Version classiqueVersion mobile

Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle

 | 
Annie Charon
, 
Élisabeth Parinet

L’esprit des livres (faisons un rêve...)

Catherine Volpilhac-Auger

Texte intégral

1Imaginons que nous ayons mis sur fiches la totalité des catalogues (ou « notices ») de vente de bibliothèques privées en France, dans un cadre chronologique assez vaste – par exemple 1680-1815, mais peut-être plus tôt : autant ne pas nous priver de renseignements utiles, puisque nous ne craignons pas de surcharger une base que nous supposons quasi illimitée ; et peut-être ailleurs, car au XVIIIe siècle l’Europe est la véritable dimension culturelle de la France. Tout cela reste à déterminer, mais ne constitue que le détail ; le vrai problème est apparemment en aval, et en fait en amont : qu’en tirerons-nous ? que voulons-nous en faire ? quelles limites devons-nous assigner à nos exigences ? Définissons des buts, afin de nous donner les moyens d’y arriver, et commençons par demander l’impossible : l’informatique nous a habitués à rendre banal ce qui, il y a dix ans, relevait de l’utopie. Imaginons des modes de lecture, afin de suggérer des modes d’écriture. Et affirmons sans ambiguïté que littéraire nous sommes, littéraire nous resterons : l’histoire du livre nous apparaît comme le complément indispensable, voire la base, de l’histoire de l’œuvre ; elle n’en est pas la fin. De même pour l’histoire de la lecture (qui ne peut être dissociée de l’histoire des bibliothèques), qui ne saurait être étudiée comme le simple prolongement du texte, puisqu’elle en détermine la perception ou le statut – mais qui n’en fige pas l’essence. A travers les fantômes des bibliothèques privées que sont les catalogues, retrouver la vie doublement perdue des textes...

  • 1 Daniel Mornet, « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1781) », dans Revue d’histoire (...)

2Rappelons d’abord quelle est l’origine de cette démarche, même si les littéraires doivent faire la moue devant notre point de départ : un article ancien de Daniel Mornet, qui ne risque pas d’être remplacé de sitôt, compte tenu du travail qu’il suppose et de la masse d’informations qu’il contient1.

3On peut remettre en cause, malgré la prudence dont fait constamment preuve Mornet, une partie de ses présupposés et de sa méthode, il n’en reste pas moins que l’idée (exploiter de manière systématique les catalogues de vente) est là, et la démonstration, généralement probante, même si on ne saurait en admettre tous les résultats. A partir de cinq cents catalogues conservés à la bibliothèque de Toulouse, il dresse un tableau sociologique (sommaire) des possesseurs de bibliothèques, avant de passer à ce qui lui paraît être l’essentiel : l’examen statistique du contenu de ces bibliothèques, par rubriques, genres, auteurs, œuvres. Faisant au préalable la part des conditions matérielles, Mornet se propose de donner ainsi un correctif aux estimations fournies par le relevé du nombre d’éditions, ou par d’autres témoignages plus subjectifs, et d’évaluer ainsi la diffusion d’œuvres majeures ou mineures.

I. – La multiplication des données

  • 2 Et si l’on ajoute l’âge du capitaine, on peut espérer dépasser les seules considérations sociologi (...)

4Le point essentiel sur lequel nous nous séparerons de son projet, c’est que Mornet parle constamment de « lecture » là où nous ne voulons voir qu’un « taux de pénétration » voire une « présence » dans les bibliothèques – encore faudrait-il multiplier les précautions et parler de « présence dans les catalogues » – mais d’autres que nous sauront mieux dresser les garde-fous nécessaires. En suivant la même démarche on peut cependant imaginer la constitution d’une base de données sans réelle valeur bibliographique (les indications des catalogues de vente sont souvent trop sommaires, voire approximatives ou fausses), mais d’un très grand intérêt informatif : selon quelle fréquence retrouve-t-on les œuvres de Rousseau dans les bibliothèques ? quels sont les titres favoris ? à partir de quelle date devient-il un auteur de consommation courante ? quel type de possesseur préfère La Nouvelle Héloïse au Discours sur les sciences et les arts2 ? Autant d’éléments pour une histoire du goût qui dépasse la question de la lecture d’une œuvre.

  • 3 Il serait vain de vouloir entrer dans le détail : bien des traducteurs de l’époque classique ont s (...)

5Inversement, on peut partir d’un catalogue, dont on fera l’analyse en détail, ou d’une série de catalogues, pour en tirer une foule de renseignements – mais à condition d’avoir rempli au préalable un certain nombre de rubriques, qui ne se contentent pas de reprendre la classification des libraires parisiens du XVIIIe siècle mais soient opératoires pour nous ; par exemple la bibliothèque antique ou les traductions (avec mention de la langue source et de la langue cible) ; ou encore la date de première publication, fort utile pour mesurer le rythme de diffusion des contemporains et le succès relatif de la Pléiade ou des écrivains de l’âge classique ; cette date, pour les écrivains antiques, sera opportunément remplacée par la mention d’une période, même grossière (République romaine, siècle d’Auguste, siècle des Antonins, etc.) qui nous permettrait enfin de vérifier si l’Antiquité du dernier XVIIIe siècle est la même que celle du règne de Louis XIV – plusieurs indices, qu’il faudrait encore corroborer, nous laissent penser que cette Antiquité est beaucoup plus large, et surtout plus tardive, que celle que nous connaissons aujourd’hui. Toutes rubriques qui pourraient être pré-remplies : Cicéron appartiendra toujours à la République, Shakespeare sera fort généralement traduit de l’anglais et Platon du grec3. Mais il faudra se méfier des pseudo-adaptations, ou des traductions déguisées : les Lettres persanes sont traduites du persan, c’est bien connu, et le Chevalier Grandisson doit tout à Prévost ; il faudra çà et là corriger les impressions laissées par les titres et les sous-titres, voire la mention des noms d’auteurs – l’indexation automatique sera même préférable.

6Dans cette perspective, faut-il privilégier le dépouillement de catalogues des bibliothèques ayant appartenu à des personnalités remarquables : Mme de Pompadour, quelques grands ou moins grands écrivains, les héritiers ou acheteurs de bibliothèques réputées ? On risque d’échapper à la statistique des masses pour permettre les analyses fines de cas exceptionnels, dont les résultats sont plus facilement utilisables, voire publiables. Mais on risque aussi de fausser les résultats d’ensemble, de confondre les amateurs et les curieux, les lecteurs et les bibliophiles. Le moyen terme et la voie de la sagesse paraissent être de commencer par des séries homogènes, les catalogues ayant appartenu à telle ou telle catégorie sociale par exemple, qui permettent une exploitation statistique globale et un déchiffrement plus sélectif quand il s’agit d’une individualité marquante.

7Il paraît en tout cas nécessaire de faire apparaître dans une rubrique spéciale, et prévue pour être importante, des éléments biographiques concernant le possesseur de la bibliothèque, ainsi que l’a fait Nicole Masson. On pourra alors espérer « croiser » les enseignements de diverses bases de données dont la version informatique est en cours (Dictionnaire des journalistes ; de Jean Sgard, ou Dictionnaire de Port-Royal, d’Antony McKenna), en laissant ouverte la possibilité d’introduire des rubriques qui pourraient s’avérer pertinentes : s’il est évident qu’il faut rappeler qui était censeur (et signaler les ouvrages qui relèvent de cette activité), il est sans doute d’autres cas de figure qu’on ne saurait envisager à l’avance.

II. – Introduire des correctifs

8Cette dernière option, d’ordre biographique, a une double finalité : livrer des informations supplémentaires et permettre de mieux interpréter le catalogue en donnant les moyens d’en expliquer certaines particularités – là encore il s’agit d’éviter de confondre l’exceptionnel et le banal, c’est-à-dire de comprendre certains écarts par rapport à la norme (au sens statistique du terme). C’est le second aspect que pourrait présenter cette base : ne jamais fournir un renseignement sans offrir simultanément les moyens de l’interpréter, ou du moins sans le rapporter à des données plus larges. Ainsi on s’étonnera moins de la présence de tel ou tel ouvrage ancien dans la bibliothèque d’un ardent partisan des Modernes, si s’affiche dans une fenêtre le calcul automatique de la fréquence de cet ouvrage dans les bibliothèques vendues la même année, ou dans la même catégorie sociale ou professionnelle, ou dans l’ensemble des catalogues correspondant à une tranche chronologique définie ; il serait tout aussi intéressant (et prudent) de confronter systématiquement un titre particulier aux données concernant le genre auquel il appartient : la présence de La Nouvelle Héloïse sera moins remarquable dans une bibliothèque qui compte un tiers de romans que chez un amateur de la philosophie antique. Correctif également (mais les correctifs sont aussi un moyen de livrer des informations nouvelles), celui qu’apporterait la fenêtre où l’on ferait défiler les ouvrages du même auteur et les ouvrages relevant du même genre, ou datant de la même époque (a-t-on affaire à un amateur de Rousseau, ou à un amateur de romans ? à un lecteur-acheteur de Cicéron, ou de rhétorique judiciaire ? à un habitué des livres, ou à quelqu’un qui s’est entiché de littérature à un moment donné, puis n’en a plus eu le goût ou les moyens ?). Il serait également utile de trouver mention de certaines données propres à chaque catalogue, et permettant de F « individualiser » : par exemple les dates de la première et de la dernière publication qu’il contient. On pourrait ainsi multiplier les fenêtres...

III. – Lire les catalogues

  • 4 Plus intéressante encore, mais nous laissons à Michel Marion, qui l’a signalée, le soin de dévelop (...)

9Il est certainement bien d’autres moyens et d’autres fins pour cette lecture à grande échelle des catalogues de vente de bibliothèques, bien des précautions à prendre, bien des enseignements à tirer, que nous n’avons pas mentionnés car ils nous paraissaient évidents : le prix des livres quand il est marqué, le nom des acheteurs ; autant de lumières jetées sur le commerce du livre – et dont nous n’avons pas parlé plus tôt car ces détails correspondent trop clairement à la fonction même du catalogue de vente ; dans le même ordre d’idées, d’autres qui ne sont pas négligeables, car ils révèlent les usages de la librairie, pris sur le vif : les déformations ou les simplifications des titres4. A envisager aussi, mais sur un tout autre plan, la mention des traducteurs, adaptateurs ou éditeurs scientifiques, expression caractéristique d’une perception mouvante de ceux qui n’apparaissent pas tout à fait comme des auteurs, ni comme de purs et simples intermédiaires – ce que l’on retient alors du catalogue dans sa littéralité, c’est un témoignage furtif sur l’image de la littérature.

10Il faudra beaucoup de prudence, beaucoup de raison, beaucoup de technique aussi, et de cette technique intelligente qui permet, non seulement de fournir des solutions aux problèmes qu’on lui pose, mais aussi d’inventer des méthodes et des regards nouveaux. Mais il faut dès l’abord beaucoup d’imagination, pour se donner plutôt qu’un cap, un horizon. Ainsi peut-on espérer, sans jamais confondre le catalogue et la bibliothèque, la bibliothèque vendue et la bibliothèque réelle, celle que l’on possède et celle que l’on lit, atteindre, au-delà de la lettre et des chiffres, l’esprit des livres.

Notes

1 Daniel Mornet, « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1781) », dans Revue d’histoire littéraire de la France, t. 17, 1910, p. 449-496.

2 Et si l’on ajoute l’âge du capitaine, on peut espérer dépasser les seules considérations sociologiques pour définir des générations de « lecteurs », ou plutôt d’acheteurs.

3 Il serait vain de vouloir entrer dans le détail : bien des traducteurs de l’époque classique ont sous les yeux la version latine de l’œuvre grecque qu’ils prétendent traduire, quand il ne s’agit pas d’une version française (l’Iliade d’Houdar de la Motte, par exemple). Nous ne parlons que de la théorie, non de la pratique.

4 Plus intéressante encore, mais nous laissons à Michel Marion, qui l’a signalée, le soin de développer cette idée, la présence de titres que nous ne connaissons par aucune autre source.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search