Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Livre entre le commerce et l'histoire des idées

 | 
Annie Charon
, 
Claire Lesage
, 
Ève Netchine

Deuxième partie. Pratiques commerciales

Les accroches commerciales dans les catalogues de libraires italiens du XVIIIe siècle

Maria Gioia Tavoni

Résumé

Source précieuse, aussi importante pour l’histoire de la production et du commerce des livres que fragile par sa dimension et son poids éditoriaux, les catalogues de livres sont si dispersés dans les bibliothèques et archives des nombreuses villes de l’Italie préunitaire qu’on ne peut en faire une évaluation complète actuellement. Cet article, fondé sur les recherches les plus récentes, qui ont sorti de l’ombre une partie de ces instruments de vente, illustre la complexité des conditions dans lesquelles les libraires implantés dans la péninsule exerçaient leur activité. L’examen de quelques-uns des catalogues les plus significatifs montre qu’à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle surtout, les libraires les plus entreprenants étaient en mesure, malgré la rigueur de la censure, la législation souvent confuse et l’obstacle des droits et des impôts, de garantir une offre culturelle à l’avant-garde et très variée. Les catalogues permettent de repérer en particulier les accroches utilisées par les libraires pour élaborer des stratégies commerciales de plus en plus raffinées, afin d’offrir leur marchandise à un public toujours plus vaste et d’extractions sociales différentes.

Texte intégral

1Les mentions de l’ouvrage Catalogues de libraires 1473-1810, éd. Claire Lesage, Eve Netchine et Véronique Sarrazin, Paris, 2006, seront abrégées de la façon suivante : Cat. libr.

2La configuration de la péninsule italienne a subi bien des modifications au XVIIIe siècle, après les nombreux bouleversements politiques qu’elle a connus : la guerre de Succession d’Espagne, la guerre de Succession de Pologne et la guerre de Succession d’Autriche qui s’achève avec la paix d’Aix-la-Chapelle (1748). Avec les traités respectifs d’Utrecht (1713), de Rastadt (1714) et de Vienne (1738) qui les concluent, le cadre politique se modifie : à Naples, passation du pouvoir de l’Autriche aux Bourbons, avec Don Carlos qui assume en 1734 le titre de roi, unissant le destin de Naples à celui de la Sicile, qui lui restera néanmoins assujettie ; contraction et dilatation du royaume de la Maison de Savoie ; domination des Lorraine dans le grand-duché de Florence (1737) après la fin de la dynastie des Médicis ; persistance de l’ancienne République de Lucques ; cession par les Farnèse du duché de Parme et de Plaisance à la branche cadette des Bourbons ; prise du duché de Massa et Carrara et de la Garfagnana par les Este, bien enracinés dans leur capitale de Modène et à Reggio ; extension des États pontificaux jusqu’à la Romagne... Et l’on pourrait continuer encore : toute l’Italie du XVIIIe siècle est une carte mouvante où les enclaves frontalières se déplacent, se modifient, se décomposent, s’ajustent selon le bon vouloir des anciens ou des nouveaux gouvernants qui s’imposent à la suite des changements de conditions historiques et politiques.

3Ce n’est que dans la seconde moitié du siècle, après la guerre de Sept Ans (déclarée en 1756), qui se conclut par la restitution du duché de Parme et de Plaisance à son héritière légitime, qu’une situation apparemment plus stable favorise un climat permettant au processus réformateur de toucher la plupart des États, y compris les États pontificaux.

  • 1 Franco Venturi, Settecento riformatore. Da Muratori a Beccaria, Turin, 1969, p. XVII.

4Dans une page très célèbre de son Settecento riformatore, Franco Venturi décrit ainsi l’impossibilité pour l’Italie de conserver l’ensemble de sa production nationale dans un seul organisme public, précisément à cause de son histoire1. Le passage est intéressant car non seulement il confirme notre brève introduction, mais il entre dans le vif du sujet et indique les différences entre l’Italie et d’autres nations importantes comme la France, dont il est beaucoup question dans cette journée d’étude.

5Nous sommes le seul pays d’économie avancée à ne pas posséder une bibliothèque nationale, une bibliothèque, comme je l’entends, où l’on puisse s’attendre raisonnablement à trouver n’importe quel livre et imprimé publié aux quatre coins de notre pays, de la découverte de l’imprimerie à nos jours. Nos bibliothèques, même lorsqu’elles se nomment nationales, reflètent toujours la subdivision séculaire des « stati e statarelli », auxquels s’est superposée une stratification unitaire, qui n’a que cent ans et n’a pas modifié fondamentalement les répartitions régionales antérieures.

6Avant de m’aventurer dans certaines observations sur les modalités de description utilisées par les libraires, je dois faire une dernière mise au point : la fragmentation propre à la péninsule qui, comme on l’a vu, provoque la dispersion des catalogues dans un grand nombre de bibliothèques ainsi que dans les archives de bien des villes, a empêché pour le moment un recensement à vaste échelle de ces documents. Si bien que non seulement les catalogues sont difficiles à localiser, mais qu’ils sont encore plus difficiles à consulter, au point d’inciter les chercheurs italiens à se concentrer sur un seul centre de production en explorant les archives et les bibliothèques locales.

  • 2 Les pages de la revue La fabbrica del libro, t. 13, 2007, p. 43-47 (Marco Callegari, « Un fondo di (...)
  • 3 Renato Pasta, « Venezia e la Svizzera : tracce di un commercio librario », dans L’editoria del ‘70 (...)
  • 4 Stefania Bergamo, I cataloghi di libri nella biblioteca universitaria di Padova (1620-1850), tesi (...)

7La physionomie particulière de l’Italie constitue un handicap compte tenu de la difficulté, entre autres, de repérer sur fiches ce type de documents. Un récent sondage signale un fonds conservé à la Biblioteca del Seminario de Padoue, constitué de six cent trente catalogues, en majorité de libraires-imprimeurs-éditeurs vénitiens, protagonistes du marché au XVIIIe siècle (figure n° 1) et qui, au début du siècle suivant, seront progressivement remplacés par des libraires, des éditeurs et des imprimeurs milanais. Mis à part quelques apparitions sporadiques de professionnels qui publient et diffusent activement dans des centres italiens stratégiques comme Florence et Livourne, il s’agit d’un fonds dans lequel presque toutes les principales entreprises de la Sérénissime sont largement représentées. Les présences marquantes européennes, y compris françaises, ne manquent cependant pas, comme l’attestent les catalogues des Parisiens Baudry, Dondey-Dupré, Didot, Gabon, ainsi que les références à des villes comme Zurich ou Genève2 qui, dans la seconde moitié du siècle, comptent parmi les centres éditoriaux les plus importants pour la langue française3, confirmant ainsi que la Suisse s’imposait déjà sur les marchés européens du livre à l’époque des Lumières. Et ce n’est pas la première fois que Padoue, siège de l’une des plus anciennes universités d’Italie, se prête à de telles découvertes, déjà anticipées par l’examen d’un fond analogue de trois cent soixante-treize catalogues de libraires édités avant 1830, retrouvés à la bibliothèque universitaire et analysés par Stefania Bergamo4.

Figure no 1. Catalogue Remondini, Venise, 1766, page de titre. BNF, Arsenal, 8° H. 26159.

8Ne pouvant étudier tous les « gens du livre », je concentrerai exclusivement mon attention sur les libraires dont l’activité consistait à s’approvisionner auprès d’imprimeries situées également hors des centres constituant leur zone d’activité naturelle et qui importaient de pays même non limitrophes des livres et des « matériaux mineurs ». En effet, dans certains États italiens, on voit même s’affirmer un certain profil de libraires, de commerçants, d’agents et de distributeurs d’ouvrages imprimés ailleurs : ce sont ces professionnels que je me suis permis de définir comme « authentiques », car ils étaient totalement libérés d’autres fonctions.

  • 5 Voir le bref catalogue annexé au volume Acuti sproni [...] opéra [...] data in luce da P. Fr. Gius (...)

9Les « stati e statarelli » italiens étaient tellement jaloux de leurs prérogatives que même les métiers du livre s’y implantèrent au XVIIIe siècle d’une manière extrêmement variée d’un centre à l’autre. Dans les plus grands États, on trouve aussi bien des imprimeurs-libraires que des libraires-éditeurs. Des imprimeurs bien en cour, dont l’activité était davantage soumise aux rigueurs de la censure, à laquelle ne pouvait échapper l’examen des produits de leurs presses, cachaient souvent aux autorités, du moins dans leurs catalogues, la marchandise supplémentaire en vente, surtout lorsqu’ils étaient autochtones. Ils n’énuméraient que celle qui sortait de leurs presses, et parfois avec parcimonie, alors que l’on sait qu’ils exerçaient aussi une activité de libraires et qu’ils se chargeaient également de la vente d’autres publications. Dans les centres les plus importants, les réalités sont cependant très différentes d’une ville à l’autre. Dans les îles, en tout cas dans la partie orientale de la Sicile, on constate un manque de libraires-éditeurs. À ce stade de la recherche, il ressort que l’île s’approvisionne en livres surtout à Naples. À Messine, on a découvert un catalogue qui semble être un unicum dans le panorama de l’édition de cette ville. Il n’est même pas imprimé à part mais est annexé à un autre volume. Il répertorie seulement des textes hagiographiques et religieux imprimés dans la ville aux frais de « Nicola Russo libraro napolitano », résidant à Messine5. En Sardaigne, on signale certains catalogues, mais seulement d’imprimeurs.

  • 6 Françoise Waquet, « “La Lumière... vient de France” : le livre français en Italie à la veille de l (...)

10Dans les dernières décennies du siècle, le libraire de Bergame Giuseppe Rondi, qui curieusement me semble n’avoir jamais publié de catalogue, soutenait dans une lettre que l’Italie était un pays où l’on fait « tout ce qu’on veut », pourvu qu’on fasse preuve d’une certaine habileté et qu’on s’accommode « de certains états et ordres »6. S’adapter aux situations contingentes est une sorte d’impératif auquel il faut savoir se plier. Car la censure frappe bien davantage ceux qui s’exercent à publier des textes que ceux qui les diffusent. Pour l’affronter, il faut se fier à la protection de personnes influentes qui permettent de contourner les obstacles.

11Ce sont naturellement les commerçants de livres, ceux qui ne disposent pas de presses mais produisent simplement des catalogues et choisissent de financer des ouvrages, qui sont capables de répondre le mieux à la demande culturelle croissante. En Italie comme ailleurs, au siècle des Lumières, cette culture s’étend et se diversifie, elle fermente dans de nombreuses classes sociales, implique de plus en plus les femmes, en s’insinuant avec force dans les méandres de la société commerciale comme dans celle des professionnels : une culture qui n’est plus, en fait, réservée au clergé ou aux cercles universitaires. Le phénomène récent de la multiplication rapide des académies détermine à lui seul une circulation de textes d’une portée considérable. Le journal s’impose et pénètre dans la vie courante d’une bonne partie de la société. Les écoles se multiplient (pas seulement celles des collegia nobilium des jésuites), pour se limiter à souligner ici les points saillants d’un monde où la presse s’affirme à tous les niveaux.

12Qui sont donc les acteurs principaux de ce commerce de marchandises, dans un pays accablé par des droits et des impôts de toute sorte ?

  • 7 Pasquale Pironti, Rulifon, Raillard, Gravier : editori francesi in Napoli, Naples, 1982.

13Le phénomène des libraires français « authentiques » est déjà une réalité au XVIIe siècle. Les Gravier, les Bulifon, les Raillard vont jusqu’à Naples, fondant des familles qui s’intégrent à la population locale et essaiment ailleurs, comme les Gravier jusqu’à Gênes et Rome7, ou les Du Solier qui s’installent à Bologne. Tôt ou tard, ils s’acheminent tous vers le métier d’éditeur, ascension qui assimile les nombreux libraires du passé à ceux du siècle étudié ici.

14Dès le début du XVIIIe siècle en effet, la présence des libraires d’au-delà des Alpes eut en Italie une répercussion forte et décisive car ils s’établirent partout, passant par le Piémont pour gagner plusieurs États de la péninsule. Il ne s’agit pas seulement des libraires ambulants qui vagabondaient, la hotte sur le dos, dans certaines vallées providentielles. C’est aussi et surtout du Dauphiné, en particulier du territoire de Briançon, qu’arrivèrent en Italie des entrepreneurs avisés qui, utilisant des réseaux familiaux de plus en plus denses, s’implantèrent progressivement dans les plus grandes villes en y installant des librairies pour ainsi dire de « longue durée », à quelques exceptions près, notamment celles ouvertes dans les capitales d’un État. On leur doit la production de catalogues, dont une partie existe encore.

  • 8 Pour la première moitié du siècle, voir Françoise Waquet, la modèle français et l’Italie savante. (...)

15Un regard d’ensemble sur les catalogues retrouvés jusqu’ici permet de souligner une évidence : la production la plus recherchée est celle venue de France car elle répond à la demande de textes considérés comme plus nouveaux et plus sensationnels. Ne peut-on pas parler en Italie pour le XVIIIe siècle de gallomanie ? N’est-ce donc pas une réalité si tous, y compris femmes et enfants, se mesurent avec la langue préférée, dans certains milieux, à l’italien ? Et n’est-ce pas une donnée désormais acquise que la mode, la cuisine et les salons s’inspirent du doux accent de la France et que, dans l’Italie du XVIIIe siècle, l’« infranciosamento » est une réalité incontournable8 ?

  • 9 Lodovica Braida, Il commercio delle idee. Editoria e circolazione del libro nella Torino del Sette (...)
  • 10 Catalogue rangé dans un nouvel ordre pour 1'utilité des gens de lettres [...] qui se trouvent chez (...)

16Il ne faut donc pas s’étonner si les plus prolifiques à proposer inprimis des marchandises provenant de leur pays d’origine sur leurs listes étaient justement les libraires français. On distingue nettement, parmi tant d’autres, les Briançonnais Reycends, liés familialement aux Guibert, qui publièrent à Turin de 1750 à 1790 six catalogues, dont cinq seulement ont été conservés. Dans ceux des années 1760, qui, pour la capitale de la maison de Savoie, semblent proposer bien peu de livres récents imprimés localement, ils révèlent les ambitieux projets de leurs établissements de Turin et de Milan. D’une part présenter une offre qui flatte les palais les plus exigeants par sa nette spécialisation dans la distribution des « philosophes », d’autre part proposer un panorama complet des ouvrages conservés en magasin et des volumes pouvant procurer à leurs clients une sorte d’« inventaire d’une bibliothèque possible »9. Le catalogue de 1765, très fourni10, suit la subdivision par formats, et ensuite seulement celle par matières, avec naturellement en ouverture les livres religieux au sens le plus large. Les « accroches » ne manquent pas, même si la société Reycends-Guibert semble naviguer en eaux tranquilles. Le catalogue s’ouvre d’abord sur une « table des classes », avec indication des pages, qui précède l’« avis au public ». Dans ce dernier, qui donne tout de suite à dessein l’adresse de la librairie turinoise, sont énumérées toutes les offres que le client trouvera : à part les livres français, italiens et latins « énoncés », on passe des cartes géographiques aux atlas, à des gravures du Duomo de Milan et de la Fortezza de Turin. Le rédacteur s’attarde ensuite sur les globes et les sphères sur piédestal et sur les estampes de diverses grandeurs « tant de dévotion, que prophanes enluminées, et en blanc », comme sur « des exemplaires [...] pour former les jeunes gens dans l’art de bien écrire », argument très cher à la société du siècle.

17La maison Reycends-Guibert se présente aussi comme librairie-papeterie (de luxe), offrant des plumes, du papier, du carton, des couleurs choisies parmi les gammes les plus recherchées ; elle propose également d’acquérir des bibliothèques entières, pour lesquelles elle est en mesure de réaliser des catalogues de vente. Le catalogue est donc élaboré de manière à créer un pont avec les clients potentiels, auxquels le prix de vente des articles n’est pas révélé pour mieux les accrocher. L’absence de prix est liée au fait que le coût du livre tend à varier, mais aussi à d’autres facteurs : en effet, il ne dépend pas seulement des acquéreurs, de leur poids politique et économique, mais aussi de tactiques commerciales précises, qui deviennent plus agressives ou plus souples selon les niveaux et les qualités de la concurrence et des monnaies qui varient d’un atelier de frappe à l’autre.

  • 11 L. Braida, Il commercio..., p. 290-296.

18Si la Reycends-Guibert est une société, il existe des personnes qui travaillent pour leur propre compte : Giacomo Antonio Raby, appelé à diriger la Stamperia Reale de Turin, diffuse, compte tenu du poste qu’il occupe et du climat qui règne ces années-là, des catalogues naturellement à l’abri de tout soupçon, l’un de 1771 et l’autre de 1787, où domine une littérature très prudente bien que de bon niveau. Or on sait de source sûre qu’il finançait son compatriote Laurent Giraud, associé à Michele Giovine, en commandant à l’étranger des livres interdits voire érotiques, qui franchissaient les frontières au prix de maints subterfuges. Raby utilisait donc Giraud pour satisfaire les exigences d’une clientèle émancipée et avide de lectures contemporaines sans s’exposer aux foudres de la double censure de l’Église et de l’État qui régnait à Turin11.

  • 12 Renato Pasta, Editoria e cultura ml S'ettecento, Florence, 1997, p. 97.
  • 13 Catalogue des livres français que les frères Bouchard, libraires françois, ont reçus nouvellement (...)

19Dans la Florence du grand-duché, ce sont les Bouchard qui contrôlent le marché, également étendu aux centres limitrophes. Fils du libraire ambulant Pierre, venant lui aussi du Dauphiné et qui choisit finalement Florence pour se fixer, Joseph Bouchard amasse une belle fortune en vendant tout d’abord des chalcographies représentant la ville. À l’abri de tout risque de censure et au service de « la construction de l’identité historique citadine »12, ces estampes sont réalisées dans de nombreuses capitales en l’honneur des différentes maisons régnantes et répondent au double but de satisfaire le goût des élites locales et de s’imposer grâce à la valeur hautement symbolique qu’elles ont pour les villes et leurs gouvernants. La politique avisée de Joseph Bouchard se révèle en lisant attentivement ses catalogues, à commencer par celui de 1743, destiné sans doute à appâter la clientèle du grand-duché. La description des livres suit ce schéma : titre, auteur (pas toujours présent, et grammaticalement lié au titre quand il l’est, ou encore, dans les livres français, précédé de « M. » pour Monsieur) ; viennent ensuite le nombre de tomes et le format. La liste est continue et l’on ne trouve pas d’indications du passage d’une matière à l’autre, bien que certains regroupements permettent de les distinguer. Viennent à la suite les descriptions des ouvrages en latin. Dans le supplementum sont reportés des ouvrages déjà présents dans le catalogue. On voit se répéter ici divers titres suspects, même si les œuvres d’Érasme, de Newton et de Voltaire, ainsi que les textes d’occultisme et de jansénisme, sont privés de tout signe distinctif, comme pour dire que le lecteur du catalogue est quitte de tout devoir et obligation d’information en ce qui concerne les permissions de lire qui devraient être exhibées au moment de l’achat13.

  • 14 Emmanuelle Chapron, Des bibliothèques « a pubblica utilità ». Publicité, politique culturelle et p (...)
  • 15 R. Pasta, Editoria..., p. 121.
  • 16 Bouchard & Gravier, Catalogue des livres françois, latins, et italiens qui se trouvent chez Boucha (...)

20Le grand-duché est bien plus libre et le catalogue est de la même année que la loi sur l’imprimerie du grand-duché (1743), qui évoque nombre de prérogatives propres à la censure de l’Église. On compte parmi la vaste clientèle de Bouchard des érudits, des gens de métier renommés, d’insignes hommes de lettres et des diplomates : personnalités qui n’ont pas besoin de se retrancher derrière trop de précautions. Naturellement, ses catalogues s’adressent aussi aux bibliothécaires : à Florence, bon nombre de bibliothèques acquièrent les livres sur catalogue, ce qui représente les deux tiers, voire les trois quarts de toutes les commandes14. Quant aux ouvrages clandestins, Bouchard privilégie les seuls livres français, qu’il dissimule tout au long des listes interminables d’ouvrages à l’abri de tout soupçon. Son extrême prudence ne lui a cependant pas permis d’échapper à une perquisition menée sur ordre du gouvernement toscan. Dans les tables de 1740 et de 1751, il introduit des livres mis à l’index, « marque du peu d’intérêt que manifeste le gouvernement à l’égard des interdictions ecclésiastiques »15. Répartis par classes, les catalogues de Bouchard se font l’écho d’une tendance à la laïcisation des lectures mais aussi d’autres aspirations, comme le renouvellement des études à Florence ; ouvert à la nouveauté tout en étant hostile aux mouvements radicaux, le libraire français s’intéresse de près aux changements qui s’y opèrent, surtout dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. La présence des Bouchard est également attestée à Rome où, avec les Gravier, ils publient au moins un catalogue, en 1780, chez l’éditeur Komareck (le seul que j’ai trouvé), dont la présentation traduit le climat qui règne dans la ville. Il est similaire à leurs catalogues florentins mais s’accompagne en outre de la mention relative aux livres interdits. Rome étant l’épicentre de l’Église, on ne peut en effet pas échapper aux contrôles et aux interdictions. C’est ainsi qu’on peut lire : « Tous les livres qui sont marqués dans ce catalogue par l’astérisque * ne se vendront qu’aux personnes qui montreront leur permission de lire et tenir les livres deffendus »16.

21Une autre branche familiale permet d’étendre la librairie jusqu’à Bologne. A Florence, elle restera maîtresse des lieux jusqu’à la fin du siècle, concurrencée uniquement par Antonio Maria Ristori et Filippo Stecchi, pour passer ensuite le relais à Giuseppe Molini, principal concurrent et fin stratège de la Florence post-révolutionnaire.

  • 17 Catalogue des livres françois, italiens, latins &c. qui se trouvent chez les freres Faure libraire (...)
  • 18 Henri Bédarida, Parma e la Francia (1748-1789), t. I, Parme, 1986, p. 315.

22Parme aussi est une ville où souffle un vent très novateur, mais les Faure, également issus du Dauphiné, procèdent tout d’abord avec prudence. Leur catalogue de 1776, qui s’étend sur deux cent quatre-vingt-onze pages17, est même un modèle pour l’énoncé des règles commerciales. Disposé systématiquement selon la classification des libraires parisiens, il répartit les titres en huit classes : « théologie, droit canonique et civil, philosophie, médecine, mathématique, arts, belles-lettres, histoire ». Dans chaque classe, les ouvrages sont présentés selon l’ordre alphabétique des titres ou des auteurs, conformément à l’indication de la page de titre. Particulièrement riche en nouveautés provenant de France, mais aussi d’Angleterre et des Pays-Bas, le Catalogua privilégie les éditions du XVIIIe siècle. L’« avertissement » attire l’attention sur les œuvres imprimées qu’il serait autrement difficile de repérer dans la succession des titres. On y fait grande réclame pour les « estampes en taille-douce en blanc de plus habiles graveurs et dessinateurs de France et d’Italie », dont on donne ensuite une description plus précise ; de même pour l’offre « du papier à tapisser avec le poil imitant tout à fait le damas ». Un astérisque signale les titres interdits, même si un certain nombre d’ouvrages certainement à l’Index peuvent se dissimuler dans les listes établies au titre : c’est ce qui se produit pour Voltaire, qui apparaît (p. 158) dans la classe des belles-lettres sous la dénomination de Collection complette des œuvres (Genève, 1768). L’indication du format est toujours donnée, suivie du lieu d’édition et enfin de l’année d’impression. Les précautions prises par les rédacteurs n’empêchent pas d’y lire entre les lignes la tendance à se faire les interprètes du nouveau courant qui s’imposera également à Parme. Si durant la dernière décennie du XVIIIe siècle les Faure n’accordent qu’une timide préférence à la production des « philosophes », en revanche, dans le catalogue de 1794, toutes leurs craintes se dissipent et, à la veille de l’entrée des Français en Italie, ils proposent dans leur liste des ouvrages essentiellement français : sur un total d’environ six cents pages, ceux-ci en occupent en effet plus de 50 %, ce qui témoigne non seulement du penchant de l’Italie pour la France, mais aussi de leur capacité à vivre en accord avec leur temps18. Nul hasard si, dès 1795, leur librairie devient un centre très actif de propagande jacobine.

23Quant aux libraires autochtones, il suffit de s’aventurer dans les États pontificaux pour se rendre compte des difficultés dans lesquelles se débattent les libraires dignes de ce nom. Filippo Argelati, connu plus tard comme érudit, auteur de traités sur la monnaie et éditeur de textes chevronné, fait ses premiers pas de libraire à Bologne, où son oncle paternel Giovanni a repris la boutique de Nicolas Du Solier avec toute sa marchandise, après avoir contracté un mariage d’intérêt avec la veuve de l’entrepreneur français. Devenu responsable de l’entreprise, Filippo Argelati s’appuie sur au moins quatre ouvriers spécialisés et propose des catalogues qui révèlent la prudence avec laquelle il s’adresse à la clientèle de la deuxième ville des États pontificaux. Son premier catalogue (1706), très étoffé – il vaudrait d’ailleurs mieux le qualifier d’inventaire–, est organisé comme un document notarié. Le système adopté ne guide certainement pas le lecteur vers ses centres d’intérêt : les livres sont répartis en latini, gallici, italiani, hispanici, rubro et nigri, puis classés par ordre alphabétique. La description elle-même est lacunaire car beaucoup d’éléments y ont été omis, comme si Argelati s’adressait à une clientèle déjà fidélisée. Il privilégie les ouvrages coûteux, notamment les livres français, qui étaient déjà très probablement en stock avant qu’il ne prenne les rênes de l’entreprise et provenaient, pour la plupart, des Anisson de Lyon, dont le réseau de distribution s’étendait sur toute la péninsule. Amsterdam aussi est une véritable plate-forme d’approvisionnement ; la preuve du dynamisme de sa production nous est surtout donnée par les rééditions de grands ouvrages religieux présents dans son premier catalogue. Les formats des ouvrages, majoritairement des in-folio, sont toujours indiqués. Argelati s’intéresse essentiellement au secteur contemporain et laisse deviner un goût prononcé pour l’érudition encyclopédique du XVIIe siècle, tout en fondant surtout son activité commerciale sur les importations.

  • 19 Maria Gioia Tavoni, « Filippo Argelati libraio a Bologna (1702-1720) », dans I mestieri del libro,(...)
  • 20 Edizione nazionale del Carteggio di L. A. Muratori, t. III : Carteggio con Filippo Argelati, éd. C (...)

24De grosses différences se font jour dans le catalogue de 1712-1713, qui constitue un outil riche et détaillé susceptible d’attirer une clientèle en quête non plus des seules nouveautés mais encore de l’excellence, c’est-à-dire de livres célèbres ou élevés au rang d’objets de collection. Nul hasard si Filippo, dans son catalogue, rivalise de créativité et d’ingéniosité pour offrir aussi des livres anciens, privilégiant d’une part les éditions de classiques du XVIe siècle, d’autre part de nombreux livres de droit. Sans doute entend-il par-là satisfaire les desiderata des Bolonais, qui se passionnent de plus en plus pour les ouvrages d’une production italienne en nette reprise. Nul hasard non plus si le format le plus fréquent est ici l’in-4°. On y trouve aussi douze incunables et un manuscrit, autre indice d’une demande qui tend de plus en plus à rechercher des livres de collection et non plus à assouvir un simple besoin d’information et de lecture. Le catalogue de 1712 peut également être considéré comme un stratagème qui consiste à ne courir aucun risque en s’enfermant dans un plus grand conformisme et en proposant des stocks de livres conformes à une demande héritière du pétrarquisme arcadien et de la grande érudition du XVIIe siècle19. Depuis son comptoir, Argelati ne peut mettre en vente des séries de livres libertins. Sans s’encombrer de trop de scrupules, il y remédie en adressant des lettres à ses meilleurs clients, parmi lesquels Antonio Ludovico Muratori, un historien doublé d’un bibliothécaire, qui jouit donc du privilège de pouvoir acheter des livres interdits. La correspondance entre le libraire bolonais et cet illustre et docte interlocuteur confirme l’existence d’un commerce souterrain étroitement lié au canal épistolaire, tenu pour plus sûr20.

  • 21 Sur Bologne au XVIIIe siècle, Produzione e circolazione libraria a Bologna nel Settecento. Avvio d (...)

25À compter du milieu du XVIIIe siècle, Bologne voit proliférer les libraires tandis que rares sont les imprimeurs qui se consacrent à la vente, si ce n’est celle de leurs propres ouvrages21. Si ces derniers disposent de marchandises issues d’autres centres de production, ils ne concurrencent pas pour autant les vendeurs et les distributeurs, qui ne produisent jamais pour leur propre compte, sinon en qualité d’éditeurs. Ces deux activités semblent cohabiter dans le respect des sphères d’influence respectives. Aucun libraire digne de ce nom, à ce qu’il nous paraît, ne publie de catalogues, à l’exclusion des Bouchard, liés à Florence. Ils doivent tous cependant faire face à un certain nombre de difficultés économiques.

26La précarité propre aux métiers du livre en Italie met davantage en lumière, à Modène, dans le duché des Este, la personnalité de Moïse Beniamino Foà, libraire juif qui a exercé son métier pendant plus de cinquante ans, de l’ère jacobine et napoléonienne jusqu’à la Restauration, aidé par une longévité et un sens des affaires absolument hors du commun. Au terme des voyages commerciaux effectués en fonction des nécessités du marché du livre international (notamment en 1765 à Augsbourg, Francfort-sur-le-Main, Amsterdam et en 1769 à travers la Suisse, la France, les Flandres et l’Angleterre), Foà présente à la cour, en 1770, son catalogue, auquel il doit une réputation qui franchira très vite les frontières du duché. Les catalogues qu’il publie en plus de dix lustres (au moins neuf, de 1761 à 1814) offrent un choix de livres de niveau européen et porteurs des ferments les plus avant-gardistes de la culture historique, politique et littéraire produite de l’autre côté des Alpes. Le titre de libraire ducal, conféré pour la première fois à Foà par le duc Francesco III, confirmé par Ercole III et, en pleine Restauration, par le duc Francesco IV, joue un rôle décisif dans l’affirmation des succès commerciaux de Foà. À partir de 1770, ce titre est toujours présent sur la page de titre de ses catalogues, accompagné d’un élégant monogramme portant les initiales MBF à l’intérieur d’une décoration florale. Le verso de la page de titre peut recevoir des informations ou un sommaire très synthétique du contenu du catalogue. Un premier avertissement, trilingue, informe les lecteurs de la présence d’un astérisque en regard des éditions présentes en grand nombre à la librairie. En réalité, cet astérisque est apposé dans des cas très rares. On pourrait supposer que le véritable but de cet avertissement est de signaler que bien peu de livres sont possédés en grande quantité, à savoir qu’il ne s’agit pas d’une offre ordinaire mais rare et de valeur. Cette pratique est adoptée seulement dans les catalogues de 1761 et 1766, pour être complètement abandonnée par la suite. Mettre en évidence l’abondance de l’offre ne semble pas une opération commercialement rémunératrice. Un autre avertissement concerne les livres interdits. On pourrait imaginer que le véritable objectif de cet avertissement est justement d’en souligner la présence. Les catalogues de Foà se caractérisent en effet par la présence massive des idées les plus avancées de la culture politique et littéraire d’au-delà des Alpes. Enfin, un sommaire très concis donne des informations sur le contenu des catalogues.

27Pour répondre à des objectifs commerciaux, le catalogue doit indiquer toutes les caractéristiques qui rendent l’édition précieuse et attirante, avec des annotations qui assument parfois un caractère manifestement bibliophilique. Ce n’est pas un hasard si Foà compte parmi ses clients des bibliophiles aussi fameux que le comte florentin Angelo Maria d’Elci ou le patricien gênois Giacomo Filippo Durazzo. La rareté et la qualité de l’édition sont toujours signalées, tout comme la qualité du papier des éditions mises en vente, ainsi que la possibilité de choisir entre différents types de papiers. Des notes bibliophiliques accompagnent les descriptions ; de même, les illustrations sont toujours signalées avec leur spécificité technique. Foà n’a pas son égal en Italie au XVIIIe et au XIXe siècle pour ses capacités à administrer son activité.

  • 22 M. G. Tavoni, « I cataloghi... ». Voir Cat. libr., addenda 17 et 18 (années 1769 et 1770).
  • 23 Catalogo di libri latini e italiani, antichi e moderni che trovansi vendibili presso Adolfo Cesare (...)
  • 24 Catalogo cronologico di edizioni del secolo XV. che si trovano vendibili appresso Adolfo Cesare li (...)

28À Venise en revanche, la concurrence est très vive. À l’arrivée des Remondini (1750), dont les catalogues regorgent d’ouvrages issus des plus gros centres de production européens et sont destinés à renflouer les nombreuses réserves de l’ancienne maison de Bassano22 (figures n° 2 et 3), il convient de se replier sur un commerce qui n’entrave la route ni à ces nouveaux venus, ni à d’autres commerçants de la ville. C’est pourquoi Adolfo Cesare se limitera surtout aux livres anciens, comme en témoignent son catalogue de 1798, puis celui de 181223, ou encore son catalogue non daté d’incunables24.

29Les accroches commerciales qui se glissent parmi les trois cent trente-neuf éditions mentionnées dans le catalogue de 1798 nous livrent de précieux renseignements. Cesare fait par exemple précéder la liste des livres d’un « avis » péremptoire dans lequel il est précisé que pas moins de cinquante-sept « livres indiqués en marge avec l’astérisque * ne se vendent qu’au prix fixé dans le présent catalogue », ce qui incite les acquéreurs à demander un rabais sur le reste de l’assortiment. Étant donné la brièveté de la description bibliographique (les informations sur l’impression notamment sont rarissimes), l’attention se porte davantage sur certains détails comme le prix, exprimé en lires, et les appréciations sur la qualité, la nouveauté et la correction de l’édition (« original récemment découvert », « très belle édition », « sur papier fin avec gravures sur cuivre », « toute nouvelle édition avec des ajouts », « editio nova cum annotatis auctoris »).

Figure no 2. Catalogue Remondini, Venise, 1766, p. III. BNF, Arsenal, 8° H. 26159.

Figure no 3. Catalogue Remondini, Venise, 1766, p. CCLXXVHI. BNF, Arsenal, 8° H. 26159.

  • 25 Vincenzo Trombetta, « La circolazione dei saperi nella seconda metà del Settecento nei cataloghi d (...)

30Si Venise jouit d’un réseau privilégié de relations commerciales avec les centres les plus importants d’Italie et d’Europe et dispose ainsi d’un assortiment extraordinaire durant tout le XVIIIe siècle, Naples doit pour sa part attendre la seconde moitié du siècle pour que fleurisse l’économie du livre, à cause entre autres du sous-développement de la production imprimée dont souffre la capitale du royaume25. Trois établissements s’imposent, dirigés respectivement par les Terres, les Porcelli et les Elia. Les trois librairies napolitaines s’approvisionnent essentiellement auprès des producteurs vénitiens et bien moins – ce qui se comprend étant donné la forte concurrence – auprès de ceux d’au-delà des Alpes. Elles ont peu de contacts directs avec les grandes maisons européennes.

  • 26 Cat. libr., no 2803 à 2807 : années 1780, 1782 et 1783.
  • 27 Cat. libr., no 2458 à 2460 : années 1785, 1786 et 1796.
  • 28 Pour les projets éditoriaux de la fin du siècle conduits par certains intellectuels influents, voi (...)
  • 29 Vincenzo Trombetta, « Corrispondenti napoletani di Bodoni : i librai Terres », dans Bollettino del (...)

31Les Terres publient neuf catalogues entre 1770 et 179226, dont six sont rédigés par Domenico et les trois autres par ses fils. Les Porcelli en réalisent au moins six27, tandis que les Elia n’en feront paraître qu’un seul, sur la base du recensement réalisé jusqu’ici28. Les trois librairies sont réputées pour être des lieux de rencontre et de débat sur le modèle des cabinets littéraires, mais il s’agit également de libraires qui sont aussi éditeurs, à l’instar des libraires d’origine transalpine implantés à Naples. La librairie des Terres est sans conteste la plus importante. En témoigne la formule lapidaire communiquée, le 7 décembre 1779, par un agent de la Société typographique de Neuchâtel, constamment à l’affût de nouveaux contacts commerciaux : « Domenico Terres, le principal et le plus riche des libraires, Gennaro Elia, Giuseppe Porcelli, Antoine [et] Joseph Rolland, français. Il en existe bien d’autres qui n’inspirent aucune confiance »29. La librairie des Terres sera très prisée par la société napolitaine lorsque, sous la direction des fils de Domenico, elle abritera même une célèbre crèche animée.

  • 30 Patrizia Capuano, « Domenico Terres editore e libraio nella Napoli del Settecento », dans Editoria (...)
  • 31 1770 :Il Catalogo de’ Libri Appartenenti alla Storia della Città, e Regno di Napoli, ed alle Nobil (...)

32Les catalogues généraux des Terres, classés par ordre alphabétique, contiennent trois sections : la première est italienne et comprend notamment des textes classiques latins et grecs ; la deuxième, intitulée « sancti patres », dresse la liste des livres religieux ; la troisième inventorie les livres étrangers, y compris anglais et espagnols. La préférence donnée aux livres italiens est attestée dans le catalogue de 1780 (cent soixante-huit pages) par l’avertissement dans lequel Domenico Terres informe ses acquéreurs que la librairie propose un « très vaste assortiment de livres d’Italie, notamment de Venise », ainsi que de nombreux livres « juridiques du barreau ». Mais les livres français font l’objet la même année d’un petit catalogue de trente-huit pages. Les catalogues spécialisés ne manquent en effet pas à l’appel, comme celui qui propose en 1772 des ouvrages scientifiques, et un autre édité en 1776 qui comprend uniquement des auteurs classiques30. Ces propositions ciblées, inaugurées dans un catalogue de 177031, constituent un outil pour tester la clientèle. La plupart des catalogues sont accompagnés du prix des ouvrages mis en vente, ce qui ne surprend guère vu l’action d’envergure entreprise sur un territoire aussi vaste que le royaume de Naples. Ces indicateurs commerciaux éloquents lèvent le voile sur la méthode des Terres, qui allaient chercher leurs clients dans le réservoir potentiel constitué par le réseau universitaire et la classe des professionnels du barreau, secteur particulièrement représentatif de la ville parthénopéenne.

  • 32 V. Trombetta, « La circolazione... », p. 799.
  • 33 Antonio Barrelli, « Editoria scientifica e professione medica nel secondo Settecento », dans Edito (...)
  • 34 On trouve un « prospetto » en appendice du Catalogue des livres françois de 1787 et un autre annex (...)

33Le premier catalogue connu de Porcelli, un professionnel moins important mais néanmoins très actif, remonte à 1776 et propose des « livres anciens, modernes, de droit et miscellanées ». On y lit même une formule pour inviter qui le désire à « concourir à son gré » à des projets éditoriaux32. Dans le catalogue suivant de 1781, un astérisque signale les ouvrages en vente disponibles en plusieurs exemplaires et les textes en cours de publication33, à savoir les nouveautés, sont annoncés. De plus, des encarts publicitaires appelés « prospetto », sur le modèle des prospectus en usage surtout en France, figurent en appendice de certains catalogues34. Cet autre stratagème sert à susciter les souscriptions et est utilisé dans le cas de gros ouvrages en plusieurs volumes, notamment ceux que produisent les libraires également éditeurs. A mi-chemin entre les avis au lecteur et de véritables recensions, les « prospetti » analysent les ouvrages déjà imprimés, ceux encore en cours d’impression et les offres diversifiées que le libraire fait aux souscripteurs, en leur réservant des prix différents en fonction de la reliure et du type de papier, s’ils s’engagent à souscrire à la collection complète. Il faut souligner l’importance accordée aux caractères d’imprimerie et aux traductions, ce qui permet au libraire de louer la beauté de l’édition, tout en insistant sur « le scrupule », « l’attention » des correcteurs, de ceux qui relisent les « épreuves en cours d’impression ».

34Pour conclure, consciente d’avoir approfondi l’étude d’un petit nombre seulement d’acteurs importants du commerce du livre en Italie au XVIIIe siècle, je vous invite à relire les mots imprimés dans le beau recueil des journées d’étude organisées en 1998 ; leur écho résonne dans tous les pays, mais surtout dans le mien, qui attend encore un catalogage aussi soigné et complet que celui qui fut le prétexte de cette journée d’étude :

  • 35 Les ventes de livres et leurs catalogues, XVII-XXe siècle. Actes des journées d’étude organisées p (...)

Les catalogues de vente sont une source essentielle de l’histoire du livre. Ils permettent d’étudier les courants de circulation des livres et les pratiques commerciales ; ils sont aussi riches d’enseignements pour l’histoire de la lecture et du goût35.

Notes

1 Franco Venturi, Settecento riformatore. Da Muratori a Beccaria, Turin, 1969, p. XVII.

2 Les pages de la revue La fabbrica del libro, t. 13, 2007, p. 43-47 (Marco Callegari, « Un fondo di cataloghi di vendita libraria (XVII-XIX sec.) nella Biblioteca del Seminario di Padova ») font état d’une étude extrêmement intéressante portant sur la récente découverte dans la bibliothèque d’une série de plus de six cent trente catalogues de vente de livres, parus entre 1670 et 1850, couvrant pour la plupart la période qui nous intéresse. Dans l’attente d’enquêtes plus approfondies, Marco Callegari, l’auteur de l’intervention et de la découverte, décrit sommairement la collection extraordinaire de ce qu’il n’hésite pas à définir comme « les principaux instruments utilisés par les partenaires du commerce du livre pour étendre le rayon d’action de leur activité et augmenter la quantité de leurs clients ».

3 Renato Pasta, « Venezia e la Svizzera : tracce di un commercio librario », dans L’editoria del ‘700 e i Remotidini, éd. Mario Infelise et Paola Marini, Bassano, 1992, p. 67-77.

4 Stefania Bergamo, I cataloghi di libri nella biblioteca universitaria di Padova (1620-1850), tesi di laurea, Venise, université Ca’ Foscari, 1996-1997. Voir aussi Libri in vendita. Cataloghi librari nelle biblioteche padovane (1647-1850), éd. Stefania Bergamo et Marco Callegari, Milan, 2009.

5 Voir le bref catalogue annexé au volume Acuti sproni [...] opéra [...] data in luce da P. Fr. Giuseppe Da Camerata Sacerdote Cappuccino, In Messina, MDCCXXXVI, Nella Regia Stamp. Degl’Eredi d’Amico. Je dois le signalement et l’envoi des photos du catalogue à mon collègue Giuseppe Lipari, que je remercie de tout cœur.

6 Françoise Waquet, « “La Lumière... vient de France” : le livre français en Italie à la veille de la Révolution », dans Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Méditerranée, t. 102,1990, p. 233-259, en particulier p. 48. À propos du libraire Rondi, voir aussi Renato Pasta, « “Helvetia mediatrix”. Il mercato librario italiano e la Société typographique de Neuchâtel », dans id., Editoria e cultura nel Settecento, Florence, 1997, p. 225-283, et Silvana Agazzi, François Louis Blondel imprenditore suizzero a Bergamo (1749-1812), sur www.bergamoestoria.org, consulté le 16 septembre 2008.

7 Pasquale Pironti, Rulifon, Raillard, Gravier : editori francesi in Napoli, Naples, 1982.

8 Pour la première moitié du siècle, voir Françoise Waquet, la modèle français et l’Italie savante. Conscience de soi et perception de l’autre dans la République des lettres, 1660-1750, Rome, 1989 ; pour la seconde moitié, voir Maria Gioia Tavoni, « I cataloghi di Giuseppe Remondini (1778-1785) e la circolazione del libro in lingua francese nella seconda metà del Settecento », dans L'éditons del 700..., p. 261-289.

9 Lodovica Braida, Il commercio delle idee. Editoria e circolazione del libro nella Torino del Settecento, Florence, 1995, p. 277.

10 Catalogue rangé dans un nouvel ordre pour 1'utilité des gens de lettres [...] qui se trouvent chez les freres Reycends, et Guibert, a Turin, MDCCLXV (Turin, Archivio di Stato).

11 L. Braida, Il commercio..., p. 290-296.

12 Renato Pasta, Editoria e cultura ml S'ettecento, Florence, 1997, p. 97.

13 Catalogue des livres français que les frères Bouchard, libraires françois, ont reçus nouvellement de France en cette ville de Florence, 1743, 10 p. ; Supplement du Catalogue des livres qui se trouvent chez les frères Bouchard, p. 11-16 (Rome, Biblioteca Vallicelliana).

14 Emmanuelle Chapron, Des bibliothèques « a pubblica utilità ». Publicité, politique culturelle et pratiques du livre à Florence au XVIIIe siècle, Genève, 2009.

15 R. Pasta, Editoria..., p. 121.

16 Bouchard & Gravier, Catalogue des livres françois, latins, et italiens qui se trouvent chez Bouchard et Gravier, A Rome, chez Komarek, [1780] (Pesaro, Biblioteca Oliveriana).

17 Catalogue des livres françois, italiens, latins &c. qui se trouvent chez les freres Faure libraires de S.A.R. monseig. l'Infant duc de Parme, Plaisance, Guastalle &c. &c. &c. Parme, Vis-à-vis l’Eglise de S.te Lucie, 1776 (Parme, Biblioteca Palatina).

18 Henri Bédarida, Parma e la Francia (1748-1789), t. I, Parme, 1986, p. 315.

19 Maria Gioia Tavoni, « Filippo Argelati libraio a Bologna (1702-1720) », dans I mestieri del libro, éd. Maria Gioia Tavoni,Quaderni storici, t. 72,1989, p. 787-819.

20 Edizione nazionale del Carteggio di L. A. Muratori, t. III : Carteggio con Filippo Argelati, éd. Cristiana Vianello, Florence, 1976. Voir en particulier les lettres datées de Bologne, 12 septembre 1704, Bologne, 18 mars 1706 et Bologne, 1er mai 1720.

21 Sur Bologne au XVIIIe siècle, Produzione e circolazione libraria a Bologna nel Settecento. Avvio di un’indagine., Bologne, 1987, en particulier les études d’Euride Fregni et de Maria Gioia Tavoni.

22 M. G. Tavoni, « I cataloghi... ». Voir Cat. libr., addenda 17 et 18 (années 1769 et 1770).

23 Catalogo di libri latini e italiani, antichi e moderni che trovansi vendibili presso Adolfo Cesare libraio veneto a S. Bartolammeo all'insegna dell'Americano, Venezia, [Adolfo Cesare], Gennaro 1798 (Modène, Biblioteca Estense) ; Catalogo di libri antichi e moderni di varie materie e in diverse lingue che trovansi vendibili in pochi esemplari nel negozio di Adolfo Cesare negoziante da libri e carta in Venezia, [Venezia], stamperia Molinari, 1812 (Pesaro, Biblioteca Oliveriana).

24 Catalogo cronologico di edizioni del secolo XV. che si trovano vendibili appresso Adolfo Cesare libraio in Venezia (BNF, Q. 8637) (Cat. libr., no 90).

25 Vincenzo Trombetta, « La circolazione dei saperi nella seconda metà del Settecento nei cataloghi dei libri in commercio », dans Editoria e cultura a Napoli nel XVIII secolo, éd. Anna Maria Rao, Naples, 2003, p. 779-811.

26 Cat. libr., no 2803 à 2807 : années 1780, 1782 et 1783.

27 Cat. libr., no 2458 à 2460 : années 1785, 1786 et 1796.

28 Pour les projets éditoriaux de la fin du siècle conduits par certains intellectuels influents, voir Rachele Via, Il libro e la storia delle idee. Le società tipografiche di Napoli e di Neuchâtel alla fine del Settecento, Messine, 1995.

29 Vincenzo Trombetta, « Corrispondenti napoletani di Bodoni : i librai Terres », dans Bollettino del Museo Bodoniano di Parma, t. 10, 2004, p. 155-200.

30 Patrizia Capuano, « Domenico Terres editore e libraio nella Napoli del Settecento », dans Editoria e cultura a Napoli..., p. 593.

31 1770 :Il Catalogo de’ Libri Appartenenti alla Storia della Città, e Regno di Napoli, ed alle Nobili Famiglie, che trovansi vendibili nelle Librerie di Domenico Terres (vingt-deux pages ; les titres ne sont pas encore accompagnés des prix) ; 1771 : Il Catalogo de’Libri d’Antichità e Medaglie, cbe trovansi vendibili nelle Librerie di Domenico Terres (quinze pages, également sans indication de prix). Voir V. Trombetta, « Corrispondenti napoletani di Bodoni... », p. 155-200, en particulier p. 167.

32 V. Trombetta, « La circolazione... », p. 799.

33 Antonio Barrelli, « Editoria scientifica e professione medica nel secondo Settecento », dans Editoria e cultura a Napoli..., p. 753.

34 On trouve un « prospetto » en appendice du Catalogue des livres françois de 1787 et un autre annexé au Catalogo delibri appartenenti alla medicina, chirurgia, anatomia, chimica, botanica, storia naturale, fisica &c, en vente tous deux dans les librairies de Giuseppe Maria Porcelli qui arbore les titres de « librajo, e stampatore della Reale Accademia militare ». Tous les catalogues de Naples que nous avons cités sont conservés à la bibliothèque universitaire de Naples.

35 Les ventes de livres et leurs catalogues, XVII-XXe siècle. Actes des journées d’étude organisées par l’École nationale des chartes (Paris, 15janvier 1998) et par l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Villeurbanne, 22janvier 1998), éd. Annie Charon et Élisabeth Parinet, Paris, 2000, p. 11.

Table des illustrations

Légende Figure no 1. Catalogue Remondini, Venise, 1766, page de titre. BNF, Arsenal, 8° H. 26159.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Figure no 2. Catalogue Remondini, Venise, 1766, p. III. BNF, Arsenal, 8° H. 26159.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1501/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure no 3. Catalogue Remondini, Venise, 1766, p. CCLXXVHI. BNF, Arsenal, 8° H. 26159.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1501/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

Auteur

Université de Bologne

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540