Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les périodiques d'architecture, XVIIIe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

La publicité dans les périodiques d’architecture au XIXe siècle autour de la politique commerciale de l’éditeur Morel

Béatrice Bouvier

Texte intégral

  • 1 Émile Littré, dans le Dictionnaire de la langue française, édition 1881, précise le sens que nous (...)

1L’évolution de la publicité1 au XIXe siècle découle de nouvelles logiques économiques et politiques de la société industrielle. Elle occupe une place importante dans les périodiques d’architecture. A support spécialisé, message spécialisé : le champ de la publicité couvre les nouveaux produits destinés à la construction, les parutions d’ouvrages, ou encore les demandes d’emploi. Pour les chercheurs, il représente une mine d’informations considérable, dont l’étude a jusqu’ici été négligée. On peut se demander s’il n’en découlerait pas un regard différent sur l’architecture du XIXe siècle. S’agissant des nouveaux produits, on pourrait par exemple en venir, après avoir privilégié les débats théoriques, les questions institutionnelles touchant l’enseignement et la commande, les informations factuelles sur les édifices et les maîtres d’œuvre, à une histoire des bâtiments, ceux-ci compris comme la mise en œuvre de matériaux de plus en plus élaborés, selon l’évolution de la production industrielle et comme l’installation d’équipements chaque jour plus sophistiqués en rapport cette fois avec le développement de l’hygiène et du confort. S’agissant des parutions d’ouvrage, on pourrait concevoir une histoire de l’architecture du point de l’activité éditoriale. Concernant enfin les demandes d’emploi, on pourrait imaginer des avancées en prévision d’une histoire de la profession, limitée jusqu’à présent à ceux des architectes qui travaillaient au XIXe siècle pour l’État.

2L’insertion de la publicité dans la presse professionnelle d’architecture commence avec le XIXe siècle, lors de la parution, en 1800, du premier périodique d’architecture, Le Journal des bâtimens civils et des arts (1800-1810), fondé par l’entrepreneur Camille Le Bars. Le Bars proposait conjointement des articles théoriques et des annonces de matériaux, des comptes-rendus bibliographiques et des annonces de cours. L’annonce publicitaire devient progressivement le principal mode de publicité qu’utilisent les directeurs de périodiques d’architecture. Après les années 1830, en effet, ils se spécialisent dans l’édition d’ouvrages consacrés à cet art, publient tout d’abord des extraits du catalogue de leur librairie, qui prend place sous la forme d’un cahier final aussi bien dans les ouvrages que dans les périodiques ; puis, ils offrent à leurs lecteurs des comptes-rendus ou bulletins bibliographiques. On en trouve dans la plupart des revues.

  • 2 Cf. tableau 1 et graphiques 1 et 2 : « Répartition de l’espace imprimé de l’Encyclopédie d’archite (...)

3La revue l’Encyclopédie d’architecture, par exemple, créée en 1850 par l’éditeur Balthazar Bance, consacre la totalité de son espace publicitaire aux bulletins bibliographiques2. A partir de novembre 1851, un bulletin mensuel annonce les nouveaux ouvrages disponibles à la librairie Bance. En outre, on trouve à la fin de chaque publication un extrait du catalogue général de la librairie. Ainsi, le premier volume du Dictionnaire raisonné du mobilier français de Viollet-le-Duc propose la liste des titres de Viollet-le-Duc que l’auteur a publiés chez Bance, suivie d’une ou deux pages d’ouvrages d’auteurs divers. Pour chaque ouvrage cité, Bance précise, par une petite notice, le contenu, le format, le nombre d’illustrations, de chromolithographies, et le prix. Durant plus de dix ans, il va se contenter de ce procédé discret et efficace.

  • 3 Béatrice Bouvier, L’Encyclopédie d’architecture (1850-1892) : un miroir de l’architecture de son t (...)
  • 4 Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle : César Daly et la Revue générale de l’architec (...)
  • 5 Delphine Costedoat, La Gazette des architectes et du bâtiment, dirigée par E. Viollet-le-Duc fils (...)

4Il n’est pas question dans cette étude d’aller plus avant sur les pistes qui, parmi d’autres, viennent d’être évoquées, mais d’attirer modestement l’attention sur la production publicitaire en matière d’architecture. J’avais eu l’occasion de me rendre compte de son importance en étudiant l’Encyclopédie d'architecture3 et surtout la Gazette des architectes et du bâtiment. Marc Saboya4, dans ses travaux sur la Revue générale d’architecture, et Delphine Costedoat5, pour les premières années de la Gazette des architectes, ont abordé la question. Je souhaiterai évoquer ici trois points :

  1. Les caractéristiques d’une publication spécialisée dans la publicité, l’Annuaire de Sageret. On utilisera pour critères l’évolution de la publicité sous l’angle quantitatif — le nombre de publicités — et sous l’angle qualitatif — la diversification des contenus.
  2. L’attitude de l’éditeur Morel face à ce moyen d’information.
  3. La présentation formelle de la publicité.

L ’Annuaire de Sageret

  • 6 Le prénom de Sageret reste incertain. Nous nous trouvons en présence de François Sageret et parfoi (...)

5 L’Annuaire du bâtiment des travaux publics et des arts industriels (1830-1932 ?) est fondé en 1830 par P. F. Sageret6, éditeur propriétaire de l’Annuaire, installé 15, rue du Four-Saint-Germain à Paris. Cette publication spécialisée dans la publicité de la construction, mériterait une étude approfondie : quel tirage, pour quel public, dans quel champ géographique, autant de questions aujourd’hui sans réponse. Dès le premier numéro, Sageret propose aux professionnels du bâtiment des publicités par secteur d’activité : maçonnerie, métallurgie, arts décoratifs, papeteries, accompagnées d’annonces tarifaires de la voirie ou de matières premières (bois, pierre, métaux). Dès le départ, on y trouve une trentaine de pages publicitaires, composées chacune de 3 à 6 annonces, suivies d’un annuaire d’architectes, surtout de Paris ou de sa région, puis d’annonces de professionnels. L’Annuaire paraît fin février de chaque année au prix de 7 francs. Le tarif des annonces et réclames varie de 30 francs pour un quart de page à 100 francs pour une page entière. La ligne revient par conséquent à un franc, tarif assez coûteux si on le compare à celui de L’Illustration qui publie la ligne au coût de 80 centimes.

  • 7 Ill. 1 : « Couverture de 1880 de l’Annuaire du bâtiment de Sageret, année 1880 » ; et ill. 2 : « P (...)
  • 8 Un volume du Sageret comprend en moyenne 1660 pages (515 pages de publicité et 1145 pages de texte (...)
  • 9 Graphiques 3 et 4 : Répartition thématique des publicités du Sageret pour l’année 1880.

6Il faudrait pouvoir analyser plusieurs échantillons de cette publication annuelle pour se rendre compte de l’évolution de son contenu publicitaire. J’ai analysé plus particulièrement les volumes des années 1880. Ce choix chronologique se justifie par le fait que la publicité connaît au cours des vingt dernières années du XIXe siècle un essor important. Après une phase d’expansion entre 1860 et 1880, le nombre des annonces publicitaires dans les périodiques d’architecture augmente pour atteindre des chiffres considérables entre 1880 et 1900. Dans le volume de 1880, par exemple, on trouve plus de 500 pages de publicités sur un total de 1660 pages, soit près de 30 % de l’ouvrage7. Une étude approfondie des publicités contenues dans le volume de l’année 18808 révèle qu’une majorité d’annonces est consacrée à la plomberie et aux matières diverses. Viennent ensuite les procédés de construction métallique et les machines outils9.

Ill. 1 : Couverture de l’Annuaire du bâtiment de Sageret, année 1880.

7Les publicités publiées dans l’Annuaire connaissent une diffusion efficace grâce au réseau de dépositaires : parmi eux se trouvent les éditeurs parisiens Marchai, Ducher, Lacroix et Levy, et surtout Auguste-Jean Morel.

Ill. 2 : Page publicitaire de l’Annuaire du bâtiment de Sageret, année 1880.

Morel et les «  Gazettes  »

  • 10 Ill. 3 : Couverture de la Gazette des architectes et du bâtiment, 1876 ; ill. 4 : Extrait de pages (...)

8Morel partage avec Sageret l’idée que l’emploi systématique de la publicité dans les périodiques facilite, par la même occasion, la diffusion de ses éditions. En 1860, il fonde un bimensuel intitulé la Gazette du bâtiment. Cette modeste publication propose un ensemble d’annonces mercuriales dont la ligne coûte 1 franc 25 centimes pour paraître dans un seul numéro et 1 franc 50 centimes pour les vingt-quatre numéros annuels. Les quatre à six pages publicitaires de la Gazette du bâtiment sont généralement illustrées et proposent des « matières premières », « des machines et appareils », « des procédés nouveaux », ou encore, « des produits de toutes sortes se rattachant, par un lien quelconque, aux travaux publics, à la construction, à la décoration et à l’ameublement »10. Certaines annonces emploient une présentation originale, voire stylisée. Le choix de l’éditeur Morel se rapproche du catalogue d’assortiments, c’est-à-dire d’un ensemble de réclames diverses disposées à la suite les unes des autres sur le modèle des catalogues de matériaux. A la différence de l’éditeur Bance, Morel associe de façon directe la publicité à l’actualité architecturale.

Ill. 3 : Couverture de la Gazette des architectes et du bâtiment, 1876.

9En 1863, Morel lance un nouveau périodique, la Gazette des architectes et du bâtiment, annuaire de l’architecte et du constructeur, dirigé par Eugène-Louis Viollet-le-Duc (1835-1910), fils de l’auteur du Dictionnaire raisonné. Il fait appel au service d’un professionnel de la publicité : l’agence Daudin. Le prix de la ligne d’annonces publiée dans un seul numéro baisse légèrement et passe à un franc. Cette collaboration ne dure que deux ans, jusqu’en 1865. De 1863 à 1865, la Gazette des architectes et du bâtiment propose des pages mercuriales, qui se transforment après 1872, en « revue commerciale » puis en « bulletin commercial » supplément de la Gazette.

  • 11 Graphique 5 : Répartition thématique des publicités de la Gazette des architectes et du bâtiment ( (...)

10Parmi les annonceurs, la Compagnie générale des Asphaltes et les ciments Lobereau (ciments portland et romains)11, les Ciments Lobereau-Meurgey, les sculpteurs Bandeville et Bourdon, restent fidèles à la Gazette des architectes et du bâtiment. Entre 1863 et 1863, pourtant, le thème publicitaire du périodique vise moins les matériaux que les techniques de décoration et d’ameublement. Le bimensuel utilise parfois « l’annonce dite anglaise », avec des caractères identiques, plus petits que ceux du texte rédactionnel, et « l’annonce affiche » qui associe les effets graphiques accompagnés de vignettes. Après 1872, la publicité occupe un tiers de l’espace imprimé.

  • 12 Arch. nat., F18 295, état des tirages des journaux et écrits politiques et non politiques, périodi (...)

11Le tirage à deux mille exemplaires12 de la Gazette des architectes et sa large diffusion en province confirment le succès du périodique. Morel favorise aussi sa diffusion à l’étranger, surtout dans les villes germaniques : Hanovre, Munich, Berlin, Vienne. La même année, la Revue générale de l’architecture est imprimée à deux mille cinq cents exemplaires mais elle bénéficie d’une sorte de droit d’aînesse ; le Moniteur des architectes, lui, ne dépasse pas les mille. Ces chiffres prouvent le succès du bimensuel auprès des professionnels du bâtiment. Morel fonde, au début des années 1860, plusieurs périodiques qui se réfèrent à l’architecture allemande, notamment la revue L'Architecture allemande au XIXe siècle : elle publie des modèles architecturaux berlinois, et la revue L’Art pour tous, traduite simultanément en français et en allemand.

  • 13 Gazette des architectes et du bâtiment, annuaire de l’architecte et du constructeur, t. X (2e série (...)
  • 14 Bulletin commercial de la Gazette des architectes et du bâtiment, annuaire de l’architecte et du c (...)

12En 1872, le successeur de Morel, le propriétaire gérant Des Fossez relance, sur l’idée d’Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, l’Encyclopédie d’architecture, qui devient le complément de la Gazette des architectes. A cette date, la publicité est réintroduite sous la forme d’un bulletin commercial joint en supplément : « Des annonces mercuriales et adjudications suivent des annonces de livres en même temps que les annonces de produits de constructeurs13 ». Dorénavant, les bulletins proposent des annonces plus professionnelles, avec des demandes d'autorisation de bâtir, des renseignements commerciaux divers, par exemple les cours tarifaires de matières premières (fers ou métaux ouvrés), et même des demandes d’emploi14. Ils offrent aux jeunes élèves en architecture, dessinateurs et vérificateurs, qui se trouvent momentanément sans travail, la possibilité de publier leurs requêtes. Déjà en 1863, Morel précisait : « Dans ce moment un grand nombre de demandes nous sont adressées par des jeunes gens, soit de Paris, soit de la province. Nous serons heureux de pouvoir les mettre en rapport avec ceux de messieurs les architectes qui en manifesteront le désir ». Ses successeurs poursuivent la même politique.

13En associant l’Encyclopédie d’architecture et la Gazette des architectes et du bâtiment, l’éditeur affecte à chaque publication un rôle défini. L’Encyclopédie d’architecture se consacre à la théorie et devient un outil de propagande plus qu’une revue d’actualités. Et la Gazette des architectes et du bâtiment s’intéresse en priorité à la pratique architecturale, rejoignant ainsi les préoccupations des premiers périodiques d’architecture qui étaient dédiés aux entrepreneurs et aux ouvriers. Cette revue devient un outil indispensable aux acteurs de la construction en diffusant les nouveaux matériaux et les cours tarifaires. L’analyse de l’espace publicitaire offre une vision nouvelle de la profession, moins officielle, plus éloignée des débats doctrinaux et de l’éternelle querelle sur l’éclectisme et le rationalisme.

14La publicité établit un lien positif entre les pages rédactionnelles et celles qui sont consacrées à la promotion ; elles mettent en valeur selon les périodiques de nouveaux procédés de construction, par exemple, dans les années 1880-1890, les pierres artificielles et ciments ou, au début du XXe siècle, l’emploi du béton armé. Durant les treize dernières années de parution de la Gazette des architectes et du bâtiment, entre 1873 et 1886, on peut observer l’évolution de la profession d’architecte à la lecture des annonces professionnelles et commerciales qui sont le reflet de l’industrie du bâtiment.

15En somme, la politique commerciale de Morel s’était avérée judicieuse. La publication simultanée de deux revues complémentaires, radicalement différentes, permettait de sensibiliser des publics multiples. Avec la Gazette, l’éditeur s’adressait surtout aux constructeurs et aux entrepreneurs, et leur procurait des informations indispensables à l’exercice de leur métier sur l’actualité récente et pratique. De son propre aveu, il facilitait « un échange incessant » qui mettait « en éveil ce qui se produit de nouveau » : Eugène-Louis Viollet-le-Duc insistait sur l’idée que les constructeurs parisiens étaient beaucoup mieux informés des nouvelles ressources que leurs homologues provinciaux.

16La Gazette voulait rendre compte des progrès techniques et améliorer les échanges et la cohésion entre architectes et entrepreneurs. Pour renforcer cette cohésion, Morel fonda au début des années 1860 trois autres périodiques destinés aux entrepreneurs : le Journal de Serrurerie, le Journal de menuiserie et le Journal de peinture. Il proposa aux abonnés de l’Encyclopédie d’architecture et de la Gazette des architectes un tarif préférentiel pour tout abonnement supplémentaire à l’un de ces titres. Le succès de la formule fit des émules : vingt ans plus tard, un éditeur installé à Dourdan, É. Thézard, prenait pour modèle la maison Morel. La librairie centrale d’architecture de Morel se transforma pour Thézard en librairie spéciale d’architecture. Ce dernier proposait également dans son catalogue un éventail de périodiques destinés aux entrepreneurs, avec une collection intitulée « La bibliothèque du peintre en bâtiment » et fonda la revue L’Architecture pour tous, et le Recueil de serrurerie pratique.

Ill. 4 : Extrait de pages publicitaires de la Gazette des architectes et du bâtiment, 1865.

Ill. 5 : Extrait de pages publicitaires de la Gazette des architectes et du bâtiment, 1865.

17Après 1872, l’Encyclopédie d’architecture adopte encore un nouveau procédé : des annonces placées en quatrième de couverture mensuelle. De 1872 et 1881, ces publicités se consacrent uniquement aux annonces des nouvelles parutions disponibles dans la librairie Morel et successeurs. Plus tard, des « annonces-affiches » présentent les produits de la société Cuau aîné et compagnie, fabricant de calorifères, et les services du constructeur André. Les annonces de l’Encyclopédie d’architecture et de la Gazette des architectes et du bâtiment ne proviennent pas des mêmes annonceurs, mais chacun d’eux propose des articles annonces et réclames dans l’Annuaire de Sageret. Le successeur de la maison Morel, la société anonyme des Imprimeries-librairies réunies, poursuit ce procédé publicitaire durant les années 1900 et 1910, l’étend aux revues Concours publics d’architecture de l’architecte Farge et au Moniteur des architectes, sous forme de feuilles d’annonces placées en début et en fin de périodique.

18Mais il ne suffit pas d’utiliser la presse comme support de publicité et d’information pour être assuré de transmettre efficacement un message. Encore faut-il utiliser des méthodes efficaces dans la composition graphique de la page et la diffusion du périodique.

Annexes

La composition graphique et la diffusion

Le graphisme de l’annonce fait intervenir plusieurs paramètres :

1. Le format et l’emplacement de l’annonce

Le format et l’emplacement de l’annonce ne sont anodins ni pour l’annonceur ni pour l’éditeur. L’emplacement de l’annonce conditionne le format et réciproquement. Au XIXe siècle, la presse architecturale propose des annonces de taille généralement modeste, à l’exception des réclames éditioriales qui occupent des pages entières. Un seul périodique échappe à cette observation : l’Annuaire du bâtiment, qui crée « l’annonce article », c’est-à-dire des annonces avec un texte explicatif présentant le produit ou le service à vendre. Si le format des annonces demeure généralement modeste, les annonceurs mettent en valeur le texte et l’illustration en jouant sur leur taille, l’épaisseur des caractères et l’emplacement de leur annonce dans la page publicitaire.

2. La rédaction de l’annonce

La publicité architecturale ne présente pas une grande fantaisie dans le choix des « slogans ». Leur objectif reste avant tout d’informer de façon efficace et professionnelle. Les messages sont précis et techniques. Le texte et l’illustration forment un tout, mais le texte doit rester « roi », bien qu’il soit modifié selon la mise en page et les besoins de l’illustrateur. L’annonceur garde comme principal objectif de convaincre et d’inciter le lecteur à l’action. Le texte d’une annonce type se décompose en quatre parties : le titre, le corps du texte, la conclusion et le slogan. C’est par le titre en même temps que par l'illustration que l’on doit captiver le regard du lecteur. Il doit aussi donner envie de lire le texte de l’annonce. Ce dernier, dans les annonces d’architecture, demeure très court, avec une mise en valeur typographique. La conclusion comporte généralement l’appel à l’achat et contient l’essentiel du message publicitaire. Le « slogan » correspond à la signature et à la marque de l’annonceur.

3. L’illustration

Dans l'annonce-presse, l’illustration seule ne possède pas un intérêt majeur. Elle n'a de raison d’être que si elle augmente le rendement du texte. Pour cela, elle doit attirer l’attention, faciliter la lecture du texte, servir la mémorisation de la marque ou du produit. L’illustration souligne aussi l’essentiel du message et peut même le compléter. A la fin du XIXe siècle, les annonceurs se servent du graphisme de l’image et dans le cas de l’architecture emploient très rarement la photographie.

4. La mise en page de l’annonce

La typographie et l’organisation des différents éléments assurent l’efficacité de l’annonce. Selon les entrepreneurs, les cabinets d’études ou les industriels qui occupent les espaces publicitaires, la taille et l’épaisseur des caractères varient, la police est modifiée ; l’illustration est généralement disposée sur un côté de l’annonce. La composition graphique se personnalise lorsque l’annonceur fait paraître avec fidélité et régularité des publicités dans le même périodique. L’Annuaire du bâtiment, par exemple, conserve pendant plusieurs années consécutives la même disposition et le même contenu de l’espace publicitaire. Les éditeurs vont également multiplier les modes publicitaires aux côtés des « annonces presse », et proposer des publicités plus directes : brochures publicitaires accompagnant les périodiques, offres promotionnelles (réduction à l’abonnement, remise pour les professionnels du bâtiment, etc.). L’étude de ces autres modes publicitaires pourrait être l’objet d’une autre communication.

5. La diffusion

La diffusion des annonces professionnelles se fait en France et à l’étranger, grâce au réseau de dépositaires des éditeurs de périodiques d’architecture. La publicité publiée dans ces journaux touche essentiellement les professionnels du bâtiment et très rarement le « grand public ». Aucune donnée précise peut confirmer cette hypothèse, mais la connaissance des clients d’éditeurs spécialisés en architecture permet d’observer que la majorité d’entre-eux se compose d’architectes, d’entrepreneurs, de dessinateurs, mais aussi de graveurs, de juristes et même de médecins hygiénistes.

Les annonces du bâtiment proposent uniquement des produits ou des services locaux. La plus grande partie des revues publiées au XIXe siècle est parisienne et propose des annonces d’entreprises parisiennes ou de sa région. Les périodiques d’architecture de province appliquent le même procédé.

On voit le parti qu’on pourrait tirer d’une analyse plus poussée de la publicité dans les périodiques d’architecture. Il faudrait pouvoir étudier les conditions de la collecte des publicités, de leur mise en page, le poids des recettes qu’elles apportent au budget général de la publication. Il faudrait encore mieux comprendre par une étude approfondie d’échantillons l’évolution et la périodisation du phénomène.

Tableau n o 1 : Répartition de l'espace imprimé* de l’Encyclopédie d'architecture (1852-1859)

Tableau n               o               1 : Répartition de l'espace imprimé* de l’Encyclopédie d'architecture (1852-1859)

*Ce tableau ne comprend pas le premier tome de la série (1850-1851) car il se compose uniquement de planches gravées.

Graph. 1 : Répartition de l’espace imprimé de l’Encyclopédie d’architecture (1852-1859)

Graph. 2 : Cumul de la répartition de l’espace imprimé de l’Encyclopédie d’architecture (1852-1859)

Tableau n o 2 : Évaluation du volume publicitaire et du volume rédactionnel dans l’Annuaire de Sageret pour l’année 1880 (un volume = 1660 pages)

Espace publicitaire

30 %

Espace

70 %

Tableau n o 3 : Répartition thématique des publicités dans l’Annuaire de Sageret pour l’année 1880

Thèmes des publicités

Nombre de publicités

Ameublement

1

Assainissement (peintures hydrofuges, ventilation, etc.)

21

Assurances (habitations, incendies)

7

Asphaltes

8

Chambres syndicales du bâtiment

6

Chauffage (calorifères, etc.)

68

Cheminées, briques

13

Ciments

44

Comptabilité

3

Constructions métalliques

72

Couverture (techniques, matériaux...)

40

Décoration

22

Éclairage (au gaz)

19

Enseignes gravées

7

Faïences, carreaux, mosaïques

24

Fermetures (stores)

14

Fers galvanisés

2

Horlogerie

9

Horticulture

2

Imprimeries

4

Librairie (extraits de catalogues, bulletins bibliographiques...)

19

Machines outils

26

Maçonnerie (établissements, carrières)

15

Menuiserie

39

Papeterie (matériels de bureau)

15

Photographie

1

Plomberie, serrurerie

47

Portes acoustiques

2

Sanitaire

3

Sociétés de prêts immobiliers

12

Tarifs courants du bâtiment (en nombre de pages)

46 (pages entières)

Verrerie

7

618 publicités

Graph. 3 et 4 : Répartition thématique des publicités dans l’Annuaire de Sageret pour l'année 1880

Tableau n o 4 : Thèmes des annonces publicitaires diffusées dans la Galette des architectes et du bâtiment (1863-1865)

Ameublement, décoration (ornements, papiers peints, peintures murales, etc.)

55 %

Constructeurs (fabrique d'embarcations, etc.)

5 %

Matériaux divers (métallurgie, asphaltes, etc.)

5 %

Matériels de chauffage

10 %

Matériels de dessin industriel

5 %

Procédés de construction ou de restauration (silicatisation des pierres calcaires, etc.)

10 %

Produits manufacturés (stores mécaniques, sonneries, horlogerie, etc.)

5 %

Tarifs (annonces tarifaires de matières premières, de voirie, etc.)

5 %

Graph. 5 : Répartition thématique des publicités diffusées dans la Gazette des architectes et du bâtiment (1863-1865)

Notes

1 Émile Littré, dans le Dictionnaire de la langue française, édition 1881, précise le sens que nous donnons aujourd’hui au mot publicité. En revanche, il utilise le terme « réclame » : « 5. Néologisme. Petit article inséré à part des annonces, dans le corps d’un journal, et faisant l’éloge d’un livre ou objet d’art, de commerce, etc. Les plus mauvais ouvrages obtiennent des réclames laudatives » (Littré, t. IV, p. 1512). L’insertion de la publicité dans la presse périodique revient en partie à des commerçants britanniques qui se regroupent en 1730 et fondent un journal, le Daily advertiser, périodique composé uniquement d’annonces. Peu à peu, ils vont commencer à inclure des informations non publicitaires pour finalement restreindre l’espace consacré aux publicités à 50 % du volume du périodique. Après 1836, la publicité se développe dans la presse française avec son insertion dans La Presse d’Émile de Girardin qui ouvre ses colonnes aux annonces commerciales.

2 Cf. tableau 1 et graphiques 1 et 2 : « Répartition de l’espace imprimé de l’Encyclopédie d’architecture (1852-1859) ».

3 Béatrice Bouvier, L’Encyclopédie d’architecture (1850-1892) : un miroir de l’architecture de son temps, Paris, 1999, thèse de doctorat, E.P.H.E., dir. Jean-Michel Leniaud, 2vol.

4 Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle : César Daly et la Revue générale de l’architecture et des travaux publics, Paris, Picard, 1991, 335p.

5 Delphine Costedoat, La Gazette des architectes et du bâtiment, dirigée par E. Viollet-le-Duc fils de 1863 à 1871, Bordeaux, 1993, mémoire de maîtrise, Bordeaux III, dir. Marc Saboya, 1vol., 180p., 30 ill.

6 Le prénom de Sageret reste incertain. Nous nous trouvons en présence de François Sageret et parfois d’Eugène Sageret pour la publication de l’Annuaire.

7 Ill. 1 : « Couverture de 1880 de l’Annuaire du bâtiment de Sageret, année 1880 » ; et ill. 2 : « Page publicitaire de l’Annuaire du bâtiment de Sageret, année 1880 ».

8 Un volume du Sageret comprend en moyenne 1660 pages (515 pages de publicité et 1145 pages de texte). Cf. tableaux 2 et 3 : Evaluation du volume publicitaire et du volume rédactionnel dans le Sageret pour l’année 1880 ; Répartition thématique des publicités dans l’Annuaire de Sageret pour l’année 1880.

9 Graphiques 3 et 4 : Répartition thématique des publicités du Sageret pour l’année 1880.

10 Ill. 3 : Couverture de la Gazette des architectes et du bâtiment, 1876 ; ill. 4 : Extrait de pages publicitaires de la Gazette des architectes et du bâtiment, 1865 ; ill. 5 : Extrait de pages publicitaires de la Gazette des architectes et du bâtiment, 1865.

11 Graphique 5 : Répartition thématique des publicités de la Gazette des architectes et du bâtiment (1863-1865).

12 Arch. nat., F18 295, état des tirages des journaux et écrits politiques et non politiques, périodiques ou non, publiés à Paris en 1866.

13 Gazette des architectes et du bâtiment, annuaire de l’architecte et du constructeur, t. X (2e série), no2, 1881, p. V. Les pages mercuriales sont rejetées en fin de volume et sont paginées à l’aide d’une numérotation en chiffres romains.

14 Bulletin commercial de la Gazette des architectes et du bâtiment, annuaire de l’architecte et du constructeur, revue hebdomadaire, XXIIe année, no51, 19 décembre 1886.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Couverture de l’Annuaire du bâtiment de Sageret, année 1880.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1447/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Ill. 2 : Page publicitaire de l’Annuaire du bâtiment de Sageret, année 1880.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1447/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Ill. 3 : Couverture de la Gazette des architectes et du bâtiment, 1876.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1447/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Ill. 4 : Extrait de pages publicitaires de la Gazette des architectes et du bâtiment, 1865.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1447/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Légende Ill. 5 : Extrait de pages publicitaires de la Gazette des architectes et du bâtiment, 1865.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1447/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Tableau n o 1 : Répartition de l'espace imprimé* de l’Encyclopédie d'architecture (1852-1859)
Légende *Ce tableau ne comprend pas le premier tome de la série (1850-1851) car il se compose uniquement de planches gravées.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1447/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Graph. 1 : Répartition de l’espace imprimé de l’Encyclopédie d’architecture (1852-1859)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1447/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Graph. 2 : Cumul de la répartition de l’espace imprimé de l’Encyclopédie d’architecture (1852-1859)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1447/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Graph. 3 et 4 : Répartition thématique des publicités dans l’Annuaire de Sageret pour l'année 1880
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1447/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Graph. 5 : Répartition thématique des publicités diffusées dans la Gazette des architectes et du bâtiment (1863-1865)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1447/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540