Version classiqueVersion mobile

Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle

 | 
Annie Charon
, 
Élisabeth Parinet

Vers la création d’une base de données des catalogues de vente français ?

Dominique Bougé-Grandon

Texte intégral

I. – Les catalogues de vente : « une source irremplaçable1 »

  • 1 Françoise Bléchet, Les ventes publiques de livres en France (1630-1750). Répertoire des catalogues (...)
  • 2 Daniel Mornet, « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1781) », dans Revue d’histoire (...)
  • 3 Voir l’article de Robert Darnton, « Reading, writing, and publishing in eighteenth-century France: (...)

1Les catalogues de vente de bibliothèques sont des « livres précieux sans en avoir l’air ». A la suite de Daniel Mornet2, historiens du livre et de la littérature, bibliographes et bibliophiles ont tenté d’exploiter ce type de sources3. Aujourd’hui, ils sont l’objet d’un intérêt grandissant.

  • 4 Dans certains catalogues, des livres présentés comme appartenant à la collection de tel ou tel per (...)

2Certes, ces catalogues ne nous apprendront jamais quels livres furent réellement lus. Et s’ils sont pris isolément, leur caractère avant tout commercial les rend peu fiables4 pour l’historien des bibliothèques ou l’historien de la lecture. Mais il existe d’autres sources – les inventaires après décès, les catalogues de cabinets de lecture, les inventaires des saisies révolutionnaires, les listes de souscription, les correspondances, les journaux personnels, etc. – auxquelles nous pouvons les confronter.

II. – Leur présence dans les collections publiques

3Des catalogues de vente anciens se trouvent toujours chez les amateurs de livres et dans les collections privées. Mais les établissements publics, bibliothèques et dépôts d’archives, à Paris et en région, sont nombreux à en conserver. Ces catalogues, souvent réunis en recueils par des bibliophiles avisés, sont entrés dans les fonds publics, à l’occasion d’un don ou d’un achat. Leur aspect peu engageant et le foisonnement déroutant de leur contenu ont fait qu’ils ont été souvent délaissés par les catalogueurs, si bien qu’il est difficile de trouver leur trace dans les catalogues généraux. Il n’est donc pas certain que le Catalogue collectif de France, unissant le Système d’information de la Bibliothèque nationale de France, le Système universitaire et le Catalogue des bibliothèques municipales rétroconverties permettra à court terme de dresser un inventaire complet de ce type de documents.

  • 5 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres...
  • 6 Christian Péligry, Les catalogues de bibliothèques du XVIIe, du XVIIIe et du XIXe siècle jusqu’en (...)
  • 7 Voir sa contribution au présent volume.

4Le repérage actuel de ces catalogues est très partiel. Certes, Françoise Bléchet5 a établi un répertoire des catalogues du XVIIe et de la première moitié du XVIIIe siècle conservés à la Bibliothèque nationale de France, répertoire qui est actuellement poursuivi par Nicole Masson. Mais le fonds de la Bibliothèque nationale de France, si riche qu’il puisse être, n’est pas exhaustif. Les catalogues provinciaux, même s’ils ne représentent qu’une part modeste de la production française de l’époque, ne s’y trouvent quasiment pas. D’autres fonds moins importants, par exemple celui de la bibliothèque municipale de Toulouse6, ont aussi été dépouillés. Parallèlement, des travaux de recensement plus larges comme celui que mène actuellement Giles Mandelbrote7 de la British Library touchent évidemment aussi les fonds des bibliothèques françaises. Mais ces recensements, déjà réalisés ou en cours, ne permettent pas d’avoir une vision complète de la réalité. Un inventaire général, premier repérage de tous ces documents dans les collections françaises fait actuellement défaut.

III. – L’esprit des livres : nouvelles approches pour l’étude des bibliothèques privées en France

5A l’occasion de la journée d’étude « L’esprit des livres : nouvelles approches pour l’étude des bibliothèques privées en France, 1680-1815 » tenue le 22 janvier 1998 à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB), un groupe de travail s’est constitué. Réunissant des historiens du livre, des bibliothécaires et des historiens de la littérature, ce groupe a pour objectif de susciter en France de nouvelles recherches dans ce domaine. Un des moyens de susciter ces recherches est de promouvoir la réalisation d’une base de données des catalogues de vente de bibliothèques.

  • 8 Il pourrait être complété par une liste des catalogues « signalés ». Dans ce contexte, « signalé » (...)

6Catherine Volpilhac-Auger a évoqué dans les pages précédentes l’attente des chercheurs de sa discipline désireux d’appréhender par ce moyen le « taux de pénétration » de tel ou tel titre à partir de sa fréquence dans les catalogues de vente. Ce type de recherche implique le dépouillement exhaustif du contenu des catalogues, ce qui représente un énorme travail même si les moyens informatiques à notre disposition pourraient nous permettre de l’envisager. En tout état de cause, il semble clair qu’avant de commencer un dépouillement de ce type, on ne peut pas faire l’économie d’un inventaire relativement complet8 des catalogues eux-mêmes.

IV. – Les premières réalisations

  • 9 Ce repérage a été fait par Yann Sordet, alors conservateur stagiaire à l’ENSSIB.

7Un inventaire des catalogues de vente se trouvant dans les bibliothèques autres que la Bibliothèque nationale de France doit permettre de découvrir des catalogues inédits et des exemplaires « locaux ». Dans ce but, deux entreprises ont commencé conjointement en 1999. Un répertoire « rhône-alpin » basé sur les fonds des bibliothèques municipales de Lyon et de Grenoble est en cours d’élaboration à l’ENSSIB. 365 catalogues sont présents dans les bibliothèques municipales de Lyon et de Grenoble dont 104 sont communs aux deux établissements9. Le taux de recouvrement des deux fonds entre eux, dans le domaine des ventes françaises, est de 65 % dans un cas, de 50 % dans l’autre. Le taux de recouvrement de l’ensemble avec le fonds de la Bibliothèque nationale de France est globalement de 100 % pour ce qui concerne les ventes parisiennes ; en revanche, il n’est que de 36 % pour les ventes lyonnaises (comptages établis pour les éditions décrites dans le Répertoire des catalogues conservés à la Bibliothèque nationale, établi par Françoise Bléchet).

8Un répertoire « parisien » (bibliothèques parisiennes en dehors de la Bibliothèque nationale de France), a été entrepris par l’École nationale des chartes, le recensement ayant commencé par les fonds de la bibliothèque Sainte Geneviève. Ces travaux ont été menés à partir d’une même notice-type, ce qui permet d’envisager d’intégrer les notices dans une base de données commune.

V. – Les informations essentielles

9Pour chaque catalogue, un certain nombre d’informations essentielles sont relevées concernant la vente, ses acteurs et le catalogue lui-même.

101. Identifier les bibliothèques et leur possesseur. – Il semble important de prévoir de « doubler » une base de données de type bibliographique recensant l’ensemble des catalogues de vente (accompagnés éventuellement des affiches, annonces de la vente, etc.) d’une base de données de type prosopographique, recensant les acteurs privilégiés du monde du livre qui apparaissent à l’occasion de ces ventes : les possesseurs, les libraires, les vendeurs et les rédacteurs des catalogues.

112. Signaler les particularités d’exemplaire. – Achetés avant tout par des collectionneurs ou des libraires, les catalogues de vente étaient souvent conçus comme des outils de travail, invitant aux commentaires ou aux annotations personnelles. Mentions de prix, d’acquéreurs présents à la vente, de dispositions spéciales, etc., ont pu être rajoutées à la main sur certains catalogues, ce qui permet de se faire une idée plus complète du déroulement de la vente. Ces particularités d’exemplaire sont rares mais précieuses.

  • 10 Voir dans ce volume l’article d’Otto Lankhorst.
  • 11 La base de données américaine SCIPIO recense les ventes de livres et d’objets de tous pays et de t (...)

123. Comment rendre compte du contenu ? – Il apparaît difficile de rendre compte directement et de façon objective du contenu des catalogues. Sans un comptage long et fastidieux on ne peut pas évaluer le genre littéraire le plus représenté ou la langue dominante des éditions mises en vente dans un catalogue. En revanche quelques indicateurs sont faciles à noter : la présence dans le catalogue de tables, d’index, de pièces liminaires, et la vente concomitante d’objets d’art, d’estampes, d’incunables... Mais, pour le reste, l’exemple récent de la base hollandaise10 « The Book Sales Catalogues of the Dutch Republic 1599-1800 », qui donne assez peu d’éléments de contenu11, semble devoir être suivi.

VI. – La recherche sur les contenus

13Parallèlement à ce travail de repérage des catalogues, sont menés quelques travaux de recherche complémentaires.

  • 12 Parallèlement un groupe d’étudiants travaillait sur la curieuse Bibliographie instructive du libra (...)
  • 13 S. Pantaleo, V. Travier,, D. Travier, Étude des catalogues de vente de trois bibliothèques de magi (...)
  • 14 C. Basquin, C. Chicha, C. de Coccola, C. Tatat, Les catalogues de vente de bibliothèques du clergé (...)
  • 15 F. Delfour, J. Desjardins, F. Hurinville, A. Lauby, N. Morin, Étude des catalogues de vente de tro (...)
  • 16 S. Berlottier, C. Deparday, K. Eyroi, Les possesseurs de bibliothèques à Lyon au XVIIIe siècle : u (...)

14A l’enssib, les élèves conservateurs ont dépouillé le contenu des catalogues de vente appartenant à un groupe social bien délimité12. Trois groupes de catalogues conservés à la bibliothèque municipale de Lyon ont ainsi été étudiés : le premier concerne les collections de trois magistrats de la cour des monnaies13, le second celles de quelques membres du clergé lyonnais14, et le troisième celles de trois médecins15. Ces études permettent de cerner les pratiques de lecture d’hommes appartenant au même milieu social et de dresser une typologie partielle de leurs bibliothèques. Par ailleurs, des recherches biographiques ont été menées sur les collectionneurs lyonnais16 identifiés par ces catalogues.

  • 17 Cf. Yves Durand, Finances et mécénat : les fermiers généraux au XVIIIe siècle, Paris, 1971, rééd. (...)

15D’autres entreprises pourraient concerner les bibliothèques de fermiers généraux. Ce groupe social17 a l’intérêt d’être assez restreint et de présenter des attitudes contrastées par rapport aux livres. De la bibliothèque que l’on montre pour être à la mode à la bibliothèque érudite, on trouve chez les fermiers généraux des cas de figure fort différents : les Lavoisier et La Popelinière voisinent avec les Turcaret de tout poil.

16Une entreprise de ce type menée par une équipe pluridisciplinaire complète d’autres projets existants, dont l’inventaire des catalogues de vente des années 1750-1770 conservés à la Bibliothèque nationale de France, par Nicole Masson, et la réédition de The Distribution of Books by Catalogue de Pollard et Ehrman, par Giles Mandelbrote. Nous souhaitons qu’à l’avenir cette complémentarité se renforce et que les résultats obtenus suscitent d’autres collaborations.

Notes

1 Françoise Bléchet, Les ventes publiques de livres en France (1630-1750). Répertoire des catalogues conservés à la Bibliothèque nationale, Oxford, 1991, p. 19.

2 Daniel Mornet, « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1781) », dans Revue d’histoire littéraire de la France, t. 17, 1910, p. 449-496.

3 Voir l’article de Robert Darnton, « Reading, writing, and publishing in eighteenth-century France: a case study in the sociology of literature », dans Daedalus, hiver 1971, p. 214-256, trad. dans id., Bohème littéraire et Révolution. Le monde des livres au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1983, p. 71-109.

4 Dans certains catalogues, des livres présentés comme appartenant à la collection de tel ou tel personnage ne lui ont peut-être pas tous appartenu, les libraires pouvant inclure, dans une vente, quelques livres de leur propre fonds.

5 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres...

6 Christian Péligry, Les catalogues de bibliothèques du XVIIe, du XVIIIe et du XIXe siècle jusqu’en 1815 : contribution à l’inventaire du fonds ancien de la bibliothèque municipale de Toulouse, Toulouse, 1974.

7 Voir sa contribution au présent volume.

8 Il pourrait être complété par une liste des catalogues « signalés ». Dans ce contexte, « signalé » signifie qu’un catalogue a été repéré dans une bibliographie ou un ouvrage spécialisé, mais qu’aucun exemplaire n’a encore été localisé.

9 Ce repérage a été fait par Yann Sordet, alors conservateur stagiaire à l’ENSSIB.

10 Voir dans ce volume l’article d’Otto Lankhorst.

11 La base de données américaine SCIPIO recense les ventes de livres et d’objets de tous pays et de toutes époques (500 000 notices de catalogues de vente, mais les ventes de l’Ancien Régime y sont largement minoritaires). Elle est gérée par RLG (Research Libraries Group). Seules quelques notices signalent le contenu précis des catalogues. On peut consulter la page de présentation à l’adresse électronique suivante : http://www.rlg.org/cit-sci.html.

12 Parallèlement un groupe d’étudiants travaillait sur la curieuse Bibliographie instructive du libraire François de Los-Rios spécialiste des ventes de bibliothèques à Lyon. Voir C. Brousse, A. Chautemps, François de Los-Rios, libraire bibliographe ?, dir. D. Varry, enssib, Diplôme de conservateur de bibliothèque, Formation à la recherche, 1999. Voir aussi D. Bougé-Grandon, « Carrière d’un libraire étranger à Lyon : François de Los-Rios », à paraître dans Bulletin du bibliophile, 2001.

13 S. Pantaleo, V. Travier,, D. Travier, Étude des catalogues de vente de trois bibliothèques de magistrats de la cour des monnaies, dir. D. Varry, enssib, Diplôme de conservateur de bibliothèque, Formation à la recherche, 1999.

14 C. Basquin, C. Chicha, C. de Coccola, C. Tatat, Les catalogues de vente de bibliothèques du clergé à Lyon au XVIIIe siècle, dir. D. Varry, enssib, Diplôme de conservateur de bibliothèque, Formation à la recherche, 1999.

15 F. Delfour, J. Desjardins, F. Hurinville, A. Lauby, N. Morin, Étude des catalogues de vente de trois médecins lyonnais, dir. D. Varry, enssib, Diplôme de conservateur de bibliothèque, Formation à la recherche, 2000.

16 S. Berlottier, C. Deparday, K. Eyroi, Les possesseurs de bibliothèques à Lyon au XVIIIe siècle : une enquête prosopographique, dir. D. Bougé-Grandon, enssib, Diplôme de conservateur de bibliothèque, Formation à la recherche, 1999.

17 Cf. Yves Durand, Finances et mécénat : les fermiers généraux au XVIIIe siècle, Paris, 1971, rééd. 1976.

Auteur

École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search