Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les périodiques d'architecture, XVIIIe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Table ronde : les répertoires de périodiques d'architecture

Conclusions

Michel Melot

Testo integrale

Explorer le champ de l’architecture

1Rien, dans la nature ni dans l’histoire, ne limite le champ de l’architecture. L’Inventaire général, dans son ambition et sa méthode, doit prendre en compte l’ensemble du bâti, l’architecture savante, l’architecture ordinaire et l’architecture sans architecte, de loin la plus nombreuse, encore de nos jours. Dans cet ensemble pléthorique, l’Inventaire informe chaque édifice, par sa localisation d’abord, puis ses dates et ses acteurs : commanditaires, auteurs et destinataires, par ses usages enfin, ses matériaux et ses formes. De tout cela résulte une masse de données que l’Inventaire permet de compter, de classer, d’analyser.

2Dans ce paysage indistinct, qu’est-ce qu’une architecture et où sont les architectes ? La qualité d’architecte n’est nullement donnée d’avance, sauf depuis 1941, date à laquelle la profession fut réglementée. Avant cette date, chacun peut se dire architecte et beaucoup d’amateurs ne s’en sont pas privés. Même après cette date, l’architecte se dégage mal des professions apparentées, et notamment de ingénieurs, mais aussi des artistes, des géomètres, des maçons et entrepreneurs, voire des promoteurs et des gestionnaires de biens immobiliers. Cette question pose problème aux dictionnaires d’architectes, mais aussi à l’Inventaire général, sommé de donner des noms d’auteurs, autant que possible valides.

3Heureusement, dans cette confusion, l’architecture, pour délimiter son champ, a produit des antidotes : des associations et des sociétés professionnelles nombreuses, des concours avec leurs jurys et leurs médailles, des écoles et des académies, des dynasties même dont le rôle était d’apporter la garantie que l’usager ne trouvait ni dans les textes ni dans les diplômes. Le développement particulier de la presse architecturale et à considérer dans cette perspective. Faute de mieux, elle balise le champ de l’architecture « légitime ». Certes le moindre roman d’amour est riche d’informations sur la disposition des alcôves, et, à ce titre, peut figurer dans les sources de l’histoire de l’architecture. L’information publiée par la presse spécialisée, au contraire, n’est plus une anecdote, ni même un simple témoignage, mais un indice sur le statut de l’oeuvre.

4Voilà pourquoi le dépouillement systématique des archives des sociétés d’architecture et de la presse spécialisée est si précieux pour ceux qui, dans le cadre de l’Inventaire général, doivent informer chaque édifice de ses attributs historiques. Il ne s’agit pas, pour eux, de réécrire l’histoire du bâtiment mais d’en dresser, en quelque sorte, l’état civil. Depuis longtemps l’Inventaire général a donc encouragé, voire suscité les recherches sur la presse architecturale et fut à l’origine, grâce à l’action de Bernard Toulier, et l’aide précieuse de Béatrice Bouvier, d’un réseau de chercheurs, réunis à Rennes par le professeur Andrieux, puis à Paris, et dont la présente journée d’études organisée par Jean-Michel Leniaud, au nom de l’École nationale des chartes, est le développement.

Capitaliser les travaux sur la presse architecturale

5L'Inventaire général, si intéressé soit-il de voir se multiplier les analyses de la presse architecturale, n’a nullement la mission ni les moyens d’accomplir seul cette tâche. Les travaux de bibliographie sont à la fois indispensables à l’Inventaire et subsidiaires par rapport à son seul objectif : faire l’inventaire des édifices eux-mêmes et non celui de leurs sources. Grand utilisateur de ces données sur l’architecture, il en est aussi l’un des premiers producteurs, puisque, au fil de ses enquêtes, il engrange nécessairement des listes de noms, relevés dans les textes ou sur les édifices eux-mêmes, qu’il lui faut identifier et qui viendront grossir les répertoires. Dans ces travaux, l’Inventaire est à la fois client et fournisseur.

6Afin de capitaliser les travaux de différentes origines, le ministère de la culture a ouvert sur son site informatique, à l’initiative de Bernard Toulier, la base Archidoc, qui a vocation à les héberger et à faciliter les recherches. Dès qu’il fut possible de rassembler les résultats de ces différents travaux, les questions de méthode sont apparues. Sans remettre en cause l’idée d’une base de données commune, qui rend chaque jour de signalés services aux chercheurs, il faut bien admettre que la cohabitation de données hétérogènes est bien hasardeuse et rend la recherche aléatoire. C’est à mesurer ces écarts que s’attache cette journée d’études. Si la presse architecturale spécialisée est facile à cerner, du moins dans son noyau dur, en revanche, le type d’information qu’on y relève varie d’un chercheur à l’autre. C’est la raison du plan de cette journée, dont le but n’était pas de rendre compte de l’état des recherches, mais d’examiner, si possible à partir d’exemples, les différents points de vue de l’observation.

Offrir un outil commode au chercheur

7C’est ainsi que nous avons pu entendre la leçon de recherches qui se situent dans ces zones que les analyses ne prennent pas toujours en compte, notamment les illustrations et leurs légendes, les comptes-rendus, les publicités et annonces, les index et tables des matières. D’autre part, il faut avoir conscience des limites qu’une telle démarche, comme toute recherche historique, s’impose par rapport à la chronologie et à l’ensemble des sources concernant ce domaine. Ces réflexions préalables ou collatérales ne doivent pas pour autant paralyser le mouvement important de ces recherches dont on constate la croissance, donc l’intérêt, mais, du point de vue de l’Inventaire général, doivent permettre, à tout le moins, de constituer un outil commode, autant que possible harmonisé, pour les chercheurs, comme ceux dont d’autres domaines se sont déjà dotés : je pense par exemple au fichier de dépouillement de la presse photographique du XIXe siècle dont disposent aujourd’hui les lecteurs de la Bibliothèque nationale de France au département des estampes et de la photographie.

8L’objectif est modeste mais l’enjeu n’est pas mince lorsqu’on sait que le ministère de la culture a mis en place des crédits non négligeables pour numériser les fonds d’archives et de bibliothèques et que cette opération peut concerner des collections mais aussi des thèmes. Celui de l’architecture viendra nécessairement à l’ordre du jour. Il faudra bien alors définir des corpus et affiner nos méthodes de sélection. Les travaux préparatoires auxquels nous nous sommes livrés aujourd’hui permettront alors d’adopter des programmes raisonnés et non laissés au hasard des intérêts occasionnels.

9Un autre projet vient conforter la demande de la Direction de l’architecture et du patrimoine : l’ouverture prochaine d’une bibliothèque publique dans la future Cité de l’architecture au palais de Chaillot. Renée Herbouze qui est responsable de sa préfiguration, nous a redit que ce lieu sera un ensemble de collections mais aussi de services aux professionnels comme aux étudiants. La composition des collections en est délicate et rencontre les mêmes questions de méthode quant aux objets, les mêmes limites quant au champ de connaissance et les mêmes ambitions quant aux publics, qu’il nous faut trancher dès aujourd’hui.

10Les réflexions de cette journée s’inscrivent donc à la fois dans des interrogations théoriques et dans un certain nombre de réalités. Associer les unes aux autres est un gage de succès et je remercie chaleureusement tous ceux qui y ont participé, et particulièrement, Bernard Toulier, qui oeuvre inlassablement pour fédérer ces énergies, Béatrice Bouvier grâce à qui ce rassemblement est possible et Jean-Michel Leniaud qui en fut le concepteur et l’organisateur. Je remercie aussi l’École nationale des chartes qui en a pris la responsabilité et le Collège de France qui nous accueille. Il va de soi que cet effort n’est pas affaire de circonstance et que ces rencontres devront se renouveler tant que restera la moindre incertitude sur le lait de savoir ce qu’est un architecte et où s’arrête le champ de l’architecture.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2001

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540