Version classiqueVersion mobile

Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle

 | 
Annie Charon
, 
Élisabeth Parinet

Les grandes collections de manuscrits littéraires

Thierry Bodin

Texte intégral

1Nous voulions à l’origine parcourir un demi-siècle de ventes publiques, de 1935 à 1989, soit de Louis Barthou jusqu’à Daniel Sickles, période qu’on pourrait qualifier de demi-siècle d’or de la collection des manuscrits littéraires. Mais il nous a paru intéressant de retracer d’abord brièvement la préhistoire de ces collections, et les débuts de la collection d’autographes au XIXe siècle.

2Jusque vers 1830, on a accordé peu d’importance aux autographes et aux manuscrits, à l’exception des manuscrits médiévaux et de la Renaissance, principalement à cause de leurs peintures. En outre, le manuscrit littéraire n’occupera longtemps qu’une toute petite place dans des collections à dominante largement historique.

3Ainsi la collection de Monmerqué (2 mai 1837), l’éditeur de Mme de Sévigné et de Tallemant des Réaux, est-elle annoncée comme « une collection précieuse de lettres autographes et de chartes ». Dans sa préface au catalogue, rédigé par Techener, Francisque Michel précise que cette collection, « fruit de plus de vingt ans de recherches assidues et de heureux hasards », est « la plus belle et la plus importante qu’on ait jamais offerte en vente publique ». Ce sont surtout des lettres et des documents. On trouve cependant quelques manuscrits. Le no 16 rassemble deux lettres de D’Alembert et le « Manuscrit autographe d’un discours prononcé en présence du roi de Danemarck » ; le no 27 présente un manuscrit de Jacques Amyot : « Manuscrit autographe de son apologie, dirigée contre les attaques de Claude Trahy, gardien des cordeliers, 1589 ».

4Dans la préface au catalogue de vente de sa collection (4-14 novembre 1840), G. de Pixerécourt constate dès l’abord :

« Les Autographes n’étaient point réunis en collection il y a quarante ans. On rencontrait quelquefois, dans les ventes de livres, un ou deux volumes dans lesquels le propriétaire avait rassemblé pêle-mêle une centaine de lettres plus ou moins curieuses, et fort étonnées le plus souvent de se trouver ensemble. [...] Cette réunion de 1 000 Lettres, presque toutes curieuses ou intéressantes ou historiques, se recommande par le choix minutieux du collecteur, par le soin avec lequel il a su rassembler tant de pièces rares, toutes les fois qu’elles se sont présentées à lui pendant une période de trente-cinq ans. »

5Il précise que « la correspondance amoureuse de madame la marquise du Châtelet, en 127 lettres (no 211 du présent Catalogue), a été achetée 1 200 francs par M. le marquis de Chalabre, il y a douze ou quinze ans ». Le descriptif de ce no 211 est on ne peut plus succinct : « 127 lettres et fragments. Ses amours avec Saint-Lambert. (Collection unique et très-intéressante) »

6L’originalité de M. de Soleinne est soulignée par le Bibliophile Jacob dans l’Avertissement placé en tête du catalogue de l’Appendice au tome III de sa Bibliothèque dramatique, consacré aux « Autographes » (23-24 janvier 1844) :

« Bien avant que le goût des autographes eût fait quelques rares prosélytes (on sait que ce goût ne date pas de plus de vingt ans, c’est-à-dire de la première vente d’autographes, qui forma les premiers amateurs), M. de Soleinne s’était montré curieux d’une espèce d’autographes, qu’on néglige trop peut-être ou qu’on n’apprécie point assez aujourd’hui : il recherchait soigneusement les manuscrits originaux des auteurs, les exemplaires portant des corrections et des additions de leur main, [...] il était parvenu à entasser dans ses cartons deux mille pièces de théâtre manuscrites, parmi lesquelles un grand nombre sont des originaux ou des copies chargées de notes autographes. »

7Et Jacob de signaler à l’attention des « autographophiles » des notes autographes de Melanchthon, un manuscrit autographe du président Bouhier, des notes autographes de La Monnoye, etc. Les descriptifs sont plus développés, les lettres en partie citées. Le no 237 décrit ainsi un manuscrit de Jean-Baptiste Rousseau : « P. A., in-fol. 2 p. – Avertissement de la tragédie de Mariamne de Tristan l’Hermite, qu’il modernisa et fit reparaître en concurrence avec la tragédie de Voltaire sur le même sujet. »

8La dispersion des collections d’autographes de Villenave en 1850 (22 jan-vier-9 février) nécessitera 17 vacations pour vendre les 1 824 numéros du catalogue, une section particulière étant consacrée aux manuscrits(nos 893 à 1088) ; Charavay apporte cette précision :

« On chercherait vainement, dans cette catégorie, de vieilles heures sur vélin, chefs-d’œuvre calligraphiques du Moyen Age ; mais on trouvera en grand nombre des manuscrits importants du XVIe au XIXe siècle, dont beaucoup, restés inédits, mériteraient d’être publiés. Tous les genres y sont représentés : Histoire de France, Histoire de nos Provinces, Histoire de l’Église Gallicane, Théologie, Littérature, Philologie, Bibliographie, Archéologie et Numismatique, Noblesse, Généalogie, Chevalerie, etc. Chaque volume porte sur la garde des notes bibliographiques fort judicieuses, de la main de M. Villenave. »

9Voici quelques-unes des notices, très concises, qui ne font en quelque sorte que désigner le contenu du dossier et le nombre de pages.

10898. Arnauld (Antoine), le grand Arnauld de Port-Royal. Manuscrit aut. de Prœdestinatione et Gratia excerpta ex S. Augustino, 87 p. in-4.

11899. Nicole (Pierre), célèbre écrivain de Port-Royal. Deux manuscrits auto graphes :

  1. Le saint Evangile selon saint Marc, avec notes. Le 28 décembre 1702. 72 pages in-4. – Le saint Évangile selon saint Luc, avec notes. Le 18 avril 1703. 186 pages in-4.
  2. Fragment de 12 pages in-4, daté, à la fin, du 22 octobre 1702.

12901. Bossuet (J.-B.), évêque de Meaux. Manuscrits autographes, ou relatifs à ses écrits et à sa biographie. 3 cartons et 1 vol. in-4, contenant :

  1. Extraits autographes de Suarès. 12 pages ; – De Saint Augustin, 60 pages ; – Du Concile de Trente sur l’ordination. 25 pages ; en tout 97 pages in-4. – Autres extraits autographes de saint Augustin. 28 pages in-fol. ; – Fragments de divers ouvrages de Bossuet, chargés de notes et de corrections de sa main ; – Plusieurs manuscrits autographes du neveu de Bossuet, évêque de Troyes, dont un est relatif à la publication des œuvres posthumes de son oncle ; – Divers fragments extraits et copies autographes de l’abbé Ledieu, secrétaire de Bossuet ; – Mémoires touchant Bossuet, par le même. Manuscrit autographe ; – Éloge de Bossuet par Ch. C.-F. Hérisson, juge au tribunal de Chartres. Manuscrit autographe ; – Divers écrits, manuscrits ou imprimés sur la vie et les ouvrages de Bossuet. 1 carton.
  2. Démêlés entre Bossuet et Fénelon, dans la question du quiétisme : – 42 lettres autographes du frère de Bossuet, intendant de Soissons, à l’abbé Bossuet, depuis évêque de Troyes. 6 lettres sig. du duc de Chaulnes au cardinal de Bouillon. 1 L. aut. sig. de Croisilles à Lamoignon. 1 L. sig. de M. de Noailles, archevêque de Paris. 1 L. aut. sig. de l’abbé Langeron à Bossuet. Enfin divers écrits manuscrits ou imprimés, et des volumes, dont quelques-uns sont annotés de la main de Bossuet. 2 cartons.
  3. Pièces sur le même sujet, manuscrites ou imprimées, recueillies par l’abbé Ledieu, et dont une partie sont écrites de sa main. 1 vol. in-4, bas. On trouve dans ce précieux recueil les trois pièces suivantes autographes de Bossuet : De Quietismo in Galliis refutato. 34 pages ; Minute d’une lettre à Geori, du 10 février 1698. 4 pages ; – Copie de la lettre du roi au pape, du 23 décembre 1698. 2 pages.

13936. Sade (Donatien-Alphonse-François, marquis de), le trop célèbre auteur de Justine.
Manuscrit aut., sujet de « Zélonide », comédie en 5 actes et en vers libres. – Dialogue entre un prêtre et un moribond, 46 pages in-4.

14937. Florian (J.-P.-Claris de), littérateur de l’académie française.

  1. Mémoires de ses ouvrages, aut. sig. 5 avril 1787, 3 pages in-4.
  2. Guillaume Tell, ou la Suisse Libre, livre 1er. Manuscrit aut. 26 pages in-4.

15938. Lemême. Les quatre Jumelles, comédie aut., 16 pages ½ in-4.

16939. Thomas. Littérateur de l’académie française.

  1. Éloge du Dauphin, père de Louis XVI, manuscrit aut. où se trouvent toutes les nombreuses mutilations de la censure, et la note des changemens demandés par le comte de Saint-Florentin, secrétaire d’état, 34 pages gr. in-4, plus 4 pages d’additions.
  2. Copie au net dudit éloge avec quelques corrections et additions autog. de Thomas.
  3. De la langue poétique, manuscrit d’une main étrangère, avec quelques corrections de Thomas, 87 pages in-fol.

17941. Rousseau (Jean-Jacques).
Manuscrit autographe « Suite des Pensées d’un esprit droit et des sentiments d’un cœur vertueux, » 20 pages pl. in-4.
Il paraît manquer à ce manuscrit la première feuille, mais cela n’en détruit pas tout le mérite, vu que ce sont des pensées détachées.

18943. Pucelle (la) d’Orléans, par Voltaire. Manuscrit avec des additions autographes de M. de Malesherbes. 1 vol. in-4, veau.

19944. Maréchal (Silvain). Poète, littérateur et philosophe. Répertoire d’autorités graves en faveur de l’athéisme. Manuscrit aut. et inédit. 1 vol. in-12, parchemin, de 156 pages.
Travail qui a précédé le Dictionnaire des athées du même auteur,, et qui en est en quelque sorte le projet.

20Seize vacations seront nécessaires en 1860 (30 avril-18 mai) pour vendre les 2 954 numéros de la collection de lettres autographes et documents historiques de feu M. Lucas de Montigny, fils adoptif du comte de Mirabeau. L’expert Auguste Laverdet souligne tout l’intérêt des manuscrits de Mirabeau :

« Ainsi la grammaire française écrite de la main de Mirabeau lui-même pour cette aimable et charmante ignorante, madame de Monnier, pour sa Sophie, est un chef-d’œuvre à la fois de bonne logique et de belle écriture. On y retrouve en même temps l’esprit le plus lucide et le plus clair, l’âme la plus tendre et la plus bienveillante ; il explique, il corrige, il soutient les pas chancelants de cette femme habile à tout dire et qui sait notre langue, excepté l’orthographe ! Ah ! le beau manuscrit, les pages touchantes, et comme on est pris de pitié, de charme et d’intérêt pour une passion sincère et vraie à ce point-là ! »

21Citons quelques-unes des notices de manuscrits de Mirabeau, où Laverdet a abandonné le lyrisme pour la précision de la désignation :

222068. Mirabeau (Honoré-Gabriel de Riquetti, comte de), le célèbre orateur de l’Assemblée constituante. Né au Bignon, près Nemours, le 9 mars 1749. Mort en 1791.
Lettres écrites par un ancien magistrat à un ami, sur le procès du comte et de la comtesse de Mirabeau. 1783. 100 p. gr. in-4. – Lettres sur l’ordre judiciaire en France, écrites par un ancien magistrat provençal, à son ami, au sujet d’une séparation. 16 pages et quart in-4. Minutes originales entièrement aut. 1 vol. cartonné.

232073. Mirabeau (le comte de). Le même.
Abrégé de la grammaire françoise. Manuscrit aut. sign. : Gabriel. 29 pages pleines in-4 (papier uniforme), écriture fine et serrée. Précieux manuscrit. 1 vol. cartonné.

24Sur la première page au-dessous du titre cité plus haut, Mirabeau a écrit les vers suivants :

« ... ; ce commerce enchanteur,
« Aimable épanchement de l’esprit et du cœur ;
« Cet art de converser, sans se voir, sans s’entendre,
« Ce muet entretien, si charmant et si tendre,
« L’art d’écrire... fut sans doute inventé,
« Par l’amante captive et l’amant agité.
« …………………………………………………………………….. »
(Colardeau).

« Surtout qu’en vos écrits la langue révérée,
« Dans vos plus grands excès vous soit toujours sacrée.
« En vain vous me frappez d’un son mélodieux.
« Si le terme est impropre, ou le tour vicieux,
« Mon esprit n’admet point un pompeux barbarisme,
« Ni d’un vers ampoulé l’orgueilleux solécisme.
« Sans la langue, en un mot, l’auteur le plus divin
« Est toujours, quoi qu’il fasse, un méchant écrivain.
(Boileau).

25Sur le verso du titre il a écrit :

26A ma Sophie.

27« Ma Sophie. Tu te souviens bien que ta mère m’a écrit une fois pour me prier de t’apprendre l’orthographe : Je ne sais comment je négligeai une si grave recommandation : apparemment que nous avions quelque chose de plus pressé à étudier. Hélas ! Il nous est bien force aujourd’hui de suspendre nos études d’alors : retournons donc à l’orthographe (pour plaire à ton honorée mère), mais je ne connois qu’un moyen d’écrire correctement, c’est de posséder sa langue par principes.
« J’ai entrepris de te donner en vingt-cinq pages toutes les règles essentielles de la langue française ; de t’en expliquer toutes les difficultés, de t’en énoncer les exceptions principales d’une manière aussi correcte que concise, et je crois y avoir réussi. Un petit mémoire de l’abbé Valart, habile grammairien, m’en a donné l’idée et m’a servi. Mais on ne trouve dans son précis, ni les principes de la déclinaison des participes (et c’est un des articles capitaux et des plus embarassants de notre grammaire), ni la conjugaison entière des verbes irréguliers, ni la syntaxe de leurs régimes, ni aucune observation détaillée sur la prononciation, l’orthographe, la ponctuation, sa quantité, etc., ni les exceptions aux règles générales. Mon traité, qui n’a pas quatre pages de plus que le sien, contient tout cela. J’espère que tu le trouveras fort clair, et même à la portée des gens les plus illitérés ; mais pense que je ne sais me faire entendre qu’aux esprits attentifs.
« Ce mémoire est plus que suffisant pour te mettre en état de montrer toi-même le français par principes à ta fille. Les grammaires ne donnent pas le style ; mais si Gabriel-Sophie a ton âme, elle trouvera aisément un Gabriel ; ils s’aimeront comme nous nous aimons, et je te réponds qu’elle écrira bien. C’est pour elle que j’ai fait ce petit ouvrage qui m’a coûté du temps et de la peine ; c’est pour elle, dis-je, car, pour toi, je ne me consolerois pas, si tu allois consulter la grammaire sur une phrase que tu me destines ou que tu m’adresses... Ah ! ce que ton cœur sait dire l’art et l’esprit le trouveront-ils jamais ?... – Gabriel.

28« N. B. Je t’avertis que ce cahier est extrêmement difficile à copier, qu’il faut aller très-lentement, que la plus grande exactitude est nécessaire, et qu’un tiret, déplacé ou omis, peut faire un contre-sens. Les N. B. doivent être écrits en marge. Ces signes + et autres sont des renvois oubliés dans le texte. Place les N. B. précisément où ils sont dans mon manuscrit ; et laisse tes marges plus grandes afin qu’ils puissent correspondre plus exactement à l’article auquel ils sont relatifs. »

292074. Mirabeau (le comte de). Le même.
Discours sur l’immortalité de l’âme. De la nécessité d’une autre vie, et des consolations de l’homme juste sur la terre. Sermon prêché à Londres par un jeune ministre genevois. Manuscrit aut. 28 p. à mi-marge gr. in-4. 1 vol. cartonné.

302101. Mirabeau (le comte de). Le même.
Brandebourg. Considérations générales sur l’élévation de la maison de Brandebourg.Géographie et population.Agriculture et productions naturelles.Manufactures.Commerce.Revenus et dépenses. – Affaires militaires.Religion, instruction, législation, gouvernement. Manuscrit avec des corrections aut. de Mirabeau. Neuf liasses formant quinze cent à deux mille pages in-fol.

  • 1 Résumé : Catherine Gaviglio, « Charles Spoelberch de Lovenjoul (1836-1907). Un collectionneur et s (...)

31Viennent alors les grandes collections d’autographes, accompagnées de gros catalogues qui demeurent comme des ouvrages de référence, à la fois pour les fac-similés qui les illustrent et pour les descriptifs et commentaires développés qui accompagnent les fiches. Les trois plus importantes sont celles de Benjamin Fillon (1877-1883, 3 vol. plus tables), Alfred Bovet (1884-1885) et Alfred Morrison (Londres 1883-1896), dont le monumental catalogue, établi par A. W. Thibaudeau, en 6 volumes in-folio et 8 volumes in-4°, donne des transcriptions complètes des documents, avec de nombreux fac-similés. Mais il s’agit là principalement de collections de lettres autographes, où les manuscrits littéraires n’occupent qu’une place infime.
Ce n’est qu’à la fin du siècle qu’on voit un mouvement nouveau se dessiner pour passer de la collection d’autographes à la collection de manuscrits littéraires, principalement contemporains ; en effet, il n’y a pas ou très peu de manuscrits littéraires des XVIIe et XVIIIe siècles ; mais l’écrivain du XIXe siècle va se préoccuper de garder ses propres manuscrits. Déjà, on avait pu constater la présence de manuscrits dans les catalogues des bibliothèques d’écrivains comme Jules Janin (16 février 1877) ou Champfleury (1890-1891, un catalogue étant consacré aux autographes), ou encore dans celle de l’éditeur Poulet-Malassis (1er juillet 1878) avec les poèmes de Baudelaire.
Deux événements me semblent avoir joué un rôle capital dans cette transformation des champs de la collection. Par son testament, en date du 31 août 1881, Victor Hugo léguait l’ensemble de ses manuscrits : « Je donne tous mes manuscrits et tout ce qui sera trouvé écrit ou dessiné de moi à la Bibliothèque nationale de Paris qui sera un jour la Bibliothèque des États-Unis d’Europe. » Le legs est remis à l’administrateur général de la Bibliothèque nationale, Léopold Delisle, le 3 juillet 1886. Au legs, Edmond de Goncourt va préférer la vente aux enchères de ses manuscrits et de ceux de son frère (5-10 avril 1897).
Entre-temps, un collectionneur exemplaire, véritable pionnier dans le domaine de la collection comme dans celui de l’histoire littéraire, va s’imposer comme un modèle probablement inégalable. La collection rassemblée de 1853 à 1907 par le vicomte Spoelberch de Lovenjoul, et léguée à l’Institut de France en 1907, a accumulé les manuscrits de Balzac, Théophile Gautier, Sainte-Beuve, George Sand, mais aussi d’autres romantiques. On sut bien vite qu’à la vente de la bibliothèque de Mme veuve de Balzac les 25 et 26 avril 1882, il acheta la totalité des manuscrits proposés de l’auteur de La Comédie humaine, sauf celui d’Eugénie Grandet, adjugé 2 000 francs, qui lui échappa, qu’il tenta en vain de racheter à Cahen d’Anvers, et qui se trouve aujourd’hui conservé à la Pierpont Morgan Library. Cette figure majeure de la collection de manuscrits et de l’érudition est désormais mieux connue grâce à la thèse de Catherine Gaviglio, Charles de Spoelberch de Lovenjoul (1836-1907) : un collectionneur et ses libraires1.
Désormais, les manuscrits littéraires vont devenir un des fleurons de la bibliophilie, et souvent une section importante du catalogue de la vente leur sera consacrée. Citons Victorien Sardou (1909-1910), Arthur Meyer (3-6 juin 1924), Robert de Montesquiou (1923-1924). Le catalogue des manuscrits de Pierre Louÿs (14 mai 1926), rédigé par Léopold Carteret, est luxueusement présenté, avec de nombreuses reproductions : on y trouve les propres manuscrits de Louÿs, mais aussi ceux de sa collection, des contemporains et amis comme Claude Farrère, André Gide, José-Maria de Heredia, Jean de Tinan, Paul Valéry, ou encore le manuscrit de la Salomé d’Oscar Wilde qui lui est dédiée. En 1932 (1er -2 juin), le catalogue de la bibliothèque de Mme Arman de Caillavet, rédigé par Georges Andrieux, présente des éditions précieuses et des manuscrits d’Anatole France.

32La première collection importante de manuscrits littéraires présentée en vente publique semble bien être celle de Georges-Emmanuel Lang en 1925 (16-17 décembre, expert L. Giraud-Badin). La première partie de la vente de sa bibliothèque comprend une section de cent manuscrits, et non des moindres : Apollinaire, le manuscrit du Bestiaire accompagnant l’exemplaire de Marcoussis ; Balzac, Les Fantaisies de la Gina ; Barbey d’Aurevilly, Ce qui ne meurt pas ; Baudelaire, Amœnitates Belgicœ (provenant des bibliothèques Poulet-Malassis puis Noilly), ou le no 239 rassemblant 221 lettres du poète à sa mère (acquis par Armand Godoy et dispersé le 23 novembre 1982) ; Becque, Les Corbeaux ; Carco, L’Équipe ; Courteline, Messieurs les ronds de cuir ; Gide, Cahiers d’André Walter ; Huysmans, Là-bas et L’Oblat ; Jarry, Ubu roi ; Maupassant, Bel-Ami et Une vie ; Renard, L’Écornifleur ;Valéry, Eupalinos ou l’Architecte et La jeune Parque ; Zola, Le Docteur Pascal, etc.

33La bibliothèque de Louis Barthou va être dispersée en quatre vacations en 1935 et 1936 (25-27 mars et 4-6 novembre 1935, 2-4 mars et 15-17 juin 1936) ; les quatre catalogues, rédigés par Georges Blaizot, totalisent 2 143 numéros de manuscrits et de livres, que récapitule un index détaillé très utile. La préface cite un propos de Louis Barthou, qui fait nettement entrer le manuscrit dans la bibliophilie : « Je ne réunis pas les autographes pour eux-mêmes, dans des cartons qui en protègent par classement alphabétique l’ordre méthodique. Je reste bibliophile section des lettres. »

Citons quelques-uns des manuscrits les plus importants de la première vente : de Chateaubriand, le livre XX des Martyrs (44 p.), et des correspondances à la marquise de Custine (28 lettres) et à la comtesse de Castellane (84 lettres) ; de Marceline Desbordes-Valmore, Les Pleurs (149 p.) ; de Camille Desmoulins, Entretiens de deux philosophes (34 p.) ; de Flaubert, Mémoires d’un fou (141 p.) ; de Victor Hugo, l’album de voyage tenu et dessiné avec Célestin Nanteuil en Bretagne et Normandie en 1836, deux chapitres (et non des moindres) de Choses vues sur le retour des cendres de Napoléon (1840) et la mort de Balzac (1850, en tout 55 p.), le poème A Théophile Gautier, le discours sur l’Afrique (1879, 12 p.), son journal intime de 1883-1884 (36 p.), sans oublier le carnet de Juliette Drouet en 1833 ; de Lamartine, la tragédie Zoroïde (1813, 24 feuillets), La Mort de Socrate, six poèmes des Harmonies poétiques, des fragments de Jocelyn, le livre sur Fénelon (162 p.), la Lettre sur la République (32 p.), le poème A Némésis (5 p.) ; de Mérimée, l’Étude sur Brantôme (28 feuillets) et la correspondance à Mme de Beaulaincourt (82 lettres) ; de Mirabeau, les Amours de la marquise de Monnier et du comte de Mirabeau (51 p.) ; de Musset, une dissertation de 1827 (6 p.), Sur la paresse (8 p.), L’Ane et le Ruisseau (45 p.) ; de Jean-Jacques Rousseau, la troisième partie de La Nouvelle Héloïse (110 p.) ; de Sainte-Beuve, un roman par lettres, Le Clou d’or (61 p.) ; de George Sand, La Tour de Percemont (477 p.) ; de Vauvenargues, le Discours sur la liberté (23 p.) ; de Louis Veuillot, L’Esclave Vindex (84 p.) ; de Vigny, Le Somnambule (4 p.), La Femme adultère (28 p.), La Prison (22 p.), la correspondance à Victor Hugo (18 lettres), un recueil comprenant cinq poèmes dont La Maison du berger, Paris et Les Amants de Montmorency, Eloa (46 p.), Le More de Venise (181 p.), Stello (275 p.), Chatterton (153 p.), Servitude et grandeur militaires (3 vol.), De Mlle Sedaine et de la propriété littéraire (50 p.), La Colère de Samson (9 p.), La Flûte (6 p.), des fragments du journal d’un poète (26 p.) ; de Voltaire, l’Épître au prince de Vendôme (8 feuillets).
Dans la seconde vente, relevons encore un bel ensemble de manuscrits de Pierre Loti : Rarahu (Le Mariage de Loti), les deux états de Mon frère Yves (premier jet et texte définitif), Madame Chrysanthème, ses journaux de bord, etc. ; les discours de réception à l’Académie française de Renan, Rostand et Valéry ; de Verlaine, Sagesse et le manuscrit de Cellulairement (qui sera éclaté entre Parallèlement, Jadis et Naguère et Sagesse).

34A la suite de Louis Barthou, de nombreuses ventes de manuscrits auront lieu, la plupart du temps dans le cadre de la vente d’une bibliothèque ; une section particulière du catalogue peut être parfois consacrée aux manuscrits, ou bien les manuscrits sont mêlés aux imprimés ; parfois même, les autographes sont décrits dans un catalogue à part. Les catalogues sont de plus en plus illustrés. Citons en particulier les bibliothèques Gabriel Thomas (27-28 mars 1936) et Paul Voûte (9-11 mars 1938). Pour la bibliothèque du comte Alain de Suzannet, le catalogue est conçu comme une monographie consacrée à un auteur : Guy de Maupassant (24 mai 1938) et Prosper Mérimée (Lausanne 25-27 avril 1977).
Neuf ventes seront nécessaires pour disperser la bibliothèque du docteur Lucien-Graux de 1956 à 1958, certains catalogues étant consacrés uniquement aux autographes. Du collectionneur, le professeur Henri Mondor a tracé un attachant portrait : « De plusieurs auteurs du XXe siècle, haussés, depuis, à [la] gloire [...], il avait su découvrir à temps, puis recueillir et préserver, des exemplaires et des manuscrits, qui ont fait, de sa collection, un capital de science, une œuvre d’art et une énorme résurrection du passé. » On trouve ainsi des carnets de Victor Hugo, des testaments de Stendhal, le manuscrit de la première Éducation sentimentale de Flaubert, l’Improvisation d’un Faune de Mallarmé, A rebours de Huysmans, Poèmes saturniens de Verlaine, les Illuminations de Rimbaud, etc.
Il faut encore citer, parmi les plus importantes, les ventes René Gaffé (26-27 avril 1956) avec de beaux manuscrits surréalistes, Gérard de Berny en deux ventes (27 novembre 1958 et 12 mai 1959), Pierre Guerquin (25-26 novembre 1959), J[ean] D[avray] (6-7 décembre 1961). La collection d’Alexandrine de Rothschild, consacrée aux seuls autographes, fut dispersée sous l’anonymat au cours de trois ventes les 29 mai 1968, 26 février et 15 décembre 1969 ; une quatrième vente fut annulée avant la parution du catalogue. Jacques Guérin distille sa collection de livres et manuscrits au gré de ventes successives, parfois anonymes (1984-1999) ; les catalogues sont en partie rédigés par lui, et les descriptions souvent dithyrambiques.

35Les ventes après décès du colonel Daniel Sickles (Bruxelles, 10 mai 1904-Paris, 31 août 1989) ne recouvrent en fait qu’une partie de sa gigantesque collection. Venu de la bibliophilie traditionnelle, il s’était séparé de cette première bibliothèque pour s’intéresser aux livres illustrés et à la reliure contemporaine ; cette seconde collection, d’une qualité exceptionnelle, fut elle aussi vendue en 1962 et 1963 pour lui permettre de se consacrer aux éditions originales et aux manuscrits des XIXe et XXe siècles. Dans les années 1950, les ventes Lucien-Graux, Gaffé, Guerquin, Gérard de Berny avaient permis l’acquisition de pièces exceptionnelles ; de même en 1961 les ventes Goudeket et Davray. Un peu à l’exemple de Lovenjoul, le colonel Sickles voulait rassembler toutes les éditions d’un texte, ses différents états imprimés, mais aussi des lettres, des manuscrits, des épreuves corrigées. Les achats vont s’intensifier chez les libraires (comme Georges Blaizot ou Marc Loliée) ou dans les grandes ventes (Lefèvre, Rothschild, Pellerin, Duché, Sacha Guitry, Gabalda, Marsan, Hild, Suzannet, Lambiotte, von Hirsch, etc.). Mais la passion devint si dévorante qu’elle engloutit fortune, terres, appartements, meubles et tableaux, et qu’il fallut un jour sacrifier des éléments de la collection pour pouvoir continuer à l’enrichir.

En février 1979, une vente de livres et autographes présentait notamment le manuscrit original de Noa-Noa de Gauguin, de L’État de siège de Camus et de Guignol’s Band de Céline. En mars 1981, on dispersa la bibliothèque surréaliste, où brillaient les recueils de manuscrits et documents rassemblés par René Gaffé et reliés par Paul Bonet ; en mai, la collection de lettres de peintres. Le colonel Sickles décida bientôt de se consacrer au XIXe siècle, et se sépara de sa bibliothèque du XXe siècle (13-15 juin 1983) ; parmi les manuscrits, citons Simone de Beauvoir (première version du Deuxième Sexe), Camus (premier état de La Peste), Carco (L’Homme traqué, relié par Paul Bonet), Céline (la seconde moitié – alors seule connue – de Mort à crédit et les épreuves corrigées, D’un château l’autre), Cendrars (Poèmes élastiques et Moravagine), Cocteau (Opium illustré de 73 dessins), Delteil (Jeanne d’Arc), Giraudoux (Suzanne et le Pacifique relié par Cretté), Jarry (Messaline et La Papesse Jeanne), Jouhandeau, Léautaud, Mac Orlan, Mauriac (Le Désert de l’amour), Maurras (Le Chemin de paradis), Pergaud (Le Roman de Miraut), Perret (Le Caporal épinglé), Romains (La Vie unanime), Sartre (préface d’Aden-Arabie), Suarès, Toulet, Valéry, etc. Le 19 mars 1986, ce furent les manuscrits de Francis Jammes et Charles Maurras, ainsi que la correspondance de Valery Larbaud à Léon-Paul Fargue. Enfin, le 10 avril 1987, vint le tour des collections Apollinaire et Proust : le manuscrit du Poète assassiné, des poèmes et articles, des lettres à Lou ; parmi les lettres de Proust, les correspondances à Geneviève Straus et à Jacques Rivière.

36Après la mort du colonel Sickles, vingt et une ventes en huit ans, d’avril 1989 à avril 1997, furent nécessaires pour cataloguer et disperser sa bibliothèque au fil de 10 360 numéros (en réalité, compte tenu des invendus repassés dans des ventes ultérieures, il faut diminuer un peu ce chiffre total et arrondir aux environs de dix mille). La plupart des catalogues comportent un index, mais le courage a manqué pour établir un index cumulatif.

37Il ne saurait être question d’énumérer ici tous les précieux manuscrits de cette collection. Contentons-nous de signaler les plus importants dispersés dans les premières ventes : de Barbey d’Aurevilly, deux des Diaboliques (Le Bonheur dans le crime et A un dîner d’athées), Du dandysme et de George Brummell, le Mémorandum de Caen ; de Baudelaire, Le Voyage à Cythère, de précieuses lettres (dont 67 à sa mère), les contrats des Fleurs du Mal, les Notes sur Les Liaisons dangereuses ; de Léon Bloy, Sueur de sang ; de Chateaubriand, la correspondance au comte de Chambord ; de Daudet, les Contes du Lundi, Sapho, Jack, le carnet de premier jet pour Tartarin de Tarascon ; de Dumas père, L’Alchimiste calligraphié pour le Tsar Nicolas Ier et orné de peintures romantiques ; de Flaubert, les cahiers du Voyage en Orient et du Voyage en Grèce, Le Candidat ; de Gautier, Mademoiselle Dafné ; des Concourt, Germinie Lacerteux, Madame Gervaisais et la correspondance à Zola ; de Remy de Gourmont, Sixtine ; de Victor Hugo, les épreuves corrigées des Misérables, des carnets, la correspondance à Mme Biard ; de J.-K. Huysmans, Marthe, Là-bas, La Cathédrale et Sainte Lidwyne de Schiedam ; de Laforgue, les Moralités légendaires ; de Lamartine, les Harmonies sacrées ; de Loti, Aziyadé ; de Louÿs, les Notes pour Aphrodite et un ensemble de manuscrits érotiques inédits ; de Mallarmé, Les Fenêtres, la conférence sur Villiers de l’Isle-Adam, la copie préparée des Poèmes d’Edgar Poe, la correspondance de Manet au poète ; de Maupassant, Une vie, Miss Harriet, En canot ; de Mérimée, La Vénus d’Ille, La Chambre bleue, Il Viccolo de Madame Lucrezia illustré d’aquarelles ; de Mirbeau, Le Jardin des supplices et Les Affaires sont les affaires ; de Gérard de Nerval, Poésies et Poèmes, et divers manuscrits et lettres ; de Germain Nouveau, le Calepin du mendiant ; de Jules Renard, Le Plaisir de rompre, Le Pain de ménage, Monsieur Vernet ; de George Sand, Consuelo, un album de dessins et aquarelles, les Légendes rustiques, Horace ; de la comtesse de Ségur, Les Malheurs de Sophie ; de Stendhal, Histoire d’une partie de ma vie 1811, Des périls de la langue italienne, des lettres à sa sœur ; de Verlaine, Bonheur, Dédicaces, Dans les limbes ; de Vigny, La Maison du berger et plusieurs autres poèmes des Destinées-, de Villiers de l’Isle-Adam, un rare manuscrit pour les Contes cruels ; de Zola, la préface à L’Assommoir et le discours du 13 janvier 1900 sur l’affaire Dreyfus, etc.

38En tête de l’index de la collection de Barthou, Georges Blaizot écrivait fort justement : « Décrire un livre, le bien décrire, demande une ampleur de temps, une commodité de recherches, une abondance de références, une méthode, et aussi une flânerie de l’esprit, que toujours refusera aux experts l’obligation de paraître à une date inflexible et toujours trop prochaine. » Cela est encore bien plus vrai pour les manuscrits, chacun d’eux étant unique et nécessitant une étude complète, et nous verrons combien les libraires sont souvent embarrassés pour rédiger une fiche descriptive de manuscrit.

39La partie la plus aisée peut-être est de reconstituer l’histoire du manuscrit. Celui-ci peut avoir suivi divers circuits. Il peut avoir été offert par l’écrivain à un dédicataire, un ami ou un mécène ; ainsi, Louis Barthou a reçu divers manuscrits de Pierre Loti. Conservés par l’auteur, les manuscrits peuvent être vendus par ses héritiers, ou à leur décès. Ainsi, de nombreux manuscrits de Flaubert furent dispersés lors du décès de sa nièce, Caroline Franklin-Grout (Antibes, 28-30 avril 1931 ; Paris, 18-19 novembre 1931) ; les papiers de Baudelaire, passés chez son conseil judiciaire Narcisse-Désiré Ancelle, furent vendus par les descendants de ce dernier au libraire Maurice Chalvet qui les céda à Alexandrine de Rothschild. Ce sont parfois les écrivains eux-mêmes qui négocient leurs manuscrits, comme les surréalistes auprès de Jacques Doucet, ou par l’intermédiaire de libraires (comme Jean Giraudoux chez Georges Blaizot, ou les auteurs de Gallimard chez Roland Saucier), ou encore comme Paul Valéry ou René Char qui recopiaient facilement, moyennant finance, tel poème.

40Certaines provenances illustres rehaussent incontestablement le prestige d’un manuscrit. Ainsi, le projet de frontispice par Bracquemond pour Les Fleurs du Mal, en marge duquel Baudelaire a écrit pour Poulet-Malassis ses critiques, et au verso duquel il a dressé la liste des poèmes de son recueil, a fait partie des collections Poulet-Malassis (p. 126 du catalogue de sa vente), Noilly, F. Vandérem (I, no 98), André Lefèvre (I, no 81), avant de figurer dans la première vente Sickles sous le numéro 25. La fameuse lettre de Baudelaire à Mme Sabatier, la « Présidente », du 31 août 1857, peut être suivie à la trace : passée par les soins du libraire Maurice Chalvet de la collection Ancelle chez Alexandrine de Rothschild (vente en mai 1968, I, no 45), achetée alors 14 500 francs (plus les frais) par le libraire Marc Loliée, on la retrouve en octobre 1984 à la vente de Jacques Dennery (no 19) où elle est achetée par le colonel Sickles 250 000 francs (plus frais) ; à sa vente en 1989 (J, no 28), elle est acquise pour 450 000 francs (plus frais) par Dina Vierny, qui la remet en vente en octobre 1996 (no 14) où elle est adjugée 330 000 francs (plus frais).

41Quelques exemples suffiront à montrer l’évolution dans la façon de décrire des manuscrits.

42– Dans la vente Barthou, sous le numéro 1050, figuraient deux carnets de Victor Hugo, ainsi présentés :

431050. Hugo (Victor). Deuxcarnets autographes. Octobre 1871 à mars 1872, 1 vol. – Janvier à août 1877, 1 vol. Ens. 2 vol. in-8, cartonnés, réunis dans une chemise demi-maroq. (étui).
Précieux carnets autographes inédits où le grand poète notait au jour le jour ses pensées, les incidents quotidiens, ceux de la vie politique et ceux de sa vie de famille, les visites rendues et faites, les hommages que le monde entier adresse à sa glorieuse vieillesse ; devant ces notes très curieuses et ses pensées profondes, Hugo épinglait les cartes de visite, les portraits de ses amis, les découpures de journaux le concernant, etc. [...] Parmi tant de notes d’un intérêt si général, on lit celles concernant les menues dépenses du poète. Elles voisinent avec celles concernant la publication de la Légende des Siècles, de l’Art d’être grand-père, ou la reprise de Ruy Blas...
Émouvants, évocateurs de la grande figure du poète et du citoyen généreux, ces carnets sont aussi une très riche mine de renseignements sur cette époque troublée, et aussi sur la vie littéraire, l’Académie, etc.

44– Dans la vente Sickles (I, 103), le second carnet seul est présenté, mais au lieu de ces quelques lignes, on trouve sur quatre pages du catalogue une analyse détaillée du contenu du carnet, assortie de substantielles citations, qu’il ne saurait être question de reprendre ici.

45Voici, par contre, quatre descriptifs successifs du manuscrit d’Une vie de Maupassant.

46– Vente Lang (1925, I, no 285) :

47 Maupassant (Guy de). Une Vie. – Petit in-4 de 417 feuillets montés sur onglets, mar. bleu jans., encadr. int. de mar. orné de rangs de fil., doublé et gardes de soie grenat et noir, doubles gardes, non rogné (Mercier).
Précieux manuscrit autographe de l’œuvre maîtresse de Guy de Maupassant, il a servi pour l’impression chez Victor-Havard.
Un épisode, la visite aux hôtes du château de Briseville, a été découpé dans les colonnes d’un journal et intercalé dans le manuscrit avec des corrections autographes de l’auteur.

48— Vente Suzannet (1938, no 27) :

49 Une vie.Manuscrit de 413 ff. montés sur onglets et reliés en 1 vol. in-4, mar. bleu jans., bord. int. de fil., doublé et gardes de soie, doubles gardes. (Mercier.)
Manuscrit autographe ayant servi pour l’impression de l’édition originale de l’œuvre maîtresse de Maupassant. Le titre porte sa signature et son adresse, 83 rue Dulong.

50Les feuillets du manuscrit sont numérotés de 1 à 417, mais l’auteur a supprimé les ff. 29-35 et mentionné cette suppression en marge de la page 36. Il y a trois pages portant des numéros bis.
Sur les feuillets 141-146, Maupassant a collé, en remplacement des pages manuscrites, le texte correspondant découpé dans le Gil B/as, Une Vie avait paru en feuilleton. Ce texte, de même que celui du manuscrit, porte d’assez nombreuses corrections de la main de l’auteur.
De la bibliothèque Georges-Emmanuel Lang.

51– Vente J. D. (Jean Davray] (1961, no 200) :

52 Maupassant (Guy de). Une vie. – Manuscrit autographe signé ; in-4 de 413 ff., monté sur onglets et relié maroquin janséniste bleu, dos à nerfs, cadre intérieur de maroquin orné de filets dorés, doublures et gardes de soie brochée, entièrement non rogné (G. Mercier).
Manuscrit autographe complet ayant servi a l’impression de l’édition originale ; il comporte de nombreuses ratures et additions.

53Sur le titre se trouve la signature de Maupassant et son adresse : 63, rue Dulong.
Une vie, publié en feuilleton dans le Gil Blas du 27 février au 6 avril 1883, parut aussitôt après chez Victor-Havard et obtint un succès immédiat ; ce manuscrit porte le cachet d’enregistrement de l’éditeur, daté du 14 mars 1883 ; il était resté inconnu aux éditeurs des Œuvres complètes de Maupassant qui ne signalaient de ce roman que deux manuscrits, fragmentaires et se complétant l’un l’autre, du texte publié en feuilleton, et qui se trouvaient respectivement chez Louis Barthou et Léon Hennique.
Ce manuscrit semble écrit au courant de la plume, avec de nombreuses retouches ; cinq pages relatant la visite aux hôtes du château de Briseville sont suppléées par des épreuves du Gil Blas ; elles sont, comme toutes celles qui sont autographes, abondamment corrigées par l’auteur.
Le texte présente avec l’édition originale de nombreuses variantes inédites.
Des bibliothèques G.-E. Lang (cat. 1925, no 284) et A. de Suzannet (cat. 1938, no 27).

54— Vente Sickles (1989, I, no 142) :

55 Maupassant (Guy de). Une vie. Manuscrit autographe signé. 413 feuillets écrits au recto (environ 23 x 18 cm.) montés sur onglets et reliés en un volume in-4, maroquin janséniste bleu, dos à 5 nerfs, cadre intérieur de maroquin orné de filets dorés, doublures et gardes de soie brochée violette, doubles gardes de papier marbré, non rogné (G. Mercier Sr de son père1921).
Manuscrit complet du roman Une vie.
Une vie, publié en feuilletons dans Gil Blas du 27 février au 6 avril 1883, parut début avril chez Victor Havard, et obtint un succès immédiat.
Le manuscrit a servi pour l’impression du volume (le feuilleton étant composé à partir des placards imprimés). Il est abondamment raturé et corrigé, et présente des variantes par rapport au texte imprimé. Il est paginé de 1 à 417 (les ff. 29 à 35 ont été supprimés par Maupassant qui l’indique au f. 36 ; 3 pages portent des numéros bis). La page de titre reliée en tête du manuscrit, avec la signature de Maupassant et son adresse 83 rue Dulong, est celle du chapitre XIV et dernier ; elle porte le cachet de la Librairie V. Havard avec la date 14 mars 83.
On relèvera de nombreux passages rayés et supprimés, des corrections, des additions et l’incorporation à plusieurs endroits de fragments de manuscrits antérieurs, découpés ou collés sur de nouveaux feuillets, qui montrent combien la genèse d’Une vie a été difficile, de 1878 à 1882. Les ff. 141 à 146 (épisode de la visite au château de Briseville) intercalent des épreuves corrigées (récit publié dans Panurge du 1er octobre 1882 sous le titre « Une visite de campagne »).
C’est un extraordinaire témoignage du travail de Maupassant romancier.
Anciennes collections G.-E. Lang (I, no 285), A. de Suzannet (1938, no 27), Jean Davray (vente J. D., 1961, no 200).

56Les avancées de la critique génétique peuvent expliquer le souci croissant de précision dans les fiches descriptives des catalogues de ventes. D’objet de collection, le manuscrit est devenu sujet d’étude. Des éditions savantes, avec leur appareil critique et leurs variantes, ont permis une meilleure compréhension et donc une description plus précise du manuscrit.

57Prenons ainsi le cas d’un recueil de poèmes de Vigny ainsi présenté dans la vente Louis Barthou (1935, I, no 421) :

58 Vigny (A. de). LesAmants de Montmorency, Élévation, Les trois derniers jours, 7 pages ; La fille de Jephté, 5 pages, Symetha, 4 pages ; Le déluge, 23 pages ; LaMaison du berger, 13 pages ; manuscrits autographes, reliés en 1 vol. in-4 maroq. chaudron jans., dos à nerfs ; à l’int, encad. de maroq., fil., listel de maroq. vert, motif mosaïq. en maroq. rouge aux angles, doublures et gardes de soie, doubles gardes (étui).
Importante réunion des principaux poèmes ayant paru de 1822 (premier recueil) à 1864 (Les Destinées, recueil posthume).
Les amants de Montmorency sont à l’état, très précieux, de brouillon. Ce poème a paru chez Gosselin en 1831. Il est daté sur le manuscrit comme dans le livre « Écrit à Montmorency, 27 avril 1830 ». Les douze derniers vers ont été recopiés sur une feuille à part ; ils sont donc là répétés deux fois. Au bas de la seconde page du brouillon, Vigny a noté :

59 derniers vers :

Ils ne pensèrent pas un seul moment à Dieu.

60Le poème se termine en effet sur cette idée, mais plus complète et exprimée en un vers différent :

61 Et Dieu ? Tel est le siècle, ils n’y pensèrent pas.

62 La fille de Jephté, est également à l’état de brouillon ; une page manque (4 strophes).

63Ce poème a paru dans le premier recueil d’A. de Vigny (Pélicier, 1822).
Symétha, également à l’état très intéressant de brouillon, a, comme le poème précédent, paru dans le premier recueil de 1822.

64Les deux vers

Dans le port du Pyrée, un jour fut entendue
Cette plainte innocente et cependant perdue

65étaient dans la première idée de l’auteur, placés en tête du poème. Il portait une épigraphe, tirée d’Horace, qui a été biffée. Cette élégie est un des premiers poèmes composés par A. de Vigny. Il fut écrit en 1815. On y peut percevoir des échos de la grâce d’André Chénier.

66 Le Déluge, fit partie du recueil de poèmes publiés en 1826 par Urbain Canel. Le manuscrit est très beau, portant des corrections, cruelles comme des cicatrices ; il offre d’intéressantes variantes ; petite lacune de douze vers. Ce poème fut écrit à Oloron, en 1823.
La Maison du Berger parut pour la première fois dans le numéro du 15 juillet 1844 de la Revue des deux mondes. L’édition Fournier (1844) est un tirage à part de ce numéro. C’est un des plus beaux poèmes d’Alfred de Vigny. Il fait partie du recueil posthume des Destinées. Magnifique manuscrit ; plusieurs lacunes formant un total de 20 strophes ; une de ces lacunes est d’ailleurs signalée de la main du poète, ce qui permet de supposer qu’au moins pour celle-ci, il s’agit d’un premier état de ce long poème. Au verso de la dernière page on lit cette très précieuse note autographe : « Pascal a dit à peu près : Je suis plus grand que l’Univers parce que je sais qu'il m'écrase et il m’écrase sans le savoir. » C’est là au verso même de ces vers désespérés et fiers, un trait de lumière qui réunit, sous sa même lueur tragique le penseur des Destinées et le poète des Pensées. Mais ni le jansénisme, ni la religion ne surent guérir l’amère détresse de Vigny. Des critiques ont fait un rapprochement entre Pascal et Vigny. N’est-il pas très émouvant de le voir fait par Vigny lui-même ? par Vigny écrivant la Maison du Berger...
Reliure de Marius Michel.

67Les experts de la vente d’Alexandrine de Rothschild (29 mai 1968, I, no 127) ont recopié telle quelle la description de la vente Barthou. Dans la vente Sickles (1989, I, no 217), la description a gagné en précision.

68 Vigny (Alfred de). – Les Amans de Montmorency.La Fille de Jephté.Symetha. – LeDéluge.Ma Maison du Berger. Recueil de manuscrits autographes de ces cinq poèmes. 47 feuillets (in-fol., in-4 ou in-8) montés sur onglets sur des feuilles de papier vergé, reliés en un volume gr. in-4, maroquin brun janséniste, encadrement intérieur de maroquin avec filets dorés et listel de maroquin vert, motif mosaïqué en maroquin rouge aux angles, doublures et gardes de soie brochée jaune, doubles gardes (Marins Michel).
Important recueil des manuscrits de travail de cinq des principaux poèmes de Vigny, des poèmes du début à La Maison du Berger.

69C’est toute l’œuvre poétique de Vigny qui est évoquée à travers ces poèmes, depuis ses premières œuvres parues en 1822 jusqu’au chef-d’œuvre de La Maison du Berger (1844) qui fera partie du recueil posthume des Destinées.
Précieux témoignages de la création et du travail poétiques que ces manuscrits de premier jet, ces brouillons et ces manuscrits très travaillés et corrigés. On y voit aussi peu à peu l’écriture de Vigny se transformer. Nous présenterons ces poèmes dans l’ordre de leur composition.

70Symétha a paru en 1822 dans le premier recueil de Vigny, Poèmes (Pélicier) ; en 1829, Vigny notera que le poème a été « écrit en 1815 ».
Le manuscrit se compose de 2 feuillets (220 x 165 mm.) écrits recto verso, paginés de 1 à 4.
Les pages 1-3 présentent un premier état du poème, comptant alors les 38 premiers vers ; le titre primitif : « Symetha, ou la Vierge de Lesbos », a été rayé, ainsi qu’une épigraphe latine empruntée à Horace ; d’une écriture plus tardive, Vigny a apporté des corrections à son poème, et ajouté deux vers de présentation prononcés par « L’Athénien » :

« Dans le port du Pirée un jour se fit entendre cette plainte innocente et cependant perdue »

71Puis il biffera ce nouveau début, et poursuivra le poème en page 4, en incorporant ces deux vers qui ouvriront la conclusion ; la fin du poème est très raturée et corrigée.

72La fille de Jephté a également paru dans les Poèmes de 1822, et recevra plus tard l’indication « Écrit en 1820 ».
Manuscrit de travail composé de 5 feuillets (220 x 170) écrits au recto, paginés par Vigny de 1 à 6 (la page 3 manque, correspondant aux vers 23 à 38) ; à la fin, Vigny a noté au crayon « 78 v. ». Vigny a abondamment raturé et corrigé son texte, de nombreux vers sont refaits. En marge des vers 47-50, il note : « tout ce que dit le pere est faible », puis corrige la strophe. En note du vers 69, il ajoute « les Juifs portaient un cilice dans le deuil ou bien un sac de cendres. (V. mœurs des Israélites de Fleury) ».

73Le Déluge a paru en 1826 dans les Poèmes antiques et modernes (Urbain Canel), et sera faussement daté en 1829 « Écrit à Oloron, dans les Pyrénées, en 1823 » ; c’est en 1824 que Vigny fut en garnison à Oloron, ce que confirment les dates portées sur le manuscrit ; Vigny travaillera encore à son poème au début de 1825.
Le manuscrit se compose de 24 feuillets (la plupart 250 x 190) écrits au recto, paginés de 1 à 24 (le f. 5 manque, correspondant aux vers 69-80 ; plus un f. intercalaire à insérer dans le f. 21). Le titre a été ajouté au crayon bleu sur le f. 1, sur lequel on peut lire la date au crayon « Oloron 23 juillet 1824 » ; de même en tête du « 2e chant » (mention rayée, f. 12) « Oloron 16 aoust » ; au f. 18 (v. 227) « Pau 27 aoust ».
On relèvera, au verso du f. 11, le brouillon de 10 vers qui seront écartés. Six feuillets (6, 10, 14, 17, 20, et le f. intercalaire) représentent des additions et des amplifications du poème original, représentant plus d’une cinquantaine de vers. En tête du f. 20 (vers 259-272), on lit l’indication : « peut-être faut-il retrancher ce tableau ». Le manuscrit, qui présente de nombreuses corrections, a servi pour l’impression.

74Les Amants de Montmorency, publié dans la Revue des Deux Mondes du1er janvier 1832 et repris dans les Poèmes antiques et modernes en 1837 (Delloye et Lecou), est daté sur le manuscrit (comme dans l’édition) : « écrit à Montmorency – 27 avril 1830 ».
Le manuscrit se compose de 3 feuillets (env. 300 x 190) écrits recto verso et paginés de 1 à 6, plus un feuillet paginé 6 reprenant et mettant au net les 12 derniers vers. Le titre est ainsi rédigé :

« Les amans de Montmorency.
Élévation
Les trois derniers jours ».

75Vigny a noté sur la première page au crayon bleu : « Brouillon des amans de Montmorency ». Au bas de la page 2, à la suite de la première partie du poème (v. 1-30), Vigny note déjà :

« dernier vers.
ils ne pensèrent pas un seul moment à Dieu ».

76qui deviendra (v. 118) :

« Et Dieu ? tel est le siècle ils n’y pensèrent pas ».

77Les pages 3, 4 et 5 sont en tout premier jet, abondamment raturées et corrigées.

78La Maison du Berger, publié dans la Revue des Deux Mondes du 15 juillet 1844, fut repris dans le recueil posthume des Destinées (1864). C’est un des plus beaux poèmes de Vigny.
Précieux manuscrit de travail, composé de 12 feuillets de formats différents, écrits au recto, avec au verso du f. 1 le premier jet très corrigé de la 3e strophe. Écrit à l’encre brune et à l’encre bleue, le manuscrit porte la trace des nombreux et profonds remaniements que Vigny apportera à son œuvre durant sa longue et difficile genèse, notamment par les déplacements et dénumérotations de pages ou de strophes, ainsi que par les indications rayées ; le titre par exemple (les mots rayés sont entre crochets) :

Prologue

[Stances]

[30 mars 1842]

La maison du Berger

–————

[Le Départ]

[1ere Lettre]... à Éva... – I –

79Plus loin, il rayera l’indication : « 3eme Lettre à Éva »... Le manuscrit est incomplet de 20 strophes : plusieurs feuillets, mis au net, ont été placés par Vigny dans la copie pour l’impression conservée à la Bibliotheca Bodmeriana à Cologny (Genève). Mais il s’agit là d’un véritable atelier du poète, où l’on peut suivre la naissance du poème (par exemple le fameux vers jeté sur le papier dans un coin : « j’y roulerai pour toi la maison du berger ») et sa transformation. M. André Jarry y a consacré plusieurs pages dans son édition des Œuvres complètes de Vigny, Bibl. de la Pléiade, t. I, p. 1041-1063.
On signalera, pour finir, cette note au dos de la dernière page : « Pascal a dit à peu près. – Je suis plus grand que l’univers parce que je sais qu’il m’écrase et il m’écrase sans le savoir » ; et nous citerons le commentaire du catalographe de la Bibliothèque Louis Barthou : « C’est là au verso même de ces vers désespérés et fiers, un trait de lumière qui réunit, sous sa même lueur tragique le penseur des Destinées et le poète des Pensées. Mais ni le jansénisme, ni la religion ne surent guérir l’amère détresse de Vigny. Des critiques ont fait un rapprochement entre Pascal et Vigny. N’est-il pas très émouvant de le voir fait par Vigny lui-même ? par Vigny écrivant la Maison du Berger »...
Anciennes collections Louis Barthou (I, 421) et A. de Rothschild (I, 127).

80De même, on pourra constater les progrès dans la description et l’analyse en comparant les trois fiches successives du Candidat de Flaubert.

81– Vente Franklin-Grout-Flaubert (Antibes, 28-30 avril 1931, no 5) :

82Dans une chemise de la main de Flaubert : Le Candidat, Brouillons.
279 pages ou fragments de pages sur grand papier vergé bleu de 34 x 32.

83– Vente Lucien-Graux (4 juin 1957, IV, no 23) :

84 Flaubert (Gustave). Le Candidat. Manuscrit autographe de 279 pages in-folio, la plupart sur papier bleu, en feuilles dans un emboîtage à dos de mar. vert foncé, le dos en forme de reliure, étui.
Brouillons préparatoires ; immense travail de Flaubert ; la pièce s’y trouve représentée dans son ensemble. Plusieurs scènes sont traitées plusieurs fois chacune avec variantes plus ou moins importantes donnant des parties inédites ; des répliques sont transposées et des parties d’actes refondues.
Ce manuscrit si curieux présente deux aspects de la conception de Flaubert. Il semble avoir été tout d’abord plus à l’aise en traitant son sujet comme il eut fait pour un roman, conduisant l’action sans dialogue, déduisant à mesure les agissements de ses personnages, motivant leurs paroles par des explications préalables, côtoyant un caractère scénique, lui concédant de temps à autre des bribes de dialogues et des répliques ; celles qu’il jugera bien venues se retrouvant à l’état terminé. La mise en actes et en dialogues vint se greffer sur ce premier fond.

85Non seulement les feuillets de ce manuscrit sont couverts d’additions dans les marges et de ratures, mais un bon nombre sont couverts d’un texte recommencé et non moins travaillé, c’est-à-dire un travail écrasant, et aussi une difficulté d’écriture, aisément mesurable si on constate qu’aux 279 grandes pages in-folio à lignes serrées répond un texte imprimé de 165 pages en petit format.

86– Vente Sickles (28-29 novembre 1989, II, no 338) :

87 Flaubert (Gustave). Le Candidat. Brouillons autographes. 137 feuillets (34 x 22,2 cm.) et 6 ff. de formats divers, la plupart écrits recto-verso, sur papier bleu, soit à peu près 280 pages ; en feuilles dans un emboîtage demi-maroquin vert foncé, dos à nerfs, étui.
Extraordinaire ensemble des brouillons de Flaubert pour sa comédie Le Candidat.
Depuis 1850, Flaubert songeait à une comédie de mœurs politiciennes et électorales ; il l’écrira enfin de juillet à novembre 1873. La pièce sera créée au Théâtre du Vaudeville le 11 mars 1874 ; ce fut un échec, et Flaubert retira sa pièce après la quatrième représentation. Elle fut publiée en 1874 chez Charpentier.
Violente satire de l’arrivisme politique et de l’électoralisme, Le Candidat n’a bien sûr rien perdu de son actualité.
Conçue en 5 actes, la comédie fut ramenée à 3 actes lors de la mise au net (manuscrit B. N., n. a. fr. 17612), puis développée à 4 actes pour la représentation et l’édition. Comme pour ses autres livres, Flaubert a considérablement travaillé et retravaillé son texte. Ces brouillons sont le témoignage spectaculaire de cet énorme labeur. Selon son habitude, Flaubert a réutilisé ses brouillons en retournant les pages, rayant de deux traits de plume en X la rédaction ancienne, ainsi sauvegardée. La confrontation des multiples versions est du plus grand intérêt. Ces brouillons sont surchargés de nombreuses ratures, corrections et additions, et présentent d’importantes variantes.
Au dossier, est jointe une couverture portant le titre autographe :

Le Candidat
Brouillon

88On peut distinguer trois étapes dans le travail de ces brouillons, chacune comprenant plusieurs rédactions.
Esquisses et ébauches, sous forme narrative, comme pour un roman ou une nouvelle. En marge d’un feuillet, une première liste de personnages (dont certains changeront de nom), tandis que sur la page, à travers les corrections et les additions, l’histoire s’ébauche :
« Mr desire etre deputé – & se decide p. l’opposition qui a plus de chance. – declare qu’il ne recevra plus Mr Julien, trop assidu dans la maison, et il le congedie croyant qu’il est amoureux de sa fille – Mr Julien est amoureux de Madame. – Excité par Morel qui en a peur, le comte de Borigny vient demander la main de sa fille p. son fils Oscar. Mr n’en veut pas. Mr de B. furieux declare qu’il se posera aux elections, comme candidat du pouvoir. – Morel voudrait la main de Louise, à cause de la dot. Rousselin le refuse. – Boussaton, ami de Mr, a l’idée aussi de se poser comme candidat, 2e candidat de l’opposition », etc.
Une autre version, plus détaillée, campe les personnages : « En province. Mr Rousselin, bourgeois riche, 50 ans desire etre depute sans avoir aucune opinion politique bien arrêtée. Mais il desire etre depute : c’est une idée fixe. Il en mourra, s’il n’arrive pas à la chambre. Sa famille se compose de Me Rousse/in, 35 ans. Louise 20. Miss Arabelle 27, ancienne institutrice de Melle et maintenant dame de compagnie. La maison est frequentée depuis qq temps par Murel,, directeur ou co-associé d’une fonderie, parisien moitié industriel, moitié sportman, plein de bagoût et qui a sur les ouvriers une gde influence » etc.
Scénarios des cinq actes, très détaillés, avec le découpage par scènes. Bien souvent, à côté du scénario proprement dit, on peut déjà lire une première rédaction des scènes avec l’ébauche des dialogues.
Brouillons de la rédaction, présentant souvent deux ou trois états des scènes, voire davantage si l’on considère les versos rayés. Ces rédactions, abondamment raturées et corrigées, présentent d’importantes variantes, et des parties qui sont restées inédites ; parfois, Flaubert note au crayon des remarques ou des corrections à faire. Les ensembles les plus importants concernent les actes II, IV et V.
De la succession de Mme Franklin-Grout-Flaubert (vente Antibes 1931, no 5) ; ancienne collection Lucien-Graux (IV, no 23).
Exposition Flaubert, Bibliothèque nationale, 1980 (no 372).

89Une dernière comparaison concernera les descriptifs du manuscrit d’Aziyadé de Pierre Loti.

90-Vente J. D. [Jean Davray] (6-7 décembre 1961, no 197) :

91 Loti (Pierre). Aziyadé. – Manuscrit autographe ; in-4 de 445 pp. et 112 ff., monté sur onglets et relié maroquin janséniste vert, dos à nerfs, doublures de maroquin vert, gardes de soie, tête dorée, non rogné, chemise à dos de maroquin, étui (P.-L. Martin).
Manuscrit autographe complet, ayant servi à l’impression de l’édition originale.
Il est, en de nombreux endroits, surchargé de ratures et de corrections de l’auteur.
Il comporte, d’autre part, de nombreux passages jugés trop réalistes par
’éditeur et supprimés dans l’imprimé.
A la suite se trouvent 112 feuillets d’ébauches de premier jet, en grande partie inédites.

92— Vente Sickles (28-29 novembre 1989, II, no 403) :

93 Loti (Pierre). Aziyadé. Manuscrit autographe. 445 feuillets écrits au recto (environ 20,3 x 16 cm.), plus 112 ff. (formats divers) ; montés sur onglets et reliés en un volume petit in-4 maroquin janséniste vert, dos à nerfs, doublures de maroquin vert, gardes de soie, tranches dorées sur témoins, chemise à dos de maroquin, étui (P. L. Martin, 1953). Manuscritcomplet du premier livre de Pierre Loti.
Aziyadé parut en janvier 1879, sans nom d’auteur, chez Calmann-Lévy ; le titre complet était : Aziyadé. Stamboul 1876-1877. Extrait des notes et lettres d’un lieutenant de la marine anglaise entré au service de la Turquie le 10 mai 1876, tué sous les murs de Kars le 27 octobre 1877. On sait que le livre est largement autobiographique ; lors de son séjour à Istanbul en 1876-1877, Loti avait vécu des amours passionnées avec une femme de harem, Hakidjé. Sous sa forme fragmentée où alternent récit, lettres et journal intime, Aziyadé relève autant des mémoires que du roman. Le livre fut mis au point avec l’aide d’un ami, Lucien Hervé Jousselin, que Loti désigne dans son livre sous le pseudonyme de Plumkett.
Le manuscrit a servi pour l’impression du volume. Il est abondamment raturé et corrigé, et présente des variantes par rapport à l’imprimé. La numérotation des fragments ou chapitres ainsi que des pages du manuscrit a été à plusieurs reprises modifiée, et porte la trace de remaniements dans le plan du livre. De nombreuses ratures, corrections, suppressions ou additions interlinéaires sont autant le fait de Loti que de Plumkett.
Le manuscrit s’ouvre sur une lettre qui ne figure pas dans le volume imprimé ; ce texte, de la main de Plumkett, a été corrigé à l’encre rouge par Loti :
« De William Brown à Plumket.
Juin 1877.

94Loti est mort ; Loti a quitté la sombre terre où il avait si follement brûlé sa vie. Il a tout oublié, tout abandonné, pour suivre, dans ce galop qui l’a tué, son fatum, sa singulière destinée. Je t’adresse ces notes éparses ; le public y démêlera ce qu’il pourra, – mais je voudrais les voir publier telles qu’elles ont été écrites par la main de cet ami que nous avons tant aimé »...

95Sept pages sont de la main de Jousselin-Plumkett, dont une longue lettre « de Plumket à Loti » (datée « Liverpool 15 juin 1876 » ; Loti en a biffé un long passage).
De nombreux passages supprimés sont biffés au crayon bleu. Les plus intéressants sont ceux où Loti s’interroge sur son attirance pour son batelier Samuel : « La tête de Samuel endormi était à mes pieds. Le sommeil lui avait imprimé une expression tranquille et grave ; c’était la beauté antique dans toute sa pureté noble et sa perfection... Et j’oubliai Aziyadé en songeant à l’étrange lien qui m’attachait cet homme... Anomalie, perversion ténébreuse... Ce sentiment [...] est comparable à ces difformités, à ces erreurs monstrueuses de la nature, qui font douter du Dieu créateur ; il inspire, quand on y réfléchit, le même dégoût et la même épouvante... Ce charme exercé sur Samuel me plonge dans des pensées pleines de trouble, de vague inquiétude et d’horreur mystérieuse »... Un bref passage biffé laisse transparaître le désespoir causé par la séparation d’avec Joseph Bernard : « Mais l’abandon de John B... a comblé la mesure » ; dans un premier temps, John est corrigé en Jane, puis la phrase est biffée. D’autres suppressions concernent des jugements politiques, des citations de proverbes turcs, etc.
A la suite du manuscrit, on a relié 112 feuillets (certains recto-verso) de brouillons et ébauches, parfois en tout premier jet, présentant de nombreux passages restés inédits ; certains épisodes sont en plusieurs états : on trouve ici de nombreuses versions de ses relations avec le batelier Samuel. On peut d’ailleurs se demander si certaines de ces pages ne sont pas des fragments de journal intime (le nom de Samuel vient en surcharge sur le nom du réel Daniel). Certaines pages présentent la forme primitive du nom de l’héroïne, Ahkidjé, corrigé plus tard en Aziyadé.
Ancienne collection Jean Davray (vente J. D., 1961, no 197).

96Les quelques exemples que nous avons donnés mettent en évidence l’utilité des catalogues de ventes. Au-delà du simple pedigree d’un manuscrit, par les traces et les analyses qu’ils donnent des documents, ils sont certes d’abord un instrument irremplaçable pour l’établissement des correspondances. Ils recensent également et décrivent des manuscrits, et divers états de ces manuscrits, dont certains deviennent parfois inaccessibles pour un temps, rendant ainsi de grands services aux chercheurs à venir. Jean Pommier, un des maîtres de l’histoire littéraire, ne déclarait-il pas : « Le manuscrit est notre maître » ?
Aussi, nous voudrions lancer un appel pour la recension des catalogues de ventes et de libraires spécialisés dans les lettres et manuscrits autographes. Cette base de données, qui dresserait la liste de ces catalogues et leur localisation dans des collections publiques ou privées, serait de la plus grande utilité pour les chercheurs.
La dispersion de la collection Sickles marque certainement la fin d’une époque. Une aussi vaste collection, presque encyclopédique, n’est plus guère envisageable de nos jours, surtout à une telle échelle : il y faut certes de très gros moyens, mais aussi beaucoup de place. Une évolution du goût incite également l’amateur à se concentrer sur une collection plus choisie en fonction de ses préférences : des collectionneurs comme le regretté Jean Lanssade ou Jacques Guérin sont les parfaits modèles de cette nouvelle collection formée par un homme de qualité.
A cela s’ajoutera bientôt une crise du manuscrit contemporain : le recours de plus en plus fréquent de l’écrivain à l’informatique rendra peut-être impossible à l’avenir la constitution d’une collection de manuscrits littéraires.
Pour conclure, j’aimerais citer le testament d’Edmond de Goncourt. En quelques lignes, il exprime le bonheur mais aussi l’exigence d’un vrai amateur :

« Ma volonté est que mes dessins, mes estampes, mes bibelots, mes livres, enfin les choses d’art qui ont fait le bonheur de ma vie n’aient pas la froide tombe d’un musée et le regard bête du passant indifférent. Je demande qu’elles soient toutes éparpillées sous les coups de marteau du commissaire-priseur et que la jouissance que m’a procurée l’acquisition de chacune d’elles, soit redonnée, pour chacune d’elles, à un héritier de mes goûts. »

Notes

1 Résumé : Catherine Gaviglio, « Charles Spoelberch de Lovenjoul (1836-1907). Un collectionneur et ses libraires », dans École nationale des chartes, Positions des thèses..., 1998, p. 217-224.

Auteur

Expert près la cour d’appel de Paris.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search