Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Livre entre le commerce et l'histoire des idées

 | 
Annie Charon
, 
Claire Lesage
, 
Ève Netchine

Première partie. Les catalogues, sources de l'histoire du livre

Les catalogues du « magasin de l’univers » : intérêt et sauvegarde des catalogues de libraires néerlandais de l’Ancien Régime

Otto S. Lankhorst

Résumé

Les catalogues de libraires de la Hollande, qui fut, aux XVIIe et XVIIIe siècles, le magasin de l’ensemble de la librairie européenne, ont permis de faire connaître le contenu de ce vaste entrepôt à une clientèle internationale. Pour englober l’ensemble de cette production, il faut considérer non seulement les catalogues de fonds mais aussi les catalogues d’assortiment, sans oublier les catalogues des ventes au cours desquelles un libraire (ou ses héritiers) se débarrassait de l’ensemble de son fonds et/ou de ses assortiments. Ne comptant en général pas plus d’une trentaine de pages, les catalogues de fonds permettaient de faire connaître le stock de la boutique d’un libraire et non uniquement ses propres éditions. Ce genre de catalogues était en principe classé alphabétiquement. Les catalogues d’assortiment, quant à eux, étaient souvent plus épais et atteignaient parfois une centaine de pages ou plus. Aux Pays-Bas, les catalogues de libraires sont reconnus depuis longtemps comme une source importante pour l’histoire littéraire et pour l’histoire du livre. Le projet Book Sales Catalogues of the Dutch Republic, 1599-1800 a permis de publier tous les catalogues sauvegardés sur microfiches.

Texte intégral

1Les mentions de la base de donnée Book Sales Catalogues of the Dutch Republic, 1599-1800 seront abrégées sous la forme : BSC.

2Le 11 décembre 1708, une balle remplie de cent trente-deux livres partit de Rotterdam à destination de Paris. L’envoi préparé par le libraire Reinier Leers contenait de nouveaux livres de Hollande, d’Angleterre et d’Allemagne destinés à la Bibliothèque du roi. Le correspondant de Leers à Paris était le sous-bibliothécaire Nicolas Clément. Deux semaines plus tard, celui-ci, ignorant que le paquet était déjà en chemin vers Paris, écrivait avec une certaine inquiétude à Leers en lui demandant s’il avait bien reçu le passeport pour faire partir la balle :

  • 1 Bibliothèque universitaire de Leyde, collection Prosper Marchand, no 2 : lettre de Nicolas Clément (...)

Je vous ay envoyé le tout il y a environ six semaines, et je suis encore à recevoir l’avis que vous l’ayés receu. Vous me tirerez d’inquiétude quand il vous plaira. Je ne doute pas que la situation où vous estes pour vos affaires ne vous donne beaucoup d’occupation, mais il ne vous en coûtera guère de prendre un quart d’heure pour me dire comment vont celles que nous avons en commun1.

  • 2 BNF, Manuscrits, archives Ancien Régime, no 53, fol. 55 : lettre de Reinier Leers à Nicolas Clémen (...)

3Ces « affaires en commun » se rapportaient au contrat signé en 1694 entre Leers et la Bibliothèque du roi, par lequel il était stipulé que Leers enverrait des livres de Hollande, d’Angleterre et d’Allemagne en échange des estampes et des livres à figures faisant partie du Cabinet du roi. Depuis 1694, Leers avait déjà fourni près de deux mille livres à la Bibliothèque du roi. Pour dresser ses listes de desiderata, Nicolas Clément pouvait utiliser les catalogues de livres que Leers distribuait afin de faire connaître son assortiment ; ce dernier les évoque, par exemple, le 16 septembre 1696, dans une lettre à Clément : « Obligés moi de parcourir les 5 catalogues que vous avés de moi, vous y trouverés sans doute un bon nombre qui manquent [dans la Bibliothèque du roi] »2.

  • 3 Voltaire, Correspondence and Related Documents, éd. Theodore Besterman, t. I : December 1704-Decem (...)

4Tel est le sujet de ma contribution : les catalogues de libraires, notamment ceux des libraires de Hollande, ou bien « les catalogues du magasin de l’univers », en m’inspirant de ce que Voltaire a dit de la ville d’Amsterdam comme une pars pro toto de la Hollande : « C’est un paradis terrestre depuis La Haie à Amsterdam. J’ai vu avec respect cette ville qui est le magasin de l’univers »3.

5L’expression « le magasin de l’univers » évoque tant le fait que les libraires hollandais impriment des livres dans toutes les langues que leur pratique de faire venir chez eux des livres imprimés dans d’autres pays. Sous l’Ancien Régime, la Hollande remplissait la fonction d’entrepôt pour la librairie européenne et les catalogues de libraires hollandais avaient pour but de faire connaître le contenu de cet entrepôt à une clientèle internationale. Citons par exemple l’avis que le libraire amstellodamois Jean-Louis de Lorme insère dans son Catalogue de livres latins & françois, nouvellement venus de France & de Brabant, qui se vendent chez Jean Fouis de Forme :

  • 4 Catalogue de livres Latins & François [...], Amsterdam : Jean Louis de Lorme, 1705,22 p. ; Londres (...)

J’ai pris des mesures pour faire venir tous les mois, les nouveautez qui paroîtront en France, les personnes qui souhaiteront avoir quelques livres de ces quartiers-là, n’auront qu’à s’adresser à moi, je ferai en sorte d’exécuter leurs ordres avec toute la diligence possible4.

6Deux ans plus tard, le même libraire annonce ainsi la parution d’un catalogue de ce type dans la Gazette d’Amsterdam :

  • 5 Gazette d’Amsterdam, no 19, 8 mars 1707.

Jean Louis de Lorme, libraire à Amsterdam sur le Rokin, à la Liberté, avertit le public, et particulièrement les sçavans, qu’il se trouve chez lui un catalogue de livres latins et françois, venus nouvellement de France, tant d’histoire, de voiage, de médecine, que de litterature, etc. anciens et modernes5.

7Autre exemple : Jean Edme Dufour, libraire à Maastricht, vantait la rapidité avec laquelle les livres nouveaux lui étaient livrés, dans son catalogue d’assortiments de 1774, qui donne les prix en argent français.

  • 6 « Avertissement du libraire », dans Catalogue général des livres et ouvrages en tous genres de lit (...)

À l’égard des nouveautés de Paris, je puis dire qu’il seroit difficile d’en être mieux fourni que moi, puisque depuis environ huit ans, je continue à en recevoir une caisse tous les huit jours régulièrement et sans interruption. J’écris dans ladite ville deux fois par semaine avec la même régularité, pour remplir les commissions que je reçois journalièrement ; de sorte que l’on peut être assuré d’être servi avec la plus grande célérité6.

  • 7 Catalogues de libraires 1473-1810, éd. Claire Lesage, Eve Netchine et Véronique Sarrazin, Paris, 2 (...)
  • 8 Voir ibid., p. 15.

8Précisons d’abord que nous parlons aujourd’hui des catalogues de libraires dans le sens de l’ouvrage qui est à l’origine de cette journée d’étude : la publication bibliographique Catalogues de libraires 1473-18107. Les catalogues de libraires proprement dits comprennent d’une part les catalogues de fonds et d’autre part les catalogues d’assortiments contenant des « livres de hasard » ou livres d’occasion8. On peut y joindre certains catalogues de vente, uniquement ceux concernant les ventes pendant lesquelles un libraire ou ses héritiers se débarrassaient de son fonds et/ou de son assortiment. Aux Pays-Bas, ce genre de vente avait lieu en principe entre confrères, notamment pour la vente des livres du fonds d’un libraire, souvent proposés en de nombreux exemplaires et éventuellement accompagnés du droit de copie ou du privilège du livre concerné. Normalement, il y avait deux ventes différentes lors d’une faillite ou d’une cessation d’activité : l’une pour les livres du fonds du libraire, qui se déroulait entre libraires, et l’autre pour son assortiment, en principe largement ouverte au public. La veuve de Charles Le Vier, libraire à La Haye, organisa ainsi deux ventes successives, en 1743 et en 1744, comme l’indique l’avertissement du deuxième catalogue, celui de 1744 :

Diverses raisons de famille, et surtout de longues et continuelles maladies, aïant porté Madlle la veuve Le Vier à quitter absolument son commerce de librairie, elle expose actuellement en vente publique et à l’enchère tous ses livres reliés, après avoir vendu, il y a quelques mois, entre les libraires ses confrères, tous ses livres en blanc.

  • 9 Catalogus librorum bibliopolii Caroli Levier [...]. Quorum auctio fiet die 27 mensis julii MDCCXUV (...)
  • 10 Pour les ventes de ce genre et leurs catalogues en Hollande, voir : Otto S. Lankhorst, « Les vente (...)
  • 11 Catalogus rarissimorum & vere insignium [...] librorum. Leyde, 1691, [4]-176 p.; Wolfenbüttel, Her (...)

9Cette première vente de livres en blanc, organisée par Jean Neaulme, fut annoncée dans le ‘s-Gravenhaegsche courant du 8 juillet 1743, mais aucun exemplaire du catalogue concerné n’est conservé. Le catalogue de la deuxième vente de livres reliés est connu, entre autres par deux exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France9. Nous ne parlerons donc pas ici des catalogues de vente qui portent sur la collection d’un ou plusieurs possesseurs individualisés10. Il ne faut cependant pas oublier que, notamment en Hollande, les libraires ajoutaient souvent des livres de leur fonds ou assortiment aux ensembles provenant de possesseurs individuels. Le summum de cette pratique peut être repéré chez le libraire de Leyde Pieter van der Aa, qui organisa en 1691 une vente de ses propres livres en feignant de disperser les livres d’un certain W Snellonius, décrit comme un personnage « zeer beroemd en ervaren » [très connu et expert]. En fait, ce Snellonius était un personnage inventé pour cacher la vente d’une partie de l’assortiment de Van der Aa11.

  • 12 Hannie van Goinga, « The long life of the book: public auctions in Leiden 1725-1805 and the second (...)
  • 13 Niedersächsiches Staats-und Universitätsbibliothek Göttingen, Bibliotheksarchiv A, no 2c : lettre (...)

10Dans les villes de Leyde et de La Haye, cet usage de « gonfler » les ventes devint plus régulier au cours du XVIIIe siècle. À Leyde, il fut même légalisé en 1703, chaque libraire ayant désormais le droit de vendre ainsi une fois par an des livres de son fonds : soit lors d’une vente organisée pour cela, soit à la faveur de la vente d’une collection particulière. En se fondant sur les registres des requêtes, Hannie van Goinga a estimé que dans plus de la moitié des ventes organisées à Leyde entre 1736 et 1770 (quatre cent soixante-quatre sur un total de huit cent vingt et une ventes), les libraires ont ainsi ajouté des livres provenant de leurs assortiments en nombre souvent équivalent à l’ensemble provenant des bibliothèques privées mises en vente12. À La Haye aussi, les libraires organisaient des ventes aux enchères, complétant la collection privée par des livres issus de leur boutique. Parfois, ils créaient tout simplement une bibliotheca anonymiana ou bibliotheca selectissima. Une vente de ce genre fut décrite par un contemporain comme « une collection de plusieurs libraires ensemble qui tascheront de pousser leurs livres à un grand prix, principalement quand ils rencontrent des acheteurs de peu de connoissance »13. Il est clair que dans ces conditions, la distinction entre un catalogue de vente d’une collection privée et un catalogue de libraire n’est pas toujours une tâche aisée.

11En Hollande, la finalité des catalogues de fonds était avant tout de faire connaître le stock présent dans la boutique d’un libraire et non uniquement ses propres éditions. Comme le montrent les titres des catalogues, les livres acquis en nombre par le libraire faisaient partie de son fonds et figuraient également dans ce type de catalogue. Citons ainsi le Catalogue des livres de Adrian Moetjens, marchand libraire à La Haye, tant de ceux qu’il a imprimez que de ceux dont il a nombre [1694], le Catalogue des livres, imprimez ou qui se trouvent chez Meynard Uytwerf, libraire à Amsterdam, 1749, ou encore deux catalogues comparables de Reinier Leers portant des titres en latin : Catalogus librorum quos Regnerus Leers [...] velpropiis typis et sumptibus edidit, vel quorum copia ipsi suppetit [1692,1700], Ce genre de catalogue est en principe classé alphabétiquement et ne compte en général pas plus d’une trentaine de pages. Afin de pouvoir ajouter à la main de nouveaux titres, le libraire laisse souvent un espace libre entre les lettres de l’alphabet.

  • 14 Le Katalog der Bibliothek des Borsenvereins der Deutschen Buchhändler, t. II : Zuwachs 1885-1901, (...)

12Les catalogues d’assortiments, au contraire, peuvent comporter une centaine de pages ou plus. À partir de la fin du XVIIe siècle, ils sont souvent numérotés, comme ceux de Reinier Leers, formant une série couvrant les années 1692 à 1709 : Catalogus librorum, quibus officinam suam auxit [...] Regnerus Leers, bibliopola Roterodamensis, no I à XI. Les numéros I à X se trouvent à la Bibliothèque nationale de France et ce sont probablement les exemplaires qui furent dépouillés par le sous-bibliothécaire Nicolas Clément pour faire des commandes d’ouvrages destinés à la Bibliothèque du roi (figures no 1 et 2). La numérotation peut parfois nous signaler des catalogues qui n’ont pas été conservés. Nous savons par exemple que Jean Neaulme et son associé berlinois Étienne Bourdeaux ont imprimé en 1747 le neuvième supplément au Grand catalogue de livres nouveaux, mais ni le Grand catalogue ni les suppléments précédents n’ont été retrouvés jusqu’ici14.

  • 15 Par exemple, le premier catalogue conservé de Jean Neaulme, le Catalogue des livres nouveaux et au (...)

13Outre les catalogues qu’ils diffusaient en tant que publications autonomes, les libraires faisaient aussi de la publicité pour leur fonds dans de brefs catalogues ou listes de livres imprimés ou insérés à la fin d’un ouvrage. Le nombre de ces listes étant très grand, il est évident qu’elles ne pouvaient pas être systématiquement incluses dans le Catalogues de libraires 1473-1810 de la Bibliothèque nationale de France. Ces listes à la fin d’un livre se trouvent parfois être assez volumineuses. Par exemple, le Catalogue des livres françois, qui se vendent à La Haye cherz Frédéric-Henri Scheurleer, imprimé à la fin du tome II de l’Histoire générale et particulière du visa fait en France de Barthélémy Marmont Du Hautchamp (1748), compte presque cent pages. Ces listes sont parfois à la fois distribuées séparément et insérées à la suite d’un ouvrage15.

Figures no 1 et 2. Catalogus librorum, quibus officinam suam auxit annopraeterito [...] Regnerus Leers, bibliopola Roterodamensis. Titres de départ de deux catalogues du libraire Reinier Leers de Rotterdam, envoyés au sous-bibliothécaire Nicolas Clément pour faire des commandes de livres pour la Bibliothèque du roi. BNF, Q. 4171 (4) et Q. 4171 (13).

  • 16 Recherche effectuée le 29 mars 2009.

14Le Short-Title Catalogue, Netherlands (STCN), bibliographie de la production livresque des Pays-Bas du Nord (1473-1800), inclut dans sa description bibliographique la présence de tels catalogues. On peut d’ailleurs l’interroger sur cet élément d’information : on obtient par exemple une liste de quatre cent cinquante et un titres imprimés par Jean Neaulme, dont vingt et un comportent une liste de titres du fonds de Neaulme et vingt une liste de titres de l’assortiment de son magasin16. Le bureau du Short-Title Catalogue, Netherlands a fait des photocopies de ces listes (au total presque quatre mille), qui peuvent être consultées au département des Livres anciens de la Bibliothèque royale à La Haye.

  • 17 Jan Albert Gruys, « Rijklof Michael van Goens. Het mysterie van de 24200 verdwenen catalogi », dan (...)
  • 18 Bibliothèque universitaire de Leyde, collection Prosper Marchand, no 2 : lettre de J. de Beyer à P (...)

15Le nombre des catalogues publiés et distribués par les libraires hollandais aux XVIIe et XVIIIe siècles est énorme, qu’il s’agisse des catalogues de vente ou des catalogues de libraires. Jan Albert Gruys a estimé qu’entre vingt-cinq et trente mille ventes ont eu lieu dans la République des Provinces-Unies aux XVIIe et XVIIIe siècles, dont au maximum 20 % des catalogues ont été conservés17. C’est à juste titre que Justinus de Beyer écrit au bibliographe Prosper Marchand : « Je croi que nous en sommes au siècle des catalogues »18. La rédaction et la distribution des catalogues faisaient partie de la pratique quotidienne des libraires hollandais, qui avaient atteint un haut niveau dans l’art de les rédiger. Par conséquent, il n’est pas étonnant qu’en 1761 le libraire Hendrik Scheurleer ait fait un plaidoyer ardent pour que chaque libraire en formation dût apprendre à rédiger des catalogues bien faits et bien ordonnés de son magasin. À l’aide de tels catalogues, le libraire devait pouvoir retrouver dans son magasin « als by den tast en in ‘t donker, ‘t minste Boekje [...] dat tot iedere Wetenschap en Sorteering behoort » [à l’aide d’un catalogue chaque livre en cherchant à l’aveuglette et dans l’obscurité].

  • 19 Bibliothèque universitaire de Leyde, collection Prosper Marchand, no 22, « Catalogue des manuscrit (...)

16Aux Pays-Bas, les catalogues de libraires sont reconnus depuis longtemps comme une source importante pour l’histoire littéraire et pour l’histoire du livre. Ainsi, Prosper Marchand (1678-1756), huguenot réfugié en Hollande qui fut l’un des premiers historiens du livre et bibliographes français, avait déjà rassemblé dans sa bibliothèque privée au total quatre-vingt-dix-huit catalogues de libraires et cent quatre-vingt-onze catalogues de bibliothèques publiques et privées19. Un siècle plus tard, le célèbre libraire Frederik Muller (1817-1881) fut avec son confrère Jacob le fondateur, en 1845, de la bibliothèque de l’Association pour la défense des intérêts de la librairie, à Amsterdam (actuellement dite Bibliotheek van het Boekenvak). Muller considérait les catalogues qui avaient éveillé sa propre passion pour le livre comme un élément essentiel de l’initiation des apprentis libraires à la science de la bibliographie. Dans ce but, il s’employa à former une collection très large, aussi bien de catalogues de vente que de catalogues de libraires, qui se trouve toujours à Amsterdam, intégrée dans la bibliothèque universitaire.

  • 20 Bert van Selm, Een menighte treffelijcke boecken. Nederlandse boekhandelscatalogi in het begin van (...)

17Comme je l’ai déjà souligné, seule une petite partie des catalogues a été conservée ; en outre, ceux qui ont survécu sont dispersés dans l’Europe entière, parce que les clients de ces libraires résidaient partout sur le continent. Ainsi, les catalogues sont éparpillés dans les bibliothèques de tous pays. Au XXe siècle, Wytze Hellinga, l’un des doyens de l’histoire du livre aux Pays-Bas, a été le premier à rassembler des informations concernant ces catalogues. Son fichier fut repris par le regretté Bert van Selm (1945-1991), qui consacra sa thèse aux catalogues de libraires, dont il montra le rôle capital comme source de l’histoire du livre dans ses trois éléments constitutifs : la production, la diffusion et la consommation20. Il les utilise en effet dans ce triple but : mieux connaître la production de livres (y compris la partie de la production non conservée) ; étudier le fonctionnement et la nature de l’activité des libraires, la composition de leur fonds, le prix des livres ; enfin, étudier les bibliothèques privées. Van Selm insista sur la nécessité de répertorier et décrire les catalogues de libraires comme les catalogues de vente. En conséquence, il mit sur pied le projet Book Sales Catalogues of the Dutch Republic, 1599-1800 (BSC), en collaboration avec l’entreprise IDC Publishers (Leyde), qui se chargea de publier tous ces catalogues sur microfiches. Après la mort de van Selm, le projet s’est poursuivi sous la conduite de Jan Albert Gruys (Bibliothèque royale, La Haye) et, depuis sa retraite, sous celle de Marika Keblusek (université de Leyde).

  • 21 Otto S. Lankhorst, « Vijftien pakketten catalogi teruggevonden. Nederlandse boekhandelscatalogi in (...)

18Aujourd’hui, la base de données du Book Sales Catalogues contient la description bibliographique de quatre mille huit cent trente-neuf catalogues. Chacune mentionne autant que possible les exemplaires conservés. J’ai pu moi-même participer à ce projet en dressant l’inventaire des catalogues de plusieurs bibliothèques, entre autres ceux de la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg et ceux de la Bibliothèque nationale de France. À Saint-Pétersbourg, ce fut une grande découverte : huit cent trente catalogues néerlandais, dont plus de la moitié d’exemplaires uniques21. Au moment où je dressai méticuleusement l’inventaire à Paris, le département des Livres imprimés était encore situé rue de Richelieu, où je pouvais travailler dans cet endroit célèbre et presque sacré, l’Hémicycle, avec la permission spéciale de Madame Sanson et sous la surveillance bienveillante de Madame Strub et de Madame Bourgeois. Au total, mille trente-deux catalogues néerlandais purent être localisés à la Bibliothèque nationale de France.

  • 22 La base de données des catalogues reproduits est consultable sur le site de Bibliopolis, consacré (...)

19Trois mille sept cent quarante-huit catalogues sont désormais disponibles sur microfiches dans le cadre du projet Book Sales Catalogues of the Dutch Republic, dont six cent neuf exemplaires se trouvent à la Bibliothèque nationale de France. Quant au choix de l’exemplaire à reproduire, la préférence a été donnée à tout exemplaire portant des annotations manuscrites (prix, noms des acheteurs). Mille cinquante catalogues doivent encore être reproduits ; ils se trouvent dispersés dans un grand nombre de bibliothèques, notamment en Europe de l’Est22.

20Pour l’instant, quatre cent soixante-treize catalogues d’assortiments (« retail stock catalogues ») et cent trente-neuf catalogues de fonds (« Wholesale stock catalogues ») sont disponibles en microfiches. Pour les catalogues d’assortiments, la division par demi-siècle se présente ainsi :

  • 1600-1650 : vingt-cinq ;
  • 1651-1700 : cinquante ;
  • 1701-1750 : deux cent vingt-cinq ;
  • 1751-1800 : cent soixante-treize.

21L’éditeur Brill Publishers, qui a pris en charge IDC depuis le 1er janvier 2006, explore les possibilités de numériser les microfiches de tous ces catalogues et de rendre ainsi leur contenu accessible. En raison de la faible qualité typographique des catalogues, il ne sera pas possible, pour l’instant au moins, d’utiliser des méthodes de reconnaissance optique de caractères.

  • 23 Pour une liste des réimpressions des catalogues des Elzevier, voir Otto S. Lankhorst, « Bibliograf (...)
  • 24 [Charles Motteley], Catalogus librorum officinae Danielis Elsevirii ; designans libros, qui ejus t (...)

22Outre Bert van Selm, cité ci-dessus, d’autres historiens du livre se sont déjà servi des catalogues de libraires hollandais. Ces catalogues ont d’abord été utilisés pour la reconstitution de la production d’une maison d’édition. Il n’est pas surprenant que les premiers à être recherchés et étudiés aient été les catalogues des Elzevier, qui étaient considérés comme les phares de la librairie hollandaise pendant son siècle d’or, le XVIIe siècle. Leurs éditions étaient très prisées par les bibliophiles et leurs catalogues furent réimprimés au cours du XIXe siècle pour mieux connaître leur production23. En 1823, le bibliophile Charles Motteley réimprima le catalogue du fonds de Daniel Elzevier de 1681 dans un tirage de cent exemplaires. Motteley écrit dans l’introduction « au lecteur » : « le premier élément de la bibliographie elzévirienne, c’était évidemment le catalogue de l’imprimerie des Elzevier »24. Il signale la distinction entre les livres imprimés par les Elzevier pour eux-mêmes (impressum : apudElzevirium ou apud Elzevirios) et les livres imprimés pour d’autres libraires (impressum : ex officina Elzeviriana). Plus tard, au XIXe siècle, quatre autres catalogues des Elzevier furent réimprimés : le catalogue de 1644 en 1854 ; celui de 1649 en 1854, 1855 et 1857 ; celui de 1638 en 1878 et, enfin, en 1880 celui de 1628. Charles Walther, l’éditeur du catalogue de 1638, évoque aussi le profit bibliographique que les chercheurs peuvent tirer de ces catalogues : « Le premier élément de bibliographie elzévirienne étant représenté évidemment par les catalogues officinaux des Elzevier eux-mêmes, publiés de 1628 à 1684 ».

  • 25 Un exemple : le Catalogue des livres imprimez à La Haye chez Pierre Gosse, ou dont il a nombre d'e (...)
  • 26 Gustav Schwetschke, Codex nundinarius Germaniae literatae bisecularis [...], Halle, 1850.
  • 27 Avertissement dans Catalogus van een fraaye verzameling van zeer schoone Fransche en Latynsche boe (...)

23L’intérêt des catalogues de fonds en vue de la reconstitution de la production livresque d’un éditeur est évident lorsque le catalogue contient des titres munis d’un astérisque indiquant s’il s’agit des livres « de ses propres impressions », d’éditions « avec le droit de copie et planches de cuivre, etc. » ou lorsqu’il comporte des indications « sous presse »25. Tout aussi intéressants sont les textes que les libraires placent en guise d’introduction ou d’avertissement en tête de leurs catalogues. Ils sont souvent riches d’informations sur l’histoire de leur officine. Par exemple, le Codex nundinarius de Gustav Schwetschke (la liste des libraires mentionnés dans les catalogues de foire de Francfort et de Leipzig) garde le silence sur la présence du libraire Zacharie Chatelain d’Amsterdam aux foires allemandes26. Nous disposons cependant de plusieurs catalogues, dont le titre indique clairement la présence des frères Chatelain ou de Zacharie Chatelain seul à la foire de Francfort. En outre, Chatelain écrit dans l’avertissement d’un catalogue de 1753, au moment de quitter le commerce, qu’il a entrepris quatre-vingt-treize voyages aux foires de Francfort pendant les quarante-sept années de son activité comme libraire. Son fils, Henry Jedis Chatelain, continuera l’entreprise27.

  • 28 Eleven Catalogues by Reinier Leers (1692-1709), éd. Helena Henrica Maria van Lieshout et Otto S. L (...)

24Tandis que les catalogues de fonds aident à la reconstitution de l’intégralité des livres imprimés par un éditeur précis, les catalogues d’assortiments nous offrent une vision de l’ensemble de la production livresque offerte à la clientèle en un moment donné. Pour exemple, je reviens sur la série des onze catalogues de Reinier Leers de Rotterdam. En collaboration avec ma collègue Madame Leny van Lieshout, j’ai publié une édition en fac-similé des onze catalogues d’assortiments de Leers, parue dans une collection portant le titre approprié Catalogi redivivi28. Les catalogues de Leers sont numérotés en chiffres romains de I (1691) à XI (1707-1708). La pagination et la numérotation des signatures sont continues. Il semble que Leers ait voulu encourager ses clients à conserver et à relier ensemble ses catalogues en vue de les utiliser comme instruments de travail, ce qui explique qu’ils aient été assez bien sauvegardés par comparaison avec ceux d’autres libraires. Nous avons pu localiser au total soixante-sept exemplaires des onze fascicules parus. Ils sont localisés dans dix bibliothèques :

  • Amsterdam, bibliothèque universitaire, trois ;
  • Halle, Franckesche Stiftungen, un ;
  • Londres, British Library, cinq ;
  • Oxford, Bodleian Library, onze, dont trois doubles ;
  • Oxford, Christ Church, neuf ;
  • Oxford, Worcester College, quatre ;
  • Paris, Bibliothèque interuniversitaire de médecine, six ;
  • Paris, Bibliothèque nationale de France, treize, dont trois doubles ;
  • Paris, bibliothèque Mazarine, six ;
  • Rome, Biblioteca Angelica, neuf.
  • 29 Catalogue des livres rares et précieux composant la bibliothèque de feu M. Jacques-Charles Brunet (...)

25Les exemplaires des bibliothèques de Dresde (Sächsische Landesbibliothek) et Hambourg (Staats-und Universitatsbibliothek) doivent être considérés comme « Kriegsverlust ». Le bibliographe Jacques-Charles Brunet possédait un exemplaire, mais on ignore qui l’a acheté lors de la vente de sa bibliothèque en 186829.

26Le total des livres mentionnés dans les onze catalogues s’élève à quatre mille quatre cent dix-neuf titres. De plus, certains catalogues contiennent des sections consacrées aux cartes et estampes. La fonction d’entrepôt que la Hollande remplissait pour la librairie européenne aux XVIIe et XVIIIe siècles est bien illustrée par la répartition des lieux d’édition des livres en vente dans la boutique de Leers :

  • République des Sept Provinces, 25,5 % ;
  • France, 24,7 % ;
  • pays allemands et Baltique, Europe de l’Est, 20 % ;
  • Angleterre et Irlande, 7,4 % ;
  • Pays-Bas autrichiens, 6 % ;
  • cantons suisses, 5,8 % ;
  • Italie, 2,1 %.

27Parmi les publications françaises, Paris domine bien sûr comme ville d’édition, avec 73 % de la production, suivie par Lyon avec 17 %, Strasbourg avec 5 % et Rouen avec 2 %. En ce qui concerne les langues, le latin, avec 59 %, l’emporte sur le français (36 %). Nous avons essayé de classer les livres par sujets selon les cinq grandes classes en usage pendant l’Ancien Régime. Cela donne le résultat suivant : la théologie et l’histoire dominent, avec toutes deux 27 %. Les livres concernant les sciences forment 18 % du total ; les livres de droit suivent avec 13 %, puis les belles-lettres avec 12 %.

  • 30 BNF, Manuscrits, archives Ancien Régime, no 20.

28Ces catalogues de Leers servirent à Nicolas Clément pour enrichir les collections de la Bibliothèque du roi. Grâce au « troisième registre des livres acquis pour la Bibliothèque du roy »30, nous savons que Leers a fourni mille neuf cent soixante et onze titres à la Bibliothèque royale entre 1694 et 1709 pour une somme de 8 823 florins et 9 sous. Il recevait en paiement des estampes du Cabinet du roi. Le dernier envoi, parti de Rotterdam le 11 décembre 1708, arriva chez Clément le 1er juillet 1709, plus de six mois plus tard ; cinquante-neuf titres du catalogue XI s’y trouvaient. Parmi eux, la troisième édition du Dictionnaire universel d’Antoine Furetière pour la somme de 13 florins et 7 sous, mais aussi des petites brochures comme la Chimère du jansénisme de Jacques Fouillou pour 12 sous et la Déclaration de l’Electeur Palatin en faveur de ses sujets protestans de John Toland pour 4 sous.

  • 31 Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, t. I (Amsterdam et al., 1740), p. 254, article (...)

29En mai 1709, Reinier Leers vendit son entreprise à deux libraires allemands, Gaspar Fritsch et Michael Böhm, au prix de 120 000 florins. Leers fit un effort pour que ses successeurs puissent continuer à fournir des livres à la Bibliothèque du roi et, à cet effet, envoya à Clément des catalogues d’assortiments de Fritsch et Böhm. Les catalogues de Leers et de Fritsch et Böhm ont trouvé leur place parmi les trois mille deux cent quarante autres catalogues dans l’ouvrage monumental Catalogues de libraires de Claire Lesage, Eve Netchine et Véronique Sarrazin. Les descriptions bibliographiques y sont parfaites et très détaillées. Pierre Bayle, qui a dit que l’index constitue l’âme du livre, pourrait être satisfait car l’ouvrage se termine par une table des imprimeurs-libraires, un index des matières, un index des noms de personnes et une table chronologique31.

  • 32 Catalogues de libraires..., no 1241.

30Pour terminer, une toute petite addition à la description du Catalogue des livres nouveaux, tant latins que françois, de l’année 1710, qui se trouvent à Rotterdam chez Fritsch et Böhm [...], no II, envoyé par Leers à Clément32. Outre l’exemplaire mentionné dans la série Delta, il y en a un deuxième dans les archives de la Bibliothèque nationale parmi la correspondance entre Reinier Leers et Nicolas Clément. Les pages 45 à 48 manquent dans les deux exemplaires. Les exemplaires complets, conservés dans les bibliothèques d’Oxford (Christ Church), de Rome (Biblioteca Angelica), de Saint-Pétersbourg (Bibliothèque nationale) et de Wolfenbüttel (Herzog August Bibliothek) expliquent l’absence de ces quatre pages à Paris. Ces dernières contiennent un « catalogue des estampes » faisant la publicité de la série des estampes du Cabinet du roi, que Leers avait obtenues en échange de ses envois de livres. Bien sûr, Clément n’avait pas besoin de cet aperçu des estampes, qui se trouvaient déjà dans ses collections. De plus, des gens de la cour de Louis XIV avaient protesté contre la commercialisation des estampes du Cabinet du roi. Supprimer ces quatre pages à Rotterdam constituait donc aussi un geste diplomatique.

31Ce petit détail montre que chaque catalogue et même chaque exemplaire d’un catalogue de libraire a sa propre histoire et a le droit d’être conservé et décrit aussi parfaitement que ceux de la Bibliothèque nationale de France.

Notes

1 Bibliothèque universitaire de Leyde, collection Prosper Marchand, no 2 : lettre de Nicolas Clément à Reinier Leers, 24 décembre 1708.

2 BNF, Manuscrits, archives Ancien Régime, no 53, fol. 55 : lettre de Reinier Leers à Nicolas Clément, 16 septembre 1696.

3 Voltaire, Correspondence and Related Documents, éd. Theodore Besterman, t. I : December 1704-December 1729, Genève, 1968 (The Completed Works, 85), D 128 : lettre de Voltaire à la présidente de Bernières, 7 octobre 1722.

4 Catalogue de livres Latins & François [...], Amsterdam : Jean Louis de Lorme, 1705,22 p. ; Londres, British Library (BSC, no 2478).

5 Gazette d’Amsterdam, no 19, 8 mars 1707.

6 « Avertissement du libraire », dans Catalogue général des livres et ouvrages en tous genres de littérature qui se trouvent chez Jean Edme Dufour, imprimeur & libraire, Maastricht, 1774, 352 p. ; Amsterdam, Bibliotheek van het Boekenvak (BSC, no 886).

7 Catalogues de libraires 1473-1810, éd. Claire Lesage, Eve Netchine et Véronique Sarrazin, Paris, 2006.

8 Voir ibid., p. 15.

9 Catalogus librorum bibliopolii Caroli Levier [...]. Quorum auctio fiet die 27 mensis julii MDCCXUVper Adrianum Moetjens, bibliopolam. Hagae Comitis, 1744, [4]-l44-127-53 p. ; BNF (Catalogues de libraires..., no 1874 ; BSC, no 1789).

10 Pour les ventes de ce genre et leurs catalogues en Hollande, voir : Otto S. Lankhorst, « Les ventes de livres en Hollande et leurs catalogues (XVIIe et XVIIIe siècles) », dans Les ventes de livres et leurs catalogues, XVIIe -XXe siècle. Actes des journées d’étude organisées par L'École nationale des chartes (Paris, 15janvier 1998) et par l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Villeurbanne, 22 janvier 1998), éd. Annie Charon et Élisabeth Parinet, Paris, 2000, p. 11-28.

11 Catalogus rarissimorum & vere insignium [...] librorum. Leyde, 1691, [4]-176 p.; Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek (BSC, no 1932).

12 Hannie van Goinga, « The long life of the book: public auctions in Leiden 1725-1805 and the second-hand book trade », dans Quaerendo, t. 24, 1994, p. 243-274, ici p. 255.

13 Niedersächsiches Staats-und Universitätsbibliothek Göttingen, Bibliotheksarchiv A, no 2c : lettre de J. van der Linden à J. H. von Bülow, 5 mai 1716. Il s’agissait d’une vente, organisée le 16 mars 1716 par les libraires Rutger Christoffel Albers, Pierre Gosse et Christiaen van Lom : Bibliotheca selectissima, 1716, [8]-l 12-120-[2]-8 p. ; BNF (BSC, no 1595).

14 Le Katalog der Bibliothek des Borsenvereins der Deutschen Buchhändler, t. II : Zuwachs 1885-1901, Leipzig 1902, p. 985, mentionne : « IX Supplement au grand catalogue de livres nouveaux et autres qui se trouvent chez Jean Neaulme et Étienne de Bourdeaux libraires à Berlin et Leipzig. Foire de S. Michel, 1747 ».

15 Par exemple, le premier catalogue conservé de Jean Neaulme, le Catalogue des livres nouveaux et autres, qui se trouvent à La Haye chez Jean Neaulme, est inséré à la fin de John Law, Considérations sur le commerce et sur l’argent (A La Haye, chez Jean Neaulme, 1720), et il se trouve comme publication autonome sous le même titre avec l’adresse « À La Haye, chez Jean Neaulme, 1721 » dans la Herzog August Bibliothek à Wolfenbüttel (Be Sammelmappe 1(4)).

16 Recherche effectuée le 29 mars 2009.

17 Jan Albert Gruys, « Rijklof Michael van Goens. Het mysterie van de 24200 verdwenen catalogi », dans Van en tot laser. 31 opstellen over boek en schrift aangeboden aan Ernst Braches bij zijn afscheid als boogleraar aan de universiteit van Amsterdam in oktober van het jaar 1995, Amsterdam, 1995, p. 150-156.

18 Bibliothèque universitaire de Leyde, collection Prosper Marchand, no 2 : lettre de J. de Beyer à Prosper Marchand, 3 août 1744.

19 Bibliothèque universitaire de Leyde, collection Prosper Marchand, no 22, « Catalogue des manuscrits et des imprimés de sa bibliothèque personnelle », p. 45-53.

20 Bert van Selm, Een menighte treffelijcke boecken. Nederlandse boekhandelscatalogi in het begin van de zeventiende eeuw, Utrecht, 1987.

21 Otto S. Lankhorst, « Vijftien pakketten catalogi teruggevonden. Nederlandse boekhandelscatalogi in Sint Petersburg », dans De Boekenwereld, t. 9, 1992-1993, p. 66-76.

22 La base de données des catalogues reproduits est consultable sur le site de Bibliopolis, consacré à l’histoire du livre néerlandais : www.bibliopolis.nl. Dans la version anglaise de Bibliopolis, il faut choisir la rubrique « Auctions » et ensuite « Dutch Book Sales Catalogues ». L’ensemble des microfiches (au total cinq mille sept cent cinquante microfiches, qui contiennent trois mille sept cent quarante-huit catalogues) est en vente chez Brill Publishers au prix de 33 063 euros.

23 Pour une liste des réimpressions des catalogues des Elzevier, voir Otto S. Lankhorst, « Bibliografie over de familie en het uitgeversbedrijf Elzevier (1580-1712) », dans Bernardus P. M. Dongelmans, Paul G. Hoftijzer et Otto S. Lankhorst, Boekverkopers van Europa. Het 17de-eewse Nederlandse uitgevershuis Elzevier, Zutphen, 2000, p. 330-331.

24 [Charles Motteley], Catalogus librorum officinae Danielis Elsevirii ; designans libros, qui ejus typis et impensis prodierunt, aut quorum alias copia ipsi suppetit, et quorum auctio habebitur. Amstelodami 1681, Paris, 1823, p. 8.

25 Un exemple : le Catalogue des livres imprimez à La Haye chez Pierre Gosse, ou dont il a nombre d'exemplaires, inséré dans Jean Rousset de Missy, Recueil historique d’actes, négociations, mémoires et traitez [...], t. 11, À La Haye, chez Pierre Gosse, 1737. Les titres munis d’un astérisque sont « de mes propres impressions ».

26 Gustav Schwetschke, Codex nundinarius Germaniae literatae bisecularis [...], Halle, 1850.

27 Avertissement dans Catalogus van een fraaye verzameling van zeer schoone Fransche en Latynsche boeken, waar onder veele voornaame copyen en alderbeste assortimenten van Z. Chatelain. Dewelke onder de boekverkoopers verkogt zullen worden, op maandag den 6 Augustus, 1755, en volgende dagen te Amsterdam [...], Amsterdam, 1753 ; Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale de Russie (BSC., no 2593).

28 Eleven Catalogues by Reinier Leers (1692-1709), éd. Helena Henrica Maria van Lieshout et Otto S. Lankhorst, Utrecht, [1992] (Catalogi Redivivi. A Reprint Series of Dutch Auction and Stock Catalogues of the 17th and 18th Centuries, 7).

29 Catalogue des livres rares et précieux composant la bibliothèque de feu M. Jacques-Charles Brunet [...], deuxième partie, Paris, 1868, no 1271.

30 BNF, Manuscrits, archives Ancien Régime, no 20.

31 Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, t. I (Amsterdam et al., 1740), p. 254, article « Antonio, Nicolas », remarque A : « Il y a cent bons conseils à donner sur la composition de ces tables : on a raison de croire qu’elles sont l’âme des livres ».

32 Catalogues de libraires..., no 1241.

Table des illustrations

Légende Figures no 1 et 2. Catalogus librorum, quibus officinam suam auxit annopraeterito [...] Regnerus Leers, bibliopola Roterodamensis. Titres de départ de deux catalogues du libraire Reinier Leers de Rotterdam, envoyés au sous-bibliothécaire Nicolas Clément pour faire des commandes de livres pour la Bibliothèque du roi. BNF, Q. 4171 (4) et Q. 4171 (13).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1490/img-1.jpg
Fichier image/, 240k

Auteur

Fondation du patrimoine monastique des Pays-Bas

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540