Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le Livre entre le commerce et l'histoire des idées

 | 
Annie Charon
, 
Claire Lesage
, 
Ève Netchine

Deuxième partie. Pratiques commerciales

L’affichage des prix et la promotion des livres dans les annonces de librairie au XVIIIe siècle

Véronique Sarrazin

Resumen

Si les livres imprimés ont précocement fait l’objet d’annonces commerciales, celles-ci n’en ont, pendant longtemps, guère mentionné les prix. À partir des années 1730, les éditeurs parisiens cherchent à atteindre une clientèle géographiquement plus dispersée et socialement élargie, et multiplient pour cela des annonces de plus en plus détaillées sur des supports variés : non seulement la mention du prix se généralise pour les livres neufs, mais les éditeurs proposent une gamme de prix, selon la qualité du tirage et le conditionnement des volumes, et précisent les frais d’envoi. Avec l’affichage des prix se développe la promotion par le prix. Les arguments employés visent surtout à convaincre le futur client que les prix - toujours élevés - sont justifiés par la qualité et que l’offre se situe avantageusement par rapport au marché. Mais cette concurrence économique reste limitée par l’encadrement légal de l’édition et par ce qu’est encore le livre : un produit dont la qualité matérielle doit refléter le contenu pour « orner la bibliothèque » d’une clientèle aisée et lettrée, et dont les éditeurs ne veulent, ni ne peuvent vanter le bon marché.

Texto completo

1Les mentions de l’ouvrage Catalogues de libraires 1473-1810, éd. Claire Lesage, Eve Netchine et Véronique Sarrazin, Paris, 2006, seront abrégées de la façon suivante : Cat. libr. Les périodiques suivants : le Mercure de France, L'année littéraire, les Annonces, affiches et avis divers et le journal de Paris seront quant à eux désignés respectivement : MF, AL, AAA et JP.

  • 1 Gilles Feyel, L'annonce et la nouvelle. La presse d'information en France sous l'Ancien Régime, Ox (...)
  • 2 Sur ces différentes approches, voir : Michel Marion, « Approches du prix du livre au XVIIIe siècle (...)
  • 3 BNF, Manuscrits, grec 3064 : Libri graeci impressi, catalogue d’Aldo Manuce, 1498 (Cat. libr., no (...)

2Le livre imprimé est un produit qui, dès ses débuts, a fait l’objet d’annonces relativement abondantes. Comme sa production est faite en série au prix d’un gros investissement et engage des coûts de stockage importants, il est nécessaire d’inciter à sa vente, d’autant plus qu’en dehors des réimpressions, chaque titre est une nouveauté, dont il faut faire connaître l’existence même. Il faut le rendre visible ailleurs que dans la boutique pour l’écouler. L’imprimé est le support naturel de ces annonces, sous la forme d’affiches, de tracts, de catalogues, puis, depuis la fin du XVIIe siècle, d’annonces dans la presse1. Les historiens ont utilisé ces annonces pour reconstituer la production imprimée, étudier le commerce du livre, ses méthodes et son économie. Ils ont essayé d’établir la gamme des prix des imprimés, d’évaluer leur prix par rapport au pouvoir d’achat des lecteurs potentiels et d’en calculer la rentabilité pour l’éditeur ou le libraire distributeur en fonction du coût de fabrication ou d’acquisition2. Pour la période moderne, tous se sont heurtés à la faiblesse de l’affichage des prix et à ses irrégularités, qui empêchent de travailler sur des séries cohérentes et complètes. Alors même que certains catalogues publiés au XVe siècle comportent des prix3, cette indication ne se généralise pas et reste presque aussi rare au début du XVIIIe siècle que deux cents ans auparavant. Elle se développe alors, sans être jamais systématique avant le XIXe siècle. C’est cette évolution, significative d’une transformation du marché du livre et des pratiques commerciales, que je souhaite ici étudier : mesurer l’affichage des prix, le caractériser dans ses modalités et voir jusqu’à quel point il participe ou non d’une démarche promotionnelle, et cela en comparant l’évolution de cet affichage sur différents supports d’annonce.

  • 4 Catalogues de libraires 1473-1810, éd. Claire Lesage, Ève Netchine et Véronique Sarrazin, Paris, 2 (...)
  • 5 L'échantillon des journaux varie évidemment selon la période, puisque le MF paraît pendant toute l (...)

3Pour ce faire, j’ai relevé les mentions de prix, mais aussi leur présentation matérielle et leur éventuelle insertion dans un argumentaire de vente, dans des catalogues et des annonces de presse. Pour les catalogues, j’ai exploité les notices de Catalogues de libraires 1473-18104, que j’ai complétées par la lecture d’une cinquantaine de pièces décrivant les fonds de commerce d’éditeurs-libraires parisiens des années 1730 à la fin de l’Ancien Régime ; pour la presse, j’ai travaillé essentiellement sur quatre titres représentatifs de différents types de périodiques et qui accordent une place notable aux annonces de librairie : le Mercure de France, Cannée littéraire, les Annonces, affiches et avis divers et le journal de Paris, dépouillés à raison d’une année sur dix5. Des sondages effectués sur d’autres années et dans quelques autres revues littéraires (Observations sur les écrits modernes, 1736-1742) et feuilles d’annonces (Affiches de Paris, 1748 ; L'avant-coureur, 1768) ont confirmé les premiers résultats.

I. — Un développement inégal des mentions de prix

  • 6 Roger Laufer, « L’espace visuel du livre ancien », dans Histoire de l’édition française, dir. Roge (...)
  • 7 G. Feyel, L'annonce..., p. 331-334.

4On peut relever des prix sur tous les supports utilisés pour l’annonce et la promotion des livres mais dans des proportions très variables. Sur certains, cette mention reste rare. C’est le cas de la page de titre, qui constitue cependant un des plus anciens espaces publicitaires de la librairie. Pratiquement inexistante au temps du manuscrit, elle s’est développée avec l’imprimerie pour faciliter le repérage du texte dans la boutique du libraire, mais aussi pour le vanter et pour faire connaître l’éditeur-libraire dont le nom, l’adresse et la marque sont parfois les éléments les plus visibles de la page de titre6. Il est impossible d’avancer une proportion chiffrée, faute d’avoir pu manipuler un nombre suffisant d’ouvrages, mais il est clair que le prix y apparaît rarement. Il est vrai que dans une relation commerciale beaucoup plus personnelle que celle que nous connaissons aujourd’hui, ce n’est pas forcément nécessaire. L’annonce du prix semble tout aussi rare sur les affiches, qui sont dès le début du XVIe siècle un important vecteur d’annonce des livres, placardées à l’entrée de la boutique et sur les murs du quartier pour signaler les nouveautés. Il est difficile d’avoir des certitudes à ce sujet car la grande majorité de ces imprimés éphémères a disparu, mais les exemplaires subsistants comportent rarement des mentions de ce type7.

  • 8 D. Coward, « French books prices... », p. 955.

5Sur d’autres supports, l’affichage des prix se développe fortement au XVIIIe siècle. C’est le cas d’abord des catalogues de libraires, qui sont le plus souvent des éditeurs-libraires. Ce développement tardif peut s’expliquer par le fait que ces catalogues, tirés à quelques centaines d’exemplaires, sont d’abord destinés à des gens pour qui cette information n’est pas essentielle. Ils sont envoyés aux correspondants professionnels, qui n’achètent pas les livres au prix public et qui même, autant que possible, procèdent plutôt par troc, de feuille à feuille, que par achat monnayé des exemplaires. Ils sont aussi adressés à un cercle de clients réguliers avec lesquels le libraire entretient des relations personnelles et à qui il va sans doute indiquer lui-même le prix ; ce sont par définition des clients aisés - le prix ordinaire des livres neufs ne permettant pas d’achats fréquents - et le prix n’est sans doute pas un argument décisif dans leur décision d’achat, moins décisif en tout cas que la valeur intellectuelle ou la qualité matérielle de l’ouvrage. En outre, dans une période où l’on observe une réelle stabilité des prix rapportés au format, ils sont sans doute capables, à la seule description de l’ouvrage, d’en estimer à peu près le prix8.

  • 9 J’ai dépouillé les notices de Catalogues de libraires 1473-1810 pour les libraires parisiens jusqu (...)
  • 10 Cat. libr., no 2659 et 2661.
  • 11 Ibid., no 2160, 2435 et 2500.
  • 12 Ibid., p. 26.

6Les catalogues avec mentions de prix semblent minoritaires pendant le premier tiers du XVIIIe siècle9. Ils deviennent majoritaires dans les années 1740, alors que certains éditeurs importants comme Louis-Étienne Ganeau et Jean-Luc Nyon se rallient à l’affichage des prix. A partir de la fin des années 1750, les catalogues sans prix forment moins de 10 % de la production conservée ; à l’exception de quelques libraires qui ne donnent jamais leurs prix, comme Briasson et Guillyn, il s’agit surtout de catalogues particuliers, annonçant des titres à paraître10 ou en langues étrangères11, ou qui dissimulent en fait la vente d’une collection particulière. On notera que, parallèlement, la description bibliographique se fait plus détaillée : les titres abrégés sont remplacés par des titres complets, désormais accompagnés des mentions d’auteur autant que possible, de lieu et de date d’édition, et l’indication du nombre de pages ou de volumes vient compléter celle du format12 (figures no 1 et 2).

Figure no 1. Catalogue des livres imprimés, ou qui se vendent à Paris chez Nyon fils [...], 1745. BNF, Q. 9128.

  • 13 Les ventes de livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle. Actes des journées d’étude organisées (...)
  • 14 Henri-Jean Martin, « La prééminence parisienne », et Jean Queniart, « L’anémie provinciale », dans(...)
  • 15 Cat. libr., p. 26, et Robert L. Dawson, « Notes on recording 18th -century French books », dans Tr (...)

7Cette précision croissante reflète sans doute l’influence des catalogues de ventes aux enchères, rédigés par des libraires et qui servent de référence pour la science bibliographique13. Cette évolution peut aussi être liée à la volonté des éditeurs, majoritairement parisiens, de toucher un marché national que le renforcement du système des privilèges leur ouvre davantage14. La circulation de catalogues avec des mentions de prix vise à obtenir des commandes directes des clients provinciaux, plus avantageuses que l’appel à un détaillant quand très peu d’exemplaires sont en jeu. Parallèlement, la diffusion des catalogues s’élargit et se diversifie, pour atteindre une clientèle désormais potentielle : des extraits de catalogues sont imprimés ou reliés à la suite de la page de titre ou à la fin des ouvrages, ou insérés dans les numéros des gazettes15. Lacombe, éditeur du Mercure de France dans les années 1760, place dans chaque numéro la liste des nouveautés de sa boutique, la fréquence des livraisons lui permettant une meilleure actualisation de ses annonces qu’un catalogue au plus annuel.

Figure no 2. Catalogue des livres qui se vendent à Paris chez Nyon fils 1751, p. 11. BNF, Q. 9129.

8L’autre média dans lequel les mentions de prix se multiplient est la presse qui, dans sa double dimension d’information culturelle et d’annonce pratique, est amenée à signaler les livres nouveaux, soit sous la forme de critiques, soit sous celle d’annonces commerciales. Ici, le contenu des annonces ne dépend pas exclusivement de la volonté des éditeurs qui demandent leur insertion, mais aussi de celle du rédacteur du titre et de ses ambitions intellectuelles. On peut distinguer à première vue deux types de périodiques. D’un côté les revues littéraires, comme le Mercure de France et sa rivale L’année littéraire, adoptent la forme d’une correspondance personnelle entre concitoyens de la République des lettres et se placent sur un plan purement intellectuel, en prétendant ignorer les aspects bassement commerciaux de l’édition ; de l’autre, les feuilles d’annonces, comme les Annonces, affiches et avis divers ou le Journal de Paris, assument pleinement une fonction utilitaire et économique et se font le relais d’annonces de toute sorte, légales, professionnelles ou particulières, de biens mobiliers et immobiliers, de services, etc. Elles sont plus susceptibles que les autres de mentionner les prix des livres mais, en réalité, on constate un recouvrement partiel entre les deux types de périodiques, certains journaux d’annonces affichant des ambitions intellectuelles et les revues littéraires accueillant parfois, dans des rubriques placées en fin de livraison, des annonces de marchandes de mode ou de librairie.

  • 16 JP, 1777 : Historiae graecorum, 8 et 11 octobre ;L' art de parler et d'écrire correctement, 8 et 2 (...)

9Il vaut donc mieux distinguer deux types d’annonces, présentes dans les deux genres de périodiques, quoique dans des proportions variables : les annonces littéraires paraissant sous les titres « belles-lettres », « extraits » ou « nouvelles littéraires » et les annonces commerciales intitulées « avis divers » ou « livres nouveaux ». Ces rubriques nettement distinctes dans le Mercure et dans le journal de Paris le sont moins dans les autres journaux. Les premières, même lorsqu’il s’agit d’articles de courtoisie, sont assumées par le rédacteur du journal ; elles donnent un compte rendu du contenu du livre et ne mentionnent le prix que dans 10 à 20 % des cas, sans progression visible. Les secondes, insérées à la demande des éditeurs, comportent les informations qu’ils ont fournies. Même si le prix y apparaît davantage, il n’est quand même pas systématiquement mentionné : 25 à 30 % de titres sont annoncés avec leur prix dans les années 1740 et 1750 ; 45 à 65 % dans les années 1770 à 1780. Il n’y a que dans le Supplément payant du journal de Paris, à la fin des années 1780, que tous les livres annoncés comportent une indication de prix. C’est bien la nature de la rubrique plus que celle de l’ouvrage ou l’identité de l’éditeur qui est déterminante, puisqu’un même ouvrage peut être donné avec son prix dans une annonce commerciale et sans lui lorsqu’on en fait l’extrait16.

  • 17 Histoire de l'édition française..., t. II, p. 342-343.
  • 18 Cité par G. Feyel, L'annonce..., p. 342.

10En dehors de ces suppléments publicitaires tardifs, un seul support d’annonce indique toujours le prix de l’ouvrage annoncé : les prospectus, qui font connaître et organisent les souscriptions. La souscription, pratiquée dès la fin du XVIIe siècle en Angleterre, se développe en France à partir de la Régence17. Elle permet de financer la publication d’ouvrages très coûteux et n’intéressant qu’un public restreint, en demandant aux futurs acheteurs de s’engager à l’avance sur l’achat, ce qui garantit à l’éditeur la majeure partie de l’écoulement, et de verser un acompte, qui couvre une partie des frais d’impression. En contrepartie, l’éditeur accorde aux souscripteurs un rabais de l’ordre de 20 à 30 %. Chaque projet est annoncé et vanté dans un prospectus, dont le contenu est réglementé par un arrêt du Conseil de 1725 : il doit impérativement mentionner la permission royale d’édition, ainsi que « les conditions dont le libraire se chargera envers les souscripteurs, soit pour le prix des livres et le temps de la livraison, soit pour la qualité du papier et des caractères qui seront par eux employez »18. Il est évidemment dans l’intérêt de l’éditeur d’être le plus précis possible sur les conditions financières de la souscription pour informer, rassurer et tenter les futurs clients. On peut se demander si la reproduction de ces prospectus dans divers périodiques, littéraires ou d’annonces, reproduction souvent partielle mais reprenant toujours les conditions financières, n’a pas habitué ces mêmes périodiques à accepter plus facilement les indications de prix pour les ouvrages ordinaires.

  • 19 Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, dir. François Furet, Paris/La Haye, 1965.

11Ainsi, alors qu’au XVIIIe siècle les annonces de librairie décrivent classiquement les ouvrages dans leur double dimension intellectuelle (titre et auteur) et matérielle (format, nombre de pages ou de volumes, figures), elles en retiennent très inégalement la dimension économique. La progression des mentions de prix se mesure cependant nettement ; elle accompagne la multiplication des annonces de librairie sur des supports d’une plus large diffusion. Alors que la production imprimée est en forte progression19, la multiplication et la précision des annonces sont une nécessité pour rendre visibles les nouveautés. Les éditeurs cherchent aussi à élargir géographiquement leur clientèle, en développant l’achat direct par correspondance, plus rentable pour eux ; ils doivent pour cela fournir une information précise au client potentiel, qui ne fera sans doute pas les frais d’un courrier pour se renseigner et qui ne commandera certainement pas à l’aveuglette. L’évolution du contenu des annonces répond aussi à l’élargissement social et numérique de la culture livresque. Dans les villes moyennes et grandes, les classes populaires et moyennes sont de plus en plus alphabétisées : commerçants, artisans et parfois même domestiques constituent une nouvelle clientèle qui a davantage besoin d’informations, mais aussi de sollicitations pour des consommations culturelles qui ne sont pas encore entrées dans ses mœurs, une nouvelle clientèle qui est aussi plus sensible que la clientèle traditionnelle – largement robine – à l’argument financier.

12On peut se demander si certains éditeurs se montrent plus précoces ou plus enthousiastes que d’autres à modifier leurs pratiques d’annonces pour atteindre ces nouveaux marchés. La réponse reste encore assez floue. En ce qui concerne les catalogues, il faudrait non seulement relever les mentions de prix dans tous les catalogues conservés mais surtout disposer de séries complètes de catalogues pour les différents éditeurs, pour saisir à quel moment les uns et les autres adoptent l’affichage des prix. En ce qui concerne la presse, il aurait fallu faire un dépouillement de toutes les annonces, avec ou sans prix, pour déterminer la politique des éditeurs en la matière. Je ne peux ici livrer qu’une impression : les mentions de prix semblent assez dispersées chez tous les annonceurs, sans qu’aucun donne toujours ses prix ou s’y refuse totalement. Dans les années 1760, Panckoucke semble certes se distinguer. Dans L’année littéraire en 1768, il fournit à lui seul 20 % des prix relevés, qu’il mentionne de façon plus claire et dans un discours promotionnel qui joue plus ouvertement sur l’argument économique que les autres annonceurs. Mais il faut garder à l’esprit qu’il distribue de grandes publications par souscription, qui par leur nature font naturellement l’objet de ce type d’annonces.

  • 20 Catalogue des livres de De Hansy, Paris, 1754.

13En revanche, on mesure plus nettement l’inégalité de l’affichage des prix en fonction des types d’ouvrages. Sans pouvoir, là encore, fournir des statistiques précises, on constate cependant que certains livres sont accompagnés d’indications de prix plus précocement et plus fréquemment que les autres. On peut d’abord distinguer les livres de fonds des assortiments. Les premiers sont publiés par le libraire qui les annonce ou bien qui en a acquis le stock en même temps que le droit d’édition. Il en fixe le prix et souvent le mentionne, à l’exception évidemment des monographies sous presse. Les calculs prévisionnels sont souvent un peu incertains ; la réalité du nombre de feuilles d’impression et du coût réel de fabrication, corrections inclues, n’est connue qu’une fois l’impression achevée. C’est alors qu’on met le prix. Le libraire ne prend d’engagement pour l’avenir que sur les publications périodiques, qu’il s’agisse de monographies dont la parution est étalée en livraisons ou d’ouvrages réellement périodiques. Il s’agit en effet d’inciter le client potentiel à une dépense souvent lourde et répétée, pour un ouvrage dont il ne peut pas encore évaluer directement la qualité. Le libraire doit donc lui donner des garanties tant sur le coût financier total de l’opération que sur la qualité et la quantité de ce qui lui sera délivré. Parfois il ne mentionne pas de prix car l’ouvrage est susceptible d’être vendu à différents prix : « La diversité des reliures dans lesquelles se vendent la plupart des livres d’heures et d’office n’a pas permis d’en mettre le prix », que le marchand promet cependant être « raisonnable, tant en bazane avec fermoir, veau doré et marbré etc. »20.

14Sur les assortiments dont il n’est que le détaillant, le libraire a obtenu de l’éditeur une marge variable selon les circonstances mais qui dépasse rarement 15 à 20 %. Ils font l’objet d’une publicité moindre, sont relégués en fin de catalogue et peu signalés dans la presse. Le détaillant peut les vendre au même prix que l’éditeur ou sensiblement plus cher et prend plus rarement d’engagement dessus. Parmi les assortiments, les livres importés et en langue étrangère sont ceux dont on indique le moins souvent les prix, dans les catalogues et dans la presse. Comme ces livres sont souvent très chers du fait de coûts d’importation importants, l’affichage de leur prix à côté des livres nationaux risquerait d’être répulsif. Ils n’intéressent de toute façon qu’une clientèle très restreinte.

II. — Des mentions de prix plutôt discrètes

15On constate donc que, même lorsqu’ils sont libres de le faire, les éditeurs-libraires n’annoncent pas systématiquement le prix des ouvrages qu’ils mettent en vente. Cette réticence se traduit aussi dans la forme de l’annonce, dont la lisibilité est parfois réduite.

16Lorsque le prix est indiqué sur l’ouvrage lui-même, c’est généralement en page de titre, dans l’espace qui sépare l’indication du titre et de l’auteur des mentions éditoriales et commerciales, rejetées en bas de page. Il est donc très visible, mais c’est là une exception. Dans les autres supports d’annonces, le prix n’est guère mis en valeur.

  • 21 Catalogue des libraires Saugrain et Lamy, 1778, relié à la suite de la Notice des livres provenans (...)
  • 22 Cat. libr., no 232, 234, 1542, 1648 et 2095.

17Les catalogues de libraires font l’objet d’une mise en page qui imite les registres de comptes et les inventaires et qui aligne les prix à droite, en une colonne non matérialisée. Cette justification des prix à droite permet généralement de dégager un espace blanc entre la fin de l’annonce bibliographique et le prix mais pas toujours, pour peu que le titre soit long. Le prix est imprimé dans la même police et avec la même taille de caractère que le reste de la description et s’en distingue peu. Cette disposition usuelle change peu jusqu’aux années 1770. On voit alors la présentation d’une minorité de catalogues évoluer. Certains insèrent le prix dans une colonne dessinée, hors texte, ce qui le rend plus visible21. D’autres transforment la classique série de titres en une série de brèves notices22 : le prix, toujours placé à la fin des mentions bibliographiques, est plus dégagé car suivi d’un interligne avant le commentaire en caractères plus petits.

18Mais la disposition la plus ancienne reste la plus courante. La seule exception notable concerne les catalogues d’ouvrages au rabais. Publiés à l’occasion d’une opération commerciale qui ne dure en général que de trois à six mois, ils mettent évidemment l’accent sur l’intérêt financier de l’achat. Deux colonnes dessinées à droite de la page permettent d’afficher distinctement et côte à côte les deux prix, l’ancien et le nouveau ; le client saisit d’un coup d’œil l’avantage offert.

  • 23 MF, 1748 ; AL, 1767, t. I.
  • 24 MF, janvier 1778 ; AAA, à partir de 1785.

19Dans la presse, s’il y a quelques nuances selon la taille et la mise en page propre à chaque journal, le dispositif d’annonce est cependant assez uniforme. Le prix est généralement placé entre la description bibliographique et l’extrait, qui se suivent sans retour à la ligne. Il se trouve donc au milieu d’un paragraphe dense. La typographie de ces annonces est peu différenciée et joue essentiellement sur le contraste des polices pour distinguer certains éléments, notamment sur l’italique. Sont ainsi mis en valeur, dans le descriptif de l’ouvrage, le titre et l’éditeur et, dans son commentaire, l’auteur et parfois le dédicataire, mais pas le prix. Occasionnellement, le prix est même mentionné en toutes lettres, invisible sans une lecture complète de l’annonce23. À partir des années 1770, la typographie de la presse est plus aérée. On sépare désormais plus fréquemment les mentions bibliographiques du commentaire par un retour à la ligne et le prix, quoique toujours placé au même endroit, est plus facilement repérable puisqu’il apparaît désormais en fin de paragraphe24.

  • 25 Marc Martin, Trois siècles de publicité en France, Paris, 1992.
  • 26 G. Feyel, L'annonce..., p. 362-384.
  • 27 Ordonnance de police du 1er juillet 1734 et arrêt du parlement de Paris du 10 décembre 1760, cités (...)

20Cette réticence à attirer l’attention sur le prix est-elle caractéristique des pratiques d’annonces commerciales de l’Ancien Régime ou est-elle propre au marché du livre ? Les pratiques publicitaires françaises sont, à cette période, peu développées25. Dans une économie essentiellement artisanale, qui repose sur une relation directe entre le commerçant et le client et sur l’adaptation du produit aux demandes particulières, l’annonce marchande n’a pas la même nécessité que dans une économie industrielle où il s’agit d’écouler un produit fabriqué en série. En outre, ceux qui ont le plus précocement et le plus activement eu recours aux annonces imprimées sous différentes formes ont jeté, par leur identité, un discrédit sur la pratique publicitaire elle-même. Il s’agit en effet, pour l’essentiel, de charlatans vantant les mérites de quelque « spécifique » souverain contre les maux les plus divers26. La publicité commerciale n’est donc pas encore entrée dans les usages au XVIIIe siècle et lorsqu’elle existe, elle ne mentionne pas fréquemment les prix. Là aussi, l’annonce d’un prix prédéterminé, qui implique un produit standard, s'intègre mal dans une économie artisanale. S’y ajoutent les règlements professionnels, dont le principal souci est la qualité : des matières premières, du travail et du produit fini. Le prix en est la juste rémunération, non un argument de vente. Annoncer un prix en devient même suspect : c’est chercher à séduire le client par une promesse de bas prix pour masquer la médiocrité du produit, et cette fraude risque de nuire à l’ensemble des membres de la corporation par une concurrence déloyale et, à terme, par le discrédit des produits. C’est pourquoi les autorités interdisent « d’user d’aucun artifice pour surprendre les acheteurs et se les ménager au préjudice de la liberté du commerce » et n’admettent que les annonces « qui contiendront les noms, qualités et demeures [des commerçants] purement et simplement, sans pouvoir y ajouter ni faire aucun prix »27. De ce point de vue, les éditeurs-libraires semblent presque audacieux en ce qui concerne l’affichage des prix.

  • 28 Par exemple AL, 1767, t. I, p. 238-240 : le Tableau analytique de la France, un adas, se vend « re (...)

21Pourtant, d’autres productions imprimées sont annoncées de façon plus précoce et plus fréquente avec leur prix, lesquels sont mentionnés aussi de façon beaucoup plus visible et précise. Il s’agit des ouvrages gravés tels que les estampes figuratives, les partitions de musique et les cartes de géographie. Dans les Affiches de Paris, en 1748, 70 % des estampes sont annoncées avec un prix contre 20 % des livres imprimés. Dès la fin des années 1750, dans les journaux, les prix sont donnés presque systématiquement pour les gravures et, dans les périodiques les plus réticents à s’ouvrir au commerce comme L'année littéraire, les gravures fournissent la quasi-totalité des mentions de prix, avec les souscriptions. Le prix est presque toujours placé à la fin et non dans le corps de l’annonce, immédiatement repérable. Il est donné avec des précisions concernant l’état matériel de l’imprimé : cartes géographiques en feuilles ou sous différentes formes de reliures, estampes en blanc ou coloriées, etc.28. Mais il est vrai que si la reproduction des images relève techniquement de l’impression, leur marché fonctionne très différemment. Pour les estampes, la censure n’est qu’idéologique ; les professions de graveur et de marchand d’estampes restent libres, sans cadre corporatif, sans monopole.

22C’est donc un marché beaucoup plus concurrentiel, dans lequel l’argument financier a sa place tout autant que la beauté et la qualité des estampes. Le marché des livres imprimés, lui, est régulé par le cadre corporatif et par le système des permissions royales qui assurent aux détenteurs des droits éditoriaux des situations de monopole de droit ou de fait. La concurrence est atténuée sur le plan commercial, déplacée en amont vers les bureaux de la direction de la Librairie pour l’obtention des permissions.

III. — La précision croissante des prix

  • 29 AD Paris, D5B6, registre de comptes du libraire parisien Cellot, 1778 : la brochure des volumes in (...)

23Aujourd’hui, le livre est vendu sous une forme unique déterminée par l’éditeur et le prix annoncé dans la presse ou dans un catalogue tel qu’on le trouvera dans toutes les « bonnes librairies ». Cette situation découle de l’industrialisation des techniques de reliure au milieu du XIXe siècle, qui a permis aux éditeurs de prendre en charge, à moindre coût, la mise en forme de l’ensemble des exemplaires. Mais au XVIIIe siècle encore, dans les fonds des éditeurs et dans les magasins des libraires, les volumes reliés forment rarement plus de 10 % des exemplaires en stock et les ouvrages peuvent être vendus sous trois formes : en feuilles, brochés ou reliés. Dans ce dernier cas, il s’agit généralement de ce que l’on qualifie de « reliure de libraire », un habillage propre mais sans fioriture, reliure de conservation plus que de décoration. La différence entre les trois formes réside pour l’acquéreur dans leur commodité (l’ouvrage n’est pas lisible en feuilles et il se conserve mal broché) et dans la liberté qui lui est laissée de personnaliser son exemplaire par une reliure décorée, voire armoriée, ou en insérant certaines pièces à l’occasion du montage de l’exemplaire. De son point de vue et de celui du vendeur, c’est aussi une question de coût. Livré en feuilles pliées, l’ouvrage ne coûte à l’éditeur que le prix de fabrication des feuilles ; pour la version brochée, il faut compter le pliage, la couture et parfois la rognure, toutes tâches effectuées par des femmes sans qualification et peu payées : on peut compter 2 sous pour un volume moyen et un peu plus pour un grand format, mais avec les marchés de gros, cela revient à moins29. Selon sa qualité, la reliure peut en revanche renchérir l’ouvrage de 20 à plus de 30 %, un investissement que les éditeurs font rarement sans être sûrs de vendre le volume.

24À quoi correspond alors le prix annoncé ? Est-ce même clair pour l’acheteur ? Dans les catalogues, les mentions de conditionnement sont marginales – inférieures à 10 % – jusqu’aux années 1760. Le terme « brochure » qui apparaît parfois s’oppose à celui de « volume » et qualifie un ouvrage trop mince pour former un volume de bibliothèque, renvoyant à une mise en forme future autant qu’à un état actuel. Ainsi, un acheteur ne sait pas forcément, au vu du seul catalogue, sous quelle forme le livre lui est proposé ni à quel prix réel. Il est probable que le prix est implicitement celui du volume relié, forme normale du livre et la plus rentable pour le libraire.

  • 30 AD Paris, D5B6, no 3256 : comptes du libraire Cellot, 1778, et D5B6, no 6175 : comptes du relieur (...)

25Celui-ci en effet fait relier les exemplaires par lots au fur et à mesure de leur écoulement, obtenant de son relieur un rabais qu’il ne répercute pas entièrement sur le prix public30. Le client peut alors prendre l’ouvrage tel quel ou le demander broché, soit pour le garder ainsi en économisant quelques sous, soit pour lui faire faire une reliure personnalisée, ce qui lui coûtera bien davantage. Il est possible cependant que, parfois, le prix soit celui des cahiers brochés et qu’il faille y ajouter le tarif d’une reliure. Dans tous les cas, le prix annoncé n’est pas forcément celui que le client devra réellement débourser.

  • 31 Catalogue des livres imprimés ou dont il y a nombre chez J. Barbou [...], Paris, 1763, no 149.
  • 32 Véronique Sarrazin, Les almanachs parisiens au XVIIIe siècle. Production, commerce, culture, thèse (...)

26Avant cette période, seuls quelques titres voient leur forme précisée régulièrement. Ce sont tout d’abord les grandes publications dont la parution est étalée et généralement financée par souscription et qui sont presque toujours annoncées « en feuilles ». Ce sont des ouvrages imposants par leur format in-4° ou in-folio, dont la reliure et même la simple brochure seraient onéreuses pour l’éditeur. Comme celui-ci a déjà réduit son prix de vente au profit des souscripteurs, il limite au maximum les frais pour conserver son bénéfice et leur livre donc les feuilles en l’état. Certains ouvrages sont à l’inverse annoncés comme reliés, lorsqu’il s’agit d’un habillage conçu par l’éditeur pour un effet ou un usage spécifique : Barbou ne propose qu’une version reliée des titres de sa « collection des auteurs latins », produit phare de son catalogue, lequel souligne la qualité intellectuelle du texte, la maniabilité du format et la propreté typographique. Une reliure de qualité « en veau doré sur tranche, avec filets d’or sur le plat » complète cette harmonie entre le fonds et la forme et permet de vendre chaque volume au prix unique de 6 livres tournois, soit deux fois plus cher qu’un volume in-12 en reliure ordinaire31. Certains almanachs sont aussi proposés reliés : fréquemment offerts en cadeau d’étrennes, ils sont souvent annoncés sous cette forme pour les achats de dernière minute32.

27À partir des années 1770, on constate la multiplication des mentions de conditionnement, dans des proportions qui restent très variables selon les éditeurs. En 1778, les catalogues de Saugrain et Lamy précisent ce point presque systématiquement, alors que Moutard ne le fait presque jamais. Malgré cela, il est certain que la pratique progresse nettement.

28L’évolution dans les annonces de presse est sensiblement différente. Alors même que l’affichage des prix s’y développe plus tard et moins systématiquement que dans les catalogues, on y précise plus précocement et plus fréquemment la forme de l’ouvrage. Dans le Mercure de France en 1738, ce sont déjà plus de 30 % des titres annoncés qui le sont avec une mention de conditionnement. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, ce pourcentage oscille entre plus de 50 et plus de 70 % de mentions. La progression n’est pas décisive, et variable selon les journaux. Les feuilles d’annonces et les rubriques commerciales des journaux sont plus attentives à ces détails alors que les journaux ou les rubriques littéraires y portent moins d’attention, s’intéressant davantage au sens du texte qu’à sa matérialité.

  • 33 Catalogue des livres du fonds de la veuve Tilliard [...], 1775-1776 [no 2845],

29Les ouvrages sont rarement proposés en feuilles, à l’exception des souscriptions. La reliure, plus fréquente, ne représente cependant que 15 à 25 % des volumes dans les annonces de journaux qui précisent la forme de l’ouvrage, parfois davantage dans les catalogues. Celui de la veuve Tilliard, en 1775, propose l’intégralité des titres de son fonds en reliure33. Le conditionnement le plus fréquemment annoncé, en majorité relative et souvent absolue, est le brochage, notamment pour les formats inférieurs ou égaux à l’in-8°, qui sont les plus courants. La brochure permet de vendre, à peu de frais, un volume immédiatement lisible, que son acquéreur reste libre d’orner ou de personnaliser à son goût. Dans les catalogues, les livres de fonds sont généralement proposés en brochure.

  • 34 .AL, 1768, t. III, p. 202 : annonce des Œuvres de Voltaire, in-4°, chez Panckoucke.

30À partir des années 1770, non seulement le conditionnement est plus souvent signalé, mais cette annonce se fait avec plus de détails, notamment dans la presse. Ainsi, à la simple mention de « broché » succèdent bientôt celles de « broché en papier » ou « en carton » et parfois de « broché en carton en forme de reliure avec deux étiquettes imprimées sur le dos »34, un conditionnement léger et peu coûteux, qui permet à une clientèle moins aisée de ranger le livre sur une étagère sans le faire relier. La reliure est elle aussi plus fréquemment décrite dans ses matériaux (veau, veau écaillé, basane ou maroquin) comme dans ses décors (doré sur tranche ; avec un ou trois filets d’or).

  • 35 Catalogues de Panckoucke, à partir de 1778 [n° 2343-2350],

31On se met aussi à proposer un choix de conditionnement. Il est évident que ce choix existait déjà auparavant, mais il était négocié entre le client et son libraire, de même sans doute que son tarif. Désormais, les libraires annoncent les différentes formes possibles en indiquant clairement l’enjeu financier que cela représente. On indique de plus en plus souvent les deux versions brochée et reliée, voire les prix « en blanc, brochés et reliés »35. Il arrive aussi qu’on décline différentes qualités de reliures, associées et assorties à celles, matérielles, de l’édition : pour une impression ordinaire ou en « grand papier », sur papier commun ou « superfin ».

  • 36 Une mention précoce pour la France ecclésiastique, 3 livres tournois broché, 3 livres tournois 10 (...)

32Enfin, les éditeurs commencent à signaler le coût éventuel de l’envoi36. Pendant longtemps, celui-ci n’a été publié que pour les périodiques, avec un double tarif d’abonnement, pour la ville de publication et pour le reste du royaume. Mais les éditeurs parisiens s’efforcent de mieux atteindre la clientèle provinciale qui s’étoffe, alors que les détaillants provinciaux frileux hésitent à prendre certaines nouveautés au débouché incertain. Si les titres édités à Paris sont annoncés dans la presse provinciale, le prix de l’acheminement pour un particulier est souvent incertain et parfois prohibitif et beaucoup de provinciaux préfèrent attendre une occasion, un voyage personnel ou celui d’un ami, pour se procurer un ouvrage. Le tarif d’envoi annoncé par les éditeurs est garanti ; il est aussi souvent sensiblement moins cher, soit que l’éditeur ait pu négocier un abonnement pour ses frais de port, soit qu’il en prenne une partie à sa charge. Cependant, cela représente encore un surcoût important et il faut rassurer le client. Si au début l’on mentionne simplement le montant de l’envoi, ensuite on adopte une formule plus attrayante - « rendu franc de port par tout le royaume » - qui suggère que le port n’est pas à la charge de l’acheteur.

33Il peut donc y avoir une différence notable entre le prix affiché par le libraire-éditeur et celui réellement payé, selon qu’il faut mettre en forme le volume et parfois le faire venir. Les éditeurs développent cependant un affichage de plus en plus précis, qui doit permettre au client d’évaluer au plus juste la dépense réelle. Cette annonce plus détaillée est-elle purement informative ou cherchet-elle en même temps à mettre en valeur le prix et à convaincre qu’il est, somme toute, très raisonnable ? Si l’on retient l’hypothèse que les prix donnés sans indication sont ceux des volumes reliés, les précisions données sur les différents conditionnements attirent de fait l’attention sur des possibilités d’acquisition moins onéreuses. Elles s’adressent sans doute à la nouvelle clientèle des livres, peu au fait peut-être des usages de la librairie et sensible aux arguments financiers ; certes la brochure est une forme inférieure de livre, mais cette clientèle moins aisée est aussi sans doute moins soucieuse que la clientèle traditionnelle de se constituer des bibliothèques patrimoniales. Ces mentions de prix, par leur précision croissante, s’efforcent donc déjà d’attirer ou au moins de rassurer le futur client. Cette démarche de promotion commerciale va-t-elle jusqu’à utiliser explicitement le prix dans un argumentaire de vente ?

IV. — Un rare commentaire du prix

  • 37 Catalogue des livres qui se trouvent chez G. Desprez 1738 [n° 933] : « le tout à juste prix, tels (...)
  • 38 MF, juin 1748, p. 113 : annonce du Voyage d’Égypte, 2 vol. in-folio.
  • 39 MF, juin 1738, p. 1157.
  • 40 AAA, 29 avril 1778 : le prix des Epreuves du sentiment et des Anecdotes qui en forment la suite es (...)

34Quel que soit le support d’annonce, le prix affiché fait rarement l’objet d’un commentaire ou même d’une présentation orientée, telle que « ne coûte que [...] ». Le prix mentionné est par définition et parfois explicitement le « juste prix »37. Il est présenté comme « fixé sur le calcul des frais nécessaires »38 à la fabrication de l’ouvrage. On invoque la qualité du travail typographique, qui varie en fonction de l’usure des caractères, du soin de la composition, de la propreté de l’impression et du nombre de relectures pour correction ; on cite surtout le papier, premier poste de dépense de l’éditeur, puisqu’il représente environ 50 % et plus du prix de fabrication. On associe donc étroitement le prix fixé par l’éditeur à la quantité de papier consommée. L’éditeur des Nouveaux amusements du cœur et de l’esprit indique ainsi que chaque livraison de cette collection périodique est tarifée en fonction du nombre de pages : une feuille d’impression se paye 4 sous, soit pour un volume composé de trois feuilles équivalant à soixante-douze pages in-12, 12 sous ; si le nombre de pages des volumes à paraître peut varier, le prix restera déterminé de la même façon et un volume de cent cinquante pages ne pourra pas dépasser 1 livre tournois 4 sous39. Les éditeurs veillent aussi à justifier les augmentations de prix des différents volumes d’une collection ou d’une réédition par l’augmentation du nombre de pages40.

  • 41 AAA, 26 octobre 1757.

35L’absence de commentaire ou la qualification de « juste prix » cherchent à persuader le client que le prix affiché est normal, en ce qu’il est la juste rémunération d’un travail bien fait et strictement proportionné à la qualité matérielle de l’ouvrage. Dans une économie artisanale, « rien de plus juste : c’est au public à encourager le travail en le payant bien quand on le sert bien »41. L’indication du prix se donne donc non comme un élément publicitaire mais comme une information utile, notamment pour les acheteurs lointains, et comme une garantie donnée par l’éditeur pour éviter à ses clients certaines mauvaises surprises dues à des intermédiaires indélicats :

  • 42 MF, juin 1738, p. 1157. Le MF (janvier 1738, p. 2) se fixe un objectif équivalent lorsqu’il demand (...)

Par cette attention, toute surprise est évitée. Et de combien de ruses et d’adresses n’est pas rempli le manège de la vente des livres ? Libraires, colporteurs ensuite, intrigans, commissionnaires doivent gagner gros suivant la règle de l’intérêt ; ainsi successivement et de main en main, un honnête homme achète le triple, ce qui, dans l’origine est à assés bon compte42.

  • 43 2 livres tournois à 2 livres tournois 10 sous pour un in-12 ; 4 l.t. à 4 l.t. 10 s. pour un in-8°  (...)
  • 44 M.-A. Merland, « Tirage et vente... », p. 87-112.
  • 45 Lettre d’Antoine-Claude Briasson à Jean-Henri-Samuel Formey, 11 avril 1755, citée par Henri Durant (...)

36Le prix que l’éditeur pratique « dans sa boutique » doit faire autorité. En réalité, si le format et le nombre de feuilles d’impression par exemplaire déterminent globalement un niveau de prix43, le prix de vente au public est jusqu’à trois ou quatre fois supérieur au prix de fabrication, une marge considérable qui couvre les frais annexes d’annonce et de commercialisation, mais qui compense surtout la lenteur de l’écoulement. Les documents du libraire Debure, dans les années 1770, montrent qu’un tirage moyen de mille cinq cents exemplaires pour un titre ordinaire - ni réservé aux spécialistes, ni porté par la mode du moment - met au moins dix ans à s’épuiser44. L’éditeur s’accorde ainsi une marge bénéficiaire importante sur laquelle il peut jouer et le prix de vente est partiellement déterminé par la conjoncture du marché éditorial. Si le titre laisse présager un succès, le prix est fixé au plus haut car l’envie d’acheter fera surmonter l’obstacle financier. L’éditeur-libraire Briasson explique ainsi que « les brochures sur les matières sérieuses contenant six feuilles d’impression se vendent 15 s., sur des matières malignes ou libertines on les vend 24 s. ou quelquefois au-delà. Les comédies ou tragédies de même »45.

  • 46 Correspondance passive de Formey, éd. Martin Fontius et Rolf Geissler, Paris/Genève, 1996, p. 364, (...)
  • 47 V. Sarrazin, Les almanachs parisiens..., p. 403-407.

37Inversement, si un titre ne rencontre pas le succès espéré, l’éditeur peut en réduire le prix : en 1764, paraît l’Émile chrétien de Formey, qui veut répondre à l'Émile de Rousseau mais aussi profiter de son succès de scandale. Le prix, d’abord fixé assez haut, est diminué face à l’atonie des ventes46. Le prix est aussi éventuellement fixé en fonction des autres titres comparables déjà sur le marché : ainsi l’ensemble des almanachs poétiques s’alignent sur les 24 sous de l'Almanach des muses, le plus célèbre d’entre eux, y compris lorsque leur format ou leur nombre de pages les placeraient normalement dans un créneau inférieur ou supérieur47. L’affirmation explicite ou non du « juste prix » relève donc davantage de l’effet d’annonce que de la réalité : le prix public découle d’un choix commercial de l’éditeur autant que des coûts, effectivement élevés, de fabrication.

  • 48 Gilles Eboli, « Bibliophilie à Aix-en-Provence au XVIIIe siècle », dans Bulletin du bibliophile, 2 (...)

38Le prix sans commentaire, c’est aussi l’affirmation du « prix fixe » pour le livre neuf, un produit de série distribué à l’échelle nationale, qui ne propose ni adaptation au client, ni possibilité de marchandage. À l’inverse, le prix du livre de seconde main, qu’il s’agisse d’un simple « bouquin » ou d’un ouvrage de collection, est fixé « à l’amiable ». Il n’est donc pas question de l’indiquer à l’avance, ce qui tendrait à le figer et entraverait la capacité du libraire à le pousser à la hausse. Le libraire David à Aix, spécialisé dans la librairie ancienne, dénonce une bibliographie qui mentionne les prix atteints en vente par les ouvrages comme s’il s’agissait de prix de référence : « Ce fichu dictionnaire avec ces prix ridicules nous fait un tort infini ». De fait, ses clients viennent, l’ouvrage à la main, lui reprocher les prix qu’il demande pour les mêmes titres48. Le prix affiché du livre neuf est donc un engagement de l’éditeur, tout autant qu’un avertissement à l’acheteur.

  • 49 JP, 13 janvier 1788, Bibliothèque des dames.
  • 50 MF, janvier 1738, « Avis », p. 2.

39Ce prix sans commentaire est peut-être suffisant pour les clients traditionnels qui, familiers des usages de la librairie, savent situer le prix d’un ouvrage par rapport à ceux du marché et n’en sont généralement pas à quelques sous près. Il suffit de voir ce que certaines annonces qualifient de « légère somme »49 : 4 à 6 livres tournois, soit déjà deux à trois jours de salaire pour un ouvrier parisien qualifié à la fin du XVIIIe siècle. Pourtant, les éditeurs ont de plus en plus conscience des capacités financières variables d’une clientèle qui s’élargit socialement et du fait que certains clients se déterminent50 en fonction du prix.

V — Un argument de l’économie plus ou moins explicite

40Dans les catalogues, il y a peu de place pour un discours promotionnel. La majorité de ceux qui mentionnent leurs prix se présentent sous la forme d’une simple liste de titres. C’est seulement à la fin du XVIIIe siècle que quelques catalogues, minoritaires, sont formés de notices, descriptives et laudatives. La disposition typographique et quelques indications données dans le cours du catalogue par l’éditeur suggèrent cependant une prise en compte de l’impact du prix sur la clientèle et un effort pour en tirer parti.

  • 51 Catalogue des livres imprimés ou qui se trouvent en nombre chez Jean-Baptiste Gibert [...], Paris, (...)
  • 52 Catalogue des livres imprimés chez Barthélémy Alix, Paris, 1734.
  • 53 Catalogue [...] chez Jean-Baptiste Gibert... (Cat, libr no 1298).

41Ainsi, beaucoup de catalogues proposent, sur des titres assez largement répandus, une gamme de prix qui reflète la multiplicité des éditions. Elles diffèrent par le format, la qualité du papier, l’illustration et parfois l’origine de l’édition, et offrent donc un éventail de prix : ainsi, les Fables de La Fontaine sont proposées par le libraire parisien Gibert en quatre versions, de 2 l. t. 10 sous pour l’in-12 le plus simple à 12 l. t. pour une édition en deux volumes in-8° illustrés51. Les écarts de prix peuvent être considérables : les Œuvres de Boileau coûtent de 70 l. t. à 2 l. t.52. Dans ce cas, les éditions sont presque toujours présentées en déclinaison descendante, de la plus à la moins coûteuse, la mention de tirages en « grand papier », très onéreux, pouvant occasionnellement s’intercaler entre la première édition et les suivantes. La première édition citée apparaît comme l’édition normale, qui trouvera naturellement sa place dans une bibliothèque ; les autres sont des alternatives plus économiques et un peu moins honorables. Cette gamme de prix peut être complétée par la mention que le libraire dispose en occasion ou en éditions antérieures – et donc un peu dépassées - d’exemplaires moins coûteux de ces mêmes ouvrages : Gibert propose ainsi les grands dictionnaires de Trévoux, de Moréri et de Bayle en de multiples éditions « à prix modique »53. Comme il s’agit dans tous les cas de « bouquins » ou d’éditions « de rencontre », le prix n’est pas mentionné mais l’avantage financier de cette solution est clairement signalé.

  • 54 Debure l’Aîné, 1756 fiat. libr., no 806) ; N. B. Duchesne, 1760 fiat. Hbr., no 1043) ; P. E Didot (...)
  • 55 Catalogue des livres imprimés chez Barthélémy Alix... : la Theologia dogmatisa et moralis coûte 24 (...)
  • 56 Catalogue des livres defonds et d’assortiment [...], à Paris, chez Duchesne, 1760 (Cat, libr., no (...)

42Certains catalogues mentionnent aussi la possibilité de moduler l’achat en fonction de ses moyens. Pour des ouvrages en multiples volumes et de parution souvent étalée, on peut acheter le corps de l’ouvrage ou par volumes séparément. Cela revient, si l’on achète progressivement tous les volumes parus, à un étalement des paiements ; on peut aussi n’acheter que quelques volumes, une démarche facilitée par l’indication des grandes séparations intellectuelles du texte. L’éditeur n’incite pas vraiment à l’achat global : le rejet à la fin de l’annonce de la possibilité d’achat partiel fait évidemment de l’achat en corps la démarche normale, parce qu’il met en possession d’un ouvrage complet, mais on ne joue pas sur le levier financier en proposant une remise à ceux qui achètent la collection entière. De multiples exemples montrent, une fois le calcul fait, que le prix unitaire est exactement le même que l’on achète un volume ou l’ensemble54 ; il peut même être inférieur dans le premier cas55. Duchesne fait exception lorsqu’il mentionne, à propos de ses collections de revues littéraires : « Les volumes se vendent séparément 3 l. t. Les personnes qui prendront la collection complette ne payeront les volumes que sur le pied de 2 l. t. 10 s. »56, mais c’est ici un écho aux pratiques ordinaires pour ces mêmes revues, qui offrent une remise aux abonnés. L’avantage financier de l’achat global est rare et même lorsqu’il est réel, il n’est pas mentionné et seul un calcul permet de réaliser qu’il atteint parfois 10 à 15 % de remise.

43Le prix annoncé dans le catalogue ne cherche donc pas à séduire l’acheteur. Il est le prix normal, dont les éventuelles baisses sont liées à un jeu sur la diversité des éditions ou l’état – neuf ou d’occasion – du volume. Le catalogue propose un choix d’éditions et des facilités de paiement mais le prix de chaque ouvrage reste fixe et « juste ».

  • 57 MF, mars 1738, p. 532 : les Sermons de La Boissière, 6 vol. in-12,15 l. t. : « On vend séparément (...)

44Dans la presse, le prix s’inscrit dans une présentation d’ensemble de l’ouvrage, ce qui laisse plus de place à un commentaire, mais celui-ci reste rare sur les monographies. Dans les années 1730-1740, il reflète la pratique des catalogues en présentant un choix d’éditions de formats et de qualités différents ou en proposant l’achat séparé, étalé ou partiel, des différents tomes de l’ouvrage57. Comme dans les catalogues, il s’agit plutôt d’exposer une alternative possible que d’attirer l’attention sur le prix, de le justifier ou de le vanter. On se contente de mentionner les différentes possibilités en juxtaposant les prix. Au client bien informé de faire son choix. Là encore, l’avantage que représente l’achat d’une collection entière, quoique réel, n’est pas forcément signalé.

  • 58 JP, 9 juin 1777. Voir aussi AAA, 14 septembre 1757, l’édition in-12 des Rêveries du maréchal de Sa (...)
  • 59 AL, 1767, no 1, p. 68 ; MF, janvier 1768, p. 148 : les Fables de La Fontaine.
  • 60 JP, 7 juin 1777.
  • 61 AL, 1758, no 3, p. 338-352. Voir aussi AL, 1768, no 2, p. 42 : les vingt-quatre volumes de la Bibl (...)
  • 62 JP, 24 janvier 1787, Œuvres choisies de Dorat, Paris, Delalain l’Aîné.

45Dans la seconde moitié du siècle, les notices d’annonce mettent plus fréquemment l’accent sur la modicité, relative, du prix affiché. On situe l’ouvrage par rapport à d’autres publications, antérieures ou parfois concurrentes. S’il s’agit d’une réédition, on la compare aux précédentes éditions, quant à la qualité du texte et quant au prix, sans toujours signaler un changement de format ou la disparition des illustrations : l’édition in-8° des Géorgiques françaises est « moins chère et d’un usage plus commode ; elle est aussi très bien exécutée » par rapport à l’in-4°58. On va parfois jusqu’à mentionner le prix atteint par des exemplaires d’éditions anciennes dans les ventes aux enchères : on vante ainsi la nouvelle édition de l’Horace de Jean Bond, « calquée » sur celle des Elzevier, 1676, « qui est si recherchée et qui coûte 24 l. t. au moins, quoique ce ne soit qu’un très petit volume »59. C’est évidemment un effet d’annonce, puisque le prix des exemplaires dans les ventes n’a pas grand-chose à voir avec le prix du livre neuf mais dépend de la rareté des exemplaires, de leur qualité matérielle et des possesseurs antérieurs. La nouvelle édition est toujours « la plus exacte et la moins chère » et s’oppose à « l’excessive cherté des autres ». S’il s’agit d’une nouveauté, on la situe par rapport à des ouvrages du même genre : le Dictionnaire historique et bibliographique est vanté comme « beaucoup moins volumineux et par conséquent moins cher ; il est imprimé en plus petits caractères » que les « dictionnaires du même genre qui ont paru depuis plusieurs années »60. Les grandes sommes et les dictionnaires, quoique coûteux, le sont toujours moins que la masse des ouvrages dont ils font la synthèse : la Collection académique « épargnera au lecteur la peine de les chercher dans plus de 1 500 volumes très difficiles et très dispendieux à rassembler et plus laborieux à parcourir »61. Quant à l’édition d’œuvres choisies, « indépendamment de l’avantage de n’offrir que ce que M. Dorat a produit de meilleur en différents genres, [elle] a encore celui d’être infiniment moins dispendieuse, et par conséquent proportionnée aux facultés d’un plus grand nombre de lecteurs »62. On ne se contente plus de montrer la gamme des prix possibles : on souligne la différence en faveur de la nouvelle édition.

  • 63 AC, 18 avril 1768 : « Les augmentations considérables, les corrections qu’on a faites dans tout l’ (...)
  • 64 JP, 17 avril 1777. Voir aussi AL 1778, no 4, p. 71.
  • 65 AC, 6 juin 1768.
  • 66 MF, juin 1748, p. 124. Voir aussi AAA, 26 octobre 1757 : dans l'Armorial alphabétique, on n’a mis (...)
  • 67 MF, février 1758, p. 80, Méthode-facile pour apprendre l'arithmétique, 6 s. : « L’auteur la dorme (...)

46Le commentaire vise plus souvent à justifier un prix relativement élevé ou une augmentation63 qu’à attirer l’attention sur le bas prix. Pour cela, on ne recule pas devant quelques superlatifs. On évoque « le travail immense », les « dépenses considérables »64 voire les « dépenses excessives »65. On souligne aussi que, malgré tout, les frais ont été calculés au plus juste, pour ménager la bourse des futurs clients : il y a vingt Planches anatomiques du sire Gautier, « nombre qui n’auroit pû suffire si le Sr Gautier n’avoit eu la précaution de renfermer les extrémités inférieures et supérieures dans les 5 dernières », disposition qui « ménage la bourse des ménages, et par son moyen le prix total est réduit à 60 l. t. pour les souscripteurs et à 90 l. t. pour ceux qui n’auront pas souscrit »66. Le livre reste un produit de demi-luxe et un prix trop bas serait assimilé à une baisse de qualité : texte partiel, mal corrigé, mal imprimé, sur du mauvais papier, etc. Les quelques ouvrages dont le prix est souligné comme très modique sont des ouvrages sans ambition intellectuelle ni matérielle, faits pour être emportés partout et non pour « orner une bibliothèque ». Dans une perspective utilitaire ou charitable, l’éditeur propose une version particulièrement économique du texte, pour qu’il puisse se trouver entre toutes les mains : livres de dévotion et de morale pour le peuple et ses guides, et parfois manuels d’économie domestique67.

47En revanche, le commentaire du prix se développe beaucoup plus pour les publications périodiques, par abonnement ou souscription, qui impliquent le paiement à l’avance d’un produit qu’on promet et non la contrepartie normale d’un objet que le client a en mains et dont il peut juger directement. Là encore cependant, le discours sur le prix tarde à se développer de façon explicite. L’argument financier repose avant tout sur la juxtaposition des prix et la formule usuelle est : « On paiera [...]. Ceux qui n’auront pas souscrit paieront [...] ». La proportion de remise faite aux souscripteurs n’est pas soulignée, ni même calculée par l’annonceur.

  • 68 AL, 1758, no 6, p. 279. Voir aussi AL, 1767, no 2, p. 265. AL, 1768, no 6, p. 353, une réédition à (...)
  • 69 MF, janvier 1778, p. 143 : en italique dans le texte. AC, 22 février 1768 : la Bibliothèque histor (...)

48Peu à peu, cependant, le discours prend de l’ampleur et l’on voit se développer certains arguments proprement financiers. Le premier repose sur l’accentuation du contraste entre les deux prix indiqués. Pour présenter avantageusement la remise, on commence par donner le prix ordinaire afin de mieux faire apparaître la réduction et, éventuellement, on souligne la faveur faite aux souscripteurs : « Le prix de ce Dictionnaire en 10 volumes in-folio sera, pour ceux qui n’auront pas souscrit, de 240 l. t. Mais, pour favoriser ceux qui voudront dès à présent en assurer un exemplaire, les libraires ci-après nommés ont fixé le prix des 10 volumes in-folio à 180l. t. »68. On souligne que le prix pour les non-souscripteurs est absolument fixé, sans diminution possible : « Ceux qui ne se seront point engagés par écrit à retirer les volumes à mesure qu’ils paroîtront, les payeront 15 l. t. en feuille, et cela avec d’autant moins d’espérance de diminution qu’on ne tirera qu’un très petit nombre d’exemplaires au-dessus de ceux déjà retenus »69. Non seulement, il est irrémédiablement plus élevé mais la faiblesse du tirage au-delà des exemplaires de souscription en fera un ouvrage rare, susceptible d’augmenter rapidement de prix au fur et à mesure que les exemplaires restant en vente seront plus recherchés.

  • 70 AC, 22 février 1768.
  • 71 5 octobre 1757.
  • 72 JP, 24 septembre 1777. Voir AL, 1768, no 3, p. 275, un volume sur cinq gratis pour le Grand vocabu (...)
  • 73 AAA, 26 avril 1758. On trouve des offres comparables pour la Collection de jurisprudence (AC, 18 a (...)
  • 74 AAA, 17 février 1768, Dictionnaire pour l’intelligence des auteurs classiques.

49La deuxième ligne d’arguments vise à adoucir la dépense, qui reste lourde. Les premières souscriptions répartissaient généralement les paiements en deux versements, à la souscription et à la parution. Pour raccourcir les délais de remise de l’ouvrage et éviter à l’éditeur une trop massive et trop longue immobilisation de ses capitaux, on a ensuite adopté une parution par livraisons en volumes, voire en cahiers, ce qui permet à l’éditeur de mettre l’accent sur l’étalement des paiements, voire sur leur dégressivité. Ainsi la réédition de la Bibliothèque historique du père Lelong, en quatre volumes in-folio, coûtera aux souscripteurs 96 l. t., soit 36 l. t. en recevant le premier tome, 24 l. t. au second, puis 24 et 12 l. t. pour les derniers70. L’inégalité des versements permet même d’annoncer un ou plusieurs volumes gratis, puisque les paiements sont achevés avant les dernières livraisons : pour les Tableaux généalogiques, on paye 6 l. t. à la souscription, 6 l. t. à la première livraison, 4 l. t. 10 s. à la suivante et « les sept autres planches sont gratis »71. L’inégale répartition des échéances permet aussi de prétendre qu’un volume sur cinq ou dix est offert aux souscripteurs : « On paye 24 l. t. en argent de France en souscrivant et l’on payera 10l. t. en recevant chaque volume, à l’exception des tomes X, XX et XXX qui seront délivrés gratis aux souscripteurs »72. Le terme gratis, toujours en italique dans l’annonce, ne peut manquer d’accrocher l’œil du lecteur, à qui l’éditeur promet ainsi un cadeau. Le cadeau est bien réel dans certains cas, lorsqu’on promet un supplément réservé aux souscripteurs : aux quinze volumes du Théâtre d’Italie s’ajoutera un volume des « six meilleures comédies de Goldoni » offert et réservé aux souscripteurs73. Enfin, certaines souscriptions ne sont plus que de simples inscriptions, sans paiement préalable : « rien de moins onéreux »74, même s’il s’agit seulement de retarder l’échéance.

50On constate donc qu’avec l’affichage des prix, la concurrence sur ce terrain se renforce et amène les éditeurs à intégrer la dimension financière à la promotion de leurs titres. S’ils les justifient et parfois les vantent en les situant par rapport au reste du marché, ils restent cependant prudents et ne mettent pas vraiment l’accent sur le bon marché, qui reste synonyme de piètre qualité.

51Alors même que les éditeurs profitent de la multiplication et de la diversification des supports d’annonce au XVIIIe siècle pour faire connaître plus systématiquement et plus largement une production en forte croissance, les prix ne sont pas toujours affichés et quand ils le sont, on ne sait pas toujours précisément à quel objet matériel ils correspondent et quelle sera la dépense réelle pour se procurer tel livre. La presse, qui s’adresse à une clientèle plus large, encore inconnue, et qui permet une description commentée du livre annoncé, est plus développée et plus précise à ce sujet mais, même dans ses pages, l’argumentation autour du prix reste marginale. Le prix n’est apparemment pas un élément prioritaire dans la transaction pourtant commerciale entre le libraire-éditeur et son client ; c’est en tout cas l’impression que les annonces donnent, quoique les correspondances contemporaines révèlent que les acheteurs sont sensibles au prix élevé des ouvrages. D’abord, le prix des livres est globalement stable et la simple description du volume permet de fixer assez aisément un ordre de grandeur de prix. Ensuite, la clientèle des livres et des journaux reste limitée pour l’essentiel à une minorité aisée de la population, qui voit dans le livre à la fois un texte et un objet de qualité, qui est attentive à la beauté du papier, à la propreté typographique, à l’élégance de la reliure et moins à son prix, contrepartie nécessaire. Pour un produit de demi-luxe, le prix n’entre que secondairement en ligne de compte.

  • 75 Élisabeth Parinet, Une histoire de l'édition contemporaine, Paris, 2004.

52Pourtant, face à l’élargissement du marché et au renouvellement partiel de la clientèle, les éditeurs se montrent plus clairs et plus précis sur leurs prix, pour faciliter les transactions. Ils en profitent pour insérer ce prix dans une argumentation plus ou moins explicite qui vise à le justifier, peut-être par rapport à des accusations de bénéfices excessifs, et à présenter l’acquisition de leur titre comme une dépense raisonnable au regard de la qualité offerte, voire avantageuse au regard des autres titres mis sur le marché. Ils cherchent davantage à rassurer sur un prix qui reste élevé qu’à attirer l’attention sur le bon marché. Protégés par les règlements corporatifs et par les privilèges éditoriaux qui atténuent la concurrence sur le terrain commercial, ils se soucient encore prioritairement de satisfaire leur clientèle traditionnelle et marginalement seulement d’attirer, par le renouvellement des produits imprimés et par une politique de prix attractive, les nouveaux lecteurs. U faudra attendre des évolutions fondamentales dans les conditions légales, économiques et techniques de la librairie, pour que se produise la « révolution éditoriale » qui amènera les éditeurs à baisser leurs prix et à attirer par le bon marché75.

Notas

1 Gilles Feyel, L'annonce et la nouvelle. La presse d'information en France sous l'Ancien Régime, Oxford, 2000, p. 312-347.

2 Sur ces différentes approches, voir : Michel Marion, « Approches du prix du livre au XVIIIe siècle », dans L’Europe et le livre. Réseaux et pratiques du négoce de librairie, dir. Frédéric Barbier, Sabine Juratic et Dominique Varry, Paris, 1996, p. 347-356 ; David Coward, « French books prices 1735-1790 », dans Transactions of the 8"’International Congress of the Enlightenment, t. II, Oxford, 1992, p. 953-956 ; Marie-Anne Merland, « Tirage et vente des livres à la fin du XVIIIe siècle », dans Revue française d’histoire du livre, 1973, no 3, p. 87-112.

3 BNF, Manuscrits, grec 3064 : Libri graeci impressi, catalogue d’Aldo Manuce, 1498 (Cat. libr., no 2032).

4 Catalogues de libraires 1473-1810, éd. Claire Lesage, Ève Netchine et Véronique Sarrazin, Paris, 2006.

5 L'échantillon des journaux varie évidemment selon la période, puisque le MF paraît pendant toute la période étudiée, VAL et les AAA dans la seconde moitié du siècle et le JP seulement en 1778 et 1788.

6 Roger Laufer, « L’espace visuel du livre ancien », dans Histoire de l’édition française, dir. Roger Chartier et Henri-Jean Martin, t. 1, Paris, 1989, p. 579-601.

7 G. Feyel, L'annonce..., p. 331-334.

8 D. Coward, « French books prices... », p. 955.

9 J’ai dépouillé les notices de Catalogues de libraires 1473-1810 pour les libraires parisiens jusqu’en 1789.

10 Cat. libr., no 2659 et 2661.

11 Ibid., no 2160, 2435 et 2500.

12 Ibid., p. 26.

13 Les ventes de livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle. Actes des journées d’étude organisées par l’École nationale des chartes (Paris, 15janvier 1998) et par l'École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Villeurbanne, 22janvier 1998), éd. Annie Charon et Élisabeth Parinet, Paris, 2000.

14 Henri-Jean Martin, « La prééminence parisienne », et Jean Queniart, « L’anémie provinciale », dans Histoire de l'édition française..., t. II, p. 331-371.

15 Cat. libr., p. 26, et Robert L. Dawson, « Notes on recording 18th -century French books », dans Transactions..., t. II, p. 960.

16 JP, 1777 : Historiae graecorum, 8 et 11 octobre ;L' art de parler et d'écrire correctement, 8 et 26 octobre.

17 Histoire de l'édition française..., t. II, p. 342-343.

18 Cité par G. Feyel, L'annonce..., p. 342.

19 Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, dir. François Furet, Paris/La Haye, 1965.

20 Catalogue des livres de De Hansy, Paris, 1754.

21 Catalogue des libraires Saugrain et Lamy, 1778, relié à la suite de la Notice des livres provenans du cabinet de M***.

22 Cat. libr., no 232, 234, 1542, 1648 et 2095.

23 MF, 1748 ; AL, 1767, t. I.

24 MF, janvier 1778 ; AAA, à partir de 1785.

25 Marc Martin, Trois siècles de publicité en France, Paris, 1992.

26 G. Feyel, L'annonce..., p. 362-384.

27 Ordonnance de police du 1er juillet 1734 et arrêt du parlement de Paris du 10 décembre 1760, cités par G. Feyel, L'annonce..., p. 399-400.

28 Par exemple AL, 1767, t. I, p. 238-240 : le Tableau analytique de la France, un adas, se vend « relié en veau trente-trois livres, en carton trente-deux livres ; séparé du Guide des voyageurs, en carton, dix-huit livres ».

29 AD Paris, D5B6, registre de comptes du libraire parisien Cellot, 1778 : la brochure des volumes in-8° lui coûte 2 sous pièce pour des lots de cent à deux cents exemplaires, 1 sous 3 deniers pièce pour cinq cents exemplaires.

30 AD Paris, D5B6, no 3256 : comptes du libraire Cellot, 1778, et D5B6, no 6175 : comptes du relieur Halle, 1763 ; la reliure d’un volume in-8° facturée par le relieur au libraire 15 sous est facturée par le libraire au client 1 livre tournois.

31 Catalogue des livres imprimés ou dont il y a nombre chez J. Barbou [...], Paris, 1763, no 149.

32 Véronique Sarrazin, Les almanachs parisiens au XVIIIe siècle. Production, commerce, culture, thèse de doctorat, université Paris I, 1997, dactyl., p. 474-479.

33 Catalogue des livres du fonds de la veuve Tilliard [...], 1775-1776 [no 2845],

34 .AL, 1768, t. III, p. 202 : annonce des Œuvres de Voltaire, in-4°, chez Panckoucke.

35 Catalogues de Panckoucke, à partir de 1778 [n° 2343-2350],

36 Une mention précoce pour la France ecclésiastique, 3 livres tournois broché, 3 livres tournois 10 sous franc de port, dans MF, février 1768, p. 143, mais l’habitude s’en développe plutôt après 1775.

37 Catalogue des livres qui se trouvent chez G. Desprez 1738 [n° 933] : « le tout à juste prix, tels qu’il les vend dans sa boutique » ; Catalogue des livres qui se trouvent chez la veuve de Gabriel-Charles Berton, 1761 : « le tout à juste prix ».

38 MF, juin 1748, p. 113 : annonce du Voyage d’Égypte, 2 vol. in-folio.

39 MF, juin 1738, p. 1157.

40 AAA, 29 avril 1778 : le prix des Epreuves du sentiment et des Anecdotes qui en forment la suite est désormais de 3 livres tournois broché, « à cause de l’augmentation du nombre de pages ». MF, février 1758, p. 67 : le cahier mensuel du journal de médecine coûtera désormais 16 sous car il comptera une feuille de plus.

41 AAA, 26 octobre 1757.

42 MF, juin 1738, p. 1157. Le MF (janvier 1738, p. 2) se fixe un objectif équivalent lorsqu’il demande aux annonceurs de fournir le prix de leurs produits : pour servir aux personnes, surtout en province, « qui ne sont pas sûres de l’exactitude des messagers et des autres personnes qu’elles chargent de leurs commissions, qui souvent les font surpayer ».

43 2 livres tournois à 2 livres tournois 10 sous pour un in-12 ; 4 l.t. à 4 l.t. 10 s. pour un in-8° ; 9 1.t. pour un in-4°.

44 M.-A. Merland, « Tirage et vente... », p. 87-112.

45 Lettre d’Antoine-Claude Briasson à Jean-Henri-Samuel Formey, 11 avril 1755, citée par Henri Duranton, « Les difficultés de l’édition au XVIIIe siècle » dans Mélanges offerts à Georges Couton, éd. Jean Jehasse, Claude Martin, Pierre Rétat et Bernard Yvon, Lyon, 1981, p. 507-512.

46 Correspondance passive de Formey, éd. Martin Fontius et Rolf Geissler, Paris/Genève, 1996, p. 364, lettre de Trublet à Formey. Voir aussi V. Sarrazin, Ler almanachs parisiens..., p. 403 : de nombreux almanachs, lorsqu’ils sont mis en vente plusieurs années de suite sans autre mise à jour que celle du calendrier, voient leur prix progressivement réduit.

47 V. Sarrazin, Les almanachs parisiens..., p. 403-407.

48 Gilles Eboli, « Bibliophilie à Aix-en-Provence au XVIIIe siècle », dans Bulletin du bibliophile, 2007, no 2, p. 311-332.

49 JP, 13 janvier 1788, Bibliothèque des dames.

50 MF, janvier 1738, « Avis », p. 2.

51 Catalogue des livres imprimés ou qui se trouvent en nombre chez Jean-Baptiste Gibert [...], Paris, 1761 (Cat. libr., no 1298).

52 Catalogue des livres imprimés chez Barthélémy Alix, Paris, 1734.

53 Catalogue [...] chez Jean-Baptiste Gibert... (Cat, libr no 1298).

54 Debure l’Aîné, 1756 fiat. libr., no 806) ; N. B. Duchesne, 1760 fiat. Hbr., no 1043) ; P. E Didot le Jeune, 1762 (Cat. Hbr., no 1011) ; veuve Tilliard, 1775 fiat, libr., no 2845).

55 Catalogue des livres imprimés chez Barthélémy Alix... : la Theologia dogmatisa et moralis coûte 24 l. t. pour huit volumes in-12, soit 3 l. t. le volume, mais « tous les volumes se vendent séparément 50 s. pièce ».

56 Catalogue des livres defonds et d’assortiment [...], à Paris, chez Duchesne, 1760 (Cat, libr., no 1043).

57 MF, mars 1738, p. 532 : les Sermons de La Boissière, 6 vol. in-12,15 l. t. : « On vend séparément le Carême pour la commodité de ceux qui ne sont pas en état de faire la dépense entière ». AL, 1767, no 2, p. 96, l'Histoire naturelle de Buffon, « quoique dépendante du plan général de l’ouvrage, forme autant d’ouvrages particuliers qu’on aura la liberté d’acquérir séparément ».

58 JP, 9 juin 1777. Voir aussi AAA, 14 septembre 1757, l’édition in-12 des Rêveries du maréchal de Saxe est « à l’exception des figures, aussi complette que les autres et peut-être encore plus exacte, d’être aussi la moins chère de toutes ». JP, 4 février 1777 : l’édition en neuf volumes in-12 des Œuvres complètes d’Alexis Piron est « aussi complette que celle en 7 volumes in-8° donnée en souscription l’année dernière ».JP, 8 juin 1787, les deux éditions in-8° à 6 l. t. reliée et in-12 à 3 l. t. reliée de la Religion considérée comme Punique base [...] « sont absolument conformes pour le texte, le caractère et le papier ».

59 AL, 1767, no 1, p. 68 ; MF, janvier 1768, p. 148 : les Fables de La Fontaine.

60 JP, 7 juin 1777.

61 AL, 1758, no 3, p. 338-352. Voir aussi AL, 1768, no 2, p. 42 : les vingt-quatre volumes de la Bibliothèque de campagne, coûtant 72 l. t. ou 48 l. t. en souscription, équivalent « à plus de 50 romans d’un ou deux tomes qu’on ne rassembleroit pas aisément et qui coûteroient l’un dans l’autre près de 200 l. t. ; ce qui ferait bien plus cher que la collection qu’on offre aujourd’hui ».

62 JP, 24 janvier 1787, Œuvres choisies de Dorat, Paris, Delalain l’Aîné.

63 AC, 18 avril 1768 : « Les augmentations considérables, les corrections qu’on a faites dans tout l’ouvrage, les attentions, les soins qu’on y a donnés pour le porter à sa perfection, et surtout le renchérissement des papiers survenu depuis dix-huit mois, en ont tellement accru les frais et la dépense, que le libraire se trouve dans la nécessité d’en augmenter le prix ».

64 JP, 17 avril 1777. Voir aussi AL 1778, no 4, p. 71.

65 AC, 6 juin 1768.

66 MF, juin 1748, p. 124. Voir aussi AAA, 26 octobre 1757 : dans l'Armorial alphabétique, on n’a mis de « supports » qu’aux armes de la famille royale, pour « diminuer les frais de la gravure qui auraient influé sur le prix du livre ».

67 MF, février 1758, p. 80, Méthode-facile pour apprendre l'arithmétique, 6 s. : « L’auteur la dorme à un prix si modique, afin qu’elle se répande plus facilement dans les écoles, surtout celles de charité ». JP, 10 avril 1777, l'Avis aux bonnes ménagères, de Parmentier, n’est « que de 24 s. ».

68 AL, 1758, no 6, p. 279. Voir aussi AL, 1767, no 2, p. 265. AL, 1768, no 6, p. 353, une réédition à 2 l. t. 10 s. le volume pour les souscripteurs, après quoi, prix fixé à 3 l. t. 10 s., « qui est le prix que ces volumes se sont toujours vendus » et les annonces pour l’abonnement au MF, en janvier de chaque année, à partir des années 1750.

69 MF, janvier 1778, p. 143 : en italique dans le texte. AC, 22 février 1768 : la Bibliothèque historique a un tirage limité dont « une partie a déjà été retenue par le roi ».

70 AC, 22 février 1768.

71 5 octobre 1757.

72 JP, 24 septembre 1777. Voir AL, 1768, no 3, p. 275, un volume sur cinq gratis pour le Grand vocabulaire françois.

73 AAA, 26 avril 1758. On trouve des offres comparables pour la Collection de jurisprudence (AC, 18 avril 1768), pour la Collection des meilleurs auteurs de la langue italienne (AC, 30 mai 1768) et pour le Voyage pittoresque de l'Italie (AL, 1778, no 4, p. 343).

74 AAA, 17 février 1768, Dictionnaire pour l’intelligence des auteurs classiques.

75 Élisabeth Parinet, Une histoire de l'édition contemporaine, Paris, 2004.

Índice de ilustraciones

Leyenda Figure no 1. Catalogue des livres imprimés, ou qui se vendent à Paris chez Nyon fils [...], 1745. BNF, Q. 9128.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1499/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 135k
Leyenda Figure no 2. Catalogue des livres qui se vendent à Paris chez Nyon fils 1751, p. 11. BNF, Q. 9129.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1499/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 55k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540