Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les périodiques d'architecture, XVIIIe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Les tables des matières des revues d’architecture (1850-1900)

Alice Thomine

Texte intégral

  • 1 Pour chaque revue, ont été étudiées les tables des matières de la première année de parution, ainsi (...)

1Le nombre et la qualité des tables des matières, annuelles ou récapitulatives, de la presse architecturale de la seconde moitié du XIXe siècle constituent assurément un atout pour les historiens de cette période. Les équipes de rédaction des revues sont à cette époque parvenues à constituer des outils tout à fait remarquables par leur niveau d’élaboration conceptuelle. Mais quel est, pour le chercheur d’aujourd’hui, l’intérêt de ces tables conçues pour l’usage des architectes du XIXe siècle ? Peut-il y retrouver facilement les articles relatifs à l’objet de son étude ? Pour répondre à ces questions, on a choisi d’étudier les tables des matières de cinq revues sélectionnées parmi les plus représentatives de la presse architecturale de l’époque1.

La Revue générale de l’architecture et des travaux publics

2La Revue générale de l’architecture et des travaux publics, fondée par César Daly en 1840, est la plus ancienne des cinq revues retenues pour cette étude. Celle-ci comporte une table des matières dès sa première année de parution, ce qui n’est pas le cas de toutes les revues, comme le prouvent les exemples du Moniteur des architectes ou de la Gazette des architectes et du bâtiment. Outre une table annuelle des sommaires, qui est en fait la réunion, bout à bout, des sommaires de tous les numéros de l’année, la Revue générale offre donc à ces lecteurs un instrument de recherche particulièrement performant, appelé « table alphabétique et analytique des matières ». Le nom de cette dernière en reflète effectivement les caractéristiques puisqu’elle a été constituée suivant un système de référence alphabétique, comme si on avait procédé à l’indexation des titres d’article. Conçue à une époque où la science documentaire en est à ces balbutiements, où le principe de mots clefs et le terme de thesaurus sont à peine connus, la table des matières de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics présente d’inévitables faiblesses liées à une indexation aléatoire. Un exemple parmi d’autres, l’article paru en 1880 sur l’ordonnance du 7 mai 1878 relative à la salubrité dans les logements loués en garni ne se trouve référencé ni à logement ni à salubrité mais à ordonnance.

  • 2 « Nécrologie : Lavezzari », Revue générale de l’architecture, 1887, col. 90-91.
  • 3 Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle, Paris, Picard, 1991, p. 169.
  • 4 Renseignement donné après l'intervention par Marc Saboya.
  • 5 Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle, Paris, Picard, 1991, p. 80.
  • 6 « Nécrologie : Lavezzari », Revue générale de l’architecture, 1887, col. 90-91.
  • 7 Id., col. 91.

3La Revue dispose également d’une table générale pour les 30 premiers volumes (1840-1870). Celle-ci, une des rares tables des matières à porter un nom d’auteur, a été faite par Emile Lavezzari (1831-1887). Formé à l’école centrale des arts et manufactures dont il sort en 1853, Lavezzari commence par travailler dans le domaine industriel, la filature et l’éclairage au gaz, avant de se tourner résolument vers l’architecture où il s’illustre notamment avec l’hôpital de Berck-sur-Mer, la plus importante de ses réalisations2. Parallèlement à son activité d’architecte, il s’investit largement dans l’aventure éditoriale de Daly. Membre actif de l’équipe de rédaction de la Revue, pour laquelle il réalise quelques 38 articles en 23 ans de collaboration3, il participe également à la Semaine des constructeurs, créée par César Daly en 1876. Après avoir travaillé avec la femme de Daly aux tables annuelles de la Revue4, en 1874, il s’attelle avec une équipe de collaborateurs à la table destinée à rassembler la matière des 30 premiers volumes5. Achevé en 1875, cet instrument, qui constitue aujourd’hui un outil inestimable pour les historiens de l’architecture du XIXe siècle, illustre bien sa volonté, que rappelle sa notice nécrologique6, d’être « toujours à la recherche de solutions pratiques »7. Pour la confection de cette table, qui l’a confronté à une masse documentaire beaucoup plus importante que les tables annuelles, Lavezzari a été forcé de faire un nouvel effort de synthèse, notamment pour trouver des rubriques générales, susceptibles de rassembler le maximum de références possibles. La plupart du temps, Lavezzari ne fait que réutiliser de façon systématique des rubriques ponctuellement présentes dans les tables des matières annuelles, d’ordre thématique (églises) ou géographique (Paris), qu’il a parfois agrémentés de sous-rubriques de façon à ordonner les références nombreuses de certaines entrées.

Le Moniteur des architectes

  • 8 Cité par Hélène Lipstadt et Bertrand Lemoine, dans Catalogue raisonné des revues d’architecture (18 (...)
  • 9 Moniteur des architectes, 1854, p. 218.
    Notons que la promesse faite cette année-là d’offrir une tab (...)

4La seconde des revues étudiées est le Moniteur des architectes fondé en 1847 par A. Grim, qui en confie la direction à Adolphe Lance. La volonté du journal d’être une revue pratique, et non un lieu de débat, explique certainement sa pauvreté dans le domaine des tables des matières. En effet, à ces débuts, la revue, qui ne propose à ses lecteurs qu’une table annuelle des numéros, n’est qu’« une simple nomenclature de faits, une suite de gravures sans ordre et sans classement, n’offrant par la suite que fort peu d’intérêt aux artistes »8. Par la suite, « pour faciliter [aux] abonnées les recherches à travers la longue publication du Moniteur »9, l’équipe de la revue crée une table méthodique et récapitulative (pour les années 1847-1854) des planches. Contrairement au principe alphabétique mis en place par la Revue générale de l’architecture, les références y sont présentées de façon thématique en fonction de la typologie des édifices concernés. La revue fait un nouvel effort documentaire avec la parution d’une table méthodique des planches, concernant cette fois les années 1847-1860. Comme la matière à traiter y est beaucoup plus importante, les subdivisions sont plus nombreuses. Toujours soucieuse de « faciliter les recherches [des] souscripteurs », la revue adopte l’ordre alphabétique. De ce fait, cette table, même si elle reste thématique, présente une plus grande analogie que la précédente avec celles de la Revue générale de l’architecture.

  • 10 Notons également en matière de tables générales la présence d’une table générale des planches (1866 (...)

5Ce n’est qu’en 1866 qu’apparaît une table des matières annuelle appelée « table alphabétique des matières »10. Cette amélioration considérable correspond à l’arrivée, à la tête de la revue, d’Alfred Normand (1822-1909), l’auteur de la prison de Rennes et de la maison pompéienne. Cette table fonctionne par indexation alphabétique des articles, de façon très semblable aux tables de la Revue générale. D’ailleurs, cette table pose les mêmes problèmes d’indexation. Ainsi, en 1866, un article intitulé « La Science de l’optique appliquée aux arts du dessin », se trouve indexé au terme « science de l’optique » et non à optique ou à dessin. De la même façon, en 1870-1871, un article appelé le « Dernier travail de César Daly sur l’architecture de l’avenir » se trouve indexé à dernier... Une des originalités, et un des avantages, de cette table des matières est de donner simultanément au lecteur les références correspondant au texte et à l’illustration, alors que, dans la plupart des revues, la table des planches constitue un outil séparé.

  • 11 Ce sont les rubriques « Archéologie », « Bibliographie », « Chronique », « Concours » et « Jurispru (...)

6En 1896, la revue change radicalement d’orientation avec l’instauration d’une « table méthodique du texte », puis en 1898 d’une « table méthodique des matières ». En effet, à partir de cette date, les tables ne suivent plus aucun ordre alphabétique mais se trouvent divisées en grandes rubriques thématiques, peu nombreuses11.

Les Nouvelles Annales de la construction

7Dès sa première année de parution, les Nouvelles Annales de la construction, revue fondée en 1855 par C. A. Oppermann, ingénieur des ponts et chaussées, disposent d’une table des matières, appelée « table des matières analytique ». Malgré sa présentation alphabétique qui fait penser à la Revue générale de l’architecture et des travaux publics, cette table s’en distingue par un réel effort conceptuel en vue de regrouper les références en fonction de thèmes généraux propres à la revue. La table des Nouvelles Annales apparaît comme la première tentative de concevoir une table des matières thématique.

  • 12 Les Nouvelles Annales mettent en valeur les thèmes ; la Revue générale, les lettres de l’alphabet.

8En 1860, après avoir changé de nom pour s’intituler « table alphabétique et analytique », cette table des matières connaît une augmentation du nombre de ses rubriques, ce qui contribue à lui donner quelques traits communs avec celle de la Revue générale de l’architecture. Entre 1860 et 1890, cette tendance s’accentue et, petit à petit, la revue adopte une table des matières basée sur l’indexation alphabétique des articles. Si l’on fait abstraction des différences de présentation12, l’organisation de la table des Nouvelles Annales devient alors tout a fait semblable aux tables de la Revue générale de l’architecture. Cette lente réorganisation peut surprendre car elle semble contraire à l’évolution générale puisque, comme nous allons le voir par la suite, ce sont plutôt les tables des matières à organisation thématique qui seront privilégiées à la fin du siècle.

La Gazette des architectes et du bâtiment

  • 13 D’après Hélène Lipstadt et Bertrand Lemoine, dans Catalogue raisonné des revues d’architecture (180 (...)
  • 14 Ainsi, en 1869-1871, on pourra trouver les rubriques « Concours », « Expositions », « Études artist (...)
  • 15 10 pages en 1878 contre 5 pour la table des années 1869-1871.

9La Gazette des architectes et du bâtiment a été fondée en 1863 autour de trois personnages, Edmond Corroyer, Viollet-le-Duc fils et Anatole de Baudot13. Ce n’est que la seconde année de parution de la revue, en 1864, qu’apparaît une table des matières annuelle, appelée « table analytique et alphabétique des matières ». Il s’agit également d’une des premières tables des matières thématiques. Cependant, comparée aux Nouvelles Annales de la construction, la Gazette témoigne d’un effort conceptuel supplémentaire. D’une part, les rubriques sont rangées suivant un ordre intellectuel et non plus alphabétique. D’autre part, les rubriques de la Gazette, dont une partie est consacrée à l’actualité et au débat, offrent une plus grande variété que celles des Nouvelles Annales qui se rapportent la plupart du temps à la typologie des édifices14. Après avoir publié une table récapitulative pour les années 1863-1869, la revue modifie complètement les rubriques de sa table des matières à partir de 1872, date d’ouverture de la seconde série, conçue comme un supplément de l’Encyclopédie d’architecture. Les tables donnent alors une large place aux problèmes juridiques et deviennent fort longues15, ce qui explique l’apparition en 1878 d’un étonnant outil documentaire : un sommaire de la table des matières.

La Construction moderne

  • 16 A partir de 1892.

10Bien que la Gazette soit la première revue à adopter de façon systématique le principe des tables des matières thématiques, c’est pourtant la Construction moderne qui va donner ses lettres de noblesse à ce type de tables. Dès sa création par Paul Planat (1839-1911) en 1885, apparaît une table des matières annuelle, appelée tout simplement « table des matières générale ». L’organisation de ces tables doit beaucoup à la Semaine des constructeurs, dont Planat a été le sous-directeur. C’est visiblement là que ce dernier a mis au point le cadre thématique complexe qu’il reprendra pour constituer les tables des matières de la Construction moderne. Les deux revues proposent d’ailleurs des rubriques au titre identique, qui témoignent d’un évident lien de parenté, comme les rubriques « Analyse-critique-discussion », « Beaux-arts », ou « Expositions ». De même que celles de la Gazette, les tables annuelles présentent l’avantage de donner simultanément la référence des planches et du texte16, principe repris par la table générale décennale des matières (1886-1895). De plus, la stabilité dans le temps des rubriques de la table des matières de la Construction moderne facilite aujourd’hui le travail des chercheurs qui mènent des recherches systématiques sur un sujet précis.

  • 17 L’Architecture met d’ailleurs un certain temps avant de disposer d’une table : après avoir fait une (...)

11Le principe de la table des matières thématique, tel que l’illustrent les tables de la Construction moderne, jouit d’une faveur certaine à la fin du siècle. Adopté à cette époque par le journal de la Société française des architectes fondé en 188817, L’Architecture, et par le Moniteur des architectes à partir de 1896, il semble appelé à supplanter les tables des matières alphabétiques, mises en vogue par la Revue générale de l’architecture.

12Il faut maintenant étudier dans quelle mesure les historiens de l’architecture peuvent aujourd’hui utiliser ces outils documentaires pour retrouver les matériaux susceptibles de les aider dans leurs travaux, qu’il s’agisse de recherches à caractère biographique (portant sur un nom d’architecte), géographique (portant sur un nom de lieu), ou monographique (portant sur un nom d’édifice).

La recherche par noms de lieux et noms de personne

1. Les tables des matières méthodiques

13En ce qui concerne l’indexation des noms de lieux ou de personnes, les tables des matières alphabétiques et les tables des matières thématiques ne présentent pas les mêmes avantages. Les premières paraissent, à première vue, devoir permettre d’indexer facilement les noms, tandis que les rubriques des secondes semblent n’avoir guère cette vocation. En effet, pour les tables des matières thématiques, ce n’est qu’au second niveau d’organisation que peuvent ponctuellement apparaître des noms de personne, notamment dans les rubriques « Nécrologie », ou « Biographie » qui existent dans pratiquement toutes les revues (la Semaine des constructeurs, la Construction moderne, la Gazette des architectes). En effet, ces tables ont pour vocation première d’être des outils pratiques, destinés à informer l’architecte du XIXe siècle de l’actualité, en l’occurrence, les décès de ses conifères. Par contre, les tables des matières thématiques n’indiquent pratiquement jamais de référence à des noms de personne lorsque celles-ci apparaissent dans la revue pour leur activité proprement architecturale (concours, construction, exposition). Ce type de référence qui serait essentielle pour l’historien, ne devait présenter guère d’intérêt pour l’architecte du siècle dernier.

  • 18 Les Nouvelles Annales font dans ce domaine exception, les édifices cités étant rangés suivant l’ord (...)

14En ce qui concerne les noms de lieux, c’est également au second niveau hiérarchique qu’ils apparaissent dans ce type de tables, notamment à l’intérieur des grandes rubriques typologiques (« édifices religieux », « édifices publics », etc.). Celles-ci sont en effet divisées en sous rubriques, qui comprennent généralement une rubrique consacrée aux édifices parisiens, une seconde pour les réalisations provinciales (le plus souvent appelée « département ») et une dernière réservée à l’architecture étrangère. Ces sous rubriques sont elles-mêmes organisées suivant l’ordre alphabétique des noms d’édifices (pour Paris), ou des noms de ville (pour les départements ou l’étranger). Ce mode d’organisation générale se retrouve dans un grand nombre de revues disposant d’une table des matières thématique, telle que la Semaine des constructeurs, le Moniteur des architectes, la Gazette des architectes et du bâtiment18. Il est également repris dans les grandes rubriques typologiques de la table des matières générale de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics (1840-1870).

2. Les tables des matières alphabétiques

15Le principe des tables des matières basées sur l’indexation alphabétique paraît bien plus favorable à la mise en valeur des noms. Pourtant, ce n’est que progressivement que se met en place l’indexation des noms de lieux. Ainsi, la table des matières de 1840 de la Revue générale de l’architecture ne comporte quasiment aucune entrée géographique. Par contre, celles-ci deviennent nombreuses dans les tables des matières de 1850 où l’on trouve des références à Babylone, Izamal, Limoges, Ninive, Inde, Ocozinco, Santa Cruz del Guiche, Zayi, etc. Les noms qui ont été indexés cette année-là présentent tous la particularité d’être plus ou moins exotiques, parce que, là encore, cette indexation est destinée avant tout à faciliter les recherches d’un architecte du XIXe siècle qui connaît mal ces contrées. Cette indexation, même si elle devient de plus en plus systématique au cours des années, ne présentera d’ailleurs jamais le caractère méthodique souhaitable. Ainsi, trente ans plus tard, la table des matières de l’année 1880 ne signale rien au mot Japon alors qu’elle contient des références relatives aux villages japonais au mot village et des références relatives aux kiosques japonais au mot kiosque.

  • 19 Précisons que la table récapitulative des planches (1847-1860) faisait déjà apparaître les noms des (...)

16On retrouve ce même flottement dans l’indexation des tables du Moniteur des architectes. Ainsi, la table de l’année 1870-71 indique la présence d’un article sur l’église de la Trinité au mot Trinité (sans rien indiquer à Paris ou à église), tandis que le texte sur le château de Blois est référencé à Blois et celui sur les travaux de Paris à... travaux. Là encore, l’indexation est souvent liée à l’intérêt qu’elle peut avoir pour l’architecte praticien du XIXe siècle : si, en 1866, l’article intitulé « Margelles de puits à Pompéi » est indexé à margelle, sans être mentionné à Pompéi, c’est parce que ce qui intéresse l’architecte à cette époque, c’est d'avoir le détail décoratif de cette margelle pour enrichir son vocabulaire architectural. Par la suite, au cours des années 1870, le Moniteur va s’efforcer de donner les références des articles relatifs à des édifices à deux entrées différentes, celle correspondant à leur nom typologique et celle correspondant à leur localisation. C’est notamment la règle en 1874 où, par exemple, l’article concernant le théâtre de Reims est mentionné à théâtre et à Reims. Malheureusement, la qualité de l’indexation des noms de lieu va par la suite se révéler irrégulière selon les années et l’historien ne peut donc en général se fier à ces tables pour faire des recherches sur une localité précise. L’effort fait pour les noms de lieux correspond à une volonté générale de rendre plus rigoureuse l’indexation des noms. Cette initiative, qui correspond en 1872 à l’arrivée à la tête de la revue du très pragmatique Ernest Bosc, a donc également des effets sur l’indexation des noms de personnes, auteurs d’articles ou architectes19. Alors qu’en 1870-1871, la table n’indique aucune référence à des noms de personne, l’année suivante, apparaissent de nombreuses entrées nominatives. En 1875, le Moniteur crée même une rubrique intitulée « Noms des auteurs et artistes cités dans la revue ».

  • 20 L’Architecture dispose également à partir de 1891, d’une table des auteurs. La table générale de l’ (...)

17A cette époque, cela faisait déjà plus de trente ans que la table des matières de la Revue générale de l’architecture indexait les noms de personnes. C’est en effet le parti pris adopté dès sa première table des matières, en 1840. Les tables de la Revue, qui comprennent également, comme les tables des matières thématiques, une rubrique « Nécrologie », proposent une entrée à tous les noms de personne citées dans la publication. Ces tables présentent de plus l’immense avantage pour l’historien d’expliciter le contexte dans lequel cette personne apparaît dans les pages de la revue. Ainsi, en 1840, la table des matières, pour une référence à un certain Bruael, précise que c’est au titre d’ingénieur du tunnel de La Tamise qu’il a été mentionné. De la même façon, la table des matières peut indiquer qu’il s’agit de l’auteur du texte publié ou que l’article se rapporte à une nomination officielle, à une participation à un salon, ou à la construction d’un édifice. Si les tables de la Revue générale présentent certainement le travail le plus abouti en ce sens, d’autres revues ont également fait des efforts dans ce domaine. Très ponctuellement, la table des matières du Moniteur apporte des indications biographiques. Ainsi, la table de 1874, ajoute à côté du nom d’Ambroise Baudry, « exposition des peintures de ». Toujours dans l’idée d’établir un lien entre une personne et un édifice, la table des matières générale des planches du Moniteur des architectes (1860) précise les noms des architectes dans une colonne parallèle à celle des noms d’édifice, tandis que la table générale de la Construction moderne (1885-1896) propose au lecteur une liste des noms d’architectes qui permet d’accéder aux références relatives à leurs réalisations20.

Le repérage des édifices

18Pour l’historien, le problème du repérage des articles portant sur un édifice particulier à partir de tables des matières est directement lié aux termes employés pour sa description. L’absence de réflexion dans ce domaine reste le grand point faible des revues dont les tables des matières reposent sur une classification alphabétique. Pour ces revues, le problème est toujours lié au flou de l’indexation, en l’occurrence à l’absence de ce que l’on appelle aujourd’hui un thesaurus. Ainsi, deux articles portant sur même édifice peuvent être mentionnés chacun à deux endroits différents si l’intitulé de l’édifice n’est pas le même. Dans la table des matières de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics de 1840, les articles relatifs à la Sainte Chapelle sont répartis entre la lettre « S », pour « Sainte Chapelle », et la lettre « C » pour « Chapelle élevée en l’honneur de saint Louis ». Deux édifices appartenant à la même typologie peuvent aussi être référencés à des endroits différents, lorsque l’article porte sur un point précis de l’édifice. Dans le Moniteur des architectes de 1866, l’article portant sur le pavage de l’église Santa Maria à Milan est référencé à pavage, tandis que l’article sur la clôture de l’église Saint-Germain est répertorié à église.

  • 21 Rappelons que la première revue à réfléchir sur un classement typologique est le Moniteur des archi (...)
  • 22 Cette organisation est également reprise par certaines tables alphabétiques, notamment dans les tab (...)

19Face à ce type de problème, les rubriques typologiques utilisées dans les tables des matières thématiques21 semblent être la meilleure garantie pour le chercheur de retrouver toutes les références relatives à un édifice donné22. La Gazette des architectes et du bâtiment, première revue à organiser ses tables des matières de façon thématique, peut paraître décevante dans ce domaine puisqu’elle n’a recours qu’à deux rubriques extrêmement simples, la rubrique « Concours » et la rubrique « Édifices et travaux publics et particuliers ». Pourtant, malgré leur simplicité, celles-ci présentent l’immense avantage pour le chercheur de réunir tous les articles ayant trait à un bâtiment particulier.

20En comparaison, les tables des matières de la Semaine des constructeurs, comme celles de la Construction moderne, témoignent d’une réflexion extrêmement complexe sur l’indexation typologique des édifices. On relève ainsi, dans le premier volume de la Semaine des constructeurs, pas moins de 47 rubriques correspondant à autant de typologies différentes. Ces 47 rubriques ne contiennent pas toutes des références à des articles : grâce à un système de renvois et de rubriques fictives, seules 14 entrées comprennent effectivement des références. Cet exemple illustre l’effort de synthèse conceptuelle qui a présidé à la création d’un tel outil de recherche. Nouvelle preuve de la filiation qui lient les tables des matières de la Semaine des constructeurs et celles de la Constructeur moderne, le nombre des rubriques « effectives » de la Semaine est du même ordre de grandeur que celui des rubriques de la Construction moderne. En effet, celle-ci a abandonné le système des renvois pour ne garder qu’une vingtaine de rubriques, toutes fonctionnelles. Ces rubriques à caractère typologique dont le caractère très pointu peut apparaître comme un avantage inespéré pour le chercheur, peuvent aussi parfois le tromper, voire le décevoir, parce qu’elles mélangent des références relatives à des types d’articles très différents. Ainsi, l’historien qui, intéressé par les édifices scolaires, consulte la rubrique consacrée à l’enseignement, devra faire le tri entre les articles consacrés à la construction d’écoles et ceux relatifs à l’enseignement de l’architecture.

21En résumé, les revues étudiées ont permis de mettre en évidence deux types de tables. En premier lieu, les tables qui reposent sur l’indexation alphabétique dont le modèle est la table des matières de la Revue générale de l’architecture. Leurs inconvénients sont liés au flou de l’indexation des articles mais ces tables présentent l’énorme avantage de mettre en valeur les noms de lieux et de personnes. L’alternative au principe popularisé par la Revue générale est l’organisation thématique, illustrée par les tables des matières de la Construction moderne. Le défaut principal de ces tables réside dans le fait qu’elles ne font guère ressortir les noms de lieux et de personnes. Par contre, leurs rubriques typologiques permettent facilement aux chercheurs de retrouver les références relatives à des édifices. De façon générale, les rubriques thématiques, comme les rubriques « Analyse-critique-discussion » ou « Beaux-arts » de la Construction moderne, conduisent à regrouper les articles suivant des problématiques tout à fait susceptibles d’intéresser l’historien de l’architecture.

Les tables des matières : un miroir du débat architectural ?

  • 23 Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe si (...)
  • 24 Julien Guadet, Éléments et théories de l’architecture, Mâcon, s.d., 3vol. Notamment en opposition a (...)

22La fin du siècle, marquée par la disparition de la Revue générale, se caractérise par la victoire de la table des matières méthodique. Il faut peut-être pour expliquer cette évolution souligner la similitude d’état d’esprit qui existe entre le mode de conception des tables des matières et la constitution de certains ouvrages contemporains. L’organisation conceptuelle du dictionnaire de Viollet-le-Duc23 présente une réelle analogie avec le caractère encyclopédique des tables des matières alphabétique de la Revue générale de l’architecture ou du Moniteur des architectes. A la fin du siècle, les rubriques typologiques utilisées par la Semaine des constructeurs ou la Construction moderne pour classifier l’architecture évoquent la démarche intellectuelle des cours professés à la même époque par Julien Guadet24, dont le contenu sera rassemblé sous le titre très évocateur d’Eléments et théories de l’architecture. En ce sens, les tables des matières semblent bien refléter une façon de concevoir l’architecture.

23C’est pourquoi on a tenté de voir dans quelle mesure une table des matières peut apporter des informations sur le contenu doctrinal d’une revue. Au premier abord, le tableau comparatif des différents thèmes abordés par les tables des matières inviterait à conclure à l’homogénéité de leur contenu. Bien sûr, certaines tables paraissent plus pragmatiques que d’autres mais, de façon générale, les rubriques et les sujets présentent de grandes analogies. Pour confirmer ou infirmer cette impression, on a ensuite étudié l’occurrence, en 1860 puis en 1890, de certains types d’édifices, marqués au niveau doctrinal, d’une part, les églises et les écoles, programmes caractéristiques du mouvement rationaliste, et, d’autre part, les édifices de spectacle (théâtres, opéras) et les mairies, commandes généralement représentatives du mouvement éclectique.

  • 25 Table des matières de 1866.
  • 26 Table des matières de 1860.
  • 27 Table des matières de 1864.
  • 28 Table des matières de 1860.
  • 29 Table des matières de 1890.
  • 30 Table des matières de 1890.
  • 31 Table des matières de 1890.

24Les résultats de cette petite étude ont montré que, pour les années 1860, dans le Moniteur des architectes25, comme dans la Revue générale de l’architecture26, la Gazette des architectes et du bâtiment27 ou les Nouvelles Annales28, ce sont les références à l’architecture religieuse qui sont les plus nombreuses. En 1890, la première place revient à nouveau à une typologie d’obédience rationaliste, l’architecture scolaire, qu’il s’agisse du Moniteur des architectes29, de la Construction moderne (1889-1900)30, ou des Nouvelles Annales31. Au lieu de conclure trop rapidement à la prépondérance des doctrines rationalistes dans la presse architecturale, il faut plutôt penser que ces tables reflètent non pas un parti pris idéologique mais la prédominance de certains programmes. Elles illustrent l’état de la commande architecturale au XIXe siècle et son évolution. La construction d’églises a en effet dominé la production architecturale au milieu du siècle pour s’essouffler et laisser la place, à la fin du siècle, aux édifices scolaires.

  • 32 Cité par Hélène Lipstadt et Bertrand Lemoine, dans Catalogue raisonné des revues d’architecture (18 (...)

25Cette étude pourrait donc inviter à confirmer les propos de Nikolaus Pevsner qui affirmait qu’« aucune revue au XIXe ne pouvait se permettre de défendre un style exclusivement »32, affirmer son parti pris pour une institution ou une école étant susceptible de rebuter certains lecteurs.

Notes

1 Pour chaque revue, ont été étudiées les tables des matières de la première année de parution, ainsi que celle de toutes les années décimales. Des recherches ont été faites entre ces dates quand l’étude précise d'un phénomène l’exigeait.

2 « Nécrologie : Lavezzari », Revue générale de l’architecture, 1887, col. 90-91.

3 Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle, Paris, Picard, 1991, p. 169.

4 Renseignement donné après l'intervention par Marc Saboya.

5 Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle, Paris, Picard, 1991, p. 80.

6 « Nécrologie : Lavezzari », Revue générale de l’architecture, 1887, col. 90-91.

7 Id., col. 91.

8 Cité par Hélène Lipstadt et Bertrand Lemoine, dans Catalogue raisonné des revues d’architecture (1800-1914), Paris, 1985, 1ervol.

9 Moniteur des architectes, 1854, p. 218.
Notons que la promesse faite cette année-là d’offrir une table générale du texte et une table annuelle du texte ne sera pas tenue par la rédaction.

10 Notons également en matière de tables générales la présence d’une table générale des planches (1866-1877).

11 Ce sont les rubriques « Archéologie », « Bibliographie », « Chronique », « Concours » et « Jurisprudence ». Cette organisation est légèrement modifiée en 1898 ; les rubriques sont réduites au nombre de 4 : « Bibliographie » ; « Chroniques », « Jurisprudence », « Technologie ».

12 Les Nouvelles Annales mettent en valeur les thèmes ; la Revue générale, les lettres de l’alphabet.

13 D’après Hélène Lipstadt et Bertrand Lemoine, dans Catalogue raisonné des revues d’architecture (1800-1914), Paris, 1985, 1ervol.

14 Ainsi, en 1869-1871, on pourra trouver les rubriques « Concours », « Expositions », « Études artistiques, scientifiques et archéologiques », « Chroniques » et même une rubrique spécialement consacrée à l’exposition universelle, « Études sur l’exposition universelle de 1867 ».

15 10 pages en 1878 contre 5 pour la table des années 1869-1871.

16 A partir de 1892.

17 L’Architecture met d’ailleurs un certain temps avant de disposer d’une table : après avoir fait une table des dessins en 1890, la revue n’offre une table des matières qu’à partir de 1891.

18 Les Nouvelles Annales font dans ce domaine exception, les édifices cités étant rangés suivant l’ordre alphabétique des noms d’édifices.

19 Précisons que la table récapitulative des planches (1847-1860) faisait déjà apparaître les noms des architectes dans une colonne spécifique.

20 L’Architecture dispose également à partir de 1891, d’une table des auteurs. La table générale de l’Encyclopédie d’architecture (1850-1860) met aussi en valeur les noms des architectes puisqu’elle comprend une liste des noms d’auteur qui renvoie aux édifices indexés dans la table qui suit.

21 Rappelons que la première revue à réfléchir sur un classement typologique est le Moniteur des architectes à l’occasion de sa première table, la table récapitulative des planches de 1847 à 1854, divisée en trois rubriques, la première consacrée à l’architecture religieuse, la seconde à l’architecture civile et la dernière, à la peinture murale.

22 Cette organisation est également reprise par certaines tables alphabétiques, notamment dans les tables récapitulatives de la Revue générale de l’architecture (1840-1870).

23 Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Paris, 1854-1868, 2vol.

24 Julien Guadet, Éléments et théories de l’architecture, Mâcon, s.d., 3vol. Notamment en opposition aux leçons de Gromort, Essai sur la théorie de l’architecture, Paris, 1942.

25 Table des matières de 1866.

26 Table des matières de 1860.

27 Table des matières de 1864.

28 Table des matières de 1860.

29 Table des matières de 1890.

30 Table des matières de 1890.

31 Table des matières de 1890.

32 Cité par Hélène Lipstadt et Bertrand Lemoine, dans Catalogue raisonné des revues d’architecture (1800-1914), Paris, 1985, 1ervol.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540