Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les périodiques d'architecture, XVIIIe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

L’actualité architecturale dans la presse française (1750-1794)

Nathalie Sarrabezolles

Texte intégral

1Les rédacteurs du Journal des Sçavans, fondé en 1664, puis du Journal de Trévoux, créé en 1701, prétendent évoquer tous les sujets. Ils traitent donc des arts, et plutôt des arts plastiques, de façon substantielle, mais ils le font rarement. Le nombre d’articles consacrés aux arts et à l’architecture croît ensuite et se stabilise jusqu’aux abords de la période révolutionnaire. La seconde partie du XVIIIe siècle est, en effet, une période riche d’actualité architecturale ; la construction et l’embellissement des villes connaissent un grand développement à travers l’Europe. Dans le même temps, le luxe et les bienfaits de la civilisation ainsi que la fonction de l’architecte font l’objet de larges controverses. La presse périodique de l’époque rend-elle compte de ces nouvelles préoccupations ?

  • 1 Paris, Didot, 1866. Réédition en 1965 aux Éditions Anthropos.
  • 2 Paris, Universitas, 1991, 2vol.
  • 3 Gazette des Beaux-arts, no 140, janvier-mars 1951, p. 5-66.
  • 4 La date de 1794 correspond à la fin de la publication des derniers titres du corpus, le Journal en (...)

2La détermination du corpus, pourtant non exhaustif, s’est révélée difficile. La recherche, dans le catalogue des périodiques de la Bibliothèque nationale de France, des titres francophones disponibles en France à cette période et contenant dans leur appellation le terme « architecture » n’a donné aucun résultat. Pour remédier à cette difficulté, certains ouvrages ont été d’une grande utilité en ce qu’ils recensent, sous des rubriques particulières, des périodiques qui ont pris pour thème les arts et lettres dans certains de leurs articles, notamment la Bibliographie historique et critique de la presse périodique française d’Eugène Hatin1, le Dictionnaire des Journaux, publié sous la direction de Jean Sgard2, et l’article de Gustave Lebel « Bibliographie des revues et périodiques d’art parus en France de 1746 à 1914 »3. De cette liste de périodiques ont été écartés les quotidiens ou affiches. La périodicité des premiers, impliquant une telle masse de documents sur une aussi longue période, demanderait une étude particulière. Le contenu des secondes était trop éloigné du thème de recherche ; il ne recelait, au mieux, que de simples annonces. Les informations collectées dans ces ouvrages de référence ont été ensuite vérifiées et complétées grâce au dépouillement partiel de ces titres et de celui d’autres périodiques, non répertoriés. L’étude scrupuleuse des tables des matières, ou, à défaut, de l’ensemble du périodique sur toute la période (de 1750 à 17944) a permis de montrer que beaucoup de rédacteurs consacraient des articles à l’architecture. Au total, sur les trente-six périodiques étudiés, vingt-deux comportaient de telles caractéristiques.

3Un travail méthodique de dépouillement a ensuite été entrepris sur les titres sélectionnés, à partir des tables lorsqu’elles existaient et par l’étude systématique du contenu de chaque cahier. Beaucoup d’articles consacrés à l’actualité architecturale, en effet, ne sont pas placés sous les rubriques « art » ou « architecture » et les tables ne sont donc pas fiables. La plupart des interventions de lecteurs sont par exemple classées sous le titre « Lettre à l’auteur » ou « Lettre au rédacteur ». A la fin de ce travail, le nombre d’articles recensés était suffisant pour montrer que la théorie architecturale a connu certains développements à travers la presse généraliste.

4Dans un souci de couvrir le sujet de la manière la plus large possible, tous les articles et toutes les mentions pouvant se rapporter à l’architecture ont été répertoriés dans les périodiques sélectionnés. Les données recueillies sont donc de nature et de développements différents : articles de fond sur la théorie et la technique architecturales, critiques architecturales ou bibliographiques et ce qui pourrait aujourd’hui s’apparenter à de la publicité, les annonces de cours et de parution d’ouvrages.

L’architecture dans la presse, formes de l’information

1. Les périodiques

5La majorité des périodiques retenus appartient à la catégorie dite des « journaux de savants », dont le Dictionnaire de Trévoux, publié en 1704, parle en ces termes : « Les journaux de savants ont été inventés pour le soulagement de ceux qui sont ou trop occupés ou trop paresseux pour lire les livres entiers. C’est un moyen de satisfaire sa curiosité et de devenir savant à peu de frais ». L’étude des articles, et notamment du courrier des lecteurs, permet de montrer que cette assertion est réductrice et que ces journaux ont été, pour certains, un lieu de débat important.

6Les titres retenus paraissent à périodicité variable, le plus souvent hebdomadaire ou décadaire. Les autres sont mensuels, bimensuels, bihebdomadaires ou annuels (essentiellement les almanachs). Ils se présentent généralement sous un format in-12 ou in-8 et les articles sont développés sur une colonne.

2. Les articles

7Les articles sont placés les uns à la suite des autres dans un ordre approximativement respecté dans chaque numéro, parfois classés sous des thèmes particuliers. Ces classifications peuvent varier dans un même périodique. Des rubriques, générales ou subdivisées, sont spécialement consacrées à l’art, la seconde formule étant la plus utilisée. L’architecture, en effet, est presque toujours séparée de la peinture et de la sculpture. On trouve ainsi : « Indications sur les nouveautés dans les Arts, la Littérature et les Sciences », « Indications sur les nouveautés dans les Sciences et les Arts », « Beaux-arts — Arts utiles — Architecture », « Beaux-arts — Architecture », ou directement « Architecture ». Dans L’Avant-coureur, certains articles relatifs à l’art de bâtir sont classés sous d’autres rubriques, notamment « Sciences, architecture civile et navale » et « Industrie ». Cette catégorisation souligne la spécificité de l’architecture, qui ne participe pas uniquement des beaux-arts.

8D’autres articles sont classés sous les rubriques « Avis et annonces », « Nouvelles littéraires », « Livres nouveaux », « Gravure », « Nouvelles, relations, avis divers » ou « Nouvelles littéraires » et d’autres encore, directement dans le corps du périodique. Ce sont le plus souvent des réponses à des lettres de lecteurs ou des comptes rendus bibliographiques. Les annonces de cours ou de publication d’ouvrage peuvent donner lieu à un article entier qui ne sera pas systématiquement classé sous la rubrique « Livres nouveaux » ou « Nouvelles littéraires » ; il s’agit bien pourtant en partie de publicité. On peut ainsi déduire de ces informations l’importance d’un personnage ou d’un ouvrage, en soi ou pour l’éditeur. Lorsque la parution d’un livre donne lieu à l’écriture d’un article entier, il concerne le plus souvent le travail d’un académicien, notamment Jacques-François Blondel, à moins qu’il ne soit question d’un texte qui permette d’ouvrir un débat ou qui en aurait déjà ouvert un dans le monde des arts (exemple : Essai sur l’Architecture (1753) ou Observations sur l’Architecture (1765) de l’abbé Laugier). Jacques-François Blondel (1705-1774) est le professeur dont les cours sont le plus largement annoncés, tant dans son École d’Arts, qu’à l’Académie royale d’Architecture. Dans L’Avant-coureur, notamment, sur vingt-huit annonces de cours, dix sont consacrées à Blondel (soit 35,7 %), alors que les huit autres professeurs cités oscillent entre 17, 9 % (Malhortie), 10, 7 et 3 %. Dans L’Année littéraire, périodique auquel participait Blondel, la proportion est encore plus importante. Dix-huit annonces sur dix-neuf lui sont consacrées (soit 94,7 %).

9Le mode de présentation varie d’un titre à l’autre. Parfois le titre de l’article contient le contenu précis de celui-ci (« Cours de Blondel » ou « Cours d’architecture de Silvy »), parfois simplement le contenu général (« Cours d’architecture »). Le plus souvent, les sujets sont amenés par le biais d’une analyse bibliographique ou de l’annonce d’une construction, quelquefois par la lettre d’un lecteur, architecte ou non. Les intervenants extérieurs, non architectes, qui exposent des thèses personnelles sur tel ou tel ouvrage d’architecture ne reçoivent généralement pas de réponse. Les spécialistes, en revanche, s’attirent quelquefois des commentaires du rédacteur du périodique, ou celui d’autres lecteurs. Le périodique devient ainsi un lieu de débat.

10Notons enfin que la plupart des titres étudiés sont illustrés par quelques gravures (pleines pages ou collées et pliées), mais aucune de ces illustrations n’est directement relative à l’architecture.

11Le contenu de ces articles peut se ranger en différentes rubriques, onze au total :

  • Annonces et avis (cours, promotions, prix des Académies...),
  • Archéologie,
  • Arts (rubrique dans laquelle sont répertoriés les articles qui traitent de l’art en général et par conséquent de l’architecture, notamment les textes de Jean-Jacques Rousseau sur l’art),
  • Critique architecturale (c’est-à-dire commentaires sur des ouvrages en cours de construction ou en projet),
  • Gravure (les recueils de gravures, séparés des annonces d’autres ouvrages),
  • Inventions,
  • Livres nouveaux (les annonces simples d’une part et les critiques bibliographiques d’autre part),
  • Projets,
  • Personnalités (c’est-à-dire articles portant sur des architectes et leurs œuvres. Il s’agit le plus souvent de rubriques nécrologiques ou de répertoires d’almanachs),
  • Technique et théorie architecturales.
  • 5 Graphique 1 : Analyse des contenus, le Mercure de France, 1750-1794.
  • 6 Graphique 3 : Analyse des contenus, L’Année littéraire, 1754-1790.
  • 7 Graphique 2 : Analyse des contenus, le Journal enqclopédique, 1760-1794.
  • 8 Graphique 4 : Analyse des contenus, L’Avant-coureur, 1760-1773.

12A partir de l’étude exhaustive des colonnes des journaux parus entre 1750 et 1794, on peut entreprendre l’analyse de contenu dont les graphiques joints donnent les résultats. Le graphique le plus proche de la répartition globale des contenus est celui du Mercure de France5. Les proportions peuvent varier quelque peu d’un titre à l’autre. Dans l’Année littéraire6, par exemple, les rédacteurs s’intéressent plus aux projets (11 %). Dans le Journal encyclopédique7, plus de 78 % des articles sont consacrés aux livres nouveaux (70 % de critique bibliographique et 8 % d’annonces simples) et dans L'Avant-coureur8, une large place est faite aux annonces et avis (29 %) et à la critique architecturale (24 %).

13L’étude de sous-catégories montre en outre que la majorité des articles de critique architecturale est réservée aux églises (six articles sur quinze dans L’Année littéraire, soit 40 %, sept articles sur vingt-quatre dans le Mercure de France, soit 29 %) et aux salles de spectacle (sept sur quinze dans l’Année littéraire, soit 46 %, cinq sur vingt-quatre dans le Mercure de France, soit 20 %).

Évolution des contenus

  • 9 Graphique 5 : Évolution du nombre d’articles consacrés à l’architecture dans les titres sélectionn (...)

14La courbe présentée dans le graphique 59 illustre l’évolution générale des contenus à partir du nombre exact d’articles dans les périodiques sélectionnés qui ont abordé le thème de l’architecture, ne serait-ce qu’une fois. Quatre grandes périodes d’activité plus intense se distinguent sur ces courbes, dans les années 1752-1738, 1762-1767, 1769, 1770-1774. Un déclin progressif s’installe ensuite jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, avec un petit sursaut autour de 1776 et un autre autour de 1780-1784. 11 apparaît que le nombre d’articles est directement lié à l’actualité architecturale, dont la richesse, sous la direction du marquis de Marigny, frère de Mme de Pompadour, directeur et ordonnateur des Bâtiments, des Jardins, Arts, Académies et Manufactures royales de 1751 à 1773, est lisible sur la courbe. Sous l’influence de celui-ci, le domaine des arts se développe. Le directeur est très proche des artistes et notamment de Germain Soufflot, avec qui il a fait le voyage en Italie. Le contenu des articles est également lié aux événements du moment. Les articles sur les salles de spectacle paraissent ainsi en nombre au moment de la construction de la Comédie française, les études sur les méthodes de prévention des incendies, après le grand incendie de Paris, les écrits sur les églises au moment de la construction de Sainte-Geneviève et sur la salubrité, à la fin de la période, époque à laquelle de nouvelles préoccupations hygiénistes se font jour dans les milieux scientifiques. Les critiques bibliographiques, en parallèle, rendent compte d’ouvrages abordant pour la plupart les mêmes préoccupations.

  • 10 Graphique 6 : Évolution des contenus, le Mercure de France.

15Le graphique relatif au Mercure de France10 reflète encore une fois l’évolution chronologique générale de chaque rubrique. Son étude montre que les articles consacrés à la théorie architecturale et à la technique ainsi que les critiques bibliographiques sont plus nombreux dans les années 1752-1758, 1762-1774 et 1780. Ces périodes correspondent à la parution d’ouvrages importants, notamment ceux de Jacques-François Blondel (Discours sur la nécessité de l’étude de l’architecture, 1754), de l’abbé Laugier (Essai sur l’architecture, 1753 et 1755) et de Julien-David Leroy (Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, 1758). A la même époque, de grands projets sont prévus à Paris : l’aménagement de la place Louis XV (1753), la construction de l’église Sainte-Geneviève (1757), les embellissements du Louvre (1758). Ont suivi, parmi d’autres événements, l’incendie de la foire Saint-Germain (1762), du Palais-Royal, le début de la construction de l’église de La Madeleine (1763), la levée de l’interdiction de construction dans les faubourgs (1765), l’inauguration de la nouvelle salle de spectacle du Palais-Royal (1770), la parution du mémoire de Pierre Patte sur Les Objets les plus importants de l’Architecture (1769), celui du Cours d’Architecture de Jacques-François Blondel (1771) et de nouveaux volumes de l'Encyclopédie.

  • 11 Graphiques 7 et 8 : Évolution des contenus pour Le Journal encyclopédique et L'Avant-coureur. Grap (...)

16Le décompte, pour L'Année littéraire11 du nombre total d’articles par année et du nombre de pages de chaque article, permet de mieux définir la proportion de la place accordée à l’architecture. Les chiffres confirment les précédents. Les années les plus riches sont à nouveau 1755 (neuf articles sur deux cent quatre-vingt-cinq, soit 3,16 %), 1758 (onze articles sur trois cent seize, soit 3,48 %), 1780 (douze articles sur deux cent quatre-vingt-dix-sept, soit 5,05 %), 1781 (douze articles sur deux cent cinquante-neuf, soit 4,63 %) et 1782 (douze articles sur deux cent quatre-vingt-dix-huit, soit 4,03 %).

17Les articles les plus longs dans chaque catégorie, hormis celle des « annonces de livres », très courte par définition, sont :

  • pour les annonces, un cours de Jacques-François Blondel (1758, 14p.),
  • pour l’archéologie, l'Histoire de l’art de Winckelmann (1766, 21p.),
  • pour la critique architecturale, un article relatif au Louvre (1755, 20p.),
  • pour la gravure, un ouvrage de Dumont et Soufflot sur les monuments de France et d’Italie (1781, 10p.),
  • pour les inventions, une exposition des propriétés du spalme12 (1763, 7p.),
  • pour la critique bibliographique, l’Essai sur l’architecture de Laugier (1735, 31p.),
  • pour les projets, une salle de spectacle par Liégeon (1769, 11p.),
  • pour la théorie et la technique, une étude sur la solidité des planchers et des charpentes (1784, 20p.).

18Il n’existe pas d’articles répertoriés dans la catégorie « arts », ni sous la rubrique « personnalité ».

19Ces chiffres, s’ils montrent que l’actualité architecturale est plus présente dans les colonnes de la presse périodique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, permettent cependant de relativiser la place de celle-ci. Les journaux sont en effet essentiellement occupés par la montée de la contestation populaire, provoquée par les hausses d’impôts, les crises frumentaires (en particulier celles de 1768-1769) et les événements politiques.

Les auteurs, les éditeurs, les lecteurs

1. Les auteurs

  • 13 Op. cit.

20Il est souvent difficile de connaître l’identité des auteurs, car leurs articles sont rarement signés. Ce sont le plus souvent les rédacteurs des journaux eux-mêmes. Élie-Catherine Fréron (1718-1776) est l’un d’entre eux. Protégé du roi de Pologne Stanislas et de sa fille, reine de France, il est l’auteur de L’Année littéraire, considéré par Jean Sgard13 comme le périodique le plus important et le plus intéressant du XVIIIe siècle, essentiellement grâce à la personnalité de son rédacteur. Il est à noter que Fréron s’attache pour ce qui concerne l’architecture la collaboration de Jacques-François Blondel, auteur des articles de l’Encyclopédie consacrés à l’art de bâtir, ainsi que celle de Pierre Patte. Il est difficile de savoir quels articles sont de la plume de Blondel. Peut-être ce dernier écrivait-il lui-même les critiques relatives à ses ouvrages ou ses annonces de cours. D’autres intervenants, sous le couvert de l’anonymat ou non, participent à un débat ou sont parfois à l’origine de celui-ci par le biais de lettres à l’auteur du périodique. Ces écrits sont le reflet de réactions à divers projets réalisés dans la capitale, d’annonces de livres ou de découvertes techniques. Les deux exemples suivants sont les plus caractéristiques. Vers 1753-1755, le Mercure de France publie une correspondance entre Amédée-François Frézier et l’abbé Laugier, au sujet de son Essai sur l’Architecture, paru en 1753 et réédité en 1755. L’abbé Laugier sera à nouveau au centre de discussions après la parution de son second ouvrage, Observations sur l’architecture, en 1765. Son contradicteur est cette fois l’architecte Charles-Axel Guillaumot. Autre exemple, toujours dans le Mercure de France, la discussion dans les années 1770 et 1772 entre Pierre Patte et Germain Soufflot, soutenu par de nombreux intervenants dont Nicolas Cochin, au sujet de Sainte-Geneviève.

21Ces différentes interventions montrent que les ouvrages parus sur l’architecture à cette époque sont lus et critiqués, notamment par les gens de la profession, et que les architectes lisent régulièrement les périodiques. Rien ne passe inaperçu et les critiques sont d’autant plus sévères que les ouvrages ne sont pas écrits par des académiciens. Jacques-François Blondel, notamment, reçoit le plus souvent des critiques élogieuses, qui ne méritent peut-être pas alors l’appellation « critique » dans son sens le plus objectif. Parmi les intervenants extérieurs, Pierre Patte est l’architecte qui signe le plus grand nombre d’articles, mais les noms de l’abbé Laugier, Germain Soufflot ou Charles Dupuis apparaissent également. On peut déceler dans ces réactions à l’actualité architecturale, la naissance progressive d’un intervenant direct dans l’actualité architecturale, le critique.

22Quelquefois, les éditeurs prennent la plume. Ce sont pour la plupart des gens cultivés. Charles-Joseph Panckoucke (1736-1798) en offre un brillant exemple. Ami de Jean-Jacques Rousseau et de Buffon, autodidacte, il rédige des articles scientifiques, dont certains sont destinés à l’Académie des Sciences. Il se lance en 1782 dans la révision de l’Encyclopédie sous le titre de l’Encyclopédie méthodique par ordre de matières (qui sera achevé par sa fille près de 50 années plus tard). Jean Castilhon (1721-1799) et son frère Jean-Louis (1729-1774 ?), tous deux juristes, sont également éditeurs. Le premier, réputé pour ses talents et sa profonde érudition, est le fondateur de la Société typographique de Bouillon (1767). Boîte aux lettres de Pierre Rousseau, fondateur du Journal encyclopédique dont il compose plusieurs extraits, il est introduit par son ami Marmontel dans les milieux parisiens. Il devient à partir de 1782 bibliothécaire au Collège royal de Toulouse. Le second, réputé philosophe selon le point de vue de Grimm et Diderot, est le principal collaborateur de Pierre Rousseau au Journal encyclopédique (pour lequel il rédige analyses et notices). En 1774, il prend en outre avec son frère la suite du Journal de Trévoux. Jacques Lacombe (1724-1811), enfin, est lui aussi avocat, inscrit au barreau de Paris. Il se tourne ensuite vers la littérature et la critique d’art (il est notamment l’auteur du Dictionnaire portatif des beaux-arts., publié en 1752 chez Estienne fils et Hérissant, et qui connaît un grand succès).

2. Les éditeurs

23Deux éditeurs principaux se partagent les titres répertoriés dans cette étude. Il s’agit de Jacques Lacombe et Charles-Joseph Panckoucke. Le premier édite des périodiques à partir de 1760 et acquiert une dizaine de titres. En 1768, il rachète le brevet du Mercure, qu’il publie et diffuse, ainsi que le Journal des Sçavans, L’Année littéraire, L’Avant-coureur, le Journal encyclopédique. Il vend ses titres à Panckoucke en 1774. Ce dernier, qui s’est porté acquéreur du fonds de Michel Lambert en 1762, a obtenu peu à peu de nombreux fonds de libraires et la plupart des privilèges accordés pour les périodiques. Il dirige le Mercure de France à partir de 1778. Cet éditeur est réputé, à cette époque, faire grande publicité dans ses titres aux ouvrages qu’il fait paraître, et l’on dénombre parmi eux beaucoup de traités d’architecture (dont il a pu acquérir le privilège avec certains fonds).

24A l’approche de la période révolutionnaire, qui voit l’aboutissement de préoccupations toutes autres, notamment politiques, les articles sur l’architecture tendent à se raréfier dans les périodiques étudiés. Plusieurs éditeurs et rédacteurs sont accusés de compromission avec l'Ancien Régime et connaissent des ennuis financiers. De nombreux titres s’éteignent alors.

3. Les lecteurs

  • 14 Op. cit.

25Il est difficile de connaître le nombre et le type de lecteur pour chaque périodique, de savoir si ces lecteurs résident plutôt en province ou à Paris. Les archives de la librairie sont relativement muettes sur les tirages à cette époque quant au nombre, aux noms et qualités des abonnés. Dans le Dictionnaire des Journaux14, le nombre de souscripteurs du Mercure de France est précisé pour certaines années : 1 800 souscripteurs en juin 1778, 6 500 en juillet 1778, 7000 en 1779, 20 000 en 1783, date de l’apogée. Il décroît ensuite progressivement : 11 000 souscripteurs en 1788, (petite reprise en 1789, 15 000) et 8 500 en 1792.

  • 15 Inventaire après décès de Claude Bacarit, architecte, effectué par Me Dupré. Livres estimés par Pi (...)
  • 16 Inventaire après décès de Jean Cartaud, le 11 août 1755.

26Les inventaires après décès offrent une autre source qui peut permettre de savoir si telle ou telle personnalité recevait des périodiques et lesquels. Malheureusement, les journaux sont de peu de valeur pécuniaire, et les libraires appelés pour l’inventaire et l’estimation des bibliothèques des défunts ne prennent pas toujours la peine de détailler les titres. On trouve parfois des mentions telles que « x volumes in-8 dont le Mercure » ou « 10 volumes in-8 d’almanach royal et brochure du Mercure »15, mais, le plus souvent, des notations ainsi rédigées : « 66 volumes de mémoires et autres de peu de valeur »16. Les catalogues publiés des bibliothèques de notabilités répertorient souvent des titres de périodiques, mais cette donnée n’est pas extrêmement représentative des pratiques en usage dans d’autres milieux.

27Ce travail d’analyse, qui exploite toutes les données et les retraites comme autant de sous-ensembles d’informations (annonces et avis, livres nouveaux, théorie...), pourrait être étendu à d’autres titres, et notamment aux quotidiens, qui n’ont pas été étudiés ici. Il faudrait en outre s’attacher aux questions de mise en page. Des éléments complémentaires, en particulier sur des personnes citées fréquemment (Malhortie, par exemple, qui n’est pas un académicien, et qui est abondamment mentionné par le rédacteur de l'Avant-coureur) permettraient de compléter ce travail et de connaître mieux le milieu des architectes et leurs relations avec la presse à cette époque.

28L’examen des données recueillies permet cependant déjà d’approfondir l’étude des ouvrages consacrés à l’architecture, de préciser parfois la pensée des théoriciens, et de connaître l’accueil du public. En effet, si la presse d’architecture proprement dite fait son apparition en France au XIXe siècle, on peut discerner à travers les journaux de la période précédente quels ont été les caractères des phénomènes d’opinion. Ils nous éclairent, dans l’étude du mouvement des idées, sur les notions familières aux hommes du XVIIIe siècle. L’architecture en fait partie. Le dépouillement des titres choisis montre que la théorie architecturale a pu connaître des développements à travers la presse, qui permettait d’étendre le débat, souvent à la suite de la parution d’un livre ou d’une construction importante, et de faire ainsi intervenir les lecteurs, spécialistes ou non. Il faut en revanche prendre les informations que les rédacteurs nous donnent avec prudence. Elles ne sont en effet que le complément des sources historiques traditionnelles. Lieu de débats, le périodique privilégie les querelles d’écoles, dont il ne reflète souvent qu’un aspect.

29Cependant, bien que l’on voie à cette époque apparaître la figure du critique d’architecture, notamment Pierre Patte, les études n’ont pas permis jusqu’ici de trouver les indices de l’émergence d’une presse spécialisée (pas même le nombre d’articles, qui a tendance à nettement décroître vers la fin de la période). Il faudra attendre l’extrême fin de l’Ancien Régime, où se font jour un regain d’intérêt pour les arts, une volonté didactique et une tendance à la catégorisation des professions, pour que commencent de s’élaborer ces nouveaux organes d’information.

ANNEXE 2

Graph. 1 : Analyse des contenus, le Mercure de France (1750-1794)

Graph. 2 : Analyse des contenus, le Journal encyclopédique (1760-1794)

Graph. 3 : Analyse des contenus, L’Année littéraire (1754-1790)

Graph. 4 : Analyse des contenus, L’Avant-coureur (1760-1773)

Graph. 5 : Évolution du nombre d’articles consacrés à l’architecture dans les titres sélectionnés (1750-1794)

Graph. 6 : Évolution des contenus, Le Mercure de France

Graph. 7 : Évolution des contenus, Le Journal encyclopédique

Graph. 8 : Évolution des contenus, L’Avant-coureur

Graph. 9 : Évolution des contenus, L’Année littéraire

Bibliographie

ANNEXE 1. LISTE DES PÉRIODIQUES SÉLECTIONNÉS (1750-1794)

Almanach des Beaux-Arts. Abbé François Hébert. Paris : Duchesne, 1752-1753. 2 vol. (in-8o). Annuel.
Cote BnF : Q 5121

Almanach pittoresque, historique et alphabétique des riches monumens que contient la ville de Paris. Abbé François Hébert. Paris : Duchesne, 1779-1780. 2 vol. (in-8). Annuel.
Cote BnF : 8 Z Le Senne 13935

L’Année littéraire. Élie-Catherine Fréron. Paris : Lambert (1754-1764) / Panckoucke (1764-1766) / Lacombe (1766-1769) / Delalain (1769-1772) / Lejay (1772-1776). 168 vol. (in-12). Périodicité décadaire. Tables annuelles.
Notes : Continuation de Lettres sur quelques écrits de ce temps. Continué ensuite par Louis-Marie-Stanislas Fréron sous le même titre.
Cote BnF : Microfilm M-26 ; Z 40487-40787

L’Année littéraire. Louis-Marie-Stanislas Fréron ; l’abbé Grosier. Paris : Lejay, 1776-1790. 117 vol. (in-12). Périodicité décadaire.
Notes : Devient en 1791 L’Année littéraire et politique.
Cote BnF : Microfilm M-26 ; Z 40487-40787

L’Avant-coureur, feuille hebdomadaire où sont annoncés les objets particuliers des sciences et des arts, le cours et les nouveautés des spectacles, et les livres nouveaux en tout genre. Anne-Gabriel Meunier de Querlon ; Pierre-Joseph Boudier de Villemert ; C.P. de Jonval ; Nicolas Bricaire de La Dixmérie ; Pierre-Louis d’Aquin. Paris : Lambert, 1760-1773. 13 vol. (120 X 200 cm). Hebdomadaire. Tables annuelles.
Notes : Prend la suite de La Feuille nécessaire. Changement de propriétaire en 1763 : passe de Lambert à Panckoucke, puis, en 1766, à Lacombe. Devient en 1763 L'Avant-coureur, feuille hebdomadaire où sont annoncés les objets particuliers des sciences, de la littérature, des arts, des métiers, de l’industrie, des spectacles et les nouveautés en tout genre. Continué partiellement par le Journal de littérature ou journal de politique et de littérature de Panckoucke.
Cote BnF : Z 22061-22073

La Feuille nécessaire contenant divers détails sur les sciences et les arts. Pierre-Joseph Boudier de Villemert ; Jean Soret. Paris : Lambert, 1759. 1 vol. (137 X 202 cm). Hebdomadaire.
Notes : Continué par L’Avant-coureur.
Cote BnF : Z 48913

La Gazette des Arts et Métiers. Paris : Bureau royal de la correspondance générale, 1775-1776. 1 vol. (132 X 280 cm). Hebdomadaire.
Cote BnF : V 28614

La Gazette et Avant-Coureur de la littérature, des sciences et des arts contenant [...]. Paris : Panckoucke, 1774. 1 vol. (120 X 190 cm). Bihebdomadaire.
Notes : Continue L Avant-coureur. Est continué par Le Journal de politique et de littérature.
Cote BnF : Z 22074

Le Journal de Littérature, des Sciences et des Arts par Mr l’Abbé Grosier. Au profit de la Maison d’institution des Jeunes orphelins militaires, sous les auspices du Roi et de la Reine, protecteurs de cet établissement. Jean Baptiste Gabriel Alexandre Grosier. Paris : Bureau central du Journal, 1779-1783. 30 vol. (90 x 165 cm). Périodicité décadaire.
Notes : Continuation du Journal des Sciences et des Beaux-arts (1776-1778), lui-même continuation du Journal de Trévoux.
Cote BnF : Z 22960-22989

Le Journal de politique et de littérature, contenant les principaux Événements de toutes les Cours, les Nouvelles de la République des Lettres etc. S.N.H. Linguet ; Jean-François de La Harpe. [Bruxelles] Paris : Panckoucke : 1774-1778. 12vol. (120 X 193 cm). Périodicité décadaire.
Notes : dit aussi Journal de Bruxelles, réuni en 1778 au Mercure de France, dont il constitue la partie politique. D’Alembert, Voltaire, Bourlet de Vauxcelles et Condorcet soutiennent Jean-François de La Harpe en lui envoyant des articles.
Cote BnF : 8 Lc2 78

Le Journal de Trévoux ou Mémoires pour l’histoire des Sciences et des Beaux-arts. Jacques-Philippe Lallemant et Michel Le Tellier (fond.). Trévoux : [s. n.] 1701-1710 / Louis Ganeau, 1710-1731 ; [s. 1.] : Ganeau, 1731-1733 ; Paris : Ganeau, 1734-1767. 878 vol. (80 X 145 cm ou 80 X 155 cm). Bimensuel, puis mensuel à partir de décembre 1701. Tables annuelles à partir de 1703.
Notes : Continué par Le Journal des Beaux-arts et des Sciences, Le Journal des Sciences et des Beaux-arts, puis Le Journal de littérature, des Sciences et des Arts.
Cote BnF : Z 22630-22900

Le Journal des Sçavans. Denis de Sallo (fond.). Paris : Cusson (1665-1682) / Cusson et Lambert (1683-1684) / Yve Cusson (1685-1704) / Witte (1715-1722) / Legras (1723) / Pissot (1724) / Lottin et Chaubert (1725-1727) / Chaubert (1727-1745) / Quillau (1746-1752) / Vve Quillau (1753-1755) / Lambert (1756-1762) / Panckoucke (1763-1766) / Lacombe (1766-1778) / Au bureau du Journal de Paris (1779-1790). 121 vol. (de 160 X 220 à 190 X 250 cm). Hebdomadaire, puis mensuel à partir de 1724. Tables annuelles à partir de 1665.
Cote BnF : Z 4075

Le Journal des Beaux-arts et des Sciences. Abbé Aubert ; Jean Castilhon ; Jean-Louis Castilhon. Paris : Didot le Jeune, Moutard, Lacombe, 1768-1776. 32 vol. (petit in-12). Tables annuelles.
Notes : Suite du Journal de Trévoux ou Mémoires pour l’histoire des Sciences et des Beaux-arts.
Cote BnF : Z 22917-22959

Journal des Sciences et des Beaux-arts. Jean et Jean-Louis Castilhon. Paris : Lacombe, 1776-1778. 14 vol. (97 X 167 cm). Bimensuel. Tables annuelles.
Notes : Suite du Journal des Beaux-arts et des Sciences.
Cote BnF : Z 22954-22989

Le Journal économique ou mémoires, notes et avis sur les arts, l’agriculture, le commerce et tout ce qui peut y avoir rapport, ainsi qu’à la conservation et à l'augmentation des biens de famille. Nicolas Baudeau ; Antoine Boudet ; Anne-Gabriel Meunier de Querlon. Paris : Boudet, 1751-1772. 22 vol. (140 X 238 cm et 97 X 167 cm). Mensuel. Tables annuelles.
Cote BnF : S 19119-19217 et S 19218-19224

Le Journal encyclopédique. Pierre Rousseau. Liège : E. Kintz, 1756-1759/Bouillon : Bureau du Journal, 1760-1794. 288 vol. (85 X 135 cm). Bimensuel.
Notes : Devient à partir de 1775 Le Journal Encyclopédique ou Universel.
Cote BnF : Z 51274-52518

Lettres sur quelques écrits de ce temps. Élie-Catherine Fréron. Genève : [s. n.], 1749 / Genève et Amsterdam : Mortier, 1750 / Genève et Paris : Vve Cailleau, 1750 / Londres et Paris : Duchesne, 1751-1752/Nancy : [s. n.], 1753-1754. 13 vol (95 X 162 cm). Bimensuel.
Notes : Continuation des Lettres de Madame la Comtesse sur quelques écrits modernes. Continué par l’Année littéraire. Bimensuel mais parution irrégulière.
Cote BnF : Z 49196-49208

Le Mercure de France. Antoine de La Roque (dir.). Paris : [s. n.], 1724-1778. 774 vol. (100 X 180 cm). Périodicité décadaire.
Notes : Continuation du Mercure. Continué par Le Mercure français, politique, historique et littéraire.
Cote BnF : 8 Lc2 39

Le Mercure français, politique, historique et littéraire. Charles-Joseph Panckoucke (fond.). Paris : Lambert, 1778-1782 / Lambert et Baudoin, 1782-1784/Moutard, 1785-1789 / Stoupe, 1789-1790 / Moutard, 1790-1794. (100 X 180 cm). Périodicité décadaire, puis hebdomadaire. à partir de 1779. Tables mensuelles et par numéros.
Notes : Continuation du Mercure de France, alors scindé en deux parties, l’une littéraire et l’autre politique. En 1782, englobe le Journal de la Librairie.
Cote BnF : 8 Lc2 39

Le Nécrologe des Hommes célèbres de France. Jean Castilhon. Paris, 1767-1782. 18 vol. (in-8). Annuel.
Notes : Suite de la Gazette des Deuils, de Palissot.
Cote BnF : 8 Ln2 19

Les Nouvelles de la République des Lettres et des Arts. Claude-Mammès Pahin de la Blancherie (fond.). Paris : Ruault et au Bureau de la Correspondance, 1779-1788. 9 vol. (190 X 255 cm). Hebdomadaire.
Notes : Ce périodique est l’organe d’une société littéraire, la Correspondance générale pour les Sciences et les Arts, animée par Claude-Mammès Pahin de la Blancherie.
Cote BnF : Rés. Z 1149-1156

L’Observateur littéraire. Abbé de La Porte. Paris : Lambert, Vve Bordelet, Duchesne, 1758-1761. 15 vol. (85 X 165 cm). Tables 1758-1760 in 1760.
Notes : L’abbé de La Porte a repris pour sa publication le titre d’un périodique fondé par Marmontel en 1746 et qui ne comporte qu’un tome.
Cote BnF : Z 21854-21868

Notes

1 Paris, Didot, 1866. Réédition en 1965 aux Éditions Anthropos.

2 Paris, Universitas, 1991, 2vol.

3 Gazette des Beaux-arts, no 140, janvier-mars 1951, p. 5-66.

4 La date de 1794 correspond à la fin de la publication des derniers titres du corpus, le Journal encyclopédique et le Mercure de France sous cette forme.

5 Graphique 1 : Analyse des contenus, le Mercure de France, 1750-1794.

6 Graphique 3 : Analyse des contenus, L’Année littéraire, 1754-1790.

7 Graphique 2 : Analyse des contenus, le Journal enqclopédique, 1760-1794.

8 Graphique 4 : Analyse des contenus, L’Avant-coureur, 1760-1773.

9 Graphique 5 : Évolution du nombre d’articles consacrés à l’architecture dans les titres sélectionnés (1750-1794).

10 Graphique 6 : Évolution des contenus, le Mercure de France.

11 Graphiques 7 et 8 : Évolution des contenus pour Le Journal encyclopédique et L'Avant-coureur. Graphique 9 : Évolution des contenus, L'Année littéraire.

12 Définition du spalme par son inventeur : « Composition solide et compacte, mais qui, fondue et bouillante, prend la fluidité nécessaire pour s’étendre à discrétion sur la surface des corps, s’interposer entre leurs parties, les réunir, et former une couche qui, refroidie, revient à sa consistance naturelle pour faire un même tout avec elles ».

13 Op. cit.

14 Op. cit.

15 Inventaire après décès de Claude Bacarit, architecte, effectué par Me Dupré. Livres estimés par Pierre-Théophile Barrois, libraire quai des Augustins (Arch. nat., ét. CXIII 559).

16 Inventaire après décès de Jean Cartaud, le 11 août 1755.

Table des illustrations

Légende Graph. 1 : Analyse des contenus, le Mercure de France (1750-1794)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1439/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Graph. 2 : Analyse des contenus, le Journal encyclopédique (1760-1794)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1439/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Graph. 3 : Analyse des contenus, L’Année littéraire (1754-1790)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1439/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Graph. 4 : Analyse des contenus, L’Avant-coureur (1760-1773)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1439/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Graph. 5 : Évolution du nombre d’articles consacrés à l’architecture dans les titres sélectionnés (1750-1794)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1439/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Graph. 6 : Évolution des contenus, Le Mercure de France
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1439/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Graph. 7 : Évolution des contenus, Le Journal encyclopédique
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1439/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Graph. 8 : Évolution des contenus, L’Avant-coureur
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1439/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Graph. 9 : Évolution des contenus, L’Année littéraire
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1439/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

Auteur

Doctorante à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Son sujet de thèse a pour titre : « La théorie architecturale à travers les écrits publiés en France, 1750-1792 ».

© Publications de l’École nationale des chartes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540