Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Livre entre le commerce et l'histoire des idées

 | 
Annie Charon
, 
Claire Lesage
, 
Ève Netchine

Première partie. Les catalogues, sources de l'histoire du livre

Pierre François Fauche, l’imprimeur-libraire européen et ses catalogues

Vladimir Somov

Résumé

Issu d’une famille neuchâteloise, Pierre François Fauche établit son activité à la fin du XVIIIe siècle à Flambourg et Brunswick (Braunschweig), qui sont alors des centres importants de l’émigration et de la librairie françaises. Ses liens avec le milieu des émigrés et son implication dans la vie politique de l’époque révolutionnaire se lisent dans ses choix éditoriaux, notamment dans la réimpression d’éditions parisiennes telles que le Mercure de France et l’édition d’ouvrages d’émigrés éminents (Dumouriez, Lally-Tollendal, Mallet du Pan, Madame de Genlis, Sénac de Meilhan, etc.). Sa production la plus fameuse reste Le spectateur du Nord. Pour assurer la diffusion de ses publications, Fauche recourt aux moyens les plus divers : annonces dans les périodiques, y compris ses propres journaux, création de cabinets de lecture, voyages commerciaux et visites de foires, et enfin édition de nombreux catalogues. Les seuls qui nous soient parvenus, qui couvrent la période de 1788 à 1798, se trouvent à présent dispersés en Allemagne, en France et en Russie. Les milliers d’ouvrages qu’ils proposent sont pour la plupart en français. Instruments de travail et de promotion, les catalogues de P. F. Fauche révèlent la production de ses presses, sa politique commerciale, son réseau de correspondants, et constituent un corpus important de sources pour l’histoire de la librairie française en Europe à l’époque de la Révolution.

Texte intégral

1Les mentions de l’ouvrage Catalogues de libraires 1473-1810, éd. Claire Lesage, Ève Netchine et Véronique Sarrazin, Paris, 2006, seront abrégées de la façon suivante : Cat. libr.
Cette étude a reçu le soutien de la Herzog August Bibliothek à Wolfenbüttel et de la fondation Maison des sciences de l’homme à Paris. Je tiens à remercier mes collègues pour leurs conseils : Georges Dulac (Montpellier), Gillian Bepler (Wolfenbüttel), Peter Albrecht (Brunswick), Otto S. Lankhorst (Nimègue), Annie Charon, Sonia Colpart, Sabine Juratic, Jean-Dominique Mellot, Frédéric Barbier, Vladislav Rjeoutski (Paris), Michel Schlup, Maryse Schmidt-Surdez (Neuchâtel), Nina Mitrikovskaja, Serguei Karp, Evgueniï Zaïtzev (Moscou), Nathalia Elaguina, Serguei Korolev et Konstantin Chorokhov (Saint-Pétersbourg).

  • 1 Histoire de l'édition française, éd. Jean-Henri Martin et Roger Chartier, t. II : Le livre triomph (...)
  • 2 Jean-Daniel Candaux, « Louis Fauche-Borel, imprimeur de la Contre-Révolution (1791-1798) », dans A (...)
  • 3 Michel Schlup, « Fauche, famille », dans Dictionnaire encyclopédique du livre, Paris, 2005, p. 185 (...)

2Pierre François Fauche (1763-1814) est une personnalité marquante de la librairie française du nord de l’Europe. Il résidait dans deux villes allemandes, Flambourg et Brunswick (Braunschweig), qui devinrent, à l’époque de la Révolution, des centres importants de l’émigration et de la librairie françaises. On trouve de nombreuses études sur les émigrés dans les pays allemands ; l’histoire de la production et du commerce des ouvrages français en Allemagne, en revanche, n’a pas été suffisamment étudiée1. Jean-Daniel Candaux faisait remarquer en 1986 qu’« il n’existe malheureusement aucune monographie ni même aucune notice sérieuse sur ce libraire-éditeur neuchâtelois, de stature européenne »2. Vingt ans plus tard, la situation reste presque inchangée, même si l’on a vu récemment la parution d’un article érudit de Michel Schlup sur la famille Fauche dans le Dictionnaire encyclopédique de livre3.

I. — La maison Pierre François Fauche et Cie

  • 4 Histoire de l'édition française..., p. 243-244 et 440-467.
  • 5 Sur la famille Fauche, voir : André Fauche, Famille Fauche, [Paris], 1982, p. 98 (ouvrage inédit d (...)
  • 6 Franklin Kopitzsch, Grundzüge einer So zialgeschichte der Aufklärung in Hamburg und Altona, Hambou (...)
  • 7 J.-D. Candaux, « Louis Fauche-Borel, imprimeur... », p. 383.

3Pierre François Fauche (figure no 1) est le fils d’un imprimeur-libraire neuchâtelois, Samuel Fauche (1732-1803), qui fut l’un des cofondateurs de la Société typographique de Neuchâtel et qui fonda par la suite sa propre entreprise4. La ville de Neuchâtel, grâce à son proche voisinage avec la France, devint à cette époque l’un des grands centres de l’édition française à l’étranger. Pierre François travailla d’abord chez son père avant de partir, en 1783, gérer les succursales familiales en Allemagne5. Le fait que le canton de Neuchâtel fût dans la dépendance politique du roi de Prusse facilitait les relations des libraires avec les pays allemands. Pierre François résida d’abord à Hambourg6, puis il ouvrit une librairie à Brunswick. Son entreprise prit de l’importance pendant les années de la Révolution grâce à l’afflux des émigrés, lui-même étant lié étroitement à ce milieu7.

  • 8 Mémoires inédits de madame la comtesse de Genlis, sur le dix-huitième siècle et la Révolution fran (...)
  • 9 Fernand Baldensperger, Le mouvement des idées dans l’émigration française (1785-1815), t.I : Les e (...)
  • 10 Abraham-Louis Fauche-Borel, Mémoires, Paris, 1829 ; id., Précis historique des différentes mission (...)

4Parmi les livres imprimés par Fauche, il faut noter des réimpressions des éditions parisiennes (Mercure de France, etc.) et des ouvrages d’émigrés éminents (Dumouriez, Lally-Tollendal, Mallet du Pan, Sénac de Meilhan, Madame de Genlis, etc.) dont plusieurs témoignèrent leur reconnaissance à Fauche ; ainsi Madame de Genlis rappelle-t-elle à deux reprises dans ses Mémoires que le libraire l’a généreusement rétribuée pour son roman Les chevaliers du Cygne ou la cour de Charlemagne (Hambourg, 1795) : « L’honnête libraire Fauche m’en offrit de lui-même trois cents frédérics d’or : j’avais dans ce moment un tel besoin d’argent que je l’aurais donné pour cinquante »8. La maison de Pierre François à Hambourg était l’un des principaux centres de l’émigration9, comme le raconte son frère, l’imprimeur-libraire Abraham-Louis Fauche-Borel (ou Borel d’après le nom de sa femme [1762-1829]), qui était lui-même un agent royaliste10 :

  • 11 A.-L. Fauche-Borel, Mémoires..., t. I, p. 34-35.

L’établissement de mon frère François Fauche, à Hambourg, avait pris un énorme accroissement depuis qu’il s’était allié à la famille de Loevening de Borcette et, par un second mariage, à celle du général Swickeld d’Hanovre. On peut dire, avec vérité, que c’est en partie à son activité et à la grandeur de ses entreprises que la littérature française reçut, à cette époque, une forte impulsion en Allemagne, en Russie et en Pologne, et cela, par effet de la modicité de prix des éditions que mon frère faisait des meilleurs livres qu’on publiait à Paris, et qui se trouvaient ainsi à la portée des acheteurs de toutes les classes11.

Figure no 1. Portrait de Pierre François Fauche, photographie d’après huile sur toile. Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel, avec l’aimable autorisation de M. Henry Fauche.

  • 12 Ibid., t. II, p. 202.

5Borel nous apprend aussi que la maison hambourgeoise de son frère était « le rendez-vous des émigrés et des gens des lettres. Le comte de Rivarol y venoit travailler à son fameux Dictionnaire, et Mr. Baudus y composait Le spectateur du Nord qu’il rédigeait pour le compte de mon frère »12.

  • 13 Peter Albrecht, « Das Zeitalter des aufgeklärten Absolutismus », dans Die Braunschweigische Landes (...)
  • 14 Martina Graf, Bush-und Lesekultur in der Residenzstadt braunschweig zur Zeit der Spätaufklärung un (...)

6À partir de 1797, Pierre François Fauche s’associa à un émigré séjournant à Brunswick, le marquis de La Maisonfort, avec qui il fonda la Société littéraire et typographique de Brunswick (SLTB). Antoine Philippe Dubois des Cours, marquis de La Maisonfort (1763-1827), qui devint son associé principal, était un agent de la cour royale qui fut toujours soutenu par le duc de Brunswick, Karl Wilhelm Ferdinand, l’une des personnalités les plus éminentes de la Contre-Révolution13. L’activité de la SLTB comme le travail de Fauche lui-même avaient donc une orientation politique claire. Notons que l’histoire de la SLTB a été étudiée récemment par une chercheuse allemande, Martina Graf14.

  • 15 Holger Böning et Emmy Moepps, Deutsche Presse. Biobibliographische Handbücher zur Geschichte der d (...)
  • 16 Marquis Antoine-Philippe de La Maisonfort, Mémoires d’un agent royaliste sous la Révolution, l'Emp (...)

7La publication la plus connue de Pierre François Fauche, Le spectateur du Nord, journal politique, littéraire et moral (1797-1802)15, était un périodique de ton modéré qui connut surtout une diffusion dans l’Europe du Nord mais fut interdit en France. Pour éviter les poursuites de la part du pouvoir républicain, on avait remplacé sur la page de titre le nom de la ville de Hambourg par celui du Holstein puis par celui de la Basse-Saxe, mais les Mémoires du marquis de La Maisonfort nous apprennent qu’en fait, c’est à Brunswick qu’était publié Le spectateur du Nord16.

8La rencontre avec La Maisonfort et la création de la SLTB assurèrent l’essor de l’entreprise mais eurent des conséquences douloureuses sur la vie privée de Pierre François. Le marquis l’a raconté lui-même avec sincérité :

  • 17 Ibid., p. 210-211.

J’écrivis L’état réel de la France, un fort volume in-douze, et trois mois après, L’état réel de l’Europe. Ces deux ouvrages, qui ne sont que le même en deux volumes, eurent le plus brillant succès. [...] Je portai cet ouvrage à M. FaucheBorel (il confond les noms des deux frères) à Hambourg, qui me l’acheta cinquante ducats le volume, et me fit faire connaissance de sa femme, dont je devins passionément [sic] amoureux, ce qui m’entraîna dans une série de fausses démarches et décida pour plusieurs années de mon goût pour la librairie, goût qui ne fut jamais à vrai dire que pour la femme d’un libraire. M. FaucheBorel, à cette époque, créait un journal intitulé Le spectateur du Nord ; il me proposa de m’y associer. Tout ce qui m’attachait à sa maison me convenait alors, et je devins le collaborateur de Rivarol et d’un M. Baudus qui, depuis, a été attaché au département des Affaires étrangères17.

9Le commerce était l’activité principale de Fauche. Il possédait des dépôts en Allemagne (à Hambourg, Brunswick, Leipzig), à Paris et à Londres, et vendait des livres au détail et en nombre. Son réseau touchait des libraires dans de nombreuses villes : Strasbourg (Levrault, Treutel & Wurtz), Vienne (Degen), Hambourg (Durand l’Aîné), Leipzig (Rabenhosrt, Voss, Leo), Berlin (de Lagarde), Paris (Maradan, Bossange, Masson & Besson), Saint-Pétersbourg, Moscou ; il fournissait même des livres aux États-Unis (à Boston et Philadelphie).

II. — La publicité

  • 18 .Le spectateur du Nord, août 1800.

10Pour assurer la publicité de sa production et de l’assortiment de sa librairie, Pierre François Fauche avait recours à des moyens divers : annonce dans les périodiques, création de ses propres journaux, organisation de cabinets de lecture, voyages commerciaux, visites de foires et, enfin, édition de catalogues. Fauche insérait régulièrement des annonces dans les principaux journaux des villes dans lesquelles il résidait, tels le Staats-und Gelehrte Zeitung des Hamburgischen unpartheyischen Correspondenten (connu sous le nom de Hamburgischer Correspondent) et les Braunschmigische Anzeigen ; il le faisait habituellement en deux langues, l’allemand et le français. Dans le Hamburgischer Correspondent, il publiait également le sommaire de chacun des numéros de son journal, Le spectateur du Nord, et précisait les conditions de la souscription à ce périodique. Chaque fascicule comporte à la fin des annonces de « livres nouveaux » ou de « nouveautés qui se trouvent chez Pierre-François Fauche et Comp », etc. Fauche recherchait également des livres d’occasion pour ses clients ou pour lui-même, comme le montre cette annonce : « On voudrait trouver à acheter le 1er vol. du diction, de Bayle in-fol. edit. de Rotterdam 1720. S’adresser à Mr P. F. Fauche et Comp. à Hambourg »18. Au mois de novembre 1798, Fauche signala dans ces termes la publication à Hambourg d’un nouveau mensuel, sous le titre de Journal littéraire et bibliographique (1799-1802) :

Avis des éditeurs du Spectateur du Nord. Les éditeurs de ce journal préviennent le public, et en particulier les abonnés du Spectateur du Nord, qu’à commencer du mois de janvier prochain, il paroîtra chez eux un journal bibliographique et littéraire, dans lequel tous les ouvrages français imprimés soit en France, en Angleterre, en Allemagne, etc. seront annoncés. On y joindra une courte analyse raisonnée des ouvrages les plus saillans, qui mettra le lecteur à même de juger du mérite et du genre de chaque ouvrage. Ce journal sera de deux feuilles. 8°. Imprimé en petit caractère et sur deux colonnes. Il paroîtra tous les mois, à la même époque que le Spectateur du Nord, sera du même format, afin de pouvoir être relié avec lui, et envoyé sous la même couverture aux personnes abonnées à l’un et l’autre.

11Les éditeurs proposent d’avantageuses conditions de souscription :

  • 19 .Journal littéraire et bibliographique, janvier 1799, p. 1 ; voir aussi Le spectateur du Nord, nove (...)

Le prix de l’abonnement pour l’année entière est de 7 m. [marks] 8 sch. [schellings] d’Hambourg ou de 3 rtlr. [reichstaler] de Saxe, et seulement de 3 m. 12 sch. ou 1 rtlr. 12 gr. [groschens] de Saxe pour ceux qui seront en même temps abonnés au Spectateur du Nord19.

  • 20 Journal littéraire et bibliographique, décembre 1799, p. 392.

12Le premier numéro, publié le 31 janvier de 1798, sera servi gratuitement à tous les abonnés du Spectateur du Nord. Ce journal, qui ne se limitait pas à la production de Fauche ou à ses assortiments, annonçait des nouveautés de l’édition française à travers toute l’Europe, et ce dès 1799, première année de sa parution. Les notices étaient détaillées, comprenant non seulement le titre, le nom de l’auteur, le lieu et la date d’édition, mais aussi le format et parfois même le nombre de pages. Le résumé de chaque ouvrage traité, très bref au début de l’existence du Journal, devint beaucoup plus développé par la suite. Les articles tirés des « journaux de France » étaient anonymes, les textes écrits par les collaborateurs du journal étaient signés de leurs initiales. Les livres répertoriés sans ordre précis, au début du journal, furent ensuite rangés par matières dans les sections suivantes : « religion, philosophie, morale », « éducation », « histoire générale et particulière », « législation, politique », « sciences et arts », « médecine », « littérature », « poésie », « théâtre », « voyages », « romans », « mélanges et recueils », « ouvrages en langues anciennes ou étrangères ». Fauche définit lui-même le public visé : « Cette collection ne peut qu’être utile aux libraires, aux auteurs, et même à toutes les personnes qui s’occupent de sciences et de littérature »20.

III. — Les catalogues

13Les périodiques et les autres publications de Fauche mentionnent à plusieurs reprises des catalogues dont certains restent à découvrir. En 1786, dans le prospectus d’un cabinet de lecture qu’il veut ouvrir à Brunswick, à l’exemple de celui de Hambourg, le libraire informe que :

  • 21 Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Gn Kapsel 50 (36).

Ce cabinet sera formé de 4 000 à 5 000 volumes d’ouvrages propres à satisfaire tous les goûts. [...] Tous les six mois on donnera à messieurs les abonnés, une note des livres dont le cabinet aura été augmenté. Notre catalogue qui va paroître, contiendra la liste des journaux qui se distribuent chez nous. L’on y désigne par un astérisque tous les journaux et autres ouvrages destinés à la circulation et comme il porte les prix de tous nos livres, en mark courant de Hambourg, la réduction s’en sera pour Brunswig à 9 bons gros par mark courant, afin que le souscripteur, soit qu’il ait égaré ou taché un livre du cabinet, soit qu’il se soit déterminé à le garder, sache ce qu’il aura à rembourser21.

14En 1792, les Braunschweigische Anzeigen annoncent :

  • 22 Braunschweigische Anzeigen, 1792, no 37.

Pierre François Fauche libraire à Hambourg, instruit messieurs les amateurs de la littérature qui sont à portée de se fournir de livres à son magazin de Brunswick, que le catalogue qu’il vient de publier est celui de tout ce que contiennent les trois magazins de Leipzig, de Brunswick et de Hambourg. Il lui seroit donc impossible de tenir dans chacune de ces villes un assortiment aussi complet qu’il est considérable ; mais la proximité de Brunswic avec Hambourg et Leipzig est si favorable, que dans l’espace de 6 à 8 jours, on peut en recevoir tout ce qui ne se trouverait pas du dit catalogue dans le magazin de Brunswic. Le même libraire saisit cette occasion pour annoncer que venant d’établir un de ses frères à Paris on pourra désormais lui remettre avec toute confiance des commissions pour la France au quelle il promet des soins très assidus22.

15Ce frère « établi à Paris » n’est autre que Jean Pierre Louis Samuel Fauche (voir ci-dessous).

  • 23 Staats-und Gelehrte Zeitung des Hamburgischen unparthtyischen Correspondenten, 20 janvier 1796, no(...)
  • 24 Ibid., 18 juin 1796, no 98.
  • 25 Ibid., 6 août 1796, no 126.

16Au mois de janvier 1796, Pierre François déclare dans le Hamburgischer Correspondent : « Je publie maintenant le catalogue des livres que j’ai acquis en dernier lieu à Paris. Comme il sera très considérable, je le fais paroître par cahier ; le premier est aux ordres de messieurs les amateurs »23. Au mois de juin 1796, notre libraire s’adresse à ses clients dans le même journal en ces termes : « Le public est averti, que P. F. Fauche, imprimeur et libraire, distribue un catalogue de nouveautés » (la même annonce en allemand)24. Nous n’avons pas retrouvé ce catalogue de l’année 1796 mais son existence est confirmée par le témoignage de Christoph Daniel Ebeling (1741-1817), savant et bibliothécaire hambourgeois ; celui-ci fut surpris d’apprendre par ce Catalogue des livres nouveaux et nouvelles éditions chez P. F. Fauche l’annonce de la traduction française de son ouvrage Erdbeschreibung und Geschichte von America et manifesta son étonnement dans les pages du même journal25. Au mois de septembre 1797, Fauche mentionne son nouveau catalogue dans le Hamburgischer Correspondent. Cette fois-ci, il annonce une de ses publications, le Discours préliminaire du nouveau dictionnaire de la langue française par Rivarol et propose aux souscripteurs une loterie :

  • 26 Ibid., 27 septembre 1797, no 154.

Tous ces lots payables en bons livres classiques, d’histoire proprement dite, d’histoire naturelle, de poésies, de belles-lettres, de bons traités sur les sciences et sur les arts, de voyages, de bons romans etc. etc. dont le catalogue composé de plus de 4 000 ouvrages, sera fourni, immédiatement après le tirage, aux souscripteurs gagnans, pour qu’ils y fassent leur choix jusqu’à la concurrence du lot qui leur sera échu. Les prix de ce catalogue seront ceux connus à Hambourg, et établis en livres en France26.

17À la fin de l’année 1797, on lit dans le même journal :

  • 27 Ibid., 27 décembre 1797, no 206.

Pierre François Fauche, imprimeur-libraire à Hambourg, étant sur le point de faire un voyage de plusieurs mois dans le Nord, relatif à son commerce de librairie, a l’honneur de renouveller au public le souvenir de l’association, dont il a fait part à ses correspondans dans sa circulaire du 1er juin dernier sous la raison de commerce de Pierre François Fauche et Comp. La maison de P. F. Fauche et comp. profite de cette occasion pour recommander aux amateurs le double établissement qu’elle a formé, savoir, son imprimerie de Brunswick, où l’on trouvera réuni tout ce qui regarde l’art typographique, et sa librairie de Hambourg, placée dans la maison du sieur Fauche sur le Jungfernstieg. Le catalogue qui va paraître de ses magasins de Hambourg, de Leipsic, de Brunswick, de Londres et de Paris et les nombreux ouvrages qui vont sortir de ses presses prouveront au public l’avantage qu’elle se promet d’une réunion qui ne peut qu’accroître ses relations et son commerce. Hambourg, le 20 décembre 179727.

  • 28 Le spectateur du Nord, octobre-décembre 1797.

18Le même texte se trouve dans Le spectateur du Nord28. Cette annonce, particulièrement intéressante, informe le public du voyage commercial dans le nord de l’Europe et de la récente création de la SLTB.

  • 29 Cet article était déjà terminé quand j’ai appris l’existence, à la bibliothèque de l’université de (...)

19Parmi cette abondante production catalographique, seuls cinq sont pour le moment identifiés, en Allemagne, en France, en Suisse et en Russie29. Ils couvrent la période allant de 1788 à 1798. Nous les citons dans l’ordre chronologique.

1. Le catalogue de Brunswick de 1788

  • 30 Notons que cette bibliothèque faisait des acquisitions chez Fauche : Wolfenbüttel, Herzog August B (...)

20La Herzog August Bibliothek à Wolfenbüttel, qui possède une belle collection de catalogues de libraires et de catalogues de vente, conserve deux catalogues de Fauche, tous deux publiés à Brunswick30.

  • 31 Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Q 500 Helmst 8°.

21Le premier, un in-8° de trois cent seize pages daté de 1788, provient, comme le montre le cachet au verso de la page de titre : « EX BIBLIOTHECA ACADEMIAEIULIAE CAROLINAE HELMSTADII », de l’ancien fonds de l’université de Helmstedt, qui évidemment achetait des livres chez Fauche31. La page de titre (figure no 2) est explicite sur les richesses de la librairie : « Catalogue des livres françois, anglois, italiens et latins, qui se trouvent chez Pierre François Fauche et Comp. imprimeurs-libraires à Hambourg et Brunswig. Brunswig, 1788 ».

22Au verso (figure no 3) sont précisés les éléments commerciaux : « Les prix de ce catalogue seront réduits en argent de Brunswig à 9 bon-gros le mark courant ». Notons que les prix sont indiqués en marks courants, utilisés à Hambourg. Quatre mille neuf cent vingt-neuf ouvrages sont décrits dans l’ordre alphabétique des titres. Les livres en français – quelque quatre mille – figurent presque à chaque page ; les œuvres dramatiques et lyriques forment une section à part (trois cent quarante-six ouvrages), sous le titre : « pièces de théâtre ».

Figure no 2. Catalogue des livres françois, anglois, italiens et latins, qui se trouvent chez Pierre François Fauche et comp. imprimeurs-libraires à Hambourg et Brunswig, Brunswig, 1788, page de titre. Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Q 500 Helmst 8°.

Figure no 3. Catalogue des livres françois, anglois, italiens et latins, qui se trouvent chez Pierre François Fauche et comp. imprimeurs-libraires à Hambourg et Brunswig, Brunswig, 1788, p. 1.
Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Q 500 Helmst 8°.

23Après les livres en français viennent les ouvrages en allemand (cinq cent vingt-neuf titres), en italien (cent soixante-dix-sept titres), en anglais (quatre-vingt-cinq titres), en espagnol (sept titres) et, enfin, dans une section à part, les livres en latin (cent vingt-quatre titres). Les titres en allemand (qui, contrairement à ceux en d’autres langues, ne sont pas indiqués au titre du catalogue) sont imprimés en alphabet gothique. À la fin du catalogue se trouve une section « estampes et cartes géographiques » (quarante-six ouvrages) (figure no 4).

Figure no 4. Catalogue des livres françois, anglois, italiens et latins, qui se trouvent chez Pierre François Fauche et comp. imprimeurs-libraires à Hambourg et Brunswig, Brunswig, 1788, p. 314-315.
Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Q 500 Helmst 8°.

2. Le catalogue de 1792

  • 32 Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Schulenb. A 39.

24Un autre catalogue, daté de 1792, provient de la collection des comtes von der Schulenberg d’après son ex-libris gravé32. La page de titre résume tout le contenu du catalogue :

Catalogue de la librairie a Brunswic de Pierre François Fauche. Table des auteurs connus, dont les ouvrages se trouvent dans ce catalogue pages I à XXIV

Livres français

pages 1 à 185

Pièces de théâtre

pages 186 à 201

Livres anglais

pages 201 à 209

Livres italiens

pages 209 à 216

Livres latins

pages 216 à 222

Livres français entrés dans la librairie pendant l’impression de ce catalogue

pages 223 à 227

Ouvrages périodiques

pages 227 à 228

Cartes géographiques

page 228

A Brunswick, chez Pierre François Fauche. 1792.

25Le catalogue broché, de format in-8°, compte deux cent vingt-huit pages et comporte au total quelque cinq mille quatre cents titres, parmi lesquels les ouvrages en français – quelque cinq mille titres – dominent. Les autres langues (anglais, italien et latin) comptent en tout environ quatre cent soixante titres. Contrairement au catalogue de 1788, celui-ci ne comporte pas de livres « allemands » ; Fauche arrêta probablement de vendre les ouvrages en allemand, pour lesquels il avait plusieurs concurrents. Tous les livres sont répertoriés par ordre alphabétique de titre. La particularité de ce catalogue est la section réservée aux périodiques (dix-sept titres). Les prix sont toujours indiqués, mais cette fois-ci dans la devise en usage à Brunswick – en reichstalers de Saxe et en groschens. Remarquons que certaines pages portent toutefois des prix en marks et en schellings. On peut supposer que cette confusion vient d’une faute d’impression.

3. Le catalogue des frères Fauche (1792)

  • 33 J’ai consulté la photocopie de ce catalogue à la bibliothèque publique et universitaire de Neuchât (...)
  • 34 À la page 58, on voit l'« avis » de la souscription pour le Journal de commerce chez Fauche-Borel (...)
  • 35 Cat. libr., p. 354, no 1904-1906 ; p. 568, no 3121-3122. Voir l’annonce dans le journal Braunschwe (...)
  • 36 J.-D. Mellot et É. Queval, Répertoire d’imprimeurs-libraires..., p. 308, no 1877 ; André Fauche, F (...)

26En cette même année 1792 fut publié un catalogue qui présentait l’ensemble de l’activité de la famille Fauche, comme le montre son titre : Catalogue des livres qui se trouvent chez L. Fauche Borel, imprimeur du Roi, A Neuchâtel en Suisse, 1792. Hambourg chez François Fauche. Leipsig, chez Fauche, Voss & Léo. Paris, Chez Samuel Fauche, rue des Bernardins, No 25. Un exemplaire de ce catalogue se trouve à la bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds (Suisse)33. C’est une brochure in-4° de soixante-trois (cinquante-huit et cinq) pages. Au total, quelque deux mille ouvrages sont décrits dans l’ordre alphabétique des titres. Ce sont toujours des livres en français, à l’exception d’une centaine d’ouvrages en latin (cinquante-cinq titres), en anglais (quinze) et en italien (vingt-sept). À la fin du catalogue, on trouve deux suppléments contenant des ouvrages en français. Les prix sont indiqués en livres et en sols. Comme le montre l’ordre des noms dans le titre, ce catalogue fut publié par A. L. Fauche-Borel34. Il présente donc surtout le fonds et l’assortiment de ce dernier, mais tous ses livres étaient également disponibles dans les autres succursales de l’entreprise familiale. On pouvait ainsi les acheter chez Pierre François Fauche à Hambourg et à Leipzig, où Pierre François avait des liens avec les libraires Georg Voss et Friedrich August Leo35. Brunswick n’est pas mentionné, probablement parce qu’il existait par ailleurs un catalogue, décrit ci-dessus. Le troisième nom cité dans le titre est celui de Samuel Fauche de Paris. Il s’agit d’un des frères Fauche, Jean Pierre Louis Samuel, ou bien Samuel (1770-1816), qui portait le même prénom que son père. Il travaillait alors chez le Parisien Jean-François Hubert Guillot, dont la librairie était située rue des Bernardins, au no 2536. En 1792, Guillot fut condamné à mort et exécuté pour avoir fabriqué de faux assignats et cette succursale parisienne disparaît de nos sources.

27Le catalogue neuchâtelois de 1792 démontre la pérennité des liens entre les affaires des frères Fauche, entreprise familiale tournée vers la diffusion des livres français dans une vaste aire géographique.

4. Le catalogue de 1798

  • 37 Bibliothèque nationale de Russie, 16. 33. 9. 55.

28Le quatrième catalogue, daté de 1798 et publié à Hambourg, est connu par l’exemplaire couvert de papier gris qui se trouve à la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg37. La page de titre est riche d’informations :

Catalogue des livres français, anglais, italiens et latins, qui composent les divers dépôts de la librairie de Pierre-François Fauche et Comp. Imprimeurs-libraires à Hambourg. Ce catalogue étant celui des livres qui composent nos magasins de Hambourg et les divers dépôts que nous avons à Londres, à Paris, à Leipzig et à Brunswig, nous avons marqué d’un astérisque ceux qui sont dans ces dépôts, d’où nous les tirerons pour satisfaire aux demandes qui nous en seront faites. Tous les autres existants dans notre librairie à Hambourg, nous pourrons les fournir sur le champ. Outre les ouvrages contenus dans ce catalogue nous procurerons aux amateurs tout article de librairie dont ils nous passeront la commission. Nous nous chargeons aussi de la composition de bibliothèques entières, nos liaisons étendues nous en donnant tous les moyens. Hambourg, chez Pierre-François Fauche et Comp. imprimeurs-libraires, 1798.

29Le catalogue, de format in-8°, compte trois cent quatre-vingt-cinq pages, non numérotées à l’exception des pages 2 à 16 ; au verso de l’avant-titre, on trouve des explications sur les prix : « Les prix de ce catalogue sont en marks courant de Hambourg, de 16 schellings ou 32 sols de France. 7 ½ mk. font un ducat d’Hollande. 13 mk. font un frédéric d’or de 5 écus. L’agio du courant de Hambourg contre l’argent de banque est de 18 à 20 pct. ».

30Si l’on en juge par la page de titre, on peut supposer que ce catalogue présente l’ensemble du fonds et des assortiments de Fauche vers l’année 1798. Fauche destinait avant tout son catalogue au public de Hambourg. Cette période étant celle durant laquelle Fauche tentait de s’implanter dans le vaste et prometteur marché de l’Europe du Nord, le catalogue vise également le public étranger, comme le montre l’« avis sur ce catalogue » :

La maison de Pierre François Fauche et Compagnie (imprimeurs et libraires à Hambourg) ayant fait faire le catalogue qu’elle met en ce moment sous les yeux du public, tel qu’il lui est permis de l’imprimer dans la ville qui est le principal siège de son commerce, n’en déclare pas moins que, d’après son respect pour les loix, les gouvernemens et les autorités des différens pays avec lesqueles elle se trouve en relation, elle ne fournira, expédiera, vendra aux particuliers et libraires de ceux de ces pays dans lesquelles une censure est établie, que les ouvrages qui n’y seront pas deffendus ; déclare en son particulier le sieur P. F. Fauche se conformer, pendant le voyage qu’il va faire dans le Nord, à toutes les ordonnances de ces pays qui concernent la librairie, et y regarder comme rayé de son catalogue tous les articles prohibés qui pourraient s’y trouver, et qui lui seraient désignés comme tels par la censure.

  • 38 Le spectateur du Nord, octobre-décembre 1797, p. [vi].

31Ajoutons que l’annonce de ce catalogue dans Le spectateur du Nord en décembre 1797 désigne clairement les pays visés : « Le sieur Fauche cherche un compagnon de voyage pour aller en Russie, par Berlin, Danzig, Königsberg, Memel, Riga, et Pétersbourg. Il partira du 15 au 20 janvier »38. Ainsi Fauche cherchait-il à conquérir le marché de l’empire de Russie et celui de la Suède ; plus tard, après sa banqueroute, il passa même quelques années dans la ville de Gôteborg. L’exemplaire de Saint-Pétersbourg confirme cette orientation suédoise : la page de titre porte un envoi manuscrit : « Pour Monsieur le bibliothècaire Giorwell ». Le catalogue était donc adressé à Carl Christoffer Gjôrwell (1731-1811), homme de lettres suédois qui occupait le poste de bibliothécaire du roi de Suède. On peut supposer également que cet exemplaire est entré à la Bibliothèque impériale publique (actuellement Bibliothèque nationale de Russie) avec la collection du comte Petr Cornilievitch Suchtelen (Jan Pieter van Suchtelen, 1751-1836), bibliophile passionné, ingénieur militaire néerlandais au service de la Russie, devenu diplomate, ambassadeur russe à Stockholm, où il acquit un grand nombre de manuscrits et d’imprimés.

32Cette liste de livres datée de l’année 1798 est plus impressionnante que les précédentes. Le catalogue a été dressé après l’association avec le marquis de La Maisonfort et la création de la SLTB. Il contient au total quelque huit mille ouvrages rangés dans l’ordre alphabétique des titres. On relève quelque sept mille quatre cents titres en français, deux cent trente en anglais, cent soixante-treize en italien, cent vingt-six en latin. Les livres en allemand sont absents, comme déjà en 1792. Une section à part est comme toujours consacrée aux « pièces de théâtre » (cinq cent soixante-sept titres). Pour faciliter l’usage de la liste, on a placé en tête une « table des auteurs contenus dans ce catalogue », qui occupe vingt-quatre pages. La vaste section des livres en français se conclut par un dernier titre, un « article omis », qui n’est autre que la Vie de Marie Antoinette reine de France, imprimée par Fauche. Ensuite, la rubrique « sous presse » présente six ouvrages, parmi lesquels : « Histoire de Russie par L’Évêque [Pierre-Charles Levesque]. Cet ouvrage revu et corrigé par l’auteur, se trouvera augmenté de la valeur de deux volumes, et former [sic] l’histoire de Russie la plus complette que l’on ait écrite jusqu’à ce jour ». Notons que le livre ne sera publié que deux années plus tard, en 1800.

33La particularité la plus intéressante de ce catalogue est la présence d’une section ainsi libellée : « catalogue de livres rares et précieux, la plupart en belles éditions de Didot, Bodoni, Causse, etc., avec une collection de plus de 360 volumes de petits formats de Cazin qu’on peut se procurer chez Pierre-François Fauche et Comp., imprimeurs-libraires. Hambourg 1798 ». Cette annexe de quatorze pages décrit deux cents ouvrages français, Fauche présentant ici en détail les particularités des exemplaires et donnant même parfois des explications développées sur le texte et sur son auteur. Citons comme exemple :

Barthélemi (Jean-Jacques) : Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, 5 vol. in-4to y compris l’atlas colorié, relié en veau fauve, filets, doré sur tranche. Debure, Paris, 1788.
Le même, quatrième et dernière édition, imprimée par P. N. F. Didot, savoir :
In-4to., grand raisin superfin vélin, 7 vol. et atlas.
In-8vo, carré fin d’Essones, 7 vol. idem.
In-12 carré fin de Limoges, 7 vol. idem.
Cet ouvrage célèbre se réimprime avec les changemens et les additions de l’auteur lui-même, sous les yeux et la correction de son neveu et successeur dans la place de conservateur du cabinet des médailles : il est enrichi de la vie littéraire de Barthélemi et de son portrait par Langlois, et d’estampes par les meilleurs artistes, d’après les dessins et sous la direction de Moreau le Jeune. L’adas est regravé sur une échelle plus en grand et augmenté de six planches.

34Les prix ne sont pas indiqués dans cette annexe, ce qui laisse à penser qu’ils étaient sans doute négociables. La présence d’articles recherchés par les bibliophiles montre que Fauche répondait aux demandes du public cultivé, bien que l’essentiel de son activité fût la publication, la production et la commercialisation de livres à prix modérés, destinés aux « acheteurs de toutes les classes », pour citer Fauche-Borel.

  • 39 Le catalogue de Samuel Fauche, le père, publié en 1777-1778, contient seulement seize pages et bie (...)

35Les quatre catalogues que nous venons d’étudier comportent à la fois des livres de fonds et des livres d’assortiment, sans que ces deux catégories soient distinguées. Le nombre d’exemplaires n’est jamais mentionné, ce qui laisse supposer que ces catalogues étaient destinés tout d’abord aux particuliers et ensuite aux collègues libraires39. Les notices bibliographiques, toujours numérotées, sont très détaillées ; elles comportent le titre, le nom d’auteur, le lieu et la date d’édition, le format, le nombre de volumes, la présence éventuelle de gravures, parfois une brève description de la reliure, et elles précisent toujours le prix. Le nom de l’éditeur, en revanche, n’est jamais cité sauf dans l’annexe sur les livres rares et précieux de 1798. Pour un ouvrage en plusieurs volumes, la notice est parfois accompagnée d’une annonce : « la suite est sous presse ».

  • 40 M. Schlup, « Fauche, famille... », p. 185-186 ; J. Freedman, « La Société typographique de Neuchât (...)
  • 41 BNF, Q. 9342 (Cat. libr., p. 565, no 3102).

36Il est intéressant de comparer les catalogues de Fauche et celui de son prédécesseur, le libraire hambourgeois Jean Guillaume Virchaux, correspondant le plus important de la Société typographique de Neuchâtel dans toute l’Allemagne. Virchaux fit faillite en 1785 et son fonds fut acheté par Samuel Fauche40. Le Catalogue des livres de fonds et d’assortimens de J. G. Virchaux, libraire à Hambourg ([Hambourg], 1782, in-8°, 226 p.41) est, comme celui de Fauche, un catalogue général qui contient des livres de fonds et des livres d’assortiment, sans aucune distinction. Trois mille huit cents ouvrages français y sont présentés par ordre alphabétique de titres.

37On peut comparer la notice du même livre L’espion français chez l’un et l’autre : chez Virchaux, « L’espion français à Londres. Par M. le chevalier Goudar. 2 vol. 12. Londres, 1780. 2 mk 8 sch. » ; chez Fauche en 1798, « 1815. L’espion français à Londres, ou observations critiques sur l’Angleterre et sur les anglais, par M. de Goudar. 2 vol. in-12. Londres, 1780. 3 mk ». Les notices se ressemblent beaucoup mais chez Fauche, elles sont toujours numérotées et parfois plus complètes.

5. La feuille volante

  • 42 BNF, Fol. Q10A. 22 (Cat. libr., p. 230, no 1179).

38Le cinquième catalogue de Fauche que nous avons découvert se trouve à la Bibliothèque nationale de France (figure no 5). C’est une feuille volante qui a pour titre : Nouveautés en nombre qui se trouvent chez P. F. Fauche et Comp. A Hambourg et Brunswick. Foire de Pâques 179842. Contrairement aux notices des catalogues décrits ci-dessus, celles des vingt-cinq ouvrages, énumérés dans l’ordre alphabétique des titres, sont très courtes : le titre abrégé, le nom de l’auteur, le format, le nombre de volumes. Les prix sont indiqués en thalers et en « bon grosches » ; ce placard a donc sans doute été diffusé à la foire de Pâques à Leipzig.

39Donnons deux exemples de notices : « Caractères de la Bruyère, nouvelle édition. 2 vol. In 12. 1 thlr. 12 b. gr. » ; « La vie de Marie-Antoinette, reine de France. 1 vol. in 8vo. 12 b. gr. ». Les livres annoncés sont surtout des nouveautés, des éditions de 1796-1798, des ouvrages d’histoire, de politique, de belles-lettres, en français, pour la plupart publiés par Fauche lui-même. À côté des livres portant sur les événements politiques du moment tel Fa vie de Catherine II (par J. H. Castéra, Paris, 1797, in-8°), on trouve Le petit paroissien romain, contenant l’office divin des dimanches et fêtes, propre aux paroisses et aux couvens qui n’ont pas changé de bréviaire et qui suivent l’usage de Rome, nouvelle édition (P. F. Fauche, Hambourg/Brunswick, 1798, in-12), ce qui donne une idée de la variété des livres vendus par Fauche.

IV. — Les livres vendus par Fauche

40Il faut souligner l’importance numérique et l’intérêt particulier pour les nouveautés francophones dans l’offre de Fauche, dont les catalogues sont riches de cinq mille titres en 1788 (dont quatre mille en français) et atteignent huit mille titres en 1798 (dont sept mille quatre cents en français). Notons que Virchaux, son prédécesseur, ne proposait ni un tel nombre de livres en français ni une spécialisation aussi marquée et continuait à offrir des incunables, des éditions du XVIe et du XVIIe siècle, alors que Fauche choisit de mettre en valeur les parutions récentes, qu’il réunit même en une rubrique particulière : « livres français entrés dans la librairie pendant l’impression de ce catalogue », qui compte cinquante-sept titres.

  • 43 Dans les années 1791-1792, Pierre François Fauche participa au grand projet de réimpression de l’é (...)

41Les ouvrages en français sont les plus nombreux ; la part des livres en d’autres langues (anglais, italien, espagnol, latin) est minime. On trouve dans ces catalogues des livres de domaines divers où dominent les belles-lettres, les ouvrages traitant de politique, d’histoire, de voyages, de philosophie ; la science, la religion, l’économie, la pédagogie, les dictionnaires (une centaine), les encyclopédies sont également bien représentés. On remarque aussi de nombreux livres d’instruction élémentaire et de la littérature de distraction. On rencontre enfin des auteurs d’ouvrages « philosophiques » et libertins (Mercier, Nerciat, etc.) et bien sûr les ouvrages de grands auteurs des Lumières : Voltaire43 (figure no 6), Rousseau, Marmontel, Raynal, Montesquieu, Buffon, Beaumarchais.

Figure no 5. Nouveautés en nombre qui se trouvent chez P. F. Fauche et comp. A Hambourg et Brunswick. Foire de Pâques 1798, page de titre.
BNF, Fol. Q10A. 22.

Figure no 6. Page de titre des Œuvres complètes de Voltaire, t. XXXIII, contenant Histoire de l’Empire de Russie, sous Pierre le Grand.
Collection particulière.

42Le prospectus du cabinet de lecture déjà cité complète l’image de l’assortiment de librairie de Fauche en 1786 :

Il y aura quelque traités [sic] sur les sciences le plus à la portée de tout le monde. Tous les livres d’histoire tant générale que particulière, tant ancienne que moderne ; et d’histoire naturelle, y seront rassemblés tout autant qu’il y en a d’éditions dans un format commode. Aucun roman qui mérite d’être lu n’y sera omis. Tous les ouvrages de littérature tant en prose, qu’en vers, s’y trouveront à choix dans la plus grande variété. Outre les ouvrages de théâtre des auteurs les plus célébres en ce genre, il y aura une collection très considérable de piéces égrénées qui ont paru en differens tems. Enfin, les meilleurs journeaux françois, tels que l’Esprit des journeaux, le journal encyclopédique et autres y seront tenus pour circuler, mais promptement entre messieurs les amateurs.

  • 44 J. Freedman, « La Société typographique de Neuchâtel... », p. 480.

43Quelques années plus tard, l’époque révolutionnaire laissa son empreinte sur ces catalogues, marqués par la demande des lecteurs allemands qui, si l’on en croit les affirmations de Virchaux, se tournèrent dès 1780 vers les livres politiques : « le public lettré ne demande absolument que des ouvrages de politique »44 ; chez Fauche, les publications de propagande de tout bord sont présentes, mais surtout les ouvrages inspirés par la Contre-Révolution. Le libraire vantait les nouveautés des presses parisiennes telles que La constitution française, nouvelle édition à laquelle on a joint le cathéchisme de la constitution par le marquis Caraciloli (Paris, 1791), Les crimes des reines de France, publiés par L. Prudhomme (Paris, 1791). Il proposait également une vingtaine de périodiques : Courrier du Bas-Rhin ou Gazette de Clèves, Gazette nationale ou le Moniteur, journal de Paris, La décade philosophique, littéraire et politique, etc.

44Les livres demandés par le public sont souvent proposés en plusieurs éditions, aussi bien les ouvrages de Madame Le Prince de Beaumont ou de Madame de Genlis que les grandes productions de l’époque telles que : « Oeuvres complettes de M. de Voltaire. 30 vol. 4. fig. Genève 1768, le même. 60 vol. 8 édit. orig. de Kehl 1784 à 87, le même. 80 vol. 12 idem., le même. 60 vol. 8 édit, de Bâle ou Gotha 1784 à 87 » (Catalogue, 1788).

45On peut constater une grande diversité des lieux d’édition. Paris domine mais on voit également Lyon, Rouen, Grenoble, etc. De grands centres de l’édition française à l’étranger comme La Haye, Amsterdam, Neuchâtel, etc. sont présents. Les villes allemandes figurent dans les catalogues : Hambourg, Berlin, Francfort, Dresde, Brunswick, Wolfenbüttel, etc. On trouve des centres dispersés et éloignés de la librairie française : Moscou, Saint-Pétersbourg, Grodno, Philadelphie, Boston, Memphis. Plusieurs ouvrages portent des adresses qui sont manifestement fausses : « en Suisse », « Londres », etc. Habituellement, les noms des éditeurs et des imprimeurs ne sont pas cités mais, dans certains cas et pour insister sur la qualité typographique, on indique « chez Didot », « de l’Imprimerie royale », « édition de Cazin ». Le catalogue de 1798, dans la section à part déjà citée des livres rares et précieux destinée aux vrais bibliophiles, fait exception ; on y mentionne avec fierté les noms d’officines françaises – Debure, Didot, Didot l’Aîné, Didot le Jeune, Crapelet et Didot le Jeune, Firmin Didot, P. Causse, Bodoni, l’imprimerie du Moniteur, l’Imprimerie royale –, anglaise – Touson (Londres) –, allemande – C. Herold (Hambourg).

46On rencontre beaucoup d’éditions faites à Neuchâtel, ville natale de Fauche. Parmi elles, on trouve la production de son père Samuel, des ouvrages politiques, philosophiques, P Essai sur le despotisme (1775, 1 t. in-8°) du comte de Mirabeau ou la première version du Tableau de Paris (1781, 2 t. in-8°), de Louis-Sébastien Mercier ; des livres scientifiques comme Etat et délices de la Suisse (1778), Voyage dans les Alpes (1779) et Essais sur l’hygrométrie (1783) d’Horace-Bénédict de Saussure, ou les Œuvres d’histoire naturelle et de philosophie de Charles Bonnet. En 1798, Fauche vend toujours des éditions de la Société typographie de Neuchâtel, restées dans ses dépôts tels l'Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens des lettres, 35 t. (Neuchâtel, 1765), les Discours politiques historiques et critiques sur quelques gouvernemens de l’Europe par le comte d’Albon (Neuchâtel, 1779), l’Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes par G. T. Raynal, 10 t. (Neuchâtel, 1783), etc.

  • 45 J.-D. Candaux, « Louis Fauche-Borel, imprimeur... », p. 341 et 351.
  • 46 Ibid., p. 381.
  • 47 Ibid., p. 378 : « L’ouvrage a été réimprimé à Hambourg en 1795, mais sa première édition, publiée (...)

47Pierre François s’occupa de la diffusion des éditions de son frère Fauche-Borel qui, avant de se lancer dans la politique, avait été, durant une dizaine d’années, imprimeur et libraire à Neuchâtel et poursuivit toujours cette activité. Les publications contre-révolutionnaires de Fauche-Borel ne portaient jamais l’adresse de Neuchâtel ; c’était une production destinée à une diffusion clandestine45. Jean-Daniel Candaux, qui a étudié les Mémoires de Fauche-Borel et de nombreuses éditions citées par l’auteur, a constaté que « cet imprimeur a travaillé pour le compte des émigrés français et a publié bon nombre d’ouvrages et de pamphlets de propagande contre-révolutionnaire. Neuchâtel, grâce à cette activité et malgré l’apparente neutralité de son gouvernement, a été durant près de dix ans l’un des principaux foyers de diffusion de la pensée contre-révolutionnaire en Europe »46. Dans le catalogue de 1798, on trouve ces ouvrages politiques, par exemple les Considérations sur la France par Joseph de Maistre (Londres [Neuchâtel], 1797), Le rétablissement de la monarchie française par le comte Antoine-François-Claude Ferrand ([Neuchâtel], 1793) et les Observations sur la conduite des puissances coalisées par le comte d’Antraigues (Londres [Neuchâtel])47.

48La production de Fauche lui-même est bien représentée : les Chevaliers du Cygne, ou la cour de Charlemagne, par Madame de Genlis, 3 t. (Hambourg, 1795), la Correspondance politique, ou histoire du républicanisme français, par Mallet du Pan (Hambourg, 1796), la Défense des émigrés français, adressée au peuple français, par Trophime-Gérard de Lally-Tollendal (Hambourg, 1797), L'émigré par Sénac de Meilhan (Brunswick, 1797), De l’état réel de la France à la fin de l’année 1795 et de la situation politique des puissances de l’Europe à la même époque, par le marquis de La Maisonfort (Hambourg, 1796), etc. Presque tous les ouvrages proposés sont de petit format : in-8°, in-12, in-18, parfois in-4°.

49Il est rare de trouver des précisions sur la condition des livres mis en vente. Normalement, Fauche propose à sa clientèle des livres brochés, en reliures modestes (« relié »), « en carton », très rarement « en parchemin ». Parfois, on trouve des mentions concernant le papier : « ordinaire », « beau papier », « papier fin ». Les illustrations sont signalées : « figures », « figures en bois ». En 1798, le supplément de livres rares présente des notices plus détaillées : « exemplaire choisi », « papier velin », « grand papier », « grand et très beau papier raisin d’Essones », « enluminé », « figures premières épreuves », « premières épreuves », « belles épreuves », « figures avant la lettre », « relié en veau marbré », « doré sur tranche », « relié en veau fauve, filets, doré sur tranche », « relié en veau dentelle, tranche dorée », « cuire\sic\ de Russie », « en maroquin rouge », etc. On y trouve, exceptionnellement, des manuscrits : « Manuscrit militaire revu et corrigé en l’année [1]773, in-4to », « Recueil manuscrit de chansons choisies en vaudevilles, avec les airs notés, pour servir à l’histoire, depuis 1600 jusqu’à present, 11 vol. in-4to. Reliés en maroquin rouge ».

50Les prix de Fauche n’évoluèrent pas beaucoup en dix ans ; certains ne changèrent absolument pas. Le problème des études des prix à partir des catalogues vient du fait que le format des mêmes livres dans les divers documents est parfois différent. On peut supposer qu’il y a une confusion entre in-12 et in-8°, entre in-18 et in-12. Normalement chez Fauche, un volume coûtait entre 1 et 2 marks, parfois 3 marks. Le prix dépendait de l’état du volume, de la reliure, du format, de la présence de gravures. Les ouvrages « en blanc » étaient moins chers que les ouvrages reliés. Les ouvrages gravés étaient, comme il est d’usage, plus chers et même parfois très chers. Citons ces deux exemples : « Métamorphoses (les) d’Ovide en latin et françois. Fol. Fig. Amsterdam 1702. relié 24 mk. », « le même. Edition extrêmement rare et recherchée figures de Picart. 150 mk. » (Catalogue, 1788). Les éditions musicales étaient également chères : « Chansons choisies avec les airs notées, édition de Cazin, relié. 17 mk. 8 sch. » (Catalogue, 1788). Par contre, les petites brochures contenant des pièces de théâtre étaient bon marché ; elles coûtaient 4, 6, 8, 12 schelüngs, parfois 1 mark. La comédie de Beaumarchais, Le mariage de Figaro, faisait exception : « Le Mariage de Figaro, ou la folle journée, comédie en cinq actes et en prose, par Caron de Beaumarchais. Gr. 8. fig. Kehl 1785. 6 mk. » ; « le même. 8. Fig. Paris 1785. 4 mk. » ; « le même. 8. Hambourg 1785.1 mk. » (Catalogue, 1788). En 1798, les prix de ce best-seller de l’époque étaient semblables. Les chiffres indiqués dans les catalogues confirment les propos de Fauche-Borel sur « la modicité des prix des éditions » de son frère.

  • 48 J. Freedman, « La Société typographique de Neuchâtel... », p. 280-281 et p. 478-489.

51Comme son prédécesseur Virchaux, Fauche vendait aux cours princières où abondaient les amateurs de livres français48 mais, au temps de la Révolution, on vit apparaître dans sa clientèle des émigrés et des gens issus de couches sociales moins fortunées. C’est à cette époque que Fauche se tourna vers l’empire de Russie, un marché commercial prometteur.

V. — Le marché russe

  • 49 Vladimir Somov, « La librairie française en Russie au XVIIIe siècle », dans Est-Ouest. Transferts (...)

52Vers la fin du XVIIIe siècle, la Russie devint un marché attrayant pour la librairie française. Le nombre de lecteurs francophones issus de couches sociales diverses et pas seulement de la haute noblesse devenant plus important, la demande de livres de bas prix s’accrut. Parmi les ouvrages en français importés en Russie, beaucoup étaient imprimés en Allemagne. À l’époque de la Révolution, la part de ces derniers devint plus importante : les événements politiques rendaient difficile l’envoi des imprimés de la France même ; en outre, la censure établie en Russie à l’égard des ouvrages étrangers visait particulièrement ceux venus de France49.

  • 50 Michel Schlup, « La diffuzione del libro francese vista de Neuchatel (1755-1788) », dans GH spazi (...)
  • 51 Vladimir Somov, « Pierre-Charles Levesque, protégé de Diderot et historien de la Russie », dans Ca (...)
  • 52 Le spectateur du Nord, janvier-mars 1797, no 1, p. 13.

53Les relations avec la Russie étaient une tradition de la maison Fauche. Pendant les années 1770 déjà, la Société typographique de Neuchâtel fournissait des ouvrages aux libraires de Saint-Pétersbourg et de Moscou, comme l’a montré Michel Schlup50. On trouve dans les catalogues de Fauche plusieurs ouvrages sur la Russie et des livres imprimés à Saint-Pétersbourg (des publications de l’Académie impériale des sciences en latin, etc.) et à Moscou. Pierre François lui-même publia plusieurs ouvrages sur la Russie, par exemple la célèbre Histoire de Russie par Pierre-Charles Levesque (Hambourg/Brunswick, 1800, 8 vol. )51. Son journal, Le spectateur du Nord, donne des nouvelles sur la cour de Saint-Pétersbourg, sur les armées impériales, etc. Il publie des comptes rendus de livres russes et avertit ses lecteurs que « nos correspondances avec de bons littérateurs hollandais, danois, suédois, et russes nous assurent les moyens de donner d’exactes et bonnes analyses de tous les ouvrages remarquables qui paroîtront dans leurs langues »52.

54Fauche était probablement en contact avec l’écrivain Nicolaï Karamzine, dont le nom paraît quelquefois dans les pages du Spectateur du Nord. Parmi les connaissances russes des frères Fauche, il faut citer les diplomates résidant en Allemagne (Doubrovski, Panin, Mouraviev) ainsi que des émigrés français séjournant en Russie, des personnes proches de la cour impériale (le prince Platon Zoubov, Nicolaï Novossiltzev, le banquier Alexandre Rall, le secrétaire d’État Fédor Engel) et, bien entendu, des libraires de Saint-Pétersbourg et de Moscou.

  • 53 Wolfenbüttel, Niedersâchsisches Staatsarchiv, 2 Alt 14284, fol. 61-63; 2 Alt 14286, fol. 17.
  • 54 Le spectateur du Nord, octobre-décembre 1797, no 4, p. [VI]. Voir également Stadts-und Gelehrte Ze (...)
  • 55 Catalogue, 1798.

55La documentation conservée dans les archives d’État de la Basse-Saxe (à Wolfenbüttel) nous a permis de découvrir des noms des libraires qui recevaient en Russie des imprimés de la part de Fauche. Pendant les années 1798-1803, c’était, à Moscou, François Courtener, Riss et Sausset, Chr. Rudiger et fils, F. C. Engelsbach, Doughty Knauff et Cie et, à Saint-Pétersbourg, les libraires Antoine Rospini, Germain Klosterman, Jean Bouvat, J. W. Ganslandt, G. Wayler, J. Cresp et Ernst Zimssen53. Les échanges avec la Russie se développèrent certainement à l’occasion du voyage en Russie qui fut annoncé dans Le spectateur du Nord54 et effectué au début de l’année 1798. Le catalogue publié par Fauche à Hambourg la même année, qui comportait quelque huit mille ouvrages, était sans doute destiné à faciliter son établissement sur le marché russe. Fauche y signale qu’il est prêt à se soumettre à toutes les lois des pays étrangers et à exclure de ses listes les ouvrages interdits par la censure55. Il proposait en effet des livres prohibés, qu’il s’agisse d’ouvrages frappés par les récentes interdictions du règne de Paul Ier (traitant des événements politiques, livres philosophiques, etc.) ou de titres régulièrement interdits en Russie (par exemple Histoire de la vie, du règne et du détrônement d’Iwan III, empereur de Russie, Londres, 1766).

  • 56 V. Somov, « La librairie française en Russie... », p. 91-93.

56On peut vraisemblablement penser que pour organiser son voyage russe en 1798, il profita de la commande du recueil poétique destiné à commémorer le règne de Catherine II (.Monument littéraire consacré aux manes de l’auguste Catherine II, impératrice de toutes les Russies, s. L, 1798). Cet ouvrage, dont l’unique exemplaire connu est conservé à la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg, ne porte ni le nom de l’éditeur ni celui de l’imprimeur, mais on le trouve dévoilé dans les papiers de la célèbre collection de Petr Doubrovski (1754-1816), diplomate et bibliophile russe qui avait organisé, lorsqu’il était secrétaire de la légation russe à Hambourg, un concours de poésie en l’honneur de l’impératrice. Le recueil fut publié sur les presses de Fauche à Hambourg en quarante exemplaires, comme en témoignent les factures présentées par l’imprimeur à Doubrovski. Fauche, sans doute flatté par cette commande, espérait obtenir le soutien de personnalités éminentes de la cour de Saint-Pétersbourg mais l’empereur Paul Ier ne respectait pas beaucoup la mémoire de sa mère. En outre, le moment n’était pas bien choisi pour établir un commerce en Russie car le règne de Paul Ier (1796-1801) fut celui du renforcement de la censure des livres étrangers, qui était apparue dans la dernière année du règne de Catherine II. En avril 1780, la liste des ouvrages supprimés s’allongea jusqu’au bannissement de tous les imprimés étrangers56.

  • 57 Moscou, Archives de la politique extérieure de l’empire russe (AVPRI), fonds 14, F-18.

57C’est dans ce contexte que se situe la tentative des frères Fauche de maintenir leur commerce en Russie et même de le développer. Au mois d’octobre 1800, ils envoyèrent à l’empereur leur projet de censure du livre et demandèrent le droit exclusif du commerce des livres étrangers dans l’empire. Leur lettre à l’empereur cite le nom de protecteurs haut placés : le roi de France, le roi de Prusse, le duc de Brunswick, le ministre russe à Berlin, le comte Panine, son homologue auprès du Cercle de Basse-Saxe, Mouraviev, et enfin le banquier de Paul Ier, Alexandre Rall. Cette lettre fut envoyée de Brunswick à Berlin chez le comte Panine, accompagnée du Mémoire sur le commerce de la librairie destinée à être mis sous les yeux de sa majesté l’empereur de toutes la Russies57. Dans ce Mémoire, les frères Fauche proposent des :

[...] moyens sûrs d’empêcher en Russie l’introduction de tout livre dangereux ou suspect, en laissant l’entrée libre aux ouvrages bons et utiles [...]. Ils supplient Sa Majesté impériale de les autoriser à rédiger un catalogue, par ordre de matières des meilleurs livres en tout genre qui ont paru avant l’époque de la Révolution en France, en Angleterre et en Allemagne. Les connaissances qu’ils ont acquises par un long usage du commerce de la librairie, leurs liaisons avec des gens de lettres distingués par la pureté de leurs principes et les ouvrages des bibliographes les plus estimés, leur permettent de ne pas se croire trop au-dessous de ce travail. Pour se conformer aux vues sages et bienfaisantes de Sa Majesté impériale, ils prennent l’engagement solennel d’exclure de ce catalogue tout ouvrage où il se trouveroit une seule ligne qui put porter atteinte aux principes sacrés de la religion, de la morale et du gouvernement. Pour la littérature française, ils s’attacheront particulièrement aux chefs-d’œuvre qui ont illustré le siècle de Louis XIV. Parmi les livres de sciences, comme la médecine, la navigation, la chymie, les mathématiques, l’astronomie, l’art militaire etc. etc., ils indiqueront les ouvrages les plus estimés et spécialement les bons livres élémentaires [...]. Ce catalogue ainsi redigé par les frères Fauche, sera envoyé en Russie en manuscrit et soumis au tribunal de censure qu’il plaira à Sa Majesté impériale de nommer. Les livres notés par ce tribunal seront rayés de ce manuscrit, lequel après avoir subi cet examen sera livré à l’impression, pour le répandre en Russie, et y servir d’indicateur à quiconque voudra faire venir des livres de l’étranger. Pour la publication des supplémens qui pourront être ajoutés par la suite à ce catalogue, les frères Fauche devront les soumettre également aux mêmes formalités. À l’égard des livres qui paroitroient après la confection du catalogue, les frères Fauche n’en introduiroient aucun en Russie qu’après en avoir obtenu l’agrèment du tribunal de censure, auquel ils en feroient parvenir quelques exemplaires [...]. Et s’il plaisoit à Sa Majesté impériale d’accorder aux frères Fauche le commerce exclusif de la librairie dans tout son empire, l’avantage qui leur reviendroit d’une branche si étendue, leur permettroit de livrer à meilleur prix, et de porter ce commerce à sa véritable splendeur.

58Un catalogue manuscrit vient à l’appui de ce projet. Devant se limiter aux « meilleurs livres en tout genre qui ont paru avant l’époque de la Révolution » et à quelques suppléments pour compléter cette « bibliothèque épurée », ce catalogue devait être approuvé par la censure avant d’être publié. Il faut noter que les libraires proposent de classer les livres par ordre des matières contrairement aux catalogues ordinaires de Fauche, dans lesquels ils sont rangés par ordre alphabétique des titres. Ce projet était évidemment inspiré par Fauche-Borel, qui se passionnait pour les affaires politiques. On peut douter que ce mémoire ait été mis « sous les yeux de Sa Majesté l’empereur de toutes les Russies », comme les frères Fauche le souhaitaient. L’absence de toute note de Paul Ier semble confirmer que les diplomates russes n’osèrent pas lui présenter ce projet ambitieux et naïf.

  • 58 A.-L. Fauche-Borel, Mémoires..., t. II, p. 202.

59C’est dans un contexte difficile que Fauche cherchait en Russie la possibilité de sauver son entreprise : en 1801, la SLTB fut liquidée. À cette période, de nombreux émigrés rentrèrent en France et l’associé de Fauche, le marquis de La Maisonfort, se trouva isolé ; il se sépara de madame Fauche et sa passion pour l’imprimerie et la librairie s’éteignit. Il quitta lui-même Brunswick, ce qui contribua à la faillite de la maison P. F. Fauche et Cie. Fauche-Borel, rival du marquis de La Maisonfort dans les affaires politiques, le lui reprocha dans ses Mémoires : « Il était immoral, et joueur, de plus, il était faux et intrigant ; mais il masquait par des manières adroites, et par des dehors insinuans les défauts de son caractère, tels qu’ils se sont révélés depuis »58.

  • 59 A.-P. de La Maisonfort, Mémoires d’un agentroyaliste..., p. 243-244.

60La Maisonfort lui-même se rendait compte de ses torts et de sa légèreté, et il écrivit que Fauche « était au fond un excellent homme et avec lequel j’avais un tort assez réel pour lui passer bien de choses, il se comporta en négociant probe et délicat, ne voulut point profiter en rien des lois de Hambourg, perdit une partie de la dot de sa femme et se retira avec tous les honneurs de la guerre »59.

  • 60 Voir la lettre de Frédéric-César de La Harpe à l’empereur Alexandre Ier (19 décembre 1801), dans C (...)

61En 1801-1802, après la liquidation de la SLTB, Fauche visita Saint-Pétersbourg pour s’occuper d’une vente considérable par voie de loterie. À la cour impériale, des bruits couraient selon lesquels Fauche souhaitait se voir confier le monopole de l’importation des livres en Russie sous prétexte de faciliter le travail des censeurs60. Il essaya de proposer au nouvel empereur son ancien projet. Mais une fois encore, il tombait mal : la censure des livres étrangers fut supprimée par Alexandre Ier.

  • 61 V. Somov, « La librairie française en Russie... », p. 106.

62Un peu plus tard, au moment de la fondation de plusieurs universités russes vers 1804, les frères Fauche présentèrent à l’empereur Alexandre un mémoire demandant de se voir confier la formation des nouvelles bibliothèques universitaires61, en ces termes :

  • 62 Wolfenbüttel, Niedersächsisches Staatsarchiv, 2 Alt 14286, fol. 18-19.

Ayant été dans le cas de faire des aquisitions considérables, ils en ont dressé le catalogue, lequel se trouve chez S. E. Mr. de Nowasiltzoff. Ce volume manuscrit ne contient que des ouvrages dont le mérite est généralement reconnu [...]. Les livres rares et les manuscrits peuvent aussi être objet de leurs recherches. [...]. Enfin, les frères Fauche seront à portée de faire exécuter dans Paris, et dans la perfection requise des réimpressions de livres classiques et élémentaires à l’usage des universités de l’empire de Russie : ils confirmeront le droit de commission sur cette branche de leur service, à la consommation qu’on sera dans le cas de leur procurer, et si pour jouir de la proximité de cette fabrication, ce qui peut offrir des avantages, le gouvernement désirait qu’elle se fit en Russie, un des frères Fauche viendrait lever une imprimerie dans St Petersbourg, pour y soigner ces réimpressions, et il mettrait son ambition à cet établissement en le montant avec les caractères de Didot, dont il se procurerait les matrices, heureux si par l’agrément que daignerait y donner Sa Majesté impériale, il se trouvait ainsi placé au nombre de ses sujets62.

  • 63 Alexandre Pluchart était probablement le descendant d’un libraire de Valenciennes, NoëlJoseph Pluc (...)
  • 64 Wolfenbüttel, Niedersächsisches Staatsarchiv, 2 Alt 14286, fol. 33-41v.

63Tous ces projets russes restèrent sans suite. Ce ne sont pas les frères Fauche mais leur rival, Alexandre Pluchart (1777-1827)63, qui s’installa à Saint-Pétersbourg. Ce Français né à Valenciennes travaillait chez Fauche quand, profitant de l’absence de son patron, il prit la direction de l’entreprise à Brunswick64. Après le départ d’Allemagne du marquis de La Maisonfort, Fauche perdit le soutien de la cour princière et n’obtint pas celui de la cour russe. Il faut constater que la librairie française, liée étroitement à l’époque à la vie politique, avait besoin de la protection des pouvoirs.

  • 65 A.-P. de La Maisonfort, Mémoires d’un agent royaliste..., p. 339.

64Par contre, l’arrivée de Pluchart en Russie fut dictée par des raisons politiques. Il fut invité par le ministère des Affaires étrangères pour organiser la publication du Journal du Nord (1807-1812), périodique francophone inspiré par les pouvoirs russes. En 1804, le marquis de La Maisonfort entra au service russe, où il remplit différentes missions diplomatiques et, en septembre 1806, fut nommé ministre plénipotentiaire de Russie auprès du duc de Brunswick. Ce fut lui qui organisa en 1806 la venue d’Alexandre Pluchart à Saint-Pétersbourg65.

65Les causes de la faillite de la maison P. F. Fauche et Cie sont multiples. La première d’entre elles est directement liée à l’invasion de l’Allemagne par les troupes françaises. L’échec des projets russes et le coûteux soutien aux aventures politiques de Fauche-Borel jouèrent également un rôle essentiel, au moment où la famille Fauche perdait son chef, le libraire Samuel, qui mourut en 1803.

66L’activité de cette famille neuchâteloise embrasse une vaste aire géographique, de Paris à Saint-Pétersbourg en passant par Neuchâtel, Hambourg et Brunswick. Cette entreprise liée étroitement aux aléas politiques de l’Europe fut soumise à toutes les turbulences de l’époque. Les catalogues de Pierre François Fauche, instruments de travail et d’annonce, nous révèlent la production de ses presses, sa politique commerciale et son réseau de correspondants, et constituent un important corpus de sources pour l’histoire de la librairie française en Europe à l’époque de la Révolution.

Notes

1 Histoire de l'édition française, éd. Jean-Henri Martin et Roger Chartier, t. II : Le livre triomphant 1660-1830, Paris, 1990, p. 388-417 ; voir par exemple Jurgen Voss, « La librairie Fontaine à Manheim et la présence du livre français de la Pré-Révolution et de la Révolution en 1794 », dans Livre et Révolution, éd. Frédéric Barbier, Claude Jolly et Sabine Juratic, Paris, 1989 (Mélanges de la bibliothèque de la Sorbonne, 9), p. 221-232 ; Jeffrey Freedman, « La Société typographique de Neuchâtel et l’Allemagne », dans Le rayonnement d’une maison d’édition dans l’Europe des Lumières. La Société typographique de Neuchâtel 1769-1789. Actes du colloque organisé par la bibliothèque universitaire et publique de Neuchâtel et la faculté de lettres de l’université de Neuchâtel, Neuchâtel, 31 octobre-2 novembre 2002, éd. Robert Darnton et Michel Schlup, avec la collaboration de Jacques Rychner, Hauterive, 2005, p. 478-489.

2 Jean-Daniel Candaux, « Louis Fauche-Borel, imprimeur de la Contre-Révolution (1791-1798) », dans Aspects du livre neuchâtelois. Etudes réunies à l'occasion du 450e anniversaire de l'imprimerie neuchâteloise, Neuchâtel, 1986, p. 383.

3 Michel Schlup, « Fauche, famille », dans Dictionnaire encyclopédique du livre, Paris, 2005, p. 185-186.

4 Histoire de l'édition française..., p. 243-244 et 440-467.

5 Sur la famille Fauche, voir : André Fauche, Famille Fauche, [Paris], 1982, p. 98 (ouvrage inédit dont la version dactylographiée est conservée à la bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel. Les archives de Pierre François Fauche qui se trouvent chez ses descendants résidant à Paris sont indisponibles actuellement pour les chercheurs) ; Jean-Dominique Mellot et Elisabeth Queval, Répertoire d'imprimeurs-libraires, XVIe-XVIIIe siècle. Etat en 1995, Paris, 1997, p. 261 ; Le livre neuchâtelois. 1533-1985 [catalogue d’exposition, Neuchâtel, bibliothèque publique et universitaire, 1983-1984], Neuchâtel, 1983, p. 36-46 ; M. Schlup, « Fauche, famille... », p. 185-186.

6 Franklin Kopitzsch, Grundzüge einer So zialgeschichte der Aufklärung in Hamburg und Altona, Hambourg, 1982 (Beitrage zur Geschichte Hamburgs, 21), p. 137.

7 J.-D. Candaux, « Louis Fauche-Borel, imprimeur... », p. 383.

8 Mémoires inédits de madame la comtesse de Genlis, sur le dix-huitième siècle et la Révolution française, depuis 1756jusqu’ànos jours, t. III, Paris, 1825, p. 203-204 ; voir aussi t. IV, p. 301.

9 Fernand Baldensperger, Le mouvement des idées dans l’émigration française (1785-1815), t.I : Les expériences du présent, Paris, 1924, p. 161-165.

10 Abraham-Louis Fauche-Borel, Mémoires, Paris, 1829 ; id., Précis historique des différentes missions dans lesquelles Louis Fauche-Borel a été employé pour la cause de la monarchie, Paris, 1815. Il faut noter que les contemporains aussi bien que les chercheurs confondent souvent les deux frères.

11 A.-L. Fauche-Borel, Mémoires..., t. I, p. 34-35.

12 Ibid., t. II, p. 202.

13 Peter Albrecht, « Das Zeitalter des aufgeklärten Absolutismus », dans Die Braunschweigische Landesgeschichte Jahrtausendrückblick einer Region, éd. Horst-Rüdiger Jarck et Gerhard Schild, Brunswick, 2001, p. 575-610 ; Jill Bepler, « Literatur-und Buchkultur », ibid., p. 611-628 ; Vladimir A. Somov, « La bibliothèque du prince Dmitri Golitzin à Braunschweig », dans Histoire des bibliothèques, Saint-Pétersbourg, 2000, p. 170-193 (en russe).

14 Martina Graf, Bush-und Lesekultur in der Residenzstadt braunschweig zur Zeit der Spätaufklärung unter Herzog Karl Wilhelm Ferdinand (1770-1806), Francfort, 1994 (Archiv für Geschichte des Buchwesens, 42).

15 Holger Böning et Emmy Moepps, Deutsche Presse. Biobibliographische Handbücher zur Geschichte der deutschsprachigen periodischen Presse von den Anfängen bis 1815, tI : Hamburg, kommentierte Bibliographie der Zeitungen, Zeitschriften, Intelligengblätter, Kalender und Almanache sowie biographische Hinweise zu Herausgebern, Verlegern und Druckern periodischer Schriften, 3e part. : 1796-1815, Stuttgart/Bad Cannstatt, 1996, no 760, p. 1600-1608.

16 Marquis Antoine-Philippe de La Maisonfort, Mémoires d’un agent royaliste sous la Révolution, l'Empire et la Restauration. 1763-1827, Paris, 1998, p. 223 et 239-242.

17 Ibid., p. 210-211.

18 .Le spectateur du Nord, août 1800.

19 .Journal littéraire et bibliographique, janvier 1799, p. 1 ; voir aussi Le spectateur du Nord, novembre 1798, p. 289-290.

20 Journal littéraire et bibliographique, décembre 1799, p. 392.

21 Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Gn Kapsel 50 (36).

22 Braunschweigische Anzeigen, 1792, no 37.

23 Staats-und Gelehrte Zeitung des Hamburgischen unparthtyischen Correspondenten, 20 janvier 1796, no 12.

24 Ibid., 18 juin 1796, no 98.

25 Ibid., 6 août 1796, no 126.

26 Ibid., 27 septembre 1797, no 154.

27 Ibid., 27 décembre 1797, no 206.

28 Le spectateur du Nord, octobre-décembre 1797.

29 Cet article était déjà terminé quand j’ai appris l’existence, à la bibliothèque de l’université de Rostock, des documents suivants : Catalogue des livres qui se trouvent chez les libraires associés de Suisse au Berg, Hambourg, 1784 ; Premier supplément au catalogue des livres qui se trouvent chez Fauche fils etStoehr [...], 1785 (cote : Bc 3185) ; Catalogue de la librairie à Hambourg de Pierre-François Fauche, Hambourg, 1792 (cote : Bc 3149).

30 Notons que cette bibliothèque faisait des acquisitions chez Fauche : Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Handschriftenabteilung BAII, no 105 : lettres de la maison Fauche et compagnie à Ernst Theodor Langer, 1798-1799.

31 Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Q 500 Helmst 8°.

32 Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Schulenb. A 39.

33 J’ai consulté la photocopie de ce catalogue à la bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel (cote : QDD1004).

34 À la page 58, on voit l'« avis » de la souscription pour le Journal de commerce chez Fauche-Borel à Neuchâtel.

35 Cat. libr., p. 354, no 1904-1906 ; p. 568, no 3121-3122. Voir l’annonce dans le journal Braunschweigische Anzeigen, 1792, no 37, cité ci-dessus, dans lequel Pierre François Fauche mentionne ses « trois magazins de Leipzig, de Brunswick et de Hambourg ».

36 J.-D. Mellot et É. Queval, Répertoire d’imprimeurs-libraires..., p. 308, no 1877 ; André Fauche, Famille Fauche..p. 98.

37 Bibliothèque nationale de Russie, 16. 33. 9. 55.

38 Le spectateur du Nord, octobre-décembre 1797, p. [vi].

39 Le catalogue de Samuel Fauche, le père, publié en 1777-1778, contient seulement seize pages et bien moins de livres que celui de Pierre François. Les articles de fonds (« en nombre ») sont marqués par une étoile (Catalogue de livres, qui se trouvent chez Samuel Fauche, imprimeur-libraire du roi, à Neuchâtel en Suisse) (Cat. libr., p. 230, no 1180).

40 M. Schlup, « Fauche, famille... », p. 185-186 ; J. Freedman, « La Société typographique de Neuchâtel... », p. 479.

41 BNF, Q. 9342 (Cat. libr., p. 565, no 3102).

42 BNF, Fol. Q10A. 22 (Cat. libr., p. 230, no 1179).

43 Dans les années 1791-1792, Pierre François Fauche participa au grand projet de réimpression de l’édition de Kehl des Œuvres complètes de Voltaire, réalisée dans plusieurs villes européennes : Lyon, Deux-Ponts, Hambourg et Bâle.

44 J. Freedman, « La Société typographique de Neuchâtel... », p. 480.

45 J.-D. Candaux, « Louis Fauche-Borel, imprimeur... », p. 341 et 351.

46 Ibid., p. 381.

47 Ibid., p. 378 : « L’ouvrage a été réimprimé à Hambourg en 1795, mais sa première édition, publiée sans date et sous la fausse adresse de Londres, est une production typique des presses de Fauche-Borel ».

48 J. Freedman, « La Société typographique de Neuchâtel... », p. 280-281 et p. 478-489.

49 Vladimir Somov, « La librairie française en Russie au XVIIIe siècle », dans Est-Ouest. Transferts et réceptions dans le monde du livre en Europe (XVII-XXe siècle), éd. Frédéric Barbier, Leipzig, 2005, p. 106.

50 Michel Schlup, « La diffuzione del libro francese vista de Neuchatel (1755-1788) », dans GH spazi del libro nelTEuropa del XVIII secolo. Atti del convegno di Ravenna (15-16 dicembre 1995), éd. Maria Gioia Tavoni et Françoise Waquet, Bologne, 1997, p. 35-45.

51 Vladimir Somov, « Pierre-Charles Levesque, protégé de Diderot et historien de la Russie », dans Cahiers du monde russe, t. 43, avril-septembre 2002, p. 275-293.

52 Le spectateur du Nord, janvier-mars 1797, no 1, p. 13.

53 Wolfenbüttel, Niedersâchsisches Staatsarchiv, 2 Alt 14284, fol. 61-63; 2 Alt 14286, fol. 17.

54 Le spectateur du Nord, octobre-décembre 1797, no 4, p. [VI]. Voir également Stadts-und Gelehrte Zeitung des hamburgischen unpartheyischen Correspondenten, 1797, no 206 et 1798, no 8.

55 Catalogue, 1798.

56 V. Somov, « La librairie française en Russie... », p. 91-93.

57 Moscou, Archives de la politique extérieure de l’empire russe (AVPRI), fonds 14, F-18.

58 A.-L. Fauche-Borel, Mémoires..., t. II, p. 202.

59 A.-P. de La Maisonfort, Mémoires d’un agentroyaliste..., p. 243-244.

60 Voir la lettre de Frédéric-César de La Harpe à l’empereur Alexandre Ier (19 décembre 1801), dans Correspondance de Frédéric-César de Fa Harpe et Alexandre Ier suivie de la correspondance de F.-C. de La Harpe avec les membres de la famille impériale de Russie, éd. Jean-Charles Biaudet et Françoise Nicod, t. I, Neuchâtel, 1978, p. 377 ; voir également « Exposé de Pierre François Fauche de ses anciennes affaires en Russie », dans A. Fauche, Famille Fauche..., p. 81-83.

61 V. Somov, « La librairie française en Russie... », p. 106.

62 Wolfenbüttel, Niedersächsisches Staatsarchiv, 2 Alt 14286, fol. 18-19.

63 Alexandre Pluchart était probablement le descendant d’un libraire de Valenciennes, NoëlJoseph Pluchart. Au début de la Révolution, il est apprenti imprimeur ; ensuite, il émigre en Allemagne. Voir Frédéric Barbier, lumières du Nord. Imprimeurs, libraires et « gens du livre » dans le Nord au XVIIIe siècle (1701-1789). Dictionnaire prosopographique, avec la collaboration de Sabine Juratic et de Michel Vangheluwe, Genève, 2002, p. 417.

64 Wolfenbüttel, Niedersächsisches Staatsarchiv, 2 Alt 14286, fol. 33-41v.

65 A.-P. de La Maisonfort, Mémoires d’un agent royaliste..., p. 339.

Table des illustrations

Légende Figure no 1. Portrait de Pierre François Fauche, photographie d’après huile sur toile. Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel, avec l’aimable autorisation de M. Henry Fauche.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1494/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Figure no 2. Catalogue des livres françois, anglois, italiens et latins, qui se trouvent chez Pierre François Fauche et comp. imprimeurs-libraires à Hambourg et Brunswig, Brunswig, 1788, page de titre. Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Q 500 Helmst 8°.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1494/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Figure no 3. Catalogue des livres françois, anglois, italiens et latins, qui se trouvent chez Pierre François Fauche et comp. imprimeurs-libraires à Hambourg et Brunswig, Brunswig, 1788, p. 1.Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Q 500 Helmst 8°.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1494/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Figure no 4. Catalogue des livres françois, anglois, italiens et latins, qui se trouvent chez Pierre François Fauche et comp. imprimeurs-libraires à Hambourg et Brunswig, Brunswig, 1788, p. 314-315.Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Q 500 Helmst 8°.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1494/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Légende Figure no 5. Nouveautés en nombre qui se trouvent chez P. F. Fauche et comp. A Hambourg et Brunswick. Foire de Pâques 1798, page de titre.BNF, Fol. Q10A. 22.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1494/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Figure no 6. Page de titre des Œuvres complètes de Voltaire, t. XXXIII, contenant Histoire de l’Empire de Russie, sous Pierre le Grand.Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1494/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

Auteur

Conservatoire national de musique, Saint-Pétersbourg

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540