Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Livre entre le commerce et l'histoire des idées

 | 
Annie Charon
, 
Claire Lesage
, 
Ève Netchine

Première partie. Les catalogues, sources de l'histoire du livre

Les libraires catalogueurs renseigner et décrire, attirer et vanter

Claire Lesage

Résumé

Les libraires comme les bibliothécaires sont des catalogueurs, et les deux métiers ont produit des catalogues (de vente, de librairie ou de bibliothèque) depuis le XVe siècle. Une histoire comparée de leur production catalographique, que ce soit du point de vue du classement des notices, de leur présentation matérielle ou de leur rédaction, permet de comprendre les apports des uns et des autres, à travers collaborations ou rivalités. Et c’est ainsi qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles se mettent en place des habitudes dont les catalogues et normes actuels sont les héritiers.

Texte intégral

1Les libraires catalogueurs : le sujet pourrait sembler le moins gratifiant de tous ceux que peut susciter l’étude des catalogues de libraires et d’imprimeurs-libraires de « l’Ancien Régime typographique » et des temps ultérieurs. Question technique, exploration poussiéreuse des modes de description, répétition de banalités bien connues... Et pourtant, décrire ou cataloguer les livres semble d’évidence une prérogative du bibliothécaire — ce que je suis — mais en même temps, les libraires n’ont-ils pas, aussi tôt que les gardes, donné des listes détaillées des livres qu’ils proposaient à la vente ? Qui pouvait d’ailleurs mieux connaître, donc décrire, les ouvrages, sinon ceux qui les vendaient, certes, mais les publiaient aussi, et souvent les imprimaient ? La notice de catalogue (de bibliothèque ou de librairie) est donc un terrain de rivalité potentielle entre les deux métiers, les deux communautés. Par ailleurs, la confection de catalogues, la description des livres est une tâche qui demande du temps, des soins et de la peine aux deux corporations. La porosité des frontières professionnelles ne concerne pas seulement le vocabulaire : les uns utilisent les catalogues des autres et vice-versa (tout en les critiquant ou en les admirant) et plusieurs personnages ont endossé successivement les deux responsabilités.

2Sujet sensible, terrain de jalousies, activité dévoreuse de temps et de soins : la notice de catalogue n’est finalement un sujet ni neutre ni anodin.

3Me limitant à ce sujet, je n’étudierai pas ici les questions passionnantes de stratégie commerciale, ou encore l’utilisation des catalogues comme vitrine, démonstration et défense de la production d’un imprimeur-libraire, mais j’évoquerai quand même d’une part le mode de classement des catalogues et d’autre part le développement des catalogues de vente, tous deux riches de conséquences sur le contenu et l’évolution des notices descriptives de livres dans les catalogues de libraires.

4Il faut toujours se poser la question préalable du mode de classement d’un catalogue avant de considérer les notices elles-mêmes, puisque le type de classement permet aussi au libraire de sous-entendre un certain nombre d’éléments de description. Ainsi, un imprimeur-libraire donnant dans son catalogue ou une section de son catalogue les ouvrages de son fonds (c’est-à-dire publiés par ses soins), classés par formats, pourra se contenter d’une liste de titres : ville, imprimeur-libraire, date et format sont inclus dans son choix de présentation. Le seul renseignement supplémentaire qu’il pourra être alors tenté de fournir est celui du sujet, du contenu ; beaucoup ne s’en privent pas au XVIIIe siècle. Au contraire, le choix d’un classement systématique ou thématique oblige à préciser toutes les informations descriptives pour chaque ouvrage, particulièrement s’il ne s’agit pas du fonds de l’imprimeur-libraire mais d’un assortiment de provenances diverses, ou, plus encore, de « livres de hasard » édités en des lieux variés, à différentes époques.

5Le schéma pourrait ainsi sembler simple : à mode de classement fonctionnel, notices brèves ; à mode de classement par sujets, notices détaillées. Mais plusieurs exemples montrent que les choses ne sont pas aussi simples. On ne peut faire ici l’économie d’un petit rappel des modes de classement adoptés par les imprimeurs-libraires et libraires dans leurs catalogues : on y trouve des systèmes très variés, parfois le panachage de plusieurs systèmes, qui sont fonction des habitudes d’une officine (parfois d’une longue tradition familiale), de la marchandise proposée et de la clientèle visée. Le système le plus courant est l’ordre alphabétique de titres et d’auteurs mêlés, souvent combiné à une présentation par formats, surtout pour le fonds. Un imprimeur-libraire proposant dans un même opuscule son fonds et de l’assortiment choisit souvent de les distinguer, soit en deux sections distinctes, soit par un artifice typographique (un astérisque devant les uns ou les autres) ; quand il présente fonds et assortiment dans deux parties séparées et identifiées, il adopte souvent un classement et un canevas de notice différents pour chaque partie. Le classement « fonctionnel », pratique pour le libraire mais fastidieux à la lecture pour le client, peut encore être précisé : « livres nouveaux », « livres en blanc », « en feuilles », « au rabais », etc. Pour la plus grande satisfaction de l’utilisateur, le libraire peut truffer son classement alphabétique de quelques rubriques thématiques ou imprimer en tête, de façon plus détaillée, les nouveautés ou les spécialités de son fonds.

6La classification dite « des libraires de Paris », selon les cinq catégories du savoir (religion, droit, histoire, lettres, sciences et arts) subdivisées en catégories plus fines, dont la paternité est attribuée à Prosper Marchand (1678-1756) et Gabriel Martin (1678 ?-1761) dans leurs catalogues de ventes aux enchères entre 1708 et 1761, mais issue en fait de systèmes antérieurs alors uniformisés, est aussi utilisée dans de nombreux catalogues de libraires, particulièrement d’assortiments. Mais elle est toujours adaptée à la spécificité de l’offre et de la clientèle : parfois, seules certaines classes sont utilisées ou, au contraire, des rubriques supplémentaires peuvent être créées, particulièrement par langues, très utiles pour l’acheteur.

  • 1 Voir surtout Les ventes de livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle. Actes des journées d'étude (...)
  • 2 Catalogues de libraires 1473-1810, éd. Claire Lesage, Eve Netchine et Véronique Sarrazin, Paris, 20 (...)

7Viennent d’être évoqués les catalogues de ventes aux enchères et leur classement, bien connu grâce aux divers travaux qui leur ont été consacrés1. Dans l’ouvrage Catalogues de libraires 1473-18102, nous avons insisté sur la porosité de la frontière qui sépare catalogues de libraires et catalogues de vente, certaines ventes n’étant en fait que des catalogues de libraires déguisés (elles ne correspondent pas à une collection identifiée). De plus, nous y avons inclus les ventes après décès des imprimeurs-libraires et libraires eux-mêmes, qui offrent une image de leur fonds. Malgré cette proximité, l’étude du « progrès bibliographique » amène à faire une distinction nette entre d’une part les catalogues des grandes bibliothèques et des grandes ventes dès le XVIIe siècle, d’autre part les catalogues de libraires courants.

  • 3 Catalogus bibliothecoe Thuanoe a clariss. W. Petro & Jacobo Puteanis, ordine alphabetico primùm dii (...)
  • 4 Belles-lettres, t. I, section : Langue françoise, sous-section : De l’orthographe, no 1272.

8Les catalogues des grandes bibliothèques commencent à être dressés au milieu du XVIIe siècle. Ainsi Gabriel Naudé (1600-1653), garde de la bibliothèque de Mazarin, est chargé de dresser le catalogue d’une autre bibliothèque : c’est le Bibliotbecae Cordesianae catalogus, cum indice titulorum, publié à Paris en 1643 (figure no 1). Les frères Dupuy (Pierre Dupuy, 1582-1651, et Jacques Dupuy, 1591-1656), avant de quitter pour la Bibliothèque du roi, en 1645, la bibliothèque de Jacques-Auguste de Thou qu’ils administraient depuis sa mort en 1617, dressent de cette dernière un catalogue classé alphabétiquement. Ce Catalogus bibliotbecae Thuanae est édité en 16793 en vue de la vente du fonds, qui a été au préalable réordonné systématiquement par ses gardes Ismaël Boulliau et Joseph Quesnel. À la Bibliothèque du roi, après l’inventaire sommairement dressé par Nicolas Rigault (1577-1654) en 1622, les frères Dupuy rédigent en 1645 un catalogue dont les notices donnent généralement titre, format, lieu d’édition et date. Mais c’est Nicolas Clément (1647-1712) qui marque l’histoire du catalogage à la Bibliothèque du roi : il ordonne et rédige entre 1675 et 1684 le premier catalogue méthodique (figure no 2), manuscrit, en sept volumes, d’une collection qui s’était notablement accrue depuis le début du siècle (trente-cinq mille volumes) ; les notices, sous-classées par formats, comprennent le titre assez détaillé, l’auteur, le lieu et la date d’édition, enfin le nombre de volumes. Nicolas Clément reprend son travail dès 1688 et réalise un second catalogue méthodique (dont les divisions perdureront jusqu’au XXe siècle) en quatorze volumes, copié de façon plus formelle (attention portée aux majuscules, nom de l’auteur souligné, etc.) pour une collection qui compte quarante-trois mille volumes. Les notices comportent désormais le nom de l’imprimeur-libraire. Le catalogue de la Bibliothèque du roi, avec les nouveautés intercalées entre-temps, est partiellement imprimé entre 1739 et 1753, pour la théologie, le droit et les belles-lettres. La ponctuation et la typographie sont utilisées pour coder les zones des notices : [titre en caractères romains] : par [nom de l’auteur en petites capitales]. [Ville, nom de l’éditeur en italiques]. [Date en chiffres arabes]. [Format]. Ce qui donne par exemple : « Dialogue de l’ortografe & prononciation françoese : par Jacq. Pelletier du Mans. Lyon, J. de Tournes. 1555. ln-8° »4.

Figure no 1. Bibliothecae Cordesianae catalogus, 1643. BNF, Q. 1815, p. 250.

Figure no 2. Bibliothèque du roi, catalogue méthodique manuscrit de Nicolas Clément, 1675-1684. Pars4e. Section : Historia Gallica in folio, fol. 264 (n° 50 à 54). BNF, LLA, Archives.

  • 5 Bibliotheca Telleriana, sive Catalogus librorum bibliothecoe illustrissimi ac reverendissimi D. D. (...)

9On attribue également à Nicolas Clément la confection et la rédaction du catalogue de la bibliothèque de monseigneur Le Tellier, archevêque de Reims, publié en 16935, dont le lettrage (les lettres désignant les sections) est quasiment identique à celui de la Bibliothèque du roi et qui aurait été un essai avant l’impression du catalogue de cette dernière. La compilation de plusieurs des plus importants catalogues de bibliothèques du XVIIe siècle donne lieu à la publication de bibliographies savantes, comme celle qu’édite John Hartley à Londres en 1699-1701 : Catalogus universalis librorum, in omni facultate, linguaque insignium, & rarissimorum ; non solum ex catalogis bibliothecarum Bodleianae, Lugduno-Batavae, UItrajectinae, Barberinae, Tbuanae, Cordesianae, Tellerianae, Slusianae, & Heinsianae, sed etiam ex omnibus fere aliis praelo impressis magno labore & sumptu in usum studiosorum collectus. Cum indice authorum alphabetico. Le classement en est alphabétique, à l’intérieur de grandes sections matières. On remarque que la plupart de ces catalogues de grandes bibliothèques (œuvre des bibliothécaires) restent manuscrits tant qu’ils sont à usage interne mais sont imprimés quand les collections qu’ils décrivent sont mises en vente. C’est entre la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle qu’ils font l’objet d’impressions en dehors même de toute mise en vente, généralement sous la forme de grands in-folio.

  • 6 Bibliotheca Bultelliana : seu Catalogus librorum bibliotheca v. cl. D. Caroli Bulteau, regi a consi (...)
  • 7 Bibliotheca Fayana, seu Catalogus librorum bibliothecce ill. viri D. Car. Hieronymi de Cisternay Du (...)
  • 8 A Paris, rue S. Jacques, chez G. Martin, à l’Etoile. H. L. Guérin & L. E Delatour, à Saint Thomas d (...)

10De façon tout à fait concomitante, les catalogues systématiques des grandes ventes aux enchères parisiennes rédigés et ordonnés par Gabriel Martin et ses successeurs deviennent de plus en plus nombreux au cours du XVIIIe siècle. Imprimés dans des volumes plus maniables (de format in-8° ou in-12), ils offrent aux acheteurs potentiels des notices assez détaillées, souvent enrichies d’informations supplémentaires sur le papier, les gravures, l’état ou la reliure. On peut citer par exemple la Bibliotheca Bultelliana, en 17116, en deux parties, la Bibliotheca Fayana en 17257, ou encore le Catalogue des livres provenons de la bibliothèque de feu M. de Boze, dont la vente sera indiquée par affiches, en 17548, un volume in-8°.

11Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, ces catalogues de vente font l’objet de compilations par des libraires eux-mêmes organisateurs de ventes, pour servir d’instrument de travail bibliographique aux professionnels comme aux amateurs. La plus célèbre est la Bibliographie instructive : ou Traité de la connaissance des livres rares et singuliers. Contenant un catalogue raisonné de la plus grande partie de ces livres précieux, qui ont paru successivement dans la République des lettres, depuis l’invention de l’imprimerie, jusques à nos jours ; avec des nottes sur la différence & la rareté de leurs éditions [...]. Disposé par ordre de matieres & facultés, suivant le systême bibliographique généralement adopté ; avec une table générale des auteurs, & un systême complet de bibliographie choisie, publiée par Guillaume-François Debure entre 1763 et 1768 (figure no 3). D’autres libraires s’y sont essayés, comme Jean-Baptiste-Louis Osmont en 1768 - Dictionnaire typographique, historique et critique des livres rares, singuliers, estimés et recherchés en tous genres ; contenant, par ordre alphabétique, les noms & surnoms de leurs auteurs, le lieu de leur naissance, le temps où ils ont vécu, & celui de leur mort, avec des remarques nécessaires pour en distinguer les bonnes editions, & quelques anecdotes historiques, critiques & intéressantes, tirées des meilleures sources. On y a joint le prix qu’ils se vendent la plupart dans les ventes publiques. Par J. B. L. Osmont, libraire à Paris — ou Jean-François de Los Rios en 1777 : Bibliographie instructive, ou Notice de quelques livres rares, singuliers & difficiles à trouver, avec des notes historiques, pour connoître & distinguer les différentes editions, & leur valeur dans le commerce ; disposée par François de Los Rios, libraire à Lyon, beaucoup moins étendu et plutôt conçu comme un aide-mémoire personnel des ouvrages rares et précieux qu’il a eus en mains dans l’exercice de son commerce.

  • 9 Guillaume-François Debure, Appel aux savans et aux gens de lettres, au sujet de la bibliographie in (...)

12Ce qu’il faut souligner - et que n’ont d’ailleurs pas manqué de sentir et d’exprimer les acteurs de l’époque-, c’est la grande parenté entre catalogues de bibliothèques et grands catalogues de ventes aux enchères, en ce qui concerne l’art suprême du bibliographe, c’est-à-dire la part la plus gratifiante du métier, touchant à l’analyse du contenu des livres, qui se traduit dans le classement des catalogues. On peut noter l’antériorité sur ce plan des catalogues de bibliothèques, qui ont pu servir d’aiguillon aux autres entreprises. La Bibliographie instructive de Guillaume-François Debure a été critiquée à plusieurs reprises dès le début de sa publication par le père Barthélemy Mercier de Saint-Léger, chanoine génovéfain, bibliothécaire de Sainte-Geneviève et bibliographe, d’abord de façon anonyme dans le Journal de Trévoux, puis dans une lettre signée, dans laquelle il reproche notamment au libraire d’avoir « donné encore plusieurs catalogues de livres à vendre » (thème courant des rivalités entre bibliothécaires et libraires). Or dans sa réplique parue dès décembre 17639, Guillaume-François Debure manifeste son amertume : « On pense bien qu’un libraire, distrait par les détails continuels de son commerce, a du [sic] laisser échapper quelques fautes ; et je m’attendais bien de recevoir des avis et des réflexions utiles par des hommes plus habiles que moi : mais je ne me serais jamais attendu à essuyer une satyre [sic] aussi déplacée, sur un ouvrage qui ne méritait que d’être encouragé ».

Figure no 3. Guillaume-François Debure, bibliographie instructive, t. II : Histoire, 1768, p. 56. BNF, Arsenal, 8° H. 24717 (6).

13Le libraire insiste pour sa part sur les profits qu’il a tirés des bibliothèques : non content d’étudier les ouvrages qu’il vendait (« occupé des soins de mon commerce, et cherchant à acquerir des connoissances dans l’état que mes pères m’avoient laissé, j’avois porté mes études sur la partie la moins connue de la librairie-, et j’avois, dès ma première jeunesse, assemblé des notes sur les livres rares, qui m’étoient tombés entre les mains »), il approfondit son savoir en recourant à des bibliothèques particulières (Gaignat, La Vallière, etc.), « sans parler de la Bibliothèque du roi ; dépôt sacré et immense, si connu dans toute l’Europe, et qui m’a été du plus grand secours ».

  • 10 Lettre de M. Mercier, [...]. à M. Capperonnier, [...] sur l'approbation donnée au second volume de (...)

14Jean Capperonnier, garde des imprimés de la Bibliothèque du roi depuis 1760, a d’ailleurs donné, en tant que censeur, son approbation avant impression à la Bibliographie instructive de Guillaume-François Debure, en l’assortissant de louanges. Son contradicteur Mercier de Saint-Léger ne manque pas de critiquer également ces louanges en septembre 176410, en les attribuant au fait que Debure se réclamant du catalogue de la Bibliothèque du roi, les défauts imputés à sa propre bibliographie risqueraient d’être rapprochés de « quelques méprises de certain gros catalogue que vous connaissez bien » ou encore à la fréquentation commune à Debure et Capperonnier d’un mystérieux protecteur amateur de livres haut placé. Mercier de Saint-Léger a par ailleurs apporté ses conseils à l’entreprise concurrente de Guillaume-François Debure : celle de Jean-BaptisteLouis Osmont, qui a peut-être usé de ce moyen pour ne pas encourir les mêmes critiques que son collègue :

  • 11 « Avertissement », p. X.

Avant de donner cet ouvrage à l’impression, je l’ai soumis à l’examen et à la critique de plusieurs bibliographes habiles. M. Mercier, chanoine régulier, bibliothéquaire de l’abbaye de Sainte-Géneviève et abbé de Saint-Léger de Soissons, si connu par l’étendue de ses lumieres, a bien voulu prendre la peine de le lire d’un bout à l’autre, et d’y faire des observations11.

  • 12 Bibliographie instructive ; tome dixieme, contenant une table destinée à faciliter la recherche des (...)

15Le libraire Jean-Baptiste-François Née de La Rochelle (1751-1838) va dans le même sens, dans son Discours sur la science bibliographique et sur les devoirs du bibliographe précédant la table de la Bibliographie instructive de Debure12, qu’il publie en 1782. Ainsi, « pour tracer le portrait du véritable bibliographe », il cite « Magliabecchi, Maffeï, Leibnitz, Muratori, Apostolo Zeno, Hyde, Baluze, La Croze, Bayle, Prosper Marchand et Méerman... Par les savants que je viens de nommer, on voit que je mets de niveau les bibliothécaires, les bibliographes et les amateurs ». Et voici les domaines où il considère que le bibliographe ou le bibliothécaire doit avoir des connaissances étendues : les langues anciennes et modernes les plus répandues ; la science des choses ; la science des mots ; la logique, la critique ; la philosophie, l’éloquence, les mathématiques, la géographie, la chronologie surtout, l’histoire et la diplomatique ; l’art typographique. « Instruit de tout, parlant de tout, en différentes langues [...] personne [...] n’est plus communicatif que lui. Il a des relations dans tous les pays. Il converse de bouche et par écrit avec les savans etrangers [...] » ; ce personnage doit connaître le contenu et la valeur des livres pour conseiller ses correspondants et savoir quels livres doivent figurer dans sa bibliothèque et dans quel ordre.

16Cette parenté entre catalogues de bibliothèques et catalogues de ventes aux enchères de bibliothèques privées se retrouve dans le domaine moins étudié de la notice bibliographique. On peut constater une évolution chronologique cohérente et progressive, aussi bien dans l’un et l’autre genre de catalogue : de plus en plus systématiquement y sont notés le titre entier, l’édition, les éditeurs scientifiques, annotateurs et traducteurs, la ville d’édition, l’imprimeur-libraire, la date et même les gravures, le papier, la reliure, etc.

17À la fin du XVIIIe siècle, Née de La Rochelle, dans le texte déjà cité, explique que la science bibliographique se divise en deux branches, celle qui tient à la littérature, comme exposé ci-dessus, et l’autre qui tient au mécanisme de l’art typographique :

[...] par la connoissance de l’art de l’imprimerie, un bibliographe peut se décider sur le format d’un livre, le caractère, l’imprimeur et le temps de l’impression. [...] Le papier, le caractere, la maniere d’opérer, de diviser un titre, de placer les signataires, les vignettes et les ornemens, de commencer ou de finir les chapitres d’un ouvrage, donnent des indices presque certains sur l’endroit où il a été exécuté. [...] Des feuillets réimprimés à la fin ou au commencement d’un livre, et même des chiffres adroitement grattés, multiplient des editions dont le bibliographe ne reconnoît l’identité que lorsque l’œil et l’esprit se sont familiarisés par une longue habitude avec tout ce détail d’observations intarissables. C’est un dédale dont un artiste seul et un bibliographe instruits peuvent se tirer ; et ce dernier réussit mieux que l’autre, lorsqu’il joint la perspicacité de l’artiste à la sagacité de l’homme de lettres. C’est ainsi que les arts se prêtent un mutuel secours, surtout en bibliographie ; car la connoissance technique des opérations de l’art d’imprimer les livres, ne suffit pas seule au bibliographe. Les arts dépendans de celui-ci, ou qui lui sont alliés, doivent encore lui être connus ; et il est essentiel que les secrets des arts du dessin, de la peinture et de la gravure, tant sur le bois que sur le cuivre, lui soient familiers.

18Dans une partie assez technique, il définit une bonne notice en insistant sur ce que nous appellerions aujourd’hui la bibliographie matérielle :

  • 13 Ibid., p. XXII-XXIII.

Il est assez difficile de donner en bons termes la description d’un ouvrage rare et curieux. C’est le titre qu’il faut rendre fidèlement ; la date, le nom de la ville et de l’imprimeur qu’il est essentiel de spécifier ; le nom de l’auteur qu’il importe de découvrir à la tête ou à la fin d’une dédicace, lorsqu’il n’est pas dans le titre. Souvent on le trouve au milieu d’une préface ou dans la souscription qui termine un livre ; quelquefois il convient de le chercher dans le privilège accordé par un souverain, dans les vers qui ont été adressés à l’auteur par ses amis, ou dans des acrostiches et des devises, au milieu desquels l’auteur s’est plû lui-même à le cacher. On doit ensuite compter les feuillets qui précédent le corps de l’ouvrage et dire à quoi ils sont employés. Il est nécessaire d’indiquer si le livre est imprimé à longues lignes ou par colonnes ; si le caractère en est gros ou menu, romain, gothique, demi-gothique ou italique. Quand l’edition est ancienne, on doit annoncer si les chiffres, les réclames et les signatures s’y rencontrent ou ne s’y trouvent pas. Il faut encore vérifier et compter les feuillets et les figures s’il y en a ; en prescrire soigneusement le nombre ; terminer enfin sa description par l’annonce des index, tables ou répertoires et registres de signatures, qui sont ordinairement à la fin d’un livre, quand ils ne se trouvent pas au commencement13.

  • 14 Quoique aride. Voir ibid. : « Si cette partie est peu satisfaisante et très minutieuse, ce n’est pa (...)

19Cette pratique idéale14 peut parfois se retrouver dans les catalogues de libraires mais pas chez tous les libraires, ni même dans chacun des catalogues d’un même libraire. Les notices longues, détaillées, complètes se trouvent surtout dans les gros catalogues, qui remplissent des fonctions bibliographiques analogues à celles des catalogues de vente, certains libraires affichant également l’ambition que ces volumes deviennent des instruments de référence. Ainsi Jean II Neaulme, en 1755, qui déclare qu’il « cherche à réduire son commerce », propose un très gros catalogue de quatre cent soixante pages : Catalogue d’une belle collection de livres & d’estampes, propre à former une bibliotheque des plus estimables, en livres de théologie, de droit, de politique, de medecine, d’histoire naturelle, de philosophie, de physique, de mathematique, des arts, sciences, & métiers utiles à la société ; comme aussi d’histoire universelle &particuliere, ancienne & moderne, de mémoires, de vies, de voyages, & des ouvrages d’esprit & de recreation, en un mot de tout ce qui est necessaire pour instruire &pour s’amuser, auxquels on a ajouté tout ce qui a paru de plus nouveau depuis quelques temps. Le tout avec les prix auxquels ils seront abandonnés le jour de la vente, & qui se vendront à Berlin, par J. Neaulme, libraire privilegié du roi, le 30juin 1755. & les jours suivans. Dans son avertissement, il affirme :

Ayant été souvent la victime de ma confiance, je cherche à réduire mon commerce sur un pied à pouvoir le faire sans de grands secours. Pour cet effet j’ai absolument résolu de vendre une grande collection de livres d’assortiment, que j’ai recueillis depuis bien du temps ; et afin de la rendre encore plus intéressante pour le public, j’ai acheté, partout où j’ai pû les trouver, des livres rares et curieux, dans l’intention de donner ensuite la totalité â très grand marché : ce qui fera l’effet d’une vente publique de bibliothèque, sant tirer d’ailleurs à aucune autre conséquence.

  • 15 Catalogue d’une nombreuse collection de livres en tout genre, rares et curieux, propres a satisfair (...)

20En 1763, il prépare un véritable catalogue de vente en cinq tomes15 destiné à liquider son fonds, dont les considérations de l’avertissement sur la décadence de la « librairie françoise de Hollande » sont bien connues. Il y justifie sa pratique catalographique détaillée :

On se plaindra encore de ce que plusieurs de mes titres sont trop longs. Je demande grace sur cet article [...] en voici une des raisons. Plusieurs de ces livres ne sont pas connus. Il s’agit de les exposer de maniere à pouvoir en prendre une juste idée. Je souhaite la donner aux personnes éloignées qui ne peuvent rien voir d’avance et qui doivent s’en rapporter aux titres. D’ailleurs c’est une petite dépense de plus qui ne retombe que sur moi seul.

21Le reproche qui lui en est parfois fait montre que la pratique de donner les titres détaillés n’est pas si courante dans les catalogues de libraires.

22En fait, cette belle progression chronologique et linéaire ne se vérifie, dans les catalogues de libraires, pas davantage en ce qui concerne le classement qu’en ce qui concerne les notices elles-mêmes. Néanmoins, les professionnels comme les clients prennent certaines habitudes...

23Pour les catalogues courants de libraires et d’imprimeurs-libraires, les classements comme les façons de désigner les livres offerts à la vente dépendent entièrement de plusieurs critères commerciaux, que l’on peut énoncer en ces termes : s’agit-il de fonds, d’assortiments ou de hasard ? de nouveautés ? de livres au rabais ? de livres destinés à une clientèle locale ou éloignée ? Quand il s’agit de fonds, certains libraires s’adressant à une clientèle érudite ou fidèle, qui connaît les auteurs et la qualité habituelle des ouvrages, peuvent se contenter d’une description allusive. D’autres au contraire s’attachent à vanter leur production de façon détaillée, donnant le titre tout au long, avec les qualités des auteurs, éditeurs, traducteurs, illustrateurs, assortis d’un commentaire sur la qualité du contenu. On peut d’ailleurs remarquer une évolution contraire et paradoxale entre les titres tels qu’ils sont imprimés sur les pages de titre et les titres donnés dans les catalogues aux XVIIe et XVIIIe siècles. Au XVIIe siècle, les pages de titre portent souvent de très longs titres qui énumèrent tous les auteurs en précisant les qualités de chacun ainsi que celles du dédicataire, voire indiquent le plan de l’ouvrage. Dans leurs catalogues, les libraires abrègent ces titres, au point de les rendre parfois méconnaissables : le Rouennais Richard III Lallemant propose ainsi, dans son catalogue de sept pages publié entre 1680 et 1690 : « Estats et empires in-4° » ou « Bible françoise in-4° ». Au cours du XVIIIe siècle, les titres deviennent plus sobres, ce qui autorise les libraires à les donner de façon détaillée (« titres longs »).

24Quand il s’agit d’assortiments, il est peu rentable d’imprimer une longue notice pour un ouvrage dont le libraire ne détient qu’un seul ou un très petit nombre d’exemplaires. Pour des assortiments relativement récents, les notices seront donc généralement assez succinctes. Pour les catalogues proposant des livres anciens ou des assortiments et des livres anciens mêlés, tout dépend de ce que le libraire veut mettre en valeur. Il peut donner tous les lieux d’édition ou seulement les villes étrangères s’il veut insister sur ces provenances. On constate souvent que seuls les éditeurs anciens les plus fameux sont nommés (Alde Manuce, Estienne, Elzevier). Quant à la date, il peut soit ne jamais l’indiquer, soit au contraire toujours la donner, ou encore ne mentionner que les plus anciennes, ou les plus récentes s’il met l’accent sur les nouveautés. Les commentaires du libraire concernent tantôt le contenu intellectuel des ouvrages (généralement quand il s’agit de nouveautés) et le bénéfice que peut en tirer telle ou telle clientèle, tantôt des éléments de bibliographie matérielle si l’assortiment proposé a une orientation bibliophilique.

25La présentation comme le contenu des notices sont donc beaucoup plus variables dans les catalogues de librairie que dans les catalogues de grandes ventes aux enchères, œuvres des mêmes libraires, ou dans les catalogues de bibliothèques, œuvres de bibliothécaires. Quel a été l’apport spécifique des catalogues de libraires à l’art bibliographique, en termes de notices descriptives de livres ? Les libraires connaissaient tous les éléments de description ; s’ils les omettaient parfois, c’est en connaissance de cause, pour des raisons d’économie, de rapidité, etc. Ils faisaient preuve d’une grande souplesse dans leur pratique, en adaptant la taille et le contenu des notices à l’utilité du catalogue et aux compétences ou aux besoins de leur clientèle. Ils pouvaient par exemple offrir des notices de plus en plus détaillées pour des raisons diverses : parce que la clientèle ne limitait plus, comme autrefois, son intérêt à un corpus érudit circonscrit mais désirait être renseignée sur une production désormais plus variée et abondante, ou parce que les détails de l’impression et des exemplaires acquéraient une importance nouvelle liée au développement des pratiques bibliophiliques.

26Les catalogues de libraires sont ainsi demeurés un espace de liberté, tant dans leurs modes de classement que dans la structure et le contenu des notices, certes guidés par des impératifs commerciaux mais aussi par les préférences et la fantaisie du libraire.

Annexes

ANNEXE. COMPARAISON DES NOTICES DE TROIS OUVRAGES DANS DIVERS CATALOGUES

I. — André et François Du Chesne, Historiæ Francorum [...], 5 t., Paris, 1636-1649

Bibliothecae Cordesianae catalogus, 1643 [Jean de Cordes]. Section : Historiæ Francicae Scriptores in folio.
Historiæ Francorum scriptores Coetanei opera Andreæ du Chesne. Lutetiœ Barisiorum apud Seb. Cramoisy, 1636. & 1641. 4. vol. 

Catalogus bibliothecae Thuanae, 1645, éd. 1679 [Jacques-Auguste de Thou]. Section : Historia Francorum, Historiæ generales Franciœ.
Francorum historiæ scriptores coætanei ab ipsius gentis origine, &c. operâ & studio Andr. Du Chesne. fol. Paris. Cram. 1636. 1649. 5. vol. 

– Bibliothèque du roi, catalogue méthodique manuscrit de Nicolas Clément, 1675-1684. Pars 4a. Section: Historia Gallica in folio.
Historiæ francorum scriptores coætanei, ab ipsius gentis origine ad Pipinum usque regem, tomus 1us, opera ac studio And. Du Chesne ; Paris. 1636.
• Tomus 2
us, a Pipino, usque ad hugonem Capetum Regem: Par. 1636.
• Tomus 3
us a Carolo Martello, usque ad hugonis & Roberti Regum tempora ; Paris. 1641.
• Tomus 4
us, ab hugone et Roberto, usque ad Philippum Aug.; Paris. 1641.
• Tom. 5
us, a Philippo Aug. usque ad Ph[ilipp]um pulchrum; Paris. 1649.

– Bibliothèque du roi, second catalogue méthodique manuscrit de Nicolas Clément, 1688. Section : L. Historia Gallica. in folio.
Historiæ Francorum scriptores coætanei, collecti et editi opera et studio Andr. Du Chesne : Tomus 1us ab ipsius Gentis origine ad Pipinum usque Regem : Paris. Cramoisy, 1636.

• Tomus 2us à Pipino usque ad Hugonem Capetum: Ibid. 1636.

• Tomus 3us à Carolo Martello usque ad Hugonis & Roberti Regum tempora: Ibid. 1641.

• Tomus 4us ab Hugone et Roberto usque ad Philippum Augustum: Ibid. 1641.

• Tom. 5us à Philippo Augusto usque ad Philippum Pulchrum: Ibid. 1649.

Bibliotheca Telleriana, 1693 [Charles-Maurice Le Tellier]. Section : L. Rerum Gallicarum scriptores [titre courant : Historia Gallica].
Historiæ Francorum scriptores coætanei, editi ab And. Duchesne : tom. I. ab ipsius gentis origine, ad Pipinum usque regem. Parisiis, Cramoisy, 1636. in fol.

• Tom. II. à Pipino Caroli M. Imp. patre, usque ad Hugonem Capetum Regem, Ibidem, 1636. in fol.

• Tom. III. à Car. Martello Pipini R. Patre, usque ad Hugonis & Roberti Regum tempora. Ibidem, 1641. in fol.

• Tom. IV. ab Hugone & Roberto Regg. usque ad Philippi Augusti tempora. Ibidem, 1641. in fol.

• Tom. V à Philippo Augusto, usque ad Philippum Pulchrum. Ibidem, 1649. in fol.

Bibliotheca Fayana, 1725 [vente] [Charles-Jérôme de Cisternay Du Fay]. Section : Historia Francica. No 3286.
Historiæ Francorum Scriptores coætanei, à Gentis origine ad Philippi IV tempora seu ad ann. 1286. cum Regum & Pontificum Epistolis & aliis monumentis : ex editione And. Du Chesne, & filii post patrem Franc. Du Chesne. Paris. Cramoisy, 1636. 1641. & 1649. 5 vol. in fol. caria nitidiore.

– Catalogue des livres du cabinet de M. de Boze, 1753 [vente] [Claude Gros de Boze].
Historiæ Francorum Scriptores coætanei, ab ipsius gentis origine ad Philippi IV. tempora, seu ad ann. M. CC. LXXXVI. quorum plurimi nunc primùm ex variis codicibus MSS. in lucem prodeunt, alii verò auctiores & emendatiores ; cum Epistolis Regum, Pontificum, &c. aliisque veteribus monumentis ; opera ac studio Andreæ du Chesne, & post patrem, Francisci du Chesne Andreæ filii. Parisiis, Cramoisy, 1636-1641-1649. In-fol. 5. voll.

– G. Debure, Bibliographie instructive, 1763-1768 [Guillaume Debure], T. II : Histoire, 1768. Section : Histoire générale de France. No 5139
Historiæ Francorum Scriptores Coætanei ab ipsius gentis origine ad Philippi IV tempora, seu ad annum 1286 ; quorum plurimi nùnc primùm ex variis Codicibus MSS. in lucem prodeunt, alii verô auctiores & emendatiores ; cum Epistolis Regum, Pontificum, &c. aliisque veteribus monumentis ; operâ & studio Andreæ du Chesne ; & (post patrem) Francisci du Chesne, Andreæ filii. Parisiis, Cramoisy, 1636 & ann. seqq. 5 vol in-fol.
Cette collection, qui a été de tout temps parfaitement bien reçue du public, devoit contenir 24 volumes ; mais après la mort de MM. Du Chesne, elle est restée imparfaite et n’a pas été continuée.
Les exemplaires en étaient déjà devenus très rares au commencement de ce siècle, de sorte que le prix en étoit accru considérablement dans le commerce ; mais le nouveau recueil de ces historiens auquel les bénédictins travaillent depuis plusieurs années (il s’agit du Recueil des historiens des Gaules et de la France, commencé en 1738), a fort diminué le prix de celui que nous indiquons.

-J.-B.-L. Osmont, Dictionnaire typographique, 1768 [Jean-Baptiste-Louis Osmont], Historiæ Francorum scriptores coætanei, à Gentis origine ad Philippum IV tempora, seu ad annum 1286, cum Regum & Pontificum Epistolis & aliis Monumentis, ex editione Andr. Quercetani & filii post Patrem Franciscum. Parisiis, 1636, 1641 & 1649, 5 vol. in-fol.

II. — François de Belleforest, Les grandes annales et histoire générale de France [...], 2 t., Paris, 1579

Bihliothecae Cordesianae catalogus, 1643. Section : Historiæ Francicae Scriptores in folio.
Les grandes Annales & Histoire generale de France par François de Belle-forest. A Paris chez Gabriel Buon, 1579. 2. vol.

Catalogus bihliothecae Thuanae, 1645, éd. 1679. Section : Historia Francorum, Historiæ generales Franciæ.
François de Belleforest. Les grandes Annales & histoire generale de France depuis la venue des Francs en Gaule jusques au regne du Roy Henry III. fol. Paris. Buon. 1579. 2. vol.

– Bibliothèque du roi, catalogue méthodique manuscrit de Nicolas Clément, 1675-1684. Pars 4a. Section : Historia Gallica in folio.
Les grandes annales et histe generale de france, des la venue des francs en gaule, jusques au regne de henry III, par françois de Belleforest ; Paris 1579. 2 vol.

– Bibliothèque du roi, second catalogue méthodique manuscrit de Nicolas Clément, 1688. Section : L Historia Gallica. in folio.
Les grandes Annales et Histoire gnale de France, dès la venue des Francs en Gaule, jusqu’au Regne de Henri III. par Franc, de Belleforest : à Paris, Gabr. Buon, 1579. - 2 vol.

Bibliotheca Telleriana, 1693. Section : L. Rerum Gallicarum scriptores [titre courant : Historia Gallica].
Les grandes Annales & histoire generale de France, par François de Belleforest. Paris, Gab. Buon. 1579. in fol. 2. vol.

III. — François Eudes de Mézeray, Histoire de France depuis Pharamond jusqu’à maintenant [...], 3 t., Paris, 1643-1651

Catalogus bihliothecae Thuanae, 1645, éd. 1679. Section : Historia Francorum, Historia generales Franciœ.
F. E. du Meyeray. Histoire de France, fol. Paris. Guillemot. 1643. &c.

Bibliothèque du roi, catalogue méthodique manuscrit de Nicolas Clément, 1675-1684. Pars 4a. Section : Historia Gallica in folio.
Histe de France, depuis faramond jusques a la paix de Vervins, avec un abregé de la vie des Reynes, les portraits des Roys, des Reynes et des Dauphins, et les medailles fabriquées sous chaque regne, par f. E. du Mezeray ; Paris 1643. 1646. et 1651. 3 vol.

Bibliothèque du roi, second catalogue méthodique manuscrit de Nicolas Clément, 1688. Section : L. Historia Gallica. in folio.
Histoire de France depuis Pharamond jusqu’à la paix de Vervins : avec un Abregé de la Vie des Reines ; les Portraits des Rois, des Reines et des Dauphins ; et les Medailles fabriquées sous chaque Regne : par F. E. du Mezeray : à Paris, Guillemot, 1643. 1646. et 1651. 3 vol.

Bibliotheca Telleriana, 1693. Section : G. Rerum Gallicarum scriptores [titre courant : Historia Gallica].
Histoire de France, depuis Faramond, jusqu’à la paix de Vervins, par F. E. de Mezeray, avec les portraits. Paris, Matth. Guillemot ; 1643. 1646. & 1651. in fol. 3. vol.

Bibliotheca Fayana, 1725 [vente]. Section : Historia Francica. No 3300.
Histoire de France, depuis Faramond jusqu’à la Paix de Vervins sous Henry IV. en 1598. par François Eudes de Mezeray : avec les Portraits & les Médailles. Paris, Guillemot, 1643. & 1651. 3 vol. in-fol. pap.fin, v. f.

Catalogue des livres du cabinet de M. de Boze, 1753 [vente].
Histoire de France, depuis Faramond jusqu’à la paix de Vervins sous Henry IV. en M. D. XCVIII. Avec un abrégé de la vie de chaque Reine, les portraits des Rois, des Reines & des Dauphins ; leurs Médailles, avec leur explication : par François Eudes de Mezeray, Paris, Guillemot, 1643-1651. in-fol. 3. voll.

G. Debure, Bibliographie instructive, 1763-1768. T. Il : Histoire, 1768. Section : Histoire générale de France. No 5152.
Histoire de France, depuis Pharamond jusqu’à la paix de Vervins sous Henry IV, en 1598, avec un abrégé de la vie des Reynes, les Portraits des Rois, Reynes & Dauphins, leurs médailles & leurs explications, par François Eudes de Mézerai. Paris Guillemot, 1643, 1646 &1651. 3 vol. in-fol. (avec un important commentaire décrivant les cartons).

J.-B.-L. Osmont, Dictionnaire typographique, 1768.
Histoire de France, depuis Faramond jusqu’à la Paix de Vervins ; en 1598 ; par François Eudes De Mezeray, avec les Portraits & les Médailles. Paris, Guillemot, 1643 & 1651, 3 vol. in-fol.
Ce livre a été tiré sur du petit et du grand papier : le grand papier vaut 300 1. et le petit 140 à 150 1. mais il faut que les cartons indiqués dans la note suivante, s’y trouvent pour valoir ce prix. Il naquit à Mézeray en Basse-Normandie, près Argentan, & mourut à Paris en juillet 1683, âgé de 73 ans. (Suit une note détaillée sur les cartons).

J.-F. de Los Rios, bibliographie instructive, 1777 [Jean-François de Los Rios], Section XIV : Histoire de France.
Histoire de France depuis Pharamond jusqu’à la paix de Vervins en 1593, par Mézeray, avec les portraits & les médailles. Paris, (Guillemot) 1643 & 1651, 3 vol. in-fol. 293 liv.
Edition précieuse aux yeux des curieux, et reconnue pour telle de tous les connoisseurs. Les exemplaires en grand papier sont bien plus recherchés que les autres ; aussi leur valeur en est-elle bien plus considérable, surtout lorsque tous les cartons sont complets et que le portrait de Marie de Médicis se trouve à la fin du troisième volume.

Notes

1 Voir surtout Les ventes de livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle. Actes des journées d'étude organisées par l'Ecole nationale des chartes (Paris, 15 janvier 1998) et par l'Ecole nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques (Villeurbanne, 22 janvier 1998), éd. Annie Charon et Elisabeth Parinet, Paris, 2000.

2 Catalogues de libraires 1473-1810, éd. Claire Lesage, Eve Netchine et Véronique Sarrazin, Paris, 2006.

3 Catalogus bibliothecoe Thuanoe a clariss. W. Petro & Jacobo Puteanis, ordine alphabetico primùm diistributus. Tum secundum scientias & artes à clariss. viro Ismaele Bullialdo digestus. Nunc vero editus à Josepho Quesnel, parisino & bibliothecario. Cum indice alphabetico authorum, Parisiis, impensis directionis. Prostat in eadem bibliotheca. Et apud Dom. Levesque directionis notarium, viâ Severini. M. DC. LXXIX. Cum privilegio Regis.

4 Belles-lettres, t. I, section : Langue françoise, sous-section : De l’orthographe, no 1272.

5 Bibliotheca Telleriana, sive Catalogus librorum bibliothecoe illustrissimi ac reverendissimi D. D. Caroli Mauritii Le Tellier, archiepiscopi ducis Remensis [...], Parisiis, e typographia regia, M. DC. XCIII.

6 Bibliotheca Bultelliana : seu Catalogus librorum bibliotheca v. cl. D. Caroli Bulteau, regi a consiliis & secretariorum regiorum decani. Digestus & descriptus a Gabriele Martin, bibliopolâ Parisiensi. Cum indice authorum alphabetico.

7 Bibliotheca Fayana, seu Catalogus librorum bibliothecce ill. viri D. Car. Hieronymi de Cisternay Du Fay, Gallicana cohortis praetorianorum militum centurionis. Digestus & descriptus à Gabriele Martin, bibliopola Parisiensi. Cum indice auctorum alphabetico.

8 A Paris, rue S. Jacques, chez G. Martin, à l’Etoile. H. L. Guérin & L. E Delatour, à Saint Thomas d’Aquin. M. DCC. LUI.

9 Guillaume-François Debure, Appel aux savans et aux gens de lettres, au sujet de la bibliographie instructive, s. 1., 1763.

10 Lettre de M. Mercier, [...]. à M. Capperonnier, [...] sur l'approbation donnée au second volume de la bibliographie instructive, [12 septembre 1764].

11 « Avertissement », p. X.

12 Bibliographie instructive ; tome dixieme, contenant une table destinée à faciliter la recherche des livres anonymes qui ont été annoncés par M. de Bure le jeune dans sa Bibliographie instructive & dans le Catalogue de M. Guignat, & à suppléer à tout ce qui a été omis dans les tables de ces deux ouvrages.

13 Ibid., p. XXII-XXIII.

14 Quoique aride. Voir ibid. : « Si cette partie est peu satisfaisante et très minutieuse, ce n’est pas une raison de la négliger ».

15 Catalogue d’une nombreuse collection de livres en tout genre, rares et curieux, propres a satisfaire les amateurs et a fournir une partie de ce qui manque aux grandes bibliotheques. Lesquels se vendront dans Berlin, par Jean Neaulme, au commencement de l'année 1764. & dont le jour sera annoncé beaucoup d’avance par les gazettes. Tome premier [cinquieme], Se trouve a Amsterdam & a Berlin, chez J. Neaulme libraire. MDCCLXIII.

Table des illustrations

Légende Figure no 1. Bibliothecae Cordesianae catalogus, 1643. BNF, Q. 1815, p. 250.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure no 2. Bibliothèque du roi, catalogue méthodique manuscrit de Nicolas Clément, 1675-1684. Pars4e. Section : Historia Gallica in folio, fol. 264 (n° 50 à 54). BNF, LLA, Archives.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1493/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure no 3. Guillaume-François Debure, bibliographie instructive, t. II : Histoire, 1768, p. 56. BNF, Arsenal, 8° H. 24717 (6).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1493/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540