Version classiqueVersion mobile

Les périodiques d'architecture, XVIIIe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Table ronde : les répertoires de périodiques d'architecture

La place des périodiques d’architecture dans la base de données ARCHIDOC : bilan et perspectives

Bernard Toulier

Texte intégral

  • 1 http://www.culture.fr/documentation/chastel/pres.htm

1La base de données ARCHIDOC, composée de dépouillements informatisés de sources pour l’histoire de l’architecture, dont la création a été demandée par la communauté scientifique dès 1987, a été mise en place et diffusée sur Internet dix ans plus tard par le ministère de la Culture1. Contenant aujourd’hui environ 70 000 notices dont la moitié consacrée aux périodiques français d’architecture des XIXe et XXe siècles, elle répond à près de 15 000 interrogations par an. Cette première phase d’expérimentation terminée, il faut aujourd’hui se donner les moyens de passer à une seconde étape opérationnelle. Une redéfinition du contenu de la base devrait s’accompagner d’une amélioration de sa présentation ergonomique, l’écriture d’un cahier des charges pour la construction et la validation des nouvelles notices, la recherche d’emplois permanents secondés par un partenariat engagé par convention pour la poursuite de l’alimentation et la validation de cette base et la mise en place d’un plan de numérisation prioritaire, notamment des périodiques.

L’objectif recherché

2Cette base a été conçue comme un instrument de recherche documentaire pour les chercheurs et les « arpenteurs du patrimoine » qui recensent et étudient, les conservateurs et les architectes qui gèrent, protègent et restaurent ainsi que les « animateurs » qui valorisent le patrimoine architectural national. La finalité originelle était de rassembler les sources documentaires dispersées, de capitaliser les informations pour mieux localiser, repérer, décrire et interpréter les oeuvres et les ensembles architecturaux susceptibles d’être reconnus sur le terrain par les agents du ministère de la Culture.

Les étapes de la création

3Ces travaux préliminaires de dépouillement des sources ont été jugés prioritaires par la direction du patrimoine du ministère de la culture dès la création de la mission sur le patrimoine architectural des XIXe et XXe siècles, en 1986. L’année suivante, la demande figure dans les conclusions formulées à l’issue du colloque international du couvent de la Tourette (Éveux) sur Les enjeux du patrimoine architectural du XXe siècle.

  • 2 En 1989, la collecte des fonds d’archives d’architectes privés est également lancée avec l’aide de (...)

4Les recherches entreprises au début des années 1980 et publiées en 1985 avec l’aide du bureau de la recherche architecturale du ministère de l'équipement par Hélène Lipstadt et Bertrand Lemoine pour établir un premier Catalogue raisonné des revues d’architecture parues entre 1800 et 1914 ont été déterminantes pour révéler cette source essentielle de l’histoire de l’architecture contemporaine. S’appuyant en partie sur ces travaux et sur le Catalogue des périodiques d’architecture de la bibliothèque Forney en cours d’établissement par Laure Lagardère, le service de l’Inventaire général finance à la fin des années 1980 le dépouillement systématique et manuel des illustrations sur les oeuvres construites en France contenues dans vingt-quatre revues d’architecture s’échelonnant de 1841 à 1939, disponibles dans les bibliothèques parisiennes. Parallèlement, le service lance en province, à titre d’essai le dépouillement systématique, informatisé sous le logiciel TEXTO (Chemdata) de La Construction lyonnaise (1879-1914) ; à Paris, quelques expériences sans lendemain de catalogages de bibliothèque et de dépouillements sont poursuivies avec le logiciel LIBRA, développé pour les bibliothécaires par la société Bull avec l’aide des informaticiens du ministère de la Culture. Un premier bilan de ces expériences et des travaux universitaires en cours est publié en 1990 dans un numéro spécial (no 89) de la Revue de l’Art sur les sources de l’histoire de l’architecture2.

5Vers 1989-1990, l’échec de LIBRA marque un tournant au sein du groupe informel des gestionnaires et des chercheurs intéressés par le traitement documentaire informatisé de ces sources. Dans le seul domaine du dépouillement des périodiques d’architecture, plusieurs tendances se dégagent. Du côté du ministère de l’Équipement par exemple, la rédaction de notices bibliographiques de revues récentes comme outil de travail dans une perspective d’enseignement dans les écoles d’architecture motiveront la création de la base ARCHIRES.

6Après ces premiers essais disparates, les moyens humains promis et les sources de financement nécessaires n’arrivent pas. Devant l’absence d’une réelle politique de production et face au caractère démesuré et irréaliste du recensement exhaustif du départ, il faut se contenter de quelques bourses d’étude et du bon vouloir d’universitaires ou d’enseignants en écoles d’architecture. D.E.A., thèses et diplômes d’architecture fournissent l’occasion de poursuivre les dépouillements partiels de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics (14 premiers volumes), de l’Encyclopédie d’architecture (1850-1862) ou de La Construction moderne (en cours).

  • 3 Baptisée initialement sous le nom de « CHASTEL », elle devient à partir de septembre 1998, la base (...)

7La nomination d’un administrateur de la base de données, à temps partiel, a permis d’améliorer la formation des chercheurs souvent peu informés des normes bibliographiques, de faciliter la saisie informatisée et d’effectuer un contrôle des notices, ce qui a permis l’ouverture au public de cette base, en mars 1997, venant ainsi s’intégrer aux autres bases du ministère, gérées sous Mistral3. Des consignes ont été également élaborées pour les indexeurs, qui peuvent utiliser les outils de saisie PSI-LOG ou TEXTO. Les références bibliographiques, présentées selon les normes NFZ44-005, I.S.O. 690 (décembre 1987) sont également accessibles.

  • 4 Cf. Les Cahiers de la recherche architecturale, no 41, 1997, p. 154-157.
  • 5 http://www.culture.fr/culture/inventaire/extranet/index.html

8En 1997, producteurs et utilisateurs de la base de données, universitaires et doctorants, chercheurs, bibliothécaires et architectes spécialisés dans l’étude de la presse architecturale en France et à l’étranger se regroupent à l’université de Rennes II. En 1998, les membres de ce réseau, réunis à Paris, se donnent le nom de groupe César Daly soutenu par la direction de l’Architecture et du Patrimoine (D.A.P.A.)4. En juin 2000, les troisièmes rencontres de ce groupe César Daly, sont notamment l’occasion de présenter le Répertoire des périodiques d’architecture de langue française, publiés entre 1800 et 1970..., commandé par la D.A.P.A. à Béatrice Bouvier. Publié à la suite des actes de cette journée, ce répertoire sera également disponible en ligne sur le site Extranet de l’Inventaire5.

Présentation et consultation de la base archidoc

9Cette base de données issues de dépouillements de sources documentaires des XIXe et XXe siècles en langue française rassemble aujourd’hui des informations issues de sources archivistiques (10 %), imprimées (65 %, dont périodiques 50 %), et de la bibliographie (25 %).

10Chacune des 70 000 notices de la base contient des informations sur une oeuvre ou un ensemble architectural, répondant notamment à trois axes de recherche :

  • la localisation topographique (pays, région, département, commune, lieu-dit, adresse) ;

  • les noms propres des acteurs (commanditaires, maîtres d’ouvrage, maîtres d’oeuvre) ;

  • la description succincte de la source (auteur, titre, année de parution, origine et cote d’accès).

11Au premier semestre 1999, la moyenne mensuelle était de 200 consultations ; à partir du dernier trimestre de cette même année, elle passait à 1 000 pour atteindre plus de 1 300 interrogations en juin 2000. Cellesci portent en majorité sur la localisation (50 %) et sur les acteurs (40 %), puis sur les dénominations des oeuvres et les auteurs des articles. Le quart des notices est ouverte sur des oeuvres édifiées à Paris (dépouillement bibliographique important) et 10 % d’entre elles sur la ville de Lyon (issues de la revue La Construction lyonnaise).

Perspectives

12La base de données ARCHIDOC représente aujourd’hui un investissement de près de 15 années/homme de travail pour la saisie, la validation, le contrôle et la maintenance du site. Pourtant, depuis 1998, les versements de nouvelles notices sont quasi nulles et tout dépouillement de périodiques d’architecture est actuellement arrêté, malgré la priorité annoncée en septembre 1998 par la D.A.P.A. dans le cadre des « Treize mesures pour le patrimoine du XXe siècle ».

13Pourtant, cette base répond parfaitement au principe de repérage et de signalement des oeuvres, en adéquation avec les principes méthodologiques en usage dans les services de l’Inventaire. L’hétérogénéité des sources d’ARCHIDOC est le propre même du rassemblement de la documentation préalable aux enquêtes et le reproche de la non exhaustivité du dépouillement (70 000 notices sur un potentiel de 800 000) est inhérent à toutes les bases du service, à commencer par les 140 000 notices présentées dans la base MÉRIMÉE (sur les 800 000 œuvres environ à inventorier).

  • 6 Cf. supra l’exposé de Christophe Dessaux sur le traitement documentaire des revues d’architecture.

14Le succès — relatif — grandissant auprès du public spécialisé devrait permettre de redéfinir un cahier des charges pour développer une structure de production6, avec un administrateur de données à plein temps s’appuyant au moins en partie sur des documentalistes de métier. Des conventions particulières avec l’université ou des laboratoires de recherche devraient recadrer les travaux de saisie effectués par les étudiants, instituant une formation préalable et un contrôle des résultats.

15Dans les années à venir, une partie de la base de données ARCHIDOC est aussi appelée à évoluer comme un des volets du « dossier électronique » : les notices documentaires pourraient être reliées à celles des édifices, ou intégrées directement à celles-ci.

16L’unité documentaire d’ARCHIDOC étant attachée à la notion d’oeuvre, faut-il laisser de côté les informations biographiques, celles sur les matériaux ou sur la profession des maîtres d’œuvre ? Ne faut-il pas créer d’autres bases sur les biographies des maîtres d’oeuvre ou sur les matériaux par exemple, et envisager ensuite des interrogations multi-bases ? Pour une interrogation touchant à une localisation, une interface cartographique est indispensable. La gestion d’une liste d’autorité commune aux maîtres d’oeuvre et aux artistes jetterait les bases d’un « dictionnaire virtuel ». Enfin, la numérisation d’un choix raisonné de revues d’architecture devrait être intégré au plan de numérisation prioritaire de la Bibliothèque nationale de France. La coordination de ces travaux et la programmation des dépouillements pourraient être du ressort de l’Institut national d’histoire de l’art.

Notes

1 http://www.culture.fr/documentation/chastel/pres.htm

2 En 1989, la collecte des fonds d’archives d’architectes privés est également lancée avec l’aide de l’Institut français d’architecture ou d’associations locales. Elle s’accompagne des premiers essais d’inventaires informatisés sur ces fonds, financés avec l’aide de la direction du patrimoine, comme celui entrepris sur les dossiers des membres de la Société des architectes diplômés par le gouvernement (S.A.D.G.) conservés par la Société française des architectes (S.F.A.). A la même époque sont initiés des inventaires de fonds publics d’archives comme celui du conseil général des bâtiments civils, par le laboratoire C.N.R.S. du C.R.H.A.A.M. (Université de Paris IV).

3 Baptisée initialement sous le nom de « CHASTEL », elle devient à partir de septembre 1998, la base « ARCHIDOC ».

4 Cf. Les Cahiers de la recherche architecturale, no 41, 1997, p. 154-157.

5 http://www.culture.fr/culture/inventaire/extranet/index.html

6 Cf. supra l’exposé de Christophe Dessaux sur le traitement documentaire des revues d’architecture.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search