Version classiqueVersion mobile

Les périodiques d'architecture, XVIIIe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Table ronde : les répertoires de périodiques d'architecture

Les méthodes de l’Inventaire

Christophe Dessaux

Texte intégral

Rappel du travail de dépouillement réalisé à l’Inventaire

1Un important travail a été engagé sous la direction scientifique de B. Toulier, conservateur à l’Inventaire général, pour mettre à disposition des chercheurs en histoire de l’architecture un certain nombre de sources, via un dépouillement informatisé versé dans une base de données hébergée par le système documentaire du ministère de la Culture et de la Communication (logiciel Mistral de Bull) et diffusée sur Internet (base Archidoc).

2Les dépouillements réalisés ont concerné l’illustration de 24 revues et recueils d’architecture publiés de 1850 à 1940 (la liste en est fournie sur la page d’accueil de la base Archidoc : http://www.culture.fr/​documentation/​chastel/​pres.htm), des sources d’archives (S.A.D.G.) et 50 ouvrages d’architecture parus de 1945 à 1975.

3Pour ce qui concerne les revues d’architecture, le travail a porté avec un niveau d’analyse variable sur les sources suivantes : l’Encyclopédie d’Architecture (travail réalisé par B. Bouvier : articles et illustrations), la Construction moderne, la Construction lyonnaise (1879-1914), la Revue Générale de l’Architecture (1840-1855).

Le traitement documentaire des revues d’architecture

4La mise en œuvre de dépouillements systématiques d’ouvrages est une opération lourde. Elle suppose une clarification des objectifs et du contenu du dépouillement, conduisant à la rédaction d’un cahier des charges ; des moyens informatiques adaptés (logiciel et matériel) ; un suivi scientifique et technique pendant l’opération ; une prise en charge des résultats par une structure qui en assure l’exploitation et la diffusion.

5La clarification des objectifs et du contenu constitue une étape essentielle préalable à tout dépouillement. En effet, le dépouillement vise à restituer une partie (une partie seulement) de l’information présente dans les documents : il est « orienté » par une problématique de recherche (sur les oeuvres, sur les artistes, sur les éditeurs, selon une approche géographique, typologique...). C’est cette problématique de recherche qui déterminera la nature et le contenu des informations recueillies.

6Les notices produites visent d’une part à décrire de manière normalisée le document et, d’autre part, à en extraire l’information pertinente pour le chercheur, conceptualisée par des mots clés (pris dans des lexiques, listes d’autorités, thésaurus). Ces notices sont le point unique d’accès informatisé aux documents, faute de disposer du texte intégralement numérisé.

7Dans cette phase de définition préalable, on s’attache d’abord à préciser le corpus dépouillé (sélection raisonnée), en déterminant les titres des revues, les lieux de conservation et l’intervalle chronologique à prendre en compte.

8On s’assure bien sûr que les documents n’ont pas été dépouillés par ailleurs.

9On précise le niveau de finesse du dépouillement (quelles sont les « unités documentaires traitées » : articles, illustrations, publicités, etc. ?) et les critères de sélection de ces unités documentaires (à partir de quel seuil d’information un article devient-il intéressant ?).

10Ces considérations préalables permettront également d’expliciter l’information à recueillir sur les éléments dépouillés, par la mise au point d’une « grille de dépouillement ». A l’Inventaire, une grille « type » a été mise en place, qui vise à indexer les documents à l’œuvre (décrite selon le vocabulaire standardisé des « thésaurus de la dénomination » de l’Inventaire) et à l’artiste. C’est cette standardisation dans une grille commune, et donc dans un vocabulaire commun (ceux de la base Archidoc), qui permet une homogénéité de l’information, garante d’un accès efficace et pertinent à la base (recherche documentaire). Dans la grille utilisée, les références bibliographiques des sources dépouillées sont normalisées selon les normes de l’A.F.N.O.R. (en particulier, la norme Z 44-005, I.S.O. 690, décembre 1987).

11Lors de la phase préalable, on doit également quantifier l’ampleur de l’opération (nombre de notices prévu, calendrier prévisionnel, outils informatiques utilisés — logiciels et matériel —, formation à mettre en place) et organiser le mode de suivi de l’opération, c’est-à-dire le suivi scientifique, garant de la pertinence de l’information collectée, et le suivi technique, qui implique la mise en oeuvre de contrôles automatisés des notices (portant sur les vocabulaires utilisés, le respect des normes de citation) et de gestion des fichiers. Ces tâches ne doivent pas être sous-estimées : elles sont nécessaires à la mise en exploitation et à la restitution des données dans un cadre national.

12Enfin, on détermine les modes de restitution qui seront donnés aux résultats : versements dans les bases nationales, éditions papier ou en ligne, index...

13A noter que la diffusion des travaux ne passe pas forcément par le versement dans les bases de données. Les publications peuvent également être diffusées sur le serveur Internet du ministère de la Culture et de la Communication, dans le cadre notamment de l’Extranet de l’Inventaire (http://www.culture.fr/​culture/​inventai/​extranet/​index.html), sur lequel est proposée la mise en ligne de publications (on pourrait y intégrer le répertoire des revues réalisé par Béatrice Bouvier) ou de communications effectuées lors de journées d’études comme celle d’aujourd’hui.

Bilan et perspectives

14La mise en œuvre des dépouillements des revues suppose un travail important sur les documents originaux — pour les analyser —, et sur l’outil informatique — pour la codification de l’information en vue de son exploitation automatisée. On estime ainsi que la production moyenne d’un chercheur formé et expérimenté est d’environ 20 à 30 notices par jour (1 000 notices, comme c’est le cas pour l’Encyclopédie d’architecture, représentent 30 à 30 jours, soit 2 à 3 mois de travail à temps complet).

15D’autres solutions techniques sont envisageables. Plus complexes, elles nécessitent des moyens matériels plus importants, notamment une structure d’exploitation informatique : la numérisation de documents. Celleci peut être envisagée en « mode image », procédé suffisant pour assurer la diffusion des documents sous forme numérique ; elle peut également être complétée par une reconnaissance optique de caractères qui permettra la recherche en texte intégral dans les documents.

16La numérisation présuppose une indexation minimale des documents dans une base de données de type « catalogue ». Cette indexation préalable sera réalisée dans le cadre d’un cahier des charges tel que décrit plus haut. En particulier, il sera nécessaire de préciser le corpus dépouillé et l’unité documentaire traitée (revue entière, index, articles, illustrations, publicités...). Chaque unité documentaire doit faire l’objet d’une « notice » de type catalogue indexant le fichier numérique qui en résulte. La numérisation permettant une diffusion élargie des documents, les aspects liés aux droits doivent être pris en compte dès le montage du projet.

17En matière de numérisation, la BnF a lancé un important programme afin d'alimenter son serveur Gallica. Ce programme met en place des projets thématiques : l’un d’entre eux concerne les publications des sociétés savantes.

Auteur

Sous-direction des études, de la documentation et de l’inventaire bureau informatique.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search