Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les périodiques d'architecture, XVIIIe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Table ronde : les répertoires de périodiques d'architecture

Observations sur la finalité de l’enquête et la réalisation technique du répertoire

Jean-Paul Bouillon

Note de l’éditeur

Je précise que je n’interviens pas au titre de l’« histoire de l’architecture », comme il a été indiqué sur la lettre d’invitation, mais plutôt comme généraliste, intéressé aussi par tout ce qui concerne la « littérature d’art ».

Texte intégral

1Je voudrais faire des remarques de deux ordres, les unes sur la finalité même de l’entreprise, les autres sur les aspects techniques du premier travail qui nous a été présenté — et dont il a bien été souligné qu’il ne s’agissait que d’un avant-projet ou d’une ébauche —, le « Répertoire des périodiques d’architecture de langue française, publiés entre 1800 et 1970, en France et dans ses anciennes colonies, en Suisse et en Belgique ».

I. — La finalité de l’enquête

2La finalité du projet n’apparaît pas totalement à l’évidence dans l’introduction à ce dernier recueil, non plus d’ailleurs que celle de la présente table ronde, puisque l’aimable lettre d’invitation qui nous a été adressée (6 mai 2000) indique qu’elle consistera à « recueillir [les] observations et [les] propositions d’exploitation » du répertoire qui nous est proposé, tandis que le programme imprimé de la journée prévoit de « débatt[re] des conclusions auxquelles seront parvenus les exposés individuels », le répertoire (dont l’objectif aurait été de « répondre à la question [...] : comment exploiter les index des périodiques spécialisés pour faciliter la documentation des travaux topographiques de l’Inventaire général ? ») n y faisant l’objet que d’une simple présentation. Mettre en évidence cette incertitude ou ces ambiguïtés ne relève pas du simple plaisir d’une analyse de texte pointilleuse. Il me semble qu’il faut au contraire mettre en plein jour, sous peine d’arriver à un résultat trop incertain, la double visée que me paraissent recouvrir ces propositions sensiblement différentes, voire franchement contradictoires.

3Soit, en effet, on entreprend d’ouvrir une enquête, longue assurément, et compliquée, sur une question concernant la « réception » (en l’occurrence, celle de l’objet architectural), dont on sait aujourd’hui à quel point elle fait partie intégrante de notre étude des objets eux-mêmes (et c’est l’orientation que semble indiquer la majorité des communications de cette journée de réflexion), soit on cherche seulement à constituer un instrument de travail ayant une fonction uniquement documentaire, étroitement utilitaire même, dans un champ restreint, et pour une catégorie de chercheurs, ou de documentalistes, elle-même étroitement limitée. Dans ce second cas la littérature répertoriée est considérée uniquement comme une « source » d’informations factuelles (c’est le mot employé dès la seconde ligne de l’introduction du répertoire, p. 5), et cela seulement — au même titre qu’une pièce d’archives. Dans le premier cas, elle est considérée au contraire dans sa totalité : support (matériel, mais tout autant idéologique, à étudier, dans son contenu et sa forme comme dans son mode de fonctionnement) et vecteur d’une certaine image de l’histoire de l’architecture, de sa réalité contemporaine, de l’interrogation sur sa finalité et son avenir. Plusieurs des exposés de la journée de même que les travaux de thèses auxquels il a été fait référence (depuis le modèle donné par Marc Saboya jusqu’à la toute récente étude de Béatrice Bouvier) envisagent le « périodique d’architecture » sous cet angle plus large, comme objet constitutif en effet, parmi d’autres, de « l’histoire de l’art ».

4Dans cette dernière perspective, le périodique constitue un support du domaine de l’écrit, parmi d’autres, mais il est évidemment bien loin d’être le seul : l’« image » de l’architecture à un moment ou pendant une période donnée, telle qu’on vient d’en rappeler sommairement la définition, se lira tout aussi bien dans le roman ou la poésie, dans un journal intime ou une correspondance, dans un dictionnaire, généraliste ou spécialisé, dans un manuel ou un ouvrage théorique, dans un guide de ville, dans un catalogue d’exposition, dans un discours électoral, dans un texte législatif (en dehors même du « contenu » de l’arrêté ou du décret) : en somme dans toute forme d’écrit en général, imprimé ou manuscrit, à usage privé ou à usage public, dont le « périodique d’architecture » n’est qu’un exemple particulier (et la possibilité d’« élargissement » suggérée en introduction du répertoire, p. 7 est à cet égard singulièrement étroite). Au delà de l’écrit, plus généralement, et pour pousser le mauvais esprit aussi loin que possible, le « non quantifiable » — donc ce qui ne relève pas d’un simple « répertoire » — est peut-être plus important encore, en ce domaine, que ce qui peut faire l’objet d’un relevé analytique.

5Je ne crois pas que ce soit là seulement des constations d’évidence, comme on peut le constater, me semble-t-il, quand on arrive aux cas concrets, à l’étude de terrain et aux problèmes de choix et de classement multiples auxquels me paraît s’être heurtée rapidement la présente tentative de répertoire, pour rencontrer autant d’antinomies ou d’apories. Pour se contenter de l’exemple le plus frappant, que la communication d’Adrien Goetz sur L'Artiste a mis en évidence, la revue d’art généraliste peut se révéler tout aussi parlante, plus peut-être même, que le périodique spécialisé, car elle reflète un point de vue plus largement partagé, par une catégorie de population plus étendue et en même temps plus diversifiée : L’Artiste comme la Gazette des Beaux-Arts et bien d’autres s’imposeront donc dans le répertoire, où ils ne figurent pas actuellement bien qu’ils parlent eux aussi, fréquemment, et très directement, d’architecture — mais sans constituer il est vrai, sauf cas très particulier, des « sources » uniquement documentaires. Dès lors, c’est la porte ouverte à de nombreux autres périodiques, au delà des revues « d’art », puisque les quotidiens, par exemple, se font largement l’écho des manifestations les plus importantes de l’activité architecturale, comme des recherches ou des redécouvertes de l’histoire même de l’architecture. Et de là, au roman ou à l’enquête sociale (je pense par exemple, pour l’un et l’autre, et assurément parmi d’innombrables titres, aux pages si éloquentes du Jérôme Paturot de Louis Reybaud, en 1846, sur l’architecte « gothique » à la mode, qui en apprendront plus sans doute, et plus directement, que telles ou telles « Annales »). Pourrait-on, du même coup, continuer à mettre sur le même plan dans une liste unique, comme actuellement, un périodique d’informations administratives et techniques, à l’usage des professionnels, et une revue d’art ou de culture générale, destinée au grand public ?

6Les exemples d’études rappelés plus haut ont à juste titre pris en compte, tout autant que le texte, l’illustration publiée dans les périodiques, sous une forme variable dont l’histoire est en elle-même des plus instructives, et les communications de Ségolène Le Men et Marc Saboya en ont justement rappelé l’importance. Texte et illustration fonctionnent en effet de pair, comme on l’a souvent montré, mais avec des discours parfois différents ou qui ne se recoupent pas forcément, ou pas totalement. Mais c’est alors ouvrir la porte aussi à tout ce qui est image (de l’architecture, ou en liaison plus ou moins directe avec l’architecture) hors des périodiques, et qui est naturellement surabondant : dans les livres, les almanachs, les guides, l’estampe d’art indépendante, la photographie, l’affiche, et bien d’autres.

7De cette incertitude sur la double finalité possible de l’enquête résultent inévitablement les incertitudes sur les choix du répertoire et l’extension à donner à son corpus, dans l’espace et dans le temps.

8Dans le temps, la période unique définie (« entre 1800 et 1970 ») me paraît difficilement résister à l’examen critique, dans l’esprit de l’enquête historique qui en principe préside à l’entreprise. Il n’est évidemment pas légitime de mettre sur le même plan, alors qu’ils apparaissent et se développent dans des contextes à tous égards différents, avec des moyens matériels sans rapport non plus, un Annuaire régional ou des « Annales » des années 1820 et une grande revue internationale des années 1930. Sauf à mettre entre parenthèses toute considération historique et à considérer le périodique dit d’architecture, comme un simple véhicule d’information, entièrement « neutre » de signification, c’est-à-dire en le privant pour le moins des trois quarts de sa substance. Non seulement le contexte change, mais la fréquence, l’usage, la signification même des mots varient (pour le vocabulaire utilisé dans les titres par exemple), ce qui rend a priori caduque toute tentative d’exploitation statistique d’un travail conçu de cette façon.

9Dans le classement indifférencié adopté jusqu’à présent (ordre alphabétique des titres, dans la période très large considérée) je vois du même coup apparaître en filigrane ce qui me paraît menacer la légitimité du propos, en le ramenant à un simple travail d’inventaire bibliographique : ne suffit-il pas alors de prendre le catalogue collectif des périodiques pour sélectionner, par simple élimination, ce qui paraît totalement étranger à l’objet architectural, ou trop éloigné de lui ? Quel est alors l’utilité réelle du répertoire, moins complet dans ses informations techniques (par exemple pour la localisation des collections) que le catalogue général, qu’il ne peut que recopier, au mieux corriger, sinon d’en donner une version allégée, où l’on ira chercher surtout à vérifier la présence de ce que l’on connaît déjà ?

10Le dossier complémentaire qui nous a été remis au début de cette journée propose au contraire un « classement historique » — sans autre justification, et avec un découpage qui relève de l’historiographie des (anciens) manuels du secondaire, dont on ne voit pas non plus ce qu’il a de spécifiquement « architectural » (du Consulat à la Quatrième République) : indice sans doute du sentiment confus qu’il se pose un problème théorique sérieux à cet égard, à la base même de l’entreprise. Il vaudrait mieux alors le mettre franchement à jour, et en débattre, avant d’autres déboires (dans ce découpage nouveau, un classement vraiment satisfaisant est évidemment impossible ; sauf à multiplier les coupes, et les répétitions, par exemple, pour les périodiques qui ne se soucient pas des changements de régime).

11L’extension dans l’espace me paraît également poser problème : le choix d’une partie des périodiques francophones sous l’appellation agréablement désuète « en France et dans ses anciennes colonies, en Suisse et en Belgique » (mais, sauf à le considérer comme ancienne colonie française, ne construisait-on pas aussi au Québec, et n’y publiait-on pas sur l’architecture pendant la période considérée, en regardant et en commentant quels modèles ?) a-t-il une autre justification, tout empirique, que le travail pratique de documentation sur des sujets strictement franco-français ? Au fil de la période choisie, l’extension internationale des périodiques, dans leur diffusion comme dans la matière dont ils traitent, s’impose à l’évidence : peut-on faire alors l’impasse, et avec quelles justifications théoriques, sur les périodiques étrangers majeurs (n’évoquons pas de surcroît le cas difficile des périodiques paraissant en plusieurs langues, ou avec une version traduite...) qui donnent des « images » majeures d’œuvres majeures de l’architecture française ou étrangère (n’évoquons pas non plus le cas des œuvres d’architectes français — ou francophones ? — réalisées à l’étranger). Les lacunes, au niveau même de la seule information, de la seule valeur « utilitaire » de l’entreprise, seront évidemment criantes. Aucune justification non plus n’est donnée à ce sujet dans l’introduction du présent répertoire.

12La critique sur ces différents points est assurément trop facile à faire, et les propositions constructives seraient beaucoup moins aisées à formuler : à tout le moins faudrait-il, me semble-t-il, après avoir clarifié le propos initial, savoir si l’on travaille « hors histoire » (est-ce une exigence de l’Inventaire ?) ou en historien, au sens plein du terme, et non seulement en enregistrant la chronologie.

II. — La réalisation technique

13Les problèmes techniques que pose le répertoire, dans son état actuel, sont dès lors relativement secondaires, et me paraissent découler des considérations précédentes (qu’il me semble indispensable, encore une fois, de prendre prioritairement en considération, plutôt que de chercher à améliorer le produit sans s’interroger d’abord sur ce qui sous-tend sa réalisation).

14Pour le choix, la liste actuelle paraît à la fois trop étendue et trop restreinte, sans justifications suffisantes. Pour s’en tenir aux premières lettres de l’alphabet, que font ici, même du seul point de vue étroit de l’« utilitarisme » (valeur de « source » d’informations), Les Amis de Sèvres — sans aucune explication ni justification, rendant vaine toute quête vers ce périodique si l’on n’est pas préalablement informé de son contenu —, ou les Archives alsaciennes d’histoire de l’art — cette fois avec une notice mais indiquant, de façon pléonastique, qu’il s’agit d’« histoire de l’art », et pas spécialement d’architecture : alors pourquoi pas le Bulletin de la Société d’Émulation du Bourbonnais ? —, ou Art et décoration, d’une tout autre importance, mais, malgré la présence de Vaudremer, pas plus spécialement tourné vers l’architecture que toute autre revue d’art généraliste contemporaine absente ici ? A l’autre bout de la liste relevons seulement l’exemple de la Revue populaire des Beaux-Arts, dont la présence paraît tout autant injustifiée. Et au milieu, les deux Explication des ouvrages de peinture... régionaux, alors que, dans ces conditions, devraient figurer aussi... rien moins que tous les catalogues annuels ou bisannuels du Salon parisien, qui portent le même titre et ne seraient ni plus ni moins justifiés ! Ces différents titres — représentatifs de beaucoup d’autres — ne répondent en rien aux « critères de sélection » définis en page 6 de l’introduction. Il y a là une incohérence de fond, qui paraît très difficilement défendable.

15Pour la réalisation, et en tenant compte du caractère d’ébauche de la pré-publication actuelle (l’index des titres annoncé p. 11 n’est pas joint, l’index des auteurs comprend en fait autre chose que des auteurs, et pas tous les auteurs, il s’en faut de beaucoup ! non plus que tous les directeurs et rédacteurs en chef, mais aussi membre des comités de rédaction, qui seraient pourtant indispensables ; et les précisions annoncées p. 11 ne sont pas encore là), il paraît nécessaire de mettre au point une notice type, dont le contenu devrait être défini par rapport aux usuels existants, et avant tout le catalogue général des périodiques, dont on a trop l’impression d’avoir ici une simple version réduite, en quantité comme en richesse d’information — pour la localisation des collections en particulier, comme je l’ai dit, qui est pourtant une information directement « utilitaire ». Cette mise au point comporte un risque sérieux : celui de devoir constater que pour être véritablement neuf et utile, le répertoire devrait être un véritable dictionnaire des périodiques recensés — comme l’a fait Yves Chevrefils Desbiolles pour les seules revues d’art des seules années 1905-1940 (au demeurant plusieurs titres traitant d’architecture, pourtant recensés par lui, n’apparaissent pas actuellement dans le répertoire : L'Amour de l’art par exemple, et son avatar, Prométhée, ou même... L’Esprit nouveau de Le Corbusier — non recensé parmi les auteurs !). Qu’il faudrait compléter sans doute par un minimum de bibliographie (les études les plus complètes et les plus récentes, telles celles mentionnées à la page 5 de l’introduction). Pour cette esquisse de bibliographie parfois donnée, comment peut-on renvoyer, à maintes reprises, au catalogue raisonné de Lipstadt et Lemoine après avoir indiqué, p. 6 de l’introduction, que « sa diffusion est restreinte », et que le présent répertoire a l’ambition de s’y substituer ?

16En même temps qu’elle cesserait d’être une simple sélection du catalogue général des périodiques, l’entreprise deviendrait alors véritablement utile, non seulement pour les documentalistes, mais aussi pour les historiens de l’architecture, et les historiens de l’art en général. Mais elle serait évidemment aussi beaucoup plus lourde pour être menée à son terme de façon satisfaisante (les exemples allemands présentés pendant cette journée, notamment avec les nombreux volumes consacrés au seul XIXe siècle, en donnent un aperçu). Ce qui amènerait peut-être, dans un premier temps, à en réduire ou à en découper le champ, pour réalisation progressive.

17L’entreprise est courageuse, menée à terme elle peut rendre de grands services — au delà d’un instrument de consultation immédiate et sommaire à l’usage des travaux de l’Inventaire. Telle quelle, elle risque de ne pas apporter un ouvrage répondant parfaitement à sa légitime ambition sous-jacente.

Auteur

Université de Clermont II-Blaise Pascal, Institut universitaire de France.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540