Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les périodiques d'architecture, XVIIIe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Table ronde : les répertoires de périodiques d'architecture

En marge d’un colloque : la bibliographie des périodiques d’architecture en France aux XVIIIe et XIXe siècles

Frédéric Barbier

Texte intégral

1Les quelques remarques que nous voudrions rapidement proposer en marge de cet ouvrage exemplaire sont plus des remarques de bon sens que des conclusions à tirer d’un travail qui, à ce stade, n’est encore qu’une étape dans une entreprise de plus grande ampleur. Il est bien sûr inutile de revenir ici sur l’importance du sujet : l’architecture, l’urbanisme et ce que l’on pourrait désigner comme le « cadre matériel » de la vie, à une époque où les sociétés occidentales s’engagent dans un processus généralisé de modernisation (Modernisierung) touchant, à terme, tous les aspects de la vie des individus et la majorité de leurs représentations mentales. Le présent colloque répond à la publication de la Bibliographie des périodiques d’architecture, par Béatrice Bouvier, et illustre les voies d’approfondissement ou les nouvelles directions de recherche ouvertes par ce travail.

2D’entrée, il faut se féliciter de la publication d’un usuel de travail et d’un premier commentaire historiographique, surtout s’agissant d’un domaine à la fois important, complexe et pour lequel nous ne disposions que d’instruments dispersés et relativement inadéquats. On connaît les difficultés de toute bibliographie des périodiques, par suite du caractère fluctuant de la notion même de périodique et de l’insuffisance fréquente des sources documentaires —-le même corpus ne recense-t-il pas les journaux et revues, mais aussi les bulletins de toutes sortes, les gazettes, annuaires et almanachs, voire certains albums ? Plus profondément, on nous permettra de nous féliciter ici du retour d’une grande ambition classique, dans laquelle la place de ce que l’on pourrait désigner comme l’« école française » d’histoire du livre a longtemps été majeure, mais qui s’est trouvée plus négligée par suite des évolutions historiographiques récentes : il s’agit de l’histoire sérielle et de la quantification.

3La quantification portera, d’abord, sur la conjoncture de la production mesurée en nombre de titres. Celle-ci informe sur le trend de base, même s’il conviendrait de pondérer ces premiers résultats en fonction, notamment, de l’évolution des chiffres de tirage moyen ou des chiffres d’abonnés. Elle propose donc directement une géographie de la production (une géographie des lieux de publication) dont elle permet d’observer les variations en fonction de différents facteurs : tranches chronologiques (dates d’édition), sujets, langues, types d’ouvrages (par exemple les livres illustrés, les livres scientifiques, l’édition scolaire), etc. Dans le cas de l’édition de périodiques français d’architecture, la place de Paris est bien sûr écrasante, mais on voit aussi apparaître des localisations dans un certain nombre de villes d’Ile-de-France et de province : il est évidemment intéressant d’en croiser les résultats avec une manière de typologie de ces villes d’édition.

4La géographie de la production informe déjà, par ces différents biais, sur la typologie des publics, mais la source quantitative la plus efficace est, ici, représentée par l’examen non plus des éditions, mais des exemplaires conservés — à côté, bien entendu, des données ponctuelles fournies par les sources archivistiques (surtout les archives des éditeurs) ou par les listes d’abonnés ou de souscripteurs. Sans nullement remettre en cause l’apport d’autres types d’études (sur la « mise en texte », l’analyse de contenu, le rapport du texte et de l’illustration, etc.), nous ne pouvons absolument pas renoncer à la puissance de l’outil statistique, pour lequel la construction des bases de données bibliographiques informatisées (surtout les catalogues de grandes bibliothèques) ouvre des possibilités jusqu’à présent inaccessibles. Il serait extrêmement intéressant de compléter ces séries directement observables à partir du corpus servant à l’étude avec les résultats de tableaux croisés plus ambitieux : nous avons montré à plusieurs reprises l’intérêt qu’il y a à mettre en oeuvre des techniques statistiques plus complexes, jusqu’à celle de l’analyse factorielle, pour étudier, par exemple, l’évolution et la distribution des prix moyens en fonction des spécificités des titres, ou encore la répartition des caractères matériels des volumes (formats, etc.) et celle des langues de publication.

5Enfin, on soulignera le fait que ces données se croisent d’elles-mêmes avec celles concernant la population même des auteurs — une population qui, à nombre d’égards, s’identifie avec celle des lecteurs de ces titres spécialisés, à savoir les architectes et autres professionnels travaillant dans la branche. De ce point de vue, un des enseignements de la recherche porte sur la place occupée, dans la « publicistique » architecturale, par les associations et regroupements de toutes sortes. La bibliographie et la statistique bibliographique débouchent ainsi à la fois sur une approche prosopographique des auteurs/professionnels, et sur l’étude historique de la constitution d’un champ littéraire spécialisé — à travers ses trois composantes classiques que sont l’auteur, le lecteur et le critique. L’axe de recherche ainsi ouvert demande à être prolongé, tant du côté de la chronologie (l’histoire des périodiques et des livres d’architecture en général) que du côté de la géographie : le comparatisme constitue, en effet, l’un des grands défis de l’histoire contemporaine de l’imprimé et des médias, et il offre une voie privilégiée d’accès aux questions posée par la recherche contemporaine sur les processus d’échanges et de transferts culturels.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540