Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Livre entre le commerce et l'histoire des idées

 | 
Annie Charon
, 
Claire Lesage
, 
Ève Netchine

Première partie. Les catalogues, sources de l'histoire du livre

Le commerce des livres à la foire Saint-Germain (vers 1639-1660)

Christian Péligry

Résumé

La foire Saint-Germain, qui se déroulait chaque année sur l’emplacement dit des Jardins du roi de Navarre, en marge du quartier de l’Université, connut une longue période de prospérité jusqu’à l’incendie qui la ravagea en 1762. Les témoignages littéraires, les textes législatifs et les règlements de la corporation des libraires parisiens, enfin et surtout les catalogues publiés pendant la première moitié du XVIIe siècle montrent que l’on a vendu des livres à la foire Saint-Germain, malgré les interdictions sans cesse renouvelées, et que ce commerce y avait atteint une certaine ampleur, suscitant l’inquiétude des marchands qui n’y tenaient pas boutique. Une dizaine de catalogues publiés entre 1639 et 1660 font l’objet de la présente étude ; celle-ci révèle que les libraires concernés ont alimenté ce marché du livre d’occasion – pendant une vingtaine d’années seulement – en proposant à leurs clients moins les ouvrages qu’ils avaient pu éditer eux-mêmes que des livres d’assortiment échangés, achetés à d’autres libraires, provenant de bibliothèques particulières ou même importés de l’étranger.

Texte intégral

1Les mentions de l’ouvrage Catalogues de libraires 1473-1810, éd. Claire Lesage, Ève Netchine et Véronique Sarrazin, Paris, 2006, seront abrégées de la façon suivante : Cat. libr.

  • 1 Paul Fromageot, La foire Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1914.

2Tous les ans, le lendemain de la Chandeleur, une foule bruyante et bigarrée se pressait dans l’enceinte qui entourait les quatre cents loges de la foire Saint-Germain, à l’emplacement dit des jardins du roi de Navarre, non loin du quartier de l’Université et de la montagne Sainte-Geneviève1.

3La foire connut une longue période de prospérité depuis sa création, par lettres patentes de Louis XI, confirmées par Charles VIII le 16 septembre 1486, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Elle fut interrompue à plusieurs reprises : en 1589 pour une période de six ans, alors que Paris était aux mains des ligueurs, puis en 1611 car la capitale, plongée dans le deuil et l’affliction, ne se relevait toujours pas du crime commis par Ravaillac. En 1649, pendant la Fronde, Mazarin décida de l’interdire mais il fut victime, en retour, d’une cruelle mazarinade.

4Les loges que les religieux de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés firent construire au début du XVIe siècle s’assemblaient par quartiers, séparées par des rues se recoupant à la perpendiculaire. L’intérieur du marché avait ainsi l’aspect d’un vaste échiquier, qu’une gravure du XVIIe siècle évoque d’une manière suggestive (figure no 1). Les cinq allées orientées nord-sud s’appelaient première, deuxième, troisième, quatrième et cinquième traverses ; les autres, allant d’est en ouest, se nommaient : rues de Normandie, de Paris, de Picardie, de la Mercerie et de la Lingerie, des Peintres, des Orfèvres... Les commerçants s’y regroupaient par spécialités.

Figure no 1. La foire Saint-Germain au XVIIe siècle. BNF, Estampes, VA. 267 (D) FOL.

  • 2 Pierre de L’Estoile, journal de L’Estoile pour le règne de Henri IV, éd. André Martin, Paris, 1958 (...)
  • 3 Charles Sorel, Polyandre, histoire comique, Paris, 1648.
  • 4 Paul Scarron, La foire Saint-Germain en vers burlesques, dans Paris ridicule et burlesque au XVIIe(...)
  • 5 Les règlements de la foire prévus par le lieutenant civil et annoncés au son de la trompe interdis (...)

5L’aspect pittoresque et anecdotique de la foire a souvent retenu l’attention des contemporains : ainsi Pierre de L’Estoile dans ses Mémoires2, Charles Sorel dans son Polyandre3 ou Scarron, qui écrivit Lafoire Saint-Germain en vers burlesques4. Dès sept heures du matin, les marchands pouvaient étaler leurs merveilles, mais « la belle heure de la foire n’estoit que sur le soir », nous dit Sorel. Le jeu faisait fureur : les dés, les cartes et la fameuse blanque attisaient l’appât du gain. Henri IV lui-même ne dédaignait pas de venir s’y promener et même y jouer. La foire, c’était encore le rendez-vous des galants, le lieu de prédilection des saltimbanques et des comédiens ambulants, c’était l’endroit où se tramaient les mauvais coups. On s’amusait, mais aussi on se bousculait et parfois on se battait ; les écoliers, les pages et les laquais venaient régulièrement houspiller les bourgeois, quand ils ne s’affrontaient pas entre eux en de véritables batailles rangées. Pierre de L’Estoile raconte avec indignation comment, en février 1605, un de ces conflits dégénéra, laissant plusieurs blessés et même des morts sur le terrain, après qu’un laquais eût coupé les oreilles d’un écolier5 !

  • 6 P. de L’Estoile, journal de L'Estoile..., p. 309.

6Et le livre ? Les témoignages littéraires sont, à première vue, assez déconcertants : au début du siècle, Pierre de L’Estoile n’évoque la foire Saint-Germain que pour en dénoncer le caractère scandaleux. Il s’y rend à plusieurs reprises, en 1602, 1605, 1607, 1608 notamment ; cette année-là, écrit-il, « je m’y fus promener trois ou quatre fois, d’où je rapportai toujours ce que j’y avais porté »6. S’il y avait eu des livres, ce flâneur, ce fureteur de librairie, ce lecteur impénitent aurait-il manqué de le signaler ? À la fin de notre période, en février 1666, La Gravette de Mayolas, continuateur du gazetier Loret, après avoir donné une liste étourdissante de tout ce qui se pouvait admirer à la foire, concluait de façon laconique :

  • 7 Les continuateurs de Loret. lettres en vers de La Gravette de Mayolas, Robinet, Boursault [...], é (...)

Je cherchai partout des libraires,
Mais certes, je n’en trouvai guère,
Et c’est signe que les auteurs
Sont mal payés de leurs labeurs...7

  • 8 Charles Sorel, Polyandre..., p. 445 et suivantes.

7En fait, il n’en est rien : on a vendu des livres à la foire et ce commerce devait être aussi fructueux qu’un autre en ces moments privilégiés de l’année où l’on voyait défiler tout Paris dans les Jardins du roi de Navarre, avec peu ou prou de l’argent en poche et l’humeur plus prodigue qu’à l’accoutumée ! Polyandre, qui donna son nom au roman de Charles Sorel, publié en 1648, avouait à son jeune ami Néophile que dans sa plus tendre enfance on ne trouvait pas à la foire une telle variété ni une telle richesse de produits ; « surtout il y voyait une marchandise qui ne s’y rencontrait point autrefois, qui estoit les livres et qu’il ne désespéroit point d’en voire aussi vendre un jour à la foire S. Denis et à la foire S. Laurens »8.

  • 9 BNF, Manuscrits, fr. 22067 (coll. Anisson), pièce no 127.
  • 10 BNF, Manuscrits, fr. 22061 (coll. Anisson), pièce no 118.
  • 11 BNF, Manuscrits, fr. 22061 (coll. Anisson), pièce no 93.

8Les textes législatifs viennent corroborer la confidence de Polyandre : en effet, un arrêt du Conseil d'État du 29 janvier 1666, renouvelant les clauses d’un précédent arrêt du 10 février 1665, interdisait aux libraires de Paris et autres lieux de porter leur marchandise aux foires Saint-Germain et Saint-Laurent9. D’une part, ils étaient tenus par les règlements de leur corporation de résider dans l’enceinte du palais et le quartier de l’Université ; d’autre part, il existait des abus trop criants car les libraires profitaient des libertés que leur donnaient ces foires pour vendre à un prix élevé des ouvrages défendus. Ce n’était pas la première fois qu’une telle interdiction frappait les libraires : le règlement de 1610 (art. III)10, de nouveau vérifié en la Cour le 27 septembre 1650 et un « édit du roy contenant les nouveaux statuts et règlements pour le fait de l’imprimerie » donné en 164911 montrent bien que le pouvoir s’était préoccupé de ce problème à plusieurs reprises. La répétition même de ces prescriptions en révèle d’ailleurs l’inefficacité. Mais on a le sentiment que l’arrêt de 1666 avait une autre valeur que les règlements qui l’avaient précédé. L’interdiction d’étaler et de vendre des livres pendant les foires était jusque-là noyée dans un flot d’articles concernant aussi bien l’impression et la vente des livres que les privilèges et les contrôles obligatoires, l’élection des syndics et les apprentis, les marchands forains, les merciers et les colporteurs. L’initiative de ces règlements appartenait alors au pouvoir central. En revanche, l’arrêt de 1666 fut rendu à la demande expresse des syndics et adjoints de la Communauté des libraires. Il apparaît clairement qu’ils voulaient se défendre contre une concurrence jugée déloyale, contre un danger qui n’avait cessé de se préciser au cours des dernières années et qu’à cette époque, vers 1640-1660, le commerce du livre avait atteint aux foires Saint-Germain et Saint-Laurent une ampleur qui émouvait les libraires ne tenant pas boutique dans ces foires. En 1665, puis de nouveau en 1666 on sonna l’alarme. Les propriétaires des loges de la foire, qui se sentaient lésés dans leurs intérêts, réussirent à faire casser, le 19 janvier 1666, l’arrêt du Conseil du 10 février 1665, mais les libraires réagirent avec vivacité pour que l’on respectât à la lettre les statuts de leur corporation. Dix jours plus tard, une décision fut prise ; ce n’était plus un simple article perdu dans un règlement général mais un arrêt du Conseil qui semble bien avoir été respecté, si l’on en croit la constatation désabusée de La Gravette de Mayolas.

  • 12 Cat. libr.

9C’est dans ce contexte particulier de la foire Saint-Germain et dans ce cadre chronologique que s’inscrit la présente étude ; le répertoire rédigé par Claire Lesage, Eve Netchine et Véronique Sarrazin recense vingt-sept catalogues de libraires publiés à Paris entre 1639 et 166012 ; j’avais déjà eu l’occasion d’exploiter ces documents, si humbles d’apparence, presque ingrats, souvent réunis en recueils factices dont les reliures affectionnent plutôt le parchemin souple que le maroquin rouge ; en y ajoutant deux pièces conservées à la bibliothèque Mazarine, on atteint presque la trentaine ; or dix de ces catalogues mentionnent comme lieu de vente non pas une boutique située près du deuxième pilier de la grande salle du palais ou dans la rue Saint-Jacques, à l’enseigne du Cœur Bon, de la Croix d’Or ou de la Sainte Trinité, mais à la foire Saint-Germain, in foro Sancti Germani ou in foro Sancto Germano ; à ce titre, ils méritaient de retenir notre attention. Quels étaient, tout d’abord, ces libraires qui osaient transgresser les statuts de leur corporation ?

  • 13 Michel Simonin, « La Méditerranée à l’assaut de Paris. Pierre Du Buisson, ses catalogues et ses li (...)
  • 14 Émile Bonnet, Les débuts de l'imprimerie à Montpellier, Montpellier, 1895, p. 89-92 et 161-178.
  • 15 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle (1598-1701), t. 1, Genève, 1 (...)
  • 16 AN, Minutier central, LXV, 27 (14 mai 1652), inventaire après décès de Toussaint Quinet, fol. 8v : (...)
  • 17 Michel Simonin, « La Méditerranée... », p. 817.
  • 18 Catalogue de livres de theologie, philosophie, droict, medecine, mathematiques, histoires, romans (...)
  • 19 Catalogue des livres apportez à la foire S. Germain, en l'an 1640. par Pierre Du Buisson marchand (...)
  • 20 Catalogue des livres portez à Paris cette année 1642. par Pierre Du Buisson marchand libraire de M (...)
  • 21 Catalogue des livres portez à Paris cette année 1644. par Pierre Du Buisson, marchand libraire de (...)
  • 22 Catalogue des livres apportez a Paris cette année 1650. par Pierre Du Buisson, marchand libraire d (...)

10La personnalité et l’activité de Pierre Du Buisson, qui a fait l’objet, il y a quelques années, d’un bel article dû à Michel Simonin13, me semblent assez exceptionnelles. Du Buisson appartenait à une ancienne famille de libraires montpelliérains dont on retrouve la trace dans les archives municipales de Montpellier, notamment dans le compoix de Saint-Firmin14. Il voulut adjoindre à son commerce l’art de l’imprimerie, avec peu de succès semble-t-il, car on ne connaît que sept titres sortis de ses presses entre 1644 et 1651. Peut-être, selon Henri-Jean Martin, a-t-il été un facteur de François Chouet, frère des grands libraires genevois15 ; en tout cas, il fut correspondant du libraire parisien Toussaint Quinet16 et sans doute apparenté à Marie Buisson, belle-mère de ce dernier17. Pierre Du Buisson fit à cinq reprises le voyage de Paris, en 163918, 164019, 164220, 164421 et 165022 ; les quatre premières fois, il vendit sa marchandise à la foire Saint-Germain : en 1640 et 1642, « rue des Peintres, au bout de la rüe des Orphèvres, dit autrement la boutique des Antiques », et en 1644 « rüe de Paris, proche la porte du concierge, sous l’enseigne du libraire de Montpellier ». Mais en 1650, son étalage se dressait au « collège royal, près Sainct Benoist » ; la prudence lui imposait probablement de ne pas braver l’autorité du roi qui venait de promulguer, en décembre 1649, un édit concernant les imprimeurs et les libraires.

  • 23 Catalogus variorum, et insignium librorum, ex Germania, Italia, Flandria, & aliis regionibus, alla (...)
  • 24 Catalogus variorum et insignium librorum, quos Adrianus Vlack, adduxit ex variis regionibus, praes (...)
  • 25 Giles Mandelbrote, « La nouvelle édition de Graham Pollard et Albert Ehrman, The Distribution of B (...)

11En 1645 parut un catalogue anonyme23 dont le titre en latin et le contenu présentent de troublantes analogies avec celui publié l’année précédente par Adrien Vlack. Nous connaissons de ce libraire, en effet, un catalogue publié à Londres, où il exerça son métier de 1633 à 1642, puis un autre catalogue daté de 164424, alors qu’il venait de s’installer à Paris où il demeura plusieurs années, comme le prouvent trois lettres à lui adressées par l’imprimeur anversois Balthazar Moretus. Notre collègue de la British Library, Giles Mandelbrote, attribue à juste titre la paternité de ce catalogue anonyme à Adrien Vlack, bien que la présentation et la mise en page des deux catalogues s’avèrent assez différentes (classement par formats et sur deux colonnes chez Vlack, en 1644, classement alphabétique et à longues lignes en 1645)25.

  • 26 Appendix catalogi pro nundinis S. Germani anni 1647, 8 p., in-8° ; bibliothèque Mazarine, 22951, 5(...)

12Deux ans plus tard, en 1647, on vit paraître un nouveau répertoire, Appendix catalogi pro nundinis S. Germani26, probable supplément d’un catalogue plus important diffusé l’année précédente par Charles Chastellain ; la Bibliothèque nationale de France n’a pas gardé la trace de cette modeste liste de cent trente et un ouvrages mais il en existe un exemplaire à la bibliothèque Mazarine.

  • 27 Catalogus librorum officinae Car. Chastellain ; civis et bibliopolae Parisiensis. Tarn suisproprii (...)

13En 1646, Charles Chastellain, installé dans la rue Saint-Jacques, à l’enseigne du Temps, de l’Occasion et de la Constance, se rendit à la foire Saint-Germain pour proposer à sa clientèle un catalogue de près de deux mille titres27. Né le 23 mars 1610, il avait été reçu libraire le 9 août 1628 et exerça jusque vers le milieu du siècle la profession de son père, qui portait d’ailleurs le même prénom que lui.

  • 28 Catalogue des livres de Loups de Villac, marchand libraire, demeurant en la cour du Palais, au log (...)
  • 29 G. Mandelbrote, « La nouvelle édition de Graham Pollard... », p. 63. Sur Louis de Villac, voir Phi (...)

14Le répertoire de Louis de Villac aurait été publié entre 1646 et 1651 selon Claire Lesage, Eve Netchine et Véronique Sarrazin ; mais l’exemplaire conservé par la bibliothèque Mazarine, qui a appartenu à Pierre Delaplanche, bibliothécaire du séminaire de l’Oratoire Saint-Magloire, donne la date manuscrite de 1653 (figures no 2 et 3)28 ; celle-ci semble à première vue peu compatible avec les arguments développés par les trois auteurs que je viens de citer. En 1651, en effet, Louis de Villac épousa Denise de Courbes, veuve de Jean Camusat, dont il reprit l’adresse et l’enseigne, rue Saint-Jacques, à la Toison d’Or. Or cette adresse est différente de celle qui figure sur le catalogue (« en la cour du palais, au logis de la thrésorerie de la Saincte Chappelle ») ; mais, en juin 1653, l’épouse de Villac est autorisée à se séparer de lui quant aux biens. Aurait-il repris cette année-là son ancienne adresse ou a-t-il procédé à une réédition d’un catalogue publié quelques années plus tôt, ainsi que le suggère Giles Mandelbrote ? L’hypothèse avancée par ce dernier paraît la plus vraisemblable29.

Figures no 2 et 3. Catalogue de Louis de Villac, 1653. Bibliothèque Mazarine, 19149.

  • 30 Catalogue de divers livres curieux ; recueillis de diverses bibliotheque, & acheptez par Michel Du (...)

15De Michel Duhan, nous savons qu’il a été reçu libraire le 25 janvier 1646, sous le syndicat de Sébastien Huré, et qu’il mourut avant 1688. Son Catalogue de divers livres curieux recueillis de diverses bibliothèques a été diffusé en 165530.

  • 31 [Catalogue], lesquels livres se vendent à Paris, par Jacques Villery, Charles Dumesnil, & Thomas J (...)

16Enfin, quelques années plus tard, trois libraires parisiens, Charles Du Mesnil, Jacques Villery et Thomas Jolly, décidèrent de publier un catalogue commun, entre 1657 et 1664 selon Claire Lesage, Eve Netchine et Véronique Sarrazin. Mais il faut compter, une fois encore, avec Pierre Delaplanche, qui dota son propre exemplaire d’une page de titre manuscrite, nous apprenant que les livres devaient être vendus non pas dans la boutique des libraires, située près du pont Saint-Michel, mais à la foire Saint-Germain, en l’an 1660. La bibliothèque Mazarine a hérité de ce précieux exemplaire, provenant du séminaire de l’Oratoire (figure no 4)31.

  • 32 Reliure cartonnée recouverte d’un papier de couleur rouge-orangé ; au contreplat supérieur, gravur (...)

Figure no 4. Catalogue des livres que Jacques Villery, Charles Du Mesnil Thomas Jolly ont porté à la foire Saint Germain en Tan 1660. Bibliothèque Mazarine, 36848 A32.

  • 33 Le catalogue de Louis de Villac contient environ quatre mille notices, classées par catégories, pu (...)
  • 34 Dans ce catalogue, riche de quelque deux mille neuf cents notices, les livres sont également class (...)

17D’un point de vue strictement formel, ces documents, qui s’échelonnent sur vingt ans, présentent à la fois des caractéristiques communes et des traits spécifiques. Leur contenu, excepté le catalogue anonyme de 1647 qui contient cent trente et une notices et celui de 1645 qui en contient à peine sept cents, oscille entre mille et quatre mille titres, les plus importants étant celui publié en 1653 par Louis de Villac33 et celui publié, en 1660, par Jacques Villery, Charles Dumesnil et Thomas Jolly34. Le classement adopté par les libraires privilégie le plus souvent les grandes divisions thématiques de l’époque ainsi que les formats, omniprésents ; cependant les catalogues anonymes de 1645 et 1647 proposent une liste d’ouvrages classés par ordre alphabétique. Aux livres de théologie succèdent généralement, avec quelques variantes, les livres de philosophie, d’humanités, de droit, d’histoire, de médecine, les livres de mathématiques ou relevant d’autres disciplines scientifiques telles que l’astronomie, la cosmographie, la géographie, l’optique, l’architecture, puis les livres italiens et espagnols ; on trouve enfin les manuscrits, groupés ensemble et toujours en petit nombre, lorsque ces documents n’apparaissent pas ici ou là, égarés parmi les imprimés.

  • 35 C’est le cas du catalogue anonyme de 1645.

18Tous les répertoires, sauf celui de Charles Chastellain et celui d’Adrien Vlack, contiennent des manuscrits qui sont tantôt décrits à l’unité, tantôt désignés par paquets comme c’est le cas, en 1655, chez Michel Duhan. Les libraires Villery, Du Mesnil et Jolly en décrivent quatre, dont « un livre indien manuscrit ». Il arrive parfois que les listes se terminent par des « non-livres » : gravures dues à Rubens ou Van Dyck, cartes enluminées, portraits de villes, globes terrestres ou célestes35.

19Si l’on examine, dans la boutique de Charles Chastellain, la répartition des ouvrages par catégories, on observe que la théologie, l’histoire et la philosophie réunies et les livres français - c’est-à-dire en langue française - ont à peu près la même volumétrie, autour de cinq cent soixante à cinq cent soixante-dix titres. Viennent ensuite le droit, avec cent treize titres, la médecine avec soixante titres, les livres espagnols et italiens, tout aussi nombreux, et dix-huit livres ecclésiastiques qualifiés de rubro-nigri, en raison des caractères rouges et noirs utilisés. Chez Michel Duhan, l’histoire, en particulier l’histoire de France, est plutôt bien représentée, avec deux cent quatre-vingt-un titres (soit 26,36 %) ; mais on trouve curieusement, dans cette catégorie, un roman pastoral, la Diana de Montemayor, et plusieurs volumes d'Amadis de Gaule !

20Le catalogue de 1645 offre à la curiosité du public six cent quatre-vingt-seize titres, classés par ordre alphabétique ; les ouvrages, pour la grande majorité d’entre eux en latin, ressortissent à la littérature savante : auteurs de l’Antiquité grecque et latine, théologie et philosophie du Moyen Âge, théologiens espagnols de la Contre-Réforme, médecine, philologie, numismatique, architecture, mathématiques ; mais l’on trouve aussi quelques livres en français, comme une Imitation de Jésus-Christ, d’autres en italien ou en espagnol, comme les Rime de Giambattista Marino, le Pastor fido de Guarini, El examen de los ingenios de Huarte. Le catalogue de 1647 présente les mêmes traits distinctifs que le précédent : descriptions brèves, dépourvues de dates (à deux exceptions près), ouvrages publiés majoritairement en latin, sauf cinq livres français, trois espagnols et deux italiens. On constate une fois encore le caractère érudit d’un ensemble d’où paraissent exclus les genres à proprement parler littéraires : théâtre, roman, poésie.

  • 36 M. Simonin, « La Méditerranée... », p. 828.

21Que nous révèlent les catalogues de Pierre Du Buisson, dont on ne sait s’ils nous sont parvenus au complet ou s’ils constituent « le témoignage lacunaire d’une activité plus intense » ? Au-delà de la classification traditionnelle qui apparaît dans tous les autres répertoires de cette période, il convient de rappeler avec Michel Simonin la présence de livres datant du siècle précédent, qui répondaient sans nul doute à une demande ; la publicité faite pour des volumes « hérétiques » provenant de bibliothèques de réformés défunts - tels Emmanuele Tremellio ou Jean Faucher — dont les livres remplissent le catalogue de 1639 ; enfin, « l’absence surprenante mais permanente des presses méridionales dans ces fonds proposés par un libraire languedocien à la clientèle de la métropole »36.

  • 37 H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société..., t. II, carte hors texte montrant la provenance géogra (...)

22Les lieux et les dates d’impression ne figurent pas d’une manière systématique et sont mentionnés avec plus ou moins de précision selon les répertoires, ce qui ne facilite guère notre approche de ces ensembles bibliographiques. Ainsi le catalogue Villery, Dumesnil et Jolly, en 1660, donne clairement les adresses pour 67 % des ouvrages décrits et précise les dates dans 78 % des cas ; Louis de Villac, qui propose un gros catalogue de quatre mille titres, ne se soucie que rarement des dates et ne mentionne qu’une fois sur deux les lieux d’impression ; à défaut du nom de la ville, il donne celui de l’imprimeur ou du libraire (Simon de Colines, Henri ou Robert Estienne, Sébastien Gryphe, Elzevier, Plantin, etc.). Nous ne retrouvons pas ici, hélas, le soin qu’avait apporté un Siméon Piget à l’élaboration de son admirable répertoire de 164637. Michel Duhan ne mentionne ni les lieux ni les dates, à quelques exceptions près, mais renseigne le public sur la condition des volumes qui sont vendus soit reliés soit « en blanc ». Il ne faut pas minimiser non plus les difficultés d’identification qu’engendrent le laconisme des notices, les coquilles, les mauvaises graphies qui estropient, déforment ou rendent quasi méconnaissables les titres et les noms des auteurs : ainsi « l’art de naviguer de médecine » au lieu de « l’art de naviguer de Pierre de Médine », « l’honneste homme par de Ferrest » au lieu de « par Nicolas Faret ». La « Guide de Du Pont » désignait la Guide spirituelle de Luis de La Puente, dont le nom a été francisé en Du Pont. Et derrière le docteur Navarrais ou Navarrus se dissimulait bien sûr le théologien Martin de Azpilcueta. On relèvera également, au fil des catalogues, un certain nombre de particularités d’exemplaires que les libraires prenaient plaisir à mettre en valeur, telles que la qualité du papier ou des caractères typographiques (« grand papier », « vieille lettre », « bonne lettre »), la présence d’illustrations (« cum figuris », « avec les médailles en taille douce », « avec les cartes géographiques »), l’éclat d’une belle reliure (« maroquin incarnat », « mouton verd doré sur tranche »). Les prix ne sont jamais indiqués, ni manuscrits ni imprimés, alors qu’au siècle précédent, un Alde Manuce, un Robert ou un Charles Estienne n’hésitaient pas à les afficher. On ne les voit pas réapparaître d’ailleurs avant les années 1670-1680.

23Essayons d’appréhender encore mieux le contenu de ces catalogues en leur appliquant une grille de lecture espace-temps. C’est avec d’infinies précautions que l’on tentera d’extraire quelques données chiffrées de ces listes dont la qualité des notices varie beaucoup d’un document à l’autre. Les catalogues de 1645 et 1647 ainsi que celui publié par Charles Chastellain en 1646 semblent privilégier les ouvrages provenant des Pays-Bas et des pays germaniques, avec plus de 65 % des notices comportant un nom de lieu, alors que dans le catalogue Villery, Du Mesnil et Jolly de 1660, les centres typographiques français, au premier rang desquels Paris et Lyon, suivis de loin par une dizaine d’autres villes, représentent près de 55 % des localisations ; le pourcentage des livres produits en France atteint 45 % chez Louis de Villac et se maintient autour de 30 à 33 % dans les répertoires de Du Buisson.

24J’attirerai davantage l’attention sur l’importance des livres italiens et espagnols que l’on retrouve dans la plupart des catalogues, qu’il s’agisse des ouvrages imprimés dans l’une et l’autre langues ou qu’il s’agisse de ceux imprimés au-delà des Alpes comme au-delà des Pyrénées. Il y a là, me semble-t-il, un phénomène digne d’intérêt car ces livres sont relativement nombreux ; leur nombre s’accroît même, au fil des ans, chez le libraire de Montpellier. Michel Simonin ne s’y était pas trompé, comme en témoigne le titre de son article : « La Méditerranée à l’assaut de Paris ». Les livres imprimés en Italie et en Espagne, si on les additionne, dépassent le tiers des ouvrages mis en vente par Du Buisson. Quant aux livres imprimés dans les seules villes espagnoles, ils passent de neuf en 1639 à quatre-vingt-un en 1650.

  • 38 Pierre Bonnassie, « Contrats d’affrètement et commerce maritime à Barcelone au XVIIe siècle », dan (...)
  • 39 Christian Péligry, « Le rôle de la foire Saint-Germain dans la diffusion du livre espagnol (milieu (...)

25Les événements qui se déroulaient alors du côté de la frontière espagnole ont sans doute favorisé l’activité commerciale de Pierre Du Buisson, qui a su tirer parti, à sa manière, de la révolte des Catalans. Cette période fut en effet catastrophique pour la Catalogne d’un point de vue économique ; une étude réalisée à partir des contrats d’affrètement de Barcelone a montré que pendant plusieurs années, de 1642 à 1649, au temps de l’occupation française, le commerce de cette ville passa presque entièrement aux mains des négociants marseillais38. La guerre favorisait ici, dans une certaine mesure, les affaires. Sans doute Pierre Du Buisson en a-t-il profité. Grâce à lui et à quelques-uns de ses collègues, le public parisien a pu connaître et apprécier les chefs-d’œuvre du siècle d’or espagnol, à un moment où l’intérêt pour la langue de Cervantès et la littérature hispanique atteignait son maximum d’intensité39.

  • 40 Graham Pollard et Albert Ehrman avaient déjà mis en évidence cet aspect du marché du livre parisie (...)

26Le critère temporel appliqué aux catalogues de libraires n’est pas moins riche d’enseignements que le critère spatial ou géographique ; on s’aperçoit bien vite, en les parcourant, que ces marchands proposaient à leurs clients des livres d’assortiments plutôt que des nouveautés. Le catalogue Villery, Du Mesnil et Jolly de 1660 nous en fournit une bonne illustration car les ouvrages qu’il contenait appartenaient au XVIe siècle (huit cents titres, soit plus de 35,5 %) et plus encore à la première moitié du XVIIe siècle (mille quatre cents titres, soit plus des deux tiers des notices datées) ; une cinquantaine d’ouvrages seulement ont été imprimés au cours des dix années précédant la parution du catalogue. Nul doute qu’un marché du livre d’occasion s’était mis en place, dès 1640, à la foire Saint-Germain. Les pratiques des libraires qui la fréquentaient restaient celles de revendeurs, qui proposaient à leurs clients moins les livres qu’ils avaient pu éditer eux-mêmes que des livres d’assortiment, échangés, achetés à d’autres libraires ou importés de l’étranger40. Les achats de bibliothèques particulières ont alimenté aussi, dans une large mesure, ce marché du livre d’occasion.

  • 41 Jean Viardot, « Livres rares et pratiques bibliophiliques », dans Histoire de l’édition française,(...)

27On ne connaît pas le prix des transactions ; mais quand bien même certains ouvrages auraient été vendus plus cher, à la faveur de ces foires annuelles, comme le dénonçaient le syndic et les adjoints de la Communauté des libraires, ils n’atteignaient probablement pas les cotes vertigineuses que devaient atteindre, au début du siècle suivant, les ouvrages rares, convoités par un nouveau public d’amateurs. À la charnière du XVIIe et du XVIIIe siècle, en effet, comme l’a montré Jean Viardot41, les comportements commencèrent à changer, fondés sur de nouveaux critères, de nouvelles habitudes, de nouvelles préférences ou exigences, qui allaient aboutir à la formation de cabinets choisis, composés de livres précieux et donc coûteux ; une autre page de l’histoire du livre s’ouvrait alors, caractérisée par des pratiques bibliophiliques sans doute bien éloignées des préoccupations que connaissaient les libraires familiers de la foire Saint-Germain.

Notes

1 Paul Fromageot, La foire Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1914.

2 Pierre de L’Estoile, journal de L’Estoile pour le règne de Henri IV, éd. André Martin, Paris, 1958. Sur ce personnage, voir aussi l’ouvrage de Florence Greffe et José Lothe, La vie, les livres et les lectures de Pierre de L'Estoile. Nouvelles recherches, Paris, 2004.

3 Charles Sorel, Polyandre, histoire comique, Paris, 1648.

4 Paul Scarron, La foire Saint-Germain en vers burlesques, dans Paris ridicule et burlesque au XVIIe siècle, éd. P.-L. Jacob, Paris, 1859.

5 Les règlements de la foire prévus par le lieutenant civil et annoncés au son de la trompe interdisaient tous les ans aux pages et aux laquais, mais en vain sans doute, le port d’armes (BNF, Manuscrits, fr. 25471 passim).

6 P. de L’Estoile, journal de L'Estoile..., p. 309.

7 Les continuateurs de Loret. lettres en vers de La Gravette de Mayolas, Robinet, Boursault [...], éd. baron James de Rothschild, Paris, 1881-1889, 3 vol. (La Gravette, 1er mai 1665-juin 1666).

8 Charles Sorel, Polyandre..., p. 445 et suivantes.

9 BNF, Manuscrits, fr. 22067 (coll. Anisson), pièce no 127.

10 BNF, Manuscrits, fr. 22061 (coll. Anisson), pièce no 118.

11 BNF, Manuscrits, fr. 22061 (coll. Anisson), pièce no 93.

12 Cat. libr.

13 Michel Simonin, « La Méditerranée à l’assaut de Paris. Pierre Du Buisson, ses catalogues et ses livres », dans id., L'encre et la lumière, quarante-sept articles (1976-2000), Genève, 2004.

14 Émile Bonnet, Les débuts de l'imprimerie à Montpellier, Montpellier, 1895, p. 89-92 et 161-178.

15 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle (1598-1701), t. 1, Genève, 1969, p. 324, n. 57.

16 AN, Minutier central, LXV, 27 (14 mai 1652), inventaire après décès de Toussaint Quinet, fol. 8v : « Du Buisson doit, par promesse, 365 livres ».

17 Michel Simonin, « La Méditerranée... », p. 817.

18 Catalogue de livres de theologie, philosophie, droict, medecine, mathematiques, histoires, romans & autres : portez à Paris cette presente année 1639. par Du Buisson Marchand Libraire demeurant à Montpellier : et se vendront en sa Boutique à la Loire Sainct Germain. M. DC. XXXIX, 44 p., in-4°; BNF, 8° Q10A. 179 (Cat. libr., no 1027).

19 Catalogue des livres apportez à la foire S. Germain, en l'an 1640. par Pierre Du Buisson marchand libraire de Montpellier. Les livres se verront en son magasin foire S. Germain rué des Peintres, [2]-35 p., in-4° ; BNF, 8° Q10A. 180 et Rés. p. Q. 763 (1) ; bibliothèque Mazarine, A 15252, 3e pièce ; ibid., 18628, 2e pièce ; ibid., 18629, 5e pièce ; ibid., A 16032, 2e pièce ; bibliothèque Sainte-Geneviève, Qb 4° 175 INV 302 Rés. (Cat. libr., no 28).

20 Catalogue des livres portez à Paris cette année 1642. par Pierre Du Buisson marchand libraire de Montpellier. Les susdits livres se verront à Paris, à la foire S. Germain en son magasin, ruë des Peintres, au bout de la rué des Orphévres, dit autrement la Boutique des Antiques. M. DC. XLII, 47 p., in-4° ; BNF, Rés. p. Q. 763 (2) ; bibliothèque Mazarine, 18628, 3e pièce ; ibid., 18933, 4e pièce (Cat. libr., no 1029).

21 Catalogue des livres portez à Paris cette année 1644. par Pierre Du Buisson, marchand libraire de Montpellier, Lesdits livres se vendront à la foire Sainct Germain, rüe de Paris proche la porte du concierge sous l'enseigne du libraire de Montpellier, 23-[l]-20 p., in-4° ; BNF, 8° Q10A. 181 ; ibid., 8° Q10A. 400 (2) ; ibid., Rés. p. Q. 763 (3) ; bibliothèque Mazarine, 18628, 4e pièce ; ibid., 18629, 6e pièce ; ibid., 18933, 5e pièce ; ibid., A 15252, 5e pièce (Cat. libr., no 1030).

22 Catalogue des livres apportez a Paris cette année 1650. par Pierre Du Buisson, marchand libraire de Montpellier. Qu'il a tirez des plus curieux cabinets de France, Catalogne, Italie, &c. Lesquels livres se vendront au Collelege [sic] royal près Sainct Benoist, 60 p., in-8° ; BNF, Q. 8930 (Cat. libr., no 1031).

23 Catalogus variorum, et insignium librorum, ex Germania, Italia, Flandria, & aliis regionibus, allatorum qui venum prostant, in Foro Sancto Germano, ubi titulus huius catalogi reperitur subporta officinae. Hoc anno, M. DC. XXXXV, 21-[1] p., in-4° ; BNF, Rés. p. Q. 763 (6) ; bibliothèque Mazarine, 18628, 5e pièce (Cat. libr., no 4).

24 Catalogus variorum et insignium librorum, quos Adrianus Vlack, adduxit ex variis regionibus, praesertim ex Germania, Flandria, Anglia, Italia, &c. M DC. XLIV, 16 p., in-4°; BNF, Q. 2550 (Cat. libr, no 3106).

25 Giles Mandelbrote, « La nouvelle édition de Graham Pollard et Albert Ehrman, The Distribution of Books by Cataloguefrom the Invention of Printing to AD 1800. Bilan des travaux préparatoires : catalogues français », dans Les ventes de litres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle. Actes des journées d’étude organisées par l’École nationale des chartes (Paris, 15 janvier 1998) et par l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Villeurbanne, 22janvier 1998), éd. Annie Charon et Elisabeth Parinet, Paris, 2000, p. 62.

26 Appendix catalogi pro nundinis S. Germani anni 1647, 8 p., in-8° ; bibliothèque Mazarine, 22951, 5e pièce. Voir G. Mandelbrote, « La nouvelle édition de Graham Pollard... », p. 63.

27 Catalogus librorum officinae Car. Chastellain ; civis et bibliopolae Parisiensis. Tarn suispropriis sumptibus editorum, quam externorum, & variis regionibus allatorum, quorum copia reperitur, Lutetiae Parisiorum, in aedibus Caroli Chastellain, via Jacobaea sub signo temporis, occasionis, & constantiae Et in sua officina, quae est in Foro Sancti Germani. A l’antrée [sic] de la porte de la Treille. M. DC. XLVI, 95 p., in-8° ; BNF, Q. 8638 ; bibliothèque Mazarine, 22951,4e pièce (Cat. libr., no 598). Sur ce libraire, voir LI.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société..., p. 308, 419, 454 et 572.

28 Catalogue des livres de Loups de Villac, marchand libraire, demeurant en la cour du Palais, au logis de la thresorerie de la Saincte Chappelle. Estant de present à la foire sainct Germain en entrant par la porte de la Treille, [entre 1646 et 1651, d’après Claire Lesage, Ève Netchine et Véronique Sarrazin, sans doute 1653 d’après une note manuscrite de l’exemplaire conservé à la bibliothèque Mazarine], [2]-106 p., in-4° ; BNF, 8° Q10A. 548 et Rés. p. Q. 763 (7) ; bibliothèque Mazarine, A 14051, 12e pièce ; 18628, 8e pièce ; 19149, cet exemplaire a appartenu à Pierre Delaplanche qui en a fait don à l’Oratoire Saint-Magloire, dont il fut bibliothécaire ; date manuscrite : 1653 (Cat. libr., no 3078). Couverture en papier marbré ; au contreplat, gravure collée (Notre-Dame-du-Mont-Carmel) ; sur le premier feuillet blanc, ex-libris ms. de P. Delaplanche et blason portant l’inscription : « non fortuna sed veritate, 1664 » ; sur la page de titre : « ex-libris Qratorii Sammagloriani, ex dono Petri Delaplanche ».

29 G. Mandelbrote, « La nouvelle édition de Graham Pollard... », p. 63. Sur Louis de Villac, voir Philippe Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens, libraires et fondeurs de caractères en exercice à Paris au XVIIe siècle, Nogent-le-Roi, 1995, p. 433, et Jean-Dominique Mellot, Elisabeth Queval et Antoine Monaque, Répertoire d’imprimeurs-libraires (vers 1500-vers 1810), Paris, 2004, p. 553.

30 Catalogue de divers livres curieux ; recueillis de diverses bibliotheque, & acheptez par Michel Duhan, marchand libraire, de present à Paris ; lesquels se ve\n\dront par luy à la foire de S. Germain, cette année 1655, 40 p., in-8° ; BNF, Q. 8931 ; bibliothèque Sainte-Geneviève, 8° Qb 429 INV 1161, 6e pièce (Cat. libr., no 1073). Sur ce libraire, voir Auguste-Martin Lottin, Catalogue chronologique des libraires et des libraires-imprimeurs de Paris depuis l’an 1470 [...], Paris, 1789, et P. Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens..., p. 136.

31 [Catalogue], lesquels livres se vendent à Paris, par Jacques Villery, Charles Dumesnil, & Thomas Jolly, libraires jurés en leurs magasin, ruë Vieille Bouderie au bas du pont Saint Michel, à l’Image S. Jean dans la salle du corps de logis de derriere, vis à vis l’enseigne de l'Estoille, [entre 1657 et 1664, d’après Claire Lesage, Eve Netchine et Véronique Sarrazin ; l’exemplaire A 36848 de la bibliothèque Mazarine porte un titre manuscrit, vraisemblablement de Pierre Delaplanche, qui a donné ce catalogue à l’Oratoire Saint-Magloire : Catalogue des livres que Iacques Villery, Charles Dumesnil et Thomas Iolly, marchands libraires ont porté à la Foire S. Germain en l’an 1660, 66 p., in-4° ; BNF, Q. 2554 ; bibliothèque Mazarine, 36848 A, lre pièce ; ibid., A 16030, A 16032, 4e pièce (Cat. libr., no 3079). Charles Du Mesnil fut reçu libraire le 22 décembre 1643 et devint adjoint en 1657. Jacques I Villery était déjà libraire en 1623 et fut très estimé en son temps, selon La Caille ; quant à Thomas Jolly, gendre de Jacques Dallin, il fut reçu libraire le 13 février 1648 et devint adjoint de la Communauté en 1664. Voir Jean de La Caille, Histoire de l’imprimerie et de la librairie, où l’on voit son origine et son progrès jusqu’en 1689, Paris, 1689, p. 247, 258 et 277. Sur Thomas Jolly, voir aussi H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société..., p. 643.

32 Reliure cartonnée recouverte d’un papier de couleur rouge-orangé ; au contreplat supérieur, gravure collée représentant la Vierge et l’Enfant Jésus ; au premier feuillet blanc, ex-libris manuscrit de P. Delaplanche et un blason collé avec la devise : « non fortuna sed veritate, 1664 » ; au deuxième feuillet manuscrit, page de titre manuscrit avec la mention : « ex-libris Oratorii Sammagloriani, Dono Petri Delaplanche ». L’exemplaire comporte une deuxième pièce : le catalogue des livres de feu Mr Moreau, lieutenant civil, 1656 (titre manuscrit).

33 Le catalogue de Louis de Villac contient environ quatre mille notices, classées par catégories, puis par formats à l’intérieur de chaque catégorie : libri theologici, libri historici, libri philosophici et humaniores, libri juridici, librimedici, libri mathematici, astrologici etastronomici, livres italiens, livres espagnols.

34 Dans ce catalogue, riche de quelque deux mille neuf cents notices, les livres sont également classés par catégories puis par formats : théologie (27 % de l’ensemble), livres hérétiques (0,5 %), philosophie (20 %), droit (9,5 %), histoire (33 %), médecine (3 %), mathématiques et géographie (5 %), livres espagnols (2 %).

35 C’est le cas du catalogue anonyme de 1645.

36 M. Simonin, « La Méditerranée... », p. 828.

37 H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société..., t. II, carte hors texte montrant la provenance géographique des livres, à partir du catalogue de Siméon Piget de 1646.

38 Pierre Bonnassie, « Contrats d’affrètement et commerce maritime à Barcelone au XVIIe siècle », dans Revue d’histoire économique et sociale, t. 35, 1967, p. 255-265.

39 Christian Péligry, « Le rôle de la foire Saint-Germain dans la diffusion du livre espagnol (milieu XVIIe siècle) », dans Revue française d’histoire du livre, t. 12,1976, p. 341-365.

40 Graham Pollard et Albert Ehrman avaient déjà mis en évidence cet aspect du marché du livre parisien ; G. Mandelbrote, « La nouvelle édition de Graham Pollard... », p. 55, précise : « Le nombre et l’importance des catalogues de livres d’assortiment sont, avant 1700, bien plus considérables en France qu’en Angleterre ».

41 Jean Viardot, « Livres rares et pratiques bibliophiliques », dans Histoire de l’édition française, éd. Henri-Jean Martin et Roger Chartier, t. II : Le livre triomphant 1660-1830, Paris, 1984, p. 447-467.

Table des illustrations

Légende Figure no 1. La foire Saint-Germain au XVIIe siècle. BNF, Estampes, VA. 267 (D) FOL.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1491/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Figures no 2 et 3. Catalogue de Louis de Villac, 1653. Bibliothèque Mazarine, 19149.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1491/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Figure no 4. Catalogue des livres que Jacques Villery, Charles Du Mesnil Thomas Jolly ont porté à la foire Saint Germain en Tan 1660. Bibliothèque Mazarine, 36848 A32.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1491/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

Auteur

Bibliothèque Mazarine

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540