Deuxième partie. Pratiques commerciales

Henry George Bohn et son Guinea Catalogue de 1841 : une première approche

Anita Van Elferen

Résumé

Henry George Bohn (1796-1884) est surtout connu pour l’édition des « Bohn Libraries », mais il fut aussi un grand libraire. Il commença par vendre des livres anciens, mais bientôt se tourna vers le commerce des surplus d’éditions. En 1841, il fit paraître son Guinea Catalogue, ce nom faisant référence à son prix : une guinée. Publier de volumineux catalogues fut brièvement en vogue au XIXe siècle, en particulier à Londres ; mais celui de Bohn constituait le plus gros catalogue jamais publié jusque-là par un libraire. Sous le titre A Catalogue of Books, le catalogue contient 23 208 notices pour 1 948 pages. Au total, il décrit quelque trois cent mille volumes. Il est divisé en vingt-sept sections et l’on y trouve des livres pour tous les goûts, anciens ou issus de fonds de librairie invendus. Cent cinquante-deux pages sont consacrées à ces derniers, dans une disposition totalement différente de celle employée pour les livres anciens : les descriptions y sont plus longues et recourent à des caractères en différents corps. C’est que Bohn dispose de nombreux exemplaires de chacun des ouvrages décrits : meilleure est la notice, plus les chances de vendre l’ouvrage sont bonnes. Disponibles en un seul exemplaire, les livres anciens sont décrits plus brièvement. Le Guinea Catalogue n’est pas connu autant qu’il le mérite : il offre un éclairage utile sur le commerce des livres au XIXe siècle et constitue toujours un important ouvrage de référence.

Texte intégral

1Le 25 août 1884, le New York Times publia la nécrologie d’Henry George Bohn, libraire, éditeur, bibliographe, décédé le 22 août à Twickenham en Angleterre. Connu pour ses publications en séries, notamment sa collection appelée « Bohn Libraries », il est mentionné dans des milliers d’ouvrages, surtout entre le milieu et la fin du XIXe siècle, mais il n’a fait l’objet d’aucune biographie complète. C’était pourtant un excellent entrepreneur et l’un des meilleurs libraires de son temps.

  • 1 D’après une ancienne tradition allemande, chaque élève devait apprendre un métier, même les élèves (...)

2Né le 4 janvier 1796 à Londres, Bohn est le fils d’un immigré allemand, John Martin Bohn, qui avait appris le métier de relieur à l’école1. Cadet d’une famille aristocrate, il devait gagner sa vie et avait choisi d’exercer le métier de relieur à son arrivée à Londres en 1795. Installé d’abord dans Frith Street, dans le quartier de Soho, il déménagea en 1814 à Covent Garden (Henrietta Street), où il ouvrit une librairie de livres anciens. Entre-temps, il s’était marié avec Elizabeth Watt, la nièce de James Watt.

3Le jeune Henry, qui avait débuté sa carrière à l’âge de seize ans dans la librairie de son père, parlait plusieurs langues et était ambitieux ; très vite, John Martin l’envoya à l’étranger à la recherche de livres pour la librairie familiale. Dans la période troublée qui suivit la Révolution française et à l’époque de Napoléon, beaucoup de vieilles familles du Continent et d’institutions religieuses étaient prêtes à vendre leur bibliothèque plutôt que de la voir se perdre. Ce fut une bonne expérience pour Henry, qui continua de travailler avec son père pendant dix-neuf années.

4À l’âge de trente-cinq ans, en 1831, Henry George Bohn se maria avec Elizabeth Simpkin. Son père ayant refusé de l’associer à ses affaires, il fonda sa propre librairie. On ne connaît pas les raisons précises de cette décision, mais on sait que ce fut son beau-père, William Simpkin, qui l’aida financièrement à établir sa propre entreprise. Très bon libraire et excellent entrepreneur, il connut un succès tel qu’il finit, beaucoup plus tard, par racheter le stock de son père et de ses frères.

5À ses débuts, il se contenta du commerce de livres anciens, comme il l’avait toujours fait avec son père, et bâtit ainsi sa réputation. Mais au bout de quelques années, il commença à développer le commerce des surplus d’éditions (ou « remainders » en anglais) car il pressentait que cela serait plus lucratif que la vente des livres anciens. Il racheta non seulement des stocks d’invendus d’éditeurs mais aussi, quand il le put, le copyright. Cela lui permit de rééditer les livres dont il possédait les droits ; il reste connu jusqu’à nos jours comme l’éditeur des « Bohn Libraries », ces séries de rééditions en format in-8° reliées ensemble sous une couverture portant le nom de Bohn. On trouve sur les contregardes des couvertures imprimées de ces livres le catalogue complet de ses publications ; en homme d’affaires avisé il tentait, non sans succès, de profiter de chaque occasion !

6Bohn prit sa retraite en 1864, à l’âge de soixante-huit ans. Il vendit alors à Bell & Daldy et Chatto & Windus l’ensemble de son fonds de librairie et les copyrights de ses séries. Quant aux livres anciens, ils furent dispersés au cours de plusieurs ventes aux enchères chez Sotheby’s en 1868,1870 et 1872. Ces ventes, qui devaient durer plus de cinquante jours, rapportèrent en tout la somme de 13 300 livres. Il se consacra ensuite entièrement à sa passion : sa collection d’objets d’art ; il s’éteignit en 1884 à l’âge de quatre-vingt-huit ans.

7L’année même où Henry G. Bohn fonda sa propre librairie, en 1831, il publia aussi son premier catalogue. Il n’y avait là rien de très nouveau car de nombreux libraires et éditeurs avaient fait de même avant lui. Plus originale en revanche est la taille du catalogue : au XIXe siècle, quelques marchands, notamment à Londres, avaient publié durant quelques années des catalogues volumineux mais cela n’avait pas duré, en raison de leur confection laborieuse et coûteuse et de l’impossibilité pour un libraire seul d’avoir en stock tous les ouvrages décrits dans un tel catalogue. Aussi, en dépit de leur utilité comme outils de référence hier comme aujourd’hui, ces gros catalogues disparurent assez vite. Le meilleur exemple de ce genre de catalogue reste le Guinea Catalogue d’Henry G. Bohn, publié à Londres en 1841.

8À sa parution, le Guinea Catalogue était le plus volumineux catalogue qu’un libraire ait jamais réalisé. Le premier catalogue de Bohn, paru en 1831, comptait mille soixante et un titres décrits dans des notices bibliographiques commentées, notices qu’on retrouvera dix ans plus tard dans le catalogue de 1841. En 1825, Payne and Foss, libraires de Londres, avaient publié un catalogue de dix mille cinquante et un articles et on en connaît à la même période de plus gros et plus détaillés encore, notamment celui de Longman, Hurst, Rees, and Co., qui décrit environ dix-sept mille articles.

  • 2 Une guinée de 1841 vaut environ 200 euros de 2008.

9Le Guinea Catalogue tire son nom de la guinée dont il fallait s’acquitter pour l’acquérir lors de sa publication, somme assez considérable à 1’époque2. Le titre de l’ouvrage est bref : A Catalogue of Books (« catalogue de livres ») (figure no 1).

Figure no 1. Le Guinea Catalogue, 1841, page de titre. Knuf Rare Books.

Figure no 2. Le Guinea Catalogue, 1841. Knuf Rare Books.

10Mais les dimensions de l’objet sont remarquables : épais de 12 centimètres, il mesure 22 sur 15 centimètres et pèse presque trois kilos (figure no 2). Avec ses mille neuf cent quarante-huit pages et ses vingt-trois mille deux cent huit notices de livres, c’est un monument. Au total, trois cent mille volumes y sont décrits avec leurs prix et des notices détaillées. Bohn y ajoute même, à la fin, cent cinquante-deux pages de livres issus de « remainders » qu’il vend à des prix plus bas.

11Le catalogue est divisé en vingt-sept sections : livres avec estampes, architecture, numismatique, héraldique, histoire naturelle, médecine, physique, métaphysique, droit, langues, bibliographie, histoire d’Angleterre, d’Irlande, et d’Ecosse, voyages, littérature nordique, littérature orientale et hébraïque, jeux et sports, poésie néo-latine, auteurs classiques en latin et grec, bibles et Nouveaux Testaments, miscellanées en latin et en grec, livres français, livres italiens, livres espagnols et portugais, livres allemands, manuscrits, livres anglais et, pour finir, ouvrages dont il a racheté tout le stock. Plusieurs sections comportent des subdivisions, notamment l’histoire naturelle. Leur ampleur varie : « architecture » occupe dix-neuf pages, « histoire naturelle » quatre-vingt-dix pages, « bibliographie » soixante-huit pages et la plus développée, celle des « livres anglais », compte sept cent quatre-vingt-quatorze pages. Dans chaque section, les livres sont présentés par ordre alphabétique.

12Les motifs d’une telle entreprise ne sont qu’en partie explicités par l’introduction signée du libraire lui-même. Bohn y souligne l’ampleur inégalée du stock décrit et l’effort constant qu’il lui a fallu fournir pour constituer le plus vaste assortiment de livres réuni par un seul libraire. Faisant l’éloge de son œuvre, il en mentionne le coût, qui s’élève à deux mille livres sterling, coût justifié par l’espoir d’élargir sa clientèle. Il propose aussi ses services pour procurer à ses clients tout titre absent du catalogue. Enfin, il affirme que ses prix bien étudiés sont établis pour le plus grand bénéfice de ses clients. En ce qui concerne le catalogue proprement dit, il explique qu’il a ajouté des notes bibliographiques et littéraires pour retenir l’attention du lecteur, que la classification est arbitraire et que plusieurs personnes ont contribué à ce catalogue. Le libraire précise enfin qu’il y a trois libraires à Londres qui portent le nom de Bohn, son père, son frère et lui-même (figure no 3), et demande au lecteur de ne pas les confondre, mise en garde qu’il ne va cesser de répéter dans ses catalogues suivants.

13On sait peu de chose des circonstances dans lesquelles le Guinea Catalogue a été élaboré. On ignore quand Bohn a commencé cet énorme travail, sans doute dès la fondation de sa propre librairie, en 1831, soit environ dix ans avant la publication du catalogue. Comme il le précise, sans toutefois nous dévoiler leurs noms, Bohn n’est pas l’unique rédacteur de ses catalogues : dès le catalogue de 1831, on reconnaît ainsi le style du bibliographe William Thomas Lowndes, qui, issu d’une famille de libraires comptant trois générations, fut obligé, en raison de difficultés financières, de fermer sa librairie pour travailler avec Bohn, probablement dès 1831, avant de publier en 1834 le Bibliographer’s Manual of English Literature. On ne doit pas voir l’un des rédacteurs en la personne de Bernard Quaritch, le célèbre libraire anglais, qui a commencé sa carrière chez Bohn, car il n’arrive à Londres qu’en 1842, soit un an après la publication du catalogue. Notons cependant qu’il s’inspirera du Guinea Catalogue quand, des années plus tard, il publiera lui aussi un gros catalogue, non pas en un mais en plusieurs volumes.

Figure no 3. Le Guinea Catalogue, 1841 ; couverture intérieure représentant la librairie Bohn. Knuf Rare Books.

14La partie du catalogue de Bohn consacrée aux livres anciens est beaucoup plus qu’une simple liste de livres avec leur prix. Les notices fourmillent de notes bibliographiques plus ou moins développées rassemblées en différentes sections : la « bibliographie », assez succincte, est suivie des « livres en anglais » puis des « livres français »... Les descriptions sont si précises qu’il est aisé d’identifier les livres décrits, ce qui n’est pas toujours le cas dans d’autres catalogues. Dans chaque notice figurent systématiquement le nom de l’auteur, le titre, le lieu et la date de publication, le format et souvent l’éditeur. Les commentaires reprennent fréquemment les journaux du moment, mais Bohn utilise aussi Dibdin, Horne, Peignot, Hallam et même Lowndes. Il ne donne que rarement la source de la citation mais mentionne parfois l’auteur ou le titre du livre ou même les deux. De temps en temps, on trouve des notices très courtes ou des références à d’autres ouvrages, par exemple le numéro 21 150, qui indique seulement « Seneca’s Works, in English voir numéro 9349 etc. ». Parfois, et ceci dans tout le catalogue, on trouve des ouvrages sans numéro, ou portant le numéro 00 000 ; ceux-ci ne peuvent correspondre qu’à l’indication de corrections ou encore d’acquisitions récentes que Bohn voulait ajouter au dernier moment sans renuméroter tout le catalogue, ce qui aurait alors été une énorme tâche pour l’imprimeur – imaginez renuméroter plus de vingt-trois mille notices sans faire d’erreur. On remarque que Bohn a choisi une solution pratique pour résoudre le problème.

  • 3 Guinea Catalogue, no 6361 (Possevino).
  • 4 Guinea Catalogue, no 5747 (Balaei) et no 6554 (Balaei), « Histoire anglaise ».

15Difficilement comparable, du fait de son envergure, aux autres catalogues de son époque, le Guinea Catalogue n’a rien d’éphémère : il a été conçu pour être utilisé dans la longue durée. La section « bibliographie » comporte huit cent trente-quatre titres dont environ 80 % sont datés. Environ 60 % de ceux-ci ont été publiés au XIXe siècle, 38 % au XVIIIe siècle et 2 % au XVIIe siècle (quinze titres). Le XVIe siècle est représenté par seulement deux titres : « Possevini, (Ant.). Bibliotheca Selecta de ratione studiorum [...] » publié à Rome en 15933 et « Balei Scriptorum Illustrium Majoris Angliae et Scotiae Catalogus, Basiliae 1557-1559 »4 ; cet ouvrage, le plus ancien de la section « bibliographie », est qualifié de « rare », et le prix est de 4 livres ; la notice, qui ne comporte que quatre lignes, consiste en une citation de Dibdin. On retrouve d’ailleurs ce livre et sa notice dans la section « histoire anglaise, irlandaise et écossaise ». D’après sa provenance (« from the Bannatyne Library »), il s’agit du même exemplaire.

16Les livres de cette section « bibliographie » sont en plusieurs langues. Sur les sept cent quarante titres dont on peut déterminer la langue, environ 46 % sont en anglais, 20 % en latin, 18 % en français, 8 % en allemand et 6 % en italien. Les 2 % restant sont des livres écrits en espagnol (cinq titres), portugais (deux titres) et néerlandais (deux titres), auxquels s’ajoutent quelques ouvrages dans d’autres langues. La sous-section des « magazines » (cinquante et un numéros) comporte seulement des ouvrages en anglais avec une exception, la Revue encyclopédique, suivie de la seule mention : « voir livres en français ». Les magazines datent presque tous du XIXe siècle et sont presque tous écrits en anglais. Bohn n’avait-il pas la possibilité d’acheter des revues dans d’autres langues, notamment en français, ou n’avait-il pas de clientèle pour ces publications ?

  • 5 Thomas Frognall Dibdin (1776-1847), bibliographe anglais, connu pour ses ouvrages sur le livre com (...)

17On trouve des ouvrages publiés par Bohn lui-même, comme certains livres écrits par Thomas Frognall Dibdin, le célèbre bibliographe anglais5, représenté par trente-neuf numéros (certains titres étant présents plusieurs fois dans des éditions, des formats et des reliures différents). Les catalogues, nombreux, sont divisés en cinq sous-sections :

  1. catalogues des manuscrits (no 5840-5844) ;
  2. catalogues des bibliothèques publiques et privées en Angleterre (no 5845-5862), comprenant notamment plusieurs catalogues des collections du British Museum ;
  3. catalogues des bibliothèques vendues aux enchères en Angleterre (no 5863-5899), comme les catalogues de Borromeo, 1817, Heber, 1834-1837, Kloss, 1835, Roxburghe’s, 1812 ;
  4. catalogues des collections publiques et privées à l’étranger, y compris les collections vendues aux enchères (no 5901-5924) : Crevenna (Amsterdam, 1776), Hoym (Paris, 1738), Mac-Carthy Reagh (Paris, 1815-1817), Meerman (La Haye, 1824) ;
  5. catalogues d’estampes (no 5925-5932).

18On peut noter l’absence de catalogues des libraires.

  • 6 Guinea Catalogue, no 14666: William West, Fifty Years’Recollections of an OldBookseller, 1837, et (...)

19La section « livres en anglais » comporte, comme on peut s’y attendre, presque exclusivement des livres écrits en langue anglaise et quelques rares ouvrages en latin. C’est la section la plus vaste, qui compte près de dix mille titres, publiés pour la plupart aux XVIIIe et XIXe siècles. On y trouve des livres sur tous les sujets : histoire, voyages, théologie, médecine et même les mémoires d’un libraire6. On y rencontre également, sous les numéros 16237 à 16253, les ouvrages de Dibdin ; ce sont pour la plupart les mêmes titres que dans la section « bibliographie », mais il s’agit d’autres exemplaires.

  • 7 Voir Guinea Catalogue, no 6016: « Bibliographical, Antiquarian and Picturesque Tour in the Norther (...)
  • 8 Bohn vend cet exemplaire 5 livres 5 s., bien qu’il manque quatre folios au début et cinq en fin de (...)
  • 9 Guinea Catalogue, no 14776.
  • 10 Guinea Catalogue, no 14777.

20On peut noter aussi, fait curieux, que des exemplaires identiques ne se voient pas forcément assigner les mêmes prix. Bohn n’a probablement pas vérifié le prix de chaque livre avant de publier son catalogue, à moins que les prix n’aient changé au cours de la rédaction du Guinea Catalogue7. Sans doute Bohn ne s’attendait-il pas à ce que ses clients lisent le catalogue entièrement et comparent les différents prix ! On y relève quelques trésors : « Bartholomaeus Glanvilla, De proprietatibus rerum imprimé par Wynkyn de Worde », décrit dans la notice par une citation du même Dibdin, qui y voit l’ouvrage le plus accompli qui soit sorti des presses de Wynkyn de Worde8. Dans cette section, Bohn utilise un caractère gothique pour les livres du XVIe siècle, parmi lesquels on relève : Sébastien Brant, Shippe of Folys, dans deux éditions, l’une chez Pynson en 15099, dans un exemplaire décrit comme imparfait, mais sans précision, pour un prix de 3 livres 3 s., et le Ship of Fooles chez Cawood, en 157010, un bon exemplaire, pour 5 livres 5 s. Les Canterbury Taies par Chaucer sont représentés par sept numéros : sous le numéro 15509, on trouve les cent cinquante-deux premières pages de la première édition par Pynson et les cinq cent quatre-vingt-douze pages suivantes de l’édition de Godray de 1532, au prix de 4 livres 14 s. 6 d. ; le numéro 15511 (le 15510 n’existe pas) est une édition de 1561 par John Stowe et, sous les numéros 15512 à 15517 (le 15516 n’existe pas), les autres éditions datant des XVIIIe et XIXe siècles, la plus moderne étant une édition par Pickering de 1830, pour 2 livres 5 s.

  • 11 Guinea Catalogue, no 4412.

21On remarque partout dans le catalogue des mentions en lettres majuscules, destinées à attirer l’attention des acheteurs, par exemple : « VÉRITABLE EDITION ELZEVIER » ou, pour l’œuvre de Giordano Bruno (une série de dix-neuf volumes auxquels il consacre quatre pages et demie et qu’il offre pour 42 livres), « SI LES PRIX LES PLUS ÉLEVÉS POUR LESQUELS CHAQUE VOLUME A ÉTÉ VENDU AVAIENT ÉTÉ ADDITIONNÉS, LE MONTANT SERAIT SUPÉRIEUR À 150 L. »11. À la fin du catalogue, précédant la partie dédiée aux surplus d’éditions, se trouve un index de douze pages consacré aux ouvrages sur la topographie anglaise recensés dans la section « livres en anglais » et dans tout le catalogue. Bohn donne une liste des régions d’Angleterre puis du Pays de Galles, de l’Écosse et enfin de l’Irlande. Cela correspond sans doute à une part importante de ses ventes, puisque c’est le seul index consacré aux livres anciens, mais cela pourrait être aussi une initiative du rédacteur de cette section. Il est difficile d’en décider.

22La troisième section, « livres français » (figure no 4), est plus réduite que la section « livres en anglais », ce qui n’a rien d’étonnant. Bohn est un libraire anglais, qui dispose d’une clientèle plus abondante pour des livres en langue anglaise que pour des livres français. Le titre « livres en français » aurait été plus approprié car dans cette section, on ne trouve que des livres écrits en français mais qui ne sont pas toujours publiés en France : ce sont bien souvent des éditions des Pays-Bas, d’Angleterre ou d’Allemagne.

  • 12 Guinea Catalogue, no 11667.
  • 13 On peut citer : Martinus Polonus, Cronique Martinienne de tous les Papes qui furent jamais, et fin (...)
  • 14 Guinea Catalogue, no 11336-11339.
  • 15 Guinea Catalogue, no 11346.

23On trouve en tout mille onze ouvrages, dont environ 70 % sont datés. On remarque qu’environ 47 % d’entre eux ont été publiés au XVIIIe siècle et seulement 35 % au XIXe siècle ; 12 % datent du XVIIe siècle, 6 % du XVIe siècle et un seul du XVe siècle, « Gringore, Casteau de Labour, et aulcunes Ballades » imprimé à Paris par Simon Vostre en 1499, signalé comme incomplet12. Signalons les livres français du XVIe siècle qui semblent particulièrement fournis si on les compare aux deux titres de « bibliographie » et aux vingt-sept de la section « livres anglais »13. Dans cette partie, on trouve aussi une petite section « romances (ancien français) » qui comporte onze titres, non seulement du XVIe siècle mais aussi des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Pourquoi Bohn les a-t-il ainsi mis en valeur ? Des raisons commerciales sont peu probables pour onze titres seulement. Les autres sections sont plus attendues : la littérature, l’histoire, les voyages. On relève un ouvrage récent sur la prostitution, publié à Bruxelles en 1837 : Parent-Duchâtelet, De la prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport de l’hygiène publique, de la morale et de l’administration. Pour rédiger les notices de cette section, Bohn utilise beaucoup le Manuel du libraire de Brunet et la Biographie universelle de Michaud. On retrouve aussi Michaud et Brunet parmi les autres livres français14. Bohn donne parfois les caractéristiques de certains livres, comme la provenance, ou mentionne par exemple qu’un livre a été relié par Derôme, le célèbre relieur français15.

24Bien qu’il eût commencé comme libraire de livres anciens et qu’il se fût fait un nom dans ce domaine, Bohn voyait plus de profit dans les ventes des « remainders ». Homme d’affaires avisé, il rencontra un énorme succès dans ce domaine, ce qui explique pourquoi une grande part du Guinea Catalogue est dédiée à ce type de marchandise. Le catalogue se termine en effet par cent cinquante-deux pages consacrées aux surplus d’éditions ou, comme les appelle Bohn sur la page de titre de cette partie du catalogue, aux « livres neufs, précieux, et très importants dont l’annonceur a acheté les éditions entières ou les surplus des éditions qu’il offre ici à des prix très réduits ». Il rappelle son nom et l’emplacement de son magasin et renouvelle ses recommandations sur l’importance d’indiquer son prénom et son adresse complète, pour éviter les confusions et les erreurs. Il termine en expliquant que tous les livres de ce catalogue lui appartiennent, qu’ils sont neufs ou comme neufs. Le catalogue des « remainders » présente une mise en page typographique complètement différente de l’autre partie du Guinea Catalogue. Une grande place y est réservée à la description des livres, avec en général un ou deux livres par page et parfois même trois pages pour un seul ouvrage. Bohn utilise plusieurs caractères en différents corps et recourt fréquemment au gras pour mettre en valeur le nom de l’auteur, le titre et le prix (prix d’éditeur et prix de rabais, dans la plupart des cas réduit de 50 % ou même plus). Les commentaires sont imprimés en caractères plus petits pour éviter que le lecteur ne commence par la lecture de la notice avant d’avoir noté le prix. Contrairement à ce qu’il pratique pour les livres anciens, Bohn donne beaucoup d’informations : il énumère ainsi assez souvent la liste de toutes les planches d’un livre et cite longuement les articles parus dans des journaux et des revues, comme la Literary Gazette, le Court journal, le Times, le Metropolitan, la Quarterly Review et le Gentleman’s Magazine. Il cite aussi le Bibliographer’s Manualof English Uterature de Lowndes et la Biographie universelle de Michaud, ouvrage qu’il propose à ses clients et auquel il consacre une page entière de description. Les cinquante et un volumes vendus 24 livres sont proposés par Bohn presque à moitié prix ! Dans cette partie du catalogue, les livres sont presque tous en anglais. Bohn ne donne pas le nom des éditeurs et n’indique que rarement la date de publication. Veut-il ainsi éviter que l’acheteur ne juge les livres démodés et sans intérêt ? Il est normal que Bohn consacre plus de place aux notices des « remainders », dont il possède tout le stock. Avec une seule notice, il peut vendre plusieurs ouvrages et plus la description est tentante, plus il a de chance d’en vendre. En outre il peut réutiliser les mêmes descriptions dans ses catalogues successifs. Rien de tel pour les livres anciens : une fois l’exemplaire unique vendu, la description ne sert plus à rien.

Figure no 4. Livres en français dans le Guinea Catalogue, 1841. Knuf Rare Books.

25On trouve à la fin (pages 147-148) un index des livres à prix réduit, puis le nom et l’adresse de l’imprimeur du Guinea Catalogue : « G. Norman, Printer, Maiden Lane, Covent Garden ». Ensuite, comme tout libraire, Bohn évite de laisser les quatre dernières pages blanches et les occupe par quelques ultimes descriptions de livres récents. Les sujets en sont très divers : beaucoup de livres de voyages, d’architecture, d’histoire, mais aussi de théologie ou d’histoire naturelle et même un peu de bibliographie et de littérature. Il y en a pour tous les goûts, comme le montrent les titres suivants : Memoirs of Napoleon, His Court and Family par Madame Junot, la duchesse d’Abrantès, pour 12 s. ; Richardson’s Ichthyologia Boreali-Americana, or Natural History of the Fishes of North America par John Richardson, pour 1 l. 4 s. ; Marsden’s History of Sumatra pour 1 l. 4 s., dont le prix original était 3 l. 13 s. 6 d.; The Splendid Library Edition of Ford Byron’s Works. The Complete Poetical Works of Ford Byron. Murray’s New and Beautifully Printed Edition, just Published, pour 3 l. 3 s. ; Recueil des causes celebres, et des arrêts qui les ont decidées ; redigées par Maurice Mejan [...], seconde édition, Paris, 1808, pour un prix de 1 l. 11 s. 6 d., l’un des rares ouvrages de cette partie pour lequel Bohn donne la date de publication ; Waltoni prolegomena in biblia polyglotta, cum notis dati et variorum par F. Wrangham, publié à Cambridge en 1828, où l’éditeur est même précisé : la Cambridge University Press ; le nouveau prix est de 14 s. Et dans la série « library of anecdote », on trouve The Book of Table Talk par Charles Bucke, à 8 s. Bohn a donc constitué une sélection suffisamment variée pour espérer les vendre et n’a pas oublié de proposer un index, outil commode qui permettait aux clients de se repérer assez vite, sans avoir à lire les cent cinquante-deux pages qui composent la sélection.

26Le Guinea Catalogue n’est pas connu autant qu’il le mérite. On le considère comme un simple catalogue de libraire et l’intérêt pour ce genre d’ouvrage est assez récent. Il est pourtant plus que cela, sans pour autant en faire un ouvrage scientifique, ce qui n’était sûrement pas la préoccupation de Bohn. Très bon libraire et fin connaisseur en la matière, Bohn était probablement surtout un marchand qui gagnait sa vie avec des livres et qui savait saisir chaque occasion pour en tirer un bon prix. Néanmoins, et bien que là n’en soit pas le but premier, le Guinea Catalogue est un ouvrage dont l’utilité demeure : on y observe le marché du livre et ses prix vers le milieu du XIXe siècle. On y trouve des précisions bibliographiques qui éclairent le regard porté sur certains ouvrages au moment de la publication du catalogue et qui, pour la plupart, restent intéressantes et valables aujourd’hui. Ce catalogue d’une richesse si peu commune et dans des domaines si variés reste et restera une source importante pour les recherches sur le livre, tout particulièrement pour le XIXe siècle.

27Certaines de mes interrogations sont restées sans réponse et l’on peut en poser d’autres encore sur Henry George Bohn et sur son Guinea Catalogue, qui mériteraient toute l’attention des historiens.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bigmore (Edward Clements) et Wyman (Charles William Henry), A Bibliography of Printing, Londres, 1884-1886, 3 t. en 2 vol.; 2e éd. New York, 1945, p. 70.

Bohn (Henry George), A Catalogue of Books, Londres, 1841, p. I-II.

Bohn (Henry George), A Catalogue of Books. With a New Introduction by Francesco M. Cordasco, New York, 1974.

Cordasco (Francesco), The Bohn Libraries. A History and a Checklist, New York, 1951 (Burt Franklin Bibliographical Series, 5).

Folter (Raoul) et Breslauer (Bernard), Bibliography, its History and Development, catalogue d’exposition (Grolier Club, 21 avril-6 juin 1981), New York, 1984, no 125.

Glaister (Geoffrey Ashall), Glossaty of the Book. Terms Used in Papermaking, Printing, Bookbinding and Publishing with Notes on Illuminated Manuscripts and Private Presses, Londres, 1960, p. 37; 2e éd. Londres/Boston/Sydney, 1979.

Mumby (Frank Arthur), Publishing and Bookselling, Londres, 1930, p. 314-317, 318; éd. revue et révisée, Londres, 1974.

Munby (Alan Noel Latimer), Phillipps Studies, t. III: The Formation of the Phillipps Ubrary up to the Year 1840, Cambridge, 1954, p. 92-93; t. IV: The Formation of the Phillipps Ubrary from 1841 to 1872, Cambridge, 1956, p. 65-66.

Raven (James), The Business of Books. Booksellers and the English Book Trade, 1450-1850, New Haven, 2007.

Roberts (William), The Book-Hunter in London. Historical and Other Studies of Collectors and Collecting. With Numerous Portraits and Illustrations, Londres, 1895.

Taylor (Archer), Book Catalogues. Their Varieties and Uses, Chicago, 1957, p. 75-77.

Notes

1 D’après une ancienne tradition allemande, chaque élève devait apprendre un métier, même les élèves d’origine aristocratique.

2 Une guinée de 1841 vaut environ 200 euros de 2008.

3 Guinea Catalogue, no 6361 (Possevino).

4 Guinea Catalogue, no 5747 (Balaei) et no 6554 (Balaei), « Histoire anglaise ».

5 Thomas Frognall Dibdin (1776-1847), bibliographe anglais, connu pour ses ouvrages sur le livre comme Bibliomania (1809), The Bibliographical Decameron (1817).

6 Guinea Catalogue, no 14666: William West, Fifty Years’Recollections of an OldBookseller, 1837, et no 14667: id., Autobiography of a Septuagenarian Bookseller., 1840.

7 Voir Guinea Catalogue, no 6016: « Bibliographical, Antiquarian and Picturesque Tour in the Northern Countries of England, and in Scotland, 2 vols, royal 8vo. upwards of 100 plates, boards, 4 1. 4 s. », et no 16245: « Dibdin’s (Dr. T. F.) Bibliographical, Antiquarian, and Picturesque Tour in the Northern Countries of England, and in Scotland, 2 vols, royal 8vo. upwards of 100 plates, bds. 2 1. 12 s. 6 d. ».

8 Bohn vend cet exemplaire 5 livres 5 s., bien qu’il manque quatre folios au début et cinq en fin de volume. Voir Guinea Catalogue, no 14243.

9 Guinea Catalogue, no 14776.

10 Guinea Catalogue, no 14777.

11 Guinea Catalogue, no 4412.

12 Guinea Catalogue, no 11667.

13 On peut citer : Martinus Polonus, Cronique Martinienne de tous les Papes qui furent jamais, et finist au Pape Alexandre VI. En 1503, avecques les Additions de plusieurs Croniqueurs, translatée par Sébastien de Mamerot. Paris, Verard, s. d. [vers 1504] ; Froissart, Chroniques, Paris, 1505 ; Pierre Belon, Les Observations de plusieurs singularitez et Choses mémorables trouvées en Grèce, Asie, Judée, Egypte, Arabie, etc. Anvers, Plantin, 1555 ; Contes et Discours d’Eutrapel, par Noel du Fail, Rennes, 1585, et Rabelais, La Plaisante et Joyeuse Histoyre du grand Géant Gargantua, Valence, 1547-1548 (Guinea Catalogue, respectivement no 11849, 11635, 11318, 11456 et 12057).

14 Guinea Catalogue, no 11336-11339.

15 Guinea Catalogue, no 11346.

Table des illustrations

Légende Figure no 1. Le Guinea Catalogue, 1841, page de titre. Knuf Rare Books.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Figure no 2. Le Guinea Catalogue, 1841. Knuf Rare Books.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1505/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Figure no 3. Le Guinea Catalogue, 1841 ; couverture intérieure représentant la librairie Bohn. Knuf Rare Books.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1505/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Figure no 4. Livres en français dans le Guinea Catalogue, 1841. Knuf Rare Books.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1505/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 339k

Auteur

Knuf Rare Books, Vendôme

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540