Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les périodiques d'architecture, XVIIIe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

La place de l’architecture dans la revue L’Artiste à l’époque romantique (1831-1848)

Adrien Goetz

Texte intégral

  • 1 Voir notre édition de L’Histoire du romantisme de Théophile Gautier, Gallimard, collection Folio, (...)

1La description du « château du bonheur », au dernier chapitre du Capitaine Fracasse, traite de la réinvention d’une architecture ancienne comme d’un élément romanesque. Le manoir, ancien « château de la misère », se trouve restauré, y compris son décor intérieur et les jardins, dans un esprit qui évoque un Duban qui aurait vécu au XVIIe siècle. Cette manière de rendre l’architecture vivante, de faire parler les pierres, de leur donner un sens, il n’est pas interdit de penser que ce fut dans la revue L’Artiste, qu’il dirigea de 1847 à 1858, que Théophile Gautier apprit à la mettre en pratique1.

  • 2 Nous nous permettons de renvoyer à notre thèse, L’Artiste, une revue de combat des années romantiq (...)
  • 3 Pour les planches de L’Artiste, voir Pierre Sanchez et Xavier Seydoux, Les Estampes de L’Artiste, (...)

2Dans les années 1831-1848, la revue L’Artiste se proclame revue de combat des jeunes romantiques. Les articles d’histoire de l’art servent surtout à défendre la nouvelle peinture contre l’École des Beaux-Arts. Les sculpteurs romantiques trouvent dans L’Artiste une tribune. De la même manière, la lecture attentive des nombreux textes consacrés aux monuments démontre le souci de développer en France une architecture nouvelle2. Les planches, lithographies pour la plupart, invitent à encadrer les œuvres hors du texte, les vignettes, bois souvent récupérés ailleurs, à lire l’image dans les colonnes3. La revue, dominée alors par Jules Janin, qui s’adresse aux amateurs d’art et compte près d’un millier d’abonnés, explique aussi aux jeunes architectes l’intérêt qu’ils peuvent trouver à la conservation des édifices.

3La part de l’architecture est donc réduite. Sous la monarchie de Juillet, elle occupe environ 5 % des rubriques, loin derrières les critiques des théâtres et des spectacles : des articles d’actualité, un compte rendu d’ouvrage de temps à autre, quelques nécrologies. Peu importante quantitativement, la question de l’architecture n’en est pas moins essentielle et la revue constitua, en la matière, un lieu de débats important. La revue se lance avec flamme dans la défense de quelques monuments et de quelques projets. Le romantisme est ici plus dans les mots et dans les images que dans les monuments eux-mêmes. La forme de la ville, depuis les grandes réalisations officielles jusqu’aux décors de certaines boutiques à la mode, les formules ornementales, la lutte contre toutes les sortes de vandalisme et de destructions marquent ces pages, parmi les plus passionnantes de L’Artiste — avers et revers d’une médaille que le journal se décerne de bonne grâce. Au moment où il dresse le bilan de son activité à la revue, Jules Janin réserve un sort particulier à la défense de l’architecture, dans ses deux versants, goût du passé et des monuments, encouragement à la création moderne :

  • 4 2e série, vol. I, 1839, p. 5.

4« Avant L’Artiste, quel journal s’était jamais occupé du grand art des grandes nations, l’architecture ? A peine ce mot-là était-il prononcé sérieusement tous les dix ans. A chaque Salon, on jetait à peine un coup d’œil distrait sur les projets des architectes, puis on passait outre... L’Artiste a naturellement protesté contre cette indifférence ; il a remis l’architecture à sa place, c’est-à-dire à la première place, et bien avant les autres arts... Il a étudié avec le soin le plus minutieux les travaux des architectes ; il a pris à cœur la défense des monuments qu’on démolissait ; il a protégé les monuments qu’on sauvait4. »

  • 5 1re série, vol. VII, 1834, p. 63-64.

5L’architecture, en effet, dès 1834, était décrite comme en décadence, au même titre que la sculpture : « L’impuissance du pouvoir à commander des bâtiments modernes a été signalée systématiquement depuis trois ans5 ». Seules les restaurations de monuments qui se décidèrent dans les années suivantes et l’invention des styles historicistes dont Aimé Chenavard est alors, selon L’Artiste, le maître absolu, amenèrent un progrès. Se rejoignirent ainsi très tôt deux des grands combats de L’Artiste, adossés l’un à l’autre, la défense des monuments historiques et la lutte, plus incertaine, pour une rénovation de l’architecture dans un sens « romantique ».

  • 6 Catalogue de l’exposition Louis Visconti 1791-1853, textes réunis par Françoise Hamon et Charles M (...)

6Pour suivre les grands chantiers du règne de Louis-Philippe, les collections de L’Artiste constituent ainsi un guide commode. Françoise Boudon a étudié, pour ne citer que son exemple, les fontaines de Visconti en se référant constamment aux jugements donnés dans la revue6. Il n’est pas question de dépouiller ici l’immense gisement constitué par ces articles et ces images, même en se limitant aux années les plus inventives, 1831-1848. Simplement d’esquisser le fonctionnement original d’une tribune, qui ne se voulut jamais revue d’architecture mais en parla constamment. Déterminer le contour des grandes causes pour lesquelles elle s’engage, semble parfois difficile : les contradictions entre les signataires, au fil des années, sont nombreuses. L’unité d’un style commun, d’un ton, éclate pourtant à la lecture.

7 L’Artiste, à la différence du Journal des bâtiments et des arts, dans sa version 1830 ou de L’Architecte, entre 1832 et 1834, construit aussi comme un « magasin » fondé sur le dialogue des images et des textes, traite souvent de l’architecture sur le ton de la conversation : pas de plan, mais des idées et des critiques, des images évocatrices, des polémiques. Le public est celui des gens du monde, à Paris et en province. La méthode qui explique ce ton général est née sur les barricades de 1830, c’est celle de l’appel au peuple. Parler, dans une langue accessible, accessoirement aux architectes, mais d’abord aux promeneurs et aux profanes.

Une nouvelle manière de critiquer l’architecture

  • 7 Article non signé, 1re série, vol. XIII, 1837, p. 386.
  • 8 Ibid.

8La défense d’une nouvelle architecture répond donc à des préoccupations sociales. L’Artiste l’exprime clairement en 1837 : « Dans l’architecture, cet art qui nous semble le premier de tous les arts et leur centre d’hospitalité, mais dont on a toujours misérablement rétréci la destination ; comme si l’on ne songeait plus à bâtir que de lourdes casernes, d’insalubres cachots et des palais vides ; comme si l’on devait oublier à tout jamais les intérêts de la masse... L’architecture, on le sait, s’adapte aux moindres compartiments d’un ordre social, et doit en devenir l’expression... Nous croyons donc à l’avenir de l’architecture qui prendra le dogme de l’association pour base, et qui, le compas de l’analogie à la main, s’enquêtera [sic] d’une loi physiologique de l’architecture, comme il en existe une dans l’individu7. » L’avenir de l’architecture romantique, c’est donc de créer un « module » aux dimensions de l’homo romanticus. Et cet avenir le porte, en premier lieu, vers le passé. Cette vision sociale généreuse, qui vise à lutter contre « tant de misères8 », trouve son origine et ses fondements dans l’étude de l’histoire des architectures anciennes. Mais là non plus, il ne faut pas en parler comme de « palais vides ». L’histoire de l’architecture dans L’Artiste s’accompagna toujours d’évocations et de dessins.

  • 9 « Antiquités : sont toujours de fabrication moderne », Gustave Flaubert, Le Dictionnaire des idées (...)

9Elle nécessita une pédagogie à l’usage des masses cultivées, les lecteurs de L’Artiste qui ne sont ni techniciens ni architectes. Malgré cela, le lien entre architecture nouvelle et restauration des monuments historiques9 ne se fait pas aisément dans l’esprit des rédacteurs, qui préfèrent a priori des créations originales. Tous ne perçoivent pas ce qu’une réinvention peut témoigner, mieux qu’un bâtiment construit ex nihilo, de l’esprit du temps et de la modernité.

  • 10 Article non signé, 1re série, vol. V, 1833, p. 39.

10Première raison à cela : la restauration idéale de monuments est d’abord une spécialité des élèves « Romains » suspects d’académisme. Labrouste, en 1833, envoie à Paris un baptistère, proche par l’esprit de celui de Florence : « C’est, suivant nous, employer assez mal ces cinq années de pensionnat, que de les passer à des restaurations. Ce n’est pas des travaux d’archéologues qu’on devrait demander aux pensionnaires, mais bien des travaux architectoniques... Mais qui peut se flatter de détruire les habitudes routinières de l’École de Rome10 ? » Ce constat fut ensuite beaucoup atténué et un nouveau type de restaurateurs — dont Duban constitua, pour certains des rédacteurs de L’Artiste, le modèle par excellence —, devait contribuer à fortifier, dans les colonnes de la revue, l’opinion contraire.

11La défense romantique de l’architecture est donc devenue, au fil des dix premières années, une défense de l’architecture sinon romantique, du moins « historiciste » et « éclectique ». Elle prend sa source dans le travail de restauration et de conservation, dans le regard porté sur l’architecture par les historiens, mais aussi dans les projets des architectes contemporains, notamment à Paris.

La défense des monuments

  • 11 1re série, vol. VI, 1833, p. 71.
  • 12 Ibid., p. 197.
  • 13 Ibid., p. 198. Voir aussi l’éloge funèbre d’Allier, 1re série, vol. XI, 1836, p. 184-186 et les élo (...)
  • 14 Sur la fortune de la formule de Victor Hugo et la postérité de Notre-Dame de Paris, cf. Philippe H (...)
  • 15 Par extraits, et par un compte rendu de Natalis de Wailly, 1re série, vol. III, 1832, p. 239-240.
  • 16 1re série, vol. II, 1831, p. 150.

12La première livraison de L’Ancien Bourbonnais d’Achille Allier avait été signalée, y compris les vignettes, lettres ornées, cul-de-lampe de Porret d’après Tony Johannot, avec beaucoup d’éloges11. Cette annonce, en 1833, est exemplaire du rôle de relais assuré par L’Artiste. Le lien avec la revue s’est fait par l’intermédiaire d’Aimé Chenavard, qui dirige les planches. Ouvrage dans l’esprit de l’époque « toute d’investigation12 », fierté de l’édition provinciale, imprimé à Moulins « sur du papier fabriqué exprès dans le département... l’ouvrage rivalisera de luxe et d’élégance avec les plus belles productions de la presse parisienne13 ». L’Ancien Bourbonnais est qualifié de « monument ». Ceci défend cela et ne le tue pas14. C’est dans L’Artiste, en même temps que dans une traduction parue chez Fournier, que les Français peuvent découvrir les Contes de l’Alhambra de Washington Irwing15. C’est avec Notre-Dame de Paris, dont L’Artiste donne de nombreuses illustrations durant les mêmes semaines, l’exemple de la narration centrée sur un monument historique : la littérature fait parler les pierres. Le journal, à son exemple, compte bien s’y employer, à Paris et en province. Une lithographie de Paul Huet, Le Bénitier, sert à décrire, dans le texte mis en regard, la grande misère des églises de France, à Reims, Notre-Dame, Amiens ou à Strasbourg : « Encore quelque vingt ans, et l’on aura peine à retrouver une cathédrale qui se tienne sur ses deux tours16. »

  • 17 1re série, vol. I, 1831, p. 161-164, une note souligne que ce rapport est inédit.

13 L’Artiste transcrit, à titre d’exemple, le premier rapport de Vitet, résultat de ses investigations dans l'Oise, l’Aisne, la Manche, le Nord et le Pas-de-Calais17. L’Artiste a eu l’intelligence de le publier dans sa quasi-intégralité, pour un public ami des arts, d’abord parisien, mais à qui l’on veut faire découvrir la situation des monuments de la province. Vitet n’a que 37 ans, il appartient au monde du journalisme puisqu’il collaborait au Globe : tout en lui doit plaire à L’Artiste.

  • 18 Le mot « patrimoine », dont la critique contemporaine abuse, n’est pas employé par L'Artiste.
  • 19 1re série, vol. I, 1831, p. 202-203.

14Pourtant, très rapidement, Vitet déçoit L’Artiste et se retrouve l’objet d’un aimable persiflage. Charles Lenormant exhorte Vitet à poursuivre, dans un article où il insiste sur le fait que la cause des monuments est gagnée. Dès 1831, le danger ne réside ni dans l’incurie, ni dans les ravages d’une quelconque « bande noire », mais bien plus dans l’engouement pour le patrimoine18, sensible dès la Restauration : « Chacun en son particulier croit soutenir un duel à mort contre trente millions d’hommes... Les volées de croqueurs, commentateurs, amateurs, quittent Paris... pour s’abattre sur les ruines ; on ne soupire plus sous une ogive qu’on n’entende un soupir qui vous réponde... La cause est gagnée pour les antiquités nationales... Il n’est aujourd’hui municipalité si rétive, maire si sauvage, ou préfet si homme de bureau, qui ne sente vibrer dans son cœur une corde pour le gothique, ou qui n’en fasse semblant... Le bourgeois qui possède trois ogives dans son cellier croi[t] bien qu’il gagnera davantage à y mettre une enseigne qu’à les démolir ».19

  • 20 2e série, vol. I, 1839, p. 5.
  • 21 1re série, vol. VII, 1834, p. 3-4.

15 L’Artiste, en ce domaine, s’est trouvé à la proue des idées de son temps. D’autant que les principes que suggère Janin innovent aussi dans le domaine du journalisme artistique. Il prône l’investigation, l’enquête — fondement de la démarche historique. Vitet et Mérimée sont trop lents, c’est à la revue de se substituer à eux, de faire appel à ses lecteurs, aux correspondants des sociétés savantes de province : « Ce que L’Artiste n’a pas assez fait... c’est l’étude des vieux monuments épars sur le sol de la France. Il me semble cependant que cela eût été facile. L’Artiste compte parmi ses collaborateurs, et au premier rang, M. Vitet et M. Mérimée en personne, les inspecteurs des monuments publics. M. Mérimée et M. Vitet ont publié plusieurs volumes remplis de recherches et de découvertes sur la vieille France. Qui donc empêcherait L’Artiste de suivre à la piste ces deux chercheurs de vieilles ruines et de vieilles chroniques20 ? » « De toutes les parties de la France, que les amis des arts ne craignent pas de nous signaler les tentatives semblables à celles qui fait le sujet de la lettre suivante [lettre d’Achille Jubinal dénonçant la démolition du vieux château de Montargis adressée au directeur de L’Artiste], un accueil reconnaissant leur est assuré, et peut-être la publicité de notre feuille aura-t-elle quelque-fois le pouvoir de faire rougir les démolisseurs et d’arrêter le marteau dans leurs mains21. »

  • 22 « Histoire et description des anciens monuments de Paris. Le Louvre de Philippe-Auguste et de Char (...)
  • 23 1re série, vol. V, 1833, p. 201-202.

16C’est d’abord dans la capitale que L’Artiste, en cela très hugolien, mène ses premiers combats pour la défense des monuments. Ce combat peut prendre la forme du feuilleton historique : Alfred Michiels raconte ainsi, durant trois livraisons, l’histoire du vieux Louvre22. Théodore Muret compte, dans les colonnes de L’Artiste, parmi les premiers apôtres du Marais historique23, « Herculanum parisien ». « Faire revivre par la pensée et par le dessin les mœurs et les édifices que des siècles ont couvert de leurs manteaux poudreux », n’est-ce pas un des buts de L’Artiste ?

  • 24 « Archéologie nationale, Hôtel de La Trémoille », 2e série, vol. III, 1839, p. 186-189 et, une foi (...)
  • 25 Charles Rabou, « La Tour Saint-Jacques-la-Boucherie, au directeur de L’Artiste », 1re série, vol.  (...)
  • 26 « Album du Salon de 1841 », 2e série, vol. VII, 1841, p. 373 et la lithographie de Herson d’après (...)

17Le véritable traumatisme, c’est la destruction de l’hôtel de La Trémoille. La revue reproduit le rapport que Didron, secrétaire du comité historique des arts et monuments, adresse à ce sujet à Villemain, ministre de l’instruction publique24. La défense de la trilogie Sens-Cluny-La Trémoille, complétée par la tour Saint-Jacques, s’inscrit au centre des nobles causes à porter à l’actif de L’Artiste. L’hôtel de la rue des Bourdonnais tombe sous la pioche. La tour Saint-Jacques avait été sauvée en 183625. L’hôtel de Sens est quant à lui reproduit en hors texte, assorti d’un commentaire signalant que tout est à craindre. L’image vient ainsi au secours du texte pour donner aux monuments, au moins, la pérennité du souvenir26.

  • 27 1re série, vol. VIII, 1834, p. 288.

18L’affaire de la « maison de François Ier » à Moret permet d’apporter quelques nuances : « La restauration de cet édifice [qui est reproduit en hors texte] a peut-être contribué à ramener l’attention des artistes sur les travaux des architectes de la Renaissance... Cette nouvelle manie ne fait que retarder la venue de l’architecture originale qu’attend notre époque... On peut bien craindre que la manie de la Renaissance ne porte pour l’avenir, en architecture, des fruits aussi funestes qu’en porte encore sous nos yeux la manie de l’antique27. »

  • 28 1re série, vol. VIII, 1834, p. 261-263.
  • 29 « Les ruines de l’église Saint-Côme », 1re série, vol. IX, 1835, p. 29.
  • 30 1re série, vol. XII, 1836, p. 39-42.
  • 31 3e série, vol. V, 1844, p. 153-154.
  • 32 Ce n’est plus le cas dans les articles ultérieurs qui décrivent « scientifiquement » la collection (...)

19Le « Musée-Dusommerard » est connu des lecteurs de L’Artiste, dans sa version privée, depuis 1834 : Achille Jubinal en a donné une description pittoresque, montrant le maître des lieux faire lui-même les honneurs de sa collection. C’était en signaler l’importance, dire au passage que, depuis Decazes, nul n’a rien fait officiellement pour l’ensemble romain et médiéval qui compose la grande demeure parisienne et souligner le fait qu’elle est ouverte aux visiteurs-amateurs qui s’y rendent en grand nombre28. L’idée d’un « musée gallo-romain », avec le pilier des Nantes et des séries de chapiteaux, est en germe29. Roger de Beauvoir décrit la salle à manger du propriétaire qui eût pu servir de décor à l’un de ses romans médiévaux30. La publication des volumes de la collection est saluée comme un travail comparable à celui qu’avait mené Lenoir. A l’ouverture du musée, Laviron, qui le visite une semaine avant le public, y constate « une odeur de tombe », l’impression que l’on va faire un inventaire après décès31. C’est que le romantisme est présent là encore, guettant l’antiquaire et redoublant d’un tremblement esthétique le frisson de l’érudition32.

  • 33 1re série, vol. VIII, p. 3-6.

20 L’Artiste proclame l’état d’urgence dans toute la France. La revue cite une lettre de Paul-Louis Courier de 1819, incitant à démolir ces monuments des crimes et anciennes superstitions que sont Blois, Amboise, Marmoutiers ou le Plessis-lez-Tours. S[aint] C[héron] la commente longuement, démontrant qu’à cette « sauvagerie » fondée sur l’idéologie est venue s’ajouter une autre, qui laisse moins de ruines encore, celle que la France doit à l’industrialisation : « Il devient chaque jour plus urgent de défendre les intérêts de l’art contre les envahissements de l’industrie. [...] Si l’industrie prétendait étouffer tout développement religieux, moral, artistique, en vérité, que deviendrions-nous ? Un peuple américain, un peuple sans tradition, sans poésie, sans art33. »

  • 34 2e série, vol. I, 1838, p. 426-430.

21Batissier synthétise, avec la clarté pédagogique qui le caractérise, ce que l’on doit savoir, si l’on est un honnête homme de 1838, sur les « anciens châteaux » qui subsistent en France34. Il cite des exemples choisis de manière significative : Bourbon-l’Archambault, Pierrefonds, Château-Villain en Franche-Comté — « manoir fait pour les héros des romans d’Anne Radcliffe » —, le palais des ducs à Nancy transformé en caserne, le palais des ducs de Nevers, Écouen, et un grand nombre de demeures disparues, Marly, Sceaux, sans oublier des ouvrages plus récents mais également menacés, comme Malmaison.

  • 35 Article de Horace de Viel-Castel, 1re série, vol. I, 1831, p. 301-302, puis note relative au perce (...)
  • 36 1re série, vol. II, 1831, p. 169-170.
  • 37 1re série, vol. VIII, 1839, p. 187.
  • 38 Article signé Frédéric R., 1re série, vol. II, 1831, p. 216-217.
  • 39 1re série, vol. III, 1832, entre p. 184-185.
  • 40 1re série, vol. IV, 1832, p. 34-35.
  • 41 1re série, vol. IX, 1835, p. 244-250.
  • 42 Ibid., p. 51-53.
  • 43 1re série, vol. XI, 1836, p. 245.

22 L’Artiste, au fil des années de la monarchie de Juillet, aura défendu bon nombre de monuments, Saint-Germain-l’Auxerrois35 en tête. Le Mont Saint-Michel trouve l’un de ses premiers admirateurs avec Ernest Grille de Beuzelin36. L’abbaye brûle en 183437. Prison sévère, elle est « historique » au même titre que Notre-Dame de Paris. Le château de Pau38 n’est pas uniquement le sanctuaire légitimiste, berceau d’Henri IV, il doit être préservé pour son architecture même. L’Artiste donne des vues du donjon de Polignac39. Sous couvert de pittoresque, la lithographie popularise, à la suite de l’entreprise de Taylor et Nodier, bon nombre de sites et monuments, de Vézelay à Chartres, qu’il serait inutile d’énumérer. Jusqu’à une vignette qui montre Chambord à propos d’un petit volume de J.-T. Merle paru chez Canel : livre qui « sera... lu avec plaisir et aussi avec regret, car bientôt peut-être dans ces pages seulement Chambord existera ». Le château part en effet, ou risque de s’en aller, « en plomb, en charpente, en gravois, en ferraille40 ». En parler, le « publier », comme l’on ne dit pas encore, c’est, d’une certaine manière, le sauver. Les tombeaux de Saint-Denis sont ainsi décrits par Victor Godard en 183541. Saint-Germain sert de prison et Eugène Chapus constate que « c’en est fait de ce château42 ». La cathédrale de Chartres brûle43.

  • 44 A propos de Notre-Dame de Paris : « La société du Moyen Age surnagea dans les livres avec notre de (...)

23Le goût pour le Moyen Age est connoté, en 1831, du côté ultra44. L’Artiste s’emploie à rectifier cette idée reçue. En architecture aussi, il importe de revenir aux grands ancêtres et de donner au public une culture historique qui, en cette matière, lui manque plus encore qu’en peinture — sans arrière-pensée politique particulière.

  • 45 1re série, vol. V, p. 265 et 266.
  • 46 1re série, vol. VIII, 1834, p. 64 et 65.
  • 47 « Nécessité d’un musée d’architecture », 1re série, vol. IX, 1835, p. 289-292.
  • 48 « Musée d’architecture », 1re série, vol. XIV, 1837, p. 17-23.

24Deux articles essentiels complètent cette idée pédagogique d’initiation à l’architecture : l’un, signé C. [Cantagrel ?] traite « De la création d’un musée d’architecture45 », l’autre, anonyme, lance l’idée d’une « galerie de modèles d’architecture46 ». On lit en effet, dans le premier : « Depuis longtemps, nous avions remarqué une lacune dans les collections de nos musées, lacune immense, dont l’art a tant à souffrir, et dont pourtant on ne se rend pas compte au premier abord. En effet, nous avons des musées de peinture, de statuaire, d'artillerie ; des collections scientifiques, industrielles : et l’art qui embrasse, qui commande, qui motive tous les autres, l’architecture, n’a pas son musée à elle. La comparaison, ce grand auxiliaire du progrès dans les arts, l’architecte ne peut l’appliquer que de deux manières... feuilleter, compulser... voyager, parcourir la Grèce, l’Italie, la Sicile, la vieille France qu’on oublie trop souvent. » Pour résoudre la difficile question de la formation des architectes, il suffirait d’un « musée en relief ». Ce « musée des monuments du monde » reprendrait les débris du musée des Petits-Augustins et serait complété par une série de maquettes. C’est la question qui fait l’objet du second article en 1834 : « Il serait donc de la plus haute utilité de former une galerie dans laquelle se trouveraient réunis tous les différents types d’architecture, de toutes les époques et de toutes les contrées... Les dessins et gravures des principaux monuments d’architecture ne peuvent, en aucune manière, remplacer notre projet, parce que d’abord, ils sont disséminés... ensuite parce qu’ils ne présentent pas cette disposition d’un choix de tous les monuments par ordre chronologique, dont l’ensemble permet d’embrasser d’un seul coup d’œil l’histoire de l’art. » Une galerie de monuments réalisés en relief, qui viendrait « compléter le musée du Louvre », apprendrait plus de choses aux jeunes architectes, c’est la conclusion de L’Artiste, que les cours professés par les membres de l’Institut à l’École des Beaux-Arts. Le sujet est repris en 1835, et le programme du futur musée, qui devra montrer ensemble le portail de Reims et Chenonceaux, est tracé47. Louis Batissier revient à la charge en 1837, étoffant considérablement la liste des monuments qu’il faudrait reproduire et donnant au projet une envergure encyclopédique48.

Les grands chantiers modernes

  • 49 Grille de Beuzelin, « Monuments historiques », 2e série, vol. VIII, 1841, p. 134-136.
  • 50 Ibid.
  • 51 3e série, vol. III, 1843, p. 33 et 34 et vol. IV, 1843, p. 285-288.
  • 52 4e série, vol. IV, 1845, p. 87-101.
  • 53 Ibid., p. 9-11.
  • 54 Edmond du Sommerard, « Une visite au château de Blois », 4e série, vol. VI, 1846, p. 290 et 291.

25Les grands chantiers entrepris sous la monarchie de Juillet sont suivis par le journal : la Sainte-Chapelle fournit ainsi l’occasion de souligner la confiance que les historiens peuvent avoir en Duban49. Dans le même article, les chantiers de Vézelay, Saint-Benoit-sur-Loire, Conques, Saint-Savin sont signalés aux lecteurs. Grille de Beuzelin donne une sorte de cartographie de la France des chantiers de restauration. Il loue l’action du gouvernement qui a su trouver au budget des sommes qui, divisées par le nombre d’arrondissements concernés, sont dérisoires. Quelques pages plus loin, il donne l’exemple de la lettre-type adressée par le ministre de l’Intérieur à tous les préfets pour leur signifier la liste des monuments classés50. On informe du concours pour la restauration de Notre-Dame51. Le projet de Lassus et Viollet-le-Duc est publié et commenté aussitôt par Jacques Raphaël52. Une description minutieuse de Blois est tracée par A. Desplaces avant l’ouverture du chantier53. Dès 1846, le ministre de l’Intérieur se rend, en chemin de fer, sur le chantier pour féliciter Duban54. La rubrique « monuments », qui ne s’appelle d’ailleurs jamais ainsi, offre véritablement une chronique d’actualité, propre à passionner les lecteurs qui voient ainsi resurgir les appartements de Catherine de Médicis — avec la même stupéfaction qu’ils voient Blois désormais rapproché, à trois heures de Paris. Dans l’espace et le temps, les distances se raccourcissent : le même article synthétise les deux prouesses.

  • 55 3e série, vol. I, 1842, p. 94-97.
  • 56 4e série, vol. VII, 1846, p. 65-68.

26A la poésie des ruines qui perce encore dans une description de Jumièges55, succède ainsi la poésie moderne des édifices réinventés. Une poésie démocratique et populaire, celle de l’histoire enseignée et montrée à tous. A propos d’un ouvrage du baron Chaillou des Barres sur Les Châteaux d’Ancy-le-Franc, de Saint-Fargeau, de Chastellus, de Tanlay et l’abbaye de Pontigny, Léon Gozlan explique que « la religion a passé, et de sa robe distraite elle a laissé tomber sur la terre, comme la sainte reine de Hongrie [sainte Elisabeth], cette étonnante végétation de pierre à travers laquelle nous marchons avec ébahissement en plein XIXe siècle ». Cette tunique doit être partagée. « Il n’y a pas trente ans encore que l’histoire était uniquement écrite pour les historiens56 ». L’Artiste a compris qu’un des mérites de Duban, de Viollet-le-Duc ou de Lassus serait d’écrire une histoire lisible par tous les amis de l’architecture. Projet comparable à celui de la revue elle-même, qui invente un ton critique nouveau.

  • 57 Charles L[aviron] feint de s’adresser au ministre d’Argout : « Tendez une main secourable à cette (...)
  • 58 Gustave Planche, ibid., p. 62 et 63.
  • 59 « Architecture. MM. Hittorff, Duban, Lassus, Guédé, Lenoir », 1re série, vol. V, 1833, p. 171-173.
  • 60 « Salon de 1836 », 1re série, vol. XI, 1836, p. 73-75.
  • 61 L’Artiste parle plus volontiers, et très fréquemment, de sa « mission » dans le domaine architectur (...)

27C’est en annexe d’un article intitulé « Vente de la galerie de la Muette — Révolution dans les travaux publics d’architecture », article à deux sujets, signé de Lenormant, qu’est proclamé le triomphe de la nouvelle génération des architectes57, tandis que s’affirme, à l’école de Rome, la décadence des « modernes Vitruve58 ». Le Salon, pour l’architecture, est « indigent59 ». L’antienne est modulée, au fil des années, sur tous les tons : « Et cependant, au milieu de tous nos progrès dans les autres arts, pourquoi ce délaissement, cet abâtardissement et cet avortement de l’architecture60 ? » Face à des dessins incompréhensibles, le public se désintéresse : « Hélas ! Nos architectes ont compris cette indifférence du public qui veut des sensations avant tout ». L’histoire des chroniques d’architecture de L'Artiste est d’abord celle de la reconquête d’un public — car c’est en ce domaine précis qu’un organe de presse a un rôle à jouer61.

  • 62 1re série, vol. IV, 1832, p. 85.
  • 63 1re série, vol. VII, 1834, p. 157.
  • 64 « Les maçons américains et les architectes français », 1re série, vol. XI, 1836, p. 37 et 38.

28 L’Artiste relate, avec une précision perverse, les concours annuels pour le Grand Prix : en 1831, un établissement thermal à l’antique, jugé obsolète et incongru, en 1832, un musée de sculpture et de peinture, sujet « magnifique », occasion de réfléchir sur la muséographie. Les élèves ont été dans le sens de la surcharge, au lieu de laisser aux œuvres de peinture et de sculpture le premier plan sur un fond décoré de manière « unie et simple62 ». Il serait inutile d’énumérer la litanie de lamentations qui se déploie dans L’Artiste à l’occasion des commandes officielles, des prix et récompenses du Salon ou des travaux architecturaux des élèves de l’École des Beaux-Arts. La profession des architectes, alors que l’on n’a jamais autant construit depuis peut-être cinquante ans, est en crise. Au Salon, on constate que « le nombre des jeunes architectes devient donc plus rare chaque année. L’architecture est une carrière dans laquelle on n’aperçoit aucune issue pour arriver à la renommée et à la fortune63 ». L’architecture même, en France, ne mérite pas d’être rangée au nombre des arts tant elle est devenue « une misérable routine64 ». Période de doutes, où le renouveau tarde à venir, plus encore que dans le champ de la sculpture.

  • 65 Ibid., p. 209.

29La loi dite des cent millions (27 juin 1833) prévoit l’achèvement des monuments de Paris et l’embellissement de la capitale. L’Artiste dénonce l’insuffisance de la somme « pour l’achèvement de l’édifice du Quai d’Orsay, de l’église de la Madeleine, de la nouvelle galerie du Muséum d’histoire naturelle et des serres du jardin des Plantes, des nouveaux bâtiments du Collège de France ainsi que pour l’érection de l’obélisque de Louqsor65 ».

  • 66 1re série, vol. XV, 1838, p. 17.
  • 67 1re série, vol. II, 1831, p. 186 et, pour la lettre de Chateaubriand, vol. I, 1831, p. 133-134.
  • 68 1re série, vol. IV, 1832, p. 99 et 100.

30Le roi donne, avec les projets pour réaménager les Tuileries, l’exemple d’économies qui touchent à la mesquinerie. Quand à l’achèvement du Louvre, « voici trois cents ans que l’entreprise est en train66 ». « Si j’étais roi », dit en substance l’opposant Chateaubriand dans un mémorable article, unique incursion de l’enchanteur dans le domaine de la critique d’architecture présenté comme une lettre au directeur de L’Artiste datée du 12 avril 1831. L’article de Chateaubriand est aussitôt débattu par Planche, qui prend vivement à parti Fontaine67 : « La parole de M. de Chateaubriand ne fera pas obstacle à la pioche de ses maçons... Par pitié, si ce n’est par raison, M. Fontaine, montrez-vous clément et généreux pour le passé qui ne peut se défendre ; l’avenir vous appartient. » A travers l’exemple des Tuileries, c’est poser la question de la restauration des palais : le roi, rappelle Planche, n’en est que l’usufruitier et c’est à la revue de faire entendre les critiques de leur souverain propriétaire, la Nation. Planche continue, l’année suivante, d’attaquer Fontaine, à propos des statues des Tuileries. Les plaidoyers pour que l’on ne touche pas aux Tuileries se succèdent68. Le vieux palais devient ainsi, Fontaine servant de tête de turc, l’emblème de l’incurie du pouvoir de Louis-Philippe qui, loin d’encourager l’architecture, est toujours prêt à disposer des potagers dans les plus nobles perspectives.

  • 69 1re série, vol. VI, 1833, p. 64.
  • 70 Gustave Planche, « Les statues des Tuileries », 1re série, vol. III, 1832, p. 125-127.

31Fontaine fait figure de cible habituelle de L’Artiste : c’est lui que l’on préfère à Chenavard pour décorer le Théâtre-Français, il est accusé de drainer toutes les commandes après soi69. Despote il méprise les monuments anciens : « N’allez pas lui parler de la maison de Moret, du château de Gaillon, des majestueuses cathédrales de Reims, de Chartres ou de Strasbourg, il vous traitera comme un écolier ignorant... Tant qu’il restera dans Paris une rue qui ne ressemble pas aux rues de Rivoli et de Castiglione, tant qu’il n’aura pas fait toute la ville à son image, il refusera de se reposer70. »

  • 71 Une série d'articles rappelle les vicissitudes du monument qui, après avoir commémoré tant de chos (...)
  • 72 1re série, vol. VI, 1833, p. 136 et 137.
  • 73 « Du mode des concours publics pour l’architecture », 1re série, vol. VIII, 1834, p. 49-52.
  • 74 1re série, vol. VIII, 1839, p. 70.
  • 75 « De quelques projets d’embellissements pour Paris », 1re série, vol. IX, 1835, p. 57-59.
  • 76 1re série, vol. VII, 1834, p. 225-228.
  • 77 1re série, vol. XIII, 1837, p. 38.

32La critique du pouvoir s’inscrit, en effet, toujours en filigrane. Planche écrit, à propos des commandes architecturales et sculptées pour l’achévement de l’arc de triomphe de l’Étoile71 : « Où et quand M. Thiers a-t-il prouvé qu’il avait étudié et qu’il connaissait les travaux qu’il dirige ?... Avant de gouverner et de contresigner, il a discuté, comme journaliste, la valeur des ouvrages contemporains. Or tout nous porte à croire qu’aujourd’hui son avis, qu'il exécute, est aussi indécis, aussi incapable de se formuler, qu’il l’était lorsqu’il n’avait que la parole pour se mettre en évidence72. » Le rôle que s’octroie L’Artiste est donc non seulement de critiquer, mais de prendre parti dans les débats sur les commandes publiques. « A mesure que cette indifférence [de la presse] se perpétue, l’architecture décroît et s’avilit d’avantage. C’est par la publicité et les combats et discussions qu’elle se relèvera de son abjection. Le concours est son seul espoir73. » Le « concours public » est le « Delenda Carthago de tous ceux qui prendront à cœur les intérêts de l’architecture74 ». Il revient en effet sans cesse dans les articles consacrés au sujet75. Faute de vrai monument et de vrai projet d’urbanisme, Paris risque de devenir « une immense boutique » et tous les quartiers, s’ils sont certes « livrés aux maçons » et blanchis par la poussière des pierres neuves, ne se remplissent que de « maisons de location76 ». Argument inverse, quelque temps plus tard à propos des « Embellissements de Paris » : « On a voulu faire de Paris une belle ville, et l’on n’a su que lui donner des monuments, comme si les monuments faisaient une ville... Ma rue est-elle moins boueuse, moins sombre, moins hideuse, parce qu’on a bâti la Madeleine à l’extrémité des boulevards77 ? »

  • 78 1re série, vol. XIV, 1837, p. 201-204.
  • 79 Le premier écho sur le sujet figure en 1832, vol. III, p. 176 et 177.
  • 80 1re série, vol. IV, 1832, p. 16-19.

33Le monument de Juillet, symbole du régime, devient le symbole de son incapacité à décider en matière architecturale. « Depuis six ans, on voit le même échafaudage78. » Le « monument de la Bastille » fait, dès 183279, l’objet de controverse ; on épingle la médiocrité du gouvernement, on donne des chiffres : L’Artiste commente les données fournies par Le Moniteur. Pour la nouvelle salle de la chambre des députés80, c’est le feuilleton du Temps qui est cité par Ch[arles] L[enormant], très dur pour l’architecture de Joly, mais élogieux pour Pradier et Foyatier.

  • 81 1re série, vol. VIII, 1834, p. 130-135 et 141-143.
  • 82 Qui n’est pas plus épargnée par la fureur de L'Artiste qui stigmatise cette « imitation maladroite (...)
  • 83 « Constructions de l’église de la Madeleine », 1re série, vol. XI, 1836, p. 305-307.
  • 84 1re série, vol. V, 1833, p. 207.
  • 85 2e série, vol. I, 1838, p. 37-39.
  • 86 1re série, vol. VI, 1833, p. 7.
  • 87 Ibid., 1833, p. 273.

34Le jugement porté sur la Madeleine est, de même, en 1834, très réservé : « énorme parallélogramme de pierre », touchant à son achèvement « après soixante ans de travaux, d’abandon, d’interruption, après trois changements successifs de destination ». Le monument sert de prétexte à un savant discours, engagé à grand renfort de Cicéron, sur la question de la sculpture polychrome81. Vouloir taire du monument et de Notre-Dame de Lorette82 « le résumé le plus complet de l’art de notre époque » traduit bien l’incurie du pouvoir et son manque de goût : « jamais plus grosses sommes gaspillées pour arriver à un résultat plus mesquin et plus pauvre83 ». Face à la Madeleine, le grand événement, qui a suscité un engouement national, c’est l’obélisque qui passionne les lecteurs durant plusieurs volumes. Où placer cet « embarrassant obélisque84 », faut-il lui restituer, comme on le fit durant quelques mois, son pyramidion doré primitif85 ? On fait appel à des arguments historiques : « Les obélisques... ne sont point destinés à être isolés86 ». Le recours à la maquette en taille réelle est apprécié favorablement : « On doit savoir gré au gouvernement d’avoir, avant toute détermination définitive, placé, comme essai, sur deux points différents, un simulacre des obélisques de Louqsor. Cet appel à toutes les opinions est une des concessions que nous avions demandées pour tout ce qui tient aux travaux d’embellissement public, et notre tribut de gratitudes, à cet égard, n’est que justice. D’ailleurs, en mettant ainsi la question aux voix, le ministère, sans rien diminuer ni du poids de son influence ni du mérite de ses efforts, a su mettre sa responsabilité à couvert de la critique. C’est assurément concilier tous les intérêts ». « N’exilons pas... l’obélisque au milieu du désert de la place de la Concorde » écrit quelques mois plus tard un partisan de son installation sur le Pont-Neuf en remplacement du Henri IV87.

« L’éclectisme, c’est-à-dire le doute... »

  • 88 Théophile Thoré, « L’École des Beaux-Arts », 2e série, vol. I, 1838, p. 220-222.
  • 89 « L’École des Beaux-Arts, deuxième article », ibid., p. 305.

35A l’occasion de l’enlèvement des échafaudages qui entouraient l’École des Beaux-Arts, L’Artiste renouvelle sa condamnation à l’égard des architectes officiels : « Le public et les artistes commencent à se lasser des éternelles colonnades et des inévitables frontons : nous avons assez de temples grecs sous prétexte d’églises chrétiennes, de palais, de théâtres ou de barrières. » Thoré, qui écrit ces lignes importantes, engage une réflexion sur le travail de Duban : « M. Duban a fait de l’architecture éclectique. Assurément l’éclectisme, en art comme en philosophie, est un aveu d’impuissance et ne saurait conduire qu’à l’avortement. Toutefois, l’éclectisme, qui n’est autre chose que le doute systématisé, peut devenir un bon instrument de critique et de destruction, relativement au passé. On peut donc considérer que M. Duban a rendu un véritable service à l’architecture en installant l’éclectisme, c’est-à-dire le doute, dans son sein. Quand on aura fait un peu de cette architecture mélangée et en quelque sorte anarchique, il ne sera plus possible de revenir à la vieille orthodoxie, pas plus qu’on ne saurait ressusciter l’Ancien Régime politique après la tourmente de nos assemblées nationales. C’est déjà beaucoup que de rompre avec l’immobilité et de commencer la transition ; il faudra bien que nous arrivions à créer un art en harmonie avec les conditions de notre temps et de notre pays...88 » Le doute de Duban, selon Thoré, plus que sceptique, est cartésien : retrouver le passé pour l’abolir, et construire, dans un second moment, une architecture nouvelle fondée sur la pensée, consciente d’elle-même, « en harmonie avec sa destination89 ».

  • 90 2e série, vol. VIII, 1841, p. 367-369.
  • 91 3e série, vol. I, 1842, p. 3-5 et le mémoire des mêmes, p. 19-22.
  • 92 L'Artiste prend la parole au nom des amateurs de Molière, déçus par cette réinterprétation aussi pa (...)
  • 93 3e série, vol. III, 1843, p. 161 et 162.

36Quels sont donc les édifices, parmi ceux qui viennent d’être bâtis, qui trouvent grâce aux yeux des rédacteurs de L’Artiste ? Le Cirque des Champs-Elysées, d’Hittorff, est salué comme une courageuse réussite d’une grande élégance90. Le thème de l’unité de la décoration et de l’architecture est souvent développé dans L’Artiste, qui reproduit, par exemple, sur ce sujet, à propos de la commande des décors de Saint-Vincent-de-Paul, une lettre de Lepère et d’Hittorff au préfet de la Seine91. L’Artiste n’aime guère Visconti, critique beaucoup la fontaine Molière92 et la fontaine de la place Saint-Sulpice93.

  • 94 On se bornera à citer un article de réflexion programmatique, signé de Benjamin Delessert, « De la (...)
  • 95 Cf. par exemple l’article d’Auguste Couder, 4e série, vol. III, 1845.
  • 96 Projet par Émile Béres, 1re série, vol. VII, 1834, p. 37 et 38.
  • 97 1re série, vol. IX, 1835, p. 157 et 158.

37Les grands projets débattus par L’Artiste avec le plus de feu concernent les édifices destinés aux arts. La reconstruction de la bibliothèque royale, notamment, qui fait l’objet de nombreux articles94. De même, le projet d’une nouvelle salle pour l’Opéra95. L’idée d’un grand palais d’expositions tient à cœur à L’Artiste. Depuis la vision d’un « Projet d’un palais de l’Industrie aux Champs-Elysées96 » en 1834, l’idée d’une salle qui servirait aux Salons et aux grandes expositions est lancée. Elle fut un véritable « serpent de mer » jusqu’en 1848. Mais le gouvernement ne fait rien, préférant timidement rénover l’hémicycle du Luxembourg97 ou projeter des fontaines moins coûteuses.

  • 98 1re série, vol. VIII, 1834, p. 145-147.
  • 99 « La chapelle sépulcrale de la princesse Potocka au cimetière du Nord », 4e série, vol. VII, 1846, (...)
  • 100 1re série, vol. VI, 1833, p. 267, rubrique « Variétés ».

38Pour rendre compte de ces nouveautés parisiennes, L’Artiste a bien sûr recours à l’illustration : jamais de plan ni d’élévation, mais des vues pittoresques, comme celle du Pont du Carrousel qui accompagne le commentaire de l’œuvre de Polonceau98. On a l’impression que c’est un peu au hasard des articles, et pour prendre le parti de tel ou tel, que L’Artiste décrit les monuments les plus divers. Une chapelle sépulcrale peut faire l’objet d’un long article si elle est signée d’Hittorff99. D’autres fois, L’Artiste cède au plaisir d’émerveiller le lecteur, en le faisant pénétrer dans des édifices curieux et neufs. Parmi ces constructions contemporaines, celles, toutes scientifiques, de l’Observatoire de Paris sont décrites comme un petit théâtre : « Au moyen d’un mécanisme savamment coordonné, tous les instruments sont transportés à volonté, tantôt sur la terrasse, tantôt sur leurs socles, toujours avec une précision mathématique. Les portes, les croisées, les planches, le plafond, tout cela se meut, va, vient, s’ouvre, se ferme comme par enchantement, en appuyant du bout du doigt sur des espèces de pédales comme il y en a aux harpes et aux pianos100. » Cette dimension fantastique de l’architecture répond à celle qui, on l’a vu, perce de temps à autre au détour des articles consacré aux monuments du passé.

39C’est le romantisme des descriptions qui, finalement, accompagne toujours, en sourdine, de tels articles, qui donne aux constructions dont il est question leur vernis de modernité. L’Artiste a compris, parmi les premiers et mieux que ses concurrents, qu’il fallait faire rêver les lecteurs avec l’architecture. Elle fut sans doute la première à s’intéresser à Hector Horeau et à ses projets utopiques.

  • 101 La défaite de la maquette de Marochetti est clamée, 2e série, vol. VI, 1840, p. 325. L’Artiste pub (...)
  • 102 2e série, vol. VII, 1841, p. 35-37. Ce premier projet est accompagné d’une lithographie en hors-te (...)
  • 103 Auguste-Émile de Kermainguy, « Si j’étais roi », 4e série, vol. V, 1845-1846, p. 248-252.

40Les projets non retenus constituent aussi une histoire parallèle de l’architecture, depuis le monument de Marochetti pour Napoléon aux Invalides101 jusqu’au pont de la Concorde dessiné par Labrouste en 1841102. L’Artiste s’essaye à l’urbanisme. Kermainguy103 s’imagine « grand remueur de pierres » et rêve de ce que serait Paris si on redessinait ses quartiers. On comprend mieux, en lisant L’Artiste, à quel point les bouleversements de Paris mis en branle sous le Second Empire avaient pu correspondre à une attente populaire, attisée par la frustration de ces années 1830 où aucun architecte de valeur ne venait donner à cet art le souffle que le romantisme avait donné à la peinture. La révélation de l’éclectisme, la lecture de L’Artiste le montre, plus qu’une phase de doute cartésien, a été un déclencheur : l’art de la citation historiciste prouvait que de jeunes architectes pouvaient entreprendre des travaux d’envergure. Il suffisait d’attendre un gouvernement qui leur en donnât les moyens.

  • 104 1re série, vol. XIV, 1837, p. 237.

41 L’Artiste fut donc une grande revue d’architecture vivante. Dans la page, due probablement à Janin, qui sert de nécrologie à Alfred Johannot en 1837104, celui-ci est loué comme un architecte. Illustrateur, il a mis son art au service de grandes œuvres littéraires, celles de Walter Scott notamment, comme les peintres décorateurs qui ornent de grandes architectures. Cette comparaison n’est pas innocente. Elle fait, suivant un lieu commun des années 1830 lancé par Notre-Dame de Paris, du livre un monument. La revue-livre, avec ses chapelles, ses grandes nefs en perspective, son chœur qui pourrait bien être le Salon annuel, reçoit de son atelier d’illustrateurs ses vitraux et ses tableaux. La revue est architecture.

  • 105 2e série, vol. III, 1839, p. 135.

42Une lettre ouverte signée Mallet, en 1839, fait grief à la revue de négliger les constructions parisiennes et leur étude détaillée, en particulier les constructions privées des boulevards105. L'Artiste néglige, en effet, bien des points, alors débattus par les passionnés d’architecture : l’utilité sociale, les fonctions de l’architecture, ou des disputes plus techniques sur l’emploi des ordres ou la définition de l’éclectisme. La mise en regard permanente des découvertes archéologiques, des travaux de restauration avec les constructions nouvelles s’est cependant révélée fructueuse : les relations entre les formes d’un édifice et ses fonctions, entre le décor et la structure sont évoquées à ce sujet. Sans parvenir jamais à de vraies théories ni à aucune doctrine en ces domaines, qui n’apparurent fondamentaux qu’aux yeux des historiens, L'Artiste sous la monarchie de Juillet aura jeté les bases de la réflexion sur l’architecture de la seconde moitié du siècle.

43Si L’Artiste a su être, à ce point, une revue d’architecture pionnière et inaperçue, c’est peut-être parce que la revue se pensait elle-même comme œuvre architecturale et que ses rédacteurs en avaient conscience. Le contenant, sous sa reliure, qui sur certains exemplaires peut être « à la cathédrale », métaphorise le contenu et le discours tenu pour défendre les monuments. C’est peut-être l’une des clefs de la cohérence de L'Artiste, derrière l’apparent éparpillement des articles : toutes les œuvres d’art sont susceptibles d’être défendues comme l’on défend les monuments historiques. Faire entrer une œuvre, tableau, sculpture, projet de monument, ruine ou restauration, agencement d’un intérieur, mobilier ou ornement dans la revue, par l’estampe, grâce aux articles, c’est la sauver des démolisseurs, c’est l’intégrer à la grande cathédrale romantique. Et de même que les monuments du passé, que le présent sauve et défend, sont la garantie de l’avenir de l’architecture, de même les œuvres reproduites, analysées et défendues, serviront à faire progresser les arts. Ces idées se développent, comme en filigrane, dans les volumes de la monarchie de Juillet. Ils lient sens de l’histoire, vision sociale et confiance dans le progrès. C’est ce que les articles d’architecture, avec leur permanente dimension politique, leurs excès et leurs lacunes, démontrent, — comme en modèle réduit.

Notes

1 Voir notre édition de L’Histoire du romantisme de Théophile Gautier, Gallimard, collection Folio, à paraître, 2002.

2 Nous nous permettons de renvoyer à notre thèse, L’Artiste, une revue de combat des années romantiques, Université de Paris-Sorbonne, dir. Bruno Foucart, 1999.

3 Pour les planches de L’Artiste, voir Pierre Sanchez et Xavier Seydoux, Les Estampes de L’Artiste, 1831-1904, 2vol., Paris, L’échelle de Jacob, 2000.

4 2e série, vol. I, 1839, p. 5.

5 1re série, vol. VII, 1834, p. 63-64.

6 Catalogue de l’exposition Louis Visconti 1791-1853, textes réunis par Françoise Hamon et Charles MacCallum, préfaces de Jean-Pierre Babelon et Bruno Foucart, Paris, 1991, p. 78-101.

7 Article non signé, 1re série, vol. XIII, 1837, p. 386.

8 Ibid.

9 « Antiquités : sont toujours de fabrication moderne », Gustave Flaubert, Le Dictionnaire des idées reçues, éd. Claudine Gothot-Mersch, Paris, Gallimard, 1979, p. 488.

10 Article non signé, 1re série, vol. V, 1833, p. 39.

11 1re série, vol. VI, 1833, p. 71.

12 Ibid., p. 197.

13 Ibid., p. 198. Voir aussi l’éloge funèbre d’Allier, 1re série, vol. XI, 1836, p. 184-186 et les éloges qui accompagnent la reproduction en fac-similé d’un de ses dessins, 1re série, vol. XIV, 1837, p. 37-38.

14 Sur la fortune de la formule de Victor Hugo et la postérité de Notre-Dame de Paris, cf. Philippe Hamon, Expositions, littérature et architecture au XIXe siècle, Paris, José Corti, 1989, p. 13, note 7 et p. 40, note 22.

15 Par extraits, et par un compte rendu de Natalis de Wailly, 1re série, vol. III, 1832, p. 239-240.

16 1re série, vol. II, 1831, p. 150.

17 1re série, vol. I, 1831, p. 161-164, une note souligne que ce rapport est inédit.

18 Le mot « patrimoine », dont la critique contemporaine abuse, n’est pas employé par L'Artiste.

19 1re série, vol. I, 1831, p. 202-203.

20 2e série, vol. I, 1839, p. 5.

21 1re série, vol. VII, 1834, p. 3-4.

22 « Histoire et description des anciens monuments de Paris. Le Louvre de Philippe-Auguste et de Charles V », 1re série, vol. XI, 1836, p. 259-264, 283-288 et 320-324.

23 1re série, vol. V, 1833, p. 201-202.

24 « Archéologie nationale, Hôtel de La Trémoille », 2e série, vol. III, 1839, p. 186-189 et, une fois la destruction opérée, l’article visant à donner des conseils à Lassus et Viollet-le-Duc, « Projet d’un palais pour l’archevêché de Paris, appropriation des matériaux de l’hôtel de La Trémoille », 3e série, vol. I, 1842, p. 50-52.

25 Charles Rabou, « La Tour Saint-Jacques-la-Boucherie, au directeur de L’Artiste », 1re série, vol. XII, 1836, p. 25-27.

26 « Album du Salon de 1841 », 2e série, vol. VII, 1841, p. 373 et la lithographie de Herson d’après son propre tableau.

27 1re série, vol. VIII, 1834, p. 288.

28 1re série, vol. VIII, 1834, p. 261-263.

29 « Les ruines de l’église Saint-Côme », 1re série, vol. IX, 1835, p. 29.

30 1re série, vol. XII, 1836, p. 39-42.

31 3e série, vol. V, 1844, p. 153-154.

32 Ce n’est plus le cas dans les articles ultérieurs qui décrivent « scientifiquement » la collection, ibid., p. 231-234.

33 1re série, vol. VIII, p. 3-6.

34 2e série, vol. I, 1838, p. 426-430.

35 Article de Horace de Viel-Castel, 1re série, vol. I, 1831, p. 301-302, puis note relative au percement de la rue du Louvre, vol. II, 1831, p. 47.

36 1re série, vol. II, 1831, p. 169-170.

37 1re série, vol. VIII, 1839, p. 187.

38 Article signé Frédéric R., 1re série, vol. II, 1831, p. 216-217.

39 1re série, vol. III, 1832, entre p. 184-185.

40 1re série, vol. IV, 1832, p. 34-35.

41 1re série, vol. IX, 1835, p. 244-250.

42 Ibid., p. 51-53.

43 1re série, vol. XI, 1836, p. 245.

44 A propos de Notre-Dame de Paris : « La société du Moyen Age surnagea dans les livres avec notre dernier essai de monarchie du Moyen Age... On est sature d ogives, assommé de tourelles, broyé sous les arabesques : on en sort fou », 1re série, vol. I, 1831, p. 104.

45 1re série, vol. V, p. 265 et 266.

46 1re série, vol. VIII, 1834, p. 64 et 65.

47 « Nécessité d’un musée d’architecture », 1re série, vol. IX, 1835, p. 289-292.

48 « Musée d’architecture », 1re série, vol. XIV, 1837, p. 17-23.

49 Grille de Beuzelin, « Monuments historiques », 2e série, vol. VIII, 1841, p. 134-136.

50 Ibid.

51 3e série, vol. III, 1843, p. 33 et 34 et vol. IV, 1843, p. 285-288.

52 4e série, vol. IV, 1845, p. 87-101.

53 Ibid., p. 9-11.

54 Edmond du Sommerard, « Une visite au château de Blois », 4e série, vol. VI, 1846, p. 290 et 291.

55 3e série, vol. I, 1842, p. 94-97.

56 4e série, vol. VII, 1846, p. 65-68.

57 Charles L[aviron] feint de s’adresser au ministre d’Argout : « Tendez une main secourable à cette jeune école persécutée par la routine, donnez à Duban, à Blouet, à Labrouste jeune, à Gilbert, à bien d’autres... l’occasion de montrer ce qu’ils savent faire. » C’est-à-dire : plutôt que d’envoyer les lauréats perdre leur temps à Rome, il vaudrait mieux leur confier des chantiers et leur permettre de répondre à la demande des amateurs, plus nombreux en ce domaine qu’en peinture et en sculpture, 1re série, vol. IV, 1832, p. 39-42.

58 Gustave Planche, ibid., p. 62 et 63.

59 « Architecture. MM. Hittorff, Duban, Lassus, Guédé, Lenoir », 1re série, vol. V, 1833, p. 171-173.

60 « Salon de 1836 », 1re série, vol. XI, 1836, p. 73-75.

61 L’Artiste parle plus volontiers, et très fréquemment, de sa « mission » dans le domaine architectural.

62 1re série, vol. IV, 1832, p. 85.

63 1re série, vol. VII, 1834, p. 157.

64 « Les maçons américains et les architectes français », 1re série, vol. XI, 1836, p. 37 et 38.

65 Ibid., p. 209.

66 1re série, vol. XV, 1838, p. 17.

67 1re série, vol. II, 1831, p. 186 et, pour la lettre de Chateaubriand, vol. I, 1831, p. 133-134.

68 1re série, vol. IV, 1832, p. 99 et 100.

69 1re série, vol. VI, 1833, p. 64.

70 Gustave Planche, « Les statues des Tuileries », 1re série, vol. III, 1832, p. 125-127.

71 Une série d'articles rappelle les vicissitudes du monument qui, après avoir commémoré tant de choses, ne pouvait plus guère que s’élever en l’honneur de la réconciliation nationale. Cf. 1re série, vol. XII, 1839, p. 13-15 et 37-39.

72 1re série, vol. VI, 1833, p. 136 et 137.

73 « Du mode des concours publics pour l’architecture », 1re série, vol. VIII, 1834, p. 49-52.

74 1re série, vol. VIII, 1839, p. 70.

75 « De quelques projets d’embellissements pour Paris », 1re série, vol. IX, 1835, p. 57-59.

76 1re série, vol. VII, 1834, p. 225-228.

77 1re série, vol. XIII, 1837, p. 38.

78 1re série, vol. XIV, 1837, p. 201-204.

79 Le premier écho sur le sujet figure en 1832, vol. III, p. 176 et 177.

80 1re série, vol. IV, 1832, p. 16-19.

81 1re série, vol. VIII, 1834, p. 130-135 et 141-143.

82 Qui n’est pas plus épargnée par la fureur de L'Artiste qui stigmatise cette « imitation maladroite de Sainte-Marie-Majeure », 1re série, vol. XII, 1836, p. 268-270.

83 « Constructions de l’église de la Madeleine », 1re série, vol. XI, 1836, p. 305-307.

84 1re série, vol. V, 1833, p. 207.

85 2e série, vol. I, 1838, p. 37-39.

86 1re série, vol. VI, 1833, p. 7.

87 Ibid., 1833, p. 273.

88 Théophile Thoré, « L’École des Beaux-Arts », 2e série, vol. I, 1838, p. 220-222.

89 « L’École des Beaux-Arts, deuxième article », ibid., p. 305.

90 2e série, vol. VIII, 1841, p. 367-369.

91 3e série, vol. I, 1842, p. 3-5 et le mémoire des mêmes, p. 19-22.

92 L'Artiste prend la parole au nom des amateurs de Molière, déçus par cette réinterprétation aussi pauvre que l’interprétation du Misanthrope aux fêtes d’ouverture du nouveau Versailles, 3e série, vol. V, 1844, p. 33-37.

93 3e série, vol. III, 1843, p. 161 et 162.

94 On se bornera à citer un article de réflexion programmatique, signé de Benjamin Delessert, « De la reconstruction de la bibliothèque royale », 4e série, vol. III, 1845, p. 18-20.

95 Cf. par exemple l’article d’Auguste Couder, 4e série, vol. III, 1845.

96 Projet par Émile Béres, 1re série, vol. VII, 1834, p. 37 et 38.

97 1re série, vol. IX, 1835, p. 157 et 158.

98 1re série, vol. VIII, 1834, p. 145-147.

99 « La chapelle sépulcrale de la princesse Potocka au cimetière du Nord », 4e série, vol. VII, 1846, p. 107-109.

100 1re série, vol. VI, 1833, p. 267, rubrique « Variétés ».

101 La défaite de la maquette de Marochetti est clamée, 2e série, vol. VI, 1840, p. 325. L’Artiste publie le « Rapport au ministre de l’Intérieur au nom de la commission chargée de l’examen des projets de monument à la mémoire de l’Empereur Napoléon », 3e série, vol. I, 1842, p. 53-59.

102 2e série, vol. VII, 1841, p. 35-37. Ce premier projet est accompagné d’une lithographie en hors-texte de Provost.

103 Auguste-Émile de Kermainguy, « Si j’étais roi », 4e série, vol. V, 1845-1846, p. 248-252.

104 1re série, vol. XIV, 1837, p. 237.

105 2e série, vol. III, 1839, p. 135.

Auteur

Université de Paris-IV Paris-Sorbonne.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540