Version classiqueVersion mobile

Les périodiques d'architecture, XVIIIe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Table ronde : les répertoires de périodiques d'architecture

Le modèle allemand

Christian Freigang, Anne Georgeon-Liskenne et Klaus Nohlen

Texte intégral

1Non seulement les Allemands sont les premiers à avoir créé à la fin du XVIIIe siècle les premières revues spécialisées uniquement consacrées à l’architecture, l’Allgemeines Magazin für die bürgerliche Baukunst en 1789 et la Sammlung nützlicher Aufsätze und Nachrichten die Baukunst betreffend en 1797, mais encore dès les années 1960 apparaissent d’utiles bibliographies sur l’art et l’architecture du XIXe siècle, et particulièrement sur la presse professionnelle.

  • 1 Ernst Herbert Lehmann, Die Anfdnge der Kunstzeitschrift in Deutschland, Leipzig, 1932 et Einführun (...)
  • 2 Ludwig Stollbrock, Das reichsdeutsche Fachzeitschrifiwesen (1914-1922), thèse dactyl., Marburg, 19 (...)
  • 3 Carl d’Ester a édité une série intitulée Zeitschrift und Leben où figurent de nombreuses études su (...)

2L’histoire des revues avait débuté en réalité dans les années 1930 grâce aux travaux d’Ernst Herbert Lehmann1 qui mit en relief l’intérêt des revues d’art pour l’historien et eut une formule judicieuse pour les qualifier : elles sont selon lui un « baromètre précis à partir duquel l’évolution d’une discipline se laisse lire avec exactitude ». C’est une théorie que l’on retrouve après la guerre dans les ouvrages de Ludwig Stollbrock2 et surtout Carl d’Ester3. Ce dernier par exemple insiste sur l’importance d’écrire l’histoire des périodiques qui ont servi la discipline que l’on se propose d’étudier.

  • 4 Donnons pour exemples la Bibliographie zur Kunst des 19. Jahrhunderts de Hilda Lietzmann, le Verze (...)
  • 5 Stefan Waetzoldt est historien de l’art et ancien directeur général des musées nationaux de Berlin (...)
  • 6 Millwood, New York, Nendeln, K.T.O. [Kraus-Thomson-Organization] Press, 1977, 8 vol.

3Les années 1960 sont marquées en Allemagne par les publications de l’historien de la presse Carl d’Ester mais aussi par le soutien financier de la fondation Fritz Thyssen apporté dès 1962 à de grandes entreprises bibliographiques sur l’art4. Ce financement privé a ainsi permis la publicadon des huit volumes fondamentaux pour débuter toute recherche sur l’architecture du XIXe siècle : Bibliographie zur Architektur im 19. Jahrhundert. Die Aufsätze in den deutschsprachigen Architekturzeitschrifien dirigée par Verena Haas et Stefan Waetzoldt5 qui couvre une large période (1789-1918). Le dépouillement a duré treize ans puisque commencé en 1963, il ne finit qu’en 19776.

  • 7 Munich, Verlag Dokumentation Saur K.G., 1975, 373 p. Ce projet de thèse est né à l’institut d’hist (...)

4Dans les années 1970 également paraît une autre publication majeure du bibliothécaire de l’université technique de Karlsruhe, Rolf Fuhlrott : Deutschsprachige Architekturzeitschrifien. Entstehung und Entwicklung der Fachzeitschriften für Architektur 1789-1918 en un volume, qui a nécessité deux années de recherche dans la plupart des bibliothèques des pays germanophones7.

  • 8 Signalons un ouvrage plus tardif qui complète ceux de Waetzoldt et Fuhlrott : Maria Rennhofer, Kun (...)

5Avec ces deux ouvrages dont le terminus ad quem est 1918, année clé à plusieurs points de vue en Allemagne et en Autriche-Hongrie, on peut dire que la méthode à suivre en France est toute tracée. Il est donc nécessaire d’indiquer la spécificité de chacune de ces entreprises avant d’en montrer les limites et les résultats dont nous pourrions profiter trente ans après8.

6L’espace germanophone au XIXe siècle compte entre 270 et 280 titres de revues d’architecture. 240 titres sont recensés et classés chronologiquement par Fuhlrott qui décrit leur évolution historique, leur aspect formel et les localise dans 87 bibliothèques allemandes.

7L’ouvrage collectif de Waetzoldt contient 113 titres de moins, soit 127, mais une trentaine de titres ne figurent pas dans le Fuhlrott. C’est ainsi que l’on arrive au total de 280 titres environ de revues d’architecture germanophones au XIXe siècle. Les deux démarches bibliographiques sont donc très complémentaires.

  • 9 Voici le détail de chacun des huit volumes (une traduction en français et en anglais de la table d (...)

8Celle de Waetzoldt, engagée la première, a pour objectif d’indexer presque tous les articles de 127 revues, soit 1 200 années dépouillées et classées selon plusieurs thèmes9. Les huit volumes obtenus offrent 78 693 notices et chaque notice renvoie à sept références maximum : le sujet de l’article, son rédacteur, son titre, l’architecte, la revue, les pages et les illustrations. Le huitième volume contient trois types d’index renvoyant aux numéros des notices ; le premier est un index des rédacteurs et des auteurs, le deuxième des architectes, le troisième des lieux cités.

  • 10 Sur 240 titres de journaux étudiés, 134 sont des créations nouvelles qui ne reprennent aucun titre (...)

9L’enquête des 25 collaborateurs de Stefan Waetzoldt, dont la coordination a été assurée en 1968 par une rédactrice en chef, Verena Haas, s’est appuyée sur les fonds de bibliothèques extrêmement variées comme la Kunstbibliothek der staatlichen Museen preussischer Kulturbesitz de Berlin, celles des universités techniques de Berlin, Hanovre et Karlsruhe. Rolf Fuhlrott fait de même mais, pour ne toucher guère le contenu précis des revues, son recensement offre une meilleure connaissance globale de la presse germanique10. En outre, il s’étend à la Bohême, alors que Waetzoldt comprend dans les pays germanophones l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse alémanique. Aucun des deux ne s est intéresse aux publications hongroises de la période, la Budapester Bauzeitung et l’Ungarische Bauzeitung, sans doute parce qu’on ne peut les consulter qu’en Hongrie.

  • 11 En Autriche, les revues peuvent être localisées grâce à la base informatique BIBOS.

10La méthode d’inventaire du bibliothécaire Rolf Fuhlrott fait penser à celle d’une base de données comme Myriade en France puisque, en plus de l’analyse de chaque titre, il donne la localisation de la revue à l’aide d’un système de sigles qui est le même que celui de la Zeitschriften-Datenbank allemande sur microfiches11. C’est un manuel fondamental pour toute recherche en histoire de l’architecture car l’auteur ne s’est pas contenté de faire le portrait des revues spécialisées, il les a aussi replacées dans leur contexte historique et technique. La dernière partie de son travail est une définition typologique de la revue d’architecture.

11Toute autre est la démarche de Waetzoldt dont les huit gros volumes seraient plus aisément consultables sur support numérique. Une entreprise de ce type fait nécessairement appel à l’outil informatique, ne serait-ce que pour l’indexation, et une part essentielle du financement de la fondation Thyssen a été consacrée à cela. On pourrait rêver d’une étape suivante qui serait celle de l’élaboration et de la consultation sur un support plus adapté à une recherche rapide, ce que l’indexation de Waetzoldt ne permet pas. Un tel produit doit, semble-t-il, pouvoir aussi être corrigé et complété au fur et à mesure que les dépouillements progressent. Ainsi, malgré l’ampleur du défrichage des collaborateurs de Waetzoldt et la nécessité de passer par la lecture de ces volumes pour commencer toute recherche sur l’architecture en pays allemands au XIXe siècle, l’historien doit compter sur sa propre endurance et parcourir lui-même les 127 revues considérées comme les plus importantes par Waetzoldt pour ensuite s’atteler aux autres, s’il veut avoir passé la presse au crible de ses propres critères.

12Un chercheur qui s’intéresserait par exemple au discours de la presse allemande sur la France au XIXe siècle serait étonné de trouver si peu d’articles dans Waetzoldt sur Viollet-le-Duc, Charles Garnier, les concours publics parisiens importants, etc., alors qu’en réalité, ils sont très nombreux.

13Un chercheur qui étudierait les publicités insérées dans les pages des journaux spécialisés devrait également faire soi-même tout le dépouillement puisque seuls les textes sont indexés. Mais une fois trouvées les références à un article, il est si brièvement décrit qu’on n’a qu’une très faible idée de l’intérêt du contenu. Le travail fourni par l’équipe de Waetzoldt est donc énorme mais brut et lapidaire. A l’historien de mettre un peu de chair sur ces données succinctes et de chercher lui-même qui se cache par exemple derrière les initiales de rédacteurs qui ne signent jamais de leur nom entier. Et curieusement ces passionnants articles, sans doute parce qu’ils sont restés quasiment anonymes, ne figurent pas non plus dans les index de Waetzoldt.

  • 12 Pages 182 à 185.

14Ces volumes sont néanmoins une base essentielle à la recherche, et on peut s’étonner que très peu de thèses aient été menées depuis les années 1970 à partir de ce monumental dépouillement. La plupart des travaux universitaires se consacrent davantage aux revues d’avant-garde, pour lesquelles il n’existe d’ailleurs aucune indexation semblable à celle de Waetzoldt ou Fuhlrott. Signalons pourtant le travail remarquable et très utile de Roland Jaeger : Neue Werkkunst. Architektenmonograpbien der zwanziger Jahre. Mit einer Basis-Bibliographie deutschsprachiger Arcbitekturpublikationen 1918-1933, Berlin, 1996, qui propose une liste de 85 notices des revues d’architecture de l’époque concernée12. Ce livre contient aussi une brève présentation des maisons d’édition de l’époque, une étude sur le rôle de la publicité, une bibliographie très exhaustive par séries d’éditions, monographies d’architectes et d’oeuvres, catalogues d’exposition, etc. Pour Berlin on aura essentiellement recours à Peter Güttler/Sabine Güttler, Zeitschriften-Bibliographie zur Architektur in Berlin von 1919 bis 1945, Berlin, 1986 (coll. Die Bauwerke und Kunstdenkmäler von Berlin, vol. 14). Cette bibliographie volumineuse est classée par ordre systématique comme l’ouvrage de Waetzoldt, et elle contient une liste détaillée des revues dépouillées ainsi que plusieurs registres très utiles : architectes/ingénieurs, institutions, topographie, auteurs, initiales d’auteur, thèmes.

15L’illustration photographique fait également l’objet d’études en Allemagne, grâce à des travaux sur Arthur Köster, le photographe des frères Taut, de Mendelsohn et d’Otto Haesler : la thèse entreprise par Michael Stöneberg à Göttingen permet d’établir les stratégies de mise en page de l’architecture moderne, ses rapports avec la typographie, l’organisation de la production et de la reproduction photographique. Chaque revue fait en effet des choix particuliers de présentation de ses photographies.

  • 13 Deux exemples supplémentaires renforceront ce constat : Jacques Gubler dir., Architettura nelle re (...)

16La rupture de 1918 qui touche autant l’histoire de l’Allemagne que celle de l’Empire austro-hongrois se reflète nettement dans les travaux de recherche allemands et pose quelques problèmes du fait du nombre élevé de revues qui subsistent après la guerre et ne meurent qu au début des années 1920. Après cette date, quelques monographies permettent de mieux connaître la presse architecturale germanophone du XXe siècle et de l’avant-garde13. Face à une telle masse documentaire, l’expérience bibliographique allemande est un modèle qui permet aussi de relier dépouillement et modestie en espérant que la France disposera d outils de recherche aussi élémentaires et essentiels que ceux que possèdent les historiens allemands.

Notes

1 Ernst Herbert Lehmann, Die Anfdnge der Kunstzeitschrift in Deutschland, Leipzig, 1932 et Einführung in die Zeitschriftenkunde, Leipzig, 1936.

2 Ludwig Stollbrock, Das reichsdeutsche Fachzeitschrifiwesen (1914-1922), thèse dactyl., Marburg, 1923.

3 Carl d’Ester a édité une série intitulée Zeitschrift und Leben où figurent de nombreuses études sur la presse professionnelle.

4 Donnons pour exemples la Bibliographie zur Kunst des 19. Jahrhunderts de Hilda Lietzmann, le Verzeichnis der kunsthistorischen Zeitschrifien in den deutschen Kunstbibliotheken de Marianne Prause, Das ausgeführliche Gesamtregister zur Zeitschrifi Pan de Ingeborg Dennerlein, etc.

5 Stefan Waetzoldt est historien de l’art et ancien directeur général des musées nationaux de Berlin. Il a surtout organisé des expositions importantes à Berlin comme « Tendenzen der zwanziger Jahre » en 1977. Verena Haas y figure toujours comme assistante.

6 Millwood, New York, Nendeln, K.T.O. [Kraus-Thomson-Organization] Press, 1977, 8 vol.

7 Munich, Verlag Dokumentation Saur K.G., 1975, 373 p. Ce projet de thèse est né à l’institut d’histoire de l’architecture de l’université de Karlsruhe.

8 Signalons un ouvrage plus tardif qui complète ceux de Waetzoldt et Fuhlrott : Maria Rennhofer, Kunstzeitschriften der Jahrhundertwende in Deutschland und Österreich 1895-1914, Vienne, 1987.

9 Voici le détail de chacun des huit volumes (une traduction en français et en anglais de la table des matières est située en tête de chaque volume, p. V-XVIII) :
1. Architecture, biographies, réglementation administrative et juridique, urbanisme, ponts et chaussées. Notices nos 1 à 13878.
2. Jardins et parcs et leurs édifices, tours, bâtiments publics. N” 13879-23694.
3. Édifices cultuels, et de cimetières. Nos 23693-31625.
4. Édifices scolaires. Nos 31626-41383.
5. Expositions, bâtiments sociaux et hospitaliers, constructions sportives. Nos 41584-47372. 6. Magasins, auberges. Nos 47373-57647.
7. Façades d’immeubles, détails de bâtiments, décoration intérieure, châteaux et forts. Nos 57648-78693.
8. Index des rédacteurs, des lieux et des architectes. À l’origine il devait y avoir plus de titres, mais l’immensité de la tâche a obligé à renoncer aux revues, techniques, d’histoire de l’art et d’art en prenant en compte principalement les titres les plus répandus et les plus accessibles.

10 Sur 240 titres de journaux étudiés, 134 sont des créations nouvelles qui ne reprennent aucun titre préexistant.

11 En Autriche, les revues peuvent être localisées grâce à la base informatique BIBOS.

12 Pages 182 à 185.

13 Deux exemples supplémentaires renforceront ce constat : Jacques Gubler dir., Architettura nelle reviste d’avanguardia/Architecture in the Avant-Garde Magazines, Rassegna, 1982 et Annette Ciré, Haila Ochs dir., Die Zeitschrift als Manifest. Aufsätze zu architektonischen Strömungen im 20. Jahrhundert, Basel, Berlin, Boston, 1991.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search