Version classiqueVersion mobile

Les périodiques d'architecture, XVIIIe-XXe siècle

 | 
Béatrice Bouvier
, 
Jean-Michel Leniaud

Introduction

Jean-Michel Leniaud

Texte intégral

  • 1 Millwood, New York, Nendeln, K.T.O. [Kraus-Thomson-Organization] Press, 1977, 8 vol. 

1La journée d’étude organisée le 2 juin 2000 au Collège de France sous le titre : Les Périodiques d’architecture. XVIIIe-XXe siècle. Recherche d’une méthode critique d’analyse s’inscrit dans la continuité d’une recherche. On pourrait, plus ou moins arbitrairement, en fixer le point de départ en 1985, avec la commande passée par le ministère de l’Équipement à Hélène Lipstadt et à Bertrand Lemoine d’un Catalogue raisonné des revues d’architecture et de construction. 1800-1914 (t. I seul paru, non paginé). A l’époque, on trouvait plusieurs modèles outre-Rhin : l’ouvrage collectif publié sous la direction de Verena Haas et de Stefan Waetzoldt, Bibliographie zur Architektur im 19. Jahrhundert. Die Aufsätze in den deutsch-sprachigen Architekturzeitschriften (1789-1918)1 et la thèse publiée de Rolf Fuhlrott, Deutschprachige Architekturzeitschriften. 1789-1918 (Munich, Verlag Dokumention Saur KG, 1975, 373p.) à l’exemple desquels il eût été judicieux de se conformer. Ce n’a pas été le cas : faute d’avoir été achevé et diffusé, le Catalogue raisonné n’a pas reçu l’écho dont il aurait pu bénéficier. Il attira cependant l’attention des chercheurs sur la nécessité de traiter le périodique d’architecture, considéré comme source historique, de façon systématique : en 1990, Laure Lagardère publia le catalogue des périodiques d’architecture de la Bibliothèque Forney, L’Architecture dans les collections de périodiques de la bibliothèque Forney, (Paris, Bibliothèque Forney, 1990, 180p.). On aurait pu aller plus loin.

  • 2 Delphine Costedoat, La Gazette des architectes et du bâtiment dirigée par Viollet-le-Duc fils de 1 (...)
  • 3 Marie-Céline Masson, La Construction moderne, mémoire de fin d’études architecturales, Lille, écol (...)
  • 4 Sophie Limoges, L’Architecture usuelle, mémoire de maîtrise, université de Paris I, 1999, sous la (...)
  • 5 Travail en cours de Nicolas Padiou à l’école pratique des hautes études.
  • 6 Hélène Jannière, La Presse architecturale de l’Entre-deux-guerres en France, en Allemagne et en It (...)

2Pourtant, la recherche universitaire se consacra à des travaux monographiques : en 1989, Marc Saboya soutint sa thèse à Bordeaux sous la direction de Daniel Rabreau sur la Revue générale d’architecture et des travaux publics. Il en publia l’essentiel aux éditions Picard en 1991 sous le titre : Presse et architecture au XIXe siècle : César Daly et la Revue générale de l’architecture et des travaux publics (335p.). A la même époque (1990), la Revue de l’art consacrait son numéro 89 au sujet de la presse d’architecture. Passé cette période de grands défrichages, on enregistre plusieurs mémoires de maîtrise et de diplôme d’études approfondies : sur la Gazette des architectes et du bâtiment2, l’Encyclopédie d’architecture, La Construction moderne3, L’Architecture usuelle4, L’Immeuble et la construction dans l'Est5, etc. En 1999, Hélène Jannière soutient une thèse de doctorat sur les revues d’architecture de l’Entre-deux-guerres6 ; de même, Béatrice Bouvier à l’École pratique des hautes études : L’Encyclopédie d’architecture (1850-1892) : un miroir de l’architecture de son temps, 961p., CXXI pl.

3Parallèlement, l’Inventaire général a commandé à quelques étudiants des travaux de dépouillement : citons la Revue générale d’architecture et des travaux publics, La Construction lyonnaise et l’Encyclopédie d’architecture. Quelques-uns de ces travaux sont accessibles sur une base de l’Inventaire (ARCHIDOC). Cette initiative complète les indexations conduites dans les écoles d’architecture sur des périodiques français d’architecture parus après 1970 (base ARCHIRES). Complétons cette énumération par la mention d’une initiative très récente : les Premières rencontres européennes des revues d’architecture. La presse architecturale : le bâti et l’écrit ; elles se sont tenues du 8 au 10 octobre 1999 au château de Castries. Le point que cette manifestation a fait de la situation actuelle a mis l’accent sur le foisonnement des périodiques d’architecture en Europe et le déclin significatif de la présence française.

Questions de méthode

  • 7 « L’éditeur de presse architecturale et son équipe rédactionnelle : le cas de l’Encyclopédie d’arc (...)
  • 8 « Le point de vue critique de la presse architecturale germanique dans l’architecture contemporain (...)
  • 9 Les Artistes, l’art et la religion en France : les débats suscités par la revue L’Art sacré entre 1 (...)
  • 10 « La critique architecturale dans la revue L’Art sacré (1937-1968) ».
  • 11 « Les définitions de la modernité dans la presse architecturale de France et d’Italie pendant l’En (...)

4Sans même connaître les chiffres de la production des XIXe et XXe siècles, on peut se douter que ce déclin est récent. Encore faut-il, pour mieux l’apprécier, disposer de connaissances plus élaborées que celles dont on dispose jusqu’à présent. Aussi bien la présente journée d’étude constitue-t-elle une sorte de pause dans le processus de recherche décrit plus haut. Un constat provisoire avait déjà été formulé à l’occasion du Ve congrès national d’archéologie et d’histoire tenu à Bordeaux en octobre 1999, dont une section avait été consacrée, sous la direction de Marc Saboya et de moi-même, à « la critique architecturale aux XIXe et XXe siècles ». On trouvera quatre communications dans les actes qui en seront, en principe, publiés : de Béatrice Bouvier sur le rôle de l’éditeur de la presse architecturale7, d’Anne Georgeon-Liskenne sur le regard de la presse allemande sur la situation française8, de Françoise Caussé, auteur d’une thèse sur la revue L’Art sacré9, sur la place de la critique architecturale dans cette revue10 et d’Hélène Jannière sur l’Entre-deux-guerres11. La présente journée, quant à elle, réunit non seulement des historiens de l’architecture, mais des historiens habitués à l’étude des périodiques et de la critique, des historiens du livre et de l’imprimé, des bibliothécaires, des spécialistes des nouvelles techniques de l’information ainsi que des hommes de terrain, les conservateurs du patrimoine spécialement chargés de l’Inventaire. Le regard de ces différents acteurs s’est voulu convergent.

5Il s’est voulu convergent sur deux questions : à quoi servent les revues d’architecture ? Comment y traiter l’information ? Sur la première question, il paraît de bon ton d’affirmer aujourd’hui, et je m’étais fait l’écho de cette position à Bordeaux en octobre 1999, que leur lecture est inutile, que ces revues se répètent ; qu’elles n’expriment que des querelles de chapelle sur les tenants et les aboutissants desquelles on est informé par la simple connaissance de la ligne « idéologique » de la revue ; bref, que plus rien n’est à en dire, à l’exception de ce qui en a été écrit. Cette position reflète une conception frivole de l’histoire de l’architecture encore très en vigueur aujourd’hui : mieux vaudrait quelques monographies sympathiques que de sérieuses entreprises de fond. Cet hédonisme heuristique se refuse, en fait, à mettre en application, sous couvert de je ne sais quelle spécificité de l’histoire de l’art, les méthodes que les historiens du livre ont mis au point et appliquent depuis longtemps : l’analyse quantitative et la critique externe. Tel était le constat que j’avais formulé à Bordeaux.

6Or, contentons nous d’un compte sommaire. 600 titres de revues d’architecture en gros recensés par Béatrice Bouvier pour la période 1800-1970 au terme d’une rapide étude que l’Inventaire général lui a confiée : considérons ce chiffre comme certain à 99 %. Admettons arbitrairement que chaque titre ait publié en moyenne 10 numéros, ce qui est très probablement en deçà de la réalité ; comptons 1 000 exemplaires en moyenne par numéro. On obtient pour les dix-sept décennies un total de six millions de volumes. Une masse aussi énorme d’imprimés et d’images ne peut pas laisser l’historien indifférent. Ajoutons que ces publications ont été souvent conçues comme des objets de qualité : des chefs d’œuvre d’impression, de mise en page, d’illustration. Sous le point de vue de la bibliophilie, de petites œuvres d’art : elles ne peuvent pas non plus laisser de marbre l’historien du livre.

7Quant à la seconde question — comment traiter l’information ? — c’est ce dont il sera particulièrement question dans les pages qui suivent. On écarte évidemment de prime abord l’hypothèse de travail qui consisterait à se fixer pour objectif de résumer, compacter, paraphraser le contenu et les débats. Les débutants cèdent parfois à la tentation de le faire : il appartient aux directeurs de recherche de les en dissuader dès le départ de leur travail. On s’intéressera donc, comme je l’avais suggéré à Bordeaux, au périphérique du discours : la mise en page et l’illustration ; les comptes-rendus bibliographiques ; la publicité ; la conception des tables des matières. Enfin, on comparera les revues d’architecture avec d’autres types de revue : on eût aimé pouvoir le faire avec les revues d’ingénierie, Le Béton armé (1898-1939, notamment, mais il y eut défaillance ; les revues généralistes ensuite — quelle place réservent-elles à l’architecture en matière d’articles et d’illustrations ?)

8Quels résultats escompter de cette interrogation ? Tout d’abord, une nouvelle façon d’écrire l’histoire de l’architecture, qui tienne compte de données quantitatives, se rapproche de l’histoire de l’imprimé, porte l’analyse architecturale sous l’angle de la culture matérielle et de l’histoire des techniques et des matériaux. Ensuite, une attention plus soutenue aux évolutions socio-professionnelles des différents acteurs de la construction. Dans ce domaine, que j’ai évoqué récemment dans Les Bâtisseurs d’avenir. Portraits d’architectes (1998), la recherche n’a pratiquement rien produit depuis l’analyse que j’ai faite du milieu des architectes diocésains (Les Cathédrales au XIXe siècle, 1993) : qu’on ne connaisse même pas le nombre d’architectes ayant vécu au XIXe siècle en dit aussi long sur la curiosité et la rigueur de la recherche que l’absence totale de travaux historiques sur les entreprises de construction. Enfin, l’expression collective d’un besoin : la constitution de banques de données, les unes onomastiques, en vue de réaliser des notices sur les architectes et autres acteurs du bâtiment ; les autres, topographiques, pour documenter la recherche de terrain. En attendant, à quels résultats provisoires ont conduit les différentes communications produites au cours de la journée d’étude ?

Des exemples d’exploitation

9En premier lieu, la recherche de Nathalie Sarrabezolles braque le projecteur sur la préhistoire de la critique architecturale dans la presse. On observe le lent processus par lequel celle-ci conquiert sa place au fil des pages et affirme son propos par l’introduction de quelques rares illustrations. Il faut, en fait, attendre 1 800 (3 vendémiaire an IX) pour qu’un projet de publication périodique spécialisée soit mené à bien : le Journal des bâtiments civils et des arts, publication décadaire qui finit par prendre le nom d’Annales de l’architecture et des arts. Daniel Rabreau a fait observer que l’étude des quotidiens, tel le Journal de Paris, complèterait de façon significative les résultats présentés par la communicante et qu’une sélection plus large des titres étudiés, tels les Mémoires secrets de Bachaumont, permettrait de reculer dans le temps la chronologie du phénomène. Mais ces observations ont été formulées aussi pour se féliciter qu’une recherche de ce genre ait été entreprise sur l’Ancien Régime.

10L’analyse qu’Alice Thomine a conduite sur quelques revues d’architecture des années 1830-1890 pourrait s’inscrire dans la continuité de la recherche précédente. Les tables des matières trahissent les permanences et les faiblesses de l’armature conceptuelle du discours, l’ambition des rédacteurs de faire de leurs publications des outils de référence utiles au travail quotidien du lecteur, la certitude probable de s’inscrire dans la longue durée de l’histoire de l’architecture lorsque le projet se réalise d’établir une table générale destinée à permettre un regard rétrospectif. Elles montrent enfin la progression de la pensée théorique dans tous les domaines de l’acte architectural : si l’on comparait la table d’un traité du XVIIIe siècle ou les thèmes recensés par Nathalie Sarrabezolles avec la table des Éléments et théorie de l’architecture de Julien Guadet (4 vol., 1910) pour mettre en évidence par un procédé linguistique l’évolution de l’architecture au cours d’une période longue, il faudrait, pour comprendre cette évolution, décrire aussi les tables des principales revues du XIXe siècle : elles offrent la photographie la plus exacte d’une actualité avec ce qu’elle possède d’éphémère, de constant et de mouvant. On verrait également à quel point les périodiques ont participé, à la fois comme vecteurs d’information et comme acteurs de la réflexion, à ces transformations.

11Sur les comptes rendus bibliographiques, il n’est point besoin d’évoquer tel quotidien du soir de notre temps pour faire comprendre à quel point cet exercice à la fois journalistique et savant n’est pas uniquement animé par le souci d’informer. Les comptes-rendus distribuent les blâmes et les faveurs, consolident les silences et les omissions volontaires, garantissent en en proposant une application in vitro (au sein du périodique) le système de valeurs qui fonde la publication, fortifient les réseaux d’éditeurs, d’auteurs et d’institutions qui y adhèrent ou en profitent. Leur analyse éclaire bien davantage que le simple examen du contenu des articles et de leur teneur idéologique plus ou moins cryptée. Rodolphe Leroy a profité des premiers attendus d’une recherche sur l’histoire du comité des travaux historiques et scientifiques pour faire l’étude des comptes-rendus publiés dans les Annales archéologiques. Les conclusions en sont claires : au nom des principes qu’il soutient, Didron mêle son activité privée de rédacteur en chef et sa fonction officielle de secrétaire du comité des arts et monuments au point de limiter la plupart de ses comptes-rendus aux ouvrages que publient des auteurs proches du Comité.

12Béatrice Bouvier s’est intéressée aux publicités. La place qu’elles occupent dans les périodiques est grandissante avec le temps : il suffit pour s’en rendre compte de feuilleter un numéro récent d'Architecture d’Aujourd’hui pour constater à quel point elle est devenue envahissante. Les écarter du champ de l’analyse conduit probablement à passer à côté d’une masse considérable d’informations ; prétendre les exploiter soulève des difficultés de méthode. Elles apparaissent, quoi qu’il en soit, comme la partie visible de l’interface qui relie la revue à la sphère des progrès techniques ; elles donnent des indications sur la conception que la rédaction de celle-ci se fait de la modernité en matière de construction et de confort ; elles font apparaître les relations qui unissent une idéologie architecturale avec les sphères de l’argent, celles de l’entreprise, de l’industrie et de la promotion.

13Vient enfin la question de l’image : quels aspects d’un bâtiment veut-on valoriser lorsqu’on en assure la publication ? Comment garantir l’exactitude d’une technique de reproduction ? Comment concilier les exigences du professionnel qui souhaite prendre connaissance d’une documentation métrée en plan, coupe et élévation avec celles d’un public plus large qui désire une représentation in situ ? En d’autres termes, comment faire le partage entre le dessin reproduit d’une manière ou d’une autre et la photographie ? Marc Saboya s’intéresse encore à l’introduction de la couleur et au rapport qualité-tirage-prix des différents procédés. Reste une question que j’avais soulevée dans Les Bâtisseurs d’avenir. Portraits d'architectes (1998) et que Ségolène Le Men évoque de son côté : celle du droit de reproduction. La diffusion par multiples d’une image d’architecture pose la question du droit moral de l’artiste et de celui de son commanditaire, pousse à préciser les rapports contractuels qui unissent l’un à l’autre, introduit à terme de nouvelles données dans le mode de rémunération.

14Les études dont je viens de faire état proposent des solutions méthodologiques innovantes, notamment dans l’ordre du quantitatif. Elles fournissent quelques données chiffrées qui pourront servir à titre de comparaison ; ce sont des pierres d’attente. Jean-Yves Mollier a rendu hommage à ces jeunes chercheurs qui se sont astreints, pour préparer cette journée d’études, à la discipline austère de la statistique, le plus souvent à contre-courant des facilités d’une histoire de l’art trop vite écrite. Le chiffre, c’est dans le domaine de l’histoire du livre et des idées le seul moyen d’éviter le pathos et les approximations. Puisque des revues d’architecture on ne connaît généralement ni les tirages, ni la diffusion, ni l’impact réel, l’étude de ces quatre « à côté du texte » que sont les tables, les comptes-rendus, les publicités et l’illustration conduit à produire en quelque sorte le reflet de la réception : pour quel public publie-t-on des images et quels types d’images ? Pour quel type de formation intellectuelle en matière d’architecture fabrique-t-on des tables ? Qui a intérêt à faire paraître des comptes-rendus et des publicités ? Et auprès de quel public ? Répondre à ces questions, par la voie quantitative, c’est tenter de restituer l’ombre d’un monde disparu, celui du public.

L’architecture dans la presse non spécialisée

15L’architecture ne concerne pas seulement la presse professionnelle. Dès le XVIIIe siècle, elle trouve sa place, comme l’a montré Nathalie Sarrabezolles, dans la presse généraliste. Adrien Goetz confirme, à propos d’une revue touchant l’actualité artistique en général, L’Artiste, l’importance de la situation qui lui est faite et la permanence du discours architectural : l’art de bâtir n’est pas la seule affaire des spécialistes, des professionnels, mais l’un des Beaux-Arts qui, au même titre que la peinture et la sculpture, intéresse la critique et le public. Quant à l’histoire même de cet art de bâtir, elle fait, elle aussi, l’objet d’un discours nouveau : ce n’est plus seulement un savoir qui s’instrumentalise dans le projet, qu’il appartienne aux tendances néo-antiques, néo-médiévales, néo-Renaissance ou éclectiques, mais l’occasion de manifester sa présence civique au sein de la cité alors en pleine mutation urbaine, de s’exprimer de façon militante contre le vandalisme et pour la sauvegarde, de tenter de tenir d’une main la double bride du patrimoine et de la création.

16 L’Illustration, périodique auquel Ségolène Le Men consacre ici une étude, appartient à un monde différent de celui de L’Artiste, à la fois parce que beaucoup plus généraliste et beaucoup plus diffusé — jusqu’à 35 000 exemplaires. L’image d’architecture qu’on y rencontre en abondance rend compte à la fois de l’actualité dans sa modernité, mais aussi des fantasmes que produit la société : la grande ville, l’usine-machine, le passé reconstruit, l’orient érotisé, etc. L’Illustration constitue probablement la plus importante banque d’images d’architecture au XIXe siècle : on mesure à quel point il put être conjointement support de rêve et d’information.

Une étude statistique sur la presse architecturale des années 1800-1970

17La présentation d’une étude réalisée par Béatrice Bouvier à la demande de la sous-direction de l’Inventaire dans le but de dresser la liste des périodiques d’architecture parus au cours des années 1800-1970 donne argument au second acte de la journée d’études. Ce travail entend répondre à un besoin documentaire des services régionaux de l’Inventaire lorsqu’ils sont appelés à constituer des dossiers sur des édifices des XIXe ou XXe siècles : outre les archives publiques, les chercheurs sont conduits à dépouiller les revues, lesquelles fournissent souvent des noms d’architectes, des listes de constructions, des dates de réalisation. Or le dépouillement des revues constitue un travail extrêmement long : il suppose des études monographiques, puis l’intégration des résultats obtenus dans une base de données. Comme il serait déraisonnable d’attendre les opportunités, avec tout ce qu’elles présentent d’aléatoire, que fournissent les mémoires de maîtrise et de diplôme d’études approfondies, un objectif nouveau a été fixé : repérer les revues dont les tables seraient facilement exploitables.

18Pour mener à bien ce travail de repérage, il est nécessaire de disposer de la liste des revues. Compte tenu du caractère incomplet du travail d’Hélène Lipstadt et de Bertrand Lemoine et des difficultés de consultation qu’il oppose, Michel Melot a décidé, sur ma suggestion, de faire dresser la liste la plus fiable possible des revues d’architecture et d’en confier la réalisation à Béatrice Bouvier. La période retenue couvrirait tout le XIXe siècle ainsi que les sept premières décennies du XXe siècle, de façon à faire la jonction avec les travaux bibliographiques conduits par la mission de préfiguration de la Cité d’architecture au Palais de Chaillot sur la production internationale des revues d’architecture (700 d’entre elles ont déjà été répertoriées et feront l’objet d’une notice descriptive).

19Le travail de Béatrice Bouvier a été soumis, sous la forme d’épreuves, à l’examen d’une table ronde composée de Frédéric Barbier et Jean-Yves Mollier pour intervenir au titre de l’histoire de l’imprimé, de Jean-Paul Bouillon et Bruno Foucart pour l’histoire de l’art, d’Yves Chèvrefils-Desbiolles et Françoise Levaillant comme spécialistes des revues d’art, de Daniel Rabreau et Gérard Monnier en tant qu’historiens de l’architecture, de Christian Freygang et Klaus Nohlen pour témoigner des expériences allemandes, de Michel Melot, Christophe Dessaux et Bernard Toulier au titre de l’Inventaire général, de Renée Herbouze pour la Cité d’architecture. Bien que les propos que l’on tient dans le cadre d’une table ronde relèvent le plus souvent de l’éphémère, j’ai jugé utiles de publier in extenso les textes fournis par ceux des intervenants qui ont accepté de répondre à ma sollicitation. On trouvera donc en premier une intervention conjointe de Christian Freygang, de Klaus Nohlen et d’Anne Georgeon sur l’intérêt et les limites du modèle allemand.

20Sans le vouloir, le propos de Jean-Paul Bouillon qui lui fait suite éclaire pleinement les raisons pour lesquelles la France ne dispose pas d’outils bibliographiques comparables à ceux que l’on trouve en Allemagne : ce n’est pas qu’en France on manque de courage, d’obstination ou d’argent, c’est que tout projet se trouve condamné, à peine conçu, an nom d’ambitions perfectionnistes. Christian Freygang, Klaus Nohlen et Anne Georgeon ont montré combien les deux entreprises germaniques ne sont pas insusceptibles de critiques ; elles n’en rendent pas moins de grands services aux chercheurs. Il est certes évident que la commande formulée par l’Inventaire général ne leur est en rien comparable, ni par les moyens mis en œuvre, ni par les résultats obtenus : elle doit être considérée comme un point de départ, au même titre que la journée d’études elle-même, de travaux plus exhaustifs sur la presse architecturale.

21Le débat a porté tout d’abord sur les objectifs de l’entreprise : que peut-on faire d’un répertoire ? Conçu dans un ordre purement opératoire à des fins de documentation sur le terrain, la voici qui échappe à ses initiateurs pour susciter désormais le désir plus ou moins clairement formulé d’une histoire de la critique architecturale : c’est au reste ce désir que les communications de la journée se sont donné pour objet de provoquer. Le répertoire y contribue également et, comme toute réalisation bibliographique, échappera rapidement des mains de l’auteur au profit des chercheurs. Qu’on ne puisse exprimer avec une clarté toute rationnelle les objectifs d’une entreprise au moment où on la met en œuvre garantit à l’avance qu’elle échappera au péril d’une sénescence rapide — on connaît le mot cocasse de Robert Musil dans L’Homme sans qualités (éd. du Seuil, 1956, t. I, p. 104) : « Un homme qui fait de grandes choses ignore généralement pourquoi. Cromwell ne l’a-t-il pas dit : “Un homme ne va jamais plus loin que lorsqu’il ignore où il va” ? »

22La deuxième question concerne les critères de sélection et les faits sélectionnés. Il ne suffit pas de repérer les revues dont les titres comportent certains mots — architecture, bâtiment, construction, etc., il faudrait encore, pour bien faire, répertorier les revues généralistes, travail énorme, puis repérer celles d’entre elles qui traitent d’architecture, enfin, trancher la question de savoir si on retient, à côté de celles qui en offriraient une rubrique régulière, celles qui en traitent de façon épisodique. Beaux débats en perspective ! La solution la plus fiable consisterait, comme l’a suggéré Yves Chèvrefils-Desbiolles, à analyser la composition des comités de rédaction, y repérer la présence d’architectes et retenir les revues correspondantes. Dans sa version présente, le répertoire de Béatrice Bouvier ajoute à la liste à laquelle elle est parvenue par l’application de principes rigoureux de critique externe (le choix de certains mots dans les titres) un nombre non négligeable de titres notoirement connus pour ranger la critique architecturale au nombre de leurs préoccupations. Dans l’état actuel des choses, il n’est pas encore possible d’inscrire aux côtés des revues spécialisées à vocation plus ou moins professionnelle l’ensemble considérable de celles qui se consacrent épisodiquement à la critique architecturale. Pas davantage celles des revues étrangères qui s’intéressent à la situation française, comme le souhaite platoniquement Jean-Paul Bouillon.

23Néanmoins, quelques pierres d’attente ont d’ores et déjà été scellées, qui permettent une première réflexion typologique. On peut, par exemple, repérer celles des publications qui s’intitulent almanach, gazette, journal, etc. : le choix de ces termes, pour n’être pas totalement explicité, n’en est pas moins le témoin d’une ambition sur le produit fabriqué et le public visé. On peut aussi distinguer les revues syndicales, les bulletins d’association, les journaux de propriétaires, etc. Bref, sous l’éclairage du périodique apparaît progressivement la multiplicité de l’univers professionnel de l’architecture.

24L’étendue du champ chronologique a également suscité des remarques. Eût-il fallu s’arrêter à 1918 comme ont choisi de le faire les entreprises allemandes ? Dans ce cas, une attention plus soutenue aurait pu être apportée aux titres sélectionnés sur une période plus courte. Mais, ce faisant, on eût laissé en béance la période 1918-1970, et pour combien de temps ? Dans les circonstances actuelles, où l’on a décidé au ministère de la culture d’améliorer la documentation des édifices du XXe siècle, il n’eût pas été compréhensible qu’au nom du perfectionnisme, on stérilisât la recherche sur une période d’un demi-siècle.

25A l’inverse, ce choix offrait des avantages : il a permis d’étudier le phénomène sur une durée relativement longue. Parmi les études statistiques de Béatrice Bouvier, le graphique no1 de l’évolution décennale s’avère particulièrement éloquent, avec une montée en puissance tout au long du XIXe siècle, une inflexion vers le bas aux alentours de 1870, une stagnation dans les années 1870-1885, puis, jusque vers 1905, et contre toute attente car les temps sont au marasme économique, un pic impressionnant : cette donnée devrait être étudiée en détail, il correspond sans doute au développement de la presse professionnelle associative et syndicale à la faveur des libertés garanties aux associations par les lois (1884 et 1901) ; à ceci près que, Jean-Yves Mollier l’a fait remarquer, le phénomène s’observe dans la presse généraliste. Au début du XXe siècle, la production subit une chute vertigineuse (50 titres en moins sur 80), dont il ne faut pas surestimer l’importance, puisqu’on retrouve des niveaux où plafonnait le pourtant prospère Second Empire. Le dynamisme revient lors de l’immédiat Après-guerre (1918-1928) : il faut reconstruire, la France est optimiste et se croit prospère, les courants de la modernité explosent comme les bourgeons au printemps. La crise économique et la seconde guerre mondiale suscitent à nouveau une chute de près de 30 titres (sur 60). Enfin, on enregistre un nouvel essor pendant la période de la Reconstruction et les Trente Glorieuses.

26Les conclusions du graphique no1 peuvent être affinées par le graphique no2 qui rassemble les informations par régime institutionnel. On a cru devoir critiquer ce mode de présentation au motif que la périodisation politique n’est pas significative pour le sujet. Encore faudrait-il raisonner en historien et se rappeler qu’en France, l’évolution de l’architecture, comme toute forme d’art, est fortement liée à la commande publique, donc aux transformations constitutionnelles. A la lecture de ce graphique no2, on peut formuler plusieurs observations : la quantité de périodiques qui voit le jour pendant le Consulat est pratiquement la même que sous l’Empire, période pourtant beaucoup plus longue. C’est à partir de 1825 que la production reprend un cours dynamique et ce, jusqu’en 1835 : autrement dit, le phénomène doit être disjoint des événements politiques et de la liberté de la presse qui découle de 1830. Une décrue s’observe de 1835 à 1845 : c’est pourtant le moment où Daly lance la Revue générale d’architecture et des travaux publics (1840) et Didron, les Annales archéologiques (1844) ; c’est aussi le moment où la politique de grands travaux lancée par Louis-Philippe bat son plein, comme s’il fallait également disjoindre la production des périodiques et le dynamisme économique. Toutes choses dites pour relativiser, car on constate qu’au cours d’une durée à peu près identique, la Monarchie de Juillet a publié plus de trois fois plus de titres que la Restauration. Sous le prospère Second Empire, on passe du simple au double.

27Que dire de la IIIe République, qui représente 63,10 % de la production totale, masse énorme qu’il faudrait différencier en fonction de la date rupture de 1914. Observons tout de même que cette production concerne 70 années, qu’elle s’écoule au rythme moyen décennal de 9 % (63,10 : 70), alors que la moyenne de la période 1800-1970 peut être estimée à moins de 5,80 % (100 : 170). Ce simple calcul prouve que l’âge d’or du périodique d’architecture ne se situe pas sous la Monarchie de Juillet ni pendant le Second Empire, mais dans le courant de la IIIe République. Seule, la Ve République peut, au cours des douze années étudiées (1958-1970) lui faire concurrence avec ses 10,30 %.

28Bien entendu, ce travail statistique mériterait d’être affiné. Comme l’a fait remarquer de façon positive Yves Chèvrefils-Desbiolles, il faudrait faire le compte, décennie par décennie, du nombre de revues qui disparaissent, et le soustraire à celui de celles qui naissent, de façon à connaître le nombre de périodiques existant en un moment donné. A partir de ce résultat, on pourrait tracer avec plus de certitude le graphe qui exprimerait l’évolution du phénomène. C’est à ce prix seulement qu’on pourrait mettre le doigt sur les points de rupture et déboucher sur une périodisation pertinente. Encore faudrait-il pouvoir enregistrer la date de décès de chaque revue, pour autant qu’on puisse la connaître.

  • 12 La sous-direction des études, de la documentation et de l’inventaire a commandé une étude de faisa (...)

29Il faut, au total, se féliciter de l’initiative qu’a prise Michel Melot de commander pour la sous-direction de l’Inventaire ce répertoire des périodiques, car elle aura permis de faire le point sur un type de productions d’imprimés : on passe des 265 titres recensés par Hélène Lipstadt et Bertrand Lemoine à plus de 600, soit du simple à plus du double. Nul doute que ce travail pourra être affiné dans le cadre d’une seconde édition qui publierait également la liste des périodiques des décennies 1970-2000. En attendant, ce qui existe fera gagner beaucoup de temps aux chercheurs en leur évitant de se perdre dans le Catalogue des périodiques de la Bibliothèque nationale de France. Ensuite, pour en revenir au dessein initialement esquissé d’une liste de revues dotées d’index, on ne peut qu’espérer, au vu de celle qui a été établie en conclusion de l’étude, que la scannérisation d’un certain nombre d’index et leur regroupement par noms de lieux et de personnes permettront l’établissement plus rapide que naguère de banques de données topographiques, onomastiques, voire typologiques. Les premières permettraient de documenter le travail sur le terrain, les deuxièmes d’entreprendre un dictionnaire des architectes et acteurs du bâtiment12, les troisièmes faciliteraient les comparaisons.

30Dans le même temps, la journée d’études a fait ressortir plusieurs pistes que les chercheurs feraient bien d’emprunter s’ils veulent sortir des caractérisations convenues que Louis Hautecoeur a conçues en son temps (historicisme, éclectisme, rationalisme) ou des concepts faussement clairs, comme ceux de rupture et de modernité. Ces pistes nouvelles seraient l’histoire des matériaux et des équipements de confort, l’histoire des professions du bâtiment, l’histoire du livre d’architecture. Aux questions que se poseraient les chercheurs qui les emprunteraient, il serait possible de répondre grâce à une étude approfondie des comptes-rendus bibliographiques et de la publicité. Les cas d’espèce présentés ici en fournissent la preuve.

  • 13 Frédéric Barbier dirige les recherches de Béatrice Bouvier en vue de la confection d’un dictionnai (...)
  • 14 Il faut aller plus loin dans les voies explorées par André Guillerme dans son bel ouvrage : Bâtir (...)
  • 15 Outre les institutions qui ont financé la journée d’études, il m’est agréable de remercier M. l’ad (...)

31Resterait enfin à entreprendre une histoire de la critique architecturale, depuis l’Ancien Régime jusqu’à nos jours, avec ses rédacteurs, ses journaux, ses préjugés, ses champs d’analyse et ses publics. Pour la conduire à bien, il faudrait qu’une bonne fois pour toutes, les historiens de l’art abandonnent cette « méthode de travail » qui consiste à produire des fiches de lecture glanées, ici dans tel roman jugé plus ou moins significatif, ou là dans telle revue qu’on possède sous la main, puis à les ranger selon un ordre théorique emprunté le plus souvent aux techniques et aux conclusions d’une histoire littéraire dépassée. A cette méthode qui se prétend intuitive quand elle cache au mieux son absence de rigueur doivent se substituer les principes de la bibliographie quantitative, tels que les historiens du livre la mettent en œuvre. Est-il possible d’élaborer une histoire de la critique si on ne connaît pas le nombre de titres d’ouvrages parus au cours d’une période donnée sur le sujet de l’architecture ? le nombre total d’exemplaires ? Le nombre total d’unités produites par les 606 périodiques recensés ? Si on ignore la personnalité des éditeurs13 et la manière dont ils financent leurs opérations ? Si on ne sait rien du secteur du Bâtiment avec ses industries productrices de matériaux et ses entreprises qui les mettent en œuvre14 ? Si l’on ne dispose là-dessus d’aucun chiffre ? Le temps est venu d’une histoire de l’architecture fondée sur des données scientifiques15.

Notes

1 Millwood, New York, Nendeln, K.T.O. [Kraus-Thomson-Organization] Press, 1977, 8 vol. 

2 Delphine Costedoat, La Gazette des architectes et du bâtiment dirigée par Viollet-le-Duc fils de 1863 à 1871, mémoire de maîtrise, université de Bordeaux III, 1993, sous la direction de Marc Saboya.

3 Marie-Céline Masson, La Construction moderne, mémoire de fin d’études architecturales, Lille, école d’architecture de la région Nord, 1998, sous la direction de Richard Klein.

4 Sophie Limoges, L’Architecture usuelle, mémoire de maîtrise, université de Paris I, 1999, sous la direction de Gérard Monnier.

5 Travail en cours de Nicolas Padiou à l’école pratique des hautes études.

6 Hélène Jannière, La Presse architecturale de l’Entre-deux-guerres en France, en Allemagne et en Italie, sous la direction d’Hubert Damisch, E.H.E.S.S., 1999.

7 « L’éditeur de presse architecturale et son équipe rédactionnelle : le cas de l’Encyclopédie d’architecture (1850-1892) et de la Gazette des architectes et du bâtiment 1863-1886 ».

8 « Le point de vue critique de la presse architecturale germanique dans l’architecture contemporaine française dans les années 1840-1914 ».

9 Les Artistes, l’art et la religion en France : les débats suscités par la revue L’Art sacré entre 1945 et 1954, sous la direction de Marc Saboya, Université de Bordeaux III-Michel de Montaigne, 1421p. dactyl.

10 « La critique architecturale dans la revue L’Art sacré (1937-1968) ».

11 « Les définitions de la modernité dans la presse architecturale de France et d’Italie pendant l’Entre-deux-guerres ».

12 La sous-direction des études, de la documentation et de l’inventaire a commandé une étude de faisabilité pour la réalisation d’un dictionnaire des architectes français. L’achèvement en a été fixé au printemps 2001.

13 Frédéric Barbier dirige les recherches de Béatrice Bouvier en vue de la confection d’un dictionnaire des éditeurs spécialisés en architecture (1750-1918). Il participe, dans le cadre de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine et avec le centre Roland-Mousnier, à l’élaboration d’un autre dictionnaire des grands personnages de l’industrie du XIXe siècle qui comprend aussi les éditeurs.

14 Il faut aller plus loin dans les voies explorées par André Guillerme dans son bel ouvrage : Bâtir la ville. Révolutions industrielles dans les matériaux de construction. France-Grande-Bretagne (1760-1840), Champ Vallon, 1995, 315p.

15 Outre les institutions qui ont financé la journée d’études, il m’est agréable de remercier M. l’administrateur du Collège de France qui en a permis la session au Collège, M. Yves-Marie Bercé, directeur de l’école nationale des chartes, M. Jérôme Belmon, secrétaire général de l’École, M. Marc Smith, professeur à l’École, M. Michel Melot, sous-directeur des études, de la documentation et de l’Inventaire au ministère de la Culture qui, à des titres divers, en ont facilité la réalisation et la publication des actes et Geneviève Pinson, chargée de la cartographie à l’Inventaire.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search