Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les périodiques d'architecture, XVIIIe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Remarques préliminaires à une étude du travail sur l’image dans la presse architecturale du XIXe siècle

Marc Saboya

Texte intégral

  • 1 Ill. 1 : Louis-Étienne Chaffanjon, « Porte d’un immeuble du boulevard Saint-Germain », Revue génér (...)
  • 2 Julius Schulman, L'architecture et sa photographie, Cologne, Taschen, 1998.

1 « Pour rendre justice à l’œuvre de M. Chaffanjon, il aurait fallu teinter plus vigoureusement les fers de clôture, car en éclairant vivement — en dépit de nos observations le montant du milieu, en même temps qu’il couvrait les fers d’une sorte de demi-teinte, le graveur appelle de son mieux l’attention du spectateur sur le côté critiquable de la composition ; çà a été, toutefois, maladresse, non malice » (C. Daly, R.G.A., XXIV, 1866, col. 53, à propos de la planche 23 de la Revue reproduisant la porte d’un immeuble du boulevard Saint-Germain par l’architecte Chaffanjon1). Daly reconnaît ainsi, en 1866, la puissance de l’illustration et de la presse dans le champ de l’architecture. Il avoue que, pour trafiquer la réalité, il suffit de trafiquer son image. Un graveur peut, par un jeu d’éclairage approprié, gommer les maladresses ou accentuer les imperfections d’une œuvre. Et le directeur de la R.G.A. est presque désolé de n’avoir pu, cette fois-ci, tromper son lecteur ! Tout est dit dans ces quelques mots : l’image fabrique l’œuvre, le graveur — comme de nos jours le photographe (voir par exemple les clichés de Julius Schulman2) — tient sous son burin les destinées d’une réalisation et la presse participe à sa reconnaissance. Cette presse d’ailleurs, qui a bâti sa réputation sur un principe de vérité, montre aussi qu’elle sait mentir.

  • 3 Pour ne prendre qu’un seul exemple, nous citerons l’architecte bordelais Louis-Michel Garros (1833 (...)
  • 4 Ce chiffre de 341 revues se fonde sur le répertoire le plus récent dressé par Béatrice Bouvier pou (...)

2La naïveté de Daly tient en partie au fait que, dans les années 1860, la presse architecturale illustrée commence à découvrir son pouvoir et c’est cette prise de conscience qui la constitue en média, avec ses règles et ses techniques pour mieux gérer sa force, son succès. L’une de ces recettes réside dans le travail sur l’illustration. L’image, alors, circule vite et partout et les agences collectent des centaines de planches qui constituent le fonds documentaire à partir duquel les architectes peuvent créer3. Ainsi, entre 1800 et 1914, un raz de marée graphique déverse sur l’Europe des dizaines de milliers d’images d’architecture diffusées par des centaines de revues spécialisées dans cet art et dans les travaux d’ingénieurs. Trois cent quarante et une revues paraissent en France et la plus célèbre d’entre elles, la Revue générale de l’architecture et des travaux publics, propose, entre 1840 et 1890, 2 500 planches qui viennent s’ajouter au millier de vignettes incluses dans le texte4.

Ill. 1 : Louis-Étienne Chaffanjon, « Porte d’un immeuble du boulevard St-Germain », Revue générale de l’architecture, t. XXIV, 1866, pl. 23.

  • 5 R.G.A., XX, 1862, col. 263 et XXVII, 1869, col. 109. En 1884, Daly écrit : « L’étude de l’architect (...)

3Un tel corpus d’images rend difficile, voire impossible, une étude méthodique de la représentation architecturale dans ces médias. Mais la quantité n’est pas le seul obstacle à cette enquête. Une autre difficulté réside dans la complexité de l’objet à étudier. Si l’on écarte de notre investigation la presse produite par les ingénieurs et destinée à ce corps pour ne retenir que les revues d’architecture — qui élargissent d’ailleurs sans cesse le champ de leurs lecteurs (du « Soyez plutôt maçon ! » du Journal des bâtiments, 19 floréal an IX au sous-titre de la R.G.A. « Journal des architectes, des ingénieurs, des archéologues, des industriels et des propriétaires » en 1840) — il apparaît que le terme d’architecture recouvre des domaines très variés allant de la grande archéologie aux préoccupations contemporaines les plus triviales. L’architecture, c’est aussi bien le Parthénon que l’école primaire d’un village, c’est le grand décor d’une villa pompéienne mais c’est aussi le mobilier d’une salle de classe avec ses bancs, ses pupitres, son tableau et ses cartes de géographie. L’architecture, c’est un fragment de chapiteau roman, une mosquée au Caire, le palais de justice de Paris, un pont, une gargouille à Louksor ou le schéma des tuyauteries qui parcourent les murs d’un hôtel londonien moderne ; l’architecture, ce sont des graphiques de résistance des matériaux, des médailles commémoratives, des machines, des planches de stéréotomie, des portraits d’architectes... Dans cette presse, tout est architecture et l’architecte est un homme complet, homme de l’art, homme de science, mais aussi « le premier des décorateurs » déclare Ruprich-Robert qui poursuit : « L’auteur d’un meuble est forcément un architecte »5.

  • 6 Marc Saboya, « Bordeaux et la R.G.A., 1840-1855 », Société archéologique de Bordeaux, t. LXXIV, 19 (...)
  • 7 La planche 3 du vol. III de la R. G.A représente le plan d’un établissement de bains publics et un (...)

4Si on limite l’enquête à l’étude des programmes, l’objet n’apparaît pas mieux défini. On peut admettre, bien sûr, qu’une église ne requiert en général qu’un seul plan et un hôtel particulier plusieurs, qu’un édifice cultuel se décline tout au long de nombreuses planches de détails d’ornements qui font défaut dans les constructions utilitaires et que les illustrations techniques sont réservées à la mise en œuvre des matériaux industriels. En réalité, ce point de vue est contestable et les contre-exemples sont nombreux. Une église peut donner lieu à une série de planches très techniques sur la stéréotomie des voûtes en éventail (le mémoire de Willis dans la R.G.A. par exemple). Telle caisse d’épargne bordelaise à la belle façade italianisante (Henri Duphot, 1847) n’est représentée, dans la R.G.A. que par un plan du rez-de-chaussée et de l’étage (1852)6. L’opéra de Charles Garnier, absent de tous les périodiques, n’est présent que dans les Nouvelles annales de la construction qui ne lui accordent qu’une seule planche. De son côté, la R.G.A. groupe fréquemment plusieurs édifices sur une même feuille ou détaille, sur une même planche, tous les aspects d’une construction. La première solution poursuit un but comparatiste : on publie, par exemple, sur une seule planche toutes les gares et tous les ponts d’un réseau de chemin de fer. Mais certains regroupements peuvent être aléatoires et ne suivre aucune logique thématique7.

Ill. 2 : « Bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris par Labrouste », Revue générale de l’architecture, t. X, 1852, pl. 21.

  • 8 Les planches de l'Encyclopédie sont dessinées par Trobois et celles de la R.G.A. par Labrouste lui (...)
  • 9 Ill. 2 : « Bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris par Labrouste », Revue générale de l’architecture (...)
  • 10 C’est ce que prouve Neil Levine, « The book and the building: Hugo’s theory of architecture and La (...)
  • 11 Henri Bresler, « Dessiner l’architecture. Point de vue des Beaux-arts et changement de point de vu (...)
  • 12 Marc Saboya, « A la conquête d’une image : Henri Labrouste et la R.G.A. », Actes du colloque Henri (...)
  • 13 Béatrice Bouvier, L’Encyclopédie d’architecture (1850-1892) : un miroir de l’architecture de son t (...)

5Un même bâtiment peut subir des traitements différents selon les revues. Ainsi, la bibliothèque Sainte-Geneviève est illustrée par trente-huit planches dans l’Encyclopédie d’architecture tandis que la R.G.A. ne lui en concède que dix mais ouvre ses colonnes à Labrouste qui, dans un court article, explique son œuvre8. La plus intéressante des planches que propose Daly est une vue perspective du monument9. Dessinée par Labrouste d’après une photographie de 185210 (année de sa parution dans le périodique) elle est publiée exclusivement dans la R.G.A. La représentation en perspective échappe, selon Henri Bresler, au système de représentation de l’Ecole des beaux-arts11. La planche de la R.G.A. est donc une forme de critique d’un certain type d’enseignement abusant de la représentation en géométral. La vue proposée ici a valeur de manifeste de la nouvelle architecture. Elle fait valoir le bâtiment selon un point de vue particulier, pittoresque, imposé au lecteur comme une image privilégiée par l’architecte, un dessin donné en plus qui ouvre une perspective polémique que n’offrent pas les vues en géométral des autres revues. Le caractère d’œuvre unique, personnelle est ainsi renforcé par la présence de cette simple planche. Sous la double tutelle du journaliste qui publie le monument et de l’architecte qui choisit ici une image particulière, l’œuvre prend toute sa dimension médiatique qui n’est pas étrangère au succès considérable qu’elle connaîtra12. Si l’architecte joue un certain rôle dans le choix des planches qu’il propose aux revues — la découverte par Béatrice Bouvier du recueil du fonds Destailleur qui regroupe diverses études préparatoires aux gravures de l’Encyclopédie d’architecture entre 1851 et 1862 en apporte la preuve13 — des considérations matérielles déterminent aussi l’orientation vers un système de représentation.

  • 14 La cote généralement adoptée par la R.G.A. et par l’Encyclopédie d’architecture est 0m.005 pour le (...)
  • 15 Delphine Costedoat, La Gazette des architectes et du bâtiment, mémoire de Maîtrise, Université Mic (...)

6Ainsi, le format des revues impose certains choix. Le petit in-quarto (la revue L’Architecte par exemple, 1832-1833) exclut les détails en grandeur d’exécution que privilégie, en revanche, l’in-folio de la R.G.A. dont les planches sont cotées afin de faciliter la reproduction des motifs. Daly conserve la même échelle pour les illustrations de même nature, ces échelles étant les multiples et sous-multiples les uns des autres14 et Oppermann, soucieux d’assurer une audience européenne à son périodique les Nouvelles annales de la construction, publie ses planches avec des échelles françaises, anglaises et allemandes. Ce même format permet une disposition du texte sur deux colonnes ce qui facilite sa fragmentation par des vignettes placées ainsi exactement à l’endroit où le discours écrit sollicite l’illustration. Cet avantage sera repris par Viollet-le-Duc fils dans la Gazette des architectes et du bâtiment (1863-1871)15.

  • 16 César Daly, prospectus de la Semaine des constructeurs, 1876.
  • 17 Paul Planat, La Construction moderne, I, 1885-1886, p. 9.
  • 18 L’Architecte, revue de la Société des architectes D.P.L.G., 1906-1935.

7Le rythme de parution ne doit pas être négligé dans le choix du parti graphique. La Semaine des constructeurs (1876-1898), lancée par César Daly, est un hebdomadaire qui propose une à deux planches par livraison et quelques croquis rapides afin de se faire « l’écho des événements du jour »16. Les centres d’intérêt de ce nouveau journal sont rapidement limités à des préoccupations techniques qui conduisent Paul Planat à quitter la revue devenue, selon lui, « l’orgueil et la joie de la plomberie »17, pour renouer avec l’architecture en fondant La Construction moderne en 1885. Grâce à des procédés de reproduction rapides et modernes, l’héliographie essentiellement, Planat peut réintroduire le grand art dans une revue hebdomadaire. Mais le froid document technique a laissé place à de belles planches sans vocation professionnelle. Les illustrations de La Construction moderne, privilégiant les façades, font entrer l’architecture dans le monde de l’image publicitaire, une tendance qui se confirmera avec la revue L’Architecte lancée par Jean-Louis Pascal en 190618 et se généralisera dans la presse du XXe siècle.

  • 19 Marc Saboya, « Voir et faire voir les gravures de la R.G.A. », Histoire de l’art, no1/2, 1988, p.  (...)
  • 20 C’est le cas de certains recueils publiés par Daly et édités par la Librairie générale de l’archit (...)

8Enfin, une analyse de plus en plus précise de la spécificité des revues d’architecture va contribuer à redéfinir les rôles respectifs des discours écrits et figurés. Dans les trente premières années du XIXe siècle, les revues sont très peu illustrées. Cette économie d’images n’est pas imputable à des incompétences techniques mais est plutôt liée au fait que la planche est réservée au livre alors que la revue, depuis le XVIIIe siècle, est surtout le lieu des débats, des échanges et donc du discours écrit renouvelé : correspondance, articles d’humeur, comptes rendus de concours, analyses des livres parus etc. Un changement radical s’opère en 1840 lorsque Daly définit pour la première fois la revue par rapport au livre et prend conscience du caractère « fermé » de celui-ci en décalage perpétuel avec l’actualité : « A l'heure actuelle... l’esprit général de recherche est devenu tellement actif... que les nouvelles découvertes de tous les jours rendent incomplets les ouvrages les plus consciencieux publiés la veille » écrit-il dans le texte fondateur de la R.G.A., l’introduction de 1840. Le livre n’est donc pas un instrument de communication moderne ; à une époque où tout bouge avec la rapidité que permettent les nouveaux moyens de communication, il fige l’effervescence créatrice et entrave les échanges. Le périodique, en revanche, s’adapte à l’actualité, crée l’actualité, se renouvelle grâce à elle. Il est une forme « ouverte », propose une lecture « à suivre » et doit, pour cela, « parler aux yeux par le dessin » (Daly)19. Il peut même, grâce aux index, rivaliser avec le livre et devenir une véritable encyclopédie. Cette analyse, qui profitera à toutes les revues postérieures à la R.G.A., conduit Daly à accentuer peu à peu les caractéristiques des publications périodiques en privilégiant, par exemple, le discours graphique : trente planches en 1840, 72 en 1887, soit, à partir de 1861, une gravure pour deux pages de texte. En concevant l’image comme un prolongement didactique du texte, Daly fait preuve d’originalité puisque certaines revues contemporaines de la R.G.A. proposent, un moment, des planches sans article ou des articles sans relation avec les planches. Dans tous les cas, l’illustration porte la marque d’une volonté éditoriale et le travail sur l’image est un des facteurs du succès de cette presse. Mais il est aussi une des raisons de la prospérité des livres et des recueils d’architecture contemporains, ce qui pose la question de la spécificité de l’illustration de presse, une spécificité qui tient plus à l’adoption de techniques rapides de gravure qu’au choix d’un type de représentation. Ayant fait leurs preuves, ces procédés seront souvent adoptés pour illustrer les livres et recueils qui sont, parfois, le produit du regroupement thématique des planches d’un périodique vendues ainsi deux fois sous des formes différentes20.

  • 21 En 1869, la R.G.A. tire à 2 500 exemplaires.
  • 22 « Chaque gravure de la R.G.A. s’approche de la perfection », Building news, 15 novembre 1861. « Le (...)

9Travailler une image, c’est choisir une technique de gravure, un type de dessin et une vue particulière de l’édifice. Ces trois moments sont souvent inséparables. Ainsi la gravure sur bois de bout, découverte par Thomas Bewick, est efficace pour les plans, les vues pittoresques mais reste peu précise dans le rendu des détails. Elle est adoptée pour les illustrations dans le texte (R.G.A.) et les figures de certains hebdomadaires (La Semaine des constructeurs, L’Illustration). A la traditionnelle gravure sur cuivre et à la lithographie auxquelles ont recours les périodiques des trente premières années du siècle marqués par les images de l'Encyclopédie, Daly préfère la gravure au burin sur acier (mise au point par Charles Warrens en 1818). La résistance de la plaque permet des tirages de plusieurs milliers d’exemplaires sans altération des traits21 et impose des finesses et une précision plus grandes. Discipline éprouvante en raison de la dureté du métal, la gravure sur acier est tout indiquée pour prévenir l’artiste contre les dangers d’une mise en scène dans laquelle l’objet perdrait sa netteté technique. Dans ce domaine, les planches de la R.G.A. ont fait l’unanimité des périodiques concurrents qui adoptent à leur tour cette technique22.

  • 23 Ill. 3 : « Forum triangulaire de Pompéi », Encyclopédie d’architecture, 1876, pl. 317.
  • 24 Pour les techniques de gravure nous renvoyons à Michel Melot, L’Illustration, histoire d’un art, S (...)

10Peu fiable dans la précision du dessin, la lithographie n’est plus utilisée dans les revues françaises postérieures à 1840. En revanche, la chromolithographie rencontre un vif succès. Ce procédé, très coûteux, maîtrisé par le lithographe Lemercier, introduit la couleur dans la presse architecturale mais reste réservé à des planches de détails, des éléments du mobilier, des partis décoratifs23. Il apporte, en tout cas, le soutien de la presse au courant favorable à l’architecture polychrome (voir, par exemple, la restitution du temple d’Egine par Charles Garnier dans la R.G.A. en 1858)24.

  • 25 Cf. Delphine Costedoat et Béatrice Bouvier, op. cit.

11A la gravure sur acier, la Gazette des architectes et du bâtiment préfère le procédé Comte (du nom de son inventeur) ou néographie, une technique photomécanique dérivée de la lithographie permettant l’illustration dans le texte et fournissant, selon Alfred de Loustalot rédacteur à la Gazette des beaux-arts, « d’excellents clichés »25. Ce procédé est choisi pour des raisons qui tiennent autant à sa mise en œuvre simple et rapide qu’à ses vertus économiques.

  • 26 R.G.A., XXXV, 1878, col. 160.

12Enfin, les Nouvelles annales de la construction d’Oppermann (1855) et l’Intime club, fondé en 1866 par les élèves de l’atelier de Questel, adoptent l’autographie, une technique rapide et économique puisqu’il suffit d’appliquer le croquis dessiné sur un papier spécial pour l’imprimer sur la pierre lithographique. L’illustration ainsi produite conserve le caractère spontané du croquis mais l’allure un peu frustre des planches sera souvent critiquée par les architectes : Victor Ruprich-Robert par exemple y verra une décevante entreprise de vulgarisation26.

Ill. 3 : « Forum triangulaire de Pompéi », Encyclopédie d’architecture, 1876, pl. 317.

  • 27 Selon Barry Bergdoll, il s’agit d’une photographie de François-Adolphe Fortier (« Duban et la phot (...)
  • 28 Antoine-Henry Révoil, R.G.A., XXVII, 1869, col. 244.
  • 29 Le procédé Dujardin allie la photographie et la gravure par la transformation du cliché en une pla (...)

13Dès son invention, la photographie intéressera les périodiques et on cherchera longtemps un procédé permettant d’imprimer le cliché sur le papier. La photolithographie mise au point par Poitevin en 1855 apparaît dans la R.G.A. dès 1856 avec une illustration d’un pavillon des halles de Paris en construction. Pourtant, l’image, trop sombre et peu nuancée, ne satisfait pas Daly qui propose, la même année, une photographie de l’escalier du château de Blois après la restauration de Duban27. Mais l’épreuve, collée sur la page, impose des manipulations longues et coûteuses. Après ces deux tentatives, Daly renonce à la photographie qui, selon lui, « exclut le mérite de l’artiste »28 et ne peut rendre les multiples services que permet la gravure traditionnelle : vues en coupe, plans, détails de construction etc. L’héliogravure, procédé Dujardin, adoptée à partir de 1882 par l’Encyclopédie d’architecture, simplifiera la méthode de reproduction sans élargir vraiment le champ des représentations29.

14Si la gravure sur cuivre, héritage du XVIIIe siècle, convient parfaitement au dessin au trait, le procédé de gravure adopté ne détermine pas automatiquement le choix d’un dessin particulier. J’appelle ici « dessin » tout ce qui forme l’image d’un édifice par le jeu du trait et des ombres. Le dessin renvoie à des modes, des pratiques esthétiques, oriente vers une certaine perception de l’objet représenté. Un parti graphique évolue en fonction de l’évolution de l’architecture ; il est abandonné lorsqu’il ne correspond plus à la réalité de l’objet que l’on veut reproduire. Pendant les quarante premières années du XIXe siècle, les revues publient essentiellement des dessins au trait, sans ombre ni modelé. Dans ces planches nettes et dépouillées, seul le trait, entre deux néants de blancheur, variant à peine d’épaisseur, définit le monument, édifice idéal d’une pureté cristalline. Tout effet est considéré comme déplorable car, dès lors, « le dessin n’est plus le moyen d'étude, il n’est plus l’instrument de l’architecte, il devient au contraire le but de ses efforts, son maître et l’effet du dessin passe avant l’architecture du monument » écrit Daly en 1841.

15Mais le trait a ses limites que Daly découvre vite : il est peu adapté aux nouvelles tendances architecturales et décoratives, à la richesse, à la couleur, à la plasticité des bâtiments. Il ignore les ombres, donne la même valeur à tout, confond les matériaux, réduit le vocabulaire architectural à des éléments quasi abstraits et privilégie enfin la représentation en géométral qui n’affirme aucune profondeur et ne peut replacer le bâtiment dans son environnement. L’éclectisme requiert un autre parti graphique.

  • 30 César Daly, R.G.A., XLIV, 1887, col. 5-6.
  • 31 Le lavis apparaît dès 1858 dans la R.G.A.
  • 32 César Daly, R.G.A., XXVIII, 1870, col. 12.

16Le dessin au trait, que Daly définit d’ailleurs comme « la conséquence logique des vieilles doctrines classiques du beau idéal »30, disparaît donc peu à peu de la presse architecturale. Des effets apparaissent : ombres portées (hachures parallèles plus ou moins serrées) ou usage du lavis31. Toutes les nuances possibles entre le blanc et le noir s’introduisent dans les planches. Les volumes et les décrochements se précisent, la décoration affirme son relief sur le nu du mur et les différents matériaux sont nettement identifiables. La représentation confine au réalisme mais certains directeurs de publication refusent la mise en scène : « Si un dessin sincère est toujours une vérité, un dessin habile est toujours un mensonge... Un rendu ne doit jamais être un piège pour les spectateurs de bonne fois... Quelle grave erreur que de confondre les exigences de la peinture avec celles des rendus d’architecture »32.

  • 33 Marc Saboya, « Voir et faire voir [...] », Histoire de l’art, op. cit., p. 38-39.
  • 34 Un exemple : une lettre du Bordelais Charles Durand nous apprend qu’il envoie à Daly une étude et (...)
  • 35 Françoise Boudon, « Le réel et l’imaginaire chez Viollet-le-Duc : les figures du Dictionnaire de l (...)
  • 36 Voir, par exemple, dans la R.G.A., articles et planches consacrés au Reform-Club de Charles Barry (...)

17Les différentes approches esquissée ci-dessus ne peuvent résoudre un autre problème que l’on pourrait poser ainsi : pourquoi les édifices d’un même programme ne sont-ils pas représentés dans les revues par le même type et le même nombre d’illustrations ? L’approche quantitative que nous avons entreprise pour les 366 œuvres contemporaines de la R. G.A.33 ne donne pas de réponses applicables aux autres périodiques car une telle analyse doit intégrer des informations qu’aucun chercheur ne possède vraiment. On ne peut, par exemple, exception faite pour Labrouste dans la R.G.A., évaluer avec précision le rôle de l’architecte dans le choix d’une représentation. En outre, aucun directeur de publication ne s’est expliqué sur la sélection qu’il opère dans les planches qu’on lui fournit. Or, nous savons que cette sélection existe et que certaines œuvres transmises aux revues ne feront même pas l’objet d’une illustration34. Dans l’état actuel des recherches, on ne peut donc dresser un bilan fiable de la représentation de l’architecture dans les revues spécialisées. Je me bornerai donc, en guise de conclusion, à ces quelques remarques qui ne sont que le fruit d’un regard attentif posé sur les planches des périodiques. Lorsque naissent, à partir de 1840, les grandes revues, c’est un souci de précision doublé d’un principe d’utilité qui guide les directeurs des publications. Il n’est pas rare alors de trouver des œuvres disséquées par l’illustration : façades, coupes, plans, détails nombreux. A partir de 1860, les élévations perspectives sont de plus en plus fréquentes. Ce parti a des visées polémiques face à l’enseignement officiel qui néglige totalement et sciemment le dessin perspectif considéré comme « néfaste et gâtant la main »35. Le choix de ce type de figure est conforme au projet de la plupart des revues de pallier les insuffisances de la formation traditionnelle. Autour des années 1870, dans les planches d’architecture privée, le plan n’occupe plus la totalité de l’illustration mais un coin seulement de la gravure réservée à l’élévation. Les cotes ont disparu. Les personnages et les objets donnent l’échelle. Les vues en coupe, sèches et précises, sont remplacées par des vues intérieures habitées par des gens élégants qui évoluent au milieu des meubles qu’ils ont choisis. Les graveurs privilégient alors les perspectives diagonales, les points de vue plongeants qui permettent d’élargir l’espace représenté, d’agrandir les volumes et de figurer les enfilades de pièces annexes. Celles-ci sont d’ailleurs soigneusement sélectionnées. Les lieux consacrés aux activités triviales sont rares et laissent la place aux espaces de représentation. Le « confortable » n’est plus, comme il l’était dans les années 1850, une question de commodités qui se déclinaient au fil des planches techniques mais une manière d’agrémenter un lieu de vie en créant, par le décor et la lumière, une atmosphère36.

Ill. 4 : « Hôtel de sous-préfecture ; école des beaux-arts », Intime Club, n“5, Septembre 1867.

18L’illustration suit donc le goût. Elle l’influence aussi, certainement, mais cette relation est difficile à analyser. Les architectes ont-ils construit comme dans les revues d’architecture ? Il est certain que les planches les ont inspirés ; elles étaient d’ailleurs conçues pour cela. En revanche, il est plus délicat d’évaluer l’influence du parti graphique adopté par les revues sur le dessin d’architecture et donc sur le projet. Si cette relation était établie, on pourrait envisager l’hypothèse séduisante d’une École de la presse architecturale.

Notes

1 Ill. 1 : Louis-Étienne Chaffanjon, « Porte d’un immeuble du boulevard Saint-Germain », Revue générale de l’architecture, t. XXIV, 1866, pl. 23.

2 Julius Schulman, L'architecture et sa photographie, Cologne, Taschen, 1998.

3 Pour ne prendre qu’un seul exemple, nous citerons l’architecte bordelais Louis-Michel Garros (1833-1911) qui est abonné à la R.G.A. et se constitue un portefeuille de motifs composé de planches extraites de revues d’architecture françaises et anglaises. Ces illustrations ont fortement influencé ses propres créations et certaines planches sont toujours incluses dans les dossiers des œuvres qu’il construit (Robert Coustet et Marc Saboya, Bordeaux, le temps de l’histoire : architecture et urbanisme au XIXe siècle (1800-1914), Bordeaux, Mollat, 1999).

4 Ce chiffre de 341 revues se fonde sur le répertoire le plus récent dressé par Béatrice Bouvier pour la sous-direction de l’Inventaire en 2000. Contrairement à l’Allemagne (Rolf Fuhlrott, 1975) ou à l’Espagne (Angel Isac, 1987) les revues françaises n’ont pas encore fait l’objet d’un véritable travail de synthèse. Une première approche comparatiste est proposée dans mon ouvrage Presse et architecture au XIXe siècle : César Daly et la R.G.A., Paris, Picard, 1991, 1re partie, chapitres 1 et 4.

5 R.G.A., XX, 1862, col. 263 et XXVII, 1869, col. 109. En 1884, Daly écrit : « L’étude de l’architecture est la condition fondamentale de celle de l’art décoratif » (R.G.A., XLI, 1884, col. 109).

6 Marc Saboya, « Bordeaux et la R.G.A., 1840-1855 », Société archéologique de Bordeaux, t. LXXIV, 1983, p. 27-30.

7 La planche 3 du vol. III de la R. G.A représente le plan d’un établissement de bains publics et un instrument servant à relever les profils des moulures, le cymagraphe.

8 Les planches de l'Encyclopédie sont dessinées par Trobois et celles de la R.G.A. par Labrouste lui-même.

9 Ill. 2 : « Bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris par Labrouste », Revue générale de l’architecture, t. X, 1852, pl. 21.

10 C’est ce que prouve Neil Levine, « The book and the building: Hugo’s theory of architecture and Labrouste’s bibliothèque Sainte-Geneviève », The Beaux-arts and nineteenth century French architecture, Londres, 1982, p. 155 et note 185, p. 266.

11 Henri Bresler, « Dessiner l’architecture. Point de vue des Beaux-arts et changement de point de vue », Images et imaginaires d’architecture, Paris, 1984, p. 35.

12 Marc Saboya, « A la conquête d’une image : Henri Labrouste et la R.G.A. », Actes du colloque Henri Labrouste architetto, Venise, 1996, à paraître chez Électa.

13 Béatrice Bouvier, L’Encyclopédie d’architecture (1850-1892) : un miroir de l’architecture de son temps, thèse de doctorat de l’École pratique des hautes études, sciences historiques et philologiques, sous la direction de Jean-Michel Leniaud, Paris, 1999, p. 85 et suiv.

14 La cote généralement adoptée par la R.G.A. et par l’Encyclopédie d’architecture est 0m.005 pour les plans, 0m.010 pour les élévations et les coupes, 0m.10 ou 0m.20 pour les profils, Om.250 pour les menuiseries (Marc Saboya, Presse et architecture, p. 239-240 et Béatrice Bouvier, op. cit., p. 89).

15 Delphine Costedoat, La Gazette des architectes et du bâtiment, mémoire de Maîtrise, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 1993.

16 César Daly, prospectus de la Semaine des constructeurs, 1876.

17 Paul Planat, La Construction moderne, I, 1885-1886, p. 9.

18 L’Architecte, revue de la Société des architectes D.P.L.G., 1906-1935.

19 Marc Saboya, « Voir et faire voir les gravures de la R.G.A. », Histoire de l’art, no1/2, 1988, p. 31-40.

20 C’est le cas de certains recueils publiés par Daly et édités par la Librairie générale de l’architecture et des travaux publics.

21 En 1869, la R.G.A. tire à 2 500 exemplaires.

22 « Chaque gravure de la R.G.A. s’approche de la perfection », Building news, 15 novembre 1861. « Le seul reproche qu’on nous a adressé c'est de les trop soigner ; mais nous pensons que l’architecture ne souffre pas sur ce point de moyen terme entre le bon et le mauvais », César Daly, R.G.A., III, 1842, col. 2.

23 Ill. 3 : « Forum triangulaire de Pompéi », Encyclopédie d’architecture, 1876, pl. 317.

24 Pour les techniques de gravure nous renvoyons à Michel Melot, L’Illustration, histoire d’un art, Skira, Genève, 1984.

25 Cf. Delphine Costedoat et Béatrice Bouvier, op. cit.

26 R.G.A., XXXV, 1878, col. 160.

27 Selon Barry Bergdoll, il s’agit d’une photographie de François-Adolphe Fortier (« Duban et la photographie », Duban, les couleurs de l’architecte, Gallimard/Electa, Turin, 1996, p. 230).

28 Antoine-Henry Révoil, R.G.A., XXVII, 1869, col. 244.

29 Le procédé Dujardin allie la photographie et la gravure par la transformation du cliché en une planche encrable grâce aux procédés de la taille douce, de la lithographie et de la photographie (Béatrice Bouvier, op. cit., p. 109-111).

30 César Daly, R.G.A., XLIV, 1887, col. 5-6.

31 Le lavis apparaît dès 1858 dans la R.G.A.

32 César Daly, R.G.A., XXVIII, 1870, col. 12.

33 Marc Saboya, « Voir et faire voir [...] », Histoire de l’art, op. cit., p. 38-39.

34 Un exemple : une lettre du Bordelais Charles Durand nous apprend qu’il envoie à Daly une étude et des planches sur l’établissement thermal de Cauteret. Daly ne les publiera pas.

35 Françoise Boudon, « Le réel et l’imaginaire chez Viollet-le-Duc : les figures du Dictionnaire de l’architecture », Revue de l’art, no 58-59, 1983, p. 95-114, p. 97.

36 Voir, par exemple, dans la R.G.A., articles et planches consacrés au Reform-Club de Charles Barry à Londres (XV, 1857) et à l’hôtel Burgess, à Londres encore (XLIV, 1887).

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Louis-Étienne Chaffanjon, « Porte d’un immeuble du boulevard St-Germain », Revue générale de l’architecture, t. XXIV, 1866, pl. 23.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1443/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Ill. 2 : « Bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris par Labrouste », Revue générale de l’architecture, t. X, 1852, pl. 21.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1443/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Ill. 3 : « Forum triangulaire de Pompéi », Encyclopédie d’architecture, 1876, pl. 317.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1443/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Ill. 4 : « Hôtel de sous-préfecture ; école des beaux-arts », Intime Club, n“5, Septembre 1867.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1443/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540