Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les périodiques d'architecture, XVIIIe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Les comptes rendus bibliographiques dans les Annales archéologiques (1844-1872)

Recherche d’une méthode critique d’analyse

Rodolphe Leroy

Texte intégral

1Pour esquisser une méthode critique des caractères externes des périodiques d’architecture, on se propose ici d’aborder les comptes rendus bibliographiques. On a décidé de choisir un corpus précis et de l’étudier à différents niveaux afin d’en faire sortir des informations inédites. Il s’agit ici des comptes rendus des Annales archéologiques, périodique qui paraît au XIXe siècle et qui contient environ 4 000 comptes rendus.

2Notre grille de lecture s’attache d’abord aux auteurs des ouvrages dont la revue rend compte, ensuite à l’objet des ouvrages (de quoi « parlent-ils » ?), enfin au contenu des comptes rendus (la critique). Afin de juger de la pertinence d’une telle approche, on présente ici la revue sur laquelle on a travaillé, puis le corpus des comptes rendus bibliographiques. On suit ensuite la grille qu’on a dessinée plus haut : auteurs, objet, critique.

Présentation de la revue

3On a choisi de travailler sur les Annales archéologiques, une revue mensuelle qui paraît de 1844 à 1872 en 27 volumes à raison d’un volume par année sauf pour les années 1845, 1846 et 1847 au cours desquelles paraissent deux volumes. Un dernier volume de tables, particulièrement utile pour le dépouillement, paraît en 1881.

  • 1 Sur Didron, voir Catherine Brisac et Jean-Michel Leniaud, « Adolphe-Napoléon Didron ou les medias a (...)
  • 2 « Savoir c’est prévoir. Comment le passé peut-il être utile au présent et même à l’avenir ? Le monu (...)

4Les Annales ne traitent pas que d’archéologie. L’étude des monuments anciens, en particulier celle du Moyen Age, constitue l’essentiel des articles de la revue mais l’optique de celle-ci se révèle plus riche qu’il n’y paraît au premier abord. Elle abrite des études sur l’iconographie sacrée, sur la musique religieuse, sur les ornementa ecclesiae. Le fondateur des Annales lui-même, Adolphe-Napoléon Didron1, semble avoir une prédilection pour la Grèce et son « primitivisme » religieux. Beaucoup de domaines sont donc abordés et on ne s’étonnera pas du choix de cette revue : pour Didron, catholique et républicain, archéologue et polémiste, l’étude du passé peut inspirer l’architecture moderne2, c’est une étape intermédiaire nécessaire pour trouver enfin un style original propre au XIXe siècle.

  • 3 Marc Saboya, Presse et architecture, César Daly et la Revue générale de l’Architecture et des trava (...)
  • 4 Annales archéologiques, 1844, t. I, p. 5 et suivantes.
  • 5 Chiffres donnés par Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle : César Daly et la Revue gén (...)
  • 6 Voir la carte géographique de la répartition géographique des 508 souscripteurs des Annales archéol (...)

5Cette vision originale qui fait des Annales archéologiques une revue d’architecture moderne un peu particulière doit beaucoup à l’empreinte de son rédacteur en chef, Didron, qui signe de sa patte acerbe toutes les critiques des comptes rendus bibliographiques. La diffusion et l’impact de cette revue nous est un peu connue grâce à l’étude de Marc Sahoya sur la Revue générale d’architecture3 et surtout grâce à la liste des abonnés4 des Annales, qui précise le lieu de résidence de ces derniers. Selon Marc Saboya, 19 bibliothèque municipales possèdent la collection complète des Annales et 27 celle de la Revue générale d’architecture5. La liste des souscripteurs est précieuse car elle donne une idée de la répartition du public de la revue, toutefois il faut garder à l’esprit qu’il ne s’agit que de 508 personnes (344 en province et 164 à Paris) et que le tirage des Annales archéologiques nous est inconnu6.

6On a aussi choisi cette revue parce qu’elle est dotée de tables très pratiques qui permettent un décompte rapide, malgré le corpus de 4 000 comptes rendus bibliographiques. Le volume de tables paraît en 1881. Il a été fait par un érudit angevin, Mgr Xavier Barbier de Montault, et comprend 5 tables : une table des collaborateurs de la revue (auteurs d’articles puis illustrateurs) ; une table onomastique ; une table géographique ; une table par matière ; et enfin une table bibliographique qui recense tous les comptes rendus bibliographiques. Cette table est classée par ordre alphabétique d’auteurs et elle inclut les anonymes. Les noms d’auteur, parfois leur prénom, le titre de l’ouvrage, la pagination précise, le format, sont précisés. En revanche, on ne trouve ni l’éditeur, ni la date de parution. Barbier de Montault renvoie pour chaque notice au volume et à la page des Annales.

Présentation des comptes-rendus bibliographiques

7Dans la table bibliographique, chaque compte rendu est associé à un numéro, ce qui permet de dénombrer 4 050 comptes rendus bibliographiques d’ouvrages français, 487 d’ouvrages étrangers (224 anglais, 197 allemand, 41 italiens, 12 hollandais, 8 espagnols, 2 danois, 4 russes, 2 polonais, 1 flamand), soit 4 537 comptes rendus d’ouvrages en tout. Ils se situent à la fin des volumes pour les premières années de parution de la revue sous le titre de « publications » ou « bibliographie ». Par la suite, ils sont insérés à l’intérieur de la revue, quatre fois par tomaison annuelle. Au classement typologique initial (manuels, périodiques, monographies, statistiques et voyages, histoire et poésie, iconographie, mémoires, critique) succède à partir de 1848 une répartition moins élaborée, ouvrages français et ouvrages étrangers. Dès 1861, ils sont simplement présentés par ordre alphabétique.

  • 7 Voir l’ill. 1 : « Un exemple de compte rendu bibliographique », Annales archéologiques, vol. 10, 18 (...)

8Les notices mentionnent le titre, l’auteur, la pagination, mais ni l’éditeur ni le lieu ni la date d’édition. Les comptes rendus sont parfois réduits à la portion congrue, faute de temps et de place, et se résument à une annonce de publication sans que Didron n’y exerce ses talents de critique (c’est le cas des années 1857, 1861, 1863). La mort de celui-ci en 1864 des suites d’une longue maladie et le fait qu’il rédigeait seul tous les comptes rendus bibliographiques explique ce fait. Au mieux, ils ne dépassent pas 10 lignes7. Il n’y a jamais d’illustration insérée dans les comptes rendus bibliographiques.

  • 8 D’ailleurs Marc Saboya, dans son ouvrage sur la R.G.A., n’étudie pas les comptes rendus bibliograph (...)
  • 9 Léon de Laborde, Quelques idées sur la direction des arts et le maintien du goût public, par le com (...)

9L’importance des comptes rendus bibliographiques dans les Annales archéologiques reste sans égale en regard des autres revues d’architecture8. Didron se veut aussi la tête de pont d’un mouvement de recherche dont il se fait l’écho dans les comptes rendus. Les 4 537 ouvrages mentionnés et critiqués en 28 années donnent une moyenne annuelle de 145 ouvrages. Est-ce suffisant pour offrir une image de la production qui paraît chaque année ? Combien d’ouvrages susceptibles de faire partie des comptes rendus des Annales paraissent en France en une année ? On dispose de deux informations. Didron lui-même s’excuse de ne pouvoir traiter que 8 à 10 % des ouvrages qui sont publiés en France. Il estime donc à 1 500 ouvrages d’archéologie, d’histoire (au sens large : chroniques, mémoires, statistique, littérature ancienne) et d’architecture la production annuelle. Léon de Laborde écrit dans un ouvrage publié en 18569 que 35 000 livres paraissent chaque année, chiffre qui, en excluant le théâtre, la pornographie, les rééditions, les pamphlets, les livres de classe et les livres de piété, peut être ramené à 20 000 ouvrages environ. Les ouvrages à caractère scientifique (au sens large, c’est-à-dire sciences, philosophie, histoire, langues, arts) paraissent au rythme de 15 000 par an. Il n’est pas possible d’être plus précis, toutefois on peut dire que la sélection opérée par Didron pour ses comptes rendus bibliographiques est assez sévère.

Ill. 1 : « Un exemple de compte rendu bibliographique », Annales Archéologiques, vol. 10, 1850, p. 362.

  • 10 Située place Saint-André des arts, elle existe depuis 1845.

10Le choix des ouvrages se fait sur des critères intellectuels mais bien plus encore sur des critères matériels. Didron rend compte des ouvrages qu’on lui envoie ou qu’on dépose dans sa librairie d’archéologie10. Le processus de choix et d’exclusion des ouvrages tient donc beaucoup aux relations de Didron, ce que l’analyse des auteurs des ouvrages des comptes-rendus va confirmer.

Les auteurs des ouvrages des comptes-rendus bibliographiques

11Pour esquisser un profil des auteurs dont les Annales rendent compte, on a utilisé un échantillon de 25 % des 4 050 notices françaises, choisi au hasard, soit 1 012 notices. On dénombre alors 532 auteurs. On infère que le corpus total des auteurs s’élève à 2 130 environ.

12Dans les comptes rendus, une seule qualité est précisée par le rédacteur en chef des Annales archéologiques : « correspondant du Comité ». Il s’agit des correspondants du Comité des travaux historiques et scientifiques (C.T.H.S.), en particulier de sa « section » archéologique, le Comité des arts et monuments. Un calcul sur les années 1845, 1846, 1852, 1855 montre que 55 % des auteurs appartiennent au Comité des arts et monuments dont Didron est secrétaire. Ce lien particulier entre le C.T.H.S. et les Annales est donc explicable : les auteurs que Didron côtoie en tant que secrétaire du Comité lui envoient leurs ouvrages. Il fait d’ailleurs appel à ce soutien dans l’introduction des Annales archéologiques de 1844 :

« En province, nous avons pour collaborateurs naturels les nombreux correspondants (plus de cent cinquante) du Comité historique des arts et monuments ; presque tous sont nos amis. A l’étranger, le Comité se ramifie dans d’autres correspondants qui s’engagent à êtres des nôtres ».

  • 11 Publiées en annexe dans l'Inventaire des papiers de la division des sciences et lettres du ministèr (...)
  • 12 Voir graphique 1 : profil des auteurs des ouvrages des comptes rendus bibliographiques.

13Cette présence importante parmi les auteurs des ouvrages critiqués dans les comptes rendus permet de dresser un profil de plus de la moitié des auteurs, grâce aux listes de correspondants éditées par le C.T.H.S.11 qui précisent la profession, ce que ne fait pas la liste des souscripteurs des Annales12. On utilise 9 catégories qui se dessinent d’elles-mêmes en analysant 1 012 comptes rendus bibliographiques (soit un quart du corpus total) :

  • juges, notaires, avocats ;

  • administration ;

  • ingénieurs, militaires ;

  • médecins ;

  • architectes, peintres, sculpteurs ;

  • archivistes, bibliothécaires, libraires ;

  • propriétaires, rentiers ;

  • archéologues ;

  • ecclésiastiques.

  • 13 Soulignons que Didron est le fils d’un notaire de village, près de Reims.
  • 14 Voir graphique 2 : profil des souscripteurs des Annales archéologiques.

14Les archéologues se désignent eux-mêmes comme tels et les propriétaires et rentiers se signalent par la mention « au château » en lieu et place de la profession. On peut considérer qu’il s’agit là d’un instantané figeant, tous milieux confondus, les sympathisants de la cause didronienne. Archivistes et bibliothécaires liés au mouvement de recherche mené par le C.T.H.S. représentent presque un quart des auteurs. On remarque aussi l’importance des religieux, souvent historiens de leur église à leurs heures, ainsi que des notables locaux13. La comparaison avec le public de la revue est possible grâce à la liste des souscripteurs14. On peut affirmer que le public des Annales est, en province, surtout composé de religieux (on peut majorer leur part quand on sait que la revue se trouve dans beaucoup de séminaires) et, à Paris, d’architectes (la moitié des souscripteurs dans les deux cas). Serait-il possible en ce cas de déceler dans les restaurations effectuées par les architectes l’influence de la ou des revues auxquelles ils sont abonnés ?

  • 15 Charles Gourlier, Notice historique sur le service des travaux et sur le conseil général des bâtime (...)
  • 16 Annales archéologiques, 1862, t. XXII, p. 205.
  • 17 Ibid.
  • 18 Annales archéologiques, 1848, t. VIII, p. 234.
  • 19 Ibid., p. 178.

15Une analyse des auteurs particulièrement cités, ou au contraire passés sous silence et de ceux qui ont été victimes d’une mauvaise critique constitue un moyen efficace pour cerner les « amis » et les « ennemis » de la revue. Bien que totalement opposé au Service des bâtiments civils, Didron cite l’ouvrage de Charles Gourlier, Notice historique sur le service des travaux des bâtiments civils à Paris et dans les départements15. De même, il fait l’éloge de Eustache Lesueur, sa vie, son œuvre de Ludovic Vitet16 alors que l’artiste et la période étudiée sont aux antipodes de ses préférences et qu’entre Vitet et Didron existent d’évidents « dissentiments archéologiques »17. On a pensé que Prosper Mérimée qui appartient à la Commission des monuments historiques et qui s’oppose souvent à Victor Hugo dont Didron est proche serait absent des comptes rendus bibliographiques. Là encore, il n’en est rien. Didron s’appuie au contraire sur un de ses avis formulé lors d’une séance du Comité des arts et monuments pour donner une bonne critique d’une monographie sur l’amphithéâtre d’Orange18. Si le texte de l’ouvrage sur Saint-Savin est annoncé mais pas critiqué, il qualifie en revanche les Notes d’un voyage en Corse de courtes mais substantielles19. Cette honnêteté intellectuelle se mâtine d’une tendance certaine à l’auto-citation. Ses propres ouvrages, ceux des collaborateurs de la revue comme Victor Petit, figurent évidemment en bonne place, sans compter les rééditions des ouvrages de Victor Hugo dont la présence se justifie moins. D’une manière générale, si la majeure partie des auteurs est faite de sympathisants à la cause de l’archéologie nationale et du style gothique, la diversité des auteurs traduit un certain œcuménisme qui donne des comptes rendus bibliographiques des Annales archéologiques un reflet assez fidèle de la production intellectuelle.

L’objet des comptes-rendus bibliographiques

  • 20 Voir graphique 3 : les types d’ouvrages dans les comptes rendus bibliographiques des Annales archéo (...)

16De quoi parlent les ouvrages dont la revue rend compte ? L’architecture tient-elle une place aussi grande qu’on l’a affirmé plus haut ? En synthétisant les informations que livrent les comptes rendus on peut affirmer que l’histoire tient la première place. Viennent ensuite les ouvrages traitant d’archéologie et d’architecture20.

  • 21 Annales archéologiques, 1844, t. I, introduction : « Le moyen âge sera étudié avec une prédilection (...)

17Comme pour les auteurs, les sujets privilégiés ou négligés dans les comptes rendus bibliographiques témoignent avec éloquence de la position idéologique de la revue. Certes, il est facile de s’apercevoir que les notices, pamphlets, études, traitant de la construction gothique sont légion, que le XIIIe siècle a la nette préférence de Didron — les ouvrages sur le XVe siècle sont anglais — et que, quoiqu’en dise Didron dans l’introduction du premier volume des Annales en 1844, les monuments de l’Antiquité ne sont que peu étudiés21. Il a semblé plus parlant de « questionner le vide » : quels sont les domaines qui, pour une raison ou pour une autre, n’apparaissent pas ou peu dans les comptes rendus bibliographiques ? On prend ici quelques exemples.

  • 22 Annales archéologiques, 1844, t. I, introduction.
  • 23 Antiquités celtiques et antédiluviennes, mémoire sur l’industrie primitive et les arts à leur origi (...)
  • 24 Dr Eugène Robert, Age présumable des monuments celtiques établis d’après des monuments de même natu (...)

18Fondées en 1844, les Annales archéologiques se proposent d’être l’organe complémentaire du quotidien l’Univers « mais l’Univers ne peut donner qu’une faible place à l’archéologie »22. Or, cet objectif est partiel puisque les derniers développements de l’archéologie n’ont pas d’écho dans la revue, preuve que, dès les années 1860, Didron mène un combat d’arrière-garde. Ainsi il ne fait aucun cas de l’archéologie préhistorique qui est censée relever des Annales, d’autant plus que les conséquences qui découlent de l’existence de l’homme préhistorique remettent en cause a priori le discours de l’Église. Un tel sujet ne peut laisser indifférent un catholique comme Didron, or il n’en est rien. Si l’importance de l’ouvrage de Boucher de Perthes est soulignée23, aucune critique de fonds n’en est présentée. Seuls quelques ouvrages de Robert apparaissent aussi dans les comptes rendus : Age présumable des monuments établis d’après des monuments de même nature, dont il est principalement fait mention dans la Bible24. Au total, on dénombre seulement huit ouvrages traitant du sujet, entre 1864 et 1872.

  • 25 Louis Batissier, « Architecture des Arborigènes d’Amérique centrale », R.G.A., IV, 1843, col. 537. (...)
  • 26 Annales archéologiques, 1844, t. I, introduction. Didron entend, par « pélasgique et cyclopéen », l (...)
  • 27 Voir ill. 2 : Eugène Viollet-le-Duc, Désiré Charnay, « Grand palais à Mitla », Cités et ruines amér (...)

19Les références architecturales de Didron restent classiques et n’assimilent pas les découvertes archéologiques les plus récentes, contrairement à César Daly qui ouvre les tribunes de sa Revue générale d’architecture à des articles sur le Mexique, ou plus tard, sur les monuments khmers25. Les Grecs, les Romains et les Égyptiens seuls sont considérés comme classiques, même si Didron inclue « les monuments pélasgiques ou cyclopéens »26 dans son champ d’étude, ce qui dénote une ouverture vers des champs nouveaux. Néanmoins, malgré cette déclaration d’intention, il semble ne pas s’y intéresser et ne rend compte que de 3 ouvrages sur l’Assyrie et la Mésopotamie, 4 sur l’Égypte, un seul sur le Mexique (l’ouvrage d’Alexandre Lenoir, critiqué en 1839) alors que Daly est allé au Mexique et que Viollet-le-Duc a écrit en 1863 un texte qui sert de contre-point aux photographies de grande qualité de Désiré Charnay27.

Ill. 2 : Eugène Viollet-Le-Duc, Désiré Charnay, « Grand Palais à Mitla », Cités et ruines américaines : Mitla, Palenqué, Izamal, Chichen-Itza, Uxmal, recueillies et photographiées... Suivi des voyages et des documents de lauteur, Paris, Gide et Morel, 1863.

Le contenu des comptes-rendus bibliographiques : la critique

20Contrairement à toute attente, la grille de lecture précédente montre que nombre d’informations peuvent être obtenues sans passer par l’analyse de la critique elle-même. Cette grille est d’autant plus pertinente que la critique est finalement assez rare, surtout dans les dernières années de parution des Annales archéologiques. La mort de Didron en 1864, alors qu’il se réservait les critiques bibliographiques, explique le fait que les comptes rendus bibliographiques se transforment en simples annonces.

21Cette critique, lorsqu’elle existe, présente principalement deux intérêts : les remarques de formes sont des pistes importantes pour juger la qualité iconographique d’un ouvrage, d’autant plus que Didron est reconnu par des professionnels tels Pugin pour son jugement sur la qualité des gravures :

  • 28 August Welby Pugin, Types d’architecture gothique empruntés aux édifices les plus remarquables cons (...)

« Afin que les belles gravures [...] ne perdissent pas trop de leur mérite originel par le fait de leur reproduction dans mon établissement, je n’ai négligé aucun soin [...] et, afin de savoir jusqu’à quel point j’ai réussi à cet égard, j’ose faire ici appel à la parfaite compétence et à la libéral impartialité du savant directeur des Annales archéologiques de France »28.

  • 29 Abbé Alexandre-Eusèbe Poquet, Pèlerinage à l’ancienne abbaye de Saint-Médardlès-Soissons, Paris, V. (...)
  • 30 Annales archéologiques, 1848, t. VIII, p. 340.
  • 31 Dixit Didron.
  • 32 Albert-Alexandre Lenoir, Statistique monumentale de Paris. Cartes, plans et dessins, Paris, Imprime (...)

22Des ouvrages semblent répondre à cette exigence de haut niveau, en premier lieu certains livres de Didron lui-même. Il fait l’éloge du Pèlerinage à l’ancienne abbaye Saint Médard de Soissons de l’abbé Poquet29 et de Victor Petit ou de l’Allemagne monumentale et pittoresque et de l’Italie pittoresque et monumentale, tous deux de Didron et Chapuy30. On doit signaler que ces deux derniers ouvrages sont particulièrement difficiles à trouver. Les remarques de Didron permettent aussi de connaître l’état initial d’un monument avant restauration ou destruction. Il souligne ainsi l’intérêt de la planche sur le collège des Bernardins avant le « saccage » d’Hittorf31 que l’on trouve dans la Statistique monumentale de Paris d’Albert Lenoir32.

  • 33 Émile Trélat, Ernest Mangeon, Notice sur une église de campagne, Notre-Dame de Villeneuve-le-Comte,(...)
  • 34 Ill. 3 et 4 : planches de l’ouvrage de Trélat et Mangeon.

23Les remarques de fond sur l’ouvrage, évidemment, nous livre la pensée du critique. N’ayant pas toujours l’occasion de s’exprimer comme il l’entendrait dans le corps de la revue, faute de place ou de temps, il lui arrive souvent de souligner la valeur d’exemplum de tel ou tel ouvrage. On peut alors avoir sous les yeux un modèle précis qui incarne les idées de Didron. C’est le cas avec l’ouvrage de deux architectes, Trélat et Mangeon, Notice sur une église de campagne, Notre-Dame de Villeneuve-le-Comte33. C’est le type d’église que Didron propose à toutes les petites communes qui désirent avoir une église construite dans le style national34. On observe que cette église, bien que couverte de voûtes d’ogives, est plus près du style roman que gothique. Le cote trapu de l’élévation, les arcades peu élancées, les oculi au troisième niveau et le deuxième niveau du chœur évoquent l’abbatiale du XIe siècle de la Trinité à Caen, modifiée au XIIe siècle pour recevoir un couvrement de pierre sur voûtes d’ogives. C’est là un modèle du XIIe siècle et non du siècle suivant que propose Didron.

Ill. 3 : Émile Trélat, Ernest Mangeon, Notice sur une église de campagne, Notre-Dame de Villeneuve-le-Comte, Paris, Imprimerie de Bourgogne et Martinet, 1845, 23p., plan de l’édifice.

Ill. 4 : Émile Trélat, Ernest Mangeon, Notice sur une église de campagne, Notre-Dame de Villeneuve-le-Comte, Paris, Imprimerie de Bourgogne et Martinet, 1845, 23p., élévation de l’édifice.

24La nécessité de définir précisément le corpus étudié et d’étayer toutes les remarques faites sur les comptes rendus bibliographiques des Annales sur une méthode solide a guidé notre propos. Nous rappelons nos lacunes et nos incertitudes en guise de conclusion. Le tirage de la revue est inconnu. Les conclusions qu’on déduit des 508 souscripteurs seraient évidemment différentes si les Annales archéologiques avaient publié 700 ou 1 500 exemplaires. De même, le profil des auteurs, possible seulement à partir de la liste des correspondants du C.T.H.S., se fait sur la moitié des auteurs de notre échantillon (choisis au hasard). Cet échantillon représente lui-même 25 % du corpus total des 2 130 auteurs des 4 050 ouvrages critiqués dans les comptes rendus bibliographiques de la revue, soit, au final, une analyse socio-professionnelle portant sur environ 250 auteurs. Enfin, on peut envisager la constitution d’un index géographique à partir des ouvrages critiqués. La masse constituée par la bibliographie des comptes rendus serait ainsi plus facilement utilisable. Appliquée à plusieurs revues d’architecture, on pourrait, en procédant de cette manière, constituer rapidement une base de données importante.

Annexes


Carte. Répartition en France des souscripteurs des Annales archéologiques d’après la liste des souscripteurs des Annales, 1844-1845.

Graph. 1 : Profil des auteurs dont les ouvrages sont critiqués dans les Annales archéologiques d’après la liste des membres et correspondants du C.T.H.S.

Graph. 2 : Profil des souscripteurs des Annales archéologiques d’après la liste des souscripteurs des Annales, 1844-1845.

POLÉMIQUES RÉFLEXION. Graph. 3 : Objet des ouvrages critiqués dans les comptes rendus bibliographiques

Notes

1 Sur Didron, voir Catherine Brisac et Jean-Michel Leniaud, « Adolphe-Napoléon Didron ou les medias au service de l’art chrétien », Revue de l'art, 1987, no 77, p. 33-42.

2 « Savoir c’est prévoir. Comment le passé peut-il être utile au présent et même à l’avenir ? Le monument étudié et connu, que peut-on raisonnablement en extraire pour la construction et l’ameublement des monuments modernes, des édifices publics, des maisons et des églises ? », Annales archéologiques, vol. 1, 1844, introduction.

3 Marc Saboya, Presse et architecture, César Daly et la Revue générale de l’Architecture et des travaux publics, Paris, Picard, 1991, p. 100-103.

4 Annales archéologiques, 1844, t. I, p. 5 et suivantes.

5 Chiffres donnés par Marc Saboya, Presse et architecture au XIXe siècle : César Daly et la Revue générale de l’architecture et des travaux publics, Paris, Picard, 1991, 335p.

6 Voir la carte géographique de la répartition géographique des 508 souscripteurs des Annales archéologiques.

7 Voir l’ill. 1 : « Un exemple de compte rendu bibliographique », Annales archéologiques, vol. 10, 1850, p. 363.

8 D’ailleurs Marc Saboya, dans son ouvrage sur la R.G.A., n’étudie pas les comptes rendus bibliographiques de la revue.

9 Léon de Laborde, Quelques idées sur la direction des arts et le maintien du goût public, par le comte de Laborde, Paris, Imprimerie nationale, 1856, 104 p.

10 Située place Saint-André des arts, elle existe depuis 1845.

11 Publiées en annexe dans l'Inventaire des papiers de la division des sciences et lettres du ministère de l’Instruction publique et des services qui en sont issus, par Marie-Élisabeth Antoine, Paris, Archives nationales, 1981, t. II.

12 Voir graphique 1 : profil des auteurs des ouvrages des comptes rendus bibliographiques.

13 Soulignons que Didron est le fils d’un notaire de village, près de Reims.

14 Voir graphique 2 : profil des souscripteurs des Annales archéologiques.

15 Charles Gourlier, Notice historique sur le service des travaux et sur le conseil général des bâtiments civils, depuis la création de ces services en l’an IV (1795) jusqu’en 1886, Paris, Imprimerie nationale, 1886, 178p.

16 Annales archéologiques, 1862, t. XXII, p. 205.

17 Ibid.

18 Annales archéologiques, 1848, t. VIII, p. 234.

19 Ibid., p. 178.

20 Voir graphique 3 : les types d’ouvrages dans les comptes rendus bibliographiques des Annales archéologiques.

21 Annales archéologiques, 1844, t. I, introduction : « Le moyen âge sera étudié avec une prédilection particulière ; mais un travail sur l’iconographie égyptienne, sur les cérémonies religieuses et la statuaire de la Grèce, sur les usages domestiques et les peintures des Romains, sur les médailles et les inscriptions antiques, sur les vases grecs [...] sera toujours accueilli avec empressement. »

22 Annales archéologiques, 1844, t. I, introduction.

23 Antiquités celtiques et antédiluviennes, mémoire sur l’industrie primitive et les arts à leur origine, par m. Boucher de Perthes, Paris, Treuttel et Würtz, 1847-1864, 3vol., pl.

24 Dr Eugène Robert, Age présumable des monuments celtiques établis d’après des monuments de même nature dont il est principalement fait mention dans la Bible, faisant suite à l’interprétation naturelle des pierres et des os travaillés par les habitants primitif des Gaules, Paris, Giraud, 1864.

25 Louis Batissier, « Architecture des Arborigènes d’Amérique centrale », R.G.A., IV, 1843, col. 537. G. Perrin, « Les ruines extraordinaires d’Angkor-Vat dans le royaume de Siam », R.G.A., XXIV, 1866, col. 114.

26 Annales archéologiques, 1844, t. I, introduction. Didron entend, par « pélasgique et cyclopéen », les monuments mycéniens.

27 Voir ill. 2 : Eugène Viollet-le-Duc, Désiré Charnay, « Grand palais à Mitla », Cités et ruines américaines : Mitla, Palenqué, Izamal, Chichen-Itza, Uxmal, recueillies et photographiées... Suivi des voyages et des documents de l’auteur, Paris, Gide et Morel, 1863.

28 August Welby Pugin, Types d’architecture gothique empruntés aux édifices les plus remarquables construits en Angleterre pendant les XII, XIII, XIV, XV et XVIe siècles et représentés en plans, coupes, élévations et détails géométraux de manière à compléter l’étude et à faciliter la construction pratique des diverses variétés du style ogival Paris, Baudry, 1867, 2evol., introduction d’Émile Noblet.

29 Abbé Alexandre-Eusèbe Poquet, Pèlerinage à l’ancienne abbaye de Saint-Médardlès-Soissons, Paris, V. Didron, 1849.

30 Annales archéologiques, 1848, t. VIII, p. 340.

31 Dixit Didron.

32 Albert-Alexandre Lenoir, Statistique monumentale de Paris. Cartes, plans et dessins, Paris, Imprimerie nationale, 1867, 2vol., Explication des planches, Paris, Imprimerie nationale, 1867 (« Documents inédits de l’histoire de France »).

33 Émile Trélat, Ernest Mangeon, Notice sur une église de campagne, Notre-Dame de Villeneuve-le-Comte, Paris, Imprimerie de Bourgogne et Martinet, 1845, 23p.

34 Ill. 3 et 4 : planches de l’ouvrage de Trélat et Mangeon.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : « Un exemple de compte rendu bibliographique », Annales Archéologiques, vol. 10, 1850, p. 362.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Ill. 2 : Eugène Viollet-Le-Duc, Désiré Charnay, « Grand Palais à Mitla », Cités et ruines américaines : Mitla, Palenqué, Izamal, Chichen-Itza, Uxmal, recueillies et photographiées... Suivi des voyages et des documents de lauteur, Paris, Gide et Morel, 1863.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1445/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Ill. 3 : Émile Trélat, Ernest Mangeon, Notice sur une église de campagne, Notre-Dame de Villeneuve-le-Comte, Paris, Imprimerie de Bourgogne et Martinet, 1845, 23p., plan de l’édifice.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1445/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Ill. 4 : Émile Trélat, Ernest Mangeon, Notice sur une église de campagne, Notre-Dame de Villeneuve-le-Comte, Paris, Imprimerie de Bourgogne et Martinet, 1845, 23p., élévation de l’édifice.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1445/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1445/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1445/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1445/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1445/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

Auteur

Élève de l’école des chartes. Il a conduit son D.E.A. sous la direction de Jean-Michel Leniaud à l’École pratique des hautes études (juin 2000) et étudie l’action du Comité des travaux historiques et scientifiques en France et à l’étranger (Mexique, Tunisie, Indochine), en particulier dans le domaine du patrimoine architectural et des sciences naturelles. Ces recherches s’inscrivent dans le cadre d’une thèse d’école des chartes dirigée par Bruno Delmas et Jean-Michel Leniaud qui englobe l’activité du C.T.H.S. de sa création en 1834 jusqu’à la deuxième guerre mondiale.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540